Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Foi - Page 3

  • Hanna-Barbara Gerl-Falkovitz , philosophe catholique allemande lauréate du prix Ratzinger 2021, exhorte le pape François à corriger le cours de la voie synodale :

    IMPRIMER

    Hanna 0000761981.jpgSelon Hanna-Barbara Gerl-Falkovitz, lauréate du prix Ratzinger 2021, le Saint-Père (François) doit tracer une «ligne rouge» contre les erreurs doctrinales et ecclésiologiques que propagent les dirigeants de l'Église allemand : une interview réalisée par Joan Frawley Desmond, la rédactrice en chef du National Catholic Register. Elle est une journaliste primée largement publiée dans les médias catholiques, œcuméniques et laïques. Diplômée de l'Institut pontifical Jean-Paul II pour les études sur le mariage et la famille, elle vit avec sa famille en Californie.

    « Les évêques allemands se sont rendus à Rome cette semaine pour leurs réunions ad limina, et l'évêque Georg Bätzing du Limbourg, qui dirige la conférence épiscopale allemande, a déclaré qu'il espérait que les réunions calmeraient les inquiétudes concernant la voie synodale controversée du pays et répondraient au "manque de compréhension de notre processus à Rome. 

    Mais un groupe d'éminents catholiques laïcs allemands, Neuer Anfang (Nouveau Commencement) , voit les choses très différemment. Ils sont profondément préoccupés par le rejet par la Voie synodale de l'enseignement de l'Église sur la moralité sexuelle, la structure hiérarchique de la gouvernance de l'Église et un sacerdoce entièrement masculin, et ont cherché à affirmer et à défendre les enseignements de l'Église désormais menacés. 

    Les membres du groupe ont appelé le pape François à aborder directement les propositions de la Voie synodale lors de ses rencontres avec les évêques allemands et à clarifier le danger qu'elles représentent pour l'avenir de l'Église en Allemagne et pour l'Église universelle. Ils ont également lancé une « offensive de transparence » qui détaille les propositions spécifiques approuvées par l'assemblée synodale allemande, afin que les dirigeants de l'Église aient un compte rendu plus précis des débats synodaux que ce qui était disponible dans la couverture médiatique.

    Lors d'un échange de courriels le 15 novembre avec la rédactrice en chef de Register, Joan Frawley Desmond, Hanna-Barbara Gerl-Falkovitz, lauréate du prix Ratzinger 2021 et déléguée à la Voie synodale, a fait part de ses graves préoccupations concernant ses délibérations et son impact sur le pape François. ' Synode pluriannuel sur la synodalité.

    Gerl-Falkovitz dirige actuellement l'Institut européen de philosophie et de religion à l'Université philosophique et théologique Pape Benoît XVI à Heiligenkreuz, en Autriche. 

    Professeur émérite de philosophie de la religion et d'études religieuses comparées à la TU Dresde , ses recherches portent sur la philosophie de la religion des XIXe et XXe siècles. Et elle est spécialiste de la philosophe catholique Edith Stein et du théologien Romano Guardini , à qui elle a consacré de nombreux écrits 

    Vous faites partie d'un groupe de laïcs catholiques allemands profondément préoccupés par la voie synodale allemande et son rejet de l'anthropologie chrétienne, de l'enseignement moral sur la sexualité et de la structure hiérarchique de gouvernance de l'Église. Pourquoi parlez-vous maintenant ?

    J'ai pris la parole dès le début du Chemin synodal en 2021, lorsque j'ai été élue pour son Forum III : « Les femmes dans les services et les ministères de l'Église ». 

    J'ai défendu dans Forum III le binaire masculin-féminin comme réalité normale de la création dans un article, et organisé une réunion Zoom sur la question du sacerdoce masculin, plaidant pour la théologie nuptiale de saint Paul et la représentation spécifique du Christ par l'homme. prêtres. 

    Certains de mes papiers ont été écoutés, mais pas intégrés dans les textes finaux du Forum III. On peut les lire maintenant sur la page d'accueil du diocèse de Ratisbonne, où Mgr Voderholzer publie les opinions de la minorité des délégués synodaux.

    Pourquoi avez-vous été nommé délégué de la Voie synodale ?

    J'ai été nommé après les nominations « normales », lorsqu'il est devenu évident que seuls des avis précis étaient recherchés. Certains évêques ont insisté sur la co-nomination d'environ 20 personnes n'appartenant pas au courant dominant officiel.

    Avez-vous vu des problèmes au début? 

    Les problèmes étaient déjà clairement visibles lors de la première session au printemps 2021. Les premières annonces concernaient déjà l'homosexualité comme problème d'acceptation, et le plein accès des femmes au sacerdoce.

    Que faut-il savoir sur le Comité central des laïcs catholiques allemands [Kentralkomitee der deutschen Katholiken (ZdK)] qui a joué un rôle majeur dans ce processus ? Sont-ils élus, nommés ou membres du personnel servant au niveau paroissial, diocésain ou épiscopal national ? Quelles sont les conditions uniques en Allemagne qui leur ont permis de devenir si influents ?

    Le Zentralkomitee allemand a une longue et efficace tradition. Elle a été fondée à la fin du 19e siècle et a agi efficacement contre le « Kulturkampf » protestant de Bismarck contre les catholiques. Le rôle politique (intérieur) des catholiques était et est son objectif essentiel — mais pas la réforme de l'Église elle-même, ni la critique fondamentale de l'Église. 

    Tous les membres n'ont pas une expertise théologique; beaucoup d'entre eux sont des politiciens et des dirigeants d'organisations catholiques concernant la vie sociale et publique. Ils ne représentent pas la partie catholique de la population allemande car ils ne sont pas élus de manière démocratique.

    Après la crise des abus de 2018, j'ai l'impression que les évêques se sont sentis impuissants et ont désespérément cherché l'aide des laïcs. 

    Le problème est la règle [gouvernant les procédures de la Voie synodale] : un homme, un vote - indépendamment de sa capacité théologique, de sa pratique réelle de la prière et de la dévotion, et indépendamment du fait d'être ordonné et spécifiquement obligé à l'Église par des vœux.

    En juillet, une déclaration du Vatican a déclaré que la Voie synodale n'a pas le pouvoir "d'obliger les évêques et les fidèles à adopter de nouveaux modes de gouvernance et de nouvelles approches de la doctrine et de la morale". Mais en septembre, l'assemblée synodale proposait encore la création d'un organe permanent composé de laïcs et d'évêques pour superviser l'Église locale. 

    Ce "Conseil" permanent est un grand problème : il n'est absolument pas clair comment les laïcs sont théologiquement légitimés pour gouverner - avec les évêques - les diocèses. Ce sera un sujet de dispute important avec Rome, juste ces jours-ci et à l'avenir - du moins, espérons-le. 

