Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

International - Page 5

  • Des violations flagrantes des engagements internationaux en matière de protection de l’enfant à naître dans plusieurs pays

    IMPRIMER

    De Milly-Gloria Itangivyiza sur le site de l'ECLJ :

    Protection de l’enfant à naître: nouveaux rapports EPU

    16 mai 2024

    Le Centre européen pour le droit et la justice (ECLJ) poursuit son action à l’ONU pour la protection du droit à la vie. À l’occasion de la 47e session des Examens périodiques universels, l’ECLJ a présenté plusieurs rapports mettant en lumière des violations flagrantes des engagements internationaux en matière de protection de l’enfant à naître dans plusieurs pays (Cf. notre article sur la persécution des chrétiens pour une explication brève de ce qu’est l’EPU.)

    Violation des engagements de protection de la vie : Albanie, Guinée Équatoriale et Norvège

    L’Albanie, bien que reconnaissant dans sa Constitution et sa législation la nécessité de protéger la vie humaine, ne lutte pas efficacement contre l’avortement sélectif basé sur le sexe de l’enfant. Selon des estimations, au cours des 10 dernières années, plus de 21.000 filles ont été avortées pour la simple raison qu’elles étaient des «filles». Utiliser l’avortement comme moyen de contrôler le nombre de filles qu’une famille doit avoir est non seulement immoral mais viole également le Programme d’action de la conférence de Caire sur la population et le développement de 1994 qui interdit aux États membres d’utiliser l’avortement comme mode de contraception. De plus, malgré l’interdiction légale, les avortements au-delà de 12 semaines de grossesse perdurent, à cause de la corruption des médecins. En dépit de l’acceptation de la majorité des recommandations lors de son dernier examen périodique en 2019, l’Albanie semble encore loin de garantir une protection adéquate de la vie à tous ses stades de développement.

    La Guinée Équatoriale autorise quant à elle l’avortement dans des circonstances strictement définies, telle que la protection de la santé de la mère. Cependant, une nouvelle loi adoptée en novembre 2020 autorise désormais l’avortement dans le cas où le fœtus est atteint d’une pathologie grave. En reprenant comme d’autres États le vocable de «pathologie grave incompatible avec une vie normale», cette législation ouvre la porte à différentes interprétations et surtout à l’eugénisme. En effet, nombre de médecins entendent cette formulation vague comme permettant l’avortement des enfants trisomiques, même si ce sont des fœtus viables et capables de vivre heureux. De plus, certains tests de détection de handicaps ne sont pas fiables mais indiquent une probabilité d’un handicap. Ainsi, des femmes peuvent avorter de fœtus en réalité sains. La Guinée Équatoriale devrait protéger la vie de l’enfant à naître sans discrimination fondée sur la présence ou non d’une pathologie.

    La Norvège, malgré son statut de pays développé, autorise l’avortement à la demande, même après la 25e semaine de grossesse, sur la base de critères vagues tels que des «facteurs sociaux ou économiques». Malgré la hausse des avortements des enfants trisomiques, aucune recommandation n’a été faite à la Norvège. En 2022, 11.967 enfants à naître ont été avortés. 4% des avortements ont été réalisés après 25 semaines, et requis principalement pour malformation du fœtus, raisons sociales ou pour protéger la vie de la mère. Toutes ces raisons vagues peuvent être utilisées pour camoufler un avortement à la demande à n’importe quel stade de la grossesse. Cette politique alarmante conduit à une augmentation des avortements d’enfants trisomiques et remet en question la valeur inhérente de chaque vie humaine.

    La Dominique, exception exemplaire

    La Dominique, située dans les Caraïbes, constitue une exception remarquable en matière de protection de la vie. Résistant aux pressions internationales visant à étendre le droit à l’avortement, notamment celles du Mexique, elle maintient une législation restrictive sur l’avortement, basée sur des principes constitutionnels solides garantissant la protection de la vie dès la conception. Cette position illustre l’engagement du pays envers le respect de la dignité humaine et de la vie de l’enfant à naître.

    Appel à la protection de la vie à tous les stades

    La protection de la vie humaine, de la conception à la mort, est un impératif moral et juridique fondamental. Les principes de dignité, d’égalité et de respect de la vie sont inscrits dans de nombreux traités internationaux, tels que la Déclaration universelle des droits de l’homme, la Convention sur les droits de l’enfant et la Charte des Nations unies. Ces instruments juridiques reconnaissent le droit inaliénable de chaque individu à la vie et appellent les États membres à garantir sa protection. Il est alors impératif que les États respectent leurs engagements internationaux en matière de protection de la vie humaine.

    Dans l’ensemble, l’ECLJ exhorte ces pays à réformer leur législation en matière d’avortement afin de garantir une protection adéquate de la vie à tous les stades du développement humain, en conformité avec les normes internationales et les principes fondamentaux de la dignité humaine.

  • Les juges américains s'acharnent sur ceux qui s'opposent de manière non violente à l'avortement et les mettent en prison

    IMPRIMER

    De Luca Volontè sur la NBQ :

    L'Amérique « démocratique » emprisonne les pro-vie

    57 mois de prison fédérale pour Lauren Handy, militante de 30 ans ; 21 et 27 mois pour deux autres militants pro-vie. Un vétéran d'Irak et une femme de 76 ans ont également été condamnés. Les juges américains s'acharnent sur ceux qui s'opposent de manière non violente à l'avortement. 

    17_05_2024

    Nous voici face à une nouvelle injustice encouragée par l'administration Biden, qui obtient des condamnations sévères et des peines de prison fermes contre des pro-vie pacifiques, tout en laissant tranquilles les terroristes et les vandales de l'avortement qui incendient des églises, des centres pro-vie et des maternités.

