Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Foi - Page 6

  • François de Sales : à force d'aimer (une video sur KTO)

    IMPRIMER

    De KTO Télévision sur youtube :

    Pour commémorer les 400 ans de la mort de Saint François de Sales, rien de mieux que ce documentaire biographique qui revient sur la vie du saint savoyard du XVII° siècle. Loin d'être une simple évocation du passé, le film propose des repères à partir de la pensée de l'auteur de « l'Introduction à la vie dévote ». Comment François de Sales voyait et ressentait ? Quel était son parti pris ? Voilà l'enjeu du film qui vise à restituer toute l'actualité de sa spiritualité. La contemplation de la nature y tient une place centrale. Le bonheur aussi d'une vie harmonieuse qui ne s'obtient pas sans combat mais un combat patient, paisible et sans violence malgré les soubresauts de chaque instant. Ce film est une invitation donc à redécouvrir toute l'actualité de sa pensée. A passer du François de Sales historique, mort en 1622, au François de Sales maître de spiritualité pour notre temps. Une production Association de diffusion salésienne 2022 - Réalisée par Sébastien Garagnon

  • Saint François de Sales (24 janvier)

    IMPRIMER

    Saint_francois_de_sales.jpgLors de l'audience générale du mercredi 2 mars 2011, Benoît XVI évoquait la figure de François de Sales que l'on fête aujourd'hui :

    Chers frères et sœurs,

    «Dieu est le Dieu du cœur humain» (Traité de l’Amour de Dieu, I, XV): dans ces paroles apparemment simples, nous percevons l’empreinte de la spiritualité d’un grand maître, dont je voudrais vous parler aujourd’hui, saint François de Sale, évêque et docteur de l’Eglise. Né en 1567 dans une région frontalière de France, il était le fils du Seigneur de Boisy, antique et noble famille de Savoie. Ayant vécu à cheval entre deux siècles, le XVIe et le XVIIe, il rassemblait en lui le meilleur des enseignements et des conquêtes culturelles du siècle qui s’achevait, réconciliant l’héritage de l’humanisme et la tension vers l’absolu propre aux courants mystiques. Sa formation fut très complète; à Paris, il suivit ses études supérieures, se consacrant également à la théologie, et à l’Université de Padoue celles de droit, suivant le désir de son père, qu’il conclut brillamment par une maîtrise in utroque iure, droit canonique et droit civil. Dans sa jeunesse équilibrée, réfléchissant sur la pensée de saint Augustin et de saint Thomas d’Aquin, il traversa une crise profonde qui le conduisit à s’interroger sur son salut éternel et sur la prédestination de Dieu à son égard, vivant avec souffrance comme un véritable drame spirituel les questions théologiques de son époque. Il priait intensément, mais le doute le tourmenta si fort que pendant plusieurs semaines, il ne réussit presque plus à manger et à dormir. Au comble de l’épreuve, il se rendit dans l’église des dominicains à Paris, ouvrit son cœur et pria ainsi: «Quoi qu’il advienne, Seigneur, toi qui détiens tout entre tes mains, et dont les voies sont justice et vérité; quoi que tu aies établi à mon égard...; toi qui es toujours un juge équitable et un Père miséricordieux, je t’aimerai Seigneur (...) je j’aimerai ici, ô mon Dieu, et j’espérerai toujours en ta miséricorde, et je répéterai toujours tes louanges... O Seigneur Jésus, tu seras toujours mon espérance et mon salut dans la terre des vivants» (I Proc. Canon., vol. I, art. 4). François, âgé de vingt ans, trouva la paix dans la réalité radicale et libératrice de l’amour de Dieu: l’aimer sans rien attendre en retour et placer sa confiance dans l’amour divin; ne plus demander ce que Dieu fera de moi: moi je l’aime simplement, indépendamment de ce qu’il me donne ou pas. Ainsi, il trouva la paix, et la question de la prédestination — sur laquelle on débattait à cette époque — s’en trouva résolue, car il ne cherchait pas plus que ce qu’il pouvait avoir de Dieu; il l’aimait simplement, il s’abandonnait à sa bonté. Et cela sera le secret de sa vie, qui transparaîtra dans son œuvre principale: le Traité de l’amour de Dieu.

    Lire la suite

  • Une scientifique de Harvard : les merveilles de l'univers pointent vers un Créateur

    IMPRIMER

    De Jonah McKeown sur Catholic News Agency :

    Une scientifique de Harvard : les merveilles de l'univers pointent vers un Créateur

    21 janvier 2023

    Les merveilles que nous voyons dans l'univers "devraient nous faire sortir de nous-mêmes", a déclaré la semaine dernière une scientifique de l'Ivy League, "en regardant non seulement vers les merveilles elles-mêmes et vers les vérités qu'elles révèlent, mais aussi vers la source de toutes les vérités et le Créateur ultime de toutes choses."

    Karin Öberg, professeur d'astronomie et directrice des études de premier cycle à l'université de Harvard, a déclaré que son travail de scientifique l'a aidée à apprécier le fait que nous vivons dans un univers qui "a un début, un milieu et une fin qui se déroule dans le temps."

    Elle a également déclaré que la croyance en Dieu, loin d'être un obstacle à la recherche scientifique, peut en fait être utile aux scientifiques en raison de la "base sûre" que fournit la croyance en un Créateur. Mme Öberg s'est elle-même convertie de l'athéisme.

    "Je pense que nous devrions être convaincus que le fait d'avoir une vraie philosophie et une vraie religion devrait faciliter les découvertes scientifiques, et non l'inverse", a déclaré Mme Öberg dans un discours prononcé le 13 janvier.

