Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

International - Page 2

  • La rencontre du pape avec des victimes de l'est du Congo

    IMPRIMER

    De Delphine Allaire sur Vatican News :

    RDC, le Pape aux victimes de l'Est: la paix naît des cœurs libérés de la rancœur

    Le point culminant du 40e voyage apostolique en RDC a eu lieu ce mercredi après-midi 1er février à la nonciature apostolique de Kinshasa. Le Pape François a écouté quatre récits crus et déchirants de victimes d’exactions physiques et mentales dans la guerre qui ravage l’Est de la RDC. Dans un discours dense, l’évêque de Rome s’est uni aux douleurs du peuple éprouvé, s’adressant fermement aux «entités» à l’œuvre dans cette guerre. «Cela suffit», a tancé François.

    Le Souverain pontife a pris la parole après l’écoute des quatre victimes venues de différentes provinces de l’Est. Ces quatre représentants ont chacun apposé un geste fort de réconciliation, déposant au pied de la Croix les objets de leurs tortionnaires. Et c’est le sentiment du choc qu’a éprouvé en premier le Saint-Père. «Il n’y a pas de mots; il faut seulement pleurer en silence», a-t-il relevé, énumérant les noms des localités d’origines des victimes. «Bunia, Beni-Butembo, Goma, Masisi, Rutshuru, Bukavu, Uvira, des lieux que les médias internationaux ne mentionnent presque jamais.» Le Pape l’assène très clairement: «Il n’y aura pas de paix en RDC tant qu’elle ne sera pas obtenue dans la partie orientale du pays». À ces Congolais de l’Est, le Pape a souhaité insister: «Je suis proche de vous. Vos larmes sont mes larmes, votre souffrance est ma souffrance».

    “Il n’y aura pas de paix en RDC tant qu’elle ne sera pas obtenue dans la partie orientale du pays.”

    Pardon pour la violence de l’homme sur l’homme

    «À chaque famille en deuil ou déplacée en raison des villages brûlés et d’autres crimes de guerre, aux survivants des violences sexuelles, à chaque enfant et adulte blessé, je dis: je suis avec vous, je veux vous apporter la caresse de Dieu. Son regard tendre et compatissant se pose sur vous», a-t-il poursuivi, leur assurant ces paroles d’Isaïe «Tu as du prix à mes yeux, tu as de la valeur et je t’aime». (Is 43, 4).

    LIRE AUSSI : Les victimes des violences à l’Est de la RDC portent leurs souffrances au Pape

    Le Pape François a condamné les violences armées, les massacres, les viols, la destruction et l’occupation des villages, le pillage des champs et du bétail qui continuent d’être perpétrés, tout comme «l’exploitation, sanglante et illégale, de la richesse du pays», ainsi que les tentatives de partition dans le but de pouvoir le gérer. Inclinant la tête, la douleur dans le cœur, le Saint-Père a demandé pardon pour la violence de l’homme sur l’homme.

    «Père, aie pitié de nous. Console les victimes et ceux qui souffrent. Convertis les cœurs de ceux qui commettent de cruelles atrocités qui jettent la honte sur l’humanité tout entière! Ouvre les yeux de ceux qui les ferment ou qui se détournent devant ces abominations», a-t-il supplié. Le Pape a qualifié cette guerre de «déchainée par une insatiable avidité de matières premières et d’argent», alimentant «une économie armée laquelle exige instabilité et corruption». «Quel scandale et quelle hypocrisie: les personnes sont violées et tuées alors que les affaires qui provoquent violences et morts continuent à prospérer!», s’est-il indigné.

    «Cela suffit de s’enrichir avec de l’argent entaché de sang!»

    L’évêque de Rome a alors adressé un vibrant appel à toutes les personnes, entités internes et externes qui tirent les ficelles de la guerre en RDC, «en la pillant, en la flagellant et en la déstabilisant».«Vous vous enrichissez par l’exploitation illégale des biens de ce pays et le sacrifice cruel de victimes innocentes. Entendez le cri de leur sang: faites taire les armes, mettez fin à la guerre. Cela suffit! Cela suffit de s’enrichir sur le dos des plus faibles, cela suffit de s’enrichir avec des ressources et de l’argent entachés de sang!»

    Lire la suite

  • Être chrétien dans le monde : le refuge et le risque

    IMPRIMER

    Article de Pierre Manent lu  dans la revue mensuelle « La Nef » :

    Wurzburg-Baviere-Eglise-et-mairie-©Pixabay-620x330.jpg

    La situation actuelle rend le pari bénédictin désirable et plausible, mais il n’est pas sans risque de glissement vers le communautarisme. Et un chrétien ne peut fuir ses responsabilités d’ordre temporel, et notamment politiques.

    La situation présente de l’Église catholique dans notre pays me semble déterminée par les trois paramètres suivants : d’abord la diminution rapide de la présence sociale du catholicisme depuis les années 60, diminution quantitative qui approche d’un seuil où la disparition du fait catholique devient envisageable ; ensuite, l’irruption d’un facteur historiquement inédit, l’islam, qui occupe une place croissante, visiblement croissante, dans la société française ; enfin, l’intronisation de l’idéologie des droits de l’homme comme principe exclusif de la légitimité politique, sociale et morale, installant chaque « moi » dans une immanence sûre de son droit.

    De quelque côté que se tourne le catholique français, il voit gonfler une menace qui peut lui sembler insurmontable, venant simultanément de l’intérieur, de l’extérieur et de lui-même ! La tentation est grande de répondre à cette triple offensive par le recours à la stratégie éternelle du parti le plus faible : la défensive, le refuge dans une place forte. De fait, nous avons encore des ressources suffisantes pour construire une forteresse catholique de bonne apparence : à l’abri derrière ses remparts, nous ne serions plus démoralisés par l’indifférence ou l’hostilité de la société globale, les musulmans nous redeviendraient extérieurs et étrangers comme ils l’étaient encore il y a quarante ans, et en « serrant les boulons » d’une vie chrétienne délivrée des équivoques et des timidités, en formant entre nous cette « société chrétienne » que la France n’est plus, nous serions en mesure de réorienter nos vies en direction du Transcendant.

    Nécessité des appuis sociaux

    Ce dernier argument est à prendre au sérieux. En effet, aussi surnaturelle qu’elle soit dans sa source et ses ressorts intimes, la vie chrétienne dépend inévitablement d’appuis sociaux mis à notre disposition par l’organisation collective dont nous sommes membres : des lieux de culte, des moyens financiers, des administrateurs compétents, des pasteurs respectés, et en général tout ce qui contribue à l’autorité sociale de l’institution religieuse. C’est seulement lorsqu’ils sont soumis à une persécution systématique – une situation, on le sait, qui n’exclut pas une grande fécondité spirituelle – que les chrétiens sont entièrement privés de tels appuis. C’est d’ailleurs la nécessité de trouver de tels appuis qui jadis a conduit l’Église à réclamer l’aide du pouvoir politique, aide qu’elle a obtenue au prix souvent d’un obscurcissement de sa vocation propre qui a fait à son crédit une blessure incurable. Personne aujourd’hui ne réclame ni ne propose un tel appui politique. Il est inenvisageable. C’est pourquoi le dépérissement de la vitalité sociale de l’Église, cette vitalité sociale qui lui avait permis durant la première partie du siècle dernier de s’adapter avec quelque succès à son exclusion de la sphère politique, est un tel motif d’inquiétude ou d’angoisse pour les catholiques aujourd’hui, une inquiétude ou une angoisse qui rend l’« option bénédictine » désirable et plausible.

