Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ethique - Page 4

  • La " persécution polie " des points de vue catholiques sur l'avortement et la sexualité se fait plus insistante au niveau international

    IMPRIMER

    De Lauretta Brown  sur le National Catholic Register :

    Un responsable de l'USCCB (United States Conference of Catholic Bishops) met en garde contre une augmentation de la " persécution polie " des points de vue catholiques sur l'avortement et la sexualité au niveau international.

    L'administration Biden et des groupes à l'étranger continuent de promouvoir un programme " LGBT " et pro-avortement dans les pays pauvres.

    11 juillet 2022

    WASHINGTON - Au cours du Sommet international sur la liberté religieuse 2022 qui s'est tenu la semaine dernière à Washington, Lucas Koach, directeur du Bureau de la justice internationale et de la paix de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis, a averti que dans le monde en développement, il y a une impulsion "pour pousser à des politiques que l'Église pense contraires à la dignité humaine innée de la personne humaine et attacher cela à l'aide étrangère des États-Unis ou à d'autres leviers diplomatiques". 

    Koach a pris la parole lors d'un panel de la Heritage Foundation intitulé "Victimes de persécution 'polie' : Les croyants ciblés par les activistes laïques de l'avortement et du genre." Le titre faisait référence aux remarques de 2016 du pape François sur la persécution "déguisée en culture, déguisée en modernité, déguisée en progrès." Le pape a qualifié cette persécution de "persécution polie, lorsque quelqu'un est persécuté non pas pour avoir confessé le nom du Christ, mais pour avoir voulu démontrer les valeurs du Fils de Dieu." 

    Koach a déclaré que les politiques qui sont en contradiction avec l'enseignement de l'Église sur la dignité humaine "sont souvent formulées sous le couvert de la protection d'autres personnes, comme une mère confrontée à une grossesse non désirée, ou une personne attirée par le même sexe ou souffrant de dysphorie de genre, subissant une violence ou une discrimination indue. Ainsi, on peut dire ou voir que cela semble bien intentionné, et nous sommes certainement d'accord que les personnes vulnérables et marginalisées doivent être protégées." 

    Il a déclaré que l'Église catholique croit, "comme tant de nos traditions de foi l'ont bien articulé, que chaque être humain est fait à la ressemblance et à l'image de Dieu et porte une dignité inviolable ; la violence de toute sorte doit être condamnée."

    "Nous commençons à voir qu'il existe une différence subtile et croissante, et parfois pas si subtile, entre la protection contre la violence à l'égard de tous et l'approbation d'une certaine vision du monde", a déclaré Koach, qui "peut aller à l'encontre de la dignité humaine innée, aller à l'encontre de la nature et du but de la famille humaine. Nous avons vu, de plus en plus, des régimes passer de notions de protection pour tous à l'exportation d'une vision du monde qui va à l'encontre de ces notions de protection et promeut une nouvelle compréhension de cette nature de la personne humaine et du sexe humain."

    Poussée sur l'idéologie du genre

    M. Koach a déclaré que cette pression n'est pas nouvelle, mais "elle a pris de l'ampleur, elle s'est développée et est devenue moins voilée." Il a fait référence aux directives de l'Agence américaine pour le développement international de juin 2021 pour "l'intégration des considérations LGBTI+ dans les programmes d'éducation", qui, selon lui, "donne des conseils très précis aux entrepreneurs ou aux ONG qui mettent en œuvre des programmes éducatifs [sur] la façon de réorienter et de reprogrammer le matériel éducatif, pour affirmer votre éventail d'idéologies de genre ou d'orientations sexuelles". 

    Lire la suite

  • Avec le feu vert à la fécondation in vitro, l'Académie Pontificale pour la Vie rompt avec le Magistère

    IMPRIMER

    De Luisella Scrosati sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana :

    Avec le feu vert à la FIV, l'Académie Pontificale pour la Vie rompt avec le Magistère

    12-07-2022

    Après la contraception, dans le texte de base Éthique théologique de la vie, l'Académie pontificale pour la vie entame également le processus d'autorisation de l'insémination artificielle homologue. Le seul problème moralement pertinent est celui des embryons surnuméraires, mais le texte de base "simplifie" le tout, en établissant a priori que lorsqu'il y a un problème de stérilité, toute forme de PMA est licite puisque les rapports sexuels et la génération ont déjà été séparés de la condition de stérilité. Une chose déjà condamnée par le Magistère que Mgr Paglia ne veut pas voir ou fait semblant de ne pas voir. 

    Comme prévu mardi dernier (voir ici), outre la contraception (voir ici), l'Académie pontificale pour la vie a également "entamé le processus" d'autorisation de la fécondation artificielle homologue.

    Ainsi le § 173 (p. 305 du volume) du texte de base Éthique théologique de la vie publié par Libreria Editrice Vaticana : " Dans la procréation assistée homologue sous ses diverses formes, en évitant évidemment d'obtenir des "embryons surnuméraires", la génération n'est pas artificiellement séparée du rapport sexuel, car ce dernier est "en soi" infertile. Au contraire, la technique agit comme une forme de thérapie qui permet de remédier à la stérilité, non pas en se substituant au rapport sexuel, mais en permettant la génération".

