Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

International - Page 4

  • Nigeria : "le chapitre le plus sombre de notre histoire"

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    AFRIQUE/NIGERIA - "Nous traversons le chapitre le plus sombre de notre histoire", déclare le président de la Conférence des évêques

    12 septembre 2022  
     

    Abuja (Agence Fides) - " Le niveau d'insécurité dans le pays est très préoccupant. Nous traversons ce qui pourrait être considéré comme le chapitre le plus sombre de notre histoire", avertit Mgr Lucius Iwejuru Ugorji, Archevêque d'Owerri, président de la Conférence des Évêques catholiques du Nigeria (CBCN), dans son discours d'ouverture de la deuxième assemblée plénière des évêques nigérians, qui s'est tenue au centre pastoral du Sacré-Cœur à Orlu, dans l'État d'Imo.

    "L'extrême pauvreté, la hausse du chômage, la montée en flèche de l'inflation, l'effondrement de l'économie avec un fardeau de la dette toujours plus lourd et l'aggravation de l'insécurité se sont combinés pour compliquer le sort du Nigérian moyen, qui semble condamné à une vie de difficultés intolérables et de misère imméritée", déclare l'évêque Ugorji.

    La première source d'inquiétude pour les Nigérians est l'insécurité galopante. "Le pays continue de saigner sans fin en raison des activités des rebelles, des bandits, des bergers militants, des tireurs inconnus, des kidnappeurs et des agents de sécurité à la gâchette facile. Plus aucun endroit ne semble sûr. Les maisons, les terres agricoles, les marchés, les autoroutes, les lieux de culte et les presbytères ont tous été transformés en "territoires d'enlèvement et de meurtre".

    Les jeunes qui n'ont aucune perspective d'avenir au Nigeria choisissent la voie de l'immigration clandestine, comme le rappelle Mgr Ugorji : "L'autre facette de l'histoire, qui est davantage une honte nationale, est constituée de milliers de jeunes hommes et de jeunes femmes qui, à la recherche de pâturages plus verts, entreprennent des voyages périlleux vers l'Europe à travers le désert du Sahara. En cours de route, certains meurent et sont enterrés dans des "tombes anonymes". "Cet ignoble esclavage moderne est en plein essor parce qu'il est devenu un commerce lucratif et aussi en raison du haut niveau de corruption qui l'entretient."

    L'archevêque a appelé les diocèses, les paroisses et les organisations ecclésiastiques de tout le pays à sensibiliser à ce fléau, ajoutant que l'un des moyens les plus efficaces d'endiguer la migration, la fuite des cerveaux et la traite des êtres humains est la bonne gouvernance. "Nous appelons également les diocèses et toutes les personnes de bonne volonté à prendre au sérieux les prochaines élections générales de 2023. Nous devons tous nous préparer à partager nos valeurs sur la bonne gouvernance basée sur le bien commun et utiliser nos votes pour élire des personnes d'une intégrité inattaquable qui ont le caractère, la compétence, la capacité et l'histoire personnelle pour sortir notre nation du marasme économique actuel", a-t-il demandé.

    S'exprimant lors de l'ouverture de l'Assemblée, le gouverneur de l'État d'Imo, Hope Uzodinm, a toutefois appelé les prêtres à ne pas se mêler de politique active. "Je comprends parfaitement que les prêtres ont le droit et le devoir de demander des comptes à nos dirigeants et à nos gouvernements, et personne n'empêchera jamais un prêtre de condamner les maux de la société, notamment la mauvaise gestion et la corruption", a-t-il déclaré, mais il a ajouté qu'"il est important de réaffirmer la neutralité de l'Église sur les questions politiques et d'avertir les prêtres de ne pas s'impliquer dans la politique partisane", car - a-t-il ajouté - l'Église perdrait son autorité morale si elle se laissait entraîner dans la politique des partis.

    (LM) (Agence Fides 12/9/2022)

  • Le congrès des leaders religieux mondiaux : un projet athée

    IMPRIMER

    De Stefano Fontana sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Congrès des leaders religieux mondiaux, un projet athée

    13-09-2022

    La participation du pape lui-même au Congrès des chefs religieux mondiaux et traditionnels, qui se déroule à partir d'aujourd'hui au Kazakhstan, ne peut manquer de susciter interrogations et perplexité. Le prétexte est d'œuvrer pour la paix mondiale, mais l'Église participe ainsi à la nouvelle morale civile syncrétiste, qui met nécessairement entre parenthèses la vérité ou la non-vérité des religions.