    Pourtant, si celle-ci aurait pour effet – c’est son propos – de concentrer les forces des catholiques et de leur redonner un sentiment de force, ce regain serait, je crois, de courte durée. Cette option me paraît présenter trois inconvénients.

    1.Tout regroupement défensif comporte un risque de fermeture sectaire, avec l’affaiblissement inévitable de l’exigence intellectuelle et même morale puisque nous serions désormais « entre nous ». Dès lors que nous renonçons à convaincre, persuader ou seulement intéresser ceux qui sont « dehors », un grand ressort de perfectionnement est perdu. En outre, nous prétendrions moissonner avant que ne soit parvenu à maturité ce renouveau de la vie intellectuelle catholique qui constitue l’aspect le plus encourageant de la situation présente du catholicisme.

    2.Étant entendu que nous avons besoin d’appuis collectifs ou sociaux, il ne faut pas exagérer leur contribution à la vie chrétienne. Quelle que soit la situation politique et sociale, mener une vie vraiment chrétienne reste la chose du monde la plus difficile et la plus improbable, elle reste ce fragile miracle qui éclaire et renouvelle incessamment la vie du monde. Si les catholiques ou en général les chrétiens sont sincères, ils admettent que de notre peu de foi, d’espérance et de charité, il n’y a pas d’autre responsable que notre peu de foi, d’espérance et de charité. Le seuil de la vie chrétienne n’est donc pas l’accusation du « monde » ou de la « société » mais la pénitence, « la conversion qui mène à la vie » (Actes, 11, 18).

    3. Il n’y a pas de remède, et il n’en faut point chercher, à la situation exposée du chrétien. Elle entraîne une double obligation, de fidélité à l’Église et de mission à l’égard du prochain, mission aussi urgente et périlleuse aujourd’hui qu’au temps des apôtres. Ne convoitons pas, craignons plutôt l’impression de force recouvrée que susciterait aisément un « rassemblement » catholique. L’autorité de Paul nous l’assure, nous sommes toujours assez nombreux pour que la force de Dieu se donne à voir dans notre faiblesse.

    Du reste, notre responsabilité de chrétiens n’est pas moins politique ou civique que proprement religieuse. Cette Europe qui nous tourne le dos, ne lui tournons pas le dos à notre tour. Si nous voulons donner un sens généreux à ce qui autrement risque de rester un slogan, les « racines chrétiennes de l’Europe », nous devons nous tenir pour responsables de ce qui se passe en Europe, co-responsables avec les autres citoyens préoccupés du sort commun, mais aussi spécialement responsables en tant que chrétiens qui revendiquent la part à nulle autre pareille – bien et mal mêlés – que leur religion a prise dans l’approfondissement de l’âme européenne.

    L’obligation civique des chrétiens

    C’est ici que surgit le nœud où se nouent le rapport de l’Église à elle-même, à sa vie propre, et son rapport à l’Europe. Les chrétiens ne sauraient se consacrer exclusivement à l’approfondissement de leur vie sacramentelle, aussi primordiale soit-elle. En tant que citoyens et en tant que chrétiens ils ne peuvent abandonner l’Europe à son sort. Ils ont une obligation inséparablement civique et chrétienne de préserver ce que, faute d’une meilleure expression, j’appelle la « marque chrétienne » de l’Europe. Or, l’infléchissement imposé par le présent pontificat a redoublé la difficulté de cette tâche. D’une part, ad intra, on obscurcit ou on « floute » la règle sacramentelle, on efface ces seuils qui donnent son sens et son relief à la vie intérieure de l’Église ; d’autre part, ad extra, on égalise les religions, on manifeste son indifférence à leur contenu dogmatique et moral, on se montre supérieurement indifférent à la composition religieuse de la population européenne. Ainsi les articulations politiques et religieuses du monde présent sont-elles ignorées ou brutalisées. Cette humanité politiquement et religieusement informe est le sujet et le véhicule d’une religion sans autre contenu qu’affectif ou sentimental. Dans une telle involution, l’affadissement de l’exigence religieuse ne fait qu’un avec l’obscurcissement du regard politique. On le voit, l’urgence pour les citoyens chrétiens de l’Europe n’est pas moins civique que religieuse. Il s’agit pour eux de préserver ou ranimer la marque chrétienne des nations européennes, et inséparablement de préserver ou ranimer la légitimité politique de celles-ci. Au lieu de chercher refuge dans une « petite société chrétienne », accepter d’être citoyen et chrétien dans la grande société, inhospitalière comme elle l’a toujours été.

    Pierre Manent

    © LA NEF n°303 Mai 2018, mis en ligne le 31 janvier 2023

  • Un million de personnes sur l'aéroport de Kinshasa pour assister à la messe du pape

    IMPRIMER

    Lu sur NewsTimes.com :

    Un million de personnes assistent à la messe du pape au Congo en ce jour de pardon.

    1er février 2023

    On estime qu'un million de Congolais joyeux ont afflué dans le principal aéroport de la capitale mercredi pour la première grande messe du pape François en Afrique, lors d'une journée consacrée à son appel à la paix et au pardon dans un pays ravagé par des décennies de violence.

    De nombreux fidèles congolais ont passé la nuit sur les vastes terrains de l'aéroport Ndolo de Kinshasa et ont passé les heures précédant l'arrivée de François à chanter, danser et se mettre en condition pour la première visite papale dans ce pays à majorité chrétienne depuis le dernier voyage de Jean-Paul II en 1985.

    Ils ont applaudi à tout rompre lorsque François a entamé une boucle prolongée autour des aérodromes dans sa papamobile ouverte, certains d'entre eux courant à côté ou agitant des drapeaux. Beaucoup de femmes portaient des robes et des jupes en pagne, un tissu imprimé à la cire représentant des images de François ou d'autres symboles religieux.

    "Aujourd'hui, je comprends l'enthousiasme de ma grand-mère lorsque le pape Jean-Paul II est venu", a déclaré Julie Mbuyi, une mère de deux enfants âgée de 45 ans qui portait une tenue sur le thème de François. "Elle était tellement excitée de le voir et la nuit précédente, elle ne pouvait pas fermer les yeux !".

    La messe du matin est le premier grand événement de François au Congo après son arrivée mardi et, dans son discours d'ouverture aux autorités gouvernementales, il a condamné le pillage séculaire des richesses minérales et naturelles de l'Afrique par des puissances étrangères.

    Plus tard dans la journée, François doit rencontrer des victimes des combats dans l'est du Congo, où les groupes rebelles ont intensifié leurs attaques au cours de l'année écoulée afin d'étendre leur territoire.

