Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

International - Page 5

  • Selon un rapport, les persécutions antichrétiennes risquent d'empirer en Asie en 2023

    IMPRIMER

    Du site des Missions Etrangères de Paris :

    Les persécutions antichrétiennes risquent d’empirer en Asie en 2023 selon un rapport

    11/01/2023

    Selon un nouveau rapport du groupe chrétien œcuménique Release International (RI), publié le 28 décembre et portant sur les perspectives d’évolution des persécutions contre les chrétiens à travers le monde en 2023, la situation risque d’empirer dans au moins sept pays asiatiques (Chine, Corée du Nord, Inde, Pakistan, Afghanistan, Malaisie et Iran), où les chrétiens sont visés par des persécutions et des restrictions qui sont présentées comme particulièrement sérieuses en Chine, en Inde et en Corée du Nord.

    Le 24 novembre 2021 dans la cathédrale de Manille, illuminée à l’occasion du Mercredi Rouge, une campagne mondiale organisée par l’AED sur la liberté religieuse et la persécution des chrétiens.

    La persécution des chrétiens dans sept pays asiatiques, dont la Chine, risque d’empirer en 2023 à cause de pressions politiques et de positions religieuses radicales, selon le dernier rapport de l’organisation chrétienne œcuménique Release International (RI), basée au Royaume-Uni.

    Le rapport, intitulé Persecution Trends et publié le 28 décembre 2022, évoque la Chine, la Corée du Nord, l’Inde, le Pakistan, l’Afghanistan, la Malaisie et l’Iran parmi une liste de nations où les chrétiens rencontrent des persécutions, selon une information publiée le 4 janvier par Radio Free Asia (RFA).

    Le rapport du groupe souligne un contrôle renforcé par le président chinois Xi Jinping sur les chrétiens, alors que l’État les considère comme des citoyens « non patriotiques » dans différents messages officiels. « Le gouvernement, sous Xi Jinping, veut tout contrôler, et actuellement, le christianisme n’est pas autant sous contrôle qu’il le voudrait », précise l’organisation, qui cite une source anonyme.

    « Le christianisme y est présenté comme inacceptable dans un pays athée et communiste, plutôt que comme une croyance acceptable mais minoritaire », poursuit Release International. Celui-ci évoque de nombreux rapports de responsables chrétiens et de fidèles arrêtés ou interrogés à cause de leurs activités en Chine. L’augmentation du nombre de chrétiens accusés d’activités financières ou religieuses illégales est également signalée par l’organisation comme un indicateur de la persécution des chrétiens dans la nation communiste.

    Selon le rapport, Pékin a envoyé des messages clairs et forts aux jeunes, aux enseignants et aux parents en affirmant que « la religion nuira à leur éducation » et en leur demandant de dénoncer aux autorités toute personne engagée dans des activités religieuses. Le groupe évoque aussi des entreprises chinoises qui retirent des offres d’emploi en cas de postulants exprimant des « croyances chrétiennes ».

    Lire la suite

  • Les chrétiens d'Arménie confrontés à une crise humanitaire

    IMPRIMER

    De Jack Baghumian et Lara Setrakian sur First Things :

    Les chrétiens d'Arménie confrontés à une crise humanitaire

    9 janvier 2023

    Laissée à la maison avec des réserves de nourriture en baisse, Roza Sayadyan se bat pour savoir comment elle va nourrir ses enfants dans les jours à venir. Roza vit dans le Nagorno-Karabakh, une région d'Azerbaïdjan où vivent 120 000 chrétiens arméniens. Depuis le 12 décembre, la principale route menant à la région est bloquée par des manifestants soutenus par le gouvernement azerbaïdjanais, ce qui entrave le transit normal de nourriture, de médicaments et d'autres fournitures vitales et risque de provoquer une catastrophe humanitaire pour Roza et des milliers de familles comme la sienne.

    "Nous essayons de créer un environnement tel que les enfants ne voient pas ce qui se passe ou, du moins, ne se rendent pas compte de la gravité de la situation", nous a-t-elle dit lors d'un entretien téléphonique, tout en ajoutant qu'il était hors de question de fêter Noël (célébré le 6 janvier dans l'Église arménienne) avec un quelconque sentiment de normalité.

    Comme de nombreux Arméniens du Haut-Karabakh, une foi chrétienne profonde a contribué à renforcer Roza pendant la crise. Sa paroisse locale s'efforce de répondre aux besoins de la communauté et se réunit chaque soir pour prier à l'église. "La foi est ce qui maintient les gens ensemble", dit-elle.

    Dans la ville voisine de Martuni, le père Hovhan Hovhannisian s'efforce de prendre soin de sa communauté. La fréquentation de son église a augmenté de 40 %, les paroissiens recherchant la fraternité en ces temps difficiles. Sans accès à l'essence, les voitures ne peuvent pas circuler, et sa paroisse ressent la pénurie de nourriture. Chaque jour, il doit prendre des décisions difficiles sur la façon de distribuer le peu qu'ils ont.

    "Nous essayons d'être aux côtés des gens", a-t-il déclaré. "Les familles viennent à l'église et apportent leurs restes - un supplément de farine, de l'huile de cuisson - et l'église les distribue aux familles qui en ont le plus besoin, ce qui, bien sûr, est une décision difficile." Il prie pour qu'un pont aérien humanitaire soit mis en place pour transporter des fournitures et évacuer les personnes ayant besoin de soins médicaux.

    Pour le moment, il n'y a qu'une faible possibilité de résoudre la crise. Les États-Unis, l'Union européenne et d'autres pays ont appelé l'Azerbaïdjan à lever le blocus et à rouvrir le corridor de Lachin. Des responsables américains ont mis en garde contre une "crise humanitaire importante" si le corridor reste fermé. Le pape François a exprimé son inquiétude quant aux "conditions humanitaires précaires de la population, qui risquent encore de se détériorer pendant la saison hivernale".

