Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

International - Page 20

  • RDC: arrivée de la nouvelle ambassadrice de Belgique, Roxane de Bilderling, à Kinshasa

    IMPRIMER

    Lu sur le site web de « La Libre Afrique » :

    Roxane de Bilderling 39ae2ed11b14a4ccb41d35e9d1ba5d11-1670445892.jpg« La nouvelle ambassadrice de Belgique en République démocratique du Congo (RDC), Roxane de Bildering, est arrivé à Kinshasa pour prendre ses fonctions, a rapporté jeudi le média en ligne Actualite.cd, confirmant une information diffusée par l’ambassade. « Nous avons le plaisir d’annoncer l’arrivée à Kinshasa du nouvel ambassadeur belge désigné auprès de la RDC, Roxane de Bilderling », a indiqué la représentation diplomatique belge à Kinshasa sur les réseaux sociaux, photo à l’appui.

    Elle sera, après avoir présenté ses lettres de créances au président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, la première femme à occuper cette fonction à Kinshasa – un poste occupé par un homme depuis l’indépendance de l’ex-Congo belge en juin 1960.

    Elle succède à Jo Indekeu, désigné comme ambassadeur en France après quatre ans passés en RDC.

    Jusqu’il y a peu ambassadrice de Belgique au Japon, Roxane de Bilderling l’avait auparavant été au Kenya, après avoir été collaboratrice de l’ancien ministre des Affaires étrangères Didier Reynders. Elle a en outre déjà été en poste en Afrique du Sud et en RDC plus tôt dans sa carrière, entamée en 2000.

    Selon Actualite.cd, la nouvelle ambassadrice arrive alors que les relations diplomatiques entre Bruxelles et Kinshasa connaissent « une amélioration notable ». Un moment clé de cette détente après une longue crise diplomatique a été la visite des souverains belges en RDC du 7 au 13 juin 2022.

    Sur le plan militaire, la Belgique a déployé depuis avril 2022 des instructeurs à Kindu, le chef-lieu de la province du Maniema (est), marquant ainsi la reprise d’une coopération militaire mise à mal dans les dernières années du régime de l’ancien président Joseph Kabila Kabange (2001-2019).

    Sur le plan culturel, un geste significatif a été posé avec la remise l’an dernier par le Premier ministre belge Alexander De Croo à son homologue Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge d’une liste de 84 000 objets d’art et d’objets culturels détenue par l’Africamuseum de Tervuren et potentiellement mal acquis durant la colonisation (1908-1960). »

    Ref.  RDC: arrivée de la nouvelle ambassadrice de Belgique, Roxane de Bilderling, à Kinshasa

    Originaire de Sambreville, dans la province de Namur, Roxane de Bilderling est diplômée en interprétariat de l’Université catholique de Louvain. Elle parle couramment le français, le néerlandais, l'anglais, l'espagnol, mais aussi le japonais et...le swahili.

     

  • Persécution anti-chrétienne au Pakistan. Les voix qui se taisent

    IMPRIMER

    Nous lisons sur "Il sismografo" :

    Persécution anti-chrétienne au Pakistan. Les voix qui se taisent

    ** À quoi servent les nombreux documents signés chaque année par les chefs religieux lors de dizaines de réunions et qui, lorsque le pire se produit comme au Pakistan ces jours-ci, ne demandent pas le respect des engagements en faveur du dialogue et de la paix entre les confessions religieuses ?

    ** Lorsque le pape Jean-Paul II s'est adressé à 70 000 jeunes musulmans, en dehors du circuit des réunions des médias religieux, et a déclaré : "La véritable signification de la liberté religieuse respecte à la fois Dieu et l'homme".

    Depuis quelques jours, une véritable campagne d'agression violente contre les chrétiens est en cours dans certaines régions du Pakistan de la part de groupes de musulmans, à forte majorité sunnite dans ce pays d'Asie. Les croyants de l'Islam au Pakistan (environ 230 millions d'habitants) représentent au moins 95 % de la population. Il est bien connu que le Pakistan connaît des vagues périodiques de violence à l'encontre des hindous et des chrétiens depuis plusieurs décennies. Souvent, certaines lois du pays, comme la tristement célèbre loi "anti-blasphème", ont favorisé ou encouragé de tels comportements, que les autorités n'ont pas toujours maîtrisés, comme le montrent les événements de ces derniers jours.

    La Constitution du Pakistan fait de l'Islam la religion d'Etat, même si le texte reconnaît à tous les citoyens le droit de professer, de pratiquer et de répandre leur foi. Cette charte constitutionnelle restreint cependant les droits politiques des Pakistanais non musulmans qui ne peuvent être ni président de la République, ni Premier ministre, ni juges de la Cour fédérale, laquelle a le pouvoir d'annuler toute loi jugée contraire à l'islam.

    Des documents solennels oubliés ou mis à la poubelle

    Dans ces moments-là, les chrétiens ne peuvent s'empêcher de rappeler le cas notoire d'Asia Bibi (2010 - 2018) ainsi que l'horreur de l'assassinat, le 2 mars 2011, en plein centre d'Islamabad, de Shahbaz Bhatti, ministre pakistanais des minorités.

    Les chrétiens, en particulier les catholiques, doivent se rappeler à eux-mêmes et à beaucoup d'autres - en particulier les orthodoxes et les musulmans sunnites et chiites - les documents conjoints signés à des occasions solennelles pour encourager et favoriser la paix et le dialogue entre les confessions religieuses. Ces documents sont nombreux mais semblent tomber dans l'oubli. Le cas le plus dramatique est la déclaration commune du pape François et du patriarche Kirill de Moscou et de toutes les Russies, signée le 12 février 2016, et qui, en ces 18 mois de guerre russe contre l'Ukraine, n'a jamais été mentionnée ou rappelée par quiconque. Il s'agit d'un document officiel catholique-orthodoxe qui a disparu de la réalité ecclésiale quotidienne et même de la mémoire.