    François avait initialement prévu de se rendre à Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu, mais il a dû annuler sa visite en raison des combats qui ont forcé quelque 5,7 millions de personnes à fuir leur foyer, exacerbant ainsi la crise humanitaire au Congo, où quelque 26,4 millions de personnes souffraient déjà de la faim, selon le Programme alimentaire mondial.

  • Pourquoi le pape a dû renoncer à se rendre dans l'est du Congo

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    AFRIQUE/R.D. CONGO - "Dans l'est du Congo, la situation est insupportable", déclare le père Luis Arcos, expliquant pourquoi le Pape a renoncé à s'y rendre

    31 janvier 2023

    Goma (Agence Fides) - " Pourquoi le Pape ne va-t-il pas dans l'est du pays? Parce que c'est une situation insupportable. Il y a un risque qu'on lance une bombe et qu'on tue des innocents", explique le père Luis Arcos, un père blanc de nationalité espagnole, missionnaire dans l'est de la République démocratique du Congo depuis 52 ans. Dans le programme du voyage que le Pape François aurait dû effectuer en RDC et au Soudan du Sud en juillet 2022 et qui a été reporté par la suite, une visite à Goma était prévue contrairement au voyage en cours qui débute aujourd'hui, 31 janvier et ou l'étape dans la capitale du Nord-Kivu n'est pas au rendez-vous.

    "En fait, explique le père Luis, lorsque les préparatifs de sa visite ont commencé, il y avait déjà de nombreux problèmes et plusieurs victimes causés par les plus de 100 groupes armés différents dans la province. Et l'insécurité engendre la pauvreté pour beaucoup", souligne le Père Luis, qui résume la situation par cette image: "On ne pouvait pas quitter sa propre maison après six heures du soir ; mes frères congolais ne peuvent pas aller rendre visite à leurs parents qui se trouvent à 50 kilomètres de Goma."

    Il faut garder à l'esprit que Goma est une ville surpeuplée en raison des personnes qui y ont déménagé des villages du Nord-Kivu à la recherche d'un minimum de sécurité. "Goma a vu sa population passer de 300 000 à 1,5 million d'habitants en 30 ans", rapporte le missionnaire. "Ils viennent de l'intérieur du Nord-Kivu à Goma parce que c'est plus sécurisé, mais il y a aussi des meurtres dans les environs. L'ambassadeur italien Luca Attanasio a été tué à 20 km de là où je me trouvais", dit le père Luis. "Et à Goma, les déplacés trouvent aussi le volcan Nyiragongo, qui reste actif, et qui a balayé 3 000 maisons, il y a deux ans."

    Comme tous les missionnaires qui travaillent dans l'est de la RDC, le père Luis souligne qu'au cœur du drame de ces terres se trouve la lutte pour le contrôle et l'exploitation des immenses richesses minérales de ces régions. En se référant aux ADF (Allied Democratic Forces), le groupe armé d'origine ougandaise également connu sous le nom d'État islamique - Province d'Afrique centrale (ISCAP, voir Fides 16/1/2023)). "On parle de l'islamisme depuis quelques années, mais on n'en parlait pas avant. Le problème est plus politique et économique que religieux, car la République démocratique du Congo possède du coltan, un minerai très important pour le développement des pays les plus avancés. Il s'agit d'une énorme richesse minérale, mais qui en profite ?"

    Le père Luis a été dans quatre diocèses congolais différents au cours de ses 52 années de mission en RDC, et a été témoin de la profonde transformation de l'Église congolaise. "Tous les évêques sont maintenant congolais, il n'y a pas de blancs. Il y a également de moins en moins de missionnaires en Afrique d'origine européenne. Il y a de plus en plus de missionnaires africains pour continuer la vie missionnaire." De la visite du Pape François, le missionnaire attend "une parole d'espoir, et de courage, car venir au Congo dans cette situation a été un geste de courage." (LM) (Agence Fides 31/1/2023)

     
  • Le pape à Kinshasa : "Retirez vos mains de la République Démocratique du Congo, retirez vos mains de l'Afrique ! Cessez d’étouffer l’Afrique"

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Une chaleur de 33°c, des sons de tambours, des applaudissements et des cris de joie des religieuses ont entouré l'arrivée du Pape François en République démocratique du Congo. L'Airbus A350 d'Ita Airways, qui a décollé ce matin de Rome-Fiumicino, a atterri à l'aéroport de N'djili-Kinshasa peu avant l'heure prévue de 15 heures. François est descendu de l'avion dans un ascenseur et a été accompagné sur le tarmac de cérémonie dans un fauteuil roulant. Ici, alors qu'un vent sec offre un minimum de rafraîchissement dans la chaleur torride, la Garde d'honneur et deux enfants en tenue traditionnelle viennent avec des bouquets de fleurs à la main. Le Pape a ensuite salué le Premier ministre congolais Jean-Michel Sama et s’est dirigé vers le salon d'honneur de l’aéroport, où a eu lieu la présentation des délégations pour un bref entretien.

    «Bienvenue Saint-Père»

    Pendant ce temps, des groupes folkloriques, comme le G. Folk Muyene Aile Kin Basakatar, saluent l'arrivée du Souverain Pontife en exécutant une danse tribale, au rythme des tambours, avec des jupes en paille et des colliers en bois. Ils ont répété la danse des heures auparavant derrière quelques structures à l'entrée du grand aéroport.

    De l'autre côté du trottoir, un groupe d'enfants en uniformes scolaires noirs et blancs se pressait, qui avait déjà déployé une heure plus tôt une banderole sur laquelle était inscrit en grosses lettres "Bienvenue" au Souverain pontife. D'autres groupes ont également rejoint la rue principale pour saluer le Pape François, brandissant des drapeaux blancs et jaunes du Vatican ou bleus et rouges du Congo. Pendant ce temps, des bénévoles distribuent des bouteilles d'eau dans des sacs.

    Kinshasa telle qu'elle est 

    Au centre de la grande banlieue qu'est Kinshasa, la vie s'écoule entre-temps normalement; à l'exception des zones bouclées, le trafic caractéristique des motos et des minibus n'est pas arrêté, ni les scènes d'extrême pauvreté dans les maisons et les magasins, ni le va-et-vient continu des personnes, surtout des jeunes, à la recherche de quoi passer la journée. Kinshasa se présente telle qu'elle est au Pape, sans maquillage ni retouche, avec ses bâtiments en ruine et ses rues non pavées, avec les tôles qui tentent de contenir des clôtures effondrées par la boue, avec son odeur douceâtre dégagée par la fumée des étals qui grillent le maïs et les bananes, et dans la pollution atmosphérique. Elle se présente aussi dans sa beauté, donnée par un peuple qui ne renonce pas à un avenir d'espérance et de développement, un avenir surtout de paix qui puisse guérir les blessures qui se creusent depuis des décennies.

    S’adressant aux journalistes durant le vol en direction de la République démocratique du Congo, François a adressé une pensée aux nombreuses personnes qui ont perdu la vie et à ...

    Si tout Kinshasa, plus grande agglomération francophone au monde, et la République démocratique du Congo, attendent le Saint-Père, c'est aussi le cas plus largement des fidèles d'Afrique centrale.

