Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

International - Page 2

  • Meloni "néo-fasciste" ? Une étiquette dépassée

    IMPRIMER

    Un article de Victor Gaetan, posté à la veille des élections italiennes, sur le National Catholic Register :

    Faisant campagne en tant que mère catholique, Giorgia Meloni pourrait être la première femme Premier ministre d'Italie

    ANALYSE DE LA NOUVELLE : Considéré par ses détracteurs comme ne représentant qu'une frange extrémiste, le parti politique des Frères d'Italie de Giorgia Meloni est aujourd'hui en tête des sondages réalisés avant les élections nationales du 25 septembre.

    22 septembre 2022

    Il peut sembler blasé de souligner qu'une politicienne italienne de 45 ans est une mère catholique, mais cette identité a été un élément central de la campagne de Giorgia Meloni - et de son attrait - alors qu'elle mène le parti politique conservateur Frères d'Italie (Fratelli d'Italia, connu sous l'acronyme FdI) à une victoire anticipée aux élections nationales du 25 septembre. 

    La déclaration de Meloni lors d'un discours à Rome, "Je suis Giorgia ; je suis une femme ; je suis une mère ; je suis italienne ; je suis chrétienne" est un tel élément de signature qu'elle a été remixée sous la forme d'un morceau techno-dance qui compte plus de 12 millions de vues sur YouTube.  

    Les DJ qui l'ont réalisé avaient l'intention de se moquer d'elle ; au lieu de cela, ils ont contribué à renforcer sa popularité. 

    Un leader précoce

    Le succès du FdI cette année est synonyme de la personnalité charismatique de la candidate : ses yeux bleus perçants se détachent des affiches de campagne qui promettent "Pronti a risollevo l'Italie ! (Pronti a risollevare l'Italia !).  

    Mais Meloni est bien plus qu'une figure de proue blonde de la télévision : Elle fait partie des cercles politiques conservateurs depuis l'âge de 15 ans, d'abord dans son quartier populaire de Rome, puis, à 29 ans, en tant que membre de la Chambre des députés italienne.  

    Lorsque le Premier ministre Silvio Berlusconi l'a nommée ministre de la jeunesse en 2008, elle est devenue la plus jeune personne de l'histoire nationale à occuper un poste ministériel.  

    Aujourd'hui, Silvio Berlusconi est à la tête de Forza Italia, l'un des deux partis de centre-droit qui forment une coalition avec le FdI. L'autre est la Ligue (Liga), dirigée par Matteo Salvini.  

    Les récents sondages nationaux donnent le FdI à 25%, la Liga suivante, avec 13%, et Forza Italia, à 7%. Les trois partis ont convenu que celui qui arrive en tête choisira le prochain premier ministre si leur coalition remporte le vote du 25 septembre.   

    "Les gens réagissent vraiment à elle, à Giorgia, parce qu'elle est si crédible, féroce et, surtout, parce qu'elle a maintenu Frères d'Italie en dehors de toute coalition impliquant la gauche", a déclaré par téléphone au Register un candidat parlementaire du FdI, qui a demandé à ne pas être nommé.

    Lire la suite

  • Guerre Russie-Ukraine : le pire est à venir

    IMPRIMER

    De Riccardo Cascioli sur le Daily Compass :

    Guerre Russie-Ukraine : le pire est à venir

    25-09-2022

    L'espoir d'un accord de paix semble de plus en plus éloigné, la recherche d'une solution au conflit de plus en plus difficile, ce qui ne signifie pas pour autant que les tentatives de résolution du conflit sont sans valeur. Dans une interview, l'archevêque catholique de Moscou, Monseigneur Paolo Pezzi, expose l'extrême gravité de la situation et l'urgence de la négociation.

    A en juger par les images, les premières personnes à s'opposer à la décision du président russe Vladimir Poutine de rappeler un certain nombre de réservistes pour reconstituer les troupes engagées en Ukraine sont les citoyens russes eux-mêmes directement concernés. Les protestations, les tentatives de traverser les frontières pour éviter la guerre, ne sont certainement pas des signaux rassurants pour Poutine, même si le président russe a au moins reçu le soutien de Kirill, patriarche de Moscou et de toute la Russie : "Allez courageusement accomplir votre devoir militaire", aurait-il dit dans un message aux soldats, "et souvenez-vous que si vous donnez votre vie pour votre pays, vous serez avec Dieu dans son Royaume qui vous donnera la gloire et la vie éternelle".

    On ignore dans quelle mesure ces paroles ont touché le cœur des soldats russes et des personnes appelées à rejoindre l'armée, mais elles font certainement frémir ceux qui se soucient d'une solution pacifique à ce conflit. Tout comme les décisions annoncées il y a deux jours par Poutine, qui, outre l'appel aux armes des réservistes, incluent le référendum pour l'annexion des provinces ukrainiennes conquises par la force militaire, qui a déjà commencé.

    "C'est une situation inquiétante", a déclaré le 21 septembre à l'agence de presse SIR l'archevêque catholique de Moscou et président de la Conférence épiscopale russe, Monseigneur Paolo Pezzi. Et il a raison : l'escalade en cours ne peut laisser personne serein, pas même ceux d'entre nous qui continuent à regarder sans savoir ce qui se passe, s'inquiétant surtout des conséquences sur les prix de l'énergie. Et les analyses de la faiblesse de Poutine, qui serait à l'origine de sa décision de hausser la barre dans le conflit en cours, et de sa perte de popularité en Russie, qui pourrait également conduire à sa chute, ne sont d'aucune consolation. En supposant que ce soit effectivement le cas, toute instabilité en Russie ne pourrait être moins dangereuse que son unité derrière Poutine.

