Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ethique

  • Save Armenia - Soutenir l'Arménie et arrêter de financer l'Azerbaïdjan

    IMPRIMER

    Image

    Une Américaine s'insurge; Hermine Kallman sur The Denver Post :

    Opinion : Soutenir l'Arménie et arrêter de financer l'Azerbaïdjan

    28 septembre 2022

    Imaginez lire que le gouvernement américain a envoyé des centaines de millions de dollars des contribuables à la Russie, qui a utilisé ces fonds pour attaquer et envahir l'Ukraine.

    Vous êtes choqué ? Vous devriez l'être. Et maintenant, remplacez "Russie" par "Azerbaïdjan" et "Ukraine" par "Arménie", et vous n'avez plus à imaginer, car c'est précisément ce qui s'est passé la semaine dernière et continue de se passer.

    Sauf que l'Azerbaïdjan est encore plus autocratique que la Russie (son président actuel a hérité de la présidence de son père et est marié au vice-président) et a l'un des pires bilans au monde en matière de droits de l'homme.

    Il y a pire : le gouvernement américain a envoyé ces dollars - vos et mes dollars - en violation de ses propres lois, selon une enquête du Government Accountability Office. Alors pourquoi ne faisons-nous pas plus attention ?

    Ma ville natale faisait partie de plusieurs dizaines de villes arméniennes attaquées la semaine dernière.

    Pour moi, la semaine du 12 septembre a commencé comme toutes les autres - café, courriel. Puis sont arrivées les horribles nouvelles : juste après minuit en Arménie, l'Azerbaïdjan avait lancé une attaque massive et coordonnée sur un certain nombre de villes et de villages arméniens, bombardant des citoyens paisibles pendant leur sommeil. Ces bombardements ont été si intenses qu'ils ont pris la forme d'incendies massifs sur les cartes satellite établies par le système d'information sur les incendies pour la gestion des ressources de la NASA.

    Jermuk - ma ville, le lieu de mes souvenirs d'enfance, de mes amis, de mes camarades de classe, de mes voisins, mon endroit heureux - figurait parmi les cibles. C'est une station de ski entourée de montagnes luxuriantes, un beau coin du monde où j'ai eu la chance de grandir, d'aller à l'école, de respirer son air frais et de boire son eau pure. C'est un peu l'Aspen de l'Arménie, sans les maisons à un million de dollars. Elle aura toujours mon cœur.

    Frénétiquement, j'ai commencé à appeler mes amis et ma famille. "Tu vas bien ?" "Qu'est-ce qui se passe ?" "S'il vous plaît, mon Dieu, que tout aille bien..."

    Ils étaient loin d'aller bien.

    Mes amis d'enfance, maintenant adultes, avaient attrapé leurs enfants endormis et, toujours vêtus de draps et de pantoufles, les emmenaient loin de la ville, loin de la frontière, loin des bombardements, loin de la mort.

    Une fois les enfants sortis, des hommes et de nombreuses femmes sont revenus, prêts à défendre notre ville, nos montagnes, notre air et notre eau.

    Et ils ont défendu. Ils ont arrêté l'invasion avant que l'ennemi ne puisse pénétrer dans le centre de la ville, jusqu'à ce que les États-Unis parviennent à imposer un cessez-le-feu temporaire. Le prix de la défense a été élevé - plus de 200 personnes, soldats et volontaires, ont été tuées en trois jours.

    Peu après, des vidéos de crimes de guerre horribles commis par des envahisseurs azerbaïdjanais ont émergé, notamment le dépouillement et la mutilation du corps d'une femme soldat, mère de trois enfants, qui s'était dressée contre les agresseurs, tandis que les envahisseurs azéris ricanaient et s'encourageaient mutuellement. Il s'agit de l'un des nombreux récits de crimes de guerre de la semaine dernière.

    Pourquoi devrions-nous, nous, Américains, nous préoccuper de ce qui se passe dans une autre partie du monde, à des milliers de kilomètres de là ? Tout d'abord, toute escalade militaire dans la région déstabiliserait davantage une partie du monde déjà fragile.

    La Turquie est un fervent partisan de l'Azerbaïdjan et de son agression contre l'Arménie. Si ces efforts ne sont pas stoppés, il y a un risque que l'Iran, qui s'inquiète de la présence croissante de la Turquie à sa frontière nord-ouest, s'implique, déclenchant ainsi une guerre régionale potentiellement ingérable au Moyen-Orient, avec des conséquences encore pires que l'émergence d'ISIS.

    Nous devrions nous en soucier car les Arméniens sont nos voisins, nos collègues et nos amis. Des centaines de milliers d'Arméniens vivent aux États-Unis, certains depuis plusieurs générations, ayant trouvé refuge ici après le génocide arménien de 1915, au cours duquel un million et demi d'Arméniens ont été massacrés par le gouvernement turc, et des milliers d'autres, pour la plupart orphelins, ont été dispersés dans le monde entier.

    La minuscule patrie ancestrale de la République d'Arménie, seule démocratie de la région, est une lueur d'espoir pour tous les Arméniens, un symbole que, malgré des siècles de persécution et un génocide, le peuple arménien, notre culture, notre langue et notre christianisme continuent de survivre et de prospérer.