    Karin Öberg delivers a keynote address at the Wonder Conference on Jan. 13, 2023. Credit: Word on Fire/Screenshot
    Karin Öberg prononce un discours lors de la Wonder Conference, le 13 janvier 2023. Crédit : Word on Fire/Screenshot

    Karin Öberg a prononcé le deuxième discours principal le 13 janvier à la Wonder Conference, organisée par l'apostolat catholique des médias Word on Fire, qui s'est tenue à Grapevine, au Texas, et a attiré environ 1 000 participants.

    Mme Öberg, un scientifique d'origine suédoise qui siège au conseil d'administration de la Société internationale des scientifiques catholiques, étudie principalement la formation des étoiles et des planètes. L'espace "vide" entre les étoiles, appelé "milieu interstellaire", n'est en réalité pas vide du tout, mais contient de grandes quantités de gaz et de poussière. Au fil des millions d'années, les nuages interstellaires peuvent commencer à s'effondrer sur eux-mêmes, et c'est ainsi que se forment les étoiles, a expliqué Mme Öberg.

    De nombreux scientifiques, aujourd'hui et dans le passé, ont été guidés dans leur recherche scientifique par leur foi, a déclaré Öberg. L'abbé Georges Lemaître, qui a été le premier à proposer la théorie connue aujourd'hui sous le nom de Big Bang, a contribué à répandre l'idée que l'univers avait un commencement et qu'il avait donc besoin d'un Créateur.

    "Je ne peux m'empêcher de me demander si la raison pour laquelle il a eu cette idée, contrairement à certains autres brillants scientifiques dont il était entouré, n'avait pas quelque chose à voir avec sa foi catholique. Je veux dire qu'il savait déjà, par la foi, que l'univers avait un commencement dans le temps", a déclaré Mme Öberg, faisant référence à la croyance catholique en la création telle qu'elle est décrite dans le livre de la Genèse.

    "Et je ne peux m'empêcher de me demander si cela lui a facilité l'acceptation de cette idée... [et] c'est une raison, je pense, pour laquelle de nombreux athées étaient très préoccupés par la théorie du Big Bang telle qu'elle était présentée."

    Mme Öberg a déclaré que, malgré le respect de la science et de la méthode scientifique chez nombre de ses collègues, il est important de noter que la méthode scientifique a des limites.

    "Il y a beaucoup de questions sur l'univers que nous pouvons poser qui ne sont pas scientifiques... des choses comme : Qu'apprend-on d'un art magnifique ? Qu'est-ce qui rend l'art beau ?" a-t-elle poursuivi.

    Il existe une idée commune, dit-elle, selon laquelle "on ne peut savoir si quelque chose est vrai que si on peut le démontrer scientifiquement." En réalité, il existe de nombreux moyens de parvenir à la vérité, "la science étant l'un d'entre eux", mais pas la seule méthode. Il y a des questions - comme celles de la moralité - qui sont réservées aux domaines religieux et philosophiques. Et la plupart des scientifiques peuvent en avoir l'intuition, a-t-elle dit.

    "Si vous parlez à un scientifique [et lui demandez] pourquoi il a une idée ou une hypothèse particulière, il répond souvent des choses comme : 'C'était une inspiration'. Alors qu'au fond, [la méthode scientifique] est censée être un processus hyper-rationnel", a déclaré Mme Öberg. Au lieu de cela, "vous faites essentiellement appel au Saint-Esprit", a-t-elle ajouté en riant.

    La rationalité et l'ordre que les scientifiques observent dans l'univers - et qui rendent possibles toutes sortes de recherches scientifiques - indiquent un Créateur qui est la source de toute pensée rationnelle, a-t-elle poursuivi.

    "Le projet scientifique repose sur l'existence d'un ordre et d'une intelligibilité dans l'univers, ce que la science ne peut pas prouver. C'est quelque chose qu'elle suppose exister", a déclaré Mme Öberg.

    De plus, a-t-elle ajouté, "si nous ne sommes que des animaux qui ont évolué pour survivre et procréer, il n'y a aucune raison pour que cela s'accompagne d'une raison finement accordée à la recherche de la vérité". Le fait que les humains soient rationnels et recherchent une puissance élevée montre que nos âmes sont "calquées sur Dieu lui-même".

    L'intelligibilité de l'univers, que les scientifiques continuent de découvrir, "montre l'incroyable générosité du Créateur qui partage à nouveau ses pouvoirs causaux avec la création d'une manière qui, je pense, aurait été impossible à imaginer dans le monde pré-scientifique".

    La première Wonder Conference, qui s'est déroulée au Gaylord Texan Resort & Convention Center dans la région de Dallas-Fort Worth, a été présentée comme une "occasion de dialoguer avec des théologiens et d'autres experts sur des questions importantes à l'intersection de la foi catholique et de la culture séculière". La conférence, qui a été financée en partie par une subvention de la Fondation Templeton, a donné lieu à des interventions d'érudits religieux et de scientifiques, ainsi que de l'évêque Robert Barron de Winona-Rochester, Minnesota, fondateur et visage de Word on Fire.

    "La perception d'une incompatibilité entre la foi et la science a conduit à une augmentation du nombre de personnes qui se déclarent non affiliées sur le plan religieux. Cette perception va à l'encontre de l'expérience de la tradition catholique, qui transmet la belle harmonie entre la foi et la science", peut-on lire sur le site Web de la conférence.

    Jonah McKeown est rédacteur et producteur de podcasts pour la Catholic News Agency. Il est titulaire d'une maîtrise de l'école de journalisme de l'université du Missouri et a travaillé comme rédacteur, comme producteur pour la radio publique et comme vidéaste. Il est basé à St. Louis.

  • Que va devenir l'Arménie ?

