Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ethique - Page 4

  • Melinda French Gates finance à coup de millions un cabinet d'avocats spécialisé dans l'avortement radical

    IMPRIMER

    De Rebecca Oas sur le Friday Fax (C-Fam) :

    Melinda Gates, divorcée milliardaire, vient de s'engager à verser des centaines de millions de dollars à des groupes de défense de l'avortement, dont le Center for Reproductive Rights (CRR), un organisme anti-vie et anti-famille. Melinda Gates a insisté dans le passé sur le fait que son argent n'irait pas à l'avortement, mais cela a toujours été faux. Elle a déjà versé des centaines de millions à des groupes d'avorteurs, et voici qu'une nouvelle avalanche d'argent de Gates vient tuer des bébés. Mme Gates affirme être une bonne catholique.

    Melinda French Gates finance un cabinet d'avocats spécialisé dans l'avortement radical

    30 mai 2024

    WASHINGTON, D.C. 31 mai (C-Fam) Melinda French Gates a annoncé qu'elle ferait don d'un milliard de dollars à des organisations féministes au cours des deux prochaines années, dont le Center for Reproductive Rights (CRR), qui promeut agressivement l'avortement tant au niveau national qu'à l'étranger.

    Dans un éditorial du New York Times, Mme Gates a rendu son soutien à l'avortement plus explicite qu'auparavant, bien qu'elle n'ait pas utilisé le mot « avortement » lui-même : « Alors que je me suis longtemps concentrée sur l'amélioration de l'accès à la contraception à l'étranger, dans l'ère post-Dobbs, je me sens désormais obligée de soutenir les droits reproductifs ici, chez nous », écrit-elle.

    Mme Gates est l'ex-femme de Bill Gates, ancien PDG de Microsoft, et a récemment annoncé qu'elle se retirerait de la direction de la Fondation Bill et Melinda Gates, l'organisation philanthropique qu'ils partagent.

    Melinda Gates a fait de la planification familiale un élément clé de sa philanthropie depuis 2012, lorsqu'elle a utilisé le slogan « Pas de controverse » pour promouvoir les contraceptifs comme quelque chose de totalement séparé de ses associations controversées avec l'avortement et le contrôle de la population.  Les critiques ont souligné que, bien qu'elle ait elle-même évité d'approuver explicitement l'avortement, citant même son éducation catholique, les organisations de planification familiale qu'elle a financées étaient souvent des défenseurs de l'avortement.

    Depuis lors, la Fondation Gates a fait don de fonds destinés à la planification familiale à divers groupes pro-avortement, dont Marie Stopes International, la Fédération internationale pour le planning familial et Ipas.

    Le CRR a représenté la Jackson Women's Health Clinic dans la décision de la Cour suprême Dobbs, qui a renversé la décision Roe v. Wade, vieille de près de 50 ans, établissant l'avortement tout au long de la grossesse dans tous les États américains.  Outre les poursuites judiciaires engagées dans de nombreux États américains après l'arrêt Dobbs, le CRR a intenté des procès ciblés dans de nombreux pays, en particulier en Amérique latine, afin de contraindre les pays à libéraliser leur législation en matière d'avortement.

    Le site web de Pivotal Ventures, l'organisation philanthropique fondée par Melinda Gates en 2015, décrit le CRR comme ayant « joué un rôle essentiel dans l'obtention de victoires pour l'avortement, la contraception, la santé maternelle et plus encore dans les couloirs du Congrès américain, devant les tribunaux nationaux et internationaux, et aux Nations Unies ».  Le même site note qu'un autre bénéficiaire de la subvention, le média indépendant « The 19th », a pour objectif « d'autonomiser les femmes et les personnes LGBTQ+ », et que le National Women's Law Center se concentre également sur les questions LGBTQ.

    Les féministes pro-avortement ont applaudi l'annonce de Mme Gates, même si certaines se sont plaintes qu'elle n'ait pas fait de dons directs à des fonds locaux pour l'avortement et ont exprimé leur déception quant au fait que « ses engagements concernent plus vaguement le planning familial et les droits reproductifs » que l'avortement en tant que tel.

    Nombreux sont ceux qui ont souligné les parallèles évidents entre Mme Gates et MacKenzie Scott, l'ex-femme du PDG d'Amazon Jeff Bezos, qui a également fait don d'importantes sommes d'argent à des groupes féministes et favorables à l'avortement.  En 2022, MacKenzie Scott a fait un don record de 275 millions de dollars à Planned Parenthood.

    Le plus grand donateur des associations américaines de lutte promouvant l'avortement est Warren Buffett, dont la fondation Susan Thompson Buffett, nommée en l'honneur de sa défunte épouse, a donné au moins 2 milliards de dollars à cette cause depuis 2000.  Buffett a également été l'un des principaux bailleurs de fonds de la promotion de l'avortement au niveau international, notamment en soutenant le projet de l'Organisation mondiale de la santé sur la reproduction humaine.  Un rapport récent du Centre européen pour le droit et la justice note que les orientations de l'OMS sur l'avortement pour 2022 ont été précédées d'un don de 100 millions de dollars de la part de Buffett.

  • Des excuses du pape...

    IMPRIMER

    De Matthew Santucci sur CNA via le Catholic World Report :

    Le Vatican présente ses excuses après la remarque désobligeante du pape sur les homosexuels dans les séminaires catholiques

    28 mai 2024

    Le Vatican a présenté ses excuses après l'utilisation par le pape François d'un mot offensant en italien à propos des séminaristes qui s'identifient comme homosexuels.

