Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Liège : enregistrée et diffusée depuis l’église du Saint-Sacrement en direct ce matin du 14 mars 2021 à 10h, la messe traditionnelle (missel de 1962) du 4e dimanche de carême (« Laetare »)

    IMPRIMER

    Célébrant : Abbé M.-A Dor, Recteur

    Chants grégoriens : propre de la messe « Laetare, Jerusalem »; Kyriale de la messe XVII (XIVe s.); Credo III (XVIIe s.);

    Orgue : Patrick Wilwerth

    Pour suivre la messe, cliquez ici :

    https://youtu.be/4wzNBFFOjsk

    Laetare.jpgA l’instar des églises byzantines qui, le IVe dimanche de Carême, célèbrent une fête en l’honneur du saint Bois de la Croix, la liturgie romaine dédie ce dimanche, appelé jadis in vigesima, à la célébration des gloires de l’étendard triomphal de la rédemption. Une partie considérable du Bois de la sainte Croix est gardée depuis le temps de sainte Hélène dans la basilique in aedibus sessoriis : d’où le choix de la station romaine de ce jour à la basilique romaine Sainte-Croix de Jérusalem.

    Lire la suite

  • Parce que c'est aujourd'hui Satan qui mène le bal !

    IMPRIMER

    De Pascal Dasseleer sur son blog tout neuf que nous vous recommandons chaleureusement en lui souhaitant tout le courage nécessaire pour la maintenance de cette nouvelle tribune :

    De Charybde en Scylla

    Pourquoi courir de Charybde en Scylla ? Parce que le « monde » va de pis en pis. Ce qui demeure de la civilisation chrétienne occidentale, née à partir du VIème siècle sur les décombres du monde antique, est en train de mourir sous nos yeux. Cet écroulement n’est pas neuf : il a été initié il y a déjà plusieurs siècles. Mais, depuis la fin de la seconde guerre mondiale, il connaît une accélération peu commune pour s’imposer aujourd’hui avec une évidence qui n’est plus contestable. Je ne suis ni prophète, ni devin ; et je ne tire ni les cartes, ni ne possède aucune boule de cristal : cet effondrement pourrait donc encore durer un certain temps, mais il semble acquis que nous marchions à pas lents et décidés vers le gouffre. L’éclipse de l’intelligence et la profonde irrationalité qui en découle, le mensonge, la confusion des esprits, la dépravation des mœurs, le mépris de la vie humaine et le meurtre légal, le cynisme, l’hypocrisie et l’arrogance des gouvernants, les démissions, la veulerie et la lâcheté de ceux qui ont le pouvoir de réagir atteignent aujourd’hui des sommets. D’aucuns diront qu’il en fut toujours ainsi et il est en effet certain que, depuis sa chute, le monde n’a rien eu et n’aura jamais rien d’un paradis. Mais l’histoire humaine a connu des périodes de croissance et d’épanouissement et d’autres de décadence avérée. Il semble que notre époque compte plutôt au rang des secondes. C’est aujourd’hui Satan qui mène le bal !

    lire la suite sur le blog De Charybde en  Scylla

  • Les évêques des Pays-Bas: "Nous rejetons l'avortement, l'euthanasie, le suicide assisté et le sacrifice d'embryons pour la recherche scientifique"

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Pays-Bas: mobilisation pro-vie des évêques avant les législatives

    Jour d’élections législatives mercredi 17 mars aux Pays-Bas. En vue du scrutin, la conférence épiscopale hollandaise a publié une longue note dans laquelle elle exhorte les catholiques à faire entendre leur voix, car voter «n'est pas seulement un droit, mais aussi un devoir par lequel vous faites savoir aux responsables politiques dans quelle société vous voulez vivre».

    Dans le contexte actuel, guidés «par la foi, l'espérance et la charité», les fidèles sont exhortés à regarder vers l'avenir, vers un retour à la «normalité». Mais les évêques hollandais soulèvent un point: la «normalité» à laquelle il faut revenir ne doit pas être l'«ancienne normalité», celle d'avant la crise, dans laquelle «il y avait de l'injustice, de la violence et de la dégradation de l'environnement»; mais bien plutôt «une nouvelle normalité qui sait valoriser le soin, la solidarité et l'équité» dans l'ensemble de la société.

