Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

International - Page 3

  • Guerre en Ukraine : la politique consistant à écarter toute solution de paix est une folie

    IMPRIMER

    D'Eugenio Capozzi sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana :

    Guerre ukrainienne, la politique folle d'écarter toute solution de paix

    28-01-2023

    La réalité nous dit que seule une guerre mondiale pourrait ramener l'Ukraine à ses frontières d'avant 2014 : les pays occidentaux disent ne pas vouloir d'escalade mais refusent de fixer un objectif concret au moins pour le " retrait ". La ligne de conduite semble être "le pire est le meilleur", au détriment de la population ukrainienne. Pourtant, les chances de poser au moins les bases sur lesquelles construire une négociation seraient là...

    L'attitude des pays de l'OTAN face au conflit entre la Russie et l'Ukraine sombre de plus en plus dans une schizophrénie surréaliste. D'une part, ils continuent à alimenter une rhétorique triomphaliste, cette fois autour de la énième livraison d'armements à l'Ukraine - les chars Leopard 2 et Abrams - et ils continuent à lancer des proclamations sur une possible victoire de Kiev sur la Russie grâce au soutien occidental. D'autre part, ils admettent, sur un ton plus modéré, que les livraisons actuelles de systèmes d'armes, comme les précédentes, ne pourront certainement pas opérer un tournant décisif dans la guerre, mais tout au plus ralentir ou freiner l'avancée des troupes de Moscou.

    Un aveu, ce dernier, qui photographie une évidence, soulignée par les responsables des affaires militaires : les véhicules blindés précités ne seront guère plus d'une centaine au total, contre plus de 3 000 chars russes, et plusieurs mois devront s'écouler avant qu'ils ne soient livrés et puissent être concrètement utilisés.

    Plus généralement, après presque un an de conflit - avec toutes les souffrances, les victimes, les dévastations et les désastres économiques qu'il a entraînés jusqu'à présent dans les pays impliqués et dans toute l'Europe - une réalité clairement identifiée par certains depuis le début s'impose à tous : compte tenu de l'énorme disproportion des forces et des ressources entre les Russes et les Ukrainiens, une victoire nette de ces derniers, c'est-à-dire le recouvrement de la souveraineté sur l'ensemble de leur territoire et le rapatriement des troupes russes au-delà des frontières de 1991 (objectif toujours revendiqué quotidiennement par le président ukrainien Zelensky et son exécutif) est impossible, à moins que les pays de l'OTAN n'entrent directement en guerre contre Moscou. Une chose que tous les gouvernements occidentaux, de Washington jusqu'en bas, soulignent, aujourd'hui comme hier, qu'ils n'ont pas l'intention de faire. C'est compréhensible et heureux, car cela entraînerait la perspective apocalyptique d'une escalade vers une guerre mondiale contre la deuxième puissance nucléaire de la planète.

    En bref, dès que les nuages épais de la "narration" imposée de manière obsessionnelle pratiquement dans les réseaux unifiés de l'Ouest sur le soutien de guerre à Kiev comme frontière de la défense de la liberté, de la démocratie et des droits de l'homme contre la tyrannie de Poutine se dissipent ; et, dès que l'on se distrait un instant des inférences constantes dans les médias occidentaux selon lesquelles le régime de Poutine est sur le point de s'effondrer, le point central pour la compréhension rationnelle de la confrontation actuelle entre les deux pays refait surface : quelle que soit l'aide massive qu'elle peut recevoir de l'extérieur, l'Ukraine peut au mieux "égaliser" la guerre, limiter ses pertes, mais elle ne pourra certainement pas revenir au statu quo antérieur au 24 février 2022, et encore moins à celui d'avant 2014, lorsque la Crimée et certaines parties du Donbass étaient déjà passées sous contrôle russe.

    Si cela est vrai, cela révèle clairement non seulement à quel point la diabolisation de tous les observateurs qui ont simplement souligné cet état de fait par l'establishment politique et médiatique euro-américain au cours des derniers mois comme étant des "poutiniens" était injuste, de mauvaise foi et purement instrumentale, mais, surtout, à quel point la position officielle de l'administration Biden, de l'OTAN, du G7 et de l'Union européenne est absolument illogique et intenable, et dissimule le soupçon d'être elle-même de totale mauvaise foi.

    Si, en fait, on prétend ne pas vouloir faire la guerre à la Russie mais seulement permettre à l'Ukraine de défendre son existence et sa souveraineté contre une éventuelle annexion par Moscou, il faudrait aussi commencer à indiquer sur quelle base, en partant de la situation actuelle sur le terrain, les conditions d'une résolution du conflit peuvent être établies tôt ou tard ; c'est-à-dire dans quelles conditions l'objectif de sauver l'existence de l'Ukraine en tant que pays souverain et la plus grande partie possible de son territoire pourrait être considéré comme atteint.

    Puisqu'il est impossible, dans les conditions actuelles, de repousser les Russes au-delà des frontières officielles, à quoi pourrait-on renoncer pour parvenir à un "match nul" honorable ? Qu'est-ce qui, au contraire, est considéré comme absolument indispensable ?
    Au lieu de cela, il y a un silence total et assourdissant des États-Unis et de l'OTAN sur ce point précis. La "défense" de Kiev qui est promue reste dans une nébuleuse indéfinie, sans qu'aucun point ferme ne soit défini. Une indétermination dans laquelle seules les proclamations grandiloquentes du gouvernement ukrainien restent visibles, et qui semble avoir été faite exprès pour justifier une prolongation du conflit pratiquement indéfinie, alimentant le soupçon que le seul but réel des États-Unis et de leurs alliés dans cette guerre est d'user et d'affaiblir Moscou autant que possible, même au prix de nouveaux deuils innombrables et de l'hémorragie économique de tout le vieux continent.

    On dira que ce silence ambigu correspond, de l'autre côté de la barrière, à l'objectif tout aussi ambigu et instrumental de l'"opération spéciale" lancée il y a un an par Poutine - cette "dénazification" apparemment faite dans le but d'exciter les sentiments nationaux-impériaux-chauvins les plus obscurs de l'opinion publique nationale, et de poursuivre l'invasion jusqu'au renversement potentiel du gouvernement de Kiev et son remplacement par un État fantoche. Et l'on dira, de même, qu'énoncer d'éventuelles renonciations territoriales ukrainiennes circonstancielles " acceptables " pour les alliés de l'Ukraine reviendrait à inciter Moscou à relancer de nouvelles revendications plus ambitieuses. Ces deux observations sont raisonnables.

