Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Culture - Page 2

  • "Moi, Benoît XVI et l'auto-démolition de l'Occident." Un entretien exclusif avec Marcello Pera

    IMPRIMER

    Du site de l'Observatoire International Cardinal Van Thuan sur la Doctrine Sociale de l'Eglise :

    Moi, Benoît XVI et l'auto-démolition de l'Occident. Notre entretien exclusif avec Marcello Pera

    Par Don Samuele Cecotti (Vice-président de l'Observatoire  International Văn Thuận) et Marcello Pera (Philosophe, ancien professeur de philosophie des sciences à l'université de Pise, sénateur de la République pendant quatre mandats, président du Sénat de 2001 à 2006.)

    19 JANVIER 2023

    Le dernier jour de l'année civile - le jour où l'Église célèbre saint Sylvestre, le pape de Constantin et du concile de Nicée - le pape Benoît XVI a achevé son pèlerinage terrestre.

    Avec la mort de Benoît XVI, nous est légué non seulement un excellent théologien et un grand intellectuel européen, mais c'est aussi la fin d'une époque, celle du Concile Vatican II (et des troubles de l'après-Concile), et peut-être aussi celle de l'Église comme âme d'une civilisation. Avec saint Sylvestre Ier, l'Église est devenue l'âme de l'Empire romain, de la Grande-Bretagne à l'Égypte, de la péninsule ibérique à la Syrie, de l'Atlantique à la mer Noire. Aujourd'hui, l'Église dirigée par Jorge Mario Bergoglio a complètement renoncé à façonner, informer et guider une civilisation. L'idée même de 'societas christiana' ou de civilisation chrétienne est étrangère à la dérive théologico-idéologique et pastorale incarnée par le pontificat de François, qui semble plutôt proposer le paradigme inverse, avec le monde élevé à une place théologique - et même sociologique - à laquelle il faudrait conformer l'Eglise, la doctrine et la prédication.

    Joseph Ratzinger, en revanche, en tant que théologien et Cardinal Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, puis en tant que Pontife Romain, a toujours eu à cœur l'identité chrétienne de l'Europe et de la 'Magna Europa', et n'a jamais cédé à l'idée que la civilisation chrétienne devait être archivée comme quelque chose de dépassé; il a toujours voulu réaffirmer l'inséparabilité de la foi et de la raison, de la foi et de la culture, et donc la nécessaire civilisation du christianisme.

    La rencontre providentielle entre la Révélation divine et le logos grec (et le ius romain) était très chère au penseur Ratzinger, c'est-à-dire la rencontre entre la Parole de Dieu et la spéculation rationnelle classique capable d'atteindre les sommets de la métaphysique ainsi que la rigueur de la dialectique et de la logique analytique, la loi morale naturelle et une véritable anthropologie-psychologie. Ratzinger s'est vigoureusement opposé au processus de déshellénisation du christianisme qui se déroulait dans l'Église depuis plus d'un demi-siècle, il a en effet réaffirmé la providentialité de la rencontre entre le classicisme gréco-romain et la Révélation biblique, rencontre dont est née la civilisation chrétienne.

    Sur le plan moral et politique, Ratzinger-Benoît XVI a dénoncé la plaie du nihilisme qui ronge l'Occident moderne et post-moderne; il a pointé du doigt la dictature du relativisme comme la forme d'un nouveau totalitarisme insidieux, et a enseigné avec force le caractère non négociable (non seulement sur le plan moral personnel mais aussi sur le plan public, juridique et politique) des principes naturels tels que la défense de la vie humaine de la conception à la mort naturelle, la reconnaissance du mariage comme union monogame et indissoluble d'un homme et d'une femme ouverte à la vie, la liberté éducative des parents (et non de l'Etat) qui ont, de par Dieu, la tâche d'éduquer leur progéniture. Le rejet par Ratzinger de l'idéologie du genre et de la prétention à légitimer moralement et à reconnaître légalement les unions homosexuelles est également rigoureux et fort.

    Dans cette œuvre généreuse et grandiose, dans cette tentative intellectuellement puissante d'arrêter l'effondrement de la civilisation chrétienne, de consolider ses murs et de commencer sa reconstruction, Ratzinger a toujours recherché le dialogue avec la culture européenne et nord-américaine la plus sensible, même si elle n'était pas catholique. Ratzinger a essayé de construire un dialogue fructueux avec le monde laïc et non catholique sur la base d'un amour commun pour la vérité, la justice et la civilisation occidentale. C'est dans ce cadre que s'inscrivent la rencontre, la discussion, le dialogue et l'amitié avec Marcello Pera, éminent philosophe et homme politique libéral italien.

    Nous remercions le sénateur Marcello Pera pour sa généreuse disponibilité et lui posons quelques questions pour mieux comprendre ce que Ratzinger a représenté par rapport à la culture européenne et occidentale, et donc quel vide la mort de Benoît XVI laisse dans l'Église et en Occident.

    Lire la suite

  • Lavaux Ste-Anne, 18 février : Journée Laudato Si

    IMPRIMER

    Bonjour à tous,

    Le samedi 18 février dès 9h15 et jusqu’à 17h, nous aurons la joie de nous retrouver à la Fraternité de Tibériade qui nous accueillera à Lavaux Ste-Anne, pour une nouvelle Journée Laudato Si.

    L’invité « phare » de cette rencontre sera Martin STEFFENS, philosophe et enseignant à Metz. Auteur de nombreux livres, il énonce clairement les défis du monde actuel et nous appelle à nous (r)éveiller. Son intervention aura comme titre :

    « Préparer aujourd’hui pour réparer demain ».

    Réflexions libres et philosophiques pour nous conscientiser à l’enjeu des crises.

    Le mot “réparer” est à la mode. On parle de réparer le monde, la nature, l’océan, le travail… Tout est-il donc cassé ? En panne ? Certaines choses le sont en effet, et il est bon de comprendre ce qui suscite aujourd’hui tant de peur et de souffrance.

