Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • Un Islam européen ?

    IMPRIMER

    D'Annie LAURENT, déléguée générale de CLARIFIER, sur la Petite Feuille Verte (n°93) :

    L’islam peut-il être européen ?

    4 octobre 2022

    La présence croissante de populations musulmanes en Europe est une réalité objective. Faut-il pour autant en tirer la conclusion que, nonobstant son origine orientale, l’islam s’est européanisé moins d’un siècle après son avènement, comme l’idée tend à se répandre dans certains milieux intellectuels et politiques, où l’on va parfois jusqu’à voir en lui un élément constitutif de la civilisation du Vieux Continent ? En voici deux exemples significatifs, même si la notoriété et l’importance des personnes citées sont bien évidemment très différentes.

    Dans un article publié sur Facebook, Samuel Touron, étudiant à Sciences Po Toulouse et président de l’association Jeunes Européens, écrivait après avoir rappelé que l’islam s’est implanté en Europe dès 711 : « L’islam n’est-il pas une religion bien plus européenne qu’on ne le pense ? […] Contrairement à une idée reçue, l’Europe n’est pas un continent aux racines uniquement chrétiennes, n’en déplaise à ceux qui, lors des débats autour d’une Constitution pour l’Europe, souhaitaient voir inscrite l’adhésion aux valeurs chrétiennes comme facteur nécessaire pour intégrer l’Union » (19 mai 2021).

    Lors de l’accession de Charles III au trône britannique, le site musulman oumma.com a cité un extrait du discours qu’il avait prononcé le 27 octobre 1993 (en sa qualité de prince héritier) dans l’enceinte du Centre d’Oxford pour les Études islamiques dont il était le mécène. « L’islam fait partie de notre passé et de notre présent, et ce dans tous les domaines de l’activité humaine. Il a contribué à la création de l’Europe moderne : il fait partie de notre propre héritage et n’est pas un élément étranger […]. Au-delà, l’islam peut nous enseigner aujourd’hui une façon de comprendre le monde, et d’y vivre, que le christianisme a malheureusement perdu. L’islam […] refuse de séparer l’Homme et la nature, la religion et la science, l’esprit et la matière : il a su préserver une vision métaphysique, unifiée, de nous-mêmes et du monde qui nous entoure » (9 septembre 2022).

    Tous deux omettent de mentionner que l’irruption musulmane en Europe dans le passé ne relevait pas d’un projet religieux assimilable par la doctrine chrétienne qu’il serait venu améliorer. De fait, le christianisme n’a rien emprunté à l’islam.

    Après l’évangélisation initiale qui suivit la Pentecôte, l’élaboration des dogmes chrétiens « fut l’œuvre de la série des grands conciles œcuméniques, et c’est à la philosophie grecque que les Pères de l’Église ont emprunté de l’outillage conceptuel », rappelle Rémi Brague (Cf. Au moyen du Moyen Âge. Philosophies médiévales en chrétienté, judaïsme et islam, éd. Flammarion, 2008, p. 21).

    Cela n’empêche pas de reconnaître tout ce que l’Europe doit aux transferts de textes savants ayant transité par l’Orient arabisé et islamisé, assure cet auteur, tout en soulignant le rôle primordial – trop oublié – des chrétiens de Bagdad au IXème siècle dans la traduction de la science et de la philosophie grecques.

    Et Brague regrette la surdétermination idéologique qui s’est emparée du sujet (Id.). « Il y a toujours plusieurs mythes orientalistes sur le marché, selon les époques. On a eu parfois tendance à minorer le rôle des Arabes, ce qui était très injuste. Aujourd’hui, le balancier est reparti dans l’autre sens et certains – non pas des savants, bien sûr, mais des hommes des médias et des politiciens – voudraient nous faire croire que l’Europe doit tout à l’Islam » (Où va l’histoire ? Entretiens avec Giulio Brotti, Salvator, 2015, p. 92-93).

    Lire la suite

  • Nier la différence des sexes et des genres?

    IMPRIMER

    Du Père Charles Delhez S.J. sur le site de la Libre :

    Doit-on nier la différence des sexes et des genres?

    Dans notre civilisation moderne, les humains intensifient leur désir de toute-puissance jusqu’à dépasser des limites. Comme nier la différence des sexes et des genres.

    Les frontières de notre vie sont sans cesse à franchir pour élargir notre horizon. Mais n’y a-t-il pas des limites à respecter ? Or le rêve des humains a toujours été de les transgresser. Dans toutes les cultures, des mythes traduisent ce désir de toute-puissance, source de malheur. Adam et Ève, dans la Bible, veulent devenir comme des dieux et de même, chez les Grecs, Prométhée.

    La difficulté est de bien distinguer les frontières et les limites. Notre civilisation moderne mondialisée peine à cet exercice, et ce pourrait être sa perte. L’illustration la plus facile est celle de notre consommation. Durant l’été, nous avons franchi la date où notre Terre commence, cette année, à vivre à crédit. Le 28 juillet était le jour du dépassement global et, en Belgique, c’était déjà le 26 mars. Il nous faut actuellement, au niveau mondial, 1,45 planète pour assurer notre mode de vie. Nous avons dépassé les limites.

    Au niveau technoscientifique, nous connaissons la même tentation. Tout ce qu'il est techniquement possible doit-il être fait ? Les Grecs parlaient de l'hybris, cette démesure qui s'enracine dans l'orgueil. C'est contre elle que les sagesses antiques et les prophètes d'aujourd'hui nous mettent en garde. On n'arrête sans doute pas le progrès, mais encore faut-il l'orienter.

