Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Menacés par le radicalisme hindou, des chrétiens demandent la protection du président indien Ram Nath Kovind

    IMPRIMER

    Du site des Missions Etrangères de Paris :

    Madhya Pradesh : des chrétiens demandent la protection du président indien Ram Nath Kovind

    21/09/2021

    Le 17 septembre, un groupe de chrétiens de l’État du Madhya Pradesh, dans le centre du pays, s’est adressé au président indien Ram Nath Kovind pour l’appeler à les protéger contre des attaques de militants nationalistes hindous, menaçant de détruire certaines églises « illégales ». Le père Maria Stephan, porte-parole de l’Église catholique au Madhya Pradesh, souligne que « les chrétiens aiment la paix ». « Certaines personnes et organisations proches de l’idéologie pro-hindoue ont commencé à menacer ouvertement les chrétiens. C’est une tendance dangereuse », dénonce le prêtre.

    Le 16 octobre 2020, des chrétiens de l’État de Jharkhand manifestent pour la libération du père Stan Swamy, mort en prison le 5 juillet 2021.

    Des chrétiens de l’État du Madhya Pradesh, dans le centre du pays, ont appelé le président indien Ram Nath Kovind à les protéger contre les attaques de certains extrémistes hindous, menaçant de démolir leurs églises. « Des militants hindous, majoritairement de l’organisation nationaliste hindoue VHP [Vishwa Hindu Parishad], menacent de démolir nos églises d’ici le 26 septembre, en affirmant que ces constructions sont illégales », a déploré Mgr Paul Muniya, évêque auxiliaire de l’Église protestante locale Shalom, basée dans le district de Jhabua où l’on compte une majorité de populations indigènes. Le VHP a aussi menacé des chrétiens indigènes en leur demandant de renoncer à la pratique du christianisme et en les forçant à retourner vers l’hindouisme, a également déclaré l’évêque protestant le 20 septembre. « Le 17 septembre, nous avons remis un mémorandum au président indien Ram Nath Kovind via le collecteur du district, en lui demandant son intervention urgente afin d’assurer notre sécurité et celle des chrétiens indigènes », a ajouté Mgr Muniya. Ce dernier a également affirmé que certains dirigeants locaux défendent les groupes nationalistes hindous et harcèlent les chrétiens, qui représentent près de 4 % de la population du district sur environ un million d’habitants. Une situation qui entraîne une augmentation des violences antichrétiennes.

    « Les chrétiens aiment la paix »

    Le père Maria Stephan, porte-parole de l’Église catholique au Madhya Pradesh, estime que les autorités du district sont partiales contre les chrétiens. « Les chrétiens aiment la paix. Nous cherchons des recours judiciaires afin d’assurer la paix et l’harmonie dans notre société. Certaines personnes et organisations proches de l’idéologie pro-hindoue ont commencé à menacer ouvertement les chrétiens de démolir leurs églises. C’est une tendance très dangereuse », confie le prêtre. Le 26 août, le commissaire adjoint de la police du district, dans une lettre adressée à la police locale, a donné des instructions afin de soutenir l’initiative du VHP contre les lieux de culte chrétiens « illégaux » et les activités de conversions religieuses « forcées » dans le district.

    Par ailleurs, le 13 septembre, un responsable de district a également demandé aux prêtres chrétiens de se présenter devant lui afin d’expliquer la nature de leurs activités religieuses avant le 22 septembre. Il a également exigé des détails de leurs nominations comme prêtres et concernant les activités liées aux conversions religieuses. Les prêtres ont aussi dû certifier s’ils ont eux-mêmes été convertis par ruse ou par force. Ils ont été avertis de poursuites judiciaires en cas de soupçon de conversions illégales. « Cela ne nous pose aucun problème de partager tous les détails officiels sur notre travail et notre parcours personnel au gouvernement, du moment que ses intentions sont justes », confie le père Stephan, tout en ajoutant que le fait d’interroger ainsi seulement les prêtres chrétiens sur leurs activités et leur choix de religion est injuste. « Est-ce que les autorités ont fait de même avec les prêtres d’autres religions ? Ce n’est qu’une tentative d’intimider les minorités chrétiennes », dénonce-t-il. Le père Stephan maintient qu’il n’y a eu aucune conversion via des moyens illégaux, et que le choix d’une religion est un droit constitutionnel pour chaque citoyen. Mgr Muniya, de son côté, évoque également une menace visant systématiquement la communauté chrétienne. « S’il y a effectivement une structure illégale, laissons l’administration officielle intervenir elle-même. Pourquoi des individus et des organisations privées profèrent de telles menaces ? » Il a aussi cherché à savoir si « le même critère est appliqué pour les autres lieux de culte dans le district et dans l’État [du Madhya Pradesh] », en demandant au gouverneur et au ministre en chef de l’État d’intervenir pour apaiser la situation.

    (Avec Ucanews)

  • Les valeurs qui devraient être présentes dans une bonne Constitution

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    AMÉRIQUE/CHILI - Le Cardinal Aós au Te Deum: les valeurs qui devraient être présentes dans la nouvelle Constitution

    lundi, 20 septembre 2021

    Santiago (Agence Fides) - Le samedi 18 septembre, le " Te Deum " œcuménique d'action de grâce pour l'indépendance du Chili a été célébré dans la Cathédrale Métropolitaine, comme d'habitude en présence des plus hautes autorités du pays, conduites par le Président de la République, Sebastián Piñera.

    Dans son homélie, le Cardinal Celestino Aós, Archevêque de Santiago, a déclaré que lorsque quelque chose ne va pas dans notre relation avec la réalité, nous devons revenir aux fondements de notre propre culture : "L'importance de l'écologie est incontestable aujourd'hui. Nous devons écouter le langage de la nature et y répondre de manière cohérente". Il a rappelé qu'il existe également une écologie de l'homme, "qu'il doit respecter et qu'il ne peut pas manipuler à sa guise", car "l'homme ne se crée pas lui-même. Il est esprit et volonté, mais aussi nature, et sa volonté est juste quand il respecte la nature, l'écoute, et quand il s'accepte tel qu'il est, et admet qu'il ne s'est pas créé lui-même. C'est ainsi, et seulement ainsi, que se réalise la véritable liberté humaine.