    Mais redémarrer l’avenir ne se peut sans s’émerveiller et puiser la force dans des liens déjà existants - à commencer par ceux qui nous réuniront ce jour !

    L’intervention de Martin Steffens sera suivie du témoignage de David, qui avec sa femme Hélène et leurs 3 enfants, a fait le choix d’une vie simple mais remplie de l’essentiel. Engagés 7 ans dans les prisons pour mineurs à Madagascar, il nous témoignera du travail de « Grandir Dignement » l’ONG qu’ils ont fondée.

    Après le repas (auberge espagnole), vous pourrez choisir 1 atelier parmi les 5 qui vous sont proposés :

    1. Comment utiliser les Huiles essentielles dans la pharmacopée familiale ? Avec Jean-Philippe Vandenschrick
    Inscriptions par ici.

    2. Découverte de quelques plantes sauvages comestibles avec Etienne Marchot
    Promenade-cueillette avec passage sur/sous clôtures de prairies - prendre ses bottes et un sac en papier pour les plantes. Inscriptions par ici.

    3. Principes clés qui permettent de s’organiser au mieux pour devenir acteurs d’un nouvel avenir : comment créer des communautés [de laïcs] pour contribuer à la transition ? animé par Jean-François Berleur. Inscriptions par ici.

    4. Choix éthique dans les moyens de communications, se libérer de la surveillance numérique et des GAFAM ? Eric Feillet et Erick Mascart. Inscriptions par ici.

    5. Économie et Finance : la fin d’un système ? Découverte du concept de la Monnaie Libre, Carine Brochier. Ouverture d’un compte membre et processus de certification, Anne Snyers. Inscriptions par ici.

    La journée se clôturera vers 16h45, et pour ceux qui le souhaitent, par la célébration de l'Eucharistie avec la Communauté à 17h.

    Intéressé par cette journée ? Que vous reste-t-il à faire ?

    1. Cliquez sur le lien de l’atelier auquel vous souhaitez participer. (1 formulaire par participant). Le nombre de participants par atelier étant limité pour permettre à chacun d’en retirer un maximum, ne tardez donc pas à vous inscrire…
    2. Bloquez la date dans votre agenda.
    3. Partager cette invitation à vos amis et connaissances. Le changement se joue aussi avec les autres !

    En route vers un « nouveau monde »,

    Paix et Joie,

    A bientôt !

    Eric et Violaine, Nicolas et Agneszka, Fr. Cyrille, François et Carine.

    P.S. 1. D’autres précisions pratiques pour la journée seront envoyées à chaque participant, quelques jours avant la rencontre.

    P.S. 2. Et si vous le voulez, il y a aussi le lendemain, le dimanche, une occasion de prolonger nos rencontres et partages car la Fraternité de Tibériade organise son « Dimanche autrement » à la suite de la journée Laudato Si. (pas d’inscriptions pour le Dimanche voir site pour repas)

  • "La modernité veut une culture indépendante de la vérité." Un inédit de Benoît XVI

    IMPRIMER

    Du site de Radio Maria (traduction automatique) :

    La modernité veut une culture indépendante de la vérité. Un inédit de Benoît XVI

    "L'État occidental moderne se voit comme une grande puissance de tolérance qui rompt avec les traditions insensées et prérationelles de toutes les religions. C'est la prétention d'avoir toujours raison". Extrait du volume posthume de réflexions après la démission de B-XV

    Auteur : Joseph Ratzinger - Il Foglio
    Date de publication : 17 janvier 2023

    Nous publions un extrait de "Qu'est-ce que le christianisme ? Quasi un testamento spirituale", le livre posthume de Benoît XVI publié par Mondadori (204 p., 20 euros) qui sera en librairie à partir de vendredi. Ce livre rassemble les réflexions de Joseph Ratzinger après sa démission en février 2013.

    "(...) l'État moderne du monde occidental, d'une part, se considère comme une grande puissance de tolérance qui rompt avec les traditions insensées et prérogatives de toutes les religions. De plus, avec sa manipulation radicale de l'homme et la déformation des sexes par l'idéologie du genre, il s'oppose particulièrement au christianisme. Cette prétention dictatoriale à avoir toujours raison par une apparente rationalité exige l'abandon de l'anthropologie chrétienne et du style de vie jugé pré-rationnel qui en découle.

    L'intolérance de cette apparente modernité à l'égard de la foi chrétienne ne s'est pas encore transformée en persécution ouverte, et pourtant elle se présente de manière de plus en plus autoritaire, visant à obtenir, par une législation correspondante, l'extinction de ce qui est essentiellement chrétien. L'attitude de Mattathias - " Nous n'écouterons pas les ordres du roi " (législation moderne) - est celle des chrétiens. Le " zèle " de Mattathias, par contre, n'est pas la forme dans laquelle s'exprime le zèle chrétien. Le "zèle" authentique tire sa forme essentielle de la croix de Jésus-Christ. Enfin, essayons de tirer une sorte de conclusion de ce rapide examen de quelques-unes des étapes de l'histoire de la foi dans le Dieu unique de l'Ancien Testament. Tout d'abord, nous pouvons certainement affirmer qu'historiquement, le monothéisme se présente sous des formes très différentes.

    Elle ne peut donc pas être définie sans ambiguïté selon les mêmes critères modernes comme un phénomène unitaire. On ne parvient au monothéisme, au sens strict du terme selon son usage moderne, que lorsqu'il est lié à la question de la vérité. Cette transition en Israël se fait essentiellement à partir de l'exil, mais pas au sens propre de la réflexion philosophique. L'événement révolutionnaire, du point de vue de l'histoire des religions, a lieu avec l'assomption chrétienne de la foi en un Dieu unique, qui avait été préparée dans tout le bassin méditerranéen par le groupe des "craignant Dieu".