    La beauté de la différence

    Une autre limite est celle de la différence des sexes et des genres. Désormais, dans certains documents officiels et même scientifiques, on ne peut plus se limiter à cocher la rubrique Monsieur ou Madame, à cause de l'évolution des idées sur l'identité de genre. Il faut en effet prendre en considération le changement possible de genre ou le refus de toute référence à l'un d'eux. Nos corps sont génétiquement déterminés, avec, pour l'immense majorité d'entre nous, une sexuation claire et nette d'un des chromosomes. La sexualité fut un pas en avant dans l'évolution. La vie ne progressait plus par scissiparité, mais par rencontre, par conjugaison des différences biologiques. Ni le genre féminin ni le genre masculin n'épuisent à eux seuls la condition humaine. Ils sont différents : ce sont des données parfaitement objectivables qu'il nous faut apprendre à habiter. Cette limite borne notre désir de toute-puissance. Avons-nous le droit de nous autodéterminer comme si n'existait pas notre réalité de base, notre corps, avec ses prolongements dans notre caractère et en partie dans notre vécu de genre ? Va-t-on aller jusqu'à rayer le genre du Code civil, comme le suggère une petite minorité ? Aymeric de Lamotte (LLB, Débats, 24 mai 22) note qu'il s'agirait d'un changement inédit dans l'histoire de l'humanité civilisée.

    "Mais où allons-nous ?" se demandaient les signataires de la page Débats de La Libre du 7 juillet. Je partage leur inquiétude. Le rôle de toute culture est de donner des repères, d'indiquer les limites constitutives de la condition humaine. Que le sexe ne soit plus un marqueur important de notre identité ne risque-t-il pas de déstructurer, à terme, nos relations sociétales ? Mon propos est ici au niveau anthropologique et non individuel. Je m'abstiendrai donc de tout jugement. Ces minorités - transgenres, binaires, méta-binaires - auront toujours droit à un accueil respectueux. Nous ne savons pas en effet les combats intimes que chacun mène pour se sentir lui-même et heureux.

    L’ultime limite

    Nous avons aussi aujourd’hui de la peine avec cette limite ultime qui symbolise toutes les autres : notre mort. Ce que l’on appelle le transhumanisme véhicule cet espoir fou de la reporter et même d’en être quitte. Or, la mort est, elle aussi, constitutive de notre humanité - à la différence de celle des dieux dans toutes les mythologies. Ne permet-elle pas de faire de notre existence un chef-d’œuvre, qui comme toute œuvre d’art, doit être clôturé ? Un sonnet ne comporte que 14 vers ! La beauté de la mort est notamment de permettre le don de notre vie pour une cause qui nous dépasse, pour une personne que l’on aime. Notre existence biologique n’est pas un absolu. Ajoutons de la vie à nos années plutôt que des années à notre vie !

  • Affaire Mortier : que dit la Cour européenne des droits de l'homme de la loi belge sur l’euthanasie ?

    IMPRIMER

    De L. Vanbellingen sur le site de l'Institut Européen de Bioéthique :

    Analyse - Affaire Mortier : que dit la Cour européenne des droits de l'homme de la loi belge sur l’euthanasie ?

    04/10/2022

    Dans un arrêt rendu ce mardi, la Cour européenne des droits de l’homme considère que la Belgique a violé le droit à la vie d’une patiente euthanasiée pour cause de dépression en 2012.

    Cette affaire Mortier c. Belgique – du nom du requérant, fils de la personne euthanasiée – constituait la première affaire dans laquelle la Cour européenne des droits de l’homme était amenée à apprécier la compatibilité d’une euthanasie déjà pratiquée avec la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH). Tom Mortier invoquait la violation du droit à la vie de sa mère, protégé par l’article 2 de la Convention, et du droit au respect de sa vie privée et familiale, protégé par l’article 8 de la Convention.

    Tout en considérant que les conditions prévues par la loi belge sur l’euthanasie ne sont pas contraires à la Convention, la Cour estime néanmoins que, s’agissant de l’euthanasie de la mère du requérant, le contrôle a posteriori était inopérant. De ce fait, les juges concluent à l’unanimité à la violation du droit à la vie par la Belgique, dans la mesure où les autorités n’ont pas pris les mesures positives qui s’imposaient pour protéger ce droit.

    La CEDH ne confère pas de droit à l’euthanasie, mais permet celle-ci sous conditions

    La Cour rappelle sa jurisprudence antérieure, en vertu de laquelle il n’existe pas de droit à mourir avec l’assistance d’un tiers ou de l’État (§ 119, voy. les arrêts Pretty c. Royaume-Uni et Lings. c. Danemark) au sens de la Convention. Réciproquement, aux yeux des juges majoritaires, le droit à la vie tel que consacré par la Convention n’interdit pas en soi la pratique de l’euthanasie (§ 138).

    Le juge Serghides, dans son opinion partiellement dissidente, se démarque de cette interprétation évolutive et considère que « si les rédacteurs de la Convention avaient voulu faire figurer l’euthanasie dans la liste des exceptions au droit à la vie, ils l’auraient incluse » dans la Convention, ce qui n’est pas le cas.