    Le congrès de l'année dernière

    Le voyage de François au Kazakhstan, d'aujourd'hui, 13 septembre, au 17 septembre, a été largement couvert par les médias. Le programme détaillé publié par le Saint-Siège est connu, on sait qu'il ne rencontrera pas le patriarche Kirill comme on l'avait précédemment spéculé, on sait en revanche qu'il y aura peut-être une place pour voir le président chinois Xi Jinping. Surtout, il a été expliqué que François participera au 7e congrès des chefs des religions mondiales et traditionnelles qui se tiendra à Astana, désormais Nur Sultan, "en tant que messager de la paix" à un moment où le monde en a grandement besoin.

    Les reportages ont beaucoup insisté sur l'importance de ces rencontres religieuses pour la paix et l'harmonie. Tout cela est connu, mais l'importance de la réunion des chefs religieux se prête également à d'autres évaluations, dont les médias officiels - presque tous maintenant - ne parlent pas. Voyons voir...

    Commençons par examiner ce qu'est ce Congrès des leaders des religions mondiales et traditionnelles. Elle a été créée en 2003 à l'initiative du président du Kazakhstan de l'époque et a pour objectifs de rechercher des "points de référence humains communs dans les religions mondiales et traditionnelles" et de gérer une "institution interreligieuse internationale permanente pour le dialogue des religions et l'adoption de décisions concertées". C'est ce qu'on appelle "l'ONU des religions".  

    Le Congrès fonctionne par l'intermédiaire d'un Secrétariat qui, comme nous l'apprenons sur le site officiel, met en œuvre les décisions, prépare les matériaux, rédige les documents, s'accorde sur les questions clés et, surtout, coordonne "l'interaction avec les structures internationales sur les questions de dialogue interreligieux et intercivilisationnel". À ce jour, 19 secrétariats ont fonctionné. Dans l'actuelle, siègent 10 représentants de l'islam, 5 du christianisme dont un catholique, 4 représentants du bouddhisme, 1 du taoïsme, 1 du shintoïsme, 1 de l'hindouisme, 3 des institutions internationales et 5 représentants de la République du Kazakhstan. Comme on peut le constater, la composition du Secrétariat n'offre pas une grande garantie d'équilibre, les catholiques en sont presque totalement absents, et il semble qu'il fonctionne davantage pour les contacts avec les institutions. L'ONU des religions ne peut certainement pas rester détachée des assemblées des organismes internationaux, avec lesquels elle doit s'accorder sur les problèmes de paix et d'harmonie.

    Lire la suite

  • USA : déchaînement contre les pro-vie; Kamala Harris attise le feu

    IMPRIMER

    De Luca Volontè sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    La violence contre les pro-vie. Kamala Harris attise le feu

    12-09-2022

    Un nouveau rapport du Religious Freedom Institute atteste du nombre et de la gravité des agressions par vandalisme et réaffirme la nécessité d'une action préventive et punitive décisive de la part du gouvernement fédéral. "Les conditions demeurent pour la survenue de nouvelles attaques contre des entités et des personnes pro-vie pour les mois restants de 2022 et pour l'année à venir 2023". Et les autorités fédérales sont priées d'intervenir. Mais l'administration Biden elle-même, notamment la vice-présidente Kamala Harris, promeut la lutte contre les pro-vie "obscurantistes". 

    Les avorteurs à l'attaque

    Les controverses et les initiatives pro- et anti-avortement aux Etats-Unis ne s'apaisent pas. Un nouveau "rapport" atteste du nombre et de la gravité des actes de vandalisme et réaffirme la nécessité d'une action préventive et punitive décisive de la part du gouvernement fédéral. Les "champions de l'avortement", Pelosi et Harris, réaffirment leur engagement en faveur de la libéralisation du meurtre des innocents, les pro-vie célèbrent la "Journée nationale" du souvenir des enfants avortés, le nombre d'États interdisant ou restreignant l'avortement augmente, tandis que la Cour suprême serait sur le point de découvrir les voyous qui ont volé le projet de la phrase Dobbs.

    Le nouveau rapport du Religious Freedom Institute (RFI), publié le 6 septembre, quantifie et analyse les nombreux incidents de violence à l'encontre des personnes et des entités pro-vie aux États-Unis, évaluant les plaintes déposées depuis mai dernier et offrant des recommandations, sur la manière de prévenir et de poursuivre le vandalisme et la violence, aux responsables gouvernementaux. Cette évaluation de la menace post-Dobbs fait partie de l'enquête pluriannuelle de RFI sur les attaques criminelles contre les institutions religieuses aux États-Unis et les réponses étonnamment passives de Joe Biden, des responsables gouvernementaux, des forces de l'ordre et des médias. Depuis la fin du mois de mai 2020, des attaques ont été perpétrées contre au moins 174 cibles catholiques dans 38 États et le district de Columbia, notamment des incendies criminels, des profanations et des dégradations, des destructions de biens, des vols et d'autres crimes d'État et fédéraux. L'organisation RFI s'efforce d'obtenir une large acceptation et le respect de la liberté religieuse en tant que droit humain fondamental, source de bien-être individuel et social, pierre angulaire d'une société prospère et moteur de la sécurité nationale et internationale. Elle travaille avec un large groupe d'experts et d'associations aux États-Unis et dans le monde entier.

