Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Famille - Page 4

  • Quatre enfants de moins de cinq ans et un seul revenu : un choix pour la liberté

    IMPRIMER

    De didoc.be :

    Quatre enfants et un seul revenu : un choix pour la liberté ?

    Thomas et Linde Wouters-Declercq

    .

    Linde et Thomas, deux jeunes trentenaires du think tank Logia, ont choisi de vivre dans une petite maison au confort financier limité afin que Linde puisse se consacrer pleinement à leur famille. Car, selon eux, le bonheur ne dépend pas tant de ce que vous possédez, mais de la qualité de vos relations. Après trois ans, ils évaluent leur choix. Sur son blog Ons Thuis, Linde parle de sa vie de mère au foyer et de mère de jeunes enfants. (...)

    Notre famille est un peu atypique : quatre enfants de moins de cinq ans, et un seul revenu. Lorsque nous étions encore étudiants, nous aurions probablement pensé que cette situation devait être une bonne blague. Nous avons essayé d'obtenir les meilleurs diplômes possibles et avons étudié dans notre pays et à l'étranger en vue de valider au maximum nos talents dans le monde professionnel.

    Jusqu'à ce que les enfants arrivent.

    Nous nous sommes rendu compte que personne à l'université ne nous avait appris ce que signifiait être parent. Dès que nous sommes devenus pères et mères, nos enfants ont été la chose la plus importante de notre vie, la priorité numéro un, non résiliable comme n'importe quel emploi ; nous l'avons vite compris.

    Laisser le bébé entre les mains d'inconnus pendant une journée entière dans une crèche n’était pas évident, et Linde a été attirée par l'authenticité de certaines « mères vétéranes » qui s'étaient occupées elles-mêmes de leurs enfants. En anglais, on appelle cela « homemaking », un beau terme pour indiquer qu'une maison est un lieu qui n'est pas seulement là, mais qui doit être créé. Comment cela se fait-il ? Par la présence et l'attention complète d'une personne pour les choses de la maison et des enfants. La présence est si importante pour créer une atmosphère de confort à la maison, l'attention aux personnes réelles, la chaleur. Quelle est la meilleure chose que nous puissions donner à nos enfants, avons-nous pensé ? Notre temps. Beaucoup de temps, un temps désintéressé passé ensemble avec eux. Il ne s'agit pas de dire que l'un est « autorisé à travailler » et que l'autre « doit rester à la maison » ; pour les deux, la famille est l'objectif.

    Ainsi, Linde a mis sa carrière sur le côté, même un beau projet de doctorat à l'Université de Gand a dû céder la place pour se dédier totalement à la famille. Avec les mêmes motivations, nous avons choisi de donner cours nous-mêmes à nos enfants. Bien sûr, il existe des solutions intermédiaires : travailler à temps partiel, prendre un congé parental, etc. Mais le choix radical de rester à la maison semblait plus simple, plus facile et plus naturel.

    Il est clair que la mère au foyer n'est plus l'option par défaut. On nous adresse régulièrement des questions sur ce choix, ainsi que sur sa faisabilité financière. Est-ce vraiment possible ? Après trois ans, nous répondons à cette question par l'affirmative. Nous avons renoncé à un morceau de liberté pour recevoir à sa place un autre type de liberté.

    Lire la suite

  • Le pape François modifie la gouvernance de l'Opus Dei : mais qu'est-ce que cela signifiera ?

    IMPRIMER

    Alors que la direction de la prélature personnelle souligne son acceptation filiale de la décision de François, mais les avocats canonistes soulignent l'importance du changement. Lu sur le National Catholic Register :

    « NEW YORK – Lorsque le pape François a décrété le 22 juillet que le chef de l'Opus Dei, connu sous le nom de prélat, ne serait plus évêque comme les deux derniers dirigeants l'avaient été, la décision a été adoptée par la direction du groupe sans la moindre protestation.

    "La volonté du Pape de mettre en évidence la dimension charismatique de [l'Opus Dei] nous invite désormais à renforcer le climat familial d'affection et de confiance : le Prélat doit être un guide mais, avant tout, un père", lit -on dans une réponse formelle émise par Mgr. Fernando Ocariz , l'actuel prélat de l'Opus Dei. 

    Mgr. Ocáriz a souligné l'acceptation filiale du groupe de la décision du Saint-Père, qui, selon le pape François, a été prise afin de fonder la gouvernance de l'institut ecclésial "plus sur le charisme que sur l'autorité hiérarchique". 

    Mgr. Le message rassurant d'Ocáriz a été repris par Brian Finnerty, directeur américain de la communication de l'Opus Dei.

    "Nous voulons que ce moment soit l'occasion d'approfondir ce merveilleux charisme que Dieu a confié à notre fondateur, et nous voyons le Pape nous encourager à le faire", a déclaré Finnerty au Register.

    Mais alors que la direction de l'Opus Dei a accepté les modifications, qui incluent le transfert de la supervision de la prélature personnelle du Dicastère pour les évêques au Dicastère pour le clergé, sans hésitation, les canonistes contactés par le Registre ont exprimé leur surprise face à la décision du pape François. Et bien que ces experts en droit de l'Église aient déclaré que le motu proprio du Pape , Ad Charisma Tuendum (Garder le charisme), n'affecterait pas nécessairement la vie quotidienne des plus de 93 000 membres de l'Opus Dei, ils se sont demandé si des changements significatifs étaient nécessaires.  