    Matteo Bruni, porte-parole du Saint-Siège, a déclaré dans le communiqué de presse de mardi que le Saint-Père était « conscient des articles récemment publiés sur une conversation, à huis clos, avec les évêques » de la Conférence épiscopale italienne (CEI).

    Les médias italiens ont rapporté que le pape François avait rencontré la CEI le 20 mai dans la salle synodale du Vatican. Lors de cette réunion, le pape a été interrogé sur l'admission au séminaire d'hommes homosexuels déclarés.

    En déclarant aux évêques que les hommes gays ne devraient pas être admis à la formation sacerdotale, le pape a soutenu qu'« il y a trop de “frociaggine” (en français "pédés" ou "tapettes") dans les séminaires ». 

    M. Bruni a déclaré aux journalistes que le pape « n'a jamais eu l'intention d'offenser ou de s'exprimer en termes homophobes, et il présente ses excuses à ceux qui se sont sentis offensés par l'utilisation d'un terme rapporté par d'autres ».

    Ces remarques ont d'abord été rapportées par le site tabloïd italien Dagospia, puis confirmées par les grands journaux italiens La Repubblica et Corriere della Sera.

    Citant plusieurs évêques anonymes, le Corriere della Sera a laissé entendre que le pape n'avait pas compris la gravité du terme en italien.

    Il y a près de vingt ans, le Vatican s'est penché sur la question de l'entrée des hommes homosexuels dans les séminaires catholiques. En 2005, la Congrégation pour l'éducation catholique a publié une instruction intitulée « Concernant les critères de discernement des vocations à l'égard des personnes ayant des tendances homosexuelles en vue de leur admission au séminaire et aux ordres sacrés ».

    Le document précise qu'« il est nécessaire d'affirmer clairement que l'Église, tout en respectant profondément les personnes en question, ne peut admettre au séminaire ou aux ordres sacrés ceux qui pratiquent l'homosexualité, présentent des tendances homosexuelles profondes ou soutiennent ce que l'on appelle la “culture gay” ».

    L'instruction poursuit en soulignant la différence entre ceux qui présentent des « tendances homosexuelles profondes » et ceux qui « ont des tendances homosexuelles qui ne sont que l'expression d'un problème passager ».

    Le pape François a confirmé la décision en 2016. En 2018, il a de nouveau demandé aux évêques italiens d'examiner soigneusement les candidats.

    La Repubblica a noté que les évêques italiens, lors de leur réunion à Assise en novembre dernier, ont approuvé une nouvelle Ratio Formationis Sacerdotalis, un document détaillant les critères d'admission et les normes pour les hommes dans les séminaires italiens.

    Le journal italien a ajouté que le document « a été examiné par le Dicastère du Vatican pour le clergé en vue d'une approbation finale ».

    Le biographe du pape Austen Ivereigh a écrit sur X mardi que le pape « s'inquiète du fait que les hommes homosexuels considèrent la prêtrise comme un moyen de vivre leur sexualité, et de la sous-culture homosexuelle dans de nombreux séminaires ».

    Le pape a parfois été salué pour son ouverture à la communauté LGBT.

    Lors d'une conférence de presse en vol en 2013, le pape a répondu à une question d'un journaliste sur son expérience en tant que confesseur de personnes homosexuelles en posant une question rhétorique : « Qui suis-je pour juger cette personne ? »

    Le pape a développé ces remarques dans un livre-entretien de 2016 intitulé « Le nom de Dieu est miséricorde », où il a déclaré qu'il « paraphrase par cœur » le Catéchisme de l'Église, qui affirme que « ces personnes doivent être traitées avec délicatesse et ne doivent pas être marginalisées ».

    « Je suis heureux que nous parlions des “personnes homosexuelles”, a poursuivi le pape, parce qu'avant tout, il y a la personne individuelle, dans son intégralité et sa dignité.

    En décembre de l'année dernière, le dicastère du Vatican pour la doctrine de la foi a publié Fiducia Supplicans, une déclaration autorisant les bénédictions non liturgiques pour les couples en situation « irrégulière », y compris les couples de même sexe.

    En réponse aux vives critiques suscitées par ce document, le pape François a déclaré en février que le fait d'être « scandalisé » par les bénédictions de couples homosexuels relevait de « l'hypocrisie ».

    « Personne ne se scandalise si je donne une bénédiction à un entrepreneur qui exploite peut-être les gens : c'est un péché très grave », a déclaré le pape dans l'interview accordée à l'hebdomadaire italien Credere.

    « Alors qu'ils sont scandalisés si je la donne à un homosexuel... C'est de l'hypocrisie ! Nous devons tous nous respecter les uns les autres. Tout le monde", a déclaré le Saint-Père.

    Lire égalementAn apology (of sorts) over slur

  • Avortement, euthanasie : la position du MR

    IMPRIMER

    A la question :

    "Pourriez-vous m'indiquer le(s) nom(s) de candidat(e)(s) qui s'engageraient à ne pas voter un allongement du délai permettant aux femmes de recourir à l'avortement et à ne pas voter de lois qui élargiraient davantage le recours à l'euthanasie ? Bref qui s'engageraient dans la voie du respect de la vie humaine, de la conception à la mort naturelle."

