Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 8

  • Des activistes écologistes saluent "la jeunesse d'esprit" du pape

    IMPRIMER

    D'Antoine Mekary sur Aleteia.org :

    La « jeunesse d’esprit » du pape François saluée par des activistes écologistes

    16/03/21

    Le pape François a reçu trois jeunes activistes écologistes Français lors d’une audience privée lundi 15 mars.

    Une rencontre sous le signe de l’engagement pour la « maison commune » ? Le pape François a échangé ce lundi 15 mars en fin de matinée avec une délégation française emmenée par l’eurodéputé Pierre Larrouturou (S&D) – qui n’a finalement pas pu venir en raison d’un test positif au Covid-19 – composée de trois jeunes activistes : l’écrivain et réalisateur écologiste Cyril Dion, garant de la Convention Citoyenne pour le climat décidée par Emmanuel Macron, l’entrepreneur Eva Sadoun et le fondateur du mouvement Coexister Samuel Grzybowski.

    La raison de cette audience, qui aura duré 45 minutes, tient de la conjonction du calendrier politique européen et la volonté d’un homme. En tant que rapporteur général du budget pour le Parlement européen, Pierre Larrouturou demande depuis plusieurs mois la mise en place d’une taxe sur les transactions spéculatives financières en Europe. Il a fait une grève de la faim de deux semaines cet automne pour alerter sur les risques de voir cette mesure, pourtant adoptée par le Parlement européen, être refusée par le Conseil européen.

    La « jeunesse d’esprit » du pape François

    Si les échanges ont essentiellement porté sur l’écologie, les trois Français ont salué « une vraie liberté de parole » et une « jeunesse d’esprit » chez le pontife. Après avoir eu un compte-rendu de la rencontre, Pierre Larrouturou, co-président du parti Nouvelle Donne, s’est félicité de la teneur des échanges. « Le Pape est engagé depuis très longtemps sur les questions de climat, de justice sociale et justice fiscale », a-t-il rappelé.

  • La culture du cannabis : moins écolo que ça...

    IMPRIMER

    De Judikael Hirel sur La Sélection du Jour :

    Le cannabis, une culture tout sauf écolo

    C’est parfois le paradoxe d’une idée préconçue : présenté comme un produit hautement naturel, le cannabis se voit associé à un imaginaire de liberté, de révolte et d’écologie. Mais dans la réalité, le panorama est loin d’être aussi idyllique, et sa culture se révèle en fait des plus génératrice de gaz à effet de serre.

    Ainsi, de plus en plus d’états américains, près d’une quarantaine à l'heure actuelle, ont autorisé l’usage et la culture du cannabis, tant à des fins récréatives que médicales. Avec à la clé, espèrent-ils, de généreuses recettes fiscales engendrées par cette légalisation. Il faut dire que l’industrie du cannabis légal représente désormais plus de 50 milliards de dollars (42 millions d'euros) de chiffre d’affaires outre-Atlantique. De quoi attiser bien des convoitises… Mais jusque-là, nulle étude ne s’était penchée sur la pollution engendrée par ce nouveau type de culture. Une équipe de chercheurs de la Colorado State University a récemment pensé à en évaluer l’impact environnemental, et il est surprenant : selon les conditions de culture et le climat des états, il représente « de 2 283 à 5 184 kg d’équivalent CO2 par kilo de fleurs séchées »Dans les fermes du Colorado, cultiver le cannabis émet même plus de gaz à effet de serre que l’industrie minière : environ 2,6 mégatonnes d’équivalent CO2, contre seulement 1,8 mégatonne pour l’extraction du charbon…

    « La légalisation du cannabis a entraîné une augmentation substantielle de la production commerciale. Cependant l’ampleur de l’impact environnemental de l’industrie n’a pas été pleinement quantifiée », expliquent les chercheurs, dans les colonnes de la revue Nature Sustainability. Or, tant pour éviter les vols que pour contrôler les conditions climatiques propices à la pousse des plans, « une quantité considérable de cannabis légal est cultivée à l’intérieur. » 

