Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Economie - Page 2

  • La chute de la natalité et celle à venir de la population mondiale représenteront le phénomène majeur du XXIe siècle

    IMPRIMER

    Du site "Pour une école libre au Québec" :

    « La planète va se vider de sa population, changeons nos idées reçues »

    Pour Darrell Bricker et John Ibbitson, la chute de la natalité et celle à venir de la population mondiale représenteront le phénomène majeur du XXIe siècle. L’enjeu majeur du XXIe siècle ne sera pas la surpopulation, mais le déclin de l’humanité. Dans le passionnant Planète vide (publié aux Arènes), les Canadiens John Ibbitson, grand journaliste au Globe and Mail (quotidien de tendance libérale et progressiste), et Darrell Bricker, PDG d’Ipsos Public Affairs, montrent que la natalité est déjà en chute libre sur presque tous les continents, et que cela aura des conséquences vertigineuses sur les plans géopolitique, économique ou de l’immigration. Depuis la parution de leur livre en 2019, les données ou l’épidémie du Covid-19 n’ont fait que confirmer cette thèse qui bouleverse toutes nos idées reçues. Extraits d’un entretien de ces deux auteurs paru dans L’Express.

    — Dans un monde moderne et technologique, n’avons-nous pas tendance à sous-estimer l’importance de la démographie ?

    Darrell Bricker — Comme l’a dit Auguste Comte, « la démographie, c’est le destin ». Plus jeune dans ma carrière, en tant que sondeur, j’ai sous-estimé son influence, en pensant que le plus important était les comportements et les opinions des personnes. Mais si vous changez la structure de la population, cela bouleverse tout. J’ai ainsi compris que Comte était en avance sur son temps. Un grand nombre d’événements historiques peuvent s’expliquer à travers la démographie. Pourquoi les pays font-ils la guerre ? Eh bien, il y a une forte corrélation entre le bellicisme d’une nation et le fait d’avoir une population jeune, à l’image de la France de Napoléon. [Voir Gunnar Heinsohn : jeunesse de la population et index de belligérance] Pourquoi y a-t-il aujourd’hui moins de conflits sur la planète ? Parce que nous n’avons plus autant de jeunes hommes pour combattre…

    — Vous rappelez par exemple que le conflit israélo-palestinien est aussi une bataille démographique, les deux populations ayant des taux de fécondité identiques et élevés de 3,1…

    D.B. — En plus, le taux naturel fait qu’il y a en moyenne près de 105 garçons qui naissent pour 100 filles. Quand une population a une moyenne d’âge peu élevée, cela renforce la frustration des jeunes hommes, comme on peut le voir en Palestine. Ce n’est bien sûr pas le seul facteur, mais c’est une des explications.

    Quant à Israël, il a le taux de fécondité le plus élevé des pays du monde développé, le double de la majorité des nations occidentales. C’est même le seul pays à ma connaissance qui a réussi à remonter ses taux de fécondité, passant de 2,70 enfants par femme au début des années 1990 à plus de 3 aujourd’hui. [Note du carnet : la fécondité en Algérie est passée de  2,4 enfants par femme en 2000 à 3,1 enfants par femme en 2015. Cela s’explique généralement par la réislamisation de la société alors que les conditions économiques ne sont, paradoxalement, pas améliorées pour former des ménages et accueillir plus d’enfants.] 

    Lire la suite

  • Fin de l’enquête sur l’immeuble de Londres : dix personnes seront jugées au Vatican dont le cardinal Becciu

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Fin de l’enquête sur l’immeuble de Londres, dix personnes seront jugées au Vatican

    Un procès aura lieu à l’encontre de Mgr Carlino, Enrico Crasso, Tommaso Di Ruzza, Cecilia Marogna, Raffaele Mincione, Nicola Squillace, Fabrizio Tirabassi, Gianluigi Torzi, René Brülhart et le cardinal Angelo Becciu.

    3 juillet 2021

    L'enquête, longue et complexe, a été menée par le Promoteur de Justice Gian Piero Milano et les magistrats Alessandro Diddi et Gianluca Perrone. Une enquête qui s'est déroulée grâce aux investigations de la gendarmerie vaticane dirigée par le commandant Gianluca Gauzzi Broccoletti et qui a conduit à l'examen d'une grande quantité de documents, d'appareils électroniques saisis chez les suspects, ainsi qu'à la confrontation de témoins.

    Le président du Tribunal de la Cité du Vatican, Giuseppe Pignatone, a ordonné l’inculpation de dix personnes, suite à la demande présentée par le Bureau du Promoteur de Justice, rapporte un communiqué du Bureau de presse du Saint-Siège ce samedi 3 juillet. L’acte d’accusation, déposé ces derniers jours, conclut la première phase de l'enquête : les documents recueillis jusqu'à présent seront examinés par la Cour lors de l'audience publique qui opposera l'accusation à la défense. La première audience est prévue pour le 27 juillet.