    VOYAGE APOSTOLIQUE DU PAPE FRANÇOIS en RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO et au SOUDAN DU SUD

    (Pèlerinage Œcuménique de Paix au Soudan du Sud) [31 janvier - 5 février 2023]

    RENCONTRE AVEC LES AUTORITÉS, LES REPRÉSENTANTS DE LA SOCIÉTÉ CIVILE ET LE CORPS DIPLOMATIQUE

    DISCOURS DU SAINT-PÈRE

    Jardin du Palais de la Nation (Kinshasa) - Mardi 31 janvier 2023

    Monsieur le Président de la République,

    Membres illustres du Gouvernement et du Corps diplomatique,
    distinguées Autorités, religieuses et civiles,
    éminents Représentants de la société civile et du monde de la culture,
    Mesdames et Messieurs !

    Je vous salue cordialement et je remercie Monsieur le Président pour les paroles qu’il m’a adressées. Je suis heureux d’être ici, sur cette terre si belle, si vaste, si luxuriante, qui embrasse, au nord, la forêt équatoriale ; au centre et vers le sud, les hauts plateaux et les savanes arborées ; à l’est, les collines, les montagnes, les volcans et les lacs ; à l’ouest les grandes étendues d’eaux, avec le fleuve Congo qui rejoint l’océan. Dans votre pays, qui est comme un continent dans le grand continent africain, on a l’impression que la terre entière respire. Mais, si la géographie de ce poumon vert est riche et variée, l’histoire n’a pas été aussi généreuse. Tourmentée par la guerre, la République Démocratique du Congo continue de subir à l’intérieur de ses frontières des conflits et des migrations forcées, et à souffrir de terribles formes d’exploitation, indignes de l’homme et de la création. Ce pays immense et plein de vie, ce diaphragme de l’Afrique, frappé par la violence comme par un coup de poing dans l’estomac, semble depuis longtemps avoir perdu son souffle. Monsieur le Président, vous avez mentionné ce génocide oublié dont souffre la République du Congo.

    Lire la suite

  • Les quatre défis du voyage du pape François en Afrique

    IMPRIMER

    (Jean-Marie Guénois, Le Figaro) ANALYSE :

     Le déplacement du Saint-Père sur le continent africain revêt une importance particulière. -- Le pape François entame ce mardi un périple africain qui doit d’abord le conduire en République démocratique du Congo, jusqu’à vendredi, puis au Soudan du Sud. Il doit rentrer à Rome dimanche soir. Ce voyage aurait dû avoir lieu en juillet 2022, mais il avait été annulé à la dernière minute suite, officiellement, aux problèmes de genou de François, mais les questions de sécurité avaient pesé. À 86 ans, toujours handicapé, François n’a donc pas voulu trahir sa promesse de venir au Soudan du Sud, notamment, pays pour lequel il s’est personnellement impliqué pour la paix. Un accord fut signé à Rome en 2020, mais peu respecté depuis. Ce dossier lui tient à cœur - et à celui de la communauté Sant Egidio qui agit en coulisses - au point que François, lors d’une réunion préparatoire à Rome, le 19 avril 2019, s’était prosterné devant le président Salva Kiir et le chef des rebelles, Riek Machar, du Soudan du Sud pour leur… embrasser les pieds. Un geste totalement inédit pour un pape, hors liturgie. François aime les actes marquants. Il en faudra pour répondre aux quatre défis de son quarantième voyage international.

    Premier défi: honorer le continent africain. François le visite pour la cinquième fois depuis son élection, il y a presque dix ans, le 13 mars 2013, mais l’Afrique n’a pas vraiment été sa priorité. Ses nominations romaines le démontrent: il n’a plus aucun cardinal africain à la tête des dicastères. Il en a remercié deux, les cardinaux Robert Sarah et Peter Turkson, sans les remplacer de ce point de vue. Ce que les Africains n’apprécient pas compte tenu de ce qu’ils représentent dans l’Église. Quant à ses voyages, l’Afrique est le continent que François aura le moins visité, alors qu’il est allé six fois, par exemple, en Asie centrale et Asie, sa priorité géo-ecclésiale, avec la Chine en ligne de mire.

    Deuxième défi: l’affermissement des catholiques pour contenir la montée des évangéliques. Si la République démocratique du Congo est encore le premier pays catholique francophone du monde, en termes de fidèles, la situation s’altère. Avec 52 millions de catholiques sur plus de 105 millions d’habitants, cette religion vient de passer sous la barre des 50 % de la population parce que la montée des protestants évangéliques est plus rapide que la progression des catholiques. 22 % des Congolais sont protestants, un sur cinq est évangélique. Comme partout, ces derniers font preuve d’un grand dynamisme. L’Église est puissante mais elle ne peut se reposer sur ses lauriers. Elle peut compter sur 77.000 «catéchistes», qui sont très importants en Afrique, ce sont eux les véritables vecteurs des communautés, et 6 162 prêtres, deux fois moins qu’en France pour des besoins bien supérieurs. Elle gère aussi 40 % des établissements de santé et 30 % des écoles publiques.(*)

    Un pontificat très bousculé ces derniers temps

    Troisième défi: le soutien de l’Église dans son rôle de stabilisateur politique. La réalité de la République démocratique du Congo (RDC) et celle du Soudan du Sud, où les catholiques sont majoritaires à 52,4 %, ne sont pas comparables, mais l’implication de l’Église dans la vie sociale et politique a des similitudes, applicables à d’autres pays du continent. En RDC l’Église jouit d’une autorité hors norme, parce qu’elle a toujours été l’une des figures de résistance aux régimes autoritaires depuis les années 1960. Seulement indépendant depuis 2011, le Soudan du Sud semble n’avoir connu que la guerre, l’instabilité, les morts par millions, agité qu’il est à présent par plusieurs ethnies rivales, les Dinka, les Nuer et aujourd’hui les Murle. Avec un sous-sol… d’une richesse extrême! Les accords de paix (Addis Abeba en 2018, Rome en 2020) soutenus par l’Église semblent caducs. Les élections, prévues en 2023, ont été reportées à 2025. Mais l’Église veut concourir au dialogue entre ennemis, envers et contre tout.

    Quatrième défi: la confirmation du leadership du pape François. La mort de Benoît XVI, la grogne de certains cardinaux, le scandale du jésuite Rupnik (où François nie toute responsabilité), la santé du pape, nourrissent un climat romain délétère. Sur la défensive, François vient de se justifier point par point dans une longue interview accordée à l’agence Associated Press, le 24 janvier. La chaleur des catholiques africains ne sera pas de trop pour redonner de l’élan à un pontificat très bousculé ces derniers temps.

    (Le Figaro) »

    (*) S’agissant des confessions religieuses, traitées au "deuxième défi": à défaut de recensions  rigoureuses postérieures au régime colonial (1960) la fiabilité des chiffres avancés de l’une à l’autre source varie considérablement: la remarque vaut tout spécialement pour les sectes protestantes volatiles du type « églises du réveil » et autres (NdBelgicatho).