    Le MR répond :

    "Face à la poussée du fait religieux et des obscurantismes, le MR propose d’intégrer dans la Constitution le droit à disposer librement de son corps afin de sanctuariser des droits fondamentaux, comme celui de pouvoir accéder à l’interruption volontaire de grossesse, dépénalisée depuis 1990 en Belgique, ou le droit à l’euthanasie. Si le législateur l’estime nécessaire, il peut restreindre cette liberté mais il devra le justifier en respectant le principe de proportionnalité.

    Par ailleurs, le débat sur l’extension des délais d’accès à l’IVG est un sujet bioéthique. Sur tous ces sujets, le MR laisse la liberté de vote à ses parlementaires, qui se prononcent en leur âme et conscience."

  • Musique, politique et satanisme au concours Eurovision 2024

    IMPRIMER

    De Peter Bannister sur la Sélection du Jour :

    Bambie Thug mélange musique, politique et satanisme au concours de l'Eurovision 2024

    Évolution ou involution, telle est la question. Le concours de l'Eurovision a offert son lot de performances controversées au rang desquelles l'Irlande occupe une place de choix. Immersion au cœur d'un univers volontairement noir dont bien peu semblent encore choqués.

    Quels que soient ses mérites musicaux ou leur absence, l'encre virtuelle ne cesse de couler au sujet du concours de l'Eurovision. Déjà regardée par quelque 160 millions de personnes en 2023, la finale de l'édition 2024 a eu lieu à Malmö en Suède le 11 mai. Le concours a été remporté par l'artiste suisse « non-binaire » Nemo. La plupart des controverses ont pourtant tourné autour de la participation d'Israël dans le contexte de la guerre à Gaza. Une présence contestée notamment par l'Irlandaise Bambie Thug, dont la chanson Doomsday Blue, terminant à la 6e place, a sans doute suscité le plus de commentaires par son mélange de protestation politique et d'images volontairement démoniaques.

    Pour comprendre les vives réactions à Bambie Thug (de son vrai nom, Bambie Ray Robinson), il faut la replacer dans le contexte historique des rapports entre l'Irlande et l'Eurovision. La presse irlandaise a qualifié Bambie Thug d' « anti-Dana », référence à la chanteuse Dana (Rosemary) Scallon, qui gagna le concours de l'Eurovision pour l'Irlande en 1970 à l'âge de 19 ans. Le gouffre entre les deux est effectivement béant, symbolisant en quelque sorte la transformation radicale de la société irlandaise au cours du dernier demi-siècle. Rosemary Scallon était une catholique engagée et membre du parlement européen entre 1999 et 2004. Elle a notamment dédié à Jean-Paul II son album Totus tuus (« complétement à toi », devise mariale du pape polonais) en 1980. Il comprenait des titres comme Notre-Dame de Knock, le « Lourdes irlandais ». Bambie Thug reprend cette imagerie catholique, mais pour l'inverser, comme avant elle Madonna et Lady Gaga, en exhibant par exemple un chapelet « gothique » aux grains noirs à côté du symbole satanique du pentagramme inversé sur sa main. C'est d'ailleurs dans un tel pentagramme que Bambie Thug a démarré Doomsday Blue lors du concours de l'Eurovision.

    Sa carrière s'est faite dans les cercles underground londoniens. Son premier tube a été la chanson Birthday en 2021, dont l'interprète essaie elle-même de se distancer car c'était un éloge de la drogue, accompagné d'une vidéo explicite sur les sites X. Voyant ces débuts assez marginaux, on peut s'interroger sur sa remarquable percée auprès du grand public. Notons qu'elle a été nommée « candidate préférée non officielle » par Spotify et qu'elle a eu droit aux félicitations du Premier ministre irlandais. Dans le titre Doomsday Blue de la compétition, son style est le ouija pop — une référence à la célèbre planchette pour communiquer avec les esprits défunts. Elle y juxtapose des éléments apparentés à la culture populaire, comme la malédiction initiale Avada Kevadra (« qu'on le détruise ») tirée d'Harry Potter, avec des symboles ésotériques témoignant d'une recherche plutôt studieuse. Parmi ces derniers, des textes sur la peau de l'artiste en ogham, l'alphabet ancien de l'Irlande, qui ont impressionné les linguistes spécialisés. En demi-finale, ces textes étaient pro-palestiniens : « Cessez-le-feu » et « Liberté pour la Palestine ». Toutefois, suite à une protestation des organisateurs, c'est le slogan « Couronnez la sorcière » qui a plutôt été retenu pour la finale.

    Car Bambie Thug s'affiche ouvertement en tant que sorcière ; elle est même apologiste de la sorcellerie en tant que religion nationale. Elle offre un récit assez répandu des bienfaits contemporains du néo-paganisme, sorte de retour « patriotique » aux racines pré-chrétiennes de la culture celte. Au passage, elle s'émancipe de toutes les religions et normes sociales qu'elle considère comme oppressives. Bambie Thug dit avoir été initiée aux pratiques occultes au quartier Muswell Hill de Londres. Si elle décrit sa sorcellerie comme étant purement bienveillante, elle ne masque pas son respect pour les satanistes qui « vivent dans la lumière et sont si gentils ». Ses propos se caractérisent par leur ton à la fois libertaire et moralisant, accusant de violence la chaîne israélienne KAN, dont les présentateurs ont dit :« c'est le moment d'éloigner vos enfants de l'écran TV […]. Il y aura beaucoup de sortilèges et de la magie noire […] Il y a une pétition contre Bambie Thug qui allègue qu'il/elle se moque de la culture irlandaise. »