    IMPRIMER

    D'Yves Thibaut de Maisières sur RCF :

    "L'Arménie conserve une part de l'Europe qui, ici, s'efface"

    L'Arménie, premier royaume chrétien de l'Histoire, est un pays aujourd'hui éprouvé. Une situation généralement peu abordée par les médias. La province du Haut-Karabach est coupée du monde et les villes frontalières sont bombardées. André Malaise, qui se rend régulièrement en Arménie, nous raconte comment vivent les populations imprégnées de leur culture chrétienne apostolique dans ce pays situé entre la Turquie à l'ouest et l'Azerbaïdjan à l'est.

    ©Pixabay
    ©Pixabay

    Des paysages à couper le souffle, avec ses chaînes de montagnes laissant percevoir ça et là des monastères séculaires, témoignages de cette culture tellement imprégnée de leur tradition chrétienne apostolique. Comme le dit un arménien vivant à Bruxelles :" l'Arménie est authentiquement européenne et conserve une part de l'Europe qui, ici, s'efface". Il est urgent, pour André, citoyen liégeois, de sensibiliser sur ce conflit dont on parle trop peu.

    Il y a une injustice médiatique sur ce conflit !  

    C'est cette prise de conscience qui l'a poussé à se rendre sur place au début de l'intensification du conflit en 2020. C'est là, dans la zone frontalière avec l'Azerbaïdjan à 15 km du corridor actuellement fermé et menant à la province du Haut-Karabach, dans ces villes de Vardenis, Erevan ou Hadrout, qu'il rencontre des population éprouvées mais tellement résilientes, habituées aux bombardements mais choisissant de continuer leur vie presque "normalement". 

    Un conflit qui n'est pas nouveau

    Il faut remonter loin dans l'Histoire pour se rendre compte que ce premier royaume chrétien, dont la conversion remonte au 4e siècle, est sujet à des persécutions des puissances voisines, à l'instar des pogroms et génocide commis entre la fin du XIXe et son apogée en 1915. Et dans ce conflit, il semble que les populations arméniennes soient les victimes d'une haine adverse que ces derniers ne semblent pas démontrer en retour. 

    Sensibiliser en Belgique 

    André Malaise continue aujourd'hui de parcourir la Belgique et de rencontrer la diaspora pour renforcer ses liens dans notre pays. L'occasion de rappeler ce que nous devons à cette culture orientale qui a plus que jamais besoin d'aide pour faire face à une situation dramatique pour sa population.

  • Seigneur, toi mon Père, comment puis-je me donner tout entier ? (homélie pour le 3ème dimanche du temps ordinaire)

    IMPRIMER

    Une homélie de l'abbé Christophe Cossement pour le 3ème dimanche du temps ordinaire (A) (archive 2020) :

    Les ténèbres reculent quand on se donne soi-même

    Quelles sont les ténèbres dans lesquelles nous marchons et sur lesquelles le Seigneur fait lever sa lumière ? On pourrait trouver pour chaque époque une collection de choses inquiétantes ou décourageantes qui ont assombri l’existence des gens. Jadis cela pouvait être les bruits de guerre aux frontières, la misère noire dans laquelle vivaient de nombreuses familles, l’enseignement inaccessible ou d’autres choses qui sont encore le lot de millions de personnes aujourd’hui. Les ténèbres où nous marchons en Occident, c’est aujourd’hui l’instabilité des familles, l’inquiétude climatique, la maltraitance des femmes, des enfants, la pornographie, la fascination pour le luxe, etc. Plus généralement, je vois naître chez de nombreux jeunes la question : quel est le sens de la vie ? Il n’y a rien qui me donne un grand désir de me donner totalement… Tout semble relatif, un peu usé, un peu terni.

    Toutes ces ténèbres renvoient à ce qu’il y a de sombre au plus intime de chacun, c’est-à-dire ce que l’on a appelé le péché : toute action volontaire où on ne cherche pas ce qui est bon et bien, mais uniquement ce qui plaît, ce qui rapporte, ce qui est utile. Car le péché c’est rarement faire le mal parce que c’est mal. C’est plutôt faire le mal parce que cela nous intéresse. Et plus subtilement, c’est s’arranger pour ne pas se poser la question de la bonté de ce qui nous attire et que nous projetons de faire. Alors tout devient relatif. On dira que c’est tellement compliqué d’y voir clair, et que tout le monde le fait. Et notre cœur n’a plus que des ténèbres à déguster, ce que l’on remarque à la vague insatisfaction qui s’empare de nous. Et qui malheureusement nous pousse souvent plus loin encore dans la recherche de ce qui nous plaît et nous est utile indépendamment de si c’est bien ou pas. La boucle est bouclée, nous sommes enfermés.

    Alors paraît le Christ. Il est la lumière qui se lève dans nos vies. Son message est simple : « Convertissez-vous, car le royaume des Cieux est tout proche ! » (Mt 4,17) Qu’est-ce que cela veut dire ? Quel changement — étymologiquement, quel « retournement » — les apôtres auront-ils à annoncer pour devenir « pêcheurs d’hommes » ? C’est un changement de perspective, où le « moi » n’est plus au centre de toutes les attentions, mais bien le « toi ». Le « toi » divin et le « toi » humain : aimer Dieu de tout son cœur et son prochain comme soi-même !

    Voilà comment la lumière vient dans le monde : en montrant le chemin du don de soi et en osant dire qu’il est bon qu’il aille jusqu’à la perte de sa propre vie. « Tout perdre pour tout gagner », voilà ce qui pourrait être le résumé de la Bonne Nouvelle au milieu des ténèbres qui étendent leur manteau sur notre cœur. Voilà le chemin pour avancer à contre-courant vers la lumière. Et à l’époque difficile que nous vivons, il me semble que nous ne pouvons pas nous contenter de demi-mesures. À chacun de nous de demander maintenant dans le silence : Seigneur, toi mon Père, comment puis-je me donner tout entier ?