    La loi de l'Église et la tradition catholique sont strictement contre ce concept.

    L'assemblée synodale a également appelé à l'approbation de l'homosexualité et principalement des personnes ''queer''. Mais certains évêques allemands s'y sont opposés. Et maintenant?

    Une minorité des évêques - un tiers - a voté contre l'approbation de l'homosexualité. L'approbation de l'homosexualité comme un "don de Dieu", et donc biologiquement déterminée. Selon les règles, la minorité d'un tiers est suffisante pour arrêter une telle proposition. Néanmoins, bien que cela n'ait pas été accepté, les principaux évêques allemands ont déclaré publiquement qu'ils approuveraient ces propositions pour leurs propres diocèses, y compris les bénédictions des couples de même sexe, et les engageraient dans les services d'une église.  

    Que devrait-il se passer alors que les évêques allemands sont à Rome pour leurs visites ad limina cette semaine ?

    Le pape devrait tracer une « ligne rouge ». [Il devrait préciser que] le rejet de l'enseignement catholique sur la gouvernance de l'Église par les seuls évêques ; la nécessité du sacerdoce; la mission des femmes; et la morale sexuelle ne peut être entérinée sans schisme. 

    Vous craignez également que la voie synodale allemande influence le synode sur la synodalité. Quelles sont vos préoccupations spécifiques ? Avez-vous la preuve que c'est un problème? 

    Partout dans le monde, il y a des questions sur l'accompagnement pastoral des [hommes et femmes qui s'identifient comme LGBTQ], sur le sacerdoce féminin, et sur la culture du pouvoir hiérarchique et sacerdotal, etc. 

    Mais les solutions ne doivent pas être aussi dures et unilatérales que dans le Chemin synodal allemand, avec seulement un petit groupe de personnes non représentatif pour examiner de telles questions. Les solutions ne peuvent pas non plus être trouvées dans le très court laps de temps de deux ans. 

    Certains analystes de l'Église suggèrent que le Synode sur la synodalité pourrait coopter la Voie synodale allemande et la réorienter pour éviter la possibilité d'un schisme. Tes pensées?

    C'est bien sûr un espoir. Mais je soupçonne fortement que le contraire pourrait se produire, les idées du Chemin synodal allemand fonctionnant comme une infection qui se propage à travers l'Église.

    Que doit faire le pape François ? Lui avez-vous écrit, ainsi qu'aux responsables du synode à Rome, pour leur faire part de vos préoccupations ?

    Oui, j'ai écrit personnellement au Pape. Il doit s'exprimer clairement; tant de gens en Allemagne manquent son jugement et sont devenus incertains. Ils aspirent à la clarté. 

    Quant aux responsables du Synode : J'ai exprimé mes opinions plus d'une fois dans les sessions du Forum et dans les conférences, et elles peuvent être lues par tout le monde sur la page d'accueil du diocèse de Ratisbonne mentionnée ci-dessus.

    Un certain nombre de dirigeants de l'Église à travers le monde se sont prononcés contre la voie synodale allemande, mettant en garde contre le danger de schisme. Que peuvent-ils faire maintenant pour prévenir les dommages qu'il pourrait infliger à l'Église universelle ?

    Ils devraient continuer à parler, à écrire et aussi à téléphoner en privé aux évêques allemands, au Pape et aux chefs des dicastères. 

    La Voie synodale aura une dernière session en mars 2023. D'ici là, il est encore possible qu'un élan spirituel différent et fort change de direction. 

    En ce moment, les principaux évêques allemands tentent d'apaiser les craintes à Rome. Mais Rome doit encore porter un jugement sur une théologie et une éthique qui s'éloignent si ouvertement du Nouveau Testament et de la tradition de l'Église. »

    Hélàs, jusqu’ici Sœur Anne n’a rien vu venir du Pontife Romain pour protéger sa sœur de Barbe Bleue qui veut l’occire (NdB)

    Ref. Alors que les évêques allemands se sont réunis au Vatican, un philosophe catholique allemand exhorte le pape à corriger le cours de la voie synodale

  • La liberté religieuse n'est pas assurée en Occident (cardinal Sarah)

    IMPRIMER

    D'Hannah Brockhaus sur Catholic News Agency :

    Cardinal Sarah : "La liberté religieuse est également menacée en Occident".
     
    27 novembre 2022

    Les chrétiens en Occident ne doivent pas considérer la liberté religieuse et la liberté de culte comme acquises, a déclaré le cardinal Robert Sarah dans une récente interview avec EWTN News. "Les menaces contre la liberté religieuse prennent de nombreuses formes. D'innombrables martyrs continuent de mourir pour la foi dans le monde entier", a déclaré le cardinal Sarah, âgé de 77 ans. "Mais la liberté religieuse est également menacée en Occident". "Il ne s'agit pas souvent d'une menace ouverte, ou d'une haine de la foi", a-t-il ajouté, mais d'un "parti pris implicite contre le christianisme".

    Dans l'interview, le cardinal guinéen a fait référence au livre de l'Exode, qui raconte les 10 plaies, le départ des Hébreux et la destruction de l'Égypte. Ces événements ont eu lieu, a-t-il dit, "afin que le peuple de Dieu ait la liberté de l'adorer comme il se doit." "La liberté religieuse ne doit pas être considérée comme acquise, ni compromise, ni négligée".

    Le cardinal Sarah s'est entretenu avec EWTN News au début du mois au sujet de son dernier livre, "Catechism of the Spiritual Life", publié par EWTN Publishing en anglais en octobre.

    Le septième livre du cardinal est une réflexion approfondie sur les sept sacrements de l'Eglise catholique et sur la manière de progresser dans la vie spirituelle. L'un des thèmes centraux du livre est l'importance de la messe et de l'eucharistie. "Nous devons nous rassembler pour la Sainte Messe et recevoir notre Seigneur dans l'Eucharistie", a déclaré le cardinal Sarah lors de l'entretien d'une heure à Rome.

    Il a critiqué ce qu'il a appelé la large acceptation de "restrictions draconiennes" sur la participation à la messe pendant la pandémie de COVID-19. " Nous ne pouvons pas oublier ceci : L'Eucharistie est la source et le sommet d'une vie chrétienne", a-t-il souligné. "L'adaptation, a-t-il poursuivi, est parfois nécessaire. Nous serons confrontés à d'autres pandémies et à d'autres situations d'urgence, et il y aura un débat sur la meilleure façon d'y faire face en relation avec la célébration de l'Eucharistie. C'est une bonne chose. La démocratie libérale exige un débat, mais l'importance de notre culte de Dieu ne doit jamais être oubliée ou négligée au cours du débat. La démocratie libérale ne doit pas oublier Dieu".