    Il est pourtant curieux de constater que cette pétition n'a mobilisé que peu de signataires et que la chanson n'a provoqué quasiment aucune protestation dans les media mainstream anglophones. L'une des rares analyses critiques vient du Catholic Herald, où Katherine Bennett conteste le caractère supposément « progressiste » de Doomsday Blue. Elle affirme au contraire que le cocktail de libertinisme et d'occultisme populaire de Bambie Thug n'offre qu'un recyclage fatigué du vieux récit contestataire. Héritage de la Révolution française, c'est la première rupture historique d'avec la tradition judéo-chrétienne. « Il n'y a rien de radical ni transgressif dans tout cela en 2024. Ce qui serait radical et transgressif, ce serait un retour à l'Ordre Sacré et le fait de reconnaître que, sans la cohérence qu'il apporte, nous ne pouvons jamais vraiment être libres. » Une critique historique et théologique qui semble néanmoins peu audible dans une Irlande bien loin de celle de Dana en 1970.

    Pour aller plus loin :

    Eurovision 2024 : Les sortilèges cathartiques de Bambie Thug, artiste pro-Palestine

    >>> Lire l'article sur 20 Minutes

  • L'écologie intégrale a besoin de la reconnaissance de la famille

    IMPRIMER

    COMMUNIQUÉ DE PRESSE

    La FAFCE Conseil d'administration | L'écologie intégrale a besoin de la reconnaissance de la famille

    Brno, le 15 mai 2024

    Aujourd'hui, à l'occasion de la Journée internationale des familles, la FAFCE a adopté une résolution sur la centralité de la famille dans la transition écologique. Accueillie par l'organisation membre tchèque de la FAFCE à Brno, la résolution du Conseil d'administration de printemps a relié l'écologie et la dignité humaine aux préoccupations relatives à la pauvreté des enfants, à la protection des mineurs et à la sécurité numérique, ainsi qu'à l'hiver démographique.

    La résolution de la FAFCE met l'accent sur un message d'espoir. Approuvée à l'unanimité, la résolution appelle « les candidats aux élections du Parlement européen, les institutions européennes et tous les gouvernements nationaux à placer les familles au centre de leurs préoccupations. Il n'y a pas de protection possible de l'environnement sans protection de la famille ».

    Vincenzo Bassi, Président de la FAFCE, a conclu : « Le problème n'est pas les enfants mais le consumérisme. Il n'y a pas d'écologie sans la personne, pas de personne sans la famille. Par conséquent, il n'y a pas d'écologie sans les familles et les communautés de familles au cœur de la transition ».

    Il poursuit en disant : « La solidarité intergénérationnelle sera cruciale pour le succès de la transition écologique, ce qui nécessite une protagonisation de la famille et des réseaux familaux. C'est grâce à ces réseaux que nous pourrons lutter contre la pandémie de solitude et construire un avenir plein d'espoir. Alors que plus de 400 millions d'Européens voteront en juin pour le prochain Parlement, nous rappelons aux représentants politiques que protéger la planète, c'est protéger la famille ».

    La résolution adoptée s'intitule « L'écologie intégrale a besoin de la reconnaissance de la famille ». Rappelant la récente déclaration Dignitas Infinita et l'encyclique papale Laudato Si', la résolution souligne que « la dignité humaine de toute personne humaine prévaut sur et au-delà de toute circonstance et de tout contexte ».

    Le Conseil d'administration a également accepté une nouvelle organisation membre à part entière, Accoglienza della Vita (Saint-Marin), qui était déjà observateur au sein de la Fédération, ainsi qu'une nouvelle organisation membre observateur au sein de la Fédération, en provenance d'Espagne : Asociación Católica de Propagandistas (ACdP). Fondée en 1909, l'ACdP est l'une des plus anciennes organisations catholiques laïques d'Espagne, dont le principal pilier est la participation des laïcs catholiques à la vie publique.

    Les membres du Conseil d'administration de la FAFCE ont également écouté les contributions et les rapports d'activité des organisations membres à travers le continent, ainsi qu'une contribution des membres de la Plateforme Bouclier. La prochaine réunion ordinaire du Conseil d'administration aura lieu à Bruxelles, en novembre 2024.

    A quelques jours de la Bulle d'indiction du Jubilé ordinaire de l'an 2025 du Saint Père Spes Non Confundit, les membres de la FAFCE ont échangé sur leurs activités à venir en 2025, notamment sur la sensibilisation aux réseaux familiaux et à l'hiver démographique, car « il est urgent qu'une législation responsable de la part des Etats s'accompagne du soutien ferme des communautés de croyants et de toute la communauté civile dans toutes ses composantes ».
     

    The Federation of Catholic Family Associations in Europe represents 33 national and local organisations: we are the voice of families from a Catholic perspective at the European level. FACE holds a participatory status with the Council of Europe since 2001 and is a member of the Fundamental Rights Platform of the European Union. 

  • Cardinal Fernández : L'Eglise catholique est d'accord avec la déclaration des orthodoxes coptes condamnant l'activité homosexuelle

    IMPRIMER

    De Catholic Culture :

    Cardinal Fernández : L'Eglise catholique est d'accord avec la déclaration des orthodoxes coptes condamnant l'activité homosexuelle

    24 mai 2024

    Deux mois après que l'Église copte orthodoxe a suspendu le dialogue théologique avec l'Église catholique au sujet de Fiducia Supplicans, le cardinal Víctor Manuel Fernández s'est rendu en Égypte pour expliquer la déclaration sur le sens pastoral des bénédictions au chef de l'Église, le pape Tawadros II d'Alexandrie.