    En l’espèce, la Cour considère que la pratique de l’euthanasie telle que dépénalisée par la Belgique peut être considérée comme compatible avec la Convention, sous réserve du respect de trois conditions, à vérifier dans chaque cas (§ 141) :

     « l’existence dans le droit et la pratique internes d’un cadre législatif relatif aux actes préalables à l’euthanasie conforme aux exigences de l’article 2 de la Convention »

     « le respect du cadre législatif établi dans le cas d’espèce »

     « l’existence d’un contrôle a posteriori offrant toutes les garanties requises par l’article 2 de la Convention »

    Le cadre législatif belge est jugé conforme à la CEDH, y compris pour l’euthanasie en cas de dépression

    En premier lieu, selon les juges majoritaires, les conditions mentionnées dans la loi belge s’avèrent compatibles avec le droit à la vie. La Cour tient également compte des exigences supplémentaires prévues lorsqu’un patient demande l’euthanasie pour cause de souffrance psychique et non physique, alors que sa mort n’est pas attendue à brève échéance (§ 148-153). La Cour cite notamment le délai d’un mois requis entre la demande formelle d’euthanasie et l’acte d’euthanasie, ainsi que l’exigence relative à la consultation d’un médecin supplémentaire, indépendant tant à l’égard du patient qu’à l’égard du médecin traitant, et qui doit être compétent quant à la pathologie concernée (§ 151).

    Lire la suite

  • Saint Bruno (6 octobre)

    IMPRIMER

    girolamo_marchesi_saint_bru.png

    De Benoît XVI (6 octobre 2006) :

    La mission de saint Bruno, le saint du jour, apparaît avec clarté, elle est - pouvons-nous dire - interprétée dans la prière de ce jour qui, même si elle est assez différente dans le texte italien, nous rappelle que sa mission fut faite de silence et de contemplation. Mais silence et contemplation ont un but:  ils servent à conserver, dans la dispersion de la vie quotidienne, une union permanente avec Dieu. Tel est le but:  que dans notre âme soit toujours présente l'union avec Dieu et qu'elle transforme tout notre être.

    Silence et contemplation - une caractéristique de saint Bruno - servent à pouvoir trouver dans la dispersion de chaque jour cette union profonde, continuelle, avec Dieu. Silence et contemplation:  la belle vocation du théologien est de parler. Telle est sa mission:  dans la logorée de notre époque, et d'autres époques, dans l'inflation des paroles, rendre présentes les paroles essentielles. Dans les paroles, rendre présente la Parole, la Parole qui vient de Dieu, la Parole qui est Dieu.

    Sur le site de la Famille monastique de Bethléem :

    Qui est Bruno ?

    Bruno est né à Cologne vers 1035.

    REIMS

    Dès ses jeunes années, il quitte la Germanie pour entreprendre des études à l’école cathédrale de Reims, la plus réputée à son époque en Europe.
    Vers l’âge de vingt ans, il devient membre du chapitre des chanoines séculiers qui suivent la règle de saint Augustin en étant rattachés à la cathédrale de Reims. De l’initiateur de la vie canoniale qu’est Augustin, le chanoine Bruno reçoit non seulement la pensée mais aussi sa sagesse de vie tout évangélique, ecclésiale, théologique, liturgique, fraternelle, qu’il a instaurée et léguée comme charisme à l’Église.
    A cette même période, Bruno est maître en théologie et lui, l’humble chanoine, dirige l’école cathédrale de Reims où il exerce une grande influence et dont il devient l’écolâtre renommé. Homme de Lumière il sait puiser dans les sources variées de la Tradition vivante de l’Église. Chercheur de la Vérité, qu’il transmet dans son enseignement pendant de longues années, Bruno ne s’arrête pas dans sa course vers la Lumière. Il est l’homme selon Dieu, parce qu’il est par-dessus les choses du monde, attaché à Celui qui a fait le monde. Ce n’était pas seulement son érudition, la profondeur de sa science, la sûreté de sa pensée, qui attiraient la jeunesse de l’école de Reims vers Bruno. C’était son rayonnement spirituel. Unifié en son intelligence et en son cœur, Bruno a cette science qui se tourne à aimer. Toute cette science, ce succès, cette gloire, s’allient en Bruno avec une grande bonté dont il rayonne, si bien que « Bonus » deviendra, après sa mort, son surnom. Sa riche personnalité pourrait se résumer dans ce témoignage du légat Hugues de Die :Maître Bruno est maître en tout ce qui honore l’homme dans l’homme.

    Voici qu’un jour il se trouve dans un jardin avec deux amis, Raoul le Verd et Foulcoie le Borgne. Bruno reçoit la grâce de brûler d’Amour divin d’une manière nouvelle. A la fin de sa vie, il rappelle à son ami Raoul cette rencontre : « Tu te souviens du jour où nous étions tous les deux dans le jardin d’Adam, avec un troisième ami, Foulcoie. Notre conversation avait évoqué les plaisirs de la vie qui trompent l’homme, les richesses de ce monde qui sont périssables, et enfin, la joie de la gloire de Dieu qui n’a pas de fin. Soudain, tu te souviens ? Brûlants d’Amour divin, nous avons promis, nous avons fait vœu, nous avons décidé de quitter prochainement les ombres fugitives du monde, afin de nous mettre en quête des biens éternels en recevant l’habit monastique. »

    Lire la suite

  • Saint Bruno, fondateur des chartreux

    IMPRIMER

    SAINT BRUNO - Fondateur de l'Ordre des Chartreux - (1035-1101)

            « À la louange de la gloire de Dieu, Le Christ, Verbe du Père, depuis toujours a choisi par l'Esprit Saint des hommes pour les mener en solitude et se les unir dans un amour intime. Répondant à cet appel, maître Bruno, l'an du Seigneur 1084, entra avec six compagnons au désert de Chartreuse et s'y établit. » Statuts I.1 de l'ordre des Chartreux.