    Prélature personnelle

    L'Opus Dei est devenu la première et la seule prélature personnelle en 1982, lorsque saint Jean-Paul II a publié la constitution apostolique Ut Sit de 1982 , peu de temps avant de publier la révision du Code de droit canonique de 1983, qui cherchait à incorporer les enseignements du Concile Vatican II dans Loi de l'Église.

    Cette création de la prélature personnelle semblait cohérente avec les discussions du Concile Vatican II autour de la création de nouvelles entités, telles que les prélatures, les vicariats ou les ordinariats, qui pourraient servir les catholiques dont les besoins particuliers ne sont pas satisfaits dans la structure diocésaine géographique. Ce groupe de catholiques comprenait des soldats vivant sur des navires et des bases militaires étrangères et des laïcs suivant un charisme particulier. 

    Cela correspondait également au désir de saint Josémaria Escrivá, qui, en 1928, fonda une organisation de laïcs, de femmes et de prêtres dédiée à l'idée que tous les hommes - pas seulement le clergé ou les religieux - sont appelés à la sainteté personnelle dans la vie ordinaire. Il a qualifié son groupe d'"Œuvre de Dieu" - en latin, "Opus Dei".

    Lire la suite

  • Protection des femmes enceintes, avortement, euthanasie, GPA... : l'actualité de la bioéthique

    IMPRIMER

    De l'Institut Européen de Bioéthique :

    Fact-checking : les lois « pro-vie » aux Etats-Unis protègent aussi la vie des femmes enceintes

    Fact-checking : les lois « pro-vie » aux Etats-Unis protègent aussi la vie des femmes enceintes

    Etats-Unis Fact-checking : les lois « pro-vie » aux Etats-Unis protègent aussi la vie des femmes enceintes

    Les 23 états des États-Unis d’Amérique dotés de lois qui protègent l’enfant à naître, permettent un traitement médical nécessaire et dans les temps requis pour sauver la vie de la femme enceinte si celle-ci est en danger, notamment en cas de fausse couche ou de grossesse extra-utérine. A l’heure où ces états sont accusés de mettre la vie des femmes en danger à cause de leurs lois contre l’avortement, l’Institut Charlotte Lozier a publié une analyse juridique et médicale qui résume chacune des lois des 23 états et s’appuye sur les bulletins du Collège Américain des Obstétriciens et Gynécologues relatifs à différents traitements médicaux en cas de grossesses dangereuses pour la vie de la mère. Cette analyse très précise fournit d’ailleurs un...

    Lire la suite 


    Les grossesses pour autrui (GPA) présentent davantage de risques pour la femme

    Etats-Unis - Les grossesses pour autrui (GPA) présentent davantage de risques pour la femme

    En comparaison aux grossesses « spontannées » (hors cas de GPA), les grossesses « pour autrui » présentent davantage de complications et de risques élevés pour la santé de la femme, et ce indépendamment de son âge ou du nombre de grossesses qu'elle a déjà eues. C'est ce que montre une étude menée par le Center for Bioethics and Culture et parue en juillet dernier dans la revue scientifique Dignity, une publication consacrée à l'analyse des phénomènes d'exploitation et de violence. Au total, 96 femmes américaines ayant vécu à la fois une ou des grossesses « pour elles-mêmes » et une ou des grossesses « pour autrui » ont répondu à l'enquête. Il en ressort différents constats préoccupants : Une grossesse pour autrui a trois fois plus de risques de finir par une césarienne qu'une grossesse normale. Cela s'explique notamment par le fait que certains contrats de GPA internationaux planifient une césarienne pour que les parents d'intention puissent assister à la naissance de l'enfant. L'un...

    Lire la suite 


    Des femmes contraintes d’avorter : une actualité qui reste méconnue

    Des femmes contraintes d’avorter : une actualité qui reste méconnue

    Selon un sondage de la BBC en mars 2022 sur la coercition liée à la procréation, 15% des femmes britanniques ont subi des pressions pour avorter. En outre, 3% des femmes interrogées se sont vues donner un comprimé ou une autre substance pour provoquer un avortement à leur insu.

    Une part non négligeable d’entre elles (5%) a subi de la violence physique avec l’intention de provoquer une fausse couche.

    Par ailleurs, 14% des femmes interrogées disent avoir été forcées à utiliser un contraceptif contre leur gré.

      Active en Grande-Bretagne pour la défense des femmes et des enfants à naître, la SPUC (Society for the Protection of the Unborn Children) invite par conséquent le gouvernement britannique à ordonner une enquête sur la question de la contrainte autour de l’avortement, et à reconnaître que l’avortement...

    Lire la suite 


    Le nombre d’euthanasies monte en flèche au Canada

    Canada Le nombre d’euthanasies monte en flèche au Canada

    Le dernier rapport sur l'euthanasie au Canada indique une hausse considérable du nombre d'euthanasies pour l'année 2021, par rapport à l'année précédente : + 32,4% soit plus de 10 000 personnes, et 3,3% du total des décès pour 2021. Pour la première fois, y sont comptées des personnes dont le décès n'était pas prévu à brève échéance mais qui ont demandé l'euthanasie sur la base du dernier élargissement de la loi en 2021.

      La première raison invoquée par les personnes avant leur euthanasie est la perte de capacité à se livrer à des occupations porteuses de sens. Le contrôle insuffisant de la douleur ne vient qu'en troisième position.

