Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Foi - Page 3

  • Mechtilde de Hackeborn (19 novembre)

    IMPRIMER

    Klostertrachten1.jpgLe 29 septembre 2010, Benoît XVI a consacré sa catéchèse hebdomadaire à cette grande mystique, proche de Gertrude de Hefta, fêtée aujourd'hui :

    "Je voudrais vous parler aujourd’hui de sainte Mechtilde de Hackeborn, l’une des grandes figures du monastère de Helfta, ayant vécu au XIIIe siècle. Sa consœur, sainte Gertrude la Grande, dans le vie livre de l’œuvre Liber specialis gratiae (le livre de la grâce spéciale), dans lequel sont relatées les grâces spéciales que Dieu a données à sainte Mechtilde, affirme: «Ce que nous avons écrit est bien peu au regard de ce que nous avons omis. Nous publions ces choses uniquement pour la gloire de Dieu et au bénéfice de notre prochain, car il nous semblerait injuste de garder le silence sur les si nombreuses grâces que Mechtilde reçut de Dieu, moins pour elle-même, à notre avis, que pour nous et pour ceux qui viendront après nous» (Mechtilde de Hackeborn, Liber specialis gratiae, VI, 1).

    Lire la suite

  • "Light For The World" ou quand les clarisses d'Arundel illuminent les temps sombres de la pandémie

    IMPRIMER

    Par Sian Moore sur Classic fm :

    'Light For The World' was released by The Poor Clares of Arundel, a convent based in Sussex

    'Light For The World' was released by The Poor Clares of Arundel, a convent based in Sussex. Picture: Chris O’Donovan

    Les nonnes prennent d'assaut le hit des classiques alors que le plain-chant ancien touche la corde sensible en période de pandémie

    26 octobre 2020

    "Light For The World" a été publié par The Poor Clares of Arundel, un couvent basé dans le Sussex

    Les Clarisses d'Arundel utilisent leurs belles voix pour apporter de la lumière en ces temps plus sombres...

    Il n'est pas surprenant que le son éthéré du plain-chant traditionnel des religieuses ait trouvé un écho auprès des auditeurs du monde entier en 2020, beaucoup d'entre nous ayant besoin d'un beau moment de musique en ces temps plutôt agités.

    Un album spirituel de The Poor Clares of Arundel, Light for the World, connaît un succès sans précédent, se plaçant en première position du Classical Artist Album Chart et du Classical Specialist Album Chart.

    Veni Creator Spiritus – 00:0002:08 All Who Labour – 02:13 - 05:54 You are Love (St Francis) - 06:0208:33 Let the Love That Dwells In Your Hearts (St Clare) - 08:41 - 10:40 Gaze, Consider, Contemplate (St Clare) - 10:4913:54 Earthly Kingdoms - 14:0216:08 Ave Maria - 16:1820:40 Pange Lingua - 20:4823:41 Ubi Caritas - 23:5124:40 In Paradisum - 25:5027:25 Love Him (St Clare) - 27:3130:02 Agnus Dei - 30:0932:32 May your Love (Psalm 32) – 32:39 - 34:54 Creator Alme Siderum - 35:0137:42 Attende Domine - 37:5141:09 Oh Lord Hear My Voice (Psalm 27) - 41:1443:46

    Mais sa réception de bienvenue est la plus grande surprise des sœurs du couvent du Sussex.

    La production contemporaine est leur première incursion dans l'enregistrement de musique, leur premier album comprenant des morceaux qui ont été une source constante de guérison et de réflexion pour elles, et maintenant pour beaucoup d'autres aussi.

    Les sœurs vivent dans une communauté rurale de 23 religieuses, qui vivent, travaillent, rient et prient selon la forme de vie établie par Sainte Claire d'Assise en 1253.

    Le chant joue un rôle important dans leur vie, ce qui leur apporte une "joie profonde". Et maintenant, leur musique méditative offre un moment de réconfort aux auditeurs du monde entier, au milieu des défis que le monde continue à affronter pendant la pandémie.