    Il y a deux ans, le ministère de la justice du président Joe Biden avait inculpé neuf militants pro-vie de conspiration et de violation de la loi sur la liberté d'accès aux cliniques (FACE) pour la manifestation non violente qu'ils avaient organisée devant une clinique d'avortement de Washington en octobre 2020. L'acte d'accusation prévoyait une peine maximale de 11 ans de prison et une amende de 350 000 dollars. Les militants pro-vie ont été reconnus coupables lors de deux procès distincts en août et septembre 2023 et sont depuis lors en détention provisoire, dans l'attente de la sentence finale.

    La loi « FACE » interdit « l'usage de la force, l'obstruction et les dommages à la propriété, destinés à interférer avec les services de santé reproductive », tandis que la conspiration contre les droits d'autrui, un chef d'accusation passible d'une peine d'emprisonnement maximale de 10 ans, « rend illégal pour deux personnes ou plus de s'entendre pour blesser , menacer ou intimider une personne aux États-Unis dans le libre exercice ou la jouissance de tout droit ou privilège garanti par la Constitution ou les lois des États-Unis ou pour l'exercice d'un tel droit", selon l'interprétation du ministère de la justice (DOJ). Or, les 14 et 15 mai, des décisions rendues par des juges clairement partisans de l'avortement ont établi des peines sévères pour les pro-vie.

    Mardi, Lauren Handy, une femme de 30 ans et activiste du Progressive Anti-Abortion Revolt (PAAU), un mouvement pro-vie de gauche, a été condamnée à 57 mois de prison fédérale. Deux autres militants pro-vie ont été condamnés : John Hinshaw, 69 ans, à 21 mois de prison et William Goodman, 54 ans, à 27 mois de prison. Les trois condamnés purgeront les neuf mois de détention préventive déjà passés dans les prisons démocrates, selon le ministère de la justice.

    Mercredi, c'était au tour de Jonathan Darnel, 42 ans, un vétéran de la guerre d'Irak qui a servi deux fois, d'être condamné à 34 mois derrière les barreaux, tandis que Herb Geraghty, un athée pro-vie de 27 ans, a été condamné à 27 mois de prison. Jean Marshall, 74 ans, a été condamnée à 24 mois de prison et Joan Bell, 76 ans, à 27 mois de prison, malgré leur âge avancé.

    Selon les procureurs, les activistes ont mis en place un barrage à l'entrée de la clinique de Washington et ont utilisé des chaînes et des cadenas pour empêcher l'ouverture des portes de la clinique d'avortement. Ces versions sont en contradiction avec les preuves fournies par les avocats pro-vie de la Thomas More Society, qui ont déclaré que certains militants « se sont simplement agenouillés et ont prié dans l'établissement de Santangelo [la clinique d'avortement], certains ont distribué de la littérature pro-vie et ont conseillé aux femmes de ne pas avorter, et d'autres se sont attachés et enchaînés à l'intérieur de l'établissement ».

    La coïncidence troublante selon laquelle les accusations portées par le ministère de la justice contre les militants pro-vie ont été déposées le mois même où Handy et Bukovinac auraient découvert les restes de quelque 115 bébés avortés dans une poubelle de l'établissement d'avortement Surgi-Clinic du Dr Santangelo à Washington, dont cinq pourraient avoir été partiellement avortés ou tués après la naissance en violation de la loi fédérale, jette un voile noir sur l'ensemble de la procédure. La juge Colleen Kollar-Kotelly de la Cour de district des États-Unis n'a pas autorisé l'utilisation de vidéos ou de photographies des 115 bébés avortés comme éléments de preuve au cours du procès et a interdit aux accusés de faire valoir que leurs actes étaient protégés par le premier amendement ou qu'ils avaient été commis pour défendre une tierce personne, les enfants à naître, et a au contraire affirmé que les pro-vie avaient fait preuve d'un manque de compassion à l'égard des femmes demandant un avortement et avaient entravé leur « besoin humain de soins médicaux ».

    Depuis l'arrêt Dobbs de la Cour suprême, le ministère de la justice a de plus en plus souvent porté plainte contre des pro-vie en vertu de la loi FACE, comme l'a récemment promis le procureur général adjoint Vanita Gupta, qui a souligné « l'urgence » du travail du ministère de la justice pour faire appliquer la loi FACE « afin de garantir un accès légal continu aux services de procréation » dans tout le pays.

    Bien entendu, je suis désolé de devoir le répéter, pour les dizaines et les dizaines d'attaques contre les centres de grossesse et les 400 lieux de culte chrétiens et églises catholiques vandalisés après la publication de l'arrêt Dobbs, seule une poignée de militants pro-avortement a été arrêtée jusqu'à présent en Floride, à New York et dans l'Ohio. Depuis un certain temps, divers dirigeants pro-vie et certains républicains, notamment le député Chip Roy et le sénateur Mike Lee, demandent et présentent des projets de loi visant à abroger la loi FACE. 

  • Gaza : vive le cardinal Pizzaballa !

    IMPRIMER

    Image

    De "Ptilu" sur le Forum catholique

    16 mai 2024

    Bravo au cardinal Pizzaballa qui est en ce moment même à Gaza, avec les chrétiens catholiques et gréco-orthodoxes (30 morts depuis octobre dernier, 18 dans une frappe de l'armée israélienne en octobre 2023, d'autres tués par les bombardements et les snipers dans un silence proprement assourdissant de la quasi totalité des autorités religieuses occidentales, tradis y compris).

    Vraiment, vive le cardinal Pizzaballa !

    Communiqué du patriarcat latin de Jérusalem

    “Le 16 mai 2024, Son Excellence, le cardinal Pierbattista Pizzaballa, patriarche latin de Jérusalem, est entré à Gaza et a atteint la paroisse de la Sainte Famille pour une visite pastorale.

    Aux côtés de Sa Béatitude se trouvaient Son Excellence Fra’ Alessandro de Franciscis, Grand Hospitalier de l’Ordre Souverain de Malte, le P. Gabriele Romanelli, curé de Gaza et une petite délégation. Ils ont rencontré la population en souffrance pour l’encourager et lui délivrer un message d’espoir, de solidarité et de soutien. Sa Béatitude a présidé la messe dans l’église paroissiale avec la communauté locale. Durant son séjour, Son Excellence a effectué une visite de courtoisie à la paroisse orthodoxe Saint-Porphyre [touchée par une frappe israélienne le 19 octobre dernier qui a causé 18 morts].