      Presque 1 canadien sur 5 décédé par euthanasie en 2021 a précisé qu'il souffrait de solitude et d'isolement, et que cela constituait une des raisons pour lesquelles il voulait mourir. Plus d'un tiers se considérait comme un « fardeau pour leur famille, leurs amis ou les soignants ».

      Le 26 juillet dernier, soit le même jour que la publication du ra...

    Lire la suite

  • Etats-Unis : le moment est-il venu pour "Pro-Life 3.0" ?

    IMPRIMER

    De Mary Frances Myler sur le National Catholic Register :

    Le moment est-il venu pour "Pro-Life 3.0" ?

    Avec la disparition de l'arrêt Roe, certains pro-vie préconisent une approche qui met l'accent sur la diminution de la demande d'avortement par des politiques gouvernementales proactives.

    8 août 2022

    Avec l'annulation de Roe et l'élimination d'un droit à l'avortement au niveau fédéral, certains pro-vie disent qu'il est temps pour une nouvelle phase du mouvement : "Pro-Life 3.0". 

    C'est le nom donné à une approche du plaidoyer pro-vie qui vise à diminuer la demande d'avortement par le biais de programmes et de politiques gouvernementales, au lieu de se concentrer plus exclusivement sur la limitation de l'accès légal à l'avortement.

    Charles Camosy, un théologien moraliste qui enseigne à la faculté de médecine de l'université Creighton et au séminaire St. John de Yonkers, dans l'État de New York, est l'un des principaux partisans de l'approche "Pro-Life 3.0". Il soutient que cette forme de plaidoyer en faveur de la vie est plus cohérente avec l'étendue de l'enseignement social catholique et offre également des possibilités de collaboration bipartisane.

    Si Pro-Life 3.0 représente un changement d'approche, il s'appuie sur les phases précédentes du mouvement pro-vie, comme l'explique M. Camosy dans une récente chronique de Religion News Service. Pro-Life 1.0, écrit-il, a précédé Roe v. Wade et était un "mouvement politiquement complexe" qui ne s'inscrivait pas dans le clivage politique gauche-droite. Après Roe, Pro-Life 2.0 s'est défini en grande partie par son fusionnisme, canalisant l'activisme politique en grande partie par le biais d'une coalition de la droite religieuse, des libertaires à petit gouvernement et des faucons anticommunistes. 

    "Cela a donné lieu à d'étranges associations", a noté M. Camosy dans sa chronique.

    Pro-Life 3.0, expliqué

    Avec la décision rendue le 24 juin dans l'affaire Dobbs contre Jackson Women's Health, le paysage de la législation sur l'avortement - et le potentiel d'action politique du mouvement pro-vie - a changé. 

    "Avant l'arrêt Dobbs, les législateurs n'avaient pas la possibilité d'adopter une approche globale de l'élaboration des politiques en faveur de la vie", explique au Register Rick Garnett, professeur à la faculté de droit de Notre Dame. "Les décisions malencontreuses de la Cour dans les affaires Roe et Casey ont privé les citoyens de la capacité d'exprimer en droit et en politique un engagement envers la dignité humaine des enfants à naître et des femmes enceintes."

    Libéré des limitations imposées par Roe, et coïncidant avec le virage populiste du parti républicain, M. Camosy a déclaré que le mouvement pro-vie a maintenant la possibilité de "nouveaux arrangements politiques créatifs qui n'étaient pas possibles auparavant".

    Dans le cadre de cette possibilité de nouveaux arrangements, M. Camosy a déclaré que c'était l'occasion pour les catholiques de soutenir un programme politique plus conforme à l'enseignement social catholique. 

    Lire la suite

  • Pourquoi l'enseignement d'Humanae vitae sur la contraception est irréformable

    IMPRIMER

    De Carl Bunderson sur Catholic News Agency :

    Réagissant à l'Académie pontificale pour la vie, un théologien affirme que l'enseignement d'Humanae Vitae ne peut pas changer

    Le père Petri a rappelé que saint Jean-Paul II avait confirmé l'enseignement d'Humanae vitae comme faisant partie du magistère ordinaire et universel.

    9 août 2022

    L'enseignement d'Humanae vitae sur la contraception est un exemple du magistère ordinaire et universel, et en tant que tel, il est irréformable, a déclaré un théologien moraliste en réponse à une déclaration de l'Académie pontificale pour la vie.

    Le père dominicain Thomas Petri, président de la Dominican House of Studies à Washington, D.C., a noté que même les critiques de l'enseignement sur la contraception ont "reconnu que cela a toujours été l'enseignement de l'Église" et que nulle part dans l'enseignement de l'Église il n'y a eu de permissivité, sous quelque forme que ce soit, pour la contraception.

    "Cela suggère que cela a toujours été l'enseignement de l'Église, et que cela fait donc partie du magistère ordinaire et universel", a déclaré le père Petri. "Ainsi, même si une encyclique particulière, comme Humanae vitae, n'est pas infaillible, l'enseignement qu'elle présente est en fait irréformable, car il fait partie du magistère ordinaire et universel de l'Église."

    Dans Humanae vitae, son encyclique de 1968 sur la régulation des naissances, saint Paul VI écrivait que "toute action qui, soit avant, soit au moment, soit après l'acte sexuel, vise spécifiquement à empêcher la procréation - que ce soit comme fin ou comme moyen" est "exclue", comme moyen illicite de régulation des naissances.

