Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ethique - Page 3

  • Intelligence artificielle : le discours du pape au G7

    IMPRIMER

    LE PAPE FRANÇOIS PARTICIPE A LA SESSION DU G7 SUR L'INTELLIGENCE ARTIFICIELLE
    [13-15 juin 2024] 

    DISCOURS DU PAPE FRANÇOIS

    Borgo Egnazia (Pouilles, Italie)
    Vendredi 14 juin 2024

    (source)

    ________________________________________

    Un outil fascinant et redoutable

    Mesdames et Messieurs !

    Je m’adresse à vous aujourd’hui, dirigeants du Forum intergouvernemental du G7, pour vous présenter une réflexion sur les effets de l’intelligence artificielle sur l’avenir de l’humanité.

    « L’Écriture Sainte témoigne que Dieu a donné aux hommes son Esprit pour qu’ils aient “la sagesse, l’intelligence et la connaissance de toutes sortes de travaux” ( Ex 35, 31) » [1]. La science et la technologie sont donc les produits extraordinaires du potentiel créatif des êtres humains [2].

    Or c’est précisément l’utilisation de ce potentiel créatif donné par Dieu qui est à l’origine de l’intelligence artificielle.

    Cette dernière, comme on le sait, est un outil extrêmement puissant, utilisé dans de nombreux domaines de l’activité humaine : de la médecine au monde du travail, de la culture à la communication, de l’éducation à la politique. Et l’on peut désormais supposer que son utilisation influencera de plus en plus notre mode de vie, nos relations sociales et même, à l’avenir, la manière dont nous concevons notre identité en tant qu’êtres humains [3].

    Le thème de l’intelligence artificielle est cependant souvent perçu comme ambivalent : d’une part, il enthousiasme par les possibilités qu’il offre, d’autre part, il suscite la crainte par les conséquences qu’il laisse présager. À cet égard, on peut dire que nous sommes tous, à des degrés divers, traversés par deux émotions : nous sommes enthousiastes lorsque nous imaginons les progrès qui peuvent découler de l’intelligence artificielle, mais, en même temps, nous sommes effrayés lorsque nous voyons les dangers inhérents à son utilisation [4].

    Nous ne pouvons d’ailleurs douter que l’avènement de l’intelligence artificielle représente une véritable révolution cognitivo-industrielle qui contribuera à la création d’un nouveau système social caractérisé par de complexes transformations historiques. Par exemple, l’intelligence artificielle pourrait permettre la démocratisation de l’accès au savoir, le progrès exponentiel de la recherche scientifique, la possibilité de confier des travaux pénibles à des machines ; mais, en même temps, elle pourrait entraîner une plus grande injustice entre les pays riches et les pays en voie de développement, entre les classes sociales dominantes et les classes sociales opprimées, compromettant ainsi la possibilité d’une “culture de la rencontre” au profit d’une “culture du rejet”.

    L’ampleur de ces transformations complexes est évidemment liée au développement technologique rapide de l’intelligence artificielle elle-même.

    C’est précisément cette avancée technologique vigoureuse qui fait de l’intelligence artificielle un outil fascinant et redoutable et qui appelle une réflexion à la hauteur de la situation.

    Dans ce sens, on pourrait peut-être partir du constat que l’intelligence artificielle est avant tout un outil. Et il va de soi que les bienfaits ou les méfaits qu’elle apportera dépendront de son utilisation.

    C’est certainement vrai, puisqu’il en a été ainsi pour tous les outils construits par l’homme depuis la nuit des temps.