             Né à Cologne vers 1030 Bruno vient de bonne heure étudier à l'école cathédrale de Reims. Promu docteur, Chanoine du Chapitre cathédral, il est nommé en 1056 écolâtre, c'est-à-dire Recteur de l'Université. Il fut un des maîtres les plus remarquables de son temps : « ...un homme prudent, à la parole profonde. »

             Il se trouve de moins en moins à l'aise dans une cité où les motifs de scandale ne font pas défaut du côté du haut clergé et de l'Évêque lui-même. Après avoir lutté, non sans succès, contre ces désordres, Bruno ressent le désir d'une vie plus totalement donnée à Dieu seul.

    Lire la suite

  • Marche pour la vie à Salzbourg; le plus fondamental des droits de l'homme est le droit à la vie

    IMPRIMER

    Lu sur kath.net/news :

    Marche pour la vie à Salzbourg -Le plus fondamental des droits de l'homme est le droit à la vie.

    5 octobre 2022

    Salzbourg (kath.net/pm) La "Jeunesse pour la vie" ne se lasse pas de descendre dans la rue pour défendre le droit humain le plus fondamental : Le droit à la vie de chaque être humain. Après sa traditionnelle action estivale, le Pro Life Tour et le lancement des "40 jours pour la vie" à Vienne, elle a mobilisé environ 300 manifestants samedi dernier, le 1er octobre, à Salzbourg.

    La marche a débuté par la célébration de la sainte messe à l'église catholique grecque ukrainienne de St. Markus. Le Dr Manfred Müller, qui est notamment l'auteur du livre "Mehr Licht - Heilung nach Wunden einer Abtreibung" et membre du comité directeur des "Prêtres pour la vie", a célébré avec les participants à la marche. "Le premier et le plus fondamental de tous les droits est le droit inviolable à la vie de tout être humain innocent". C'est en ces termes que Müller a cité l'encyclique Evangelium vitae du pape Jean-Paul II.

    Aujourd'hui, le plus grand destructeur de la paix est le cri de l'enfant innocent qui n'est pas encore né.

    A la fin de la sainte messe, une jeune femme s'est avancée : Myroslava Mashkarynets, porte-parole de la "Jeunesse pour la vie". Cette Autrichienne d'origine ukrainienne a souligné qu'elle était très touchée de célébrer la messe de la Marche pour la vie précisément dans l'église ukrainienne gréco-catholique. Depuis le début de la guerre, elle travaille en étroite collaboration avec des réfugiés et craint également pour les membres de sa famille vivant en Ukraine. Sans vouloir minimiser la souffrance des personnes vivant dans la guerre, elle a souligné qu'il existe également une souffrance indicible en Autriche. Elle a lu une citation tirée du discours de Mère Theresa pour le prix Nobel de la paix :

    "Le plus grand destructeur de la paix aujourd'hui est le cri de l'enfant innocent à naître. Si une mère peut assassiner son propre enfant dans son propre sein, quel pire crime y a-t-il que de s'entretuer ? ? Mais aujourd'hui, des millions d'enfants à naître sont tués, et nous ne disons rien. ? Pour moi, les nations qui ont légalisé l'avortement sont les pays les plus pauvres. Ils ont peur des petits, ils ont peur de l'enfant à naître".

    Mashkarynets a appelé à la solidarité, non seulement avec les personnes frappées par la guerre, mais aussi avec les enfants à naître, leurs parents et leurs familles.

    Anna a ouvert notre cœur à l'amour

    Malgré la pluie battante, les quelque 300 participants à la marche ont répandu une véritable joie de vivre dans les rues du centre-ville de Salzbourg avec des pancartes colorées portant des inscriptions telles que "Droits de l'homme avant et après la naissance", "Aime-les tous les deux" et "Souris s'il te plaît, ta mère a choisi de t'aimer". Un jeune homme, qui a lui-même été confronté involontairement au thème de l'avortement, a livré un témoignage touchant. Lui et sa femme avaient décidé de donner la vie à leur enfant Anna, atteinte de trisomie 13, contre l'avis des médecins.

    "Que l'enfant soit avorté, c'est votre femme qui décide !", se souvient le père en évoquant les paroles douloureuses et insensibles du médecin. "Votre enfant ne survivra pas à la 30e semaine de grossesse et 90% des femmes mettraient fin à leur grossesse si elles étaient à votre place", ajoutait-on. Contre le pronostic des médecins, Anna était une battante qui a dépassé toutes les attentes et a survécu à la grossesse et à l'accouchement.  Les parents ont pu passer encore près d'un an avec leur enfant bien-aimée avant qu'elle ne s'endorme paisiblement. "J'aimerais encourager tous les parents confrontés à un pronostic similaire. Choisissez la vie. Notre Anna a appris à nous aimer inconditionnellement", a déclaré le jeune père.

    Pleins d'espoir, de couleurs et de vie - par cette attitude, les participants à la marche veulent encourager et montrer aux femmes et aux hommes en conflit avec leur grossesse : Tu n'es pas seul ! Il y a toujours des alternatives à l'avortement !