    Au minimum, nous devrions nous préoccuper du fait que l'argent de nos contribuables finance l'invasion et les crimes de guerre d'un dictateur autocratique qui agresse ouvertement son voisin démocratique. En 2020, lorsque l'Azerbaïdjan attaquait le Haut-Karabakh, une région contestée et peuplée d'Arméniens, le candidat Joe Biden a ridiculisé le président Donald Trump pour ne pas avoir appliqué les sanctions de la section 907 contre l'Azerbaïdjan.

    Pourtant, le président Biden a rompu sa propre promesse d'appliquer la loi américaine sur les sanctions contre l'Azerbaïdjan.

    Fin 2020, la République d'Arménie a fait d'énormes concessions à l'Azerbaïdjan pour mettre fin à la guerre du Haut-Karabakh. Mais maintenant, le dictateur de l'Azerbaïdjan souhaite envahir la République d'Arménie, la démembrer et la dépeupler - parce qu'il pense pouvoir s'en tirer.

    Le 21 septembre, jour de l'indépendance de l'Arménie, le dictateur Aliyev a ouvertement ridiculisé les États-Unis et la communauté internationale en déclarant que "rien ni personne ne peut nous empêcher" d'envahir l'Arménie. Ces propos ont été tenus, en partie, en réaction au voyage du week-end de la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi en Arménie pour soutenir la démocratie et la sécurité de ce pays.

    L'Arménie est désarmée. L'Arménie est en infériorité numérique. Pourtant, elle ne demande pas d'armes. Elle demande simplement aux États-Unis d'appliquer la loi américaine - d'arrêter d'armer l'Azerbaïdjan.

    Mes amis d'enfance à Jermuk sont prêts à mourir pour sauver leur maison contre les envahisseurs lorsque la prochaine série d'agressions commencera. Ils y parviendront peut-être mieux si les États-Unis ne soutiennent pas l'envahisseur.

    Hermine Kallman est une avocate arméno-américaine de Denver qui siège au conseil d'administration des Arméniens du Colorado, une organisation au service de la communauté arménienne depuis 1979.

  • Euthanasie : La Cour européenne des droits de l'homme condamne la Belgique

    IMPRIMER

    Du site de l'Institut Européen de Bioéthique :

    URGENT - Euthanasie : La Cour européenne des droits de l'homme condamne la Belgique

    04/10/2022

    Plus d'informations dans quelques minutes

    Dans l'affaire Mortier c. Belgique (voir ICI), la Cour européenne des droits de l'homme (CourEDH) déclare à l'unanimité que la Belgique a violé l'article 2 de la Convention européenne des droits de l'homme, relatif au droit à la vie, du fait de l'absence de contrôle a posteriori effectif de la légalité de l'euthanasie pratiquée sur la mère du requérant.

    Texte intégral de l'arrêt

    A lire : http://www.koztoujours.fr/tweets-euthanasie-la-belgique-condamnee-par-la-cedh

    Euthanasie pour « dépression incurable » : la CEDH ne soulève qu’un problème de procédure

  • L’euthanasie en Belgique, ou le véritable contre-modèle à proscrire

    IMPRIMER

    D'Henri de Soos sur gènéthique.org :

    4 octobre 2022

    Henri de Soos, juriste de formation et auteur de L’Impasse de l’euthanasie, réagit au déplacement d’Olivier Véran en Belgique.

    Le ministre du renouveau démocratique, Olivier Véran, est chargé de suivre (de contrôler ?) le bon déroulement de la convention citoyenne sur la fin de vie. A ce titre, il s’est rendu fin septembre en Belgique pour s’informer sur l’organisation des euthanasies dans ce pays. Il a choisi de rencontrer exclusivement, semble-t-il, de fervents partisans de ce dispositif. Selon le compte-rendu publié par La Croix, citant des soignants enthousiastes, « une euthanasie est un moment de grande tendresse, extraordinairement humain et fraternel », et « la loi belge est magnifique ».

    La Belgique est-elle vraiment « le modèle » qu’il va falloir imiter, si l’on en croit les préférences du président de la République ? (cf. Présidentielles : Emmanuel Macron favorable à l’euthanasie)

    Il faudrait au contraire ouvrir les yeux sur la face cachée du système, sur les ombres et les dérives que les partisans de l’euthanasies masquent soigneusement. Donnons seulement deux exemples, parmi tous ceux que j’ai déjà eu l’occasion de citer dans un récent article sur Gènéthique.