    On ne peut pas rester calme. Alors que le conflit continue de s'intensifier, comme c'est le cas depuis sept mois, nous voyons toujours l'opinion publique et les hommes politiques divisés comme des partisans rivaux ou instrumentalisant le conflit en Ukraine pour des raisons de politique intérieure, comme cela se produit dans un certain nombre de pays. C'est comme si la question ne concernait que les habitants de l'Ukraine et de la Russie, sans se rendre compte qu'un incendie qui se déclare dans une pièce, s'il n'est pas éteint immédiatement, est destiné à se propager à tout l'appartement, puis au bloc d'appartements et progressivement à toute la ville.

    Lire la suite

  • Aux funérailles étonnamment chrétiennes de la reine Elizabeth II : le Vatican a raté le coche

    IMPRIMER

    Lu sur le site « National Catholic Register » :

    « COMMENTAIRE : Incorporant des contributions remarquables de la part des catholiques, l'Église d'Angleterre a fourni un modèle à tous les chrétiens sur la façon dont les funérailles doivent être conduites.

    Le roi Charles III suit derrière le cercueil de la reine Elizabeth II, drapé de l'étendard royal avec la couronne d'État impériale et l'orbe et le sceptre du souverain, tel qu'il est réalisé depuis l'abbaye de Westminster. après les funérailles nationales de la reine Elizabeth II le 19 septembre à Londres, en Angleterre.

    Il s'agissait des funérailles d'État les plus grandioses de l'histoire pour le monarque le plus ancien de l'histoire. 

    Avant et après , c'était un enterrement chrétien. 

    L'Église d'Angleterre a rendu un service signalé à tous les chrétiens en fournissant un modèle sur la manière dont les funérailles doivent être conduites, à une époque où les liturgies funéraires tant sacrées que civiques sont devenues plutôt émaciées. 

    La priorité de la prière 

    La reine a été à juste titre et bien louée lors de diverses cérémonies au cours de la semaine dernière. Le jour de ses funérailles était un jour de prière. 

    A partir du moment où le cortège funèbre pénétra dans l'abbaye de Westminster jusqu'au chant de Je suis la Résurrection et la Vie , le mystère de la mort et de la vie éternelle prit le pas sur tous les autres. 

    "Nous ferons tous face au jugement miséricordieux de Dieu", a prêché l'archevêque de Cantorbéry, Justin Welby.  

    L'archevêque a prononcé une magnifique homélie funéraire, modèle pour toute la prédication funéraire chrétienne. Il a prêché des vérités sur le "leadership serviteur" de la reine, mais l'a présentée comme une disciple chrétienne d'abord et comme une monarque ensuite. La journée comprenait l'apogée de la pompe et de l'apparat britanniques, mais l'archevêque Welby a noté que "la mort est la porte de la gloire". 

    La durée de la vie et du règne de la reine a été soulignée lorsque ses restes terrestres sont passés sous les statues des martyrs du XXe siècle installées au-dessus de la grande porte ouest de l'abbaye pour le millénaire. La reine est née trois ans avant la naissance de Martin Luther King Jr., et lorsqu'elle est venue à l'abbaye pour son mariage en 1947, saint Maximilien Kolbe n'était même pas mort depuis une décennie. 

    Complètement absents étaient les discours des officiers laïcs de l'État. Et à ce silence bienvenu s'ajoutait le silence profond, voire palpable, des foules immenses autour de l'abbaye et le long du mail jusqu'au palais de Buckingham. C'était une manifestation de révérence, une vertu publique très requise pour une vie commune saine.  

    La richesse du rituel 

    Le rituel d'un monarque décédé est plus riche que pour tout autre, et les funérailles ont magistralement permis au rituel de parler. La congrégation de la chapelle Saint-Georges à Windsor s'est tenue en silence pendant que les instruments du pouvoir terrestre de la reine - l'orbe, le sceptre et la couronne d'État impériale - étaient retirés du cercueil et placés sur le maître-autel. Puis ils ont chanté Christ Is Made the Sure Foundation . Que dire de plus sur le fondement de toute autorité ? 

    Lire la suite

  • L'accord du Vatican avec le Parti communiste chinois ignore les réalités négatives

    IMPRIMER

    D'Edward Pentin sur le National Catholic Register :

    Les analystes de la Chine affirment que l'accord du Vatican avec le Parti communiste chinois ignore les réalités négatives

    Le pape François et son secrétaire d'État, le cardinal Pietro Parolin, soutiennent le renouvellement de l'accord malgré l'absence d'avantages tangibles pour les fidèles locaux.

    22 septembre 2022

    Alors que le Saint-Siège se prépare à renouveler son accord provisoire avec la République populaire de Chine, les récentes remarques du pape François et de son secrétaire d'État, le cardinal Pietro Parolin, ont été critiquées par les observateurs et les experts de la Chine comme étant naïves et déconnectées de la réalité à laquelle sont confrontés les catholiques en Chine et à Hong Kong. 

    La semaine dernière, le pape a déclaré aux journalistes, alors qu'il rentrait du Kazakhstan, que le dialogue bilatéral entre le Vatican et le gouvernement communiste chinois "se déroulait bien", mais "lentement, car le rythme chinois est lent, ils ont une éternité pour avancer", et parce qu'ils sont un peuple "d'une patience infinie". Le pape a également déclaré qu'il "n'avait pas envie" de caractériser la Chine comme "antidémocratique parce que c'est un pays tellement complexe, avec ses propres rythmes."  