    La visite est également la première étape d’une mission humanitaire conjointe du Patriarcat latin et de l’Ordre souverain de Malte, en collaboration avec Malteser International et d’autres partenaires, visant à fournir de la nourriture vitale et une aide médicale à la population de Gaza.

    (RC)

    Le cardinal a aussi publié une vidéo d’une minute le jour même : il y confirme être à Gaza « pour visiter enfin notre communauté chrétienne. Il y a longtemps que je voulais et désirais les rencontrer pour être avec eux, avant tout pour les embrasser, pour les serrer dans mes bras et les soutenir autant que possible ». Mais il s’st également rendu à Gaza pour vérifier « leurs conditions et voir ce que nous pouvons faire pour les améliorer. Nous avons besoin de votre prière. J’ai besoin de toute la communauté chrétienne pour prier et être unis dans la prière avec notre communauté chrétienne de Gaza », conclut-il.

    La Croix relate les conditions de cette visite, accordée par les autorités israéliennes après des mois de négociation : “les visages souriants de la photo collective prise jeudi 16 mai sur le perron de l’église de la Sainte-Famille attestent du symbole que représente la visite, inédite dans ce contexte de guerre et de restriction drastique d’accès à la bande de Gaza, du cardinal Pierbattista Pizzaballa. En autarcie dans une enclave soumise à un tapis de bombes et à la famine depuis sept mois, la petite communauté chrétienne de Gaza a accueilli avec enthousiasme la venue de son patriarche. « Il a visité toutes les pièces et a pris le temps de parler avec les familles », raconte Diana, jeune paroissienne de 24 ans, jointe par WhatsApp.

    Cela faisait des mois que le Patriarcat latin de Jérusalem négociait un accès à Gaza auprès des autorités israéliennes. Cette visite de soutien est la première que l’armée israélienne autorise à un responsable religieux. […] Les photos prises sur le chemin témoignent de l’ampleur des destructions aux alentours : immeubles effondrés, bâtiments brûlés…

    Après sept mois de bombardements et de vie confinée dans les paroisses, les chrétiens disposant d’un double passeport ou ayant réuni le faramineux montant requis pour traverser la frontière égyptienne sont partis. La communauté chrétienne de Gaza est réduite à peau de chagrin : d’un petit millier de personnes, elle est passée à 700 (500 réfugiés dans la paroisse latine, et 200 chez les grecs-orthodoxes). Les catholiques latins ne sont plus que 90, contre 135 avant la guerre. Une trentaine de chrétiens sont morts, ou ont été tués depuis le 7 octobre“. la plupart dans la frappe qui a touché le 19 octobre dernier l’église Saint-Porphyre, gréco-orthodoxe, d’autres par les bombardements ou des snipers de l’armée israélienne…

  • La paix en Terre sainte : quand le patriarche de Jérusalem en indique le chemin

    IMPRIMER

    De Sandro Magister sur Settimo Cielo (Diakonos.be) :

    La paix en Terre sainte. Le patriarche de Jérusalem en indique le chemin

    Selon le cardinal Pierbattista Pizzaballa, une tragédie « sans précédent » est en train de se dérouler en Terre sainte. Sans précédent et sans solution écrite à l’avance, d’une gravité unique au monde. Parce que le poids des douleurs, des conflits et des incompréhensions accumulés dans le temps est tel qu’une paix véritable ne pourra y germer « qu’après un long parcours de purification de la mémoire », politique et religieuse.

    Âgé de 59 ans, originaire de Bergame, frère franciscain, spécialiste de la Bible et du judaïsme et pendant douze ans custode de Terre sainte, le P. Pizzaballa est depuis 2016 le patriarche latin de Jérusalem. Le 10 octobre 2023, trois jours après le massacre perpétré par le Hamas qui a fait plus de 1200 victimes innocentes et après l’enlèvement de plus de 240 personnes de tous âges, il s’était offert lui-même en échange de la liberté des enfants pris en otage. Son nom figure sur la liste pour un futur conclave.

    Il a partagé son opinion sur la guerre en cours à Gaza et sur le rôle que l’Église peut y jouer dans la « lectio magistralis » qu’il a tenue à Rome le 2 mai dernier à l’aula magna de l’Université pontificale du Latran, intitulée « Caratteri e criteri per una pastorale della pace », ainsi que, plus brièvement, dans l’homélie de la messe de sa prise de possession de l’Église romaine qui lui a été assignée en tant que cardinal, celle de Sant’Onofrio au Janicule.

    Il serait bon de tenir compte de cette « lectio », tant elle est originale et exigeante, appliquée à une situation indéchiffrable à bien des aspects. Il n’y a en effet ni analyse ou solution, parmi celles qui sont sur la table pour les Juifs et les Palestiniens, qui ne se révèle irréaliste ou contradictoire. Même la solution à deux États, qu’on ne cesse d’évoquer, n’est que pure abstraction dans l’état actuel des choses.

    Le P. Pizzaballa souhaite avant tout rendre tout son sens au mot « paix ». Il s‘agit « d’une réalité qui vient de Dieu et de la relation avec lui », c’est « l’accomplissement des promesses messianiques », c’est la paix « annoncée par Jésus ressuscité ». Donc « toute action pastorale de l’Église, tout comme chacune de ses œuvres sociales, ne peut jamais être en aucune façon déconnectée de l’évangélisation ». Et celui qui évangélise sait qu’il doit « annoncer la paix aux ennemis, précisément comme Pierre le fit à Corneille, qui était – et il ne faut jamais l’oublier à cette époque – centurion des forces militaires d’occupation de sa terre ».

    Il faut aller à la rencontre du frère-ennemi même en ayant conscience de ses propres limites, de sa propre faiblesse, comme Jacob qui, quant il embrassa Ésaü, était boiteux et exténué après sa lutte avec l’ange, et pourtant il était parvenu à s’exclamer : « J’ai vu ton visage comme on voit le visage de Dieu » (Genèse 33, 10).