    N’est-il pas inquiétant que le nombre officiel d’euthanasies augmente sans arrêt depuis 2002, sans aucune interruption (sauf l’année 2020 à cause du confinement) ? Ces actes ont été multipliés par dix en vingt ans, atteignant 3% des décès. Les statistiques suivent la même pente que celle des Pays-Bas, 1er pays à avoir légalisé l’euthanasie : dans ce pays, le taux atteint déjà 4,5%, et le seuil de 5% sera forcément atteint dans un proche avenir. A titre de comparaison, 5% en France correspondrait à 30 000 euthanasies à réaliser chaque année ! On est loin des « cas exceptionnels » de « souffrances insupportables » dont on nous parle pour justifier de changer la loi française…

    N’est-il pas choquant que les catégories de personnes susceptibles d’être euthanasiées soient de plus en plus nombreuses ? Il y a en fait deux cas de figure :

    • Soit la loi est interprétée de façon plus laxiste par les médecins et la commission de contrôle. Sont aujourd’hui euthanasiées sans difficulté des personnes avec maladie grave et incurable mais qui ne sont pas en fin de vie, et des personnes dépressives, atteintes d’Alzheimer, ou même de « polypathologies » (expression choisie pour évoquer un cumul de problèmes de santé plus ou moins importants, mais assez fréquents au-delà de 80 ans : baisse de vue ou d’audition, rhumatismes, incontinence, fatigue « intense », etc.) ;
    • Soit la loi elle-même est changée, comme en 2014 pour l’étendre aux mineurs sans condition d’âge. Parmi les premiers cas (rares heureusement), il y a eu deux enfants de 9 et 11 ans. La Belgique est le seul pays au monde à avoir légalisé cela !

    Se réjouissant semble-t-il de ces évolutions, Olivier Véran aurait tiré cette conclusion à la fin de sa visite, à propos de l’état d’esprit de la société belge : « Avec vingt ans de recul, il y a des questions qu’ils ne se posent plus. L’acceptation de la société et des soignants est très forte ».

    Là est bien le fond du problème. Les pays qui ont ouvert la boîte de Pandore de l’euthanasie sont dans l’incapacité de la maitriser. Loin des intentions initiales affichées – permettre l’euthanasie pour des cas exceptionnels de souffrances insupportables et inapaisables en fin de vie – ces législations modifient peu à peu en profondeur les valeurs culturelles et les pratiques sociales.

    Selon l’adage bien connu, « puisque c’est légal, c’est moral ». Cela prend 20 ans, 30 ans, 50 ans, mais la conscience éthique des citoyens s’émousse et tolère, accepte, voire désire ces évolutions. L’interdit de tuer ne constitue plus un pilier fondamental de la vie en société, il n’y a plus cette digue protectrice, en particulier pour les personnes les plus fragiles. Sous la pression de proches, de soignants, de la société, elles seront de plus en plus nombreuses à se sentir obligées de se poser la question inimaginable à la fin du siècle dernier : « ne vaudrait-il pas mieux que je sois euthanasié ? »

    Comment Olivier Véran peut-il en conclure que le système belge est « hyper cadré » ? Aura-t-il le courage, et Emmanuel Macron avec lui, de regarder en face la réalité, sans se contenter des belles paroles rassurantes qu’on lui a transmises ?

  • Lever le silence sur les dérives au sein des communautés bouddhistes

    IMPRIMER

    De France Inter :

    L'émission sur Arte :

    Abus sexuels, manipulations mentales et détournements de fonds : le bouddhisme tibétain est secoué par de graves scandales. Un récit fouillé qui lève le voile sur les dessous peu spirituels d’une religion vénérée en Europe.  

    Il s’appelle Ricardo Mendes et, très jeune, il a vécu l’enfer dans une communauté bouddhiste à Castellane, loin de l’idéal de sagesse prônée par son fondateur, Robert Spatz. Désormais en quête de justice et s’étant constitué partie civile dans un procès, Ricardo raconte comment le lama belge incitait ses disciples à lui abandonner leur progéniture, lui laissant le champ libre. Sévices corporels, privations de nourriture et de liberté ou viols subis par les filles furent le lot quotidien d’enfants sans protection. Ces abus ne relèvent pourtant pas de l’exception : depuis que le bouddhisme tibétain s'est imposé comme un phénomène de mode dans les années 1960, notamment en Europe, les scandales sexuels et financiers se multiplient, tandis que ses maîtres en exil prospèrent. Icône internationale, le dalaï-lama a lui-même longtemps couvert les agissements secrets de ceux qui servaient l’expansion de sa religion : avec une économie fondée sur la charité, celle-ci doit éviter les affaires trop tapageuses...

    Le lama Sogyal Rinpoché, à la tête d’un empire après la publication de son best-seller Le livre tibétain de la vie et de la mort, finit pourtant par être dénoncé par de nombreuses victimes pour son goût immodéré du luxe, son autoritarisme violent et ses dérives sexuelles. Il symbolise ainsi ce que le dalaï-lama nomme du bout des lèvres "les problèmes éthiques"... Dans les arrière-salles des monastères "Les gens prennent le charisme pour une qualité spirituelle."

    Grâce à ses révélations et à la qualité de ses intervenants, ce documentaire édifiant contribue à dessiller le regard occidental "fleur bleue" sur l’exotique bouddhisme tibétain. Il rappelle notamment que cette religion requiert une dévotion totale de l'élève, lequel doit certifier à son maître de garder le secret sur les initiations auxquelles il doit se soumettre : un terreau idéal pour couvrir d’une chape de silence les abus de toute nature.

    Les recherches menées par la journaliste Élodie Emery et le documentariste Wandrille Lanos affinent la perception de cette spiritualité qui se pare de tant de vertus, dont la pauvreté. Car le bouddhisme, véritable multinationale, se déploie avec ses têtes de gondole, ses produits dérivés (dont la méditation), ses filiales (les centres bouddhistes pour public aisé), ses stratégies de communication et agences spécialisées dans la gestion de crise. Fort de nombreux témoignages, dont des chercheurs et des adeptes abusé(e)s qui racontent l’envers du décor, ce récit fouillé lève le voile sur les impostures du bouddhisme, si prisé en Occident pour... sa quête de la paix intérieure.