    Choisir la vie, respecter la liberté religieuse

    En premier lieu, l'Église catholique néerlandaise rappelle donc l'importance de «choisir la vie»: «Nous sommes convaincus de la dignité de tout être humain, écrivent les évêques. Il est donc important de voir comment les hommes politiques pensent sur ce point et sur les valeurs, droits et devoirs qui en découlent».

    «Nous rejetons l'avortement, l'euthanasie, le suicide assisté et le sacrifice d'embryons pour la recherche scientifique», ajoutent les évêques, «le respect de l'inviolabilité de la vie humaine, de la conception à la mort naturelle, quel que soit son état, est de première importance». D'où l'appel à «la promotion et la protection d'une culture de la vie», ainsi qu'au «respect de la liberté d'expression et de religion».

    Pour une société ouverte aux vulnérables

    En substance, l'Église catholique néerlandaise exhorte à construire «une société ouverte», à l’image de l’encyclique Fratelli Tutti, «une société dans laquelle les gens sont ouverts à leurs semblables, même s'ils sont différents, vulnérables, réfugiés ou migrants».

    À cet égard, les évêques affirment «qu’il est bon que le gouvernement utilise des critères généreux pour l'admission des réfugiés et des migrants, en régulant le système migratoire selon sa responsabilité spécifique pour le bien commun». La véritable rencontre entre les peuples, en effet, «n'exclut personne», mais offre à chacun «la possibilité de se développer librement et de participer à la construction de la société».

    En ce sens, «les parents ont le droit d'élever leurs enfants selon leurs convictions et, par conséquent, la liberté d'éducation doit être protégée», de même que la «liberté religieuse», afin que «les croyants puissent vivre leur foi sans entraves et la célébrer ouvertement, et pas seulement à la maison».

    Principe de bien commun et responsabilité

    Les évêques ont ensuite appelé au «principe du bien commun», afin de contrer la «mentalité de marché» profondément enracinée, qui «subordonne les personnes aux intérêts personnels de quelques-uns».

    Lors des prochaines élections, les catholiques hollandais sont donc exhortés à «regarder au-delà de la pure politique de parti», afin de «choisir des candidats qui seront capables de considérer les valeurs fondamentales comme la base de leur programme électoral». Enfin, rappelant que «la politique est l'une des plus hautes formes de charité», les évêques néerlandais remercient tous ceux qui sont prêts à «assumer la responsabilité» de diriger le pays et prient pour qu'ils aient «sagesse, intuition et persévérance».

    Un exécutif fragilisé en route vers la réélection

    Les élections législatives du 17 mars interviennent à un moment critique pour les Pays-Bas: outre la pandémie de Covid-19 qui a provoqué 1,14 million d'infections et près de 16 000 décès à ce jour, le pays est sans gouvernement depuis deux mois.

    À la mi-janvier, en effet, l'exécutif a démissionné en raison d'un scandale concernant les primes aux familles en difficulté: plus de 10 000 familles ont été accusées à tort de fraude fiscale et contraintes de restituer la subvention, alors qu'elles y avaient effectivement droit.

    Malgré cela, le Premier ministre sortant, Mark Rutte, du VVD (Parti populaire pour la liberté et la démocratie), est en tête dans les sondages et semble se diriger vers un quatrième mandat.

  • Le sens de la liturgie a-t-il disparu ?

    IMPRIMER

    Homélie de l'abbé Christophe Cossement pour le 4ème dimanche du Carême (sur son blog) :

    14 mars 2021

    Jadis, Babylone, pour tuer toute contestation dans l’œuf au royaume juif, avait supprimé le culte du Seigneur dans le temple de Jérusalem et détruit ce temple (2 Chr 36). Puis vient Cyrus, qui compte sur la prière des peuples de son empire, car l’activité religieuse lui est précieuse. Il envoie les juifs restaurer le culte du temple, car les célébrations ne sont pas pour lui quelque chose que l’on peut suspendre à sa guise. C’est bien différent de notre culture, où les célébrations sont devenues un divertissement comme un autre, que certains pratiquent tandis que d’autres aimeraient faire du fitness ou aller au théâtre.

    Même dans l’Église aujourd’hui, et a fortiori en dehors, beaucoup considèrent que la vie avec Dieu c’est comme lire un bon livre, on peut très bien le faire à la maison, et on n’aurait besoin des célébrations que pour se donner un peu de courage. Alors, accepter la situation actuelle de confinement des cultes reviendrait à faire preuve d’un peu de patience et de solidarité.

