Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • « Les chrétiens doivent entrer en résistance » (Rod Dreher)

    IMPRIMER

    D'Aleteia.org :

    [Vidéo] Rod Dreher : « Les chrétiens doivent entrer en résistance »

    05/06/21

    Dans son nouvel ouvrage "Résister au mensonge. Vivre en chrétiens dissidents" (Artège), l’éditorialiste américain Rod Dreher déplore l'existence d'un"totalitarisme mou" qui annihilerait tout esprit critique face à la pensée dominante et menacerait l’existence même des chrétiens.

    « En Occident aujourd’hui, les chrétiens qui n’acceptent pas les valeurs du monde font face à de grandes attaques. Je pense que nous pouvons parler de soft totalitarisme » : c’est la thèse développée par Rod Dreher dans « Résister au mensonge. Vivre en chrétiens dissidents », quatre ans après la publication de son best-seller « Le pari bénédictin », vendu à plus de 100.000 exemplaires aux États-Unis.

    Dans ce nouvel essai, l’éditorialiste conservateur appelle les chrétiens à une prise de conscience face aux périls des temps modernes, dans un monde ils seraient les « bouc-émissaires » de la nouvelle idéologie dominante. Retrouvez notre entretien en vidéo.

  • Homélie de la fête du Saint-Sacrement du Corps et du Sang du Christ (6 juin 2021)

    IMPRIMER

    À l’abri de toute peur

    Homélie de la fête du Saint-Sacrement du Corps et du Sang du Christ, 6 juin 2021

    Rome, Raphaël, l’Église

    L’homme peut-il vivre sans Dieu ? Nous voyons autour de nous bien des gens en train de survivre. Et même lorsqu’ils ont beaucoup d’opportunités de profiter de la vie, comme on dit, nous les voyons survivre « en passant toute leur vie dans une situation d’esclave dans la crainte de la mort » (He 2,15). Le stress sanitaire qui nous obnubile depuis un an en est un bon révélateur.

    Lire la suite sur le blog de l'abbé Cossement

  • Introit de la Fête Dieu

    IMPRIMER

    Cibavit eos ex adipe frumenti, alleluia, et de petra melle saturavit eos, alleluia. Ps. Exultate Deo ajutori nostro/ Jubilate Deo Jacob...

    Commentaire d’un moine de l’Abbaye Notre-Dame de Triors, publié sur le site du bimensuel « L’Homme Nouveau » :

    « Il les a nourris de la fleur du froment, alléluia ; il les a rassasiés du miel qui coule du rocher, alléluia.
    Criez de joie devant Dieu, notre secours, acclamez le Dieu de Jacob.

    (Psaume 80, 17, 2)

    L'Eucharistie, nourriture de terre promise

    hqdefault (1).jpgCe chant d'entrée de la fête du Saint-Sacrement est aussi celui du lundi de la Pentecôte dans le répertoire de la forme extraordinaire. La Pentecôte est aujourd'hui davantage liée au sacrement de confirmation, mais dans l'antiquité, elle était, comme la fête de Pâques, un moment liturgique privilégié pour la réception des sacrements de l'initiation (baptême, eucharistie, confirmation). Le chant d'entrée du lundi de la Pentecôte, avec la mention du froment et du miel, faisait écho à celui du lundi de Pâques qui s'adressait aux néophytes en leur disant : « Le Seigneur vous a introduits dans une terre où coulent le lait et le miel... » L'Eucharistie se trouve au cœur de cette liturgie baptismale et ces belles images paradisiaques de nos deux introïts s'unissent pour célébrer le sacrement de la nourriture vitale des chrétiens qui est le Christ lui-même. Aux premiers communiants, on faisait boire jadis un mélange de lait et de miel qui symbolisait la douceur du Seigneur caché dans l'hostie se donnant avec prédilection aux âmes innocentes, aux âmes des enfants. On retrouve ici l'image du miel que les abeilles, en Palestine, confectionnaient parfois dans le creux des rochers. Le rocher ou la pierre, est une autre image du Christ, fondement de notre foi. L'Eucharistie est précisément le sacrement de la foi, Mysterium fidei , « Il est grand le mystère de la foi », s'écrie le prêtre après la consécration. Quant à la fleur de froment, c'est le grain purifié de son enveloppe, le grain dans sa pureté, dans sa nudité, ce qui évoque le sacrifice et donc le mystère de la croix dont l'Eucharistie est aussi le sacrement. Saint Ignace d'Antioche souhaitait devenir le froment du Christ, c'est-à-dire être moulu par la dent des bêtes et devenir un pain très pur, à l'exemple de son Maître. Le texte de notre chant d'entrée est donc très évocateur, on le voit. Il nous parle d'une nourriture à la fois fondamentale et mystérieuse qui convient très bien pour suggérer l'Eucharistie.

