Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Doctrine - Page 10

  • Il n’y a pas que les couples de même sexe; il y a aussi les familles que l’Église a oubliées

    IMPRIMER

    De Sandro Magister sur Settimo Cielo (Diakonos.be) :

    Il n’y a pas que les couples de même sexe. Il y a aussi les familles que l’Église a oubliées

    En Italie, la nation qui compte 59 millions d’habitant et dont le Pape François est le premier pasteur, on enregistre environ 2.000 unions civiles par an entre personnes de même sexe.

    On peut donc légitimement supposer que, parmi elles, il n’y ait que très peu de couples homosexuels qui iront frapper à la porte de l’Église pour avoir la bénédiction, vu la partie croissante de la population qui s’éloigne de l’Église, en Italie comme dans bien d’autres pays.

    Et pourtant, la bénédiction des couples de même sexe est devenue la problématique numéro un pour l’Église du Pape François, et celle sur laquelle le Pape a le plus exercé son autorité dernièrement, allant jusqu’à susciter l’opposition de cardinaux, d’évêques, de fidèles et d’Églises nationales entières, dont celles de toute l’Afrique noire.

    Alors qu’au contraire, les statistiques devraient inciter l’Église à des préoccupations et des engagements complètement différents. Non pas focalisés, comme c’est le cas aujourd’hui, sur les unions plus ou moins irrégulières, « in primis » entre personnes du même sexe, mais sur les couples réguliers, les couples hétérosexuels ordinaires, sur les familles au sens classique du terme.

    Parce qu’entretemps, dans le silence et le désintérêt apparent de la plus haute autorité de l’Église, ces familles sont en train de s’étioler d’année en année.

    Jusque dans les années 1970, il y avait en Italie plus de 400.000 mariages par an, presque tous célébrés à l’Église.

    Tandis qu’en 2023, et avec beaucoup plus d’habitants qu’à l’époque, les mariages religieux dépassent à grand-peine les 70.000. Avec un effondrement brutal, de 14% en une seule année seulement, par rapport à 2022.

    Ce qui revient à dire qu’aujourd’hui, en Italie, on ne célèbre à peine qu’un mariage pour mille habitants. En Lombardie, la région la plus peuplée et la plus industrialisée, dont Milan est la capitale, les chiffres sont encore plus bas : 0,7 mariages religieux pour mille habitants. En d’autres mots, dans une ville lombarde comptant 10.000 habitants, on célèbre à peine sept mariages à l’Église en une année, soit pour ainsi dire rien.

    Le démographe et statisticien Roberto Volpi, qui n’est pas catholique, a réagi, dans le quotidien « Il Foglio » : « Ca fait des dizaines d’années qu’on ne fait que parler de la raréfaction des enfants. Mais on ne parle jamais de la raréfaction des couples qui devraient faire ces enfants. À quand une réflexion non pas sur tel ou tel embranchement, exception, particularité, segment et typologie des couples, mais sur le couple hétérosexuel pur et simple ? Un couple dont même l’Église ne semble plus vouloir s’occuper ».

    Le CENSIS, le très sérieux centre de recherche qui publie chaque année un rapport sur la situation sociale de l’Italie, a enregistré en 2023 un large consensus à la « revendication des nouveaux droits » et en particulier au mariage entre personnes de même sexe, avec 65,6% d’avis favorables, qui atteint même 79,2% chez les jeunes.

    En présentant et en commentant ces données, un expert en la matière, Domenico Delle Foglie, l’ancien vice-directeur du quotidien de la Conférence épiscopale italienne « Avvenire » et coordinateur général du Family Day de 2007, la dernière initiative pro famille importante et influente qui s’est tenue en Italie, a écrit, toujours dans « Il Foglio » :

    « Le Rapport du CENSIS ne répond bien entendu pas à la question de savoir quel serait le projet d’humanité, d’anthropologie, soutenu par ces droits nouveaux. Mais peut-être se serait-on attendu à une prise de position ferme de la part du monde catholique, non pas à partir de considérations d’ordre moral mais à partir d’une conscience différente de l’humanisme chrétien. La réalité nous enseigne qu’il n’y en a nulle trace et qu’au contraire – voir la réflexion en cours dans le Synode de l’Église catholique – semble prévaloir une sorte de gigantesque et indulgent ‘qui suis-je, moi, pour juger ?’. De sorte que la renonciation à l’exercice de la faculté de juger (à ne pas confondre avec la manie de condamner) semble prévaloir sur toute autre évaluation objective du risque humain, bien plus que social et culturel, qui sous-tend la fabrique de ces droits nouveaux. On est en train d’assister impuissants à une sorte de frénésie ecclésiale d’assimilation qui inciterait à accepter (et donc à s’approprier) tous les choix du monde ».

    Volpi et Delle Foglie ne sont pas les seuls à sonner l’alarme. On peut citer entre autres, Fiorenzo Facchini, prêtre et professeur ordinaire émérite d’anthropologie à l’Université de Bologne qui, dans « Vita e Pensiero », la revue de l’Université catholique de Milan, vient d’attirer l’attention sur « le déclassement de la famille dans la transmission de la vie au profit des nouvelles techniques de reproduction médicalement assistées » dans lesquelles « il n’y a pas que la technique qui entre en jeu mais aussi l’idée d’humanité qui les inspire ».

    Facchini ajoute :

    « La vision chrétienne relie la sexualité à un projet du Créateur sur l’homme et sur la femme qui sont destinés à former une famille. Les caractéristiques de la famille reposent sur la différence naturelle entre les sexes et sur leur complémentarité. C’est ce qui émerge sur le plan rationnel.

    Dans l’idéologie du ‘gender’, en revanche, la sexualité est élective, on parle de sexe fluide, et l’idée de famille devrait donc s’appliquer à tout type d’union affective. Mais la sexualité est une composante importante de la personne, depuis la naissance, il ne s’agit pas de quelque chose d’aléatoire ou qui dépendrait de nos opinions. La cohérence avec le donné biologique doit être favorisée dans la construction de la personne. S’en écarter soi-disant pour affirmer sa liberté relève d’une idéologie mensongère et ne peut pas faire le bien de la personne et de la société ».

    On a aussi mis en avant récemment l’idée de la ‘queer family’, qui désigne une manière d’être ensemble indépendamment de l’orientation sexuelle. Est-ce que ce serait là une nouvelle manière de contribuer au bien de la société ? On est en droit de se demander quel futur nous réserve la société si de telles conceptions devaient se répandre et prévaloir. Ce serait la dissolution de la famille dans une société toujours moins humaine et à la dérive ».

    Il s’agit là d’avertissements forts mais qui prêchent dans le désert. « Tout cela trahit un grand égarement », écrit Facchini. Y compris dans l’Église.

    *

    Sur la photo en haut de la page, prise le 20 décembre 2023 deux jours après la publication de la déclaration « Fiducia supplicans », le jésuite américain James Martin, très proche du Pape François, pose un geste qu’il a décrit comme ceci sur les réseaux sociaux :

    « Chers amis, j’ai eu l’honneur de bénir en public mes amis James et Damien ce matin dans notre résidence des jésuites, selon les nouvelles directives promulguées par le Vatican pour les couples de même sexe. Mais avant cela, c’est eux qui m’avaient béni par leur amitié et leur soutien. »

  • Les déclarations inacceptables de Monseigneur Scicluna sur le célibat ecclésiastique : un expert corrige l'archevêque

    IMPRIMER

    Du site d'Aldo Maria Valli :

    Célibat ecclésiastique / Des déclarations inacceptables de Monseigneur Scicluna. Un expert corrige donc l'archevêque

    Le mois dernier, Monseigneur Charles Scicluna, haut fonctionnaire du Vatican et conseiller du pape François ainsi qu'archevêque de Malte, a déclaré dans une interview que l'Église catholique devrait "réfléchir sérieusement" à la possibilité d'autoriser les prêtres à se marier. Des propos qui ont évidemment été accueillis favorablement par le courant de pensée dominant, mais qui ont en même temps suscité la perplexité et le mécontentement de nombreux catholiques.