    Le courage de tenir un discours public dans notre société fait défaut !

    En Autriche, l'avortement est dépénalisé jusqu'à la douzième semaine de grossesse. Après la douzième semaine de grossesse, les bébés peuvent être avortés jusqu'au début des contractions de l'accouchement, si l'on soupçonne par exemple un handicap. Dans les débats publics, le sujet est souvent abordé de manière subjective, en raison de l'absence de statistiques objectives et de recherches sur les motifs de l'avortement en Autriche. En outre, on ne sait pas ce qu'il advient des restes des embryons.

    Les associations de protection de la vie, comme la "Jeunesse pour la vie", insistent depuis des années sur la collecte de données précises et sur une meilleure information sur le thème de l'avortement, afin de mieux soutenir les femmes et les hommes en conflit avec leur grossesse et de les protéger contre l'avortement. Par des actions telles que la "Marche pour la vie", la "Jeunesse pour la vie" revendique l'inclusion, même avant la naissance, et souhaite renforcer la capacité des femmes à décider pour leur enfant. La "Jeunesse pour la vie" ne cesse d'attirer l'attention sur le fait qu'il existe de nombreux problèmes et "points aveugles" autour du thème de l'avortement, auxquels la politique, mais aussi la société, doivent s'attaquer.

    Photo : Marche pour la vie Salzbourg 2022 (c) Eduard Pröls/Jeunesse pour la vie

  • Quand François dévoile le fond de sa pensée sur l'Ukraine et d'autres choses

    IMPRIMER

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso, en traduction française sur Diakonos.be :

    Sur l’Ukraine et le reste. Quand François dévoile le fond de sa pensée

    Dimanche 2 octobre, pendant l’Angélus, le Pape François a fait un saut de qualité en parlant de la guerre en Ukraine, par rapport à tout ce qu’il avait déjà dit auparavant.

    Il l’a décrite comme étant totalement et uniquement une agression de la part de la Russie, en appelant ses atrocités par leur nom. Il n’a pas eu un seul mot de critique sur la résistance armée de l’Ukraine. Mais surtout, il a demandé « avant tout au président de la Fédération de Russie » un cessez-le-feu et le lancement de négociations ouvertes « des propositions de paix sérieuses », consistant en « des solutions non pas imposées par la force mais concertées, justes et stables », dans le respect de « la valeur de la vie humaine », de la « souveraineté et de l’intégrité territoriale » et des « droits des minorités ».

    Et cette fois, le Pape s’est abstenu de parler de la thèse qui affirme qu’il s’agirait en réalité d’une guerre par procuration provoquée et combattue par l’Occident contre la Russie, contrairement à ce qu’il avait soutenu lors de ses interventions précédentes.

    Mais jusqu’à quel point le Pape François a-t-il changé son avis personnel sur la guerre en Ukraine, un avis cette fois certainement recadré par la Secrétairerie d’État, par rapport à ce qu’il a dit à de nombreuses occasions quand il parlait à bâtons rompus, sans les précautions de la diplomatie ?

    Depuis des années, il y semble surtout il y avoir deux occasions auxquelles le Pape François dit ce qu’il pense en toute liberté : les conférences de presse sur les vols de retour de ses voyages internationaux et les entretiens avec les jésuites des différentes nations qu’il va visiter.

    En ce qui concerne les conférences de presse en avion, les transcriptions intégrales se trouvent dans les actes officiels du Saint-Siège. Et en ce qui concerne la transcription et la publication des entretiens avec les jésuites, c’est à chaque fois « La Civilità Cattolica » qui s’en charge.

    Ce qui va suivre est une anthologie de certaines des choses que François a dites lors des entretiens avec ses confrères de la Compagnie de Jésus, de 2019 à nos jours, en ordre chronologique à partir des plus récentes.

    Toutes ses déclarations sont les siennes, sans filtre. Elles sont les plus révélatrices du fond de sa pensée.

    *

    Nour-Sultan, Kazakhstan, le 15 septembre 2022, avec les jésuites de Russie, de Biélorussie et du Kirghizistan (photo)

    Sur les responsabilités de l’Occident dans la guerre en Ukraine :

    « Il y a une guerre en cours, et je pense que c’est une erreur de penser que c’est un film de cow-boys où il y a des bons et des méchants. Et c’est aussi une erreur de penser qu’il s’agit d’une guerre entre la Russie et l’Ukraine et que c’est tout. Non : c’est une guerre mondiale. Ici, la victime de ce conflit est l’Ukraine. Je vais expliquer pourquoi cette guerre n’a pas été évitée. La guerre est comme un mariage, dans un certain sens. Pour comprendre, il faut étudier la dynamique qui a développé le conflit. Des facteurs internationaux ont contribué à provoquer la guerre. J’ai déjà mentionné qu’un chef d’État, en décembre de l’année dernière, est venu me dire qu’il était très inquiet parce que l’OTAN était allée aboyer aux portes de la Russie sans comprendre que les Russes sont impériaux et craignent l’insécurité aux frontières. Il craint que cela ne provoque une guerre ; et elle a éclaté deux mois plus tard. On ne peut donc pas raisonner de manière simpliste sur les causes du conflit. Je vois des impérialismes en conflit. Et, lorsqu’ils se sentent menacés et en déclin, les impérialismes réagissent en pensant que la solution est de déclencher une guerre pour se rattraper, et aussi de vendre et de tester des armes ».

