Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Culture

  • Bède le Vénérable (25 mai) : un bâtisseur de l'Europe chrétienne au VIIIème siècle

    IMPRIMER

    De BENOÎT XVI lors de l'AUDIENCE GÉNÉRALE du mercredi 18 février 2009 :

    Bède le vénérable

    Chers frères et sœurs,

    Le saint que nous évoquons aujourd'hui s'appelle Bède et naquit dans le Nord-Est de l'Angleterre, plus exactement dans le Northumberland, en 672/673. Il raconte lui-même que ses parents, à l'âge de sept ans, le confièrent à l'abbé du proche monastère bénédictin, afin qu'il l'instruise:  "Depuis lors - rappelle-t-il -, j'ai toujours vécu dans ce monastère, me consacrant intensément à l'étude de l'Ecriture et, alors que j'observais la discipline de la Règle et l'engagement quotidien de chanter à l'église, il me fut toujours doux d'apprendre, d'enseigner ou d'écrire" (Historia eccl. Anglorum, v, 24). De fait, Bède devint l'une des plus éminentes figures d'érudit du haut Moyen-Age, pouvant utiliser les nombreux manuscrits précieux que ses abbés, revenant de leurs fréquents voyages sur le continent et à Rome, lui portaient. L'enseignement et la réputation de ses écrits lui valurent de nombreuses amitiés avec les principales personnalités de son époque, qui l'encouragèrent à poursuivre son travail, dont ils étaient nombreux à tirer bénéfice. Etant tombé malade, il ne cessa pas de travailler, conservant toujours une joie intérieure qui s'exprimait dans la prière et dans le chant. Il concluait son œuvre la plus importante, la Historia ecclesiastica gentis Anglorum, par cette invocation:  "Je te prie, ô bon Jésus, qui avec bienveillance m'a permis de puiser aux douces paroles de ta sagesse, accorde-moi, dans ta bonté, de parvenir un jour à toi, source de toute sagesse, et de me trouver toujours face à ton visage". La mort le saisit le 26 mai 735:  c'était le jour de l'Ascension.

    Les Saintes Ecritures sont la source constante de la réflexion théologique de Bède. Après une étude critique approfondie du texte (une copie du monumental Codex Amiatinus de la Vulgate, sur lequel Bède travailla, nous est parvenue), il commente la Bible, en la lisant dans une optique christologique, c'est-à-dire qu'il réunit deux choses:  d'une part, il écoute ce que dit exactement le texte, il veut réellement écouter, comprendre le texte lui-même; de l'autre, il est convaincu que la clef pour comprendre l'Ecriture Sainte comme unique Parole de Dieu est le Christ et avec le Christ, dans sa lumière, on comprend l'Ancien et le Nouveau Testament comme "une" Ecriture Sainte. Les événements de l'Ancien et du Nouveau Testament vont de pair, ils sont un chemin vers le Christ, bien qu'ils soient exprimés à travers des signes et des institutions différentes (c'est ce qu'il appelle la concordia sacramentorum). Par exemple, la tente de l'alliance que Moïse dressa dans le désert et le premier et le deuxième temple de Jérusalem sont des images de l'Eglise, nouveau temple édifié sur le Christ et sur les Apôtres avec des pierres vivantes, cimentées par la charité de l'Esprit. Et de même qu'à la construction de l'antique temple contribuèrent également des populations païennes, mettant à disposition des matériaux précieux et l'expérience technique de leurs maîtres d'œuvre, à l'édification de l'Eglise contribuent les apôtres et les maîtres provenant non seulement des antiques souches juive, grecque et latine, mais également des nouveaux peuples, parmi lesquels Bède se plaît à citer les celtes irlandais et les Anglo-saxons. Saint Bède voit croître l'universalité de l'Eglise qui ne se restreint pas à une culture déterminée, mais se compose de toutes les cultures du monde qui doivent s'ouvrir au Christ et trouver en Lui leur point d'arrivée.

    Lire la suite

  • La COMECE regrette la transformation de l'église Saint-Sauveur de Chora en mosquée : "Un nouveau coup dur pour le dialogue interreligieux"

    IMPRIMER

    shutterstock_1800218683-2

    logopress660

    La COMECE regrette la transformation de l'église Saint-Sauveur de Chora en mosquée : "Un nouveau coup dur pour le dialogue interreligieux

    La Commission des Épiscopats de l'Union européenne (COMECE) a commenté, jeudi 23 mai 2024, la récente mise en œuvre de la décision des autorités turques de transformer l'église Saint-Sauveur de Chora en mosquée. "Cette mesure dilue encore davantage les racines historiques de la présence chrétienne dans le pays. Toute initiative de dialogue interreligieux promue par les autorités turques perd de sa crédibilité".