    Mais précisément pour démasquer l'ambiguïté russe et lui ôter tout alibi pour poursuivre une guerre d'usure jusqu'au bout, la ligne la plus profitable pour les nations occidentales serait de revenir aux racines profondes du conflit, comme cela n'a jamais été fait jusqu'à présent : à la division ethnique-nationaliste structurelle au sein de l'État ukrainien depuis la fin de l'URSS, aux revendications d'autonomie et d'indépendance des régions pro-russes, et à la condition historique et culturelle absolument particulière de la Crimée.
    Si seulement on le souhaitait, on pourrait, en partant des expériences douloureuses déjà vécues en ex-Yougoslavie et dans d'autres cas similaires, au moins mettre en place un discours de principe sur la manière de trouver, avec le consentement des parties et de la communauté internationale, un arrangement acceptable de coexistence entre des instances différentes et légitimes sur un territoire divisé et longtemps tourmenté.

    Si les chancelleries européennes et de Washington ne travaillent pas dans ce sens, si elles ne tracent pas les coordonnées des points de convergence possibles, cela signifie qu'elles ne font qu'opter pour le "tant pis pour le meilleur". Utiliser cyniquement l'Ukraine comme une épine pour blesser l'ours russe, pour être exploitée puis jetée. Sans tenir compte, en outre, des risques de conséquences économiques, politiques et existentielles ingérables pour leurs propres pays, à mesure que la blessure s'envenime et que les infections se propagent.

  • Les chrétiens pris à partie en Terre Sainte

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Jérusalem: les ordinaires de Terre sainte dénoncent les violences contre le quartier chrétien

    Dans un communiqué rendu public le 27 janvier, l’Assemblée des ordinaires catholiques de Terre sainte a exprimé sa préoccupation après les nouvelles violences à Jérusalem. Le 26 janvier, un groupe de jeunes Israéliens harcelant des touristes dans un restaurant, a également détruit magasins et restaurants dans le quartier chrétien.

    «Nous condamnons de telles attaques et exprimons notre préoccupation face à l’escalade de violences dans la Ville Sainte», déclare l’Assemblée des ordinaires catholiques de Terre sainte, dans un communiqué revenant sur l’épisode de ces récentes violences.

    Elle explique dans sa déclaration, qu’un groupe de «colons israéliens», portant des drapeaux, chantant et criant est entré dans la ville de Jérusalem par la Porte Neuve. Ces derniers se sont attaqués à un restaurant du quartier chrétien de Jérusalem dans la soirée du 26 janvier, dans lequel se trouvaient des touristes, qu’ils ont également harcelés.

    Les évêques catholiques de Terre sainte condamnent de telles attaques et expriment leur préoccupation face à l’escalade de violence dans la Ville trois fois sainte. Ils déplorent que ce dernier évènement s’est produit dans la rue qui mène au Saint-Sépulcre, le lieu chrétien le plus sacré au monde, et dans le quartier chrétien, qui abrite de nombreux monastères et églises.

    Dernier épisode d'une série

    Des magasins et restaurants ont été détruits, «cette violence non provoquée a fait naître la peur chez les commerçants et les résidents du quartier», affirment les Ordinaires catholiques de Terre sainte, soulignant qu’il ne s’agit que du «dernier épisode d’une série de violences religieuses, qui touche les symboles de la communauté chrétienne et au-delà».

    LIRE AUSSI

    23/01/2023

    Mgr Shomali: les chrétiens "fortifiés" par les attaques à leur encontre

    Ils invitent les autorités politiques et religieuses face à ces cas de violences, à tout «mettre en œuvre pour que la vie civile et religieuse de la ville retrouve une plus grande sérénité», et demandent également à la police de sanctionner les auteurs.

    Jérusalem, soulignent-t-ils, «doit rester la ville des croyants de toutes confessions et non l’otage de groupes radicaux».

    Ce samedi 28 janvier, une nouvelle attaque à Jérusalem-Est a fait deux blessés, selon les services de secours israéliens, au lendemain de la fusillade près d'une synagogue au cours de laquelle un Palestinien a tué sept personnes.

  • Vieillissement global : bye bye les pensions ?

    IMPRIMER

    De Luca Volontè sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana :

    Le vieillissement global, est-ce à dire : bye bye les pensions

    28-01-2023

    Un rapport des Nations unies souligne que la baisse du taux de natalité, associée à l'allongement de la durée de vie, fait augmenter la proportion de personnes âgées. Parmi les politiques suggérées figurent l'allongement de la vie professionnelle et le relèvement de l'âge de la retraite. Mais en Occident, de plus en plus de pays pensent à "économiser de l'argent" avec la culture de la mort en promouvant l'euthanasie.

    Rapport de l'ONU

    En 2050, selon un récent rapport des Nations unies, le nombre de personnes âgées de 65 ans et plus dans le monde doublera par rapport à 2021 (761 millions), pour atteindre 1,6 milliard, soit environ 16 % de la population de la planète prévue au milieu du siècle.

    La baisse de la fécondité et de la mortalité accélère le vieillissement général de la population dans presque tous les pays du monde. D'ici le milieu du siècle, la plupart des pays bénéficiant encore d'un dividende démographique positif (plus de jeunes que de vieux) se trouveront en Afrique subsaharienne, selon les données publiées dans le rapport des Nations unies intitulé "Leaving No One Behind In An Ageing World", présenté le 12 janvier. Sur d'autres continents, en Asie, en Europe et en Amérique latine, les gouvernements devront engager des dépenses importantes pour la prise en charge des citoyens âgés et vulnérables. Très peu de pays dans le monde ont commencé à procéder aux changements sociaux, politiques et structurels nécessaires. Pourtant, les données sur les taux de natalité et de vieillissement fournissent aux gouvernements et aux spécialistes des sciences sociales des décennies de tendances sur la manière dont la population pourrait évoluer, et donc une conception planifiée à long terme serait bien plus fructueuse que des interventions hypothétiques.

    Tous les pays ont besoin, selon le rapport des Nations unies, de nouvelles politiques sociales et économiques ; ils doivent investir non seulement dans les soins, mais aussi dans les personnes, dans leur capital humain, tout au long de leur vie. L'ONU a appelé tous les pays à prendre diverses mesures politiques pour réduire les impacts négatifs du vieillissement de la population, notamment : la réforme des systèmes de retraite, le relèvement de l'âge de la retraite et l'extension de la couverture des pensions à toutes les personnes âgées ; l'élimination des obstacles à la participation des personnes âgées à la vie active et le soutien à leur apprentissage tout au long de la vie et au développement de leurs compétences ; la création de possibilités d'emploi formel pour les femmes et d'autres groupes traditionnellement exclus du marché du travail formel, comme les personnes handicapées ; et l'élaboration de stratégies intégrées de soins de longue durée fondées sur une réglementation appropriée, la formation et le soutien des professionnels de la santé, ainsi que sur des mécanismes tels que l'accréditation et le contrôle pour garantir la qualité.