    L'affirmation définitive de la revendication universelle du Dieu unique était cependant encore entravée par le fait que ce Dieu unique était lié à Israël et n'était donc pleinement accessible qu'en Israël ; les païens pouvaient l'adorer en même temps qu'Israël, mais ne pouvaient pas lui appartenir pleinement. Seule la foi chrétienne, avec son universalité définitivement conquise par Paul, permettait désormais que le Dieu unique puisse aussi être concrètement adoré dans le Dieu d'Israël qui s'est révélé. La rencontre entre le "Dieu des philosophes" et le Dieu concret de la religion juive est l'événement, provoqué par la mission chrétienne, qui révolutionne l'histoire universelle. En dernière analyse, le succès de cette mission repose précisément sur cette rencontre.

    Ainsi, la foi chrétienne pouvait se présenter dans l'histoire comme la religio vera. La prétention du christianisme à l'universalité est fondée sur l'ouverture de la religion à la philosophie. Cela explique pourquoi, dans la mission qui s'est développée dans l'antiquité chrétienne, le christianisme ne se concevait pas comme une religion, mais avant tout comme une continuation de la pensée philosophique, c'est-à-dire de la recherche de la vérité par l'homme. Cela a malheureusement été de plus en plus oublié à l'époque moderne. La religion chrétienne est aujourd'hui considérée comme une continuation des religions du monde et est elle-même considérée comme une religion parmi ou au-dessus des autres. Ainsi, les "semences du Logos", dont Clément d'Alexandrie parle comme de la tension vers le Christ dans l'histoire pré-chrétienne, sont identifiées de manière générique aux religions, alors que Clément d'Alexandrie lui-même les considère comme faisant partie du processus de la pensée philosophique dans lequel la pensée humaine avance à tâtons vers le Christ.

    Revenons à la question de la tolérance. Ce qui a été dit, c'est que le christianisme se comprend essentiellement comme une vérité et qu'il fonde sur cela sa prétention à l'universalité. Mais c'est précisément là qu'intervient la critique actuelle du christianisme, qui considère la revendication de la vérité comme intolérante en soi. La vérité et la tolérance semblent être en contradiction. L'intolérance du christianisme serait intimement liée à sa prétention à la vérité. Cette conception est sous-tendue par le soupçon que la vérité serait dangereuse en soi. C'est pourquoi la tendance de fond de la modernité s'oriente de plus en plus clairement vers une forme de culture indépendante de la vérité.

    Dans la culture postmoderne - qui fait de l'homme le créateur de lui-même et conteste la donnée originelle de la création - il y a un désir de recréer le monde contre sa vérité. Nous avons déjà vu plus haut comment cette attitude même conduit nécessairement à l'intolérance. Mais en ce qui concerne la relation entre la vérité et la tolérance, la tolérance est ancrée dans la nature même de la vérité. En nous référant à la révolte des Maccabées, nous avons vu comment une société qui s'oppose à la vérité est totalitaire et donc profondément intolérante.

    En ce qui concerne la vérité, je me réfère simplement à Origène : "Le Christ ne remporte aucune victoire sur les personnes non volontaires. Il ne gagne que par la persuasion. Ce n'est pas pour rien qu'il est la parole de Dieu". Mais en fin de compte, comme contrepoids authentique à toute forme d'intolérance, se trouve Jésus-Christ crucifié. La victoire de la foi ne peut jamais être obtenue que dans la communion avec Jésus crucifié. La théologie de la croix est la réponse chrétienne à la question de la liberté et de la violence ; et en fait, même historiquement, le christianisme n'a remporté ses victoires que grâce aux persécutés et jamais lorsqu'il s'est rangé du côté des persécuteurs."

  • Pékin met en scène la "sinisation" du catholicisme

    IMPRIMER

    D'AsiaNews :

    Pékin met en scène la "sinisation" du catholicisme

    Dans le palais archiépiscopal de la capitale - à l'occasion du 15e anniversaire de l'ordination épiscopale de Mgr Li Shan - 41 panneaux ont relu l'histoire du christianisme en Chine selon les directives de Xi Jinping. En donnant plus d'importance au patriotisme qu'à Matteo Ricci.

    Le mot clé sur lequel insistent les autorités de Pékin chaque fois qu'elles parlent du rôle des religions dans le pays est "sinisation". Le président Xi Jinping lui-même, dans le discours fleuve avec lequel il a célébré son troisième mandat lors du 20e congrès du Parti communiste chinois, a promis de poursuivre son engagement "en faveur de la sinisation de la religion, en guidant l'adaptation de la religion et de la société socialiste au contexte chinois". Mais que signifie concrètement la sinisation ?

    Un exemple emblématique de la manière dont les organismes officiels veulent que cette directive soit interprétée nous vient d'une exposition inaugurée il y a quelques jours au palais épiscopal de Pékin à l'occasion du 15e anniversaire de l'ordination épiscopale de Monseigneur Joseph Li Shan, l'archevêque de la capitale, nommé en 2007 avec l'assentiment du Saint-Siège avant même la signature de l'accord provisoire de 2018. Depuis quelques mois, Li Shan est également président de l'Association patriotique des catholiques chinois, l'organe "officiel" par lequel le gouvernement contrôle les activités de l'Église en Chine. C'est peut-être aussi la raison pour laquelle ils ont voulu marquer cet anniversaire par un signe qui rappelle explicitement la directive sur laquelle Xi Jinping insiste.

    L'exposition est intitulée "Honorer le ciel et aimer le pays". L'histoire de la sinisation du catholicisme à Pékin", se compose de 41 panneaux avec plus de 600 images, et - rapporte une note officielle du diocèse - "a nécessité près de 16 mois de travail et a fait l'objet de cinq séries de discussions entre experts, avec de nombreuses ébauches et brouillons, pour ordonner systématiquement et résumer de manière exhaustive le processus historique de la sinisation du catholicisme à Pékin".

    Le panneau d'introduction explique que l'objectif de l'initiative est de "promouvoir davantage la sinisation du catholicisme, de mieux comprendre l'importante déclaration du secrétaire général Xi Jinping sur la religion, de promouvoir l'excellente culture chinoise, de renforcer la confiance culturelle et d'explorer les riches ressources culturelles catholiques de Pékin".