    Documentaire d'Elodie Emery et Wandrille Lanos (France, 2022, 1h30mn) disponible jusqu'au 13/10/2022 

  • RDC : À l’Est, la guerre de trente ans tourne en boucle au Pays des Grands Lacs

    IMPRIMER

    « Dans « Le cri muet des collines » (**) un collectif d’auteurs revient sur la chronologie des guerres du Congo et se demande comment sortir  de la crise sécuritaire incessante qui a transformé un décor paradisiaque en effrayante réalité. Lu sur le site web « Afrikarabia » (Christophe Rigaud ») :

    A-lEst-de-la-RDC-1024x565.jpg

    « Après deux guerres meurtrières, consécutives au génocide des Tutsi au Rwanda voisin, la République démocratique du Congo est censée être en paix depuis les accords de 2003. Seulement voilà, les armes ne se sont jamais tuent dans l’Est du pays. Une centaine de groupes armés sévit toujours dans cette vaste région, aux frontières de l’Ouganda, du Rwanda et du Burundi. On appelle cela un conflit de basse intensité, et malgré la présence de plus de 14.000 casques bleus, les massacres continuent, les responsables de la guerre courent toujours et les victimes attendent désespérément que justice soit rendue. Dans l’ouvrage « Le cri muet des collines – Dans l’Est du Congo, la guerre tourne en boucle » * Colette Braeckman, Reed Brody, Pierre Hazan, Philippe Lardinois et Marc Schmitz analysent les trente années de chaos au Congo en se demandant pourquoi « quasi personne n’a été jugé » alors que les témoignages existent et que des enquêtes internationales ont été menées.

    Guerre des chiffres

    Colette Braeckman, sans nul doute la meilleure spécialiste du Congo, déroule le fil de « la plus longue guerre d’Afrique », de la fin du génocide au Rwanda voisin, en passant par la chute de Mobutu, l’arrivée de Laurent Désiré Kabila et la succession du fils Joseph, sur fond de massacres sans fin. La journaliste revient sur la traque des génocidaires hutu par le nouveau pouvoir de Kigali, jusque dans les profondeurs de la forêt congolaise. S’en suit la guerre des chiffres sur le nombre de morts victimes de la chasse aux génocidaires sur le sol : 5,4 millions ? 200.000 ? « Les morts du Congo, bien réels, ont été instrumentalisés » explique Colette Braeckman, dans une analyse historique très pédagogique.

    Fosses communes à Mbandaka (Coquilathville, chef-lieu de l'ancienne Province de l’Equateur ndB)

    Reed Brody, directeur adjoint de l’équipe d’enquête des Nations unies en 1997, raconte ensuite comment sa mission se retrouve entravée et bloquée par le président Kabila. Pourtant, à Mbandaka, des emplacements de fosses communes sont découverts. Dans son rapport, l’ONU explique que « des centaines de Hutu rwandais non-armés ont été exterminés par des troupes de l’AFDL, apparemment sous le commandement effectif de l’armée rwandaise (APR) ». Mais l’accueil de l’ONU est tiède et les pressions américaines sont nombreuses pour ne pas aller plus loin. « Les troupes de Kagame ont joué un rôle crucial pour mettre fin au génocide de 1994 au Rwanda, qui oserait le nier ? Mais cela ne les exonère pas d’un examen minutieux des crimes commis dans les années qui ont suivi, au Rwanda et au Congo » écrit Reed Brody.

    Lire la suite

  • L’enfant trans, un nouveau produit marketing ?

    IMPRIMER

    Du site de l'hebdomadaire Famille Chrétienne :

    « L'enfant trans est devenu le nouveau produit marketing »

    Pauline Quillon, journaliste à Famille Chrétienne est l'auteur de Enquête sur la dysphorie de genre. Bien comprendre pour aider vraiment les enfants (Mame).

    Comment l’idéologie transgenre peut-elle connaître aujourd'hui un tel succès, alors que le fait existait de façon très marginale dans le débat public ?

    La marche progressiste de nos sociétés en faveur de la reconnaissance du droit qu’auraient les enfants à « autodéterminer » leur genre est un phénomène mondialisé. Non seulement elle se produit dans tout le monde occidental, mais elle répond de surcroît à une volonté explicite des organisations internationales. En 2006, un groupe d’experts des droits humains réunis en Indonésie a signé les vingt-neuf principes de Jogjakarta qui portent sur les normes juridiques internationales non contraignantes auxquelles tous les États devraient idéalement se conformer en ce qui concerne l’orientation sexuelle et l’« identité de genre » et dont s’inspirent les institutions internationales (l’ONU, le Conseil de l’Europe) qui, à leur tour, les recommandent aux pays du monde.

    Sous quelle autorité ?