    *

    Lire la suite

  • Euthanasie : La Cour européenne des droits de l'homme condamne la Belgique

    IMPRIMER

    Du site de l'Institut Européen de Bioéthique :

    URGENT - Euthanasie : La Cour européenne des droits de l'homme condamne la Belgique

    04/10/2022

    Dans l'affaire Mortier c. Belgique (voir ICI), la Cour européenne des droits de l'homme (CourEDH) déclare à l'unanimité que la Belgique a violé l'article 2 de la Convention européenne des droits de l'homme, relatif au droit à la vie, du fait de l'absence de contrôle a posteriori effectif de la légalité de l'euthanasie pratiquée sur la mère du requérant.

    Texte intégral de l'arrêt

    A lire : http://www.koztoujours.fr/tweets-euthanasie-la-belgique-condamnee-par-la-cedh

    Euthanasie pour « dépression incurable » : la CEDH ne soulève qu’un problème de procédure

    Et, sur le Figaro (Paul Sugy) :

    Euthanasie en Belgique : la CEDH dénonce une commission de contrôle défaillante

    Lire la suite

  • Le cardinal Müller met en garde contre un grave danger qui pourrait conduire l'humanité au "suicide collectif"

    IMPRIMER

    Du National catholic Register :

    Le cardinal Müller met en garde contre un grave danger qui pourrait conduire l'humanité au "suicide collectif".

    Ces propos ont été tenus lors du 14e Congrès mondial des familles, qui s'est déroulé du 30 septembre au 2 octobre à Mexico.

    4 octobre 2022

    Le cardinal allemand Gerhard Müller, préfet émérite de la Congrégation pour la doctrine de la foi, a mis en garde contre un grave danger qui pourrait conduire au "suicide collectif" de l'humanité.

    "Le christianisme promeut une civilisation de la vie et conteste la culture du nihilisme anthropologique, qui devrait aboutir au suicide collectif de l'humanité. L'athéisme est un nihilisme. Son fruit est la mort", a déclaré le cardinal dans une présentation faite en espagnol par son secrétaire le 30 septembre lors du 14e Congrès mondial des familles, qui s'est déroulé du 30 septembre au 2 octobre à Mexico.

    Sur son site Internet, le congrès indique qu'il s'agit "d'un événement international et interreligieux majeur qui cherche à unir et à équiper les dirigeants, les organisations et les familles pour affirmer, célébrer et renforcer la famille en tant qu'environnement humain naturel et fondamental, clé de l'épanouissement des individus matures et des sociétés durables".

    Dans sa conférence, le cardinal Müller a expliqué que "le nihilisme, c'est-à-dire "le sentiment du nouvel âge" selon lequel "Dieu lui-même est mort", comme l'a écrit le philosophe Hegel, peut conduire au sentiment qu'"il n'y a rien de mauvais dans l'être humain et que tout ce qui lui plaît est permis, si nous croyons à la rationalité divine bienveillante sur et dans tout ce qui a un être dans sa création".

    Dans son discours intitulé "L'homme fait à l'image et à la ressemblance de Dieu : un manifeste contre le nihilisme anthropologique", le cardinal s'est référé aux thèses de Nietzsche, "le prophète du nihilisme post-chrétien" qui a proclamé "la mort de Dieu", et à l'historien Yuval Noah Harari, qui "est devenu quelque chose comme le gourou du soi-disant trans- et post-humanisme".

    Le "surhomme divin" peut devenir "diaboliquement inhumain".

    Le préfet émérite explique qu'"en tant qu'historien, Harari lui-même devrait savoir à quelle vitesse la vision d'un surhomme divin peut devenir diaboliquement inhumaine. Le 20e siècle l'a cruellement démontré. En Europe occidentale et orientale. Surtout en Allemagne et en Russie."

    "Si l'homme cesse d'être une créature à l'image et à la ressemblance du Dieu trinitaire, il sombre dans les profondeurs du nihilisme anthropologique", a averti le cardinal Müller.

    Par exemple, le cardinal a fait référence aux personnes "qui se sont fait "lifter" ou "actualiser" le visage ou d'autres parties du corps. Il ne s'agit plus d'une mode hollywoodienne, mais plutôt que ces pauvres créatures méritant la miséricorde sont tombées - sans le savoir - dans le nihilisme anthropologique."

    "Le nihilisme anthropologique a pour père l'orgueil de la créature qui veut devenir comme Dieu (Genèse 3, 5) et veut établir pour elle-même la différence entre le bien et le mal, le vrai et le faux", a-t-il ajouté.

    Lire la suite

  • Sainte Faustine Kowalska, "apôtre de la miséricorde divine" (5 octobre)

    IMPRIMER

    Sainte Faustine Kowalska
    « Apôtre de la Miséricorde Divine »

    source : Evangile au Quotidien

    Faustine Kowalska, apôtre de la Miséricorde Divine, compte aujourd'hui parmi les Saints les plus célèbres de l'Église. Par son intermédiaire, le Seigneur Jésus transmet au monde entier Son grand message de la Miséricorde Divine et montre un modèle de perfection chrétienne fondée sur la confiance en Dieu et sur une attitude miséricordieuse envers le prochain.

