Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

International - Page 23

  • Quand le pape fait l'éloge de la Russie impériale au grand dam de l'archevêque de Kiev

    IMPRIMER

    De Sandro Magister sur Settimo Cielo (traduction de diakonos.be):

    Le pape fait l'éloge de la Russie impériale. L'Église ukrainienne lui demande de se rétracter

    28 août 2023

    Ce vendredi 25 août après-midi, le Pape François s’est connecté à Saint-Pétersbourg à l’occasion de la Xè rencontre nationale des jeunes catholiques de Russie et leur a adressé en espagnol ce message vidéo, diffusé le jour suivant par la salle de presse du Vatican, également en version italienne :

    > “Queridos jóvenes, queridas jóvenes: que la paz…”

    Le thème du message du Pape était le même que celui des JMJ de Lisbonne. « Marie se leva et s’en alla en hâte (Luc 1, 39) », avec ces seules paroles susceptibles d’être associées à la guerre déchaînée par la Russie contre l’Ukraine :

    « Je vous souhaite à vous, jeunes Russes, la vocation d’être artisans de paix au milieu de tant de conflits, au milieu de tant de polarisations de toute part, qui affligent notre monde. Je vous invite à être des semeurs, à répandre des graines de réconciliation, de petites graines qui en cet hiver de guerre ne germeront pas pour le moment sur la terre glacée mais qui fleuriront dans un printemps futur ».

    Mais ensuite, avant la bénédiction finale, François, s’est lancé dans une déclaration improvisée en italien, qui n’a pas été publiée par la salle de presse du Vatican mais par le site « Il Sismografo », et que l’on peut écouter dans cette vidéo toujours disponible en ligne :

    « N’oubliez pas votre héritage. Vous êtes héritiers de la grande Russie : la grande Russie des saints, des rois, la grande Russie de Pierre le Grand, de Catherine II, cet empire russe grand, cultivé, de tant de culture, de tant d’humanité. Ne renoncez jamais à cet héritage. Vous êtes les héritiers de la grande Mère Russie, allez de l’avant. Et merci. Merci pour votre façon d’être, pour votre façon d’être Russes ».

    Naturellement, ces déclarations ont eu un grand écho à travers le monde, notamment dans cet article de Francis X. Rocca dans « The Wall Street Journal » :

    > Pope Francis Praises Historical Russian Imperialism Amid War in Ukraine

    Mais surtout, cet éloge sans retenue de la Russe impériale de la part du Pape a incité l’archevêque majeur de l’Église grecque catholique ukrainienne à publier le soir du lundi 28 août la déclaration suivante que nous reproduisons intégralement ici :

    *

    Déclaration de sa béatitude Sviatoslav Shevchuk concernant les déclarations du pontife romain pendant la rencontre avec la jeunesse Russe

    C’est avec grande douleur et inquiétude que nous avons eu connaissance des paroles, attribuées, au Saint-Père François, prononcées pendant la rencontre à distance avec la jeunesse catholique russe, qui s’est déroulée le 25 août dernier en vidéoconférence à Saint-Pétersbourg.

    Nous présumons que les déclarations de Sa Sainteté aient été prononcées de manière spontanée, sans la prétention de donner une analyse historique, et encore moins avec l’intention de soutenir les ambitions impérialistes de la Russie. Malgré cela, nous partageons la grande douleur suscitée par ses observations dans le chef des évêques, du clergé, des moines et des fidèles non seulement de notre Église, mais également d’autres confessions chrétiennes, ainsi que de représentants d’autres confessions religieuses. Dans le même temps, nous partageons également la grande déception de la société civile ukrainienne à la suite de ces déclarations.

    Les déclarations sur la « grande Russie de Pierre I, de Catherine II, de cet empire grand et illuminé, de grande culture et de grande humanité » font référence au pire exemple de l’impérialiste et du nationalisme extrême russe.

    Nous craignons que ces déclarations soient comprises par certains comme un encouragement envers ce nationalisme impérialiste qui est la véritable cause de la guerre en Ukraine. Une guerre que chaque jour sème la mort et la destruction dans notre peuple.

    Les exemples employés par Sa Sainteté ne correspondent en réalité pas à son magistère sur la paix. Au contraire, le Saint-Père a toujours dénoncé toutes les formes d’impérialisme dans le monde d’aujourd’hui et il a mis en garde contre le danger du nationalisme extrême, en soulignant que ce sont bien eux la cause de « la troisième guerre mondiale par morceaux ».

    En tant qu’Église, nous tenons à signaler que, dans le contexte de l’agression de la Russie contre l’Ukraine, de telles expressions inspirent les ambitions néocoloniales du pays agresseur au lieu de dénoncer et de condamner cette manière d’ « être Russes ».

    Afin d’éviter que les déclarations et les intentions du Saint-Père ne soient manipulées, nous attendons de la part du Saint-Siège une explication de la situation.

    L’Église grecque catholique ukrainienne unie à toute la société civile en Ukraine condamne l’idéologie du « monde russe » et toute la façon criminelle d’ « être Russes ». Nous espérons que notre voix sera entendue par le Saint-Père.

    Dans quelques jours, les évêques de notre Église se réuniront à Rome pour célébrer le Synode annuel de l’Église grecque catholique ukrainienne. Nous aurons en outre l’occasion de rencontrer Sa Sainteté et de lui présenter personnellement les doutes et la douleur du peuple ukrainien, confiant en sa sollicitude paternelle envers notre peuple.

  • Pakistan : la foule brûle les églises, la police arrête les chrétiens

    IMPRIMER

    De Massimo Introvigne sur Bitter Winter :

    Pakistan : La foule brûle les églises, la police arrête les chrétiens

    25/08/2023

    Les véritables instigateurs des attaques contre les lieux de culte chrétiens n'ont pas été arrêtés. Deux frères chrétiens sont en prison, accusés de blasphème.

    Jaranwala Chistian churches after the attack. From Twitter.
    Les églises chrétiennes de Jaranwala après l'attaque. Extrait de Twitter.