    Ces experts n’ont aucun mandat, aucune autorité, mais leurs principes servent de référence juridique et de boussole morale. En 2017, ce groupe y a ajouté dix principes et obligations des États, qui portent sur « l’expression de genre ». On y trouve l’obligation d’accepter le changement de prénom et de sexe à l’état civil à tout âge (principe 31), l’obligation de protéger le droit de tout enfant à l’autodétermination (principe 32), ou de « veiller à ce que toutes les écoles et autres institutions offrent des installations sanitaires sûres » (principe 33). À savoir, les recommandations mêmes de la circulaire Blanquer.…

    Sait-on tout de même qui, exactement, tire les ficelles de ce phénomène mondialisé ?

    Un lobbying intense serait présent au sein des institutions européennes. En 2020, le Centre européen pour le droit et la justice (ECLJ), ONG chrétienne conservatrice dirigée par Gregor Puppinck, a étudié la Cour européenne des droits de l’homme, et notamment le « pedigree » de ses quarante-sept juges. Cette étude, révélée par l’hebdomadaire Valeurs actuelles en février 2020, démontre que cette Cour est infiltrée par des juges qui sont liés à l’Open Society Foundations du milliardaire américano- hongrois George Soros. Sur les cent juges qui y ont siégé entre 2009 et 2019, l’ECLJ en a compté vingt-deux.

    Qu’est-ce que cette Open Society ?

    L’Open Society milite activement pour le droit des personnes trans à changer légalement de sexe. En 2014, elle a produit un rapport, « License To Be Yourself », qui se présente comme un texte ressource pour les activistes du monde entier œuvrant pour les droits des personnes trans et pour l’évolution des législations en faveur du changement de sexe à l’état civil, y compris pour les enfants.

    Il est étonnant cependant que le mouvement trans ait obtenu en quelques années seulement une visibilité et des conquêtes législatives telles qu’il a fallu plusieurs décennies pour les mouvements de défense des femmes et des homosexuels pour en obtenir de comparables.…

    Michael Biggs, professeur de sociologie à Oxford, a creusé la question. La raison, selon lui, tient au soutien financier massif d’une poignée de milliardaires. Parmi eux, George Soros, que je viens d’évoquer, dont l’OSF est le principal donateur des causes trans. L’OSF a ainsi accordé des subventions d’une valeur de 3,07 millions de dollars pour 2016-2017 ! ONG, partis politiques, institutions internationales sont nombreux à recevoir de l’argent de la part de milliardaires ou de compagnies pharmaceutiques.

    Quelles sont leurs motivations à donner ces sommes faramineuses ?

    Contrairement aux autres mouvements de défense des minorités, le lobby trans ne semble pas émaner d’une minorité opprimée, mais bien plutôt d’une petite minorité ultra-capitaliste qui pourrait trouver un intérêt financier à promouvoir l’idéologie transgenre et à banaliser la transformation des corps par la chirurgie et les produits chimiques. Se promeut une figure qu’elle présente sous le masque séduisant de la réalisation de soi et du courage.

    Lire la suite

  • Quel avenir pour l'Eglise de France ? (Club des hommes en noir)

    IMPRIMER

    Du site de l'Homme Nouveau :

    Traditionis Custodes, années Covid, pédophilie... comment l'Eglise de France se relèvera-t-elle ? Quel avenir nous réserve-t-elle ? Retrouvez l'analyse du Club des Hommes en noir, avec autour de Philippe Maxence, les abbés de Tanouärn et Célier, Jeanne Smits et Jean-Pierre Maugendre.

  • « De toute manière, tous les ingrédients du schisme sont là… »

    IMPRIMER

    De Philippe Maxence sur le site de l'Homme Nouveau ("Notre quinzaine"):

    Il faut qu’il y ait schisme…

    Dans un communiqué rendu public le 20 septembre dernier, les évêques de Belgique néerlandophone ont annoncé la mise en place d’une sorte de bénédiction pour les couples homosexuels, engagés dans une relation « stable et fidèle ». À vrai dire, cette « Prière pour la fidélité et pour l’amour » n’utilise pas le terme de « bénédiction ». Elle est d’ailleurs censée être formulée par l’assemblée sans que soit précisé le rôle exact du prêtre ou du diacre. Évidemment, personne n’est dupe. Si ce n’est pas une bénédiction, la prière en question y ressemble fort.

    À ceux qui en douteraient, un responsable d’une fraternité œcuménique au service des personnes LGBT (sic) l’explique très clairement sur le site de La Croix : « On peut très bien se passer de ce mot à partir du moment où son essence est là. » Il va d’ailleurs plus loin en estimant que « ces évêques font très bien d’éviter ce mot de bénédiction, qui peut être piégé, volcanique dans le contexte actuel ». Dont acte !

    Les ingrédients sont là

    On pourra évidemment penser que nous assistons là à un épisode supplémentaire de la propagande qui se déploie fortement aujourd’hui pour respecter au sein de l’Église, non pas seulement les personnes, mais les unions homosexuelles elles-mêmes. En réalité, cette décision des évêques de Belgique néerlandophone forme l’arbre qui cache une forêt. Des bénédictions de couples homosexuels sont déjà pratiquées depuis plusieurs années par de nombreux prêtres à travers le monde, et notamment en France. Une fois de plus, un texte épiscopal ne fait que légitimer une pratique déjà existante. Toutefois, le militant interrogé par La Croix pointe d’une certaine manière la véritable conséquence d’une telle décision. Quand le journaliste lui demande s’il ne craint pas un rappel à l’ordre de Rome, « par peur du schisme », il répond tranquillement : « De toute manière, tous les ingrédients du schisme sont là… » Sur ce point, on sera bien d’accord avec lui. Mais encore faut-il que les autorités compétentes le disent également. Clairement et publiquement.

