Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • Le cardinal Marx remis en selle

    IMPRIMER

    De Luisella Scrosati sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Marx remis en selle : les abus plongent l'Eglise dans le désarroi

    11-06-2021

    En rejetant la démission du cardinal Marx, le pape François ne dit rien sur l'indication de la voie synodale comme moyen de sortir de la crise ; mais de cette façon, le risque existe que le vrai problème des abus sexuels finisse par jeter de la fumée dans les yeux, pour empêcher les gens de voir que l'Église en Allemagne est en désarroi à tous points de vue et que la voie synodale n'est pas la solution, mais l'accélérateur de ces problèmes.

    Dans une lettre écrite hier en espagnol et rapidement traduite en allemand, le pape François a rejeté la démission que l'archevêque de Munich et Freising, le cardinal Reinhard Marx avait présentée le 21 mai dernier, lui demandant de rester à la tête de son diocèse.

    "Des échecs sur le plan personnel", mais aussi "sur le plan institutionnel et systématique", tel était le contenu de la lettre de démission, qui avait l'air d'une véritable dénonciation. Marx a également évoqué le fait que "certains dans l'Église ne veulent pas accepter cet aspect de coresponsabilité et la culpabilité concomitante de l'institution", adoptant "une attitude hostile à tout dialogue de réforme et de renouveau par rapport à la crise des abus sexuels".

    La sortie de crise est, selon le cardinal, "uniquement celle de la 'voie synodale', une voie qui permet vraiment le 'discernement des esprits'". Une voie qui a pris, entre autres, la direction de la révision de tout l'enseignement moral de l'Église sur la sexualité. Le premier acte du synode allemand, alors que Marx était encore à la tête du DBK, s'était conclu par une "libre interprétation" de l'enseignement de l'Église sur le célibat, l'homosexualité et la sexualité. Marx avait déclaré que "d'une part nous adhérons à l'ordre de l'Église, mais d'autre part nous l'interprétons librement et ouvertement. Et nous essayons de faire quelque chose qui, sous cette forme, n'a jamais existé dans la nôtre" (voir ici).

    Maintenant que quelqu'un se met en travers du chemin, Marx lui marche sur les pieds et, comme un enfant gâté, dit : "Je ne joue plus. Vous êtes tous mauvais". Une tentative évidente de lui forcer la main dans le sens des "réformes" radicales promues par la Voie synodale avec un message corroboré par le "témoignage personnel" de la volonté de démissionner comme un geste de coresponsabilité, cette coresponsabilité que "les autres" ne veulent pas accepter. Un semblant d'humilité qui révèle, cependant, une volonté de pointer immédiatement du doigt ceux qui ne veulent pas de ses réformes. Et contre l'ensemble de l'Église en tant qu'institution.

    Le deuxième acte de l'affaire voit la lettre de François rejetant l'offre généreuse de l'archevêque de ce qui était le siège épiscopal de Ratzinger. "Je suis d'accord avec vous pour qualifier de catastrophe la triste histoire des abus sexuels et la manière dont l'Église les a traités jusqu'à récemment. Se rendre compte de cette hypocrisie dans la façon dont nous vivons notre foi est une grâce, c'est un premier pas que nous devons faire", écrit le pape. Il indique que le chemin de la réforme de l'Église est une réforme de soi, "faite par des hommes et des femmes qui n'ont pas eu peur d'entrer en crise et de se laisser réformer par le Seigneur". Se mettre en jeu pour ne pas faire de la réforme une idéologie, dans la "manière que vous avez vous-même, cher frère, prise en présentant votre démission", alors qu'au contraire ce que le Pape dans la lettre appelle la "politique de l'autruche", c'est-à-dire "le silence, les omissions, le fait de donner trop de poids au prestige des institutions ne conduisent qu'à l'échec personnel et historique".

    Mais il ne suffit pas d'entrer en crise, il faut concrètement redonner à Dieu la primauté qu'il mérite. Il y a un peu plus de deux ans, Benoît XVI a décrit le diagnostic du grave problème de la pédophilie qui afflige le monde et l'Église (voir ici) : "Comment la pédophilie a-t-elle pu atteindre une telle dimension ? En dernière analyse, la raison réside dans l'absence de Dieu. Même nous, chrétiens et prêtres, préférons ne pas parler de Dieu, car c'est un discours qui semble n'avoir aucune utilité pratique". Et il a souligné la thérapie : "Recommencer avec nous-mêmes à vivre de Dieu [...] change tout si Dieu n'est pas assumé, mais mis devant lui. Si nous ne le laissons pas en quelque sorte à l'arrière-plan, mais si nous le reconnaissons comme le centre de notre pensée, de notre parole et de notre action". Ce centre, a expliqué le pape émérite, doit être restauré à partir de l'adoration profonde de la présence du Seigneur dans l'Eucharistie, de l'observance pleine de crainte et d'amour de ses commandements, de la conscience que non pas le compromis, mais "le martyre est une catégorie fondamentale de l'existence chrétienne".