    Sarah a déclaré que son livre mettait particulièrement l'accent sur les sacrements, la prière et la croix. "Une vie chrétienne, dit-il, doit être construite sur trois piliers : crux, hostia, et virgo. La croix, l'hostie et la Vierge Marie. Ce sont les trois piliers sur lesquels vous devez construire une vie chrétienne".

    Le cardinal a déclaré que le fait d'être préfet du bureau du culte divin du Vatican lui a vraiment fait comprendre l'importance de la liturgie, qui est un moment grand et unique "pour rencontrer Dieu face à face et être transformé par lui en tant qu'enfant de Dieu et en tant que véritable adorateur de Dieu." "La liturgie, a-t-il ajouté, doit être belle, elle doit être sacrée, et elle doit être silencieuse." Il a mis en garde contre la transformation de la messe en un "spectacle" ou en une simple réunion d'amis, ce qui détourne l'attention de l'adoration de Dieu. "J'encouragerai que la liturgie devienne de plus en plus sacrée, de plus en plus sainte, de plus en plus silencieuse, parce que Dieu est silencieux, et nous rencontrons Dieu dans le silence, dans l'adoration", a-t-il déclaré. "Je pense que la formation du peuple de Dieu à la liturgie est très importante. Nous pouvons montrer aux gens la beauté, d'être révérencieux, et de garder le silence dans la liturgie, dans laquelle notre rencontre avec le Christ est approfondie." Sarah a également fait l'éloge de l'adoration eucharistique silencieuse comme une chance de rencontrer le Christ d'une manière qui peut "vraiment changer nos vies."

    Commentant la société moderne, le cardinal a déclaré : "Dieu a été oublié." "Nous vivons tous comme si Dieu n'existait pas. La confusion règne partout. Trop nombreux sont ceux qui réduiraient notre vie, le sens même de notre vie, à un individualisme absolu et à la recherche d'un plaisir éphémère." Les chrétiens, a-t-il dit, devraient répondre en revenant aux fondements de la foi. "Nous avons besoin d'une retraite du monde, d'un retrait dans le désert, où nous pouvons réapprendre les fondements, les bases : le monothéisme, la révélation de Jésus-Christ, nous et Dieu, sa parole, notre péché, notre dépendance et notre besoin de sa miséricorde", a-t-il dit.

    Sarah a ajouté que Dieu, par son Église et les sacrements, "nous guide vers une relation toujours plus profonde avec lui. Et nous avons tous besoin de renouer avec son don profond, qui est son amour". La foi en la présence réelle du Christ dans l'Eucharistie, a-t-il dit, est l'une des croyances fondamentales de l'Église, sans laquelle, "elle perd le sens de son existence." "L'Église n'est pas une organisation sociale destinée à répondre aux problèmes de migration ou de pauvreté", a-t-il poursuivi. "L'Église a un but divin : sauver le monde". "Si le Christ n'habite pas l'Église, de manière tangible, visible, sacramentelle, alors quelle bonne nouvelle avons-nous à offrir au monde ? Quel est le sens de l'évangélisation ?" a-t-il déclaré. "Lorsque les chrétiens oublient pourquoi ils sont chrétiens, la communauté doit tomber dans le déclin. Ils oublient l'Évangile et perdent de vue leur objectif. "

    Le cardinal Sarah a déclaré que le combat spirituel est sensiblement le même qu'il a toujours été, même si de nombreux évêques et prêtres ont cessé de rappeler aux catholiques sa réalité. Notre arme dans cette guerre, a-t-il expliqué, est la parole de Dieu. Il est nécessaire "de se tourner vers Dieu chaque jour, non seulement pour se consoler des adversités du monde, mais parce que nous dépendons entièrement de lui dans la lutte cosmique. Nous sommes tous en guerre, que nous le reconnaissions ou non. Il est bon que nous prenions tous conscience de ce fait, et que nous nous assurions chaque jour de combattre du côté de Dieu", a-t-il déclaré.

    Le livre, "Catéchisme de la vie spirituelle", a déclaré le cardinal Sarah, se veut une réponse à la "confusion de notre époque, à l'extérieur et même à l'intérieur de l'Église". "J'ai vu le besoin d'une représentation de certaines réflexions sur notre progrès spirituel dans notre vie spirituelle : progrès dans notre relation personnelle et intime avec Jésus-Christ." Il a ajouté qu'il espère que son livre répond à "un besoin profond de notre temps." "Chacun de nous doit s'efforcer, continuellement, de se rapprocher de Jésus-Christ, de revenir à sa Parole, et à la simplicité de la foi dans son auto-révélation. C'est la simplicité du désert, de la reconnaissance de notre dépendance à l'égard de Dieu, et de la rencontre avec lui et le don de son amour et de sa grâce, par lesquels il nous a configurés à lui-même", a-t-il déclaré. "C'est pourquoi j'ai décidé d'écrire le 'Catéchisme de la vie spirituelle'".

    Hannah Brockhaus est la correspondante principale de la Catholic News Agency à Rome. Elle a grandi à Omaha, dans le Nebraska, et est diplômée en anglais de la Truman State University, dans le Missouri.

  • Qui est aux commandes du synode sur la synodalité ?

    IMPRIMER

    D'Edward Pentin sur le National Catholic Register :

    Qui gère le Synode sur la synodalité ?

    Les voix qui soutiennent l'enseignement de l'Église ne sont pas suffisamment représentées.

    22 novembre 2022

    À la lumière de la controverse suscitée par le document de travail pour la prochaine étape du Synode pluriannuel sur la synodalité, des questions ont surgi sur l'identité de son auteur et sur la manière dont il a vu le jour.

    Le "Document pour l'étape continentale" (DCS) de 45 pages, publié le 28 octobre, tente de résumer les discussions avec les fidèles laïcs, le clergé et les religieux qui ont participé à la première étape d'"écoute et de discernement" du synode et vise à servir de base aux travaux de la deuxième étape - ou étape continentale - qui se déroulera jusqu'au printemps prochain. 

    Une grande partie du document, officiellement intitulé "Elargis l'espace de ta tente" (Isaïe 54:2), se concentre sur "l'écoute comme ouverture à l'accueil", qui, selon le document, devrait découler d'un "désir d'inclusion radicale". L'expression "personne n'est exclu" est souvent mentionnée dans le texte. 

    Mais le texte inclut de manière controversée des appels explicites à la transformation des structures et des contenus de l'Église qui sont en désaccord avec le magistère de l'Église, et met l'accent sur l'accueil, sans mentionner clairement l'amendement de la vie, des groupes qui se sentent exclus de l'Église, tels que les divorcés-remariés, les personnes "LGBT" et même les personnes vivant dans des mariages polygames.