    Un expert du célibat ecclésiastique, Monseigneur Cesare Bonivento, intervient maintenant sur les déclarations de Monseigneur Scicluna. Longtemps missionnaire en Papouasie-Nouvelle-Guinée pour le PIME (Institut pontifical des missions étrangères de Milan) et aujourd'hui évêque émérite, Monseigneur Bonivento (qui, à près de 84 ans, travaille encore comme formateur et assistant spirituel de séminaristes) a consacré des études approfondies à la question du célibat ecclésiastique, dont la dernière en date est "Célibat et Continence ecclésiale". Breve compendio storico-teologico (une publication que Duc in altum a traitée ici). Et du haut de son expertise, il juge les propos de Scicluna non seulement erronés mais irresponsables.

    ***

    par Monseigneur Cesare Bonivento

    Le 8 janvier, la presse internationale a largement couvert l'interview accordée par Monseigneur Scicluna, archevêque de Malte et secrétaire adjoint du Dicastère pour la Doctrine de la Foi, au Times of Malta. Dans cette interview, l'archevêque s'est dit très favorable au célibat facultatif ou, plus clairement, à l'autorisation pour les prêtres de se marier.

    L'archevêque Scicluna a affirmé que l'Église catholique devrait "réfléchir sérieusement" à la possibilité d'autoriser les prêtres à se marier. D'autre part, le célibat "a été facultatif pendant le premier millénaire de l'existence de l'Église". Par conséquent, "il devrait le redevenir".

    Cette interview marquante a suscité des réactions largement favorables. Par exemple, le 23 janvier, la Gazette de Malte écrivait : "Les déclarations de l'archevêque Charles Scicluna sur les prêtres et le mariage ont fait le tour du monde, car elles sont courageuses, sans équivoque, de grande portée et émanent d'un haut fonctionnaire du Vatican à un moment où l'Église envisage sérieusement des changements".

    À l'exception du débat sur les bénédictions homosexuelles, l'interview de Mgr Scicluna a été, selon le correspondant au Vatican du National Catholic Reporter, Christopher White, la nouvelle la plus importante du mois de janvier au Vatican.

    Cependant, les déclarations de l'archevêque ont suscité une grande consternation chez de nombreux laïcs et membres du clergé, à la fois en raison du rôle joué par Scicluna et parce qu'elles sont en grande partie inexactes.

    En effet, il semble impossible qu'un prélat de son rang ait pu faire de telles déclarations.

    Il est certain que Monseigneur Scicluna connaît à la fois l'histoire et la théologie de l'Église, et il m'est donc difficile de lui attribuer la paternité de ce qui a été publié. Cependant, comme il n'y a pas eu de démenti, je me sens obligé de répondre, tout en invitant Mgr Scicluna à les rectifier s'ils lui ont été indûment attribués.

    Lire la suite

  • Des cardinaux se sont réunis en secret pour plancher sur l'idéologie du genre

    IMPRIMER

    De Loup Besmond de Senneville (à Rome) sur le site du journal La Croix :

    Cette réunion secrète de cardinaux à Prague pour réfléchir à l’« idéologie du genre »

    Enquête 

    Un congrès, organisé fin septembre dans la capitale tchèque, a réuni une vingtaine de prélats, dont neuf cardinaux, à l’initiative d’un institut américain. Au Vatican, où le sujet du prochain conclave est de plus en plus ouvertement évoqué, ce type de rassemblement est particulièrement scruté.

    07/02/2024

    Cinq étoiles, vue panoramique sur la ville, dont le célèbre château de Rozmberk et le pont Charles de la ville qui vit naître Franz Kafka et Rainer Maria Rilke. L’hôtel Mozart, au cœur de Prague, est l’un des établissements de la capitale tchèque où l’on rêve de se rendre pour quelques jours. Mais le sujet du jour, en cette fin septembre, n’est pas la littérature.

    Dans l’un des salons du palace, l’attention d’une vingtaine de prélats se concentre sur un tout autre thème : « Idéologie du genre, science et la nature de la révélation divine. » Les participants à cette réunion ne sont pas n’importe qui. Parmi les 21 responsables catholiques figurent en effet neuf cardinaux, principalement venus du continent asiatique.

    Dans la salle de l’hôtel Mozart, du 26 au 28 septembre 2023, se sont ainsi croisés le cardinal Do Carmo da Silva, venu de Dili, au Timor oriental, mais aussi Oswald Gracias (Bombay), Willem Eijk (Utrecht), Patrick D’Rozario (Dacca) ou William Goh (Singapour). Des figures qualifiées de conservatrices, rejointes à Prague par quelques Européens, Africains et Américains, dont les cardinaux Angelo Bagnasco (Gênes) et Dominik Duka (Prague), mais aussi Mgr Salvatore Cordileone (San Francisco).

    Les « princes de l’Église » ne se connaissent pas

    Beaucoup des ecclésiastiques présents à Prague se rendaient ensuite au Synode sur l’avenir de l’Église, tout le mois d’octobre. Alors que certains soulignent, à Rome, l’atmosphère de « fin de règne », c’est-à-dire l’exacerbation des tensions autour du pape François, ce type de rassemblements entre cardinaux est particulièrement guetté. Appelés à voter pour le futur pape, dans un avenir plus ou moins proche, les « princes de l’Église » ne se connaissent en effet plus vraiment. Sur les 130 jouissant d’un droit de vote, seuls 25 vivent aujourd’hui à Rome. Les autres, qui sont répartis partout à travers le monde, ont peu d’occasions de se croiser et de réfléchir ensemble à l’avenir de l’Église catholique et de sa gouvernance. « Des réunions comme celles-ci existent, mais il ne faut pas l’interpréter comme une préparation du conclave », jure néanmoins une voix importante de la sphère conservatrice, à Rome.

    La réunion, dont La Croix révèle l’existence, était jusque-là restée secrète. Seul l’archevêque d’Abuja, Mgr Ignatius Kaigama, l’a évoquée sur son profil Facebook, dans une publication du 29 septembre. Le programme ne figure d’ailleurs pas sur le site de l’Institut Austin, une association américaine promouvant les valeurs familiales, qui a entièrement financé la venue et le séjour de ces responsables catholiques.

    Créé en 2012 au Texas, l’« Institut Austin pour l’étude de la famille et de la culture » a ainsi convié, pour s’exprimer à Prague devant les cardinaux, des personnalités intervenant régulièrement sur le genre et la sexualité. C’est notamment le cas du père Robert Gahl, un prêtre membre de l’Opus Dei et professeur à Harvard venu évoquer devant eux une présentation ayant pour titre : « Idéologie du genre et incarnation : guérir l’hérésie anthropologique. » La veille, les cardinaux et évêques avaient aussi entendu une conférence intitulée « Un voyage de l’identité lesbienne et des études de genre à l’épouse, la mère et la fille de Dieu ». Le cardinal Eijk, archevêque néerlandais d’Utrecht, avait prononcé une conférence où il estimait que « la théorie du genre » constituait « une menace pour la famille et l’annonce de la foi chrétienne ».

    L’influence du cardinal Pell

    Ce n’est pas la première fois que l’université d’Austin organise de telles rencontres. Une précédente avait déjà eu lieu fin 2022, en présence du cardinal australien George Pell. L’ancien archevêque de Sydney ne cachait pas ses critiques à l’encontre du pontificat de François. Il était ainsi venu y présenter son « Journal » alors qu’il était emprisonné en Australie, accusé de crimes sexuels, dont il avait ensuite été blanchi par la justice australienne. Malgré sa mort, début 2023, le cardinal est resté une figure de référence dans les milieux conservateurs. En septembre, les participants ont vu intervenir devant eux le père Robert Sirico, ancien pasteur pentecôtiste devenu prêtre, fondateur de l’institut Acton, qui tente de concilier néolibéralisme économique et catholicisme, et invité à parler de l’héritage théologique du cardinal Pell.