    Sortir de la confusion

    Nous pouvons certes tous aujourd’hui analyser les positions des uns et des autres et donner notre avis. Mais nous autres laïcs, nous ne sommes pas l’Église enseignante mais l’Église enseignée, même si au­jourd’hui, en raison de la tentation démocratique et antihiérarchique qui traverse l’Église, la confusion s’installe entre les deux. Dans sa première épître aux Corinthiens, saint Paul déclare, de manière étonnante : « il faut qu’il y ait même des hérésies ». Allons dans ce sens. Nous demandons donc aujourd’hui la première charité que les autorités légi­times, en l’occurrence le Pape et les évê­ques, sont seules à pouvoir et à devoir nous donner : la charité de la vérité. Et celle-ci passe par une sortie de la confu­sion. Et si cette sortie doit prendre la for­me de la reconnaissance officielle d’un schisme propageant des erreurs contraires à la foi catholique, il faut l’affirmer ouvertement. Non pas pour s’en réjouir ou se croire à l’abri dans une sorte de bonne conscience. Non, il faut que le schisme, aujourd’hui en quelque sorte latent, soit déclaré pour que nous, fidèles de l’Église catholique, nous sachions clairement où se situe la ligne de partage de l’erreur et de la vérité.

    Nous autres de « la classe moyenne du Salut »

    En septembre 2019, de retour d’un voyage en Afrique, le pape François a abordé ce thème du schisme. Dans un pontificat qui se veut ouvert au dialogue avec tous, il déclarait pourtant : « moi, je n’ai pas peur des schismes ». Soyons honnêtes : il visait un improbable schisme que l’on pourrait qualifier de « conservateur » ou de « traditionaliste ». François ajoutait également dans la même déclaration : « Je prie pour qu’il n’y en ait pas parce qu’il y va de la santé spirituelle de beaucoup de gens. »

    Avec tout le respect que l’on doit à la fonction ponti­ficale et au Pape, il semble pourtant que la « santé spirituelle » du peuple chrétien, de ceux qui appartiennent à cette « classe moyenne du salut », selon l’expression de Joseph Malègue, goûtée justement par François, nécessite au contraire de sortir de la confusion, des zones d’ombre, du flou, entretenu ou non volontairement, du manque de clarté. Le Christ nous y invite clairement, en affirmant en saint Matthieu (5, 37) : « que votre parole soit : oui, oui ; non, non. Ce qui est en plus vient du Malin. » Ailleurs, le Christ déclare : « Il n’est pas bon de prendre le pain des enfants, et de le jeter aux petits chiens. » Nous avons plus que jamais besoin de ce pain de la vérité, même si comme la Samaritaine nous sommes prêts à nous contenter des miettes qui tombent.

    Une intention à confier à Notre-Dame du Rosaire, dans ce combat pour la vérité.

  • L'évêque d'Anvers, Mgr Bonny, affirme que le pape François approuve la cérémonie de bénédiction des couples homosexuels

    IMPRIMER

    De Maike Hickson sur LifeSiteNews :

    Un évêque belge affirme que le pape François approuve la cérémonie de bénédiction des couples homosexuels

    Nos directives pour la bénédiction des couples homosexuels, que nous avons récemment publiées, sont en accord avec le pape François", a déclaré Mgr Johan Bonny.

    30 septembre 2022

    (LifeSiteNews) - L'évêque Johan Bonny d'Anvers, qui avec un groupe d'évêques flamands en Belgique a récemment publié des directives pour la bénédiction des couples homosexuels, a maintenant déclaré publiquement qu'il a parlé avec le pape, et que "nos directives pour la bénédiction des couples homosexuels que nous avons récemment publiées sont en accord avec le pape François."

    Bonny est actuellement en Allemagne où il a rencontré les évêques allemands lors de leur réunion annuelle d'automne à Fulda, s'entretenant avec eux à huis clos. Dans ce contexte, il a accordé à Katholisch.de, le site officiel des évêques allemands, une interview dans laquelle il encourage les évêques allemands à poursuivre le travail de leur chemin synodal qui a récemment déclaré que les actes homosexuels "ne sont pas un péché."

    À la fin de cette interview de Katholisch.de, Bonny a été interrogé sur la réaction à ses propres actions, puisqu'il avait lui-même déjà plaidé en 2015 pour une bénédiction des couples homosexuels. L'intervieweur lui a rappelé qu'il était toujours un évêque, même s'il a plaidé pour une telle bénédiction.

    Bonny a répondu : "Oui, je suis toujours un évêque. J'ai été appelé à Rome, et là, j'ai dit quelle était mon opinion à ce sujet. J'en ai également parlé personnellement au pape François."

    Interrogé sur le résultat de cette conversation avec le pape, Bonny a répondu : "Je sais maintenant ce qu'il pense. C'est pour moi la chose la plus importante".