    L'Académie pontificale

    L'Académie pontificale pour la vie, une institution associée au Saint-Siège mais qui n'est pas elle-même un organisme magistériel, a accueilli en 2021 un séminaire d'éthique au cours duquel un participant a discuté de "l'éventuelle légitimité de la contraception dans certains cas".

    Une synthèse du séminaire a récemment été publiée par la Maison d'édition du Vatican, ce qui a suscité des questions sur le caractère réformable de l'enseignement de l'Église sur le contrôle des naissances.

    L'Académie pontificale pour la vie a défendu la discussion qu'elle a organisée sur la licéité de la contraception, en tweetant le 5 août que "les archives historiques de l'abbé [Ferdindando] Lambruschini ont confirmé que Paul VI lui a dit directement que les HV n'étaient pas sous infaillibilité".

    Puis, dans une déclaration du 8 août, l'académie a écrit que "de nombreuses personnes sur Twitter semblent croire qu'Humanae Vitae est une déclaration infaillible et irréformable contre la contraception."

    Elle a noté que "lorsque le théologien moral de l'Université pontificale du Latran, Mgr Ferdinando Lambruschini, a présenté Humanae Vitae lors d'une conférence de presse ... il a déclaré, conformément au mandat de Paul VI, que l'encyclique Humanae Vitae ne doit pas être considérée comme faisant partie des déclarations infaillibles. Lambruschini a souligné qu'Humanae Vitae n'exprimait pas une vérité de foi définitive accordée par 'infallibilitas in docendo'".

    Lire la suite

  • Un islam féministe ?

    IMPRIMER

    D'Annie Laurent sur La Petite Feuille Verte :

    Lire les deux premières parties de cette étude :

    Islam et féminisme (3/3)

    Comment le féminisme musulman est-il conçu ? S’aligne-t-il sur le féminisme occidental ? Que faut-il en attendre en termes d’amélioration du statut et de la vie des musulmanes ?

    Dans leurs livres, Zeina El-Tibi, Nayla Tabbara et Asma Lamrabet considèrent aussi l’islam comme la religion qui, historiquement, a apporté les plus grands progrès à la condition féminine. Nous proposons ici une réflexion pour répondre à cette démonstration.  

    Z. El-Tibi : « L’étude des textes fondamentaux de l’islam, l’analyse de la doctrine des nombreux penseurs, le rappel historique de la place des femmes dans le développement de l’islam et de la société islamique permettent de constater que les idées reçues faisant de l’islam une sorte de religion misogyne sont inexactes. Pourtant, dans la pratique, force est de constater que les prescriptions du Coran et de la Sunna n’ont pas toujours été respectées : elles ont été soit détournées de leur sens par des interprétations douteuses, soit totalement ignorées » (La condition de la femme musulmane, Cerf, 2021, p. 121). Il s’agit donc, affirme-t-elle, de « retrouver la vérité de l’islam » (ibid., p. 200).

    Pour A. Lamrabet, « la création égalitaire des hommes et des femmes dans le référentiel coranique est essentielle à rappeler aujourd’hui, à l’heure où au nom du religieux on veut nous faire croire que l’inégalité est une prescription divine et qu’accepter l’inégalité c’est faire preuve de soumission et d’obéissance à l’ordre de Dieu » (Islam et femmes. Les questions qui fâchent, Gallimard, 2017, p. 24).

    L’ISLAM, RELIGION DE LA FACILITÉ ?

    Z. El-Tibi met en garde contre « des attitudes dogmatiques trop abstraites ou trop rigides » pour comprendre et appliquer les principes de l’islam. « Sur le plan de la vie sociale comme sur celui de la vie spirituelle, la pensée islamique expose que la religion n’est pas destinée à faire peser sur les êtres humains des charges intolérables, pas plus qu’elle ne demande une servilité aveugle ». Elle se réfère au Coran : « Dieu veut pour vous la facilité ; Il ne veut pas pour vous la difficulté » (2, 185) ; « Ainsi, avons-Nous fait de vous une communauté de juste milieu » (2, 143) (op. cit., p. 35-36).

     

    Cet auteur considère les « règlementations excessives » comme « des innovations blâmables » (ibid., p. 43) qui contredisent les recommandations exposées par Mahomet dans son sermon d’adieu, donné à La Mecque en 632 : « Prenez garde, ne vous écartez pas du droit chemin après ma mort […]. Raisonnez bien, ô peuple, et comprenez bien les mots que je vous transmets. Je laisse derrière moi deux choses : le Coran et mon exemple, la Sunna. Et si vous les suivez, jamais vous ne vous égarerez » (ibid., p. 43). Pourquoi alors conseille-t-elle « de ne pas s’enfermer dans des détails surajoutés sans intérêt » lorsqu’ils font partie de ces textes, et de « ne plus dénaturer le sens véritable du Message » qui est pour la femme « celui de l’émancipation et de l’égalité des droits » ? (ibid., p. 43).

    Lire la suite

  • Prier pour les grands-parents

    IMPRIMER

    « Prière pour les grands-parents » de Benoît XVI

    Voici une Prière pour les grands-parents « Seigneur Jésus, aide les familles et la société à apprécier la présence et le rôle des grands-parents » du Pape Benoît XVI en 2006.