    Un autre document commun populaire est celui du 4 février 2019, signé à Abu Dhabi entre le pape François et le grand imam d'Al-Azhar, Ahmad Al-Tayyeb, un haut dignitaire musulman sunnite, sur la "Fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune".

    À ce jour, il n'existe aucune trace du Grand Imam sunnite d'Al-Azhar condamnant d'un seul mot les violences antichrétiennes en cours au Pakistan. Il en va de même pour le Congrès des dirigeants des religions mondiales et traditionnelles au Kazakhstan, où la Déclaration finale a été signée en présence du Pape (22 septembre 2022).

    De toute évidence, aucune voix catholique autorisée n'a voulu rappeler au Grand Imam et au Congrès du Kazakhstan ce qui avait été convenu et signé ensemble lors de réunions largement amplifiées par la presse.

    Des événements tragiques tels que ceux survenus au Pakistan soulèvent de nombreuses questions sur les nombreux autres documents officiels signés par des chefs religieux sur la question, dont personne ne se souvient le lendemain, même lorsque cela s'avérerait approprié et nécessaire.

    Lire la suite

  • Nicaragua : l'Université centraméricaine confisquée par la dictature

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    L’Université centraméricaine du Nicaragua confisquée par le pouvoir

    L'établissement catholique jésuite a été placée sous séquestre après une décision de la justice le mardi 15 août qui dénonce «un centre de terrorisme». La Compagnie de Jésus parle de fausses accusations et annoncé suspendre toutes les activités de l'Université centraméricaine du Nicaragua (UCA), tout en rappelant la valeur éducative de cette université, reconnue dans le monde entier.

    La province centraméricaine de la Compagnie de Jésus déplore de graves accusations, «fausses et infondées» après la décision du tribunal de Managua de saisir les biens de l’université catholique, décision datée du 15 août et qui accuse l’établissement d’être «un centre de terrorisme», organisant des groupes criminels», qui aurait «trahi la confiance du peuple nicaraguayen».

    La confiscation de facto de l'UCA est «le prix à payer pour la recherche d'une société plus juste» écrivent encore les jésuites qui rappellent la devise du pays, tiré de Saint Jean : «La vérité vous rendra libre». L’université prestigieuse a pourtant prouvé son excellence, reconnue au niveau international, souligne encore la Compagnie de Jésus qui précise que cette offensive contre l’UCA n’est qu’un évènement supplémentaire, l’UCA était déjà la cible d’attaques injustifiées depuis 2018. L’université a donc suspendu ses activités académiques.

    Dans une lettre adressée au provincial des jésuites pour l’Amérique centrale, le père Arturo Sosa, supérieur général de la Compagnie de Jésus rappelle son soutien à l’établissement et à ses membres. Il demande aussi «la fin de l'agression gouvernementale contre l’UCA et ses membres», et plaide «pour l'ouverture de voies de dialogue basées sur la vérité, la liberté et le droit à une éducation de qualité pour la jeunesse et tout le peuple du Nicaragua».

    Réaction de l’ONU

    Ce nouveau coup de force du pouvoir contre l’Église catholique au Nicaragua a provoqué la réaction du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, qui suit «avec inquiétude» l’évolution de la situation au Nicaragua et en particulier les tensions croissantes entre le gouvernement et l’Église catholique locale.

    Antonio Guterres «rappelle que la fermeture en cours d'un centre d'éducation, alléguant des préoccupations de sécurité nationale, devrait être effectuée dans le respect des obligations internationales découlant du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels».

    Ce pacte de l’ONU, entré en vigueur en 1976, fait partie de la Charte internationale des droits de l’homme et a été ratifié à ce jour par 171 États parmi lesquels le Nicaragua. Le 18 mai dernier l'Université catholique de Managua, qui dépend du diocèse de la capitale avait été dissoute. Elle était responsable de la formation philosophique et théologique des séminaristes.

  • Accord du Vatican avec la Chine : un échec qui porte atteinte à l'autorité morale et au témoignage de l'Église

    IMPRIMER

    De George Weigel sur First Things :

    L'ACCORD DU VATICAN AVEC LA CHINE S'EFFILOCHE DAVANTAGE

    16 août 2023

    Le dernier coup auto-infligé à la politique chinoise du Vatican s'est produit à la mi-juillet, lorsque le Saint-Siège a annoncé que le pape François avait "reconnu" l'évêque Joseph Shen Bin comme évêque de Shanghai - en dépit du fait que l'évêque avait été "transféré" au diocèse le plus important et le plus prestigieux de Chine par le régime de Xi Jinping, et non par le pape. Quelques jours plus tard, America publiait une longue analyse de cette courbette romaine par Gerard O'Connell, son correspondant au Vatican. O'Connell, pour sa part, s'est appuyé sur ce que Vatican News a décrit comme une interview du secrétaire d'État, le cardinal Pietro Parolin, mais qui était en fait une interview automatique, le cardinal ayant envoyé les questions-réponses pré-écrites aux divers instruments des médias du Vatican pour qu'ils les publient. 

    Une révélation frappante dans cette auto-interrogation est venue lorsque le cardinal Parolin a noté que deux précédents transferts d'évêques en Chine "ont été effectués sans l'implication du Saint-Siège", et a déclaré que "cette façon de procéder semble ne pas tenir compte de l'esprit de dialogue et de collaboration établi de la part du Vatican et de celle de la Chine au fil des ans". 

    On ne peut que répondre : quel "esprit de dialogue et de collaboration" ? Le Vatican croit-il sérieusement qu'un régime totalitaire - qui exerce la surveillance la plus étendue au monde sur sa propre population, construit des camps de concentration génocidaires pour les minorités ethniques et religieuses, bloque les enquêtes internationales sur son rôle dans la propagation mondiale du Covid-19 et annonce publiquement que toutes les religions en Chine doivent être "sinisées" (c'est-à-dire subordonnées à l'idée que le régime se fait de la Chine et de ce qu'elle devrait être) - est vraiment intéressé par le "dialogue et la collaboration" ? Même si cette hypothèse naïve avait été le postulat de départ du Vatican dans les négociations qui ont conduit à l'accord de 2018 entre le Saint-Siège et la République populaire de Chine, les violations ultérieures de cet accord par la Chine et sa répression des catholiques à Hong Kong et ailleurs n'auraient-elles pas dû entraîner un réexamen critique de ce postulat ? 