    Lire la suite

  • Au risque de l’histoire : l’Eglise et les Lumières

    IMPRIMER

    Une émission de Christophe Dickès sur KTO:

    Au milieu du XVIIIe siècle, le pape Clément XIII remet vigoureusement en cause la philosophie des Lumières. Par son encyclique Christianæ reipublicæ salus (Le salut du peuple chrétien), publiée en 1766, il en condamne les principes et les oeuvres. L’oeuvre de Rousseau mais aussi celle de l’Encyclopédie sont mises à l’Index (fameuse liste de livres dont la lecture était interdite par l’Eglise). Premier texte dogmatique d’un catholicisme intransigeant, Clément XIII peut biaiser ici notre lecture des rapports entre l’Eglise et Les Lumières. Comment en est-on arrivé là ? A-t-il existé des papes « éclairés » ? Rome fut-elle, tout au long du XVIIIe siècle, une capitale culturelle dans le sillage intellectuello-artistique de la Renaissance ? Les Lumières furent-elles d’ailleurs un sérieux sujet de préoccupation de l’Eglise ? Grâce à Albane Pialoux et Olivier Andurand, l’émission Au risque de l’histoire propose de considérer les événements dans leur contexte et toute leur complexité:

    JPSC

  • Quand "Complément d'enquête" s'attaque à la mémoire du Professeur Jérôme Lejeune

    IMPRIMER

    Dans sa dernière émission diffusée ce jeudi 10 juin, "Complément d'enquête" (France 2) s'en est pris à la mémoire de Jérôme Lejeune accusé d'avoir usurpé la découverte de la trisomie 21 dont le vrai inventeur serait Marie Gautier. En fait, c'est la réactivation d'une polémique surgie il y a plusieurs années et à laquelle la Fondation Jérôme Lejeune, en septembre 2018, a réservé le traitement suivant  :

    Jérôme Lejeune, pionnier de la découverte de la trisomie 21

    Toute une vie consacrée au soin de ses patients et à la recherche d’un traitement

    Le 26 janvier 1959, puis le 16 mars 1959, deux communications à l’Académie des sciences, établissant la présence de 47 chromosomes chez les enfants dits mongoliens, ont été publiées sous les signatures Lejeune, Gautier, Turpin, et dans cet ordre indiquant que le premier est le découvreur, que le dernier est le responsable de l’équipe et qu’entre les deux figure le contributeur à la découverte.

    Pendant 50 ans, il ne s’est rien passé. Mais, depuis 2009, la mémoire de Jérôme Lejeune a été attaquée par Marthe Gautier, née en 1925, seule survivante de l’équipe, qui prétend aujourd’hui avoir découvert toute seule la trisomie 21. Jérôme Lejeune aurait été un usurpateur et Marthe Gautier aurait été spoliée.

    Certaines de ces affirmations avaient été reprises par un avis du comité d’éthique de l’INSERM rendu public le 14 septembre 2014. Il affirmait que la part de Jérôme Lejeune « avait peu de chance d’avoir été prépondérante » et cantonnait son apport uniquement à la valorisation de la découverte.

    Face à ces accusations et à ce dénigrement du rôle de Jérôme Lejeune, la Fondation Jérôme Lejeune avait décidé de réagir. En 2009 elle s’était tue, constatant que les déclarations personnelles de Marthe Gautier ne connaissaient qu’une diffusion limitée. Néanmoins, en février 2014, quand elle a appris que Marthe Gautier s’apprêtait à intervenir sur la découverte de la trisomie 21 devant les Assises de génétique humaine et médicale à Bordeaux, la Fondation avait décidé de faire enregistrer ses propos par voie d’huissier, en vertu d’une autorisation accordée par la justice, afin de défendre la réputation de Jérôme Lejeune si ce dernier venait à être diffamé. L’intuition de la Fondation était juste. Cet avis du comité d’éthique de l’INSERM a réécrit l’histoire de la découverte à la suite de Marthe Gautier. La Fondation a donc été amenée à communiquer plusieurs éléments et documents de nature à éclairer une controverse qui n’a pas grand-chose de scientifique.

    C’est à Jérôme Lejeune, et non à Marthe Gautier, que le Pr Raymond Turpin, leur chef de service à Trousseau, a demandé de signer en premier la publication princeps de janvier 1959, désignant ainsi lui- même, aux yeux de l’histoire, celui qui resterait le découvreur de la cause du mongolisme. Et c’est d’ailleurs Jérôme Lejeune qui, à la suite de cette découverte, consacrera sa vie à recevoir en consultation les patients porteurs de trisomie 21, à chercher un traitement pour les soigner et à défendre leur vie, si précieuse à ses yeux.
    Jérôme Lejeune, pour sa part, n’a cessé de saluer la contribution de Marthe Gautier dans la découverte. Dans les échanges épistolaires entre les deux collègues, il n’y a nulle trace de polémique, au contraire.
    Le reste est une relecture d’un passé repeint aux couleurs des idéologies contemporaines pour créer et alimenter une pseudo polémique. Marthe Gautier, comme les jeunes femmes scientifiques de l’époque, aurait été victime d’un machisme mandarinal de la part de Lejeune. L’argument est ridicule puisque Lejeune était le cadet de Marthe Gautier et qu’il n’était pas le chef de service.

    SOMMAIRE 
    I. Résumé – Principaux points de la controverse

    II. Questions/Réponse
    A. Qui a découvert la cause de la trisomie 21 en fin de compte ?
    B. Marthe Gautier a-t-elle, comme elle l’affirme, été la 1ère à compter 47 chromosomes ?
    C. Est-ce que Lejeune a « séquestré » les préparations de Gautier ? Et donc volé la découverte à Gautier ?
    D. Est-ce que Marthe Gautier, comme elle l’affirme, ne connaissait pas Lejeune avant la découverte ? Travaillait-elle seule ? Les rapports entre les membres de l’équipe étaient-ils distants ou tendus ?
    E. Lejeune n’était-il qu’un simple stagiaire à l’époque, et inférieur en hiérarchie à Marthe Gautier ? Est-ce que Gautier a le rôle moteur dans la découverte qu’elle décrit ?
    F. Est-ce que Lejeune est ce personnage à la carrière « jusque-là peu brillante » et opportuniste que Marthe Gautier décrit ? Est-ce qu’il a publié « en toute hâte » le premier article sur la découverte pour doubler les autres équipes de recherche internationale ?
    G. Lejeune s’est-il attribué la découverte ? A-t-il reçu tous les honneurs par la suite pour son rôle dans cette découverte, et notamment le prix Kennedy sans en partager la récompense ?
    H. Pourquoi cette polémique arrive-t-elle maintenant ?