    L'album présente des écrits de Sainte-Claire et de Saint François, mis en musique par les compositeurs James Morgan et Juliette Pochin.

    Les pièces comprennent des hymnes latins et des textes médiévaux avec une "production unique du 21e siècle".

    La musique a touché une telle corde sensible chez certains auditeurs que Tom Lewis, co-directeur de la maison de disques Decca, a révélé que certains se sont effondrés en larmes en l'écoutant.

    "Nous avons entendu des gens arrêter leur voiture en larmes après avoir entendu la musique et le message de The Poor Clares", a-t-il déclaré.

    "Leur musique contient clairement un baume musical magique dont les gens ont besoin en ce moment."

    S'adressant à Classic FM, Soeur Gabriel Davison a révélé à quel point les Soeurs ont été bouleversées par l'accueil que leur album a reçu.

    "C'est une grande joie pour nous de savoir qu'en ces temps difficiles pour tant de personnes, notre musique aide les gens à faire face au stress et à l'anxiété de la vie quotidienne", a-t-elle déclaré.

    "L'enregistrement de notre album, dans la chapelle de notre monastère sur une période de plusieurs mois, a été une grande aventure dans laquelle nous nous sommes engagés de tout cœur.

    "Nous espérons que tous ceux qui nous écoutent pourront trouver un sentiment de calme, de paix et de sérénité qui réside au plus profond de chacun d'entre nous".

  • Louer le Saint-Sacrement avec Louis Mercier (feuillet pour le temps du confinement)

    IMPRIMER

    2020_11_19_08_46_26_Greenshot.png

  • Des paroles de Karol Wojtyla pour un monde qui ne croit plus

    IMPRIMER

    D'Agnès Bastit-Kalinowska sur Aleteia.org :

    Les méditations inédites de Karol Wojtyla sur la quête de Dieu du monde contemporain

    17/11/20

    Avant d’être élu pape, le cardinal Wojtyla a rédigé une suite de méditations sur le discours à l’Aéropage de l’apôtre Paul, s’adressant aux Grecs adorateurs du « Dieu inconnu ». Récemment découvertes et traduites en français, ces méditations dévoilent les intuitions pauliniennes du pape de la Nouvelle Évangélisation, pour répondre à la quête de Dieu du monde contemporain.

    Décembre 1963. Karol Wojtyla, alors évêque de Cracovie, se rend à Athènes sur le chemin de Jérusalem. Sur place, il relit le discours de Paul à l’Aréopage, et ce texte le marque d’autant plus profondément que le pasteur polonais se trouve alors entre deux sessions du concile Vatican II auquel il participe : il perçoit une analogie de situations entre l’Église conciliaire tournée vers le monde contemporain, et la tentative de Paul à Athènes. À une date indéterminée, entre ce voyage et son élection au siège de Rome en 1978, il prépare une série de treize méditations, apparemment destinées à être prononcées devant un auditoire qui nous reste inconnu. Le thème de cette sorte de « retraite théologique » était donc le Discours sur l’Aréopage d’Athènes, inséré par Luc au cœur du récit de la prédication missionnaire de Paul (Ac 17, 22-31).

    Lire la suite sur aleteia.org

    © Artège

    Jean Paul II, Karol Wojtyla, Paroles pour un monde qui ne croit plus, Catéchèses inédites sur le discours à l’AréopageArtège, 2020, 162 pages, 17 euros.

  • Confinement sanitaire et liberté du culte : faut-il aller jusqu’à manifester dans la rue pour la messe ? Le point de vue de Mgr Aillet, évêque de Bayonne

    IMPRIMER

    aillet1.jpgLes pasteurs ne sauraient empêcher les fidèles laïcs de prendre des initiatives citoyennes, sinon ce serait du cléricalisme. Lu sur le site web « Riposte catholique » cet extrait d’un entretien de Mgr Aillet, évêque de Bayonne avec Jean-Marie Guénois, dans Le Figaro :

    « […] faut-il aller jusqu’à manifester dans la rue pour la messe ?