    Il est assez rare que des médias autres que "Bitter Winter" et d'autres organes spécialisés diffusent des informations sur la persécution des minorités religieuses au Pakistan. C'est ce qui s'est passé la semaine dernière, lorsque le 16 août, une foule a brûlé ou détruit quelque dix-neuf églises, dont le lieu de culte historique de l'Armée du salut, et plusieurs maisons privées de chrétiens à Jaranwala, dans le Pendjab.

    Les émeutiers ont également vandalisé un cimetière chrétien, brûlé des bibles et pillé les maisons de chrétiens qui avaient fui la région par crainte pour leur vie. Les chrétiens ont protesté dans tout le pays et, pour une fois, il était impossible d'ignorer l'incident pour les médias nationaux et internationaux.

    Le gouvernement a promis une action rapide et immédiate de la police. Mais que s'est-il passé, une semaine après les attentats ? Plus d'une centaine d'émeutiers ont été arrêtés, ont déclaré les autorités aux médias. Cependant, certains ont déjà été relâchés et on ne sait pas combien d'entre eux seront inculpés pour des délits graves. Plus important encore, les religieux et les militants politiques d'organisations islamiques extrémistes telles que Tehreek-e-Labbaik Pakistan, qui ont incité les émeutiers à agir, n'ont pas été arrêtés. Tehreek-e-Labbaik nie toutes les accusations, mais les chrétiens qui étaient présents racontent une autre histoire.

    Christians sleeping in the fields after having been compelled to leave their homes. From Twitter.
    Chrétiens dormant dans les champs après avoir été contraints de quitter leurs maisons. Extrait de Twitter.

    Quelqu'un, cependant, a été arrêté et accusé d'un crime passible de la peine de mort : deux chrétiens. L'incident a commencé lorsque des pages du Coran portant des commentaires désobligeants écrits en rouge, qui auraient été trouvées dans une rue voisine, ont été remises à un responsable de la prière de la mosquée. Celui-ci les a montrées aux fidèles musulmans et a prononcé un sermon incendiaire appelant à la vengeance.

    La police affirme que les pages profanées du Coran portent les noms, les adresses et même les numéros de carte d'identité de deux frères chrétiens, qui ont été arrêtés et inculpés de blasphème. La police n'a pas expliqué pourquoi les blasphémateurs signaient leur blasphème, fournissaient même le numéro de leur carte d'identité et demandaient littéralement à être arrêtés et inculpés d'un crime passible de la peine capitale.

    Christian protests in Karachi. From Twitter.
    Manifestations chrétiennes à Karachi. Extrait de Twitter.

    En théorie, le blasphème peut être puni de la peine de mort au Pakistan. Bien que les juridictions supérieures convertissent régulièrement les condamnations à mort en peines d'emprisonnement à vie ou autres peines d'emprisonnement de longue durée, et que personne n'ait été exécuté jusqu'à présent, le gouvernement a récemment annoncé, sous la pression du Tehreek-e-Labbaik, que les dispositions contre le blasphème seraient appliquées de manière plus stricte. Il est également fréquent que les personnes accusées de blasphème soient lynchées par la foule.

    Massimo Introvigne (né le 14 juin 1955 à Rome) est un sociologue italien des religions. Il est le fondateur et le directeur général du Centre d'études sur les nouvelles religions (CESNUR), un réseau international de chercheurs qui étudient les nouveaux mouvements religieux. Introvigne est l'auteur de quelque 70 livres et de plus de 100 articles dans le domaine de la sociologie des religions. Il est le principal auteur de l'Enciclopedia delle religioni in Italia (Encyclopédie des religions en Italie). Il est membre du comité éditorial de l'Interdisciplinary Journal of Research on Religion et du comité exécutif de Nova Religio de University of California Press.  Du 5 janvier au 31 décembre 2011, il a été "Représentant pour la lutte contre le racisme, la xénophobie et la discrimination, en particulier la discrimination à l'encontre des chrétiens et des membres d'autres religions" de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). De 2012 à 2015, il a été président de l'Observatoire de la liberté religieuse, institué par le ministère italien des affaires étrangères afin de suivre les problèmes de liberté religieuse à l'échelle mondiale.

    www.cesnur.org/

  • Famille et valeurs chrétiennes ont été au menu de la rencontre entre le pape et la présidente hongroise

    IMPRIMER

    De Courtney Mares sur Catholic News Agency :

    Le pape François discute des valeurs familiales et de la guerre en Ukraine avec la présidente hongroise

    Pope Francis meets with Hungary President Katalin Novák at the Vatican on Aug. 25, 2023.

    crédit : Vatican Media

    Le pape François rencontre la présidente hongroise Katalin Novák au Vatican le 25 août 2023.

    25 août 2023

    Le pape François a discuté des valeurs familiales, de la liberté religieuse et de la guerre en Ukraine avec la présidente de la Hongrie, Katalin Novák, au Vatican vendredi.

    Lors de cette rencontre de 45 minutes, le 25 août, le pape et Mme Novák ont parlé de la situation humanitaire en Ukraine et des efforts pour mettre fin au conflit, selon un communiqué du Bureau de presse du Saint-Siège.

    En outre, "certains sujets d'intérêt commun ont été abordés, tels que la famille et les valeurs chrétiennes".

    Mme Novák, âgée de 45 ans et mère de trois enfants, est présidente de la Hongrie depuis mai 2022. Elle est la première femme présidente dans l'histoire du pays. Avant de prendre ses fonctions, elle était ministre hongroise de la famille.

    La Hongrie est connue pour ses politiques axées sur la famille - qui comprennent des primes gouvernementales de 33 000 dollars pour les couples mariés qui ont trois enfants - et qui ont contribué à stimuler le taux de natalité du pays.

    Mme Novák a rencontré le pape François pour la dernière fois au printemps dernier, à Budapest, lors du voyage du pape en Hongrie du 28 au 30 avril. Lors de sa visite au Vatican, elle s'est également entretenue avec le secrétaire d'État du Vatican, le cardinal Pietro Parolin, et le sous-secrétaire pour les relations avec les États, Mgr Mirosław Wachowski.

