Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Foi - Page 8

  • Une sainte soudanaise : sainte Josephine Bakhita (8 février)

    IMPRIMER

    StJosephineBakhita.png

    Archive (9 mai 2011)

    Sœur Severina Motta est une religieuse canossienne qui a passé plus de 40 ans en Afrique. Elle a vécu une douzaine de ces années au Soudan, où elle en est venue à connaître « sa sainte », sainte Bakhita. Bakhita est la première sainte du Soudan, et elle a acquis une renommée internationale, surtout depuis que Benoît XVI l'a évoquée dans son encyclique « Spe Salvi ».

    Elle est également à l'origine de la conversion d'un condamné à mort, dans l'Etat d'Oregon, qui a lancé un projet d'aide aux religieuses canossiennes.

    Dans cette interview accordée à l'émission de télévision « Là où Dieu pleure », Sœur Severina évoque sa propre vocation missionnaire et la sainte qui a enseigné aux Soudanais comment triompher des ennemis.

    Q : Avez-vous toujours eu le désir d'être une religieuse missionnaire ?

    Sœur Severina : J'ai toujours voulu être religieuse, mais pas du tout missionnaire.

    Vous vouliez être religieuse ici ?

    Je voulais être religieuse en Italie. Au terme d'un très grand combat intérieur, j'ai fini par me rendre, quand j'ai réalisé que c'était vraiment Jésus qui me demandait d'aller parmi les jeunes qui n'ont personne pour prendre soin d'eux.

    A quel moment avez-vous dit « Oui, Seigneur, j'irai » ?

    A un moment très particulier de la prière dans le noviciat. Dans la chapelle, il y avait un grand crucifix tourné vers des brebis et, sous le tableau, étaient inscrits ces mots : Euntes in Universum Mundum - Allez dans le monde entier. Le doigt semblait pointé sur moi, comme pour me dire que c'était à mon tour d'aller rejoindre les missionnaires. Alors j'ai cessé de résister. Cela a été une expérience très dure mais, je dois dire, très gratifiante.

    Et avec du recul, auriez-vous changé quelque chose de votre vie ?

    Non, je referais la même chose.

    Pourquoi avez-vous choisi l'Afrique ?

    En fait, je n'ai pas choisi l'Afrique. Nous allons là où nous sommes envoyées ; mais après avoir dit oui au Seigneur, mon plus grand souhait a été d'être parmi les plus pauvres, de partager leur travail et leur vie pour trouver les moyens de l'améliorer. Je dois dire que j'ai été vraiment exaucée, car dans tous les endroits où je suis allée, il manquait tous les éléments essentiels de la vie. Pas de moyens de communication, pas de routes convenables, pas d'eau potable, pas d'électricité, seulement la richesse des personnes.

    J'aimerais parler un peu de Sœur Bakhita, sainte Bakhita maintenant, la "Petite Mère noire" (Madre Moretta), comme on l'appelait dans la communauté.

    Bakhita était une fille du Soudan qui a été enlevée toute jeune, à l'âge de 7 ans, et vendue comme esclave. Mais elle ne se résignait pas à sa situation. Avec une autre fillette, elle s'est échappée, mais a été reprise et revendue, et cette situation s'est répétée cinq fois. Elle passait d'un mauvais maître à un pire encore, avant de tomber entre les mains d'un officier turc d'une grande cruauté. Cet homme lui a fait subir 114 scarifications dans son corps, frotté ensuite avec du sel, qui la laissèrent agonisante pendant des semaines. Après quoi elle a été acquise par le consul d'Italie à Khartoum, qui l'a emmenée avec lui dans son pays. Il l'a donnée à la femme d'un ami, qui lui a confié la garde de sa petite fille.

    Lire la suite

  • Un pontificat épuisant qui touche à sa fin

    IMPRIMER

    D'Eric Sammons sur Crisis Magazine (dont il est le rédacteur en chef) :

    Un pontificat épuisant qui touche à sa fin

    Cela fait bientôt onze ans que Jorge Bergoglio a été élu souverain pontife de l'Église catholique. Alors que la plupart d'entre nous ne savaient presque rien de cet homme lorsqu'il est monté sur le balcon de la basilique Saint-Pierre, la plupart des catholiques souhaiteraient aujourd'hui en savoir moins qu'ils n'en savent. Du cardinal Danneels, qui a favorisé la pédophilie, qui a rejoint François sur ce balcon, à la récente approbation par le pape de la bénédiction de couples homosexuels, la controverse a entouré ce pontificat du début à la fin ; il ne semble pas se passer une semaine sans que le pape ne remue le couteau dans la plaie avec une nomination papale, un document ou un commentaire désinvolte.

    Je pense parler au nom de nombreux catholiques en disant que tout ce cirque autour de François est devenu lassant. Il est probable que rien de ce que François pourrait faire ou dire à ce stade ne nous surprendrait, bien qu'il fasse encore désespérément tous les efforts possibles pour le faire.

    Nous voyons se répéter un cycle fastidieux :

    Étape 1 : Le pape dit ou fait quelque chose de controversé.
    Étape 2 : les catholiques conservateurs et traditionnels critiquent ses actions (les traditionalistes directement, les conservateurs plus indirectement).
    Étape 3 : Les catholiques progressistes se réjouissent et considèrent que le pape pense exactement ce qu'il dit.
    Étape 4 : Les "popesplainers" non progressistes prennent d'assaut les médias sociaux pour expliquer que le pape ne pense pas exactement ce qu'il dit.
    Étape 5 : Retour à l'étape 1.

    C'est comme si nous étions coincés dans une boucle de causalité de type Star Trek, condamnés à répéter les mêmes actions encore et encore. Où tout cela nous mène-t-il exactement ? Des âmes sont-elles gagnées au Christ ? La voix morale de l'Église dans le monde devient-elle plus forte ? Les mauvais acteurs de l'Église sont-ils démasqués et démis de leurs fonctions ? Il est difficile d'affirmer que l'une ou l'autre de ces choses est en train de se produire.

    Nous sommes fatigués. Lorsque nous nous réveillons avec une nouvelle controverse papale, notre première pensée est "c'est reparti". Nous savons quel genre de pape nous avons : un progressiste qui se concentre presque exclusivement sur les questions terrestres, entouré d'hommes de confiance profondément corrompus et de connivence avec les élites mondialistes de ce monde. Ajoutez à cela une animosité irrationnelle à l'égard de la tradition catholique et vous obtenez le pape François. (...)

    Lorsque les générations futures se pencheront sur ce pontificat, l'héritage qu'il laissera sera plein de bruit et de fureur, et ne signifiera rien. François s'est concentré sur les dernières lubies progressistes de ce monde, et son impact à long terme sera donc négligeable en termes historiques. Le pape Jean-Paul II s'est opposé au communisme ; le pape François lui a déroulé le tapis rouge. Le pape Benoît XVI a combattu la dictature du relativisme ; le pape François a été qualifié à juste titre de "pape dictateur". Aucun des écrits de François ne résistera à l'épreuve du temps (surtout par rapport à ses deux prédécesseurs immédiats), et la plupart des historiens le relégueront probablement à un paragraphe dans l'histoire des papes.