    Si c’est cela la réalité, alors cela veut dire que le sens de la liturgie a complètement disparu. Prenons plutôt un peu de temps pour redécouvrir ce qu’est la liturgie, pourquoi nous réunissons-nous, qu’est-ce que nous faisons ici ensemble ? Avec cela vous pourrez aussi expliquer pourquoi nous ne sommes pas contents du traitement actuel du culte dans notre pays. Bien sûr nous sommes mécontents comme tous ceux qui sont condamnés à l’inactivité, les musiciens, les acteurs, les restaurateurs, mais alors un peu moins qu’eux puisque nous pouvons quand même un peu exercer notre activité. Mais surtout nous sommes préoccupés car un pan entier de la vie humaine, la liturgie, le culte rendu à Dieu, est entravé sans qu’il y ait d’indice que notre activité soit dangereuse.

    Pour comprendre la liturgie, il faut partir de l’œuvre de Dieu envers l’humanité. « Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle » (Jn 3,16), vient de nous dire saint Jean. C’est par un combat que le Christ a réalisé ce projet de Dieu : le combat contre la mort et celui qui en détenait le pouvoir, c’est-à-dire le diable (He 2,10). Ainsi, Jésus annonce à Nicodème qu’il faut « que le Fils de l’homme soit élevé, afin qu’en lui tout homme qui croit ait la vie éternelle » (Jn 3,14) C’est en mourant sur la croix puis en ressuscitant le troisième jour que Jésus nous ouvre l’horizon de la vie éternelle, nous qui passions notre vie dans la peur de la mort, comme on le voit tellement aujourd’hui. Voilà la grande, la merveilleuse œuvre de Dieu, qui s’accomplit par le « mystère pascal », la pâque du Christ, le passage douloureux par lequel il a accepté de passer.

    Lire la suite

  • Le Christ, nouvel Adam (Dimanche de la Laetare)

    IMPRIMER

    Cardinal Joseph Ratzinger [Benoît XVI, pape de 2005 à 2013] 
    Sermons de carême 1981 (trad. Au commencement, Fayard 1986, p. 84 rev.) (source : EAQ)

    « Ainsi faut-il que le Fils de l'homme soit élevé, afin que tout homme qui croit obtienne par lui la vie éternelle »

          « Ayez entre vous les mêmes sentiments qui sont dans le Christ Jésus : lui, de condition divine, ne retint pas jalousement le rang qui l'égalait à Dieu. Mais il s'anéantit lui-même, prenant condition d'esclave, et devenant semblable aux hommes. S'étant comporté comme un homme, il s'humilia plus encore, obéissant jusqu'à la mort, et à la mort sur une croix ! C'est pourquoi Dieu l'a exalté et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom » (Ph 2,5-9)... Ce texte extraordinairement riche fait clairement allusion à la première chute... Jésus Christ revient sur les pas d'Adam. Contrairement à Adam, il est vraiment « comme Dieu » (cf Gn 3,5). Mais être comme Dieu, être égal à Dieu, c'est « être Fils » et donc totalement relation : « Le Fils ne peut rien faire de lui-même » (Jn 5,19). C'est pourquoi celui qui est véritablement égal à Dieu ne se cramponne pas à son autonomie, au caractère illimité de son pouvoir et de son vouloir. Parce qu'il parcourt le chemin inverse, il devient le tout-dépendant, il devient le serviteur. Parce qu'il ne prend pas le chemin de la puissance, mais celui de l'amour, il peut descendre jusqu'au mensonge d'Adam, jusqu'à la mort, et là, ériger la vérité, donner la vie.

    Ainsi, le Christ devient le nouvel Adam par qui la vie humaine prend un nouveau départ... La croix, lieu de son obéissance, devient ainsi le vrai arbre de vie. Le Christ devient l'image opposée au serpent, ainsi que le dit Jean dans son évangile. De cet arbre ne vient pas la parole de tentation, mais la parole de l'amour sauveur, la parole de l'obéissance, par laquelle Dieu lui-même s'est fait obéissant, et nous offre ainsi son obéissance comme champ de la liberté. La croix est l'arbre de vie à nouveau accessible. Dans sa Passion, le Christ, pour ainsi dire, a écarté le glaive fulgurant (Gn 3,24), a traversé le feu et a dressé la croix comme véritable axe du monde, sur lequel se relève le monde. C'est pourquoi l'eucharistie, comme présence de la croix, est l'arbre de vie qui reste toujours au milieu de nous et nous invite à recevoir les fruits de la vie véritable.