    L'évêque belge a insisté sur le fait que le pape est également en accord avec lui et ses collègues évêques flamands et leurs directives récemment publiées. "Et je sais que nos directives pour la bénédiction des couples homosexuels, que nous avons récemment publiées, sont en accord avec le pape François", a-t-il déclaré, ajoutant que cela était important pour lui "car la communion avec le pape est sacrée pour moi."

    Le prélat poursuit : C'est la responsabilité personnelle que le pape nous a donnée à nous, évêques, et qu'il soutient également. Cependant, les mêmes sujets ne doivent et ne peuvent pas être discutés dans le monde entier et à tout moment. De plus, le pape n'est pas obligé de tout écrire sur papier. Tout comme moi, en tant qu'évêque, je ne consigne pas chaque conversation sur papier.

    Lire la suite

  • La présidente hongroise reproche aux pays occidentaux et au système des Nations unies de promouvoir "l'endoctrinement idéologique"

    IMPRIMER

    De Stefano Gennarini sur C-Fam.org :

    La présidente hongroise réprimande vertement les Nations unies pour leur idéologie sexiste "non pertinente".

    29 septembre 2022

    NEW YORK, 30 septembre (C-Fam) Après les récentes critiques des conservateurs sociaux selon lesquelles la Hongrie a été du mauvais côté des débats sur l'avortement aux Nations Unies, Katalin Novák, présidente de la Hongrie, s'est montrée ferme sur ces questions dans son discours à l'Assemblée générale la semaine dernière. Mme Novák a reproché aux pays occidentaux et au système des Nations unies de promouvoir "l'endoctrinement idéologique". Novák a suggéré que l'idéologie du genre est une "fiction".

    "Aujourd'hui, à l'heure de la guerre, des crises énergétiques et alimentaires, les organisations créées pour éviter la guerre et préserver la paix se concentrent sur l'endoctrinement idéologique", a déclaré Novák aux dirigeants du monde entier, une semaine seulement après que les pays occidentaux et le système des Nations unies ont tenu un sommet sur l'éducation pour promouvoir l'idéologie du genre, y compris la promotion de l'autonomie sexuelle des enfants et la propagande homosexuelle et transgenre.

    "Ce n'est pas ce dont nous avons besoin aujourd'hui. Au contraire, nous devons retrouver notre capacité à distinguer l'essentiel du superflu, l'important du sans importance, la réalité de la fiction", a insisté M. Novák en citant les exemples d'Élisabeth II d'Angleterre et de Winston Churchill.

    Les critiques de Mme Novák ont été éclipsées par un concert de préoccupations concernant le conflit en Ukraine, thème prédominant dans toutes les déclarations de l'Assemblée générale cette année. Mais elle n'était pas entièrement seule à critiquer l'ingénierie sociale de l'ONU.

    Le secrétaire d'État du Vatican, le cardinal Pietro Parolin, a déclaré que la promotion par les Nations unies d'agendas "clivants" contribuait à la "crise de crédibilité" de l'organisation.

    Citant le pape François, il a déclaré que "l'imposition flagrante de politiques litigieuses" sans même tenter de trouver un terrain d'entente entre les États membres de l'ONU était une forme de "colonisation idéologique". Il a appelé à la protection de la famille et à ne pas "réinventer les droits de l'homme."

    Le président du Guatemala, Alejandro Giammattei, a critiqué l'utilisation des mécanismes internationaux pour promouvoir des "idéologies qui divisent" et a appelé les pays à coopérer sur les questions sur lesquelles il existe un accord.

    "La faim et la pauvreté n'ont rien d'idéologique !" a-t-il souligné.

    M. Giammattei a insisté sur le fait que tous les gouvernements et les mécanismes internationaux doivent respecter la souveraineté et qu'ils ne doivent pas s'ingérer dans les affaires intérieures des États souverains. Il a appelé les pays à protéger les droits de l'homme, notamment le droit à la vie "de la conception à la mort naturelle".

    Même si la plupart des pays ont évité les guerres culturelles dans leurs déclarations, plusieurs dirigeants mondiaux de pays donateurs occidentaux et de pays plus pauvres ont redoublé d'efforts pour promouvoir la "santé et les droits sexuels et reproductifs" et l'idéologie du genre.

    Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a déclaré que "l'égalité des sexes se dégrade et que la vie des femmes se dégrade", notamment en ce qui concerne "les choix en matière de santé sexuelle et reproductive", dans une attaque voilée contre l'annulation de l'arrêt Roe v. Wade par la Cour suprême des États-Unis plus tôt cette année.

    Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a fait écho à M. Guterres au sujet de la Cour suprême des États-Unis. Il a dénoncé "les menaces mondiales contre la liberté sexuelle et reproductive des femmes" et "le recul de certaines démocraties avancées".

    La ministre des Affaires étrangères du Canada, Mélanie Joly, s'est également plainte des "reculs en matière de santé et de droits sexuels et reproductifs", appelant spécifiquement au droit à l'avortement.

    "Le Canada défendra toujours votre droit de choisir !" a-t-elle déclaré, comme si elle s'adressait aux femmes du monde entier.

