Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

International

  • L'ancienne messe en latin trouve un nouveau public aux Etats-Unis (New York Times)

    IMPRIMER

    De Ruth Graham sur le New York Times :

    L'ancienne messe en latin trouve un nouveau public américain, malgré la désapprobation du pape

    Une ancienne forme de culte catholique attire de jeunes traditionalistes et conservateurs. Mais elle est le signe d'une division au sein de l'église.

    15 nov. 2022

    DETROIT - Les huit enfants d'Eric Agustin avaient l'habitude d'appeler le premier jour de la semaine "le dimanche de la fête". La famille se réveillait, assistait à une courte messe matinale dans une paroisse catholique près de leur maison, puis rentrait à la maison pour déjeuner et passer l'après-midi à se détendre et à regarder le football.

    Mais cet été, la famille a fait un "grand changement", a déclaré l'un de ses fils adolescents lors d'un récent dimanche après-midi devant le sanctuaire Saint-Joseph, la nouvelle paroisse de la famille. À Saint-Joseph, la liturgie est ornée, chorégraphiée avec précision et conduite entièrement en latin. La famille fait une heure de route aller-retour pour assister à un service qui commence à 11 heures et peut durer près de deux heures.

    La messe traditionnelle en latin, une ancienne forme de culte catholique que le pape François a tenté de décourager, connaît au contraire un renouveau aux États-Unis. Elle séduit un mélange de traditionalistes esthétiques, de jeunes familles, de nouveaux convertis et de détracteurs de François. Et sa résurgence, stimulée par les années de pandémie, s'inscrit dans le cadre de la montée de la droite au sein du christianisme américain dans son ensemble.

    La messe a déclenché une vaste bataille par procuration dans l'Eglise américaine, non seulement sur les chants et les prières, mais aussi sur l'avenir du catholicisme et son rôle dans la culture et la politique.

    Les adeptes de la messe en latin ont tendance à être socialement conservateurs et soucieux de la tradition. Certains, comme la famille Agustin, sont attirés par la beauté de la messe, son symbolisme et ce qu'ils décrivent comme une forme de culte plus respectueuse.

    D'autres ont également été attirés vers l'ancienne forme par la nouvelle rhétorique de la droite dure et la communauté qu'ils ont trouvée dans certaines communautés catholiques en ligne. Ils considèrent la tentative du pape de limiter l'ancienne messe en latin comme un exemple des périls d'un monde qui se détache des valeurs religieuses occidentales.

    La messe traditionnelle en latin, également appelée "forme extraordinaire", a été célébrée pendant des siècles jusqu'aux transformations du concile Vatican II dans les années 1960, qui visaient en partie à rendre le rite plus accessible. Après le Concile, la Messe pouvait être célébrée dans n'importe quelle langue, la musique contemporaine a fait son entrée dans de nombreuses paroisses et les prêtres se tournaient vers les gens dans les bancs.

    Mais la messe latine traditionnelle, avec toute sa formalité et son mystère, n'a jamais totalement disparu. Bien qu'elle ne représente qu'une fraction des messes célébrées dans les 17 000 paroisses catholiques des États-Unis, elle est en plein essor.

    Lire la suite

  • Les chrétiens arméniens exposés à un risque de nettoyage ethnique

    IMPRIMER

    De Rebecca Tinsley sur Independent Catholic News (ICN) :

    Quelle est la prochaine étape pour les Arméniens chrétiens ?

    5 décembre 2022

    Le risque de nettoyage ethnique auquel sont confrontés les chrétiens arméniens est souligné cette semaine à la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye. Les avocats feront valoir que si le monde s'est concentré sur l'invasion de l'Ukraine par la Russie cette année, d'autres conflits ont été négligés. Selon eux, les nations devraient être tenues de respecter leur obligation de prévenir les génocides en vertu du droit international, plutôt que d'attendre de réagir une fois que les atrocités de masse ont commencé.

    La professeure Hannah Garry, de l'université de Californie du Sud, a déposé un dossier juridique de 200 pages auprès du bureau du procureur de la CPI, présentant des preuves détaillées d'assassinats ciblés fondés sur l'identité dans l'enclave arménienne du Nagorno Karabagh, en Éthiopie et au Cameroun. Elle et ses collègues appellent à un examen préliminaire des conflits dans chaque pays, où la violence a été négligée par la communauté internationale et les médias.

    Des chercheurs de l'université de Gand ont récemment annoncé que près d'un demi-million de personnes pourraient avoir été tuées dans la guerre qui sévit dans la région du Tigré, en Éthiopie. Malgré un récent cessez-le-feu, les groupes de défense des droits de l'homme signalent que les troupes érythréennes continuent de piller et d'agresser les civils tigréens. Par ailleurs, pour la troisième année consécutive, le Conseil norvégien pour les réfugiés cite la crise du Cameroun anglophone parmi les conflits les plus négligés au monde.

    Le patrimoine chrétien menacé

    En août, un groupe multipartite de parlementaires a mis en garde contre le risque croissant de violence dans l'enclave du Haut-Karabakh, où 94 % de la population est arménienne. Les forces armées azerbaïdjanaises utilisent des drones, des lance-grenades et des armes anti-aériennes contre les civils, en violation du droit international et de l'accord de cessez-le-feu le plus récent. En outre, des monuments et des sites du patrimoine chrétien arménien sont détruits dans les zones désormais sous contrôle azerbaïdjanais. Les parlementaires accusent les forces armées azerbaïdjanaises d'agir en toute impunité alors que l'attention du monde est ailleurs.