    Bien sûr, il ne s'agit pas de minimiser le mal grave et éternel qu'il a fait aux âmes individuelles par la confusion, le scandale et la corruption qu'il a semés. Combien de personnes souffrant d'attirance pour le même sexe n'ont pas quitté leur mode de vie pécheur et destructeur parce que l'Église catholique semblait approuver ce mode de vie ? Combien de non-catholiques n'ont pas cherché à devenir catholiques parce que l'Église semble avoir un chef qui ne veut pas qu'ils deviennent catholiques ? Et combien de catholiques ont été tellement scandalisés par ce pontificat qu'ils ont quitté l'Église pour l'orthodoxie, le sédévacantisme ou l'athéisme ?

    Pourtant, ce pontificat a eu du bon, même si ce n'était pas intentionnel. Après tout, Dieu peut faire du bien à partir de n'importe quoi, même des pires maux. Je sais que de nombreux catholiques sont devenus plus compétents dans leur foi après avoir défendu une doctrine que François affaiblit. En outre, de nombreux catholiques ont entamé le processus de suppression des accrétions créées par l'homme au dépôt de la foi en ce qui concerne le rôle de la papauté. Grâce au pape François, les futurs catholiques se méfieront davantage de la création d'un culte de la personnalité autour de celui qui s'assoit sur la chaire de saint Pierre.

    Au cours de la dernière décennie, François a fait beaucoup de bruit dans les médias sociaux catholiques et chez les fidèles, mais je ne peux m'empêcher de penser que sa voix s'est affaiblie avec le temps. Beaucoup d'entre nous lui ont accordé le bénéfice du doute au cours des premières années de son pontificat, mais ce bénéfice a été gaspillé. Qui le considère encore comme un penseur sérieux ? Qui le considère comme un véritable leader moral ? Plus nous entendons parler de ce pape, plus notre respect pour sa personne diminue. L'insistance du pape à "mettre le bazar" au lieu de simplement faire son travail le fait ressembler à l'adolescent immature qui refuse obstinément de ranger sa chambre.

    Nous ne sommes plus en colère. Nous sommes simplement fatigués. Fatigués de l'ambiguïté utilisée comme arme, fatigués des scandales, fatigués de s'acoquiner avec les pires personnes du monde. La forme de ce pontificat est claire, et l'histoire ne sera pas tendre avec lui. Si François peut encore faire des dégâts avant son jugement particulier, la plupart d'entre nous attendons simplement l'arrivée d'un nouveau pape qui, nous l'espérons, contribuera à nettoyer le gâchis. D'ici là, nous continuerons à vivre notre foi avec endurance, car "la souffrance produit l'endurance, et l'endurance produit le caractère, et le caractère produit l'espérance" (Romains 5:3-5).

  • Des cardinaux choisis par l'argentin François pourraient-ils élire un pape conservateur ?

    IMPRIMER

    De Marie-Lucile Kubacki sur La Vie via le site "Pour une école libre au Québec" :

    Des cardinaux choisis par l'argentin François éliront-ils un pape conservateur ?

    C’est ce que pense possible l’historien des religions et théologien italien Massimo Faggioli interrogé par La Vie.

    Alors que les Églises d’Afrique ont annoncé un « non » continental à la possibilité de bénir des couples homosexuels, ouverte par le pape François, une page difficile s’ouvre pour la gouvernance de l’Église.

    Au-delà des oppositions habituelles au pontificat de François, les réactions au document publié en décembre dernier par le Dicastère pour la doctrine de la foi sur la possibilité de bénir des couples homosexuels, et notamment le « non » du continent africain, ouvre une crise riche d’enseignements sur la gouvernance de l’Église et les enjeux de la synodalité.

    — Une nouvelle forme d’opposition au pape François est-elle en train d’émerger ?

    Au cours des derniers mois, nous avons été témoins de nouveaux cas d’opposition, comme de ce prêtre en Italie qui a été excommunié latae sententiae après avoir déclaré que le pape était un « imposteur ». Cet épisode est survenu en même temps que des évêques et des cardinaux prenaient position contre le document du Vatican sur les bénédictions, Fiducia Supplicans. La séquence donne l’impression qu’il existe un mouvement contre le pape François qui est en train d’éclater.

    — Est-ce vraiment le cas ?

    La seule chose que l’on puisse dire est qu’il s’agit d’un moment très délicat de son pontificat, car pour la première fois depuis dix ans, le pape François pouvait rédiger des documents et légiférer avec un cardinal proche de sa sensibilité, Victor Manuel Fernandez, qu’il a nommé en assortissant son choix d’une lettre de mission personnelle. Ses prédécesseurs étaient marqués par une sensibilité différente, plus proche de celle de Joseph Ratzinger. Avec Fernandez, il pouvait aller plus loin dans la mise en œuvre de sa vision des choses, et le premier test ne s’est pas très bien passé.

    — Étonnamment, il y a eu assez peu de réactions d’opposition au document dans l’épiscopat américain…

    C’est effectivement un constat intéressant. Aux États-Unis, l’opposition au pape François a commencé dès le début de son pontificat. Un mouvement assez large a commencé à se structurer, porté par des intellectuels, quelques évêques et quelques cardinaux, une grande partie du clergé américain et surtout des laïcs dotés d’importants leviers financiers. Des équivalents américains de Vincent Bolloré, mais bien plus nombreux et organisés. Ainsi, après la publication de ce document sur les bénédictions homosexuelles, il n’y a pas eu de grand tollé, parce que ceux qui auraient pu s’y opposer sont occupés à mener une stratégie différente.

    Ils travaillent sous la surface de l’eau, ils créent de nouvelles écoles, des centres de formation et des universités. Ils financent des médias catholiques et travaillent à l’après-François. De la même manière, en Europe de l’Est, en Pologne, en Ukraine, en Hongrie, cette affaire de bénédictions vient renforcer des mouvements de fond silencieux très stratégiques, où les regards sont déjà tournés vers la prochaine étape : le conclave et l’élection du prochain pape. Dans ce contexte, il n’est pas à exclure que le prochain conclave, et donc des cardinaux choisis par François, élisent un conservateur ou un ultraconservateur.

    — Une nouvelle forme d’opposition silencieuse, donc ?

    Oui, un certain nombre d’évêques, de prêtres et de théologiens ont cessé de dire les choses en public et de s’opposer frontalement à François. [L’Argentin punissant mesquinement les opposants trop bruyants… Voir Le cardinal Burke (en opposition aux dérives du Vatican) aurait été officiellement sommé de quitter son appartement en févrierAux États-Unis, certains évêques et cardinaux craignent que ce pontificat ne devienne une sorte de papauté fantôme dans le pays, au sens d’un pape que l’on aurait cessé d’écouter. La manière dont certaines des dernières mesures ont été prises n’a pas aidé. Si Fiducia Supplicans avait été publié à la fin du synode, elle aurait eu davantage de légitimité. La situation est donc très compliquée. Je n’ai jamais vu un document du Saint-Office être bombardé de la sorte. Et ces réactions pourraient changer la dynamique au Synode en donnant aux gens l’impression que quoi que disent les participants, tout sera décidé à la fin par le Vatican et le pape. Pour la synodalité, c’est un passage délicat. Mais pas seulement.