    Lire la suite

  • Le cardinal Zen a été reçu par le pape François pour une rencontre privée

    IMPRIMER

    Du site des Missions Etrangères de Paris :

    Le cardinal Zen reçu par le pape François au Vatican pour une rencontre privée

    Le 7 janvier, après les obsèques de Benoît XVI, Mgr Joseph Zen Ze-chiun, évêque émérite de Hong-Kong, a été reçu en privé par le pape François. Le cardinal Zen, qui aura 91 ans dans quelques jours, n’avait pas pu rencontrer le pape en privé lors de sa dernière venue à Rome en 2020. Condamné en novembre à une amende pour « défaut d’enregistrement » du Fonds d’aide humanitaire 612, créé en 2019 pour soutenir des manifestants prodémocratie, il a reçu une autorisation spéciale des autorités le 3 janvier pour pouvoir se rendre à Rome.

    Le pape François a rencontré le cardinal Zen en audience privée après les obsèques de Benoît XVI (photo d’archive).

    Ce samedi 7 juillet au matin, avant le retour à Hong-Kong du Joseph Zen Ze-chiun, évêque émérite de Hong-Kong, le pape François a tenu à le rencontrer en audience privée. La rencontre a eu lieu à la maison Sainte-Marthe, selon le cardinal Zen qui aura 91 ans dans quelques jours, le 13 janvier prochain.

    L’évêque émérite s’est retrouvé au tribunal il y a quelques semaines, après son arrestation en mai pour une affaire liée à la loi controversée sur la Sécurité nationale. Il a finalement été condamné à verser une amende – pour non-enregistrement d’un fonds d’aide aux victimes de la répression des manifestations hongkongaises de 2019. Malgré son passeport qui a été saisi, il a reçu une autorisation spéciale des autorités chinoises, délivrée le 3 janvier dernier, en vue de se rendre à Rome pour assister aux obsèques de Benoît XVI, célébrées jeudi dernier place Saint-Pierre. Il avait été créé cardinal par le pape allemand en 2006.

    Interrogé par le magazine jésuite America, le cardinal Zen (connu pour ses convictions et ses paroles fortes, notamment concernant l’Accord provisoire sur la nomination des évêques signé entre le Saint-Siège et Pékin et renouvelé en octobre dernier) a parlé de sa rencontre avec le pape François avec enthousiasme. Tout en restant discret sur le contenu de l’échange, il a précisé qu’il avait remercié le Saint-Père pour avoir donné « un bon évêque » à Hong-Kong (Mgr Stephen Chow Sau-yan, nommé en 2021). Le magazine catholique a également souligné un « lien d’amitié et de foi » entre l’évêque émérite de Hong Kong et le pape argentin.

    « J’espère qu’un jour, vous pourrez visiter le sanctuaire de Sheshan »

    Il a également décrit au pape son ministère pastoral auprès des détenus des prisons hongkongaises, un engagement qu’il poursuit depuis plus de dix ans. Il a également raconté avoir baptisé de nombreux prisonniers au cours des dernières années. À Hong-Kong, on compte actuellement plus de 1 300 personnes détenues, en prison ou dans des établissements correctionnels, pour raisons politiques liées aux manifestations de 2019 contre la loi sur la Sécurité nationale.

    Durant la rencontre, le pape François a également montré au cardinal Zen une statue de Notre-Dame de Sheshan – vénérée au sanctuaire de Shanghai –, reçue en cadeau le jour de son élection et qu’il garde dans sa chambre. L’évêque hongkongais, lui-même natif de Shanghai, d’où sa famille a fui en 1948 avant l’arrivée au pouvoir des communistes de Mao, lui a répondu : « J’espère qu’un jour, vous pourrez visiter le sanctuaire. »

    Par ailleurs, de nombreux témoignages continuent d’arriver de Chine continentale sur l’affection avec laquelle les catholiques chinois se souviennent de Benoît XVI et de son amour pour leur pays. Dans la ville historique de Xi’an, dans la province de Shaanxi, Mgr Antoine Dang Mingyan – successeur de Mgr Antoine Li Duan (1927-2006), qui grandement contribué à la reconstruction de l’Église en Chine après la Révolution culturelle et qui a été invité par Benoît XVI à assister au Synode des évêques sur l’Eucharistie en 2005 – a notamment célébré une messe de suffrage pour le pape émérite dans la cathédrale Saint-François de Xi’an, le jour de ses obsèques au Vatican.

    Selon le site catholique chinois xinde.org, tous les célébrants se sont inclinés trois fois devant une image de Benoît XVI durant la célébration. « Il a pleinement accompli sa mission », a confié Mgr Dang Mingyan, en appelant les fidèles à prier pour le défunt. Des messes de suffrage pour Benoît XVI ont également été célébrées dans des églises d’autres diocèses de la province de Shaanxi.

    (Avec Asianews)

  • "La troisième guerre mondiale par morceaux que nous vivons" (discours du pape aux membres du corps diplomatique pour la présentation des voeux 2023)

    IMPRIMER

    DISCOURS DU PAPE FRANÇOIS AUX MEMBRES DU CORPS DIPLOMATIQUE ACCRÉDITÉ AUPRÈS DU SAINT-SIÈGE POUR LA PRÉSENTATION DES VŒUX POUR LA NOUVELLE ANNÉE

    Salle des Bénédiction
    Lundi 9 janvier 2023

    source

    Éminence, Excellences, Mesdames et Messieurs,

    je vous remercie de votre présence à notre rendez-vous habituel, qui veut être cette année une invocation à la paix, dans un monde où les divisions et les guerres se multiplient.

    Je suis particulièrement reconnaissant au Doyen du Corps diplomatique, Son Excellence Monsieur Georges Poulides, pour les vœux qu'il m'a adressés au nom de tous. Mes salutations s’étendent à chacun de vous, à vos familles, à vos collaborateurs et aux peuples et Gouvernements des pays que vous représentez. À chacun de vous, et à vos Autorités, je souhaite aussi exprimer ma gratitude pour les messages de condoléances qui sont parvenus à l’occasion de la mort du Pape émérite Benoît XVI ainsi que pour la proximité manifestée lors des obsèques.

    Nous venons de conclure le temps de Noël, au cours duquel les chrétiens font mémoire du mystère de la naissance du Fils de Dieu. Le prophète Isaïe l'avait annoncé en ces termes : « Un enfant nous est né, un fils nous a été donné ! Sur son épaule est le signe du pouvoir ; son nom est proclamé : Conseiller-merveilleux, Dieu-Fort, Père-à-jamais, Prince-de-la-Paix » (Is 9, 5).