    Les personnes suivantes seront jugées : René Brülhart (ancien président de l’AIF, Autorité d’Information Financière) à qui l'accusation reproche le délit d'abus de pouvoir ; Mgr Mauro Carlino (ancien secrétaire du Substitut de la Secrétairerie d'État) accusé d'extorsion et d'abus de pouvoir ; Enrico Crasso (l’intermédiaire gestionnaire pendant des décennies des investissements de la Secrétairerie d'État), accusé des délits de détournement de fonds, corruption, extorsion, blanchiment d'argent et auto-blanchiment, fraude, abus de pouvoir, faux en écriture publique commis par un particulier et faux écriture privé ; Tommaso Di Ruzza (ancien directeur de l’AIF) accusé de détournement de fonds, d'abus de pouvoir et de violation du secret professionnel.

    Egalement sur les bancs de la justice : Cecilia Marogna (qui a reçu des sommes considérables de la Secrétairerie d'État pour mener des activités de renseignement) accusée de détournement de fonds ; Raffaele Mincione (l’intermédiaire qui a fait souscrire à la Secrétairerie d'État d'importantes parts du fonds possesseur de l'immeuble londonien du 60 Sloane Avenue, utilisant l'argent reçu pour ses investissements spéculatifs), accusé de détournement de fonds, fraude, abus de pouvoir, détournement de fonds et auto-blanchiment ; Nicola Squillace (avocat impliqué dans les négociations) accusé de fraude, détournement de fonds, blanchiment d'argent et auto-blanchiment ; Fabrizio Tirabassi (un assistant, employé du Bureau administratif de la Secrétairerie d'État qui a joué un rôle de premier plan dans l'affaire) accusé de corruption, extorsion, détournement de fonds, fraude et abus de pouvoir ; Gianluigi Torzi (l’intermédiaire appelé pour aider le Saint-Siège à sortir du fonds de Raffaele Mincione qui se fait octroyer jusqu'à 15 millions pour rendre l’immeuble à ses propriétaires légitimes) accusé d'extorsion, détournement de fonds, fraude, blanchiment d'argent et auto-blanchiment.

    La demande de citation à comparaître a également été présentée à l'encontre des sociétés suivantes : HP Finance LLC, d’Enrico Crasso, accusée de fraude ; Logsic Humanitarne Dejavnosti, D.O.O., de Cecilia Marogna, accusée de détournement de fonds ; Prestige Family Office SA, d’Enrico Crasso, accusée de fraude ; Sogenel Capital Investment, désignée par Enrico Crasso, accusée de fraude. Certains délits sont également considérés comme ayant été commis en « complicité ».

    Lire la suite

  • Un nouveau site consacré à la Doctrine sociale de l'Eglise : une somme incontournable libre d'accès

    IMPRIMER

    Alors que nous fêtons le 130ème anniversaire de la publication de Rerum Novarum, voilà qu'un nouveau site consacré à la Doctrine sociale de l'Eglise fait son apparition sur la toile : la consécration d'un travail magistral qui a coûté à son auteur de nombreuses années de labeur acharné. Chacun pourra consulter cette véritable somme et en télécharger les passages qui l'intéresseront. Merci à Claude Callens de mettre à notre portée l'enseignement social de l'Eglise sous une forme accessible. Saluons aussi le travail de l'informaticien expérimenté qui a converti les nombreux chapitres de cette somme en un site clair et commode d'utilisation.  
    2021_05_16_08_58_54_Greenshot.png

    L'avertissement de l'auteur, Claude Callens :

    Ce travail n’est impressionnant que par son volume. En effet, pour le mener à bien il aurait fallu quelque génie ou, plus pratiquement, une équipe de spécialistes, théologiens, philosophes, moralistes, historiens, économistes, sociologues, politologues, polémologues, tous, en plus, versés en doctrine sociale chrétienne et en collaboration étroite et durable. ! Autant dire, dans ces conditions, que le projet était irréalisable.

    Je m’y suis attelé pendant vingt ans sans avoir strictement aucune des compétences requises. Tout au plus voulais-je, au départ, mettre au propre, en deux cents pages, les préparations des cours de morale sociale que j’ai donnés durant près de cinquante ans, au hasard des demandes. Tout d’abord, par exemple, à partit de 1978 dans les Centres étudiants de formation et d’action culturelle et sociale à Namur, Bruxelles, Louvain-la-Neuve, Mons et Liège ; puis plus systématiquement de 1995 à 2019 aux Séminaire et Studium Notre-Dame à Namur ; de 1993 à 2005, à l’Ecole de la Foi de Namur et, de 2006 à 2019, à l’Institut supérieur de théologie du diocèse de Tournai.