    Donc, feu vert à toutes les formes de PMA homologue. Le seul problème moralement pertinent semble être celui des embryons surnuméraires, tandis que disparaît l'idée que certaines formes de PMA posent des problèmes moraux à différents niveaux : le mode de prélèvement du sperme, la proximité de l'acte conjugal, le type de technique utilisée pour la fécondation. Le texte de base "simplifie" le tout, en établissant a priori qu'en cas de problème de stérilité, toute forme de PMA est licite puisque le rapport sexuel et la génération sont déjà séparés de la condition de stérilité ; pour cette raison précise, il ne serait plus nécessaire de vérifier que l'intervention technique préserve l'inséparabilité des significations unitive et procréative.

    Il est maintenant clair que le "Nouveau Cours" de l'Académie Pontificale pour la Vie, en organisant ce séminaire et en se cachant derrière l'importance de l'écoute et de la discussion, veut en fait renverser ce que le Magistère de l'Eglise a déjà établi. En effet, le texte de l'Instruction Donum Vitae était déjà très clair sur le cas des conjoints qui désirent légitimement des enfants, mais ne peuvent pas en avoir ; tout comme il était également clair que le problème des embryons surnuméraires est bien réel, mais toujours distinct de celui de la technique de fécondation artificielle utilisée. Car, pour une évaluation morale, le procédé technique utilisé " doit être jugé en lui-même, et ne peut emprunter sa qualification morale définitive ni à l'ensemble de la vie conjugale dans laquelle il s'inscrit, ni aux actes conjugaux qui peuvent le précéder ou le suivre " (II, 5).

    Lire la suite

  • Une rencontre avec la "femme pro-vie" de l'année

    IMPRIMER

    De Maisy Sullivan sur Catholic News Agency (CNA) :

    Rencontrez la "femme pro-vie de l'année" : Lauren Muzyka, de Sidewalk Advocates for Life.
     
    Lauren Muzyka, who was named Pro-Life Woman of the Year last month.
     
    Lauren Muzyka, qui a été nommée femme pro-vie de l'année le mois dernier. | Sidewalk Advocates for Life

    9 juilet 2022

    Lauren Muzyka, présidente et directrice générale du groupe pro-vie Sidewalk Advocates for Life (SAFL), a été nommée femme pro-vie de l'année lors de la conférence des femmes pro-vie qui s'est tenue à Indianapolis le mois dernier.

    Les efforts de Mme Muzyka, ainsi que l'aide de tous les défenseurs des trottoirs, permettent de sauver près de "4 500 bébés par an... Ce sont des statistiques où une mère a réellement choisi la vie pour son bébé", a-t-elle déclaré à CNA.

    Muzyka supervise le programme de la SAFL, où elle soutient pacifiquement la mission et la vision de l'organisation, qui consiste à offrir aux femmes des alternatives à l'avortement qui leur permettent de vivre en dehors des cliniques d'avortement. 

    L'énoncé de mission de la SAFL dit : "Nous avons pour mission de transformer le trottoir devant chaque clinique d'avortement en Amérique et au-delà en un lieu d'aide et d'espoir réels et de mettre fin à l'avortement."

    Sa foi catholique, dit-elle, joue un rôle majeur dans son travail de leader pro-vie. 

    "Quand vous savez que chaque vie humaine qui vient à l'existence est faite à l'image et à la ressemblance de Dieu, cela vous aide à réaliser ce qui est en jeu dans la bataille de l'avortement et dans le mouvement pro-vie dans son ensemble, n'est-ce pas ?" a-t-elle demandé. "C'est donc beau et motivant de savoir que chaque âme éternelle qui croise notre chemin dans un centre d'avortement a une histoire."

    Mme Muzyka a également raconté à CNA l'expérience la plus émouvante qu'elle ait vécue en tant que militante sur le trottoir. 

    Elle a parlé à une femme qui était sur le point d'entrer dans un centre d'avortement et l'a orientée vers un centre de grossesse favorable à la vie. La femme a écouté, mais s'est tout de même rendue dans le centre d'avortement afin de pouvoir évaluer ses options. La femme a ressenti l'obscurité du centre d'avortement et a choisi la vie. Quelques mois plus tard, Muzyka a pu tenir cet enfant dans ses bras. C'est le premier bébé qu'elle a pu rencontrer et dont elle a personnellement aidé la mère en tant qu'avocate de trottoir.

    Elle se souvient d'avoir prié pour pouvoir vivre cette expérience et qualifie sa prière exaucée de "moment très spécial".

    Pour son travail, Mme Muzyka a reçu le prix de la femme pro-vie de l'année. Abby Johnson, militante pro-vie et fondatrice de la conférence, lui a remis ce prix à la fin de la conférence.

    "Grâce à la vision de Lauren, à ses efforts, à la vision de Dieu, à Sa main dans sa vie, à la formation qu'elle a mise en place et aux personnes qui se trouvent sur le trottoir, [ces femmes] ont pris une décision différente et ont choisi la vie", a déclaré Mme Johnson.

    Mme Muzyka a accepté le prix au nom de tous les "saints défenseurs des trottoirs" et a déclaré à CNA qu'elle était touchée par cet "honneur incroyable". 

    La conférence a débuté le 24 juin, le jour où la Cour suprême a annulé l'arrêt Roe v. Wade, qui a légalisé l'avortement dans tout le pays en 1973. En réaction, Mme Muzyka et de nombreuses autres femmes pro-vie ont fait la fête ensemble.

    "C'était une célébration comme vous n'en avez jamais vu auparavant", a déclaré Muzyka dans un communiqué de presse. "Je suis en admiration devant ce que Dieu a fait. Ces moments resteront à jamais gravés dans mon cœur."