    Le Saint-Siège n'a-t-il rien appris du comportement des régimes totalitaires au cours de l'histoire, qui ont tous, sans exception, cherché à subordonner les communautés chrétiennes à l'idéologie du régime, qu'il s'agisse du nazisme, du léninisme ou de la "pensée Xi Jinping" ?

    Je comprends les contraintes du langage diplomatique dans une négociation difficile. Néanmoins, il y a quelque chose d'autodénigrant et d'imprudent sur le plan stratégique (sans parler de l'aspect moral) dans le fait de pousser le langage diplomatique à l'extrême en disant, comme l'a fait le cardinal, que la conversation entre le Vatican et Pékin se poursuivrait, "en faisant confiance à la sagesse et à la bonne volonté de tous". De quelle "sagesse" ou "bonne volonté" Pékin a-t-il fait preuve depuis 2018 ? Son programme actuel visant à amener le clergé catholique de Hong Kong sur le continent pour qu'il reçoive une formation en sinisation est-il l'expression d'une bonne volonté ou un exercice de coercition et d'intimidation ?

    La même incapacité - ou le refus obstiné - de saisir la nature d'un régime comme celui de Xi Jinping était évidente dans l'espoir du cardinal que des "statuts adéquats" seraient élaborés pour une conférence épiscopale chinoise. Mais imaginons, pour les besoins de l'argumentation, que des statuts "adéquats" selon les normes des juristes canoniques romains aient été élaborés et qu'une conférence épiscopale chinoise ait été créée; compte tenu du bilan du régime de Xi Jinping depuis la signature de l'accord entre le Vatican et la Chine en 2018, comment une personne raisonnable pourrait-elle imaginer que ces statuts seraient respectés et que la conférence fonctionnerait conformément à ce que le cardinal Parolin a appelé sa "nature ecclésiale et sa mission pastorale" ? Combien de fois faut-il se faire taper sur les doigts avant de reconnaître que son "partenaire de dialogue" ne respecte pas les règles du Marquis de Queensberry ?

    Ensuite, le cardinal Parolin a demandé aux autorités chinoises d'établir un "bureau de liaison stable" pour le Saint-Siège en Chine continentale, qui rendrait le dialogue entre le Vatican et Pékin "plus fluide et plus fructueux" : une demande, selon Gerard O'Connell, que le régime chinois a déjà rejetée tout en exigeant que le Saint-Siège ferme son "bureau d'étude" à Hong Kong. À quoi servirait ce "bureau de liaison stable" ? S'agit-il de l'ouverture d'une brèche vers le Saint-Graal diplomatique que certains diplomates italiens du Vatican recherchent depuis longtemps : une ambassade du Saint-Siège à Pékin ? Mais il faudrait pour cela rompre les relations diplomatiques du Saint-Siège avec Taïwan, la première démocratie chinoise de l'histoire. Et malgré les fantasmes d'une "place à la table" du Vatican, une ambassade n'ajouterait rien à l'influence du Saint-Siège sur le régime de Pékin, tout en étouffant davantage la voix publique du Vatican.

    Il y a peu d'enthousiastes de la politique chinoise actuelle au sein du collège des cardinaux, et un examen de cette politique est impératif pendant le prochain interrègne papal. Cette discussion devrait commencer par la compréhension du fait que, quelles que soient ses nobles intentions, la politique actuelle est un échec qui porte atteinte à l'autorité morale et au témoignage de l'Église.

    La chronique de George Weigel "The Catholic Difference" est publiée par le Denver Catholic, la publication officielle de l'archidiocèse de Denver.

  • Attaque extrémiste au Pakistan : des centaines de maisons chrétiennes détruites et 15 églises attaquées

    IMPRIMER

    Du site de l'Aide à l'Eglise en Détresse (USA) :

    Pakistan. Exode massif de chrétiens devant des foules déchaînées

    16 août 2023
    Pakistan: Mass exodus of Christians as mobs burn churches and homes

    une des églises incendiées

    Lors d'une attaque extrémiste au Pakistan, des centaines de maisons chrétiennes ont été détruites et 15 églises ont été attaquées.

    Les chrétiens de la ville de Jaranwala, près de Faisalabad, ont fui en masse alors que des fanatiques lançaient des pierres et incendiaient des propriétés. L'incident faisait suite à une accusation de blasphème contre un nettoyeur chrétien, qui aurait profané le Coran et insulté le prophète de l'Islam. Le père Abid Tanveer, vicaire général du diocèse de Faisalabad, a rendu compte à l'Aide à l'Église en Détresse (ACN) après une visite à Jaranwala, qui, selon lui, n'était toujours pas sûre. « Cette situation est terrifiante. Les chrétiens ont très peur. Veuillez prier pour notre peuple; priez pour que leur vie soit protégée. Tant de gens ont perdu leurs biens; ils ont tout perdu. Ils ne savent pas quoi faire ni où aller. »

    Un religieux chrétien au Pakistan a déclaré que pas moins de 2 000 personnes avaient déjà fui leur foyer. Et selon le père Tanveer, 13 églises de différentes confessions ont été attaquées, dont beaucoup par des incendies, ainsi qu'une maison de catéchiste et un presbytère. Il a dit que le père Khalid, curé de la paroisse Saint-Paul, Jaranwala, a dû s'enfermer à l'intérieur du presbytère alors que des extrémistes l'entouraient, exigeant qu'il sorte. Finalement, ils sont partis, ainsi que le prêtre. Mais peu de temps après, les assaillants sont revenus, détruisant les certificats de baptême, de mariage et de décès conservés au bureau paroissial.