    Dans son analyse finale, elle note que "les conditions restent réunies pour que de nouvelles attaques contre des entités et des personnes pro-vie se produisent au cours des mois restants de 2022 et de l'année 2023". Depuis l'évasion illégale du "projet de jugement" en mai dernier et jusqu'à la fin du mois d'août 2022, des attaques ont été menées contre au moins 63 organisations pro-vie, dans 26 États et dans le district de Columbia. "Vingt-huit des 63 organisations pro-vie sont religieuses". Le nombre d'attaques documentées contre des sites catholiques est élevé : en moyenne, au moins une tous les trois jours depuis la fuite du 2 mai, selon la Catholic News Agency (CNA), des actes violents explicitement pro-avortement ont touché au moins 32 églises catholiques aux États-Unis et au moins 50 centres d'aide à la maternité. Le dernier en date est le vol, le 30 août, de la statue de Notre-Dame de Fatima dans l'église catholique de Saint-André l'Apôtre (Gibbsboro, New Jersey), qui a été retrouvée après l'arrestation de l'auteur le 7 septembre.

    Lire la suite

  • L'ECLJ présente un nouveau rapport sur “La persécution des chrétiens ex-musulmans en France et en Europe”

    IMPRIMER

    Titre

    Madame, Monsieur,

    L'ECLJ (European Centre for Law & Justice) est fier de vous présenter son nouveau rapport sur “La persécution des chrétiens ex-musulmans en France et en Europe” (cliquez ici pour lire).

    Depuis mars 2021, l’ECLJ va à la rencontre d’anciens musulmans convertis au christianisme, en France et dans d’autres pays européens. Partout le constat est le même : si quitter l’islam est déjà difficile, se convertir au christianisme est encore plus dangereux.

    De nombreux convertis nous ont témoigné des menaces et violences qu’ils ont subies en raison de leur amour pour le Christ. Des convertis sont battus, des jeunes filles sont séquestrées ou renvoyées « au bled » pour y être mariées de force… Souvent, les liens familiaux sont rompus : le converti doit se résigner à tout quitter pour suivre le Christ : sa famille, son emploi, son quartier. Il sont plusieurs centaines chaque année à témoigner ainsi de leur foi, souvent dans l’indifférence des pouvoirs publics, mais aussi, trop souvent, des autres chrétiens.

    Un tel contrôle social et une telle violence ne sont pas acceptables en Europe: la liberté de quitter l’islam doit être garantie.

    Téléchargez et partagez ce rapport sur cette page de notre site internet.

    Signez notre pétition pour la défense de la liberté de religion

  • Une religieuse italienne victime du terrorisme islamique au Mozambique

    IMPRIMER

    D'Almudena Martínez-Bordiú sur CNA :

    Une religieuse missionnaire italienne tuée au Mozambique

    9 sept. 2022

    Sœur Maria De Coppi, une sœur missionnaire combonienne, a été assassinée par des terroristes islamistes mardi au Mozambique, où elle avait servi comme missionnaire pendant près de 60 ans. L'attaque au cours de laquelle Sœur Maria de Coppi, 83 ans, a été abattue a eu lieu dans la nuit du 6 septembre à Chipene. Lors de l'attaque de la mission, qui a duré cinq heures, les terroristes ont saccagé et brûlé l'église, l'école, le centre de santé, les logements, la bibliothèque et les véhicules de la mission.

    "Ils ont tout détruit", a déclaré l'évêque Alberto Vera de Nacala à l'organisation caritative pontificale Aide à l'Église en détresse. "Les assaillants ont brisé le tabernacle et vandalisé une partie de la sacristie, à la recherche de tout ce qu'ils pouvaient trouver - probablement de l'argent", a-t-il ajouté. 

    Le président mozambicain Filipe Nyusi a déclaré : "Le 6 septembre, à la suite d'attaques terroristes, six citoyens ont été décapités, trois kidnappés, six terroristes capturés et des dizaines de maisons incendiées dans les districts d'Erati et de Memba, dans la province de Nampula."

    Les terroristes fuyaient les soldats du Mozambique, du Rwanda et de la Communauté de développement de l'Afrique australe.

    La mission de Chipene comprenait deux prêtres missionnaires italiens, les pères Lorenzo Barro et Loris Vignadel, et au moins trois religieuses étrangères : deux Italiennes et une Espagnole. Tous, à l'exception de Sœur Maria, ont survécu à l'attaque. L'internat de la mission a été évacué de ses 35 élèves masculins et de la plupart de ses 45 élèves féminines, selon l'Aide à l'Église en détresse. Les religieux avaient accueilli des personnes déplacées fuyant les groupes terroristes islamistes.