    À cela s'ajoutent les prescriptions du Fonds monétaire international, qui a récemment publié une étude suggérant, entre autres, d'investir dans le capital humain, de renforcer les programmes de formation et de qualification, y compris pour les mères et les personnes âgées, d'élargir le choix de l'âge de la retraite et d'encourager l'épargne individuelle en vue de la retraite, de promouvoir les secteurs économiques offrant des possibilités aux travailleurs âgés, de développer et de renforcer les systèmes de soins de longue durée et de promouvoir la prévention des maladies et le diagnostic précoce.

    N'oublions pas que l'Assemblée générale des Nations unies a déclaré la période 2021-2030 "Décennie des Nations unies pour le vieillissement en bonne santé" et a demandé à l'OMS de diriger sa mise en œuvre. Le plan des Nations unies pour la "Décennie" appelle à une collaboration mondiale entre les gouvernements, la société civile, les agences internationales, les professionnels, les universités, les médias et le secteur privé afin de promouvoir une vie plus longue et plus saine pour tous, de réduire les inégalités en matière de santé et d'améliorer la vie des personnes âgées, de leurs familles et de leurs communautés en agissant dans quatre domaines : "Changer la façon dont nous pensons, ressentons et agissons à propos de l'âge et de l'âgisme [calqué sur l'anglais, pour signifier les préjugés à l'encontre des personnes âgées, ndlr] ; développer les communautés de manière à favoriser les capacités des personnes âgées ; fournir des soins intégrés centrés sur la personne et des services de santé primaires aux personnes âgées ; et fournir aux personnes âgées un accès à des soins de longue durée de qualité." Jusqu'à présent, c'est ce que l'ONU suggère.

    Mais attention : aujourd'hui, surtout en Occident, le nombre décroissant de jeunes travailleurs ne peut financièrement maintenir en équilibre un système où le nombre de retraités âgés augmente. Ainsi, de plus en plus de pays occidentaux, au lieu d'adopter des politiques ambitieuses et respectueuses de l'être humain, légitiment l'euthanasie. La "solution" consistant à promouvoir l'euthanasie comme antidote aux "coûts du vieillissement" de notre société se répand donc en Occident et surtout, comme l'a récemment dénoncé le Français Michel Houellebecq, en Europe (ici aussi un aperçu par Euronews). Au Canada, grâce à l'euthanasie et au suicide assisté, l'État aurait économisé 87 millions de dollars en soins médicaux en 2021. Pendant ce temps, au Royaume-Uni et en Écosse, où le débat sur la légalisation de la fausse "mort douce" se poursuit, les économies réalisées par le système de santé publique sont discutées.

    En 1922, le poème de T. S. Eliot, The Waste Land, a été publié : cent ans plus tard, nous pouvons dire que c'est une terre qui rejette l'humanité.

    Lire aussi : Après l’âgisme qui progresse, l’euthanasie ?

  • Cinq choses à savoir sur la violence qui sévit au Pérou

    IMPRIMER

    De Catholic News Agency :

    Cinq choses à savoir sur la violence qui sévit au Pérou

    26 janvier 2023

    De violentes manifestations ont lieu depuis plus d'un mois dans différentes régions du Pérou et ont fait au moins 54 morts suite à des affrontements avec les forces de l'ordre. 

    Les évêques péruviens ont condamné ces violences et appelé les autorités à trouver des solutions à la crise. Le 22 janvier, le pape François a appelé au dialogue et au respect des droits de l'homme.

    Voici cinq points clés pour comprendre la crise sociale et politique actuelle au Pérou.

    1. Quand les protestations ont-elles commencé au Pérou ?
    Les manifestations violentes ont commencé après l'arrestation de l'ancien président Pedro Castillo, un communiste, qui a échoué dans sa tentative de coup d'État du 7 décembre 2022 en dissolvant le Congrès et en gouvernant par décret. Les manifestations ont inclus des barrages routiers, des tentatives de prise de contrôle d'aéroports, des attaques contre des installations de police, et même une foule qui a brûlé vif un policier.

    La violence s'est intensifiée ces derniers jours, avec l'appel à "prendre Lima" le 19 janvier, qui a mobilisé des milliers de manifestants de diverses régions du pays pour converger vers la capitale péruvienne.

    Ces manifestations sont le point le plus récent d'une crise politique au Pérou qui a vu six présidents au cours des sept dernières années, dont trois ont été démis de leurs fonctions par le Congrès sur fond d'accusations de corruption : Pedro Pablo Kuczynski, Martín Vizcarra, et maintenant Pedro Castillo.

    2. Qui est Pedro Castillo ?
    Pedro Castillo, membre du Pérou Libre, un parti ouvertement marxiste et léniniste, est un enseignant qui est arrivé au pouvoir en avril 2021 après avoir remporté l'élection présidentielle au second tour contre Keiko Fujimori, fille de l'ancien président emprisonné Alberto Fujimori.

    Fujimori, qui a gouverné le Pérou entre 1990 et 2000 et qui est considéré comme un politicien de droite, a été condamné pour divers crimes, notamment pour corruption, détournement de fonds et responsabilité de commandement pour deux massacres de civils dans le quartier de Barrios Altos à Lima en 1991 et à l'université de La Canuta dans la banlieue de Lima en 1992.

    Pendant la campagne électorale, Pedro Castillo et d'autres membres du Pérou Libre ont été accusés d'entretenir des liens avec le groupe terroriste marxiste-léniniste-maoïste du Sentier lumineux, responsable de dizaines de milliers de morts dans le pays dans les années 1980 et 1990.

    Depuis son entrée en fonction, les accusations de corruption se sont accumulées contre Castillo, sa famille et son entourage. Le jour où il a tenté de faire un coup d'État, le Congrès péruvien devait discuter de la possibilité de le destituer pour incapacité morale, ce qu'il a fait le jour même.

    Castillo a été arrêté par la police nationale péruvienne alors qu'il se rendait à l'ambassade du Mexique à Lima pour demander l'asile politique. Suivant l'ordre constitutionnel de succession à la présidence, Castillo a été remplacé par sa vice-présidente, Dina Boluarte, également du Pérou Libre, qui a prêté serment le 7 décembre 2022.