    Lire la suite

  • Les martyrs de Nagasaki (6 février)

    IMPRIMER

    source Missel.free

    Saint Paul Miki et ses compagnons martyrs

    Historique

    Si le nom de Nagasaki évoque pour le monde entier la déflagration atomique du 9 août 1945, il doit aussi rappeler aux catholiques les vingt-six croix dressées face à la mer, le 5 février 1597. Ces vingt-six crucifiés reproduisaient l’image de la nouvelle chrétienté japonaise : il y avait là des missionnaires[1], trois jésuites[2] dont Paul Miki qui était japonais, et six franciscains[3] , dix-sept laïcs, tertiaires franciscains [4], et même deux enfants : Louis (onze ans) et Antoine (treize ans). Alors qu’ils étaient attachés à leur croix, le R.P. Pierre Baptiste chanta le Benedictus et le petit Antoine entonna le Laudate pueri Dominum.  Du haut de sa croix, saint Paul Miki continuait à prêcher, invitant les gens qui l’entouraient à se convertir et pardonnant à ceux qui étaient responsables de sa mort. Tous étaient souriants, plusieurs chantaient. On leur transperça le cœur d’un coup de lance, ce qui achevait de les configurer au Christ. Urbain VIII les béatifia en 1627 et Pie IX les canonisa le 8 juin 1862.


    [1] Les Jésuites et les Franciscains ont été arrêtés à Ozaka le 9 décembre 1596.

    [2] Paul Miki, Jean de Goto et Jacques Kisoï.

    [3] Pierre Baptiste, chef de la mission franciscaine au Japon, qui, un jour de Pentecôte, avait guéri une jeune fille lépreuse ; Martin d’Aguire, professeur de théologie qui prêchait en japonais ; François Blanco, prêtre ; Philippe de Las Casas ; Gonzales Garcia, frère convers ; François de Saint-Michel, frère convers.

    [4] Tous membres de la communauté de Méaco, ils furent arrêtés le 31 décembre 1596 : Côme Tachegia, Michel et Thomas Cozaki, Paul Ibarki, Léon Carasumo (catéchiste et interprète), Mathias, Bonaventure, Joachim Saccakibara (mèdecin), François de Méaco (médecin), Thomas Dauki (interprète), Jean Kinoia, Gabriel de Duisco, Paul Suzuki (catéchiste et interprète) ; François Danto et Pierre Sukejiro n’étaient pas sur la liste des arrestations mais, comme ils s’obstinaient à suivre les prisonniers et à les soigner, ils furent arrêtés à leur tour.

  • Bruxelles : une ville qui a abandonné Dieu ?

    IMPRIMER

    De James Jeffrey sur le Catholic Herald :

    Bruxelles peut s'appréhender comme une ville qui a abandonné Dieu

    4 février 2024

    Travailler et vivre à Bruxelles peut donner l'impression de se retrouver en territoire ennemi. Un ami qui y travaillait autrefois sur la législation relative aux droits de l'homme m'a averti que la ville était "pleine de filets" pour vous piéger - et pleine de "satanistes". 

    Il était difficile de savoir s'il parlait au sens figuré. La Commission européenne actuelle propose la législation la plus progressiste de l'histoire de l'UE, comme l'a dit un député européen du parti nationaliste des Démocrates de Suède. Peu de temps après mon arrivée en avril, le Parlement européen a accueilli une exposition photographique présentant des images suggérant un Christ homosexuel entouré d'acolytes portant des vêtements de cuir typiquement associés au bondage et au fétichisme. L'objection la plus évidente est que l'on ne peut pas imaginer que des musulmans accepteraient sans broncher une telle licence artistique visant le prophète Mahomet.

    L'ampleur des courbettes institutionnelles et de l'utilisation du drapeau arc-en-ciel à Bruxelles pendant le mois des fiertés de cette année était surréaliste. En se promenant dans la ville, on avait l'impression qu'une armée étrange, qui avait envahi et conquis la ville, affichait ses couleurs dystopiques sans imagination dans chaque rue, de sorte qu'il n'y avait aucun doute sur le changement de régime.

    Pour beaucoup de ceux qui ont soutenu le Brexit, Bruxelles est la plaque tournante du Big Government de la pire espèce, où un assortiment de technocrates étrangement regroupés émet des diktats de type utopique à plus de 477 millions de personnes à travers 27 nations. Je ne peux pas nier que plus j'en vois, plus cela me fait ressembler à Margaret Thatcher.

    Et pourtant, malgré les shibboleths progressistes véhiculés par un système centralisé à outrance qui déchaîne la Maggie intérieure, Bruxelles reste une "ville d'espoir", comme le note ce même ami, dans laquelle "le catholicisme s'insinue comme les effluves d'un parfum".

    Je l'ai constaté moi-même de plus en plus souvent depuis mon arrivée. Il y a les clochers des églises qui s'élèvent continuellement au-dessus des toits de la ville, les cloches qui sonnent le week-end. Il semble y avoir des coquilles Saint-Jacques partout, décorant les bâtiments, les portes, les fontaines et l'intérieur des églises.

    Après avoir parcouru des milliers de kilomètres sur plusieurs Caminos de Santiago, je suis quelque peu habitué à repérer la coquille Saint-Jacques, symbole de saint Jacques et du pèlerinage sur son tombeau à Saint-Jacques-de-Compostelle. Une grande coquille Saint-Jacques se trouve derrière la célèbre sculpture en bronze du Manneken Pis, dans le centre de Bruxelles, représentant un petit garçon nu urinant avec insistance dans le bassin de la fontaine.

    Sur la célèbre Grand Place de la ville, une très grande coquille Saint-Jacques plaquée or brille au soleil au sommet de l'un des bâtiments ornés qui entourent la place.

    Au coin des rues de Bruxelles, j'ai même rencontré des sanctuaires à la gloire de saint Roch dans sa pose classique, montrant la blessure à sa cuisse, tandis qu'un chien fidèle à ses côtés lui offre une miche de pain qu'il porte dans sa gueule. C'est comme tomber sur un vieil ami. Saint Roch est un personnage important du Camino en raison de sa propre vie de pèlerin. Je l'ai rencontré à de nombreuses reprises sur le chemin, dans de petites églises espagnoles et portugaises, y compris lorsque j'ai dû faire face à mes propres blessures tout en étant aidé par des étrangers.   

