Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

International - Page 22

  • Ce dimanche 2 juillet 2023, l'ECLJ fête ses 25 ans d'existence! 

    IMPRIMER

    Madame, Monsieur,

    Ce dimanche 2 juillet 2023, l'ECLJ fête ses 25 ans d'existence! 

    C'est au début du mois de juillet 1998, que Jay Sekulow et d'autres avocats créèrent, à Strasbourg, le Centre européen pour le droit et la justice.

    C'est une grande grâce pour nous de fêter cet anniversaire, en contemplant ce que notre association a pu réaliser pour la protection de la vie, de la famille et de la liberté religieuse en France, en Europe et dans le monde. 

    Ces dizaines d'interventions à la CEDH, l'affaire des crucifix, l'affaire Lambert, nos rapports sur la CEDH et sur l'ONU, ces conférences, ces chrétiens emprisonnés dont nous avons obtenu la libération... Tous ces combats n'auraient pas pu être menés sans votre soutien! Alors du fond du cœur, Grégor Puppinck et toute l'équipe de l'ECLJ vous remercient!

  • JMJ : l'organisation met à jour les données de la rencontre mondiale, un mois avant son début

    IMPRIMER

    D'agencia.ecclesia.pt :

    Les JMJ 2023 de Lisbonne arborent un nouveau logo - Le site de l'Eglise  Catholique en Belgique

    Lisbonne 2023 : les JMJ comptent déjà 313 000 pèlerins et 22 000 volontaires, les inscriptions étant terminées

    30 juin 2023

    L'organisation met à jour les données de la rencontre mondiale, un mois avant son début.

    Lisbonne, 30 juin 2023 (Ecclesia) - Les Journées Mondiales de la Jeunesse (JMJ) Lisbonne 2023 comptent déjà 313 000 pèlerins et 22 000 volontaires dont l'inscription est terminée, un mois avant le début de la rencontre mondiale promue par l'Église catholique, a déclaré aujourd'hui l'organisation portugaise.

    "Sur les 663 000 pèlerins inscrits lors de la première phase et provenant de 204 pays, 480 000 sont passés à la deuxième phase d'inscription et, à l'heure actuelle, il y a 313 000 pèlerins, représentant 151 pays différents", indique une note envoyée à l'agence ECCLESIA.

    Le nouveau bilan de la Fondation JMJ Lisbonne 2023 est basé sur les données recueillies jusqu'à ce jeudi, et l'organisation a rappelé que "à mesure que la date de la rencontre approche, nous assistons à une croissance de l'intérêt et de l'adhésion à la plus grande rencontre du Pape avec les jeunes du monde entier.

    Les pays ayant le plus grand nombre de pèlerins inscrits sont l'Espagne (58 531), l'Italie (53 803), la France (41 055), le Portugal (32 771) et les États-Unis (14 435) ;

    70 % des pèlerins qui se sont inscrits ont demandé un hébergement et environ 90 % ont demandé un soutien alimentaire, et les JMJ de Lisbonne 2023 se sont engagées à fournir près de 3 millions de repas.

    Par l'intermédiaire des paroisses des diocèses d'accueil (Lisbonne, Santarem et Setubal), la JMJ Lisbonne 2023 a identifié 7138 familles "disponibles pour accueillir les jeunes pèlerins chez elles" ; au total, plus de 472 926 places d'hébergement ont été identifiées.

    Selon les dernières données, 32 717 jeunes de 143 pays ont commencé à s'inscrire comme volontaires, dont 22 282 ont terminé le processus d'inscription.

    Pour les JMJ de Lisbonne 2023, un total de 10 000 vêtements sont en cours de production pour les prêtres et les évêques qui participeront aux cérémonies religieuses.

    Une usine de burels de Serra da Estrela a été choisie pour fabriquer une ceinture qui sera incluse dans le vêtement principal porté à Lisbonne par le pape François.

    "C'est la première fois que le burel est utilisé dans un vêtement papal, ce qui représente un symbole de la participation de l'intérieur du pays - et de la culture traditionnelle portugaise - à ces célébrations", indique l'organisation portugaise.

    L'Association nationale des producteurs de protéagine, d'oléagineux et de céréales a fait don de deux tonnes de blé de l'Alentejo pour la fabrication des hosties de l'Eucharistie, qui seront produites par les Sœurs Clarisses du Monastère du Cœur Immaculé de Marie, à Estrela, Lisbonne.

    Le projet "Cité de la joie", situé à Belém, comprend une foire aux vocations pour présenter les différents mouvements et ordres religieux, ainsi qu'une chapelle et les 150 confessionnaux qui ont été fabriqués dans les prisons de Paços de Ferreira, Porto et Coimbra.

    En tout, la JMJ Lisbonne 2023 a payé 43 mille euros pour les confessionnaux, y compris le paiement du travail effectué par les détenus de ces établissements.