    La Prière de Benoît XVI « Seigneur Jésus, aide les familles et la société à apprécier la présence et le rôle des grands-parents » : 

    « Seigneur Jésus, Tu es né de la Vierge Marie, fille des Saints Joachim et Anne. Regarde les grands-parents du monde entier. Protège-les !

    Ils sont une source d'enrichissement pour les familles, pour l’Eglise et pour toute la société. Soutiens-les !

    Tandis qu’ils vieillissent, puissent-ils continuer à être pour leurs familles de solides piliers de la Foi évangélique, des gardiens des nobles idéaux familiaux, des trésors vivants de profondes traditions religieuses.

    Fais d'eux des maîtres de sagesse et de courage, afin qu’ils puissent transmettre aux générations futures les fruits de leur mûre expérience humaine et spirituelle.

    Seigneur Jésus, aide les familles et la société à apprécier la présence et le rôle des grands-parents. Qu’ils ne soient jamais ignorés ou exclus mais rencontrent toujours respect et amour.

    Aide-les à vivre sereinement et à se sentir accueillis durant toutes les années de vie que Tu leur accordes.

    Marie, Mère de tous les vivants, garde les grands-parents constamment sous Ta garde, accompagne-les dans leur pèlerinage terrestre, et par Ta prière, accorde à toutes les familles d’être un jour réunies dans la Demeure du Ciel, où Tu attends toute l’humanité pour la grande étreinte de la Vie sans fin.

    Amen. » 

    Benoît XVI

  • La promotion de contenus LGBT auprès des mineurs : une valeur européenne ?

    IMPRIMER

    Du site "Pour une école libre au Québec" :

    « Valeurs européennes » : la promotion de contenus LGBT auprès des mineurs ?

    La Commission européenne a saisi la justice de l’UE contre une loi hongroise interdisant notamment la promotion de l’homosexualité auprès des mineurs, considérant qu’elle porte atteinte « droits fondamentaux des personnes » et aux « valeurs de l’UE ».

    La Commission européenne a annoncé le 15 juillet avoir saisi la justice de l’UE contre la Hongrie à propos d’une loi interdisant, entre autres, la diffusion de contenus sur l’homosexualité auprès des mineurs. En effet, la Commission considère, dans un communiqué, « que la loi viole les règles du marché intérieur, les droits fondamentaux des personnes [en particulier les personnes LGBT+] ainsi que […] les valeurs de l’UE ».

    Il s’agit d’une nouvelle étape dans la procédure d’infraction lancée contre la Hongrie, qui peut conduire à une condamnation de la Cour de justice de l’UE, voire à des sanctions financières. Le Premier ministre nationaliste et conservateur Viktor Orban (ci-contre), dont le pays est dans le collimateur de Bruxelles pour diverses mesures considérées comme des atteintes à l’État de droit, assure que la loi n’est pas homophobe et vise à « protéger les droits des enfants ».

    Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, avait déjà déclaré en juin : « La loi ne porte pas sur les homosexuels. Elle concerne la façon dont les parents veulent faire l’éducation sexuelle de leurs enfants. Sous le régime communiste, l’homosexualité était punie et je me suis battu pour leur liberté et leurs droits. Je défends les droits des homosexuels », a affirmé le chef du gouvernement hongrois, critiqué par une majorité de ses homologues européens pour cette nouvelle législation. La loi hongroise prévoit désormais que « la pornographie et les contenus qui représentent la sexualité ou promeuvent la déviation de l’identité de genre, le changement de sexe et l’homosexualité ne doivent pas être accessibles aux moins de 18 ans ». Elle a été qualifiée le 23 juin de « honte » par la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

    Cette loi a été promulguée votée en juin 2021. La loi développe aussi l’arsenal pénal à l’encontre de la pédophilie et la pédopornographie, interdisant par exemple à toute personne condamnée pour pédophilie d’occuper un emploi en contact avec des enfants. La création d’une base de données, accessible au public, des personnes condamnées est aussi prévue. Outre les programmes scolaires, le texte s’appliquera également aux publicités et les programmes télévisés peuvent aussi tomber sous le coup de la loi.

    « Si l’Union européenne [UE] veut s’immiscer dans les domaines couverts par les constitutions nationales, cela pourrait faire voler en éclat l’ensemble » du bloc, a déclaré dans la capitale Gergely Gulyas, le chef de cabinet du Premier ministre Viktor Orban. « L’UE n’a clairement pas son mot à dire », selon Gergely Gulyas, qui s’exprimait en conférence de presse. Il a accusé la Commission d’avoir un « raisonnement plus politique que juridique » et de mener des « attaques ». 