    Des témoins locaux qui ont parlé à ACN ont déclaré que les assaillants avaient également jeté des meubles dans la rue, tout en appelant au meurtre de l'accusé. Un contact ACN à Faisalabad a déclaré que les messages des mosquées, diffusés par haut-parleur, appelaient les gens à "sortir et tuer" les chrétiens. Un chrétien de Faisalabad a déclaré à ACN : « C'est absolument terrifiant. Nous ne savons pas ce qui va se passer ensuite. »

    Un autre membre important du clergé au Pakistan a déclaré : « Nous condamnons totalement cet acte de terrorisme brutal. Les gens qui attaquent des chrétiens innocents et brûlent leurs maisons ont un état d'esprit terroriste.

    Pour l'instant, aucun décès n'a été signalé.

    Les chrétiens de Jaranwala ont quitté leurs maisons dès 5 heures du matin. le 16 août, après que des musulmans locaux les eurent avertis qu'une attaque se préparait. Un prêtre senior a déclaré à ACN que la menace n'était pas passée et que les gens restaient "très effrayés". "Nous sommes très reconnaissants de votre sollicitude et de vos prières", a-t-il ajouté. "S'il vous plaît, continuez à prier pour nous."

    Le père Tanveer a déclaré que des policiers supplémentaires avaient été déployés, mais rien ne garantissait que la situation serait maîtrisée. Les extrémistes étaient bien armés et avaient toujours l'intention de recourir à la violence en réponse au blasphème présumé.

    https://twitter.com/i/status/1691800356483707064

  • La fermeture du corridor de Latchin est un crime contre humanité

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Mgr Minassian: la fermeture du corridor Latchin est un crime contre humanité

    Le patriarche de l'Église catholique arménienne appelle à l’action face à la tragédie en cours dans le territoire contrôlé par l'Azerbaïdjan dans le Haut-Karabakh, où 120 000 personnes vivent dans des conditions inhumaines. L'Arménie demande une réunion extraordinaire du Conseil de sécurité de l'ONU.

    Des mesures concrètes sont nécessaires, plus que des démonstrations de solidarité. Le patriarche de l'Église catholique arménienne, Raphaël Bedros XXI Minassian, s'adresse avec découragement à l'agence de presse de la Conférence épiscopale italienne, et lance un énième cri d'alarme sur ce qui se passe depuis plusieurs mois autour du corridor de Latchin, dans le Haut-Karabakh. Le corridor, seule liaison terrestre entre l’enclave, peuplée majoritairement d’arméniens et la République d'Arménie, est bloqué par les Azéris depuis décembre 2022. 120 000 Arméniens, dont 30 000 enfants, sont de plus en plus isolés, sans approvisionnement en nourriture, médicaments, ou carburant. Personne n'entre ni ne sort de l’enclave et la situation humanitaire est au plus bas. Une tragédie qui a vu à plusieurs reprises le Pape manifester sa préoccupation et appeler à des solutions pacifiques pour le bien de la population. Mgr Minassian appelle toutes les personnes impliquées dans la protection des droits de l’homme à passer des déclarations à l’action.

    Un nouveau génocide est en cours

    «Ils avaient promis de laisser la voie libre», a dit le patriarche à l’agence de presse catholique italienne SIR, «au lieu de cela, le corridor reste encerclé et bloqué» depuis huit mois: «C'est un crime contre l'humanité. Il y a des enfants, des personnes âgées, des malades, des affamés. Et face à ce scénario de désespoir, personne ne fait rien. Déclarez au moins qu'un nouveau génocide est en train de se produire», lance la patriarche en direction des grandes puissances, l'Europe, les Etats-Unis, la Russie, qu’il estime «témoins d'un génocide du 21ème siècle» mais qui «ne font rien», exactement comme cela s'est passé en 1915, rappelle-t-il, lorsque «des ambassadeurs du monde entier étaient présents, témoins de ce qui se passait mais n'ont rien fait pour arrêter le génocide. Aujourd'hui, l'histoire se répète. Un accord de paix a été présenté, mais il n'est pas respecté. Nous sommes ouverts à la paix, mais sans conditions et sans injustice».

    L'Arménie demande une réunion extraordinaire du Conseil de sécurité de l'ONU

    L'Arménie et l'Azerbaïdjan se disputent ce territoire, habité en majorité par des Arméniens, depuis plus de 30 ans. Après que la guerre a éclaté en 2020, la Russie a négocié un accord de cessez-le-feu qui a permis à l'Azerbaïdjan de reprendre une grande partie de ce territoire. La trêve n'a toutefois pas débouché sur la paix. Des pourparlers entre les deux parties, sous la médiation de l'Union européenne, sont en cours depuis environ deux ans. Aujourd'hui, l'Arménie demande aux Nations unies d'organiser une réunion extraordinaire du Conseil de sécurité pour discuter de cette crise humanitaire.

  • JMJ : les hosties consacrées stockées dans des box en plastique

    IMPRIMER

    De Nico Spuntoni sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    JMJ : "En prière devant Jésus stocké... dans une boîte

    12 août 2023

    L'indignation face au traitement de l'Eucharistie et le témoignage d'amour et de réparation de trois jeunes des Etats-Unis, dont Savannah, 22 ans, qui raconte à La Bussola ce que les jeunes attendent vraiment de l'Eglise.