    Au "Parc du pardon", pour administrer le sacrement de la réconciliation, 2 600 prêtres sont inscrits, ce qui permettra de se confesser dans les cinq langues officielles des JMJ Lisbonne 2023 - portugais, anglais, français, espagnol et italien.

    Dans le cadre d'un partenariat avec la Global Tree Initiative, il a été possible de planter près de 17 000 arbres dans le monde entier, dédiés aux JMJ de Lisbonne 2023.

    " Basées sur l'engagement d'être les JMJ les plus durables jamais réalisées et en accord avec les propositions du Pape François pour une écologie intégrale, les JMJ de Lisbonne 2023 encourageront le calcul de l'empreinte écologique laissée par cette réunion à grande échelle, s'engageant à développer des actions de soutien et de protection de l'environnement, telles que la plantation d'arbres dans le monde entier ", indique l'organisation de la réunion.

    Les JMJ sont nées de l'initiative du pape Jean-Paul II, après le succès de la rencontre organisée à Rome en 1985 à l'occasion de l'Année internationale de la jeunesse.

    La première édition a eu lieu à Rome en 1986 et s'est ensuite tenue dans les villes suivantes : Buenos Aires (1987), Saint-Jacques-de-Compostelle (1989), Czestochowa (1991), Denver (1993), Manille (1995), Paris (1997), Rome (2000), Toronto (2002), Cologne (2005), Sydney (2008), Madrid (2011), Rio de Janeiro (2013), Cracovie (2016) et Panama (2019).

    La prochaine édition internationale aura lieu dans la capitale portugaise du 1er au 6 août 2023, après avoir été reportée d'un an en raison de la pandémie de Covid-19.

    https://www.jmj.be/

  • "Open Doors" prévoit un avenir sombre pour la minorité chrétienne du Soudan

    IMPRIMER

    De kath.net/news :

    Crise au Soudan : "Open Doors" voit un avenir sombre pour les chrétiens

    1er juillet 2023

    Selon l'expert en Afrique de l'Est de l'œuvre de bienfaisance, l'instabilité due à un conflit ravivé fait le jeu des islamistes extrémistes.

    L'œuvre d'entraide "Open Doors" prévoit un avenir sombre pour la minorité chrétienne du Soudan, pays frappé par des crises permanentes. Les combats qui ont repris au printemps entre l'armée et les forces paramilitaires auraient un impact particulièrement négatif sur le petit groupe de chrétiens, déjà affaibli par la persécution religieuse persistante, a rapporté Fikiru Mehari, spécialiste de l'Afrique de l'Est pour Open Doors, dans un communiqué publié mercredi par l'organisation.

    La plus grande inquiétude de la minorité chrétienne, qui compte 2 millions de personnes (4,3 pour cent de la population), est que l'instabilité provoquée par les conflits actuels fasse le jeu des islamistes extrémistes et leur permette d'imposer à nouveau des lois islamiques à la population, a-t-il ajouté. "Cette guerre est une occasion pour les extrémistes islamiques de revenir au pouvoir et de dire : vous voyez, la démocratie ne fonctionne pas, revenons à la charia", a déclaré Mehari.

    Après la chute d'Omar al-Bashir en 2019, les conditions avaient eu tendance à s'améliorer pour les chrétiens. Mais après le coup d'État militaire de fin 2021 et les protestations, le Soudan s'est retrouvé à nouveau en neuvième position en 2023 sur l'Index mondial de persécution, dans lequel Open Doors répertorie les 50 pays où les chrétiens sont le plus persécutés. Cela s'explique par l'arrivée progressive au pouvoir d'anciens alliés d'al-Bashir, qui appliquent une interprétation stricte de la charia et s'immiscent de plus en plus dans les activités des églises, a expliqué l'expert.

    Personne ne sait quelles seront les conséquences du conflit pour les gens à l'avenir, a déclaré Mehari, mais des signes dévastateurs se profilent déjà pour la minorité chrétienne. "Les gens ont manifesté il y a quatre ans parce qu'ils n'avaient pas de pain. C'est toujours le cas aujourd'hui, mais ils sont encore plus inquiets". Selon lui, il est à craindre que le pays ne se dirige vers une nouvelle dictature, explicitement dirigée contre les chrétiens. "Leur vie serait alors encore pire qu'à l'époque d'Omar al-Bashir. L'avenir s'annonce vraiment sombre pour eux", s'inquiète Mehari.

    Il se fait du souci pour les chrétiens d'Afrique de l'Est en général. Leurs conditions de vie se détériorent actuellement dans toute la région. Mehari a donc plaidé pour une intervention de la communauté internationale.

    Depuis le 15 avril, le conflit entre l'armée du général Abdel Fattah al-Burhane et les paramilitaires des Forces de soutien rapide du général Mohamed Hamdane Daglo a fait plus de 1.800 morts et deux millions de déplacés selon l'ONU, selon l'agence de presse française AFP. Jusqu'à présent, les combats s'étaient principalement concentrés sur la capitale Khartoum, qui compte cinq millions d'habitants, et sur l'immense région du Darfour à l'ouest.