    Lire la suite

  • Elections en Inde : le triomphe annoncé du nationalisme hindou

    IMPRIMER

    De Philippe Oswald sur La Sélection du Jour :

    Au bout des élections en Inde, le triomphe du nationalisme hindou

    Depuis le 19 avril et jusqu'au 1er juin, près d'un milliard d'électeurs indiens sont appelés aux urnes. Ces gigantesques élections, qui ont lieu tous les cinq ans, consacreront vraisemblablement le triomphe du Parti indien du peuple et la reconduction pour un troisième mandat du premier ministre Narendra Modi, champion de plus en plus affirmé du nationalisme hindou.

    Depuis le 19 avril et jusqu'au 1er juin, 968 millions d'Indiens sont appelés à voter dans 102 circonscriptions réparties sur 21 États pour élire 545 députés à la Chambre basse du ParlementLes résultats, attendus pour le 4 juin, détermineront le parti majoritaire et le nom du Premier ministre (Le Figaro, 18 avril). L'issue de ce marathon électoral de six semaines ne présente guère de doute : Narendra Modi et son parti, le BJP (« Parti indien du peuple »), au pouvoir depuis 2014, devraient triompher et imposer le nationalisme hindou. Selon ce courant de pensée, que d'aucuns qualifient d'idéologie, l'Inde aurait été asservie pendant douze siècles par les musulmans puis les Britanniques. Pour retrouver sa souveraineté et son identité, il lui faudrait donc revenir à « la source ». Cela signifie affirmer la primauté de l'hindouisme, avant tout sur l'islam et le christianisme qui sont les deux principales religions « allogènes ». Première minorité religieuse du pays devant les chrétiens (2,3 % de la population), les sikhs (1,7 %) et les bouddhistes (0,7 %), les musulmans représentent 15 % de la population indienne, soit près de 200 millions de personnes, mais n'occupent que 5 % des sièges de la chambre basse du Parlement.

    Le parti au pouvoir n'a pas lésiné sur les moyens de propagandeDrapeaux, étendards et fanions du BJP claquent dans les rues des villes gouvernées par le parti ou ses alliés, à commencer par New Delhi. Des rues à consonances islamiques ont été renommées. L'opposition est sommée de donner des gages de ferveur nationale-hindouiste et est accusée d' « anti-hindouisme » quand elle entreprend de critiquer le bilan peu flatteur du pouvoir s'agissant du chômage, de l'inflation, de la corruption ou de l'indigence des services publics.

    Depuis la première élection de Modi, en 2014, la pression sur les minorités religieuses n'a cessé de croître. Les lois promulguées à l'encontre des vendeurs (musulmans) de viande bovine, des congrégations religieuses recevant des fonds de l'étranger et les lois anti-conversions ont confirmé aux chrétiens comme aux musulmans qu'ils étaient dans le viseur des nouveaux dirigeants de l'Inde. Des nationalistes hindous, influencés par la rhétorique de politiciens affiliés au BJP, s'en prennent aux personnels d'institutions chrétiennes (écoles, orphelinats, dispensaires, hôpitaux). Déplorant un climat social hostile aux minorités religieuses, la Conférence des évêques catholiques de l'Inde (CBCI) a dénoncé une « polarisation religieuse sans précédent qui endommage notre chère harmonie sociale et menace la démocratie elle-même ».

    Pour s'assurer un troisième mandat, Narendra Modi multiplie les signes de ferveur hindouiste. En janvier dernier, le Premier ministre a inauguré un temple construit sur le site d'une ancienne mosquée détruite en 1992 par des extrémistes hindous, dans la ville d'Ayodhya (Uttar Pradesh). Soulignant son engagement nationaliste et religieux, son discours annonçait l'avènement d'une « nouvelle ère » pour l'Inde.

    Autre indice de la fin programmée du sécularisme : l'éclipse qui frappe les pères de l'indépendance indienne, Gandhi et Nehru, auxquels sont reprochées plus ou moins franchement leur conception séculière et pluraliste de la démocratie indienne. Signe symbolique de ce désamour : le Musée-Mémorial Nehru, institut prestigieux de sciences sociales à New Delhi, a été renommé en août 2023 « Musée et bibliothèque du Premier ministre ». Quant à Gandhi, le gouvernement Modi lui préfère ostensiblement Vinayak Damodar Savarkar (1883- 1966), un nationaliste qui fut incarcéré par les Britanniques. Savarkar est le fondateur de l'hindutva, une idéologie prônant la suprématie de la « nation hindoue » (« Hindu Rashtra »). À ce propos, La Croix (25 avril) relève qu'un détail historique gênant est occulté dans les manuels d'histoire : l'allégeance de l'assassin de Gandhi, le nationaliste hindou Narayan Vinayak Godse, à l'association des volontaires nationaux, organisation paramilitaire dont est issu le BJP…

    La prochaine étape visée par les ultra-nationalistes est une réforme de la Constitution enterrant le sécularisme — qui y est inscrit depuis l'indépendance (Asia News, 19 avril). Modi n'a pas désigné le but aussi clairement, mais il n'a pas caché son désir d'obtenir une majorité suffisante au Parlement pour instaurer un nouveau code civil unifié qui priverait les minorités religieuses de leurs législations particulières, charia pour les musulmans, lois ou coutumes liées au mariage, au divorce, à l'adoption, à l'héritage pour les chrétiens.

    L'Église catholique de l'Inde ne dissimule pas son inquiétude face aux desseins de Modi et du Bharatiya Janata Party, d'instrumentaliser l'hindouisme au détriment des autres religions rapporte Vatican News (9 avril). La minorité chrétienne ne représente que 2,3 % du 1,4 milliard d'habitants du pays, soit néanmoins entre 30 et 35 millions de citoyens indiens. Selon l'organisation United Christian Forum, 161 attaques ont ciblé les chrétiens en Inde entre le 1er janvier et le 15 mars 2024. Plus fondamentalement, l'offensive se concentre sur les écoles et universités catholiques, particulièrement recherchées pour leur qualité.