    Notre capacité à construire des outils, en quantité et complexité inégalées parmi les êtres vivants, fait parler d’une condition techno-humaine : l’être humain a toujours entretenu une relation avec l’environnement par l’intermédiaire des outils qu’il a progressivement produits. Il n’est pas possible de séparer l’histoire de l’homme et de la civilisation de l’histoire de ces outils. Certains ont voulu lire dans tout cela une sorte de manque, de déficit de l’être humain, comme si, en raison de ce déficit, il était contraint de donner vie à la technique [5]. Un regard attentif et objectif nous montre en fait le contraire. Nous vivons dans une condition d’ultériorité par rapport à notre être biologique ; nous sommes des êtres déséquilibrés par rapport à notre extérieur, voire radicalement ouverts sur l’au-delà. C’est de là que vient notre ouverture aux autres et à Dieu ; c’est de là que naît le potentiel créatif de notre intelligence en termes de culture et de beauté ; c’est de là finalement que provient notre capacité technique. La technologie est donc la trace de cette ultériorité.

    Cependant, l’utilisation de nos outils n’est pas toujours uniquement orientée vers le bien. Même si l’être humain sent en lui une vocation à l’au-delà et à la connaissance vécue comme instrument du bien au service des frères et sœurs et de la maison commune (cf. Gaudium et spes, n. 16), cela ne se produit pas toujours. Au contraire, il n’est pas rare que, précisément à cause de sa liberté radicale, l’humanité ait perverti les finalités de son être en se transformant en son propre ennemi ainsi que de la planète [6].Les outils technologiques peuvent connaître le même sort. Ce n’est que si leur vocation au service de l’humain est garantie que les outils technologiques révèleront non seulement la grandeur et la dignité unique de l’être humain, mais aussi le mandat qu’il a reçu de “cultiver et garder” (cf. Gn 2, 15) la planète et tous ses habitants. Parler de technologie, c’est parler de ce que signifie être humain et de notre condition unique entre liberté et responsabilité, c’est-à-dire parler d’éthique.

    Lire la suite

  • Vatican : Le Pape François s'exprime à nouveau sur l'admission des homosexuels dans les séminaires

    IMPRIMER

    De Walter Sánchez Silva sur CNA/ACI Prensa (NCR) :

    Vatican : Le Pape François s'exprime à nouveau sur l'admission des homosexuels dans les séminaires
    Parmi les sujets abordés, le Saint-Père a évoqué l'identité du prêtre et la beauté d'être prêtre.

    11 juin 2024

    Lors d'une rencontre mardi avec quelque 160 prêtres à l'Université pontificale salésienne, le pape François a de nouveau abordé la question de l'admission des homosexuels dans les séminaires. 

    Le Bureau de presse du Vatican a rapporté qu'au cours de la réunion à huis clos, le pape est revenu sur le sujet de l'admission des hommes "ayant des tendances homosexuelles dans les séminaires, réitérant la nécessité de les accueillir et de les accompagner dans l'Église et l'indication prudentielle du Dicastère pour le clergé concernant leur entrée au séminaire."

    La déclaration ne précise pas à quelle indication du Dicastère pour le Clergé le Saint-Père faisait référence.

    Selon l'instruction publiée en 2005 par la Congrégation pour l'éducation catholique de l'époque - l'actuel Dicastère pour la culture et l'éducation - l'Église "ne peut admettre au séminaire et dans les ordres sacrés ceux qui pratiquent l'homosexualité, présentent des tendances homosexuelles profondément enracinées ou soutiennent ce que l'on appelle la 'culture gay'".

    Le sujet a fait surface à plusieurs reprises au cours des dernières semaines. 

    Début juin, le journal italien Il Messagero a publié une lettre du Saint-Père adressée à un jeune homme exclu du séminaire en raison de son homosexualité, qu'il encourageait à "aller de l'avant" dans sa vocation.

    Le 20 mai, lors d'une autre réunion à huis clos avec les évêques italiens, le pape François aurait tenu des propos dérisoires sur la présence de l'homosexualité dans les séminaires. 

    En réponse aux articles de presse sur les propos présumés du pape, le Vatican a publié le 28 mai une déclaration indiquant que le pape François "n'a jamais eu l'intention d'offenser ou de s'exprimer en termes homophobes, et il présente ses excuses à ceux qui ont été offensés par l'utilisation d'un terme qui a été rapporté par d'autres".