    Pourquoi des rejets de CO2 aussi élevés ? La culture du cannabis en intérieur se révèle en fait au quotidien des plus gourmandes en énergie, entre le niveau d’humidité nécessaire à une bonne croissance, les lampes puissantes permettant de créer de la chaleur et des équipements spéciaux tout autant énergivores. « Les émissions de gaz à effet de serre sont en grande partie dues à la production d’électricité et à la consommation de gaz naturel provenant des contrôles environnementaux intérieurs, des lampes de culture à haute intensité et de l’approvisionnement en dioxyde de carbone pour une croissance accélérée des plantes », détaille l’étude. À titre de comparaison, la culture de plants en intérieur peut nécessiter un éclairage 50 à 200 fois plus intense que celui d’un bureau traditionnel, fonctionnant 24 heures sur 24 et sept jours sur sept.

    Moralité : difficile de militer à la fois contre le réchauffement climatique et pour la légalisation de la culture et de la consommation de cannabis !

  • L'évêque d'Anvers indigné par la position romaine sur les unions homosexuelles

    IMPRIMER

    L'homosexualisme a très largement pignon sur rue en Flandre, y compris dans les milieux ecclésiastiques. La déclaration de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi sur les unions homosexuelles a suscité l'ire de Mgr Bonny, évêque d'Anvers. Et il n'est pas seul. Les journaux flamands publient diverses interventions allant toutes dans le même sens, jusqu'à réclamer la fin des subsides pour une institution (l'Eglise) coupable de discrimination. On ne s'étonne guère de ces prises de position quand on voit le premier ministre lui-même faire flotter le drapeau arc-en-ciel de la communauté LGBTQ au 16 de la rue de la Loi.

    Mgr Bonny sur De Standaard, p. 34 (extrait) :

    "Comment je me sens après le communiqué ? Mal. Je ressens une honte par procuration pour mon Église, comme l'a dit la ministre Hilde Crevits (CD&V) sur Twitter. (*) Et surtout, je ressens une incompréhension intellectuelle et morale. Je tiens à m'excuser auprès de tous ceux pour qui cette réponse est douloureuse et incompréhensible : les couples homosexuels de foi et d'engagement catholique, les parents et grands-parents de couples homosexuels et leurs enfants, les agents pastoraux et les conseillers des couples homosexuels. Leur douleur pour l'Église est la mienne aujourd'hui. ... Les couples gays ne sont pas dignes de participer à une prière liturgique sur leur relation, ou de recevoir une bénédiction liturgique sur leur relation. De quelle arrière-boutique idéologique provient cette déclaration sur la 'vérité du rite liturgique' ?". ... Ce communiqué n'est pas un exemple de la manière dont nous pouvons parcourir un chemin ensemble. Le document sape la crédibilité à la fois de la 'voie synodale' pour laquelle le pape François plaide, et de l'année de travail annoncée avec Amoris laetitia." 

    (*) "L'homosexualité n'est PAS un péché. J'éprouve une honte indirecte devant la déclaration du Vatican. Cela doit cesser !"

  • Ganoub Kasr al-Agouz : le plus ancien monastère chrétien aurait été découvert dans le désert egyptien

    IMPRIMER

    De sur le site du Figaro :

    Le plus vieux monastère chrétien pourrait avoir été identifié dans le désert occidental égyptien

    ARCHÉOLOGIE - Fouillé depuis plus de dix ans par l’Institut français d’archéologie orientale, le monastère de Ganoub Kasr al-Agouz pourrait précéder d’au moins un siècle le site historique de Sainte-Catherine du Sinaï.

    Fouille d’un des secteurs du site archéologie du tell Ganoub Kasr al-Agouz, en décembre 2020.
    Fouille d’un des secteurs du site archéologie du tell Ganoub Kasr al-Agouz, en décembre 2020. MF vitenskapelig høyskole

    Elle est une des « îles » du désert libyen décrites par Hérodote. L’oasis d’Al-Barahiya était l’un des cinq poumons qui formaient, dans le flanc occidental de l’Égypte, un réseau d’étapes et de haltes au commerce caravanier qui mettait la Vallée du Nil en relation avec l’intérieur du continent africain. Situé en bordure de cette oasis, le tell de Ganoub Kasr al-Agouz (GQA) vient de révéler aux archéologues d’une mission franco-norvégienne plusieurs nouveaux vestiges datant de l’Antiquité tardive. Avec une première phase d’occupation tout récemment datée du IVe siècle, le secteur pourrait ni plus ni moins abriter l’un des plus vieux - si ce n’est le plus vieux - monastères chrétiens jamais identifiés.