    Lire la suite

  • Une nouvelle guerre liturgique ? (Club des Hommes en Noir)

    IMPRIMER

    Summorum Pontificum en danger ? L'analyse du Club des Hommes en Noir

    4 juin 2021
    Cette semaine, le Club des Hommes en Noir composé des abbés Barthe, Viot, du Père Thomas sj et de Jean-Pierre Maugendre, sous la direction de Philippe Maxence s'interroge sur la sortie d'un texte qui viendrait limiter le Motu Proprio Summorum Pontificum de 2007, rendant sa pleine légitimité à la forme extraordinaire du rit romain.

    Abonnez-vous à L'Homme Nouveau : https://hommenouveau.aboshop.fr

    Pour faire un don, aider le Club des Hommes en Noir et bénéficier d'une déduction fiscale : https://www.helloasso.com/association...

  • Jésus-Eucharistie demeure dans le baptisé entre deux communions

    IMPRIMER

    D'Anita Bourdin sur zenit.org :

    Vera Grita, par Elisabeth de Baudoüin © Salvator

    Vera Grita, Par Elisabeth De Baudoüin © Salvator

    La « permanence eucharistique » selon Vera Grita, par Elisabeth de Baudoüin

    « Un formidable chemin de sanctification », à l’école de Don Bosco

    Les paroles du Christ à Vera Grita sont en quelque sorte une explicitation pour aujourd’hui de l’intuition spirituelle de Thérèse de Lisieux ou de Faustine Kowlaska: Jésus-Eucharistie demeure dans le baptisé entre deux communions, il ne l’abandonne pas. C’est la révélation d’une « permanence eucharistique » d’autant plus bouleversante après l’expérience des confinements sans accès à la communion: mais le Christ était là. Et… à enseigner aux enfants de la Première communion…

    Elisabeth de Baudoüin a été journaliste spécialisée dans les questions religieuses. Elle est auteur de trois livres publiés chez Salvator : « Les saints nous conduisent à Jésus », avec le p. François-Marie Léthel, ocd (2017), « Thérèse et François » (2019) et « Vera Grita, une vie eucharistique » (2021).

    Zenit – Le message que le Christ confie à Vera Grita pour saint Paul VI, que l’on vient de fêter le 29 mai, est très fort, en pleine crise des années 60… Qu’est-ce que le Christ demande à Paul VI ?

    Il lui demande expressément d’approuver, bénir et diffuser dans le monde entier l’Œuvre des tabernacles vivants, qu’il vient apporter à l’humanité par le biais de cette mystique italienne. Le Christ affirme vouloir « recouvrir la terre » de tabernacles d’un genre nouveau : des hommes et des femmes qui le porteront, Lui, Jésus Eucharistie, non seulement en eux, grâce à la communion, mais, pour certaines âmes appelées et préparées, sur eux, dans une custode Le gardant. En pleine crise de 68, où l’Eucharistie est tellement attaquée, Il exhorte ce pape si critiqué et qu’il confirme dans sa mission, à être le premier de ces tabernacles vivants et ambulants, en Le portant en lui et sur lui à travers ses voyages apostoliques. A ce pape novateur, génial inventeur de ces voyages, il demande de multiplier ces derniers pour pouvoir sillonner avec lui les routes de monde, à la rencontre de l’humanité souffrante et perdue. Coïncidence ou signe que le pape, à qui ont été remis les messages de Vera, les a pris au sérieux ? Les voyages apostoliques hors d’Italie vont s’intensifier, durant les années qui suivent. C’est aussi sous le pontificat de ce pape mal aimé que vont être institués ces « christophores » que sont les ministres extraordinaires de la sainte communion : les laïcs qui portent sur eux Jésus Hostie pour le donner aux malades ou aux personnes en fin de vie.