    L'organisme de bienfaisance pontifical a rapporté que "selon les rapports de témoins oculaires ... les terroristes étaient arrivés au couvent des sœurs et les avaient forcées à partir. Les autres religieuses s'étaient enfuies avec les filles, mais Sœur Maria, qui était sur le point de quitter la maison, a soudainement pensé aux petits qui pouvaient encore être dans la maison et est revenue. C'est alors qu'ils l'ont abattue".

    Selon le Corriere del Veneto, Sœur Maria a laissé un message vocal à sa nièce, Gabriella Bottani, peu avant sa mort. Dans ce message, la religieuse explique à sa nièce que la situation s'est compliquée car "le groupe qu'ils appellent al-Shabaab, les insurgés, est très proche." "Vendredi, ils ont attaqué un endroit de notre paroisse et il semble qu'hier un groupe soit entré ici, et ils sont très proches. Il semble qu'ils soient armés, ils ont déjà enlevé des gens, ils ont tué des gens. Partout où ils passent, ils commettent des massacres", a expliqué Sœur Maria. Elle a ensuite déclaré que "tous les gens ici fuient, s'enfuient. Aujourd'hui, un Père m'a dit que les filles du [pensionnat] devaient rentrer chez elles et que les quatre aspirants comboniens devaient aussi rentrer à Nampula parce qu'il y a du danger". "La situation est triste, très triste", poursuit le missionnaire. "Tous les gens dorment dehors dans la forêt, parmi les plantes ; ceux qui le peuvent vont dans les villes d'Alua, de Mazua, et dans les centres où ils sont un peu plus protégés. Mais beaucoup de gens dorment encore dehors, dans les bois. C'est triste".

    Sœur Maria a répété plusieurs fois que c'est "une situation très triste" et que "tout le monde s'échappe : les infirmières, les prêtres, tout le monde." "Ils sont en train de tirer ici. Nous nous reverrons au paradis. Ils brûlent la maison. Si vous n'avez plus de nouvelles de moi, j'en profite pour m'excuser de mes manquements et pour vous dire que je vous aimais beaucoup. Souvenez-vous de moi dans la prière", a dit Sœur Maria. " J'ai pardonné à ceux qui me tueront ", a-t-elle ajouté. "Faites de même. Un câlin de ma part."

    Cette histoire a d'abord été publiée par ACI Prensa, le partenaire d'information en langue espagnole de CNA. Il a été traduit et adapté par CNA.

    Almudena Martínez-Bordiú est correspondante à Rome pour ACI Prensa et EWTN.

  • Le pape François pourrait-il rencontrer Xi Jinping au Kazakhstan la semaine prochaine ?

    IMPRIMER

    Du National Catholic Register :

    Le pape François pourrait-il rencontrer Xi Jinping au Kazakhstan la semaine prochaine ?

    Le président Xi a fait l'objet d'une condamnation internationale croissante pour la persécution brutale par la Chine des musulmans ouïghours dans la région du Xinjiang, au nord-ouest de la Chine.

    6 septembre 2022

    Le président chinois Xi Jinping devrait se rendre au Kazakhstan le jour même où le pape François sera dans ce pays d'Asie centrale la semaine prochaine.

    Le ministère kazakh des Affaires étrangères a annoncé que Xi rencontrera le président du Kazakhstan, Kassym-Jomart Tokayev, le 14 septembre, pendant la visite de trois jours du pape dans la capitale, Nur-Sultan.

    La coïncidence des visites de François et de Xi intervient alors que le Saint-Siège et la Chine sont en négociation pour le renouvellement d'un accord provisoire sur la nomination des évêques en Chine.

    Accord entre le Vatican et la Chine

    Le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d'État du Vatican, a déclaré lors d'une interview à la télévision italienne le 2 septembre qu'une délégation de diplomates du Vatican était revenue de Chine et qu'il pensait que l'accord serait renouvelé cet automne.

    Ce serait la deuxième fois que l'accord avec Pékin est renouvelé depuis que le Saint-Siège l'a signé pour la première fois en septembre 2018.

    Pékin a rompu ses liens diplomatiques avec le Saint-Siège en 1951 après l'arrivée au pouvoir de Mao Zedong lors de la Révolution communiste chinoise et l'expulsion des missionnaires de Chine.

    Sans relations diplomatiques, une rencontre potentielle entre Xi et le pape François ne serait pas officielle. Il n'y a jamais eu de rencontre entre un pape et un président de la Chine dans l'histoire de l'Église.