    Au milieu de l’indifférence des sables et des roches arides, l’ensemble du site constituait un vaste complexe monacal, situé sur l’ancienne route de pèlerinage formée par ces artères d’oasis semées au milieu du désert occidental. Fouillé depuis 2009, par les chercheurs de l’Institut français d’archéologie orientale, épaulés, depuis une poignée d’années, par ceux de la MF Norwegian School of Theology, le site a révélé six complexes - dont trois églises et plusieurs cellules monacales - éparpillés sur un domaine de près de 80 km2 qui formaient une implantation cénobitique typique du « christianisme des déserts » qui caractérise le fait religieux chrétien de l’Antiquité tardive. Situées à plus de 370 km de l’actuel site du Caire, construits à même la roche désertique, les structures de basalte et de briques formaient des îlots semi-indépendants dans lesquelles vivait, en quasi-autarcie, une communauté recluse dans des cellules dont plusieurs étaient couvertes de textes paléochrétiens en grec, tels que des citations d’Éphrem le Syrien et d’Évagre le Pontique, deux ascètes du IVe siècle.

    Lire la suite

  • La nomination de Mgr Bordeyne ou quand l'Institut Jean-Paul II tourne définitivement le dos à Humanae Vitae

    IMPRIMER

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso, en traduction française sur Diakonos.be :

    Adieu « Humanae vitae ».  Son fossoyeur arrive.

    (S.M.) Je reçois et je publie.  L’auteur de la note, Thibaud Collin, est professeur de philosophie au Collège Stanislas de Paris et a publié des essais importants sur les théories du « gender », le mariage homosexuel et la laïcité politique.  Son dernier livre, datant de 2018, s’intitule : « Le mariage chrétien a-t-il encore un avenir ? ».

    Le point de départ de sa réflexion, c’est la récente nomination de Philippe Bordeyne, 61 ans, théologien moraliste, recteur de l’Institut catholique de Paris, comme président de l’Institut théologique pontifical « Jean-Paul II » pour les Sciences du mariage et de la famille, en remplacement de PierAngelo Sequeri.

    Il entrera en fonction en septembre.  Et cela marquera une volte-face radicale de l’Institut qui porter le nom de Jean-Paul II, mais qui est toujours plus éloigné de l’enseignement du pape qui l’a fondé et de son prédécesseur Paul VI.

    Le tremblement de terre qui a chamboulé l’Institut en 2018 est l’œuvre de son Grand Chancelier, l’archevêque Vincenzo Paglia, sur mandat du Pape François, visiblement au grand dam du pape émérite Benoît XVI.

    Mais le président Sequeri était resté en place – un théologien d’une valeur reconnue et non suspect de conservatisme – pour porter courageusement la flamme d’une interprétation de l’encyclique « Humanae vitae » de Paul VI fidèle à son sens originel :

    > Surprise. Un des hommes de François défend “Humanae vitae”

    Mais aujourd’hui, ce dernier garde-fou vient de tomber.  Bordeyne se bat depuis des années pour le dépassement de cette encyclique et une nouvelle approche de la théologie de la famille qui, pour lui – et selon lui, pour le Pape François également – « ne s’arrête pas au triangle petit-bourgeois d’un père, un mère et des enfants », mais qui « est le lieu où chaque individu grandit comme une personne en relation », et donc « mépriser les famille différentes, ce serait aussi mépriser ce travail de socialisation » (interview à « La Croix », 8 avril 2016).

    La parole au professeur Collin.