    "L'Europe s'est faite sur le chemin de Compostelle". Juste avant d'arriver à l'entrée fortifiée de la Porta do Camino, à la périphérie de la vieille ville de Saint-Jacques-de-Compostelle, si vous êtes attentif, vous pouvez apercevoir ces mots gravés dans les pavés sur lesquels vous marchez. En effet, grâce au Camino, les pèlerins médiévaux de toute l'Europe ont été mis en contact les uns avec les autres, ce qui a donné lieu à un mélange de nationalités qui, pour beaucoup, a été la première fois de leur vie qu'ils ont rencontré quelqu'un d'une autre nation. Des colonies urbaines se sont développées pour fournir un abri et de la nourriture aux pèlerins en route pour Saint-Jacques-de-Compostelle, tandis que les rois et les autorités régionales se sont donné pour mission de coordonner la protection et l'approvisionnement des pèlerins, quelle que soit leur origine.

    Les frites sont un élément majeur à Bruxelles. Les habitants et les touristes font la queue devant les friteries les plus connues. Non loin de la Grand-Place se trouve mon endroit préféré - les frites sont excellentes mais la friterie n'est pas aussi fréquentée ni aussi chère que d'autres - en face de l'église Sainte-Catherine qui donne sur une place petite mais animée.

    L'église a été menacée de démolition à deux reprises : dans les années 1950 pour un parking en plein air, et plus récemment en 2011 lorsqu'elle a été fermée par un ancien évêque et sur le point d'être transformée en une sorte de marché couvert. Mais un mouvement populaire de paroissiens a permis à Sainte-Catherine de rouvrir ses portes et d'être nettoyée.

    La messe du dimanche y est désormais solennelle et longue, avec des bandes d'enfants de chœur - petits et grands adolescents - dont les encensoirs se balancent. À la fin de chaque messe, les prêtres et les enfants de chœur se rassemblent devant une statue de Marie, sur le côté de l'autel, et chantent le Salve Regina. Après la messe, les fidèles allument des bougies et prient en silence devant les statues de saints disséminées dans l'église. De temps en temps, un apéritif est organisé sur les marches de l'église, tandis que les paroissiens se mêlent aux autres, se serrent la main, parlent au prêtre ou font la queue pour recevoir une bénédiction. Tout cela semble "très catholique", c'est la meilleure façon de le décrire. Pendant la messe, certains paroissiens choisissent de ne pas s'asseoir dans les bancs et restent au fond de l'église, debout ou à genoux sur les dalles de pierre du sol. En les observant, on a l'impression d'être parmi les premiers chrétiens qui se réunissaient dans les catacombes de Rome pour prier.

    De retour dans le "monde réel" de la vie bruxelloise, contrairement aux jeunes femmes au visage sévère qui déambulent dans le quartier européen pour des affaires "importantes" de l'UE, on trouve tout autour du centre-ville des statues représentant de belles jeunes filles, la grâce féminine et les qualités maternelles et nourricières de la vie. Il y a beaucoup de seins nus exhibés d'une manière que je ne peux que qualifier de fière et noble, et une présence ostensible d'enfants en bas âge sous la protection de ces figures maternelles. C'est une version étonnamment différente du matriarcat par rapport à celle qui a été façonnée par les tendances féministes modernes.

    Le 11 juillet, je suis tombé sur une bande de joyeux Flamands qui organisaient une fête de rue improvisée pour célébrer la Bataille des Eperons d'Or, au cours de laquelle les forces rebelles du comté de Flandre ont infligé une défaite désastreuse à l'armée royale française en 1302. Le nom de la bataille vient de toutes les paires d'éperons ramassées sur les chevaliers français tombés sur le champ de bataille et accrochées triomphalement aux murs de l'église abbatiale de Courtrai.

    Pendant les réjouissances, un homme m'a raconté que sa petite amie travaillait pour l'Union européenne, expliquant que, bien qu'elle soit politiquement très à gauche par rapport à lui, la force de leur relation transcendait ces différences. Mais elle a été mise à l'épreuve lorsqu'il l'a rejointe pour un repas avec ses collègues de travail - et que le sujet de l'avortement a été abordé. Il a qualifié de "lavage de cerveau" le consensus dont tout le monde s'est fait l'écho. Il a déclaré que sa petite amie était restée silencieuse pendant la "discussion" myope et qu'elle s'était ensuite excusée pour ce qu'il avait dû entendre. Elle a expliqué qu'elle ne pouvait pas remettre en question publiquement les opinions exprimées, au cas où cela causerait des problèmes au travail.

    "Il y a quelque chose de profondément sinistre dans ce pays", écrivait en 2014 Tracey Rowland, ancienne doyenne de l'Institut Jean-Paul II de Melbourne, dans What happened to Belgium ? Lament for a Catholic Nation sur abc.net.au. "Sa culture catholique a été saccagée par deux générations d'intellectuels en guerre contre leur propre héritage."

    Il semble que la Belgique ne soit pas la seule touchée, si l'on en juge par les événements actuels dans l'Union européenne et au Royaume-Uni. (...) Mais malgré ce sombre bilan de la situation de Bruxelles, il reste de l'espoir, bien sûr grâce à ces effluves...

  • La nouvelle Déclaration sur la matière et la forme sacramentelles : contexte et questions

    IMPRIMER

    De John M. Grondelski sur le Catholic World Report :

    La nouvelle Déclaration sur la matière et la forme sacramentelles : Contexte et questions

    Gestis verbisque aborde un problème important et potentiellement grave dans l'Église d'aujourd'hui, mais n'aborde pas complètement les problèmes persistants dans la théologie sacramentaire catholique contemporaine.

    4 février 2024

    La dernière "Note" du Dicastère pour la doctrine de la foi, intitulée Gestis verbisque, aborde la question de l'utilisation d'une forme appropriée pour célébrer les sacrements. Elle le fait dans le contexte plus large d'un traité sur les principes généraux de la sacramentologie. Le terme "forme" a ici le sens technique de la théologie sacramentaire, c'est-à-dire les mots essentiels requis pour un sacrement valide (par exemple, "Ceci est mon corps" dans la consécration de l'Eucharistie). Cet essai examinera le document, en le situant dans un contexte plus large et en formulant quelques commentaires à son sujet.

    La première question est : pourquoi maintenant ? Quelle est l'origine de ce document ? Le premier paragraphe suggère une raison : de nombreux évêques sont invités à déterminer si une personne a été correctement baptisée. Le baptême étant l'accès à tous les sacrements, une réception invalide du baptême annule la validité des sacrements suivants (par exemple, la confirmation). Le cas le plus préoccupant est peut-être celui de Détroit en 2020, où un homme qui se croyait prêtre a découvert que son baptême n'était pas valide.

    Qu'entend-on par baptême "invalide" ? Tout simplement quelque chose qui ressemble à un sacrement mais qui n'est pas un sacrement valide parce qu'il manque quelque chose d'essentiel au sacrement en termes de matière (l'élément matériel requis pour le sacrement, par exemple l'eau pour le baptême, certains types de pain et de vin pour l'Eucharistie) et/ou de forme (la formule requise pour le sacrement). La formule du baptême est "Je te baptise au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit", en immergeant trois fois l'enfant dans l'eau ou en versant de l'eau sur son front.

    Historique et contexte

    Ce n'est pas sorcier, cela ne devrait pas être un problème majeur. Pourquoi ?