    L'Archevêque a profité de l'occasion pour évoquer, au nom de l'Église, ce que devrait contenir la nouvelle Constitution, principalement sur les questions de valeur, et a remercié " les femmes et les hommes qui travaillent au sein de la Convention constituante, qui préparent et rédigent une nouvelle Constitution qui nous guidera et nous gouvernera " (voir Fides 03/07/2021).

    "Nous remercions tous ceux qui cherchent à respecter et à protéger des valeurs non négociables : le respect et la défense de la vie humaine de sa conception à sa fin naturelle, la famille fondée sur le mariage entre un homme et une femme, la liberté des parents de choisir le modèle et l'institution d'éducation de leurs enfants, la promotion du bien commun sous toutes ses formes et la subsidiarité de l'État, qui respecte l'autonomie des organisations et coopère avec elles", a déclaré le Cardinal.

    Le Cardinal Celestino Aós a remercié le Seigneur pour tous ceux qui "avec bonne volonté, s'engagent et travaillent pour trouver des secours et des solutions au problème des peuples indigènes tant en Araucanie, qui subissent des violences, que des autres peuples". Il a également remercié ceux qui se soucient de l'accueil, de la protection, de la promotion et de l'intégration des immigrés, des femmes et de ceux qui les accompagnent, "et qui favorisent leur respect en tant que personnes et la promotion de leurs droits".

    Ce Te Deum a été le dernier du deuxième gouvernement du président Sebastián Piñera. Au début de la célébration, le Cardinal Aós a rappelé les victimes du coronavirus et a prié pour ceux qui sont morts à cause de cette pandémie. (CE) (Agence Fides 20/09/2021)

  • L’engagement chrétien dans la cité et la bonne manière d’agir dans le monde

    IMPRIMER

    Du père Jean-Baptiste Bienvenu sur Padre Blog :

    DIEU OU LE MONDE : SE PRÉPARER POUR L’ANNÉE ÉLECTORALE

    21 Sep 2021r
     

    Au début d’une année dont la teneur politique va aller croissant jusqu’à l’élection présidentielle, Don Maxence Bertrand (communauté Saint-Martin) propose avec Dieu ou le monde (éditions du Cerf) une contribution sur l’engagement chrétien dans la cité. Une lecture nourrissante pour chercher la bonne manière d’agir dans le monde, une lecture exigeante pour résister à la tentation d’utiliser l’évangile de manière mondaine, c’est-à-dire avec les moyens et les objectifs du monde. Padreblog est parti à la rencontre de l’auteur.

    Padreblog : Vous pointez le fait que l’engagement des chrétiens dans les activités de l’Église peut prendre le pas sur leur engagement dans la cité qui est leur vocation première. Comment un employé chrétien peut-il changer le monde dans son travail ?

    Don Maxence : Nous avons la grâce d’avoir de très belles communautés chrétiennes en France, peu nombreuses, mais souvent accueillantes, ferventes et missionnaires. La vie familiale de nos paroisses est fondamentale pour la mission de l’Église. Beaucoup d’énergie s’y déploie et c’est une grande grâce ! Mais, en effet, à la suite du Christ et forts de ce soutien communautaire, il nous faut entrer dans le monde et garder une énergie et une audace pour traduire l’évangile en acte dans la vie du monde, dans la vie professionnelle, dans la vie publique, dans la vie sociale. Ces engagements qui, sur le plan de la mission, sont apparemment silencieux, sont en réalité éloquents et féconds : le témoignage exemplaire d’un employé peut vraiment être une semence de la grâce. La bonté, le service, l’honnêteté, la bienveillance et la paix sont autant d’attitudes chrétiennes qui témoignent d’une vraie force d’âme et évangélisent en profondeur.

    Vous déployez, à la suite de saint Paul, la figure de l’ambassadeur. Comment cette image peut-elle s’appliquer aux chrétiens dans l’année électorale qui se profile ?

    Saint Paul évoque l’image de l’ambassadeur pour parler du chrétien dans le monde. L’image est géniale, parce que l’ambassadeur est un homme épris de son pays, de sa culture et de sa langue et il veut communiquer tout cela. Mais il ne peut le faire qu’en rencontrant et en connaissant vraiment ceux auxquels il s’adresse. Dans cette année qui risque d’être tendue médiatiquement, il nous faudra demander un surcroît de paix et de profondeur. Il faudra surtout distinguer ce que veut dire « agir avec les moyens du monde » et « agir de façon mondaine ». Agir avec les moyens du monde : électoraux, intellectuels ou politiques, oui ! Agir de façon mondaine : par l’anxiété, la colère déversée sur des réseaux sociaux, la fascination pour une personnalité politique, non ! Notre espérance est une ancre dans le ciel, pas sur la terre (Hébreux 6, 19).

    La force de l’évangile, c’est d’affirmer le surcroît de vie que nous apporte le salut (en grec, zoè), au-delà de la préservation de la vie biologique (bios). Comment votre livre peut-il éclairer les lecteurs pris dans les convulsions du Covid ?

    L’expérience que nous avons de la vie divine, de ce surcroît de vie, nous la trouvons ordinairement dans l’Église et dans les sacrements. C’est une magnifique participation à la vie de Dieu, anticipée dès ici-bas. C’est aussi l’assurance que Dieu conduit notre histoire. Il est le bon berger qui nous ramène à la maison. Dans les épreuves du désert, Israël est souvent tombé dans le piège des ruminations intérieures alors que Dieu éprouvait sa confiance (Deutéronome 8, 1-5). Notre foi ne nous épargne pas les épreuves, mais nous éduque à la confiance et à la paix intérieure. Ce livre voudrait aider à discerner les racines de nos actions, de nos jugements et de nos engagements. Pour que notre vie soit imprégnée de l’évangile. 

    En écho à Blaise Pascal, vous décrivez l’attitude de « chercher en gémissant ». Y a-t-il dans le rapport des catholiques au monde une tentation idéaliste qui les empêche d’assumer cette nécessaire souffrance ? 