    Que les jeunes soient l'espérance de l'Eglise, comme l'enseigne le Concile Vatican II (Gravissimum educationis , n. 2 : EV 1/825) a été magnifiquement démontré pendant les journées des JMJ. Pas tant - ou du moins pas seulement - pour l'extraordinaire participation de plus d'un million et demi de pèlerins. En effet, l'une des images emblématiques de cette édition de l'événement s'avère être celle de trois jeunes hommes agenouillés en prière devant trois boîtes grises superposées. Des récipients en plastique dans lesquels quelqu'un avait décidé de déposer, sans grande dignité, la Sainte Eucharistie. L'indignation suscitée par le traitement infligé au corps de Jésus a été rachetée par le témoignage de foi de ces trois jeunes catholiques américains. Au moment où le cliché est devenu viral sur les réseaux sociaux, Savannah Dudzik, 22 ans, venue de Floride à Lisbonne, s'est reconnue comme la jeune fille en robe blanche en adoration et a revendiqué le geste sur son profil Facebook, ne cachant pas son indignation d'avoir été témoin de ce qu'elle considère comme un manque de respect à l'égard de Notre-Seigneur. La Nuova Bussola Quotidiana l'a interviewée.

    Savannah, t'attendais-tu à ce que ta photo de prière aux JMJ devienne virale ?

    Je ne m'attendais pas du tout à ce que cette photo devienne virale. Je ne savais même pas que cette photo avait été prise ! Je m'attendais encore moins à ce qu'elle devienne virale. Dans les jours qui ont suivi, je n'ai pas eu connaissance de cette photo et je n'imaginais pas que tant de personnes étaient aussi en colère que nous à propos de ce traitement réservé à la Sainte Eucharistie. Je l'ai découverte il y a quelques jours en la voyant circuler sur Internet.

    Racontez-nous ce qui s'est passé.

    Samedi soir, mes amis et moi revenions d'une adoration eucharistique lorsque nous avons vu des personnes s'agenouiller à l'intérieur d'une tente en direction de ce qui ressemblait à une plante posée sur des boîtes grises. Nous étions confus, nous ne savions pas pour quoi ils priaient. J'ai donc demandé à l'une des femmes agenouillées et elle m'a dit que Jésus était dans les boîtes. À ce moment-là, j'ai compris que Jésus avait été placé à l'intérieur des boîtes grises.

    Qu'en avez-vous pensé ?

    J'ai pensé que c'était un manque de respect, je ne comprenais pas comment il était possible qu'ils aient choisi de l'exposer ainsi à la vénération. Mes amis et moi étions très en colère. Nous sommes d'abord partis, puis nous avons décidé d'y retourner et nous avons prié un chapelet de réparation.

    Quelqu'un d'autre s'est-il joint à nous ?

    Plus tard dans la nuit, beaucoup d'autres personnes sont venues pour le culte, mais il n'y avait que nous trois et deux autres personnes qui étaient déjà là. 

    Est-il vrai que vous avez signalé l'incident aux autorités ecclésiastiques ?

    Oui, il y a quatre jours, j'ai envoyé un courriel au Saint-Siège, à la conférence épiscopale des États-Unis, à plusieurs évêques et secrétaires, ainsi qu'aux organisateurs des JMJ. Mais jusqu'à présent, je n'ai pas reçu de réponse.

    Pendant votre séjour à Lisbonne, avez-vous vu d'autres incidents de non-respect du Christ dans l'Eucharistie que celui-là ?

    J'ai entendu certaines personnes parler d'autres abus, mais je n'en ai pas vu moi-même et je ne veux donc pas donner d'informations erronées. 

    D'une manière générale, quelle impression votre expérience des JMJ vous a-t-elle laissée ?

    Je pense que c'était un bel événement. Il a montré à quel point l'Église catholique est universelle, car presque tous les pays étaient représentés aux JMJ. Il était agréable de voir que la messe d'ouverture était très solennelle. La Cité de la joie était magnifique, il y avait des centaines de confessionnaux, des prêtres qui écoutaient les confessions dans un champ ouvert. Et il y avait beaucoup d'organisations différentes du monde entier.

    Des aspects négatifs ?

    Je pense que la dernière nuit, à Campo da Graça, où s'est produit l'incident des boîtes, a montré les aspects négatifs. Il y a eu beaucoup d'abus, pas nécessairement lors de l'eucharistie, mais il y a eu beaucoup d'abus liturgiques.

    Y retourneriez-vous ?

    Oui, je retournerais aux JMJ parce que je pense que, dans l'ensemble, c'est une merveilleuse occasion pour les jeunes du monde entier de se réunir. Je pense que certains aspects auraient pu être améliorés, mais je comprends les difficultés liées à l'organisation d'un événement réunissant plus d'un million de personnes. Dans l'ensemble, je pense donc que les JMJ ont été magnifiques. Il est vrai qu'il y a eu des abus liturgiques, mais cela ne devrait pas empêcher quiconque de s'y rendre à l'avenir.

    Les images du Père Guilherme Peixoto, le prêtre DJ à la console qui a joué de la musique techno avant la messe du Pape le dimanche matin, ont ramené le thème de la façon dont l'Eglise peut rapprocher les jeunes. Pensez-vous que ce soit la bonne voie ?

    Le dimanche matin, quand les jeunes vont à l'église, ils ne cherchent pas une ambiance de discothèque. Et c'est ce qui nous a été donné le dernier jour des JMJ. Les jeunes recherchent quelque chose de sacré, quelque chose qui les rapproche de Dieu. Et c'est ce que nous avons depuis des milliers d'années dans l'Église catholique, grâce à la belle musique, la musique traditionnelle qui a toujours été jouée pendant la messe. Ne pensez donc pas que nous avons besoin d'un prêtre qui essaie de plaire aux jeunes. Ce n'est pas ce que nous voulons. Ce n'est pas ce que nous trouvons beau. Tout ce que nous recherchons, c'est la tradition de l'Église catholique.

    Lire également : A look behind the WYD Eucharist controversy

  • Liturgie: un délégué du Vatican fait face au rejet de l'Église indienne

    IMPRIMER

    Le site web sismografo  rapporte encore une querelle liturgique dans la galaxie autoritaire du pape François :

    «  L'archevêque Cyril Vasil, qui a été nommé délégué pontifical pour l'archéparchie d'Ernakulam-Angamaly par le pape François, est arrivé au Kerala le 4 août.