  • Laetare Jerusalem !

    IMPRIMER

    Laetare Jerúsalem: et convéntum fácite, omnes qui dilígitis eam: gaudéte cum lætítia, qui in tristítia fuístis: ut exsultétis, et satiémini ab ubéribus consolatiónis vestræ.

    Réjouis-toi, Jérusalem ! et rassemblez-vous, vous tous qui l'aimez : soyez dans le bonheur réjouissez-vous avec allégresse,vous qui avez été dans la tristesse : vous pouvez bondir de joie et vous rassasier du lait de consolation qui est pour vous.

    "Laetare Jerusalem" sung by Discantus, from the album Jerusalem: Gregorian Chant and Early Polyphony

  • Des mesures inappropriées à la Basilique Saint-Pierre de Rome

    IMPRIMER

    Pope Francis celebrates Mass for the Solemnity of Pentecost at the Altar of the Chair inside St. Peter's Basilica, on May 31, 2020.

    Du cardinal Burke (en traduction française sur le blog de Jeanne Smits) :

    Le 12 mars 2021, la Première Section (Affaires générales) de la Secrétairerie d’État du Pape François a publié un document contenant certaines dispositions relatives à la célébration de la Sainte Messe dans la Basilique papale Saint-Pierre au Vatican. Le document est adressé au Commissaire Extraordinaire de la Fabrique de Saint Pierre (Commissario Straordinario della Fabbrica di San Pietro), à l’institut canonique chargé du soin de la Basilique papale, aux Chanoines du Chapitre du Vatican (Canonici del Capitolo Vaticano), et au Service des célébrations liturgiques de la Basilique (Servizio Celebrazioni liturgiche della Basilica). Tant la forme que le contenu du document soulèvent à juste titre les préoccupations les plus profondes des fidèles et, surtout, des prêtres. Ces préoccupations relèvent non seulement à la Basilique papale Saint-Pierre, mais aussi de l’Église universelle, dans la mesure où la Basilique papale Saint-Pierre est, d’une manière particulière, le foyer spirituel de tous les catholiques et, en tant que tel, se doit d’être un modèle de discipline liturgique pour les Églises particulières.
     
    En ce qui concerne la forme du document, plusieurs préoccupations se font jour.
     
    1.  Il s’agit d’un document non signé de la Première Section de la Secrétairerie d’État, sans numéro de protocole, et qui légifère sur l’aspect le plus sacré de la vie de l’Église, la célébration de la Sainte Messe. Il porte le sceau de la Première Section avec des initiales. Bien que le document semble être authentique, c’est-à-dire non falsifié, il ne peut être tenu pour un document contenant une législation valide pour la Sainte Liturgie.
     
    2.  La Secrétairerie d’État n’est pas compétente pour la discipline liturgique de l’Église et, en particulier, pour la discipline liturgique à la Basilique Saint-Pierre au Vatican. A juste titre, on se demande par quelle autorité la Secrétairerie d’Etat a émis des directives qui sont contraires à la discipline de l’Eglise universelle. On peut également se demander quel processus a été suivi pour arriver à la publication d’un document d’une telle anomalie.
     
    3.  Étant donné l’incompétence de la Secrétairerie d’État en la matière, les fidèles ont le droit de savoir quelle autorité compétente a donné mandat à la Secrétairerie d’État de légiférer en matière de Sainte Liturgie, c’est-à-dire d’émettre des directives concernant la célébration de la Sainte Messe dans la Basilique papale Saint-Pierre.
     
    4.  La basilique pontificale Saint-Pierre au Vatican a désormais un cardinal archiprêtre, mais le document en question ne lui est pas officiellement communiqué. Il n’est pas non plus fait référence à sa responsabilité en matière de discipline liturgique dans la basilique qui lui est confiée.
     
    Le contenu du document est également source de profondes inquiétudes.

    Lire la suite

  • Covid19 et célébrations du culte en Belgique: les évêques rencontreront le ministre de la Justice

    IMPRIMER

    Lu ce 12 mars sur « Cathobel » :

    « Les évêques de Belgique rencontreront à nouveau le ministre de la Justice la semaine prochaine concernant l’organisation des célébrations. Voici leur message.