    Quelques jours avant sa rencontre avec le pape François, Mme Novák s'est rendue en Ukraine, où elle a rencontré en tête-à-tête le président Volodymyr Zelenskyy et discuté d'un plan de coopération sur le cas des enfants touchés par la guerre.

    Mme Novák a indiqué sur les réseaux sociaux que la guerre en Ukraine avait également été le principal sujet de sa conversation avec le pape François.

    "Nous avons convenu de travailler ensemble pour parvenir à une #paix durable et à long terme le plus rapidement possible. Nous avons également discuté de ce que nous pouvons faire ensemble pour que les #enfants enlevés en Ukraine puissent rentrer chez eux", a-t-elle écrit dans un message sur X, la plateforme de médias sociaux anciennement connue sous le nom de Twitter.

    Elle a également qualifié la Hongrie et le Vatican d'"alliés dans la défense des valeurs traditionnelles de la #famille et la protection des enfants".

    Courtney Mares est correspondante à Rome pour l'Agence de presse catholique. Diplômée de l'université de Harvard, elle a réalisé des reportages dans des bureaux de presse sur trois continents et a reçu la bourse Gardner pour son travail avec les réfugiés nord-coréens.

  • Ce fossé qui se creuse entre les valeurs occidentales "progressistes" et celles du reste du monde

    IMPRIMER

    Du site "Pour une école libre au Québec" :

    Le grand écart : ce fossé qui se creuse entre les valeurs « occidentales » [progressistes] et celles du reste du monde

    26 août 2023

    On a longtemps pensé que les différences culturelles entre les grandes civilisations allaient s’estomper avec le temps et le développement économique. Mais tel n’est pas le cas.

    The Economist  (voir la traduction de la majorité de l’article ci-dessous) souligne, en s’appuyant sur le World values survey, que contrairement à ce qu’on a longtemps pensé, les valeurs occidentales divergent du reste du monde. À quel point ce phénomène est-il marqué ?

    Vincent Tournier — On a longtemps pensé que les différences culturelles entre les grandes civilisations allaient s’estomper avec le temps et le développement économique. Telle était la thèse optimiste qui a été avancée par Francis Fukuyama au début des années 1990, au moment de la chute de l’URSS et au début de la mondialisation. Le politologue américain Ronald Inglehart, décédé récemment, qui est le concepteur des World Values Survey (WVS), est allé dans le même sens. Sa réflexion a été fortement influencée par le contexte français puisqu’il est venu en France lors des événements de Mai-1968. Il a pensé qu’une profonde transformation des valeurs était à l’œuvre qui se caractérisait par le déclin du nationalisme, de la religion et du consumérisme au profit de ce qu’il appelait les valeurs post-matérialistes : l’autonomie individuelle, la recherche du bien-être, l’engagement civique. Pour désigner cette mutation, il parlait d’une « révolution culturelle ». Ses principaux ouvrages datent des années 1990, au moment où l’optimisme était à son maximum.

    Assez rapidement toutefois, les données ont indiqué que son schéma évolutionniste ne marchait pas complètement. Alors que les pays occidentaux connaissent toujours un processus de libéralisation des mœurs, ce que vient de confirmer une équipe française dirigée par Pierre Bréchon qui travaille sur les données européennes des WVS, les comparaisons internationales montrent que les zones de fracture sont toujours très nettes. Même si la plupart des pays évoluent, il y a toujours des différences très fortes entre les grandes ères civilisationnelles : l’Asie, l’Amérique latine, l’Europe et ses divisions (protestants, orthodoxes et catholiques), le monde musulman.

    Concrètement, quelles sont les valeurs où l’on observe les écarts se creuser ?

    Vincent Tournier — Les principaux points de clivage portent sur le rapport à l’autorité, aux hiérarchies sociales, à la religion et aux mœurs. Ce dernier point occupe une place particulièrement saillante, notamment la question de l’homosexualité. Le rapport à l’homosexualité cristallise les antagonismes. Les pays occidentaux voient l’homosexualité comme une situation légitime qui mérite de recevoir une pleine reconnaissance sociale et juridique, alors que le reste du monde, à des degrés divers, considère que l’homosexualité est une situation anormale qui doit rester tabou ou cachée [ou punie…]. Précisons que cette divergence ne concerne pas seulement les hommes, car, dans la plupart des pays, les deux sexes ont généralement des opinions assez proches sur les mœurs.

    — Y a-t-il néanmoins des thématiques où une convergence s’opère ?

    Vincent Tournier — Les convergences se font plutôt au sein des zones civilisationnelles. C’est particulièrement le cas en Europe occidentale : les pays du sud, traditionnellement plus catholiques, ont tendance à se rapprocher des pays protestants du nord sur les questions de société.

    - Pourquoi pensait-on, notamment Inglehart, que, avec le temps, les valeurs allaient converger ?

    Vincent Tournier — La thèse de Ronald Inglehart est que la sécurité matérielle conditionne les valeurs individuelles : plus la sécurité progresse, plus les individus ont tendance à adhérer aux valeurs post-matérialistes. Ce schéma n’est pas faux : le développement des valeurs individualistes à partir des années 1960 doit beaucoup à la hausse du pouvoir d’achat et du niveau d’éducation, ainsi qu’à la mise en place de la sécurité sociale et au bouclier américain, autant de facteurs qui ont créé un environnement rassurant, ce qui permet par exemple aux individus de prendre leurs distances avec la religion.

    Lire la suite

  • La situation de l'Église catholique au Nicaragua : six choses importantes à savoir

    IMPRIMER

    D'ACI Stampa :

    La situation de l'Église catholique au Nicaragua : six faits à connaître

    Managua, jeudi 24 août 2023.