  • Les évêques américains contre les politiciens catholiques pro-avortement : un exemple à imiter

    IMPRIMER

    De Stefano Fontana sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana :

    Les évêques américains contre les politiciens catholiques pro-avortement, un exemple à imiter

    Les députés catholiques-démocrates voudraient réconcilier les batailles de la foi et de l'avortement. Mgr Broglio n'est pas d'accord : cette prise de position claire est aussi un signal clair sur l'équilibre entre les prélats américains et Santa Marta.

    01_07_2023

    Un événement de grand intérêt s'est produit aux États-Unis : les évêques ont corrigé la position en faveur de l'avortement revendiquée par un groupe de parlementaires catholiques. L'intervention des évêques a clarifié certains points fondamentaux de la question politique concernant les catholiques et l'avortement : du rôle de la conscience à la tâche des fidèles laïcs, en passant par le sens authentique de la laïcité et de la liberté de religion. Il a également écrit un nouveau chapitre important dans la relation entre les évêques américains et le pape François : sur ce point, comme on le sait, il n'y avait et il n'y a toujours pas de convergence entre les deux parties.

    Dans une déclaration de principes rédigée le 24 juin, jour du premier anniversaire de l'arrêt de la Cour suprême qui a annulé Roe vs. Wade sur le droit à l'avortement, sur papier à en-tête du Congrès, une trentaine de membres du Congrès, dont l'actuelle whip en chef Rosa L. DeLauro et la vétérane Nancy Pelosi, ont à nouveau énuméré les raisons pour lesquelles ils se battent, en tant que catholiques, pour la promotion du droit à l'avortement.

    Leur argumentation s'articule autour de quatre points, qui découlent tous - selon les pétitionnaires - des principes de la Doctrine sociale de l'Église. Le premier point concerne le devoir d'aider les personnes défavorisées, et les femmes qui avortent entreraient dans les catégories des pauvres, des discriminés et des victimes du racisme. Le deuxième est que la conscience éclairée doit être laissée libre de prendre des décisions concernant son propre corps, citant le Catéchisme lorsqu'il dit qu'il faut toujours obéir à la conscience même lorsqu'elle est erronée. Le troisième est la séparation de l'Église et de l'État, avec l'impossibilité d'imposer par la loi ses propres croyances religieuses à ceux qui ne les partagent pas. La quatrième est la référence même à Christifideles laici de Jean-Paul II, selon laquelle la tâche des laïcs ne serait qu'une animation éthique générale.

    La faiblesse de ces arguments est très évidente. Dans l'ordre : 1) Les femmes qui avortent ne sont pas toujours victimes d'une injustice sociale, alors que les enfants avortés le sont certainement ; 2) L'ignorance invincible des errements de la conscience qui nous libère de la responsabilité morale est très difficile à prouver ; 3) les catholiques s'opposent à la réglementation de l'avortement pour des raisons religieuses mais aussi pour des raisons de raison (laïque) et il ne s'agit donc pas d'imposer leur foi à qui que ce soit mais de rappeler tout le monde à une vérité naturelle ; 4) enfin, sur le pas téméraire de l'utilisation des Christifideles laici, il vaut mieux jeter un voile pieux.

    Cela aurait pu être comme avant, chacun pour soi et Dieu pour tous. Au lieu de cela, le 28 juin, le nouveau président des évêques américains, Timothy Broglio, ancien ordinaire militaire, ainsi que les évêques d'Arlington (Virginie) et de Brownsville (Texas), ont publié une déclaration rectificative au nom de l'ensemble de l'épiscopat. Ils ont été très clairs dans leur condamnation de la position des démocrates catholiques : "Les membres du Congrès qui ont récemment invoqué les enseignements de la foi catholique elle-même pour justifier l'avortement ou soutenir un prétendu droit à l'avortement déforment gravement la foi. Il est faux et incohérent d'affirmer que la suppression d'une vie humaine innocente à son stade le plus vulnérable puisse être compatible avec les valeurs de défense de la dignité et du bien-être des personnes dans le besoin". Après avoir rappelé l'enseignement clair du Catéchisme (n° 2270 et 2273), les évêques affirment que "l'avortement viole ce respect pour les enfants à naître et apporte une souffrance indicible à d'innombrables femmes.

    Quant à la conscience, précisément en raison de la haute considération qu'elle mérite, "les responsables politiques devraient défendre la liberté des catholiques et d'autres personnes de servir le bien commun conformément à leurs convictions dans un large éventail de domaines (...) Cependant, la conscience n'est pas un permis de commettre le mal et d'ôter des vies innocentes. La conscience ne peut pas justifier et ne justifie pas l'acte ou le soutien de l'avortement. En effet, la conscience "doit être informée et le jugement moral éclairé" par la Parole de Dieu dans la foi et la prière, et "guidée par l'enseignement autorisé de l'Église" [CEC 1783, 1785]. En outre, la réalité selon laquelle les enfants à naître sont nos frères et sœurs vivants n'est pas seulement une question de foi, mais elle est attestée par la science et la saine raison".