    Violations de la liberté religieuse

    Une source travaillant au sein du parlement kazakh a déclaré à CNA que "théoriquement, il est possible" que le pape et le président se rencontrent.

    Le pape François participera au Congrès des chefs des religions mondiales et traditionnelles au Kazakhstan du 13 au 15 septembre.

    Le pape doit tenir des réunions privées avec certains des participants au sommet interreligieux à midi le 14 septembre, le jour de la visite de Xi dans la capitale kazakhe.

    Toutefois, il est peu probable que le dirigeant chinois prenne part au sommet des chefs religieux musulmans, chrétiens et autres.

    Xi a fait l'objet d'une condamnation internationale croissante pour la persécution brutale par la Chine des musulmans ouïghours dans la région du Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine.

    Le 1er septembre, les Nations unies ont publié un rapport faisant état de "graves violations des droits de l'homme" au Xinjiang, notamment des cas de torture, de détention et de violence sexuelle à l'encontre de cette minorité religieuse en Chine.

    Le Kazakhstan serait le premier voyage officiel de Xi en dehors de la Chine depuis le début de la pandémie de COVID-19, au cours duquel il a supervisé les mesures de confinement les plus strictes au monde.

    Selon le Wall Street Journal, le voyage de Xi en Asie centrale pourrait également inclure une rencontre en Ouzbékistan avec le président russe Vladimir Poutine.

    Lire la suite

  • Le Chili a rejeté un projet de Constitution anti-chrétien

    IMPRIMER

    De Luca Volontè sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Le Chili a rejeté une Constitution anti-chrétienne

    06-09-2022

    La population chilienne a rejeté à une large majorité la nouvelle Constitution proposée par le président Boric. Malgré une grande couverture médiatique et une ingérence considérable de l'étranger (notamment des Nations unies et des États-Unis), le rejet a gagné le référendum constitutionnel. Le texte de la nouvelle constitution incluait l'avortement, les droits des LGBT et l'écologisme. 

    Un résultat marquant, au mépris des sirènes libérales et gauchistes qui, du monde entier, avaient d'abord encensé le jeune militant des barricades Gabriel Boric en mars dernier porté à la présidence du Chili (dirigeant le vandalisme et les pillages dans le pays de 2019 à 2021), puis qui avaient vanté la " réforme constitutionnelle la plus progressiste " au monde (The Guardian). L'option du bon sens et la voix du peuple chrétien, contre la proposition présentée par la Convention constitutionnelle, se sont exprimées avec force dans les urnes : en faveur du texte, environ 4,8 millions de personnes (38, 14%), contre environ 7,9 millions (61,86).

    Le vote " plébiscitaire " a été clair, le texte, qui comprenait le droit à l'avortement libre et gratuit, l'enseignement dans les écoles de tous niveaux des doctrines abortives, contraceptives et LGBTI, des limites à la liberté d'enseignement, à la liberté religieuse, à la liberté de conscience et, bien sûr, aux droits parentaux, a été rejeté avec force. L'expérience qui a porté Boric au pouvoir avec une alliance d'extrême gauche a jusqu'à présent échoué, malgré les incroyables violations du respect de la libre volonté du peuple et les tentatives acharnées d'ingérence étrangère. Il suffit de mentionner comment le Haut Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU, l'ancienne présidente Michelle Bachelet, a participé activement à la campagne électorale pour soutenir les valeurs du texte " révolutionnaire " et, ces derniers jours, il a même fallu enregistrer l'intervention d'un groupe de parlementaires démocrates américains qui ont demandé aux administrateurs de Fb, Twitter et Tik Tok de censurer les adversaires du texte constitutionnel.

    Le front du "refus" comprenait non seulement toutes les forces d'opposition, mais aussi une bonne partie du monde des affaires, intimidé par la dérive communiste du gouvernement, et les églises chrétiennes, principalement l'église catholique. Peu avant 21 heures dimanche soir, depuis le palais présidentiel, La Moneda, le président Boric a déclaré que "le peuple n'est pas satisfait de la constitution proposée", avec une grande humilité "et je m'engage à reformuler un processus constitutionnel plus satisfaisant". Pour faire simple, il n'a rien compris, la méthode sera changée mais je n'ai pas l'intention de changer la trajectoire vers le brillant avenir social communiste du pays. En effet, hier, M. Boric a convoqué d'urgence le gouvernement, a vu le président du Sénat et de la Chambre mais, comme le soulignent de nombreux commentateurs, un maquillage mineur est possible, pas un changement radical de direction.

    Lire la suite

  • Inde : l’héritage de Mère Teresa mis à mal par le nationalisme hindou

    IMPRIMER

    Vingt-cinq ans après sa mort, la religieuse reste une figure reconnue dans son pays d’adoption, où elle a fondé les Missionnaires de la Charité pour se mettre au service des plus démunis. Si la congrégation y est toujours bien implantée, les sœurs de Mère Teresa sont régulièrement visées par des accusations du parti au pouvoir.