    Lire la suite

  • Le non ferme et catégorique des évêques chiliens au "mariage pour tous"

    IMPRIMER

    De Xavier Le Normand et Malo Tresca sur le site du journal La Croix :

    Chili : les évêques s’opposent à un « mariage pour tous » adopté en urgence

    Analyse 

    Dans un communiqué, le comité permanent de la Conférence épiscopale du Chili (CECh) a condamné avec virulence, mercredi 2 juin, le projet de loi du chef de l’État, Sebastián Piñera, visant à autoriser selon une procédure d’urgence le « mariage égalitaire » pour les couples homosexuels.

    4/06/2021

    C’est un « non » ferme et catégorique. Dans un communiqué publié mercredi 2 juin, le comité permanent de la Conférence épiscopale du Chili (CECh) a affirmé son opposition résolue au projet du président du pays, Sebastián Piñera, de légaliser selon une procédure d’urgence le « mariage égalitaire », c’est-à-dire l’ouverture du mariage aux couples de même sexe.

    Dans un revirement par rapport à ses précédentes prises de position, le président de droite avait en effet annoncé, la veille, qu’il estimait le « temps venu » de relancer ce chantier législatif, étudié depuis plusieurs années par le parlement chilien, mais bloqué par d’influentes oppositions. « Nous devons approfondir notre compréhension de la valeur de la liberté, y compris la liberté d’aimer et de former une famille avec la personne aimée, et aussi la valeur de la dignité de toutes les relations d’amour et d’affection entre deux personnes », a publiquement justifié Sebastián Piñera.

    « Projet de Dieu »

    Exhortant les autorités à plutôt privilégier des politiques d’aide pour la population éprouvée par la pandémie de Covid-19, l’épiscopat local s’est empressé de réagir en rappelant, dans son dernier message, la doctrine de l’Église sur le sujet : « Ceux d’entre nous qui suivent Jésus-Christ comme Sauveur et Seigneur et sont guidés par son enseignement, ont la certitude que le mariage établi et voulu par Dieu n’est qu’entre un homme et une femme, une communion qui donne naissance à la vie et est le fondement de la famille ».

    « Ce que l’Église catholique enseigne à ce sujet est clair et bien connu : “La vocation au mariage est inscrite dans la nature même de l’homme et de la femme, tels qu’ils sont sortis de la main du Créateur” », a précisé la CECh, en citant le canon 1603 du Catéchisme de l’Église catholique. Avant de rappeler, encore, que le pape François avait ratifié cet enseignement dans son exhortation apostolique Amoris laetitia (251), en affirmant que « rien ne permet d’assimiler ou d’établir des analogies, même lointaines, entre les unions homosexuelles et le projet de Dieu sur le mariage et la famille ».

    Dans un pays encore très majoritairement catholique, mais où la voix de l’institution est décriée – notamment sur les sujets de société – à l’aune des révélations de nombreux scandales d’abus, ce rappel de l’épiscopat chilien intervient aussi trois mois après la publication, lundi 15 mars, d’une note de la Congrégation pour la doctrine de la Foi réaffirmant l’interdiction, pour les prêtres, de bénir des unions de couples de même sexe.

    « Dignité et respect »

    Pour les responsables religieux chiliens, leur message ne contredit en rien la conviction de l’Église que « toute personne, quelle que soit son orientation sexuelle, doit être respectée dans sa dignité et accueillie avec respect, en évitant tout signe de discrimination injuste ». « En outre, du point de vue des droits des personnes qui décident de vivre ensemble, la législation nationale a établi un régime qui protège et reconnaît légalement leur décision », ont-ils précisé, se disant enfin désireux que leurs mots puissent notamment « aider au discernement de ceux qui exercent la responsabilité de légiférer (…) » dans le pays.