    La professeure Garry cite l'Arménie, l'Éthiopie et le Cameroun comme exemples de violations des droits de l'homme qui devraient invoquer le devoir de prévenir le génocide en vertu de la doctrine de la responsabilité de protéger adoptée par les États membres des Nations unies en 2005. Les groupes de défense des droits de l'homme ont été frustrés par le fait que cette doctrine, qui oblige tous les pays à agir de manière proactive pour prévenir les génocides avant qu'ils ne commencent, n'a pas été appliquée. Les preuves juridiques détaillées de la professeure Garry seront présentées à l'Assemblée des États parties de la CPI.

    Par ailleurs, Lord Alton a exhorté le ministère britannique des Affaires étrangères à saisir la CPI pour qu'elle enquête sur les violences commises au Cameroun anglophone. Depuis quelques années, Lord Alton défend un projet de loi sur la détermination du génocide qui donnerait à un tribunal compétent le pouvoir de rendre une décision préliminaire sur l'éventualité d'un génocide dans des circonstances données ou sur l'existence d'un risque sérieux de génocide, obligeant ainsi le Royaume-Uni à saisir la CPI. Fin octobre, le projet de loi a fait l'objet d'une deuxième lecture à la Chambre des Lords, atteignant ainsi le stade de la commission. Auparavant, l'amendement sur le génocide de tous les partis de Lord Alton, qui était basé sur le projet de loi, avait été adopté par la Chambre des Lords avec une majorité de plus de cent voix, avant d'être rejeté par le gouvernement.

    Comme l'a commenté Lord Alton : "Malgré l'obligation de longue date de prévenir le génocide, énoncée à l'article I de la Convention sur le génocide, les États font peu, voire rien, pour identifier les situations de risque grave de génocide et pour agir afin d'empêcher que ce risque ne se transforme en atrocités répétées. Les États doivent passer à la vitesse supérieure, transformer les discours grandiloquents en réalité et s'acquitter de leurs obligations en vertu de la convention sur le génocide. La prévention du génocide ne peut être laissée au hasard."

  • Ukraine : volte-face du Pape François

    IMPRIMER

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso, en traduction française sur Diakonos.be :

    Ukraine. La volte-face du Pape François. En soutien à la lutte armée d’un peuple martyr

    Infatigable, le Pape François continue à se positionner comme médiateur pour la paix. Mais sa dernière proposition de négociation, lancée il y a une semaine dans une interview accordée à l’hebdomadaire des jésuites de New York « America Magazine », a suscité une réaction de Moscou pour le moins brutale.

    « Ce n’est même plus de la russophobie, c’est une perversion de la vérité » : c’est par ces mots que la porte-parole des affaires étrangères russes, Maria Zakharova, a accueilli les arguments du Pape. L’ambassadeur russe près le Saint-Siège, Alexander Avdeev, a également fait part de son « indignation » face aux « insinuations » papales. Et enfin, le ministre des affaires étrangères en personne, Sergueï Lavrov, n’a pas hésiter à qualifier les déclarations du Pape de « non chrétiennes ». En ajoutant : « Le Vatican a dit que cela ne se répétera plus et qu’il s’agit probablement d’un malentendu, mais ça n’aide pas à augmenter l’autorité de l’État pontifical ».

    Ce qui a déclenché l’ire de Moscou, c’est un passage de l’interview où le Pape déclare avoir « beaucoup d’informations sur la cruauté des troupes » envoyées pour agresser l’Ukraine, avec la précision malheureuse que « généralement, les plus cruels sont peut-être ceux qui viennent de Russie, mais pas de la tradition russe, comme les Tchétchènes, les Bouriates, et ainsi de suite ». Donc non plus seulement les « mercenaires », comme le Pape l’avait déjà dénoncé à plusieurs reprises, mais également les troupes régulières d’ethnies particulières, dont les chefs, avec en tête le Tchétchène Ramzan Kadyrov, ont également vigoureusement protesté.

    Il n’en demeure pas moins – erreurs de communication mises à part, même si elles sont bien trop fréquentes – que dernièrement, ce que le Pape François dit et pense sur la guerre en Ukraine a beaucoup changé.

    Il faut faire remonter cette volte-face à la rencontre que le Pape a eue au Vatican le 7 novembre avec l’archevêque majeur de l’Église grecque-catholique ukrainienne, Sviatoslav Shevchuk (photo). Et elle s’est principalement matérialisée dans cette « Lettre du Saint-Père au peuple ukrainien » diffusée le 24 novembre, que Mgr Shevchuk lui-même avait demandé au Pape François d’écrire, et qui est très proche quant au style et au contenu aux messages que le chef des grecs-catholiques ukrainiens adresse à ses fidèles.

    Lire la suite

  • RDCongo : Pourquoi le prochain scrutin présidentiel semble déjà “joué”

    IMPRIMER

    RDC-CENI-élection.jpgDémocratiques, les élections congolaises ne l’ont jamais été, si l’on excepte celles organisées sous la responsabilité de la Belgique pour constituer le premier gouvernement du Congo post-colonial.

    Sur le site web de « La Libre Afrique », Hubert Leclercq énonce déjà les procédures en préparation par l’actuel pouvoir en place pour manipuler les prochains résultats. Bah, « demokrasi, azali nani: mwasi soko mobali ? La démocratie, c’est qui : une femme ou un homme ? » NdB…   

    « L’organisation des scrutins annoncés pour le 20 décembre 2023 par la Commission électorale nationale indépendante multiplie les indices en faveur du pouvoir en place à Kinshasa.