    L'expérience de plus de 20 ans de Muzyka dans la défense des trottoirs pro-vie ne se termine pas avec le renversement de Roe v. Wade. Au contraire, elle a déclaré que "le cœur de ce ministère consiste à donner aux [femmes] des options, des ressources, de l'espoir et de l'aide" et qu'il y aura toujours des femmes prêtes à franchir les frontières des États pour obtenir des services d'avortement.

    "Ce n'est pas parce que l'arrêt Roe est terminé que les grossesses inattendues sont terminées", a déclaré Mme Muzyka. La principale question du mouvement pro-vie est donc la suivante : "Comment pouvons-nous atteindre au mieux les femmes de notre communauté avant qu'elles ne soient tentées de franchir les frontières de l'État et de considérer l'avortement comme une solution ?"

    Muzyka a invité "toute personne qui a le cœur à atteindre les mères en crise". Elle a ajouté que toute personne qui plaide en faveur de services de grossesse favorables à la vie peut faire une "différence incroyable".

  • Ils se sont dit oui à l'église...

    IMPRIMER

    Lu sur le site de la Dernière Heure () :

    Liège : Luca et Jordan se sont dits "oui" à l'église !

    Germain Dufour a accepté de marier religieusement les amoureux

    7 juillet 2022

    En franchissant le cap du mariage, Luca et Jordan posaient d'abord un acte d'amour et de foi. "Nous avons décidé de nous marier, d'unir nos deux familles et notre amour. Et il était important de sceller cet amour par un engagement et d'avoir une cérémonie religieuse pour donner une dimension spirituelle à notre union."

    Changer les mentalités

    Mais derrière cette cérémonie qui s'est tenue à l'Eglise Saint-Servais à Liège, il y avait aussi une dimension militante. "Les mariages homosexuels sont rares dans nos églises et nous le déplorons. En Wallonie il n'y a que cinq prêtres qui acceptent d'unir les couples de même sexe. Pour se marier dans une église, il faut être hétéro, pas divorcé et tiré à quatre épingles… Les réactions que provoque notre mariage ne viennent pas de la population mais surtout de l'Eglise catholique de Belgique, réputée conservatrice (?!). C'est en préparant ce genre de cérémonie que nous avons le plus souvent été confrontés à l'homophobie de nos institutions !", explique le couple.

    "Nous ne voulons pas nous faire les ambassadeurs d’une communauté, mais nous avons envie de souligner l’importance pour notre société de célébrer l’amour avec un grand A. Que nos instances religieuses prennent conscience que nous existons, nous les couples homosexuels !"

    Le frère Germain Dufour peut-il continuer, pour la énième fois, à officier de cette façon, en contradiction avec l'enseignement de l'Eglise, sans blâmes ni sanctions ? Les personnes qui ont assisté à cette cérémonie n'ont-elles pas le droit d'être détrompées étant donné qu'il n'y a pas eu, dans ces circonstances, de célébration sacramentelle valide ? On peut espérer que les autorités diocésaines compétentes interviendront de façon adéquate.

    Lire également :

    Les prêtres de l’Église catholique ne peuvent pas bénir les unions entre personnes de même sexe

  • L'avortement dans la Charte des droits fondamentaux ?

    IMPRIMER

    Du site de l'ECLJ :

    Jeudi 7 juillet 2022, le Parlement européen a adopté une nouvelle résolution, « condamnant fermement » le jugement de la Cour suprême des États-Unis et appelant à créer un nouveau « droit à l’avortement » dans la Charte des droits fondamentaux de l'Union européenne. Cette résolution a été médiatisée, bien plus que de raison car elle n’a rien d’exceptionnel. Elle est inutile, sans lendemain, et hors-sol. Enfin et surtout, elle est très éloignée des réalités douloureuses correspondant à l’avortement.

    Décryptage de Nicolas Bauer, chercheur associé à l'ECLJ.

    Lire également : L’avortement, “un dogme tabou qui repose sur le sable du mensonge”

    Pour plus d'information : www.eclj.org

     

    La COMECE a réagi à ce vote du Parlement européen :

    Déclaration du Secrétaire Général de la COMECE au sujet de la Résolution du Parlement Européen sur « la décision de la Cour suprême des États-Unis de remettre en cause le droit à l’avortement aux États-Unis et la nécessité de protéger ce droit ainsi que la santé des femmes dans l’Union européenne »

    Nous regrettons l'adoption hier de cette Résolution par le Parlement Européen, qui ouvre la voie à une déviation des droits de l'homme universellement reconnus et dénature la tragédie de l'avortement pour les mères en difficulté. Nous devons œuvrer à plus grande unité entre les Européens, et non créer davantage de barrières idéologiques et de polarisation. Nous devons soutenir les mères enceintes et les accompagner pour surmonter leurs difficultés dans des situations problématiques.

    Le Parlement européen ne doit pas s'engager dans un domaine, tel que l'avortement, qui ne relève pas de sa compétence, ni s'immiscer dans les affaires intérieures des pays démocratiques membres ou non de l'UE. La promotion d'agendas politiques radicaux met en danger les droits fondamentaux, notamment la liberté de pensée, de conscience et de religion, la liberté d'expression, la liberté de réunion et nuit à la cohésion sociale.

    La priorité donnée à l'inclusion de l'avortement dans la Charte des droits fondamentaux de l'Union Européenne, dans le contexte d'une éventuelle révision des traités de l'UE, peut sérieusement compromettre les chances d'un tel processus de réforme, tout en intensifiant les confrontations entre nos concitoyens et entre les États membres.