    La sélection
    Inde : tout ce qu’il faut savoir sur les élections législatives
  • Pensionnat de Kamloops (Canada) : aucune dépouille retrouvée après 8 millions de dollars de dépenses pour ce faire

    IMPRIMER

    Du site "Pour une école libre au Québec" :

    Aucune dépouille retrouvée après 8 millions de dollars de dépenses pour ce faire au pensionnat de Kamloops

    10 mai 2024

    Le ministère des relations entre la Couronne et les autochtones a confirmé avoir dépensé beaucoup d'argent pour tenter de découvrir la « vérité déchirante » des éventuelles tombes anonymes du pensionnat indien de Kamloops, en Colombie-Britannique.

    Cependant, malgré l'allocation de 7,9 millions de dollars à cette fin, aucune dépouille n'a été retrouvée et aucune information n'a été rendue publique sur la manière dont les fonds ont été utilisés, indique Blacklock's Reporter.

    Carolane Gratton, porte-parole du ministère, a confirmé l'allocation de 7,9 millions de dollars pour diverses activités, notamment le travail sur le terrain, la recherche de documents et la sécurisation des terrains des pensionnats.
     
    Toutefois, elle a renvoyé à la communauté les questions concernant les détails des initiatives entreprises par la Première nation Tk'emlups te Secwepemc.

    Alors que le ministère n'a pas rendu publics les comptes financiers en vertu de la loi sur l'accès à l'information, la Première nation est également restée très discrète sur l'utilisation des fonds. Dans une déclaration, elle a réaffirmé qu'elle se concentrait sur les travaux scientifiques nécessaires, mais a refusé de discuter de l'allocation de 7,9 millions de dollars.

    Les fonds alloués en 2021 étaient destinés à documenter la « vérité déchirante » concernant les sépultures non marquées dans les pensionnats, comme l'indique une note d'information du ministère datant de 2022. Malgré cela, aucun progrès tangible n'a été réalisé et le sort des fonds alloués n'a pas été révélé.

    L'annonce de la découverte de 215 tombes d'enfants sur le site du pensionnat de Kamloops par la Première nation en 2021 a suscité un tollé international.

    Cependant, malgré cette révélation, aucun corps n'a été retrouvé à ce jour. Le gouvernement avait alors décidé de mettre en berne le drapeau de la Tour de la Paix pendant 161 jours, d'allouer 3,1 millions de dollars à un registre national des décès d'élèves des pensionnats indiens et d'affecter 238,8 millions de dollars au Fonds de soutien communautaire pour les enfants disparus dans les pensionnats, qui expire en 2025.

    Le Premier ministre Justin Trudeau a déjà souligné l'importance de reconnaître l'impact actuel des pensionnats, en déclarant : « Ce qui s'est passé il y a des décennies ne fait pas partie de notre histoire, c'est une partie irréfutable de notre présent ».

    Le manque de transparence concernant l'affectation et l'utilisation des fonds, associé à l'absence de progrès tangibles dans la découverte de la vérité sur les sépultures des pensionnats, a soulevé des inquiétudes quant à la responsabilité et à la nécessité d'une plus grande transparence dans la gestion de l'héritage des pensionnats au Canada.

    Voir aussi

    La vérité souvent ignorée sur les « tombes anonymes d’enfants indigènes disparus »

    96 églises incendiées ou vandalisées, timide réaction du PM Trudeau qui organise un sommet sur l’islamophobie (m à j)

    La découverte de tombes d’enfants à Kamloops demande une enquête rigoureuse et non des conclusions trop hâtives et partiales 

    Le gouvernement canadien, responsable des conditions des pensionnats amérindiens comme celui de Kamloops  

    Ce qu’on ne dit jamais : certains Autochtones ont grandement apprécié leur pensionnat

    [m à j 2022] : Le plus gros bobard ? Un an plus tard, toujours aucune preuve de nouvelles tombes anonymes dans les anciens pensionnats indiens… 

    Quillette : « Au Canada, demander des preuves est désormais considéré comme du “négationnisme” »

  • Quand le pape François se fait le chantre de la natalité

    IMPRIMER

    De Loup Besmond de Senneville sur le site du journal La Croix :

    Le pape François se fait le chantre de la natalité

    Analyse 

    Intervenant lors d’États généraux de la natalité organisés par une association familiale italienne, le pape François s’est inquiété, vendredi 10 mai, du faible taux d’enfants par femme sur le continent européen. Il a comparé le marché des armes à celui des contraceptifs. « L’un détruit la vie, l’autre empêche la vie. »

    10/05/2024

    Il est entré sur la scène comme une rockstar, devant un millier de personnes. Le pape François, 87 ans, s’est fait, vendredi 10 mai, le chantre de la natalité, lors d’États généraux sur le sujet, organisés par une association familiale italienne. Entouré d’enfants vêtus de tee-shirts orange, François a fait part de son inquiétude face à la baisse de la natalité, en particulier en Europe. « Le Vieux Continent devient toujours plus vieux », a-t-il estimé.

    À moins d’un mois des élections européennes, François a livré une vision sombre du continent, qu’il a analysé comme étant « fatigué et résigné, tellement occupé à exorciser la solitude et l’angoisse qu’il ne sait plus savourer, dans la civilisation du don, la vraie beauté de la vie ». Avec 1,25 enfant par femme, la natalité en Italie est la troisième plus faible de l’Union européenne, avec l’Espagne et Malte. Le sujet constitue, depuis des années, une préoccupation particulière du Vatican, qui ne manque jamais une occasion d’encourager l’instauration de politiques natalistes dans le pays.