    En conséquence, le document a fait l'objet de critiques acerbes. Dans un commentaire cinglant, l'évêque auxiliaire Robert Mutsaerts de 's-Hertogenbosch, aux Pays-Bas, a déclaré qu'il pensait que le processus d'écoute du synode avait abouti à un document qui sert de "mégaphone pour les opinions non catholiques" et que le processus ressemblait davantage à une "expérience sociologique" qu'à la mission de l'Église de proclamer la vérité. 

    Pour Mgr Mutsaerts, le processus a laissé la place "à un peu trop de défenseurs du mariage gay, à des gens qui ne pensent pas vraiment que l'avortement est un problème et ne se montrent jamais vraiment défenseurs du riche credo de l'Église, voulant avant tout être aimés par leur entourage séculier".

    "Une chose est claire pour moi", a-t-il ajouté. "Dieu n'est pas dans le coup dans ce misérable processus synodal. Le Saint-Esprit n'a absolument rien à voir avec cela." 

    Écrivant dans le quotidien catholique italien La Nuova Bussola Quotidiana, la journaliste et auteur Luisella Scrosati a déclaré que ceux dont les opinions sont principalement reflétées dans le document ont été atteints "non par la prédication de l'Évangile, mais par la formulation typique de l'idéologie pseudo-chrétienne". Elle a ajouté que leurs réponses ont ensuite été "amalgamées avec l'idéologie ecclésiale dominante", de sorte que ce qui émerge "n'est pas du tout le sensus fidei [sens de la foi] comme le suggère le document" - c'est-à-dire "le consensus des fidèles, en vertu de la vertu théologique de la foi, qui leur a été insufflée au baptême" - mais plutôt une consultatio fidelium [consultation des fidèles] menée et rapportée de manière idéologique." 

    Les responsables du synode

    Comme pour les autres synodes de ce pontificat, le Synode sur la synodalité est géré et dirigé par des personnes ayant des antécédents idéologiques distincts et des perspectives similaires, notamment en ce qui concerne les questions sociopolitiques et la doctrine. Le cardinal Mario Grech, secrétaire général du secrétariat du synode, a appelé l'Église à "accepter davantage les membres LGBT" lorsqu'il était évêque de Gozo, à Malte. Il était également le principal auteur des directives controversées des évêques maltais sur Amoris Laetitia, qui ouvraient l'admission à la sainte communion aux divorcés civilement remariés s'ils étaient "en paix avec Dieu". Pour le cardinal Grech, le Synode sur la synodalité s'inscrit dans un processus qui " s'inscrit de plus en plus dans un état d'esprit synodal " et montre que " le peuple de Dieu converge pour appeler à un profond renouvellement de l'Église. " 

    Le cardinal Jean-Claude Hollerich, rapporteur général du synode, a suscité la controverse ces derniers mois en déclarant que la bénédiction des unions homosexuelles n'était "pas une question réglée" et que l'enseignement de l'Église sur l'homosexualité "n'est plus correct" et peut être modifié. En avril, la sœur Nathalie Becquart, xavière, sous-secrétaire du secrétariat du synode, a prononcé un discours peu critique à l'égard du New Ways Ministry, qui promeut les droits des "LGBT" dans l'Église, ce qui a suscité de vives critiques de la part de dirigeants de l'Église et d'éminents fidèles laïcs.

    Lire la suite

  • La difficulté de rester en communion avec un pape dont on désapprouve les prises de position

    IMPRIMER

    D'Eric Sammons sur crisismagazine.com (traduction française de Benoît et moi) :

    En communion, sans joie, avec le pape François

    Comment un catholique peut-il être en communion avec le pape s’il ne veut rien avoir à faire avec lui ?

    Pour les catholiques fidèles, le pontificat de François a été comme essayer de survivre à 12 rounds avec un champion poids lourd. Passons en revue quelques-uns des coups reçus :

    • « Qui suis-je pour juger ? »
    • « Se reproduire comme des lapins »
    • « Une pluralité de religions est voulue par Dieu »
    • S’acoquiner avec des politiciens pro-avortement
    • Un accord scandaleux avec le parti communiste chinois
    • Promouvoir le travail du Père James Martin
    • Les scandaleuses nominations à l’Académie pontificale pour la vie.

    Et ce ne sont là que quelques exemples ! Je suis sûr que vous pourriez en citer beaucoup d’autres. Après neuf ans de ce pontificat, la plupart d’entre nous se sentent au minimum un peu sonnés.

    Cette situation malsaine peut conduire à un vrai examen de conscience. En tant que catholiques, nous sommes préprogrammés pour respecter, voire apprécier, nos papes. Mais si nous voulons être honnêtes, François est un homme difficile à aimer ou à respecter. Son antagonisme envers les catholiques traditionnels et orthodoxes indique que ce sentiment est réciproque. Un tel désamour conduit à l’inévitable question : comment un catholique peut-il être en communion avec le pape s’il ne veut rien avoir à faire avec lui ?

    Ce n’est pas une question rhétorique. L’Église catholique a toujours souligné l’importance d’être en communion avec Rome. Dès les premiers jours du christianisme, Rome a été considérée comme le lieu de l’unité mondiale de l’Église. Ne pas être en communion avec le successeur de saint Pierre, c’est se séparer du corps du Christ. Mais en même temps, être un catholique fidèle signifie adhérer obstinément aux enseignements de l’Église tels qu’ils nous ont été transmis par l’Écriture et la Tradition. Alors que se passe-t-il quand on nous demande d’être en communion avec quelqu’un qui s’efforce de bouleverser ces enseignements ?

    Afin de résoudre ce paradoxe troublant, nous devons comprendre ce que signifie être « en communion avec ».

    Premièrement, cela ne signifie pas être « en accord » avec quelqu’un sur tous les points de vue. Après tout, chaque catholique pratiquant est actuellement en communion avec tous les autres catholiques pratiquants dans le monde, et je garantis que ces millions de catholiques ont des vues très divergentes sur la politique, l’économie, la culture, et une foule d’autres sujets. Et ce qui est encore plus remarquable, c’est que beaucoup de ces catholiques pratiquants ont probablement des opinions hérétiques. J’imagine qu’il y a un grand nombre de catholiques, par exemple, qui, si on leur demandait d’expliquer la Trinité, donneraient des réponses hérétiques par ignorance ou incompréhension. Mais nous sommes toujours en communion.