  • Le voyage du pape François en Afrique peut-il faire la différence ?

    IMPRIMER

    De Filipe d'Avillez sur The Pillar :

    Le voyage du pape François en Afrique peut-il faire la différence ?

    Les catholiques locaux attendent beaucoup de la visite du pape François en RDC et au Sud-Soudan. Mais une visite papale en Afrique peut-elle vraiment apporter la paix ?

    30 janvier 2023

    Le logo du voyage du pape François en République démocratique du Congo. Crédit : Vatican.va

    Le pape François entame ce mardi un voyage en République démocratique du Congo et au Soudan du Sud.

    La visite devait avoir lieu en juillet 2022, mais a été reportée en raison des problèmes de santé du pape de 86 ans.

    Les catholiques locaux fondent de grands espoirs sur ce voyage. Mais dans quelle mesure les attentes concernant ce voyage sont-elles raisonnables ? Les catholiques locaux peuvent-ils espérer plus que quelques mots de consolation et des appels à la paix, ou les plaidoyers du pape seront-ils ignorés par les dirigeants politiques et militaires ?

    De l'allié de l'État à la critique

    Les arguments en faveur du pessimisme sont faciles à faire valoir. La République démocratique du Congo (RDC) est en proie à la corruption, à la mauvaise gestion et à des conflits apparemment sans fin depuis des décennies. Deux visites du Pape Jean-Paul II n'ont rien fait ou presque pour enrayer cette spirale infernale.

    Mais le père Godefroid Mombula, un missionnaire et universitaire congolais basé à Kinshasa, a noté qu'il y avait des différences importantes cette fois-ci.

    "À l'époque, le pays était une dictature totalitaire, dirigée par le président Mobutu", a-t-il déclaré au Pillar, en référence au dirigeant autoritaire qui a dirigé la nation de 1965 à 1997.

    "La situation a changé depuis, nous avons un système multipartite. Aujourd'hui, le principal risque est la balkanisation et la guerre à l'est. Je comprends le pessimisme ; le développement n'a pas encore décollé. Néanmoins, les petits changements sont perceptibles."

    L'existence d'un système multipartite témoigne de l'influence considérable de l'Église dans le pays - la transition gouvernementale après une dictature a été supervisée par feu le cardinal Laurent Monsegwo. Et dans le chaos des années qui ont suivi, l'Église catholique, qui revendique l'allégeance d'un peu plus de la moitié des 70 millions d'habitants du pays, a été la seule institution à voir sa crédibilité rester intacte, voire s'accroître.

    "L'Église catholique a toujours été un acteur clé, dès l'époque coloniale, lorsque le Congo était la propriété du roi Léopold II", explique le père Mombula. "Le roi ne pouvait pas compter sur l'administration belge pour gérer le pays, il a donc confié l'administration quotidienne à différentes congrégations catholiques. Cela a donné à l'Église un poids politique qu'elle n'a pas dans beaucoup d'autres pays."

    Lire la suite

  • Tolérance zéro pour l'homosexualité : le Soudan du Sud a déjà exprimé son refus au pape

    IMPRIMER

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso (traduction de Diakonos.be) :

    Tolérance zéro pour l’homosexualité. Le Soudan du Sud a déjà dit son non au Pape

    L’interview qu’il a accordée le 24 janvier à Associated Press va causer bien des soucis au Pape François quand il atterrira ce 3 février à Djouba, au Soudan du Sud, la seconde étape, après le Congo, de son prochain voyage en Afrique.

    Dans cette interview, le Pape a purement et simplement déclaré que « l’homosexualité n’est pas un crime » et qu’il est donc « injuste » que « plus de 50 pays » la condamnent et la punissent, parmi lesquels « dix ou douze, plus ou moins », carrément par la peine de mort.

    Et donc, a-t-il ajouté, les évêques de ces pays doivent réagir contre ces lois et la culture qui les produit.

    Ces paroles du Pape ont fait le tour du monde et sont parvenues jusqu’au Soudan du Sud où l’homosexualité constitue un délit punissable de jusqu’à 14 ans de prison. Et vendredi 27 janvier, lors d’une conférence de presse à l’issue d’une réunion de cabinet présidée par le président Salva Kiir, le ministre de l’information Michael Makuei Lueth a déclaré : « Si lui, le Pape, vient ici nous dire que le mariage entre personnes de même sexe, l’homosexualité est légale, nous dirons non ».

    « Dieu ne s’est pas trompé », a poursuivi le ministre. « Il a créé l’homme et la femme et leur a dit de se marier l’un à l’autre et de peupler la terre. Deux partenaires du même sexe peuvent-il faire naître quoi que ce soit ? Notre constitution est très claire et dit que le mariage est pour les personnes de sexes différents et que chaque mariage homosexuel est un crime, c’est un crime constitutionnel ».

    M. Makuei a cependant ajouté que « ce n’est pas pour cela que le Pape viendra au Soudan du Sud », parce que son objectif principal est de prêcher la paix. Et il le fera avec le primat de l’Église anglicane Justin Welby et le modérateur de l’Église presbytérienne d’Écosse Iain Greeshields : « un événement historique », parce que « ces trois personnes étaient à Rome quand nos chefs s’y sont rendus et à présent ils viennent de nouveau ici ensemble, et cela signifie que c’est quelque chose de spécial pour le Soudan du Sud ».

    Il faisait ainsi référence à la visite du président Salva Kiir et du vice-président Riek Lachar au Vatican en avril 2019, pour participer à une retraite spirituelle que le Pape avait conclue en s’inclinant pour leur baiser les pieds à tous deux (voir photo).

    Ces deux représentants, appartenant à des tribus rivales, étaient en guerre et la guerre s’était poursuivi les années suivantes, faisant 400.000 morts et deux millions de déplacés.

    Mais pour en revenir à la question de l’homosexualité, il faut préciser que l’Église anglicane elle-même est fortement divisée sur la question.

    Au Royaume-Uni et en Amérique du Nord, ceux qui veulent faire tomber tous les tabous et bénir à l’église les mariages entre personnes de même sexe dominent. Cependant, en Afrique, où vivent trois quart des anglicans du monde entier, l’opposition est très forte et empêche qu’une décision partagée soit prise.

    Le 18 janvier à Londres, un compromis a été proposé : une simple prière facultative pour les unions civiles entre personnes de même sexe.
    Comme on peut le constater aisément, la division actuelle dans l’Église anglicane est très semblable à celle de l’Église catholique sur la même question. Le Dicastère pour la doctrine de la foi a interdit les bénédictions des unions homosexuelles, mais en Allemagne, en Belgique et dans d’autres pays elle est justifiée et pratiquée de la même manière, et le Pape François laisse faire, et même, quand il a rencontré les évêques Belges fin novembre, il leur a fait comprendre qu’il leur donnait son approbation.

    Le 5 février, lors de la conférence de presse prévue dans l’avion de retour à Rome, le Pape François aura à ses côtés Welby et Greenshields. Et il y a fort à parier que les questions sur l’homosexualité ne manqueront pas.