    Votre présence affirme la valeur de la paix et de la fraternité humaine que le dialogue contribue à construire. Par ailleurs, la diplomatie a précisément pour tâche de régler les différends dans le but de favoriser un climat de collaboration réciproque et de confiance pour satisfaire des besoins communs. On peut dire qu'il s'agit d'un exercice d'humilité car entrer en relation avec l'autre, comprendre ses raisons et ses points de vue en s'opposant à l'orgueil et à l'arrogance humaine, cause de toute volonté belliqueuse, exige de sacrifier un peu d'amour-propre.

    Je suis également reconnaissant pour l'attention que vos pays portent au Saint-Siège, manifestée, entre autres, au cours de l'année écoulée, par le choix de la Suisse, de la République du Congo, du Mozambique et de l'Azerbaïdjan de nommer des Ambassadeurs résidents à Rome, ainsi que par la signature de nouveaux Accords bilatéraux avec la République Démocratique de Sao Tomé et Principe et avec la République du Kazakhstan.

    Je voudrais ici également rappeler que, dans le cadre d'un dialogue respectueux et constructif, le Saint-Siège et la République Populaire de Chine ont convenu de prolonger encore de deux ans la validité de l'Accord Provisoire sur la nomination des évêques, stipulé à Pékin en 2018. J'espère que cette relation de collaboration pourra se développer en faveur de la vie de l'Église catholique et du bien du peuple chinois.

    En même temps, je vous renouvelle l'assurance de la pleine collaboration de la Secrétairerie d'État et des Dicastères de la Curie romaine qui, avec la promulgation de la nouvelle Constitution apostolique Prædicate Evangelium, a été réformée dans certaines de ses structures pour mieux remplir « sa fonction propre dans un esprit évangélique, en travaillant pour le bien et au service de la communion, de l’unité et de l'édification de l’Église universelle, et en répondant aux besoins du monde dans lequel l’Église est appelée à accomplir sa mission ». [1]

    Chers Ambassadeurs,

    cette année marque le 60 ème anniversaire de l'Encyclique Pacem in Terris de saint Jean XXIII, publiée un peu moins de deux mois avant sa mort. [2]

    Aux yeux du "bon Pape", le danger d'une guerre nucléaire provoquée par la crise des missiles de Cuba d’octobre 1962, était encore présent. L'humanité était à deux doigts de son anéantissement si l’on ne parvenait pas à faire prévaloir le dialogue, consciente des effets destructeurs des armes atomiques.

    Malheureusement, aujourd'hui encore, la menace nucléaire est évoquée, plongeant le monde dans la peur et l'angoisse. Je ne peux que répéter ici que la possession d'armes atomiques est immorale puisque - comme l'observait Jean XXIII – : « Qu'il y ait des hommes au monde pour prendre la responsabilité des massacres et des ruines sans nombre d'une guerre, cela peut paraître incroyable ; pourtant, on est contraint de l'avouer, une surprise, un accident suffiraient à provoquer la conflagration». [3] Sous la menace des armes nucléaires, nous sommes tous toujours perdants, tous !

    Lire la suite

  • Pourquoi enlève-t-on des prêtres au Nigeria ?

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    AFRIQUE/NIGERIA - Mgr Gopep : "Les enlèvements de prêtres au Nigeria sont en augmentation et ont des motifs différents"

    7 janvier 2023

    Abuja (Agence Fides) - " Les enlèvements de prêtres et de religieux sont en augmentation au Nigeria ", affirme Mgr Luka Sylvester Gopep, évêque auxiliaire de Minna, dans l'État du Niger (Nigeria), qui a accordé une interview à l'Agence Fides sur la situation sécuritaire dans son pays.

    En ce qui concerne les enlèvements de prêtres et de religieux, pensez-vous que ce phénomène a augmenté au cours de l'année écoulée ? Existe-t-il une stratégie visant à cibler le clergé ou ces enlèvements sont-ils simplement l'œuvre de bandits en quête d'argent ?

    LUKA SYLVESTER GOPEP : L'enlèvement et, dans certains cas, le meurtre de prêtres et de religieux par divers groupes criminels ont rendu la situation précaire au Nigeria. Ce pourcentage est en augmentation depuis l'année dernière. Par exemple, en 2022, plus de 20 incidents d'enlèvement et de meurtre de prêtres ont été enregistrés au Nigeria. Cette situation est alarmante et appelle une action urgente de la part du gouvernement fédéral et des gouvernements des différents États.

    Ces attaques contre des prêtres et des religieux ont été perpétrées par différents groupes et pour différentes raisons. D'une part, les attaques des groupes ISWAP/Boko Haram font partie de leur programme visant à imposer l'islam et la charia à toutes les communautés du Nigeria. D'autre part, les attaques servent à éloigner les chrétiens de l'Église et à les forcer à abandonner la pratique de leur foi.

    Certains incidents d'enlèvement et de meurtre de prêtres par divers groupes de bandits dans le nord et le sud du Nigeria sont essentiellement des enlèvements à des fins d'extorsion. Nous savons que de nombreux groupes de bandits dans le nord du Nigeria enlèvent des chrétiens, des musulmans et des membres du clergé traditionnel africain. La recherche d'argent sous-tend la plupart des activités de ces groupes criminels.

    Le massacre de l'église d'Owo a été attribué à l'ISWAP (État islamique d'Afrique de l'Ouest). S'agit-il d'une opinion partagée au Nigeria ou existe-t-il d'autres hypothèses quant à l'identité des responsables du massacre ?

    GOPEP : Le dimanche de Pentecôte, 5 juin 2022, les fidèles de l'église catholique St Francis, Owo, État d'Ondo, ont été attaqués par des inconnus et plus de 40 personnes ont été tuées. Le gouvernement fédéral a annoncé que le massacre avait été perpétré par l'État islamique d'Afrique de l'Ouest (ISWAP). Elle a ajouté qu'elle avait arrêté certaines personnes soupçonnées d'avoir pris part à cette lâche attaque.

    Certaines personnes, dont Rotimi Akeredolu, le gouverneur de l'État d'Ondo, ont estimé qu'il ne s'agissait pas de l'ISWAP. Certains pensent que c'est l'œuvre des bergers Fulani, tandis que d'autres l'attribuent à des gangs locaux qui ont pris pour cible des personnes qui se trouvaient à l'église ce dimanche fatal. En fait, les avis divergent quant à l'identité de l'auteur du massacre.