    Cette intervention revêt une importance considérable. Tout d'abord, elle s'adresse aux catholiques démocrates américains, mais elle s'applique également aux catholiques européens et à tous ceux qui se cachent derrière ces arguments. Elle constitue donc également un stimulant pour des prises de position similaires de la part d'autres épiscopats. En outre, la "déclaration corrective" confirme que, malgré les changements au sommet de la conférence épiscopale américaine et malgré les actions inquiétantes du Saint-Siège et de François lui-même, la ligne de l'Église américaine reste celle de la protection de la loi naturelle. Enfin, indirectement, la "déclaration" propose à nouveau la question non résolue de l'intégration dans la communion des catholiques favorables à l'avortement. Et dans ce cas également, c'est la position d'ouverture décisive du pape François qui en pâtit.

    Les évêques belges en prendront-ils de la graine ?

  • Inde : des extrémistes hindous saccagent un centre catholique en construction

    IMPRIMER

    Du site des Missions Etrangères de Paris :

    Des extrémistes hindous saccagent un centre catholique en construction à Allahabad

    29/06/2023

    Plusieurs groupes extrémistes hindous, dont les organisations Bajrang Dal et Vishva Hindu Parishad, ont dévasté un centre communautaire catholique en construction au village de Shahzadpur, dans le diocèse d’Allahabad (dans l’Uttar Pradesh, dans le nord de l’Inde). Le centre est destiné à apporter une aide éducative et sociale aux habitants, toutes confessions confondues. Mgr Gerald Mathias, évêque de Lucknow (capitale de l’Uttar Pradesh), estime que ces groupes « se comportent comme s’ils étaient au-dessus des lois ».

    Des extrémistes hindous ont attaqué et pillé un centre communautaire catholique en construction à Shahzadpur, un village du district de Kanpur Dehat, dans le diocèse d’Allahabad (au sud de l’État indien de l’Uttar Pradesh, dans le nord du pays). Le centre était destiné à offrir une aide sociale et éducative aux croyants de toutes confessions, afin de servir le développement des plus démunis dans la région.

    Pourtant, la présence d’une croix et l’utilisation du centre comme salle de prière par la communauté catholique locale a mis en colère les individus les plus extrémistes. Ceux-ci ont hissé des drapeaux couleur safran, symboles du nationalisme hindou, sur le site, en affirmant que le bâtiment allait devenir une église et qu’il était construit sans permis de construction officiel. Ils ont recouvert les murs de graffitis à la louange des dieux hindous, et endommagé les caméras de surveillance et les statues.

    Le centre doit être construit à côté de l’école catholique Sainte-Marie, qui offre des services sociaux et une éducation de qualité aux élèves de toutes confessions, y compris parmi les milieux les plus vulnérables. Toutes les demandes officielles de permis de construction ont été déposées par l’Église locale, qui est toujours en attente d’autorisation.

    Des groupes partisans de « l’hindutva », l’idéologie nationaliste hindoue

    Une plainte a été déposée auprès de la police locale contre les groupes partisans de « l’hindutva » (une idéologie politique et extrémiste qui prône la suprématie hindoue et qui cherche à transformer une Inde laïque et diversifiée en un État hindou ethnoreligieux), dont les organisations Bajrang Dal et Vishva Hindu Parishad (VHP), des mouvements nationalistes hindous.

    Satish Kumar Singh, commissaire de la station de police d’Akbarpur (Uttar Pradesh), explique que les assaillants ont aussi agi de manière inappropriée avec les forces de l’ordre. Il dénonce également le fait qu’ils se fassent justice eux-mêmes. « Même s’il n’y a pas les permis nécessaires, qui a autorisé le Bajrang Dal, le VHP ou tout autre groupe à détruire des structures, même illégales ? », proteste Mgr Gerald Mathias, évêque de Lucknow (capitale de l’Uttar Pradesh).

    « Ces groupes se comportent comme s’ils étaient au-dessus de la loi », dénonce-t-il, en estimant qu’ils se sentent encouragés par le fait qu’ils « ne sont pas contrôlés » et qu’ils peuvent agir en toute impunité. « La police doit intervenir contre ces pilleurs pour que ces crimes ne se répètent pas », insiste l’évêque.

    (Avec Asianews)

  • Le chef de l'Église gréco-catholique ukrainienne s'exprime ouvertement à propos du pape et de la guerre en Ukraine

    IMPRIMER

    De Settimo Cielo (Sandro Magister) :

    C'est ici que le pape se trompe. Le chef de l'Église gréco-catholique ukrainienne s'exprime ouvertement sur la paix et la guerre...