    Mais alors qu’on l’appelle Institut « Amoris Laetitia »

    par Thibaud Collin

    La nomination annoncée de Mgr Philippe Bordeyne, actuel recteur de l’Institut Catholique de Paris, au poste de président de l’Institut Jean-Paul II est la dernière étape de la refondation opérée par Mgr Paglia et par le Pape François de cette institution explicitement voulue par saint Jean-Paul II et fondée par Carlo Caffarra. Cela confirme que cette refondation est bien une révolution.

    Lire la suite

  • Faire face au "wokisme"

    IMPRIMER

    De Mathieu Bock-Côté sur le site de La Nef :

    Résister au « wokisme »

    Le wokisme est apparu aux États-Unis vers 2010 et y impose sa vision racialiste par une formidable manipulation du langage. Ultime avatar du politiquement correct, il se développe en France et représente une véritable menace pour la liberté d’expression.

    Il y a peu de temps encore, le mot woke semblait appartenir au vocabulaire réservé aux campus américains, et même, aux plus radicaux d’entre eux. Il désignait une frange particulièrement active d’étudiants américains se croyant en croisade pour la justice sociale, et plus particulièrement portés sur les questions de « race » et de « genre », et résolus, en quelque sorte, à mener un procès définitif contre le monde occidental, et plus particulièrement, contre l’homme blanc qui l’incarnerait dans toute son abjection. Cette mouvance était reconnue pour son extrémisme, et même, pour son fanatisme, convaincue qu’elle était, et qu’elle est encore, d’avoir le monopole du vrai, du juste et du bien. Barack Obama, en 2019, avait mis en garde les étudiants s’en réclamant : il voyait bien que la prétention qu’ils avaient d’être éveillés, devant une masse endormie, ou éclairés, devant un peuple enfoncé dans les ténèbres venues du passé, ne pouvait que multiplier les tensions dans une société déjà très polarisée. Homme de gauche, assurément, Obama a néanmoins cherché à rappeler à ces jeunes esprits que la nature humaine est trouble, et qu’on ne saurait réduire le conflit social à un combat entre le bien et le mal.

    À certains égards, on verra dans le wokisme la nouvelle vague du mouvement associé au politiquement correct, qui dès les années 1980, a voulu décoloniser l’université américaine et ses savoirs en en finissant avec la figure du Dead White Male. Homère, Platon, Aristote, Shakespeare et tant d’autres devaient y passer : leur présence écrasante aurait contribué à la marginalisation des savoirs et perspectives minoritaires, à partir desquels il serait possible de mener une révolution épistémologique et politique contre la civilisation occidentale. Un nouveau rapport au monde devait s’imposer. Il était bien vu, à l’époque, de s’en moquer, et de se rassurer en se répétant que cette mode était destinée à passer. On voulait même croire, à Paris, que cette lubie ne traverserait pas l’Atlantique. Il n’en fut rien. Absolument rien. Le politiquement correct s’est institutionnalisé à travers la multiplication des départements et champs d’études universitaires essentiellement fondés sur la répudiation de la civilisation occidentale. Il fait désormais la loi dans l’université américaine. Le wokisme est le point d’aboutissement de cette mouvance, et il n’est plus permis de le croire marginal.

    Lire la suite sur le site de La Nef

  • Irak : le pape a laissé derrière lui "des chrétiens ravis mais sans illusion"

    IMPRIMER

    De L'Orient - Le Jour :

    Après la visite du pape, des chrétiens ravis mais sans illusion

    "Il ne nous faut pas que des journées nationales, les grandes théories doivent être transformées en actes. Jusqu'ici on n'a ressenti aucun changement dans notre vie de tous les jours", déclare le père Nadheer Dakko.

    La première visite d'un pape en Irak a ravi les chrétiens de ce pays à écrasante majorité musulmane où nombre d'entre eux ont été persécutés, mais sa venue et ses appels à la liberté religieuse ne changeront rien, estiment des fidèles sans illusions.