    Les intervenants interrogés par La Croix ont tous refusé de répondre à des questions par téléphone. Néanmoins, Mark Regnerus, qui dirige l’institut texan organisateur de la formation, a confirmé avoir offert cette formation aux participants. Il s’agissait d’une « invitation large et d’une discussion libre, résume-t-il par mail. Une retraite intellectuelle, en somme ». Se refusant à commenter l’origine des fonds utilisés ou le choix des prélats invités à suivre la formation ces trois jours.

    -----

    131 cardinaux électeurs

    Le Collège cardinalice compte aujourd’hui 131 cardinaux de moins de 80 ans, c’est-à-dire électeurs en cas de conclave, convoqué pour élire un futur pape.

    96 ont été choisis par François, 26 par Benoît XVI et 9 par Jean-Paul II.

    Sur un plan géographique, 52 viennent d’Europe (dont 14 d’Italie), 22 d’Asie et 17 sont Africains, 16 sont originaires d’Amérique du Nord, 16 d’Amérique du Sud, 5 d’Amérique centrale et 3 d’Océanie. En tout, 25 cardinaux travaillent au sein de la Curie romaine, ou y ont exercé des fonctions.

  • La « cancel culture » s’insinue jusque dans l’Église catholique; trois théologiens la critiquent sévèrement

    IMPRIMER

    De Sandro Magister sur Settimo Cielo (Diakonos.be) :

    La « cancel culture » s’insinue jusque dans l’Église catholique. Mais trois théologiens la critiquent sévèrement

    Tout juste sorti d’une liturgie œcuménique concélébrée à Rome, fin janvier, avec l’archevêque de Canterbury Justin Welby (photo), le Pape François partage désormais avec lui le malheur d’une double fracture au sein de leurs églises respectives, l’Église anglicane et l’Église catholique. Dans les deux cas, c’est l’Afrique qui est à la tête de l’opposition et toujours pour la même raison : le refus de bénir des couples de même sexe.

    L’Afrique est le seul des cinq continents dans lequel le catholicisme soit en expansion. Il représente une partie importante de cette « périphérie » de l’Église si chère au Pape François. Et pourtant, c’est de là que provient le refus le plus massif au feu vert donné par le Dicastère pour la Doctrine de la foi à la bénédiction des couples homosexuels, avec la déclaration « Fiducia supplicans » du 18 décembre et le communiqué de presse relatif du 4 janvier.

    Pratiquement toutes les conférences épiscopales d’Afrique se sont prononcées contre, ainsi qu’un cardinal de premier plan : le guinéen Robert Sarah, mais bien d’autres épiscopats, cardinaux et évêques d’Europe et d’autres continents, de l’Ukraine à l’Uruguay en passant par les États-Unis et les Pays Bas sont du même avis.

    Avec une montée en puissance qui vient, aujourd’hui 2 février, de se matérialiser par la publication d’un « Appel filial à tous les cardinaux et évêques », signé par un grand nombre de prêtres et d’intellectuels catholiques du monde entier, avec la double proposition « d’interdire immédiatement dans leur diocèse » la bénédiction des couples aussi bien extraconjugaux qu’homosexuels, et de demander au pape de « révoquer de toute urgence ce document malheureux », au risque d’une « tache qui pourrait le maculer de façon indélébile, non seulement dans l’histoire, mais également dans l’éternité ».

    *

    Mais entretemps, en parallèle à la révolte « pastorale », les critiques philosophiques et théologiques de fond s’élèvent également contre le chemin emprunté par Rome avec « Fiducia supplicans ».

    Sur le plan théologique, une analyse très fine a été publiée dans « La Revue Thomiste » par Thomas Michelet, un dominicain, professeur de théologie sacramentelle et d’ecclésiologie à Rome et à l’Université pontificale Saint-Thomas-d’Aquin, dite « Angelicum ».

    Son essai s’intitule « Peut-on bénir ‘Fiducia supplicans ?’ ». Une question à laquelle le P. Michelet ne répond ni par oui ni par non, au terme de son argumentaire, qui est à son tour très problématique, si l’on s’en tient aux titres de ses chapitres :

    1. Principe de charité interprétative
    2. Bénir le pécheur sans bénir le péché ?
    3. Bénédiction non-liturgique ?
    4. Bénir le pécheur impénitent ?
    5. Situations « irrégulières »
    6. Bénir le couple sans bénir l’union ?
    7. Bénir le couple ou les individus ?
    8. Science du confessionnal et Bien commun

    Ce qui n’enlève rien au fait que le P. Michelet pointe avec clarté les risques graves auxquels s’expose Rome avec ce texte. Il suffit pour s’en assurer de lire quelques passages de son essai :

    Lire la suite

  • Ce qui émane de Rome aujourd'hui, c'est le chaos et la confusion.

    IMPRIMER

    De George Weigel sur le Catholic World Report :

    Tohu wa-bohu sur le Tibre
    Ce qui émane de Rome aujourd'hui, c'est le chaos et la confusion.

    7 février 2024

    Le mois dernier, en l'espace de 24 heures, trois grands sites catholiques ont publié des articles décrivant la rencontre du Pape François avec les membres et les consulteurs du Dicastère pour la Doctrine de la Foi, avec les titres suivants :

    • Le pape François défend la bénédiction des couples en "situation irrégulière", y compris les unions homosexuelles (America Media, 26 janvier) ;
    • Pope defends document offering blessings for "irregular" couples (La Croix International, 27 janvier) ;
    • Au milieu de la fureur suscitée par le document du Vatican, le pape affirme que l'objectif est de bénir les gens, pas les unions homosexuelles (Crux, 27 janvier).

    Il existe une diversité théologique légitime dans l'Église catholique. (Les thomistes et les théologiens du ressourcement ont tous deux contribué à l'enseignement du Concile Vatican II). Il existe des différences légitimes de méthode théologique dans la promotion d'une orthodoxie dynamique. (Voir les travaux du Père Thomas Joseph White, OP, et du Père Robert Imbelli.) Il existe même des façons légitimement différentes d'exprimer les vérités durables de la foi catholique. (Comparez le style des premier et troisième chapitres de l'encyclique Veritatis Splendor de Jean-Paul II, publiée en 1993, avec celui du deuxième chapitre).

    Puis il y a Tohu wa-bohu (Jérémie 4:23, citant Genèse 1:2) : une expression hébraïque que l'on peut traduire par "chaos et confusion".

    Ce qui émane de Rome aujourd'hui, c'est Tohu wa-bohu.

    Le chaos et la confusion, tels que suggérés par ces trois titres, troublent la paix et l'unité de l'Église, en particulier parmi ses membres les plus pieux. Le chaos et la confusion sont des obstacles au recrutement des vocations : beaucoup sont prêts à assumer les charges et les défis de la vie sacerdotale ou consacrée au nom d'un mystère d'amour divin ; peu vont donner leur vie pour un point d'interrogation (et ceux qui le font vont presque certainement au-devant d'ennuis). Le chaos et la confusion sont de graves obstacles à l'évangélisation : Qui veut rejoindre l'Église de Peut-être, qui n'est que l'Église du Zeitgeist, l'Esprit de l'époque agrémenté d'odeurs et de cloches ?

    Et Tohu wa-bohu - le chaos et la confusion - sont précisément ce que la fonction de Pierre dans l'Église a été créée pour atténuer.

    Le Christ a promis que, par l'action du Saint-Esprit, l'Église serait préservée dans la vérité (Jean 14:16-17). Ayant promis cela, le Christ a établi la fonction pétrinienne - ce que nous connaissons sous le nom de papauté - pour donner une forme spécifique et historique à cette promesse. Ainsi, la description du travail du pape, l'évêque de Rome, est résumée dans Luc 22:32, lorsque le Seigneur Jésus, lors de la dernière Cène, a ordonné à Pierre de "fortifier ses frères".