    Selon le Bureau de presse du Saint-Siège, lors de la réunion du 11 juin, après les salutations de Mgr Michele di Tolve et un moment de prière, le pape François a entamé un dialogue avec les prêtres présents.

    Parmi les sujets abordés, le Saint-Père a évoqué l'identité du prêtre et la beauté d'être prêtre. Le Pape a cité le modèle du Père Lorenzo Milani comme "un grand, une lumière pour le prêtre italien".

    Le vaste débat a également porté sur l'importance d'accompagner ceux qui souffrent, en particulier les personnes âgées.

    Parmi les autres sujets abordés, citons la situation actuelle en Europe, en Terre Sainte, en Ukraine, au Myanmar et en République démocratique du Congo, entre autres.

    Il s'agissait de la troisième rencontre du pape François avec les prêtres de Rome en moins d'un mois. Le 14 mai, il a rencontré les prêtres les plus âgés et à la fin du mois, il a rendu visite aux plus jeunes.

    Ce que l'article ci-dessus ne mentionne pas, ce sont les propos où le pape évoque à nouveau en termes considérés comme insultants la présence des homosexuels au Vatican comme on peut le constater dans l'article de Jamie Tabberer repris ci-dessous :

    Le pape François utilise pour la deuxième fois une insulte contre les homosexuels - mais que signifie "frociaggine" ?

    Le pape a utilisé l'insulte anti-gay "frociaggine" en public pour la deuxième fois en quelques semaines, selon deux importantes agences de presse italiennes.

    Le pontife aurait de nouveau utilisé le terme mardi (11 juin 2024) lors d'une réunion avec des prêtres de l'Université pontificale salésienne à Rome.

    Le chef de l'Église catholique a déjà fait les gros titres lorsqu'il a utilisé ce mot lors d'une réunion avec des évêques au Vatican le mois dernier.

    Il s'est par la suite excusé, déclarant qu'il n'avait pas réalisé qu'il s'agissait d'un mot offensant.

    La nouvelle de l'utilisation de ce terme par le pape de 87 ans cette semaine est venue de sources anonymes citées par ANSA et Adnkronos.

    Un évêque est venu me voir et m'a dit : "Il y a trop de frociaggine ici au Vatican"", a déclaré le pape François selon le journal Corriere aujourd'hui (12 juin 2024).

    Vatican News a confirmé que le pape avait parlé des homosexuels lors de la réunion, mais n'a pas abordé l'utilisation qu'il avait faite de ce terme. Le pape "a parlé du danger des idéologies dans l'Église", selon le site d'information en ligne du Saint-Siège, réitérant que bien que l'Église accueille les personnes "ayant des tendances homosexuelles", elle doit faire preuve de "prudence".

    "Frociaggine", qui se traduit approximativement par "faggotry" en anglais, est un terme italien péjoratif désignant les homosexuels. Dérivé du mot "frocio" - argot désignant les homosexuels - il combine le suffixe "-aggine", qui dénote une qualité négative.

    Le pape a utilisé ce terme pour la première fois en public le lundi 20 mai 2024, lors de l'assemblée de la Conférence épiscopale italienne.

    Matteo Bruni, directeur du Saint-Siège, l'organe directeur de l'Église catholique, a déclaré par la suite dans un communiqué : "Le pape François est au courant des articles qui ont été publiés récemment concernant une conversation qu'il a eue avec des évêques... à huis clos."

    M. Bruni poursuit : "Comme il [le pape] l'a déclaré plus d'une fois, 'Dans l'Église, il y a de la place pour tout le monde - tout le monde ! Personne n'est inutile ou superflu, il y a de la place pour tout le monde, tel que nous sommes".

    La déclaration ajoute : "Le pape n'a jamais eu l'intention d'offenser ou d'utiliser un langage homophobe, et il présente ses excuses à tous ceux qui se sont sentis offensés [ou] blessés par l'utilisation d'un mot".