  • Persécutions : des statistiques suffisent-elles à toucher le coeur des gens ?

    IMPRIMER

    De Louis Daufresne sur la Sélection du Jour :

    360 millions de chrétiens ont été « fortement persécutés et discriminés » en 2022

    Après Noël, des ONG tentent de réveiller l’opinion emmitouflée dans sa routine, son confort ou ses angoisses, pour plaider la cause des chrétiens persécutés dans le monde. Ce n’est pas gagné mais quels efforts ne fournissent-elles pas ! À coup chiffres, de courbes, de cartes, de rapports et de tables rondes, elles glissent sous nos yeux blasés une réalité que beaucoup de journalistes répugnent à voir et donc à montrer. La semaine prochaine, l'Aide à l'Église en Détresse (AED) organise sa 14e Nuit des Témoins où il sera fait mémoire des martyrs de l’année passée, du Tchad à la Birmanie et Haïti. Cet événement coïncide avec la publication, par l'ONG Portes Ouvertes, de l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens.

    Ce baromètre fait valoir que depuis 30 ans, le nombre de pays touchés a presque doublé« En 1993, date du premier classement, 40 pays étaient concernés, aujourd’hui on en compte 76 », relève Patrick Victor, directeur de Portes Ouvertes France-Belgique dont le siège est à Strasbourg. Né d’un père indien musulman et d’une mère allemande, Patrick Victor est sensible à la dimension multiculturelle. À ses débuts, en 1955, l'association Portes Ouvertes s'occupait des pays communistes. Son fondateur, un religieux baptiste néerlandais du nom de Frère André (alias Anne van der Bilj) y faisait passer des bibles en contrebande. Cet ancien soldat de l’armée coloniale en Indonésie voyagea en Pologne, en URSS, en Chine, dans des conditions parfois épiques. Il vient de mourir à 92 ans.

    Ce contact avec la clandestinité incline Portes Ouvertes à surtout s’intéresser aux pays où les chrétiens sont le plus persécutés. Dans le top 11 de l'« extrême » figurent la Corée du Nord, la Somalie, le Yémen, l’Érythrée, la Libye, le Nigeria, le Pakistan, l’Iran, l’Afghanistan, le Soudan et l’Inde, où « depuis l’arrivée de Narendra Modi au pouvoir, les attaques violentes contre les chrétiens ont drastiquement augmenté ». Le baromètre parle de « crimes d’honneur, de jets d’acide, de passage à tabac par des foules, de jeunes filles agressées sexuellement ».

    L’an dernier, 5.621 chrétiens ont été tués, 4.542 étaient détenus et 5.259 ont été enlevés. 2.110 églises ont été fermées, attaquées ou détruites. Les atteintes vont de l'« oppression quotidienne discrète » aux « violences les plus extrêmes ». Ce recensement mobilise quelque 4000 personnes à l’année ! Il s’agit de faire remonter l’information au plus juste pour que l’aide soit adaptée en conséquence. D’outil de travail, l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens est devenu un support de communication. L’an dernier, 360 millions de chrétiens ont ainsi été « fortement persécutés et discriminés » soit 1 sur 7. Ces statistiques suffisent-elles à toucher le cœur des gens ? Ici, on bute sur plusieurs obstacles :

    D’abord, il y a le périmètre de la persécution : comment savoir qu’elle s’exerce en raison de la foi ? Portes Ouvertes dit tenir une comptabilité fine, grâce aux remontées du terrain, village par village. Tout conflit autour d’un puits ou d’un cheptel, toute attaque djihadiste, ne figure pas dans l’index. Il faut que l’intention de nuire aux chrétiens en tant que tels soit avérée. « Il ne s’agit pas de faits divers sans lien les uns avec les autres », affirme l’ONG. On présume que les chiffres retenus sont plutôt un seuil qu’un plafond.

    Deuxième obstacle : le mur des mots. Beaucoup estiment que les chrétiens ne peuvent pas être discriminés, dans la mesure où l’Église est vue comme une institution utilisant son pouvoir « pour que [son] idée du Bien l’emporte sur la liberté des autres », ainsi que l’écrit Raphaël Enthoven dans une tribune sur l'euthanasie. Pourquoi la soutiendrait-on là-bas, alors que les bonnes consciences, de Roselyne Bachelot à La Libre Pensée, s'emploient ici à raser les églises de campagne et à déboulonner les statues de la Vierge ? Conséquence de cette posture : on refuse aux chrétiens persécutés le statut à la fois de minorités et de victimes. 

    Le troisième obstacle est un angle mort médiatique, celui de l’incarnation. Malgré l’abondance de témoignages sur les violences subies, les journalistes manquent d’histoires à raconter. La persécution des chrétiens ne débouche pas sur des affaires judiciaires retentissantes. Souvenez-vous d’Asia Bibi, paysanne du Pakistan accusée de blasphème envers l’islam. Sans procès ni condamnation à mort, sans emprisonnement ni assassinat collatéral, sans libération ni exfiltration, jamais son nom ne serait sorti de son pays. Ce feuilleton mobilisa pendant 10 ans (2009-2019) des avocats, des journalistes, des politiques. La cause prit les traits d'un visage.

    Songez à la séquence provoquée par le retour des « mères » djihadistes et de leurs enfants détenus en Syrie. Media rime avec sagas. Celles-ci offrent des mise en scène, permettent à l'émotion de se libérer et, ce faisant, d'influencer l'opinion. En moyenne, 14 chrétiens sont tués chaque jour au Nigeria. Il BHL s'était insurgé contre le silence entourant ce massacre. Privé de cet aspect humain, du cri, de la colère et des pleurs, tous les index du monde seront aussi froids et insipides qu’un dépliant bancaire.