    Franchement, parce que nous avons eu des prêtres et des diacres qui ont décidé d'improviser en matière de baptême. Dans le cas de Matthew Hood, l'homme qui a découvert qu'il n'était pas prêtre parce qu'il n'avait pas été baptisé, c'est à cause de la manière dont un certain diacre a altéré le rite du baptême.

    Ayant fait mes études de premier cycle dans l'archidiocèse de Détroit à l'époque du cardinal John Dearden, je peux témoigner que le langage "féministe" et "inclusif" faisait l'objet d'une obsession majeure dans divers milieux de cet archidiocèse. Pour le diacre impliqué dans cette affaire, "Père, Fils et Saint-Esprit" était "trop patriarcal". Pour surmonter sa "misogynie", ce diacre a décidé de lui substituer une formule qui circulait dans les milieux du "langage inclusif", disant "Je te baptise au nom du Créateur, du Rédempteur et du Sanctificateur".

    Or, Jésus nous a révélé son "Père". Lorsque ses apôtres lui ont demandé de leur apprendre à prier, il a dit "Notre Père" (et non "Notre Père et Notre Mère"). Et juste avant de monter au ciel, Jésus a chargé ces apôtres de "baptiser toutes les nations au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit" (Mt 28:19), c'est-à-dire aux noms qu'il a révélés pour les personnes de la Trinité.

    Lire la suite

  • Gestis verbisque: la note de la Doctrine de la foi sur la validité des sacrements

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Gestis verbisque: note de la Doctrine de la foi sur la validité des sacrements

    Face à la perpétuation d’abus liturgiques, la note "Gestis verbisque" du dicastère pour la Doctrine de la foi réaffirme que les paroles et les éléments établis dans le rite essentiel de chaque sacrement ne peuvent pas être modifiés, ce qui invaliderait le sacrement.

    La note du dicastère pour la Doctrine de la foi publiée samedi 3 février intitulée Gestis verbisque est un texte discuté par la récente assemblée plénière du dicastère et approuvé par le Pape, qui rappelle que les formules et les éléments matériels établis dans le rite essentiel du sacrement ne peuvent être modifiés à volonté au nom de la créativité. Une telle action en ce sens invaliderait le sacrement.

    Présentation du cardinal Fernández

    Dans la présentation du document, le cardinal Victor Fernández, préfet du dicastère, en explique la genèse, à savoir «la multiplication des situations où l'invalidité des sacrements célébrés avait été constatée», avec des modifications qui «avaient alors conduit à devoir retrouver les personnes concernées pour répéter le rite du baptême ou de la confirmation, et un nombre important de fidèles avaient à juste titre exprimé leur contrariété». Des modifications de la formule de baptême ont été citées en exemple: «Je te baptise au nom du Créateur...» et «Au nom de ton père et de ta mère... nous te baptisons». Des circonstances qui ont également concerné des prêtres qui, «ayant été baptisés avec des formules de ce type, ont douloureusement découvert l'invalidité de leur ordination et des sacrements célébrés jusqu'alors». Le cardinal explique que «si dans d'autres domaines de l'action pastorale de l'Église il y a une large place pour la créativité», dans le domaine de la célébration des sacrements cela «se transforme plutôt en une 'volonté manipulatrice'». Le cardinal Victor Fernández conclut en rappelant que «nous, ministres, devons surmonter la tentation de nous sentir propriétaires de l'Église» et que «les fidèles ont le droit, à leur tour, de les recevoir comme l'Église en dispose».

    Priorité à l'action de Dieu

    «Avec des événements et des paroles intimement liés, lit-on dans la note doctrinale, Dieu révèle et met en œuvre son dessein de salut pour chaque homme et chaque femme». Malheureusement, «on doit constater que les célébrations liturgiques, en particulier celles des sacrements, ne se déroulent pas toujours dans la pleine fidélité aux rites prescrits par l'Église». Le document rappelle que «l'Église, depuis ses origines, a pris un soin particulier des sources auxquelles elle puise la force vitale de son existence et de son témoignage: la Parole de Dieu, attestée par les Saintes Écritures et la Tradition, et les Sacrements, célébrés dans la liturgie, par lesquels elle est continuellement ramenée au mystère de la Pâque du Christ». C'est pourquoi les interventions du Magistère en matière sacramentelle «ont toujours été motivées par la préoccupation fondamentale de la fidélité au mystère célébré. L'Église, en effet, a le devoir d'assurer la priorité de l'action de Dieu et de sauvegarder l'unité du Corps du Christ dans ces actions qui n'ont pas d'égal parce qu'elles sont sacrées "par excellence" avec une efficacité garantie par l'action sacerdotale du Christ». L'Église est également «consciente qu'administrer la grâce de Dieu ne signifie pas se l'approprier, mais devenir un instrument de l'Esprit pour transmettre le don du Christ pascal. Elle sait, en particulier, que sa potestas à l'égard des sacrements s'arrête face à leur substance» et que «dans les gestes sacramentels, elle doit garder les gestes salvifiques que Jésus lui a confiés».

    Matière et forme

    La note explique ensuite que «la matière du sacrement consiste dans l'action humaine par laquelle le Christ agit. Elle comporte tantôt un élément matériel (eau, pain, vin, huile), tantôt un geste particulièrement éloquent (signe de croix, imposition des mains, immersion, infusion, consentement, onction)»; une corporéité «indispensable parce qu'elle enracine le sacrement non seulement dans l'histoire humaine, mais aussi, plus fondamentalement, dans l'ordre symbolique de la Création et le ramène au mystère de l'Incarnation du Verbe et de la Rédemption opérée par Lui». Quant à la forme du sacrement, elle «est constituée par la parole, qui confère à la matière un sens transcendant, transfigurant le sens ordinaire de l'élément matériel et le sens purement humain de l'action accomplie. Cette parole s'inspire toujours, à des degrés divers, de la Sainte Écriture, s'enracine dans la Tradition vivante de l'Église et a été définie avec autorité par le Magistère de l'Église». Par conséquent, la matière et la forme «n'ont jamais dépendu ni ne peuvent dépendre de la volonté de l'individu ou d’une communauté».

    Aucune modification

    Le document réaffirme que «pour tous les sacrements, dans tous les cas, l'observance de la matière et de la forme a toujours été requise pour la validité de la célébration, sachant que les changements arbitraires de l'une et/ou de l'autre -dont la gravité et la force invalidante doivent être vérifiées de temps en temps- compromettent l'efficience de l'octroi de la grâce sacramentelle, au détriment évident des fidèles». Ce qui l’on lit dans les livres liturgiques promulgués doit être fidèlement observé sans «ajouter, retirer ou modifier». Car si les mots ou la matière sont modifiés, il n’y a plus de sacrement. À cet égard, dans la note numéro 34 du document, une distinction importante est faite entre licéité et validité, expliquant que «toute modification de la formule d'un sacrement est toujours un acte gravement illicite», même s'il s'agit de quelque chose de minime qui n'altère pas son sens originel et ne le rend pas invalide. La modification des éléments essentiels à la célébration du sacrement introduit également «un doute sur l'intention réelle du ministre, compromettant définitivement la validité du sacrement célébré».