    Dès les images diffusées de l'exposition sur le compte WeChat du diocèse de Pékin, la centralité du thème du patriotisme apparaît clairement : dans la section sur les origines historiques de la sinisation, l'image du grand jésuite Matteo Ricci et quelques exemples des premières tentatives d'inculturation apparaissent en effet. Dans l'ensemble, cependant, une place beaucoup plus importante est accordée à l'histoire des corps patriotiques, avec l'image centrale de l'archevêque Fu Tieshan (1931-2007), figure clé à Pékin de l'affirmation de l'idée d'une Église "autonome" par rapport à Rome. 

  • Croire que l'homme a été créé par une "force spirituelle" : une contre-vérité scientifique ?

    IMPRIMER

    Plusieur chaînes télévisées se sont fait l'écho d'un sondage de l’IFOP et de la Fondation Jean Jaurès selon lequel la croyance en une force spirituelle créatrice des hommes serait une contre-vérité scientifique au même titre qu'affirmer que la terre est plate. Cet amalgame mérite des éclaircissements que nous trouvons dans les archives du site Aleteia.org :

    L’homme est-il le fruit de l’évolution ou a-t-il été créé par Dieu ?

    par Rémi Sentis - (publié le 04/12/21)

    Sur l’origine de l’homme, le discours scientifique et le discours de foi sont dans des registres différents. Ces approches ne doivent pas s’ignorer totalement. S’il y a continuité biologique entre l’homme et l’animal, il y a discontinuité ontologique.

    De même qu’elle hantait les Anciens depuis les Grecs et les Babyloniens, la question des origines de l’homme nous hantent constamment. Les mythes grecs s’y attardent et dans l’Écriture, ce sujet est central puisque c’est par là que commence la Bible. La plupart des Pères de l’Église ont commenté le début de la Genèse. Du côté des biologistes c’est l’objet de travaux depuis Lamarck et Darwin. Il est clair que l’approche biologique (avec la théorie de l’évolution) et l’approche théologique (avec la Création) de cette question se placent dans des registres différents. 

    Foi et raison

    Comme il s’agit cependant du même fait historique, il convient de s’assurer que ces approches ne sont pas en contradiction l’une avec l’autre.C’est l’une des exigences du chrétien que de conjuguer foi et raison et l’approche théologique ne peut rejeter d’un revers de main les acquis de la paléontologie et de la biologie. Ainsi convient-il de rappeler la déclaration de saint Jean Paul II en 1996 (Discours devant l’Académie pontificale des Sciences) : « Aujourd’hui, de nouvelles connaissances conduisent à reconnaître dans la théorie de l’évolution plus qu’une hypothèse. Il est en effet remarquable que cette théorie se soit progressivement imposée à l’esprit des chercheurs, à la suite d’une série de découvertes faites dans plusieurs disciplines du savoir. La convergence nullement recherchée et provoquée, des résultats de travaux menés indépendamment les uns des autres, constitue par elle-même un argument significatif en faveur de cette théorie. » Le Pape ajoutait ensuite qu’il convenait de manifester son opposition aux idéologies matérialistes qui pourraient être tirée de cette théorie. Du point de vue de la foi, il faut aussi prendre en compte les conséquences du fait que l’homme est créé pour être au sommet de toute la création : « Dieu a tout créé pour l’homme […]. L’homme, grande et admirable figure vivante, est plus précieux aux yeux de Dieu que la création toute entière » (Catéchisme de l’Église catholique, 358).

    La théorie de l’évolution

    La théorie classique de l’évolution repose sur le concept d’ascendance commune, la sélection naturelle et l’évolution par mutation, confirmées par les observations. Outre la reconnaissance d’une très grande variabilité des individus au sein d’une même espèce, à partir des observations venant de la biogéographie — des espèces proches mais distinctes se trouvant dans des milieux géographiques séparés les uns des autres — on conclut logiquement que ces espèces proviennent d’une ascendance commune. De plus, les zoologistes notent qu’il existe une surpopulation naturelle dans la plupart des espèces (un nombre de naissances très largement supérieur au nombre d’individus arrivant à l’âge adulte) et bien sûr une sélection naturelle : comme les individus subissent des mutations, il en apparaît de moins bien adaptés à l’environnement qui survivent plus mal, et d’autres mieux adaptés qui auront une descendance plus importante. Enfin, les espèces animales procèdent les unes des autres et la notion d’espèces, certes courante et commode, doit être utilisée avec prudence (car, s’il est simple d’affirmer que deux individus appartiennent à des espèces différentes, il est plus difficile de dire où est la limite exacte entre deux espèces voisines).

    Lire la suite

  • Des archéologues découvrent une église paléochrétienne avec des mosaïques ornementales à Jéricho

    IMPRIMER

    De Joe Bukuras sur Catholic News Agency :

    Des archéologues découvrent une église paléochrétienne avec une mosaïque ornée à Jéricho

    13 janvier 2023

    Une équipe d'archéologues israéliens a découvert une église byzantine du sixième siècle avec des sols en mosaïque très décorés. 

    L'unité d'archéologie de l'administration civile, qui supervise les sites historiques en Judée et Samarie, a annoncé mercredi que l'église a été trouvée à Jéricho, une ville palestinienne située en Cisjordanie, selon le Times of Israel.

    L'agence fait partie de la Coordination des activités gouvernementales dans les territoires du gouvernement d'Israël, qui dépend du ministère de la Défense.

    Le média rapporte que l'église fait 250 mètres carrés, ce qui en aurait fait une église relativement grande pour son époque. L'administration civile a déclaré que l'église était encore utilisée pendant la première période musulmane, selon le média.

    L'islam est arrivé dans la région au début du septième siècle, lorsque l'armée musulmane a vaincu Jérusalem en 636. Selon le média, les sols en mosaïque de l'église n'ont pas été endommagés par l'iconoclasme - la destruction d'images religieuses - même si l'islam interdit d'exposer des icônes et des images en public.