    P. Manuel Barrios Prieto
    Secrétaire Général 

  • Le Saint-Siège adhère à la Convention sur le climat et à l'Accord de Paris : un déraillement ?

    IMPRIMER

    Communiqué sur l'adhésion du Saint-Siège à la Convention sur le climat et à l'Accord de Paris, 08.07.2022

    source

    Le 6 juillet 2022, Son Excellence l'Archevêque Gabriele Giordano Caccia, Observateur permanent auprès des Nations Unies, a déposé auprès du Secrétaire général des Nations Unies l'instrument par lequel le Saint-Siège, au nom et pour le compte de l'État de la Cité du Vatican, accède à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC). À la date la plus proche possible, compte tenu des exigences juridiques de l'Accord de Paris, le Saint-Siège, au nom et pour le compte de l'État de la Cité du Vatican, déposera l'instrument d'adhésion à ce dernier.

    Avec le présent instrument, ainsi qu'avec le suivant, auxquels il a joint une déclaration, le Saint-Siège, au nom et pour le compte de l'État de la Cité du Vatican, entend contribuer et apporter son soutien moral aux efforts de tous les États pour coopérer, conformément à leurs responsabilités communes mais différenciées et à leurs capacités respectives, à une réponse efficace et appropriée aux défis que le changement climatique pose à l'humanité et à notre maison commune. Ces défis ont "une pertinence non seulement environnementale, mais aussi éthique, sociale, économique et politique, affectant avant tout la vie des plus pauvres et des plus fragiles. Ils font ainsi appel à notre responsabilité de promouvoir, à travers un engagement collectif et conjoint, une culture de la sollicitude, qui place au centre la dignité humaine et le bien commun" (Pape François, Vidéo-Message pour le Sommet Ambition Climat, 12 décembre 2020).

    Dans ce concours, le Saint-Siège rappelle l'appel urgent du pape François "pour un nouveau dialogue sur la façon dont nous façonnons l'avenir de notre planète. Nous avons besoin d'une conversation qui inclut tout le monde, car le défi environnemental que nous subissons, et ses racines humaines, nous concernent et nous affectent tous" (Lettre encyclique Laudato si' sur le soin de notre maison commune, § 14).

    En répondant à la question "Quel genre de monde voulons-nous laisser à ceux qui viennent après nous, aux enfants qui grandissent maintenant ?" (Laudato si', n. 160), le Saint-Siège souhaite que la Convention et l'Accord de Paris contribuent à promouvoir "une remarquable convergence sur l'urgente nécessité d'un changement de direction, une volonté décisive de passer de la "culture du jetable" qui prévaut dans nos sociétés à une "culture du soin" pour notre maison commune et ses habitants, maintenant et à l'avenir [...] L'humanité possède les moyens d'effectuer ce changement, qui demande une véritable conversion, tant individuelle que communautaire, et une volonté décisive de s'engager sur cette voie. Il s'agira de passer à un modèle de développement plus intégral et intégrateur, fondé sur la solidarité et la responsabilité" (Message du Pape François à la COP26 de la CCNUCC, 29 octobre 2021). Ce sont deux valeurs fondamentales qui doivent être à la base de la mise en œuvre de la Convention et de l'Accord de Paris, et qui continueront à guider les efforts du Saint-Siège dans ce processus.

    Life Site commente :

    ... Cependant, comme LifeSiteNews l'a déjà rapporté, les défenseurs de la vie ont remarqué depuis longtemps que l'Accord de 2015 comprend un programme sous-jacent visant à promouvoir l'avortement, la contraception et la stérilisation comme moyens nécessaires pour contrôler la population et minimiser la consommation humaine et l'utilisation des ressources de la terre. La façon dont ces choses sont imposées aux pays les plus pauvres en les liant aux fonds et aux ressources désirés le manifeste clairement.

  • Avortement : Biden persiste et signe

    IMPRIMER

    De Catholic News Agency (Katie Yoder) :

    8 juillet 2022

    Biden signe un décret sur l'avortement : Le droit de choisir est essentiel

    Le président Joe Biden a signé vendredi un décret visant à protéger l'accès à l'avortement en réponse à la décision de la Cour suprême d'annuler l'arrêt Roe v. Wade.

    "C'est un choix", a-t-il déclaré avant de signer le décret le 8 juillet, "un moment pour restaurer les droits qui nous ont été retirés, et le moment de protéger notre nation contre un programme extrémiste qui est aux antipodes de tout ce que nous croyons en tant qu'Américains."

    Il a fait référence à plusieurs reprises à l'avortement en tant que "soins de santé" et a appelé les médicaments pour l'avortement "médicaments". 

    Biden, un catholique, a soutenu à plusieurs reprises l'avortement, contrairement à l'enseignement de l'Église catholique selon lequel la vie humaine doit être respectée et protégée dès le moment de la conception. 

    Le président a signé le "décret protégeant l'accès aux services de santé reproductive" à la Maison Blanche en présence de la vice-présidente Kamala Harris, du secrétaire à la santé et aux services sociaux (HHS) Xavier Becerra et de la procureure générale adjointe Lisa Monaco.

    Dans ce décret, M. Biden énonce la politique de son administration visant à soutenir "le droit des femmes de choisir", qu'il considère comme "essentiel à la justice, à l'égalité, à la santé, à la sécurité et au progrès de la nation".

    Selon une fiche d'information de la Maison Blanche, le décret se concentre sur quatre domaines généraux : l'accès aux "services de soins de santé génésique" ; la vie privée des patients et l'accès à l'information ; la sécurité des patients, des prestataires et des cliniques ; et la coordination des efforts fédéraux pour protéger "les droits génésiques et l'accès aux soins de santé".