    « Le nombre de naissances est le premier indicateur de l’espoir d’un peuple »

    « Le nombre de naissances est le premier indicateur de l’espoir d’un peuple. Sans enfants et sans jeunes, un pays perd son désir d’avenir, a ainsi poursuivi François. En Italie, par exemple, la moyenne d’âge est actuellement de 47 ans, et l’on continue à battre des records négatifs. »

    Soulignant que « la vie humaine n’est pas un problème, mais un don », le pape François, 87 ans, a déploré « l’égoïsme » trop présent dans des sociétés où l’on préfère « avoir des chiens et des chats » que des enfants. « L’égoïsme nous rend sourds à la voix de Dieu, qui aime en premier et enseigne à aimer, et à la voix de nos frères et sœurs à nos côtés. Il anesthésie le cœur. »

    Mais, devant le millier de personnes présentes dans la salle, qui ont interrompu son discours à plusieurs reprises par des applaudissements, François est allé plus loin dans ses critiques. Il a dressé un parallèle entre les contraceptifs et les armes. « Il y a une chose que m’a dite un spécialiste de la démographie, a commencé le pape. En ce moment, les investissements les plus rentables sont la fabrique des armes et des contraceptifs. L’un détruit la vie, l’autre empêche la vie. »

    François ne s’est pas arrêté à ce constat sombre, adressé avant tout à l’Occident, mais a aussi voulu encourager l’espérance, thème central du Jubilé de 2025. « Je sais que, pour beaucoup d’entre vous, l’avenir peut sembler inquiétant et qu’entre la dénatalité, les guerres, les pandémies et le changement climatique, il n’est pas facile de garder l’espoir », a lancé le pape à l’adresse des plus jeunes présents dans la salle.

    Il leur a demandé, comme il le fait souvent, de « construire l’avenir » main dans la main avec leurs grands-parents. « Les grands-parents seuls, c’est un suicide culturel, a-t-il insisté, sortant du texte qui avait été préparé pour lui. L’avenir se prépare avec les jeunes et les vieux, ensemble. Le courage et la mémoire unis. » Les mots d’un pape visiblement inquiet pour l’avenir du monde.

  • Les Nations Unies surestiment la croissance démographique dans le monde

    IMPRIMER

    Du Wall Street Journal (via le blog "Pour une école libre au Québec") :

    13 mai 2024

    Les Nations unies surestiment la croissance démographique dans le monde

    En 2017, alors que le taux de fécondité mondial — un indicateur du nombre de bébés qu’une femme est censée avoir au cours de sa vie — était de 2,5, les Nations unies pensaient qu’il tomberait à 2,4 à la fin des années 2020. Pourtant, en 2021, l’ONU conclut qu’il était déjà descendu à 2,3 — proche de ce que les démographes considèrent comme le taux de remplacement mondial d’environ 2,2. Le taux de remplacement, qui maintient la population stable au fil du temps, est de 2,1 dans les pays riches et légèrement supérieur dans les pays en développement, où il naît moins de filles que de garçons et où davantage de mères meurent pendant leurs années de procréation.
     
    Alors que les Nations unies n’ont pas encore publié les taux de fécondité estimés pour 2022 et 2023, M. Fernández-Villaverde a produit sa propre estimation en complétant les projections des Nations unies par des données réelles pour ces années, qui couvrent environ la moitié de la population mondiale. Il a constaté que les registres nationaux des naissances indiquent généralement des taux de natalité inférieurs de 10 à 20 % à ceux prévus par les Nations unies.

    La Chine a déclaré 9 millions de naissances l’année dernière, soit 16 % de moins que ce que prévoyait le scénario central des Nations unies. Aux États-Unis, 3,59 millions de bébés sont nés l’année dernière, soit 4 % de moins que ce que prévoyaient les Nations unies. Dans d’autres pays, le déficit est encore plus important : L’Égypte a enregistré 17 % de naissances en moins l’année dernière. En 2022, le Kenya en comptera 18 % de moins.


    M. Fernández-Villaverde estime que la fécondité mondiale a chuté entre 2,1 et 2,2 l’année dernière, ce qui, selon lui, serait inférieur au taux de remplacement mondial pour la première fois dans l’histoire de l’humanité. Dean Spears, économiste de la population à l’université du Texas à Austin, a déclaré que, bien que les données ne soient pas suffisamment fiables pour savoir précisément quand ou si la fécondité est tombée en dessous du seuil de remplacement, « nous disposons de suffisamment d’éléments pour être assez confiants […] sur le fait que le point de passage n’est pas très éloigné ».

    Lire la suite

  • Début des manœuvres synodales : déploiement africain pour stopper la dérive relativiste et la bénédiction des couples homosexuels

    IMPRIMER

    De Franca Giansoldati sur Il Messaggero :

    Début des manœuvres synodales : déploiement africain pour stopper la dérive relativiste et la bénédiction des couples homosexuels

    3 mai 2024

    Nous sommes à six mois de la deuxième partie du Synode sur la synodalité, et déjà se compactent ceux qui semblent déterminés à faire un mur contre un certain « relativisme » serpentant dans l'Église pour défendre l'unité de la foi et non pas tant les cultures particulières. « Lors de la prochaine session du Synode, il est vital que les évêques africains parlent au nom de l'unité de la foi et non au nom de cultures particulières ». Le catalyseur d'une vision ferme dans ses principes - c'est-à-dire déterminée à refuser la bénédiction des couples homosexuels - a été le cardinal Robert Sarah avec un discours prononcé au Cameroun qui circule depuis quelques jours au sein de plusieurs conférences épiscopales africaines, déterminées à stopper la dérive des unions de même sexe contenue dans le document rejeté par le Vatican Fiducia Supplicans, un passage qui crée encore une désorientation considérable au sein des communautés catholiques.

    Le pape François a expliqué à plusieurs reprises qu'en Afrique, ces mesures ne seront pas adoptées en raison du retard culturel, parce que « la culture ne l'accepte pas », ajoutant que l'on « bénit les personnes, pas les péchés ».