    L'Église catholique au Nicaragua continue de vivre une dure réalité marquée par la persécution, l'emprisonnement et l'exil, une histoire qui remonte à plusieurs décennies, mais qui s'est intensifiée ces dernières années avec les actions de la dictature de gauche de Daniel Ortega.

    Un article publié par l'agence de presse ACI Prensa retrace l'histoire de la dictature au Nicaragua et indique six choses à savoir pour mieux comprendre la situation de l'Église catholique.

    Ortega est un vieux personnage de l'histoire du Nicaragua. Membre de l'ancien Front sandiniste de libération nationale (FSLN), il a dirigé le pays entre 1985 et 1990 et a accédé au pouvoir pour la deuxième fois en 2007. Depuis lors, il s'est maintenu à la présidence à l'issue d'élections considérées comme douteuses et a utilisé tous les moyens pour y parvenir, tels que la persécution des opposants et les pressions exercées sur l'Église.

    La dictature nicaraguayenne n'a pas hésité à expulser des religieuses, à fermer des médias catholiques, à saisir des institutions et des bâtiments ecclésiastiques, à s'approprier l'argent qui aide les œuvres de l'Église et à envoyer des prêtres et des évêques en exil ou en prison.

    Un autre événement qui a marqué la vie de l'Église ces dernières années a été l'incendie criminel du 31 juillet 2020 dont a été victime l'image historique du Sang du Christ, un crucifix situé dans la cathédrale de Managua.

    La détérioration des relations du Nicaragua avec le Vatican.

    L'une des premières choses à retenir est la détérioration des relations diplomatiques entre le Nicaragua et l'État du Vatican à laquelle on assiste depuis que des sympathisants du gouvernement et des foules ont attaqué le nonce apostolique Monseigneur Waldemar Sommertag, le cardinal Leopoldo Brenes et Monseigneur Silvio Báez lors d'une visite dans la ville de Diriamba en juillet 2018.

    Le déclin s'est poursuivi avec l'expulsion de Mgr Sommertag en mars 2022 et la demande du gouvernement nicaraguayen de fermer la nonciature apostolique à Managua. "La fermeture du siège diplomatique du Saint-Siège fait suite à une demande du gouvernement nicaraguayen le 10 mars 2023", a rapporté Vatican News le lendemain.

    Quelques jours auparavant, le pape François avait sévèrement critiqué Daniel Ortega et comparé son régime aux dictatures "grossières" du début du XXe siècle. À la même occasion, le Saint-Père a également regretté que l'évêque Rolando Alvarez de Matagalpa ait fini "en prison" et l'a décrit comme un "homme très sérieux et très capable" qui "voulait témoigner et n'a pas accepté l'exil".

    Atteinte aux fonds ecclésiastiques.

    Dans sa tentative de réduire l'Église au silence, la dictature de Daniel Ortega a commencé à réduire les ressources économiques des paroisses, des diocèses et d'autres institutions catholiques. Les tentatives de priver l'Église catholique de fonds ont été mises en évidence en mai de cette année par le gel des comptes bancaires de plusieurs paroisses et diocèses, tels que ceux de Matagalpa et de Managua, ce dernier étant dirigé par le cardinal Leopoldo Brenes.

    Congrégations religieuses expulsées.

    En juillet 2022, la nouvelle a surpris la presse internationale : le régime sandiniste a forcé les Missionnaires de la Charité à quitter le Nicaragua après que l'Assemblée nationale ait dissous 101 organisations non gouvernementales, dont des institutions religieuses et d'autres institutions catholiques. "Entre 2022 et 2023, 65 religieuses ont été expulsées et 6 de différentes congrégations religieuses ont été interdites d'entrée, pour un total de 71", a déclaré M. Molina, auteur du rapport "Nicaragua, une Église persécutée ?"

    Lire la suite

  • Argentine : d'étranges nominations pontificales

    IMPRIMER

    De FSSPX.NEWS :

    Argentine : le Pape nomme des supérieurs catholiques corrompus

    21 août 2023

    Le pape François a érigé une nouvelle association privée de fidèles destinée à accueillir des juges, dont on peut normalement espérer qu’ils soient vraiment catholiques et soutiennent la doctrine de l’Eglise. Mais pour certains d’entre eux, tel ne semble pas être leur profil. La nomination fait scandale au pays du Pape.

    Les faits

    Le Saint Père a publié un chirographe par lequel il érige le Comité Panaméricain des Juges pour les Droits Sociaux et la Doctrine Franciscaine (COPAJU) en Association privée de fidèles à caractère international, et crée sous sa dépendance l’Institut d’Investigations Juridiques Frère Bartolomé de las Casas.

    Cette société, qui s’étend sur plusieurs pays d’Amérique du Sud, est bien implantée en Argentine, et plusieurs supérieurs nommés par le Pape viennent de ce pays.

    Désormais, les autorités du COPAJU devront obtenir l’approbation pontificale pour leurs propositions quinquennales, et les autorités de l’Institut seront dirigées par d’éminents professeurs et experts en la matière.

    Les implications politiques

    Cette décision de François survient en plein milieu du processus électoral argentin qui doit désigner le président et le vice-président du pays. En effet, l’élection primaire, qui doit désigner le candidat de chaque parti et qui est obligatoire, s’est déroulée le 13 août dernier. Elle a vu un candidat « antisystème » prendre nettement la tête et bousculer les autres candidats.

    Certains de ces derniers sont issus du courant dit « Kirchneriste », du nom de l’ancien président Nestor Kirchner. Ce courant peut être qualifié de « centre-gauche ». Or, les professeurs Raúl Eugenio Zaffaroni, Alberto Filippi et Marcelo Suárez Orozco, qui ont été placés à la tête de la nouvelle association de fidèles, sont des Kirchneristes notoires.

    Autrement dit, la nomination de François met en avant des personnes soutenant des candidats qui sont pour le moment en mauvaise posture électorale, mais qui ont l’amitié du Pape. C’est pourquoi la décision papale a scandalisé une grande partie de la population argentine, même dans les médias qui ont toujours défendu les actions du pontife.