    Chercher en gémissant, c’est en effet consentir à l’imperfection de ce monde sans résignation, mais sans idéalisme non plus. Dans telle ou telle situation éprouvante et parfois malveillante, quel bien puis-je tout de même accomplir ? Je ne peux pas trouver des prétextes pour attendre que les conditions soient meilleures pour agir chrétiennement. Je crois profondément à l’originalité et à l’inventivité de l’Esprit-Saint. Au XIXème siècle, en pleine crise industrielle, les pères de familles disparaissent dans les usines et désertent malgré eux leur famille et leurs enfants. La crise est industrielle mais elle devient rapidement familiale et éducative. Saint Jean Bosco aurait pu s’insurger contre l’industrie et ses méfaits, il aurait pu attendre et espérer des temps meilleurs. Mais, docile à l’Esprit-Saint, il a pris la question de la pauvreté à bras le corps et il a fondé des écoles. Aujourd’hui, la crise n’est plus industrielle, elle est spirituelle, sociale, sanitaire… Quelle sera la réponse de Dieu ? Quelle sera la sainteté du XXIe siècle ?  

    [Propos recueillis par le père Jean-Baptiste Bienvenu]

  • Guerres de religion entre musulmans en Afghanistan. Les plus en danger sont les Ismaéliens

    IMPRIMER

    De Sandro Magister (Settimo Cielo) :

    Guerres de religion entre musulmans en Afghanistan. Les plus en danger sont les Ismaéliens

    Aga Khan

    Les derniers juifs partis, l'unique représentant de la mission "sui iuris" de l'Église catholique rapatrié, les très rares convertis à la foi chrétienne cachés dans les catacombes, dans l'Afghanistan repris par les Talibans, les plus menacés de persécution sont désormais les musulmans qu'ils opposent aux hérétiques, ceux de la branche chiite, les Hazaras, les Ismaéliens.

    Parmi ceux-ci, les moins connus mais les plus menacés sont les derniers, les Ismaéliens. Moins connus en partie parce qu'ils gardent volontairement un profil bas, ne se rendent pas visibles en public, ne s'engagent pas dans des combats militaires. Leurs mosquées n'ont pas de minaret, elles n'élèvent pas le croissant, ni ne font retentir l'appel du muezzin. En fait, elles ne sont même pas appelées mosquées, mais "jama'at khana", maisons de la communauté, et chaque village, même le plus éloigné, a la sienne, qui ne se distingue des autres que par le soin avec lequel elle est entretenue. Les non-ismaéliens n'y sont pas admis. Mais on sait qu'à l'intérieur il n'y a ni chaire ni mihrab orienté vers la Mecque, hommes et femmes y prient ensemble. Le jeûne du Ramadan n'est pas ostentatoire et en général peu pratiqué. C'est une réserve qui appartient à toute l'histoire ismaélienne et fait partie intégrante de sa théologie. En cela, le "batin", le sens interne du Coran, sa vérité cachée, prévaut sur le "zahir", c'est-à-dire son sens ostensible. Mais le "batin" est strictement réservé aux initiés et a pour gardien et interprète suprême l'imam, descendant direct du prophète Mahomet.

    Depuis 1957, l'imam ismaélien est le prince Karim Aga Khan. Oui, il est de la Costa Smeralda, mais pas seulement. Il est au centre de la photo ci-dessus, prise il y a trente ans dans les montagnes de l'extrême nord du Pakistan, à quelques kilomètres de l'Afghanistan et plus précisément de la province afghane du Badakhshan, celle qui est coincée contre la Chine.

    Avec 15 millions de fidèles répartis dans 25 pays, les Ismaéliens constituent la deuxième plus grande communauté islamique chiite, après celle d'Iran. Et la seule région au monde où les Ismaéliens constituent la majorité de la population est située juste entre le Pakistan, l'Afghanistan et le Tadjikistan, dans les montagnes accidentées du Karakoram, de l'Hindu Kush et du Pamir.

    Les Ismaéliens sont menacés de persécution par les adeptes les plus fanatiques de Mahomet, précisément parce qu'ils sont l'autre Islam, si différent de celui qui domine les dépêches de guerre. Un islam tolérant, pluraliste, pacifique. Un islam capable d'accueillir - comme le souhaitait Benoît XVI en 2006 après son discours de Ratisbonne et son voyage en Turquie - "les véritables conquêtes des Lumières, les droits de l'homme et surtout la liberté de la foi et de sa pratique, en les reconnaissant également comme des éléments essentiels pour l'authenticité de la religion".

    Le début des années 90, après le retrait des Soviétiques, a été pour les Ismaéliens des montagnes d'Asie centrale les années du décollage. Jusqu'alors, cette région était l'un des foyers de pauvreté du monde. Un million d'habitants dispersés dans un millier de villages, des montagnes arides, des déserts de sable et de pierres, des parcelles de cultures maigres. Mais là, à partir de la haute vallée de Hunza, au nord du Pakistan, l'Aga Khan Development Network a mis en place un microcapitalisme agricole fait de creusement de canaux d'irrigation, de nouvelles terres agricoles arrachées aux pentes pierreuses, de semences bien sélectionnées, de bétail vacciné, d'épargne systématiquement réinvestie, de petites banques rurales, le tout organisé par les paysans eux-mêmes, hommes et femmes, réunis en organisations villageoises. Et parallèlement, des initiatives dans les domaines de l'éducation et de la santé se sont développées. Des écoles ont vu le jour dans les endroits les plus inaccessibles, en particulier pour les filles, pratiquement exclues de l'éducation auparavant.

    "L'Espresso" en a parlé le 7 novembre 1993, dans un vaste reportage sur le terrain, accompagné de la première interview jamais accordée par l'Aga Khan sur des questions liées à son rôle de chef spirituel :

    > Réseau Aga Khan. Reportage de la haute vallée de l'Hunza
    > L'Aga Khan : "I fondamentalisti sono musulmani da Medioevo" (Les fondamentalistes sont des musulmans du Moyen Âge)

    Lire la suite

  • Cette mère italienne a sacrifié sa vie pour son bébé à naître

    IMPRIMER

    De Katie Yoder sur Catholic News Agency :

    Une nouvelle sainte pro-vie ? Cette mère italienne a sacrifié sa vie pour son bébé à naître
     
     Maria Cristina Cella Mocellin, who sacrificed her life for the sake of her baby.
    Maria Cristina Cella Mocellin, qui a sacrifié sa vie pour son bébé.
    Capture d'écran Facebook de la photo de Maria Cristina Cella Mocellin, une mère italienne qui a sacrifié sa vie pour son bébé./ Facebook

    Salle de presse de Washington, D.C., 18 sept. 2021

    "Riccardo, tu es un cadeau pour nous". Ce sont les mots qu'une mère italienne de 26 ans a écrits à son nouveau-né il y a 26 ans. Ce sont des mots pour lesquels elle était prête à vivre - et à mourir.