  • Est-ce que la pudeur a encore un avenir ?

    IMPRIMER

    De didoc.be (Julio Llorente) :

    Revendiquer la pudeur pour exalter la chair

    7 juin 2024

    Est-ce que la pudeur a encore un avenir ?

    José F. Peláez affirme que l’hiver est plus élégant que l’été, et moi qui aime beaucoup les températures élevées et les bouffées de chaleur estivales, je dois me ranger à son avis, à mon grand regret. Si la civilisation, comme l’a écrit quelqu’un, consiste moins à montrer qu’à cacher, moins à affirmer qu’à insinuer, l’été, la saison où on se découvre, n’est pas très civilisé : l’exhibitionnisme esthétique, les vêtements transparents, les débardeurs et les pieds nus abondent à cette époque de l’année. Et les optimistes qui célèbrent tout cela ne manquent pas : enfin libérés des religions qui méprisent la chair, nous célébrons finalement le corps comme beauté ! L’été serait ainsi l’apothéose d’une chair autrefois refoulée, le dépassement définitif d’une gnose qui identifiait corps et péché. Il n’y a plus rien à cacher !

    Je comprends l’euphorie de certains, mais j’ajouterai qu’elle repose sur une idée fausse. Elle repose sur l’idée que l’origine de la pudeur se trouve dans le rejet de la chair. Je ne suis pas d’accord. Seuls ceux qui bénissent les corps peuvent envisager quelque chose d’aussi étrange que de les couvrir. Je soupçonne que nous ne nous habillons pas pour cacher quelque chose de déshonorant, mais pour protéger quelque chose de sacré ; pas pour couvrir notre honte, mais pour sauvegarder notre intimité. Plutôt que du mépris du corps, l’acte de s’habiller découle de son exaltation. Le vêtement n’est pas un cercueil, mais un tabernacle. Il ne cache pas la poussière sous la moquette, mais il protège la pureté, comme les coffres.

    Je peux accepter que l’on impute à la pudeur le péché de donner trop d’importance à la chair ; mais je répondrai avec colère à celui qui dira qu’elle l’enlève. La pudeur, cette vieille vertu que les peuples du Nord, ivres de puritanisme, ont pervertie au point de la rendre odieuse, repose sur le postulat que les corps ne sont pas apparence, mais apparition ; pas superficialité, mais profondeur ; pas épiderme, mais intériorité. S’habiller est donc un jeu d’ombre et de lumière, de dévoilement et de dissimulation. Nous partageons une partie de notre intimité, qui est charnelle, mais nous la gardons aussi pour nous et pour ceux qui nous aiment. Nous la mettons à l’abri des regards indiscrets ou lascifs ; nous la protégeons d’une hypothétique profanation. Nous refusons l’exhibitionnisme pour la même raison que nous refusons la burqa : il annule la tension, il modifie les règles du jeu. Dans un cas, on masque à peine, dans l’autre, c’est tout juste si on se montre.

    Mais, comme je l’ai déjà suggéré, la pudeur n’est pas seulement une question d’habillement, c’est aussi une question de regard. La saison où on se découvre, avec nos quatre membres à l’air, est en fait une occasion spéciale de la purifier. L’impudicité de certains n’est donc qu’une occasion pour la pudeur de tous. L’homme modeste évite la tentation de considérer le corps comme une simple superficialité ; il résiste, comme un Quichotte contre les signes des temps, à le rabaisser au rang de simple amas de cellules, de tissus, d’organes. Et il connaît, grâce à sa hardiesse, des plaisirs que l’homme surexcité ne peut pas même imaginer. Il découvre une beauté physique, je dirais strictement charnelle, même chez la femme la moins gracieuse, car il apprécie dans l’extérieur une intériorité qui transparaît, un moi qui déborde. Son regard élève et n’abaisse pas, rehausse et ne déshabille pas, sanctifie et ne souille pas. L’homme modeste aiguise son regard et entrevoit dans le corps une âme qui se trémousse. Il investit l’exhibitionniste de la dignité sacrée dont lui-même, sans vergogne et contre toute logique, se dépossède. Higinio Marín dit que « la superficie de nos corps est tout sauf superficielle ». Les gens modestes célèbrent son aphorisme et habillent généreusement de leur regard tous ceux qui profitent de la chaleur pour s’exhiber.