    Lire la suite

  • Le premier pays catholique francophone du monde

    IMPRIMER

    De msn.com :

    RDC : 5 choses à savoir sur le plus grand pays catholique africain

    26 janvier 2023

    La République démocratique du Congo (RDC, ex-Zaïre), où le pape François est attendu le 31 janvier, est le plus grand pays catholique d'Afrique, au sous-sol riche mais à la population pauvre, en proie aux violences armées dans sa partie orientale.

    La République démocratique du Congo (RDC, ex-Zaïre), où le pape François est attendu le 31 janvier, est le plus grand pays catholique d'Afrique, au sous-sol riche mais à la population pauvre, en proie aux violences armées dans sa partie orientale.

    La RDC est décrite comme un "scandale géologique", tant son sous-sol regorge de richesses (cuivre, cobalt, or, diamants, uranium, coltan, étain...). La RDC a aussi un potentiel hydroélectrique énorme, au premier rang des pays africains, et dispose de 80 millions d'hectares de terres arables.

    Pourtant, pour diverses raisons, entre conflits et mauvaise gestion, les deux tiers des quelque 100 millions d'habitants vivent avec moins de 2,15 dollars par jour, niveau fixé comme seuil international de pauvreté, selon la Banque mondiale.

    Mosaïque

    Avec plus de 2,34 millions de km2, la RDC est grande comme 80 fois la Belgique, l'ancienne puissance coloniale. C'est le 2e plus vaste pays d'Afrique après l'Algérie et, selon des estimations, le 4e Etat africain le plus peuplé après le Nigerial’Ethiopie et l’Egypte.

    C'est aussi l'un des pays les plus multiethniques et multilingues d'Afrique, avec quelque 250 ethnies répertoriées, essentiellement bantoues.

    La RDC a le français pour langue officielle mais aussi quatre langues nationales (kikongo, lingala, tshiluba, swahili) et environ 200 langues locales. "L'unité nationale" résiste néanmoins, malgré une brève aventure séparatiste du riche Katanga dans les années 60 et des troubles dans l'est du pays.

    La guerre dans l'Est

    Le pays a connu deux guerres dans son histoire récente : la première, en 1996-1997, a abouti au renversement du dictateur Mobutu Sese Seko, la seconde, entre 1998 et 2003, a impliqué neuf pays africains, une trentaine de groupes armés et failli provoquer l'implosion du pays.

    La situation s'est stabilisée depuis dans la plus grande partie du territoire, mais les provinces de l'Est, frontalières de l'Ouganda, du Rwanda et du Burundi, restent en proie depuis près de 30 ans aux violences de nombreux groupes armés, sur fond de bataille pour le contrôle des richesses entre communautés et pays voisins.

    Laïc mais très religieux

    Le caractère laïc de l’Etat est inscrit depuis 1974 dans la Constitution. Il n'y a pas de religion d'Etat et chacun est libre de pratiquer la religion de son choix.

    Selon les estimations, le pays compte environ 40% de catholiques (49% selon le Vatican), 35% de protestants ou affiliés aux Eglises de réveil, 9% de musulmans, 10% de kimbanguistes (église chrétienne née au Congo).

    Il est difficilement concevable de se dire athée en RDC, où la religion imprègne la société, l'éducation, la vie publique, la politique... Une marque remontant à la période coloniale belge, avec entre autres l'éducation confiée aux missionnaires catholiques.

    Rumba, sape et débrouille

    Pour affronter les difficultés de la vie, les Congolais ont développé un solide sens de l'humour et de la débrouillardise, avec par exemple l'ajout d'un article imaginaire à leur Constitution, "l'article 15", qui dit en substance "Débrouillez-vous !".

    La musique est également omniprésente, en particulier la "rumba congolaise", inscrite au patrimoine culturel immatériel de l'humanité en décembre 2021. Le goût national du paraître et de l'habillement savamment étudié a été consacré par la création de la "Sape", la "Société des ambianceurs et personnes élégantes".

  • Le silence de François sur les dictatures de gauche en Amérique latine

    IMPRIMER

    De kath.net/news :

    Le silence de François sur les dictatures de gauche en Amérique latine

    25 janvier 2023

    Le pape François est de plus en plus critiqué pour son silence face aux violations massives des droits de l'homme dans les dictatures de gauche d'Amérique latine. Le cardinal Pell avait lui aussi récemment vivement critiqué le pape pour sa mansuétude à l'égard des dictatures.

    "Dans les trois autocraties de gauche que sont Cuba, le Venezuela et le Nicaragua, de plus en plus d'évêques osent s'opposer au pouvoir en place. En revanche, le pape François est manifestement et largement sur la même ligne que la gauche latino-américaine". La radio de la cathédrale de Cologne, avec du matériel de la KNA, l'agence de presse de la conférence épiscopale allemande, a critiqué en des termes nettement plus clairs l'attitude bienveillante du pape François à l'égard des dictatures de gauche en Amérique latine. Un rapport rappelle qu'au Venezuela, l'évêque catholique Victor Hugo Basabe a ouvertement critiqué le régime socialiste du pays et que le prélat a été clairement attaqué par Diosdado Cabello, le vice-président du parti au pouvoir. (...)

    Au Nicaragua également, l'évêque Rolando Alvarez et un prêtre catholique risquent actuellement jusqu'à huit ans de prison pour avoir critiqué le gouvernement après que ces derniers aient vivement critiqué le président Daniel Ortega et sa clique suite à des violences policières brutales et à l'exécution d'étudiants nicaraguayens. Des conditions similaires existent toujours à Cuba. Là-bas aussi, les représentants de l'Eglise sont menacés de sanctions s'ils critiquent trop clairement le pouvoir en place.

    Selon la radio de la cathédrale de Cologne, le pape François a apparemment décidé de garder le silence sur cette situation. Le chef de l'Eglise serait ainsi sur la même ligne que la gauche latino-américaine, qui fait généralement profil bas lorsqu'il s'agit de violations des droits de l'homme dans les dictatures de gauche.

    Bianca Jagger, l'ex-femme du chanteur des Rolling Stones Mick Jagger, a également critiqué les appels au dialogue de François. Une voie de dialogue n'est pas envisageable avec un gouvernement qui commet des crimes contre l'humanité. Le cardinal Pell, récemment décédé, avait lui aussi reproché au pape François de graves manquements dans le soutien aux droits de l'homme au Venezuela, à Hong Kong, en République populaire de Chine et aussi lors de l'invasion russe de l'Ukraine.