    Le 30 août, le pape François a avancé la cause de sainteté de Maria Cristina Cella Mocellin, qui a sacrifié sa vie pour son bébé. Selon EWTN Pro-Life Weekly, les catholiques la comparent déjà à une autre sainte, Sainte Gianna Beretta Molla, car les deux femmes ont refusé un traitement médical qui aurait mis en danger leur bébé à naître. Après un examen approfondi, l'Église reconnaît désormais Maria Cristina comme une "vénérable" pour avoir mené une vie héroïquement vertueuse.  

    Voici l'histoire de cette vie.

    Maria Cristina est née en 1969 dans une ville appelée Cinisello Balsamo, située à Milan. Selon La Stampa, elle a grandi à côté des Sœurs de la Charité de Sainte Jeanne Antida Thouret, et a été catéchiste et animatrice de jeunesse. Elle a fortement envisagé la vie religieuse alors qu'elle était encore une jeune adolescente. 

    "Seigneur, montre-moi le chemin : peu importe que tu me veuilles comme mère ou comme religieuse, ce qui compte vraiment, c'est que je fasse toujours ta volonté", écrit-elle dans son journal spirituel en 1985.

    Sa vocation est devenue claire lorsque, à 16 ans, elle a rencontré Carlo Moccellin. Elle était appelée au mariage - un mariage avec lui. Elle ne s'est jamais départie de cette conviction, même lorsque les médecins ont découvert un sarcome dans sa jambe gauche, rapporte Vatican News. 

    "J'ai réalisé que tout est un cadeau, même une maladie, car si elle est vécue de la meilleure façon possible, elle peut vraiment aider à grandir", a-t-elle écrit à Carlo en 1988.

    Soignée avec succès, elle a terminé ses études secondaires avant d'épouser Carlo en 1991. Ils ont rapidement accueilli deux enfants dans leur foyer, Francesco et Lucia. Ils en attendent un troisième, Riccardo, lorsqu'ils apprennent que son cancer est revenu. 

    Sa première pensée a été pour son petit garçon à naître. 

    "Ma réaction a été de dire encore et encore : 'Je suis enceinte ! Je suis enceinte ! Mais docteur, je suis enceinte", écrit-elle dans une lettre adressée en 1995 à son petit Riccardo. "Je me suis battue de toutes mes forces et je n'ai pas abandonné l'idée de te mettre au monde, à tel point que le médecin a tout compris et n'a plus rien dit."

    Maria Cristina a refusé les traitements de chimiothérapie qui auraient menacé la vie de son futur bébé. Au lieu de cela, elle a attendu la naissance de Riccardo, en 1994. Mais à ce moment-là, le cancer s'était déjà propagé à ses poumons et lui causait d'immenses souffrances. 

    "Je crois que Dieu ne permettrait pas la douleur s'il ne voulait pas obtenir un bien secret et mystérieux mais réel", écrit-elle. "Je crois qu'un jour je comprendrai le sens de ma souffrance et j'en remercierai Dieu."

    Le 22 octobre 1995, elle est morte à l'âge de 26 ans. 

    Mais son histoire - et son bébé - perdurent. Dans sa lettre à Riccardo, qu'elle a écrite un mois avant sa mort, elle a souligné la beauté de sa vie.

    "Cher Riccardo, tu dois savoir que tu n'es pas au monde par hasard", commence-t-elle. "Le Seigneur a voulu ta naissance malgré tous les problèmes qu'il y avait... quand nous avons appris ton existence, nous t'avons aimé et désiré de tout notre cœur."

    "C'est ce soir-là, dans la voiture sur le chemin du retour de l'hôpital, que tu as bougé pour la première fois. C'était comme si tu disais : 'Merci maman de m'aimer'. Et comment ne pas t'aimer ?" a-t-elle ajouté. "Tu es précieux, et quand je te regarde et que je te vois si beau, si vif, si amical, je me dis qu'il n'y a aucune souffrance au monde qui ne vaille la peine d'être supportée pour un enfant."

    Maria Cristina écrivait régulièrement, et tenait un journal spirituel, selon l'Associazione Amici di Cristina (Association des amis de Cristina), qui promeut la dignité de la vie humaine en l'honneur de son homonyme. Le site Web de l'association présente des extraits de son journal et de ses lettres.

    "Seigneur, je ne veux que Toi ! Je n'aime que Toi ! Je ne cherche que Toi !", l'organisation cite ses propos. "Qu'importe de souffrir dans la vie si tu es au coin de la rue à m'attendre pour me donner une joie immense ?".

    La joie apparaît à plusieurs reprises dans ses écrits.

    "C'est ma devise : "Fais tout avec joie !"" souligne-t-elle dans une lettre adressée à Carlo en 1985. "Même si parfois cela me coûte beaucoup, surtout quand mon moral est bas ou quand... 'il te semble que tout est contre toi...' comme tu le dis, dans ta belle lettre. Mais, comme la lumière vient après l'obscurité, ainsi, après le désespoir, retrouve la joie".

    Cette joie a façonné son amour de Dieu et son amour pour Carlo.

    "Tu ne trouves pas ça extraordinaire ?" Maria Cristina a demandé à Carlo en 1987. "S'il n'y avait pas toi et moi qui nous aimons, le monde manquerait de ce quelque chose que personne d'autre à notre place ne pourrait donner".

    Elle a également écrit sur l'amour de Dieu - et l'appel à la perfection.

    "Je deviens sainte dans la mesure où je me vide de tout, j'enlève tout obstacle de mon esprit, de mon cœur et de ma vie pour me laisser pénétrer complètement par l'amour de Dieu", soulignait-elle à Carlo en 1990. "Plus concrètement, cela signifie vivre la vie quotidienne avec une grande simplicité, dans la famille, dans l'étude, dans la relation avec toi, Carlo. Ma place est dans la simplicité et la "routine"".

    Dans le simple, elle a trouvé le miraculeux. Dans l'ordinaire, elle a découvert l'extraordinaire.