    Pour aller plus loin :

    INDEX MONDIAL DE PERSÉCUTION DES CHRÉTIENS 2023

    >>> Lire sur Portes Ouvertes

  • Dans un livre posthume, Benoît XVI défend le christianisme contre les allégations d'intolérance

    IMPRIMER

    D'AC Wimmer sur Catholic News Agency :

    Dans un nouveau livre, le défunt Benoît XVI défend le christianisme contre les allégations d'intolérance

    19 janvier 2023

    Che cos’è il Cristianesimo

    Le pape émérite Benoît XVI a défendu à titre posthume le christianisme contre les allégations d'intolérance "au nom de la tolérance".

    Dans un nouveau livre publié en Italie, le défunt pontife met en garde contre une "manipulation radicale des êtres humains" et "la déformation des sexes par l'idéologie du genre" au nom de la tolérance.

    Rejetant l'argument d'un théologien allemand selon lequel le monothéisme est lié à l'intolérance, Benoît XVI rétorque que "le contrepoids authentique à toute forme d'intolérance" est, en fait, le Christ crucifié.

    La contribution du défunt pontife, datée de décembre 2018, est publiée dans un nouveau recueil de textes du pape théologien, présenté par l'éditeur italien comme un "quasi-testament" spirituel."

    Le volume de 190 pages est intitulé "Qu'est-ce que le christianisme ?" Il contient 16 contributions, dont quatre inédites.

    Selon CNA Deutsch, le partenaire d'information en langue allemande de CNA, tous les textes ont été écrits après la démission de Benoît XVI en 2013.

    Outre sa réflexion sur le monothéisme et l'intolérance moderne contre le christianisme, les textes couvrent plusieurs autres sujets théologiques, de l'intercommunion à la réforme de la liturgie et au dialogue de l'Église avec l'islam.

    Plusieurs de ces sujets ont déclenché des réactions véhémentes de la part d'évêques et de théologiens allemands et ont mis l'Église en Allemagne en porte-à-faux avec le Vatican - et le défunt pontife.

    L'un de ces sujets virulents est la question de l'intercommunion entre protestants et catholiques, que les principaux évêques allemands ont encouragée, malgré les objections du Vatican.

    Le défunt pontife réfléchit au sacrement de l'Eucharistie dans son essai sur l'intercommunion. Il explique pourquoi un véritable œcuménisme doit tenir compte des différences entre protestants et catholiques, plutôt que de les masquer.

    Les réactions des milieux allemands à l'encontre de ces explications et de sa propre personne dans le passé sont l'une des raisons pour lesquelles - selon l'éditeur - le pape émérite a choisi de publier l'ouvrage à titre posthume, et d'abord en italien.

  • Le mystère de la vocation

    IMPRIMER

    Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus (1873-1897)
    carmélite, docteur de l'Église
    MS A, 2 r°-v°

    (source)

    Le mystère de la vocation

    Je ne vais faire qu'une seule chose : commencer à chanter ce que je dois redire éternellement — « les miséricordes du Seigneur ! » (Ps 88,1). (...) Ouvrant le Saint Évangile, mes yeux sont tombés sur ces mots : « Jésus étant monté sur une montagne, il appela à lui ceux qu'il lui plut ; et ils vinrent à lui ». Voilà bien le mystère de ma vocation, de ma vie tout entière et surtout le mystère des privilèges de Jésus sur mon âme. Il n'appelle pas ceux qui en sont dignes, mais ceux qu'il lui plaît, ou comme le dit saint Paul : « Dieu a pitié de qui il veut et il fait miséricorde à qui il veut faire miséricorde. Ce n'est donc pas l'ouvrage de celui qui veut ni de celui qui court, mais de Dieu qui fait miséricorde » (Rm 9,15-16).Longtemps je me suis demandé pourquoi le bon Dieu avait des préférences, pourquoi toutes les âmes ne recevaient pas un égal degré de grâces, je m'étonnais en le voyant prodiguer des faveurs extraordinaires aux saints qui l'avaient offensé, comme saint Paul, saint Augustin, et qu'il forçait pour ainsi dire à recevoir ses grâces, ou bien en lisant la vie de saints que Notre Seigneur s'est plu à caresser du berceau à la tombe, sans laisser sur leur passage aucun obstacle qui les empêchât de s'élever vers lui... Jésus a daigné m'instruire de ce mystère. Il a mis devant mes yeux le livre de la nature et j'ai compris que toutes les fleurs qu'il a créées sont belles... Il a voulu créer les grands saints qui peuvent être comparés aux lys et aux roses ; mais il en a créé aussi de plus petits et ceux-ci doivent se contenter d'être des pâquerettes ou des violettes destinées à réjouir les regards du bon Dieu lorsqu'il les abaisse à ses pieds. La perfection consiste à faire sa volonté, à être ce qu'il veut que nous soyons.

  • Plus de 100 000 participants à la 50e Marche pour la Vie à Washington; et des témoignages forts

    IMPRIMER

    De kath.net/news (traduction automatique) :

    « N'ayez pas peur ! Nagez contre le courant! Choisissez la vie!"