    Alors que signifie « en communion avec » ? Il s’agit d’une reconnaissance visible de l’Église visible. Dans l’Église invisible du protestantisme, il n’y a pas de véritable concept de « en communion avec ». Un protestant fréquente simplement l’église qu’il aime le plus, et s’il ne l’aime plus, il part et en fréquente une autre. Il est simplement un membre visible d’une communauté locale de croyants partageant les mêmes idées, tout en demeurant dans l' »église invisible » éthérée. »

    Mais pour les catholiques, c’est très différent. Nous croyons que nous sommes membres d’une Église visible et universelle, qui comprend non seulement tous les catholiques d’aujourd’hui, mais aussi tous les catholiques de l’histoire et de l’avenir – les saints et les pécheurs. Cette appartenance est une réalité mystique qui n’est pas le fruit de notre communauté d’esprit, mais de notre participation commune à la Sainte Communion.

    Cette communion est à la fois horizontale – entre tous les membres de l’Église catholique – et verticale – entre le tout dernier catholique baptisé et le pape, et même le boss du pape, Jésus-Christ. En d’autres termes, notre communion n’est pas une reconnaissance du fait que nous nous apprécions tous ou que nous sommes d’accord les uns avec les autres, mais une soumission mutuelle de notre volonté à celle du Christ.

    En outre, cette communion est structurée ; elle est hiérarchique. Dans les plans de la providence divine, Notre Seigneur a établi un centre pour cette communion ici sur terre – l’évêque de Rome qui est le successeur de saint Pierre. En d’autres termes, pour être en communion les uns avec les autres, nous devons être en communion avec le pape. Ce n’est pas facultatif. Nous ne pouvons pas dire : « Bon, je suis en communion avec ma paroisse locale, mais pas avec le pape ». Agir ainsi revient à rejeter la structure communautaire mise en place par Celui qui crée la communion, Jésus-Christ.

    Qu’en est-il lorsque ce centre de communion devient lui-même une source de scandale ? Que se passe-t-il lorsqu’il semble s’opposer aux enseignements qui viennent du Christ ?

    Certains diront que dans cette situation, François n’est pas vraiment le pape – soit il n’a pas été validement élu, soit son hérésie le démet automatiquement de ses fonctions. Mais il s’agit d’une tentative humaine de reconfigurer une réalité divine pour « résoudre » les problèmes d’aujourd’hui. Nous ne comprenons pas comment nous pouvons avoir un pape aussi mauvais et être encore en communion avec lui, alors nous essayons de régler le problème avec des solutions humaines.

    Cela conduit cependant à des problèmes encore plus grands. C’est un peu comme les nombreuses tentatives anciennes d’expliquer le mystère de la Trinité avec des « solutions » humaines comme le modalisme [Doctrine hérétique qui nie la trinité des Personnes divines et considère le Père, le Fils et le Saint-Esprit comme les modes d’une seule et unique substance. Le modalisme s’est répandu à Rome et en Afrique au iiie siècle, où il a été combattu par saint Hippolyte et Tertullien] ou l’arianisme [Doctrine d’Arius et de ses adeptes. L’arianisme professait que dans la Trinité, le Fils n’est pas parfaitement égal au Père ; il n’est pas de même nature (consubstantiel) et ne participe pas à son éternité (coéternel), donc sa divinité est secondaire] . De telles explications peuvent sembler plus simples et donc plus faciles à accepter pour les hommes et les femmes, mais elles conduisent en fin de compte à des une incompréhension de fond de notre Eglise et de notre communion en elle.

    Comme nous l’avons déjà noté, notre communion est structurée ; elle est hiérarchique. Cela signifie que les membres ont des rôles différents à jouer, et ce n’est pas le rôle du laïc individuel – ou d’un prêtre ou d’un évêque individuel – de déclarer qu’un pape n’est plus pape ou qu’il n’a jamais été pape. En effet, le fait même qu’une quasi-unanimité de la hiérarchie reconnaisse aujourd’hui François comme pape indique clairement que nous devons l’accepter comme pape, et donc être en communion avec lui.

    La papauté est un mystère de notre foi, et les mystères, naturellement, peuvent être difficiles à comprendre ou à accepter. Notre situation difficile actuelle me rappelle Jean 6:68-69, lorsque Jésus demande aux Douze s’ils vont aussi le quitter à cause de l’enseignement difficile de l’Eucharistie. Saint Pierre répond : « Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle ; et nous avons cru, et nous avons appris à connaître que tu es le Saint de Dieu. » L’apôtre principal ne comprenait pas comment il était censé manger la chair du Christ et boire son sang, mais il en était venu à accepter Jésus comme le divin Sauveur et donc, pour saint Pierre, la parole du Christ était suffisante.

    De même, il peut être compliqué d’accepter aujourd’hui le difficile enseignement de la papauté et la nécessité pour nous d’être en communion avec elle. Au temps de papes saints et sages, cet enseignement est naturel et facile. Mais nous ne vivons pas à une telle époque. Nous devons donc dire avec saint Pierre : « Seigneur, à qui irons-nous ? » Notre Seigneur a fait de la communion avec le pape une partie essentielle de la foi catholique – quelque chose qui a été attesté et pratiqué depuis 2 000 ans. Nous ne pouvons pas l’abandonner maintenant, même face à de graves défis.

    C’est le test de notre époque. Essayerons-nous de « résoudre » humainement le problème de la papauté de François, ou ferons-nous confiance à notre Seigneur et resterons-nous en communion avec Rome, même en dépit des défis que cette communion apporte ? Nous pouvons avoir l’impression d’être au milieu d’un combat de poids lourds, mais notre devoir est de persévérer jusqu’au bout, quels que soient les coups que nous pouvons recevoir en chemin.

  • La conversion de G. K. Chesterton

    IMPRIMER

    Du site de KTO télévision :

    Pour l’Avent, la Foi prise au mot vous propose une série sur les convertis au catholicisme. Pour ce premier épisode, nous découvrons G.K Chesterton. Personnage colossal, auteur essais, de romans, de pièces de théâtre, des biographies, d’ouvrages théologique très complexes et même de romans policiers, il se convertit au catholicisme en 1922. Pour en parler, Régis Burnet reçoit Hubert Darbon et Philippe Maxence.

  • Notre-Dame de la Médaille Miraculeuse

    IMPRIMER

    Notre-Dame de la Médaille Miraculeuse (27 novembre)

    source : evangileauquotidien

    Entrée au noviciat depuis quelques jours seulement,  Ste Catherine Labouré  fut gratifiée de plusieurs faveurs célestes. La Très Sainte Vierge Marie daigna lui apparaître à six reprises. La seconde apparition eut pour objet la manifestation de la Médaille Miraculeuse. Voici en substance le rapport que la voyante en a fait à son confesseur, le Père Jean-Marie Aladel :

    « Le 27 novembre 1830, un samedi avant le Premier Dimanche de l'Avent, à cinq heures et demie du soir, j'étais à la chapelle quand il m'a semblé entendre du bruit du côté de l'épître, comme le froufrou d'une robe de soie.