    Dans les rues de Calcutta, les murs des bâtiments ont été repeints en bleu et blanc il y a quelques années. Un hommage simple, aux couleurs du sari que la religieuse a revêtu dès son arrivée dans le pays. « Ici, Mère Teresa fait partie du quotidien des habitants », résume le père Laurent Bissara, prêtre des Missions étrangères de Paris (MEP) dans la capitale de l’État du Bengale, où se trouve la maison mère des Missionnaires de la Charité, la congrégation qu’elle avait fondée en 1950.

    Vingt-cinq ans après sa mort, le 5 septembre 1997, son héritage reste ancré dans la société indienne. Les foyers des sœurs comptent plus de 20 000 salariés et personnes accueillies dans le pays, dont 1 902 religieuses ayant formulé le vœu – spécifique à la congrégation – de consacrer leur vie aux pauvres. « Mère Teresa a été la première à mener une œuvre missionnaire sans aucune discrimination de religion, de caste, de couleur », rappelle le père Vincent Kundukulangara, prêtre des MEP dans le Kerala, dans le sud de l’Inde, qui témoigne de la reconnaissance de la population envers l’œuvre des sœurs.

    Contexte politique de tensions

    L’héritage spirituel de Teresa de Calcutta, canonisée en 2016, s’inscrit toutefois dans un contexte politique tendu. Depuis 2014, le BJP, parti nationaliste hindou au pouvoir, mène une politique répressive envers les minorités religieuses, dont font partie les 28 millions de chrétiens du pays (2,3 % de la population). « Pour Narendra Modi (le leader du BJP et premier ministre de l’Inde), Mère Teresa est une figure à oublier », observe le père Yann Vagneux, également prêtre des MEP, installé à Bénarès.

    Les missionnaires ont été régulièrement visées par des accusations de baptêmes forcés ces dernières années, alors que le pouvoir traque toute tentative de prosélytisme par le vote de lois anti-conversions. Une suspicion de trafic d’enfants avait en outre ébranlé la congrégation en 2018, lorsqu’un couple avait affirmé avoir payé les sœurs d’un foyer de Ranchi, dans le nord-est de l’Inde, pour adopter un enfant. Cette déclaration avait mené à l’interpellation d’une religieuse, à l’ouverture d’une enquête dans toute la congrégation pour commerce de nourrissons et à la fermeture, l’année suivante, du foyer.

    Lire la suite

  • L’Ordre de Malte encore Souverain ?

    IMPRIMER

    Le pape Bergoglio destitue le grand chancelier maltais Boeselager et dissout le conseil ! Le Vatican a publié ce samedi un décret correspondant - le règlement entre en vigueur avec effet immédiat : Lu sur le site web kath net :

    « Cité du Vatican (kath.net/KAP) Le Pape François a limogé le Grand Chancelier de l'Ordre de Malte, Albrecht Freiherr von Boeselager. Dans le même temps, le chef de l'église dissout le conseil souverain de l'ordre catholique. Le Vatican a publié samedi un décret correspondant. Dans celui-ci, le chef de l'Église convoque un conseil souverain provisoire et un chapitre général extraordinaire le 25 janvier 2023. Le règlement entre en vigueur avec effet immédiat.

    Le représentant spécial de l'Ordre de Malte, le cardinal Silvano Maria Tomasi, et le lieutenant John Dunlap, le lieutenant John Dunlap, restent en fonction avec tous les pouvoirs. Cela s'applique jusqu'à la conclusion du Chapitre général extraordinaire "et nonobstant toute loi, privilège ou coutume contraire, aussi notable soit-il, qui pourrait contredire ma décision", a déclaré le Pape.

    Récemment, il y aurait eu de fortes tensions entre le représentant papal pour la réforme de l'ordre, le cardinal Silvano Tomasi, et une partie de la direction de l'ordre. Selon les rapports, il ne s'agissait pas seulement de la souveraineté et des statuts, mais aussi de l'indépendance financière de l'ordre humanitaire mondial. Le 27 août, le pape a rencontré Tomasi, Dunlap et le juriste ecclésiastique jésuite Gianfranco Ghirlanda.

    Lors de la réforme de leur constitution et de leur code, les Maltais veulent se doter d'une structure de gestion plus contemporaine. La partie qui concerne l'organisation en tant qu'ordre doit être approuvée par le Pape, le reste non. Par ailleurs, des réformes sont prévues dans les finances et la conformité, mais aussi dans la prise en compte des femmes.