    « Il y a un an, le coronavirus envahissait notre monde. En Belgique, nous avons été et sommes fortement touchés : des décès, des malades, une société en confinement depuis des mois, en raison des règles sanitaires imposées par les chiffres de la contamination. Aucun secteur n’échappe à ces contraintes qui ont causé de graves problèmes familiaux, personnels, culturels, sociaux, économiques et spirituels. Les cultes, à l’arrêt pendant des semaines, ont pu reprendre doucement.

    Suite aux dernières décisions gouvernementales, 15 personnes sont admises dans les lieux de culte pour les célébrations ordinaires, et 50 personnes sont admises pour les funérailles. Lors de la dernière rencontre entre les chefs de culte et le Ministère de la Justice (10.03.2021), les chefs de culte n’ont pas manqué de redire leur désir, déjà envoyé par écrit, que les célébrations puissent se dérouler avec un nombre de personnes proportionnel à la superficie du lieu de culte.

    Les évêques et les chefs de culte rencontreront à nouveau les autorités civiles la semaine prochaine. Ils parleront des mesures concrètes et des conditions pour célébrer avec 50 personnes à l’extérieur. 

    SP avec CP »

    Ref célébrations du culte en Belgique: les évêques rencontreront le ministre de la Justice

    Mais ne nous berçons pas trop d’illusion sur l’ouverture d’esprit du Ministre Van Quickenborne, qui a ses limites. Lire, de Sarah Poucet sur le site Cathobel, le compte rendu de cet échange significatif entre le député Michel de Maegd et le Ministre de la Justice, hier, 12 mars 2021 :

    « Le député MR Michel de Maegd a interpellé le ministre de la Justice sur la limitation de personnes présentes aux célébrations. Il appelle à des mesures cohérentes.

    En séance de la Chambre, le député libéral Michel de Maegd a questionné Vincent Van Quickenborne, en charge des cultes, sur la pertinence des mesures en vigueur. En effet, il ne comprend pas la logique derrière la jauge de 15 personnes. « Limiter à quinze le nombre de fidèles, quelle que soit la taille de l’église, de la synagogue, de la mosquée, c’est un non-sens en termes sanitaires, tout comme d’ailleurs accepter cinquante personnes à des funérailles mais seulement quinze pour les autres cérémonies. En réalité, ce qu’il faut, c’est une norme acceptable et, pour qu’elle soit acceptable pour les fidèles, les pratiquants, il faut qu’elle soit compréhensible en fonction des mètres carrés, tenant compte spécifiquement du risque de transmission du virus qui serait objectivé par les scientifiques. » a-t-il déclaré. Ainsi, il a encouragé le ministre a modifier la norme au profit d’une jauge proportionnelle au nombre de mètres carrés comme le demandent plusieurs responsables des cultes.

    Cela ne semble toutefois pas être à l’agenda du ministre de la Justice qui a rappelé s’être concerté plusieurs fois avec les chefs de culte. Il souligne avoir demandé explicitement que les cultes soient ajoutés au culturel et à l’évènementiel, dans les autorisations d’activité en plein air. « Donc, à partir du 1er avril, les cultes collectifs seront autorisés à l’extérieur avec un maximum de cinquante personnes à la fois. Comme convenu avec les représentants des cultes, nous leur accorderons des assouplissements dès que cela sera possible. Les assouplissements pour les activités intérieures, y compris l’augmentation de la limite de quinze personnes pour les services de culte collectifs à l’intérieur – par exemple, la présence d’une personne par dix mètres carrés, comme vous le proposez – seront prévues, dès le mois de mai. Nous devons encore discuter des modalités à ce sujet. »

    Ref. Michel de Maegd remet en question la limitation de 15 personnes

    JPSC

  • Les effets pervers de la pandémie sur la démographie

    IMPRIMER

    De la revue de presse de l'Homme Nouveau "Au quotidien", n°164 :

    L’urgence démographique

    Parmi les conséquences démographiques du Covid-19, l’intérêt s’est focalisé jusqu’à présent sur la mortalité. Mais l’épidémie a aussi un impact majeur sur la fertilité. En France, les naissances ont chuté de 13 % en janvier par rapport au même mois de 2020, selon l’Insee. Le phénomène est mondial. Une étude publiée dans la revue Demographic Research indique qu’au Royaume-Uni, en Allemagne, en Italie et en Espagne, tout comme en France, l’anxiété face au virus conduit nombre de femmes à reporter des projets de grossesse.