    Les dérives morales des nouveaux nommés

    Il faut ensuite relever certaines prises de position de ces professeurs contre la doctrine catholique. M. Zaffaroni (83 ans) a été membre de la Cour suprême entre 2003 et 2014 et juge à la Cour interaméricaine des droits de l’homme pour le mandat 2016-2022. Il a été étroitement lié à Nestor Kirchner et à la vice-présidente Cristina Fernández.

    Il est un partisan fanatique de l’abolitionnisme pénal – abolition de la prison, de la police et des tribunaux. Il faut espérer que la justification de certaines de ses condamnations ne contaminera pas les procédures judiciaires du Saint-Siège. Il est difficile de ne pas être choqué lorsqu’il acquitte le violeur d’une fillette de 8 ans parce que « le seul acte imputable a été commis dans l’obscurité ».

    En tant que juge de la Cour suprême, Zaffaroni s’est prononcé en faveur du mariage homosexuel et contre la « criminalisation de l’avortement » dans le pays. Les arguments qu’il a avancés sont ceux qui commencent également à être entendus dans certains milieux ecclésiastiques.

    Le Pape a personnellement nommé « pour la période 2023-2028 comme président du COPAJU, le juge Roberto Andrés Gallardo de la République d’Argentine », qui en plus d’être un Kirchneriste convaincu est un admirateur de Lénine, de Salvador Allende, de Hebe de Bonafini et surtout de l’assassin Che Guevara.

    Quel est donc le dessein du Pape derrière ces nominations ? Veut-il influer sur l’élection présidentielle de son pays ? Et pour cela est-il prêt à en payer le prix par la mise en place de dirigeants à la tête d’une association de fidèles, soutenant le crime et opposés à la doctrine catholique sur plus d’un point ?

    (Sources : InfoCatolica/Wikipedia – FSSPX.Actualités) - Illustration : copaju.org

  • "Oubliés de tous" : le calvaire des victimes arméniennes du blocus de l'Azerbaïdjan au Haut-Karabakh

    IMPRIMER

    De Solène Tadié sur le National Catholic Register :

    "Oubliés de tous" : Le calvaire des victimes arméniennes du blocus de l'Azerbaïdjan au Haut-Karabakh

    La catastrophe humanitaire qui menace l'enclave arménienne, soumise à un blocus depuis plusieurs mois, ravive le spectre de l'épuration ethnique et religieuse dans cette région majoritairement chrétienne.

    The situation in Armenia is dire: Left, center: Bakers at one of the few remaining bakeries in Stepanakert (the capital of Nagorno Karabagh) work throughout the night to provide bread for the local community; a young man goes home after finding just a few vegetables to return to his family. Upper and lower left: Children join a protest demanding the recognition of Artsakh as an independent state. Upper right: Mothers join in a group prayer before a rally in Stepanakert. Lower right: the village of Aghavno in Artsakh whose hundred inhabitants were asked to leave the premises.

    La situation en Arménie est désastreuse : A gauche et au centre : Les boulangers de l'une des rares boulangeries de Stepanakert (capitale du Haut-Karabagh) travaillent toute la nuit pour fournir du pain à la communauté locale ; un jeune homme rentre chez lui après avoir trouvé quelques légumes à rapporter à sa famille. En haut et en bas à gauche : Des enfants participent à une manifestation réclamant la reconnaissance de l'Artsakh en tant qu'État indépendant. En haut à droite : Des mères se joignent à une prière collective avant un rassemblement à Stepanakert. En bas à droite : le village d'Aghavno, en Artsakh, dont la centaine d'habitants a été priée de quitter les lieux. (photo : Courtesy of Aram Kayayan and David Ghahramanian )

    23 août 2023
    Le peuple arménien, le plus ancien royaume chrétien du monde, lutte une nouvelle fois pour sa survie. Près de trois ans après la fin de la dernière guerre avec son voisin et ennemi historique l'Azerbaïdjan, à l'issue de laquelle elle a été contrainte de céder le territoire longtemps disputé du Haut-Karabagh, la situation des quelque 120 000 personnes restées dans cette région est aujourd'hui critique.

    Depuis décembre 2022, le corridor de "Lachin", seule route reliant géographiquement l'enclave ethnique à l'Arménie, fait l'objet d'une série de blocages provoqués par le gouvernement azéri, plongeant ce dernier dans une grave crise humanitaire qui n'a jusqu'à présent suscité que peu de réactions de la part d'une communauté internationale dont les yeux sont plutôt rivés sur la guerre qui se déroule actuellement en Ukraine.

    Les experts qui se sont entretenus avec le Register sur le terrain estiment que ces actes hostiles cachent un plan plus large de nettoyage ethnique et religieux dans la région. En effet, la position géographique de l'Arménie, coincée entre l'Azerbaïdjan et la Turquie, représente un obstacle aux ambitions pan-turques de ses voisins turcophones et à majorité musulmane. Les incursions régulières des forces azéries aux frontières de l'Arménie depuis septembre 2022 renforcent les craintes d'une résurgence du conflit dans la région.

    Poursuivre la guerre par d'autres moyens

    La guerre entre les deux pays pour le contrôle du Haut-Karabakh - connu sous le nom d'"Artsakh" en arménien - de septembre à novembre 2020 a entraîné la mort de plus de 6 500 personnes. Il fait suite à un conflit antérieur dans la région au début des années 1990. Ce conflit, dont l'Arménie est sortie victorieuse, a fait quelque 30 000 victimes.

    Mais les origines du conflit remontent aux années 1920, lorsque le dirigeant soviétique Joseph Staline a arbitrairement séparé l'enclave, composée à plus de 90 % d'Arméniens, de sa mère patrie, en la plaçant sous l'administration soviétique azerbaïdjanaise.

    Lire la suite

  • Les jésuites bannis du Nicaragua

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Bannis du Nicaragua, les Jésuites dénoncent une «nouvelle agression»

    Une semaine après la confiscation de l’Université centraméricaine (UCA), le gouvernement nicaraguayen annonce ce mercredi 23 août révoquer le statut juridique de l’ordre religieux des Jésuites, et confisquer ses biens mobiliers et immobiliers. Une décision que condamne dans un communiqué les Jésuites d’Amérique centrale qui appellent à «cesser la répression».