    Et pourquoi pas, puisque l’État considère que la liberté de manifestation l’emporte sur la liberté de culte. Pourtant, à Nice, M. Castex a déclaré : « Aucune célébration religieuse n’est une offense dans une République laïque… qui en garantit la pratique pour ce qu’elle est : l’exercice d’une liberté fondamentale. » J’avoue être touché par ce mouvement spontané de fidèles décidés à revendiquer publiquement le droit de pratiquer librement leur religion, pourvu que ce soit légalement, paisiblement et dans le respect des règles sanitaires. C’est une démarche politique justifiée, car la liberté religieuse est une composante essentielle du bien commun. Les pasteurs ne sauraient empêcher les fidèles laïcs de prendre des initiatives citoyennes, sinon ce serait du cléricalisme.

    L’objection sanitaire brandie par l’État pour l’interdiction des messes vous paraît-elle justifiée ?

    J’ai du mal à l’admettre, quand des lieux d’interactions sociales beaucoup plus risqués sont maintenus en activité : écoles, grandes surfaces, transports en commun… D’autant qu’on n’a jamais recensé de « clusters » dans nos assemblées : c’est pourtant facile à vérifier, car elles sont fréquentées par des habitués qui se connaissent tous. Mais la santé physique finit par primer sur d’autres valeurs essentielles à l’équilibre humain, comme la religion. Et nous savons aujourd’hui que la santé mentale et le moral de beaucoup se dégradent.

    Lors de l’audience au Conseil d’État, vous avez été mis en cause pour des messes qui ne respectaient pas les mesures sanitaires : que s’est-il passé ?

    Un regard impartial porté sur les vidéos fournies lors de l’audience suffit à démontrer la faiblesse de l’argument, qui ne semble pas avoir pesé lourd dans la décision du juge. Les vidéos de Bayonne montrent deux célébrations d’ordinations, donc à caractère exceptionnel, ayant eu lieu fin juin, alors que toute la France était en « zone verte » et que la circulation du virus était quasi stoppée ! Il faut se rappeler que nous sortions d’une période où le gouvernement lui-même avait affirmé que les masques étaient inutiles, et que partout on observait un certain relâchement. En outre pour raison sanitaire, nous avions démultiplié les cérémonies et pris le parti de les diffuser en direct pour inciter les fidèles à ne pas se déplacer. Et que dire de cette autre vidéo, également fournie, d’une célébration présidée par Mgr Aupetit à Paris le 6 octobre… 2019 ? Aussi est-il regrettable de pointer un fait, somme toute très circonstancié, qui ne saurait à lui seul préjuger de notre loyauté habituelle à suivre les mesures sanitaires.

    L’Église de France était peu combative lors du premier confinement, elle vient d’oser aller au Conseil d’État. Doit-elle aller plus loin ?

    Nous ne saurions en rester là. Les évêques sont dans leur rôle quand ils défendent la liberté de culte. Non seulement, avec les autres confessions, il leur appartient d’exercer une vigilance citoyenne sur sa formulation et son application, mais plus encore ils doivent prendre soin du bien spirituel des fidèles. Pour ce faire, ils ne doivent pas avoir peur d’interpeller avec respect mais fermeté les pouvoirs publics. Il y va de la crédibilité de notre mission qui tire son origine, non d’une autorité humaine, mais de Dieu : c’est à lui que nous devrons rendre des comptes ! Si saint Paul nous exhorte à obéir aux autorités civiles, c’est dans la mesure du bien commun, celui de la société, mais aussi celui supérieur de l’Église dont la loi suprême est le salut des âmes… »

    Ref. Confinement sanitaire et liberté du culte : faut-il aller jusqu’à manifester dans la rue pour la messe ?