    (S.M.) Le document suivant est d'une importance exceptionnelle. Il s'agit de la traduction intégrale et officielle de l'interview accordée par Sviatoslav Shevchuk, archevêque principal de l'Église gréco-catholique ukrainienne, à l'important journal "Glavkom", publiée dans la langue originale le 23 juin 2023 et relancée aujourd'hui en italien par le secrétariat de l'archevêque.

    Aujourd'hui, 29 juin, c'est la fête des saints Pierre et Paul. Il semble que Shevchuk nous ait fait entrevoir l'apôtre des Gentils qui, à Antioche, "s'opposait ouvertement à Pierre parce qu'il était dans l'erreur" (Galates 2,11).

    En effet, avant cette interview, jamais personne dans la hiérarchie de l'Église n'avait parlé avec une telle franchise, une telle richesse de contexte invisible et une telle profondeur d'analyse pour juger les actions de François concernant la guerre en Ukraine. Mais c'est précisément ce que Shevchuk fait ici, dans un esprit de correction fraternelle envers le successeur de Pierre.

    Bonne lecture !

    *

    Qu. - Votre Béatitude, le mois de juin marque l'anniversaire de la visite du pape Jean-Paul II en Ukraine. En 2001, cette visite est devenue un événement important qui est entré dans l'histoire, et aujourd'hui, toute l'Ukraine attend des nouvelles du Vatican concernant la prochaine visite du Pontife. Quelles décisions ont déjà été prises par le Vatican concernant cette nouvelle visite, et quand attendre le pape chez nous ?

    R. - En fait, la visite de saint Jean-Paul II en Ukraine a fait date. À l'époque, nous plaisantions en disant qu'il était le premier pape à revenir vivant d'Ukraine, puisque nous avons deux papes martyrs - le pape Clément et le pape Martin - qui ont donné leur vie en Crimée, dans le sud de l'Ukraine.

    La visite de Jean-Paul II a été un événement qui a donné à l'Ukraine un plus grand statut de sujet en tant qu'État à l'époque du président Kuchma. Premièrement, cette visite était bien préparée et deuxièmement, à mon avis, elle a établi certains critères pour évaluer le succès de toutes les futures visites papales. Je me souviens qu'en tant que vice-recteur du séminaire théologique de Lviv, mon équipe et moi-même avons été directement impliqués dans la préparation de la visite. Je me souviens également que nous avons travaillé sur divers documents, sur la logistique et sur la préparation de toutes les liturgies à célébrer à Kiev et à Lviv. Je me souviens même d'avoir commenté la visite du pape à la télévision et à la radio. À Kiev, la station de radio centrale était impliquée. La liturgie s'est déroulée dans le rite byzantin au stade Chaika. À Lviv, j'ai commenté la rencontre du pape avec les jeunes à la télévision. L'appel du pape aux jeunes restera probablement à jamais une page d'or dans le développement et la croissance de notre État indépendant. Bien sûr, nous aimerions que les futures visites ne soient pas inférieures, nous aimerions qu'il y ait une visite du pape en Ukraine.

    Cela fait plusieurs années que l'on prépare et que l'on planifie la visite éventuelle du pape François en Ukraine. Le pape m'a dit personnellement qu'il avait le désir de venir en Ukraine. Cependant, nous constatons que le désir du pape s'inscrit dans un contexte différent à chaque fois.

    Pour la première fois, le pape a exprimé son désir de venir en Ukraine avant même le début de l'invasion russe à grande échelle. Il est clair que la nouvelle phase de la guerre d'agression contre l'Ukraine a créé de nouvelles circonstances, de nouvelles conditions, modifiant, d'une certaine manière, les mécanismes organisationnels de la préparation de la visite elle-même. L'année dernière, nous nous réjouissions d'une éventuelle visite, mais à la fin de l'année, le pape a fait savoir qu'il lui était très difficile de voyager en raison de son état de santé. Et comme il n'y a pas de liaison aérienne directe avec Kiev aujourd'hui, il lui aurait été très difficile d'effectuer un tel voyage.

    Le message principal qu'il souhaite apporter à l'Ukraine est probablement encore en cours d'élaboration. Le pape veut vraiment faire tout ce qui est possible pour arrêter cette guerre. Qu'est-ce que cela signifie ? Le pape veut être un messager de bonnes nouvelles pour le peuple ukrainien. Mais comment faire ? Aujourd'hui, nous constatons que la guerre et tous les crimes commis par la Russie en Ukraine font de notre pays l'un des plus grands défis de ce pontificat, l'un des plus grands défis de la mission du pape François dans le monde moderne.