    Lire la suite

  • Un prêtre catholique assassiné dans le nord-ouest du Burkina Faso

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    AFRIQUE/BURKINA FASO- Un prêtre catholique assassiné dans le nord-ouest du pays

    3 janvier 2023

    Ouagadougou (Agence Fides) - Un prêtre catholique a été tué au Burkina Faso. Le Père Jacques Yaro Zerbo, a été assassiné le lundi 2 janvier par des hommes armés non identifiés. Selon un communiqué envoyé à l'Agence Fides et signé par Mgr Prosper Bonaventure KY, évêque de Dédougou, le prêtre de 67 ans a été tué dans la localité de Soro, dans la région de la Boucle du Mouhoun, au nord-ouest du Burkina Faso.

    Le père Jacques Yaro Zerbo est né le 28 décembre 1956 à Kolongo, dans l'actuel Mali, et a été ordonné prêtre le 19 juillet 1986 à Dédougou.

    La région de la Boucle du Mouhoun (nord-ouest) est l'une des régions les plus touchées par le terrorisme au Burkina Faso. Dans cette région, au moins 28 civils ont été tués dans la nuit du vendredi 30 décembre au samedi 31 décembre, en " représailles " à une attaque " terroriste " dans la ville de Nouna, chef-lieu de la province de la Kossi.(LM) (Agence Fides 3/1/2023)

    et cette deuxième dépêche :

    AFRIQUE/BURKINA FASO - Population fuyant la région de la Boucle du Mouhoun, où le père Zerbo a été tué

    5 janvier 2023

    Ouagadougou (Agence Fides) - Dans la zone où le Père Jacques Yaro Zerbo a été tué le 2 janvier (voir Fides 3/1/2023), la population locale est en train de fuir. En particulier, depuis le 3 janvier, les habitants de la localité rurale de Gassan, située dans la province de Nayala, dans la région de la Boucle du Mouhoun, ont été sommés de partir par les groupes armés qui sévissent dans la région, trouvant refuge à Dédougou.

    Selon les témoignages de certaines personnes déplacées, des hommes armés sont venus voir l'imam du village le 3 janvier au matin pour lui dire qu'ils donnaient vingt-quatre heures à la population pour quitter le village.

    Les djihadistes de la Jama'at Nasr al-Islam wal Muslimin (JNIM) opèrent dans la région, mais il existe également des groupes d'autodéfense, créés pour s'opposer aux djihadistes, qui sont eux-mêmes accusés de graves violences à l'encontre de la population locale, selon l'ONG locale, le Collectif contre l'impunité et la stigmatisation des communautés (CISC).

    La CISC accuse spécifiquement les Volontaires pour la défense de la patrie (VDP) en relation avec le massacre d'au moins 28 civils tués dans la nuit du vendredi 30 au samedi 31 décembre, en " représailles " à une attaque " terroriste " dans la ville de Nouna (voir Fides 3/1/2023).

    La campagne de recrutement de 50 000 volontaires pour la défense de la patrie (VDP), lancée en octobre 2022 par les autorités suite au coup d'État du 30 septembre 2022, s'est achevée le 18 novembre avec 90 000 candidatures retenues. Après une période de formation de deux semaines, les volontaires sont ensuite intégrés dans les groupes de soutien des forces armées régulières. Une procédure qui suscite des interrogations de la part des experts indépendants sur le degré de fiabilité de ces miliciens et leur respect des droits de l'homme. (LM) (Agence Fides 5/1/2023)

  • « Et si Dieu existait » ? Grande conférence à la salle académique de l’Université de Liège :

    IMPRIMER

  • Ukraine : le plan de paix des grecs-catholiques dans ce qui est aussi une guerre de religion

    IMPRIMER

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso, en traduction française sur Diakonos.be :

    Ukraine. Le plan de paix des grecs-catholiques, dans une guerre qui est aussi de religion

    L’agression de la Russie contre l’Ukraine a également bouleversé la vie des Églises orthodoxes dans la terre qui a donné naissance au christianisme de ces deux peuples. Mais il n’est pas dit qu’un miracle de nouvel œcuménisme ne puisse pas émerger de cette crise.

    En Ukraine, il y a trois Églises orthodoxes. La plus grande, avec à sa tête le métropolite Onuphre, est statutairement liée au patriarcat de Moscou ; une autre, indépendante, et dirigée par le patriarche Épiphane, a vu le jour en 2018 avec l’approbation du patriarcat œcuménique de Constantinople ; et une troisième, plus petite, avec comme patriarche Philarète, s’est séparée de Moscou au moment de la dissolution de l’empire soviétique. De plus, il y a une Église grecque-catholique de rite oriental bien vivante, avec environ 5 millions de fidèles, dirigée par l’archevêque majeur de Kiev, Sviatoslav Shevchuk.

    Alors que l’Église grecque-catholique et les deux Églises orthodoxes indépendantes de Moscou se sont immédiatement et unanimement montrées solidaires de la résistance de l’Ukraine contre l’agression russe, en ce qui concerne l’Église orthodoxe liée au patriarcat de Moscou, la guerre a créé de sérieux problèmes.

    Depuis le début, son patriarche Onuphre, avec le consensus d’une bonne partie des évêques, du clergé et des fidèles, a condamné l’agression russe et s’est dissocié des thèses pro-Poutine débridées de Cyrille, le patriarche de Moscou.

    Le 27 mai, l’Église d’Onuphre a même convoqué un concile qui s’est prononcé en faveur de l’autonomie envers Moscou et a prévu une modification en ce sens de ses propres statuts. Et cela alors que de mois en mois, le sentiment antirusse grandit dans une population qui s’identifie toujours plus avec la nation ukrainienne et qui est tentée çà et là d’adhérer à l’autre Église orthodoxe, l’indépendante, qui a vu le jour en 2018.

    Et pourtant, dans l’Église d’Onuphre, nombreux sont ceux qui, à tous les niveaux, continuent à agir en faveur des agresseurs.