    JPSC

  • Sur KTO, dans la série « la foi prise au mot » : La musique à l’église.

    IMPRIMER

    Arvo Pärt B8B6BC9C-7915-46D0-AB06-A7AC7B58B90F.jpegDans un style simple et direct, des spécialistes, universitaires ou prêtres, dialoguent avec Régis Burnet, bibliste, en apportant des réponses aux questions que nous pouvons nous poser sur la foi, la liturgie, de grandes figures chrétiennes (ci-contre à gauche, le compositeur Arvo Pärt chez le pape  émérite Benoît XVI):

    JPSC

  • Sainte Elisabeth de Hongrie (17 novembre)

    IMPRIMER

    Du site de la Communauté franciscaine capucine de Mons :

    bio ste elisabeth de hongrie - Prière des Futurs Parents

    Ste Élisabeth de Hongrie, fille du roi de Hongrie née en 1207, est la patronne du Tiers-Ordre régulier et du Tiers-Ordre séculier (ou OFS, Ordre Franciscain séculier) 

    Sa vie

    Élisabeth est née à Presbourg, en 1207.
    Fille du roi de Hongrie, André II, et de Gertrude de Méranie.
    Elle est fiancée dès l’âge de 4 ans, avec Louis, le fils aîné du landgrave de Thuringe, Herman I.
    La cour de Thuringe est alors brillante, cultivée ; et Élisabeth y reçoit une éducation soignée, dans le château de Wartburg, forteresse qui domine la ville d’Eisenach.
    Dès son enfance, elle manifeste une grande piété, un esprit de pénitence, et un constant dévouement envers les pauvres qu’elle appelle « ses plus chers amis ».
    En 1221, âgée de 14 ans, elle épouse son fiancé, Louis IV, qui vient de succéder à son père, comme landgrave de Thuringe.

    Il semble que le couple soit très uni et en plein accord sur la place à accorder à la prière et à la charité envers les pauvres. Louis IV porte le surnom de Louis le Charitable.

    Ce prince, à la différence des courtisans, a toujours admiré sa vertu. Partageant la sollicitude de sa femme pour les misères du peuple, le landgrave lui laisse toute liberté de continuer ses exercices religieux; il l’aide même à fonder près de son château un hôpital de lépreux.

    À cette époque, les Frères mineurs nouvellement fondés, commencent à se répandre dans toute l’Allemagne et un certain frère Rüdiger d’Halberstadt rencontre la princesse et l’initie à l’esprit franciscain qui correspond si bien à ses propres aspirations.
    Près du château de Wartburg, elle fait édifier un hôpital, pour accueillir les pauvres et les lépreux.
    En 1227, Louis IV part pour la Ve croisade, mais tombe malade avant de s’embarquer, et meurt à Brindisi. Ses ossements sont rapportés en Thuringe.

    Restée veuve en 1227, Élisabeth a d’abord à souffrir des persécutions de ses beaux-frères qui, désirent le pouvoir et l’accusent de négliger les affaires de l’état et de dissiper en aumônes les trésors de l’État, la privent de la régence et la chassent brutalement avec ses quatre (ou trois?)* enfants de la résidence souveraine. Son oncle, alors évêque de Bamberg, lui offre un asile jusqu’au moment où on lui propose de reprendre le pouvoir, qu’elle refuse. Peu après elle décide de se consacrer totalement à la prière et aux bonnes œuvres et se met sous la direction spirituelle de son confesseur, Conrad de Marburg, auprès duquel elle vient résider, dans une humble habitation.
    Après avoir assuré l’avenir de ses enfants et confié leur éducation à de nobles amies, elle prend l’habit des pénitents (ce n’est pas encore le Tiers-Ordre de saint François).