    Renforcer les frères ne signifie pas les plonger dans la confusion. Cela ne signifie pas non plus permettre que les confusions proposées par d'autres personnes ayant autorité dans l'Église ne soient pas corrigées. La diversité au sein de l'unité que l'Office pétrinien est également appelé à protéger n'est pas une diversité d'opinion dans les questions établies de la foi catholique, qu'il s'agisse de questions doctrinales ou morales. La diversité au sein de l'unité n'est pas le Tohu wa-bohu.

    Le monde du 21e siècle est plein de chaos et de confusion, souvent mortels. Le monde n'a pas besoin de plus de chaos et de confusion de la part de l'Église catholique ; si le monde veut du Tohu wa-bohu avec un vernis religieux, il y a un riche menu d'options parmi lesquelles choisir. Qu'il le veuille ou non, ce dont le monde a besoin de la part de l'Église catholique, c'est d'une proclamation convaincante, créative, accessible et compatissante des vérités de l'Évangile - et des vérités de la vie morale que l'adhésion au Christ et à sa cause nous aide à saisir, même si nous les saisissons également par la raison (une autre denrée en pénurie en 2024).

    Le troisième chapitre de mon petit livre, The Next Pope : The Office of Peter and a Church in Mission, commence par ce qui pourrait sembler être une évidence : "Le prochain pape doit bien comprendre la nature de la fonction pétrinienne et son rôle dans l'Église de la nouvelle évangélisation". Mais les réaffirmations de l'évidence semblent nécessaires en l'an de grâce 2024.

    En vérité, j'ai été encouragé lorsque, lors des Journées mondiales de la jeunesse de 2013, le pape François a utilisé un argot argentin pour exhorter les jeunes à "mettre le bazar", ce que j'ai interprété comme un appel au courage et à la créativité pour faire progresser la nouvelle évangélisation : Soyez audacieux. N'ayez pas peur d'essayer quelque chose de nouveau en offrant aux autres l'amitié de Jésus-Christ. Je laisse à d'autres le soin de juger si cette interprétation était trop bénigne.

    Ce qui est certain, c'est qu'il n'appartient pas à l'homme qui exerce la fonction pétrinienne dans l'Église de semer le désordre. Il y aura une certaine mesure de Tohu wa-bohu dans l'Église jusqu'à ce que le Seigneur revienne dans la gloire. L'une des tâches de la fonction pétrinienne est de réduire au minimum le chaos et la confusion inévitables. Il ne s'agit pas de les exacerber. Et il ne doit certainement pas l'encourager.

    (La chronique de George Weigel "The Catholic Difference" est publiée par le Denver Catholic, la publication officielle de l'archidiocèse de Denver).

    George Weigel est Distinguished Senior Fellow du Ethics and Public Policy Center de Washington, où il est titulaire de la chaire William E. Simon d'études catholiques. Il est l'auteur de plus de vingt ouvrages, dont Witness to Hope : The Biography of Pope John Paul II (1999), The End and the Beginning : Pope John Paul II-The Victory of Freedom, the Last Years, the Legacy (2010), et The Irony of Modern Catholic History : Comment l'Église s'est redécouverte et a poussé le monde moderne à se réformer. Ses ouvrages les plus récents sont The Next Pope : The Office of Peter and a Church in Mission (2020), Not Forgotten : Elegies for, and Reminiscences of, a Diverse Cast of Characters, Most of Them Admirable (Ignatius, 2021), et To Sanctify the World : The Vital Legacy of Vatican II (Basic Books, 2022).

  • Bénédictions : le pape persiste et signe

    IMPRIMER

    De V.M. sur le site du Figaro :

    Couples homosexuels : «Personne n'est scandalisé si je bénis un homme d'affaires qui exploite peut-être les gens», dit le pape François

    C’est une déclaration choc. Près de deux mois après avoir décidé d’autoriser la bénédiction des couples de même sexe, tout en réaffirmant son opposition au mariage homosexuel, le pape François a répondu aux réprobations exprimées notamment par plusieurs conférences épiscopales«Personne n'est scandalisé si je donne une bénédiction à un homme d'affaires qui exploite peut-être les gens : et c'est un péché très grave. Alors que cela arrive si je la donne à un homosexuel.... C'est de l'hypocrisie ! Le cœur du texte, c'est l'hospitalité», a-t-il déclaré dans un entretien à l’hebdomadaire Credererelayé par La Stampa .

    Le 4 janvier, le pape publiait une note dans laquelle il révisait les modalités de sa décision polémique, en laissant le choix aux évêques d’appliquer ou non cette «déclaration» du dicastère pour la Doctrine de la foi, intitulée «Fiducia supplicans», datée du 18 décembre dernier.

    Les évêques africains et français contre la bénédiction des couples homosexuels

    La levée de boucliers ne s’est pas fait attendre. «Nous, évêques africains, ne considérons pas comme approprié pour l'Afrique de bénir les unions homosexuelles ou les couples de même sexe»répondait, le 11 janvier, le président du Symposium des Conférences Épiscopales d'Afrique et de Madagascar, le cardinal Fridolin Ambongo, archevêque de Kinshasa (RDC).

    La veille, les évêques français publiaient un communiqué dans lequel ils rejetaient d'ouvrir la bénédiction aux couples homosexuels tout en se disant favorables à la bénédiction des personnes homosexuelles.

    Lire également : Le Pape réaffirme dans Credere que la bénédiction est à accorder à tous

  • Un pontificat épuisant qui touche à sa fin

    IMPRIMER

    D'Eric Sammons sur Crisis Magazine (dont il est le rédacteur en chef) :

    Un pontificat épuisant qui touche à sa fin

    Cela fait bientôt onze ans que Jorge Bergoglio a été élu souverain pontife de l'Église catholique. Alors que la plupart d'entre nous ne savaient presque rien de cet homme lorsqu'il est monté sur le balcon de la basilique Saint-Pierre, la plupart des catholiques souhaiteraient aujourd'hui en savoir moins qu'ils n'en savent. Du cardinal Danneels, qui a favorisé la pédophilie, qui a rejoint François sur ce balcon, à la récente approbation par le pape de la bénédiction de couples homosexuels, la controverse a entouré ce pontificat du début à la fin ; il ne semble pas se passer une semaine sans que le pape ne remue le couteau dans la plaie avec une nomination papale, un document ou un commentaire désinvolte.

    Je pense parler au nom de nombreux catholiques en disant que tout ce cirque autour de François est devenu lassant. Il est probable que rien de ce que François pourrait faire ou dire à ce stade ne nous surprendrait, bien qu'il fasse encore désespérément tous les efforts possibles pour le faire.

    Nous voyons se répéter un cycle fastidieux :

    Étape 1 : Le pape dit ou fait quelque chose de controversé.
    Étape 2 : les catholiques conservateurs et traditionnels critiquent ses actions (les traditionalistes directement, les conservateurs plus indirectement).
    Étape 3 : Les catholiques progressistes se réjouissent et considèrent que le pape pense exactement ce qu'il dit.
    Étape 4 : Les "popesplainers" non progressistes prennent d'assaut les médias sociaux pour expliquer que le pape ne pense pas exactement ce qu'il dit.
    Étape 5 : Retour à l'étape 1.

    C'est comme si nous étions coincés dans une boucle de causalité de type Star Trek, condamnés à répéter les mêmes actions encore et encore. Où tout cela nous mène-t-il exactement ? Des âmes sont-elles gagnées au Christ ? La voix morale de l'Église dans le monde devient-elle plus forte ? Les mauvais acteurs de l'Église sont-ils démasqués et démis de leurs fonctions ? Il est difficile d'affirmer que l'une ou l'autre de ces choses est en train de se produire.

    Nous sommes fatigués. Lorsque nous nous réveillons avec une nouvelle controverse papale, notre première pensée est "c'est reparti". Nous savons quel genre de pape nous avons : un progressiste qui se concentre presque exclusivement sur les questions terrestres, entouré d'hommes de confiance profondément corrompus et de connivence avec les élites mondialistes de ce monde. Ajoutez à cela une animosité irrationnelle à l'égard de la tradition catholique et vous obtenez le pape François. (...)