    Si tu organises les élections, c’est pour les gagner”, nous avait expliqué l’ancien président du Gabon Omar Bongo en 2000. La formule, pour caricaturale qu’elle puisse paraître, n’a pas pris une ride. En République démocratique du Congo, les responsables de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) ont annoncé, ce samedi 26 novembre, la tenue des prochaines élections présidentielles et législatives (nationales, provinciales et communales) pour le 20 décembre 2023.

    Un timing hyper serré que le patron de la Ceni, Denis Kadima Kazadi, installé à ce poste à la suite d’un processus très critiqué, se fait fort de tenir pour respecter la Constitution congolaise. Pour la plupart des observateurs internationaux, le calendrier est “matériellement intenable”, comme le martèle un expert qui a “accompagné de nombreux scrutins en Afrique”. Un rapport réalisé pour le PNUD à la fin de l’été dernier ne disait déjà rien d’autre.

    Il faut bien comprendre qu’en République démocratique du Congo, il n’y a pas d’état civil et pratiquement aucun suivi entre deux scrutins. À chaque fois, il faut donc enregistrer tous les électeurs, ce qui devrait représenter 50 millions de personnes cette fois. Il faut donc inscrire ces personnes une à une, remplir des fichiers manuellement, même si les équipes utilisent des tablettes informatiques”, poursuit un ancien membre de la Ceni. Pour Denis Kadima, l’enregistrement de ces 50 millions d’électeurs se fera en trois mois. “Impossible”, affirme sans ambage un expert congolais qui insiste sur la nécessité d’aller à la rencontre des électeurs dans des « conditions homériques »« Sans route, sans infrastructure, c’est impensable” et de rappeler qu’il y a cinq ans, “il avait fallu au moins 20 mois pour enregistrer ces électeurs en pouvant compter sur l’intendance de la Monusco pour transporter les kits d’enregistrement et le personnel de la Ceni, ce qui ne sera plus le cas cette année”.

    RDC : Tshisekedi passe en force. Cap sur la CENI ?

    Samedi dernier, en présentant son calendrier, Denis Kadima a d’ailleurs insisté sur la nécessité de recourir à une flotte d’avions pour aller à la rencontre des électeurs et sur le coût – imprévu – qu’aura cette mobilisation aérienne pour les caisses de l’État.

    Lire la suite

  • Malgré des attaques incessantes, les catholiques nigérians gardent leur foi

    IMPRIMER

    De Douglas Burton et Masara Kim* sur Catholic News Agency :

    Malgré des attaques incessantes, les catholiques nigérians gardent leur foi

    Abuja, Nigeria, 2 décembre 2022

    Le mois de novembre s'est avéré être un mois particulièrement meurtrier dans le centre du Nigeria, laissant des catholiques comme Matthew Onah et sa famille lutter pour faire face à leurs pertes. Dans l'enclave catholique de Maikatako, 11 personnes ont été tuées le 15 novembre lors d'une attaque menée par des milices armées, qui seraient au nombre de 200 à 300 et habillées en noir. Parmi les victimes se trouvait le fils de M. Onah, âgé de deux ans. Membre de la mission indépendante St Benedict de Kuba, dans le diocèse de Pankshin, dans l'État du Plateau, M. Onah a déclaré que sa femme, Rosemary, 33 ans, avait été blessée mais qu'elle se rétablissait dans un hôpital local. Leurs deux autres enfants ont survécu.

    Une semaine plus tard, au moins 12 civils non armés ont été tués par des miliciens musulmans radicalisés dans la ville de Wumat, à 45 miles au sud de Jos, la capitale de l'État du Plateau, selon Titus Alams, ancien président de la Chambre d'assemblée de l'État du Plateau. M. Alams a déclaré à CNA que plus de 200 terroristes ont encerclé le village situé au sommet d'une colline dans la froide nuit de mardi à mercredi, tirant sur les résidents qui tentaient de s'échapper.

    Les attaques ont suivi des semaines de raids terroristes sur les villages chrétiens environnants, ce qui a poussé les agriculteurs à rester loin de leurs fermes, a déclaré le père Andrew Dewan, responsable de la mission indépendante St Benedict de Kuba, qui dessert environ 25 villages environnants. "Le mois dernier encore, nous avons enterré deux de nos paroissiens dans une ville proche de Maikatako", a déclaré Dewan. "Ils ont été tués par les mêmes militants fulanis qui sont allés kidnapper leur sœur. Ils enlèvent les chrétiens pour obtenir une rançon, détruisent leurs cultures agricoles et mènent toujours des attaques, tuant les chrétiens et détruisant leurs moyens de subsistance." La motivation de ces attaques est "l'accaparement des terres et l'islamisation forcée", a-t-il déclaré. "Ils ont pris beaucoup de nos communautés et les ont transformées en zones interdites", a ajouté M. Dewan.

    Les autorités nigérianes ont souvent décrit les attaques comme des affrontements entre agriculteurs sédentaires et bergers semi-nomades pour les terres fertiles, qui, selon eux, ont augmenté en raison du changement climatique. L'évêque Michael Gokum, du diocèse de Pankshin, a déclaré à CNA qu'il s'agissait d'une déformation des faits. "Si vous êtes dans votre maison et que quelqu'un vient vous attaquer, ce n'est pas un affrontement", a déclaré Gokum lors d'une interview téléphonique. "Nous sommes inquiets de l'augmentation des meurtres, non seulement de catholiques mais de tous les chrétiens, qui se sont poursuivis sans relâche."