  • 3 et 4 juillet : les pères marchent avec saint Joseph

    IMPRIMER

    De franchicroix.be :

    3 et 4 juillet : les pères marchent avec saint Joseph

    La Marche des Pères 2021 a lieu les 3 et 4 juillet 2021

    À la suite des nouvelles consignes du gouvernement nous avons désormais la quasi-certitude que la Marche pourra avoir lieu, et avançons à fond pour vous préparer un super weekend !

    Attention, nous avons cette année dû nous limiter à 100 participants, et les inscriptions vont bon train : donc (si ce n’est déjà fait) ne tardez pas à vous inscrire si vous voulez être certains d’être des nôtres.

    Pour vous inscrire, c’est ici.

    Bref résumé de la Marche des Pères 2021

    • Weekend des 3 et 4 juillet 2021. À cette date, ont lieu beaucoup d’autres Marches des Pères de Famille en Europe, nous marcherons en communion avec eux.
    • À Banneux, au prieuré des Frères de Saint-Jean.
    • Thème et prédicateur : le pape François ayant placé l’année 2021 sous le patronage de saint Joseph, également patron de la Belgique, ce sera le thème de notre Marche. Le frère Marc, fondateur de la Fraternité de Tibériade, animera la marche. Il est très attaché à saint Joseph et le thème de son enseignement sera Saint Joseph, l’homme du réel. Le frère Marc nous proposera des pistes concrètes sur l’éducation de nos enfants, notre relation avec notre épouse, l’importance de la transmission, le sens du travail… en résonance avec la lettre apostolique de décembre dernier du pape François sur saint Joseph.
    • Informations pratiques
  • Boniface, apôtre des Germains (5 juin)

    IMPRIMER

    St_Boniface_-_Baptising-Martyrdom_-_Sacramentary_of_Fulda_-_11Century.jpgLors de l'audience du mercredi 11 mars 2009, Benoît XVI a consacré sa catéchèse à une évocation de l'apôtre des Germains : 

    Saint Boniface nous encourage à accueillir la Parole de Dieu

    Chers frères et sœurs,

    Nous nous arrêtons aujourd'hui sur un grand missionnaire du viii siècle, qui a diffusé le catéchisme en Europe centrale, et dans ma patrie également:  saint Boniface, passé à l'histoire comme l'"apôtre des Germains". Nous possédons beaucoup d'informations sur sa vie grâce à la diligence de ses biographes:  il naquit dans une famille anglosaxonne dans le Wessex autour de 675 et fut baptisé avec le nom de Winfrid. Il entra très jeune au monastère, attiré par l'idéal monastique. Possédant de remarquables capacités intellectuelles, il semblait destiné à une carrière tranquille et brillante d'érudit:  il devint enseignant de grammaire latine, écrivit plusieurs traités, composa plusieurs poésies en latin. Ordonné prêtre à l'âge de trente ans environ, il se sentit appelé par l'apostolat auprès des païens du continent. La Grande-Bretagne, sa terre, évangélisée à peine cent ans plus tôt par les Bénédictins guidés par saint Augustin, faisait preuve d'une foi si solide et d'une charité si ardente qu'elle envoya des missionnaires en Europe centrale pour y annoncer l'Evangile. En 716, Winfrid, avec quelques compagnons, se rendit en Frise (aujourd'hui la Hollande), mais il buta sur l'opposition du chef local et la tentative d'évangélisation échoua. Rentré dans sa patrie, il ne perdit pas courage, et deux ans plus tard, il se rendit à Rome pour s'entretenir avec le Pape Grégoire ii et en recevoir des directives. Le Pape, selon le récit d'un biographe, l'accueillit "avec le visage souriant et le regard empli de douceur", et dans les jours qui suivirent, il tint avec lui "des conversations importantes" (Willibald, Vita S. Bonifatii, éd. Levison, pp. 13-14) et enfin, après lui avoir imposé le nouveau nom de Boniface, il lui confia avec des lettres officielles la mission de prêcher l'Evangile parmi les peuples de Germanie.

    Lire la suite

  • La démission du cardinal Marx : un geste médiatique et une manoeuvre stratégique pour accélérer le changement

    IMPRIMER

    De Jeanne Smits sur LifeSiteNews :

    Le cardinal allemand Marx présente sa démission : L'Église est dans une "impasse".