    Le préfet du dicastère pour la doctrine de la foi a expliqué lors de sa rencontre du 22 mai avec le pape copte que "ces bénédictions ne sont pas accordées à l'union entre des individus", selon Vatican News. "Si deux personnes se présentent ensemble, elles peuvent être bénies en faisant le signe de croix sur chacune d'elles et en ajoutant une courte prière. Mais cela doit se faire brièvement, spontanément, sans rite, sans vêtements liturgiques et sans aucune manifestation extérieure qui pourrait confondre cette bénédiction avec un mariage".

    Le cardinal Fernández a déclaré au pape copte que "l'Église catholique partage les enseignements" de la déclaration du 7 mars de l'Église copte orthodoxe sur l'homosexualité, selon Vatican News.

    Dans "La croyance de l'Église copte orthodoxe sur la question de l'homosexualité", le Saint Synode de l'Église a déclaré que "la Bible, dans les deux Testaments, condamne, met en garde et interdit les pratiques sexuelles entre deux personnes du même sexe". Le synode a cité Lévitique 18:22 et 20:13, Romains 1:26-28 et 1 Corinthiens 6:9-10.

    "En conséquence, l'Église copte orthodoxe rejette ce que l'on appelle la perversion sexuelle dans son acception générale et globale, ainsi que tous les types de pratiques sexuelles en dehors du cadre sacré du mariage", poursuit la déclaration.

    Selon Vatican News, le cardinal Fernández a également déclaré au pape copte que l'Église catholique "voyait d'un bon œil" l'"approche pastorale" de la déclaration du 7 mars.

    Dans son approche pastorale, le Saint-Synode a appelé les personnes tentées par l'activité homosexuelle à s'engager dans "des guerres de la pensée, de la vue et de l'attirance, tout comme les hétérosexuels".

    "Quiconque souffre de tendances homosexuelles et se contrôle par rapport aux comportements sexuels, ce contrôle lui est attribué comme une lutte", note la déclaration.

    Le synode poursuit :

    Quant à ceux qui tombent dans des comportements homosexuels, ils sont comme les hétérosexuels qui tombent dans le péché d'adultère/fornication, ayant besoin d'une véritable repentance. Tous deux ont besoin d'un suivi spirituel et psychologique continu. Ces suivis se sont avérés efficaces pour les tendances homosexuelles non désirées.

    Quant à ceux qui choisissent de se réconcilier avec leurs tendances homosexuelles, en se laissant aller à des actes homosexuels, en rejetant les traitements spirituels et psychologiques, et en choisissant de leur propre gré d'enfreindre le commandement de Dieu, leur condition devient pire que celle de celui qui vit dans [la lutte contre] l'adultère/la fornication. Par conséquent, ils doivent être avertis et exclus de la communion jusqu'à ce qu'ils se repentent.

    Lire aussi : Fiducia supplicans: le cardinal Fernández rencontre le patriarche Tawadros

  • L'Académie pontificale pour la vie trahit son fondateur, selon George Weigel, biographe de Jean-Paul II

    IMPRIMER

    De Walter Sánchez Silva sur CNA :

    L'Académie pontificale pour la vie trahit son fondateur, selon George Weigel, biographe de JPII

    ACI Prensa Staff, 22 mai 2024

    George Weigel, biographe de saint Jean-Paul II, a déploré que l'Académie pontificale pour la vie ait trahi le Dr Jérôme Lejeune, son président fondateur, avec un livre qui s'oppose à l'encyclique du pontife Evangelium Vitae (L'Évangile de la vie).

    M. Weigel a porté cette accusation la semaine dernière lors de sa conférence intitulée "Saint Jean-Paul II et Jérôme Lejeune : Deux vies au service de la vie", dans le cadre de la deuxième conférence internationale sur la bioéthique qui s'est tenue à Rome les 17 et 18 mai dans la Ville éternelle.

    "Pendant des décennies, l'académie et l'Institut Jean-Paul II ont accompli un travail créatif et novateur en développant une théologie morale et une pratique pastorale catholiques capables de relever le défi des assauts du XXIe siècle contre la dignité et le caractère sacré de la vie - et ils l'ont fait d'une manière qui a appelé les diverses expressions de la culture de la mort à la conversion", a noté l'auteur et théologien.

    Pourtant, aujourd'hui, poursuit Weigel, l'académie a publié un livre au titre ironique "La Gioia della Vita" ("La joie de la vie"), écrit par des théologiens qui ne peuvent être décrits honnêtement que comme dissidents de l'enseignement autorisé d'Evangelium Vitae.

    "Ce livre n'affaiblit pas seulement les arguments catholiques en faveur d'une culture de la vie qui rejette les graves crimes contre la vie identifiés par Evangelium Vitae. Il le fait en termes d'anthropologie anti-biblique et anti-métaphysique qui aurait été complètement étrangère, voire odieuse, à la fois pour Jérôme Lejeune et pour Jean-Paul II", a-t-il souligné.