    En tant qu'ordre catholique, l'Ordre souverain de Malte relève du Saint-Siège. En même temps, c'est politiquement un sujet de droit international à part entière. Ce statut lui donne un accès unique au niveau politique et diplomatique et est destiné à lui permettre une indépendance particulière dans les conflits. L'Ordre entretient actuellement des relations diplomatiques avec 110 pays… ». Jusqu’ici (ndlr).

    Ref. L’Ordre de Malte encore Souverain ?

    Nous découvrirons bientôt ce que le Vatican (le pape François et le Cardinal Tomasi) prévoient...

  • Etats-Unis : une victoire majeure pour le droit à l’objection de conscience et les soins médicaux humains

    IMPRIMER

    Une synthèse de presse de gènéthique.org :

    Etats-Unis : une décision de justice pour protéger l’objection de conscience

    2 septembre 2022

    Aux Etats-Unis, une décision de Cour d’appel fédérale affirme que le gouvernement américain ne peut pas exiger d’établissements chrétiens qu’ils pratiquent des avortements ou des “opérations de transition de genre”. Le 26 août, un panel unanime de la 5e cour d’appel fédérale a confirmé la décision d’un tribunal inférieur les protégeant contre la disposition « anti-discrimination » de l’Affordable Care Act (ACA). Elle concerne les fournisseurs de soins de santé qui reçoivent un financement fédéral.

    Selon Joe Davis du Becket Fund for Religious Liberty, avocat des plaignants, la décision est « une victoire majeure » pour le droit à l’objection de conscience et les soins médicaux humains.

    Un autre recours en Virginie

    En Virginie, une infirmière de MinuteClinic, une division de CVS Health, Paige Casey, a été licenciée après avoir refusé de fournir des produits abortifs en raison de ses convictions religieuses. Elle a donc décidé de poursuivre CVS Health car l’entreprise lui avait accordé les années précédentes une exemption pour motif religieux.

    Alliance Defending Freedom, un groupe juridique à but non lucratif qui assiste la soignante, affirme que la loi de Virginie interdit aux employeurs de prendre des mesures disciplinaires lorsqu’un employé s’oppose à un avortement pour des raisons religieuses.

    ------------

    Sources : Reuters, Brendan Pierson (30/08/2022) ; Washington Times, Matthew Barakat (31/08/2022)

  • Le cardinal Zen, grand oublié du Consistoire

    IMPRIMER

    Du Sismografo :

    Le Cardinal Muller au Pape : "Le Cardinal Zen sera jugé par la Chine, que le Vatican ne le sacrifie pas à la raison d'Etat".

    Cardinal Joseph Zen Ze-kiun

    Le Cardinal Muller au sujet de la récente réunion des cardinaux au Vatican : "Peut-être étaient-ils trop occupés à chanter les louanges d'une constitution apostolique déjà en vigueur et désormais non modifiable, un texte qui n'a jamais été soumis à l'examen du Collège des Cardinaux. Je dis cela ironiquement, avec une pointe d'amertume. C'est comme si nous étions traités comme des étudiants du premier semestre, comme si nous avions besoin d'être endoctrinés, mais je ne veux pas faire de "polémique".

    (Franca Giansoldati - Il Messaggero) Le silence du Vatican sur le sort du cardinal émérite de Hong Kong, le Chinois Joseph Zen ze-Kiun, absent de Rome car assigné à résidence pour avoir élevé la voix contre Pékin en défendant les droits de l'homme tant à Hong Kong qu'en Chine, a pesé comme un rocher sur le consistoire qui vient de s'achever avec la quasi-totalité des cardinaux du monde - un événement qui ne s'était pas produit depuis 2014. "Le mois prochain, il y aura un procès injuste. Personne n'a soulevé la question très sérieuse de notre frère Zen. Ni par le doyen, le cardinal Re, ni par le secrétaire d'État, Parolin, ni par le pape. Il n'y a eu aucun document de solidarité, aucune initiative de prière pour lui".

    Dans une interview accordée à Il Messaggero, le cardinal Gerhard Muller, théologien renommé et ancien préfet de la Congrégation de la foi, rédacteur de l'opera omnia de Joseph Ratzinger.

    Pensez-vous que Zen a été abandonné à son sort parce qu'il est un personnage encombrant, puisqu'il défend les catholiques chinois appartenant à l'Église clandestine non alignée sur le parti communiste, ou y a-t-il autre chose qui se passe ?

    "J'espère qu'il ne sera pas abandonné. Le Consistoire extraordinaire aurait été l'occasion de déclarer la pleine solidarité avec Zen au nom de tous les cardinaux du Collège".

    Au lieu de cela, que s'est-il passé ?