    Quatre ans après la conversion de la basilique Sainte-Sophie en mosquée, la très symbolique église Saint-Sauveur de Chora, à Istanbul, suit le même chemin. Le président turc Recep Tayyip Erdoğan a officiellement ouvert l'église chrétienne orthodoxe byzantine au culte islamique au début du mois de mai 2024.

    "C'est un pas de plus dans la dilution des racines historiques de la présence chrétienne dans le pays, et c'est une décision regrettable qui rendra la coexistence religieuse plus difficile. Avec cette action, toute initiative de dialogue interreligieux promue par les autorités du pays perdra inévitablement de sa crédibilité", déclare le Père Manuel Barrios Prieto, Secrétaire général de la COMECE.

    L'église du IVe siècle est un emblème du christianisme oriental et une mémoire vivante de la présence historique des chrétiens dans le pays. Le temple fait partie du patrimoine culturel mondial de l'UNESCO et a fonctionné comme musée pendant des décennies.

    En juillet 2020, la COMECE a commenté le changement de statut du monument du patrimoine mondial Sainte-Sophie, qui est passé de musée à temple musulman, estimant qu'il s'agissait d'un " coup porté au dialogue interreligieux ". À cette occasion, la COMECE a également souligné le "grave problème" de la Turquie en matière de discours de haine et de menaces à l'encontre des minorités nationales, ethniques et religieuses.

  • Peter Seewald : « Nous avons perdu le paradis. »

    IMPRIMER

    Du Tagespost (! en traduction automatique):

    Peter Seewald : « Nous avons perdu le ciel »

    Penser la vie depuis la fin : le texte de la conférence du biographe de Benoît XVI à l'occasion de son doctorat honorifique du STH Bâle.

    18 mai 2024

    L'Université de théologie de Bâle (STH Bâle) a décerné le 13 mai un doctorat honorifique au journaliste et biographe de Benoît XVI, Peter Seewald. Selon l'université, Seewald a reçu un doctorat honoris causa pour ses réalisations journalistiques, comme une biographie sur Jésus-Christ . Le «Tagespost» documente la conférence avec l'aimable autorisation de Seewald.

    Chers collègues de l'Université de Théologie de Bâle, avec le recteur Professeur Dr. Thiessen,
    cher Archevêque Dr. Ganswein,
    Mesdames et Messieurs !

    Tout d'abord, cher Professeur Dr. Schwanke, merci beaucoup pour votre discours élogieux, que j'apprécie beaucoup. Beaucoup trop d'éloges, à mon avis, mais bien sûr, j'en suis vraiment comblé.  

    Je tiens à vous remercier infiniment pour le grand honneur que vous me faites aujourd'hui en me décernant un doctorat honorifique de votre université. En guise d'expression de ma gratitude, je voudrais vous proposer quelques réflexions sur un sujet auquel personne ne peut échapper. Personne dans la pièce et personne dehors. Même si on aimerait l'ignorer. Comme le disait Sigmund Freud : « Tout le monde pense que tout le monde est mortel – sauf lui-même. »

    La mort est le mur de séparation

    Il s'agit de la mort. Le « Silent Highway Man », comme l’appellent les Britanniques. Qui a tant de facettes, connaît tant de rites, emploie tant de poètes, penseurs, compositeurs et peintres. La mort est le mur de séparation. Non seulement parce que cela sépare la vie de la non-vie, mais aussi parce que cela sépare deux visions du monde qui ne pourraient pas être plus différentes. Selon l’un d’eux, je vis comme si ma courte existence sur terre était tout ce à quoi je devais m’attendre. D’un autre côté, je crois en une existence ultérieure immortelle et fantastique, que le christianisme appelle « vie éternelle ».

    «On ne meurt qu'une fois», écrivait l'écrivain suisse Urs Widmer, «et c'est garanti.» Lorsque le christianisme parle de mort, il ne s'agit pas d'un événement ultime, final ou d'une « absurdité », comme Sartre qualifiait la mort, ni de « l'être vers la mort » de Heidegger, qui est la conclusion essentielle de la vie. L’idée chrétienne vise une vue d’ensemble. Elle affirme avec audace que les humains sont mortels d’une part, mais aussi immortels en même temps. 

    Y a-t-il une vie après la mort ? La foi chrétienne répond à cette question par un « oui » retentissant. S’il existe un corps terrestre, affirmait l’ apôtre Paul , « il y a aussi un corps céleste » (1 Cor. 15 :42). Karl Rahner appelle cela « se perfectionner ». Cela est lié à la question de savoir ce que signifie être humain. Et pourquoi la nature humaine est ancrée dans un profond désir de bonheur intemporel, de paix et de justice, qu’aucune compétence au monde, aucune richesse, aucun luxe, aucune carrière, aucun sexe ne pourra jamais satisfaire. Heinrich Böll a expliqué ce désir par le « fait » que « nous savons tous en réalité - même si nous ne l'admettons pas - que nous ne sommes pas tout à fait chez nous ici sur terre. Pour que nous appartenions à un autre endroit.