    Les attaques menées par des groupes de miliciens islamistes, diversement appelés "bergers", "bandits" ou "tireurs inconnus", font de plus en plus de victimes dans les villes agricoles des États de la vaste Middle Belt du Nigeria. Le 3 novembre, au moins 18 personnes ont été tuées par balles et à l'arme blanche dans la région nord de l'État de Benue, dans trois villages voisins du comté de Guma, a rapporté le père William Shom, un résident du comté. Beaucoup des victimes étaient des enfants, a déclaré Shom à CNA.

    Les experts nigérians s'inquiètent surtout du fait que les attaques de bergers se multiplient dans les États du sud du pays, où elles étaient rares il y a quelques années.

    Le 21 novembre, un groupe terroriste que l'on a entendu parler la langue de la tribu Fulani a attaqué des villages dans la zone sud de l'État d'Enugu, à environ 400 miles des lieux de l'attaque dans le comté de Bokkos, dans l'État du Plateau. L'État d'Enugu compte plus d'un million de résidents catholiques romains.

    Les analystes ont averti que les attaques incessantes - si l'on n'y résiste pas - pourraient faire tomber la nation la plus peuplée d'Afrique aux mains des islamistes radicaux.

    "Il est vrai que les agriculteurs chrétiens se heurtent aux éleveurs nomades musulmans fulanis, ou militants, depuis des dizaines d'années, mais les récentes attaques des militants fulanis semblent coordonnées et stratégiques", a déclaré à CNA Kyle Abts, directeur exécutif du Comité international pour le Nigeria (ICON). Il est "inquiétant de constater que les tueries se poursuivent dans l'État du Plateau et que, quelques jours plus tard, de nouvelles attaques ont lieu dans l'État d'Enugu, dans le sud du pays", a-t-il ajouté. "Dans toute la Middle Belt, les forces de sécurité sont soit dépassées, soit incapables d'arrêter, soit complices de ces attaques", a ajouté M. Abts.

    Solomon Maren, membre de la Chambre des représentants du Nigeria, a déclaré que Bokkos a connu une augmentation constante des attaques armées et des annexions depuis 2018. "Notre peuple dans les zones rurales ne peut plus cultiver ou se déplacer librement sans craindre les attaques. Rien que le mois dernier, nous avons enterré plus de 30 des nôtres qui ont été attaqués soit dans leurs fermes, soit dans leurs maisons", a-t-il déclaré.

    Le 17 novembre, le gouverneur Simon Lalong a ordonné une répression contre les cachettes des terroristes à Bokkos. Le porte-parole militaire, le Major Ishaku Takwa, a déclaré à CNA cette nuit-là que l'opération était déjà en cours. Cependant, trois heures plus tard, apparemment, la même bande de 300 terroristes qui a attaqué Maikatako a attaqué un village à environ deux miles à l'ouest de Maikatako. Les gardes volontaires de Maikatako, armés de fusils à un coup, ont résisté à l'attaque nocturne du mieux qu'ils ont pu, selon les gardes qui ont parlé à CNA.  "Ils se sont mis à l'abri derrière des maisons en tirant avec leurs armes, mais ont été contraints de battre en retraite par les armes supérieures des terroristes, des fusils d'assaut AK-47", a déclaré Bitrus Dang, un commissaire adjoint de police à la retraite. Dang et deux autres hommes ont été blessés au cours de l'attaque.

    Selon le porte-parole militaire de l'État du Plateau, le major Ishaku Takwa, les villageois n'appellent pas à l'aide assez tôt. "Le partage rapide des informations est essentiel pour mettre fin à ces attaques", a-t-il déclaré. "Ces terroristes arrivent et frappent en quelques minutes et s'en vont, donc nous avons besoin d'informations dès qu'elles se produisent".

    Un pasteur de la ville qui a demandé à ne pas être identifié par crainte de représailles a déclaré à CNA que deux camions de l'armée transportant au moins cinq hommes chacun étaient stationnés sur une rocade encerclant Maikatako plus tôt dans la soirée lorsque des rumeurs d'une attaque prévue ont commencé à circuler. Cependant, ils sont restés là à écouter de la musique pendant l'attaque, a déclaré l'ecclésiastique. "Nous étions impuissants", a déclaré Dang. "Ils sont arrivés avec des fusils AK-47 et AK-49 ainsi que d'autres armes sophistiquées", a-t-il ajouté. "Nous n'avions que des pistolets à cartouche à un coup". Il a ajouté que l'attaque s'est poursuivie pendant quatre heures sans aucune intervention de la police ou des soldats.

    En fouillant dans les décombres de leur maison incendiée le matin du 16 novembre, M. Onah a trouvé une Bible, son seul bien ayant survécu aux tirs des terroristes. "J'ai tout perdu, y compris mon bébé, ma voiture, ma maison, ma nourriture et mes vêtements, mais avec cette [Bible], mon espoir est renouvelé", a-t-il déclaré. "Rien ne m'empêchera d'être catholique. Rien ne m'empêchera de suivre le Christ", a-t-il ajouté.

    * Douglas Burton est un écrivain indépendant spécialisé dans le terrorisme nigérian depuis son domicile près de Washington, DC. Il a commencé à couvrir la campagne pour reprendre Mossoul à ISIS en 2015 et est passé à la couverture d'ISIS au Nigeria en 2019. Il est un ancien fonctionnaire du département d'État à Kirkuk, en Irak.

    Masara Kim est un reporter indépendant sur les conflits et un documentariste basé à Jos, au Nigeria.