    "Rien du tout. Il y a évidemment des raisons politiques de la part du Saint-Siège qui empêchent de telles initiatives. Je fais référence à l'accord pour le renouvellement des évêques signé récemment avec le gouvernement Xi. Je suis désolé de le dire, mais nous ne pouvons pas ne pas soumettre les intérêts du Saint-Siège et de l'État du Vatican à la dimension ecclésiale et à la vérité".

    Dans quel sens ?

    "Peut-être l'Église devrait-elle être plus libre et moins liée à la logique du pouvoir, mondain, et par conséquent plus libre d'intervenir et, si nécessaire, de critiquer les hommes politiques qui finissent par supprimer les droits de l'homme. Dans ce cas, je me demande pourquoi ne pas critiquer Pékin. Zen est un symbole et a été arrêté sous un prétexte, il n'a rien fait, c'est un personnage énergique, courageux et très craint par le gouvernement. Il a plus de 80 ans et nous l'avons laissé de côté".

    Lire la suite

  • Un bilan de Traditionis custodes

    IMPRIMER

     

    resize.jpgLa Curie agressive du pape François étoufferait-t-elle déjà le mouvement tradi ? Lu sur le site web « Riposte catholique » :

    Renaissance Catholique publie une bonne tribune de Côme de Prévigny qui dresse un bilan du Motu Proprio Traditionis custodes un an après sa publication :

    Le 16 juillet 2021, le pape François publiait le Motu Proprio Traditionis Custodes, provoquant un véritable atterrement parmi tous les catholiques attachés à la liturgie grégorienne. Ce faisant, le souverain pontife édictait des normes particulièrement restrictives à la célébration de la messe traditionnelle, précisant qu’il aspirait à sa disparition à long terme au profit de la messe réformée. Surtout, il mettait un terme à l’ère Summorum Pontificum qui, depuis seize ans, avait garanti à tout prêtre la liberté d’user du missel antique et favorisé la multiplication de paroisses et de chapelles où l’Usius antiquior du rite romain était assuré.

    Évidemment, la France, fille aînée de l’Église et patrie de la réaction aux innovations liturgiques, ne pouvait qu’être profondément affectée par cette décision drastique. Alors que la messe traditionnelle était célébrée dans près de deux cents cinquante lieux de culte au début de l’année 2021, la décision pontificale ne pouvait que rallumer une guerre dont on sait qu’elle a, par le passé, été particulièrement éprouvante pour le catholicisme dans notre pays. Un an après, quelles sont les conséquences de la décision du pape ? Dans quelle mesure s’est étendue son application par les évêques chargés de la mettre en œuvre ? De Dijon à Grenoble, les diocèses ont visiblement présenté des aspects contrastés.

    L’attentisme de l’épiscopat

    Compte tenu du poids du traditionalisme en France, les évêques n’ont pour l’heure rien organisé dans la précipitation et seules une vingtaine de messes ont été supprimées, généralement en raison de déplacements de desservants. Alors que 20 % des prêtres sont ordonnés dans notre pays pour célébrer l’ancien missel, que les mouvements de jeunesse qui y sont attachés sont les plus féconds en termes de vocations et d’engagement, il aurait été périlleux de procéder à une liquidation de cette mouvance, sans parler du poids financier qu’elle représente pour des diocèses à l’équilibre économique incertain. D’ailleurs, malgré les signaux hostiles venus de Rome et les intempéries exceptionnelles, l’édition 2022 du pèlerinage de Pentecôte de Notre-Dame de Paris à Notre-Dame de Chartres, organisé par l’association Notre-Dame-de-Chrétienté, fut l’une des plus marquantes puisque 15 000 marcheurs ont sillonné les routes de Beauce, preuve du décalage qui se creuse entre les directives romaines qui voudraient supprimer le rite ancien et toute une jeunesse qui semble au contraire y aspirer.

    Aussi, seul un évêque de France sur cinq s’est risqué à signer un décret d’application de Traditionis Custodes tandis que la moitié d’entre eux l’ont fait dans la foulée de la publication du Motu Proprio, dans le but essentiel d’apaiser tous ceux qui, au-delà des attachements liturgiques, avaient été contristés par le texte pontifical et désarçonnés par la résurgence de cette guerre fratricide. Les évêques de diocèses importants, comme Lille, Bordeaux, Lyon, Versailles, Bayonne, Nanterre ont immédiatement signé des textes manifestant leur sollicitude à l’égard de tous les fidèles attachés à la messe traditionnelle. « Sachant les inquiétudes que suscite le motu proprio chez certains d’entre vous, je veux exprimer mon désir de poursuivre un dialogue que mes prédécesseurs ont initié avec tous ceux d’entre vous qui cherchaient à œuvrer pour l’unité de l’Église et la paix entre catholiques », écrivait par exemple Mgr Jean-Paul James[1].

    Lire la suite