    L'ordonnance ordonne au HHS, entre autres, de protéger et d'élargir l'accès à la contraception et à l'avortement, en particulier aux médicaments abortifs. Il appelle également à réunir des avocats pro bono dont les services pourraient inclure "la protection du droit de voyager hors de l'État pour obtenir des soins médicaux."

    L'administration promet également de protéger les patientes souhaitant avorter ainsi que les prestataires et les cliniques pratiquant l'avortement, y compris "les cliniques mobiles, qui ont été déployées aux frontières pour offrir des soins aux patientes hors de l'État", peut-on lire dans la fiche d'information.

    Dans ses remarques, M. Biden a ajouté qu'il demandait au ministère de la Justice "de faire tout ce qui est en son pouvoir pour protéger ces femmes qui cherchent à invoquer leurs droits".

    "Dans les États où les cliniques sont encore ouvertes, pour les protéger de toute intimidation", a-t-il dit. "Pour protéger le droit des femmes à se déplacer d'un État qui interdit de chercher les soins médicaux dont elles ont besoin vers un État qui fournit ces soins. Pour protéger le droit des femmes à des médicaments approuvés par la FDA qui sont disponibles depuis plus de 20 ans."

    M. Biden a commencé son intervention en critiquant la décision "terrible, extrême et, je pense, totalement erronée" de la Cour suprême d'annuler l'arrêt Roe, qui a légalisé l'avortement dans tout le pays en 1973. La décision Dobbs contre Jackson Women's Health Organization laisse la législation sur l'avortement à chaque État.

    "La pratique de la médecine ne devrait pas être figée au 19e siècle", a déclaré M. Biden, ajoutant que la Cour a exercé "un pouvoir politique brut".

    Il a déclaré que le vote était "le seul moyen de réaliser et de restaurer" le "droit constitutionnel de choisir" et de codifier Roe. Les républicains, a-t-il dit, mettent déjà en place des lois qui "coûteront des vies".

    Il a cité l'exemple d'une victime de viol âgée de 10 ans qui aurait voyagé de l'Ohio à l'Indiana pour se faire avorter.

    "Nous ne pouvons pas permettre qu'une Cour suprême hors de contrôle, travaillant de concert avec des éléments extrémistes du parti républicain, nous prive de nos libertés et de notre autonomie personnelle", a-t-il déclaré.

  • "Changement de genre" : 140 médecins et intellectuels (dont 14 Belges) appellent à informer les jeunes objectivement

    IMPRIMER

    Une synthèse de presse de gènéthique.org :

    Genre : 140 médecins et intellectuels appellent à informer les jeunes objectivement

    7 juillet 2022

    « Nous, scientifiques, médecins et universitaires des sciences humaines et sociales, appelons les médias du service public et les médias privés de France, de Belgique, d’Allemagne, du Royaume-Uni, de Suisse et d’autres pays d’Europe à présenter fidèlement les études sérieuses et les faits scientifiquement établis concernant le “changement de genre” des enfants dans les émissions destinées à un large public. » Initié par l’Observatoire de la Petite Sirène, 140 scientifiques et intellectuels signent un « manifeste européen pour une approche objective du “changement de genre” des mineurs dans les médias ». Ces premiers signataires sont français, belges, allemands britanniques, suisses, suédois, norvégiens ou encore finlandais[1].

    Des faits scientifiques face à l’idéologie

    « En tant que scientifiques, professionnels de l’enfance et universitaires, nous nous opposons fermement à l’assertion selon laquelle les femmes et les hommes ne seraient que des constructions sociales ou des identités ressenties, écrivent-ils. On ne choisit pas son sexe et il n’y en a que deux. On naît fille ou garçon. Le sexe est constaté à la naissance et inscrit à l’état civil. » « On peut changer l’apparence de son corps mais jamais son inscription chromosomiale », rappellent-ils (cf. « En tant que scientifiques, nous nous opposons fermement à l’idée que les femmes et les hommes ne sont que des constructions sociales ou des identités ressenties »).

    Ces personnalités déplorent que les médias reprennent « de manière univoque » « les revendications infondées des militants transaffirmatifs, souvent sans objectivité », mettant « sur le même plan des vérités scientifiques et des opinions ».Sans laisser de place à la critique ou la moindre réserve.

    L’impact sur les jeunes

    En présentant le changement de « genre » comme une « solution miracle » au mal-être adolescent, ces « émissions répétitives ont un effet d’endoctrinement sur les jeunes que les réseaux sociaux accentuent » (cf. Changement de sexe chez les enfants : « C’est comme si mon fils était sous emprise »). Ce qui conduit à multiplier les « autodiagnostics » chez les jeunes. Les demandes de prise en charge ont ainsi été multipliées par 25 « en moins de dix ans ».

    D’ailleurs, l’augmentation des « jeunes détransitionneurs » illustre « la légèreté avec laquelle ils ont été traités par des médecins, des psychiatres et d’autres professions de santé » (cf. Changement de sexe chez les enfants : « un des plus grands scandales sanitaire et éthique »).