    Une autre décision dans le viseur de la Commission

    La Commission saisit également la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) contre la décision du régulateur national hongrois de priver d’antenne la radio indépendante Klubradio, vue comme un nouveau coup porté au pluralisme des médias. L’exécutif avait déclenché une procédure d’infraction à ce sujet en juin 2021. « Dans l’UE, le plus grand espace démocratique au monde, aucune radio libre ne doit être privée d’antenne pour des raisons non objectives, sur la base d’une procédure administrative discriminatoire », a réagi le commissaire européen au Marché intérieur Thierry Breton. La Hongrie a été en outre une nouvelle fois épinglée dans le dernier rapport de la Commission sur l’État de droit dans l’UE, présenté le 13 juillet. Bruxelles a activé en avril une procédure qui peut mener à la suspension du versement de fonds européens à ce pays, en raison d’inquiétudes sur les conditions de passation des marchés publics, un manque de contrôle et de transparence de l’utilisation des fonds, les insuffisances dans la lutte contre la fraude et la corruption. Les inquiétudes de la Commission sur l’État de droit sont aussi au cœur du blocage du plan de relance hongrois, d’un montant de 7,2 milliards d’euros de subventions européennes. Tribunal constitutionnel polonais rejette l’imposition des décisions européennes

    Le 14 juillet, le Tribunal constitutionnel polonais (TK) a lui aussi défié l’UE, en affirmant que les décisions prises par la Cour de Justice contre Varsovie étaient inconstitutionnelles. L’UE s’est dite le lendemain « profondément préoccupée » et a rappelé la primauté du droit européen. « Toutes les décisions de la Cour de justice sont contraignantes », a fait savoir l’UE dans un communiqué. Par ailleurs, Gergely Gulyas a accusé Bruxelles de retarder l’approbation du plan de relance de la Hongrie en raison de son opposition à sa nouvelle législation. Il a déclaré que son pays prévoyait de mettre son veto au plan climat, présenté par la Commission le 14 juillet pour réduire les émissions carbone, « inacceptable sous cette forme ».

  • Retour aux années 60 ? Quand l'Académie pontificale pour la vie veut revoir la doctrine sur la contraception sexuelle

    IMPRIMER

    De Jonathan Liedl sur le National Catholic Register :

    Retour aux années 60 ? L'Académie pontificale pour la vie pousse à s'écarter de la doctrine sur la contraception sexuelle

    Un document rompt avec cinq décennies d'enseignement papal post-conciliaire ; ses partisans pressent le Pape François de rendre ses revendications officielles.

    13 juillet 2022

    Il y a cinquante-cinq ans, le pape Paul VI promulguait Humanae Vitae, une encyclique qui clarifiait sans équivoque l'opposition permanente de l'Église à la contraception artificielle. Bien que cet enseignement se soit heurté à la résistance de plusieurs théologiens et même d'évêques à l'époque, il a été réaffirmé et développé par les enseignements papaux ultérieurs, depuis Evangelium Vitae de saint Jean-Paul II jusqu'à la version actuelle du Catéchisme de l'Église catholique récemment révisée par le pape François, qui décrit cette pratique comme "intrinsèquement mauvaise".

    Aujourd'hui, un institut du Vatican, ironiquement créé à l'origine par le grand pape et saint polonais décédé, pousse à un "changement de paradigme" dans la théologie morale qui inclurait un abandon de l'enseignement établi sur la contraception, mais aussi sur l'euthanasie et les formes de conception artificielle.

    Les révélations sont incluses dans un texte récent publié par l'Académie Pontificale pour la Vie (APV), un groupe de réflexion ecclésial établi par Saint Jean Paul en 1994 pour étudier et fournir des conseils "sur les principaux problèmes de la biomédecine et du droit, relatifs à la promotion et à la défense de la vie, surtout dans la relation directe qu'ils ont avec la moralité chrétienne et les directives du Magistère de l'Eglise". 

    L'APV vient de publier 'Theological Ethics of Life : Scripture, Tradition, and Practical Challenges', une synthèse de 528 pages des actes d'un séminaire théologique organisé par l'APV en 2021; elle la décrit comme "une contribution qui élabore une vision chrétienne de la vie en l'exposant dans la perspective d'une anthropologie appropriée à la médiation culturelle de la foi dans le monde d'aujourd'hui". 

    "Un changement radical"

    L'introduction du texte, rédigée par Mgr Vincenzo Paglia, président de l'Académie depuis 2016, décrit le "changement de paradigme" de la théologie morale qu'il introduit comme "à la fois descriptif et conceptuel, car il suit un schéma à la fois argumentatif et narratif, théorique et sapientiel, phénoménologique et interprétatif." 

    "Le texte opère un changement radical, passant pour ainsi dire de la sphère au polyèdre", écrit Mgr Paglia. "Il ne s'agit pas d'un manuel de formules ou d'un catalogue de cas qui peuvent être sortis du contexte de l'argumentation globale. Il s'agit plutôt d'une exposition fondamentale de la vision chrétienne de la vie, illustrée dans ses aspects existentiels les plus pertinents pour la nature dramatique de la condition humaine et abordée dans la perspective d'une anthropologie appropriée à la médiation culturelle de la foi dans le monde d'aujourd'hui."

    Une partie de ce changement par rapport aux approches précédentes de la théologie morale est liée, selon le texte, aux critères directeurs du "dialogue élargi", qui incorpore intentionnellement les perspectives non seulement de diverses positions théologiques, mais aussi de non-catholiques et de non-croyants.

    Lire la suite

  • Il parait qu'avoir des enfants nuit à l'environnement...

    IMPRIMER

    De Judikael Hirel sur la Sélection du Jour :

    LES FAMILLES NOMBREUSES POLLUENT-ELLES LA PLANÈTE ?