    L'année de sa mort, elle écrit dans une autre lettre : "Bien que ma santé soit précaire... JE SUIS HEUREUSE !" Elle conclut : "J'ai honte de demander autre chose au Seigneur, pour nous le miracle est déjà là : s'Il nous aime et que nous nous aimons, rien d'autre ne compte."

  • Matthieu, le "don de Dieu" (21 septembre)

    IMPRIMER

    vocationdesaintmatthieu.jpgNous publions ci-dessous le texte intégral de la catéchèse que le pape Benoît XVI a prononcée au cours de l’audience générale du mercredi 23 août 2006.

    Chers frères et sœurs,

    En poursuivant la série de portraits des douze Apôtres, que nous avons commencés il y a quelques semaines, nous nous arrêtons aujourd'hui sur Matthieu. En vérité, il est presque impossible de saisir sa figure de façon complète, car les informations qui le concernent sont peu nombreuses et fragmentaires. Ce que nous pouvons faire cependant, ce n'est pas tant retracer sa biographie que le profil que l'Evangile nous transmet de lui.

    Tout d’abord, il est toujours présent dans les listes des Douze choisis par Jésus (cf. Mt 10, 3; Mc 3, 18; Lc 6, 15; Ac 1, 13). Son nom juif signifie « don de Dieu ». Le premier Evangile canonique, qui porte son nom, nous le présente dans la liste des Douze avec une qualification bien précise: « le publicain » (Mt 10, 3). De cette façon, il est identifié avec l'homme assis à son bureau de publicain, que Jésus appelle à sa suite: « Jésus, sortant de Capharnaüm, vit un homme, du nom de Matthieu, assis à son bureau de publicain. Il lui dit: “Suis-moi”. L'homme se leva et le suivit » (Mt 9, 9). Marc (cf. 2, 13-17) et Luc (cf. 5, 27-30) racontent eux aussi l'appel de l'homme assis à son bureau de publicain, mais ils l'appellent « Lévi ». Pour imaginer la scène décrite dans Mt 9, 9, il suffit de rappeler le magnifique tableau du Caravage, conservé ici, à Rome, dans l'église Saint-Louis-des-Français. Dans les Evangiles, un détail biographique supplémentaire apparaît: dans le passage qui précède immédiatement le récit de l'appel, nous est rapporté un miracle accompli par Jésus à Capharnaüm (cf. Mt 9, 1-8; Mc 2, 1-12) et l'on mentionne la proximité de la mer de Galilée, c'est-à-dire du Lac de Tibériade (cf. Mc 2, 13-14). On peut déduire de cela que Matthieu exerçait la fonction de percepteur à Capharnaüm, ville située précisément « au bord du lac » (Mt 4, 13), où Jésus était un hôte fixe dans la maison de Pierre.

    Lire la suite

  • La communauté Saint-Martin pourrait représenter entre 20 et 40 % du clergé actif en France dans trente ans

    IMPRIMER

    De Mikael Corre sur le site du journal la Croix :

    Communauté Saint-Martin, l’avenir de l’Église de France ?

    Communauté Saint-Martin, l’avenir de l’Église de France ?

    Cérémonie d'ordination de 13 prêtres à la basilique d'Evron, le 26 juin 2021. Sébastien Leban / Divergence

    En quarante-cinq ans, cette communauté de prêtres classiques, née à Gênes (Italie), est devenue l’un des principaux pourvoyeurs du clergé français. Elle vient d’arriver au Mont-Saint-Michel et devrait prendre une place de plus en plus importante dans l’Église de France.

    Souvent, la communauté Saint-Martin crispe. Par exemple quand on annonce son arrivée imminente au Mont-Saint-Michel en remplacement d’un prêtre de la Mission de France. Faut-il imaginer une escouade d’abbés en soutane à l’assaut de l’abbatiale ? Certes, le débarquement est le mode de déplacement préféré de cette communauté, dont les statuts précisent que « la formation au séminairea pour but de constituer un corps mobile (de prêtres) préparé au ministère diocésain ». La formulation est un peu martiale, à l’image de saint Martin, ancien légionnaire romain, et traduit bien la vocation originelle de cette communauté : former des curés prêts à débouler dans les paroisses où il n’y en a plus. SOS églises vides.

    → À LIRE. Un prêtre de la communauté Saint-Martin nommé recteur du sanctuaire du Mont-Saint-Michel

    Ce service et toute l’ingénierie des « Saint-Martin » – prêtres envoyés en petits groupes, règles de vie communautaire, formation continue, suivi, etc. – sont très prisés des évêques qui les jugent souvent « fiables », et même plus adaptables à la pastorale du diocèse que d’autres prêtres venus de communautés nouvelles. Une grosse vingtaine d’évêques a fait une demande, actuellement en attente. La liste reste à la discrétion du modérateur général de Saint-Martin, Don Paul Préaux, qui n’a pas souhaité la transmettre à La Croix. « Pour choisir, il faut prendre le temps de connaître les contenus de la mission, les collaborateurs et vérifier si le soutien de l’évêque se fera dans le temps long», note-t-il. L’attente dure en moyenne cinq ans. Déjà 168 prêtres de Saint-Martin sont installés dans trente diocèses.

    20 à 40 % du clergé dans trente ans

    Leur séminaire d’Évron (Mayenne) forme en ce moment une centaine de jeunes. C’est le plus gros de France, et de loin. Conscients de leur poids à venir, les responsables de la communauté se défendent d’avoir un agenda. « J’ai conscience que je forme des cadres. Certains seront peut-être nommés évêques, je m’en réjouirais, mais ce n’est pas un but en soi », jure Don Paul Préaux. « Ce qui m’importe, c’est surtout de former des pasteurs humbles et audacieux ». Selon les chiffres qui circulent jusqu’au sein de la Conférence des évêques de France, la communauté pourrait représenter entre 20 et 40 % du clergé actif dans trente ans, quand les prêtres nés dans les années 1950 ne seront plus là. Avec à la clé un changement de style.

    C’est précisément ce qui fait un peu râler au Mont-Saint-Michel, où des pétitions ont été lancées (pour l’instant peu suivies) contre l’arrivée d’un « Saint-Martin », Don Maurice Franc, pour remplacer le recteur de 72 ans, le père Henri Gesmier, dit « Riton ». Ce prêtre presque toujours en pull, les cheveux en bataille et très marqué par le catholicisme social en vogue à sa sortie de séminaire, a été trente-cinq ans éducateur à la prison de Fleury-Mérogis, dans l’Essonne.