    L'art de célébrer

    La liturgie permet la variété qui préserve l'Église d'une «uniformité rigide». Comme nous le lisons dans la Constitution conciliaire Sacrosanctum Concilium. Mais cette variété et cette créativité, qui favorisent une plus grande intelligibilité du rite et la participation active des fidèles, ne peuvent concerner ce qui est essentiel dans la célébration des sacrements. «Il apparaît donc toujours plus urgent, affirme la note, de mûrir un art de célébrer qui, à distance d'un rubricisme rigide et d'une imagination débridée, conduise à une discipline à respecter, précisément pour être d'authentiques disciples». Le texte reprend cette citation du Pape: «Il ne s’agit pas de suivre un livre de bonnes manières liturgiques. Il s’agit plutôt d’une “discipline” – au sens où l’entend Guardini – qui, si elle est observée, nous forme authentiquement. Ce sont des gestes et des paroles qui mettent de l’ordre dans notre monde intérieur en nous faisant vivre certains sentiments, attitudes, comportements. Ils ne sont pas l’explication d’un idéal dont nous cherchons à nous inspirer, mais ils sont au contraire une action qui engage le corps dans sa totalité, c’est-à-dire dans son être unité de corps et d’âme» (Lettre apostolique Desiderio desideravi).

    Préserver la richesse des sacrements

    «Ce trésor, nous le portons comme dans des vases d’argile ; ainsi, on voit bien que cette puissance extraordinaire appartient à Dieu et ne vient pas de nous» (2 Co 4,7). Dans ses conclusions, le document du dicastère pour la Doctrine de la foi cite les paroles de saint Paul, une antithèse utilisée «pour souligner comment la sublimité de la puissance de Dieu se révèle à travers la faiblesse de son ministère d'annonciateur, ce qui décrit bien aussi ce qui se passe dans les sacrements. Toute l'Église est appelée à conserver la richesse qu'ils contiennent, afin que la primauté de l'action salvifique de Dieu dans l'histoire ne soit jamais obscurcie, même dans la fragile médiation des signes et des gestes propres à la nature humaine».

  • Venez, adorons Dieu et prosternons-nous (Introit du 5e dimanche du temps ordinaire)

    IMPRIMER

    Introitus

    Venite, adoremus Deum
    et procidamus ante Dominum:
    ploremus ante eum, qui fecit nos:
    quia ipse est Dominus Deus noster.

    Venez, adorons Dieu,

    et prosternons-nous devant le Seigneur:
    pleurons devant lui, qui nous a créés:
    car c’est lui le Seigneur notre Dieu.
    Ps.  1

    Venite, exsultemus Domino:
    iubilemus Deo salutari nostro.

    Venez, tressaillons d’allégresse pour le Seigneur:
    jubilons pour Dieu notre sauveur.

  • Quand Jésus guérit (5e dimanche du temps ordinaire)

    IMPRIMER

    De Benoît XVI, lors de l'Angelus du 5e dimanche du temps ordinaire (B), le dimanche 8 février 2009

    Chers frères et sœurs,

    Aujourd'hui, l'Evangile (cf. Mc 1, 29-39) - en étroite continuité avec dimanche dernier - nous présente Jésus qui, après avoir prêché le jour du sabbat dans la synagogue de Capharnaüm, guérit de nombreux malades, à commencer par la belle-mère de Simon. Entré dans sa maison, il la trouve au lit avec de la fièvre, et immédiatement, il la prend par la main, la guérit et la fait se lever. Après le coucher du soleil, il guérit une multitude de personnes affligées de maux en tout genre. L'expérience de la guérison des malades a occupé une bonne partie de la mission publique du Christ et nous invite une fois encore à réfléchir sur le sens et la valeur de la maladie dans toutes les situations dans lesquelles peut se trouver l'être humain. (...)

    Bien que la maladie fasse partie de l'expérience humaine, nous ne réussissons pas à nous y habituer, non seulement parce qu'elle devient parfois vraiment lourde et grave, mais essentiellement parce que nous sommes faits pour la vie, pour la vie totale. A juste titre, notre "instinct intérieur" nous fait penser à Dieu comme plénitude de vie, et même comme vie éternelle et parfaite. Lorsque nous sommes éprouvés par le mal et que nos prières semblent vaines, le doute surgit alors en nous et nous nous demandons, angoissés:  quelle est la volonté de Dieu? C'est justement à cette interrogation que nous trouvons une réponse dans l'Evangile d'aujourd'hui. Nous lisons par exemple dans le passage d'aujourd'hui que Jésus "guérit toutes sortes de malades, il chassa beaucoup d'esprits mauvais" (Mc 1, 34); dans un autre passage de saint Matthieu, il est dit que "Jésus, parcourant toute la Galilée, enseignait dans leurs synagogues, proclamait la Bonne Nouvelle du Royaume, guérissait toute maladie et toute infirmité dans le peuple" (Mt 4, 23). Jésus ne laisse pas de doutes:  Dieu - dont lui-même a révélé le visage - est le Dieu de la vie, qui nous libère de tout mal. Les signes de sa puissance d'amour sont les guérisons qu'il accomplit:  il démontre ainsi que le Royaume de Dieu est proche, en restituant aux hommes et aux femmes leur pleine intégrité d'esprit et de corps. Je dis que ces guérisons sont des signes:  elles ne sont pas une fin en elles-mêmes, elles conduisent vers le message du Christ, elles nous guident vers Dieu et elles nous font comprendre que la maladie véritable et la plus profonde de l'homme est l'absence de Dieu, de la source de vérité et d'amour. Seule la réconciliation avec Dieu peut nous donner la vraie guérison, la vraie vie, parce qu'une vie sans amour et sans vérité ne serait pas une vie. Le Royaume de Dieu est précisément cette présence de vérité et d'amour et ainsi, elle est guérison dans la profondeur de notre être. On comprend donc pourquoi sa prédication et les guérisons qu'il accomplit sont toujours liées:  elles forment un unique message d'espérance et de salut.

    Grâce à l'action de l'Esprit Saint, l'œuvre de Jésus se prolonge dans la mission de l'Eglise. A travers les sacrements, c'est le Christ qui communique sa vie à une multitude de frères et de sœurs, tandis qu'il guérit et réconforte d'innombrables malades à travers les nombreuses activités d'assistance médicale que les communautés chrétiennes promeuvent avec charité fraternelle en montrant le visage de Dieu, son amour. C'est vrai:  combien de chrétiens - prêtres, religieux et laïcs - ont prêté et continuent de prêter dans tous les lieux du monde, leurs mains, leurs yeux et leurs cœurs au Christ, vrai médecin des corps et des âmes! Prions pour tous les malades, spécialement les plus graves, qui ne peuvent en aucune façon pourvoir à eux-mêmes, mais sont totalement dépendants des soins d'autrui:  puisse chacun d'eux faire l'expérience, dans la sollicitude de ceux qui sont à leurs côtés, de la puissance de l'amour de Dieu et de la richesse de sa grâce qui sauve. Marie, santé des malades, prie pour nous!