    Quand fin septembre, après les référendums mis en scène par les russes dans les territoires occupés, l’acte d’annexion des régions de Donetsk, Lougansk, Zaporozhye et Kherson a été signé à Moscou, trois prélats de l’Église ukrainienne d’Onuphre étaient présents à la cérémonie. D’autres, dont deux évêques, se sont réfugiés en Russie après que l’Ukraine ait reconquit les territoires de leurs diocèses. Et six autres évêques (cinq de Crimée et un de la région de Lougansk) avaient soustrait leurs diocèses à l’autorité du métropolite de Kiev pour les replacer directement sous la juridiction directe du patriarcat de Moscou.

    Au cours du synode qui s’est tenu en novembre, Onuphre n’a toutefois pris aucune mesure disciplinaire contre les collaborateurs. Ce qui a incité le gouvernement de Kiev à adopter, début décembre, un décret visant à punir « dans les organisation religieuses en Ukraine » tous ceux qui entretiennent des rapports de collaboration avec Moscou.

    Lire la suite

  • Violence contre les adivasis chrétiens au Chhattisgarh : la foule vandalise des églises et attaque la police

    IMPRIMER

    D'Abhik Bhattacharya sur outlookindia.com :

    Violence contre les adivasis chrétiens au Chhattisgarh : la foule vandalise des églises et attaque la police

    Lors d'un entretien avec Outlook, le député du Congrès de Narayanpur, Chandan Kashyap, a déclaré que des " étrangers " étaient derrière ces attaques. Les habitants accusent le BJP-RSS d'avoir orchestré les attaques.

    3 janvier 2023

    Les attaques contre les Adivasis chrétiens dans le Chhattisgarh ont pris une mauvaise tournure hier lorsqu'une foule composée de groupes de droite hindous a vandalisé une église à Narayanpur et a attaqué la police, blessant gravement le Superintendant de la police (SP) Sadanand Kumar qui, avec son équipe, s'était rendu sur place pour apaiser les gens qui protestaient contre une prétendue conversion par des missionnaires chrétiens.  

    Alors que Kumar a été blessé à la tête, au moins cinq autres membres de la police ont été légèrement blessés et ont été libérés après un traitement préliminaire, rapporte PTI.  

    L'incident a eu lieu vers l'après-midi lorsqu'une foule s'est rassemblée près de l'école Viswadeepti pour protester contre un affrontement qui a éclaté dans le village d'Ekda entre deux communautés à propos d'une conversion religieuse présumée par des missionnaires chrétiens. L'inspecteur général de la police (IG) Sundarraj P a déclaré à la PTI : "Environ 2 000 personnes étaient présentes à une réunion tenue à Narayanpur. Les chefs tribaux locaux Rupsai Salam, Narayan Markam et quelques autres dirigeaient le rassemblement".  

    Il a également ajouté qu'après la réunion, la foule s'est divisée en deux parties et, armée de bâtons et de pierres, elle est entrée dans l'église située dans les locaux de l'école et l'a vandalisée. Après avoir reçu des informations, la police est arrivée sur place pour disperser la foule et a également été attaquée.

    Le SP Kumar, qui s'est entretenu avec les journalistes depuis l'hôpital où il était soigné pour des blessures à la tête, a déclaré : "Je me suis précipité sur place avec d'autres fonctionnaires et j'ai essayé d'apaiser les manifestants. Ils semblaient convaincus et étaient sur le point de rentrer, mais soudain quelqu'un m'a frappé à la tête avec un bâton."  

    Se référant à une réunion que l'administration a eue avec les manifestants, avant la manifestation, le collecteur de Narayanpur, Ajeet Vasant, a déclaré que les dirigeants de la communauté leur avaient assuré une manifestation pacifique, mais qu'elle était devenue violente. Cependant, les habitants ont accusé la police d'inaction et ont déclaré que c'est grâce à elle que le groupe de droite hindou a pu rassembler une telle force.

    Lors d'un entretien avec Outlook, Suman Mandvi (nom modifié sur demande) a déclaré : "Les attaques contre nous se sont poursuivies sans être découragées malgré plusieurs plaintes de la police. Samedi, ils ont attaqué nos frères dans le village de Gorrah. Comme les personnes rassemblées dans l'église ont perdu leur sang-froid, ils ont également attaqué quelques-uns d'entre eux. Cette nouvelle de l'affrontement s'est rapidement répandue et le dimanche, les gens de droite ont rassemblé des personnes des districts voisins et sont venus sur 150 motos avec des bâtons et d'autres armes. Ils ont ensuite attaqué brutalement notre peuple à travers les villages."

    Après l'attaque, des centaines d'Adivasi chrétiens ont fui vers Jungle et ont contacté la police, mais en vain. Ils ont ensuite essayé de se connecter à la Commission nationale des droits de l'homme (NHRC), sur l'intervention de laquelle la police a pris l'affaire en main et a essayé de pacifier la foule. Cependant, Mandvi ajoute : "Dimanche soir, ils ont bloqué la route et la police n'a rien fait du tout. Le lundi, la situation a culminé avec les attaques contre les églises."

    Un autre activiste social, Vijay Kumar (nom modifié sur demande), a déclaré à Outlook : " Ils n'ont pas seulement vandalisé l'église de l'école, la foule s'est dispersée et a ensuite démoli trois autres églises dans les villages, à savoir Kodagaon, Bandapal et Amasara. "

    Certaines vidéos reçues par Outlook, non encore vérifiées, montrent des personnes faisant irruption dans les églises et détruisant les propriétés avec des bâtons. Si la police était intervenue plus tôt, la situation n'aurait pas été telle, ajoute Mandvi, qui a aidé les sans-abri en leur fournissant des rations de base et d'autres ressources. Au moins 1000 personnes ont quitté leur maison par peur et vivent maintenant dans différentes parties du district.

    Lire la suite

  • LVe Journée mondiale de la Paix : le message du pape François

    IMPRIMER

    MESSAGE DU PAPE FRANÇOIS

    POUR LA CÉLÉBRATION DE LA LVe JOURNÉE MONDIALE DE LA PAIX

    1er JANVIER 2023 (source)

    Personne ne peut se sauver tout seul.
    Repartir après la Covid-19 pour tracer ensemble des sentiers de paix

    « Pour ce qui est des temps et des moments de la venue du Seigneur, vous n’avez pas besoin, frères, que je vous en parle dans ma lettre. Vous savez très bien que le jour du Seigneur vient comme un voleur dans la nuit » (Première Lettre de Saint Paul aux Thessaloniciens 5, 1-2).