  • Que va devenir l'Arménie ?

    IMPRIMER

    D'Yves Thibaut de Maisières sur RCF :

    "L'Arménie conserve une part de l'Europe qui, ici, s'efface"

    L'Arménie, premier royaume chrétien de l'Histoire, est un pays aujourd'hui éprouvé. Une situation généralement peu abordée par les médias. La province du Haut-Karabach est coupée du monde et les villes frontalières sont bombardées. André Malaise, qui se rend régulièrement en Arménie, nous raconte comment vivent les populations imprégnées de leur culture chrétienne apostolique dans ce pays situé entre la Turquie à l'ouest et l'Azerbaïdjan à l'est.

    ©Pixabay
    ©Pixabay

    Des paysages à couper le souffle, avec ses chaînes de montagnes laissant percevoir ça et là des monastères séculaires, témoignages de cette culture tellement imprégnée de leur tradition chrétienne apostolique. Comme le dit un arménien vivant à Bruxelles :" l'Arménie est authentiquement européenne et conserve une part de l'Europe qui, ici, s'efface". Il est urgent, pour André, citoyen liégeois, de sensibiliser sur ce conflit dont on parle trop peu.

    Il y a une injustice médiatique sur ce conflit !  

    C'est cette prise de conscience qui l'a poussé à se rendre sur place au début de l'intensification du conflit en 2020. C'est là, dans la zone frontalière avec l'Azerbaïdjan à 15 km du corridor actuellement fermé et menant à la province du Haut-Karabach, dans ces villes de Vardenis, Erevan ou Hadrout, qu'il rencontre des population éprouvées mais tellement résilientes, habituées aux bombardements mais choisissant de continuer leur vie presque "normalement". 

    Un conflit qui n'est pas nouveau

    Il faut remonter loin dans l'Histoire pour se rendre compte que ce premier royaume chrétien, dont la conversion remonte au 4e siècle, est sujet à des persécutions des puissances voisines, à l'instar des pogroms et génocide commis entre la fin du XIXe et son apogée en 1915. Et dans ce conflit, il semble que les populations arméniennes soient les victimes d'une haine adverse que ces derniers ne semblent pas démontrer en retour. 

    Sensibiliser en Belgique 

    André Malaise continue aujourd'hui de parcourir la Belgique et de rencontrer la diaspora pour renforcer ses liens dans notre pays. L'occasion de rappeler ce que nous devons à cette culture orientale qui a plus que jamais besoin d'aide pour faire face à une situation dramatique pour sa population.

  • Persécutions : des statistiques suffisent-elles à toucher le coeur des gens ?

    IMPRIMER

    De Louis Daufresne sur la Sélection du Jour :

    360 millions de chrétiens ont été « fortement persécutés et discriminés » en 2022

    Après Noël, des ONG tentent de réveiller l’opinion emmitouflée dans sa routine, son confort ou ses angoisses, pour plaider la cause des chrétiens persécutés dans le monde. Ce n’est pas gagné mais quels efforts ne fournissent-elles pas ! À coup chiffres, de courbes, de cartes, de rapports et de tables rondes, elles glissent sous nos yeux blasés une réalité que beaucoup de journalistes répugnent à voir et donc à montrer. La semaine prochaine, l'Aide à l'Église en Détresse (AED) organise sa 14e Nuit des Témoins où il sera fait mémoire des martyrs de l’année passée, du Tchad à la Birmanie et Haïti. Cet événement coïncide avec la publication, par l'ONG Portes Ouvertes, de l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens.

    Ce baromètre fait valoir que depuis 30 ans, le nombre de pays touchés a presque doublé« En 1993, date du premier classement, 40 pays étaient concernés, aujourd’hui on en compte 76 », relève Patrick Victor, directeur de Portes Ouvertes France-Belgique dont le siège est à Strasbourg. Né d’un père indien musulman et d’une mère allemande, Patrick Victor est sensible à la dimension multiculturelle. À ses débuts, en 1955, l'association Portes Ouvertes s'occupait des pays communistes. Son fondateur, un religieux baptiste néerlandais du nom de Frère André (alias Anne van der Bilj) y faisait passer des bibles en contrebande. Cet ancien soldat de l’armée coloniale en Indonésie voyagea en Pologne, en URSS, en Chine, dans des conditions parfois épiques. Il vient de mourir à 92 ans.

    Ce contact avec la clandestinité incline Portes Ouvertes à surtout s’intéresser aux pays où les chrétiens sont le plus persécutés. Dans le top 11 de l'« extrême » figurent la Corée du Nord, la Somalie, le Yémen, l’Érythrée, la Libye, le Nigeria, le Pakistan, l’Iran, l’Afghanistan, le Soudan et l’Inde, où « depuis l’arrivée de Narendra Modi au pouvoir, les attaques violentes contre les chrétiens ont drastiquement augmenté ». Le baromètre parle de « crimes d’honneur, de jets d’acide, de passage à tabac par des foules, de jeunes filles agressées sexuellement ».

    L’an dernier, 5.621 chrétiens ont été tués, 4.542 étaient détenus et 5.259 ont été enlevés. 2.110 églises ont été fermées, attaquées ou détruites. Les atteintes vont de l'« oppression quotidienne discrète » aux « violences les plus extrêmes ». Ce recensement mobilise quelque 4000 personnes à l’année ! Il s’agit de faire remonter l’information au plus juste pour que l’aide soit adaptée en conséquence. D’outil de travail, l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens est devenu un support de communication. L’an dernier, 360 millions de chrétiens ont ainsi été « fortement persécutés et discriminés » soit 1 sur 7. Ces statistiques suffisent-elles à toucher le cœur des gens ? Ici, on bute sur plusieurs obstacles :

    D’abord, il y a le périmètre de la persécution : comment savoir qu’elle s’exerce en raison de la foi ? Portes Ouvertes dit tenir une comptabilité fine, grâce aux remontées du terrain, village par village. Tout conflit autour d’un puits ou d’un cheptel, toute attaque djihadiste, ne figure pas dans l’index. Il faut que l’intention de nuire aux chrétiens en tant que tels soit avérée. « Il ne s’agit pas de faits divers sans lien les uns avec les autres », affirme l’ONG. On présume que les chiffres retenus sont plutôt un seuil qu’un plafond.