    Faustine naît le 25 août 1905, troisième des dix enfants de Marianna et Stanisław Kowalski, agriculteurs dans le village de Głogowiec. Au baptême, dans l'église paroissiale de Świnice Warckie, elle reçoit le prénom d'Hélène. Depuis son enfance, elle se distingua par l'amour de la prière, l'assiduité, l'obéissance et par une grande sensibilité à la misère des hommes.

    À neuf ans, elle fait sa Première Communion qu'elle a profondément vécue, consciente de la présence de l'Hôte Divin dans son âme. Elle fréquente l'école pendant moins de trois ans. Adolescente, elle quitte la maison familiale pour gagner sa vie et pour aider ses parents comme servante dans des familles aisées à Aleksandrów, Łódź et Ostrówek.

    Elle a senti la vocation dans son âme dès l'âge de sept ans, mais ses parents n'étant pas d'accord pour qu'elle entre dans les ordres, elle a essayé d'étouffer cette voix intérieure. Cependant, exhortée par la vision du Christ souffrant, elle est partie pour Varsovie où, le 1er août 1925, elle a rejoint la Congrégation des Sœurs de Notre Dame de la Miséricorde.

    Devenue sœur Marie-Faustine, elle a passé au couvent treize ans, en remplissant les fonctions de cuisinière, de jardinière et de sœur portière dans plusieurs maisons de la Congrégation, le plus souvent à Płock, Wilno et Cracovie.

    Rien ne trahissait à l'extérieur sa vie mystique d'une extrême richesse. C'est avec zèle qu'elle remplissait toutes ses tâches, elle observait fidèlement les règles, recueillie et silencieuse, mais en même temps naturelle, pleine d'un amour bienveillant et désintéressé. Sa vie, très ordinaire, monotone et grise en apparence, cachait la profondeur extraordinaire de l'union à Dieu.

    Sa spiritualité reposait sur la Miséricorde Divine à laquelle elle réfléchissait et qu'elle contemplait dans la parole de Dieu et dans l'aspect quotidien de sa vie. La connaissance et la contemplation du mystère de la Miséricorde Divine développaient chez elle une attitude de confiance d'enfant face à Dieu et de miséricorde envers les autres.

    Lire la suite

  • Marie Faustine Kowalska : une apôtre de la Miséricorde divine morte à 33 ans (5 octobre)

    IMPRIMER

    faustina-a6.jpgMARIE FAUSTINE KOWALSKA

    1905-1938

    Nous reproduisons la notice figurant sur le site du Vatican : http://www.vatican.va/

    Soeur MARIE FAUSTINE, apôtre de la Miséricorde Divine, compte aujourd'hui parmi les Saints les plus célèbres de l'Eglise. Par son intermédiaire, le Seigneur Jésus transmet au monde entier Son grand message de la Miséricorde Divine et montre un modèle de perfection chrétienne fondée sur la confiance en Dieu et sur une attitude miséricordieuse envers le prochain.

    Elle est née le 25 août 1905, troisième des dix enfants de Marianna et Stanisław Kowalski, agriculteurs dans le village de Głogowiec. Au baptême, dans l'église paroissiale de Świnice Warckie, elle a reçu le prénom d'Hélène. Depuis son enfance, elle se distingua par l'amour de la prière, l'assiduité, l'obéissance et par une grande sensibilité à la misère des hommes. A neuf ans, elle a fait sa Première Communion qu'elle a profondément vécue, consciente de la présence de l'Hôte Divin dans son âme. Elle a fréquenté l'école pendant moins de trois ans. Adolescente, elle a quitté la maison familiale pour gagner sa vie et pour aider ses parents comme servante dans des familles aisées à Aleksandrów, Łódź et Ostrówek.

    Lire la suite

  • Save Armenia - Soutenir l'Arménie et arrêter de financer l'Azerbaïdjan

    IMPRIMER

    Image

    Une Américaine s'insurge; Hermine Kallman sur The Denver Post :

    Opinion : Soutenir l'Arménie et arrêter de financer l'Azerbaïdjan

    28 septembre 2022

    Imaginez lire que le gouvernement américain a envoyé des centaines de millions de dollars des contribuables à la Russie, qui a utilisé ces fonds pour attaquer et envahir l'Ukraine.

    Vous êtes choqué ? Vous devriez l'être. Et maintenant, remplacez "Russie" par "Azerbaïdjan" et "Ukraine" par "Arménie", et vous n'avez plus à imaginer, car c'est précisément ce qui s'est passé la semaine dernière et continue de se passer.

    Sauf que l'Azerbaïdjan est encore plus autocratique que la Russie (son président actuel a hérité de la présidence de son père et est marié au vice-président) et a l'un des pires bilans au monde en matière de droits de l'homme.

    Il y a pire : le gouvernement américain a envoyé ces dollars - vos et mes dollars - en violation de ses propres lois, selon une enquête du Government Accountability Office. Alors pourquoi ne faisons-nous pas plus attention ?

    Ma ville natale faisait partie de plusieurs dizaines de villes arméniennes attaquées la semaine dernière.

    Pour moi, la semaine du 12 septembre a commencé comme toutes les autres - café, courriel. Puis sont arrivées les horribles nouvelles : juste après minuit en Arménie, l'Azerbaïdjan avait lancé une attaque massive et coordonnée sur un certain nombre de villes et de villages arméniens, bombardant des citoyens paisibles pendant leur sommeil. Ces bombardements ont été si intenses qu'ils ont pris la forme d'incendies massifs sur les cartes satellite établies par le système d'information sur les incendies pour la gestion des ressources de la NASA.