    Ayant regardé de ce côté-là, j'aperçus la Sainte Vierge. Elle était debout, habillée de blanc, une robe en soie blanche aurore à manches plates, un voile blanc qui descendait jusqu'en bas. En-dessous du voile, j'ai aperçu Ses cheveux en bandeaux ; la figure était assez découverte et Ses pieds appuyés reposaient sur une boule.

    Elle tenait aussi une boule dans Ses mains représentant le globe terrestre. Ses mains étaient élevées à la hauteur de l'estomac, d'une manière très aisée et les yeux élevés vers le ciel. Sa figure était de toute beauté ; je ne pourrais la dépeindre. Et puis, tout à coup, j'ai aperçu des anneaux à Ses doigts revêtus de pierreries plus belles les unes que les autres ; leur éclat couvrait tout le bas et je ne voyais plus Ses pieds.

    A ce moment, il s'est formé un tableau un peu ovale autour de la Vierge Sainte, avec au haut, ces mots écrits en lettres d'or : "O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous".

    Une voix se fit alors entendre qui me dit : Faite frapper une médaille sur ce modèle ; toutes les personnes qui la porteront au cou recevront de grandes grâces. Les grâces seront abondantes pour tous ceux qui la porteront avec confiance.

    Le tableau se retourna soudain et je pus contempler le revers de la Médaille sur lequel était gravé le monogramme de la Sainte Vierge, composé de la lettre M, surmonté d'une croix, avec une barre à la base. Au-dessous de cette lettre M, côte à côte, les deux Saints Cœurs de Jésus et de Marie.

    L'approbation officielle de l'Église, les merveilles opérées en si grand nombre, et enfin la prodigieuse humilité de la voyante garantissent l'authenticité de l'origine céleste de la Médaille Miraculeuse.

    Dans le courant de décembre, Ste Catherine Labouré a une nouvelle apparition très semblable à celle du 27 novembre, et au même moment, pendant l’oraison du soir : la messagère choisie par l’Immaculée reçoit de nouveau l’ordre de faire frapper la Médaille par l’entremise de son confesseur, le prudent Père Aladel. Ce sera quand même fait en 1832 avec la permission de l’archevêque de Paris, Monseigneur de Quélen.

    Symbole suffisamment clair, cette Médaille nous rappelle que nous sommes des chrétiens rachetés par un Dieu crucifié en face de sa mère douloureuse ; que nous sommes les enfants d’un Dieu qui nous aime, qui nous donne son cœur et qui demande en retour le nôtre pour étendre son royaume d’amour et de paix parmi les hommes, et en priorité parmi les plus souffrants, comme va le faire Sœur Catherine. Méditons ce langage convaincant de la Médaille ! Elle est un saisissant raccourci de notre foi chrétienne.

    Pour un approfondissement voir et lire : Chapelle rue du Bac - Paris

  • Sainte Catherine Labouré et la médaille miraculeuse (28 novembre)

    IMPRIMER

    Du site de la Rue du Bac (Chapelle de Notre-Dame de la médaille miraculeuse) :

    "Catherine Labouré est née le 2 mai 1806 dans un village de Bourgogne, Fain-les-Moutiers. Elle est la huitième de dix enfants de Pierre et Madeleine Labouré, propriétaires fermiers. La mort de Madeleine, à 46 ans, plonge la famille dans le deuil. Catherine, en larmes, monte sur une chaise pour embrasser la statue de la Sainte Vierge et dit: « Maintenant, tu seras ma maman ».

    A vingt-quatre ans, Catherine, après avoir vaincu beaucoup d'obstacles, entre comme novice à la Maison-Mère des Filles de la Charité, rue du Bac à Paris. C'est là, dans la chapelle, que la Sainte Vierge lui apparaît quelques mois plus tard, la première fois, le 19 juillet 1830, pour lui annoncer une mission, la deuxième fois, le 27 novembre qui suit, pour lui revéler la médaille que Catherine est chargée de faire frapper.

    L'année suivante, son séminaire achevé, soeur Catherine est affectée à Reuilly, alors faubourg déshérité du sud-est de Paris. Elle assurera jusqu'à la fin de sa vie le service des vieillards, dans l'incognito le plus total tandis que la médaille se répand miraculeusement dans le monde entier.
    Catherine Labouré meurt le 31 décembre 1876 dans la paix: "Je m'en vais au ciel… voir Notre-Seigneur, sa Mère et saint Vincent."

    En 1933, à l'occasion de sa béatification, on ouvre le caveau de la chapelle de Reuilly. Le corps de Catherine est retrouvé intact et transféré dans la chapelle de la rue du Bac et installé sous l'autel de la Vierge au Globe."

  • Sainte Catherine Labouré (28 novembre)

    IMPRIMER

    Discours de Sa Sainteté le Pape Pie XII
    prononcé le lundi 28 juillet 1947 dans la Cour Saint-Damase
    à l’adresse des pèlerins Français
    et de la famille vincentienne
    présents à Rome à l’occasion de la canonisation
    de
    Sainte Catherine Labouré

    (source)

    « Dès les premières pages de son incomparable chef-d’œuvre l’auteur de «L’imitation de Jésus-Christ » laisse tomber de sa plume cette leçon de sa propre expérience, ce secret de sa paix sereine et communicative : « Veux-tu apprendre et savoir quelque chose d’utile ? Aime à être ignoré ! » (Livre 1 chap. 2).

    Ama nesciri ! Deux mots prodigieux, stupéfiants pour le monde qui ne comprend point, béatifiants pour le chrétien qui sait en contempler la lumière, en savourer les délices. Ama nesciri ! Toute la vie, toute l’âme de Catherine Labouré est exprimée dans ces deux petits mots.

    Rien pourtant, même de la part de la Providence, ne semblait lui dicter ce programme : ni son adolescence, durant laquelle la mort de sa mère, la dispersion des aînés avaient fait reposer sur ses épaules d’enfant toute la charge du foyer domestique ; ni les étranges voies, par lesquelles elle doit passer pour répondre à sa vocation et triompher des oppositions paternelles ; ni cette vocation même à la grande et vaillante phalange des Filles de la Charité qui de par la volonté et suivant l’expression pittoresque de saint Vincent de Paul, ont « pour cloître, les rues de la ville ; pour clôture, l’obéissance ; pour grille, la crainte de Dieu ; pour voile, la sainte modestie ».