    Lorsque les générations futures se pencheront sur ce pontificat, l'héritage qu'il laissera sera plein de bruit et de fureur, et ne signifiera rien. François s'est concentré sur les dernières lubies progressistes de ce monde, et son impact à long terme sera donc négligeable en termes historiques. Le pape Jean-Paul II s'est opposé au communisme ; le pape François lui a déroulé le tapis rouge. Le pape Benoît XVI a combattu la dictature du relativisme ; le pape François a été qualifié à juste titre de "pape dictateur". Aucun des écrits de François ne résistera à l'épreuve du temps (surtout par rapport à ses deux prédécesseurs immédiats), et la plupart des historiens le relégueront probablement à un paragraphe dans l'histoire des papes.

    Bien sûr, il ne s'agit pas de minimiser le mal grave et éternel qu'il a fait aux âmes individuelles par la confusion, le scandale et la corruption qu'il a semés. Combien de personnes souffrant d'attirance pour le même sexe n'ont pas quitté leur mode de vie pécheur et destructeur parce que l'Église catholique semblait approuver ce mode de vie ? Combien de non-catholiques n'ont pas cherché à devenir catholiques parce que l'Église semble avoir un chef qui ne veut pas qu'ils deviennent catholiques ? Et combien de catholiques ont été tellement scandalisés par ce pontificat qu'ils ont quitté l'Église pour l'orthodoxie, le sédévacantisme ou l'athéisme ?

    Pourtant, ce pontificat a eu du bon, même si ce n'était pas intentionnel. Après tout, Dieu peut faire du bien à partir de n'importe quoi, même des pires maux. Je sais que de nombreux catholiques sont devenus plus compétents dans leur foi après avoir défendu une doctrine que François affaiblit. En outre, de nombreux catholiques ont entamé le processus de suppression des accrétions créées par l'homme au dépôt de la foi en ce qui concerne le rôle de la papauté. Grâce au pape François, les futurs catholiques se méfieront davantage de la création d'un culte de la personnalité autour de celui qui s'assoit sur la chaire de saint Pierre.

    Au cours de la dernière décennie, François a fait beaucoup de bruit dans les médias sociaux catholiques et chez les fidèles, mais je ne peux m'empêcher de penser que sa voix s'est affaiblie avec le temps. Beaucoup d'entre nous lui ont accordé le bénéfice du doute au cours des premières années de son pontificat, mais ce bénéfice a été gaspillé. Qui le considère encore comme un penseur sérieux ? Qui le considère comme un véritable leader moral ? Plus nous entendons parler de ce pape, plus notre respect pour sa personne diminue. L'insistance du pape à "mettre le bazar" au lieu de simplement faire son travail le fait ressembler à l'adolescent immature qui refuse obstinément de ranger sa chambre.

    Nous ne sommes plus en colère. Nous sommes simplement fatigués. Fatigués de l'ambiguïté utilisée comme arme, fatigués des scandales, fatigués de s'acoquiner avec les pires personnes du monde. La forme de ce pontificat est claire, et l'histoire ne sera pas tendre avec lui. Si François peut encore faire des dégâts avant son jugement particulier, la plupart d'entre nous attendons simplement l'arrivée d'un nouveau pape qui, nous l'espérons, contribuera à nettoyer le gâchis. D'ici là, nous continuerons à vivre notre foi avec endurance, car "la souffrance produit l'endurance, et l'endurance produit le caractère, et le caractère produit l'espérance" (Romains 5:3-5).

  • Mgr Gadecki : "Personne ne peut, en conscience, soutenir des lois en faveur de l'avortement ou de l'euthanasie"

    IMPRIMER

    D'Angelica La Rosa sur Informazione Cattolica :

    MONS. GADECKI : "PERSONNE NE PEUT, EN CONSCIENCE, SOUTENIR DES LOIS EN FAVEUR DE L'AVORTEMENT OU DE L'EUTHANASIE".

    5 février 2024

    LES MOTS DU PRÉSIDENT DE LA CONFÉRENCE ÉPISCOPALE POLONAISE

    L'archevêque Stanisław Gądecki, président de la Conférence épiscopale polonaise, s'est fermement prononcé contre les lois sur l'avortement et l'euthanasie, appelant à la défense de la vie depuis la conception jusqu'à la mort naturelle, dans une déclaration adressée à tous, et pas seulement aux catholiques.

    Monseigneur Stanislaw Gadecki a déclaré que les lois autorisant l'avortement et l'euthanasie sont injustes et que tout le monde, et pas seulement les catholiques, doit valoriser la vie humaine de la conception à la mort naturelle.

    "En raison des opinions de plus en plus présentes dans l'espace public sur la prétendue nécessité d'élargir l'accès à l'avortement, j'ai voulu rappeler la position de l'Église catholique sur la question du droit à la vie", a expliqué le président de la Conférence épiscopale polonaise.

    "Tous les hommes de bonne conscience - et pas seulement les membres de l'Église catholique - ont l'obligation morale de respecter la vie humaine depuis son commencement jusqu'à la mort naturelle", a-t-il déclaré. "Il s'agit d'un enseignement qui se réfère à la loi naturelle, qui lie la conscience de tous les hommes.

    Cette déclaration a été publiée après que la Coalition civique (KO) du Premier ministre polonais nouvellement élu, Donald Tusk (qui fait partie du centre-gauche, est un fervent pro-européen et a déjà obtenu des postes importants au sein de l'Union européenne), a soumis au Parlement un projet de loi qui légaliserait tous les avortements jusqu'à la 12e semaine de grossesse, et dans de nombreux cas, même au-delà.

    L'avortement est actuellement illégal en Pologne, sauf en cas de viol, d'inceste ou pour sauver la vie de la mère. Les anti-avortement soulignent que les enfants à naître ne sont pas responsables des circonstances de leur conception et que le meurtre délibéré d'un enfant à naître est moralement injustifiable et jamais médicalement nécessaire. Les interventions médicales pour traiter les fausses couches ou les grossesses extra-utérines ne sont pas des avortements.

    Dans sa déclaration, l'archevêque Gądecki a au contraire exhorté tous les Polonais, y compris les législateurs, à adopter une position pro-vie. "Dans un esprit de responsabilité pour l'Église en Pologne et pour le bien de notre patrie commune, j'invite toutes les personnes de bonne volonté à se déclarer sans équivoque en faveur de la vie", a déclaré l'archevêque. Il a également appelé les législateurs du pays et le président catholique pro-vie "à témoigner d'une véritable préoccupation pour la vie sans défense et à naître".

    Citant largement l'encyclique Evangelium Vitae (1995) du pape Jean-Paul II, l'archevêque a déclaré que toute loi autorisant le meurtre d'enfants à naître dans le ventre de leur mère ou le meurtre de malades en phase terminale est intrinsèquement injuste. "Dans le cas d'une loi intrinsèquement injuste, telle qu'une loi autorisant l'avortement ou l'euthanasie, il n'est donc pas licite de la respecter, ni de participer à une campagne de propagande en faveur d'une telle loi, ni de voter en sa faveur", peut-on lire dans l'encyclique papale. "L'avortement et l'euthanasie sont des crimes qu'aucune loi humaine ne peut tenter de légitimer. "Il n'y a pas d'obligation en conscience d'obéir à de telles lois ; en revanche, il y a une obligation sérieuse et claire de s'y opposer par l'objection de conscience."

    En conclusion, Gądecki s'est opposé à l'affirmation hyper-démocratique et relativiste selon laquelle la moralité est déterminée par le vote de la majorité. "Ce qui est juste n'est pas déterminé par le nombre de partisans d'un point de vue donné", a-t-il déclaré. "La bonne chose - et en particulier la raison éthique - se trouve souvent du côté de la minorité", voire, parfois, d'un seul "individu doté d'une conscience bien formée".

    Il reste à voir si les efforts de "libéralisation" de la législation polonaise sur l'avortement prendront forme dans les mois à venir. À ce jour, la Pologne est l'un des rares pays (avec les États-Unis et le Salvador) à avoir renforcé la protection législative des enfants à naître au cours des dernières années, alors que d'autres pays ont supprimé cette protection.