    1. L'Apôtre Paul invitait par ces mots la communauté de Thessalonique à rester ferme dans l'attente de la rencontre avec le Seigneur, les pieds et le cœur sur terre, capable de porter un regard attentif sur la réalité et les événements de l'histoire. C'est pourquoi, même si les événements de notre existence semblent tragiques et que nous nous sentons poussés dans le tunnel sombre et pénible de l'injustice et de la souffrance, nous sommes appelés à garder le cœur ouvert à l'espérance, en faisant confiance à Dieu qui se rend présent, nous accompagne avec tendresse, nous soutient dans notre fatigue et, surtout, guide notre chemin. C'est pourquoi saint Paul exhorte constamment la communauté à veiller, en recherchant le bien, la justice et la vérité : « Ne restons pas endormis comme les autres, mais soyons vigilants et restons sobres » (5, 6). C'est une invitation à rester en éveil, à ne pas nous enfermer dans la peur, la souffrance ou la résignation, à ne pas céder à la distraction, à ne pas nous décourager, mais à être au contraire comme des sentinelles capables de veiller et de saisir les premières lueurs de l'aube, surtout aux heures les plus sombres.

    2. La Covid-19 nous a plongés dans la nuit, déstabilisant notre vie ordinaire, chamboulant nos plans et nos habitudes, bouleversant l'apparente tranquillité des sociétés, même les plus privilégiées, entrainant désorientation et souffrance, causant la mort de beaucoup de nos frères et sœurs.

    Entrainé dans un tourbillon de défis imprévus et dans une situation qui n'était pas très claire, même du point de vue scientifique, le monde de la santé s'est mobilisé pour soulager la douleur de nombre de personnes et tenter d'y remédier, tout comme les Autorités politiques qui ont dû prendre des mesures importantes en termes d'organisation et de gestion de l'urgence.

    En plus des manifestations physiques, la Covid-19 a provoqué, parfois à long terme, un malaise général qui a grandi dans le cœur de nombreux individus et familles, avec des effets considérables alimentés par de longues périodes d'isolement et diverses restrictions de liberté.

    En outre, nous ne pouvons pas oublier la manière dont la pandémie a touché certains aspects sensibles de l’ordre social et économique, faisant ressortir des contradictions et des inégalités. Elle a menacé la sécurité de l'emploi de nombreuses personnes et aggravé la solitude de plus en plus répandue dans nos sociétés, notamment celle des plus faibles et des pauvres. Pensons, par exemple, aux millions de travailleurs clandestins dans de nombreuses régions du monde, qui sont restés sans emploi et sans aucun soutien durant tout le confinement.

    Les individus et la société progressent rarement dans des situations générant un tel sentiment de défaite et d'amertume : ce dernier affaiblit les efforts dépensés pour la paix et provoque des conflits sociaux, des frustrations et des violences de toutes sortes. En ce sens, la pandémie semble avoir bouleversé même les parties les plus paisibles de notre monde, faisant ressortir d'innombrables fragilités.

    3. Après trois années, l’heure est venue de prendre le temps de nous interroger, d'apprendre, de grandir et de nous laisser transformer, tant individuellement que communautairement ; un temps privilégié pour se préparer au "jour du Seigneur". J'ai déjà eu l’occasion de répéter qu’on ne sort jamais identiques des moments de crise : on en sort soit meilleur, soit pire. Aujourd'hui, nous sommes appelés à nous demander : qu'avons-nous appris de cette situation de pandémie ? Quels chemins nouveaux devons-nous emprunter pour nous défaire des chaînes de nos vieilles habitudes, pour être mieux préparés, pour oser la nouveauté ? Quels signes de vie et d'espérance pouvons-nous saisir pour aller de l'avant et essayer de rendre notre monde meilleur ?

    Après avoir touché du doigt la fragilité qui caractérise la réalité humaine ainsi que notre existence personnelle, nous pouvons dire avec certitude que la plus grande leçon léguée par la Covid-19 est la conscience du fait que nous avons tous besoin les uns des autres, que notre plus grand trésor, et aussi le plus fragile, est la fraternité humaine fondée sur notre filiation divine commune, et que personne ne peut se sauver tout seul. Il est donc urgent de rechercher et de promouvoir ensemble les valeurs universelles qui tracent le chemin de cette fraternité humaine. Nous avons également appris que la confiance dans le progrès, la technologie et les effets de la mondialisation n'a pas seulement été excessive, mais s'est transformée en un poison individualiste et idolâtre, menaçant la garantie souhaitée de justice, de concorde et de paix. Dans notre monde qui court très vite, les problèmes généralisés de déséquilibres, d'injustices, de pauvretés et de marginalisations alimentent très souvent des troubles et des conflits, et engendrent des violences voire des guerres.

    Tandis que, d'une part, la pandémie a fait émerger tout cela, nous avons fait d'autre part des découvertes positives : un retour bénéfique à l'humilité ; une réduction de certaines prétentions consuméristes ; un sens renouvelé de la solidarité qui nous incite à sortir de notre égoïsme pour nous ouvrir à la souffrance des autres et à leurs besoins ; un engagement, parfois vraiment héroïque, de tant de personnes qui se sont dépensées pour que tous puissent mieux surmonter le drame de l'urgence.

    Il a résulté de cette expérience une conscience plus forte qui invite chacun, peuples et nations, à remettre au centre le mot "ensemble". En effet, c'est ensemble, dans la fraternité et la solidarité, que nous construisons la paix, que nous garantissons la justice et que nous surmontons les événements les plus douloureux. En effet, les réponses les plus efficaces à la pandémie ont été celles qui ont vu des groupes sociaux, des institutions publiques et privées, des organisations internationales, s'unir pour relever le défi en laissant de côté les intérêts particuliers. Seule la paix qui naît de l'amour fraternel et désintéressé peut nous aider à surmonter les crises personnelles, sociales et mondiales.