    Dans un éditorial du Point (4 mars), Luc de Barochez s’inquiète des effets pervers de la pandémie sur la démographie française, et plus largement, en Europe. Un constat et une inquiétude, mais qui ne sont accompagnés d’aucune perspective ou proposition. Encore un effort, camarade ! Oui, il faut relancer la natalité par une politique audacieuse, s’appuyant sur la réhabilitation de la famille comme socle social tout en limitant l’immigration dans un pays actuellement incapable d’y faire face. Bref rompre avec l’individualisme moderne et retrouver les voies d’une politique traditionnelle.

    Aux États-Unis, 34 % des Américaines interrogées par l’Institut Guttmacher veulent moins d’enfants à cause de la pandémie. Quelque 300 000 naissances manqueront en 2021 dans ce pays, selon la Brookings Institution. La Chine, qui permet depuis 2016 aux couples d’avoir un deuxième enfant, n’a déclaré que 10 millions de naissances en 2020, soit une chute de 15 % par rapport à 2019. Même la Corée du Sud enregistrerait un recul de 14 % en un an. La récession économique, le stress qui diminue la fertilité, l’incertitude sur les conditions de l’accouchement du fait de la saturation des services de santé, le confinement et le couvre-feu qui empêchent les gens de se rencontrer, mais aussi la présence inhabituelle des enfants à la maison ont incité de nombreux couples à mettre leurs projets d’enfantement en mode pause. (…)

    En Europe, le nombre d’actifs devrait diminuer plus vite qu’escompté par rapport aux inactifs. Le financement des retraites et de la dépendance va devenir un casse-tête encore plus compliqué. À l’inverse, les pays pauvres devraient avoir plus de mal à satisfaire les besoins de populations jeunes et en forte croissance. Le fossé entre les deux groupes de pays va accentuer les tensions migratoires, sociales et politiques. Le monde prophétisé par Paul Morland (2) – « plus gris, plus vert et moins blanc », c’est-à-dire plus vieux, plus soucieux de la gestion de ses ressources et moins dominé par les populations d’origine européenne – arrivera plus rapidement que prévu.

  • Les juifs ont été le tabou de tout le voyage du Pape François en Irak

    IMPRIMER

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso, en traduction française sur Diakonos.be :

    Pourquoi, en Irak, le Pape a dû se taire sur les juifs

    Sur la photo prise dans la plaine de Our le matin du 6 mars, on peut voir des musulmans et des représentants des autres religions s’afficher aux côtés du pape François, mais pas de juifs.  Et pourtant, ils auraient pu être là, d’autant que le jour choisi – intentionnellement – pour cette grande rencontre entre « Fils d’Abraham » tombait un samedi.

    Les ruines de ce qu’on appelle la Maison d’Abraham se trouvaient pourtant à quelques pas, mais aucun des participants à la rencontre n’a eu une seule parole pour ce peuple d’Israël, fils aîné d’Abraham, qui a habité pendant des siècles sur la terre des deux fleuves.  Le Pape est le seul, dans son discours et ensuite pendant la prière, tout comme les autorités politiques de Bagdad, à avoir fait une allusion rapide à un « nous » qui rassemblait judaïsme, christianisme et islam dans une même fraternité.  Avant de se corriger, dans le discours de bilan du voyage, le 10 mars à Rome, et de reconnaître qu’à Our, il n’y avait que des chrétiens et des musulmans.

    Les juifs ont été le tabou de tout le voyage du Pape François en Irak.  Un silence d’autant plus impressionnant que ce voyage avait été conçu dès son origine, avec Jean-Paul II, comme un retour géographique et spirituel à la source commune des trois religions monothéistes, toutes les trois avec un même père : Abraham.

    La censure antisémite est d’autant plus marquante dans le contexte actuel de ces « accords d’Abraham » politiques qui, dernièrement, ont vu certains pays arabes sunnites, des Émirats aux Maroc, faire la paix avec Israël.  Des accords auxquels l’Irak et plus encore son voisin l’Iran sont fortement hostiles, pour des raisons géopolitiques mais surtout religieuses – parce que tous deux à dominance musulmane chiite -, et cela laisse entendre comment les diplomates du Vatican et le Pape lui-même se sont pliés à leurs volontés, notamment dans le but de garantir la sécurité du voyage, au cours duquel les milices chiites d’obédience iranienne ont effectivement observé une trêve.