    21 janvier 2023

    Plus de 100 000 participants à la 50e Marche pour la Vie à Washington DC - Parmi les invités vedettes la fille de Sainte Gianna Beretta Molla et Jonathan Roumie, acteur de Jésus de la série "The Chosen" - Un reportage de Roland Noé de Washington DC

    Washington DC (kath.net/rn)

    Une foule incroyable, une ambiance émouvante, des dizaines de milliers de jeunes. Quiconque est un peu fatigué de l'Église et en a assez du sectarisme de l'Église synodale allemande devrait jeter un regard salutaire sur les États-Unis. Une fois par an, il y a la "Marche pour la vie" à Washington DC, une fontaine de jouvence pour bannir toute dépression de l'Eglise. Un petit groupe kath.net a pu participer à la marche pour la troisième fois. La 50e Marche pour la vie à Washington DC était cette fois très spéciale : pour la première fois après l'importante décision pro-vie de la Cour suprême "Dobbs v. Jackson Women's Health Organization", des foules impressionnantes se sont réunies dans la capitale américaine, selon les médias, il devait y avoir plus de 100 000 personnes. Déjà la veille du jeudi, il y avait eu la Sainte Messe au Sanctuaire national de l'Immaculée Conception, un premier temps fort. Plusieurs milliers de personnes ont pris d'assaut la basilique pour la prière, les gens ont prié toute la nuit après une messe devant le Saint des Saints, avec de nombreux évêques, prêtres et la prière a également été au centre de nombreux autres événements liés à la Marche pour la Vie. Il y avait aussi des événements culturels autour du thème "Pro-Life".

    Enfin, vendredi, le point d'orgue : Sous le soleil et le froid hivernal, les nombreux participants - majoritairement jeunes - se sont retrouvés au « National Mall ». En première partie, le groupe de rock chrétien-irlandais "We are Messengers" a fourni un mini-Woodstock et a fait oublier le vent glacial. Darren Mulligan, le chanteur, a déménagé à Nashville avec sa famille d'Irlande en 2016 après avoir signé un contrat d'enregistrement avec Word Entertainment. Le groupe a beaucoup de succès aux États-Unis et y a une large base de fans.

    Puis le programme a commencé, un temps fort chassant l'autre. L'évêque Michael Burbidge d'Arlington, président du Comité pro-vie de la Conférence épiscopale américaine, a encouragé les participants. "Nous sommes tellement fiers de vous. Merci pour votre témoignage », a-t-il dit aux nombreux participants au nom des autres évêques.

    Puis Lynn Fitch est montée sur le podium. Fitch est considérée comme l'une des grandes héroïnes pro-vie des États-Unis car, en tant qu'avocate de l'État du Mississippi, elle a contribué à faire tomber les lois nationales sur l'avortement aux États-Unis. "Mais ce n'est en aucun cas la fin de notre voyage", a-t-elle souligné. Puis vinrent des politiciens républicains et même un jeune politicien démocrate. "J'ai assisté à la première marche pour la vie en 1974. Cet événement nous a incités à faire de plus en plus pour défendre la vie", a déclaré Chris Smith, représentant du New Jersey. Steve Scalise, le nouveau chef de la majorité républicaine au Congrès, a souligné dans son discours qu'avec la fin de Roe v. Wade a initialement été remportée la première bataille. L'homme politique du sud de la Louisiane, qui a survécu à un assassinat par balle par un gauchiste radical en 2017, a déclaré qu'après seulement huit jours, la nouvelle majorité était en mesure d'adopter une législation prévoyant des soins médicaux pour les enfants qui survivent après leur avortement en dehors de l'utérus. Auparavant, cette loi avait été rejetée par les démocrates un nombre incroyable de 80 fois au Congrès. "C'est la différence que font les élections." Scalise a également déclaré dans son discours qu'un seul démocrate au Congrès avait approuvé le projet de loi, même si les sondages montrent que plus de 70% des citoyens américains le soutiennent. Cependant, il est actuellement difficile de savoir si la loi sera votée au Sénat, puisque les démocrates y sont majoritaires.

    Trenee McGee, membre de la Chambre des représentants du Connecticut, a alors provoqué beaucoup d'excitation avec son enthousiasme. La jeune démocrate a montré que tous les démocrates ne sont pas du côté de la "culture de la mort". « Je me tiens ici aujourd'hui et je proclame 'la vie'. Je défends les femmes noires pro-vie dans le monde entier. » Le point culminant suivant a été la performance de sœur Mary Casey et de sa sœur biologique Casey, qui est porteuse du syndrome de Down. Casey a dit dans le micro devant la foule : "J'aime ma vie. J'ai le syndrome de Down. Mais cela ne me définit pas. C'est Dieu qui me définit. Nous sommes tous infiniment précieux, que nous soyons nés ou à naître, handicapés ou non.

    Une femme italienne très particulière est ensuite entrée sur scène en tant qu'invitée surprise : Gianna Emanuela Molla, la fille de sainte Gianna Beretta Molla. En 1962, la sainte italienne a strictement refusé de faire avorter son propre enfant pour sauver sa santé. Gianna Emanuela a dit qu'elle remercie Dieu chaque jour pour le don de la vie. "Je ne serais pas là si je n'étais pas autant aimée."

    Mais vint ensuite le véritable invité vedette du jour : Jonathan Roumie, qui incarnait Jésus dans la série biblique "The Chosen", déjà culte dans les milieux chrétiens. Jonathan a été accueilli par un tonnerre d'applaudissements et a partagé qu'il avait vu des miracles dans sa propre vie. « Dieu est réel. Jésus est la lumière du monde." L'acteur de Jésus a rendu compte de ses trois dernières années avec la série The Chosen. Il a ensuite spécifiquement fait prendre conscience que non seulement Dieu est réel, mais aussi Satan. C'est le "père du mensonge" qui veut semer le doute alors que dans votre cœur vous savez réellement quoi faire. "L'avortement est satanique. Mais le temps de Satan est limité. Son travail est de causer ma destruction et la vôtre. " "Mais nous savons aussi comment l'histoire se termine : c'est Dieu qui a gagné."

    Roumie a ensuite rappelé que l'industrie du divertissement avait eu des influences démoniaques ces dernières années et que les choses s'annonçaient très sombres. Des éléments sataniques peuvent être trouvés dans de nombreux films. Il y aurait des films au contenu destructeur. Que pouvez-vous faire? Il ne faut pas avoir peur. « N'ayez pas peur ! Nagez contre le courant! Choisissez la vie ! » A la fin de son discours, l'acteur a appelé les participants à prier le chapelet et à regarder dans les recoins sombres de leur vie et à les remplir de la lumière du Christ.