    Deuxième obstacle : le mur des mots. Beaucoup estiment que les chrétiens ne peuvent pas être discriminés, dans la mesure où l’Église est vue comme une institution utilisant son pouvoir « pour que [son] idée du Bien l’emporte sur la liberté des autres », ainsi que l’écrit Raphaël Enthoven dans une tribune sur l'euthanasie. Pourquoi la soutiendrait-on là-bas, alors que les bonnes consciences, de Roselyne Bachelot à La Libre Pensée, s'emploient ici à raser les églises de campagne et à déboulonner les statues de la Vierge ? Conséquence de cette posture : on refuse aux chrétiens persécutés le statut à la fois de minorités et de victimes. 

    Le troisième obstacle est un angle mort médiatique, celui de l’incarnation. Malgré l’abondance de témoignages sur les violences subies, les journalistes manquent d’histoires à raconter. La persécution des chrétiens ne débouche pas sur des affaires judiciaires retentissantes. Souvenez-vous d’Asia Bibi, paysanne du Pakistan accusée de blasphème envers l’islam. Sans procès ni condamnation à mort, sans emprisonnement ni assassinat collatéral, sans libération ni exfiltration, jamais son nom ne serait sorti de son pays. Ce feuilleton mobilisa pendant 10 ans (2009-2019) des avocats, des journalistes, des politiques. La cause prit les traits d'un visage.

    Songez à la séquence provoquée par le retour des « mères » djihadistes et de leurs enfants détenus en Syrie. Media rime avec sagas. Celles-ci offrent des mise en scène, permettent à l'émotion de se libérer et, ce faisant, d'influencer l'opinion. En moyenne, 14 chrétiens sont tués chaque jour au Nigeria. Il BHL s'était insurgé contre le silence entourant ce massacre. Privé de cet aspect humain, du cri, de la colère et des pleurs, tous les index du monde seront aussi froids et insipides qu’un dépliant bancaire.

    Pour aller plus loin :

    INDEX MONDIAL DE PERSÉCUTION DES CHRÉTIENS 2023

    >>> Lire sur Portes Ouvertes

  • Toute atteinte à la vie est également une atteinte à l'État de droit démocratique, à la dignité et au bien-être social (les évêques brésiliens)

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    AMÉRIQUE/BRÉSIL - Toute atteinte à la vie est également une atteinte à l'État de droit démocratique, à la dignité et au bien-être social

    20 janvier 2023

    Brasilia (Agence Fides) - " Il faut rappeler que toute atteinte à la vie est également une atteinte à l'État de droit démocratique et constitue une atteinte à la dignité et au bien-être social " : c'est ce qu'ont souligné les évêques brésiliens, dans une note où ils expriment leur désaccord avec toute initiative qui assouplit l'avortement, comme les dernières mesures du ministère de la Santé, contenues dans l'ordonnance GM/MS n° 13, publiée le 13 janvier.

    La Conférence nationale des évêques brésiliens (CNBB), dans sa note intitulée "La vie avant tout", cite l'abandon par le Brésil de la Convention de Genève et l'abrogation de l'ordonnance précédente qui déterminait la notification de l'avortement par viol aux autorités de police. Les évêques demandent au gouvernement fédéral de clarifier ces aspects, car la défense de l'enfant à naître était un engagement pris lors de la campagne électorale.

    "L'heure appelle à la sagesse et à l'équilibre pour une recherche efficace de la paix", écrivent les évêques, qui réitèrent le fait que l'Église, sans aucun parti ni lien idéologique, fidèle à son Maître, "appelle tous à s'unir dans la défense et la protection de la vie dans toutes ses phases, une mission qui exige un engagement pour les pauvres, pour les femmes enceintes et leurs familles, en particulier pour la vie enceinte sans défense". Réitérant un "non" ferme à l'avortement, les évêques appellent à la contribution de tous pour promouvoir la dignité de chaque être humain.

    Le président de la Commission épiscopale pour la vie et la famille, Mgr Ricardo Hoepers, évêque de Rio Grande, commentant la note publiée par la CNBB "dans laquelle elle défend fermement la vie humaine depuis la conception jusqu'à sa fin naturelle" a souligné l'importance de la promotion et du soin intégral de la mère et de l'enfant, qualifiant de dangereuse la voie empruntée par le gouvernement fédéral qui conduit à la promotion d'une culture pro-avortement. "Le Brésil, tout notre peuple, est pour la culture de la vie", a-t-il dit, citant les résultats de récents sondages.

    "Nous voulons défendre la vie, la culture de la vie de manière intégrale dans toutes ses phases", a encore souligné l'évêque dans un message vidéo. "Nous croyons qu'il est possible, en plein dialogue avec les politiques publiques, une promotion intégrale de la mère et de l'enfant, une défense intégrale de la mère et de l'enfant, une prise en charge intégrale de la mère et de l'enfant, couvrant ainsi toutes les familles". "En tant qu'Église, a-t-il conclu, nous défendrons toujours notre position par rapport à la vie comme quelque chose de sacré, d'inaliénable, qui a une dignité qui ne peut être ignorée. Les lois le prévoient et notre cœur de chrétien confirme certainement, avec notre foi, que Dieu nous a donné ce grand cadeau qu'est la vie, et que nous avons le devoir de la protéger".

    (SL) (Agence Fides 20/1/2023)

  • La Marche pour la Vie à Washington : un moment historique difficile pour le mouvement pro-life

    IMPRIMER

    De Brian Fraga sur le National Catholic Reporter :

    La Marche pour la Vie revient à Washington dans un contexte de réaction négative à la décision sur l'avortement.

    19 janvier 2023

    Près de sept mois après que la Cour suprême des États-Unis a annulé l'arrêt Roe v. Wade et renvoyé la question de l'avortement aux législatures des différents États, des dizaines de milliers de militants anti-avortement se rendront à Washington, D.C., pour la 50e marche annuelle pour la vie le 20 janvier.

    Ils marcheront à un moment historique pour le mouvement pro-vie, qui célèbre l'objectif historique de l'annulation de l'arrêt Roe, alors même qu'il est depuis en butte à un retour de bâton électoral. En effet, les militants du droit à l'avortement ont remporté plusieurs initiatives de vote au niveau des États et les démocrates pro-choix ont obtenu des résultats meilleurs que prévu lors des élections de mi-mandat de 2022.

    "Le mouvement pro-vie vient de connaître une victoire majeure avec la chute de Roe v. Wade, mais notre travail pour construire une culture de la vie est loin d'être terminé", a déclaré Jeanne Mancini, présidente de March for Life, à NCR dans une déclaration préparée qui faisait référence à la décision historique de 1973 sur l'avortement que la haute cour a renversée en juin 2022 avec Dobbs v. Jackson Women's Health Organization.