    Jermuk - ma ville, le lieu de mes souvenirs d'enfance, de mes amis, de mes camarades de classe, de mes voisins, mon endroit heureux - figurait parmi les cibles. C'est une station de ski entourée de montagnes luxuriantes, un beau coin du monde où j'ai eu la chance de grandir, d'aller à l'école, de respirer son air frais et de boire son eau pure. C'est un peu l'Aspen de l'Arménie, sans les maisons à un million de dollars. Elle aura toujours mon cœur.

    Frénétiquement, j'ai commencé à appeler mes amis et ma famille. "Tu vas bien ?" "Qu'est-ce qui se passe ?" "S'il vous plaît, mon Dieu, que tout aille bien..."

    Ils étaient loin d'aller bien.

    Mes amis d'enfance, maintenant adultes, avaient attrapé leurs enfants endormis et, toujours vêtus de draps et de pantoufles, les emmenaient loin de la ville, loin de la frontière, loin des bombardements, loin de la mort.

    Une fois les enfants sortis, des hommes et de nombreuses femmes sont revenus, prêts à défendre notre ville, nos montagnes, notre air et notre eau.

    Et ils ont défendu. Ils ont arrêté l'invasion avant que l'ennemi ne puisse pénétrer dans le centre de la ville, jusqu'à ce que les États-Unis parviennent à imposer un cessez-le-feu temporaire. Le prix de la défense a été élevé - plus de 200 personnes, soldats et volontaires, ont été tuées en trois jours.

    Peu après, des vidéos de crimes de guerre horribles commis par des envahisseurs azerbaïdjanais ont émergé, notamment le dépouillement et la mutilation du corps d'une femme soldat, mère de trois enfants, qui s'était dressée contre les agresseurs, tandis que les envahisseurs azéris ricanaient et s'encourageaient mutuellement. Il s'agit de l'un des nombreux récits de crimes de guerre de la semaine dernière.

    Pourquoi devrions-nous, nous, Américains, nous préoccuper de ce qui se passe dans une autre partie du monde, à des milliers de kilomètres de là ? Tout d'abord, toute escalade militaire dans la région déstabiliserait davantage une partie du monde déjà fragile.

    La Turquie est un fervent partisan de l'Azerbaïdjan et de son agression contre l'Arménie. Si ces efforts ne sont pas stoppés, il y a un risque que l'Iran, qui s'inquiète de la présence croissante de la Turquie à sa frontière nord-ouest, s'implique, déclenchant ainsi une guerre régionale potentiellement ingérable au Moyen-Orient, avec des conséquences encore pires que l'émergence d'ISIS.

    Nous devrions nous en soucier car les Arméniens sont nos voisins, nos collègues et nos amis. Des centaines de milliers d'Arméniens vivent aux États-Unis, certains depuis plusieurs générations, ayant trouvé refuge ici après le génocide arménien de 1915, au cours duquel un million et demi d'Arméniens ont été massacrés par le gouvernement turc, et des milliers d'autres, pour la plupart orphelins, ont été dispersés dans le monde entier.

    La minuscule patrie ancestrale de la République d'Arménie, seule démocratie de la région, est une lueur d'espoir pour tous les Arméniens, un symbole que, malgré des siècles de persécution et un génocide, le peuple arménien, notre culture, notre langue et notre christianisme continuent de survivre et de prospérer.

    Au minimum, nous devrions nous préoccuper du fait que l'argent de nos contribuables finance l'invasion et les crimes de guerre d'un dictateur autocratique qui agresse ouvertement son voisin démocratique. En 2020, lorsque l'Azerbaïdjan attaquait le Haut-Karabakh, une région contestée et peuplée d'Arméniens, le candidat Joe Biden a ridiculisé le président Donald Trump pour ne pas avoir appliqué les sanctions de la section 907 contre l'Azerbaïdjan.

    Pourtant, le président Biden a rompu sa propre promesse d'appliquer la loi américaine sur les sanctions contre l'Azerbaïdjan.

    Fin 2020, la République d'Arménie a fait d'énormes concessions à l'Azerbaïdjan pour mettre fin à la guerre du Haut-Karabakh. Mais maintenant, le dictateur de l'Azerbaïdjan souhaite envahir la République d'Arménie, la démembrer et la dépeupler - parce qu'il pense pouvoir s'en tirer.

    Le 21 septembre, jour de l'indépendance de l'Arménie, le dictateur Aliyev a ouvertement ridiculisé les États-Unis et la communauté internationale en déclarant que "rien ni personne ne peut nous empêcher" d'envahir l'Arménie. Ces propos ont été tenus, en partie, en réaction au voyage du week-end de la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi en Arménie pour soutenir la démocratie et la sécurité de ce pays.

    L'Arménie est désarmée. L'Arménie est en infériorité numérique. Pourtant, elle ne demande pas d'armes. Elle demande simplement aux États-Unis d'appliquer la loi américaine - d'arrêter d'armer l'Azerbaïdjan.

    Mes amis d'enfance à Jermuk sont prêts à mourir pour sauver leur maison contre les envahisseurs lorsque la prochaine série d'agressions commencera. Ils y parviendront peut-être mieux si les États-Unis ne soutiennent pas l'envahisseur.

    Hermine Kallman est une avocate arméno-américaine de Denver qui siège au conseil d'administration des Arméniens du Colorado, une organisation au service de la communauté arménienne depuis 1979.