    Lire la suite

  • Un catholique allemand sur trois pense à quitter l'Eglise

    IMPRIMER

    Du National Catholic Register :

    Enquête : Un catholique sur trois en Allemagne pense à quitter l'Église.

    En juin 2019, le pape François a envoyé une lettre de 28 pages aux catholiques allemands, les exhortant à se concentrer sur l'évangélisation face à une "érosion et une détérioration croissantes de la foi."

    12 mars 2021

    BERLIN, Allemagne - Un tiers de tous les catholiques allemands envisagent de quitter l'Église, selon un nouveau sondage publié jeudi.

    L'étude représentative, dévoilée le 11 mars, a été réalisée par l'institut de recherche d'opinion INSA Consulere, basé à Erfurt, pour le compte de l'hebdomadaire catholique Die Tagespost et de l'agence de presse protestante Idea. Elle confirme les résultats d'une précédente enquête qui indiquait des chiffres similaires.

    Parmi les personnes interrogées appartenant à l'Église catholique, 33 % envisagent de quitter l'Église en raison des scandales actuels liés à la gestion des cas d'abus sexuels commis par des membres du clergé, tandis que 44 % déclarent qu'elles ne vont pas tourner le dos à l'Église. Les autres 14% des répondants ont indiqué qu'ils "ne savaient pas". Neuf pour cent des personnes ayant participé à l'enquête n'ont pas précisé leur réponse.

    CNA Deutsch, le partenaire d'information en langue allemande de CNA, a rapporté que la nouvelle enquête a également révélé qu'un membre sur quatre des églises régionales protestantes en Allemagne a déclaré qu'il pourrait "quitter l'Église bientôt."

    En 2019, un total de 272 771 catholiques allemands ont formellement quitté l'Église - plus que jamais auparavant. Les chiffres pour 2020 ne seront pas publiés avant l'été de l'hémisphère nord.

    La crise des abus n'est pas la seule raison de cet exode. Selon une étude réalisée par le diocèse d'Osnabrück, dans le nord de l'Allemagne, les catholiques les plus âgés citent notamment la gestion de la crise des abus par l'Église comme une raison de leur départ, rapporte CNA Deutsch. Les plus jeunes, en revanche, sont plus susceptibles de se désinscrire en tant que catholiques pour éviter de payer l'impôt ecclésiastique obligatoire.

    En 2019, l'Église en Allemagne a reçu plus d'argent en impôt ecclésiastique que jamais auparavant. Selon les chiffres officiels publiés en juillet 2020, l'Église allemande a reçu 6,76 milliards d'euros (7,75 milliards de dollars) en 2019. Cela a représenté une augmentation de plus de 100 millions d'euros (115 millions de dollars) par rapport à 2018, année où l'Église a gagné 6,64 milliards d'euros grâce à cet impôt. Cette hausse serait due à la croissance de l'économie allemande en 2019.

    Si un individu est enregistré comme catholique en Allemagne, 8 à 9 % de son impôt sur le revenu va à l'Église. La seule façon pour eux de ne plus payer cet impôt est de faire une déclaration officielle de renonciation à leur appartenance. Ils ne sont plus autorisés à recevoir les sacrements ou un enterrement catholique.

    Cette taxe fait l'objet de critiques croissantes, plusieurs évêques se demandant s'il faut la réformer, indique CNA Deutsch. Dès 2016, l'archevêque Georg Gänswein, secrétaire particulier de Benoît XVI, a critiqué le processus, qualifiant sa gestion des personnes qui choisissent de ne pas adhérer au système controversé de "problème grave."

    Selon une recherche de l'Université de Fribourg publiée en 2019, le nombre de chrétiens payant l'impôt ecclésiastique en Allemagne devrait diminuer de moitié d'ici 2060. Les chercheurs ont déclaré que le déclin attendu pouvait être prédit compte tenu de la diminution du nombre de baptêmes en Allemagne, du nombre d'Allemands qui se sont éloignés de l'inscription religieuse formelle et de la diminution de la population globale de l'Allemagne, qui devrait chuter de 21% d'ici 2060.