    4. Dans le même temps, au moment où nous osions espérer que le pire de la nuit de la pandémie de Covid-19 avait été surmonté, une nouvelle calamité terrible s'est abattue sur l'humanité. Nous avons assisté à l’apparition d'un autre fléau : une guerre de plus, en partie comparable à la Covid-19 mais cependant motivée par des choix humains coupables. La guerre en Ukraine sème des victimes innocentes et répand l'incertitude, non seulement pour ceux qui sont directement touchés, mais aussi pour tout le monde, de manière étendue et indiscriminée, y compris pour tous ceux qui, à des milliers de kilomètres de distance, souffrent des effet collatéraux - il suffit de penser aux problèmes du blé et du prix du carburant.

    Ce n'est certes pas l'ère post-Covid que nous espérions ou attendions. En effet, cette guerre, comme tous les autres conflits répandus de par le monde, est une défaite pour l’humanité entière et pas seulement pour les parties directement impliquées. Alors qu’un vaccin a été trouvé pour la Covid-19, des solutions adéquates n'ont pas encore été trouvées pour la guerre. Le virus de la guerre est certainement plus difficile à vaincre que ceux qui affectent l'organisme humain, car il ne vient pas de l'extérieur mais de l'intérieur, du cœur humain, corrompu par le péché (cf. Évangile de Marc 7, 17-23).

    5. Que nous est-il donc demandé de faire ? Tout d'abord, de nous laisser changer le cœur par l'urgence que nous avons vécue, c'est-à-dire permettre à Dieu, à travers ce moment historique, de transformer nos critères habituels d'interprétation du monde et de la réalité. Nous ne pouvons plus penser seulement à préserver l'espace de nos intérêts personnels ou nationaux, mais nous devons y penser à la lumière du bien commun, avec un sens communautaire c'est-à-dire comme un "nous" ouvert à la fraternité universelle. Nous ne pouvons pas continuer à nous protéger seulement nous-mêmes, mais il est temps de nous engager tous pour guérir notre société et notre planète, en créant les bases d'un monde plus juste et plus pacifique, effectivement engagé dans la poursuite d'un bien qui soit vraiment commun.

    Pour y parvenir et vivre mieux après l'urgence de la Covid-19, nous ne pouvons pas ignorer un fait fondamental : les nombreuses crises morales, sociales, politiques et économiques que nous vivons sont toutes interconnectées. Ce que nous considérons comme étant des problèmes individuels sont en réalité causes ou conséquences les unes des autres. Nous sommes appelés à relever les défis de notre monde, avec responsabilité et compassion. Nous devons réexaminer la question de la garantie de la santé publique pour tous ; promouvoir des actions en faveur de la paix pour mettre fin aux conflits et aux guerres qui continuent à faire des victimes et à engendrer la pauvreté ; prendre soin, de manière concertée, de notre maison commune et mettre en œuvre des mesures claires et efficaces pour lutter contre le changement climatique ; combattre le virus des inégalités et garantir l'alimentation ainsi qu’un travail décent pour tous, en soutenant ceux qui n'ont pas même un salaire minimum et se trouvent en grande difficulté. Le scandale des peuples affamés nous blesse. Nous devons développer, avec des politiques appropriées, l'accueil et l'intégration, en particulier des migrants et de ceux qui vivent comme des rejetés dans nos sociétés. Ce n'est qu'en nous dépensant dans ces situations, avec un désir altruiste inspiré par l'amour infini et miséricordieux de Dieu, que nous pourrons construire un monde nouveau et contribuer à édifier le Royaume de Dieu qui est un Royaume d'amour, de justice et de paix.

    En partageant ces réflexions, je souhaite qu'au cours de la nouvelle année, nous puissions marcher ensemble en conservant précieusement ce que l'histoire peut nous apprendre. Je présente mes meilleurs vœux aux Chefs d'État et de Gouvernement, aux Responsables des Organisations internationales, aux Leaders des différentes religions. À tous les hommes et femmes de bonne volonté, je leur souhaite de construire, jour après jour en artisans de la paix, une bonne année ! Que Marie Immaculée, Mère de Jésus et Reine de la Paix, intercède pour nous et pour le monde entier.

    Du Vatican, le 8 décembre 2022                                             

    François

  • Les missionnaires tués en 2022

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    VATICAN - Les missionnaires tués en 2022

    30 décembre 2022

    Dossier réalisé par Stefano Lodigiani

    Cité du Vatican (Agence Fides) - Selon les données recueillies par l'Agence Fides, 18 missionnaires ont été tués dans le monde en 2022 : 12 prêtres, 1 religieux, 3 religieuses, 1 séminariste et 1 laïc. Quant à la répartition continentale, le nombre le plus élevé a été enregistré en Afrique, où 9 missionnaires ont été tués (7 prêtres, 2 religieux), suivie par l'Amérique Latine, avec 8 missionnaires tués (4 prêtres, 1 religieux, 1 religieuse, 1 séminariste,1 laïc) puis l'Asie, où 1 prêtre a été tué. Ces dernières années, l'Afrique et l'Amérique se sont relayées en tête de cette liste tragique. De 2011 à 2021, l'Amérique pendant 8 ans et l'Afrique pendant 3 ans (2018, 2019, 2021). De 2001 à 2021, le nombre total de missionnaires tués est de 526.

    Depuis quelque temps, la liste annuelle publiée par Fides ne concerne pas seulement les missionnaires ad gentes au sens strict du terme, mais tente de recenser tous les chrétiens catholiques engagés d'une manière ou d'une autre dans une activité pastorale et qui sont morts de manière violente, non expressément « en haine de la foi ». C'est pourquoi nous préférons ne pas utiliser le terme « martyrs », sauf dans son sens étymologique de « témoins », afin de ne pas entrer dans le jugement que l'Eglise peut éventuellement porter sur certains d'entre eux. De même, nous utilisons le terme "missionnaire" pour tous les baptisés, conscients que « en vertu du Baptême reçu, chaque membre du Peuple de Dieu est devenu disciple missionnaire. Chaque baptisé, quelle que soit sa fonction dans l’Eglise et le niveau d’instruction de sa foi, est un sujet actif de l’évangélisation » (EG 120).