    Dans sa présentation, M. Weigel a également affirmé que "l'Académie pontificale pour la vie trahit son président fondateur, le docteur Lejeune, en publiant et en promouvant des articles sur l'anthropologie anti-biblique et anti-métaphysique. Lejeune, en publiant et en promouvant un livre aussi mal informé et mal argumenté, l'Institut Jean-Paul II reconstitué, aujourd'hui largement privé d'étudiants, trahit l'intention du saint et du savant qui l'a fondé et qui a appelé la théologie morale catholique à un renouveau qui ne se soumettrait pas au zeitgeist, à l'esprit du temps, mais le convertirait plutôt à la raison droite, à la vraie compassion et au noble exercice de la liberté".

    "C'est pourquoi nous devons espérer que la déconstruction de l'Académie pontificale pour la vie et de l'Institut Jean-Paul II pour les études sur le mariage et la famille, un processus douloureux observé au cours de la dernière décennie, soit stoppée, puis inversée, dans les années à venir", a souligné l'éminent spécialiste de la vie de saint Jean-Paul II.

    La joie de vivre

    Le 9 février, la Maison d'édition du Vatican a publié "La Gioia della Vita" ("La joie de la vie"), dont le prologue a été écrit par Mgr Vincenzo Paglia, président de l'Académie pontificale pour la vie, qui a suscité une controverse pour ses déclarations sur l'euthanasie en avril 2023. Le texte contient des "réflexions sur les défis de l'éthique théologique contemporaine" par des auteurs tels que les prêtres Carlo Casalone et Maurizio Chiodi.

    Selon un article paru en mars dans le journal italien La Repubblica, le livre, "sans révolutionner la doctrine catholique, esquisse néanmoins des ouvertures importantes sur des sujets controversés tels que la contraception, la procréation médicalement assistée et le suicide assisté".

    Lire la suite

  • USA : choisir le sexe de son futur bébé : un marché de 500 millions de dollars

    IMPRIMER

    Une synthèse de presse de gènéthique.org :

    Choisir le sexe de son futur bébé : un marché de 500 millions de dollars

    23 mai 2024

    Aux Etats-Unis, sélectionner le sexe de son futur enfant dans le cadre d’une fécondation in vitro (FIV) est légal. Un marché estimé à 500 millions de dollars.

    Auparavant, la sélection du sexe était « controversée » et la pratique condamnée officiellement par l’American Society for Reproductive Medicine. Désormais, l’instance affiche la « neutralité ».

    Bien qu’en Inde ou en Chine ce soit les filles qui fassent les frais de cette pratique (cf. En Inde, l’avortement sélectif des petites filles menace de plus en plus l’équilibre du pays), elles ont au contraire la faveur des couples aux Etats-Unis. Les « parents blancs » choisiraient des bébés filles dans 70 % des cas selon les études disponibles. Les femmes évoquent la « masculinité toxique », estimant que « se donner du mal pour avoir une fille » est « une bonne chose pour la société » (cf. C’est un garçon : deux femmes poursuivent la clinique de PMA).

    En proposant ce « service », les cliniques élargissent leur clientèle aux couples fertiles qui veulent choisir le sexe de leur enfant. Or, aux Etats-Unis, de « nombreux employeurs » financent les procédures de FIV de leurs salariés.

    La pratique peut s’avérer « dangereuse » prévient une psychologue : « Les parents ont commandé un enfant idéal – et ils pourraient se sentir lésés si leur progéniture ne suit pas le scénario ».

    ----------

    Sources : Slate, Emi Nietfeld (07/05/2024) ; Bioedge, Michael Cook (09/05/2024)

  • Le Pape qualifie l’euthanasie d’échec de l’amour relevant d’une culture du rejet

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Le Pape qualifie l’euthanasie d’échec de l’amour, reflet d’une culture du rejet

    Le Pape a adressé mardi 21 mai un message aux participants du symposium international et interreligieux sur les soins palliatifs, parrainé conjointement par l’Académie pontificale pour la vie et la conférence des évêques catholiques du Canada. Intitulé «Vers un récit d’espérance», ce colloque bioéthique, ouvert mardi 21 mai à Toronto, dure trois jours.

    L’espérance est ce qui nous donne de la force lorsqu’on est confronté à une maladie grave ou à la fin de la vie, a d’emblée souligné François, convaincu que ceux qui vivent les incertitudes liées à la maladie et à la mort ont besoin «du témoignage d’espérance» de leurs proches et des soignants. 

    À cet égard, le Pape reconnaît que les soins palliatifs, tout en cherchant à alléger autant que possible le fardeau de la douleur, sont avant tout un signe concret de proximité et de solidarité avec nos frères et sœurs qui souffrent. «Ce genre de soins peut aider les patients et leurs proches à accepter la vulnérabilité, la fragilité et la finitude qui marquent la vie humaine en ce monde», a fait remarquer le Souverain pontife, souhaitant rappeler dans son intervention combien «les soins palliatifs authentiques sont radicalement différents de l’euthanasie» qui, elle, «n’est jamais une source d’espérance ni une authentique préoccupation pour les malades et les mourants».

    Compassion signifie «souffrir avec»

    L’euthanasie est selon François plutôt «un échec de l’amour, reflet d’une “culture du rejet”». Elle est souvent présentée à tort comme une forme de compassion. Pourtant, la «compassion», un mot qui signifie «souffrir avec», n’implique pas la fin intentionnelle d’une vie mais plutôt la volonté de partager les fardeaux de ceux qui sont confrontés aux dernières étapes de leur pèlerinage terrestre.