    Au fil des découvertes et des interrogations, les 200 pages prévues sont devenues 2.200…​

    Il ne s’agit certes pas d’une présentation exhaustive de l’enseignement social chrétien qui prétendrait faire concurrence au Compendium de la doctrine sociale de l’Église[1] qui, depuis 2005, est « un instrument très adapté » dont le pape Francois « recommande vivement l’utilisation et l’étude »[2]. Mon travail se veut beaucoup plus simplement une défense et illustration de quelques thèmes fondamentaux de cette doctrine sociale. Défense et illustration appuyées presque exclusivement sur des lectures en langue française qui ne sont pas nécessairement empruntées aux plus grands spécialistes reconnus…​. Une défense et illustration qui fait aussi la part belle aux textes de base qu’il était bon que les étudiants découvrent.

    Non seulement, le résultat est à revoir et à corriger en raison de l’incompétence de l’auteur mais il restera toujours, par nature, incomplet. Bien d’autres thèmes pourraient être abordés mais, plus fondamentalement, comme l’écrivait un grand connaisseur de la doctrine sociale de l’Église en se référant lui-même à deux autres spécialistes, la doctrine sociale de l’Église « est beaucoup moins déterminée et figée que nous ne sommes parfois tentés de le croire […]. Elle consiste en un « projet social » dont papes et docteurs s’efforcent, pour faire face aux exigences de l’époque, de déterminer toujours plus exactement les lignes directrices, au moyen d’une « méthode d’analyse » inspirée par la foi et basée sur une anthropologie religieuse, en vue d’« éveiller les hommes à une prise de conscience personnelle et réfléchie de la signification de leur foi pour la vie économique et sociale » […]. Il ne faut point s’étonner que l’expression de cette doctrine, à une date donnée et sur un point limité, puisse présenter quelque imprécision. »[3] Il faudra donc veiller à l’actualiser sans cesse pour incarner opportunément les principes fondamentaux sur lesquels elle doit se construire.

    Il faudra aussi revoir certaines dates et fonctions de quelques auteurs car le temps a passé. De plus, le lecteur s’efforcera, je l’espère, de pardonner quelques répétitions…​ Mais elles ne choqueront peut-être que ceux qui auraient la folie de lire l’ensemble.

    Appel est donc lancé à toutes les bonnes volontés pour améliorer cet essai, ne serait-ce que pour signaler coquilles, distractions, fautes diverses. Le manuscrit, en effet, vu sa masse, n’a pas trouvé de correcteur. Le lecteur occasionnel et bienveillant est invité à « cliquer » sur la rubrique « rapporter un problème » en haut et à droite de la page et suivre les instructions. Merci à lui, d’avance !

    Nous aurons à peine accompli tout ce qui dépend de nous, que Dieu prendra ce petit travail qui n’est rien, l’unira à sa grandeur et lui donnera tant de prix qu’il en sera lui-même la récompense.
    — Sainte Thérèse d’Avila
    Le Château de l’âme ou Le livre des demeures, Seuil, 1997, p. 103.

    1. Conseil pontifical « Justice et paix », Libreria editrice vaticana.
    2EG, n°184.
    3. FESSARD G. sj, De l’actualité historique, t.2: Progressisme chrétien et apostolat ouvrier, Desclée de Brouwer, 1960, pp. 234-235. L’auteur se réfère à deux autres jésuites : les P. J.-Y.Calvez et J. Perrin.
     
  • La saga des déboires judiciaires du Vatican

    IMPRIMER

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso (traduction de Diakonos.be) :

    La justice du Vatican, ou la saga des déboires judiciaires

    Au terme de son avant-dernière inspection, en 2017, Moneyval avait reproché à la magistrature du Vatican sa négligence, plus précisément de ne pas en faire assez sur les cas suspects identifiés et signalés par l’Autorité d’Information Financière, l’AIF, du Vatican lui-même.

    Mais à présent qu’un nouveau rapport de Moneyval – le comité du Conseil de l’Europe qui évalue le respect des normes financières internationales des États qui en font partie – est censé arriver d’un jour à l’autre, sur base d’une inspection entamée le 30 septembre dernier qui a duré une dizaine de jours, on craint au Vatican que les critiques ne soient encore plus sévères.

    S’il est pourtant vrai que la magistrature pontificale a mené à bien un long procès, celui qui a abouti le 21 janvier à la condamnation d’Angelo Caloia, l’ex-président de la « banque » du Vatican, l’IOR, l’Institut pour les œuvres de religion, il n’en demeure pas moins que le principal désastre de ces dernières années, c’est-à-dire l’acquisition douteuse par la Secrétairerie d’État du luxueux bâtiment du 60 Sloane Avenue à Londres, est non seulement encore loin d’arriver à la phase du procès mais a également connu une impitoyable suite de revers judiciaires.