    Et « en parallèle, se développe, dès le primaire dans les écoles, une “éducation à la sexualité” qui ne tient aucunement compte de l’immaturité psychique des enfants en les exposant à des contenus intrusifs et contraignants », dénoncent les signataires du manifeste. Ainsi, au-delà d’une prise de conscience par les médias, ils demandent aussi aux « institutions publiques » de « veiller à l’exigence d’impartialité dans la présentation et la transmission des connaissances sur un sujet aussi important. » (cf. La fragile protection des enfants face aux lobbies trans-affirmatifs)

    [1] France :

    Nicole Athéa, gynécologue-endocrinologue, membre du directoire de l’Observatoire La Petite Sirène. Elle a été réfèrent médical au CRIPS, le Centre régional d’information et de prévention du sida.

    Elisabeth Badinter, philosophe, féministe.

    Martine Benoit, germaniste, Professeure des Universités, membre du laboratoire « Analyses littéraires et histoire de la langue » de l’Université de Lille

    Marie Myriam Blondel, Chef d’établissement- adjoint

    Marie-Jo Bonnet, historienne, écrivaine, féministe

    Rémi Brague, Professeur émérite de philosophie à l’Université de Paris I Panthéon Sorbonne et à l’université Louis et Maximilien de Munich, membre de l’Institut de France.

    Jean-François Braunstein, Professeur émérite de philosophie contemporaine à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

    Anna Cognet, psychologue clinicienne, Attachée Temporaire d’Enseignement et de Recherche à l’Université de Picardie Jules Verne, co-directrice de l’Observatoire La Petite Sirène

    Dominique Crestinu, gynécologue-endocrinologue.

    Daniel Dayan, sociologue de la culture et des médias. Directeur de recherches, Centre National de la Recherche Scientifique.

    Chantal Delsolphilosophe, membre de l’Académie des sciences morales et politiques

    Gilles DenisMaître de conférences-HDR, histoire et épistémologie des sciences du vivant, Université de Lille

    Bernard Devauchelle, Professeur émérite de médecine de l’Université Picardie Jules Verne, Membre de l’Académie de Chirurgie, Membre Correspondant de l’Académie de Médecine.

    Catherine Dolto, médecin, haptothérapeute, essayiste

    Xavier Emmanuelli, médecin et homme politique français, fondateur du SAMU social de la ville de Paris.

    Caroline Eliacheff, pédopsychiatre, psychanalyste, co-directrice de l’Observatoire La Petite Sirène

    François Farges, gynécologue-obstétricien, échographiste, Hôpital des Diaconesses, Paris

    René Frydman, ancien Professeur de médecine spécialisé en gynécologie-obstétrique, spécialiste de la reproduction.

    Francis Galibert, Professeur de médecine, UMR 6290 CNRS/Faculté de Médecine, Université de Rennes 1, membre de l’Académie Nationale de Médecine

    Bernard Golse, pédopsychiatre-psychanalyste, Professeur émérite de Psychiatrie de l’Enfant et de l’Adolescent à l’Université Paris-Cité.

    Claude Habib, Professeure émérite de littérature à la Sorbonne Nouvelle.

    Ghada Hatem-Gantzer, ancienne cheffe de service de la maternité de Saint-Denis, a créé en 2016 la Maison des Femmes à Saint-Denis. Médecin engagée contre les violences faites aux femmes, l’excision en particulier.

    Yana Grinshpun, linguiste, Maître de Conférences à la Sorbonne Nouvelle
    Olivier Halimi, psychologue clinicien, psychanalyste, membre de la Société Psychanalytique de Paris

    Claudine Junien, Professeure émérite de génétique médicale de la Faculté Paris-Ouest, ancienne directrice de l’unité Inserm U383, membre correspondant de l’Académie Nationale de Médecine.

    Jean-Marie Lacroix, Professeur des Universités, Resp. groupe Génétique des Enveloppes Bactériennes, UGSF UMR CNRS8576, Faculté des Sciences et Technologies-Université de Lille

    Jean-Daniel Lalau, Professeur de nutrition, chef du service d’endocrinologie-diabétologie-nutrition au CHU d’Amiens

    Manuel Maidenberg, pédiatre.

    Céline Masson, psychanalyste, Professeure des Universités, membre du Centre d’Histoire des Sociétés, des Sciences et des Conflits à l’Université de Picardie Jules Verne. Co-directrice de l’Observatoire La Petite Sirène

    Jean-François Mattei, médecin, ancien Professeur de pédiatrie et génétique médicale. Président honoraire de l’Académie de médecine (2020), membre de l’Institut (Académie des Sciences morales et politiques). Ancien ministre de la Santé, de la Famille et des Personnes handicapées.

    Isabelle de Mecquenem, philosophe, Professeur agrégé à l’Université de Reims Champagne Ardenne (URCA)

    Olga Megalakaki, Professeur en psychologie cognitive, Université de Picardie Jules Verne

    Vannina Micheli-Rechtman, psychiatre, psychanalyste, philosophe, Présidente d’Espace Analytique

    Jacques-Alain Miller, psychanalyste, membre de l’Ecole de la cause freudienne, ancien président de l’Association Mondiale de Psychanalyse, ancien directeur du département de psychanalyse de l’université Paris 8.

    Arnold Munnich, Professeur de génétique à l’Université Paris V, chef de service à l’hôpital Necker – Enfants Malades où il dirige l’Unité de génétique INSERM U 781.

    Israël Nisand, Professeur de gynécologie obstétrique, il a été président du Collège national des gynécologues-obstétriciens français

    Jean-Robert Pitte, géographe, Secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences morales et politiques

    Véronique Quaglino, Professeur de neuropsychologie, Université de Picardie Jules Verne

    Sylvie Quesemand Zucca, psychiatre, membre du directoire de l’Observatoire La Petite Sirène

    Gérard Rabinovitch, philosophe, sociologue, essayiste.