    «Les soins palliatifs sont donc une véritable forme de compassion car ils répondent à la souffrance, qu’elle soit physique, émotionnelle, psychologique ou spirituelle, en affirmant la dignité fondamentale et inviolable de toute personne, en particulier des mourants, et en les aidant à accepter le moment inévitable du passage de cette vie à la vie éternelle», a-t-il poursuivi.

    La compréhension plus profonde des religions

    Dans cette perspective, le Pape observe que les convictions religieuses offrent une compréhension plus profonde de la maladie, de la souffrance et de la mort, «les considérant comme faisant partie du mystère de la providence divine et, pour la tradition chrétienne, comme un moyen de sanctification».

    Pareillement, il rappelle que les actes de compassion et le respect manifestés par le personnel médical et les soignants dévoués permettent souvent aux personnes en fin de vie de trouver un réconfort spirituel, une espérance et une réconciliation avec Dieu, les membres de leur famille et leurs amis. «Votre service est essentiel pour aider les malades et les mourants à réaliser qu’ils ne sont pas isolés ou seuls, que leur vie n’est pas un fardeau, qu’ils restent toujours intrinsèquement précieux aux yeux de Dieu», a conclu le Pape.

  • Les souffrances cachées de l'euthanasie

    IMPRIMER

    Du site des AFC (Associations Familiales Catholiques) :

    Les souffrances cachées de l’euthanasie Témoignages et expériences, bientôt une réalité en France ? Alors que le projet de loi sur l’euthanasie se précise, les AFC sont allées en Belgique pour écouter les voix divergentes. Celles qui dénoncent l’euthanasie et ses conséquences. Au travers de témoignages et d’expériences poignantes, découvrez le véritable enjeu qui se joue dans les familles. Les souffrances cachées de l’euthanasie, ou comment l’euthanasie déplace les souffrances sur les proches et les soignants. Une production CNAFC (Confédération Nationale des Associations Familiales Catholiques) grâce au soutien de ses bienfaiteurs. Scénario et réalisation par Benoît Hautier Tournage et montage par Owlview Production

  • Aidons l'Institut Thomas More à contester le guide pour l'EVRAS

    IMPRIMER

    De Christian Boon Falleur (Institut Thomas More) :

    Rhode-Saint-Genèse, le 1er mai 2024

    Pourquoi suis-je contre le décret EVRAS

    La Communauté française a ajouté en juillet 2012 l’Éducation à la Vie Relationnelle, Affective et Sexuelle dans les missions de l’enseignement obligatoire. Toutefois jusqu’à la publication de la première version du Guide pour l’EVRAS en avril 2022 le contenu de ce programme d’Éducation à la Vie Relationnelle, Affective et Sexuelle n’était pas défini.

    Cette première version du Guide EVRAS a d’emblée suscité de vives réactions de la part de professionnels (pédopsychiatre, psychologues) , de personnes engagées depuis longtemps dans l’animation dans les écoles de sessions sur la vie relationnelle, affective et sexuelle et de parents quant à son contenu, ce qui a amené la Ministre de l’Enseignement Obligatoire, Madame Caroline Désir, à le faire revoir.

    Une nouvelle version « amendée » est sortie début juillet 2023 qui à l’examen n’a rien changé de fondamental. Dans la foulée le Parlement de la Communauté française a voté le 7 septembre 2023 le décret portant assentiment à l’accord de coopération du 7 juillet 2023 entre la Communauté française, la Région wallonne et Commission communautaire française, ainsi qu’à l’Accord de coopération d’exécution entre les mêmes parties ayant adopté le « Guide pour l’EVRAS » comme cadre de référence commun pour les animations EVRAS rendues obligatoires.

    Or qu’est-ce que ce guide nous démontre ? Fondamentalement que cette éducation à la vie relationnelle, affective et sexuelle, telle que conçue par les promoteurs de cet EVRAS, ne peut pas être donnée de façon neutre car elle s’inscrit nécessairement dans une conception de la condition humaine et de sa destinée, ou non destinée, et dont découle les objectifs d’une éducation.

    Ce qui frappe de premier abord dans ce projet d’« éducation », c’est sa très grande permissivité, voire totale permissivité, pour autant que le consentement de l’autre soit respecté, ce qui est la moindre des choses. Cette très grande permissivité se retrouve dans tous les sujets traités dans ce guide.

    Nous sommes confrontés ici à une profonde divergence de vue quant à l’ « éducation » à donner à nos enfants. Je crois que de nombreux parents n’estimeront pas nécessaire ni opportun de parler dès l’âge des maternelles de la reproduction, du « plaisir non reproductif » et de la sexualité, d’apprendre à leurs enfants de 5 – 8 ans à exprimer leurs sentiments « amoureux », d’aborder la question des « intersexuations avec les 9 – 11 ans ni de leur parler de la possibilité de procréer autrement que par la pénétration vaginale, ni à encourager des relations amoureuses à leurs jeunes adolescents de 12 – 14 ans.

    Il est aussi assez évident que de nombreux passages de ce guide pour l’EVRAS sont fortement influencés par la théorie du genre. Cette théorie relève plus d’une opinion convictionnelle que d’une donnée scientifique objective et de nombreux aspects de cette théorie vont à l’encontre du bon sens le plus élémentaire. C’est un choix des auteurs qui ne sera pas nécessairement partagé par de nombreux parents et ce de façon tout-à-fait légitime. Un tel guide et le programme qui y est développé n’a pas sa place en tant qu’animation obligatoire dans l’enseignement organisé ou subventionné par la Communauté française car ce serait là une grave atteinte au principe de neutralité que celle-ci doit respecter dans les matières obligatoires.