  • Le dîner des cardinaux du "martyr blanc"

    IMPRIMER

    De George Weigel sur son site :

    Le dîner des cardinaux du martyr blanc*

    25 janvier 2023

    Le soir des funérailles du pape émérite Benoît XVI, le cardinal George Pell a organisé un dîner dans son appartement pour un groupe de personnes en deuil partageant les mêmes idées, et toutes les personnes présentes étaient ravies que l'héroïque cardinal Joseph Zen de Hong Kong, qui avait été autorisé à assister au requiem par la thugocratie de Hong Kong, ait accepté de se joindre à la fête. La société réunie au 1 Piazza della Città Leonina a ainsi pu s'émerveiller d'être en présence de deux "martyrs blancs"* contemporains : des hommes qui avaient beaucoup souffert pour la foi mais étaient restés intacts et pleins de la joie du Seigneur.

    La Providence a voulu que le cardinal Pell, en organisant ce dîner, "organise sa propre veillée irlandaise" (comme l'a fait remarquer l'une des personnes présentes après le décès inattendu de Pell cinq jours plus tard). C'était une description appropriée d'une soirée magique, dans laquelle l'humeur prédominante de profonde gratitude pour Benoît XVI a animé des heures de conversation robuste, pleine d'esprit et de rires. Et comme l'a fait remarquer le cardinal Pell après coup, "le cardinal Zen était vraiment la star ce soir, n'est-ce pas ?". En effet, il l'a été.

    À quatre-vingt-onze ans et souffrant de handicaps physiques accablants, le cardinal salésien né à Shanghai reste incroyablement énergique et a parlé avec enthousiasme de son travail dans la prison de Hong Kong où sont détenus le grand Jimmy Lai et d'autres prisonniers politiques. Les gardiens, semble-t-il, se comportent décemment avec Zen, lui permettent de rester aussi longtemps qu'il le souhaite et ne surveillent pas (ouvertement) ses conversations avec les prisonniers. Le cardinal a raconté avoir fait plusieurs convertis dans la prison et on lui a demandé ce qu'il utilisait comme matériel catéchétique. Les réponses ont été frappantes : la Bible et le Catéchisme de l'Église catholique, bien sûr, mais aussi Les Frères Karamazov de Dostoïevski.

    Mais le moment le plus remarquable de la soirée s'est produit lorsque, après que le cardinal Pell ait porté un toast émouvant à son frère cardinal, la conversation a porté sur les moments où le Seigneur semble être sourd aux appels de son peuple - des moments qui ne sont pas sans rappeler ce que vivent de nombreux catholiques aujourd'hui. Le cardinal Zen a rappelé au groupe les versets appropriés du psaume 44 ("Réveille-toi ! Pourquoi dors-tu, Seigneur ? / Réveille-toi ! Ne nous rejette pas pour toujours !") ; il s'est souvenu que ces versets faisaient partie de l'introït du dimanche de la Sexagésime dans l'ancien calendrier liturgique romain - puis il a commencé à chanter, de mémoire et dans un latin impeccable, l'intégralité de cet introït (que l'on peut entendre ici).

    Comme on pouvait s'y attendre, la conversation a fini par porter sur la politique actuelle du Vatican à l'égard de la Chine, dont le cardinal Zen a été un critique virulent et persistant. Le problème, a insisté le prélat de Hong Kong, est le caractère du régime de Pékin, qui vit dans un univers éthique différent, qui ment dans les négociations et dont on ne peut jamais compter sur le respect des accords conclus. C'est précisément ce qui avait fait de l'Ostpolitik du Vatican en Europe centrale et orientale dans les années 1970 un fiasco : les négociateurs du Vatican refusaient de reconnaître le "facteur régime" totalitaire et négociaient donc avec les gouvernements communistes comme s'ils étaient des autoritaires ordinaires plutôt que des ennemis mortels de la religion biblique.  

    La confirmation de l'analyse du cardinal Zen sur la perfidie intrinsèque du régime communiste chinois est intervenue pratiquement au même moment que ce dîner, lorsque l'éditeur britannique Allen Lane a publié The Hong Kong Diaries of Chris Patten, que le dernier gouverneur britannique de la colonie de la Couronne avait conservé depuis son arrivée en 1992 jusqu'au retrait britannique en 1997. Le principal mandarin de la politique chinoise du Foreign and Commonwealth Office de l'époque, Sir Percy Cradock, avait déclaré à Chris Patten que, si les dirigeants chinois "étaient peut-être des dictateurs voyous", ils étaient aussi "des hommes de parole qui respecteraient leurs promesses". Ce à quoi Chris Patten, soupçonnant fortement le contraire, a répondu : "J'espère que c'est vrai."

    Cet échange vif soulève une question : Le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d'État du Saint-Siège, s'inspire-t-il de feu Percy Cradock ? Si tel est le cas, le cardinal Parolin servirait mieux la cause de l'Église en Chine s'il prêtait attention à Chris Patten (lui-même catholique), beaucoup plus réaliste, qui notait dans son journal intime que "l'une des tactiques les plus surréalistes [des négociateurs chinois] consiste à refuser d'expliquer ce que signifie quelque chose à moins que nous n'offrions une concession de notre côté. En d'autres termes, l'ouverture, l'exactitude et la transparence sont elles-mêmes considérées comme des concessions chinoises."

    Cradock et d'autres diplomates britanniques de carrière partaient du principe que, comme le dit Chris Patten, "il faut aller dans le sens de Pékin plutôt que de risquer des disputes." Cette mollesse était déjà assez mauvaise pour le gouvernement de Sa Majesté au milieu des années 1990. Elle est honteuse pour le Vatican aujourd'hui. Et cela devrait soulever de sérieuses questions pour ceux qui imaginent le cardinal Parolin comme le successeur du pape François.

    * L’encyclopédie catholique définit comme « martyrs blancs » ceux qui sont maltraités dans leur vie quotidienne en raison de leur croyance dans le Christ.

  • Respectons et promouvons toujours la vie ! Ne rejetons pas la vie ! (pape François)

    IMPRIMER

    De Courtney Mares sur Catholic News Agency :

    Le pape François dénonce une culture qui "rejette" les enfants à naître, les personnes âgées et les pauvres.

    Pope Francis greets the crowd at his Sunday Angelus address on Jan. 29, 2023.

    Le pape François salue la foule lors de son discours de l'Angélus dominical le 29 janvier 2023. | Médias du Vatican

    29 janvier 2023

    Dans son discours de l'Angélus de dimanche, le pape François a décrié une culture qui "jette" les enfants à naître, les personnes âgées et les pauvres s'ils ne sont pas utiles.

    "La culture du jetable dit : 'Je vous utilise autant que j'ai besoin de vous. Quand tu ne m'intéresses plus, ou que tu me gênes, je te jette'. Ce sont surtout les plus faibles qui sont traités de cette manière - les enfants à naître, les personnes âgées, les nécessiteux et les défavorisés", a déclaré le pape François le 29 janvier.

    "Mais les gens ne doivent jamais être jetés. Les personnes défavorisées ne peuvent pas être jetées. Chaque personne est un don sacré et unique, quel que soit son âge ou sa condition. Respectons et promouvons toujours la vie ! Ne rejetons pas la vie".