    Les catholiques, y compris les prêtres d'un archidiocèse du sud de l'Inde, disent qu'ils ne coopéreront pas avec un délégué pontifical qui est arrivé pour aider à trouver une solution au différend liturgique vieux de plusieurs décennies dans leur église syro-malabare de rite oriental.

    Une délégation de cinq membres de quelque 400 prêtres de l'archidiocèse d'Ernakulam-Angamaly a rencontré le 8 août le délégué pontifical Mgr Cyril Vasil de Slovaquie pour lui faire part de sa décision.

    "Nous avons fait part de notre difficulté à nous engager davantage avec lui", a déclaré le père Jose Edassery, qui faisait partie de la délégation de cinq membres

    Le prélat, ancien secrétaire du Bureau des Églises orientales et chef du diocèse gréco-catholique de Kosice en Slovaquie, est arrivé le 4 août à la base de l'Église dans l'État du Kerala, dans le sud du pays.

    Vasil, dans une exhortation pastorale du 5 août, a demandé aux catholiques de l'archidiocèse de prier pour le succès de sa mission. Il a déclaré que le pape l'avait nommé pour mettre en œuvre la "décision synodale sur le mode uniforme de célébration".

    Un mémorandum que les prêtres ont remis à Vasil, dont une copie a été mise à la disposition d'UCA News, indique qu'ils ne peuvent pas coopérer avec lui pour une telle mission.

    « Nous réitérons par la présente notre fidélité au Saint-Père le Pape François. Mais, nous avons des réserves à mettre en pratique l'exhortation concernant le mode uniforme de célébration de la messe », indique le mémorandum.

    La nomination papale remise en question

    Le mémorandum indique que l'archevêque jésuite est catégorique sur la mise en œuvre du mode de messe approuvé par le synode dans l'archidiocèse sans avoir aucun dialogue avec ceux qui s'y opposent.

    « Vous avez déclaré catégoriquement qu'il n'y a pas de place pour le dialogue et que vous n'avez aucun mandat pour faire part de nos demandes et préoccupations au Saint-Père. On sent que votre langage et votre approche sont parfois plus menaçants que dialogués », ont déclaré les prêtres dans le mémorandum.

    "Ce faisant, nous avons le sentiment que votre mission est devenue inefficace avant même qu'elle ne décolle."

    "Nous avons décidé de ne pas avoir de discussion ou de dialogue avec Mgr Vasil" car il n'est pas prêt à nous écouter, a déclaré Riju Kanjookaran, porte-parole du Mouvement archidiocésain pour la transparence (ATM), un forum de prêtres, de religieux et de laïcs. dans l'archidiocèse.

    L'AMT a également soulevé des objections à la lettre de nomination de Mgr Vasil. Selon AMT, Vasil a été nommé à l'insu du Saint-Siège. »

    Le père Edassery a déclaré à UCA News le 9 août que les prêtres "n'auront aucun problème à tenir une discussion avec Vasil à condition qu'il rende publique sa lettre de nomination et ses termes et conditions"

    Au milieu des allégations selon lesquelles le prélat n'aurait pas de lettre de nomination papale, les nouvelles du Vatican du 10 août ont déclaré que le pape François l'avait nommé délégué pontifical avec des facultés spéciales "pour résoudre la situation de l'archéparchie d'Ernakulam-Angamaly".

    Sa tâche sera de « veiller à la mise en œuvre de la réforme liturgique approuvée par le Synode de l'Église archiépiscopale syro-malabare », a-t-il déclaré en citant un communiqué du Dicastère des Églises orientales du Vatican.

    La nomination de Vasil a été concédée au préfet du Dicastère, Mgr Claudio Gugerotti, le 23 juin, selon un communiqué publié par le Dicastère le 10 août, a indiqué Vatican News .

    Langue de dialogue recherchée 

    Le mémorandum du prêtre demandait également la destitution de Mgr Andrews Thazhath , qui a été nommé administrateur apostolique de l'archidiocèse d'Ernakulam-Angamaly le 30 juillet 2022.

    Depuis lors, le différend s'est transformé en manifestations sans précédent, notamment des combats de rue et des procès qui ont conduit à la fermeture de la basilique cathédrale d'Ernakulam le 24 décembre 2022.

    L'archevêque Vasil parle la même langue que l'archevêque Thazhath, présumé Kanjookaran.

    L'archevêque Vasil n'a pas pu être contacté pour ses commentaires.

    Le différend liturgique a commencé dans l'Église une décennie après le Concile Vatican II lorsque des tentatives ont commencé à faire revivre la liturgie de l'Église. Un groupe voulait faire revivre la liturgie dans le respect des traditions anciennes tandis qu'un autre voulait moderniser la liturgie.

    Le traditionaliste voulait que les prêtres fassent face à l'autel tout au long de la célébration eucharistique, tandis que le moderniste voulait qu'ils fassent face à la congrégation. Le synode de l'Église en 1990 a conçu la messe qui demandait aux prêtres de faire face à l'autel pendant la prière eucharistique et de faire face au peuple à d'autres moments, ce qui était considéré comme une formule compromettante.

    En novembre 2022, à l'exception de l'archidiocèse d'Ernakulam-Angamaly, les 35 diocèses de l'Église ont mis en œuvre la messe approuvée par le synode.

    L'Église compte environ 5 millions de catholiques et un demi-million d'entre eux dans l'archidiocèse….

    Ref. Un délégué du Vatican fait face au rejet de l'Église indienne

  • Chine : nouvelle répression contre les religions

    IMPRIMER

    D'AsiaNews :

    Pasteurs arrêtés, croix enlevées, sinisation : la (nouvelle) répression de Pékin contre les religions

    Dans le Guangxi, le pasteur Park Guangzhe a été détenu pendant 15 jours dans le cadre d'une "arrestation administrative". À Wenzhou, la campagne visant à retirer les croix des églises a repris, allant jusqu'à supprimer les plaques faisant référence à Jésus. Une nouvelle loi est entrée en vigueur le 1er septembre, imposant de nouvelles restrictions et de nouveaux contrôles sur les activités religieuses et les liens avec l'étranger. 