    Quiconque parle de la vie éternelle doit d’abord parler de la mort. « La mort est survenue » est l'ancienne formule pour annoncer le décès d'une personne. La mort frappe et personne ne peut lui montrer la porte. Environ 160 000 personnes meurent chaque jour dans le monde, soit près de 60 millions par an. Cela équivaut à la population de la Suède, de la Norvège, de la Belgique, de l’Autriche et de l’Australie réunies. Beaucoup d'entre eux sont dus à des accidents, à la violence, à la guerre, la plupart à cause du diabète, du cancer, de la maladie d'Alzheimer ou de crises cardiaques. On pourrait aussi dire : à cause de l'âge. La question est alors : la vieillesse est-elle une maladie qui peut être surmontée, comme le propagent les transhumanistes, pour ensuite rester jeune pour toujours ? Ou y a-t-il un programme qui touche à sa fin ?

    L'homme n'est jamais que la vie

    La personne la plus âgée que nous connaissions était Jeanne Louise Calment de Provence. Elle est décédée en 1997 à l'âge de 122 ans. Elle n'avait jamais travaillé, fumait de toute sa vie, mangeait un kilo de chocolat par semaine et jouissait d'une bonne santé jusqu'au bout. "Je n'ai jamais eu plus d'une ride", coquette-t-elle, même centenaire, "et c'est sur cela que je suis assise. La deuxième personne la plus âgée du monde était la religieuse française André." Elle avait 118 ans. Lorsqu'un journaliste lui a demandé le secret de sa longue vie, elle a répondu : « Dieu ne veut pas de moi. »

    Au Haut Moyen Âge et bien au-delà, l’espérance de vie moyenne était de 33 ans. Mais soudain, en un seul siècle, de 1870 à 1970, cette durée a doublé, passant d'environ 35 à 70 ans. Aujourd'hui, en Allemagne, il est de 78,9 ans pour les hommes et de 83,6 ans pour les femmes. La tendance, comme dans de nombreuses régions du monde, continue de s’accentuer.

    Lire la suite

  • « Dans 10 ou 15 ans, l’islam pourrait être la première religion de France »

    IMPRIMER

  • Jean Paul II et Jérôme Lejeune : Deux vies au service de la vie

    IMPRIMER

    De George Weigel sur le National Catholic Register :

    Jean Paul II et Jérôme Lejeune : Deux vies au service de la vie

    COMMENTAIRE : Les menaces contre la dignité humaine et le caractère sacré de la vie auxquelles Jérôme Lejeune et Jean-Paul II se sont efforcés de résister avec tant d'énergie se sont intensifiées.

    Pope John Paul II alongside Dr. Jérôme Lejeune holding a child with Down syndrome.

    Le pape Jean-Paul II aux côtés du Dr Jérôme Lejeune tenant dans ses bras un enfant atteint du syndrome de Down. (photo : Denis Soto/Wikimedia Commons / Public Domain )

    18 mai 2024

    Note de l'éditeur : Le biographe de Jean-Paul II, George Weigel, a prononcé les remarques suivantes le 18 mai à Rome lors de la IIe Conférence internationale de bioéthique, Chaire internationale de bioéthique Jérôme Lejeune. Ce texte est reproduit avec son autorisation.

    De nombreux participants à cette conférence sont des experts de la vie et de la pensée d'un grand homme de science et d'un grand homme de foi, le vénérable Jérôme Lejeune, ce qui n'est pas mon cas. Mais en tant que biographe du pape Jean-Paul II, je sais quelque chose de ce disciple exemplaire et de ce penseur puissant, et je sais que ce grand saint avait la plus haute estime pour Jérôme Lejeune.

    Comme l'a dit Jean-Paul II dans une lettre adressée au cardinal Jean-Marie Lustiger, archevêque de Paris, le lendemain du jour où le Dr Lejeune a été rappelé au Seigneur, le Dr Lejeune avait un « charisme » : un don de Dieu qui lui permettait « d'utiliser sa profonde connaissance de la vie et de ses secrets pour le véritable bien de l'homme et de l'humanité, et uniquement dans ce but ».

    Jérôme Lejeune, a poursuivi Jean-Paul II, était devenu « l'un des ardents défenseurs de la vie, en particulier de la vie des enfants à naître ». Ce faisant, il était prêt à devenir un « signe de contradiction », indépendamment des pressions exercées par une société permissive ou de l'ostracisme qu'il a subi.

    Ainsi, en Jérôme Lejeune, le monde a rencontré « un homme pour qui la défense de la vie est devenue un apostolat ». Le charisme donné au Dr Lejeune a été vécu dans le service évangélique du Christ et des petits du Christ.

    Les relations entre Jean-Paul II et Jérôme Lejeune, marquées par un profond respect mutuel qui s'est transformé en une forme d'amitié spirituelle, vous sont certainement familières.