  • "Allons ailleurs !" 5e dimanche du temps ordinaire

    IMPRIMER

    Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 1, 29-39.

    En ce temps-là, aussitôt sortis de la synagogue de Capharnaüm, Jésus et ses disciples allèrent, avec Jacques et Jean, dans la maison de Simon et d’André.
    Or, la belle-mère de Simon était au lit, elle avait de la fièvre. Aussitôt, on parla à Jésus de la malade. 
    Jésus s’approcha, la saisit par la main et la fit lever. La fièvre la quitta, et elle les servait. 
    Le soir venu, après le coucher du soleil, on lui amenait tous ceux qui étaient atteints d’un mal ou possédés par des démons. 
    La ville entière se pressait à la porte. 
    Il guérit beaucoup de gens atteints de toutes sortes de maladies, et il expulsa beaucoup de démons ; il empêchait les démons de parler, parce qu’ils savaient, eux, qui il était. 
    Le lendemain, Jésus se leva, bien avant l’aube. Il sortit et se rendit dans un endroit désert, et là il priait. 
    Simon et ceux qui étaient avec lui partirent à sa recherche. 
    Ils le trouvent et lui disent : « Tout le monde te cherche. » 
    Jésus leur dit : « Allons ailleurs, dans les villages voisins, afin que là aussi je proclame l’Évangile ; car c’est pour cela que je suis sorti. » 
    Et il parcourut toute la Galilée, proclamant l’Évangile dans leurs synagogues, et expulsant les démons. 

    « Allons ailleurs ! » (homélie du Fr. Jean-Christian Lévêque, o.c.d.) (source)

    Une activité harassante, au service des malades et des possédés, puis une longue prière en solitude. C’est le rythme du Fils de Dieu. C’est ainsi qu’il vit intensément son union avec le Père qui l’envoie et sa solidarité avec les hommes qu’il vient sauver. Authentiquement homme lorsqu’il est seul devant Dieu ; réelle­ment Fils de Dieu lorsqu’il est perdu dans la foule des hommes : « En tout point semblable à ses frères, et en même temps accrédité auprès de Dieu » (Hb 2,17).

    C’est le même Jésus de Nazareth qui se retire, très tôt le matin, dans un lieu désert, pour éveiller l’aurore, pour accueillir, tourné vers Dieu, la lumière du nouveau jour, et qui élargit chaque jour le champ de sa mission et de son témoignage : « Allons ailleurs, pour que là aussi j’annonce le message ! »

    C’est parce qu’il se livre totalement au Père, dans sa prière silencieuse, que Jésus se laisse prendre par tous ceux et toutes celles qui le réclament. C’est parce qu’il vit dans le Père qu’il peut, sans lassitude, s’en aller ailleurs chaque jour.

    Dans la mesure où grandit notre union de vie avec le Christ vivant, il remodèle notre vie et notre cœur selon cette double communion qui était pour lui l’expression spontanée de son être de médiateur : la communion avec le Père et la communion avec les frères et les sœurs.

    Chaque jour il nous montre le Père et nous manifeste son Nom, et à sa suite nous entrons dans une vraie prière filiale, les mains ouvertes et le cœur libre. Chaque jour aussi il nous éveille à l’universel, à son propre souci du salut des hommes.

    Dans la paix de Dieu, dans la rumeur du monde : notre solitude, comme celle du Christ, est « solitude sonore », toute en écho du silence de Dieu, toute en résonance du monde à sauver. Et c’est le même Esprit qui nous fait à tout instant retomber en prière et qui ranime la flamme des charismes de notre confirmation, nous donnant de grandir comme fils et filles de l’Eglise.

    Léger, secret, discret est l’appel de l’Esprit, qui nous identifie au Christ orant et missionnaire. C’est la voix d’un silence ténu, comme celle qu’entendit Elie à l’Horeb, avant que Dieu le renvoie à l’histoire des hommes, à l’histoire du salut, au travail de rédemption.

    « Allons ailleurs », dit Jésus. « Allons ailleurs » : c’est ce que chacun entend chaque jour au creux de sa foi au Christ. Non pas ailleurs tout seul, par le chemin du rêve, car cet ailleurs-là est souvent, un leurre et une tentation ; mais ailleurs avec Jésus, partout où Jésus va pour sauver : c’est l’ailleurs de la mission universelle, que l’on rejoint sur place par une vie toute livrée à l’Amour, « rien que pour aujourd’hui ».

  • Des clercs et des laïcs catholiques se mobilisent pour demander le retrait de "Fiducia Supplicans"

    IMPRIMER

    D'Edward Pentin sur son site :

    Un groupe de clercs et de laïcs catholiques lance un appel filial demandant le retrait de "Fiducia Supplicans".

    2 février 2024

    Un groupe de 90 prêtres, universitaires et auteurs catholiques ont lancé un appel filial aux cardinaux et aux évêques leur demandant d'interdire immédiatement l'application de la Fiducia Supplicans dans leurs diocèses et de demander au pape François de " retirer d'urgence " le document.

    Dans une déclaration (texte intégral ci-dessous) publiée aujourd'hui, en la fête de la Présentation du Seigneur, les signataires affirment que la déclaration, qui a approuvé la bénédiction, dans certaines limites, des couples de même sexe et d'autres personnes vivant des relations non conformes à l'enseignement de l'Église, est en "opposition directe" avec la doctrine traditionnelle de l'Église sur le mariage, en dépit de ses affirmations contraires.

    Soulignant les nombreuses conférences épiscopales, confréries de prêtres et autres qui se sont publiquement opposées à la déclaration du Vatican depuis sa publication le 18 décembre, les signataires affirment que "jamais dans l'histoire de l'Église catholique un document du Magistère romain n'a fait l'objet d'un rejet aussi fort".

    En revanche, ils soulignent que le document a été "très favorablement accueilli par les quelques épiscopats et prélats qui, depuis des décennies, préconisent ouvertement un changement de la doctrine sur la moralité sexuelle".

    Les signataires reprochent à la déclaration de proposer une pastorale qui "ne correspond pas à la doctrine", ce qui conduit à enseigner une "doctrine différente". La doctrine traditionnelle de l'Église, soulignent-ils, doit être considérée comme infaillible et immuable puisqu'elle est "confirmée par l'Écriture et la Tradition" et qu'elle est une "doctrine de la loi naturelle, qui ne permet aucun changement".

    Une bénédiction, poursuivent-ils, est un "signe naturel" d'"approbation de ce qui est béni", et ils rejettent les tentatives de la déclaration de différencier un "couple" d'une "union" puisqu'un "couple est un couple en raison de l'union qui lui donne existence". Ils affirment également que l'insistance de la déclaration pour que la bénédiction ne soit pas une cérémonie liturgique "ne change pas la nature de l'acte, puisque le geste central et essentiel demeure".

    De telles bénédictions, avertissent les signataires, transmettent au monde que ces relations sont désormais "acceptables pour Dieu" et que l'Église catholique "a finalement évolué et accepte désormais les unions homosexuelles et, plus généralement, les unions extraconjugales".