    Qu’on ne s’y trompe donc pas. Si nous devons mener pendant l’été une guerre pour la dignité, ce n’est pas parce que nous haïssons la chair, loin de là, mais parce que nous l’aimons. Parce que, comme nos ancêtres, nous apprécions en elle l’expression d’une intériorité qui ne doit pas s’exhiber à la légère.

    Julio Llorente est journaliste. Source : https://alfayomega.es/reivindicar-el-pudor-para-exaltar-la-carne/. Ce texte a été traduit de l’espagnol par Stéphane Seminckx.

  • La FAFCE écrit une lettre ouverte aux députés européens élus pour la législature 2024-2029 du Parlement européen

    IMPRIMER

    COMMUNIQUE DE PRESSE

    La FAFCE écrit une lettre ouverte aux députés européens élus pour la législature 2024-2029 du Parlement européen

    Bruxelles, 11 juin 2024

    Ce lundi dernier, la Fédération des associations familiales catholiques en Europe (FAFCE) a écrit une lettre ouverte à tous les députés européens élus après les élections du Parlement européen de 2024, signée par le président de la FAFCE, Vincenzo Bassi, au nom de ses organisations membres à travers le continent.

    Cette lettre fait suite à la diffusion d'une boîte à outils politique détaillant les priorités de la nouvelle législature, du point de vue de la famille. Les cinq domaines mis en avant sont l'hiver démographique, la famille en tant qu'investissement, l'équilibre travail-famille, la protection des enfants et l'écologie intégrale.

    Lettre ouverte à tous les élus du Parlement européen

    Chère députée, cher député,

    Félicitations pour votre élection ! Les citoyens européens vous ont confié l'honneur de les représenter pour cette cinq ans législature. C'est une grande responsabilité pour l'avenir de l'Europe et pour les familles européennes.

    A cette occasion, au nom de toutes les organisations membres de la Fédération des Associations Familiales Catholiques en Europe (FAFCE), je voudrais partager avec vous quelques-unes de nos réflexions et propositions pour ce mandat, que vous pourrez trouver dans la boîte à outils que nous avons préparée dans le but d’inspirer votre activité législative.

    1. L'Europe est plongée dans un hiver démographique qui constitue un défi pour les générations futures.

    Les défis démographiques doivent reposer sur le principe de la solidarité intergénérationnelle, en mettant l'accent sur la promotion des réseaux familiaux en tant qu'antidote à la solitude : Les familles sont le trésor de l'Europe. Je voudrais vous inviter à soutenir, promouvoir et garantir la renomination d'un commissaire européen en charge du sujet de la démographie, doté de ressources suffisantes pour mettre en place une coopération intergouvernementale en vue de relever ces défis. J'aimerais également proposer de créer et de rejoindre un intergroupe du Parlement européen sur « la démographie, l'équilibre travail-famille et les générations futures », en vertu de l'article 35 du Règlement.

    2. Les familles jouent un rôle central dans la formation de nos sociétés et constituent un investissement pour l'avenir de l'Europe

    Investir dans les familles, c'est investir dans l'avenir. C'est la raison pour laquelle les politiques familiales devraient être considérées comme des investissements dans la balance des comptes des États, et non comme des coûts. Je vous invite à promouvoir et à participer à une réflexion européenne de haut niveau et au sein du Parlement européen sur la réforme des critères macroéconomiques des politiques familiales.