    Nous connaissons la gratitude de Jean-Paul II pour le travail du Dr Lejeune au sein de l'Académie pontificale pour la vie, dont Lejeune était le président fondateur.

    Nous connaissons la gratitude de Jean-Paul II pour le travail acharné du Dr Lejeune dans la défense des enfants à naître, à laquelle il a apporté une autorité singulière, compte tenu de ses réalisations en tant que l'un des plus grands scientifiques du monde dans le domaine de la vie.

    Nous connaissons leur discussion lors du déjeuner du 13 mai 1981, au cours duquel ils ont évoqué les menaces qui pèsent sur la famille et auxquelles Jean-Paul II a tenté de répondre par la création du Conseil pontifical pour la famille, en liant la défense de la famille à la défense de la vie à tous les stades et dans toutes les conditions.

    Nous savons que Jean-Paul II a demandé au Dr Lejeune de diriger la délégation du Saint-Siège qui s'est rendue à Moscou après la mort du dirigeant soviétique Youri Andropov : un grand défenseur international de la vie représentant le pape aux funérailles de l'homme qui, en tant que chef de la police secrète soviétique, le KGB, avait incarné l'insensibilité du communisme à l'égard du caractère sacré de la vie - et qui pourrait bien s'être trouvé à la tête de la chaîne de causalité qui a conduit à un autre événement le 13 mai 1981.

    Lire la suite

  • Philo à BXL / 21 mai : "Cicéron, Sénèque et Plutarque, une thérapeutique des passions" (Stéphane Mercier)

    IMPRIMER

    2024_05_17_09_11_53_Greenshot.png

    2024_05_17_09_13_30_Greenshot.png

  • Elections en Inde : le triomphe annoncé du nationalisme hindou

    IMPRIMER

    De Philippe Oswald sur La Sélection du Jour :

    Au bout des élections en Inde, le triomphe du nationalisme hindou

    Depuis le 19 avril et jusqu'au 1er juin, près d'un milliard d'électeurs indiens sont appelés aux urnes. Ces gigantesques élections, qui ont lieu tous les cinq ans, consacreront vraisemblablement le triomphe du Parti indien du peuple et la reconduction pour un troisième mandat du premier ministre Narendra Modi, champion de plus en plus affirmé du nationalisme hindou.

    Depuis le 19 avril et jusqu'au 1er juin, 968 millions d'Indiens sont appelés à voter dans 102 circonscriptions réparties sur 21 États pour élire 545 députés à la Chambre basse du ParlementLes résultats, attendus pour le 4 juin, détermineront le parti majoritaire et le nom du Premier ministre (Le Figaro, 18 avril). L'issue de ce marathon électoral de six semaines ne présente guère de doute : Narendra Modi et son parti, le BJP (« Parti indien du peuple »), au pouvoir depuis 2014, devraient triompher et imposer le nationalisme hindou. Selon ce courant de pensée, que d'aucuns qualifient d'idéologie, l'Inde aurait été asservie pendant douze siècles par les musulmans puis les Britanniques. Pour retrouver sa souveraineté et son identité, il lui faudrait donc revenir à « la source ». Cela signifie affirmer la primauté de l'hindouisme, avant tout sur l'islam et le christianisme qui sont les deux principales religions « allogènes ». Première minorité religieuse du pays devant les chrétiens (2,3 % de la population), les sikhs (1,7 %) et les bouddhistes (0,7 %), les musulmans représentent 15 % de la population indienne, soit près de 200 millions de personnes, mais n'occupent que 5 % des sièges de la chambre basse du Parlement.

    Le parti au pouvoir n'a pas lésiné sur les moyens de propagandeDrapeaux, étendards et fanions du BJP claquent dans les rues des villes gouvernées par le parti ou ses alliés, à commencer par New Delhi. Des rues à consonances islamiques ont été renommées. L'opposition est sommée de donner des gages de ferveur nationale-hindouiste et est accusée d' « anti-hindouisme » quand elle entreprend de critiquer le bilan peu flatteur du pouvoir s'agissant du chômage, de l'inflation, de la corruption ou de l'indigence des services publics.

    Depuis la première élection de Modi, en 2014, la pression sur les minorités religieuses n'a cessé de croître. Les lois promulguées à l'encontre des vendeurs (musulmans) de viande bovine, des congrégations religieuses recevant des fonds de l'étranger et les lois anti-conversions ont confirmé aux chrétiens comme aux musulmans qu'ils étaient dans le viseur des nouveaux dirigeants de l'Inde. Des nationalistes hindous, influencés par la rhétorique de politiciens affiliés au BJP, s'en prennent aux personnels d'institutions chrétiennes (écoles, orphelinats, dispensaires, hôpitaux). Déplorant un climat social hostile aux minorités religieuses, la Conférence des évêques catholiques de l'Inde (CBCI) a dénoncé une « polarisation religieuse sans précédent qui endommage notre chère harmonie sociale et menace la démocratie elle-même ».