    Un autre personnage important du Collège des Cardinaux, qui a également une chance au prochain conclave, s'est aligné sur le Cardinal Sarah. Fridolin Ambongo, qui s'exprimait lors de la réunion de quatre jours des délégués africains qui représenteront l'Afrique au synode du 2 au 29 octobre à Rome, a eu des mots tranchants : « J'ai suivi très attentivement le discours du cardinal Sarah et je pense que ce qu'il a dit est vrai. Fiducia Supplicans n'est pas d'abord une question culturelle ; il aurait été préférable de l'aborder sous l'angle de la théologie, de la morale, de la Bible et du Magistère ».

    Sarah et Ambongo s'accordent à dire que même lors du dernier Synode, l'Eglise d'Afrique a défendu la dignité de l'homme et de la femme créés par Dieu, même si « sa voix a été ignorée et méprisée par ceux dont la seule obsession est de plaire aux lobbies occidentaux ».

    Le profil du cardinal Ambongo progresse parmi les futurs papabili : il a géré le blocage africain des bénédictions aux couples homosexuels.

  • Cette formidable machine nommée Sant’Egidio, qui plaît tant au Pape François

    IMPRIMER

    De Sandro Magister sur Settimo Cielo (Diakonos.be) :

    La formidable machine nommée Sant’Egidio, qui plaît tant au Pape François

    Le Pape François n’est pas tendre avec les mouvements catholiques nés au XXe siècle qui étaient pour Jean-Paul II une « refloraison de l’Église dans le monde » : Opus Dei, Focolari, Communion et Libération, Légionnaires du Christ, charismatiques, Chemin néocatéchuménal, et bien d’autres encore. Plutôt que de les soutenir, il les punit.

    Mais il en est pourtant un qui trouve grâce à ses yeux : la Communauté de Sant’Egidio.

    François semble la privilégier de manière démesurée. Et la Communauté le lui rend bien en occupant de plus en plus de place dans les hautes sphères de l’Église.

    Les deux dernières conférences de presse organisée par la salle de presse du Vatican, dirigée depuis 2019 par Matteo Bruni, un membre de Sant-Egidio, en sont la preuve.

    Au cours de la conférence de presse du 8 avril, à l’occasion de la première sortie publique du controversé préfet du Dicastère pour la Doctrine de la foi, le cardinal argentin Victor Manuel Fernández, siégeait à ses côtés Paola Scarcella, professeur d’université et responsable de la Communauté de Sant’Egidio pour la catéchèse des personnes handicapées, qui était chargé de donner du crédit à la dernière déclaration doctrinale émise par le cardinal.

    Tandis qu’à la conférence de presse du 22 avril, convoquée pour annoncer la rencontre de François « avec les grands-parents et les petits-enfants » programmée quelques jours plus tard, deux piliers historiques de la communauté trônaient, Vincenzo Paglia et Mario Marazziti, flanqués de l’acteur comique Lino Banfi, invité fréquent du Pape à Sainte-Marthe qui l’a affublé du titre de « papy d’Italie ».

    Cette rencontre du Pape avec les grands-parents, qui s’est tenue le 27 avril, était organisée par la Fondation « Età Grande », elle aussi créée par Sant’Egidio, présidée par Paglia et dont le secrétaire général est le P. Riccardo Mensuali, un autre membre de la Communauté. Cette fondation a été élevée au rang de « papale » et a ses bureaux dans les bâtiments du Vatican situés dans le quartier romain du Trastevere, à quelques encablures du siège historique de Sant’Egidio.

    Mgr Paglia, qui a été évêque de Terni mais qui a été rappelé au Vatican en 2012 pour y occuper des fonctions prestigieuses, est également engagé dans la politique italienne, où il préside depuis 2020 la Commission pour l’aide sociale et sanitaire aux seniors, en lien avec le ministère de la santé.

    Au Vatican, ses principales fonctions sont celles de président de l’Académie pontificale pour la vie et de Grand chancelier du l’Institut pontifical Jean-Paul II pour les sciences du mariage et de la famille.

    Deux autres membres historiques de Sant’Egidio sont d’ailleurs vice-présidents de cet institut : Agostino Giovagnoli, professeur d’histoire contemporaine à l’Université catholique de Milan, et son épouse Milena Santerini, pédagogue dans la même université.

    Mais Giovagnoli est mieux connu comme étant le grand commentateur des questions entre le Vatican et la Chine pour « Avvenire », le quotidien de la Conférence épiscopale italienne, où il défend bec et ongles – en cheville avec le Pape – le bien-fondé de l’accord secret entre Rome et Pékin sur la nomination des évêques, malgré que cet accord n’ait jusqu’ici produit que des résultats controversés et d’ailleurs critiqués par plusieurs parties.

    La compétence sur la Chine que l’on attribue à Giovagnoli est notamment liée au fait qu’il est membre du comité scientifique de l’Institut Confucius de l’Université catholique de Milan, l’un des nombreux instituts du même nom que le régime de Pékin a essaimé dans le monde entier.

    Lire la suite

  • Les atrocités au Nord-Kivu se poursuivent dans le silence de la communauté internationale

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    AFRIQUE/R.D. CONGO- Les atrocités au Nord-Kivu se poursuivent dans le silence de la communauté internationale

    6 mai 2024  

     

    Kinshasa (Agence Fides) - 16 morts et 30 blessés ont été les victimes du bombardement, le 3 mai, de deux camps de personnes déplacées au Lac Vert et à Mugunga, près de Goma, capitale du Nord-Kivu situé dans l'est de la République Démocratique du Congo. La plupart des victimes sont des femmes et des enfants, selon un communiqué de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), qui a sa propre mission militaire dans la région,

    Le gouvernement de Kinshasa accuse la guérilla du M23 et les forces armées du Rwanda voisin d'avoir bombardé les deux camps de réfugiés.

    La situation au Nord-Kivu est dramatique. Selon la Coordination de la société civile à Bukavu, il y a 7 millions de personnes déplacées dans la province voisine du Sud-Kivu. "Les femmes et les jeunes filles subissent des violences sexuelles dans les camps de déplacés, le taux de malnutrition augmente chez les enfants, les femmes enceintes et les mères allaitantes. "Ce qui étonne les citoyens ordinaires, c'est le silence coupable de la communauté internationale, plus préoccupée par ce qui se passe en Ukraine et dans la bande de Gaza, comme si la vie d'un Congolais ne comptait pas ", indique le communiqué envoyé à l'Agence Fides.