    François Rastier, linguiste, Directeur de recherche au CNRS.

    Caroline Rey-Salmon, pédiatre des Hôpitaux, médecin légiste, elle est coordonnatrice des urgences médico-judiciaires de l’Hôtel-Dieu à Paris (AP-HP).

    Hélène Romano, docteur en psychopathologie-habilitée à diriger les recherches, docteur en droit privé et sciences criminelles.
    Thierry Roth, Président de l’Association Lacanienne Internationale (ALI)

    Didier Sicard, Professeur de médecine, ancien président du Comité consultatif national d’éthique de 1999 à 2008.

    Claire Squires, Psychiatre, psychanalyste, Maître de conférences émérite à l’Université Paris-Cite et directrice de recherches

    Julien Taïeb, Professeur de médecine à l’Hôpital Européen Georges Pompidou.

    Pierre André Taguieff, philosophe et historien des idées, Directeur de recherche au CNRS

    Sonia Timsit Taïeb, psychiatre, psychanalyste, membre associé de la Société de Psychanalyse Freudienne.

    Jean-Pierre Winter, psychanalyste, essayiste. Président du mouvement du Coût freudien.

    Éric Zuliani, psychanalyste, Président de l’École de la Cause freudienne

     

    Belgique :

    Marc Crommelinck, Professeur émérite à la Faculté de médecine de l’Université de Louvain.

    Sophie Dechêne, pédopsychiatre, TCC, co-directrice de la branche belge de l’Observatoire La Petite Sirène

    Xavier de Muylder, médecin gynécologue, Docteur en Sciences de la famille et de la sexualité, Enseignant à Université Catholique de Louvain

    Diane Drory, psychologue, psychanalyste

    Jean Florence, psychanalyste et professeur émérite aux Facultés St Louis, Bruxelles

    Nadia Geerts, Maître-assistante en philosophie et en morale à la Haute Ecole Bruxelles-Brabant, militante laïque

    Jean Giot, Professeur ordinaire émérite, département Langues et littératures françaises et romanes, université de Namur, Belgique.

    Jean-Yves Hayez, pédopsychiatre, professeur émérite à la Faculté de médecine de l’Université catholique de Louvain

    Beryl Koener, pédopsychiatre, docteur en sciences médicales (Institut des Neurosciences, UCL)

    Joël Kotek, Professeur en Sciences Politiques à l’Université Libre de Bruxelles

    Jean-Pierre Lebrun, pédopsychiatre, psychanalyste, co-directeur de la branche belge de l’Observatoire La Petite Sirène

    Patrick De Neuter, Professeur émérite en psychopathologie du couple, de la famille et de la sexualité de l’Université de Louvain

    Jean-Louis Renchon, Professeur émérite en droit de la personne et de la famille à l’Université catholique de Louvain et à l’Université Saint-Louis – Bruxelles

    Jean-Paul Roussaux, Professeur émérite à la Faculté de médecine de l’Université de Louvain psychiatre, chef de service honoraire du service de psychiatrie de l’Université de Louvain.

    Lire la suite

  • Quand le Parlement européen demande d’inscrire l’avortement parmi les « droits fondamentaux »

    IMPRIMER

    Une synthèse de presse de gènéthique.org :

    Le Parlement européen demande d’inscrire l’avortement parmi les « droits fondamentaux »

    7 juillet 2022

    Par 324 voix contre 155 et 38 abstentions, les députés européens ont voté une résolution demandant au Conseil que « le droit à l’avortement soit inscrit dans la charte des droits fondamentaux de l’UE après sa remise en cause aux Etats-Unis » (cf. Avortement : Le Parlement européen prétend faire la leçon à la Cour suprême des États-Unis). Une volonté qu’avait déjà affichée Emmanuel Macron au mois de janvier, au moment de prendre la présidence de l’Union européenne (cf. PFUE : l’avortement, une “;valeur” de l’Europe ?).

    La Charte, adoptée en 2000, est « juridiquement contraignante »[1]. Pour la modifier, les 27 pays membres doivent voter à l’unanimité.

    Un sujet clivant

    Mais le sujet de l’avortement ne fait pas consensus (cf. Ukraine : la Pologne et la Hongrie sur la sellette pour leur politique en matière d’IVGAvortement : la Pologne à contre-courantAvortement : Malte dit non à l’Europe). Les députés ont d’ailleurs demandé au Conseil « qu’il se réunisse pour discuter d’une convention permettant de réviser les traités », afin que l’unanimité ne soit plus requise.

    Evoquant la récente décision de la Cour suprême, Stéphane Séjourné, chef des députés libéraux et centristes du groupe Renew a déclaré : « Donnons aux femmes en Europe la garantie qu’aucun juge ne pourra détricoter ces droits et rappelons aux réactionnaires ce qu’ils sont vraiment : un reliquat du passé qui n’a aucun avenir dans l’Union européenne ». Ce à quoi le député polonais Patryk Jaki a répondu : « Vous voulez condamner les Etats-Unis parce qu’ils ont utilisé l’indépendance des juges ? (…) Vous ne faites pas preuve de cohérence. »

    -----------

    [1] Elle a la même « valeur » que les traités.

    Source : AFP (07/07/2022)

    or, le droit à l'avortement est un mensonge comme le développe cette tribune parue dans Valeurs Actuelles :

    [Tribune] Le mensonge du droit à l’avortement

    Le jugement de la Cour suprême des États-Unis sur l’avortement a provoqué une forme de panique dans le camp progressiste qui, en réaction, veut sanctuariser l’avortement en en faisant un droit fondamental garanti par la Constitution française et la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne. Or l’avortement ne saurait être un véritable droit fondamental, sauf à vider de son sens la notion même de droit.