    La photo ci-dessus a été prise lors de la phase cruciale de cette affaire. Nous sommes alors le 26 décembre 2018 et, à côté du Pape François, à sainte Marthe, se tient Gianluigi Torzi, le principal financier auxquel la Secrétairerie d’État a fait confiance pour l’achat de l’immeuble londonien.

    À cette date, l’achat a été conclu pour la somme de 350 millions de dollars, mais la Secrétairerie d’État ne peut disposer de l’immeuble qu’en se libérant au prix fort des intermédiaires et en particulier en récupérant auprès de Torzi lui-même les sommes importantes restées en sa possession.

    Mais cette dernière opération à elle seule allait coûter 15 millions d’euros, une somme que la Secrétairerie d’État prétendra ensuite avoir été extorquée par Torzi lui-même, mais que ce dernier prétend avoir légalement négociée, dans une rencontre au Vatican entre lui, le substitut du Secrétaire d’État Edgar Peña Parra et le Pape François en personne.

    Cette rencontre, au cours de laquelle le Pape a demandé que l’on trouve une solution et que l’on octroie à Torzi « un juste salaire », sera admise par la justice vaticane elle-même en février 2021. Mais ne brûlons pas les étapes et revenons en 2019.

    Lire la suite

  • Le Vatican a investi dans des sociétés pharmaceutiques produisant des pilules abortives

    IMPRIMER

    De nu.nl :

    La gestion financière du Vatican a investi dans un fabricant de pilules abortives pendant des années.

    28 avril 2021

    Le Vatican investit depuis des années dans la société pharmaceutique suisse Novartis, la société mère de Sandoz qui produit notamment la pilule du lendemain et la pilule abortive. Cet investissement est un exemple de ce qui n'allait pas dans la gestion financière du Vatican à l'époque, selon l'ancien contrôleur financier supérieur Libero Milone.

    Outre les actions de Novartis, le Vatican aurait également détenu des actions de Roche, une société pharmaceutique également suisse. Selon Milone, le montant total concerné serait d'environ 20 millions d'euros.

    Ces investissements frappants ont été révélés dans l'émission Report de la chaîne publique italienne RAI 3. Milone, qui était l'auditeur général du Vatican de 2015 à 2017, a déclaré dans l'émission que cela montre comment les investissements ne tenaient pratiquement pas compte des enseignements sociaux de l'Église catholique. Par exemple, les journalistes ont rappelé qu'à l'époque, le Vatican encourageait en fait les pharmaciens à ne pas vendre la pilule abortive.

    Le rapport affirme également avoir la preuve que les conseillers de l'organe consultatif financier du Vatican qui préconisaient la transparence et la rectitude étaient souvent boycottés, voire sabotés. Le pape François se serait lui aussi heurté à une résistance farouche dans l'enceinte de la Cité du Vatican lorsqu'il a voulu faire passer les réformes financières entamées par son prédécesseur.

  • Réviser le financement des cultes ?

    IMPRIMER

    Le déclin du catholicisme en Belgique conduit inévitablement à poser la question. Certains pensent que la fin du financement du culte catholique, ou sa réduction, pourrait être salutaire pour réveiller l'Eglise dans notre pays. Un document proposé par "We citizens", il y a juste un an : 

    2021_03_30_08_02_31_Greenshot.png

  • 10% de moins pour les cardinaux de la Curie

    IMPRIMER

    De Loup Besmond de Senneville sur le site du journal La Croix :

    Le pape François réduit de 10 % les salaires des cardinaux

    Les faits 

    Afin de contribuer aux réductions des dépenses du Saint-Siège, dont les finances sont durement frappées par la crise, le pape François a décidé une baisse de salaire des prêtres, religieux et religieuses travaillant dans la Curie. Dont les cardinaux.

    24/03/2021V

    C’est une mesure hautement symbolique qui a été publiée, mercredi 24 mars, par le Vatican. Dans un décret signé la veille, le pape François a décidé de la réduction des salaires de tous les clercs, religieux et religieuses occupant des postes de responsabilité à la Curie. Et parmi eux, les cardinaux.

    Les « princes de l’Église » voient ainsi leur traitement diminuer de 10 %. Soit une réduction d’environ 500 € pour ces hommes payés 5 000 €, dont le salaire n’est pas soumis, comme tous ceux qui travaillent au Vatican et en vertu des accords du Latran, à l’impôt.