    Les quelques rapports sur la vie et les circonstances qui ont conduit à la mort violente de ces 18 missionnaires nous offrent des images de la vie quotidienne, bien que dans des contextes particulièrement difficiles, marqués par la violence, la misère, le manque de justice et de respect pour la vie humaine. Les autres personnes qui les accompagnaient ont souvent partagé le même sort que les missionnaires. Des prêtres ont été tués alors qu'ils étaient en route pour célébrer la Messe avec la communauté qu'ils dirigeaient, pour rompre ce pain et consacrer ce vin qui serait la nourriture et la vie de tant de fidèles. Une religieuse médecin tuée alors qu'elle était en service au centre de santé du diocèse, prête à sauver la vie des autres, et qui sait combien elle en avait déjà sauvé par le passé. Une missionnaire tuée lors d'un assaut sur la mission : au lieu de penser à sauver sa propre vie, elle s'est préoccupée d'aller vérifier que celle des filles logées dans le dortoir était en sécurité. Un autre laïc, un agent pastoral, a été tué alors qu'il se rendait à l'église pour diriger une liturgie de la parole pour les fidèles de cette région, qui n'avaient pas de prêtre résident.
    Témoins et missionnaires de la vie, avec leur vie, qu'ils ont offerte jusqu'au bout, totalement, librement, par gratitude. Comme l'a écrit le Pape François dans son message pour la Journée Mondiale des Missions 2022, “ il est demandé aux disciples de vivre leur vie personnelle dans la clé de la mission : ils sont envoyés par Jésus dans le monde non seulement pour faire la mission, mais aussi et surtout pour vivre la mission qui leur a été confiée ; non seulement pour rendre témoignage, mais aussi et surtout pour être des témoins du Christ. L'essence de la mission est de rendre témoignage au Christ, c'est-à-dire à sa vie, sa passion, sa mort et sa résurrection par amour du Père et de l'humanité".
    (Agence Fides 30/12/2022)

    Lire également : En mémoire reconnaissante des missionnaires assassinés. Des témoins, pas des "témoignages"

  • Beaucoup de chrétiens n'ont pas pu célébrer Noël

    IMPRIMER

    D'Anna Bono sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Noël refusé aux chrétiens persécutés

    29-12-2022

    Il y a beaucoup de chrétiens qui n'ont pas pu célébrer Noël. Elle est difficile ou impossible dans des pays comme la Mauritanie, les Comores, l'Afghanistan, le Brunei et la Corée du Nord. Dans d'autres pays, comme le Nigeria, le problème est la sécurité. Et au Sahel, les djihadistes. Au Pakistan, une chrétienne accusée de blasphème passe Noël dans une petite cellule, trois autres personnes sont de nouveau libres. 

    Cette année encore, de nombreux chrétiens n'ont pas pu célébrer Noël. Il est difficile ou impossible de le faire, sauf en secret car interdit, dans certains pays où les fidèles sont une petite minorité : la Mauritanie, par exemple, les îles Comores, l'Afghanistan, Brunei, la Corée du Nord. D'autres communautés, en revanche, ont pu se réunir pour prier, mais comme chaque année en état d'alerte, adoptant des mesures de sécurité, par crainte d'attentats, un risque qui augmente toujours à Noël et à Pâques, surtout dans des pays comme le Nigeria, le Pakistan, l'Indonésie.

    Particulièrement douloureuse, en outre, est la situation des nombreux chrétiens contraints de passer Noël seuls, en captivité, parmi des étrangers par leur origine et souvent aussi par leur foi. C'est le cas de plusieurs religieux enlevés en Afrique. Rien qu'au Nigeria, trois personnes viennent d'être enlevées en six jours. Le premier était le père Christopher Ogide, curé de la paroisse Mary of the Assumption dans le diocèse d'Umuahia, dans l'État méridional d'Abia. Le 17 décembre, il a été enlevé à l'entrée de la maison paroissiale, alors qu'il allait faire le plein dans une station-service voisine. Le 20 décembre, c'était le tour du père Sylvester Okechukwu, du diocèse de Kafanchan, dans l'État de Kaduna (nord-ouest), qui a été enlevé tard dans la soirée et emmené du presbytère de la paroisse dans la zone de gouvernement local de Lere, où il se trouvait à ce moment-là. Enfin, le père Mark Ojotu, aumônier de l'hôpital Sainte-Marie à Okpoga, a été enlevé dans l'après-midi du 22 décembre dans l'État de Benue, au nord-est du pays. L'enlèvement a eu lieu vers le soir alors que le père Ojotu conduisait sur la route Okpoga-Ojapo. Dans les trois cas, il s'agirait d'enlèvements à des fins d'extorsion, un crime qui, presque partout au Nigeria, est devenu un fléau social et que le gouvernement central et les gouvernements des États qui composent la fédération ne se soucient pas assez de contrer. 

    Deux autres religieux ont passé Noël en captivité en Afrique. L'un d'entre eux est le prêtre Fidei Donum Joel Tougbaré, qui a été enlevé dans son pays, le Burkina Faso, le 17 mars 2018. Il avait entrepris de rentrer chez lui, dans sa paroisse, après avoir célébré la messe dominicale dans un village, mais n'est jamais arrivé à destination. Le missionnaire allemand des Pères Blancs, Hans-Joachim Lohere, qui a été enlevé au Mali le 20 novembre, est également aux mains de ses ravisseurs. Il était censé célébrer la messe dominicale dans une église près de la capitale Bamako, mais on l'a attendu en vain. Ce n'est que dans la soirée que ses confrères ont remarqué son absence et ont alerté la police. Contrairement au Nigeria et à d'autres pays du continent, où les fréquents enlèvements de religieux sont l'œuvre de criminels de droit commun sans être nécessairement motivés par la haine religieuse, il est possible, et même presque certain, que ce sont des djihadistes qui ont enlevé les deux religieux, car le Burkina Faso et le Mali font partie des pays africains qui vivent le plus sous la menace de groupes armés affiliés à Al-Qaïda et à Isis. Le père Pier Luigi Maccalli, le missionnaire libéré en 2020 après avoir été prisonnier des djihadistes pendant plus de deux ans, a évoqué à la veille de Noël les deux religieux et le vide au cœur que leur absence produit dans leurs communautés respectives. Avec eux, le père Maccalli a rappelé huit autres personnes qui sont toujours prisonnières de groupes djihadistes actifs au Sahel.

    Lire la suite