    Nouvelle étape dans le conflit qui oppose le gouvernement nicaraguayen et l’Église catholique dans le pays. Managua a annoncé ce mercredi révoquer le statut juridique de la Compagnie de Jésus, et confisquer ses biens mobiliers et immobiliers. Cette annonce intervient une semaine après la confiscation de l’Université centraméricaine (UCA), fondée par des prêtres jésuites en 1960 , l’accusant d’être un «centre de terrorisme». Le gel de ses comptes bancaires avait été ordonné quelques jours plus tôt.

    Le gouvernement du président Daniel Ortega reproche cette-fois ci aux Jésuites des irrégularités administratives, notamment l’absence de présentation des états financiers entre 2020 et 2022.

    «Cette décision a été prise sans que les procédures administratives prévues par la loi n’aient été suivies» dénoncent les Jésuites d’Amérique centrale dans un communiqué publié dans la foulée, «sans donner aux Jésuites la possibilité de se défendre légitimement et sans qu'une instance judiciaire impartiale ne juge et ne mette un terme à ces abus totalement injustifiés et arbitraires».

    Le communiqué précise ensuite que le gouvernement a également confisqué le 19 août la résidence à Managua où vivaient certains des membres de l’ordre religieux: «les résidents ont été expulsés sans leur donner un délai raisonnable pour rassembler et retirer leurs effets personnels».  

    La Compagnie de Jésus dirige au moins deux écoles à Managua et plusieurs autres dans le reste du pays.

    Les autorités nicaraguayennes ont ordonné à une communauté de prêtres de la Compagnie de Jésus de quitter leur résidence privée à Managua, dans un contexte de répression continue ...

    «Répression systématique» 

    Cette «nouvelle agression (…) s’inscrit dans un contexte national de répression systématique» et est «qualifiée de "crimes contre l’humanité" par le groupe d’experts des Nations unis sur les droits de l’homme au Nicaragua» selon les Jésuites d’Amérique centrale. Ils appellent le couple présidentiel à «cesser la répression» et à chercher «une solution rationnelle».

    Le gouvernement de Daniel Ortega accuse l'Église catholique d'avoir soutenu les manifestants qui réclamaient en 2018 sa démission ainsi que celle de son épouse et vice-présidente Rosario Murillo. Depuis, l'Église est la cible de harcèlements et d'intimidations, ainsi que de plusieurs attaques et profanations.

    Il y un an, le 19 août 2022, l'évêque Rolando Álvarez, du diocèse de Matagalpa, dans le nord du pays, et condamné à plus de 26 ans de prison pour haute trahison, atteinte à l'intégrité nationale et diffusion de fausses nouvelles. L'évêque est actuellement détenu dans une prison de haute sécurité à Managua.

    Dans un communiqué du vendredi 18 août, la commission interaméricaine pour les droits de l'homme (CIDH) et le Haut-commissariat de l’ONU aux droits de l'homme pour l’Amérique centrale et les Caraïbes anglophones (OHCHR), ont dénoncé la violation des droits de l'homme contre l'évêque de Matagalpa. Au cours des derniers mois, plusieurs organisations ont multiplié les appels en faveur de sa libération. 

  • Journée internationale à la mémoire des victimes d'actes de violence fondés sur la religion ou la conviction (22 août 2023) : Déclaration du Haut Représentant au nom de l'UE

    IMPRIMER

    Conseil de l'UE; Déclaration et observations; 21 août 2023

    Journée internationale à la mémoire des victimes d'actes de violence fondés sur la religion ou la conviction (22 août 2023) : Déclaration du Haut Représentant au nom de l'UE

    Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion.

                                      Article 18 de la Déclaration universelle des droits de l'homme

    75 ans après l'adoption de la Déclaration universelle des droits de l'homme (DUDH), qui consacre le droit de tous les êtres humains d'avoir une religion ou une conviction, d'en changer et de la manifester, trop de personnes dans de nombreuses régions du monde sont encore victimes de menaces, d'agressions physiques, de meurtres, de discriminations et de persécutions, uniquement en raison de leur religion ou de leurs convictions.

    À l'occasion de la Journée internationale à la mémoire des victimes d'actes de violence fondés sur la religion ou les convictions, l'Union européenne souhaite se souvenir de toutes les victimes de ces violences et appelle une nouvelle fois tous les États à respecter pleinement l'article 18 de la Déclaration universelle des droits de l'homme et à lutter contre tous les actes de persécution et de discrimination religieuses.

    Partout dans le monde, les personnes en danger doivent être protégées et les auteurs d'actes de violence doivent être traduits en justice. La religion ne devrait jamais être invoquée pour justifier la prise pour cible de personnes appartenant à des minorités.  L'Union européenne rappelle que la liberté de religion ou de conviction et la liberté d'expression sont des droits universels, interdépendants, intimement liés et qui se renforcent mutuellement.

    Outre les États, les acteurs religieux et non confessionnels, les hommes politiques, les organisations de la société civile et les entreprises privées ont un rôle essentiel à jouer dans la détection et la lutte contre les actes d'incitation à la haine, à la discrimination et à la violence à l'encontre d'individus et de groupes.

    L'UE continuera à utiliser tous les outils à sa disposition, y compris les dialogues sur les droits de l'homme, les résolutions dans les forums multilatéraux, la coopération avec le rapporteur spécial des Nations unies sur la liberté de religion ou de conviction, les initiatives interconfessionnelles et le soutien d'urgence aux défenseurs des droits de l'homme, afin de protéger la liberté de religion ou de conviction pour tous.