    Mancini a déclaré que la marche se souviendra de l'arrêt Dobbs "comme d'une étape critique" tout en se tournant vers "les prochaines étapes".

    Signe d'une nouvelle phase pour le mouvement, en 2023, les militants marcheront sur les marches du Capitole des États-Unis au lieu de la Cour suprême.

    Pro-life advocates attend the annual March for Life in Washington Jan. 21, 2022. (CNS/Tyler Orsburn)
    Des défenseurs de la vie participent à la marche annuelle pour la vie à Washington, le 21 janvier 2022. (CNS/Tyler Orsburn)

    "Ces prochaines étapes comprennent le travail pour faire avancer les protections légales pour les enfants à naître au niveau des États et au niveau fédéral", a déclaré Mancini.

    Depuis l'annulation de l'arrêt Roe, 24 États ont interdit l'avortement ou sont susceptibles de le faire, selon un rapport de janvier 2023 de l'Institut Guttmacher, un groupe de réflexion qui soutient le droit à l'avortement. Des contestations judiciaires sont en cours dans plusieurs de ces États.

    Lire la suite

  • Chrétiens persécutés : 15 tués par jour; l'Islam, principal responsable

    IMPRIMER

    D'Anna Bono sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    LE RAPPORT DE PORTES OUVERTES (Open Doors)

    Chrétiens persécutés, 15 tués par jour. L'Islam, la plus grande menace

    19-01-2023

    Publication de la World Watch List 2023. Plus de 360 millions de chrétiens subissent des niveaux élevés de persécution pour leur foi. En un an, 5 621 personnes ont été tuées, 4 542 arrêtées sans procès, 5 259 enlevées. Dans l'ensemble, on constate une augmentation du niveau de persécution. L'Asie et l'Afrique sont les continents les plus dangereux. Parmi les menaces figurent en premier lieu l'islam, le communisme en Amérique latine et le fondamentalisme hindou. La pression quotidienne au travail augmente et le "modèle chinois" se répand. Maillot noir : Corée du Nord.

    Les chiffres chocs de la persécution des chrétiens en 2022

    Plus de 360 millions de chrétiens souffrent de niveaux élevés de persécution et de discrimination en raison de leur foi : un sur sept et, répartis par macro-zones géographiques, un sur cinq en Afrique, deux sur cinq en Asie, un sur 15 en Amérique latine. C'est ce qui ressort du rapport 2023 de la section américaine de Portes Ouvertes, l'association internationale engagée depuis 1955 à soutenir les chrétiens en difficulté par la prière et l'aide matérielle, qui se charge depuis 1993 de publier la World Watch List (WWL), la liste des 50 États dans lesquels les chrétiens sont le plus gravement persécutés, accompagnée d'une mise à jour de la situation mondiale, portant sur une centaine de pays.

    Globalement, les données du rapport indiquent, pour la période considérée, qui va du 1er octobre 2021 au 30 septembre 2022, une certaine amélioration. Le nombre de chrétiens tués a légèrement diminué, passant de 5 898 à 5 621, soit une moyenne de 15 par jour. Il y a également moins de chrétiens arrêtés sans jugement et emprisonnés : 4 542 contre 6 175 dans le rapport précédent. Le nombre d'églises et de bâtiments connexes attaqués ou fermés a diminué de plus de moitié : 2 110 contre 5 110 en 2021, principalement en raison de la réduction du nombre de personnes touchées en Chine, où, toutefois, plus de 20 000 églises ont été fermées, endommagées ou détruites depuis 2016. En revanche, on constate une forte augmentation du nombre de chrétiens enlevés, qui est passé de 3 829 à 5 259, dont pas moins de 5 000 dans trois pays africains : le Nigeria, le Mozambique et la République démocratique du Congo.

    Cependant, au-delà des chiffres rapportés, on constate une nouvelle augmentation du niveau de persécution dans les 100 pays suivis par rapport à la période précédente et le plus élevé depuis la publication de la liste. On estime que près de 30 000 chrétiens ont été attaqués, battus ou harcelés avec des menaces de mort en raison de leur foi, mais il y a certainement beaucoup plus de cas qui ne sont pas signalés. La partie émergée de l'iceberg est également constituée par les attaques documentées contre des habitations (4 547) et des entreprises (2 210). Dévastatrice et en constante augmentation est ensuite la pression exercée sur les chrétiens au quotidien : discrimination au travail, exclusion ou difficulté d'accès aux services de base - école et santé - menaces et intimidations, manque de secours et d'aide en cas de crises et de catastrophes, omission de protection et d'assistance par les institutions, injustice légitimée.

    Au total, 76 États ont été considérés comme présentant un niveau de persécution élevé, très élevé ou extrême (les trois niveaux de gravité identifiés par Portes Ouvertes). De plus, comme dans les WWL 2021 et 2022, le niveau élevé de persécution disparaît dans les 50 pays du WWL : dans les 11 premiers, il est classé comme extrême, dans les 39 autres comme très élevé. Le phénomène de l'Église "réfugiée" prend également de l'ampleur : de plus en plus de chrétiens fuient pour échapper à la violence et à la discrimination et retrouver le droit de pratiquer leur foi sans risque. L'Église est particulièrement touchée au Moyen-Orient, où les communautés chrétiennes, menacées et sous pression, ne cessent de diminuer. Le nombre de pays qui adoptent le modèle chinois de contrôle centralisé de la liberté religieuse est en augmentation, souligne le rapport. La Chine, classée 16e dans le WWL (" gagnant " une position), est également en train de " forger une alliance internationale pour redéfinir les droits de l'homme ". Si l'Asie est le continent où il est le plus dangereux et le plus difficile d'être chrétien, Portes Ouvertes souligne enfin qu'en Afrique subsaharienne, la violence antichrétienne a atteint une intensité sans précédent, le Nigeria se confirmant comme "l'épicentre" des décès, qui passent de 4 650 à 5 014.