    S'exprimant depuis la fenêtre du Palais apostolique, le pape a noté que la "culture du jetable" est prédominante dans les sociétés plus riches.

    "C'est un fait qu'environ un tiers de la production alimentaire totale est gaspillée dans le monde chaque année, alors que tant de personnes meurent de faim", a-t-il déclaré.

    "Les ressources de la nature ne peuvent être utilisées de la sorte. Les biens doivent être pris en charge et partagés de manière à ce que personne ne manque du nécessaire. Plutôt que de gaspiller ce que nous avons, diffusons une écologie de la justice et de la charité, du partage."

    Le pape François a souligné que l'appel de Jésus dans les béatitudes à être "pauvre en esprit" inclut le "désir qu'aucun don ne soit gaspillé." Il a ajouté que cela inclut de ne pas gaspiller "le don que nous sommes".

    "Chacun de nous est un bien, indépendamment des dons qu'il possède. Chaque femme, chaque homme, est riche non seulement de talents mais aussi de dignité. Il ou elle est aimé(e) de Dieu, a de la valeur, est précieux(se)", a-t-il déclaré.

    "Jésus nous rappelle que nous sommes bénis non pas pour ce que nous avons, mais pour ce que nous sommes".

    Une petite scène a été installée sur la place Saint-Pierre avant le discours de l'Angélus du pape, où des jeunes se sont rassemblés avec des ballons et des bannières en chantant des hymnes dans le cadre de la "Caravane de la paix" de l'Action catholique.

    A la fin de l'Angélus, un jeune garçon et une jeune fille en sweat-shirt bleu ont rejoint le Pape François à la fenêtre du Palais Apostolique et ont lu à haute voix une lettre partageant leur engagement pour la paix.

    Le pape François a remercié l'Action catholique pour cette initiative, ajoutant qu'elle est particulièrement importante cette année avec la guerre en Ukraine.

    "En pensant à l'Ukraine tourmentée, notre engagement et notre prière pour la paix doivent être encore plus forts", a-t-il déclaré.

    Le pape a également lancé un appel à la paix en Terre Sainte, exprimant sa tristesse pour la mort de 10 Palestiniens tués en Cisjordanie lors d'un raid militaire israélien et pour une fusillade à l'extérieur d'une synagogue à Jérusalem-Est au cours de laquelle un Palestinien a tué sept Israéliens.

    "La spirale de la mort qui augmente jour après jour ne fait rien d'autre que de fermer les quelques lueurs de confiance qui existent entre les deux peuples", a déclaré le pape François.

    "Depuis le début de l'année, des dizaines de Palestiniens ont été tués dans des échanges de tirs avec l'armée israélienne. J'appelle les deux gouvernements et la communauté internationale à trouver, immédiatement et sans délai, d'autres voies, qui incluent le dialogue et la recherche sincère de la paix. Frères et sœurs, prions pour cela !"

    Notant qu'il se rendra bientôt en Afrique, le pape François a demandé aux gens de prier pour son voyage apostolique en République démocratique du Congo et au Sud-Soudan du 31 janvier au 5 février.

    "Ces terres, situées au centre du grand continent africain, ont beaucoup souffert de longs conflits. La République démocratique du Congo, surtout dans l'est du pays, souffre d'affrontements armés et d'exploitation. Le Sud-Soudan, déchiré par des années de guerre, aspire à la fin de la violence constante qui oblige de nombreuses personnes à être déplacées et à vivre dans des conditions très difficiles", a-t-il déclaré.

    "Au Sud-Soudan, j'arriverai avec l'archevêque de Canterbury et le modérateur de l'Assemblée générale de l'Église d'Écosse. Ensemble, comme des frères, nous ferons un pèlerinage œcuménique de paix, pour implorer Dieu et les hommes de mettre fin aux hostilités et pour la réconciliation. Je demande à tous, s'il vous plaît, d'accompagner ce voyage de leurs prières."

    Courtney Mares est correspondante à Rome pour la Catholic News Agency. Diplômée de l'Université de Harvard, elle a effectué des reportages dans des bureaux de presse sur trois continents et a reçu la bourse Gardner pour son travail avec les réfugiés nord-coréens.

  • Dans quel pays la fréquentation de la messe est-elle la plus élevée ?

    IMPRIMER

    De Jonah McKeown sur Catholic News Agency :

    Où la fréquentation des messes est-elle la plus élevée ? Un pays est le leader incontesté
     
    29 janvier 2023

    Nigeria Catholics

    Un groupe d'écolières recevant les sacrements du baptême et de la confirmation à Onitsha, Anambra, Nigeria, le 30 mai 2022. | Shutterstock

    Une compilation de nouvelles données par le Center for Applied Research in the Apostolate (CARA) de l'Université de Georgetown fait la lumière sur les pays du monde qui ont le plus grand nombre de participants à la messe. 

    Les chercheurs du CARA ont utilisé les données du World Values Survey (WVS), une importante étude internationale sur les croyances religieuses menée depuis des décennies, pour examiner 36 pays à forte population catholique. Ils ont classé ces pays en fonction du pourcentage de catholiques déclarant assister à la messe chaque semaine ou plus, à l'exclusion des mariages, des funérailles et des baptêmes. 

    Selon les données, le Nigeria et le Kenya ont la plus forte proportion de catholiques qui assistent à la messe chaque semaine ou plus, le Nigeria étant le leader incontesté. Quatre-vingt-quatorze pour cent des catholiques du Nigeria disent assister à la messe au moins une fois par semaine. Au Kenya, ce chiffre est de 73%, et au Liban, il est de 69%.

    Le niveau de fréquentation au Nigeria est particulièrement élevé compte tenu du nombre important d'attaques violentes contre les chrétiens dans le pays ces dernières années. Les incidents terroristes à l'intérieur des églises catholiques ne sont pas rares ; notamment, en juin de l'année dernière, des hommes armés soupçonnés d'être des extrémistes islamiques ont ouvert le feu sur des fidèles catholiques qui assistaient à la messe de Pentecôte à l'église catholique St. Francis Xavier dans le sud-ouest du Nigeria, tuant au moins 50 personnes. 

    2023_01_30_09_26_35_Greenshot.pngPlus de la moitié des catholiques pratiquent une messe hebdomadaire ou plus aux Philippines (56 %), en Colombie (54 %), en Pologne (52 %) et en Équateur (50 %). Mais dans 29 des 36 pays examinés, moins de la moitié des catholiques qui s'identifient comme tels assistent à la messe dominicale. Les chercheurs ont reconnu que l'utilisation de chiffres de participation à la messe déclarés par les intéressés pouvait gonfler légèrement les chiffres, ce qui signifie que les chiffres réels de participation pourraient être, en réalité, légèrement inférieurs dans tous les pays. 

    Les données de la WVS n'incluaient pas les États-Unis, mais les données de sondage de CARA indiquent que le pourcentage de catholiques aux États-Unis qui assistent à la messe chaque semaine ou plus est de 17%, même si plus des trois quarts des catholiques américains se considèrent comme une "personne religieuse".