    Elle utilise les revenus de son douaire pour la construction et la gestion d’un hôpital à Marbürg, l’hospice St-François, et vit dans la pauvreté, la prière et l’assistance aux pauvres et aux malades.
    Quelques unes de ses suivantes et de ses anciennes servantes vivent auprès d’elle, au service des malades.
    Conrad de Marburg, son confesseur, lui ayant interdit de demander l’aumône, elle doit travailler aussi pour assurer sa subsistance. Sous son influence, elle se livre à des mortifications qui abrègent sa vie. Épuisée par les malheurs, les fatigues et les mortifications, elle meurt à peine âgée de 24 ans, le 17 novembre 1231.
    Le pape Grégoire IX la canonise en 1235,.

    Lire la suite

  • Très actuelle, cette note de Ratzinger que McCarrick voulait garder secrète

    IMPRIMER

    De Sandro Magister (Settimo Cielo), traduction de Diakonos.be :

    Cette note de Ratzinger que McCarrick voulait garder secrète.  Encore tellement actuelle

    Chaque jour, le « Rapport » sur l’affaire de l’ex-cardinal Theodore McCarrick publié le 10 novembre par le Secrétairerie d’État apparaît davantage comme une nouveauté sans précédent qui impacte fortement non seulement le présent mais également l’avenir de la communication vaticane :

    > History-making report sets a precedent the Vatican can’t walk back

    Jamais auparavant le Saint-Siège n’avait levé sur le voile sur une masse aussi imposante de documents et d’actes secrets, assortie de plus d’une centaine de témoignages recueillis « ad hoc », y compris celui du Pape régnant, dans le but d’éclaircir un chapitre brûlant de la vie de l’Église jusqu’au haut niveau, alors que des personnes en grande partie en vie et actives sont impliquées.

    D’ailleurs, l’auteur – ou les auteurs – d’un tel travail constituent en eux-mêmes une discontinuité.  Il ne s’agit nullement des actuels responsables de l’information du Vatican, clairement inadaptés, mais de personnes que l’on est allé chercher outre-Atlantique, en la personne de l’avocat Jeffrey Lena et dans son équipe de collaborateurs.  Lena vit à Berkeley, en Californie, mais il connait bien les coulisses du Vatican.  Il a, à plusieurs reprises, défendu avec succès à la barre le Vatican contre le risque de devoir répondre pénalement des abus sexuels commis par le clergé catholique aux États-Unis.

    Le résultat est que ce « Rapport » est également une mine de petites histoires, pour celui qui veut se donner la peine de creuser un peu.  Et d’histoires qui sont parfois étonnamment liées à l’actualité.

    Nous n’en citerons ici qu’une seule, à partir d’une réplique de McCarrick retranscrite dans une note de la page 276 du « Rapport ».

    Nous sommes en 2008, et le cardinal McCarrick n’est plus archevêque de Washington depuis deux ans.  Il a démissionné « spontanément » – en réalité sous la pression de Benoît XVI – qui lui a fait parvenir notamment la requête de « faire profil bas et de limiter ses voyages aux maximum ».  Tout cela en raison de ses pratiques homosexuelles continues avec des séminaristes et de jeunes prêtres, dont les autorités vaticanes avaient été informées.

    McCarrick continue pourtant à voyager sans répit, à donner des conférences, des interviews, à présider des cérémonies, à accepter des prix, à récolter des fonds, à occuper des fonctions parfois prestigieuses et à célébrer et à concélébrer publiquement la messe.

    Et que répond-il à un couple de New-York qui lui avait demandé de célébrer leur mariage ?  Que oui, il l’aurait fait volontiers, mais sans que l’archevêque de la ville ne le sache et en faisant simplement acte de présence à la réception, afin de respecter les injonctions de Rome de ne plus apparaître en public, parce que – explique-t-il, « le pape Benoît XVI ne lui avait jamais pardonné pour la question de la communion et qu’il l’avait pratiquement mis à la retraite ».