  • Le pape se rendra en République démocratique du Congo (RDC) et au Soudan du Sud du 31 janvier au 5 février 2023

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Le programme du Pape au Congo et au Soudan du Sud

    François se rendra en République démocratique du Congo (RDC) et au Soudan du Sud du 31 janvier au 5 février 2023. La Salle de presse du Saint-Siège a publié ce jeudi le programme de ce voyage apostolique. Le Pape avait reporté ce déplacement tant attendu par les populations locales à cause de ses ennuis de santé. L’étape à Goma a été supprimée.

    «Repousser n’est pas annuler» avait déclaré Matteo Bruni, le directeur de la Salle de presse du Saint-Siège lors de l’annonce du report du voyage du Pape François en RDC et au Soudan du Sud, le 10 juin dernier. Convaincu par ses médecins de renoncer à effectuer ce long déplacement en juillet comme c’était prévu en raison de ses problèmes au genou, le Saint-Père n’avait pas renoncé à visiter ces deux pays africains. Après ses voyages au Canada, au Kazakhstan et à Bahreïn, il va donc pouvoir se rendre à Kinshasa et à Djouba, les deux principales étapes de cette mini-tournée. Concernant le Soudan du Sud, il s’agit même d’un pèlerinage œcuménique de paix. L’étape prévue initialement à Goma en juillet n’a pas été maintenue.

    Le mardi 31 janvier, le Pape quittera Rome pour Kinshasa. À son arrivée, après la visite de courtoisie au président Tshisekedi, il rencontrera les autorités, la société civile et le corps diplomatique au palais de la Nation et y prononcera un discours.

    Le lendemain, 1er février, il célébrera la messe à l’aéroport Ndolo dans la matinée. Dans l’après-midi, il rencontrera des victimes des violences dans l’Est du pays et des représentants de certaines œuvres caritatives, l’occasion pour lui, à chaque fois, de prononcer un discours.

    Le 2 février, une rencontre entre le Pape et les jeunes et les catéchistes est prévue au stade des Martyrs. L’après-midi, il participera dans la cathédrale Notre-Dame-du-Congo à une rencontre de prière avec les prêtres, les diacres, les personnes consacrées et les séminaristes, avant de s’entretenir en privé avec les jésuites du Congo.

    Le 3 février, avant de quitter la RDC, il s’entretiendra avec les évêques congolais au siège de la CENCO, la conférence épiscopale du pays. Il prendra ensuite l’avion pour Djouba, la capitale du Soudan du Sud, voyage qu’il effectuera en compagnie de l’archevêque de Canterbury et du modérateur de l’assemblée générale de l’Église d’Écosse.

    Dans l’après-midi, il aura un entretien avec le président sud-soudanais, et avec les vice-présidents. Il s’exprimera en public devant les autorités, la société civile et le corps diplomatique.

    Le samedi 4 février, François parlera aux évéques, aux prêtres, aux diacres, aux personnes consacrées et aux séminaristes en la cathédrale Sainte-Thérèse dans la matinée, avant de recevoir en privé les jésuites du pays. L’après-midi, il prendra la parole devant des personnes déplacées avant de participer à une prière œcuménique au mausolée John Garang.

    Dimanche 5 février, avant de reprendre l’avion pour Rome en fin de matinée, il célébrera la messe et récitera l'angélus, toujours au mausolée John Garang.

  • Les groupes pro-vie et pro-famille bloqués lors d'une prochaine conférence de l'ONU ?

    IMPRIMER

    D'Austin Ruse sur le Friday Fax (C-Fam) :

    Un comité de l'ONU s'apprête à bloquer les pro-vie

    1er décembre 2022

    Le Comité des ONG de la Commission de la condition de la femme de l'ONU a publié des directives de participation qui auront pour effet de bloquer les groupes pro-vie et pro-famille lors d'une prochaine conférence de l'ONU. Les dirigeants des groupes pro-vie et pro-famille pensent que ces directives ont été créées précisément pour les empêcher de participer à la prochaine Commission sur le statut de la femme.

    Appelées "Directives et principes de sécurité virtuelle", le Comité des ONG affirme qu'elles visent à garantir que "chacun vive une expérience enrichissante lors du Forum virtuel des ONG sur la CSW". Leur objectif est de "rendre cette plateforme aussi inclusive et productive que possible..."

    Certaines directives ne prêtent pas à controverse, telles que "construire une culture d'excellence, de compassion, d'intégrité et d'honnêteté." De plus, "permettez à tout le monde de participer. Ne dominez pas la conversation et respectez les limites de temps" et "faites preuve d'empathie envers les autres participants".

    Mais il y a aussi l'obligation de reconnaître "l'existence du sexisme, du racisme, du classisme, de l'hétérosexisme, de la transphobie, de la domination globale du Nord et d'autres formes institutionnelles d'oppression." Certains de ces éléments sont en grande partie les mots et les phrases idéologiquement chargés de la gauche sexuelle.

    Les participants ne peuvent pas non plus utiliser "un langage offensant lié au genre, à l'identité et à l'expression de genre, à l'orientation sexuelle, au handicap, à la maladie mentale, à l'apparence physique, à l'affiliation politique, à l'âge, à la race, à l'origine nationale et/ou ethnique, au statut d'immigration, à la langue, à la religion ou à l'indigénéité".

    Les participants sont tenus "d'utiliser un langage accueillant et inclusif". Vraisemblablement, cela signifie utiliser les "pronoms préférés" de quelqu'un, une exigence qui contraindrait le discours et violerait donc la liberté religieuse des croyants chrétiens orthodoxes.