    Le Saint-Père a évoqué le cas du cardinal Joseph Zen Ze-kiun, âgé de 90 ans, qui a été jugé cette semaine à Hong Kong, accusé avec d'autres personnes de ne pas avoir enregistré un fonds de soutien pro-démocratique. Le pape a commenté de manière ambiguë que le cardinal Zen "dit ce qu'il ressent, et vous pouvez voir qu'il y a des limites." Et le Saint-Père a notamment omis d'offrir des mots d'encouragement ou d'empathie pour le cardinal, qui a plaidé non coupable, et a souligné qu'il essaie lui-même de "soutenir la voie du dialogue." , 

    Le pape a appelé les fidèles à ne pas "perdre patience", ajoutant qu'il faut beaucoup de patience "mais nous devons poursuivre le dialogue." 

    Des experts chinois et d'autres personnes ont exprimé leur perplexité face aux remarques du pape. À propos de son commentaire selon lequel la Chine se déplace lentement et de son appel à la patience, Benedict Rogers, fondateur de Hong Kong Watch, une organisation caritative qui promeut les droits de l'homme, les libertés et l'État de droit dans le territoire administré par la Chine, a souligné que le Parti communiste chinois "peut se déplacer rapidement quand il le souhaite."  

    "La rapidité et l'intensité du génocide des Ouïghours, et la répression à Hong Kong, montrent qu'il peut agir remarquablement vite lorsqu'il décide d'une ligne de conduite particulière", a déclaré Rogers, qui a lui-même été interdit d'entrée dans le pays en 2017 en raison de son travail en faveur des droits de l'homme.  

    Le pair catholique britannique Lord David Alton a interprété l'appel à la patience comme un "apaisement" et a rappelé les conséquences d'une telle approche à l'approche de la Seconde Guerre mondiale et la politique d'après-guerre du Vatican envers le communisme soviétique, l'Ostpolitik.  

    "Nous savons à quelles conséquences épouvantables l'apaisement a conduit", a-t-il déclaré.  

    Le vice-président des groupes parlementaires multipartites sur les Ouïghours du Royaume-Uni est également révolté par le silence du Vatican face à l'oppression des Ouïghours par le PCC, une approche fondée sur le dialogue que Lord Alton a qualifiée d'"incroyable". 

    Lire la suite

  • Le patriarche Kirill menace les ennemis de la Russie de les déporter en Sibérie

    IMPRIMER

    De Massimo Introvigne sur Bitter Winter :

    Le patriarche Kirill menace les ennemis de la Russie de les déporter en Sibérie

    22/09/2022

    Il a visité les mines de Norilsk et a suggéré d'y amener des "épouvantails", afin qu'ils "réfléchissent à deux fois s'il vaut la peine d'offenser les Russes ou non".

    Après son refus de participer au 7e congrès des religions mondiales et traditionnelles au Kazakhstan, où il aurait rencontré le pape François, rien n'indique que le patriarche Kirill pourrait modérer quelque peu son attitude vis-à-vis de la guerre en Ukraine.

    Les 17 et 18 septembre, Kirill s'est rendu à Norilsk, une ville sibérienne située à 300 km au nord du cercle polaire. La ville est célèbre pour ses mines de nickel et de palladium, leaders mondiaux, qui ont une importance stratégique en temps de guerre. Elle est également célèbre pour la vie difficile et dangereuse des 80 000 mineurs qui y travaillent.

    Le 17 septembre, Kirill a visité les mines et, le 18 septembre, il a consacré à Norilsk une nouvelle église en l'honneur de Sainte-Barbe, qui est la patronne des mineurs tant pour les catholiques que pour les orthodoxes.

    Dans son sermon, il a raconté que la veille, il était "descendu à une profondeur de deux kilomètres et avait vu le travail des mineurs là-bas, à cette profondeur. C'est un travail vraiment héroïque". "Vous êtes dans une zone où il fait déjà chaud à cause de la chaleur qui est à l'intérieur de la Terre, a dit le patriarche, vous comprenez à quelle profondeur vous êtes, où vous sentez un manque d'oxygène, et vous comprenez que les conditions sont très, très difficiles. Et là, à cette profondeur, les gens travaillent..."

    Kirill a également salué ceux qui servent dans l'armée russe, accomplissant "le devoir de servir la patrie, mais, plus important encore, le devoir de préserver la foi orthodoxe. Car le pouvoir du peuple est toujours lié au pouvoir de la foi. Lorsque la foi s'affaiblit, alors le peuple s'affaiblit".

    Il n'y a bien sûr rien d'inhabituel pour un chef d'Eglise à réconforter ceux qui travaillent dans des circonstances extrêmes, et saluer l'esprit religieux de l'armée n'est pas rare non plus dans l'Église orthodoxe russe.

    Cependant, Kirill a décidé d'inclure dans son sermon une référence menaçante aux circonstances internationales. Quand on voit les mines de Sibérie, on comprend combien sont vaines toutes les tentatives pour effrayer notre pays, ce que l'on constate aujourd'hui dans la sphère des relations internationales. Ces épouvantails devraient être amenés ici et placés dans les conditions dans lesquelles vous travaillez... Pour qu'ils réfléchissent à deux fois si cela vaut la peine d'offenser les Russes ou non."

    Ayant reçu quelques critiques, le Patriarcat a expliqué que Kirill voulait dire que les détracteurs de la Russie devraient se rendre à Norilsk et voir la volonté de fer des mineurs russes. Toutefois, ses propos ressemblaient à une menace et correspondent à l'attitude générale de défi qu'il a affichée depuis le début de la guerre en Ukraine.

  • Le Synode "d'écoute" du Vatican pourrait ne pas entendre l'Église persécutée

    IMPRIMER

    Du journaliste Bree A. Dail :

    Le Synode "d'écoute" du Vatican pourrait ne pas entendre l'Église persécutée

    Dans quelle mesure le Vatican est-il convaincu que les données fournies sont réellement représentatives de la voix des fidèles... en particulier de celle des persécutés ?