    Pour s'assurer un troisième mandat, Narendra Modi multiplie les signes de ferveur hindouiste. En janvier dernier, le Premier ministre a inauguré un temple construit sur le site d'une ancienne mosquée détruite en 1992 par des extrémistes hindous, dans la ville d'Ayodhya (Uttar Pradesh). Soulignant son engagement nationaliste et religieux, son discours annonçait l'avènement d'une « nouvelle ère » pour l'Inde.

    Autre indice de la fin programmée du sécularisme : l'éclipse qui frappe les pères de l'indépendance indienne, Gandhi et Nehru, auxquels sont reprochées plus ou moins franchement leur conception séculière et pluraliste de la démocratie indienne. Signe symbolique de ce désamour : le Musée-Mémorial Nehru, institut prestigieux de sciences sociales à New Delhi, a été renommé en août 2023 « Musée et bibliothèque du Premier ministre ». Quant à Gandhi, le gouvernement Modi lui préfère ostensiblement Vinayak Damodar Savarkar (1883- 1966), un nationaliste qui fut incarcéré par les Britanniques. Savarkar est le fondateur de l'hindutva, une idéologie prônant la suprématie de la « nation hindoue » (« Hindu Rashtra »). À ce propos, La Croix (25 avril) relève qu'un détail historique gênant est occulté dans les manuels d'histoire : l'allégeance de l'assassin de Gandhi, le nationaliste hindou Narayan Vinayak Godse, à l'association des volontaires nationaux, organisation paramilitaire dont est issu le BJP…

    La prochaine étape visée par les ultra-nationalistes est une réforme de la Constitution enterrant le sécularisme — qui y est inscrit depuis l'indépendance (Asia News, 19 avril). Modi n'a pas désigné le but aussi clairement, mais il n'a pas caché son désir d'obtenir une majorité suffisante au Parlement pour instaurer un nouveau code civil unifié qui priverait les minorités religieuses de leurs législations particulières, charia pour les musulmans, lois ou coutumes liées au mariage, au divorce, à l'adoption, à l'héritage pour les chrétiens.

    L'Église catholique de l'Inde ne dissimule pas son inquiétude face aux desseins de Modi et du Bharatiya Janata Party, d'instrumentaliser l'hindouisme au détriment des autres religions rapporte Vatican News (9 avril). La minorité chrétienne ne représente que 2,3 % du 1,4 milliard d'habitants du pays, soit néanmoins entre 30 et 35 millions de citoyens indiens. Selon l'organisation United Christian Forum, 161 attaques ont ciblé les chrétiens en Inde entre le 1er janvier et le 15 mars 2024. Plus fondamentalement, l'offensive se concentre sur les écoles et universités catholiques, particulièrement recherchées pour leur qualité.

    La sélection
    Inde : tout ce qu’il faut savoir sur les élections législatives
  • La belle et bonne liturgie n'est pas un luxe !

    IMPRIMER

    La liturgie et l’Église se tiennent mutuellement ou chutent ensemble

    (source : Diakonos.be, archive du 4 mars 2020))

    Tiré du blog  de l’association liturgique américaine Adoremus traduit par l’Association Pro Liturgia.

    Il est difficile de rester indifférent à la crise ecclésiale que nous connaissons actuellement. La peine, la confusion, les questions sont en chacun d’entre nous, même si elles se présentent de façons variées suivant les personnes. Comme le faisait remarquer le cardinal Ratzinger, l’Eglise est « une entreprise toujours en cours de réforme », c’est-à-dire toujours à purifier. Mais la crise actuelle s’avère complexe et la réforme doit être menée en conséquence. Dans ce contexte difficile, il est nécessaire de parler – une fois encore – de la liturgie.

    Beaucoup de fidèles pensent peut être que le sujet ne mérite pas qu’on s’y attarde : ce n’est pas quand la maison est en feu qu’on doit s’interroger sur la façon de disposer et nettoyer le mobilier ; il faut d’abord… sauver les meubles ! Devrions-nous passer notre temps et gaspiller notre énergie à parler de liturgie alors qu’il y a tant d’autres problèmes importants à résoudre, tant de décisions à prendre, de changements à mettre en œuvre ? La « belle et bonne liturgie » n’est-elle pas un luxe, quelque chose dont on pourrait s’occuper une fois le vrai travail accompli ? Qui, aujourd’hui, peut penser que le soin de la liturgie est une priorité alors qu’il y a tant d’autres choses pressantes à faire dans une chancellerie épiscopale, dans une paroisse ou dans un séminaire?