    Et puis il y a l'interdiction de "l'intimidation délibérée", une admonition qui semble ne fonctionner que dans un sens. L'année dernière, lors d'un événement préparatoire à la CSW parrainé par ONU Femmes, les gouvernements du Danemark et du Costa Rica et l'ONG CSW, le vice-président exécutif de C-Fam a été attaqué par un groupe mondial de défense de l'avortement. Un représentant de l'Association pour les droits de la femme dans le développement (AWID) a demandé l'expulsion de tous les "infiltrés anti-droits" des Nations unies.

    Bien que les directives semblent ne concerner qu'une plate-forme virtuelle pour la prochaine Commission de la condition de la femme, l'une des plus grandes et des plus importantes réunions de commission au siège de l'ONU, lorsque C-Fam a demandé à accueillir un événement parallèle à la prochaine conférence, ces directives étaient jointes.

    Le Comité des ONG de la CSW est une créature d'ONU Femmes, qui est une bureaucratie massive avec un conseil d'administration composé d'États membres de l'ONU. Il semble donc que les directives émanent des gouvernements. Le problème est que beaucoup, sinon la plupart, des États membres de l'ONU n'accepteraient jamais certaines de ces directives et ne seraient donc pas admis dans la partie ONG de la Commission.

    La Commission de la condition de la femme est une réunion annuelle des États membres des Nations unies qui, dans les années pré-covid, rassemblait des milliers de participants non gouvernementaux. Les 5 000 participants sont généralement issus de groupes féministes radicaux, mais des groupes pro-vie ont également participé. Outre la négociation entre les États membres, il y a des dizaines de panels produits par des groupes non gouvernementaux. Au fil des ans, les groupes pro-vie ont été autorisés à organiser des panels, mais cela est devenu de plus en plus difficile à mesure que les féministes idéologiques répriment les opinions dissidentes.

    Aujourd'hui, il semble qu'elles présentent la dissidence comme un danger pour les autres participants et qu'elles cherchent à supprimer complètement les voix pro-vie et pro-famille.

    Les ONG pro-vie et pro-famille réfléchissent à leur plan d'action, qui devrait inclure au moins une plainte formelle auprès d'ONU Femmes. Les pro-vie n'ont pas l'espoir que l'ONU Femmes s'en préoccupe. Après que Lisa Correnti de C-Fam ait été harcelée l'année dernière, ONU Femmes n'a même pas reconnu la plainte.

    Les pro-vie espèrent que les États membres de l'ONU interviendront.

  • 15.000 jeunes Vietnamiens réunis pour vivre et annoncer la foi

    IMPRIMER

    Du site des Missions Etrangères de Paris :

    Plus de 15 000 jeunes catholiques vietnamiens rassemblés dans le diocèse de Hung Hoa

    1/12/2022

    Les 25 et 26 novembre dans la province de Phu Tho, dans le diocèse de Hung Hoa, plus de 15 000 jeunes catholiques de 11 diocèses du nord du Vietnam ont participé au 18e Rassemblement de la jeunesse du nord. Des groupes de cinq diocèses du sud du pays ont également rejoint la rencontre, organisée sur le thème « Aller vers les périphéries ». Mgr Joseph Vu Van Thien, archevêque de Hanoï, a appelé les jeunes participants à « vivre et annoncer la foi », en particulier dans les régions reculées du plus grand diocèse du pays.

    Le 26 novembre lors du 18e Rassemblement de la jeunesse du nord, qui a eu lieu au temple national Hung dans la province de Phu Tho.

    Plus de 15 000 jeunes catholiques venus de 11 diocèses vietnamiens ont participé au 18e Rassemblement de la jeunesse du nord (Northern Youth Gathering), qui a eu lieu les 25 et 26 novembre au temple national Hung dans la province de Phu Tho, dans le diocèse de Hung Hoa. Ils ont également été rejoints par des groupes de jeunes de cinq diocèses du sud du pays.

    Durant la rencontre, Mgr Joseph Vu Van Thien, archevêque de Hanoï, leur a confié qu’en se rassemblant sur ce site du nom des rois Hung, considérés comme les fondateurs du pays, les jeunes participants sont appelés à vivre et annoncer la foi catholique et à rester unis avec la nation vietnamienne. Mgr Thien a ajouté qu’évangéliser, ce n’est pas seulement accueillir de nouveaux membres mais aussi montrer un visage positif, joyeux et vivant de l’Église, en faisant en sorte que d’autres personnes s’intéressent à ses enseignements.

    Lire la suite

  • Le crépuscule des mythes révolutionnaires

    IMPRIMER

    Dans cet article écrit pour Belgicatho, Paul Vaute explore quelques "illusions lyriques" d'hier et d'aujourd'hui, non sans souligner l'aveuglement de leurs chantres cléricaux.

       Il y a quelques semaines, dans un discours diffusé à la radio et à la télévision, le président du Nicaragua Daniel Ortega qualifiait l'Eglise catholique de "tyrannie parfaite". Rosario Murillo, sa très influente épouse – et vice-présidente du pays – en remettait une couche en dénonçant des "actions sataniques", rien moins, commises par l'épiscopat à l'encontre du gouvernement. Le pape François venait pourtant d'assurer que le dialogue était maintenu entre autorités religieuses et politiques à Managua…

       Quel dialogue, quand le nonce apostolique a été expulsé, quand un évêque est assigné à résidence, quand les religieuses prolongeant l'œuvre de mère Teresa en se consacrant aux soins des plus pauvres sont déclarées illégales, quand nombre de prêtres, de religieux, de chrétiens engagés sont harcelés par la police, emprisonnés, contraints à l'exil pour avoir dénoncé les exactions du pouvoir… ? En moins de quatre ans, les paroisses nicaraguayennes ont subi plus de 190 attaques et profanations[1]. Jusqu’à il y a peu, l'Eglise était seule à échapper encore partiellement au contrôle étroit exercé sur la société civile, lequel s'est resserré depuis les manifestations réprimées dans le sang en avril 2018 (plus de 350 morts). Cet espace est aujourd'hui réduit à la portion congrue.