    Des croix ont été enlevées, des pasteurs arrêtés et maintenus en détention administrative pour la simple culpabilité de pratiquer la foi, des lieux de culte forcés de soutenir la campagne de "sinisation" selon l'idéologie du président Xi Jinping. Ces dernières semaines, la Chine a connu une nouvelle escalade dans la répression des activités religieuses, qu'il s'agisse du travail pastoral ou des services religieux. À partir du 1er septembre, en effet, de nouvelles règles entreront en vigueur qui intensifieront le "contrôle" des monastères, temples, mosquées, églises et autres lieux de pratique religieuse, qui "interdiront les liens avec des organisations [étrangères] étrangères" et devront garantir "l'éducation patriotique des croyants". 

    Un pasteur arrêté

    En ce qui concerne les arrestations, un blog chrétien chinois a récemment fait état de la détention du pasteur Park Guangzhe de l'église chrétienne New Life Church à Nanning, dans le Guangxi, une région autonome du sud à la frontière avec le Viêt Nam. Le dirigeant chrétien a été détenu pendant 15 jours en vertu d'une ordonnance de "détention administrative", sous l'accusation d'"utiliser la religion" pour "perturber l'ordre social". La nouvelle est apparue hier à la suite d'un rapport d'un centre de protection des droits en ligne, qui précise que c'est la branche Liangqing du Bureau de la sécurité publique de Nanning qui a émis le décret. 

    Wenzhou, les croix dans le collimateur

    Entre-temps, le gouvernement de Wenzhou, ville-préfecture située dans la partie sud-est de la province de Zhejiang, sur la côte est de la Chine, est prêt à reprendre l'enlèvement forcé des croix sur les façades des lieux de culte, comme il l'a déjà fait par le passé. Le 3 août, une église de Dongqiao a reçu un avis indiquant que le symbole religieux serait enlevé. En réponse, les dirigeants chrétiens ont publié une note appelant les fidèles à prier contre l'enlèvement. Entre-temps, un pasteur de la ville, sous couvert d'anonymat par crainte de représailles, a parlé à ChinaAid d'une "résurgence" prochaine d'un "vent démoniaque" poussant à "l'enlèvement des croix". Une mesure déjà anticipée le mois dernier par les administrations locales de la ville de Shanxi, du comté de Yongjia et du district de Lucheng. Les plaques de bronze accrochées aux portes et aux murs et portant les inscriptions "Jésus", "Christ", "Jéhovah" et "Emmanuel" seront également retirées.

    Le Zhejiang est une province à forte population chrétienne et fait partie des principales cibles de la politique de contrôle et de "sinisation" des religions et des cultes menée par le président Xi Jinping. Déjà par le passé, entre 2014 et 2016, il y a eu plus de 1 500 démolitions de lieux de culte et l'enlèvement de croix ou d'autres symboles religieux sur les façades. À l'époque, un document confidentiel du gouvernement chinois affirmait que la "signification politique" de la campagne contre les croix reflétait une "lutte idéologique" entre les dirigeants communistes et les chrétiens. La campagne d'enlèvement s'est depuis étendue à d'autres provinces, dont le Henan, où des croix ont été massivement abattues en 2018, parallèlement à l'incendie de bibles et à la destruction de plaques et d'autres symboles religieux, y compris des phrases d'inspiration chrétienne, dans les maisons des fidèles.

    Lire la suite

  • La poudrière nigériane 

    IMPRIMER

    De Carsten Beck sur le Tagespost :

    La poudrière nigériane 

    Les conflits ethniques et religieux ont amené le pays au bord de la guerre civile. Les chrétiens nigérians souffrent gravement des actions agressives des islamistes.

    11/08/2023

    Selon de nombreux observateurs, la persécution et le déplacement des chrétiens au Nigeria ont entre-temps pris les caractéristiques d'un génocide. La coexistence autrefois pacifique des chrétiens et des musulmans appartient au passé ; la situation a radicalement changé. Le prix à payer pour l'augmentation de la violence islamiste est élevé : rien que depuis le début de cette année, plus de 2 500 chrétiens ont été tués, plusieurs millions ont fui vers l'Europe sûre ou sont déplacés à l'intérieur de régions du pays moins touchées par les attaques islamistes.

    L'anarchie et l'effondrement de l'ordre public prévalent dans les États particulièrement précaires du nord et du centre du Nigeria. Inconstitutionnellement, les États du nord du Nigéria ont déclaré la charia. Entre-temps, en raison des attaques constantes dans le nord islamiste, une famine a éclaté qui, selon l' ONU , a touché au moins six millions de personnes. Les agences des Nations Unies (HCR et OIM) ont documenté le déplacement dans le nord-est du Nigeria, où se trouvent les plus grands points chauds. Ils rapportent qu'à la fin du mois de mars 2019, près de 2,4 millions de civils avaient été déplacés de leurs foyers dans cette région. La persécution croissante des chrétiens ébranle donc les fondements de la paix sociale au Nigeria.

    L'État ne protège pas contre le terrorisme

    Le contexte historique des conflits doit être pris en compte. La présence chrétienne au Nigeria remonte au 14ème siècle lorsque les missionnaires ont apporté l'évangile dans la région. Depuis lors, la population chrétienne n'a cessé de croître et représente désormais environ la moitié de la population du Nigeria. Bien que musulmans et chrétiens vivent ensemble dans une relative harmonie depuis des siècles, les tensions entre les deux groupes religieux ont commencé à monter dans les années 1980. Boko Haram , une organisation terroriste islamiste, qui travaille à l'établissement d'un État islamique au Nigéria, a mené de nombreuses attaques contre des communautés chrétiennes ces dernières années. En lien avec les réseaux djihadistes internationaux, les milices de Boko Haram ciblent les chrétiens, les musulmans non charia et l'État nigérian.