    C'est le cas de Wajdane Nouri qui ne veut surtout "pas oublier la joie" apportée par François à Bagdad, mais après des années "d'injustice", cette chrétienne ira bientôt rejoindre ses filles aux Etats-Unis. Dans la cathédrale Saint-Joseph où elle anime depuis longtemps la chorale et d'autres activités, tout porte encore la trace du pape argentin : immenses posters à son effigie, tapis rouge d'honneur et bouquets en masse... Le souverain pontife est entré dans l'histoire le 6 mars en prononçant une messe dans la capitale ravagée depuis 40 ans par des guerres, crises économiques et autres affrontements confessionnels. Auparavant, il a prié dans une église théâtre il y a dix ans du pire attentat anti-chrétiens en Irak. Mme Nouri a vécu toutes ces années de disette et de peur, et après "les persécutions et les injustices, il faut tirer des leçons", estime cette quinquagénaire. Pour elle comme pour les 400.000 chrétiens d'Irak, les mots du pape sur le fait que personne ne devrait être un "citoyen de deuxième classe" ou sur "la plaie de la corruption", ont particulièrement résonné. Leurs griefs, le souverain pontife en personne les a prononcé à haute voix.

    Mais en 20 ans, la communauté chrétienne est passée de 6% à 1% de la population irakienne. Et il faudra lancer de grands chantiers pour stopper l'hémorragie, prévient le père Nadheer Dakko, prêtre à Saint-Joseph.

    Le grand ayatollah chiite Ali Sistani a dit œuvrer pour que les chrétiens d'Irak vivent "en paix" et avec "tous leurs droits constitutionnels", et le Premier ministre Moustafa al-Kazimi a décrété une "journée de la tolérance". Mais "il ne nous faut pas que des journées nationales, les grandes théories doivent être transformées en actes. Jusqu'ici on n'a ressenti aucun changement dans notre vie de tous les jours", déclare à l'AFP le père Dakko.

    Lire la suite

  • Enquête | Catholiques, Covid19, et exercice du culte effectif et responsable

    IMPRIMER

    Enquête | Catholiques, Covid19, et exercice du culte effectif et responsable
     
    NL versie : https://forms.gle/gXU9GZNXqc8dtLcZ9

    Durée: 2-3 minutes

    Cette enquête est une initiative d’un collectif de parents catholiques de différents diocèses belges fortement préoccupés par la difficulté de transmettre la foi à leurs enfants en étant (trop souvent) privés de la messe.

    Après 1 an, et rien n’indiquant que nous allons prochainement pouvoir être considérés comme des citoyens responsables*, le moment semble opportun pour clarifier la position de tous les catholiques sur cet enjeu, dans le but d’encourager nos représentants à porter haut et fort notre voix grâce à une meilleure connaissance de notre position et à l’assurance de notre soutien et de nos prières.

    Les résultats seront communiqués à la conférence des évêques de Belgique d'ici le dimanche des Rameaux.
     
    PARTICIPER A L'ENQUETE

    Nous contacter: : info.enquete.covid19@gmail.com

    * Le Premier Ministre De Croo déclarait le 11 mars que les messes à l'intérieur serait envisageables en mai à condition d'effectuer des tests rapides.

  • Arlon : un cercueil vide à la messe dominicale

    IMPRIMER

    De L.T. sur la Dernière Heure Luxembourg:

    Arlon : une messe avec un cercueil vide

    Quand l’Eglise mène une action pour protester contre les décisions gouvernementales…elle frappe fort !

    Culte et Culture, même combat. Voilà ce qu’il faut retenir de cette action symbolique organisée ce dimanche à Arlon. Car c’est un signal fort de l’Eglise avec cette intervention du Doyen arlonais, Pascal Roger. 

    Comme à Bertrix quelques jours avant, les messes célébrées ce week-end à l’église St-Martin à Arlon ont été faites avec un…cercueil vide dans le chœur de l’église. Un objet symbolique pour protester. « Contre quoi ? Les mesures sanitaires imposées depuis trop longtemps par nos élus. 50 personnes admises pour les funérailles, 15 pour les autres célébrations. Pendant ces jours de pandémie, les cultes, comme on les désigne officiellement, n’ont guère voix au chapitre. Pourtant, l’actualité touche directement leur raison d’être : le sens de la vie, la cruauté de la mort, l’épreuve de la souffrance…Les dernières décisions du Comité de concertation manifestent non seulement leurs incohérences mais, une fois encore, le mépris des cultes et de la culture, l’autre secteur jugé non essentiel depuis trop longtemps. En outre, elles confirment une indifférence insupportable réduisant l’être humain à une mécanique dépourvue d’esprit. Réduits à la catégorie du non essentiel, culte et culture ne sont pas pris en considération », dit-il. 