    Spectacular Byzantine church mosaics uncovered near Jericho ...

    Selon le Times, la nef de l'église est presque entièrement préservée. La nef est la partie centrale de l'église où les laïcs prient, s'agenouillent et louent pendant la liturgie. Une mosaïque élaborée de tresses de vigne et de représentations d'animaux recouvre la nef, selon le Times.

    L'administration civile a déclaré que l'église avait été construite avec des matériaux qui ne provenaient pas de la région, notamment du marbre et de la pierre noire bitumée, rapporte le journal. 

    L'administration civile a déclaré qu'il aurait été difficile de transporter ces matériaux dans la région, ce qui indique que les bâtisseurs de l'église étaient riches, selon le média.

    Une inscription grecque de trois mètres de long commémorant deux personnalités publiques qui ont contribué à la construction de l'église, Georgios et Nonus, a également été trouvée dans l'église, selon le Times.

    Le média indique que la zone où se trouvait l'église a subi un important tremblement de terre en l'an 749 qui a détruit des églises dans toute la région. L'église, cependant, était abandonnée avant le tremblement de terre, selon le média.

    L'administration civile a déclaré qu'elle "accorde une grande importance à la découverte d'antiquités" et poursuivra ses travaux archéologiques "pour continuer à découvrir le passé glorieux de la région", selon le Times.

    Les ruines de l'église seront exposées au musée du Bon Samaritain, ainsi que les mosaïques, selon le journal. Le musée est situé près de Ma'ale Adumim, en Cisjordanie.

    Le musée est dédié au partage des preuves historiques des religions juive, chrétienne et samaritaine, selon le site Web.

    Au début ou au milieu du sixième siècle, la région où l'église a été trouvée aurait été sous la gouvernance de l'empereur catholique Justinien de l'Empire byzantin.

    Joseph Bukuras est rédacteur à la Catholic News Agency. Joe est titulaire d'une licence en sciences politiques de l'Université catholique d'Amérique. Il a effectué des stages à la Chambre des représentants des États-Unis, dans le cadre d'une campagne sénatoriale, à la Chambre des représentants de l'État du Massachusetts et à la Susan B. Anthony List. Il est basé dans la région de Boston.

  • Les changements d’affectation des lieux de culte catholique se multiplient en région liégeoise

    IMPRIMER

    Du site de la RTBF :

    Fermer des églises, oui, mais pour quoi faire ? Les autorités diocésaines liégeoises prônent plutôt un partage avec "d’autres chrétiens"

    La basilique de Cointe transformée en centre d’escalade, l’église du Bouhay en hébergement pour femmes en détresse, la chapelle Notre-Dame-en-Chemin à Boncelles en bureaux, du logement en projet à la paroisse Saint-Lambert de Soumagne ou à l’ancien monastère de Chèvremont, les exemples de changement d’affectation des sanctuaires religieux ne manquent pas, en région liégeoise, sans parler de l’hypothèse d’un musée à Saint-Pholien en Outremeuse. Pour Saint-Pierre à Saive ou Saint-Antoine-l’Hermite à Queue-du-Bois, les réflexions sont en cours. Les reconversions ne sont pas aisées. Les édifices appartiennent parfois à des congrégations, mais souvent, ils sont propriétés publiques, et les opérations de désacralisation passent par des autorisations communales ou régionales. L’évêché ne maîtrise pas tous les éléments pour éviter qu’un acheteur fasse n’importe quoi. Mais il tente de conserver à ces lieux la dignité de leurs fonctions. Ça passe souvent par un partage avec d’autres chrétiens : les syriaques à Saint-Simon-des-Oliviers à Herstal, les orthodoxes grecs à Saint-Jean-Baptiste de Verviers, les géorgiens à la chapelle du Calvaire du Laveu, voire des évangélistes aux Oblats.

    Il y a là un patrimoine à conserver, mais les frais de chauffage ou d’entretien de bâtiments presque vides et souvent mal isolés déplaisent fortement aux autorités locales. Les pressions à fermeture ont tendance à s’accentuer. Mais le vicaire épiscopal de Beukelaer, dans cet épisode de Liège en Prime, joue la conciliation, la temporisation, la négociation. Une politique immobilière toute en nuances.

  • Vatican II : L'usage du chant et de la musique au service de la liturgie (liturgie 32 par Denis Crouan)

    IMPRIMER

    Liturgie 32 : Vatican II : L'usage du chant et de la musique au service de la liturgie (20 mn) 

    https://youtu.be/yGGQDvfZvw4 

    Le docteur Denis Crouan montre que dans l’Exhortation post-synodale « Sacramentum caritatis » (février 2007), le Pape Benoît XVI consacre plusieurs lignes à l’art en général et au chant liturgique en particulier. Son enseignement permet de saisir le rôle important de l’art dans la liturgie. L’Histoire nous montre que lorsque la liturgie se décompose, l’art libéré de l’Église se met peu à peu au service du mondain pour n’être plus que « religieux » au sens le plus large et imprécis du terme. Il cesse alors d’être liturgique.  

    Les critères qui permettent à un chant d’avoir sa place dans la liturgie sont : 

    1° Des mélodies directement enracinées dans les paroles de l'Ecriture.

    2° Des paroles peu nombreuses.  

    3° Le chant véritablement liturgique qui met toujours le Seigneur au premier plan et entraîne au silence de méditation  

    COURS DE LITURGIE, PAR DENIS CROUAN, DOCTEUR EN THEOLOGIE, 2022-2023 

    Pour accéder à la totalité de la playlist :  

    https://www.youtube.com/playlist?list=PLuko328jWH_06CYFfUP8d6v_vzl9f4UbI 

    Cours donné par Denis Crouan, docteur en théologie, en entretien interactif avec Arnaud Dumouch. 

    Vidéo du site http://docteurangelique.free.fr/fichiers/InstitutDocteurAngelique.htm, les œuvres complètes en français de saint Thomas d'Aquin. 