    À des échelons inférieurs, toujours à condition qu’ils soient prêtres, religieux ou religieuses, les numéros 2 des dicastères verront leur salaire chuter de 8 %, celui des directeurs et des chefs de service de 3 %. Plus largement, toute hausse de salaire liée à l’ancienneté sera gelée pendant deux ans, y compris pour les laïcs.

    Justification de ces diminutions de salaires qui s’appliqueront dès le 1er avril ? La situation financière du Saint-Siège, aggravée en raison de la crise du Covid-19. Le budget 2021, publié vendredi 19 mars par Rome fait ainsi état d’un déficit de 50 millions d’euros, pour des dépenses totales de 310 millions. Or, dans ce contexte, « il est nécessaire d’assurer la durabilité et l’équilibre entre les recettes et les dépenses dans la gestion économique et financière actuelle », peut-on lire dans le décret signé par le pape, qui a tenu à adopter « des critères de proportionnalité et de progressivité ».

    « La sauvegarde des emplois existants »

    Selon ces prévisions, les revenus devraient reculer de 20 % en 2021, pour atteindre 260 millions d’euros. Avec la crise, le Vatican doit renoncer à des sources de revenus importantes comme les musées du Vatican, les placements financiers ou une partie des loyers de bâtiments loués par le Vatican.

    Pour absorber le choc, le Vatican a donc prévu de diminuer ses dépenses de 8 %. Dans les faits, les salaires représentent bel et bien au moins la moitié du budget du Saint-Siège. Mais le pape, ayant promis de ne pas licencier et les embauches étant déjà gelées, il a fallu trouver d’autres moyens pour économiser.

    D’où cet effort demandé aux plus gradés pour garantir, insiste François dans son décret, « la sauvegarde des emplois existants ». Un décret qui risque tout de même de faire grincer quelques dents, si l’on en croit ce responsable de la Curie. Qui sourit : « Je crois qu’il faut se préparer aux murmures ecclésiastiques… »

  • Comment le pape interprète le "tremblement de terre" qui a frappé le monde en 2020 sous la forme d'un nouveau coronavirus

    IMPRIMER

    De Vatican News (anglais) :

    Le pape François : "Nous devons sauver des vies, pas construire des armes pour les détruire".

    Un nouveau livre intitulé "Dieu et le monde à venir" sort en librairie ce mardi, dans lequel le pape François accorde une longue interview au journaliste italien Domenico Agasso (Edizione Piemme-LEV). Nous publions ici un extrait traduit de l'italien original.

    DOMENICO AGASSO

    Q : Votre Sainteté, comment interprétez-vous le "tremblement de terre" qui a frappé le monde en 2020 sous la forme d'un nouveau coronavirus ?

    "Dans la vie, il y a des moments d'obscurité. Trop souvent, nous pensons qu'ils n'arrivent qu'aux autres et pas à nous, à quelqu'un d'autre, dans un autre pays, peut-être sur un continent lointain. Au lieu de cela, nous nous sommes tous retrouvés dans le tunnel de la pandémie. La douleur et le chagrin ont franchi les portes de nos maisons, envahi nos pensées, attaqué nos rêves et nos projets. Et donc, aujourd'hui, personne ne peut se permettre de dormir tranquille. Le monde ne sera plus jamais le même. Mais c'est précisément dans cette calamité que nous devons saisir les signes qui peuvent s'avérer être les pierres angulaires de la reconstruction. Les discours ne suffisent pas à résoudre les urgences. La pandémie est un signal d'alarme sur lequel l'humanité est obligée de réfléchir. Ce temps d'épreuve peut ainsi devenir un temps de choix sages et clairvoyants pour le bien de l'humanité, de toute l'humanité."

    Q : Quelles sont les urgences que vous percevez ?

    "Nous ne pouvons plus accepter allègrement les inégalités et les perturbations de l'environnement. La voie du salut de l'humanité passe par la création d'un nouveau modèle de développement, qui se concentre incontestablement sur la coexistence entre les peuples en harmonie avec la Création. Nous devons être conscients que chaque action individuelle ne reste pas isolée, en bien ou en mal, mais a des conséquences sur les autres, car tout est lié : Tout ! En changeant les modes de vie qui poussent des millions de personnes, surtout des enfants, à la famine, nous pourrons mener une existence plus austère qui rendra possible une répartition équitable des ressources. Cela ne signifie pas qu'il faille diminuer les droits de certaines personnes pour favoriser un nivellement par le bas, mais plutôt qu'il faut garantir des droits plus nombreux et plus larges à ceux qui n'en ont actuellement aucun."

    Q : Voyez-vous des signes encourageants ?