    14 septembre 2022

    CITÉ DU VATICAN - En octobre 2021, le pape François a annoncé une initiative mondiale au sein de l'Église catholique - un " Synode sur la synodalité ". Un an après le début de cette initiative de deux ans, les préoccupations concernant l'accessibilité et l'intégrité des réponses des églises persécutées, comme en Chine, pèsent lourdement sur le Vatican.

    Pour ce "Synode sur la synodalité", le Vatican a donné des instructions pour que, de 2021 à 2023, la hiérarchie qui dirige les quelque 2 900 diocèses catholiques dans le monde et les églises missionnaires supplémentaires encourage et "écoute" les 1,36 milliard de catholiques dont elle a la charge. Elle le fera au moyen de questionnaires adressés aux paroisses et de convocations de groupes. Les questions porteraient sur les préoccupations des fidèles concernant l'état de l'Église et du monde, leurs discernements sur les domaines dans lesquels (ou si) l'Église devrait changer et s'adapter, et leurs suggestions sur la manière dont un tel changement pourrait avoir lieu. "Il n'est pas nécessaire de créer une autre Église", a déclaré le pape à l'ouverture du synode, "mais de créer une Église différente".

    Pourtant, le flou présenté, intentionnellement, par le Vatican sur le développement de ce synode "d'écoute" a apparemment laissé en périphérie les pays où la persécution des chrétiens a conduit à des églises "souterraines" - comme en Chine, dans certaines régions d'Afrique, au Pakistan et en Iran. Le clergé, déjà accablé par le ministère d'une Église qui souffre, est maintenant contraint de rivaliser avec les riches Églises d'Europe occidentale et d'Amérique pour avoir la chance d'être entendu. Dans certaines églises, on se demande en outre si une infiltration politique musclée - comme celle du Parti communiste chinois dans son "Église patriotique" établie - produira de véritables réponses de la part des fidèles. 

    Les dirigeants du Vatican insistant sur le fait que "l'apprentissage au fur et à mesure" était le seul moyen d'obtenir une réponse authentique, quelles mesures ont été prises pour protéger l'intégrité des réponses contre la manipulation ou le filtrage ? 

    L'opportunité pour les mauvais acteurs de changer l'église de l'intérieur pourrait-elle être un prix trop important pour être gaspillée ? 

    Peut-on être sûr que les résultats actuels présentés - comme dans le cas de l'Allemagne - sont légitimement représentatifs de la "vox populi", ou sont-ils ceux d'activistes (qui ne sont pas sans rappeler ceux de la Réforme) cherchant à créer une nouvelle Église ?

    À la fin du mois dernier, les membres de la direction supervisant ce "Synode sur la synodalité" ont tenu une conférence de presse pour le corps de presse du Saint-Siège, discutant des résultats qui avaient été soumis au Vatican par des pays tels que l'Allemagne et la France ; les processus en cours à Oceana ; la clôture de la "phase diocésaine" initiale de l'initiative mondiale et le lancement de la deuxième phase (ou "continentale"). 

    Lire la suite

  • Assemblée générale des Nations Unies : la déclaration de l'Organisation Internationale pour la Famille

    IMPRIMER

    Du site International Family News (E. Douglas Clark) :

    Alors que débute l'Assemblée générale des Nations Unies, l'OIF propose aux ambassadeurs un plan pour protéger la famille, la Déclaration de l'Organisation internationale pour la famille aux représentants permanents de toutes les missions de l'ONU à New York.

    L'Organisation internationale pour la famille a transmis la déclaration suivante aux représentants permanents de toutes les missions de l'ONU à New York.

    Un temps de réflexion et de protection

    Déclaration de l'Organisation internationale pour la famille

    22 septembre 2022

    Alors que s'ouvrent ce mois-ci la 77e session de l'Assemblée générale et le 14e Congrès mondial des familles (https://wcfmexico.org), l'Organisation internationale pour la famille (qui parraine le Congrès mondial des familles) se souvient de déclarations puissantes émises précédemment par les Nations Unies et les Congrès mondiaux.

    "La famille est l'élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l'État." -Déclaration universelle des droits de l'homme, article 16(3)

    "La famille, qui est l'élément naturel et fondamental de la société, doit bénéficier de la protection et de l'assistance la plus large possible. -Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, article 10(1).

    "L'enfant, pour l'épanouissement complet et harmonieux de sa personnalité, a besoin d'amour et de compréhension. Il doit, dans la mesure du possible, grandir sous la garde et la responsabilité de ses parents et, en tout cas, dans un climat d'affection et de sécurité morale et matérielle". -Déclaration des droits de l'enfant, principe 6  

    "La famille est la pépinière des compétences économiques, des habitudes financières, des attitudes à l'égard du travail et de l'art de l'indépendance financière. La famille est une agence de réussite éducative plus forte que l'école. La famille est un meilleur professeur d'imagination religieuse que l'église. La planification politique et sociale dans un ordre social sage commence par l'axiome suivant : "Ce qui renforce la famille renforce la société" ..... Les rôles d'un père et d'une mère, et des enfants par rapport à eux, est le centre absolument critique de la force sociale". -L'ambassadeur américain Michael J. Novak

    "La réalisation de chaque objectif de développement du millénaire doit commencer par la famille. La famille est le principal instrument de la transformation de la société." -Ambassadeur du Bangladesh, Iftekhar Ahmed Chowdhury, à l'Assemblée générale, 10e anniversaire de l'Année internationale de la famille.