    Lire la suite

  • Le martyre de saint Cyprien de Carthage (feuillet pour le temps du confinement)

    IMPRIMER

    2020_11_17_09_18_10_Greenshot.png

  • 18-26 novembre : Neuvaine à Notre-Dame de la Médaille Miraculeuse; s'inscrire

    IMPRIMER

    Du site "Marie de Nazareth" :

    NEUVAINE À ND DE LA MÉDAILLE MIRACULEUSE
    DU 18 AU 26 NOVEMBRE 2020

    Participez à une belle neuvaine à Notre Dame de la Médaille Miraculeuse, du 18 au 26 novembre 2020, veille de la fête de Notre Dame de la Médaille Miraculeuse !

    Chaque matin de cette neuvaine à Notre Dame de la Médaille Miraculeuse, vous recevrez par email le contenu du jour de la neuvaine comprenant des méditations sur la Vierge Marie, des enseignements et des prières.

    Cette neuvaine à Notre Dame de la Médaille Miraculeuse a été préparée par le Père Jean-Yves Jaffré, prêtre missionnaire lazariste, ancien prêtre de la Chapelle de la Médaille Miraculeuse, rue du Bac à Paris.

    Pourquoi faire une neuvaine à Notre Dame de la Médaille Miraculeuse ?

    Parce que le 18 juillet 1830, la Vierge Marie apparaît à Soeur Catherine Labouré et offre un lieu de grâces très spécial, en permanence ouvert aux croyants ! Dans la chapelle de la rue du Bac, elle s’exprime en ces mots « Venez au pied de cet autel. Là, les grâces seront répandues sur toutes les personnes qui les demanderont avec confiance et ferveur. » Que peut-on espérer de plus ? 

    Les apparitions culminent le 27 novembre 1830 (jour de la mort de Clovis en 511) avec, pour la première fois, l’apparition de la Médaille miraculeuse sur laquelle on lit l’inscription : « Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous. » La Médaille miraculeuse montre l’image des deux Cœurs unis de Jésus et de Marie !

    Mais, pour Catherine Labouré, le moment le plus impressionnant est la vision de la prière d’intercession de la « Vierge puissante » auprès de Dieu. « Quand elle priait, sa figure était si belle, si belle, qu’on ne pourrait la dépeindre. » Cette vision de Marie implorant la Miséricorde divine – la « Vierge au globe », cette fameuse « Vierge puissante » – a ravi l’âme de sainte Catherine. 

    Avec cette neuvaine, ayons nous aussi le courage de nous laisser ravir par la Vierge ! Adressons-nous à elle en TOUTE confiance et demandons les grâces que nous pensons nécessaires pour suivre Jésus. 

    Prière à Notre Dame de la Médaille Miraculeuse

    Ô Vierge Immaculée,

    Mère de Dieu et notre Mère
    avec la plus vive confiance
    dans votre puissante intercession
    tant de fois manifestée au moyen de votre Médaille,
    nous vous supplions humblement
    de bien vouloir nous obtenir les grâces

    (demander une grâce personnelle)

    Ô Vierge de la Médaille Miraculeuse
    qui êtes apparue à sainte Catherine Labouré
    dans l’attitude de médiatrice du monde entier
    et de chaque âme en particulier,
    nous remettons entre vos mains
    et nous confions à votre Cœur nos supplications.

    Daignez les présenter à votre Divin Fils
    et les exaucer si elles sont conformes
    à la Volonté Divine et utiles à nos âmes.

    Et, après avoir élevé vers Dieu vos mains suppliantes, abaissez-les sur nous et enveloppez-nous
    des rayons de vos grâces, en éclairant nos esprits,
    en purifiant nos cœurs, afin que, sous votre conduite,
    nous arrivions un jour à la bienheureuse éternité.   
    Amen.

    Merci de partager cette neuvaine à Notre-Dame de la Médaille Miraculeuse largement autour de vous pour que nous soyons des dizaines de milliers à le prier ensemble ce grand saint aimé de TOUS !