    III. Réponse de la Fondation à l’avis du comité d’éthique de l’INSERM (septembre 2014)
    IV. Focus : La technique ne fait pas la découverte
    V. Mythes et réalité : la véritable chronologie

  • Solennité du Sacré-Coeur de Jésus

    IMPRIMER

    Solennité du Sacré-Cœur de Jésus (Source : Evangile au Quotidien)

    Le Christ révèle à sainte Marguerite-Marie Alacoque, le 27 décembre 1673, que « Mon divin Cœur est si passionné d'amour pour les hommes, et pour toi en particulier que, ne pouvant plus contenir en lui-même les flammes de son ardente charité, il faut qu'il les répande par ton moyen, et qu'il se manifeste à eux pour les enrichir de ses précieux trésors que je te découvre... »

    En juin 1675, Il s'adresse à elle en ces termes : « Voilà ce Cœur qui a tant aimé les hommes, qu'il n'a rien épargné, jusqu'à s'épuiser et se consommer, pour leur témoigner son amour. 

    Je te demande que le premier vendredi d'après l'octave du Saint-Sacrement soit dédié à une fête particulière pour honorer mon Cœur, en communiant ce jour là, et en lui faisant réparation d'honneur par une amende honorable, pour réparer les indignités qu'il a reçues pendant le temps qu'il a été exposé sur les autels.

    Je te promets aussi que mon Cœur se dilatera, pour répandre avec abondance les influences de son divin amour sur ceux qui lui rendront cet honneur, et qui procureront qu'il lui soit rendu... 

    Fais savoir au fils ainé de mon Sacré-Cœur (le roi Louis XIV) que, comme sa naissance temporelle a été obtenue par la dévotion aux mérites de ma sainte enfance, de même il obtiendra sa naissance de gloire éternelle par sa consécration à mon Cœur adorable. Mon Cœur veut régner dans son palais, être peint sur ses étendards et gravé dans ses armes pour les rendre victorieuses de tous ses ennemis et de tous ceux de la sainte Église.

    Mon Père veut se servir du roi pour l'exécution de son dessein, qui est la construction d'un édifice public où serait placé le tableau de mon Cœur pour y recevoir les hommages de toute la France ».

    Il faudra attendre 1870 : la guerre éclate entre la France et l'Allemagne ; la défaite militaire française ne tarde pas, suivie de l'occupation d'une partie du pays par les troupes allemandes. Alexandre Legentil, député sous Louis-Philippe, et son beau-frère, Hubert Rohault de Fleury, font vœu de construire une église consacrée au Cœur du Christ, en réparation et pénitence pour les fautes commises par les Français : « Pour faire amende honorable de nos péchés et obtenir de l'infinie miséricorde du Sacré-Cœur de Notre Seigneur Jésus-Christ le pardon de nos fautes, ainsi que les secours extraordinaires qui peuvent seuls délivrer le Souverain Pontife de sa captivité et faire cesser les malheurs de la France, nous promettons de contribuer à l'érection, à Paris, d'un sanctuaire dédié au Sacré-Cœur de Jésus. » Pendant la première guerre mondiale, en réponse à la demande adressée par sainte Marguerite Marie, en 1675, plus de douze millions de drapeaux et fanions français ornés du Sacré Cœur de Jésus furent portés par les soldats, les régiments, etc. En 1917, la République a interdit la consécration individuelle des soldats au Sacré Cœur et le port du Sacré Cœur. Dans une lettre aux pèlerins de Paray, en 1999, saint Jean Paul II « invite tous les fidèles à poursuivre avec piété leur dévotion au culte du Sacré-Cœur de Jésus, en l'adaptant à notre temps, pour qu'ils ne cessent d'accueillir ses insondables richesses, qu'ils y répondent avec joie en aimant Dieu et leurs frères, trouvant ainsi la paix, entrant dans une démarche de réconciliation et affermissant leur espérance de vivre un jour en plénitude auprès de Dieu, dans la compagnie de tous les saints. »

    Neuvaine au Cœur Sacré de Jésus

    Padre Pio disait chaque jour cette neuvaine pour tous ceux qui se recommandaient à ses prières :

    I - Ô Jésus, qui avez dit : « En vérité, je vous le dis, demandez et vous recevrez, cherchez et vous trouverez, frappez et l'on vous ouvrira ! » voici que je frappe, je cherche et je demande la grâce... 

    Pater, Ave, Gloria

    Cœur Sacré de Jésus, j'ai confiance et j'espère en vous.

    II - Ô Jésus, qui avez dit : « En vérité, je vous le dis, tout ce que vous demanderez à mon Père en mon Nom, il vous l'accordera ! » voici qu'en votre Nom je demande la grâce...

    Pater, Ave, Gloria

    Cœur Sacré de Jésus, j'ai confiance et j'espère en vous.

    III - Ô Jésus, qui avez dit : « En vérité, je vous le dis, le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point ! » voici qu'en m'appuyant sur l'infaillibilité de vos saintes paroles je demande la grâce...

    Pater, Ave, Gloria

    Cœur Sacré de Jésus, j'ai confiance et j'espère en vous.

    Prière - Ô Cœur Sacré de Jésus, à qui il est impossible de ne pas avoir compassion des malheureux, ayez pitié de nous, pauvres pécheurs, et accordez-nous la grâce que nous vous demandons, par l'intercession du Cœur Immaculé de Marie, notre tendre Mère.