    Dans WWL 2023, la Corée du Nord, où toute liberté religieuse est refusée, revient à la première place. Dans la WWL 2022, il avait été remplacé par l'Afghanistan des talibans, qui a maintenant chuté à la neuvième place. Ce n'est pas parce qu'il persécute moins les chrétiens, explique Portes Ouvertes, mais parce que de nombreux chrétiens ont été tués ou ont fui en 2021 et qu'aujourd'hui le régime, concentré sur la consolidation de son pouvoir, a cessé de rechercher les survivants, qui sont néanmoins contraints de vivre dans la clandestinité la plus totale. Huit des onze pays où la persécution est extrême sont des pays à majorité musulmane. La liste est complétée par l'Érythrée, un pays que Portes Ouvertes appelle "la Corée du Nord de l'Afrique", et l'Inde, où les chrétiens sont de plus en plus victimes de l'intolérance des fondamentalistes hindous. L'Islam, qu'il soit majoritaire ou non, est responsable de persécutions classées très haut dans 28 des 39 Etats et représente donc, et cela se confirme, de loin la plus grande menace pour les chrétiens.

    Quant aux zones géographiques, l'Asie avec 27 pays et l'Afrique avec un total de 19 sont les continents où l'intolérance, la violence et la haine religieuse sont les plus répandues. L'Amérique latine est représentée par quatre pays : Cuba, la Colombie et le Mexique ont été rejoints par le Nicaragua, où la répression gouvernementale s'est intensifiée depuis 2018. À Cuba, le régime communiste est responsable de la persécution. En Colombie et au Mexique, en revanche, ce sont les groupes criminels et les chefs ethniques qui menacent les chrétiens, qui sont persécutés ne serait-ce que pour s'être opposés à la criminalité, par exemple en incitant les jeunes à ne pas rejoindre les gangs criminels et en essayant de leur offrir des alternatives avec des possibilités d'éducation et d'emploi.

    Aucun pays européen n'est dans la WWL 2023, et ne l'a jamais été. L'espoir est que l'Europe le sache et veuille continuer à protéger ses chrétiens.

  • La junte birmane a brûlé et détruit l'église historique de l'Assomption à Chan Thar

    IMPRIMER

    De Francis Khoo Thwe sur AsiaNews :

    17/01/2023

    La junte a brûlé et détruit l'église historique de l'Assomption à Chan Thar.

    Le lieu de culte construit en 1894 avait une valeur historique "inestimable" pour les catholiques et les non-catholiques. Avant d'y mettre le feu, les soldats l'ont outragée en buvant et en fumant à l'intérieur. Les catholiques et les bouddhistes vivent en harmonie dans la région depuis des siècles. L'année dernière, le village a été attaqué quatre fois par des miliciens, sans qu'il y ait eu d'affrontements ou de provocations. 

    Yangon (AsiaNews) - La junte militaire birmane a lancé une nouvelle attaque contre les catholiques du Myanmar, brûlant l'un des plus anciens et des plus importants lieux de culte du pays. Dans le collimateur des militaires se trouvait l'église historique de Notre-Dame de l'Assomption, dans le village de Chan Thar, Ye U, district de Shwe Bo, division de Sagaing. Construit en 1894 et fort de 129 ans d'existence, il a accueilli le baptême de celui qui allait devenir le premier évêque de Birmanie.

    Une nouvelle blessure pour la minorité religieuse, après que deux avions de chasse de l'armée de l'air ont mené un raid dans l'État Karen ces derniers jours, détruisant une église et tuant cinq personnes dont un enfant.

    La première présence catholique dans la région, qui fait référence au diocèse de Mandalay, remonte à environ 500 ans et le village de Chan Thar lui-même est né et s'est développé grâce au travail des descendants des catholiques portugais qui l'ont ensuite habité pendant des siècles. Depuis le coup d'État militaire de février 2021 qui a renversé le gouvernement démocratique dirigé par Aung San Suu Kyi - aujourd'hui en état d'arrestation - et rendu le pouvoir à l'armée, les soldats ont déjà attaqué la zone à quatre reprises. Nombreux sont ceux - dans le pays et à l'étranger - qui considèrent l'église comme un "site historique inestimable".

    Dans le village, la population a toujours été majoritairement catholique, dispersée dans 800 maisons, en contact étroit et en harmonie avec deux centres bouddhistes voisins. L'année dernière, les militaires ont mis le feu aux maisons de Chan Thar le 7 mai et une deuxième fois un mois plus tard, le 7 juin 2022, détruisant 135 bâtiments. Le troisième assaut a eu lieu le 14 décembre, juste avant le début des célébrations de Noël ; le dernier a eu lieu il y a quelques jours, le 14 janvier 2023, lorsque les hommes de la Tatmadaw (forces armées) ont rasé et brûlé presque toutes les maisons. 

    Des sources locales, sous couvert d'anonymat, rapportent que les soldats ont attaqué et mis le feu "sans raison apparente", car aucun affrontement ou combat n'avait lieu dans la zone, et sans aucune provocation. Les soldats étaient stationnés dans la zone située devant l'église depuis le 14 janvier au soir et, avant de quitter la zone, ils ont commis une "atrocité" en mettant le feu au bâtiment et en "brûlant complètement" l'église, la maison du curé et le couvent séculaire, qui s'est effondré après avoir été enveloppé par les flammes. 

    L'église de Notre-Dame de l'Assomption était une source de fierté pour les catholiques du Haut-Myanmar, non seulement en raison de sa tradition séculaire, du baptême du premier évêque et de la naissance de trois autres archevêques et de plus de 30 prêtres et religieuses. Le lieu de culte était en effet un patrimoine historique et culturel pour tout le pays, y compris les bouddhistes, et la preuve en est le climat de coopération fraternelle qui s'est instauré entre les différentes communautés. L'église, le clocher et d'autres bâtiments ont été détruits dans la matinée du 15 janvier. Les soldats du gouvernement, selon un témoin oculaire, ont également "outragé" le caractère sacré du lieu en "pillant, buvant de l'alcool et fumant" à l'intérieur. 

    En réaction à cette attaque, plusieurs prêtres birmans ont lancé sur les réseaux sociaux des appels à prier pour le pays et pour la communauté chrétienne elle-même. En revanche, il n'y a eu aucune déclaration officielle de la part de l'archidiocèse de Yangon et du Card. Charles Bo. Dans son message aux fidèles publié il y a quelques jours à l'occasion de la nouvelle année, le cardinal avait déclaré le mois de janvier "mois du cessez-le-feu", s'adressant à toutes les parties - y compris les militaires - leur demandant de "faire taire leurs armes" et de "croire en une solution pacifique". Il avait souligné la valeur du "dialogue" dans la résolution des conflits et appelé à la reprise du processus de paix de Panlong. Un appel, comme on peut le constater ces jours-ci, qui est tombé dans l'oreille d'un sourd du côté de Naypyidaw.

    Lire également : Trois églises détruites par la junte birmane dans la région de Sagaing et dans l’État Karen