    Cette neuvaine à Notre Dame de la Médaille Miraculeuse vous sera envoyée gracieusement par email du 18 au 26 novembre 2020 par l’Association Marie de Nazareth, 226 rue Lecourbe - 75015 Paris - contactmariedenazarethcom.

    Pour être sûr de recevoir les emails de la neuvaine, merci d'ajouter lettremariedenazarethorg à vos contacts.

  • Cette "menace vient de la dictature universelle d’idéologies apparemment humanistes" (Benoît XVI)

    IMPRIMER

    D'Antonio Socci sur Libero traduit sur le site "Benoît et moi" :

    Les mots dramatiques de Benoît XVI:

    « la menace vient de la dictature universelle d’idéologies apparemment humanistes… avoir peur de cette puissance spirituelle de l’Antéchrist n’est que trop naturel ».

    15 novembre 2020

    En mai, une polémique a suivi l’anticipation de certaines déclarations faites par Benoît XVI à Peter Seewald et publiées dans sa biographie sur le point de sortir en Allemagne. Cet ouvrage est maintenant traduit en Italie sous le titre « Benedetto XVI, una vita« , on a donc la possibilité de mieux comprendre les paroles du pape.

    La question cruciale de Seewald à Ratzinger est la suivante: « Une phrase de votre première homélie en tant que pontife est restée particulièrement gravée dans la mémoire: ‘Priez pour moi, afin que je ne fuie pas, par peur, devant les loups‘. Avez-vous prévu ce qui vous attendait?« .
    Le pape répond qu’il n’y a pas d’allusion aux problèmes du Vatican (comme les Vatileaks), comme beaucoup l’ont pensé.

    « La véritable menace pour l’Église, et donc pour le service pétrinien -explique Benoît XVI -, ne vient pas de ce genre d’épisode : elle vient plutôt de la dictature universelle d’idéologies apparemment humanistes, les contredire conduit à l’exclusion du consensus de base de la société. Il y a cent ans, n’importe qui aurait trouvé absurde de parler de mariage homosexuel. Aujourd’hui, ceux qui s’y opposent sont socialement excommuniés. Il en va de même pour l’avortement et la production d’êtres humains en laboratoire. La société moderne entend formuler un credo anti-chrétien: ceux qui s’y opposent sont punis par l’excommunication sociale. Avoir peur de cette puissance spirituelle de l’Antéchrist n’est que trop naturel et il est vraiment nécessaire que les prières de diocèses entiers et de l’Eglise mondiale viennent à la rescousse pour y résister ».

    Les médias ont simplifié tout cela de manière superficielle, déclenchant la polémique sur ces exemples. Mais ce n’est pas le centre du raisonnement de Benoît XVI, qui a un tout autre souffle. Il parle de la « menace » représentée « par la dictature universelle d’idéologies apparemment humanistes ».
    C’est cela qui est important. Qu’un homme de grande culture, de spiritualité profonde et d’autorité reconnue, parle de la « menace » d’une « dictature universelle » ne peut laisser indifférent.

    On peut objecter, mais ce thème a aussi émergé dans le débat public. Même les intellectuels laïcs se sont montrés préoccupés par l’imposition évidente d’une « pensée unique » et même « MicroMega » [ndt: revue de culture, politique, science et philosophie dirigée par Paolo Flores d’Arcais, avec qui le cardinal Ratzinger avait accepté de débattre en 2000, donnant naissance à un essai intitulé « Est-ce que Dieu existe? »]  a pointé l’index contre « la nouvelle saison d’excès que connaît l’idéologie du politiquement correct et qui a conduit à la redécouverte ‘progressive’ de la censure ».

    Lire la suite

  • Le carnet eucharistique d'une mère (Bessières) (feuillet pour le temps du confinement)

    IMPRIMER

    2020_11_16_09_21_39_Greenshot.png