    Saint Joseph, père adoptif du Sacré-Cœur de Jésus, priez pour nous.

    Salve Regina

    Pour un approfondissement : >>> La dévotion au Sacré-Cœur

  • Le Christ comme modèle de prière

    IMPRIMER

    audience-2juin2021.pngLe Pape poursuit ses enseignements sur la prière en nous donnant le meilleur modèle possible : Jésus en tant qu’homme. Commentaire de l’allocution lors de l’Audience générale du 2 juin 2021 . Lu sur le site web du bimensuel « L’Homme Nouveau »:

    « Les Évangiles nous présentent souvent et de manière saisissante Jésus en prière. Quand nous songeons à la prière de Jésus, c’est comme si nous quittions un moment la terre, en nous laissant entraîner vers les hauteurs où tout est divin, tout est pur. Certes, cette prière du Dieu fait homme est pour nous un mystère, une réalité devant laquelle nous ne pouvons que balbutier, cherchant des mots pour dire l’ineffable. Mais en même temps, puisque c’était la prière du Fils de l’homme qui était absolument comme nous hormis le péché, nous pouvons essayer de la contempler, à notre modeste mesure, comme l’homme qui cherche un trésor caché dans un champ. C’est ce qu’essaie de faire le Pape dans cette allocution. Le trésor que nous espérons trouver dans ce champ, c’est la beauté de la prière de Jésus qui fera naître en nous l’amour et le goût pour notre propre prière. Si Jésus est le modèle, il est aussi le maître qui possède toute la science nécessaire pour nous guider au bon port. Il nous apprend à prier, en nous indiquant la manière de prier et en nous en donnant les mots. Regardons donc Jésus prier, de son enfance à sa mort, et même jusque dans le Ciel, où il est l’éternel priant intercédant sans cesse pour nous tous.

    D’abord, Jésus pria toute sa vie. Pour choisir ses Apôtres, il passa la nuit en prière. Il pria pour ses amis, pour tous les siens. Il pria pour Pierre afin que sa foi ne défaille pas. Il pria même pour Judas qui devait le trahir. Sa prière était d’abord une relation intime avec son Père, le Père des miséricordes. Jésus qui est l’incarnation de la miséricorde priait spécialement quand il ressentait non seulement une souffrance ou une angoisse (pensons à Gethsémani), mais aussi quand il se trouvait face à la faiblesse et à la misère humaine. Retenons cette leçon. Même si nous avons grandement péché, Jésus prie pour nous et il nous attend au confessionnal qui est le tribunal de la miséricorde. Jésus miséricordieux ne cessera jamais de prier pour nous. Ses plaies restent inscrites dans son corps glorieux et ouvertes pour que nous puissions laver nos souillures dans son sang. À tout instant Jésus prie pour chacun de nous. Il faut s’en souvenir dans les temps de crises ou de tentations. C’est particulièrement saint Luc qui insiste sur la prière de Jésus qui scande toutes ses étapes décisives dans sa grande marche vers Jérusalem.

    Ensuite, Jésus ne prie pas en passant, mais toujours intensément et de façon prolongée. Cette prière en outre devient de plus en plus intense à mesure que la Passion approche. Nouvelle leçon à retenir ! Car la Croix est toujours une pierre d’achoppement. Plus le chemin vers l’éternité monte, plus nous devons prier pour trouver lumière et force. À ce titre l’épisode de la Transfiguration demeure très significatif. Le texte sacré nous dit que : « Prenant avec lui Pierre, Jean et Jacques, il gravit la montagne pour prier ». Et c’est lorsque Jésus prie ainsi qu’il se transfigure, son visage et tout son être s’illuminant de façon extraordinaire. Et tout de suite après il annonça sa Passion. Jésus est donc bien notre modèle dans la prière et nous devons l’écouter car cet éternel priant est le Fils adorable du Père. Mais pour aller à Jésus priant, nous devons passer par Marie. Notre prière balbutiera moins, sera moins timide, si nous nous confions à notre maman du Ciel, qui nous donnera par une prière renouvelée des ailes pour atteindre le port du salut. « Sainte Marie priez pour nous pauvres pécheurs… »

    Ref. Le Christ comme modèle de prière

    Rien ne vaut la simplicité du cœur pour purifier l’âme des pécheurs

    JPSC

  • Le pape refuse la démission du cardinal Marx

    IMPRIMER

    Après la fausse démission de Marx, y aura-t-il la vraie démission -forcée- du cardinal Rainer Woelki, archevêque de Cologne, ce qui serait le but de la manoeuvre ? (voir ICI)

    De Vatican News :

    Le Pape François refuse la démission du cardinal Marx

    Le Saint-Père a adressé ce jeudi 10 juin une lettre au cardinal Marx, archevêque de Munich et Freising, qui lui avait envoyé une lettre de démission rendue publique le 4 juin dernier. Revenant sur la situation de l'Église catholique d’Allemagne face aux abus sur mineurs, le Pape écrit: «Merci pour ton courage chrétien qui n'a pas peur de s'humilier devant la terrible réalité du péché. Prendre en charge la crise, personnellement et communautairement, est la seule voie fructueuse».

    «Si tu es tenté de penser qu'en te confirmant dans ta mission et en n'acceptant pas ta démission, cet évêque de Rome (ton frère qui t'aime) ne te comprend pas, pense à ce que Pierre a ressenti devant le Seigneur quand, à sa manière, il présenta sa démission: «Éloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pécheur» et qu'il écouta la réponse: «Pais mes brebis»». Telle est la conclusion de la lettre par laquelle le Pape François rejette la démission présentée par le cardinal-archevêque de Munich et Freising, Reinhard Marx, qui avait écrit le 21 mai dernier une lettre - publiée seulement le 4 juin - expliquant les raisons de son geste. Le cardinal Marx avait demandé au Saint-Père de pouvoir quitter la direction du diocèse allemand en raison du scandale des abus en Allemagne et de la réponse qu'il jugeait insuffisante de l'épiscopat.