    En continuant vers le bas, les niveaux les plus bas de participation hebdomadaire ont été observés en Lituanie (16%), en Allemagne (14%), au Canada (14%), en Lettonie (11%), en Suisse (11%), au Brésil (8%), en France (8%) et aux Pays-Bas (7%).

    "On pourrait supposer que plus les catholiques sont religieux dans un pays, plus ils sont susceptibles d'assister fréquemment à la messe", ont écrit les chercheurs de CARA. 

    "Pourtant, il n'y a pas de forte corrélation entre le nombre de personnes s'identifiant comme catholiques 'religieux' et la fréquentation fréquente de la messe."

    Les pays ayant un produit intérieur brut (PIB) par habitant plus élevé avaient des niveaux plus faibles de fréquentation de la messe et vice versa, ont-ils noté.

    "S'il semble y avoir une déconnexion entre le fait de s'identifier comme une personne religieuse et le fait d'assister à la messe chaque semaine, il existe un troisième facteur qui peut expliquer la distribution comparative de ces deux attributs. Si vous avez regardé de près les pays, vous avez peut-être remarqué un certain regroupement économique", ont écrit les chercheurs de CARA. 

    Dans ce petit échantillon de pays, nous pouvons supposer que le catholicisme est plus fort dans ce que l'on appelle souvent le monde en développement, où le PIB par habitant est plus faible, alors qu'il semble se contracter dans les pays "développés" plus riches", concluent les chercheurs. 

    "Les mécanismes précis associés au développement économique et à la richesse qui ont un impact sur la participation des catholiques à la foi et leur identification comme religieux ne sont pas clairs. Quels qu'ils soient, ils ont une importance significative."

    Jonah McKeown est rédacteur et producteur de podcasts pour la Catholic News Agency. Il est titulaire d'une maîtrise de l'école de journalisme de l'Université du Missouri et a travaillé comme écrivain, comme producteur pour la radio publique et comme vidéaste. Il est basé à St. Louis.

  • A l’Est de la RDC : la tension monte chaque jour d’un cran

    IMPRIMER

    RDC : le pape arrive...à Kinshasa, mais pour quoi faire précisément? Lu dans la « Libre afrique » :

    « Kinshasa et Kigali s’accusent mutuellement de provocation dans un climat de plus en plus exacerbé.

    Mardi 24 janvier, un des deux avions Sukhoï-25 de la République démocratique du Congo a essuyé des tirs de l’artillerie rwandaise alors qu’il volait à basse altitude sur la frontière entre les deux pays dans le Nord-Kivu. Pour Kigali, l’avion a violé son espace aérien et “le Rwanda demande à la RDC d’arrêter cette agression”, selon Yolande Makolo, la porte-parole du gouvernement rwandais. Kinshasa, de son côté, dément tout survol de l’espace aérien rwandais et condamne “l’attaque” de l’appareil par l’armée rwandaise, “une action délibérée d’agression qui équivaut à un acte de guerre”.

    Le Rwanda avait déjà accusé en novembre et en décembre des avions de chasse congolais d’avoir violé son espace aérien. L’un d’entre eux s’est même posé quelques instants sur un aéroport rwandais situé à moins de 5 kilomètres de la piste congolaise dans la ville de Goma.

    Com’ massive

    En dépit d’annonces de cessez-le-feu et de retrait des troupes, les combats persistent dans l’est de la RDC entre l’armée congolaise et les rebelles du M23. Une rébellion tutsie qui se présente comme un mouvement congolais, là où Kinshasa voit la “main noire” de son voisin.

    “Ils ne partiront pas car ils sont chez eux”, nous explique une Congolaise du Nord-Kivu qui indique, carte à l’appui, certaines avancées récentes du M23 dans le Nord-Kivu.

    Entre Kigali et Kinshasa, la guerre des mots s’envenime quotidiennement. Depuis plusieurs semaines, la force de frappe médiatique congolaise a marqué des points et enregistre un soutien populaire massif dans sa dénonciation d’une guerre menée par le Rwanda à travers le M23 sur son sol, stigmatisant au passage une communauté. Face à cette guerre médiatique, Kigali pourtant dépositaire d’une communication efficace et rodée, a paru pris de court par la virulence et la répétition des accusations congolaises qui peuvent s’appuyer sur des images onusiennes montrant des mouvements de troupes rwandaises sur la frontière congolaise ou sur des rapports écrits qui mettent en cause Kigali.

    “Si la communauté internationale a lancé au Rwanda des appels à la retenue, si certains gouvernements sont allés un pas plus loin, il n’y a pas eu jusqu’ici de sanctions, ce qui montre aussi un malaise certain. La RDC de Tshisekedi bénéficie aujourd’hui d’un climat économico-politique favorable. Tout le monde lui fait les yeux doux et ne veut prendre le risque de se priver de ses matières premières”, explique un universitaire congolais. Le récent sommet États-Unis-Afrique l’a démontré. Washington veut éviter que Pékin, qui a pris de l’avance dans les pays qui disposent de quantité de matières premières importantes, n’en prive les autres. Washington est prêt à se montrer conciliant vis-à-vis des prochaines échéances congolaises en échange d’une promesse de Kinshasa de ne plus laisser filer toute sa matière première brute vers Pékin. »

    La “compréhension” américaine vis-à-vis d’un éventuel léger retard dans le processus électoral congolais n’est pas un chèque en blanc pour escamoter ce passage par les urnes. Et les tensions à l’est vont faire peser une véritable hypothèque sur l’avenir de ce scrutin et du pays. L’enregistrement des électeurs de cette région, en février-mars, s’annonce compliqué. La Ceni ne peut pourtant rater ce rendez-vous sous peine d’envenimer la situation et de donner un nouveau prétexte au M23 et certains autres mouvements de reprendre l’offensive face à une armée congolaise exsangue et des bataillons des pays de l’East African Community incapables de s’interposer sur un terrain qu’ils ne maîtrisent pas. “La situation au sein de l’armée congolaise n’évolue pas”, explique Jean-Jacques Wondo, expert militaire de cette région qui détaille : “En 2022, ce fut la débandade dans les rangs de l’armée face au M23 et les troupes ne sont toujours pas restructurées aujourd’hui. Qui plus est, il y a eu beaucoup d’armes qui sont passées à l’ennemi et on ne comprend rien à la structure de commandement. Au Nord-Kivu, on ne sait pas qui est le directeur opérationnel”, poursuit M. Wondo qui pointe aussi les liaisons dangereuses de l’armée congolaise qui “s’allie avec des milices locales et les arme. Sans oublier le manque de moyens et son corollaire, le vol à tous les niveaux. À Goma, le stock de carburant pour les Soukhoï et les hélicoptères, prévu pour plusieurs jours, a été pompé en quelques heures”. Un chaos qui démontre que l’armée congolaise ne contrôle pas le territoire et que le pays entier reste dès lors à la merci d’un mouvement qui pourrait repartir à l’offensive s’il se sent exclu du processus électoral.

    Ref. L’est de la RDC : la tension monte chaque jour d’un cran