    "Il existe déjà aujourd'hui des mouvements populaires qui tentent de promouvoir ces notions et opérations "par le bas", ainsi que certaines institutions et associations. Ils tentent de concrétiser une nouvelle façon de voir notre maison commune : non plus comme un entrepôt de ressources à exploiter, mais comme un jardin sacré à aimer et à respecter, à travers des comportements durables. Il y a aussi une prise de conscience chez les jeunes, notamment au sein des mouvements écologiques. Si nous ne retroussons pas nos manches et ne prenons pas immédiatement soin de la Terre, avec des choix personnels et politiques radicaux, avec un tournant économique "vert" en orientant les développements technologiques dans cette direction, tôt ou tard, notre maison commune nous jettera par la fenêtre. Nous ne pouvons plus perdre de temps."

    Lire la suite

  • Des activistes écologistes saluent "la jeunesse d'esprit" du pape

    IMPRIMER

    D'Antoine Mekary sur Aleteia.org :

    La « jeunesse d’esprit » du pape François saluée par des activistes écologistes

    16/03/21

    Le pape François a reçu trois jeunes activistes écologistes Français lors d’une audience privée lundi 15 mars.

    Une rencontre sous le signe de l’engagement pour la « maison commune » ? Le pape François a échangé ce lundi 15 mars en fin de matinée avec une délégation française emmenée par l’eurodéputé Pierre Larrouturou (S&D) – qui n’a finalement pas pu venir en raison d’un test positif au Covid-19 – composée de trois jeunes activistes : l’écrivain et réalisateur écologiste Cyril Dion, garant de la Convention Citoyenne pour le climat décidée par Emmanuel Macron, l’entrepreneur Eva Sadoun et le fondateur du mouvement Coexister Samuel Grzybowski.

    La raison de cette audience, qui aura duré 45 minutes, tient de la conjonction du calendrier politique européen et la volonté d’un homme. En tant que rapporteur général du budget pour le Parlement européen, Pierre Larrouturou demande depuis plusieurs mois la mise en place d’une taxe sur les transactions spéculatives financières en Europe. Il a fait une grève de la faim de deux semaines cet automne pour alerter sur les risques de voir cette mesure, pourtant adoptée par le Parlement européen, être refusée par le Conseil européen.

    La « jeunesse d’esprit » du pape François

    Si les échanges ont essentiellement porté sur l’écologie, les trois Français ont salué « une vraie liberté de parole » et une « jeunesse d’esprit » chez le pontife. Après avoir eu un compte-rendu de la rencontre, Pierre Larrouturou, co-président du parti Nouvelle Donne, s’est félicité de la teneur des échanges. « Le Pape est engagé depuis très longtemps sur les questions de climat, de justice sociale et justice fiscale », a-t-il rappelé.

  • La culture du cannabis : moins écolo que ça...

    IMPRIMER

    De Judikael Hirel sur La Sélection du Jour :

    Le cannabis, une culture tout sauf écolo

    C’est parfois le paradoxe d’une idée préconçue : présenté comme un produit hautement naturel, le cannabis se voit associé à un imaginaire de liberté, de révolte et d’écologie. Mais dans la réalité, le panorama est loin d’être aussi idyllique, et sa culture se révèle en fait des plus génératrice de gaz à effet de serre.

    Ainsi, de plus en plus d’états américains, près d’une quarantaine à l'heure actuelle, ont autorisé l’usage et la culture du cannabis, tant à des fins récréatives que médicales. Avec à la clé, espèrent-ils, de généreuses recettes fiscales engendrées par cette légalisation. Il faut dire que l’industrie du cannabis légal représente désormais plus de 50 milliards de dollars (42 millions d'euros) de chiffre d’affaires outre-Atlantique. De quoi attiser bien des convoitises… Mais jusque-là, nulle étude ne s’était penchée sur la pollution engendrée par ce nouveau type de culture. Une équipe de chercheurs de la Colorado State University a récemment pensé à en évaluer l’impact environnemental, et il est surprenant : selon les conditions de culture et le climat des états, il représente « de 2 283 à 5 184 kg d’équivalent CO2 par kilo de fleurs séchées »Dans les fermes du Colorado, cultiver le cannabis émet même plus de gaz à effet de serre que l’industrie minière : environ 2,6 mégatonnes d’équivalent CO2, contre seulement 1,8 mégatonne pour l’extraction du charbon…

    « La légalisation du cannabis a entraîné une augmentation substantielle de la production commerciale. Cependant l’ampleur de l’impact environnemental de l’industrie n’a pas été pleinement quantifiée », expliquent les chercheurs, dans les colonnes de la revue Nature Sustainability. Or, tant pour éviter les vols que pour contrôler les conditions climatiques propices à la pousse des plans, « une quantité considérable de cannabis légal est cultivée à l’intérieur. » 