    Du moins, semblerait-il, sa retraite et sa formation dans le Séminaire de la rue du Bac favoriseront son recueillement et son obscurité ? Mais voici qu’elle y est l’objet des faveurs extraordinaires de Marie, qui fait d’elle sa confidente et sa messagère. Si encore il s’était agi seulement de ces hautes communications et visions intellectuelles, qui élevaient vers les sommets de la vie mystique une Angèle de Foligno, une Madeleine de Pazzi, de ces paroles intimes, dont le cœur garde jalousement le secret ! Mais non ! Une mission lui est confiée, qui doit être non seulement transmise, mais remplie au grand jour : réveiller la ferveur attiédie dans la double Compagnie du Saint de la charité ; submerger le monde tout entier sous un déluge de petites médailles, porteuses de toutes les miséricordes spirituelles et corporelles de l’Immaculée ; susciter une Association pieuse d’Enfants de Marie pour la sauvegarde et la sanctification des jeunes filles.

    Sans aucun retard, Catherine s’est adonnée à l’accomplissement de sa triple mission. Les doléances de la Mère de Dieu ont été entendues et l’esprit du saint Fondateur a refleuri alors dans les deux communautés. Mais, non moins que par sa fidélité à transmettre le message, c’est par sa constance à y répondre elle-même que Catherine en a procuré l’efficacité, mettant sous les yeux de ses Sœurs, pendant près d’un demi siècle, le spectacle saintement contagieux d’une vraie fille de saint Vincent, d’une vraie Fille de la Charité, joignant à toutes les qualités humaines de savoir-faire, de tact, de bonté, les vertus surnaturelles qui font vivre en Dieu, « cette pureté d’esprit, de cœur, de volonté, qui est le pur amour ».

    Lire la suite

  • Viens Seigneur Jésus, Maranatha !

    IMPRIMER

    De Mgr Marian Eleganti (Coire) sur kath.net/news :

    Viens Seigneur JESUS, Maranatha !

    26 novembre

    Je suis dans l'attente et je le serai toujours. Nous devrons tenir devant LUI. Réveillez-vous ! - Pensées pour l'Avent

    Mon impression : Je ne suis pas une exception, après 2000 ans de christianisme, nous ne prenons plus l'attente de l'imminence (de la venue du Christ) aussi sérieusement qu'au début de l'Eglise primitive. Je pense que c'est une erreur, d'autant plus que de nombreux signes apocalyptiques se multiplient de nos jours. En outre, la fin peut arriver très vite pour chacun d'entre nous. Nous nous retrouvons alors rapidement à la fin des temps et dans le jugement de Dieu. Donc, pas de fausses sécurité et sérénité ! Les choses se précipitent dans tous les cas. "Apprends-nous à compter nos jours, et nous acquerrons ainsi un cœur sage". Ps 90,12.

    Depuis le début de la soi-disant pandémie, qui regorgeait de mensonges et de manipulations à grande échelle, je prie pour le retour imminent du Christ et pour que les plans des puissants soient réduits à néant. Ils essaient toujours de le faire : construire une tour dans le ciel par leurs propres moyens et se mettre à la place de Dieu ou du Christ pour créer eux-mêmes et sans Lui un monde meilleur. Ils ont depuis longtemps sonné la fin du christianisme et du règne de Christ. "Mais l'Éternel se moque d'eux, il voit que son jour vient !" Ps 37,13.

    Psaume 2

    Pourquoi les nations s'agitent-elles en tumulte
    et les peuples méditent-ils de vains projets?
    Les rois de la terre se soulèvent,
    et les princes tiennent conseil ensemble,
    contre Yahweh et contre son Oint.
    "Brisons leurs liens, disent-ils,
    et jetons loin de nous leurs chaines"
    Celui qui est assis dans les cieux sourit,
    le Seigneur se moque d'eux.
    Alors il leur parlera dans sa colère,
    et dans sa fureur il les épouvantera:
    " Et moi, j'ai établi mon roi,
    sur Sion, ma montagne sainte. "
    " Je publierai le décret:
    Yahweh m'a dit: Tu es mon Fils,
    je t'ai engendré aujourd'hui.
    Demande, et je te donnerai les nations pour héritage,
    pour domaine les extrémités de la terre.
    Tu les briseras avec un sceptre de fer,
    tu les mettras en pièces comme le vase du potier.
    " Et maintenant, rois, devenez sages;
    recevez l'avertissement, juges de la terre.
    Servez Yahweh avec crainte,
    tressaillez de joie avec tremblement.
    Baisez le Fils, de peur qu'il ne s'irrite
    et que vous ne périssiez dans votre voie;
    Car bientôt s'allumerait sa colère;
    heureux tous ceux qui mettent en lui leur confiance.

    Nous devrions intérioriser ce psaume et l'emporter avec nous pendant l'Avent. Car Christ est le vainqueur, parce qu'Il est le plus humble de tous et qu'Il a donné sa vie pour la multitude ! C'est pourquoi DIEU l'a élevé et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom :

    Mais il s’est anéanti, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes. Reconnu homme à son aspect, il s’est abaissé, devenant obéissant jusqu’à la mort, et la mort de la croix. C’est pourquoi Dieu l’a exalté : il l’a doté du Nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse au ciel, sur terre et aux enfers, et que toute langue proclame : « Jésus Christ est Seigneur » à la gloire de Dieu le Père.

     Phil 2,7-11

    Sa venue est toujours imminente. Nous avons une mission : sortir et faire de toutes les nations ses disciples ! Cf. Mc 16,15. Mais le Fils de l'homme, quand il reviendra, trouvera-t-il encore la foi sur la terre ? Lc 18,8 Un avertissement qui nous concerne tous !

    Il n'est pas question de mettre le Christ au même rang que tous les autres qui nous sont présentés comme des sauveurs et des prophètes pertinents, et qu'Il a appelés "voleurs" (Jn 10,8). Car personne ne vient au PÈRE si ce n'est par Lui. Il ne s'agit donc pas seulement de la coexistence pacifique des religions et de leurs porteurs de salut, comme si elles pouvaient se mesurer à la PAROLE incarnée du PÈRE. Celui qui se satisfait de cette coexistence pacifique de religions contradictoires et qui, par conséquent, ne pose plus du tout la question de la vérité (de la vraie religion ou de la vraie foi) et ne veut plus la poser, ne prend pas au sérieux l'incarnation de DIEU et la prétention de JESUS à être la révélation obligatoire du DIEU caché. JESUS CHRIST est la singularité absolue, l'incomparable en personne, la VOIE, la VÉRITÉ et la VIE. Il est DIEU et concerne donc tous les hommes !

    Malheur à nous si nous annonçons un autre évangile que celui-ci à force d'inclusivité, de pluralité, d'égalitarisme et de tolérance sur le marché des religions. Ce dernier est un "évangile maçonnique" désincarné, mais pas celui des apôtres qui annonçaient le Logos incarné. La vérité est intolérante. Nous ne le sommes pas. Mais malheur à nous si nous avons honte de l'Évangile de JÉSUS-CHRIST et si nous ne l'annonçons plus, si nous ne voulons convertir personne à LUI, comme s'ils avaient tous déjà connu DIEU comme LUI veut être connu, en déclarant simplement tous frères, même ceux qui combattent le FILS DE DIEU et qui aimeraient bien effacer Son nom.