    Une analyse partagée concernant la crise des abus

    Le Pape approuve la description de la crise proposée par le prélat allemand dans sa lettre de démission: «Je suis d'accord avec toi concernant la description de la triste histoire des abus sexuels et de la façon dont l'Église y a fait face jusqu'à récemment. Se rendre compte de cette hypocrisie dans notre façon de vivre notre foi est une grâce, c'est un premier pas que nous devons faire. Nous devons nous approprier l'histoire, à la fois personnellement et en tant que communauté. Nous ne pouvons pas rester indifférents face à ce crime. Accepter, signifie se mettre en crise».

    Il est vrai, ajoute François, «que les situations historiques doivent être interprétées avec l'herméneutique de l'époque où elles se sont produites, mais cela ne nous dispense pas de les assumer et de les assumer comme l'histoire du "péché qui nous assiège". C'est pourquoi, à mon avis, chaque évêque de l'Église doit l'assumer et se demander: que dois-je faire face à cette catastrophe ?»

    Le Successeur de Pierre rappelle le mea culpa déjà exprimé de nombreuses fois «face à tant d'erreurs historiques du passé». Aujourd'hui, explique-t-il, «on nous demande une réforme qui - dans ce cas - ne consiste pas en des mots mais en des comportements qui ont le courage d'affronter la crise, d'assumer la réalité, quelles qu'en soient les conséquences. Et toute réforme commence par soi-même. La réforme dans l'Église a été faite par des hommes et des femmes qui n'ont pas eu peur d'entrer en crise et de se laisser réformer par le Seigneur».

    Il s’agit de la seule voie possible, estime l'évêque de Rome, «sinon nous ne serions que des «idéologues de la réforme» qui ne mettent pas en jeu leur propre chair», comme l'a fait Jésus, qui l'a montré «avec sa vie, avec son histoire, avec sa chair sur la croix». Et cela, reconnaît François, c’est la manière «que tu as toi-même assumée, cher frère, en présentant ta renonciation», car «enterrer le passé ne mène nulle part. Le silence, les omissions, le fait de donner trop de poids au prestige des institutions ne conduisent qu'à un échec personnel et historique».

    Se laisser conduire par l'Esprit

    Le Pape estime qu'il est «urgent» de laisser «l'Esprit nous conduire au désert de la désolation, à la croix et à la résurrection. C'est le chemin de l'Esprit que nous devons suivre, et le point de départ en est l'humble confession: nous nous sommes trompés, nous avons péché. Ni les sondages ni le pouvoir des institutions ne nous sauveront. Nous ne serons pas sauvés par le prestige de notre Église, qui a tendance à cacher ses péchés; nous ne serons pas sauvés par le pouvoir de l'argent ou l'opinion des médias (nous sommes si souvent trop dépendants d'eux). Nous serons sauvés en ouvrant la porte à Celui qui peut le faire, et en confessant notre nudité: "J'ai péché", "nous avons péché" ..... et en pleurant, et en balbutiant de notre mieux cet 'éloigne-toi de moi, car je suis un pécheur', l'héritage que le premier pape a laissé aux papes et aux évêques de l'Église», écrit le Souverain Pontife.

    Ce faisant, explique le Pape, «nous ressentirons cette honte qui guérit et ouvre les portes à la compassion et à la tendresse du Seigneur qui est toujours proche de nous». François explique ensuite apprécier la fin de la lettre du cardinal Marx, et sa disponibilité pour continuer volontiers «à être prêtre et évêque de cette Église», en s'engageant dans un renouveau spirituel.

    «Et voici ma réponse, cher frère», conclut le Pape. «Continue comme tu le proposes, mais en tant qu'archevêque de Munich et Freising». Il rappelle que l'évêque de Rome, successeur de l’apôtre Pierre qui avait dit à Jésus «Éloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pécheur» peut bien le comprendre, et l’invite donc à écouter la réponse du Christ: «Pais mes brebis».  

  • La place de l’homme dans la nature : la réponse d'Alain de Benoist aux antispécistes

    IMPRIMER

    De gènéthique.org :

    La place de l’homme dans la nature. Réponse aux antispécistes – Alain de Benoist

    9 Juin 2021

    L’irruption des antispécistes dans l’actualité a au moins le mérite de nous inciter à renouveler notre réflexion sur la place de l’homme dans la nature, et plus particulièrement dans le monde des êtres vivants. En réalité, cette question n’est pas nouvelle : les « philosophes » des « Lumières » récusaient déjà la notion de nature humaine spécifique, prétendant avec Voltaire notamment, qu’entre l’huître et l’homme il n’existe pas de différence de nature, mais seulement de degré.

    Les élucubrations des antispécistes, qui prétendent attribuer aux animaux le statut de personnes, sont donc des avatars des déclarations de Diderot, Helvétius, d’Holbach, d’Alembert et consorts ; mais ils tirent des conséquences extrêmes de leurs postulats en attribuant nombre de caractères anthropomorphiques aux animaux tels que leur niveau de conscience et d’aptitude à la communication et à la vie en société,  leur prétendu rapport au temps, à  leur « histoire », etc…Et de revendiquer pour eux des droits, rattachés ou au moins semblables aux «Droits de l’Homme » !