    À l'occasion du 25e anniversaire de la déclaration des Nations unies sur les défenseurs des droits de l'homme, l'Union européenne reste un fervent défenseur des organisations de la société civile et des défenseurs de la liberté de religion ou de conviction. Dans cette optique, l'Union européenne lancera cette année un appel à propositions d'un montant de 5 millions d'euros pour soutenir les organisations qui œuvrent à la promotion et à la protection de la liberté de religion ou de conviction.

    L'Union européenne continue de défendre la liberté de religion et de conviction, à l'étranger comme dans son propre pays.

  • Amérique Latine : comment la Théologie de la Libération a conduit au déclin du catholicisme

    IMPRIMER

    De Marcelo Musa Cavallari sur ACI Stampa :

    Pour Clovis Boff, ancien théologien de la libération, la Théologie de la Libération a conduit au déclin du catholicisme

    Dans un nouveau livre, Clovis Boff appelle à un recentrage de l'Eglise catholique latino-américaine dans le Christ.
     | ecclesiae.com.br 

    21 août 2023 (ACI Press)

    La longue domination de la théologie de la libération est à l'origine du déclin du catholicisme au Brésil, selon le frère Clodovis Boff.

    Jusqu'en 2007, l'ecclésiastique était un théologien de la libération important, même s'il n'était pas aussi célèbre que son frère Leonardo, un ancien prêtre catholique qui est l'un des fondateurs du mouvement, qui a gagné en popularité dans les années 1970 et qui mettait l'accent sur la libération de la pauvreté et de l'oppression comme clé du salut.

    Puis, dans une démarche qui l'a éloigné de son célèbre frère, Clodovis Boff a publié l'article "Liberation Theology and the Return to Basics", dans lequel il accusait les théologiens de la libération de faire des pauvres le centre de la théologie au lieu de Jésus-Christ.

    Aujourd'hui, Boff a écrit un livre appelant à un recentrage de l'Église catholique latino-américaine sur le Christ.

    Il est nécessaire que l'Église mette à nouveau l'accent sur le Christ en tant que prêtre, maître et Seigneur, et pas seulement sur la lutte contre la pauvreté et la crise climatique", a-t-il déclaré lors du lancement du livre "La crise de l'Église catholique et la théologie de la libération", coécrit avec le père Leonardo Rasera et récemment publié par Ecclesiae.

    "Ce sont des questions importantes, mais si l'on ne s'abreuve pas au Christ, qui est la source, tout s'assèche, tout meurt", a déclaré M. Boff.

    À la fin des années 1960, lorsque la théologie de la libération a commencé sa longue domination de la pensée religieuse au Brésil, plus de 90 % des Brésiliens étaient catholiques. Depuis, le pourcentage de catholiques dans la population brésilienne a diminué et s'élève aujourd'hui à 51 %.

    En outre, les catholiques brésiliens ont un très faible taux de fréquentation des églises. Une enquête menée l'an dernier dans 36 pays par le Center for Applied Research in the Apostolate (CARA) de l'université de Georgetown a montré que seuls 8 % des catholiques brésiliens allaient à la messe le dimanche. Ce taux est le troisième plus bas parmi les pays analysés.

    Pour Boff et Rasera, la baisse de la fréquentation des églises est due au fait que le dépôt de la foi n'est pas transmis.

    Avec la théologie de la libération, "la foi est instrumentalisée en termes de pauvres", écrit Boff dans son livre. "On tombe dans l'utilitarisme ou le fonctionnalisme en ce qui concerne la Parole de Dieu et la théologie en général", poursuit-il.

    Il affirme que la théologie de la libération "fait appel à des idées telles que les "marges de gratuité" et la "réserve eschatologique" pour affirmer son respect de la transcendance de la foi. "En fait, la part de transcendance est, dans cette théologie, la part la plus petite et la moins pertinente, la "'part du lion'" qui revient, comme toujours, à la "'lecture libératrice'" de la foi.

    Selon le frère, cela conduit de nombreux catholiques au protestantisme, à l'ésotérisme, au néo-paganisme et même au satanisme.

    "Loin de disparaître, il serait absurde de le dire, la foi dans le Christ continue d'être une référence pour l'Église", a déclaré le frère lors de la présentation de son livre sur le thème "La crise de l'Église catholique : manque de foi, idéologies et mondanité".

    "Mais la question décisive est de savoir si la foi dans le Christ est votre référence centrale, principale et déterminante", a-t-il ajouté. "Il ne s'agit pas pour l'Église d'affirmer la centralité du Christ uniquement en termes formels et théoriques, mais de l'affirmer de manière existentielle et opérationnelle, comme le cœur battant de toute sa vie et de toute son action", a déclaré le frère. "Affirmer doctrinalement la primauté du Christ dans l'Église ne coûte pas grand-chose". Et "affirmer existentiellement que le Christ est le centre absolu de l'Église coûte beaucoup : cela coûte le cœur et l'âme, quand cela ne coûte pas des larmes et peut-être du sang", a-t-il ajouté.

    Dans son livre, Clodovis raconte comment il a collaboré avec les tenants de la théologie de la libération durant les pontificats des Papes Jean-Paul II et Benoît XVI.

    Pour lui, la théologie de la libération doit être repensée en plaçant le Christ au centre, et non les pauvres, afin d'être "opportune, utile et nécessaire", comme l'a dit saint Jean-Paul II dans sa lettre aux évêques brésiliens en 1986.

  • Qu'est-ce que le Pape a contre l'Opus Dei ?

    IMPRIMER

    De Mgr. Richard C. Antall in https://crisismagazine.com/ reproduit par il sismografo :

    OCARIZ cq5dam.thumbnail.cropped.750.422.jpegJ’ai beaucoup de questions sur la dernière offensive canonique du pape contre l'Opus Dei. La première d'entre eux est « qu'est-ce qui n'allait pas avec le statu quo? » Je penserais qu'un homme aussi intéressé par les nouvelles idées et l'expérience dans le travail pastoral ne sentirait pas nécessaire de réparer ce qui n'était pas cassé. Y avait-il un problème avec l'Opus Dei ? Quelque chose qui l'a amené à prendre tant de mesures pour contredire ce que son fondateur considérait comme la clé de son utilité continue pour l'Église ? J'en doute vraiment.