    Désormais, il parait qu'avoir des enfants nuit à l'environnement. Les familles nombreuses s'étaient, à la longue, habituées aux critiques et aux regards parfois acerbes de celles et ceux qui n’ont pas fait ce choix. Mais voilà qu'on leur reproche maintenant leur inconscience, leur égoïsme : elles ne pensent pas aux générations futures. Elle accélèrent le suicide de notre planète, elles exposent un être innocent à un avenir atroce sur une planète inéluctablement brûlante. Peut-être est-ce pour cela que l’on voit, dans les grandes métropoles, de plus en plus de jeunes couples préférant avoir un chien plutôt qu’un enfant. À tel point qu'apparaissent même des poussettes à chien, des psychologues pour chien… Quand l’Espérance n’est pas au rendez-vous, la peur de la fin du monde devient environnementale. Ainsi, avoir des enfants contribuerait à polluer la planète : un enfant génère 58,3 tonnes de dioxyde de carbone par an, selon une étude menée par des chercheurs de l’université suédoise de Lund. Oui, on mesure le degré de pollution d’un enfant comme on pourrait le faire d’une voiture ou d’un smartphone… Quelle étrange vision de l’être humain, notamment à naître !

    Faut-il limiter les naissances pour sauver la planète ? C’est ce que défendait récemment l’essayiste et prospectiviste Antoine Bueno dans un débat avec le philosophe et père d’une famille nombreuse Fabrice Hadjadj, dans les colonnes du Figaro Magazine. Pour Antoine Bueno, reprenant une vieille antienne de l’écologie extrême, c’est le cas. Il va jusqu’à parler de "comportement écocidaire" Fonder une famille nombreuse doit selon lui être considéré comme un comportement d’indifférence ou d’inconscience écologique. On retrouve là un discours prôné depuis des décennies par certains militants écologistes extrêmes, tels Yves Cochet. Le contrôle total des naissances à la chinoise n'est jamais loin derrière un tel discours. Pourtant, l’impact écologique de l’humanité dépend en fait à la fois du nombre d’habitants et de leur mode de vie. Et, comme le rappelait le philosophe dans cet échange, "la vie peut-elle se ramener à des problèmes techniques ? Est-ce une atteinte contre l’environnement de fonder une famille nombreuse ?"

    Après les Dinks ("Double income, no kids", "deux revenus, pas d’enfants") si appréciés des banquiers, place désormais aux Ginks, pour "Green inclinations, no kids " (souci écologique, pas d’enfants). On connaissait déjà la honte de prendre l'avion, voici donc celle d'engendrer. Pour sauver la planète, dans un monde entre guerre, violence et réchauffement climatique, certains jeunes gens ne veulent tout simplement pas avoir d’enfants. Ils contribuent au passage au vieillissement de la population dans leur pays, et amplifient les conséquences du grand défi migratoire auquel est désormais confronté la "vieille" Europe face à la jeune Afrique.

    Le meilleur moyen pour réduire son empreinte carbone est-il vraiment d’avoir moins d'enfants ou de ne pas en avoir du tout ? Posée ainsi, la question peut sembler absurde. Cette réification de l’enfant à naître est en soi aussi inhumaine que désespérée. Pourtant, cette petite musique de la dénatalité se diffuse peu à peu. Jusqu’à l’AFP qui, dans une infographie diffusée il y a quelques mois de cela, citait une étude de l'"Environnemental Research Letters" soulignant le fait d' "avoir un enfant en moins" comme la mesure la plus efficace pour réduire son empreinte carbone. En 1798, Thomas Malthus publiait son Essai sur le principe de la population. Il y expliquait que la population allait augmenter plus vite que les ressources disponibles. Au fond, rien de nouveau sous le (chaud) soleil… Ce malthusianisme revu à la sauce environnementaliste d’un nouveau siècle en revient aux mêmes solutions que celles proposées alors par le prêtre anglican : limiter les naissances en arrêtant d'aider les plus pauvres, afin de ne pas encourager leur reproduction. Demain, avec une population mondiale estimée à 9 milliards de personnes en 2050, puis 11 milliards en 2100, en viendra-t-on à imposer un contrôle démographique à l’échelle mondiale, un planning familial planétaire au nom de La Défense de l’environnement ? Qui sait ?

    Pour aller plus loin : Fabrice Hadjadj, apologie de la maternité et de la paternité

  • La " persécution polie " des points de vue catholiques sur l'avortement et la sexualité se fait plus insistante au niveau international

    IMPRIMER

    De Lauretta Brown  sur le National Catholic Register :

    Un responsable de l'USCCB (United States Conference of Catholic Bishops) met en garde contre une augmentation de la " persécution polie " des points de vue catholiques sur l'avortement et la sexualité au niveau international.

    L'administration Biden et des groupes à l'étranger continuent de promouvoir un programme " LGBT " et pro-avortement dans les pays pauvres.

    11 juillet 2022

    WASHINGTON - Au cours du Sommet international sur la liberté religieuse 2022 qui s'est tenu la semaine dernière à Washington, Lucas Koach, directeur du Bureau de la justice internationale et de la paix de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis, a averti que dans le monde en développement, il y a une impulsion "pour pousser à des politiques que l'Église pense contraires à la dignité humaine innée de la personne humaine et attacher cela à l'aide étrangère des États-Unis ou à d'autres leviers diplomatiques". 

    Koach a pris la parole lors d'un panel de la Heritage Foundation intitulé "Victimes de persécution 'polie' : Les croyants ciblés par les activistes laïques de l'avortement et du genre." Le titre faisait référence aux remarques de 2016 du pape François sur la persécution "déguisée en culture, déguisée en modernité, déguisée en progrès." Le pape a qualifié cette persécution de "persécution polie, lorsque quelqu'un est persécuté non pas pour avoir confessé le nom du Christ, mais pour avoir voulu démontrer les valeurs du Fils de Dieu." 