    Lire la suite

  • L’Église cambodgienne se souvient des martyrs exécutés par les Khmers Rouges

    IMPRIMER

    Du site des Missions Etrangères de Paris :

    Les catholiques cambodgiens rendent hommage aux 35 martyrs morts sous Pol Pot

    27/06/2023

    Le 17 juin, l’Église cambodgienne s’est souvenue des 35 catholiques cambodgiens morts en martyrs entre 1975 et 1979 durant le génocide du régime Khmer Rouge. Le processus de béatification a été ouvert en 2015. La célébration a eu lieu au mémorial de Taing Kauk, dans la province de Kompong Thom à une centaine de kilomètres de la capitale, en présence de nombreux prêtres, de plus de 3 000 fidèles et des préfets apostoliques de Phnom Penh, de Battambang et de Kampong Cham.

    Le 17 juin, l’Église cambodgienne a célébré une messe en mémoire des martyrs catholiques tués durant le régime Khmer Rouge.

    Le 17 juin dans le district de Tang Kork, dans la province de Kampong Thom (à environ 100 km de Phnom Penh, la capitale), plus de 3 000 catholiques cambodgiens, dont plusieurs évêques et de nombreux prêtres, ont célébré une messe en commémoration des membres du clergé, des religieux et des laïcs morts en martyrs sous le régime de Pol Pot, durant les années 1970. Selon Catholic Cambodia, durant la célébration, les martyrs ont été désignés comme les « pères » de la communauté catholique actuelle au Cambodge.

    « Le témoignage des martyrs nous guide sur le chemin », a confié Mgr Olivier Schmitthaeusler (MEP), vicaire apostolique de Phnom Penh. Mgr Enrique Figaredo Alvargonzález, préfet apostolique de Battambang et Mgr Pierre Suon Hangly, préfet apostolique de Kampong Cham étaient également présents.

    En 2015, l’Église locale a ouvert la phase diocésaine du processus de béatification de Mgr Joseph Chhmar Salas et de 34 autres martyrs tués sous le régime Khmer Rouge, a rappelé Catholic Cambodia. Mgr Salas et les autres martyrs ont été tués entre 1970 et 1977 durant les persécutions lancées par les Khmers Rouges de Pol Mot contre l’Église catholique.

    Le père Paul Roeung Chatsirey, postulateur de la cause de béatification et directeur des Œuvres pontificales missionnaires au Laos et au Cambodge, explique que plusieurs collaborateurs ont aidé à « rassembler les témoignages, les preuves et les documents qui seront présentés au Saint-Siège ».

    « Aujourd’hui, les choses sont très différentes »

    Les pratiques religieuses ont été suspendues durant le régime de Pol Pot, qui a causé un génocide qui a fait environ 2 millions de morts au Cambodge entre 1975 et 1979, dans sa volonté de détruire tous ceux qui étaient considérés comme des traîtres et des antirévolutionnaires. Ainsi, les Khmers Rouges ont assassiné des laïcs, des catéchistes et des missionnaires cambodgiens, vietnamiens et français, y compris des membres des MEP (Missions Étrangères de Paris).

    En s’adressant à l’assemblée, Mgr Schmitthaeusler a souligné combien la situation s’est améliorée depuis la fin des atrocités des Khmers Rouges. « Aujourd’hui, les choses sont très différentes, l’Église est nouvelle, il y a environ 23 000 croyants et plusieurs communautés qui sont très jeunes, majoritairement fondées par des gens qui ont rejoint la foi chrétienne seulement récemment », a-t-il ajouté. « Le Seigneur nous accompagne, et nous regardons toujours l’avenir avec espoir », a-t-il assuré.

    Durant la célébration, les objets ayant appartenu à Mgr Salas ont également été présentés. Sa croix pectorale a notamment été exposée sur le site où il a vécu ses derniers jours. Cette croix pectorale lui a été donnée le 14 avril 1975, seulement trois jours avant que Pol Pot ne lance le début de la terreur Khmer Rouge au Cambodge. Prich Chun, âgé de 52 ans, se dit heureux d’avoir pu participer à cette célébration. « C’est la première fois que j’assiste à une messe commémorative ici, et je remercie le Seigneur pour cela. »

    (Avec Ucanews)

  • USA : un évêque trop catholique dans le collimateur du Vatican

    IMPRIMER

    De Shannon Mullen et Jonathan Liedl sur Catholic News Agency :

    Une enquête ordonnée par le Vatican vise l'évêque de Tyler, Texas, Mgr StricklandBishop Joseph E Strickland CNA
    Mgr Joseph Strickland, évêque de Tyler, Texas.

    25 juin 2023

    Le Dicastère des évêques du Vatican a terminé une enquête formelle sur l'évêque Joseph E. Strickland et le diocèse de Tyler, Texas, selon de nombreux rapports de médias et confirmé par EWTN News.

    L'enquête, connue sous le nom de visite apostolique, marque une intervention rare, mais pas sans précédent, de Rome dans un diocèse américain et laisse entrevoir la possibilité d'une action disciplinaire contre Mgr Strickland, un Texan très populaire mais polarisant, considéré comme un champion de la guerre culturelle par de nombreux conservateurs américains pour sa défense acharnée de l'enfant à naître, du mariage, de la liturgie latine traditionnelle et de l'orthodoxie catholique.