    Un message de colère qui ne laisse pas de marbre. Comme on dit, si même l’Eglise s’en mêle, c’est que la situation est grave… « Il est temps de sortir de ce silence assourdissant. Bravo aux artistes qui se sont fait entendre au risque d’encourir des soucis avec la justice. Alors que les chrétiens se préparent à Pâques, sommet de l'année liturgique et plus grande fête chrétienne, les autorités du pays n’envisagent aucun ajustement de bon sens quant aux normes en vigueur pour l’exercice des cultes. Allons-nous rester silencieux et une fois encore faire le gros dos ? Personnellement, je ne veux plus me taire devant les incohérences des mesures et le mépris dont culte et culture sont l’objet », conclut-il.

     Les paroissiens présents ont applaudi l’initiative. Comme ils nous l’ont aussi rappelé, rares ont été les Elus/personnalités issu(e)s du monde politique à avoir fait le déplacement pour soutenir cette démarche… « Trop occupés à poster des photos d’eux en train de faire le carnaval », lance même, ironiquement, une fidèle.

  • La bénédiction des unions homosexuelles ne peut être considérée comme licite

    IMPRIMER

    D'I.Media via Aleteia.org :

    La bénédiction des unions homosexuelles n’est pas licite

    15/03/21

    La bénédiction des unions homosexuelles – en tant que relation qui implique une pratique sexuelle hors mariage – ne peut être considérée comme licite, a indiqué la Congrégation pour la doctrine de la foi ce lundi 15 mars.

    La bénédiction des unions homosexuelles – en tant que relation qui implique une pratique sexuelle hors mariage – ne peut être considérée comme licite, a déclaré la Congrégation pour la doctrine de la foi, dans un communiqué diffusé le 15 mars 2021 en réponse à un dubium. Cette déclaration ne porte en rien préjudice à la considération humaine et chrétienne dans laquelle l’Église catholique tient chaque personne, précise le Saint-Siège.

    La note de la Congrégation pour la doctrine de la foi est une réponse à un dubium – une question soulevée par des pasteurs et des fidèles qui ont besoin d’une clarification sur un sujet controversé. Bien qu’elle n’indique pas précisément son origine, la note entend répondre à la diffusion, « dans certains milieux ecclésiaux », des « projets et des propositions de bénédictions pour les unions entre personnes du même sexe ». Ces dernières années, en effet, certains prêtres et évêques, notamment en Allemagne, ont appelé de leurs vœux une ouverture de l’Église catholique sur ce sujet.

    « Il n’est pas licite de donner une bénédiction aux relations ou partenariats, même stables, qui impliquent une pratique sexuelle hors mariage […] comme c’est le cas des unions entre personnes du même sexe », affirme le cardinal Luis Francisco Ladaria Ferrer, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi. Pour Rome, la présence dans ces relations d’éléments positifs, « qui en eux-mêmes doivent être appréciés et valorisés », n’est cependant « pas de nature à les justifier », ces éléments se trouvant « au service d’une union non ordonnée au dessein du Créateur ». Il n’est dès lors pas possible « d’approuver et d’encourager un choix et une pratique de vie qui ne peuvent être reconnus comme étant objectivement ordonnés aux desseins révélés de Dieu ».

    La note rappelle par ailleurs que les bénédictions sur les personnes sont liées aux sacrements. Si la bénédiction des unions homosexuelles était licite, elle constituerait alors une sorte d’ »imitation » de la bénédiction nuptiale invoquée sur l’homme et la femme qui s’unissent dans le sacrement de mariage. Cela est impossible puisqu’ »il n’y a aucun fondement pour assimiler ou établir des analogies, même lointaines, entre les unions homosexuelles et le dessein de Dieu sur le mariage et la famille », rappelle la CDF en citant Amoris Laetitia, l’exhortation apostolique sur la famille de 2016.