  • Vatican : une évêquesse anglicane fait la leçon au pape et aux cardinaux

    IMPRIMER

    D'Edward Pentin sur le National Catholic Register :

    Une évêque anglicane s'adresse au Conseil des cardinaux du pape François

    La Révérende Jo Bailey Wells, ainsi que la Sœur salésienne Linda Pocher et la vierge consacrée Goiliva Di Berardino d'Italie, ont présenté des remarques sur le sujet des femmes dans l'Église catholique.

    5 février 2024

    Une femme évêque anglicane qui a fait campagne pour "l'égalité des sexes" s'est adressée au Conseil des cardinaux lundi dans le cadre d'une session consacrée à l'approfondissement d'une réflexion "sur le rôle des femmes dans l'Église". 

    Jo Bailey Wells, qui est secrétaire générale adjointe de la Communion anglicane, a fait partie de la première génération de femmes à être ordonnée vicaire dans l'Église d'Angleterre en 1995. Mariée à un pasteur anglican et mère de deux enfants, elle a également été aumônière de l'archevêque de Canterbury.

    L'évêque anglican, qui a par le passé fait l'éloge de "l'histoire du genre" pour souligner comment "les institutions sont genrées et comment les institutions genrent les individus", a également pris la parole lors d'une réunion interreligieuse à laquelle participait le pape François au Kazakhstan en octobre 2022, où elle aurait déclaré que "l'égalité entre les sexes fait partie des plans de Dieu". 

    Le Conseil des cardinaux, également appelé "C9", est un groupe de neuf cardinaux que le pape François a créé en 2013 pour le conseiller sur la réforme et la gouvernance de l'Église. L'une de ses principales tâches, qui consiste à conseiller le pape sur la réforme de la Curie romaine, a donné lieu à la constitution apostolique Praedicate Evangelium (Prêchez l'Évangile) de 2022. Il a également souvent invité des conférenciers à s'adresser au pape et aux cardinaux sur des thèmes clés. 

    Le porte-parole du Vatican, Matteo Bruno, a déclaré lundi qu'outre Bailey Wells, la sœur salésienne Linda Pocher, professeur de christologie et de mariologie à la Faculté pontificale des sciences de l'éducation de Rome (Auxilium), et Goiliva Di Berardino, vierge consacrée et liturgiste du diocèse de Vérone (Italie), ont partagé des interventions sur le thème des femmes dans l'Église.

    Le Vatican n'a pas donné d'informations sur les discussions d'aujourd'hui ni publié les textes des présentations faites lors de la réunion, mais celle-ci intervient après que la question des femmes prêtres et diacres a été au centre de la première assemblée du Synode sur la synodalité en octobre dernier. 

    Sœur Linda, qui s'est déjà adressée au C9 à plusieurs reprises sur le même thème, a déclaré dans une interview accordée à Vida Nueva le 16 décembre que "la vérité est que les femmes ont toujours été actives et présentes dans l'Église. Cependant, dans presque tous les contextes, on continue à trouver des formes plus ou moins agressives de machisme ou de cléricalisme". 

    Sœur Linda est une avocate du "principe marial" dans l'Église, une théorie dérivant à l'origine du théologien du XXe siècle Hans Urs von Balthasar, qui espérait faire accepter la primauté de l'Église catholique par toutes les dénominations chrétiennes sur la base de l'intégration du ministère pétrinien dans le mysticisme marial. 

    "Le mérite de la réflexion sur le 'principe marial' est d'aider la hiérarchie ecclésiastique à se rappeler que l'Église n'est pas seulement une institution ('principe pétrinien'), mais aussi la mystique, la spiritualité, l'amour", a déclaré Sœur Linda.  

    Les délégués du Synode étaient divisés sur le thème des femmes diacres, mais ont convenu de poursuivre l'étude théologique de la possibilité d'un diaconat féminin, et de partager les résultats de cette étude lors de la prochaine session du Synode sur la synodalité, qui se tiendra en octobre prochain.

    Le pape François a souvent choisi de souligner la dimension féminine de l'Église, appelant récemment à plus de femmes dans les postes de direction ecclésiastique, et disant aux membres de la Commission théologique internationale en novembre dernier de "démasculiniser l'Église". 

    Lors de la précédente réunion du C9 en décembre, où le sujet des femmes dans l'Église a également été abordé, les cardinaux ont conclu qu'il était "nécessaire d'écouter, également et surtout dans les communautés chrétiennes individuelles, l'aspect féminin de l'Église, afin que les processus de réflexion et de prise de décision puissent bénéficier de l'apport irremplaçable des femmes".

    Cardinaux Ambongo et Lacroix

    Le cardinal Fridolin Ambongo Besungu de Kinshasa est l'un des neuf cardinaux présents à la réunion qui se tient jusqu'à mercredi. Le cardinal a pris la tête d'une réponse de toutes les conférences épiscopales d'Afrique à la déclaration du Vatican 'Fiducia Supplicans', qui a déclaré que la bénédiction des couples de même sexe proposée dans le document ne serait pas autorisée en Afrique et que de telles unions sont "contraires à la volonté de Dieu". 

    La déclaration, qui affirme que la déclaration a "provoqué une onde de choc" sur le continent, a été rédigée après que le cardinal Ambongo se soit envolé pour Rome afin de discuter des retombées avec le cardinal Victor Manuel Fernández, chef doctrinal du Vatican et principal auteur du document, ainsi qu'avec le pape François. 

    Le cardinal Ambongo a déclaré dans un entretien ultérieur, le 25 janvier, que Fiducia Supplicans "a jeté le discrédit sur le synode, sur la synodalité", ajoutant que la déclaration a été présentée comme un "fruit du synode, alors qu'elle n'avait rien à voir avec le synode". Cette déclaration intervient à un moment où, comme le rapporte Jonathan Liedl dans un article du Register du 1er février, les catholiques africains sont prêts à faire entendre leur voix dans l'Église au sens large, alors que la culture occidentale est de plus en plus dominée par des idéologies séculières. 

    Les autres membres du C9 sont les cardinaux Pietro Parolin, secrétaire d'État du Vatican, Fernando Vérgez Alzaga, président de la Commission pontificale pour l'État de la Cité du Vatican et le Gouvernorat de l'État de la Cité du Vatican ; Oswald Gracias, archevêque de Bombay ; Seán O'Malley, archevêque de Boston ; Juan José Omella Omella, archevêque de Barcelone ; Jean-Claude Hollerich, archevêque de Luxembourg ; et Sérgio da Rocha, archevêque de San Salvador de Bahia. Le secrétaire est Mgr Marco Mellino, évêque titulaire de Cresima, en Afrique du Nord.

    Était également présent à la réunion de lundi le cardinal québécois Gérald Lacroix, récemment accusé d'avoir eu des attouchements inappropriés sur une jeune fille de 17 ans à deux reprises dans les années 1980. Dans un message vidéo diffusé le 30 janvier, il a déclaré qu'il se retirerait temporairement des activités de son diocèse. Le cardinal "nie catégoriquement" les allégations et a déclaré que "mon âme et ma conscience sont en paix en ce qui concerne ces accusations".

    Edward Pentin Edward Pentin est le collaborateur principal du Register et l'analyste du Vatican d'EWTN News. Il a commencé à faire des reportages sur le Pape et le Vatican à Radio Vatican avant de devenir le correspondant à Rome du National Catholic Register d'EWTN. Il a également fait des reportages sur le Saint-Siège et l'Église catholique pour un certain nombre d'autres publications, notamment Newsweek, Newsmax, Zenit, The Catholic Herald et The Holy Land Review, une publication franciscaine spécialisée dans l'Église et le Moyen-Orient. Edward est l'auteur de The Next Pope : The Leading Cardinal Candidates (Sophia Institute Press, 2020) et de The Rigging of a Vatican Synod ? An Investigation into Alleged Manipulation at the Extraordinary Synod on the Family (Ignatius Press, 2015). Suivez-le sur Twitter à @edwardpentin.