    Denis Crouan 2023.

  • "Etre une femme est une réalité biologique"

    IMPRIMER

    Lu sur gènéthique.org :

    « Nous sommes passées d’un féminisme universaliste à un féminisme orwellien »

    12 janvier 2023

    Les féministes Marguerite Stern et Dora Moutot lancent Femelliste, un mouvement « dont la ligne repose sur le constat suivant : “Nous sommes passées d’un féminisme universaliste à un féminisme orwellien soumis à l’idéologie transgenre où les femmes ne semblent plus être le sujet central du féminisme” ». Son objectif est de « réaffirmer qu’”être une femme est une réalité biologique” ».

    Le manifeste du mouvement a été signé par la pédopsychiatre Caroline Eliacheff co-auteur de La fabrique de l’enfant-transgenre, le journaliste Brice Couturier, le philosophe Vincent Cespedes, ou encore Claude Habib, professeur émérite en littérature et auteur de La question trans, Le débat.

    Le retour des stéréotypes

    « En nous revendiquant “femellistes”, nous prônons un féminisme différent de celui aujourd’hui hégémonique qui postule qu’être une femme serait un ressenti et non une réalité biologique », explique Marguerite Stern. « Dans un premier temps, j’étais réticente à l’idée d’abandonner à d’autres la notion de féminisme car le combat que nous menons est aussi une guerre des mots, indique-t-elle. Mais notre société en est arrivée à un stade tel qu’aujourd’hui, les universitaires, les médias, les personnalités politiques et même les institutions ne savent plus définir ce qu’est une femme. »

    « Dans notre manifeste, nous expliquons que la femme est un être de nature et de culture, avec des traits de personnalité propres à chacune, explique Marguerite Stern. Simplement, le corps est la seule chose qui permet de définir ce qu’est une femme. » Or, « rappeler cette réalité est aujourd’hui un problème ». « Ça n’est pas notre condition biologique qu’il faut combattre, mais les stéréotypes qui y ont été accolés », estime-t-elle. Car « les militants trans ont signé le retour en grâce de ces stéréotypes, en postulant qu’il suffirait de porter des talons et mettre du vernis pour être une femme ». « Nous vivons une époque où le ressenti compte plus que la réalité », abonde Dora Moutot.

    La « religion » transgenre

    Pour Marguerite Stern, « le transgenrisme est un cheval de Troie masculiniste s’apparentant à une religion ». « A ce titre, et en accord avec les principes édictés par la loi 1905, nous combattons sa pénétration dans les institutions républicaines et dans l’espace public. Que les militants trans vivent leur foi, mais qu’ils ne nous imposent pas de nous désigner comme des “personnes à vulve”! », s’insurge-t-elle.

    « L’idéologie trans est une religion qui s’est emparée de la dysphorie de genre, qui est une réalité médicale, précise Dora Moutot. La nuance est importante. Des associations sont venues se saisir de cette pathologie psychiatrique pour asseoir la croyance selon laquelle on pourrait naître dans le mauvais corps. » Et « cette idéologie a gagné du terrain dans d’autres pays tels la Suède, la Finlande, le Canada, ou le Royaume-Uni ! », alerte-t-elle. Par exemple, « les financements de plus en plus d’ONG défendant les droits des femmes sont corrélés à leur politique “trans inclusive”. Au Canada, un centre d’accueil pour les femmes a failli fermer car il a perdu ses financements après avoir refusé d’accueillir un homme en jupe… », dénonce la féministe.

    « Nous assistons à l’émergence du transhumanisme, dont le transactivisme est l’une des émanations, analyse Marguerite Stern. Le progrès technique, s’il est à la base de nos civilisations, n’est pas toujours éthique. Et nos sociétés semblent l’avoir oublié. »

    Source : L’Express, Alix L’hospital (09/01/2023)

  • Eugenio Corti : un prophète pour notre temps

    IMPRIMER

    De Fabio Piemonte sur la Nuova Bussola Quotidiana (traduction automatique) :

    LA FUMÉE DANS LE TEMPLE

    Dans un livre, le réalisme prophétique d'Eugenio Corti

    13-01-2023

    Dans Il fumo nel Tempio (La fumée dans le temple), l'écrivain Eugenio Corti rassemble de nombreux discours sur les événements les plus significatifs des trente dernières années du siècle dernier. Prophète de son temps, il raconte les risques pour la foi chrétienne lorsque la "fumée de Satan" commence à se répandre même dans l'Église.

    "Ce livre est la réponse d'un homme de foi qui ne se résigne pas à prendre simplement acte des difficultés ecclésiales et sociales, mais qui est au contraire déterminé à s'engager jusqu'au bout dans le bon combat pour donner à Dieu la place qui lui revient au sein de l'humanité". C'est ainsi que le regretté Cesare Cavalleri présente Il fumo nel Tempio (pp. 296) d'Eugenio Corti, publié dans une nouvelle édition par Ares, qui a édité les œuvres complètes de l'écrivain de Brianza.

    C'est un recueil d'analyses d'événements survenus principalement entre 1970 et 2000 ; c'est la contre-chanson d'un homme libre qui exprime le malaise de nombreux catholiques qui, dans le sillage de saint Paul VI, voient la "fumée de Satan" pénétrer dans le temple de Dieu. "Nous ne faisons plus confiance à l'Église, nous faisons confiance au premier prophète profane qui vient nous parler depuis un journal ou un mouvement social quelconque pour le poursuivre et lui demander s'il a la formule de la vraie vie", poursuit Cavalleri dans la préface du volume. D'où "la conviction de l'auteur qu'à l'origine des graves problèmes auxquels l'Église est confrontée se trouve l'imbrication de deux phénomènes : l'effacement de la ligne verticale qui lie l'homme à Dieu et l'abandon de la ligne horizontale qui définit la vie chrétienne dans ses résultats sociaux, à savoir la culture".