    "Nous reconnaissons le rôle vital de la famille dans la réalisation des objectifs de développement convenus au niveau international et confirmons notre engagement à renforcer la contribution des familles aux efforts déployés pour atteindre les objectifs de développement durable en promouvant des politiques axées sur la famille et en donnant la priorité aux besoins et aux priorités de la famille aux niveaux national et international." -Groupe des amis de la famille, Nations Unies

    "À travers les âges, les philosophes politiques, les historiens de la société et les dirigeants civiques et religieux ont fait l'éloge de la famille comme étant le fondement de l'ordre social, le socle des nations et le bastion de la civilisation..... Le fait est que la famille est une communauté universelle et irremplaçable, enracinée dans la nature humaine et à la base de toutes les sociétés de tous les temps. Berceau de vie et d'amour pour chaque nouvelle génération, la famille est la première source d'identité personnelle, d'estime de soi et de soutien pour les enfants. C'est aussi la première et la principale école de la vie, la mieux placée pour enseigner aux enfants l'intégrité, le caractère, la morale, la responsabilité, le service et la sagesse..... La première obligation de l'État... est de respecter, défendre et protéger la famille en tant qu'institution". -Le représentant américain Wade Horn à l'Assemblée générale, 10e anniversaire de l'Année internationale de la famille.

    "Dans le monde entier, les familles constituent [un] phare de liberté et la source d'aide, d'espoir et de stabilité pour les individus et les nations. En tant que l'un des piliers de la civilisation et le rempart de la liberté, les familles doivent rester fortes et nous devons les défendre." -Ancien président George W. Bush, message écrit au 10e Congrès mondial des familles, Tbilissi, Géorgie 2016.

    "Pour nous tous, la famille est l'institution sociale la plus importante. C'est la famille qui façonne la personnalité humaine. La famille est le lieu où l'expérience spirituelle, culturelle et sociale des générations précédentes est partagée..... C'est dans la famille qu'une personne apprend les concepts initiaux du bien et du mal, les personnes qui l'entourent et la raison de sa venue dans ce monde - le but de la vie". -Président Igor Dodon, discours au 12e Congrès mondial des familles, Chisinau, Moldavie, 2018.

    Excellence, afin de faciliter la protection la plus large possible de la famille, nous vous soumettons respectueusement, à vous et à votre capitale, les suggestions suivantes.

    Publiez une proclamation nationale sur la famille. Pour des modèles possibles, voir notre Déclaration mondiale de la famille (www.worldfamilydeclaration.org) et la résolution législative de l'État du Mississippi (http://billstatus.ls.state.ms.us/documents/2004/html/SC/SC0520SG.htm).  

    Si votre constitution ne reconnaît pas déjà la famille comme l'unité de groupe naturelle et fondamentale de la société, envisagez d'ajouter une telle disposition. Pour des exemples, voir les dispositions similaires dans plus d'une centaine de constitutions citées dans notre Déclaration mondiale de la famille.

    Établir des critères pour évaluer les lois, politiques et règlements proposés à la lumière de leur impact potentiel sur la famille. À titre d'exemple, voir le décret du président Ronald Reagan sur la famille (www.presidency.ucsb.edu/documents/executive-order-12606-the-family).    

    Placer la famille au centre de tous les plans de développement. Bien que les Objectifs de développement durable ne mentionnent pas la famille, son rôle central dans le développement est essentiel pour la réussite.

    Évitez les agendas ou les accords qui porteraient atteinte à la famille. Certains d'entre eux se cachent sous le nom de "droits" mais empiètent en réalité sur les droits de la famille, la seule unité de groupe reconnue par la DUDH comme ayant des droits.

    Merci beaucoup pour votre temps et votre considération.

    Sincèrement,

    Organisation internationale pour la famille

    Tags : Politique familiale Droits de l'homme Organisation internationale pour la famille Objectifs de développement durable Nations unies Déclaration universelle des droits de l'homme WCF Congrès mondial des familles

    E. Douglas Clark est avocat et directeur de l'ONU et de la politique internationale à l'Organisation internationale pour la famille. Pendant deux décennies, Doug a été à l'avant-garde de la défense de la famille aux Nations Unies en tant que lobbyiste et stratège, dirigeant des équipes et consultant des décideurs politiques à New York et dans le monde entier. Parmi ses écrits figurent la Déclaration mondiale de la famille et des articles dans The Natural Family : An International Journal of Research and Policy et Ave Maria International Law Journal. Après avoir obtenu un MBA et un JD à l'université Brigham Young, il a exercé la profession de banquier.

  • Qui se soucie du sort de l'Arménie victime d'une nouvelle agression ?

    IMPRIMER

    De Philippe Oswald sur La Sélection du Jour :

    L’Arménie de nouveau agressée, qui s’en soucie ?

    Alors que l’agression de la Russie contre l’Ukraine mobilise en faveur de celle-ci l’aide humanitaire et militaire de l’Occident, l’Arménie doit faire face dans une grande solitude à de nouvelles attaques de l’Azerbaïdjan voisin. Ce pays musulman est dirigé par l’autocrate Ilham Aliyev, soutenu militairement par le président dictateur turc Erdogan. Aliyev avait reconquis les trois quarts du Haut-Karabakh en septembre 2020 en écrasant les défenseurs arméniens (4000 morts) au terme d’une guerre de 44 jours.

    Terre à forte majorité arménienne, le Haut-Karabakh (appelé Artsakh par les Arméniens) avait été rattaché à l’Azerbaïdjan musulman par Staline pour mettre au pas soviétique les Arméniens chrétiens. Après la chute de l’URSS, l’Arménie avait permis à ce territoire de recouvrer son indépendance en 1992, au terme d’une guerre victorieuse contre l’Azerbaïdjan. Mais depuis trente ans, la donne a considérablement changé. Trois fois moins peuplée que l’Azerbaïdjan et dépourvue de ressources naturelles, l’Arménie s’est affaiblie à cause de ses divisions politiques. De surcroît, son tropisme européen l’a privée du soutien de Poutine, lequel est à présent empêtré dans sa guerre contre l’Ukraine. De son côté, l’Azerbaïdjan, riche en gaz, n’a cessé de se renforcer militairement, avec l’appui totalement assumé, en armes et en mercenaires djihadistes, du protecteur turc. Ce dernier ne peut que se féliciter d’un allié collaborant avec autant de zèle au rétablissement d’un empire panturc, champion de l’islam.