    Le Premier ministre norvégien Jonas Gahr Støre a déclaré que la promotion du droit des femmes et des filles "à décider de leur propre corps" était une priorité de son pays.

    Le président américain Joe Biden a prophétisé que les guerres culturelles mondiales seront remportées par les pays qui promeuvent "les droits fondamentaux en matière de reproduction" et où "les membres de la communauté LGBTQ+ vivent et aiment librement."

  • Femmes et désir d'enfants : un sondage éclairant

    IMPRIMER

    Du site du Figaro :

    Près d'un tiers des femmes en âge de procréer ne veulent pas d'enfants, selon un sondage

    Un tiers des femmes en âge de procréer ne veulent pas avoir d'enfants. C'est ce que révèle un sondage réalisé par le magazine Elle en partenariat avec l'Ifop et publié ce mercredi. L'enquête a été menée auprès d'un échantillon représentatif de 2005 femmes âgées de 15 ans et plus. Concernant les femmes «en âge de procréer», il s'agit de femmes âgées de 18 à 49 ans sans enfants et en capacité physique de procréer.

    Un non-désir d'enfant porté par des considérations féministes et écologiques

    Parmi les sondées qui ne ressentent pas de désir de maternité, 50% estiment qu'un enfant n'est pas indispensable à leur épanouissement personnel quand 48% ne souhaitent pas assumer de responsabilité parentale. La crise environnementale et climatique motive aussi le non-désir d'enfant de 39% des femmes interrogées, suivies des crises politiques et sociales (37%) et de la crainte de la surpopulation (35%), détaille Elle.

     
    PUBLICITÉ

    L'institut Ifop a également interrogé les sondées sur leurs idées politiques. 48% de sympathisantes EELV ont affirmé souhaiter rester sans enfant contrairement à celles des Républicains, de Reconquête ou du RN qui manifestent encore majoritairement un désir de maternité. 50% des femmes se jugeant «très féministes» et 54% se disant «très écologistes» ont également affirmé leur non-désir d'enfants.

    La catégorie socioprofessionnelle des sondées est également un critère puisque 36% des dirigeantes d'entreprises préfèrent ne pas avoir d'enfants quand la majorité des femmes issues des catégories populaires expriment majoritairement leur désir de devenir mères. Le sondage relève également que plus de la moitié des mères d'un enfant de moins trois ans avouent parfois regretter leur choix de maternité. En outre, près d'une femme sur deux se dit prête à recourir à la procréation médicalement assistée (PMA) en tant que célibataire.

  • Une nouvelle brochure sur Netflix

    IMPRIMER

    Du site de l'OJIM (Observatoire du Journalisme) :

    2012/2022, 10 ans de l’Ojim : une nouvelle brochure sur Netflix

    28 SEPTEMBRE 2022

     
    2012/2022, 10 ans de l’Ojim : une nouvelle brochure sur Netflix

    Après Yann Barthès, après l’affaire Obono, après le néo-féminisme, après l’exécrable Dilcrah, l’Observatoire publie sa cinquième brochure sur L’Empire Netflix, l’emprise du divertissement d’Édouard Chanot. Visite guidée.

    Devinettes

    Quelle est la société qui a généré en France un revenu de 1,2 milliards d’euros en 2021 et payé 6,5 millions d’euros d’impôts ? C’est Netflix ! Qui a produit la série Sense 8, véritable Babel moderne woke qui se déroule dans 20 villes et 14 pays avec des personnages incarnant l’arc en ciel des polysexualités ? C’est toujours Netflix !

    In God we trust! Et Sense 8 annonce le nouveau monde

    In God we trust, c’est ce qui est écrit sur le laisser-passer américain, le dollar US. Entre Bible protestante et esprit conquérant du Bien : ce qui est bon pour le dollar est moral, ce qui est bon pour le dollar est bon pour le monde. Revenons à Sense 8, un scénario mondial mettant en scène 8 personnages, quatre hommes et quatre femmes, dont une américaine qui se nomme Nomi Marks, une femme transgenre, jouée par Jamie Clayton elle-même transsexuelle. Un des scénaristes de la série est Lena Wachowski, qui elle aussi est transgenre, j’espère que vous suivez ?

    He’s expecting

    Non, ce n’est pas une mauvaise blague, He’s expecting (il est « enceint »), raconte sur Netflix l’histoire de Kentarô Hiyama, un homme de 37 ans travaillant dans la publicité, qui découvre subitement qu’il est « enceinte » ou « enceint » comme on voudra, de neuf semaines. La série se joue dans un monde où les hommes peuvent avoir des enfants depuis une cinquantaine d’années. Comme il se doit, le personnage principal doit subir les brimades et la discrimination de son entourage.

    Ce ne sont que quelques exemples, l’ouvrage d’Édouard Chanot aborde bien d’autres sujets, comme le modèle économique de Netflix, ses incontestables succès, son idéologie sous-jacente, son pouvoir d’hypnose sur les européens et sa pérennité. Cette brochure est vendue sur le site de La Nouvelle Librairie ou envoyée dédicacée à nos donateurs à partir de 50 euros. Vous bénéficiez d’un reçu fiscal de 66%, la brochure rendue chez vous ne vous coûtera que 16,60 € et vous nous donnerez un coup de main. D’avance merci !