    Le rejet généralisé du document dans l'Église est donc justifié, affirment-ils. Ce qui n'est "absolument pas justifiable", ajoutent-ils, c'est que les cardinaux et les évêques "restent silencieux", permettant ainsi l'amplification d'un scandale qui est déjà "grave et public" et dont l'erreur vient du Saint-Siège.

    Surtout, ils avertissent que "les petits, les simples fidèles" sont scandalisés "qui n'ont aucun moyen de s'orienter et de se défendre contre cette confusion".

    C'est pourquoi ils "implorent avec ferveur" les cardinaux et les évêques d'accomplir deux tâches : "Interdire immédiatement l'application de ce document" dans leurs diocèses, et demander "directement" au Pape de "retirer d'urgence ce malheureux document" qui "produit manifestement un grave scandale".

    Le Pape, concluent-ils, a "besoin d'urgence" d'une "correction fraternelle" dans l'espoir de "sauver son pontificat et sa propre personne d'une tache qui pourrait autrement peser sur lui de manière indélébile, non seulement dans l'histoire, mais dans l'éternité".

    Lire la suite

  • Le cardinal Zen maintient le cap

    IMPRIMER

    De Joe Bukuras sur le National Catholic Register :

    Le cardinal Zen parle de son nouveau livre pour le Carême et de ses préoccupations pour l'Église

    Le cardinal Zen lui-même a suggéré le mois dernier que le cardinal Víctor Manuel Fernández démissionne en raison de la confusion qui règne autour du dernier document du DDF.

    2 février 2024

    Dans une interview diffusée le 1er février dans l'émission The World Over with Raymond Arroyo, le cardinal Joseph Zen a présenté son nouveau livre, Cardinal Zen's Lenten Reflections (Réflexions de carême du cardinal Zen) et a abordé des questions controversées récentes au sein de l'Église catholique.

    Le cardinal Zen a remercié son ami Aurelio Porfiri, qui a fait traduire certaines des lettres pastorales et homélies précédentes du cardinal en vue de leur publication, pour avoir rendu ce projet possible.

    Interrogé sur les sections des Réflexions de Carême du cardinal Zen qui traitent de la persécution, l'évêque émérite de Hong Kong, âgé de 92 ans, a rappelé que "l'Église est toujours persécutée".

    Jésus a dit : "Ils ne vous aiment pas parce qu'ils ne m'aiment pas", et nous serons donc persécutés", a-t-il souligné.

    "Nous ne devrions pas désirer la persécution. Mais quand la persécution arrive, il faut être heureux, parce que la force qui vient aux martyrs n'est pas leur propre force. C'est le Dieu qui permet la persécution qui donne la force", a-t-il déclaré.

    Au cours de l'entretien, M. Arroyo a interrogé le cardinal Zen sur les commentaires du pape François au journal italien La Stampa, le 29 janvier, dans lesquels il faisait référence au rejet de la Fiducia Supplicans par les évêques africains comme un "cas spécial" parce que "pour eux, l'homosexualité est quelque chose de "laid" d'un point de vue culturel ; ils ne la tolèrent pas".

    "En fait, il n'y a pas que l'Afrique", a déclaré le cardinal Zen. "Il y a beaucoup d'autres endroits, même certains évêques en France, à ma grande surprise.

    Le cardinal Zen lui-même a suggéré le mois dernier que l'auteur de Fiducia Supplicans, le cardinal Víctor Manuel Fernández, démissionne en raison de la confusion qu'il a causée.

    "Ils répètent très souvent qu'il s'agit d'une orientation pastorale. Et ils disent que nous voulons éviter la confusion, bien qu'ils aient dit beaucoup de choses, qui n'ont fait qu'accroître la confusion", a noté le cardinal Zen.

    M. Arroyo a demandé au cardinal Zen comment il pensait que son ancien mentor, le défunt pape Benoît XVI, aurait réagi au document.

    "Je pense que dans tout le magistère du pape Benoît, il n'y a qu'un seul point - la vérité", a déclaré le cardinal Zen.

    "Il est donc très important de partir de la vérité. Il n'y a pas d'éducation pastorale correcte si elle n'est pas basée sur la vérité de la foi", a-t-il ajouté.

    "La foi, depuis tant de siècles, est très claire sur le fait que la sodomie est une chose grave. C'est pourquoi, chaque fois que nous constatons un malentendu, nous devons faire en sorte que les gens comprennent", a-t-il ajouté.

    Interrogé sur la première session du Synode sur la synodalité à Rome, le cardinal Zen a déclaré qu'à son avis, les organisateurs du synode voulaient une "démocratie absolue".

    Avant le début du synode l'année dernière, le cardinal Zen a fait part de ses inquiétudes à ses frères évêques et cardinaux dans une lettre qui a été divulguée aux médias.

    "Le secrétariat du synode est très efficace dans l'art de la manipulation", a écrit le cardinal Zen dans cette lettre, ajoutant que "souvent, il prétend ne pas avoir d'ordre du jour. C'est une véritable offense à notre intelligence. Tout le monde peut voir les conclusions qu'ils visent".

    S'adressant à M. Arroyo, le cardinal Zen a déclaré : "Le mot synodalité est un mot nouveau dans l'Eglise, il faut donc une explication claire de ce que nous comprenons de la synodalité, pas seulement à partir de la source étymologique du mot, parce que l'Eglise utilise le mot synode depuis de nombreux siècles et que synodalité vient de synode.

    Le cardinal Zen a déclaré que "les gens considéraient simplement que cela signifiait plus de participation, plus de communion. Mais aujourd'hui, nous nous rendons compte qu'ils comprennent quelque chose de différent. Ils ont donc une autre compréhension, et je pense qu'en termes simples, cette nouvelle synodalité signifie la démocratie, tout comme ils en parlent en Allemagne, ou même au tout début, après Vatican [II], aux Pays-Bas", a-t-il déclaré.

    "Ils veulent donc une démocratie absolue. Si cela est approuvé, tout peut être changé, y compris la doctrine de la foi et la morale", a indiqué le cardinal Zen.

    Restrictions de la messe en latin

    Le cardinal Zen a également évoqué les restrictions imposées à la célébration de la messe latine traditionnelle, telles qu'elles ont été décrites dans le motu proprio Traditionis Custodes du pape François en 2021.

    Il s'est dit "surpris par cette forte campagne" visant à limiter la messe en latin. "En tout cas, pour autant que je sache, les personnes qui chérissent cette messe sont de bonnes personnes.

    Le cardinal Zen a déclaré que les gens devraient être conscients des nombreux rites liturgiques différents proposés par l'Église.

    "Nous avons de nombreux diocèses catholiques de rites orientaux", a déclaré le cardinal Zen. "Ils sont très différents de la messe post-Vatican II. Alors pourquoi s'inquiéteraient-ils d'un nouveau rite, qui n'est pas nouveau, qui a été la messe pendant des années dans l'Église ? a déclaré le cardinal Zen.