    Aujourd’hui, Aliyev ne se contente plus du Haut-Karabakh. Depuis le 13 septembre, il attaque directement la République d’Arménie. Jusqu’à présent, les Arméniens ont repoussé au prix de pertes sévères les assauts terrestres des Azéris, mais ceux-ci bombardent sans retenue (canons, mortiers, drones) plusieurs régions arméniennes, au nord-est, au centre, et au sud du pays. L’objectif revendiqué du dictateur, toujours chaudement soutenu par Erdogan, est d’anéantir la plus ancienne nation chrétienne. Il s’inscrit dans la lignée du grand frère turc dont les exactions ont précédé et suivi le génocide arménien de 1915. Si l’intention générale du dictateur de l’Azerbaïdjan est bien de mettre à genoux l’Arménie et de réduire son peuple en dhimmitude (les écoliers azéris apprennent dans leurs livres scolaires que les Arméniens sont « des chiens à chasser »), l’objectif de cette nouvelle offensive est la création d’un corridor traversant le territoire arménien (la région du Syunik) reliant l’Azerbaïdjan à sa région isolée du Nakhitchevan, située entre la Turquie et l’Arménie. Ce corridor, prévu par les accords de cessez-le-feu du 9 novembre 2020, n’est pas opérationnel, l'Arménie désirant contrôler la circulation des personnes, des biens, et des marchandises sur son propre sol.

    Les Arméniens, qui ont payé leur europhilie par le désamour de leur traditionnel protecteur russe, peuvent-ils attendre un quelconque secours de l’Union Européenne ? C’est peu probable : la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen s'est rendue à Bakou, capitale de l'Azerbaïdjan, le 18 juillet dernier pour signer triomphalement un accord doublant les importations gazières en provenance de la république caucasienne. L’UE s’est contentée d’appeler à l'arrêt des hostilités. La France (où vivent 600 000 descendants de rescapés du génocide de 1915) a saisi le Conseil de sécurité de l'ONU. Les États-Unis seront-ils plus efficaces ? Connue pour ses positions pro-arméniennes, la présidente de la Chambre des représentants américaine, Nancy Pelosi, s’est rendue à Erevan (capitale de l’Arménie) le dimanche 18 septembre pour une visite de trois jours. « L'Arménie a une importance particulière pour nous », a-t-elle souligné, avant de condamner « les attaques illégales et meurtrières de l'Azerbaïdjan sur le territoire arménien ». Pour sa part, le président du Parlement arménien, Alen Simonian, a affirmé qu’un cessez-le-feu avait été conclu au milieu de la semaine grâce à une médiation américaine, après l'échec d'une médiation russe. Mais ce cessez-le-feu a été violé dès le 20 septembre, par des tirs azerbaïdjanais à la frontière orientale, selon le ministère arménien de la Défense…

    Pour aller plus loin :

    Les présidents azerbaïdjanais et turc menacent d’effacer l’Arménie de la carte du monde

    >>> Lire l'article sur : Nouvelles d'Arménie magazine

     

  • Pour la canonisation du vénérable cardinal Thuan

    IMPRIMER

    Du site des Missions Etrangères de Paris :

    Hanoï : les catholiques vietnamiens prient pour la canonisation du vénérable cardinal Thuan

    21/09/2022

    Le 16 septembre à Hanoï, plusieurs milliers de fidèles ont commémoré le 20e anniversaire de la mort du cardinal François-Xavier Nguyen Van Thuan (1928-2002), emprisonné durant treize ans dont neuf en isolement par les communistes puis exilé du Vietnam. Le cardinal Thuan a été déclaré vénérable par le pape François en 2017.

    Des catholiques vietnamiens partagent des souvenirs du cardinal Thuan, lors d’un événement organisé dans la paroisse de Giang Xa, le 15 septembre à Hanoï.

    Plusieurs milliers de catholiques vietnamiens ont prié pour la canonisation du cardinal défunt François-Xavier Nguyen Van Thuan, emprisonné par les communistes durant treize ans sans procès et exilé de sa terre natale. Des fidèles se sont rassemblés le 16 septembre dans la paroisse de Giang Xa, à Hanoï, la capitale, afin de commémorer le 20e anniversaire de la mort du cardinal Thuan. « Nous avons le sentiment qu’il a été extrêmement proche de nous depuis que la cause de sa canonisation a été ouverte en 2010 », a confié le cardinal Pierre Nguyen Van Nhon, archevêque émérite de Hanoï, durant la célébration. Le cardinal Thuan a été déclaré Vénérable par le pape François en 2017.

    Le cardinal Nhon a ajouté que le cardinal Thuan aimait l’Église au Vietnam et qu’il accueillait chaleureusement les évêques vietnamiens quand ils venaient à Rome, où il a servi à la tête du Conseil pontifical Justice et Paix. Le cardinal Nhon a également invité les catholiques présents à « prier avec ferveur pour sa canonisation prochaine, si cela plaît à Dieu et que cela sert l’Église ».

    Le père Bruno Pham Ba Que, recteur du grand séminaire Saint-Joseph de Hanoï, qui était également présent, a souligné que le cardinal Thuan a porté un témoignage de souffrance, d’espérance et de martyre dès sa nomination comme archevêque coadjuteur de Saïgon (aujourd’hui Hô-Chi-Minh-Ville) en avril 1975.