    Mais ce n'est pas seulement la ramification ouest-africaine de l' organisation terroriste EI qui fait des morts, des viols, des vols et la famine dans le pays sur le Niger et la Bénoué. Depuis un certain temps, ces attaques sont principalement menées par la jeune organisation terroriste État islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP) et les bergers peuls islamiques. Pendant ce temps, l'État, dont les postes clés sont souvent occupés par des personnes d'origine peule, ne prend pas de contre-mesures efficaces pour protéger la population contre les abus.

    Le responsable de « Prévention du Génocide Subsaharien à l'organisation Christian Solidarity International (CSI) », Dr. Franklyne Ogbunwezeh, rapporte : "Après la disparition de l'organisation terroriste Boko Haram, la violence est désormais principalement perpétrée par des éleveurs musulmans, les Peuls. Rien qu'au cours des six premiers mois de l'année en cours, au moins 2 500 personnes ont été victimes de leur terreur et de nombreux villages ont été incendiés. Plusieurs millions de personnes fuient actuellement leur propre pays au Nigeria. Les cibles des attaques sont principalement les zones fertiles de la "Middle Belt" (Middle Belt) - les États nigérians centraux qui séparent le nord du sud du pays. La Middle Belt est majoritairement peuplée de chrétiens. » En tant que Nigérian d'origine, Ogbunwezeh est certain quemensonges des islamistes .

    Lire la suite

  • Le Brésil pourrait perdre son titre de "pays le plus catholique du monde"

    IMPRIMER

    D'AICA.org :

    Le Brésil pourrait perdre son titre de "pays le plus catholique du monde"

    9 AOÛT 2023

    Selon le président de la conférence épiscopale brésilienne et archevêque de Porto Alegre, Mgr Jaime Spengler, la baisse du nombre de catholiques est un sujet de préoccupation pour l'Église.
    Le Brésil pourrait perdre le titre de "pays le plus catholique du monde" Mgr Jaime Spengler, président de l'épiscopat brésilien

    La possibilité que le Brésil perde le titre de pays le plus catholique du monde et que le nombre de fidèles tombe en dessous de 50 % de sa population totale inquiète la Conférence nationale des évêques du Brésil (CNBB), qui doit faire face à un scénario difficile pour lutter contre l'évasion des croyants et la migration des catholiques vers d'autres religions chrétiennes. 

    En même temps, la CNBB cherche à promouvoir le dialogue et à proposer un message adapté aux différents groupes d'âge, en particulier dans un contexte d'inégalités sociales dans le pays. Les métaphores "être sel de la terre" et "lumière du monde" (tirées de l'Évangile de Saint Matthieu, chapitre 5, versets 13-14) émergent comme des propositions pour faire face à ces défis.

    Le président de la CNBB et archevêque de Porto Alegre, Monseigneur Jaime Spengler, a révélé aux médias du Vatican que la diminution du nombre de catholiques est un sujet de préoccupation pour l'Église, et a mis en garde contre la possibilité que le pays sud-américain perde le titre de "plus catholique du monde" avec la publication des données du recensement de 2022 de l'Institut brésilien de géographie et de statistique (IBGE). En fait, on craint que le pourcentage de catholiques ne tombe en dessous de 50 %.

    "Nous devons tenir compte de ces chiffres", a déclaré le prélat brésilien, qui est également président du Conseil épiscopal d'Amérique latine et des Caraïbes (CELAM). "Certains disent que, lorsque les résultats du recensement seront publiés, nous [les catholiques] représenterons probablement moins de 50 % de la population. C'est un fait inquiétant", a ajouté le président de la CNBB.

    Dans ce contexte difficile, l'archevêque Spengler a appelé les fidèles laïcs, les prêtres, les religieux et les religieuses à réfléchir à la manière d'être "le sel de la terre", "la lumière du monde" et "le levain dans la pâte", comme le décrit l'Évangile de Saint Matthieu. 

    La proposition, a ajouté l'archevêque, "est de trouver un langage capable de proposer le message aux adolescents, aux jeunes et aux adultes d'aujourd'hui, dans un contexte social marqué par d'immenses inégalités, mais aussi par d'extraordinaires avancées technologiques".

  • Nagasaki, ville symbole du catholicisme japonais

    IMPRIMER

    Datée d'hier, 9 août,  une dépêche de l'Agence Fides :

    Nagasaki, ville symbole du catholicisme japonais

    Tokyo (Agence Fides) - Aujourd'hui, 9 août, on célèbre le 78e anniversaire du bombardement atomique de Nagasaki, le deuxième (et, espérons-le, le dernier) de l'histoire, après celui d'Hiroshima, le 6 août 1945.

    Nagasaki était alors le centre le plus important de la communauté catholique japonaise, avec une histoire remontant au XVIe siècle, faite de persécutions mais aussi d'une communauté qui, pendant des siècles, a gardé la foi en silence, baptisant secrètement ses enfants alors qu'ils ne pouvaient accéder à l'eucharistie faute de prêtres.

    C'est à Nagasaki, en 1597, que 26 catholiques ont été martyrisés et c'est également dans cette ville que 56 autres fidèles ont été tués en 1622.

    La bombe nucléaire a explosé à 500 mètres de hauteur, à un demi-kilomètre de la cathédrale Urakami Tenshudo, la cathédrale de l'Immaculée Conception, dont les flèches avaient été prises comme repère par les pilotes du B-29 qui a largué la bombe au plutonium, appelée "Fat Man".

    À ce moment-là, il y a une trentaine de fidèles dans la cathédrale, qui se confessent pour se préparer dignement aux célébrations de l'Assomption. La cathédrale détruite était la plus grande église catholique d'Asie, construite en 30 ans.

    La bombe atomique de Nagasaki a tué 40 000 personnes sur le coup et en a blessé 75 000. Et à la fin de l'année 1945, 74 000 personnes étaient mortes. (LM) (Agence Fides 9/8/2023)