    En commentant une citation du philosophe Jacques Maritain, Corti réfléchit à la dimension politique plus large de l'Église : "L'Église (même si nous n'aimons pas instinctivement mélanger avec une réalité qui est à bien des égards surnaturelle, des catégories telles que la droite et la gauche), dans la mesure où elle reçoit son autorité d'en haut, ne peut jamais être considérée comme une organisation de gauche, mais plutôt comme son contraire. Nous pourrons alors mieux expliquer pourquoi une politique "de gauche" (ne vous méprenez pas : nous répétons que cela nous dérange aussi d'utiliser cette phraséologie profane pour l'Église) - telle que celle préconisée avec autorité par Maritain lui-même - a pu conduire à un état de semi-paralysie et au choix de tant d'hommes erronés, surtout pour les postes clés de la culture, des médias, etc. Le seul réconfort pour nous est de savoir que l'Église ne pourra de toute façon pas se désagréger, car le Sauveur sera toujours avec elle".

    Lire la suite

  • Benoît XVI : C'est le temps de l'Antéchrist

    IMPRIMER

    De Rod Dreher sur The American Conservative :

    Benoît XVI : C'est le temps de l'Antéchrist

    En 2015, Benoît XVI a écrit une lettre à l'homme d'État catholique Vladimir Palko, l'exhortant à prier contre "l'expansion du pouvoir de l'Antéchrist".

    10 janvier 2023

    En novembre, j'étais en visite à Bratislava, et j'ai dîné avec mes amis Vladimir Palko, mathématicien et homme d'État à la retraite, et Jaroslav Daniška, rédacteur en chef du magazine conservateur Standard. Vlado était l'une de mes sources pour Live Not By Lies. Nous parlions du pape Benoît XVI, malade. Vlado a mentionné qu'en 2015, il avait reçu une lettre de Benoît XVI, en tant que pape émérite. Ah bon ? Vlado, un membre de l'Église catholique clandestine qui a ensuite été ministre de l'Intérieur dans l'un des gouvernements post-communistes du pays, avait écrit un livre intitulé The Lions Are Coming : Why Europe And America Are Heading for a New Tyranny, sur la nature anti-chrétienne croissante de la vie et de la politique occidentales. Le livre avait été traduit en allemand, et un évêque autrichien en avait fait parvenir un exemplaire à Benoît XVI.

    Vlado était grave lorsqu'il a parlé de la lettre. Elle était très courte, a-t-il dit, et appréciait le livre. Et à la fin, le pape émérite parlait de l'Antéchrist. Vlado n'a pas voulu dire précisément ce que Benoît XVI avait dit. Il nous a dit qu'il ne publierait la lettre qu'après la mort de Benoît.

    La semaine dernière, j'ai rencontré Jaroslav pour dîner à Rome. Nous étions tous les deux là pour les funérailles de Benoît. Je lui ai demandé si Vlado se préparait à publier la lettre. Il m'a répondu qu'il n'en était pas sûr, parce que Vlado avait des doutes. Vlado est un catholique de la vieille école et il avait peur d'être une pierre d'achoppement pour la foi des autres. J'ai exhorté Jaro à encourager Vlado à dire la vérité, car il est important que le monde sache comment le saint pape qui vient de nous quitter lisait les signes des temps.

    Aujourd'hui, le Standard a publié une courte interview que Jaro a réalisée avec Vlado, dans laquelle il a révélé le contenu de la lettre de Benoît XVI. Voici un extrait de l'interview, que j'ai traduit en anglais via Google :

    Lorsque vous avez rapporté la lettre pour la première fois, vous avez décidé de ne pas publier une partie du texte, en faisant remarquer que ce n'était pas le bon moment pour le faire. La raison en était le contenu sensible et les préoccupations que le défunt pape exprimait sur l'état de l'Église catholique. Pourriez-vous préciser de quoi il s'agissait exactement ?

    Oui, c'est comme ça. La lettre n'est pas longue, elle comporte douze lignes. Dans la deuxième moitié de la lettre, il y a une phrase, d'environ trois lignes, dans laquelle le pape émérite fait des affirmations frappantes.

    La phrase se lit comme suit : "Nous voyons comment le pouvoir de l'Antéchrist s'étend, et nous ne pouvons que prier pour que le Seigneur nous donne des bergers forts qui défendront son Eglise en cette heure de nécessité contre le pouvoir du mal."

    En allemand, cela se lit comme suit : "Man sieht, wie die Macht des Antichrist sich ausbreitet, und kann nur beten, dass der Herr uns kraftvolle Hirten schenkt, die seine Kirche in dieser Stunde der Not gegen die Macht des Bösen verteidigen."

    Qu'avez-vous pensé alors ? Et qu'en pensez-vous aujourd'hui ?

    Des concepts tels que l'expansion du pouvoir de l'Antéchrist, l'Eglise à l'heure du besoin, et la nécessité de défendre l'Eglise contre la puissance du mal sont sérieux et lourds de sens. D'autant plus qu'ils ont été prononcés par une personne dont l'expression, tout au long de sa vie, alliait la justesse à l'adéquation des termes utilisés. Il a délivré des messages publics sérieux même en tant que pape, mais ces formulations sont plusieurs degrés plus urgentes. La situation du monde et de l'Eglise a beaucoup troublé le Pape émérite. Il en souffrait visiblement.

    J'y pense très souvent, mais je n'ose pas interpréter ses déclarations. Je trouverais cela présomptueux à ce stade. Je ne suis qu'un ancien politicien chrétien et je ne me sens pas compétent. En tant que politicien, j'ai adhéré au magistère de l'Église catholique et je n'ai reculé devant aucun combat. Cependant, je commente rarement l'Eglise et seulement sur des détails. Pour exprimer des jugements fondamentaux sur son état en général, il faut à la fois une personne qui soit un meilleur exemple des vertus chrétiennes et une personne plus compétente sur le plan théologique. C'est un travail pour les saints.