    « Il a été extrêmement proche de nous depuis l’ouverture de la cause de sa canonisation »

    Il a été arrêté le 15 août de la même année, quelques mois seulement après la prise de contrôle du Sud Vietnam par les forces communistes, notamment parce qu’il était un neveu de l’ancien président catholique Jean-Baptiste Ngo Dinh Diem, assassiné en 1963. Il a passé treize ans en prison, dont neuf en étant placé à l’isolement. Durant cette période, il a notamment été détenu durant quatre ans dans une vieille maison située près de l’église de Giang Xa.

    Tran Nang, un agent de sécurité qui a travaillé pour le cardinal Thuan à Hanoï, estime que le défunt cardinal ne haïssait pas les communistes mais qu’il les voyait comme des brebis perdues, et qu’il essayait d’aller à leur secours et de les faire revenir vers l’Église. Tran Nang ajoute que le cardinal a particulièrement souffert seul en prison, et que les siens lui manquaient.

    Né en 1928 à Hué, le cardinal Thuan a été ordonné prêtre en 1953. Il a été évêque de Nha Trang de 1967 à 1975, quand le pape Paul VI l’a nommé évêque coadjuteur de Saïgon. Mgr Thuan a été libéré de prison en 1988, mais après un voyage à Rome en 1991, il n’a pas pu rentrer au Vietnam. En 1994, il est entré dans la curie romaine après avoir été nommé vice-président du Conseil pontifical Justice et Paix par Jean-Paul II. Il a été nommé président du même conseil en 1998, puis créé cardinal en février 2001. Il est décédé le 16 septembre 2002.

    (Avec Ucanews)

  • Le procès du cardinal Zen a été reporté

    IMPRIMER

    De Michael Haynes sur LifeSte News :

    Le procès du Cdl Zen retardé après que le juge ait contracté le COVID

    Alors que le Vatican reste silencieux, un fondateur de Hong Kong Watch a souligné la "marginalisation manifeste du cardinal Zen" par le Saint-Siège et a qualifié son "dialogue" avec la Chine de "faux" et de "naïf".

    21 septembre 2022

    HONG KONG (LifeSiteNews) - Le procès de l'évêque catholique émérite de Hong Kong, le cardinal Joseph Zen, a été retardé après qu'un juge a été testé positif au COVID-19.

    Le Vatican refuse toujours d'offrir un soutien public au cardinal. 

    Les médias de Hong Kong ont rapporté samedi que le procès serait reporté au moins jusqu'au 21 septembre, après que le juge, le Magistrat président Ada Him Shunyee (Shunyi), a été testé positif au COVID-19. Citant des "sources proches de l'affaire", le média catholique The Pillar a rapporté mardi dernier que le procès ne commencerait pas avant la semaine prochaine.

    Le procès devait commencer le 19 septembre et le verdict devait être rendu le vendredi 23.

    Les administrateurs du Fonds 612 risquent des amendes ou une peine de prison

    Le cardinal Zen a été arrêté en mai en vertu de la loi draconienne de 2020 sur la sécurité nationale. Il a été placé en garde à vue avec quatre autres administrateurs du Fonds d'aide humanitaire 612, aujourd'hui disparu, qui l'ont rejoint au tribunal. Ces quatre administrateurs sont l'ancienne députée de l'opposition Margaret Ngoi-yee, la chanteuse Denise Ho Wan-sze, le professeur d'études culturelles Hui Po Keung et le militant Sze Ching-wee.

    Le cinquième administrateur qui rejoint Zen au tribunal, Cyd Ho Sau-lan, était déjà en prison pour "rassemblements illégaux".

    Le fonds a été créé pour offrir "une assistance juridique, médicale, psychologique et financière d'urgence" aux personnes impliquées dans les manifestations de 2019 contre le projet de loi d'amendement de la loi sur l'extradition du gouvernement, qui visait à permettre le transfert de prisonniers en Chine continentale pour y être jugés.

    Tous les administrateurs ont plaidé non coupable lors de leur arrestation en mai. Alors qu'ils ont été arrêtés en vertu de la loi sur la sécurité nationale, ils sont maintenant accusés de ne pas avoir demandé correctement l'enregistrement du Fonds 612. 

    AsiaNews rapporte qu'"au mieux", Zen et ses 5 collègues sur le banc des accusés risquent une amende de 1 750 dollars américains. Une peine de prison pourrait néanmoins être prononcée. 

    Lors d'une audience préliminaire en août, le tribunal a décidé que le procès se déroulerait en chinois, les plaidoiries finales devant être faites en anglais.

    Le Vatican se range de plus en plus du côté de Pékin

    Malgré l'indignation croissante des catholiques concernés et même des médias grand public, le Vatican reste silencieux sur le procès de Zen. En fait, le pape François et le secrétaire d'État du Vatican, le cardinal Pietro Parolin, ont plutôt signalé leur alignement sur Pékin, plutôt que sur le prélat de 90 ans accablé.

    Lire également : Procès du cardinal Zen à Hong Kong, pourquoi le Vatican reste discret

  • Pas le temps de rencontrer le Pape François. La Chine a déjà son propre pape, Xi

    IMPRIMER

    Bergoglio f2de46e590.jpgMais qu’allait-il faire dans cette galère ? Lu sur « Diakonos » cet article de Sandro Magister, le vaticaniste de l’ « Espresso » :

    « Après l’annulation de la rencontre prévue au Kazakhstan avec le patriarche de Moscou Cyrille, le Pape François n’a pas non plus pu rencontrer, à Nour-Sultan, aujourd’hui de nouveau appelée Astana, le président chinois Xi Jinping, qui était pourtant en visite d’État dans la capitale kazakhe ce mercredi 14 septembre, le jour même où le Pape réaffirmait le droit « élémentaire et inaliénable » à la liberté religieuse, qui ne doit pas être seulement intérieure ou cultuelle mais surtout « le droit de chaque personne à témoigner publiquement de sa propre foi », tout l’opposé de ce qui se passe en Chine.