    Ce qui dérange aussi profondément dans un certain nombre de passages de ce Guide c’est la place réservée aux parents, « personnes ressources des enfants » parmi d’autres, à l’influence desquels on n’hésite pas à chercher à distancier les enfants.

    Ces quelques considérations, qui ne se prétendent pas exhaustives loin de là, me convainquent que l’Éducation à la Vie Relationnelle, Affective et Sexuelle relève d’abord de la responsabilité des parents, comme toute éducation d’ailleurs. Dans la mesure où une telle éducation découle nécessairement de la vision d’un chacun quant à la condition humaine et sa destinée, ou non, ce n’est pas à l’État à intervenir dans ces questions « morales ». Son rôle à cet égard doit strictement se limiter à ce qui est nécessaire pour bien vivre-ensemble et favoriser l’information objective liée aux questions de santé publique.

    2024_05_20_08_58_25_Greenshot.png

    2024_05_20_08_59_10_Greenshot.png

    2024_05_20_09_01_20_Greenshot.png

    2024_05_20_09_02_23_Greenshot.png

  • Jean Paul II et Jérôme Lejeune : Deux vies au service de la vie

    IMPRIMER

    De George Weigel sur le National Catholic Register :

    Jean Paul II et Jérôme Lejeune : Deux vies au service de la vie

    COMMENTAIRE : Les menaces contre la dignité humaine et le caractère sacré de la vie auxquelles Jérôme Lejeune et Jean-Paul II se sont efforcés de résister avec tant d'énergie se sont intensifiées.

    Pope John Paul II alongside Dr. Jérôme Lejeune holding a child with Down syndrome.

    Le pape Jean-Paul II aux côtés du Dr Jérôme Lejeune tenant dans ses bras un enfant atteint du syndrome de Down. (photo : Denis Soto/Wikimedia Commons / Public Domain )

    18 mai 2024

    Note de l'éditeur : Le biographe de Jean-Paul II, George Weigel, a prononcé les remarques suivantes le 18 mai à Rome lors de la IIe Conférence internationale de bioéthique, Chaire internationale de bioéthique Jérôme Lejeune. Ce texte est reproduit avec son autorisation.

    De nombreux participants à cette conférence sont des experts de la vie et de la pensée d'un grand homme de science et d'un grand homme de foi, le vénérable Jérôme Lejeune, ce qui n'est pas mon cas. Mais en tant que biographe du pape Jean-Paul II, je sais quelque chose de ce disciple exemplaire et de ce penseur puissant, et je sais que ce grand saint avait la plus haute estime pour Jérôme Lejeune.

    Comme l'a dit Jean-Paul II dans une lettre adressée au cardinal Jean-Marie Lustiger, archevêque de Paris, le lendemain du jour où le Dr Lejeune a été rappelé au Seigneur, le Dr Lejeune avait un « charisme » : un don de Dieu qui lui permettait « d'utiliser sa profonde connaissance de la vie et de ses secrets pour le véritable bien de l'homme et de l'humanité, et uniquement dans ce but ».

    Jérôme Lejeune, a poursuivi Jean-Paul II, était devenu « l'un des ardents défenseurs de la vie, en particulier de la vie des enfants à naître ». Ce faisant, il était prêt à devenir un « signe de contradiction », indépendamment des pressions exercées par une société permissive ou de l'ostracisme qu'il a subi.

    Ainsi, en Jérôme Lejeune, le monde a rencontré « un homme pour qui la défense de la vie est devenue un apostolat ». Le charisme donné au Dr Lejeune a été vécu dans le service évangélique du Christ et des petits du Christ.

    Les relations entre Jean-Paul II et Jérôme Lejeune, marquées par un profond respect mutuel qui s'est transformé en une forme d'amitié spirituelle, vous sont certainement familières.

    Nous connaissons la gratitude de Jean-Paul II pour le travail du Dr Lejeune au sein de l'Académie pontificale pour la vie, dont Lejeune était le président fondateur.

    Nous connaissons la gratitude de Jean-Paul II pour le travail acharné du Dr Lejeune dans la défense des enfants à naître, à laquelle il a apporté une autorité singulière, compte tenu de ses réalisations en tant que l'un des plus grands scientifiques du monde dans le domaine de la vie.

    Nous connaissons leur discussion lors du déjeuner du 13 mai 1981, au cours duquel ils ont évoqué les menaces qui pèsent sur la famille et auxquelles Jean-Paul II a tenté de répondre par la création du Conseil pontifical pour la famille, en liant la défense de la famille à la défense de la vie à tous les stades et dans toutes les conditions.

    Nous savons que Jean-Paul II a demandé au Dr Lejeune de diriger la délégation du Saint-Siège qui s'est rendue à Moscou après la mort du dirigeant soviétique Youri Andropov : un grand défenseur international de la vie représentant le pape aux funérailles de l'homme qui, en tant que chef de la police secrète soviétique, le KGB, avait incarné l'insensibilité du communisme à l'égard du caractère sacré de la vie - et qui pourrait bien s'être trouvé à la tête de la chaîne de causalité qui a conduit à un autre événement le 13 mai 1981.

    Lire la suite