    Joseph Ratzinger a un point de vue radicalement différent. Il y a quelques années, dans la préface qu’il avait faite pour l’édition en russe de ses écrits sur la liturgie, il notait : « La cause la plus profonde de la crise qui a bouleversé l’Eglise réside dans l’obscurcissement de la priorité de Dieu dans la liturgie. » Et il expliquait : « L’existence de l’Eglise dépend de la célébration correcte de la liturgie ; l’Eglise est en danger lorsque la primauté de Dieu n’apparaît plus dans la liturgie ni, par conséquent, dans la vie. » Il est important de remarquer un adjectif utilisé dans cette phrase : Joseph Ratzinger n’écrit pas simplement que l’Eglise vit de la célébration de la liturgie ; il précise qu’elle vit de la célébration « correcte » de la liturgie. Pour le dire de façon plus simple, il ne s’agit pas d’avoir des prêtres qui sachent « dire la messe » ; il faut surtout les prêtres qui sachent la célébrer « correctement ». Et Joseph Ratzinger insistait : « L’Eglise se tient avec la liturgie ou tombe avec la liturgie. Par conséquent, la célébration “correcte” de la liturgie sacrée est au centre de tout renouveau de l’Eglise. » Tout renouveau, ce renouveau que nous désirons, a son centre dans la célébration « correcte » de la liturgie. Essayons de comprendre pourquoi.

    Lire la suite

  • Quand le pape François se fait le chantre de la natalité

    IMPRIMER

    De Loup Besmond de Senneville sur le site du journal La Croix :

    Le pape François se fait le chantre de la natalité

    Analyse 

    Intervenant lors d’États généraux de la natalité organisés par une association familiale italienne, le pape François s’est inquiété, vendredi 10 mai, du faible taux d’enfants par femme sur le continent européen. Il a comparé le marché des armes à celui des contraceptifs. « L’un détruit la vie, l’autre empêche la vie. »

    10/05/2024

    Il est entré sur la scène comme une rockstar, devant un millier de personnes. Le pape François, 87 ans, s’est fait, vendredi 10 mai, le chantre de la natalité, lors d’États généraux sur le sujet, organisés par une association familiale italienne. Entouré d’enfants vêtus de tee-shirts orange, François a fait part de son inquiétude face à la baisse de la natalité, en particulier en Europe. « Le Vieux Continent devient toujours plus vieux », a-t-il estimé.

    À moins d’un mois des élections européennes, François a livré une vision sombre du continent, qu’il a analysé comme étant « fatigué et résigné, tellement occupé à exorciser la solitude et l’angoisse qu’il ne sait plus savourer, dans la civilisation du don, la vraie beauté de la vie ». Avec 1,25 enfant par femme, la natalité en Italie est la troisième plus faible de l’Union européenne, avec l’Espagne et Malte. Le sujet constitue, depuis des années, une préoccupation particulière du Vatican, qui ne manque jamais une occasion d’encourager l’instauration de politiques natalistes dans le pays.

    « Le nombre de naissances est le premier indicateur de l’espoir d’un peuple »

    « Le nombre de naissances est le premier indicateur de l’espoir d’un peuple. Sans enfants et sans jeunes, un pays perd son désir d’avenir, a ainsi poursuivi François. En Italie, par exemple, la moyenne d’âge est actuellement de 47 ans, et l’on continue à battre des records négatifs. »

    Soulignant que « la vie humaine n’est pas un problème, mais un don », le pape François, 87 ans, a déploré « l’égoïsme » trop présent dans des sociétés où l’on préfère « avoir des chiens et des chats » que des enfants. « L’égoïsme nous rend sourds à la voix de Dieu, qui aime en premier et enseigne à aimer, et à la voix de nos frères et sœurs à nos côtés. Il anesthésie le cœur. »

    Mais, devant le millier de personnes présentes dans la salle, qui ont interrompu son discours à plusieurs reprises par des applaudissements, François est allé plus loin dans ses critiques. Il a dressé un parallèle entre les contraceptifs et les armes. « Il y a une chose que m’a dite un spécialiste de la démographie, a commencé le pape. En ce moment, les investissements les plus rentables sont la fabrique des armes et des contraceptifs. L’un détruit la vie, l’autre empêche la vie. »

    François ne s’est pas arrêté à ce constat sombre, adressé avant tout à l’Occident, mais a aussi voulu encourager l’espérance, thème central du Jubilé de 2025. « Je sais que, pour beaucoup d’entre vous, l’avenir peut sembler inquiétant et qu’entre la dénatalité, les guerres, les pandémies et le changement climatique, il n’est pas facile de garder l’espoir », a lancé le pape à l’adresse des plus jeunes présents dans la salle.

    Il leur a demandé, comme il le fait souvent, de « construire l’avenir » main dans la main avec leurs grands-parents. « Les grands-parents seuls, c’est un suicide culturel, a-t-il insisté, sortant du texte qui avait été préparé pour lui. L’avenir se prépare avec les jeunes et les vieux, ensemble. Le courage et la mémoire unis. » Les mots d’un pape visiblement inquiet pour l’avenir du monde.