    Lire la suite

  • Olobi nini : « demokarasi azali mobali soko mwasi ? ». De 1960 à 2021, un concept toujours pas tiré au clair en RDC…

    IMPRIMER

    Décidément, Kinshasa et le pouvoir en République "démocratique" du Congo semblent retrouver certains des mauvais réflexes qui étaient de mise sous l’ancien régime tant décrié. Un commentaire d’Hubert Leclercq sur le site web de la "Libre Afrique" :

    « Ce mercredi 15 septembre 2021, une manifestation qui se voulait pacifiste emmenée par des partis politiques, des représentants de la société civile et des mouvements citoyens a été violemment prise à partie par les forces de l’ordre avant même de s’élancer.

    Une attitude déjà condamnée par le Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme en République démocratique du Congo (BCNUDH) MONUSCO-HCDH. En marge de ses violences, les policiers s’en sont également pris  à des journalistes qui faisaient leur travail, notamment Patient Ligodi, correspondant pour RFI et responsable du site d’informations Actualite.cd.

    Le journaliste, comme on peut le voir sur certaines vidéos sur les réseaux sociaux, a été tabassé par les policiers.

    Décidément, le pouvoir en place, accueilli comme une délivrance, comme la transition « démocratique » tant attendue en RDC, poussé dans le dos par une certaine communauté internationale prompte à oublier les « manquements démocratiques » du scrutin qui l’ont amené à la tête de l’Etat, commence à montrer un autre visage. Celui d’un pouvoir qui dérive déjà dangereusement, n’hésitant pas à molester et séquestrer les journalistes un peu trop critiques, comme ce fut le cas la semaine dernière avec la journaliste Tatiana Ossango et son collègue Michael Mika Ndeke. Les deux ont été arrêtés et séquestrés pendant une semaine dans les cachots de l’ANR, le service de renseignement, sans qu’aucune charge ne leur soit imputée, sans avoir accès à leurs avocats. Ils ont finalement été libérés en début de semaine.

    Dans le cas de Patient Ligodi, ce mercredi, il s’agirait d’une « bavure » !  Tatiana Ossango, elle, dans une conférence de presse surréaliste (digne des régimes dictatoriaux) a dû expliquer qu’elle avait été bien traitée, que les agents de l’ANR qui l’ont kidnappée en pleine rue alors qu’elle revenait paisiblement du marché avec sa fille de 4 ans, avant de la séquestrer pendant 12 jours,  s’étaient comportés comme de vrais parents !

    Mais les faits sont éloquents. Des journalistes qui faisaient simplement leur travail ont été arrêtés et/ou violentés. Les faits sont têtus. Et ces dérives sont des signes très inquiétants dans cette République que l’on voudrait vraiment démocratique du Congo.

    Ref. RDC : Les journalistes ciblés !

    JPSC

  • Mao est de retour

    IMPRIMER

    De Laurent Gayard sur l'Incorrect via artofuss.blog :

    Avec la réhabilitation du maoïsme, on assisterait donc à une nouvelle transformation du pouvoir à Pékin et au retour à un autoritarisme idéologique beaucoup plus marqué

    Le 19e Congrès du Parti Communiste Chinois décida, le 24 octobre de la même année, d’inscrire la pensée de Xi Jinping dans la charte du Parti communiste chinois au côté de la pensée de Mao Zedong et de la théorie de Deng Xiaoping. Depuis lors, les écoliers chinois, comme les détenus des camps de rééducation du Xinjiang, sont tenus d’apprendre par cœur les subtilités de la  « pensée de Xi Jinping sur le socialisme aux caractéristiques chinoises pour une nouvelle ère ».

    Une nouvelle étape est en passe d’être franchie, en novembre prochain, avec la réunion plénière du Congrès du Parti Communiste Chinois qui aura pour mission de « résumer et célébrer 100 ans de lutte » à l’occasion du centième anniversaire de la création du Parti (qui tint sa première réunion dans les locaux d’une école de filles de la concession française de Shanghaï). À cette occasion, il est question que le PCC adopte de nouvelles « résolutions sur l’histoire » de la RPC.

    Deux « résolutions sur l’histoire » ont précédemment vu le jour en Chine. La première en avril 1945, en pleine guerre civile, dans le but de réaffirmer la prééminence du maoïsme sur ses rivaux idéologiques et la force de l’alliance avec l’Union Soviétique. La seconde en juin 1981, à l’initiative de Deng Xiaoping, à l’occasion de la sixième session plénière du 11e congrès du CCP, qui dénonçait les excès de la révolution culturelle et le rôle joué par Mao dans ces excès.

    Lire aussi : Alerte rouge en Chine : arrestation d’un évêque et d’ecclésiastiques

    À l’occasion de la sixième session plénière du 19e Congrès qui doit se tenir en novembre, il semble probable, à en croire un communiqué de l’agence de presse officielle Xinhua, qu’une troisième résolution pourrait revenir en arrière par rapport à l’ère Xiaoping et réhabiliter le rôle de Mao, mais aussi de la Révolution culturelle, dans la poursuite du processus révolutionnaire chinois jusqu’à Xi Xinping. Le président chinois a levé quasiment tous les obstacles à l’exercice d’un pouvoir sans partage. La chute de son rival Bo Xilai lui a permis d’éliminer un concurrent dangereux et d’accéder au pouvoir  en 2013. 

    Le congrès de 2017 a consacré son pouvoir et lui a permis de faire disparaître à la fois la limite d’âge – 68 ans pour un responsable politique de haut rang – et la limite de deux mandats consécutifs qui risquaient de lui poser problème. Aujourd’hui, au sein du secrétariat central du Politburo, composé de sept membres qui représentent le coeur du pouvoir politique chinois, Xi Xinping n’a plus de rival. Avec la réhabilitation du maoïsme, on assisterait donc à une nouvelle transformation du pouvoir à Pékin et au retour à un autoritarisme idéologique beaucoup plus marqué. La Chine est-elle sur le point de connaître un nouveau prince rouge ? Si c’est le cas, Peng Liyuan n’a pas fini de chanter.