    Par Grégor Puppinck

     

    L’affirmation selon laquelle l’avortement est un droit repose sur le mensonge. Il y a d’abord le mensonge suivant lequel l’avortement serait un « soin de santé », qu’il serait « sans risque », que sa légalisation réduirait la mortalité maternelle, ou encore que les femmes seraient victimes de « grossesses forcées », comme si la grossesse était une fatalité. Il y a aussi le mensonge suivant lequel il serait impossible de prévenir ni de réduire le recours à l’avortement, ou que l’avortement serait une condition de l’égalité entre les hommes et les femmes. Tous ces mensonges peuvent être aisément dénoncés.

    Lire la suite

  • Comment l’OMS est manipulé pour promouvoir l’avortement et le contrôle démographique

    IMPRIMER

    Du Centre européen pour le droit et la justice (ECLJ) :

    6 juillet 2022

    L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et le Human Reproduction Programme (HRP), ont publié de nouvelles lignes directrices consolidées sur l’avortement au mois de mars 2022. Loin de s’en tenir à leur mission d’assistance et de conseil aux professionnels de la santé, le document promeut une libéralisation complète de l’avortement sans précédent dans le monde : il recommande, entre autres, la légalisation de l’avortement à la demande et sans condition jusqu’au terme de la grossesse (pp. 24 et 28), la réduction de la liberté de conscience des professions médicales (p. 41 et suivantes) et de ne pas informer les parents en cas d’avortement pratiqué sur leur fille mineure (p. 43).

    En réponse à de telles recommandations, le Centre européen pour le droit et la justice (ECLJ) souhaite vous alerter contre cette instrumentalisation de l’OMS par des acteurs extérieurs militant pour la libéralisation de l’avortement. L’ECLJ est convaincu de l’importance de la mission de l’OMS et de la nécessité d’assurer son indépendance. Pour cela, nous voudrions vous faire part de trois points fondamentaux pour comprendre et interpréter la publication de ce document :

    1. Ce document n’a pas de valeur juridique contraignante en droit international, il s’agit de conseils. Il n’a pas été adopté par les États, ni par le Secrétariat de l’OMS, mais par un groupe de travail ad hoc de l’OMS composé majoritairement de militants de l’avortement.

    2. La valeur scientifique de ce document est relative et critiquable. Le groupe rédacteur reconnaît ne pas avoir d’études scientifiques probantes et définitives pour soutenir 20 de ses 54 recommandations.

    3. Ce document a été financé et rédigé par des individus connus pour leur militantisme et par de grandes organisations privées et internationales dévouées à la promotion de l’avortement dans le monde. En effet, en 2020, 55 % des ressources du HRP étaient privées avec 20 millions de dollars de la Susan Thompson Buffett Foundation (et 65 % des recettes différées étaient privées avec près de 55 millions de dollars de la Susan Thompson Buffett Foundation)[1]

    Comme nous nous proposons de vous l’expliquer de manière synthétique ci-après, ces lignes directrices consolidées sur l’avortement sont en réalité un document de promotion de l’avortement, qui instrumentalise l’Organisation des Nations unies à cette fin.

    1. Absence d’autorité juridique contraignante

    Ce document n’a pas de valeur juridique contraignante. Réalisé par un groupe d’élaboration des lignes directrices et de nombreux contributeurs extérieurs, il n’a pas été formellement adopté par l’OMS, ni par les États membres de l’OMS lors d’une réunion spécifique. Il a été adopté par consensus fin avril 2021 au cours de réunions du Groupe d’élaboration des lignes directrices (p. 136). Le document ne contient pas de date précise d’adoption ni de signature du directeur de l’OMS ou d’un chef de département compétent, comme c’est le cas pour un document ayant une valeur juridique.

    Lire la suite

  • L'arrêt Dobbs de la Cour Suprême des États-Unis : quelles lectures belge et européenne ?

    IMPRIMER

    Du site de l'Institut Européen de Bioéthique :

    Avortement : quelles lectures belge et européenne de l'arrêt de la Cour Suprême des États-Unis ?

    06/07/2022

    L'arrêt rendu le 24 juin dernier par la Cour suprême des États-Unis au sujet de l'avortement a relancé le débat sur le rôle du droit face à la question de l'avortement.

    Bien que l'arrêt ne concerne formellement que la réglementation de l'avortement dans les cinquante États américains, nombreux sont ceux qui soulignent l'impact d'une telle décision sur le reste du monde, en ce compris l'Europe et la Belgique.

    A découvrir sur le site de l'Institut Européen de Bioéthique

  • Lorsqu'il s’agit d’avortement, ils mentent comme ils respirent

    IMPRIMER

    Du Salon Beige :

    Quand il s’agit d’avortement, ils mentent comme ils respirent

    50 ans de prison pour une fausse couche : qui peut croire ces médias ? Pas un ne s’est renseigné. Tous ont le même titre. Certains poussent même le vice jusqu’à faire payer leurs « articles ».

    La réalité : la jeune femme a caché sa grossesse à sa famille et a accouché hors de l’hôpital d’une petite fille vivante. Le rapport médico-légal a estimé que le bébé était né entre 37 et 40 semaines de gestation. Selon l’accusation du procureur, la mère lui a infligé plusieurs coups de couteau à la naissance. 6 coups. Six.