    Dans cet ouvrage court, mais très dense, fourmillant de références philosophiques, Alain de Benoist nous propose de revenir avec le plus de rigueur possible au bon sens, en revenant à des questions un peu oubliées : quelle est notre part d’animalité ? Disposons-nous d’une nature humaine spécifique qui nous distingue des animaux ? Quels sont les rapports entre nature et culture ?

    Pour Alain de Benoist, il n’est pas question de nier notre part d’animalité, ni de récuser la puissance du fait biologique dans notre « étant », mais il se livre à une comparaison éclairante ; il constate que l’animal est un être « achevé », en ce sens qu’il est pleinement conforme et adapté à une place irrévocablement déterminée dans la nature : il possède tout ce qu’il lui est nécessaire pour cela : mâchoire puissante, pelage ou fourrure, flair, nageoires…En face et en revanche, l’homme apparaît comme un être « en manque » : ses sens, ses forces, et jusqu’à sa physiologie le rendent faible et vulnérable dans un environnement hostile ; pour survivre, puis prospérer, il lui a fallu se vêtir, fabriquer des armes et des outils, communiquer avec autrui, organiser sa vie en société ; c’est cette plasticité qui lui a permis de s’adapter à tous les climats et de « coloniser » la terre entière ; c’est cette ressource inventive que l’auteur appelle « l’esprit », qui le distingue de l’animal, lui permet de conjurer ses faiblesses et d’amasser les éléments qui finissent par constituer une culture.

    Ces lignes ne donnent qu’un aperçu bien parcellaire de cet ouvrage foisonnant de réflexion, de nuances, et de perspectives. Sa lecture, quoique parfois un peu ardue à cause de la complexité du sujet, est un salutaire exercice d’approfondissement de notre condition d’homme, animal exalté par l’esprit.

    Editions: La Nouvelle Librairie

    Nombre de pages: 178

    Date de parution: Décembre 2020

  • Hongrie : le pape rencontrera bien Viktor Orban

    IMPRIMER

    Une information qui dément celles auxquelles nous avions fait écho :

    De KathNet :

    Le pape François rencontrera le Premier ministre Orbán !

    9 juin 2021

    Communiqué de presse intégral de la Conférence épiscopale hongroise : Une rencontre avec les dirigeants hongrois, dont le Premier ministre Orbán, est prévue avant la messe papale.

    Le pape François devrait arriver en Hongrie le 12 septembre 2021 pour la messe de clôture du 52e Congrès eucharistique international. Une réunion séparée avec les dirigeants hongrois, le président János Áder, le Premier ministre Viktor Orbán, des membres du gouvernement et d'autres responsables de haut rang est prévue avant la célébration.

    Nous trouvons regrettable que de fausses informations et des interprétations erronées du programme du Saint-Père, qui est toujours en cours d'élaboration en Hongrie, se soient répandues dans les médias locaux et internationaux. Par exemple, la rumeur selon laquelle le Saint-Père a exclu quelqu'un de son programme n'est pas vraie.

    Budapest, le 9 juin 2021

  • Zélés, généreux, virils : ce que le cardinal Sarah veut dire aux prêtres

    IMPRIMER

    D'Andrea Zambrano sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Zélés, généreux, virils : ce que Sarah veut dire aux prêtres

    10-06-2021

    Il ne délègue pas sa formation aux réseaux sociaux, il ne paresse pas au lit jusqu'à 11 heures du matin, il fait de bonnes lectures, il augmente sa foi, il s'intéresse au destin éternel de ses enfants, il défend avec virilité son épouse, l'Église, contre les attaques, il ne se laisse pas utiliser comme une marionnette dans les talk-shows, il conserve la liturgie et ne l'invente pas parce qu'il sait que sa tâche est de reproduire la liturgie qui existe au Ciel et il s'appelle "don" parce qu'il exerce une responsabilité. Et de temps en temps, il vide son compte en banque pour faire l'expérience de la Providence, aider les pauvres et se sentir en famille tous les 27 du mois. L'identikit du vrai prêtre selon le Cardinal Sarah. Son dernier livre, "Au service de la vérité", sort aujourd'hui. 

    Que doit avoir un prêtre pour être vraiment un homme de Dieu ? La question n'est pas anodine, car nous vivons des temps de crise profonde du sacerdoce, pris entre le risque du fonctionnalisme et les tentations du monde. Selon le cardinal Robert Sarah, le zèle pour les âmes ne peut faire défaut à une personne consacrée. Qu'est-ce que le zèle ? C'est le préfet émérite du culte divin lui-même qui l'a expliqué lors des exercices spirituels de la fraternité sacerdotale Summorum Pontificum qui se sont tenus en février 2020, peu avant que le verrouillage ne perturbe la vie des prêtres : " Le zèle, c'est l'intérêt. Une personne est aussi zélée que quelqu'un ou quelque chose l'intéresse vraiment. Le zèle pour les âmes est donc l'intérêt que le pasteur doit porter au salut éternel des brebis confiées à ses soins."

    Avec un tel critère, il suffirait d'esquisser son pasteur ou son confesseur : cet homme s'intéresse-t-il vraiment à moi et à mon salut éternel ?

    Les mots de Sarah aux prêtres de l'amitié SP sont devenus un livre qui sort aujourd'hui chez Fede & Cultura. Au service de la vérité. Sacerdoce et vie ascétique, tel est le titre du livre qui recueille les méditations réalisées par l'ancien préfet à la sodalité sacerdotale qui a édité, par l'intermédiaire du Père Vincenzo Nuara, l'introduction. (ICI pour commander)

    C'est un livre sur le sacerdoce, ou plutôt, un guide sur le sacerdoce. Destiné aux prêtres, mais convenant également aux laïcs, afin qu'ils sachent reconnaître si quelque chose manque à leurs prêtres, ou quel aspect ils aimeraient voir mieux développé chez eux. Ou même les aider à se frayer un chemin à travers ce qui pourrait être les tentations modernes des curés.