    "Malgré sa situation stratégique et son appartenance à diverses structures régionales, le gouvernement de la RDC semble complètement dépassé par les événements ", affirme la Coordination de la société civile.

    L'organisation de la société civile rappelle également qu'avant le massacre du 3 mai, d'autres violations graves du droit humanitaire avaient été commises. Le 29 avril, le marché central de Minova a été bombardé alors que la Croix-Rouge distribuait des vivres et des médicaments aux personnes déplacées ; le même jour, une autre bombe est tombée à Bushishi, à trois kilomètres de Minova, près d'une source d'eau ; le 30 avril, une bombe est tombée sur la résidence du directeur du centre hospitalier de Minova. Cette localité abrite à elle seule 69 sites de déplacés, rappelle la Société civile de Bukavu, qui ont fui les atrocités commises par le M23 dans le territoire de Masisi et sont aujourd'hui doublement affectés malgré leur déplacement.

    Selon la Coordination de la société civile, l'objectif du M23 est "d'asphyxier les villes de Goma en coupant les vivres au Sud-Kivu. C'est pourquoi les bateaux sur le lac Kivu sont également bombardés".

    La Coordination de la société civile de Bukavu demande au Conseil de sécurité des Nations unies de charger le procureur de la Cour pénale internationale d'enquêter sur les crimes commis contre les civils dans la région et d'imposer un embargo sur la vente d'armes au Rwanda et à l'Ouganda accusés de soutenir le M23 ; enfin, elle demande aux organisations humanitaires de venir en aide aux personnes déplacées dans le Nord-Kivu. (LM) (Agence Fides 6/5/2024)

  • Transhumanisme et transgenrisme : Quand la famille devient obsolète

    IMPRIMER

    De Susanne Hartfeld sur le Tagespost :

    Transhumanisme et transgenre : Quand la famille devient obsolète

    La transsexualité n’est pas du transhumanisme, mais il existe des preuves suggérant que les transhumanistes promeuvent l’agenda transgenre. Les familles ne peuvent s’attendre à rien de bon de l’une ou l’autre idéologie

    5 mai 2024

    Le transhumanisme est une religion scientifique qui vise à créer un nouvel être humain. La manipulation génétique et la fusion de l’intelligence biologique et artificielle sont pour cela les méthodes privilégiées. Les transhumanistes spéculent que les nouveaux posthumains seront supérieurs aux humains d'aujourd'hui, atteindront un niveau d'évolution plus élevé et deviendront finalement immortels. Des personnes riches et influentes occupant des postes élevés dans les affaires, la politique et la science à travers le monde adhèrent à cette idéologie et favorisent sa mise en œuvre avec beaucoup d’argent.

    La séparation complète de la sexualité et de la reproduction fait partie de l’agenda transhumaniste. Du point de vue des transhumanistes, la sexualité est un acte purement physique qui procure plaisir et satisfaction. À cette fin, les sensations sexuelles désirées peuvent également être évoquées ou augmentées par la pornographie, les drogues et d'autres moyens, tandis que les sensations indésirables peuvent être réduites.

    La mère n'a plus d'importance et l'enfant devient un produit

    Les transhumanistes considèrent la fécondation in vitro comme un premier pas dans cette direction, mais tentent de développer (davantage) des technologies supplémentaires telles que les utérus artificiels, le clonage et la reproduction unisexuée, afin de séparer la conception et la naissance d'enfants des rapports sexuels et de la maternité à l'avenir. . Les processus naturels n’y jouent plus aucun rôle, par lesquels la femme en tant que mère disparaît tout comme l’enfant reçu en cadeau devient un pur produit.

    Ces idées des transhumanistes sur les questions du mariage, de la famille et de la sexualité peuvent être lues dans le livre du transhumaniste allemand Stefan Lorenz Sorgner intitulé Transhumanisme. « L’idée la plus dangereuse au monde ! ? » ou dans l’essai des postgenderistes américains James J. Hughes et Georges Dvorsky intitulé « Postgenderism : Beyond the Gender Binary ».

    Produire industriellement des enfants en masse

    Le magazine MIT Technology Review, qui proclamait fièrement « Nous pouvons désormais concevoir la race humaine » sur sa couverture en mai/juin 2015, a annoncé en septembre 2023 que l’utérus artificiel était sur le point d’être testé sur des humains. Les scientifiques qui travaillent là-dessus – par exemple dans Children ? L’hôpital de Philadelphie, le projet australo-japonais EVE Therapy ou le projet Perinatal Life Support financé par l’UE soulignent qu’il s’agit uniquement d’une amélioration des soins pour les naissances prématurées.

    Il y a deux ans, le biologiste moléculaire Hashem Al-Ghaili avait fait sensation avec une vidéo promotionnelle pour une société fictive appelée EctoLife, dans laquelle il décrivait comment, à l'avenir, des enfants pourraient être produits en masse dans des incubateurs. Il avait réfléchi logiquement aux idées transhumanistes et aux projets scientifiques actuels.

    Conception du genre selon les souhaits individuels

    Dès lors, la famille naturelle ne joue plus de rôle dans le transhumanisme. Elle peut être abolie et remplacée par des relations entre deux adultes ou plus dont les enfants sont créés artificiellement à l’aide du matériel génétique de deux personnes ou plus.

    Les transhumanistes considèrent également le genre biologique comme une restriction déraisonnable à la liberté humaine de développer une identité de genre individuelle. Les transhumanistes promeuvent la conception du genre selon les souhaits individuels et considèrent les formes humaines intermédiaires entre l’homme et la femme comme tout aussi acceptables que la création artificielle d’organes sexuels complètement nouveaux aux fonctions modifiées.

    Lire la suite