    Lire la suite

  • Quand Benoît XVI évoquait les principes non négociables

    IMPRIMER

    DISCOURS DU PAPE BENOÎT XVI AUX PARTICIPANTS AU CONGRÈS PROMU PAR LE PARTI POPULAIRE EUROPÉEN (source)

    Salle des Bénédictions- Jeudi 30 mars 2006

    Eminents Parlementaires,
    Mesdames et Messieurs,

    Je suis heureux de vous recevoir à l'occasion des Journées d'étude sur l'Europe, organisées par votre groupe parlementaire. Les Pontifes romains ont toujours accordé une attention particulière à ce continent. L'audience d'aujourd'hui le démontre une nouvelle fois, et s'inscrit dans une longue série de rencontres entre mes prédécesseurs et  les  mouvements  politiques  d'inspiration  chrétienne. Je remercie M. Pöttering des paroles qu'il m'a adressées en votre nom, et je lui présente, ainsi qu'à chacun de vous, mes cordiales salutations.

    Actuellement, l'Europe doit faire face à des questions complexes de grande importance, telles que la croissance et le développement de l'intégration européenne, la définition toujours plus précise de politiques communes au sein de l'Union et le débat sur son modèle social. Pour atteindre ces objectifs, il sera important de s'inspirer, avec une fidélité créative, de l'héritage chrétien qui a apporté une contribution tout à fait particulière à la formation de l'unité de ce continent. En tenant compte de ses racines chrétiennes, l'Europe sera capable de donner une orientation sûre au choix de ses citoyens et de ses peuples, elle renforcera sa conscience d'appartenir à une civilisation commune et elle consolidera l'engagement de tous dans le but de faire face aux défis du présent en vue d'un avenir meilleur. Par conséquent, j'apprécie la reconnaissance accordée par votre groupe à l'héritage chrétien de l'Europe, qui offre de précieuses orientations éthiques dans la recherche d'un modèle social qui réponde de manière adéquate aux questions posées par une économie déjà mondialisée et par les mutations démographiques, en assurant la croissance et l'emploi, la protection de la famille, l'égalité des chances pour l'éducation des jeunes et la sollicitude pour les plus pauvres.

    Par ailleurs, le soutien que vous apportez à l'héritage chrétien peut contribuer de manière significative à tenir en échec une culture aujourd'hui très amplement diffusée en Europe qui relègue dans la sphère privée et subjective la manifestation des convictions religieuses de chacun. Des politiques élaborées sur ce principe n'ont pas seulement comme conséquence de dénier un rôle public au christianisme; de manière plus générale, elles refusent tout lien avec la tradition religieuse de l'Europe, qui est pourtant très claire, en dépit de ses diversités confessionnelles, en menaçant ainsi la démocratie elle-même, dont la force dépend des valeurs qu'elle défend (cf. Evangelium vitae, n. 70). Etant donné que cette tradition, précisément au sein de ce que l'on pourrait appeler son unité polyphonique, est porteuse de valeurs qui sont fondamentales pour le bien de la société, l'Union européenne ne peut trouver qu'un enrichissement à la reconnaître. Ce serait un signe d'immaturité, voire de faiblesse, de choisir de s'y opposer ou de l'ignorer, plutôt que de dialoguer avec elle. Dans ce contexte, il faut reconnaître qu'une certaine intransigeance séculière se révèle ennemie de la tolérance et d'une saine vision séculière de l'Etat et de la société. C'est pourquoi je me réjouis que le traité constitutionnel de l'Union européenne prévoie une relation organisée et permanente avec les communautés religieuses, en reconnaissant leur identité et leur contribution spécifique. Par dessus tout, j'ai confiance dans le fait que la mise en oeuvre effective et juste de cette relation commencera dès à présent, avec la co-opération de tous les mouvements politiques, indépendamment de leurs orientations partisanes. Il ne faut pas oublier que, lorsque les Eglises et les communautés ecclésiales interviennent dans le débat public, en exprimant des réserves ou en rappelant certains principes, cela ne constitue pas une forme d'intolérance ou une interférence, car ces interventions ne visent qu'à éclairer les consciences, en les rendant capables d'agir de manière libre et responsable, conformément aux exigences véritables de la justice même si cela peut entrer en conflit avec des situations de pouvoir et d'intérêt personnel.

    En ce qui concerne l'Eglise catholique, l'objet principal de ses interventions dans le débat public porte sur la protection et la promotion de la dignité de la personne et elle accorde donc volontairement une attention particulière à certains principes qui ne sont pas négociables. Parmi ceux-ci, les principes suivants apparaissent aujourd'hui de manière claire: 

    - la protection de la vie à toutes ses étapes, du premier moment de sa conception jusqu'à sa mort naturelle;

    - la reconnaissance et la promotion de la structure naturelle de la famille - comme union entre un homme et une femme fondée sur le mariage - et sa défense contre des tentatives de la rendre juridiquement équivalente à des formes d'union radicalement différentes qui, en réalité, lui portent préjudice et contribuent  à  sa  déstabilisation, en obscurcissant son caractère spécifique et son rôle social irremplaçable;

    - la protection du droit des parents d'éduquer leurs enfants.

    Ces principes ne sont pas des vérités de foi, même si ils reçoivent un éclairage et une confirmation supplémentaire de la foi; ils sont inscrits dans la nature humaine elle-même et ils sont donc communs à toute l'humanité. L'action de l'Eglise en vue de leur promotion n'est donc pas à caractère confessionnel, mais elle vise toutes les personnes, sans distinction religieuse. Inversement, une telle action est d'autant plus nécessaire que ces principes sont niés ou mal compris, parce cela constitue une offense contre la vérité de la personne humaine, une blessure grave infligée à la justice elle-même.

    Chers amis, en vous exhortant à un témoignage crédible et cohérent de ces vérités fondamentales à travers votre action politique, et plus fondamentalement à travers votre engagement à vivre de manière authentique et cohérente votre vie, j'invoque sur vous et sur votre activité l'assistance continue de Dieu et en gage de celle-ci, je vous donne de tout coeur ma Bénédiction, ainsi qu'à tous ceux qui vous accompagnent.