    Premièrement, le pape n'a pas ordonné évêque le nouveau prélat de l'Opus Dei en 2016. C'était quelque chose que saint Jean-Paul II et le pape Benoît XVI avaient accordé à la prélature. C'était évidemment un signe des choses à venir.

    Deuxièmement, dans la constitution apostolique « Praedicate Evangelium » , la prélature a été déplacée dans l'organigramme pastoral élaboré du Vatican pour dépendre du Dicastère pour le Clergé au lieu de celui de la Congrégation pour les Évêques. Vient ensuite le motu proprio émis le 8 août de cette année qui établissait que le prélat de l'Opus Dei ne serait définitivement pas ordonné évêque. Il a été autorisé, comme prix de consolation, à l’ "l'utilisation du titre de protonotaire apostolique surnuméraire avec le titre de révérend Monseigneur et peut donc utiliser les insignes correspondant à ce titre." La plupart des gens savent à quel point le pape considère les monseigneurs.

    Il n'est pas nécessaire d'être canoniste pour voir que ces démarches ne visent pas à promouvoir la prélature mais plutôt à la mettre au niveau des autres instituts. Lorsque le statut de prélature a été accordé, je me souviens qu'il y avait eu des murmures de la part de critiques religieux et cléricaux au sujet de « faveurs spéciales » et de relations politiques. Le pape François dit que retirer l'évêque de la prélature "c'est renforcer la détermination que, pour la protection du don particulier de l'Esprit, une forme de gouvernance basée sur le charisme plus que sur l'autorité hiérarchique est nécessaire".

    Ce raisonnement me rappelle un livre de Leonardo Boff, soi-disant ami du Saint-Père, intitulé « Charisme et Pouvoir » . Le thème du livre était que l'institutionnalité de l'Église faisait obstacle au Saint-Esprit. J'ai deux objections à ce que le pape utilise l'idée : la première est que le pape François n'a même pas mentionné que deux saints, saint Josémaria Escriva et saint Jean-Paul II, pensaient différemment de lui sur la configuration de la prélature. Il est, une fois de plus - comme lorsqu'il a imposé des restrictions sur le rite traditionnel dit tridentin de l'Eucharistie - renversant la décision des papes récents.

    La deuxième objection que j'ai est qu'il semble étrange que le pape soit presque lyrique sur le charisme par rapport à la hiérarchie lorsqu'il établit la loi avec sa force hiérarchique typique. Un livre que j'ai lu il y a des années décrivait les papes comme des monarques absolus. Ce pape n'a pas peur de son pouvoir à la fois de légiférer et d'imposer l'obéissance.

    Il utilise le pouvoir institutionnel pour imposer sa vision charismatique. "Quand il rencontre un obstacle bureaucratique, il change les règles", m'a dit un prêtre. Il y a suffisamment d'anecdotes pour être assuré qu'il n'est pas opposé à l'intimidation même lorsqu'il traite avec ses frères évêques. Ce n'est pas ce que j'appellerais un leadership purement charismatique.

    Il y a eu peu de commentaires critiques à l'égard des nouveaux oukases papaux. Un évêque solitaire a déclaré qu'il considérait les nouvelles règles comme une interprétation incorrecte du Concile Vatican II. « Les prélatures personnelles sont une réalité juridique, née du Concile Vatican II, aux fins précisées dans le Presbyterorum Ordinis , et ne doivent pas être assimilées à la catégorie d'association cléricale.

    Lire la suite

  • République islamique d'Iran : 69 chrétiens arrêtés, pour la plupart des musulmans convertis

    IMPRIMER

    De jihadwatch.org :

    République islamique d'Iran : 69 chrétiens arrêtés, pour la plupart des musulmans convertis

    19 août 2023

    L'Iran étant une république islamique, elle considère la conversion hors de l'islam comme un acte de rébellion contre l'État, et poursuit en conséquence les personnes qui osent se convertir.

    Téhéran (AsiaNews) - L'Iran a arrêté des dizaines de chrétiens, pour la plupart des convertis de l'islam, mais aussi quelques Assyro-Chaldéens baptisés dans leur enfance, sur une période de sept semaines en juin et juillet dans 11 villes différentes du pays, selon Article18, une organisation de défense des droits de l'homme qui plaide en faveur des chrétiens iraniens et de la liberté religieuse.

    Dans un premier rapport, l'ONG avait fait état de 50 arrestations à la mi-juillet dans cinq villes, mais sa dernière mise à jour indique qu'au moins 69 personnes ont été placées en garde à vue, dont 10 - quatre hommes et six femmes - sont toujours détenues par les autorités.

    Les arrestations ont eu lieu entre le 1er juin et le 17 juillet dans les villes suivantes : Téhéran, Karaj, Rasht, Orumiyeh, Aligoudarz, Isfahan, Shiraz, Semnan, Garmsar, Varamin et Eslamshahr.

    Dans la capitale Téhéran et dans les autres villes, après leur arrestation, les personnes ont été contraintes de signer des déclarations dans lesquelles elles s'engageaient à s'abstenir de toute activité chrétienne ou à suivre une rééducation islamique afin d'être libérées.

    Certains affirment qu'après leur libération, ils ont été convoqués pour un nouvel interrogatoire ou ont reçu l'ordre de quitter l'Iran. L'un d'entre eux a déclaré avoir perdu son emploi à la demande des agents des services de renseignement. Pour les personnes libérées sous caution, les familles ont dû payer entre 8 000 et 40 000 dollars.

    La majorité des personnes arrêtées sont des convertis à l'islam, mais au moins deux d'entre elles sont des Iraniens-Arméniens nés dans des familles chrétiennes....

    La vague d'arrestations de chrétiens coïncide également avec une nouvelle vague de répression à l'encontre de la communauté bahaïe d'Iran qui, comme les chrétiens convertis, est un groupe religieux minoritaire non reconnu par la République islamique.....