  • Des cardinaux choisis par l'argentin François pourraient-ils élire un pape conservateur ?

    IMPRIMER

    De Marie-Lucile Kubacki sur La Vie via le site "Pour une école libre au Québec" :

    Des cardinaux choisis par l'argentin François éliront-ils un pape conservateur ?

    C’est ce que pense possible l’historien des religions et théologien italien Massimo Faggioli interrogé par La Vie.

    Alors que les Églises d’Afrique ont annoncé un « non » continental à la possibilité de bénir des couples homosexuels, ouverte par le pape François, une page difficile s’ouvre pour la gouvernance de l’Église.

    Au-delà des oppositions habituelles au pontificat de François, les réactions au document publié en décembre dernier par le Dicastère pour la doctrine de la foi sur la possibilité de bénir des couples homosexuels, et notamment le « non » du continent africain, ouvre une crise riche d’enseignements sur la gouvernance de l’Église et les enjeux de la synodalité.

    — Une nouvelle forme d’opposition au pape François est-elle en train d’émerger ?

    Au cours des derniers mois, nous avons été témoins de nouveaux cas d’opposition, comme de ce prêtre en Italie qui a été excommunié latae sententiae après avoir déclaré que le pape était un « imposteur ». Cet épisode est survenu en même temps que des évêques et des cardinaux prenaient position contre le document du Vatican sur les bénédictions, Fiducia Supplicans. La séquence donne l’impression qu’il existe un mouvement contre le pape François qui est en train d’éclater.

    — Est-ce vraiment le cas ?

    La seule chose que l’on puisse dire est qu’il s’agit d’un moment très délicat de son pontificat, car pour la première fois depuis dix ans, le pape François pouvait rédiger des documents et légiférer avec un cardinal proche de sa sensibilité, Victor Manuel Fernandez, qu’il a nommé en assortissant son choix d’une lettre de mission personnelle. Ses prédécesseurs étaient marqués par une sensibilité différente, plus proche de celle de Joseph Ratzinger. Avec Fernandez, il pouvait aller plus loin dans la mise en œuvre de sa vision des choses, et le premier test ne s’est pas très bien passé.

    — Étonnamment, il y a eu assez peu de réactions d’opposition au document dans l’épiscopat américain…

    C’est effectivement un constat intéressant. Aux États-Unis, l’opposition au pape François a commencé dès le début de son pontificat. Un mouvement assez large a commencé à se structurer, porté par des intellectuels, quelques évêques et quelques cardinaux, une grande partie du clergé américain et surtout des laïcs dotés d’importants leviers financiers. Des équivalents américains de Vincent Bolloré, mais bien plus nombreux et organisés. Ainsi, après la publication de ce document sur les bénédictions homosexuelles, il n’y a pas eu de grand tollé, parce que ceux qui auraient pu s’y opposer sont occupés à mener une stratégie différente.

    Ils travaillent sous la surface de l’eau, ils créent de nouvelles écoles, des centres de formation et des universités. Ils financent des médias catholiques et travaillent à l’après-François. De la même manière, en Europe de l’Est, en Pologne, en Ukraine, en Hongrie, cette affaire de bénédictions vient renforcer des mouvements de fond silencieux très stratégiques, où les regards sont déjà tournés vers la prochaine étape : le conclave et l’élection du prochain pape. Dans ce contexte, il n’est pas à exclure que le prochain conclave, et donc des cardinaux choisis par François, élisent un conservateur ou un ultraconservateur.

    — Une nouvelle forme d’opposition silencieuse, donc ?

    Oui, un certain nombre d’évêques, de prêtres et de théologiens ont cessé de dire les choses en public et de s’opposer frontalement à François. [L’Argentin punissant mesquinement les opposants trop bruyants… Voir Le cardinal Burke (en opposition aux dérives du Vatican) aurait été officiellement sommé de quitter son appartement en févrierAux États-Unis, certains évêques et cardinaux craignent que ce pontificat ne devienne une sorte de papauté fantôme dans le pays, au sens d’un pape que l’on aurait cessé d’écouter. La manière dont certaines des dernières mesures ont été prises n’a pas aidé. Si Fiducia Supplicans avait été publié à la fin du synode, elle aurait eu davantage de légitimité. La situation est donc très compliquée. Je n’ai jamais vu un document du Saint-Office être bombardé de la sorte. Et ces réactions pourraient changer la dynamique au Synode en donnant aux gens l’impression que quoi que disent les participants, tout sera décidé à la fin par le Vatican et le pape. Pour la synodalité, c’est un passage délicat. Mais pas seulement.

    Lire la suite

  • La nouvelle Déclaration sur la matière et la forme sacramentelles : contexte et questions

    IMPRIMER

    De John M. Grondelski sur le Catholic World Report :

    La nouvelle Déclaration sur la matière et la forme sacramentelles : Contexte et questions

    Gestis verbisque aborde un problème important et potentiellement grave dans l'Église d'aujourd'hui, mais n'aborde pas complètement les problèmes persistants dans la théologie sacramentaire catholique contemporaine.

    4 février 2024

    La dernière "Note" du Dicastère pour la doctrine de la foi, intitulée Gestis verbisque, aborde la question de l'utilisation d'une forme appropriée pour célébrer les sacrements. Elle le fait dans le contexte plus large d'un traité sur les principes généraux de la sacramentologie. Le terme "forme" a ici le sens technique de la théologie sacramentaire, c'est-à-dire les mots essentiels requis pour un sacrement valide (par exemple, "Ceci est mon corps" dans la consécration de l'Eucharistie). Cet essai examinera le document, en le situant dans un contexte plus large et en formulant quelques commentaires à son sujet.

    La première question est : pourquoi maintenant ? Quelle est l'origine de ce document ? Le premier paragraphe suggère une raison : de nombreux évêques sont invités à déterminer si une personne a été correctement baptisée. Le baptême étant l'accès à tous les sacrements, une réception invalide du baptême annule la validité des sacrements suivants (par exemple, la confirmation). Le cas le plus préoccupant est peut-être celui de Détroit en 2020, où un homme qui se croyait prêtre a découvert que son baptême n'était pas valide.

    Qu'entend-on par baptême "invalide" ? Tout simplement quelque chose qui ressemble à un sacrement mais qui n'est pas un sacrement valide parce qu'il manque quelque chose d'essentiel au sacrement en termes de matière (l'élément matériel requis pour le sacrement, par exemple l'eau pour le baptême, certains types de pain et de vin pour l'Eucharistie) et/ou de forme (la formule requise pour le sacrement). La formule du baptême est "Je te baptise au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit", en immergeant trois fois l'enfant dans l'eau ou en versant de l'eau sur son front.

    Historique et contexte

    Ce n'est pas sorcier, cela ne devrait pas être un problème majeur. Pourquoi ?

    Franchement, parce que nous avons eu des prêtres et des diacres qui ont décidé d'improviser en matière de baptême. Dans le cas de Matthew Hood, l'homme qui a découvert qu'il n'était pas prêtre parce qu'il n'avait pas été baptisé, c'est à cause de la manière dont un certain diacre a altéré le rite du baptême.

    Ayant fait mes études de premier cycle dans l'archidiocèse de Détroit à l'époque du cardinal John Dearden, je peux témoigner que le langage "féministe" et "inclusif" faisait l'objet d'une obsession majeure dans divers milieux de cet archidiocèse. Pour le diacre impliqué dans cette affaire, "Père, Fils et Saint-Esprit" était "trop patriarcal". Pour surmonter sa "misogynie", ce diacre a décidé de lui substituer une formule qui circulait dans les milieux du "langage inclusif", disant "Je te baptise au nom du Créateur, du Rédempteur et du Sanctificateur".

    Or, Jésus nous a révélé son "Père". Lorsque ses apôtres lui ont demandé de leur apprendre à prier, il a dit "Notre Père" (et non "Notre Père et Notre Mère"). Et juste avant de monter au ciel, Jésus a chargé ces apôtres de "baptiser toutes les nations au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit" (Mt 28:19), c'est-à-dire aux noms qu'il a révélés pour les personnes de la Trinité.