    À la tête du diocèse de l'est du Texas depuis 2012, Mgr Strickland, 64 ans, a été critiqué pour ce que certains considèrent comme des messages intempestifs sur les réseaux sociaux, qui ne conviennent pas à un prélat américain de premier plan, notamment un tweet daté du 12 mai qui suggérait que le pape François "sapait le dépôt de la foi".

    N'étant pas du genre à rester sur la touche, il a récemment joué un rôle de premier plan dans une procession eucharistique et un rassemblement de prière organisés à Los Angeles le 16 juin pour protester contre le fait que les Dodgers de la Ligue majeure de baseball de Los Angeles avaient honoré un groupe de travestis anticatholiques lors du match annuel de la Pride Night de l'équipe.

    Bien qu'il ait été salué pour son leadership dans certains milieux pour s'être joint à la protestation des Dodgers, d'autres ont vu la participation d'un évêque d'un autre diocèse comme une violation du protocole ecclésiastique. L'archidiocèse de Los Angeles, qui a condamné les actions des Dodgers, a souligné dans un communiqué qu'il n'avait pas "soutenu ou approuvé" le rassemblement. 

    Plus récemment, le 21 juin, Mgr Strickland a critiqué un document du Vatican récemment publié qui suggère des sujets de discussion pour une assemblée d'octobre liée au Synode sur la synodalité, notamment des questions relatives aux femmes diacres, aux prêtres mariés et aux appels en faveur d'une plus grande inclusion des personnes LGBT.

    Lire la suite

  • Le gouverneur du Mississippi proclame le mois de juin 'mois de l'inviolabilité de la vie'.

    IMPRIMER

    De kath.net/news :

    Le gouverneur du Mississippi déclare le mois de juin 'mois de l'inviolabilité de la vie'.

    23 juin 2023

    Chaque vie est un don de Dieu, qui a donné à chaque personne une valeur et un potentiel infinis, a souligné le gouverneur Reeves dans la proclamation.

    Tate Reeves, le gouverneur de l'État américain du Mississippi, a déclaré pour la deuxième fois le mois de juin "mois de l'inviolabilité de la vie". Le premier "mois de l'inviolabilité de la vie" a été le mois de juin 2022, à l'occasion de l'annulation par la Cour suprême des États-Unis de l'arrêt sur l'avortement "Roe v. Wade". Le cas à l'origine de cette annulation était une loi sur l'avortement de l'État du Mississippi.

    Le gouverneur Reeves a émis à cette occasion une proclamation invitant tous les citoyens de l'État à se souvenir du caractère sacré de la vie, de la conception à la mort naturelle. Chaque vie est un cadeau de Dieu, qui a donné à chaque personne une valeur et un potentiel infinis, a écrit le politicien.

    Chaque vie est précieuse, chaque individu est créé à l'image de Dieu, poursuit la proclamation. Reeves cite le passage du Psaume 139 qui correspond à cette constatation : "C'est toi qui as créé mes entrailles, qui m'as tissé dans le sein de ma mère. Je te remercie de m'avoir façonné de manière si étonnante et merveilleuse. Je le sais bien : merveilleuses sont tes œuvres". (Ps 139,13-14)

    Reeves a rappelé qu'en janvier 1984, le président américain Ronald Reagan avait instauré la première "Journée de l'inviolabilité de la vie humaine". "Les valeurs et les libertés auxquelles nous tenons en tant qu'Américains reposent sur notre engagement à maintenir la vie humaine inviolable", avait alors déclaré Reagan. Le premier des "droits inaliénables" proclamés par la Déclaration d'indépendance des Etats-Unis est le droit à la vie, qui a été donné par le Créateur à tous les êtres humains, jeunes ou vieux, forts ou faibles, en bonne santé ou malades. L'avortement appauvrit la société, non seulement à cause des vies qui ne sont pas vécues et des contributions qui ne sont pas apportées, mais aussi à cause de l'érosion du sens de la valeur et de la dignité de chaque personne. En dévalorisant une catégorie de personnes, on dévalorise tout le monde, constatait alors Reagan.

    Lire également : Le soutien à la vie aux États-Unis progresse à petits pas

  • Ne fermons pas les yeux sur la persécution religieuse

    IMPRIMER

    Du site de l'Aide à l'Eglise en Détresse :

    Communiqué: Ne fermons pas les yeux sur la persécution religieuse

    Le 22 juin 2023, l’AED publie la 16ème édition de son Rapport sur la liberté religieuse dans le monde. Les conclusions sont sans appel :

    • 62,5% de la population mondiale vit dans des pays où la liberté religieuse est gravement violée, ce qui représente 62 pays sur les 196 étudiés.
    • 28 pays sont classés dans la catégorie rouge rassemblant les persécutions les plus fortes, dont le Nicaragua.
    • La liberté religieuse s’est fortement déteriorée depuis le précédent rapport de 2021 (dégradation dans 47 pays et amélioration dans 9 pays).