    Pourquoi des rejets de CO2 aussi élevés ? La culture du cannabis en intérieur se révèle en fait au quotidien des plus gourmandes en énergie, entre le niveau d’humidité nécessaire à une bonne croissance, les lampes puissantes permettant de créer de la chaleur et des équipements spéciaux tout autant énergivores. « Les émissions de gaz à effet de serre sont en grande partie dues à la production d’électricité et à la consommation de gaz naturel provenant des contrôles environnementaux intérieurs, des lampes de culture à haute intensité et de l’approvisionnement en dioxyde de carbone pour une croissance accélérée des plantes », détaille l’étude. À titre de comparaison, la culture de plants en intérieur peut nécessiter un éclairage 50 à 200 fois plus intense que celui d’un bureau traditionnel, fonctionnant 24 heures sur 24 et sept jours sur sept.

    Moralité : difficile de militer à la fois contre le réchauffement climatique et pour la légalisation de la culture et de la consommation de cannabis !

  • Des lignées cellulaires issues de fœtus avortés utilisées dans le cadre du développement de vaccins contre la Covid-19

    IMPRIMER

    Du Salon Beige :

    Utilisation des lignées cellulaires issues de fœtus avortés dans le cadre du développement de vaccins contre la Covid-19

    Tiré de A.L., courrier des lecteurs de Science & Foi n°138, avec l’aimable autorisation de l’auteur et de la rédaction.

    Un article publié récemment par le Charlotte Lozier Institute (Prentice, 2021) fait le point sur l’utilisation de lignées cellulaires issues de fœtus avortés (Figure 1) dans le cadre de l’élaboration des vaccins contre la Covid-19.

    Figure 1 : Obtention de lignées cellulaires à partir d’un fœtus avorté. Ici il s’agit de lignées cellulaires issues du rein de ce fœtus. Reproduction d’une image publiée sur un rapport « Fact sheet : COVID vaccines and Fetal cell lines » du Charlotte Lozier Institute.

    De telles lignées cellulaires peuvent, rappelle cet article, être utilisées à trois étapes clés de l’élaboration des vaccins :

    • L’étape Design & Développement : conceptualisation, expériences préparatoires, spécification du vaccin.
    • L’étape Production : industrialisation et fabrication des vaccins.
    • L’étape Tests de confirmation du produit en laboratoire : tests d’analyse de la qualité, des acides nucléiques ou séquences protéiques, de réaction des anticorps, sur le produit fini.

    Le Tableau 1 est un résumé du tableau publié par le Charlotte Lozier Institute (Prentice, 2021), concernant l’utilisation de ce type de lignées cellulaires dans les différentes étapes d’élaboration des 6 vaccins commandés par l’Union Européenne (European Commission Decision, 15/12/2020). Le vaccin Spoutnik 5 du Gamaleya Research Institute a été ajouté également à cette liste. Le signe « x » indique l’utilisation de lignées cellulaires issues de fœtus avortés à l’étape désignée (pour les tests de confirmation en laboratoires sur produits finis, cela implique qu’au moins certains tests ont été menés sur de telles lignées cellulaires). Le signe « v » indique qu’il n’y a pas eu utilisation de lignées cellulaires de fœtus avortés. Le signe « ? » indique une absence de données fiables ou publiées sur la question. Lorsque cela était possible, les sources bibliographiques ont été indiquées. Les sources de certaines données publiées par le Charlotte Lozier Institute n’ont pas été retrouvées.

    2021_02_23_13_01_02_Greenshot.png

    Tableau 1 : Utilisation de lignées cellulaires issues de fœtus avortés lors de l’élaboration des 6 vaccins commandés par L’Union Européenne. Données issues de l’étude de Prentice (2021).

    Il est donc clair, d’après ce tableau, que sur les six vaccins commandés par l’Union Européenne, quatre d’entre eux utilisent des lignées cellulaires issues de fœtus avortés dans au moins une des phases de l’élaboration du vaccin. C’est également le cas du vaccin russe Spoutnik 5. Pour le vaccin Sanofi/GSK, certaines données sont manquantes et il n’est donc pas possible de conclure ou non sur l’utilisation de telles lignées cellulaires. Le vaccin CureVac n’utilise à aucune étape des lignées cellulaires issues de fœtus avortés. Il utilise en revanche des lignées cellulaires développées à partir d’un prélèvement de métastase d’une patiente adulte atteinte d’un cancer du col de l’utérus. Tout comme les vaccins Moderna et Pfizer, le vaccin CureVac est un vaccin à ARN. Cette nouvelle technologie est utilisée pour la première fois chez l’homme.

    Bibliographie

    A.L., Courrier des lecteurs paru dans Science & Foi, n°138, Janvier 2021.

    Charlotte Lozier Institute, « Fact Sheet: COVID Vaccines & Fetal Cell Lines », téléchargé 24/01/2021.