  • La pensée et l’action du docteur Pierre Simon: promoteur français de la contraception, de l’avortement, de l’euthanasie et de la GPA

    IMPRIMER

    De Grégor Puppinck sur le site de l'ECLJ :

    La pensée et l’action de Pierre Simon: Promoteur français de la contraception, de l’avortement, de l’euthanasie et de la GPA

    6 mai 2024

    Pierre Simon est une référence incontournable pour qui veut comprendre l’idéologie de la maitrise de la vie qui sous-tend la valorisation de l’euthanasie, de l’avortement ou de la procréation artificielle. Le Dr Pierre Simon (1925-2008) se présente lui-même comme la figure de proue en France de tous les combats menés dans la seconde moitié du XXe siècle pour la légalisation de ces pratiques. Pour lui, tous ces combats n’en forment qu’un : celui du renversement de la morale traditionnelle et de la prise de contrôle rationnel de la sexualité et de la procréation en vue du progrès biologique et moral de l’humanité dans une perspective évolutionniste, et finalement transhumaniste.

    LIRE LE DOCUMENT PDF

  • « L’être humain est devenu d’une légèreté criminelle à l’égard du vivant »

    IMPRIMER

    De Danielle Moyse sur Gènéthique :

    « L’être humain est devenu d’une légèreté criminelle à l’égard du vivant »

    29/4/2024

    Danielle Moyse, philosophe, professeur et chercheuse associée à l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux, réagit suite à l’arrêt rendu par la Cour suprême de l’Alabama en le 16 février 2024 qui a autorisé trois couples à demander réparation pour la destruction de leurs embryons cryoconservés (cf. Alabama : la décision de la Cour suprême continue de faire des vagues). Elle dénonce toutes les manipulations des hommes sur le vivant, et sur la vie humaine en particulier.

    Tout le problème commence pour moi, à la cryogénisation. Que les embryons puissent être l’occasion de « stockage », dont on pourra à l’occasion « faire usage » ou non, suivant le bon vouloir de couples, témoigne du fait que l’humanité s’est arrogé les pleins pouvoirs sur l’ensemble des phénomènes, sans s’apercevoir qu’elle allait elle-même être prise dans la réquisition (cf. Embryons congelés : le casse-tête des cliniques, le dilemme des parents).

    Que d’un seul coup, quelqu’un ou quelques-uns se soient en l’occurrence avisés qu’il s’agissait d’un enfant potentiel fait soudain frémir, parce qu’on préfère voir dans ledit embryon un « projet parental » qui n’a pas, en tant que tel, d’existence propre (cf. Le projet parental légitime-t-il la venue de l’enfant ?). Il est vrai que le sort des embryons est « suspendu » à la décision des couples qui en sont l’origine. Pourtant, si l’enfant potentiel n’est que potentiel, le devenir de celui-ci aboutirait bien à l’existence d’un être humain s’il se développait. Le paradoxe c’est de vouloir traiter des embryons comme des pièces en stock, puis ensuite de dire que ce n’en sont pas. Il est vrai que ce n’en sont pas, mais il fallait peut-être s’en apercevoir avant.

    « L’impossibilité de composer avec les objections que nous oppose le réel »

    Le vocabulaire employé est ici décisif. Si on disait : « on va cryogéniser des enfants potentiels », il est possible qu’on ne puisse plus les cryogéniser. De même, tant qu’on parlait de mère porteuse, l’expression était en soi « préventive » contre le développement du phénomène. Dès qu’on parle de gestation pour autrui (GPA), on désigne une action philanthropique qui pourrait emporter l’approbation (cf. Exploitation de la GPA : une forme de traite des êtres humains selon le Parlement européen).

    De l’adoption à la culture de tant de formes possibles de fécondité, hors la procréation, il existe d’autres voies pour parvenir à réaliser un désir d’enfantement (cf. Le désir d’enfant, envers et contre tout ?). Ce n’est pas la même chose, objectera-t-on, mais l’impossibilité de composer avec les objections que nous oppose le réel me paraît la voie la plus sûre pour le détruire. C’est d’ailleurs ce que nous sommes en train de faire.

    Ici, on traite un enfant à venir comme une pièce en stock, puis ensuite on dit « c’était un enfant ». Jusqu’à nouvel ordre, on n’a pourtant pas encore entendu dire qu’on pouvait mettre ses enfants au congélateur ! Il semble que le juge ait reconnu que les parents n’ont pas perdu qu’un « projet », ou un objet, mais un possible enfant. Il dit quelque chose de vrai. Mais le problème est antérieur à la destruction des dits « embryons », il commence dans le projet de les stocker.