    Lire la suite

  • Gestis verbisque: la note de la Doctrine de la foi sur la validité des sacrements

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Gestis verbisque: note de la Doctrine de la foi sur la validité des sacrements

    Face à la perpétuation d’abus liturgiques, la note "Gestis verbisque" du dicastère pour la Doctrine de la foi réaffirme que les paroles et les éléments établis dans le rite essentiel de chaque sacrement ne peuvent pas être modifiés, ce qui invaliderait le sacrement.

    La note du dicastère pour la Doctrine de la foi publiée samedi 3 février intitulée Gestis verbisque est un texte discuté par la récente assemblée plénière du dicastère et approuvé par le Pape, qui rappelle que les formules et les éléments matériels établis dans le rite essentiel du sacrement ne peuvent être modifiés à volonté au nom de la créativité. Une telle action en ce sens invaliderait le sacrement.

    Présentation du cardinal Fernández

    Dans la présentation du document, le cardinal Victor Fernández, préfet du dicastère, en explique la genèse, à savoir «la multiplication des situations où l'invalidité des sacrements célébrés avait été constatée», avec des modifications qui «avaient alors conduit à devoir retrouver les personnes concernées pour répéter le rite du baptême ou de la confirmation, et un nombre important de fidèles avaient à juste titre exprimé leur contrariété». Des modifications de la formule de baptême ont été citées en exemple: «Je te baptise au nom du Créateur...» et «Au nom de ton père et de ta mère... nous te baptisons». Des circonstances qui ont également concerné des prêtres qui, «ayant été baptisés avec des formules de ce type, ont douloureusement découvert l'invalidité de leur ordination et des sacrements célébrés jusqu'alors». Le cardinal explique que «si dans d'autres domaines de l'action pastorale de l'Église il y a une large place pour la créativité», dans le domaine de la célébration des sacrements cela «se transforme plutôt en une 'volonté manipulatrice'». Le cardinal Victor Fernández conclut en rappelant que «nous, ministres, devons surmonter la tentation de nous sentir propriétaires de l'Église» et que «les fidèles ont le droit, à leur tour, de les recevoir comme l'Église en dispose».

    Priorité à l'action de Dieu

    «Avec des événements et des paroles intimement liés, lit-on dans la note doctrinale, Dieu révèle et met en œuvre son dessein de salut pour chaque homme et chaque femme». Malheureusement, «on doit constater que les célébrations liturgiques, en particulier celles des sacrements, ne se déroulent pas toujours dans la pleine fidélité aux rites prescrits par l'Église». Le document rappelle que «l'Église, depuis ses origines, a pris un soin particulier des sources auxquelles elle puise la force vitale de son existence et de son témoignage: la Parole de Dieu, attestée par les Saintes Écritures et la Tradition, et les Sacrements, célébrés dans la liturgie, par lesquels elle est continuellement ramenée au mystère de la Pâque du Christ». C'est pourquoi les interventions du Magistère en matière sacramentelle «ont toujours été motivées par la préoccupation fondamentale de la fidélité au mystère célébré. L'Église, en effet, a le devoir d'assurer la priorité de l'action de Dieu et de sauvegarder l'unité du Corps du Christ dans ces actions qui n'ont pas d'égal parce qu'elles sont sacrées "par excellence" avec une efficacité garantie par l'action sacerdotale du Christ». L'Église est également «consciente qu'administrer la grâce de Dieu ne signifie pas se l'approprier, mais devenir un instrument de l'Esprit pour transmettre le don du Christ pascal. Elle sait, en particulier, que sa potestas à l'égard des sacrements s'arrête face à leur substance» et que «dans les gestes sacramentels, elle doit garder les gestes salvifiques que Jésus lui a confiés».

    Matière et forme

    La note explique ensuite que «la matière du sacrement consiste dans l'action humaine par laquelle le Christ agit. Elle comporte tantôt un élément matériel (eau, pain, vin, huile), tantôt un geste particulièrement éloquent (signe de croix, imposition des mains, immersion, infusion, consentement, onction)»; une corporéité «indispensable parce qu'elle enracine le sacrement non seulement dans l'histoire humaine, mais aussi, plus fondamentalement, dans l'ordre symbolique de la Création et le ramène au mystère de l'Incarnation du Verbe et de la Rédemption opérée par Lui». Quant à la forme du sacrement, elle «est constituée par la parole, qui confère à la matière un sens transcendant, transfigurant le sens ordinaire de l'élément matériel et le sens purement humain de l'action accomplie. Cette parole s'inspire toujours, à des degrés divers, de la Sainte Écriture, s'enracine dans la Tradition vivante de l'Église et a été définie avec autorité par le Magistère de l'Église». Par conséquent, la matière et la forme «n'ont jamais dépendu ni ne peuvent dépendre de la volonté de l'individu ou d’une communauté».

    Aucune modification

    Le document réaffirme que «pour tous les sacrements, dans tous les cas, l'observance de la matière et de la forme a toujours été requise pour la validité de la célébration, sachant que les changements arbitraires de l'une et/ou de l'autre -dont la gravité et la force invalidante doivent être vérifiées de temps en temps- compromettent l'efficience de l'octroi de la grâce sacramentelle, au détriment évident des fidèles». Ce qui l’on lit dans les livres liturgiques promulgués doit être fidèlement observé sans «ajouter, retirer ou modifier». Car si les mots ou la matière sont modifiés, il n’y a plus de sacrement. À cet égard, dans la note numéro 34 du document, une distinction importante est faite entre licéité et validité, expliquant que «toute modification de la formule d'un sacrement est toujours un acte gravement illicite», même s'il s'agit de quelque chose de minime qui n'altère pas son sens originel et ne le rend pas invalide. La modification des éléments essentiels à la célébration du sacrement introduit également «un doute sur l'intention réelle du ministre, compromettant définitivement la validité du sacrement célébré».

    L'art de célébrer

    La liturgie permet la variété qui préserve l'Église d'une «uniformité rigide». Comme nous le lisons dans la Constitution conciliaire Sacrosanctum Concilium. Mais cette variété et cette créativité, qui favorisent une plus grande intelligibilité du rite et la participation active des fidèles, ne peuvent concerner ce qui est essentiel dans la célébration des sacrements. «Il apparaît donc toujours plus urgent, affirme la note, de mûrir un art de célébrer qui, à distance d'un rubricisme rigide et d'une imagination débridée, conduise à une discipline à respecter, précisément pour être d'authentiques disciples». Le texte reprend cette citation du Pape: «Il ne s’agit pas de suivre un livre de bonnes manières liturgiques. Il s’agit plutôt d’une “discipline” – au sens où l’entend Guardini – qui, si elle est observée, nous forme authentiquement. Ce sont des gestes et des paroles qui mettent de l’ordre dans notre monde intérieur en nous faisant vivre certains sentiments, attitudes, comportements. Ils ne sont pas l’explication d’un idéal dont nous cherchons à nous inspirer, mais ils sont au contraire une action qui engage le corps dans sa totalité, c’est-à-dire dans son être unité de corps et d’âme» (Lettre apostolique Desiderio desideravi).

    Préserver la richesse des sacrements

    «Ce trésor, nous le portons comme dans des vases d’argile ; ainsi, on voit bien que cette puissance extraordinaire appartient à Dieu et ne vient pas de nous» (2 Co 4,7). Dans ses conclusions, le document du dicastère pour la Doctrine de la foi cite les paroles de saint Paul, une antithèse utilisée «pour souligner comment la sublimité de la puissance de Dieu se révèle à travers la faiblesse de son ministère d'annonciateur, ce qui décrit bien aussi ce qui se passe dans les sacrements. Toute l'Église est appelée à conserver la richesse qu'ils contiennent, afin que la primauté de l'action salvifique de Dieu dans l'histoire ne soit jamais obscurcie, même dans la fragile médiation des signes et des gestes propres à la nature humaine».