       Ample, bien sûr, est la réprobation qu'expriment nos médias et nos ténors politiques devant la situation faite au plus vaste pays de l'Amérique centrale. Mais comment expliquer que les yeux aient tant tardé à s'ouvrir ? Au temps de la première la junte sandiniste dirigée par Ortega (1981-1990), il ne faisait pas bon, dans les milieux de la bien-pensance progressiste, formuler la moindre réserve à son égard. Qu'importaient l'état d'urgence, les libertés fondamentales déjà suspendues, la désorganisation économique liée à la collectivisation, la mise au pas du clergé non rallié à la cause, la fanatisation politique des jeunes déguisée en alphabétisation, la répression menée contre les indiens Miskitos jugés trop indépendants… Et qu'importait si l'appauvrissement du pays avait neutralisé fissa les effets bénéfiques des quelques réformes sociales du début. "Il faudra des années pour que le pays récupère seulement le niveau de 1979", affirmait le New York Times en septembre 1988. Alors que le PIB global était de trois milliards de dollars, la dette s'élevait à sept milliards, essentiellement dus à l'Union soviétique.

    Parmi les thuriféraires du premier pouvoir ortéguiste en Belgique, l'ONG catholique Entraide et Fraternité, dont les projets sont financés notamment par les campagnes du Carême de partage, occupait une place de choix. En 1983, le matériel d'animation édité par ses soins comprenait un calendrier fait de photos, de citations et de réflexions où était présenté, comme héros du combat pour le développement, le prêtre ministre nicaraguayen Ernesto Cardenal (on y trouvait aussi Gramsci!). Interrogé à ce propos, un responsable d'E&F estimait que personne "ne met en cause le choix qu'il a fait, j'en suis persuadé sans le connaître personnellement, de bonne foi, avec risque d'erreur, comme un témoignage de service rendu au peuple"[2].

    [1] Amélie BERTHELIN, "Nicaragua: l'Eglise à l'épreuve du couple Ortega", 4 oct. 2022, Aide à l'Eglise en détresse, https://aed-france.org/nicaragua-leglise-a-lepreuve-du-couple-ortega/.

    [2] La Libre Belgique, 5-6 nov. 1983.

    Lire la suite

  • Le Sénat américain adopte le projet de loi sur le mariage entre personnes de même sexe

    IMPRIMER

    De Jonah McKeown sur Catholic News Agency :

    Le Sénat adopte le projet de loi sur le mariage entre personnes de même sexe, le renvoyant à la Chambre des représentants

    29 novembre 2022

    Le Sénat américain a voté mardi soir en faveur de la loi sur le respect du mariage (RFMA), renvoyant le projet de loi à la Chambre pour un vote final avant qu'il n'atteigne le bureau du président. 

    Ce projet de loi, qui abrogerait la loi de 1996 sur la défense du mariage (DOMA) et prévoirait la reconnaissance fédérale des mariages entre personnes de même sexe, a suscité des critiques de la part des dirigeants catholiques, qui estiment qu'il n'offre pas une protection juridique suffisamment forte aux personnes qui croient que le mariage est l'union d'un homme et d'une femme, comme l'enseigne l'Église catholique. 

    Le projet de loi actuel n'obligerait aucun État à autoriser les couples de même sexe à se marier, mais exigerait des États qu'ils reconnaissent tous les mariages - sans distinction de "sexe, de race, d'ethnie ou d'origine nationale" - contractés dans d'autres États. 

    Le projet de loi a bénéficié d'un soutien des deux partis et a été adopté par le Sénat le 29 novembre par un vote de 61 à 36, et va maintenant retourner à la Chambre. Si la Chambre adopte cette version amendée, le projet de loi ira sur le bureau du président Joe Biden pour sa signature, qu'il s'est engagé à donner. M. Biden a fait part de son soutien au mariage homosexuel pour la première fois il y a dix ans, ce qui le mettait en porte-à-faux avec les enseignements de sa foi catholique. 

    Le Sénat avait voté à 62-37 à la mi-novembre pour mettre fin au débat sur le projet de loi en atteignant le seuil requis de 60 voix. Douze républicains ont traversé l'allée pour se joindre à tous les démocrates du Sénat lors de ce vote, et le même nombre s'est joint au vote du 29 novembre.

    La version finale du projet de loi comprend un amendement des deux partis visant à garantir que les organisations religieuses à but non lucratif ne seront pas tenues de fournir des services, des installations ou des biens pour la célébration d'un mariage homosexuel. Elle prévoit également des protections de la conscience individuelle dans la mesure prévue par la Constitution et la loi fédérale, et précise que le projet de loi n'autorise pas le gouvernement fédéral à reconnaître le mariage polygame. 

    Le DOMA, que le présent projet de loi abrogerait, est une loi de 1996 signée par le président Bill Clinton qui définissait le mariage au niveau fédéral comme l'union d'un homme et d'une femme, réservant les avantages fédéraux aux couples hétérosexuels et permettant aux États de ne pas reconnaître les mariages homosexuels contractés dans d'autres États. Le DOMA a déjà été effectivement annulé par les décisions de 2013 et 2015 de la Cour suprême United States v. Windsor et Obergefell v. Hodges, qui ont légalisé le mariage homosexuel dans les 50 États. 