    L'année dernière, les évêques allemands ont annoncé qu'ils prévoyaient un "chemin synodal" de deux ans, réunissant des laïcs et des évêques pour discuter de quatre sujets majeurs : la manière dont le pouvoir est exercé dans l'Église, la moralité sexuelle, le sacerdoce et le rôle des femmes.

    Ils ont déclaré que le processus se terminerait par une série de votes "contraignants" - suscitant des inquiétudes au Vatican quant au fait que les résolutions pourraient remettre en cause l'enseignement et la discipline de l'Église.

    En juin 2019, le pape François a envoyé une lettre de 28 pages aux catholiques allemands, les exhortant à se concentrer sur l'évangélisation face à une "érosion et une détérioration croissantes de la foi."

    "Chaque fois qu'une communauté ecclésiale a essayé de se sortir seule de ses problèmes, en comptant uniquement sur ses propres forces, ses méthodes et son intelligence, elle a fini par multiplier et nourrir les maux qu'elle voulait surmonter", a-t-il écrit.

    Dans un discours aux évêques allemands en 2015, il a déclaré qu'"on peut vraiment parler d'une érosion de la foi catholique en Allemagne", les exhortant à "surmonter la résignation qui paralyse."

  • "Spiritus Domini" : une étape vers le sacerdoce des femmes ?

    IMPRIMER

    De l'abbé Christian Gouyaud sur le site de La Nef :

    Vers le sacerdoce des femmes ?

    Par un motu proprio publié le 11 janvier 2021, Spiritus Domini, le pape François a modifié le Code de Droit canonique pour permettre l’accès des femmes aux ministères de lecteur et d’acolyte, ce qui se faisait déjà dans la pratique. Est-ce une étape vers le sacerdoce des femmes ? La réponse est non. Analyse.

    Des ordres mineurs et du sous-diaconat aux ministères institués

    Le 15 août 1972, par son motu proprio Ministeria quaedam, le pape Paul VI déconnecte certaines fonctions liturgiques de la progression vers le sacrement de l’ordre, en particulier le lectorat et l’acolytat, jusque-là considérés comme des « ordres mineurs », pour les conserver à titre de « ministères » dont la collation ne sera plus une « ordination » mais une « institution ». Il précise que le lectorat et l’acolytat incluent en eux-mêmes le sous-diaconat et que, n’étant plus réservés aux candidats au sacrement de l’ordre, ils peuvent être aussi confiés à des laïcs.

    Pour comprendre la portée du changement opéré par Paul VI, rappelons qu’Eusèbe de Césarée, citant une lettre du pape Corneille datée de l’an 251, atteste d’une hiérarchie bien établie dans l’Église romaine, qui comprend, avec les évêques, les prêtres et les diacres, des sous-diacres, des acolytes, des lecteurs et des portiers (cf. Histoire ecclésiastique, VI, 43, 11). Le concile de Trente tient qu’il « convenait […] qu’il y eût, dans la structure parfaitement ordonnée de l’Église, plusieurs ordres différents de ministères, qui seraient, par leur fonction, au service du sacerdoce, répartis de telle sorte que ceux qui auraient reçu la tonsure cléricale s’élèvent des ordres mineurs aux ordres majeurs ». Le même concile relève aussi que « dès le début de l’Église, on sait qu’ont été en usage, bien qu’à des degrés divers, les noms des ordres suivants et les ministères propres à chacun d’eux : sous-diacres, acolytes, exorcistes, lecteurs et portiers ». Il n’en reste pas moins que ces « ordres » n’étaient pas d’institution divine mais ecclésiastique et qu’il ne s’agissait pas de sacrements mais seulement de sacramentaux.

    De la réserve des ministères institués aux hommes à leur extension aux femmes

    En raison cependant de la « vénérable tradition de l’Église », Paul VI tient que l’institution au lectorat et à l’acolytat est « réservée aux hommes ». Entre-temps, ces fonctions ont de fait été exercées aussi par des personnes de sexe féminin : lectrices et/ou servantes de messe. Concernant ces dernières, la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements, dans une lettre du 15 mars 1994, adressée aux présidents des Conférences épiscopales, tout en rappelant qu’« il sera toujours opportun de suivre la noble tradition du service de l’autel confié à de jeunes garçons », admet qu’un évêque, pour des raisons particulières, puisse autoriser dans son diocèse l’accès des femmes au service de l’autel.

    Lire la suite sur le site de La Nef