    Afrique : Liberté religieuse en berne

    • L’Afrique est le continent le plus concerné par les violations de la liberté religieuse, puisque 21 pays sur les 54 connaissent des niveaux dangereux de persécution et 12 autres de graves menaces de contagion à leurs frontières. La cause principale, outre la pauvreté et les guerres civiles, est l’expansion des groupes terroristes islamistes.
    • En Asie, les pouvoirs nationalistes ethnoreligieux instrumentalisent la religion à des fins politiques par le biais de lois anti-conversion et anti-blasphème opprimant les minorités religieuses.  

    De manière générale, le contexte de la pandémie du Covid et de la guerre en Ukraine a détourné les yeux de la communauté internationale sur ces violations majeures créant un climat d’impunité mondiale inédit.

    Agissons !

    Face à ces constats, l’AED :

    • Rappelle l’importance capitale de maintenir le droit à la liberté religieuse, tel que précisé dans l’article 18 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, comme condition essentielle à la paix dans le monde.
    • Exhorte les pouvoirs publics, ainsi que les citoyens, à « ne pas fermer les yeux » ni même à détourner le regard à cause de considérations économiques ou politiques, sur la persécution religieuse. A cette fin, elle présentera son Rapport, publié en 6 langues, au Parlement européen, et en France, au Sénat et à l’Assemblée nationale.
    • Continuera d’informer et d’aider concrètement les victimes des persécutions religieuses par son action dans 128 pays.

    « Nous ne pouvons pas rester sans agir devant tant de cas de violations de la liberté religieuse, prévient Benoît de Blanpré, directeur de l’AED en France. Les gouvernements doivent être amenés à respecter les minorités religieuses et, de manière générale, laisser une place au religieux dans la sphère sociale. Des normes en matière de droits de l’homme, dont la liberté religieuse, existent et doivent être défendues par la communauté internationale ».

    Communiqué de presse, Mareil-Marly, le 22 juin 2023.

    Télécharger ici le Dossier de presse

    Retrouvez ici l’intégralité du Rapport

  • L'homme le plus âgé du monde est un fervent catholique qui prie le rosaire deux fois par jour

    IMPRIMER

    De Clare Marie Merkowsky sur LifeSiteNews :

    Featured Image

    L'homme le plus âgé du monde est un fervent catholique qui prie le rosaire deux fois par jour.

    Travaillez dur, reposez-vous pendant les vacances, couchez-vous tôt, buvez un verre d'aguardiente chaque jour, aimez Dieu et portez-le toujours dans votre cœur", conseille Juan Vicente Pérez Mora, âgé de 114 ans.

    22-6-2023

    (LifeSiteNews) - L'homme le plus âgé du monde dit que le secret pour vivre une longue vie est, en partie, de rester proche de Dieu et de la famille. 

    Le Vénézuélien Juan Vicente Pérez Mora, âgé de 114 ans, prie le Rosaire deux fois par jour. 

    Pérez a déclaré que le secret d'une longue vie est de "travailler dur, de se reposer pendant les vacances, de se coucher tôt, de boire un verre d'aguardiente (une liqueur forte fabriquée à partir de la canne à sucre) tous les jours, d'aimer Dieu et de toujours le porter dans son cœur".  

    Ce veuf catholique fervent a été déclaré l'homme le plus âgé du monde par le Guinness World Records. Malgré ses 114 ans, il jouit d'une bonne santé.   

    Né le 27 mai 1909, Pérez était le neuvième des dix enfants d'Eutiquio del Rosario Pérez Mora et d'Edelmira Mora. 

    À l'âge de 5 ans, Pérez a déménagé avec sa famille à Los Pajuiles, un village de San José de Bolivar, où il a commencé à récolter du café et de la canne à sucre avec son père et ses frères et sœurs. 

    Il a commencé l'école à l'âge de 10 ans, mais n'a pas pu la poursuivre au bout de cinq mois, son professeur étant tombé gravement malade. Cependant, l'institutrice de Pérez lui avait donné un livre avant que sa santé ne décline, ce qui a permis à Mora d'apprendre à lire et à écrire.   

    Pérez a été shérif de Caricuena de 1948 à 1958. Il a été marié à Ediofina del Rosario García pendant 60 ans ; elle est décédée en 1997. 

    Pérez et Ediofina ont eu 11 enfants : 6 fils et 5 filles. La famille s'est agrandie et compte aujourd'hui 41 petits-enfants, 18 arrière-petits-enfants et 12 arrière-arrière-petits-enfants.  

    Selon sa famille, la foi de Pérez occupe une place importante dans sa vie. Il prie le rosaire deux fois par jour et considère sa famille et ses amis comme ses plus grands compagnons de vie. 

    Pérez a révélé que les choses les plus importantes qu'il a apprises dans la vie sont "l'amour de Dieu, l'amour de la famille et le fait qu'il faut se lever tôt pour travailler".