    Sarah en énumère quelques-uns avec perspicacité et connaissance du sujet : il y a tout d'abord l'éducation reçue car "souvent les prêtres n'ont pas reçu une solide éducation humaine, affective et religieuse dans la famille, ils n'ont pas été éduqués dans la foi ou dans la valeur du renoncement et du sacrifice et cela se répercute souvent dans de nombreux aspects du ministère".

    Lire la suite

  • Les médias du Vatican : une « montagne accouchant d'une souris » d'après le pape

    IMPRIMER

    De Loup Besmond de Senneville (envoyé spécial permanent à Rome) sur le site du journal La Croix :

    Vatican : la communication du pape François sous haute tension

    Enquête 

    Les propos chocs de François adressés aux employés en charge de la communication du Vatican, il y a deux semaines, ont mis au jour les différences de conception de l’appareil en charge de diffuser l’action du pape et du Saint-Siège.

    8/06/2021

    Les salariés de la communication vaticane se souviendront longtemps de cette visite du lundi 24 mai, qu’ils attendaient depuis le début du pontificat de François dans leurs bureaux romains du Palazzo Pio. Et de la douche froide ressentie en entendant ce jour-là le pape comparer la « belle organisation » des médias du Vatican– dont Radio Vatican, L’Osservatore Romano et le portail en ligne Vatican News – à une « montagne donnant naissance à une souris » en proie à une bureaucratie excessive.

    Le choc a d’ailleurs été si fort que deux des principaux responsables du dicastère de la communication, Paolo Ruffini et Andrea Tornielli, ont songé dans les heures qui ont suivi à remettre leur démission. Avant de finalement y renoncer.

    → A LIRE. Les propos chocs du pape François en visite à Radio Vatican

    Mais bien au-delà des questions de personnes, cette crise révèle des tensions de fond sur le mode de communication choisi par le Saint-Siège à travers son dicastère réformé. Première raison d’un malaise ressenti par certains : la personnalité du pape et ses choix.

    Car François n’entend pas se limiter à son administration pour faire connaître son action. Quand il ne la court-circuite pas. Ce fut le cas plusieurs fois ces derniers mois, lorsqu’il donna plusieurs entretiens à des journalistes italiens, sans en aviser les responsables du dicastère.

    Manque de stratégie

    Comme ce samedi matin 2 janvier, lorsque la Gazzetta dello Sport, l’un des quotidiens sportifs les plus lus en Italie, publia un grand entretien avec le pape François. « Au petit matin, on a vu l’un des chefs courir au kiosque chercher le journal », se souvient l’un des journalistes de Vatican News. Il n’en faut pas beaucoup plus pour alimenter les soupçons de crise de confiance du pape envers ses services.

    « Le pape ne veut pas recourir à l’institution, car il y voit une restriction de sa liberté, reconnaît l’un des responsables de la communication vaticane. En réalité, il ne semble pas vouloir se laisser aider, hormis par un cercle très restreint de conseillers proches de lui, mais qui ne sont pas les chefs du dicastère. » Mais la même source, qui travaille à Rome depuis des années, déplore aussi que la machinerie vaticane ne soit pas organisée pour relayer correctement les messages du pape, qui martèle pourtant les mêmes priorités depuis le début de son pontificat, comme l’attention aux pauvres, les migrants ou l’écologie.

    → À LIRE. Radio Vatican, 90 ans d’information vue du Saint-Siège

    « Nous sommes organisés pour réagir, mais jamais pour anticiper, explique la même personne. Personne ne semble penser qu’il faudrait construire une stratégie autour des priorités du pape. » Elle pointe aussi du doigt les lourdeurs de l’appareil. « Si le pape fait une annonce imprévue depuis la fenêtre de la place Saint-Pierre, à l’angélus du dimanche, il faut attendre l’accord de la Secrétairerie d’État pour pouvoir retransmettre la phrase sur Twitter… »

    Lire la suite

  • "Cancel culture" : même Obama en a marre des excès du "politiquement correct"

    IMPRIMER

    De   sur le site du Figaro :

    «Cancel culture» : même Obama en a marre

    Dans une interview à CNN diffusée lundi, l'ancien président américain a fustigé le manichéisme de la génération «woke» et de la «cancel culture».

    Donnant d'abord des gages aux militants antiracistes en estimant que l'histoire de la ségrégation «persiste et continue», l'ancien président n'a ensuite pas mâché ses mots, évoquant les «dangers» de la mode qui consiste selon lui «à condamner les gens en permanence», expliquant qu'il s'en rend compte à travers l'expérience de ses propres filles, Malia et Sasha, qui vivent cela de l'intérieur sur les campus d'université. «Elles se rendent bien compte que cela va trop loin», commente-t-il encore, ajoutant que «l'on ne peut pas exiger des gens qu'ils se montrent politiquement corrects en toutes circonstances». Il a ensuite distingué la lutte contre les discriminations, nécessaire selon lui, de la victimisation permanente par l'entremise notamment des réseaux sociaux.

    Barack Obama avait également plaidé par le passé déjà contre la vision manichéenne des interactions sociales prônée par le mouvement «woke», expliquant lors d'un sommet à Chicago que «le monde est complexe, ambigu» et s'était délibérément moqué des gens qui «tweetent ou lancent un hashtag pour dénoncer l'emploi d'un verbe inadapté dans une phrase, puis se rasseyent et se sentent fiers d'eux».

    À VOIR AUSSI – Peut-on arrêter la cancel culture à l'université?