    « Nous nous sommes autorisés toutes les manipulations sur le vivant »

    Récemment, une pétition a été déposée parce qu’on projette en Irlande d’abattre 200 000 vaches. On vient de s’apercevoir qu’elles produisent de la pollution. On est ici dans les mêmes logiques : on a produit des stocks de vaches, en oubliant seulement que ce sont des êtres sensibles. D’un seul coup, elles sont devenues gênantes, et on les liquide. Peut-être un malheureux éleveur s’écriera-t-il : « mais ce sont des vaches, ce sont mes vaches ! »

    L’être humain est devenu d’une légèreté criminelle à l’égard du vivant, qu’il a converti en stock à disposition. Et parmi les êtres vivants, il y a l’homme lui-même. Tout cela semble presque relever de la science-fiction : nous nous sommes autorisés toutes les manipulations sur le vivant, et sur la vie humaine en particulier, et de temps en temps la violence, les incohérences de ce dispositif nous éclatent à la figure.

  • De féministes à conservatrices : une transition inattendue

    IMPRIMER

    D'Hélène de Lauzun sur The European Conservative :

    De féministes à conservatrices : une transition inattendue

    Moutot et Stern ont rompu leurs liens avec la gauche dont elles sont issues et s'en tiennent fermement à la vérité.

    5 mai 2024
     
    « De plus en plus de gens me qualifient de féministe conservatrice. Et ça me va très bien. Si garder le sens des réalités, dire qu'il y a 2 sexes et que 2 + 2 = 4, c'est être conservateur, ne vous inquiétez pas, je suis conservatrice. Je suis conservatrice ! Je suis conservatrice ! »

    Tels sont les mots facétieux que Dora Moutot, féministe convaincue, a postés sur son compte X il y a un peu plus d'un an - un « coming out » plutôt inattendu de la part d'une jeune femme que rien ne prédisposait à de telles déclarations. Diplômée en arts et mode, elle avait lancé un blog sur Le Monde destiné à désinhiber la sexualité des femmes, puis un compte Instagram à succès visant à critiquer les relations sexuelles traditionnelles, qu'elle accusait d'être soumises à la domination masculine. Elle a été rédactrice en chef adjointe de Konbini, un site web destiné aux jeunes qui a déversé son lot d'opinions politiquement correctes sur tous les sujets, de l'écologie à la cause des migrants en passant par le sort des actrices porno - toutes choses qui produiraient normalement une réaction allergique mais saine chez le lecteur moyen de The European Conservative.

    Et Marguerite Stern ? Dans l'hebdomadaire conservateur Valeurs actuelles, elle déclarait il y a quelques jours : « Sur la place de l'Eglise catholique en France, j'ai un peu changé de position : sans être croyante, je pense qu'elle a un rôle structurant à jouer dans le pays. » C'est cette même femme qui, en d'autres temps, a paradé seins nus autour de Notre-Dame de Paris en tant que membre des FEMEN, un collectif féministe qui s'est fait une spécialité d'exécuter tout ce qui relie encore vaguement la société française à ses racines catholiques traditionnelles. Aujourd'hui, elle envisage de prendre son bâton de pèlerin et de se rendre à Saint-Jacques-de-Compostelle. 

    Comme le dirait Hegel (pour les nuls), la ruse de la raison se trouve partout ; et comme le dirait Voltaire (toujours pour les nuls), l'ouverture d'esprit apporte des surprises inattendues. Un esprit authentiquement libre ne peut pas classer définitivement les gens sans prendre le temps de découvrir exactement ce qui se cache derrière. Un esprit authentiquement chrétien sait que même une brebis apparemment perdue mérite que l'on s'occupe d'elle - et qu'elle vous le rendra sûrement un jour ou l'autre. C'est dans cet esprit qu'il nous fallait regarder plus loin que le bout de notre nez et écouter ce que ces deux charmantes dames avaient à nous dire. Nous les avons rencontrées et nous avons passé un excellent moment en leur compagnie.  

    Si Dora Moutot et Marguerite Stern ont été approchées par The European Conservative, ce n'est pas en raison de leurs réalisations passées, mais en tant qu'auteures impertinentes de Transmania, qui dénonce l'avancée inexorable et destructrice de l'idéologie transgenre dans nos sociétés occidentales. 

    C'est la défense originelle de la cause des femmes qui les a amenées à mener un nouveau combat, cette fois contre les méfaits du « transgenderisme », qui n'est pas tant l'existence de personnes transgenres que leur agrégation en un lobby ultra-puissant dont le but est de déconstruire violemment la réalité et les corps - et dont les femmes sont les premières victimes. Anciennement féministes, Stern et Moutot sont devenues « fémellistes ». (féministes). Ce néologisme leur permet de souligner une vérité éternelle, à savoir que les femmes sont les femelles de l'espèce homo sapiens à laquelle nous sommes censés appartenir - même si notre côté « sapiens » laisse franchement de plus en plus à désirer. 

    Lire la suite