    Photos sur kath.net-MeWe : https://mewe.com/p/kathnet

    Discours de l'acteur de Jésus Jonathan Roumie

    Discours de la fille de Sainte Gianna Beretta Molla

    Toute la marche en accéléré :

    Plus de films :

  • Le cardinal Müller publie un livre accablant pour le pape François

    IMPRIMER

    D'Open.online :

    2023_01_21_08_56_14_Greenshot.png

    Le cardinal Müller est impitoyable envers le pape François : "Ses amis sont privilégiés même s'ils sont accusés d'abus : un cercle restreint fait les nominations au Vatican".

    20 janvier 2023

    Le cardinal allemand lance une série d'accusations cinglantes à l'encontre du souverain pontife, dans son dernier livre intitulé "In buona fede", qui sera bientôt disponible en librairie.

    Un cercle restreint graviterait autour du pape François. Les abus dans l'Église seraient traités de manière partiale. Le "non" à la messe en latin aurait chagriné et aliéné les franges traditionalistes. Ce ne sont là que quelques-unes des révélations faites par le cardinal Gerhard Müller dans son livre In buona fede with Franca Giansoldati (Solferino), qui sortira dans quelques jours. L'ancien préfet de la Doctrine de la Foi ne ménage pas ses critiques à l'égard de la ligne adoptée par le Pontife, qui selon lui s'entourerait de personnes "non préparées d'un point de vue théologique". En outre, selon lui, au Vatican, les informations circuleraient désormais "de manière parallèle" : "d'une part, il existe des canaux institutionnels qui sont malheureusement de moins en moins consultés par le pontife, et d'autre part, il existe des canaux personnels utilisés même pour les nominations d'évêques ou de cardinaux".

    La question des abus

    Des mots forts, qui ne font même pas l'économie d'un commentaire sur les scandales qui ont éclaboussé l'Église ces derniers temps. On cite notamment le cas de Monseigneur Gustavo Zanchetta, l'évêque argentin qui a été condamné en mars dernier à quatre ans et demi de prison pour avoir abusé sexuellement de deux séminaristes. Son cas, écrit Müller, "fait débat parce qu'il jouissait d'un statut privilégié en tant qu'ami du pape". En règle générale, les amitiés ne peuvent influencer le cours de la justice, tout le monde doit être traité de manière égale". Don Mauro Inzoli, un prêtre proche de Communion et Libération, est également mis en cause. "Le tribunal du Vatican, lit-on dans le livre, a ouvert un procès à son encontre à l'issue duquel il a été décidé de le réduire à l'état laïc car il a été reconnu coupable de crimes. Mais malheureusement, il y a eu un cardinal de la curie qui est allé frapper à Santa Marta, demandant la "clémence". Müller raconte que "face à cet interventionnisme", le pape s'est laissé convaincre et a choisi de modifier la sentence, en aménageant la peine d'Inzoli, stipulant qu'il devait rester prêtre. Mais avec l'interdiction de porter l'habit sacerdotal ou de clerc en public, et sans se présenter aux communautés comme consacré : "Il restait consacré mais ne pouvait pas se montrer aux étrangers comme tel. Ce n'est qu'un exemple".

    Le "non" à la messe en latin et l'affaire Becciu

    Le travail de Mgr Müller fait écho aux propos de Georg Gänswein, secrétaire de Benoît XVI, selon lesquels le "non" du pape François à la messe en latin a "brisé le cœur" de Joseph Ratzinger. La décision, a ajouté Mgr Müller, est "une gifle" pour les traditionalistes, "elle a creusé des fossés et causé de la douleur". Et cela a donné l'impression, selon lui, que le souverain pontife avait choisi "d'écouter un groupe de conseillers, sans tenir compte du fait que la mesure aurait pris les apparences d'une simple démonstration de pouvoir". Le cardinal est un fleuve en crue, et ne ménage même pas les critiques sur la gestion de l'affaire Becciu, le cardinal accusé de s'être enrichi, lui et sa famille, avec des fonds de la Secrétairerie d'État du Vatican. "Vous ne pouvez pas punir quelqu'un sans avoir la preuve de sa culpabilité en main. Cette façon d'agir s'est produite fréquemment au Vatican et ne concerne pas seulement le cas singulier de Becciu, mais s'est même produite au sein de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi lorsque des prêtres ont été renvoyés sans raison, du jour au lendemain", a condamné Müller. Le reproche du cardinal s'adresse en premier lieu aux médias, coupables selon lui d'avoir amplifié une "question macroscopique".

    Lire la suite

  • Sainte Agnès (21 janvier)

    IMPRIMER

    Marinari, Onorio-Sant'Agnese full.JPGFête de Sainte Agnès (source)

    Aujourd’hui nous célébrons la mémoire de Sainte Agnès. Adolescente et vierge romaine, Agnès a été martyrisée au temps de la persécution de l'empereur Dèce, au IIIe siècle : une persécution si violente que de nombreux baptisés reniaient leur foi devant la menace de mort.

    Le martyre de sainte Agnès a été rapporté par saint Damase, par saint Ambroise et par Prudence. Elle périt à l'aube du IVe s., en 303 vers l'âge de treize ans.

    La jeune martyre est souvent représentée par un agneau, à cause de son prénom agnès qui rappelle le mot agneau, ou accompagnée d'un agneau blanc, en main la palme du martyre. Elle est une des saintes protectrices des jeunes et on l'invoque pour obtenir la vertu de chasteté.

    A Rome, Agnès est spécialement honorée, en la basilique Sainte-Agnès-hors-les-Murs, qui abrite sa tombe, et a été construite au-dessus des catacombes du même nom.