    Je continue à aimer être un prêtre et un évêque de cette Église et je continuerai à m'engager dans la pastorale, partout où vous le jugerez raisonnable et utile", a déclaré M. Marx au pape.

    4 juin 2021

    Dans un geste qui semble avoir été totalement inattendu, le cardinal Reinhard Marx a révélé qu'il avait présenté sa démission au pape François en tant qu'archevêque de Munich et Freising. Le cardinal allemand, qui occupe également de hautes fonctions au Vatican, a obtenu du pape la permission de rendre publique la lettre de démission qu'il lui avait envoyée le 21 mai ; elle a été publiée sur le site Internet de l'archidiocèse ce vendredi matin, accompagnée d'une déclaration de Marx, qui a également répondu aux questions lors d'une conférence de presse en début d'après-midi.

    La raison donnée par Marx pour sa proposition de démissionner, bien avant l'âge "légal" de 75 ans (il n'a que 67 ans et a souligné qu'il n'est pas "fatigué de sa fonction ou démotivé") est la responsabilité personnelle qu'il ressent pour l'échec des personnes dans l'Église, mais aussi de l'Église elle-même en tant qu'institution, dans la gestion de la crise des abus sexuels au cours des dernières décennies.

    L'Église a atteint une "impasse", a déclaré le cardinal.

    Au-delà de l'acceptation de la responsabilité personnelle - non seulement la démission place le cardinal sous un jour favorable, mais elle met automatiquement la pression sur d'autres pour qu'ils prennent des mesures similaires - la raison d'être de la démarche est très claire : elle montre que l'état de crise profonde de l'Église exige de nouvelles solutions, y compris la "voie synodale" qui a été entreprise par l'Église catholique en Allemagne, ouvrant la voie à un consensus révolutionnaire avec ses sections les plus progressistes.

    En effet, d'une certaine manière, la démission apparaît comme un moyen, voire une manœuvre, pour promouvoir le propre projet du pape François d'une Église "synodale" - bien que les plus cyniques disent que Marx veut se retirer pour devancer les problèmes liés à sa propre gestion de la crise des abus sexuels qui ne manqueront pas d'apparaître au grand jour dans un avenir proche. Die Welt a qualifié la démission de "manœuvre d'humilité", motivée par le fait que Marx sera bientôt confronté à de nouvelles accusations de mauvaise gestion de la crise des abus sexuels.

    Que cela soit vrai ou non n'est pas la question principale. La démission semble être plus un geste qu'autre chose, car Reinhard Marx n'a pas exprimé la moindre intention de renoncer à ses fonctions éminentes au Vatican, à la fois en tant que membre du "conseil privé" des cardinaux conseillers du Pape François pour la réforme de la Curie, désormais connu sous le nom de C6, et en tant que président du Conseil pour l'économie de François.

    Il appartiendra désormais au Pape d'accepter ou de refuser sa démission ; en attendant, le Cardinal Marx restera à la tête de son archidiocèse pour les affaires courantes. Une source haut placée au Vatican est même d'avis que le pape François veut appeler le cardinal Marx à Rome.

    Ce qui saute aux yeux, c'est que même dans sa lettre de démission, Marx utilise un langage et des idées qui sont en accord avec les objectifs du Pape François. De là à se demander s'il s'agit d'une démarche profondément "politique", il n'y a qu'un pas.

    Dans sa lettre du 21 mai, dont la traduction anglaise a été mise en ligne avec le texte original allemand, le cardinal Marx a déclaré que la crise actuelle qui affecte l'Église en Allemagne et dans le monde entier "a également été causée par notre propre échec, notre propre culpabilité." "Mon impression est que nous nous trouvons dans une 'impasse' qui, et c'est là mon espérance pascale, a aussi le potentiel de devenir un 'tournant'", a-t-il ajouté dans les premières lignes de sa lettre.

    Ce qui place clairement son initiative dans un cadre dynamique : l'objectif est le changement.

    Lire la suite

  • "Nos sociétés occidentales sont des sociétés de la frustration" (Mgr de Moulins-Beaufort)

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Messe de la Sainte-Pétronille: retrouver la joie dans une société essoufflée

    Comme c’est la tradition chaque année, une messe pour la France a été célébrée ce matin en la basilique Saint-Pierre à l’occasion de la Sainte-Pétronille, considérée comme la fille spirituelle de saint Pierre et la patronne de la France depuis le règne de Pépin Le Bref.