    Lire la suite

  • Y a-t-il une idéologie commune des médias ?

    IMPRIMER

    Nous  remercions Paul Vaute, licencié-agrégé en histoire et en communication, et journaliste professionnel honoraire, de nous partager cette étude éclairante et documentée sur le monde médiatique :

    Y A-T-IL UNE IDÉOLOGIE COMMUNE DES MÉDIAS ?

       Selon l'expression consacrée, le réalisateur verviétois Bernard Crutzen a fait le buzz en quelques jours, fin janvier, avec son documentaire intitulé Ceci n'est pas un complot, diffusé sur Internet [1]. Le succès ne s'est pas démenti depuis. Consacré au traitement par les médias de l'actuelle crise sanitaire, ce film de septante minutes entend démontrer que la plupart des journalistes se sont faits, en la matière, les relais des autorités politiques, sans distance et sans critique. La thèse de l'auteur, telle qu'il l'expose, est que "le traitement médiatique déroule le tapis rouge pour ceux qui rêvent d'une société hygiéniste et sécuritaire, pour laquelle nous n'avons pas voté".

       Il est bien sûr légitime et même salutaire de dénoncer les outrances anxiogènes auxquelles cèdent trop souvent des professionnels de l'information – ainsi d'ailleurs que des non-professionnels opérant dans les réseaux sociaux. Mais leurs motivations et les effets qu'ils produisent, escomptés ou non, sont beaucoup plus complexes et plus diversifiés que Crutzen ne l'envisage. Les médias, publics comme privés, sont notamment en quête d'audience et leurs gestionnaires savent depuis Marshall McLuhan, et même avant, qu'il est plus rentable de s'adresser au cerveau droit des individus, celui des émotions, qu'à leur cerveau gauche, celui de la raison.

       Plus fondamentalement, si une méfiance assez généralisée entoure aujourd'hui la presse, la radio et la télévision – pour s'en tenir aux trois piliers encore provisoirement principaux –, ce n'est que partiellement en raison de leur allégeance supposée au pouvoir, ou à l'opposition, ou à tel ou tel parti ou obédience. Les influences économiques et politiques, armées des leviers de la publicité et des subventions, existent certes, et on a plus de chance de trouver le Graal à Walibi qu'un journal totalement indépendant dans nos press shops. Mais il existe, malgré tout, encore un peu de pluralité. Ainsi, on ne peut pas dire que les objections aux mesures de confinement ou à leur trop grande sévérité, venant entre autres des acteurs économiques et culturels, n'ont pas été répercutées. On ne peut pas prétendre que les situations de détresse engendrées par lesdites mesures n'ont pas trouvé écho. Dans un autre registre, on ne peut pas soutenir que les faits de corruption, de faux, d'abus de biens sociaux…  dont se sont rendus coupables des personnalités de toutes couleurs en Belgique n'ont pas reçu une couverture médiatique proportionnée à leur importance.      

       Ce qui est ici en cause n'est pas une question d'adhésion ou d'indocilité au "système", et pas davantage de dosage dans la parole donnée aux différentes structures idéologiques et convictionnelles. Ce fut trop souvent la limite des débats portant sur l'objectivité à la RTB(F), récurrents à partir des années '70 du siècle dernier. Il s'est trop souvent agi de calculs d'apothicaire quant aux temps d'antenne accordés aux représentants et aux positions des différents partis, le tout pondéré selon les heures de haute ou de basse écoute, sans oublier l'ordre de passage des avis contradictoires (à qui le dernier mot ?). Ces critères quantitatifs ne permettent pas d'appréhender des modi operandi beaucoup plus subtils. Car le militantisme implicite de maints ténors du micro ou du petit écran n'est pas celui des tribunes électorales. Il se soucie beaucoup moins de la composition des futures enceintes parlementaires que de promouvoir une vision des enjeux sociaux, sociétaux, culturels, éthiques, internationaux..., notamment par la hiérarchisation des sujets traités, les angles de vue, les montages, les rapprochements suggérés, jusqu'au choix même des mots et aux signes non verbaux.

    Lire la suite