    A côté de l'église médiévale - une des « sept églises » du pèlerinage de saint Philippe Néri -, on peut encore voir les ruines de l'imposante basilique construite par l’Empereur Constantin.

    L'église romaine de Sainte-Agnès-in-Agone, place Navone, et spécialement dédiée par le diocèse de Rome aux rencontres de jeunes, a été reconstruite sous la direction de Borromini. Elle se dresse à l'emplacement de l'ancien stade de Domitien, au lieu même de son martyr.

    Comme c'est la tradition chaque année en la fête de sainte Agnès, vierge et martyre, le 21 janvier, le pape bénit deux agneaux dont la laine servira à tisser les pallium que le pape remet le 29 juin aux archevêques métropolites nommés dans l'année, en signe de leur communion avec le Successeur de Pierre. Mais aussi en signe de la sollicitude pastorale du bon pasteur qui porte la brebis sur ses épaules.

    La cérémonie a lieu traditionnellement en la chapelle Urbain VIII du palais apostolique. Ces deux petits agneaux sont élevés par les religieuses de San Lorenzo in Panisperna et ils sont présentés au pape par les Chanoines réguliers du Latran qui desservent la basilique Sainte-Agnès-hors-les-Murs.

    Symbole de la brebis perdue, recherchée, sauvée et placée par le Bon Pasteur sur ses épaules, l'agneau est aussi celui du Christ crucifié, selon le titre donné au Christ par saint Jean Baptiste.

    Leur laine sera utilisée par les bénédictines du monastère romain de Sainte-Cécile pour tisser les palliums de 5 centimètres de large, qui seront ornés de 6 petites croix de soie noire, symbole des plaies du Christ, et de broches d'or gemmé, autrefois utilisées pour fermer le pallium sur le cœur, le dos et l'épaule droite.

    Anciennement, le mot « pallium » désignait un manteau de laine exclusivement attribué au souverain pontife, puis il devint un signe liturgique d'honneur, symbole d'un lien de communion particulier avec le successeur de Pierre pour les évêques à la tête de juridictions métropolitaines.

    Une fois terminés, les palliums sont placés dans une urne de bronze, don de Benoît XVI, placée dans une niche, juste au dessus de la tombe de l'apôtre, jusqu'au 29 juin, en la solennité des saints Pierre et Paul, saints patrons de l'Église de Rome et colonnes de l’Église.

    Le récit le plus ancien de la remise du pallium par le pape à un évêque est le récit de la remise du pallium à Saint Césaire d'Arles par le pape Symmaque, il y a plus de 1500 ans.

  • La béatification d'Isabelle la Catholique : une cause qui prend de l'ampleur

    IMPRIMER

    De Larazon.es via Il Sismografo :

    La béatification d'Isabelle la Catholique prend de l'ampleur

    L'archevêque de Valladolid, Luis Argüello, relance la cause et place la reine comme premier défenseur des indigènes.

    L'archevêque de Valladolid, Luis Argüello, a relancé les travaux de la Commission pour la cause de béatification d'Isabelle la Catholique. Au cours d'une réunion qui s'est tenue cette semaine, il a souligné la nécessité de promouvoir le processus de béatification en Espagne et en Amérique latine, par l'intermédiaire des diocèses, ainsi que la nécessité de continuer à diffuser la dévotion à la reine catholique avec la distribution de matériel de dévotion populaire comme des chapelets, des images pieuses, ainsi que des publications.

    Dans ce sens, l'archevêque a fait référence au succès de la publication des Actes du Symposium international "Isabelle la Catholique et l'évangélisation de l'Amérique", publié par la Biblioteca de Autores Cristianos (BAC), qui en est à sa deuxième édition.

    Argüello a insisté sur l'opportunité d'encourager le travail de la Commission à un moment où des phénomènes tels que la révision de l'histoire à partir de la cancel culture et face à l'émergence de processus identitaires se référant à l'indigénisme dans les peuples d'Amérique sont à l'œuvre, soulignant le profil de la Reine comme premier et principal défenseur des peuples indigènes et comme réponse à ces dynamiques sociales.

    Après l'information donnée par l'administrateur de l'archidiocèse de Valladolid, José María Conde, sur la situation économique de la Cause, le directeur de la Commission, le prêtre de Valladolid José Luis Rubio Willem, a évoqué les nouvelles faveurs reçues par la Commission par l'intercession d'Isabelle la Catholique.

    Dans cette intervention, il a détaillé un miracle allégué en cours d'analyse dans un diocèse des États-Unis, dont le postulateur romain de la cause, le père Javier Carnerero, OSST, a déjà été informé, comme cela a été reçu par correspondance notariée des avocats chargés de l'affaire.

    Pour sa part, le Grand Maître des Chevaliers et Dames du Chapitre d'Isabelle la Catholique, José María Gómez Gómez, a informé la Commission des nouveaux projets, notamment le monument à Isabelle à Ségovie, qui sera inauguré le 25 février, et le projet de voyage en Terre Sainte.

    Le directeur de la Commission a également fait état des futures présentations des Actes du Congrès dans divers endroits d'Espagne, la dernière en date étant au Casino de Madrid, ainsi que d'une BD sur Isabelle la Catholique, destinée à diffuser la figure de la reine dans les centres éducatifs, qui sera bientôt sur le marché. Lors de cette réunion, le recteur de l'Université catholique d'Avila, María del Rosario Sáez Yuguero, le professeur d'histoire de l'Église à l'Institut théologique San Ildefonso, Carlos Miguel García Nieto, le professeur de littérature à l'Université d'Alcalá de Henares, José María Gómez Gómez, et le professeur de journalisme à l'Université San Pablo-CEU, José Francisco Serrano Oceja, ont rejoint la Commission Isabel la Católica en tant que membres.