  • Synodalité : le discours du pape aux fidèles du diocèse de Rome

    IMPRIMER

    TEXTE INTEGRAL DU DISCOURS DU SAINT-PÈRE FRANÇOIS AUX FIDÈLES DU DIOCÈSE DE ROME (source)

    Salle Paul VI, Samedi 18 septembre 2021

    Chers frères et sœurs, bonjour !

    Comme vous le savez, ce n'est pas nouveau ! -, un processus synodal est sur le point de commencer , un cheminement dans lequel toute l'Église s'engage sur le thème : « Pour une Église synodale : communion, participation, mission » : trois piliers. Trois phases sont prévues, qui se dérouleront entre octobre 2021 et octobre 2023. Cet itinéraire a été conçu comme une dynamique d'écoute mutuelle, je veux souligner ceci : un dynamisme d'écoute mutuelle, mené à tous les niveaux de l'Église, impliquant tout le peuple de Dieu. Le Cardinal Vicaire et les Évêques auxiliaires doivent s'écouter, les prêtres doivent s'écouter, les les religieux doivent s'écouter, les laïcs doivent s'écouter. Et puis, tout le monde s'inter-écoute. Écoutez-vous; parler et s'écouter. Il ne s'agit pas de recueillir des opinions, non. Ce n'est pas une enquête; mais il s'agit d'écouter l'Esprit Saint, comme on le trouve dans le livre de l' Apocalypse: « Quiconque a des oreilles, écoutez ce que l'Esprit dit aux églises » (2,7). Avoir des oreilles, écouter, est le premier engagement. Il s'agit d'entendre la voix de Dieu, de saisir sa présence, d'intercepter son passage et son souffle de vie. Il est arrivé au prophète Elie de découvrir que Dieu est toujours un Dieu de surprises, même dans la façon dont il passe et se fait sentir :

    « Il y avait un vent impétueux et fort qui fendait les montagnes et brisait les rochers […], mais le Seigneur n'était pas dans le vent. Après le vent, un tremblement de terre, mais le Seigneur n'était pas dans le tremblement de terre. Après le tremblement de terre, un feu, mais le Seigneur n'était pas dans le feu. Après le feu, le murmure d'une brise légère. Dès qu'il l'entendit, Elie se couvrit le visage de son manteau" ( 1R 19, 11-13).

    C'est ainsi que Dieu nous parle. Et c'est pour cette « brise légère » - que les exégètes traduisent aussi « fine voix de silence » et quelqu'un d'autre « un fil de silence retentissant » - que nous devons préparer nos oreilles, pour entendre cela brise de Dieu.

    La première étape du processus (octobre 2021 - avril 2022) concerne les différentes Églises diocésaines. Et c'est pourquoi je suis ici, en tant que votre Evêque, pour partager, car il est très important que le diocèse de Rome s'engage dans ce chemin avec conviction. Ce serait une folie de la part du diocèse du Pape de ne pas s'engager là-dedans, n'est-ce pas ? Un imbécile pour le Pape et pour vous aussi.

    Le thème de la synodalité n'est pas le chapitre d'un traité d'ecclésiologie, encore moins une mode, un slogan ou le nouveau terme à utiliser ou à exploiter dans nos rencontres. Non! La synodalité exprime la nature de l'Église, sa forme, son style, sa mission. Et donc on parle d' Église synodale , en évitant cependant de considérer qu'elle est un titre parmi d'autres, une manière de la penser qui offre des alternatives. Je ne dis pas cela sur la base d'une opinion théologique, pas même comme une pensée personnelle, mais en suivant ce que nous pouvons considérer comme le premier et le plus important "manuel" d'ecclésiologie, qui est le livre des Actes des Apôtres .

    Le mot « synode » contient tout ce qu'il faut comprendre : « marcher ensemble ». Le livre des Actes, c'est l'histoire d'un voyage qui part de Jérusalem et, traversant la Samarie et la Judée, se poursuivant dans les régions de Syrie et d'Asie Mineure puis en Grèce, se termine à Rome. Cette route raconte l'histoire dans laquelle la Parole de Dieu et les gens qui tournent leur attention et leur foi vers cette Parole marchent ensemble. La Parole de Dieu marche avec nous. Tout le monde est le protagoniste, personne ne peut être considéré comme un simple extra. Il faut bien le comprendre : tout le monde est protagoniste. Le Pape, le Cardinal Vicaire, les Évêques Auxiliaires ne sont plus les protagonistes ; non : nous sommes tous des protagonistes, et personne ne peut être considéré comme un simple figurant. A cette époque, les ministères étaient encore considérés comme des services authentiques. Et l'autorité est née de l'écoute de la voix de Dieu et du peuple - ne les sépare jamais - qui maintenait ceux qui la recevaient "en bas". La "base" de la vie, à qui il fallait rendre service de la charité et de la foi. Mais cette histoire n'est pas seulement en mouvement en raison des lieux géographiques qu'elle traverse. Exprime une continuation-agitation intérieure : c'est un mot clé, agitation intérieure . Si un chrétien ne ressent pas cette inquiétude intérieure , s'il ne l'éprouve pas, il manque quelque chose ; et cette inquiétude intérieure naît de sa propre foi et nous invite à évaluer ce qu'il y a de mieux à faire, ce qu'il faut maintenir ou changer. Cette histoire nous enseigne que l'immobilité ne peut pas être une bonne condition pour l'Église (cf. Evangelii gaudium , 23). Et le mouvement est une conséquence de la docilité au Saint-Esprit, qui est le metteur en scène de cette histoire dans laquelle chacun est un protagoniste agité et incessant.

    Lire la suite

  • KTO : les Racines juives de la liturgie

    IMPRIMER

    « De nos jours, on assiste dans l’Église à une prise de conscience de plus en plus marquée des origines juives du christianisme. Comme une sorte de retour aux sources. L’apôtre Paul n’affirmait-il pas déjà clairement à la première génération de croyants d’origine païenne : « c’est la racine qui vous porte » (Romains 11.18) ? Le Christ lui-même n’a-t-il pas affirmé qu’il n’était pas venu non « abolir mais accomplir » la Loi (Matthieu 5,17). Les deux traditions de foi, juive et chrétienne , ont pour fondement le Dieu unique, le Dieu de l’Alliance qui se révèle aux hommes à travers sa Parole. Dans la recherche d’un comportement juste envers Dieu, les juifs se tournent vers l’enseignement de la Torah, les chrétiens vers le Christ comme source de vie nouvelle. Ce documentaire s’intéressera tout particulièrement à cet enracinement de la tradition chrétienne dans la religion juive visible dans la liturgie de la messe. Les Racines juives de la liturgie - Une production SUNSET PRESS 2020 - Réalisée par Alexandre Dolgorouky » (KTO)

    JPSC

  • Succès de la "Marche pour la Vie" à Zurich

    IMPRIMER

    De kath.net/news :

    "Marcher signifie vivre"

    19 septembre 2021

    Succès de la "Marche pour la vie" à Zurich Oerlikon - Plusieurs attaques à la peinture contre des organisations de soutien au cours de la période préparatoire.