    Corbett et al., « SARS-CoV-2 mRNA vaccine design enabled by prototype pathogen preparedness », Nature, Volume 586, Pages 567–571, 05/08/2020.

    European Commission, « COMMISSION DECISION of 15.12.2020 on implementing Advance Purchase Agreements on COVID-19 vaccines », Brussels, C(2020) 9309 final, 15/12/2020.

    Mercado et al., « Single-shot Ad26 vaccine protects against SARS-CoV-2 in rhesus macaques », Nature, Volume 586, Pages 583–588, 2020.

    Prentice, D., « Update: COVID-19 Vaccine Candidates and Abortion-Derived Cell Lines », updated 04/01/2021.

    Prentice, D., Sander Lee, T., « A Visual Aid to Viral Infection and Vaccine Production », Charlotte Lozier Institute, 15/06/2020.

    Rauch et al., « mRNA based SARS-CoV-2 vaccine candidate CVnCoV induces high levels of virus neutralizing antibodies and mediates protection in rodents », bioRχiv, 23/10/2020.

    Tostanoski et al., « Ad26 vaccine protects against SARS-CoV-2 severe clinical disease in hamsters », Nature Medicine, Volume 26, Pages 1694–1700, 2020.

    Van Doremalen et al., « ChAdOx1 nCoV-19 vaccine prevents SARS-CoV-2 pneumonia in rhesus macaques », Nature, Volume 586, Pages 578–582, 30/07/2020.

    Vogel et al., « A prefusion SARS-CoV-2 spike RNA vaccine is highly immunogenic and 2 prevents lung infection in non-human primates », bioRχiv, 08/09/2020.

  • La dette publique mondiale a atteint 281 mille milliards de dollars

    IMPRIMER

    Du site des Missions Etrangères de Paris :

    La lutte contre la pandémie alourdit la dette mondiale de 24 000 milliards de dollars, la Chine en tête

    20/02/2021

    Selon l’Institut de Finance International (IIF), la dette publique mondiale a atteint 281 mille milliards de dollars US, un record attribué à la pandémie du Covid-19. En 2020, la dette publique a atteint un niveau historique en représentant près de 355 % du PIB mondial, notamment en raison des vastes plans d’aides destinés à relancer l’économie. Selon l’institut IIF, la Chine fait partie des pays dont les dettes ont enregistré les plus fortes hausses – suivie par la Turquie, la Corée du Sud et les Émirats Arabes Unis. Selon les prédictions de l’IIF, la tendance devrait se poursuivre en 2021.

    Fin 2020, la dette mondiale a atteint 281 mille milliards de dollars US, un record dû à la pandémie du Covid-19, selon l’Institut de Finance International (IIF), basé à Washington. En 2020, la dette publique a atteint un niveau historique en représentant près de 355 % du PIB mondial (soit une augmentation de 35 points de pourcentage par apport à 2019) – notamment en raison des vastes plans d’aides destinés à relancer l’économie. Cette hausse de la dette mondiale est supérieure à celle observée durant la crise financière de 2008-2009, avec peu de signes de stabilisation à court terme. Selon l’institut IIF, la Chine fait partie des pays dont les dettes ont enregistré la plus forte hausse des ratios d’endettement hors banques – suivie par la Turquie, la Corée du Sud et les Émirats Arabes Unis. L’Afrique du Sud et l’Inde ont également enregistré les plus fortes hausses, uniquement en termes de ratio de la dette publique sur PIB. Pékin s’est concentré sur les dépenses publiques d’infrastructures afin de relancer son économie, un choix qui a conduit de nombreux gouvernements locaux à emprunter.

    Afin de résister à la pandémie, les gouvernements, les entreprises et les ménages ont accumulé 24 mille milliards de dollars US de dette courant 2020. Les programmes de relance budgétaire, les plans de sauvetage, les aides à l’emploi et les aides sociales ont entraîné de lourdes charges à l’échelle mondiale. Selon les analystes, cette tendance devrait se poursuivre cette année. Avec des intérêts bas (voire négatifs) et des taux de croissance économique supérieurs aux coûts de financement, toutefois, les emprunts des gouvernements sont considérés comme avantageux à ce jour. Selon les prédictions de l’IIF, les déficits budgétaires des gouvernements devraient encore augmenter de 10 mille milliards de dollars US courant 2021. Pour les dirigeants mondiaux, aujourd’hui, la prochaine étape est de trouver le moyen de sortir de la crise. Le fait de couper les plans de relance trop rapidement pourrait conduire à des faillites en série, et le fait de prolonger la situation pourrait provoquer des dettes insurmontables, ce qui rendrait les budgets gouvernementaux ingérables.

    (Avec Asianews, Hong-Kong)