    Koach a déclaré que les politiques qui sont en contradiction avec l'enseignement de l'Église sur la dignité humaine "sont souvent formulées sous le couvert de la protection d'autres personnes, comme une mère confrontée à une grossesse non désirée, ou une personne attirée par le même sexe ou souffrant de dysphorie de genre, subissant une violence ou une discrimination indue. Ainsi, on peut dire ou voir que cela semble bien intentionné, et nous sommes certainement d'accord que les personnes vulnérables et marginalisées doivent être protégées." 

    Il a déclaré que l'Église catholique croit, "comme tant de nos traditions de foi l'ont bien articulé, que chaque être humain est fait à la ressemblance et à l'image de Dieu et porte une dignité inviolable ; la violence de toute sorte doit être condamnée."

    "Nous commençons à voir qu'il existe une différence subtile et croissante, et parfois pas si subtile, entre la protection contre la violence à l'égard de tous et l'approbation d'une certaine vision du monde", a déclaré Koach, qui "peut aller à l'encontre de la dignité humaine innée, aller à l'encontre de la nature et du but de la famille humaine. Nous avons vu, de plus en plus, des régimes passer de notions de protection pour tous à l'exportation d'une vision du monde qui va à l'encontre de ces notions de protection et promeut une nouvelle compréhension de cette nature de la personne humaine et du sexe humain."

    Poussée sur l'idéologie du genre

    M. Koach a déclaré que cette pression n'est pas nouvelle, mais "elle a pris de l'ampleur, elle s'est développée et est devenue moins voilée." Il a fait référence aux directives de l'Agence américaine pour le développement international de juin 2021 pour "l'intégration des considérations LGBTI+ dans les programmes d'éducation", qui, selon lui, "donne des conseils très précis aux entrepreneurs ou aux ONG qui mettent en œuvre des programmes éducatifs [sur] la façon de réorienter et de reprogrammer le matériel éducatif, pour affirmer votre éventail d'idéologies de genre ou d'orientations sexuelles". 

    Lire la suite

  • Avec le feu vert à la fécondation in vitro, l'Académie Pontificale pour la Vie rompt avec le Magistère

    IMPRIMER

    De Luisella Scrosati sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana :

    Avec le feu vert à la FIV, l'Académie Pontificale pour la Vie rompt avec le Magistère

    12-07-2022

    Après la contraception, dans le texte de base Éthique théologique de la vie, l'Académie pontificale pour la vie entame également le processus d'autorisation de l'insémination artificielle homologue. Le seul problème moralement pertinent est celui des embryons surnuméraires, mais le texte de base "simplifie" le tout, en établissant a priori que lorsqu'il y a un problème de stérilité, toute forme de PMA est licite puisque les rapports sexuels et la génération ont déjà été séparés de la condition de stérilité. Une chose déjà condamnée par le Magistère que Mgr Paglia ne veut pas voir ou fait semblant de ne pas voir. 

    Comme prévu mardi dernier (voir ici), outre la contraception (voir ici), l'Académie pontificale pour la vie a également "entamé le processus" d'autorisation de la fécondation artificielle homologue.

    Ainsi le § 173 (p. 305 du volume) du texte de base Éthique théologique de la vie publié par Libreria Editrice Vaticana : " Dans la procréation assistée homologue sous ses diverses formes, en évitant évidemment d'obtenir des "embryons surnuméraires", la génération n'est pas artificiellement séparée du rapport sexuel, car ce dernier est "en soi" infertile. Au contraire, la technique agit comme une forme de thérapie qui permet de remédier à la stérilité, non pas en se substituant au rapport sexuel, mais en permettant la génération".

    Donc, feu vert à toutes les formes de PMA homologue. Le seul problème moralement pertinent semble être celui des embryons surnuméraires, tandis que disparaît l'idée que certaines formes de PMA posent des problèmes moraux à différents niveaux : le mode de prélèvement du sperme, la proximité de l'acte conjugal, le type de technique utilisée pour la fécondation. Le texte de base "simplifie" le tout, en établissant a priori qu'en cas de problème de stérilité, toute forme de PMA est licite puisque le rapport sexuel et la génération sont déjà séparés de la condition de stérilité ; pour cette raison précise, il ne serait plus nécessaire de vérifier que l'intervention technique préserve l'inséparabilité des significations unitive et procréative.

    Il est maintenant clair que le "Nouveau Cours" de l'Académie Pontificale pour la Vie, en organisant ce séminaire et en se cachant derrière l'importance de l'écoute et de la discussion, veut en fait renverser ce que le Magistère de l'Eglise a déjà établi. En effet, le texte de l'Instruction Donum Vitae était déjà très clair sur le cas des conjoints qui désirent légitimement des enfants, mais ne peuvent pas en avoir ; tout comme il était également clair que le problème des embryons surnuméraires est bien réel, mais toujours distinct de celui de la technique de fécondation artificielle utilisée. Car, pour une évaluation morale, le procédé technique utilisé " doit être jugé en lui-même, et ne peut emprunter sa qualification morale définitive ni à l'ensemble de la vie conjugale dans laquelle il s'inscrit, ni aux actes conjugaux qui peuvent le précéder ou le suivre " (II, 5).

    Lire la suite