    Habituellement confiée à une personnalité française de la Curie romaine, la présidence de la célébration a été assurée cette fois-ci par Mgr Éric de Moulins-Beaufort, archevêque de Reims et président de la Conférence des évêques de France. Le cardinal Dominique Mamberti, préfet du Tribunal suprême de la Signature apostolique, était également présent, ainsi que l'ambassadrice de France près le Saint-Siège, Élisabeth Beton-Delègue, et les ambassadeurs de France près l'Italie et la FAO. Quelques dizaines de personnes étaient présentes, essentiellement issues de la communauté française travaillant au Vatican, ainsi que du réseau ecclésial et diplomatique à Rome.

    Le président de la CEF a articulé son homélie autour des textes de la liturgie du jour, fête de la Visitation, et tirés du Livre du prophète Sophonie et de l’extrait de l’Évangile de saint Luc racontant la visite de Marie à Élisabeth. Il a mis en parallèle l’enthousiasme fidèle de ces figures bibliques fidèles au Seigneur, et l’impatience désenchantée qui caractérise la société française actuelle, en particulier dans les incertitudes de l’après-pandémie.

    «Notre pays, en tant que tel, ne veut plus croire à un «encore meilleur » qui viendrait d’ailleurs ou d’en haut. Il a voulu et veut s’approprier le meilleur qu’il peut se donner», a remarqué l’archevêque de Reims. Si cette idéologie a porté des fruits de progrès social et humain, elle touche aussi à ses limites en créant des frustrations pour une grande partie de la population.

    «L’élan s’est essoufflé, a regretté Mgr de Moulins-Beaufort. Nous ne sommes collectivement plus très sûrs que demain sera meilleur qu’aujourd’hui, nous craignons que le temps ne soit qu’un facteur d’usure, nous redoutons que les meilleures situations d’ici-bas ne cachent des mensonges, des violences, des secrets honteux. De plus en plus, nos sociétés occidentales sont des sociétés de la frustration. Elles accumulent les droits, ce qui pourrait être réjouissant, mais sur fond de ressentiment, quand il faudrait un élan vers l’avenir, et, par conséquent du pardon, qui n’est pas amnistie.»

    Passer de la frustration pour soi à la disponibilité pour l’autre

    Le président de la conférence épiscopale a relevé ce paradoxe : «Nous avons peur de manquer alors que nous avons beaucoup, et ce qui nous manque, le peu qui nous manque parfois, nous obnubile. Comment retrouver le chemin de la joie? Est-il encore possible à un peuple d’être joyeux?»

    Les chrétiens ont la responsabilité de témoigner de leur foi pour faire germer une espérance renouvelée, au cœur d’une société qui, au fil des tourments de l’histoire, a toujours été tiraillée par des forces contradictoires. «C’est la mission de ceux et celles qui ont la foi que d’aller vers la vieille humanité, non pour l’accabler avec l’insolence de la jeunesse qui a tout, même les promesses du lendemain, mais pour la servir, avec la délicatesse de celui qui ne veut rien avoir à soi sans le partager, et qui sait qu’il ne peut être comblé que grâce à l’effort patient de celles et de ceux qui l’ont précédé.»

    Par leur vie et leur action, Marie et Élisabeth mais aussi saint Pierre et sainte Pétronille ont montré que l’histoire humaine ne se réduit pas un rapport de forces, ni à un chaos de forces qui s’entrechoquent dans une rivalité perpétuelle, mais que l’action divine peut trouver son chemin dans le cœur des personnes pour déployer la «cité éternelle», le «seul temple véritable du Dieu vivant».

    «En célébrant la messe pour notre pays, je prie pour que les chrétiens en lui sachent transformer leur espérance en une énergie au service du bien toujours plus grand de tous, et je prie pour que tous nos concitoyens puissent trouver ou retrouver la joie d’unir leurs destinées terrestres et de regarder ce qui vient avec espérance», a conclu le président de la conférence épiscopale française.