    En juillet, les évêques catholiques des États-Unis avaient exhorté les sénateurs à s'opposer à la loi sur le respect du mariage, exprimant leurs inquiétudes quant à l'effet du projet de loi sur la liberté religieuse de ceux qui tiennent à une définition traditionnelle du mariage. 

    Lire la suite

  • Plus de 500 actes anti-chrétiens recensés en Inde depuis janvier

    IMPRIMER

    De Cécile Séveirac sur aleteia.org :

    Inde : plus de 500 actes anti-chrétiens recensés depuis janvier

    29/11/22

    En Inde, les actes de violence contre les chrétiens ne cessent d’augmenter. Plus de 500 incidents ont été recensés depuis le mois de janvier, selon le constat établi par l’organisation United Christian Forum (UCF), le 26 novembre.

    Les chrétiens d’Inde sont de plus en plus soumis aux persécutions. C’est le douloureux constat que fait l’organisation United Christian Forum (UCF), basée à New Delhi, dans un communiqué de presse daté du 26 novembre. Au total, 511 actes de violence ont été perpétrés contre les chrétiens — toutes confessions confondues —, entre janvier 2021 et novembre 2022, selon celle-ci. L’an dernier sur la même période, 505 faits anti-chrétiens avaient été recensés.

    Quatre provinces indiennes sont considérées par l’organisation comme étant les « pires endroits » pour les chrétiens du pays : au nord de l’Inde, l’Uttar Pradesh comptabilise 149 atteintes, suivi par le Chhattisgarh au centre qui en signale 115. Au sud, le Tamil Nadu et le Karnataka sont également considérés comme dangereux, avec 30 incidents chacun. L’ensemble de ces chiffres contredisent la version officielle établie par les responsables fédéraux, pour lesquels il n’y a pas de persécutions généralisées mais simplement des incidents isolés impliquant des groupes marginaux.

    Lire la suite sur aleteia.org

  • Chemin synodal allemand : "le pape est responsable" selon Robert Mickens

    IMPRIMER

    Dans sa "Letter from Rome" (La Croix International), Robert Mickens* tient des propos extrêmement instructifs. Ses sympathies à l'égard des évêques allemands sont évidentes mais son analyse de la position romaine, celle du pape en particulier, est vraiment très éclairante (les gras et les soulignés sont de notre cru) :

    26 novembre 2022

    Le Rhin submergera-t-il le Tibre ?

    Les évêques d'Allemagne s'opposent aux responsables du Vatican, défendant les réformes proposées par le chemin synodal de leur pays et par des catholiques de nombreuses autres parties du monde.

    Tout est de la faute (ou du mérite) du pape François. Ceux qui critiquent férocement le chemin synodal dans lequel l'Église catholique en Allemagne s'est engagée en 2019 - et même ceux qui le soutiennent avec enthousiasme - ne peuvent nier que le pape jésuite en est responsable. La seule raison pour laquelle les Allemands ont pu passer les trois dernières années à discuter de propositions soigneusement argumentées pour des réformes majeures de l'Église - pratiquement aucune qui soit jugée acceptable par la grande majorité des responsables au Vatican - est que François les a autorisés à le faire. C'est une chose que Benoît XVI et Jean-Paul II n'auraient jamais envisagée ni même tolérée.

    Peu importe que l'on soit d'accord avec ce que les Allemands proposent - notamment la possibilité pour les prêtres de se marier, l'inclusion des femmes à tous les niveaux de la gouvernance et du ministère ecclésiaux, ainsi qu'une révision et une reformulation complètes de l'enseignement de l'Église sur la sexualité humaine, pour ne citer que les points les plus saillants - que l'on soutienne ou non ces changements ne fait guère de différence. Le cheval s'est déjà emballé. Et maintenant, il va être presque impossible pour François d'ignorer d'emblée les propositions des Allemands sans donner l'impression que tout son discours sur la synodalité n'était qu'une imposture.

    Les catholiques d'Allemagne ne sont pas les seuls à voir l'urgence d'une réforme sérieuse de l'Église et non pas, comme l'a dit le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d'État du Vatican, une réforme dans l'Église. Il a averti les évêques allemands, lors de leur "visite ad limina" du 14 au 18 novembre, de tenir compte de cette distinction. Une intuition qui a ouvert la boîte de Pandore. Mais contrairement au cardinal italien (qui a souvent été présenté comme l'un des principaux candidats à la succession de François) et à ses confrères de la Curie romaine, les Allemands ont bien compris que le changement structurel est le véritable enjeu. Ils sont conscients que le modèle institutionnel et les structures actuelles de l'Eglise ne sont plus adaptés. Le paradigme impérial-monarchique est depuis longtemps dépassé et anachronique. Il n'est pas non plus durable et est devenu un obstacle de plus en plus lourd à la promotion d'un témoignage chrétien authentique, à la formation de disciples et à la diffusion de l'Évangile. Le pape François n'en est peut-être pas convaincu à 100%, mais il semble au moins en avoir l'intuition. Sinon, pourquoi ouvrirait-il la boîte de pandore que la synodalité s'est révélée être de diverses manières ? Le pape a ses propres limites, comme nous tous, mais il n'est pas stupide. Il peut prendre très rapidement le pouls des réalités, surtout celles d'un espace mondial où se dissimulent des enjeux de taille. Il sait très bien que les catholiques du monde entier (ah oui ?) veulent que les choses changent et il les exhorte à expliquer ce que devraient être, selon eux, ces changements.

    Lire la suite