    Cette rencontre avec Xi avait été demandée plusieurs jours à l’avance par le Vatican – comme l’a révélé l’agence Reuters – mais côté chinois, on a répondu qu’on n’avait pas le temps de l’organiser. Et déjà sur le vol aller de Rome vers le Kazakhstan, le Pape François avait déclaré ne plus avoir aucune nouvelle.

    Mais ensuite, lors de la conférence de presse sur le vol de retour à Rome (photo), le Pape a reparlé abondamment de la Chine, en réponse à une question d’Elise Anna Allen de « Crux », qui lui rappelait qu’à Hong Kong, le procès contre le cardinal Zen Zekiun était sur le point de s’ouvrir et qui lui demandait s’il considérait que ce procès constituait « une violation de la liberté religieuse ».

    La transcription officielle de la réponse du Pape François vaut la peine d’être lue dans son intégralité, avec ses balbutiements, ses réticences et ses bizarreries, parce qu’elle constitue un condensé parfait de son approche sur la Chine :

    « Pour comprendre la Chine, il faut un siècle, et nous ne vivons pas un siècle. La mentalité chinoise est une mentalité riche et quand elle tombe malade, elle perd un peu de sa richesse, elle est capable de commettre des erreurs. Pour bien comprendre, nous avons fait le choix du dialogue, ouverts au dialogue. Il y a une commission bilatérale Vatican-Chine qui avance bien, lentement, parce que le rythme chinois est lent, eux ils ont une éternité pour aller de l’avant : c’est un peuple d’une patience infinie. Mais des expériences que j’ai eues auparavant – pensons aux missionnaires italiens qui sont allés là et qui ont été respectés comme scientifiques, pensons, aujourd’hui encore, à tant de prêtres et de croyants qui ont été appelés par l’université chinoise parce que cela met la culture en valeur -, ce n’est pas facile de comprendre la mentalité chinoise, il faut la respecter, moi je respecte toujours. Et ici, au Vatican, il y a une commission de dialogue qui fonctionne bien. C’est le cardinal Parolin qui la préside et en ce moment c’est l’homme qui connaît le mieux la Chine et le dialogue chinois. C’est quelque chose de lent, mais on fait des petits pas en avant. Qualifier la Chine d’antidémocratique, moi je ne le ferais pas, parce que c’est un pays si complexe, avec ses rythmes… Oui, c’est vrai qu’il y a des choses qui ne nous semblent pas démocratiques, ça c’est vrai. Le cardinal Zen, qui est âgé, sera jugé ces prochains jours, je crois. Lui, il dit ce qu’il entend, et on voit bien que là, il y a des limitations. Plus que de donner des qualificatifs, parce que c’est difficile, et je ne me sens pas en mesure de donner des qualifications, ce sont des impressions ; plus que de donner des qualifications, moi je cherche la voie du dialogue. Ensuite, dans le dialogue, on peut éclaircir tant de choses et pas seulement concernant l’Église, d’autres secteurs aussi. Par exemple, l’étendue de la Chine : les gouverneurs de province sont tous différents, il y a des cultures différentes au sein de la Chine. C’est un géant, comprendre la Chine, c’est quelque chose de géant. Il ne faut pas perdre patience, il en faut, il en faut beaucoup, mais nous ne devons pas mettre le dialogue en péril. Moi j’essaye d’éviter de donner des qualificatifs parce que oui, peut-être, mais allons de l’avant ».

    Lire la suite

  • Etes-vous abonné à "L'Eglise dans le monde"?

    IMPRIMER

    2022_09_21_07_41_46_Greenshot.png

    D'Amélie Berthelin sur le site de l'Aide à l'Eglise en détresse :

    Connaissez-vous le magazine d'actualité sur les chrétiens
     
    L'ÉGLISE DANS LE MONDE ?
     
    Depuis 50 ans, l'AED décrypte l'actualité de l’Église locale dans notre revue L’Église dans le monde. Porte-parole des chrétiens, ce magazine, unique en son genre, rend compte de leur vie quotidienne, où détresse et espérance se mêlent.
     
    Dans 150 pays, des contacts de confiance nous transmettent des informations exclusives. L’Église dans le monde, rédigée par des journalistes en lien avec des populations oubliées, propose des analyses géopolitiques, des témoignages et des reportages, illustrés de photos prises sur le terrain.
     
    S'il vous plaît, témoignez autour de vous de ce qui nous arrive ! " nous exhortait encore ce matin Mgr Wilfred Anagbe, du diocèse de Makurdi au Nigeria. Il est de notre devoir d’être le porte-parole des chrétiens dans le monde et de transmettre leur témoignage. Combien cela les réconforte lorsque nous leur assurons qu’en France et ailleurs nous parlons d'eux, nous témoignons pour eux!
     
    En recevant 5 fois dans l’année notre revue L’Église dans le monde, vous pourrez ainsi mieux connaître vos frères chrétiens. Aujourd’hui, nous avons besoin de vous pour que les chrétiens de tant de régions du monde ne soient pas oubliés.
     
    Je vous invite à devenir leur porte-parole en vous abonnant à notre magazine (30 €/an) et en le faisant connaître autour de vous.
     
    Pour découvrir le magazine, je vous offre le dernier numéro à lire ici. Partez à la découverte de l'Église aux quatre coins de la planète et venez rencontrer des chrétiens du monde entier.
    Abonnez-vous à L'Eglise dans le monde.
     
    Vous pouvez aussi nous envoyer vos impressions en répondant aux questions ci-dessous. Votre avis est essentiel pour nous !
     
    Bonne lecture et à très bientôt,
     
    Amélie Berthelin
    Rédactrice en chef
    L'Église dans le monde