    "Tout m'a été remis par mon PÈRE ; personne ne connaît le FILS, sauf le PÈRE, et personne ne connaît le PÈRE, sauf le FILS et celui à qui le FILS veut le révéler". Mt 11,27.

    Je suis dans l'attente et je le serai toujours. Nous devrons tenir devant Lui. Réveillez-vous ! Viens Seigneur JESUS, Maranatha !

  • Premier dimanche de l'Avent : reconquérir notre intériorité

    IMPRIMER

    Homélie du Père Joseph-Marie Verlinde (Archive 2007) pour le 1er dimanche de  l'Avent (homelies.fr)

    L’automne, et bientôt l’hiver, étendent leur manteau de brouillard et de bruines sur la terre. Les arbres se sont dépouillés de leurs feuilles ; la sève se retire des branches : la nature s’intériorise, se recueille. Le chant des oiseaux se fait plus discret comme pour ne pas interrompre le silence de la nuit qui se prolonge. Tout nous porte à entrer nous aussi en « retraite », comme nous y invite le temps liturgique de l’Avent. Le mot « retraite » est à prendre au sens étymologique : il s’agit de nous retirer autant que faire se peut de l’éparpillement dans nos activités débordantes, pour nous tourner vers l’intérieur, et nous mettre à l’écoute du silence.

    La première lecture peut nous aider à orienter notre effort : « Venez, famille de Jacob, marchons à la lumière du Seigneur ». Quelle est la lumière qui nous guide dans notre vie quotidienne ? Celle des spots publicitaires ? des flash-infos ? des bandes annonces du dernier film ? des devantures ruisselantes des magasins ? Réussissons-nous à prendre de la distance par rapport à ces multiples sollicitations extérieures ? Gardons-nous notre liberté intérieure ou sommes-nous prisonniers de notre société de consommation qui érige le bien-être et la jouissance en valeurs suprêmes ?

    Lire la suite

  • Premier dimanche de l'Avent: ouverture de la nouvelle année liturgique ce 27 novembre 2022

    IMPRIMER

    Chant d’entrée de la messe 

    « Ad te, Domine, levavi animam meam:

    Deus meus, in te confido; non erubescam.

    Neque irrideant me inimici mei : etenim universi qui sustinent te, non confundentur.

    Vias tuas, Domine, demonstra mihi, et semitas tuas edoce me. 

    Vers toi j'élève mon âme, mon Dieu, en toi je mets ma confiance, je n'aurai pas à en rougir. Que mes ennemis ne se moquent pas de moi, car tous ceux qui t'attendent ne seront pas confondus.

    Seigneur, fais-moi connaître tes voies, enseigne-moi tes sentiers »

    (Psaume 24, 1-4) 

    Ce tout premier chant de l'année liturgique est emprunté au psaume 24, un des psaumes les plus utilisés dans la liturgie. Quand le psalmiste chante sa peine, son angoisse, sa joie, sa confiance, ce n'est jamais une prière purement individuelle. Au contraire, c'est toujours une prière qui inclut les deux dimensions personnelle et communautaire. On ne se sauve pas tout seul, mais ensemble, en famille. On comprend pourquoi l'Église a su, avec son instinct d'épouse et de mère, recueillir en elle ce trésor unique de la prière biblique et le dispenser à ses enfants, notamment à travers la liturgie.

  • Homélie pour le premier dimanche de l'Avent : "Un coeur qui dort, un coeur qui veille..."

    IMPRIMER

    De l'abbé Christophe Cossement (sur son blog) :

    Un cœur qui dort, un cœur qui veille…

    homélie du 1er dimanche de l’Avent, (archive 1er décembre 2019)

    Derrière il y a la lumière

    Tant de gens aspirent, même sans le savoir, au retour du Seigneur. Chaque fois que nous pensons : où est Dieu ? En réalité, nous souhaitons sa manifestation dans la gloire. Devant tous les marchands d’arme, les gestionnaires corrompus, les violents de tous genres, avec tous ceux qui souffrent nous attendons ce jour annoncé par Isaïe : « Il sera juge entre les nations et l’arbitre de peuples nombreux. De leurs épées, ils forgeront des socs, et de leurs lances, des faucilles. Jamais nation contre nation ne lèvera l’épée ; ils n’apprendront plus la guerre. » (Is 2,4)

    Nous aimerions que Dieu se manifeste clairement, mais en fait nous ne savons pas vraiment ce que nous demandons. Car quand Dieu s’approche de façon manifeste, tout change. Pourquoi le jour du Seigneur n’est-il pas encore arrivé ? Le Seigneur tarde par miséricorde. Qui peut prétendre qu’il est prêt à se trouver face à face avec Dieu qui scrute les reins et les cœurs (Jr 11,20) ? Le Seigneur patiente pour que nous nous convertissions, que nous ne soyons pas du côté de l’indifférence et que nous n’entrions pas dans la vie éternelle à reculons. Et qu’il y en ait le moins possible dans cette mauvaise posture. C’est pourquoi, alors que tant d’injustices nous font appeler le retour du Seigneur et l’établissement de son règne, il patiente. Notons aussi que si son retour avait eu lieu il y a 60 ans je n’aurais pas existé ! Merci Seigneur, parce que maintenant j’existe pour l’éternité !

    Jésus annonce que la venue du Fils de l’homme se fera par surprise. Pourquoi doit-il en être ainsi ? Car il s’agit de notre cœur. La venue du Christ dans la gloire sera un événement cosmique, mais c’est selon l’état de notre cœur que nous serons capables de l’appréhender. Si l’un sera pris et l’autre laissé (Mt 24,40), c’est d’après les dispositions de son cœur, d’après ce à quoi son cœur se sera entraîné sa vie durant.

    Le Seigneur annonce sa venue à l’improviste pour nous préserver du plus grand danger : le cœur qui s’alourdit, qui s’endort, qui se ferme, à cause des soucis, ou du confort, ou de l’égarement dans les loisirs. Le cœur endormi ou distrait, c’est la plus grande victoire de l’ennemi dans notre société repue. Et le signe que notre cœur est loin de Dieu, c’est un mécontentement profond qui peut nous habiter. Au contraire, un cœur vif grandit sans cesse et procure une grande joie. C’est la joie d’aimer, la joie de se donner, tellement plus grande que tout ce qu’on peut se procurer pour être heureux. Tu cherches le bonheur ? Donne-toi ! Et fais-le de tout ton cœur ! Et ainsi tu seras prêt pour la venue du Seigneur.