  • Le bienheureux Edouard Poppe (10 juin)

    IMPRIMER

    De Dom Antoine Marie, abbé de l'abbaye Saint-Joseph de Clairval (Lettre mensuelle du 15 novembre 2000 reproduite ici avec l'aimable autorisation de son auteur) :

    «N'avez-vous pas remarqué quel nimbe de lumière enveloppe les saints prêtres et illumine tout autour d'eux? Quelles transformations ils suscitent par la silencieuse prédication de leur sainte vie! Que d'imitateurs ils attirent à leur suite, les entraînant dans leur idéal sacerdotal! Puisse Jésus nous faire la grâce d'entrer en contact avec un tel prêtre!» L'auteur de ces lignes, l'abbé Édouard Poppe (1890-1924) – que le Pape Jean-Paul II a béatifié le 3 octobre 1999 –, ne se doutait pas que ses paroles allaient s'appliquer à sa propre histoire.

    Édouard Poppe est né le 18 décembre 1890, dans une famille flamande profondément catholique. Son père, Désiré, et sa mère, Josefa, habitent une modeste maison dans la petite ville de Temse, près de Gand (Belgique). Boulanger de son métier, Désiré travaille dur pour faire vivre les siens. Dans les épreuves, il a coutume de dire: «Il faut toujours être content de la volonté de Dieu». Josefa met dans son ménage une chaude affection en même temps qu'une ferme discipline. Elle assiste chaque jour à la Messe, autant qu'elle le peut, car la famille s'agrandit rapidement. Onze enfants viendront réjouir le foyer: trois mourront en bas âge, les deux garçons deviendront prêtres, cinq filles seront religieuses, une seule restera auprès de sa mère.

    Un enfant espiègle et têtu

    Dès ses premières années, Édouard manifeste un naturel aussi heureux que remuant. Mais il n'est pas un enfant facile: il bouscule tout, au risque de casser bien des choses et de se faire mal. Espiègle et têtu, il ne peut laisser ses soeurs en paix. Celles-ci prennent leur revanche lorsqu'elles le surprennent en train de se peigner devant une glace, prenant alors plaisir à le décoiffer. Édouard va volontiers à l'école, mais préfère tout de même rester à la maison où son exubérance peut plus facilement se donner libre cours. Gourmand, comme beaucoup d'enfants, Édouard s'attaque fréquemment aux friandises de la boulangerie. Cependant, on remarque en lui franchise et gaieté. À douze ans, il fait sa première Communion, puis reçoit la Confirmation. Alors, sous l'influence bienfaisante des sacrements, Édouard devient plus sérieux: farces et taquineries se raréfient.

    Au printemps 1904, M. Poppe s'ouvre à Édouard de projets d'agrandissement de son commerce; il souhaite le voir entrer en apprentissage de pâtissier. Édouard reste tout d'abord muet, car il a résolu de devenir prêtre. Il répond finalement à son père qu'il ne veut pas être boulanger. Quelques temps après, un prêtre ami exprime à M. et Mme Poppe un avis favorable sur la vocation d'Édouard. M. Poppe dit à son épouse: «Je préfère ce que Dieu veut. D'ailleurs ne soyons pas égoïstes. Dieu ne nous a pas donné nos enfants pour nous». C'est ainsi qu'à l'automne, le garçon part pour le Petit-Séminaire Saint-Nicolas à Waas.

    Le 10 janvier 1907, M. Poppe meurt d'épuisement. Édouard, qui a 16 ans, envisage de renoncer pour un temps aux études et de prendre en mains la boulangerie, mais sa mère lui dit: «Papa m'a fait promettre avant de mourir de te laisser poursuivre tes études. Je veux tenir ma promesse».

    En septembre 1910, Édouard est appelé au service militaire, dans la Compagnie universitaire, où il pourra commencer ses études de philosophie. À la caserne, on apprend bientôt son désir du sacerdoce, ce qui lui attire moqueries et provocations. La trivialité et la débauche de ses compagnons lui deviennent insupportables, un «enfer», dira-t-il. De plus, il ne peut assister à la Messe et communier en semaine. Cette privation lui coûte beaucoup. En revanche, l'expérience de la vie militaire l'éclaire sur la misère humaine, et lui sera utile lorsqu'en 1922 on lui confiera le soin des séminaristes et des religieux tenus au service militaire. Après quelques mois, il retrouve la sérénité et puise dans l'Eucharistie, qu'il peut recevoir à nouveau, la force pour transformer l'épreuve en occasion d'apostolat. Il comprend mieux maintenant la vie et les difficultés des soldats et se met au service de tous. Il constate combien les fortes têtes ont besoin d'amitié; grâce à sa gentillesse, à sa serviabilité et à sa bonne humeur, il réussit à ouvrir les coeurs et à porter les âmes à la vie spirituelle.

    Un jour, il découvre la vie de sainte Thérèse de Lisieux: «Ce livre, écrira-t-il, m'a donné plus de plaisir et de profit que n'importe quel ouvrage de philosophie; j'y ai appris des choses que des années d'étude ne m'auraient pas fait découvrir». Ce qui le charme chez la jeune Carmélite, c'est sa façon d'entendre la contemplation, qui correspond si bien à ses goûts: une prière toute simple, familière, pratique, épousant les contours de tous les événements et de toutes les occupations, faisant corps avec la vie, devenue elle-même la vie et sanctifiant tout. Ainsi disparaît le conflit entre prière et travail. Saint Louis-Marie Grignion de Montfort lui apporte le sourire maternel de Marie, mais il semble que le saint préféré de l'abbé Poppe soit saint François d'Assise, à cause de son amour pour la Croix de Jésus.

    Lire la suite