    La 11e Marche pour la vie s'est déroulée le samedi 18 septembre à Zurich-Oerlikon avec des salutations des marches pour le droit à la vie du monde entier, des témoignages émouvants, une déclaration politique saisissante et des représentants des églises. Environ 1400 participants se sont réunis sur la place du marché d'Oerlikon à partir de 14h30 pour célébrer la vie et attirer l'attention sur l'importante question des grossesses chez les adolescentes.

    Les personnes présentes ont été accueillies par des messages vidéo en provenance du monde entier : des responsables des mouvements de la Marche de la Vie d'Argentine, du Canada, des États-Unis et d'Allemagne ont fait savoir aux militants pro-vie de Suisse : "Nous sommes avec vous ! ("Nous sommes avec vous !"). Les évêques Charles Morerod (Fribourg) et Jean-Marie Lovey (Sion) ont également envoyé des vœux, qui ont été lus par l'évêque auxiliaire émérite Marian Eleganti (Coire). Ce dernier avait déjà organisé le matin un service pour la "Marche pour la vie" dans la Liebfrauenkirche de Zurich.

    Une pression énorme sur les jeunes femmes

    Sur le thème de cette année "Jeune, enceinte, impuissante ?", Joy a raconté dans un clip vidéo comment elle est tombée enceinte à 15 ans et a dû se battre pour décider de garder l'enfant. Avec l'aide d'une organisation, elle a finalement trouvé un oui à son bébé, a pu être placée dans un foyer mère-enfant et, plus tard, a également pu poursuivre ses études. À propos de la décision qu'elle a prise, la jeune femme, aujourd'hui âgée de 22 ans, déclare : "Ce n'était pas toujours facile, mais vous aviez la vie dans une communauté, ils m'ont soutenue partout où ils le pouvaient."

    La jeune mère n'a jamais regretté sa décision : "Je voudrais toujours avoir mon enfant à nouveau, je le choisirais toujours. Même si ce n'est pas toujours facile, un enfant vous apporte tellement !". Son message aux jeunes femmes enceintes : "Croyez en vous ! Ce ne sera pas toujours facile. Vous aurez besoin de soutien car il est méga difficile de le faire seul. Acceptez le soutien, croyez en vous ! Toujours penser positif !"

    Maria Grundberger, qui a travaillé pendant de nombreuses années comme sage-femme et conseillère auprès des femmes enceintes, a également évoqué la difficulté pour les jeunes mères de garder leur enfant. La pression exercée sur les jeunes mères et pères pour qu'ils avortent est énorme, a-t-elle dit. Si les jeunes femmes décident d'avoir leur enfant malgré la pression, la pression est également forte par la suite, par exemple en matière d'éducation. La conseillère expérimentée a démontré de manière impressionnante, à l'aide d'exemples pratiques, que la situation avec un enfant est presque impossible pour les mères adolescentes. Selon elle, il est urgent d'élargir les offres d'aide et de fournir davantage de soutien, notamment aux jeunes parents, afin d'éviter aux jeunes femmes le traumatisme d'un avortement et de sauver la vie des enfants.

    "La force du peuple se mesure au bien-être des faibles".

    Dans la deuxième partie du rassemblement, le conseiller national valaisan Benjamin Roduit (PDC/Die Mitte) a déclaré dans son discours : " Marcher, c'est vivre. Nous marchons pour le plus faible, l'être humain le plus prometteur : Pour l'enfant dans le ventre de sa mère !" Le politicien s'est référé au préambule de la Constitution fédérale, qui stipule : "La force du peuple se mesure au bien-être des faibles". Des milliers de personnes parmi les plus faibles sont appelées à grandir et à devenir grandes. Le taux d'avortement étant très élevé, notamment chez les jeunes mères, M. Roduit a souligné : "Elles et les futurs jeunes pères ont besoin de notre aide."

    Le rassemblement s'est achevé vers 17h30 avec l'intervention du révérend Patrick Werder (Église réformée de Zurich), qui a souligné : " Je voudrais vous encourager aussi : Ne croyez pas qu'il n'y a pas d'espoir ! Prenez les bonnes décisions ! C'est tellement important ! Je connais une femme qui a dit : "C'était la meilleure décision de sa vie - la décision pour son enfant. Malgré la pression, malgré les difficultés, malgré l'opposition, malgré tout. C'était la bonne chose à faire. La meilleure chose."

    L'événement a été encadré musicalement par le Bethel Worship Band. Le point culminant a été la marche d'une heure dans les rues d'Oerlikon, que la ville de Zurich voulait interdire au préalable, mais qui a été autorisée par le bureau du gouverneur. La marche pacifique s'est déroulée avec une importante présence policière, bien qu'avec un certain retard dû aux blocages des milieux d'extrême gauche.

    Avant la marche, plusieurs attaques à la peinture avaient déjà eu lieu jeudi soir et vendredi contre diverses organisations de soutien à Zurich, Berne et Winterthur. Les bureaux de l'Alliance évangélique suisse (AES), de l'association Pro Life et de la fondation Zukunft CH ont été graffités et endommagés. Les organisations condamnent ces attaques et ont chacune porté plainte contre des inconnus. Marc Jost, secrétaire général du SEA, a déclaré : "Il n'est plus évident de pouvoir s'exprimer librement en Suisse sans être touché par la haine et le vandalisme. Nous sommes préoccupés par ce changement culturel. Cependant, nous ne laissons pas cette minorité criminelle limiter notre engagement socio-politique. Nous faisons également l'expérience, encore et encore, que des débats controversés et en même temps respectueux sont tout à fait possibles".

    Photo : Rallye à Zurich © March for Life

    et aussi : 4500 participants à la 17e Marche pour la Vie à Berlin