    3. L'équilibre travail-famille devrait être la clé des politiques d'égalité de traitement

    Les États membres sont compétents en matière de politiques familiales et le principe de subsidiarité doit toujours être respecté pour le bien de l'Union européenne. Cependant, l'Europe peut promouvoir l'équilibre travail-famille en reconnaissant le droit à la déconnexion et le dimanche comme jour de repos commun en Europe. Il existe également quatre directives pertinentes qui peuvent être révisées afin d'améliorer l'équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée des familles.

    4. Nos enfants sont l'avenir de l'Europe et leur protection doit être une priorité

    Nos enfants sont notre avenir. Les nouvelles générations sont confrontées à des risques croissants liés à l'évolution rapide de notre époque. La numérisation aide les sociétés à bien des égards, mais il est nécessaire d'en faire un usage responsable pour éviter les effets secondaires destructeurs.

    Dans cette optique, nous aimerions proposer de reconnaître la consommation de pornographie comme un problème de santé publique et de l'introduire comme une forme d'abus sexuel sur les enfants dans la proposition de directive de la Commission relative à la lutte contre les abus sexuels sur les enfants. En outre, je vous invite à soutenir l'initiative de la European Child Shield Platform, car ses membres très divers font un travail fructueux en rassemblant des données et en proposant des solutions aux conséquences sur la santé physique et mentale de nos générations futures.

    En outre, nous vous invitons à soutenir une convention internationale pour l'abolition de la maternité de substitution, inspirée de la déclaration de Casablanca, car la maternité de substitution est une forme de traite des enfants et d'exploitation des femmes.

    Enfin, nous aimerions vous proposer, en tant que membre du Parlement européen, de promouvoir une institution véritablement inclusive, par la création d'un organe représentatif au sein du Parlement européen pour les personnes handicapées et les personnes ayant des besoins particuliers.

    5. La Création souffre et les familles sont la clé de l'écologie humaine intégrale

    Il n'y a pas de développement durable sans familles. Comme le rappelle la résolution de notre dernière réunion de printemps du Conseil de Présidence, « l'écologie humaine intégrale implique une approche holistique de la complexité des problèmes écologiques, unissant les dimensions culturelles, politiques, sociales et économiques de cette réalité ». Je vous invite à placer les familles au centre de la solution pour protéger la Création et prévenir une dégradation catastrophique de l'environnement.

    La FAFCE souhaite mettre à disposition son expérience en Europe et ses idées issues de la base de nos associations membres sur tout le continent.

    La FAFCE souhaite contribuer à la résolution des défis actuels et être la voix des familles. Nous serons très heureux de coopérer avec vous pendant votre mandat.

    Notre équipe basée à Bruxelles et moi-même restons à votre disposition et vous souhaitons un mandat fructueux pour les familles.

    Je vous adresse mes meilleurs vœux,

    Vincenzo Bassi, Président de la FAFCE

    The Federation of Catholic Family Associations in Europe represents 33 national and local organisations: we are the voice of families from a Catholic perspective at the European level. FACE holds a participatory status with the Council of Europe since 2001 and is a member of the Fundamental Rights Platform of the European Union. 

  • Comment l’OMS fait tout pour limiter la démographie mondiale

    IMPRIMER

    Du site de l'ECLJ :

    Publié par l’Harmattan et écrit par notre chercheur associé, Louis-Marie Bonneau, sous la direction de Grégor Puppinck, avec une préface de Giuseppe Benagiano:

    L'OMS ET LE PROGRAMME DE REPRODUCTION HUMAINE, 1950-2020 : 70 ans de politique démographique

    Commander le livre sur le site de l'Harmattan.

    Il s’agit de la première étude historique complète sur le plus grand programme de l’ONU visant à limiter et contrôler la croissance de la population mondiale.

    Qu’est-ce que le HRP?

    Comme vous le savez peut-être, Paul R. Ehrlich a publié en 1968 le best-seller "La bombe démographique" (The Population Bomb). La thèse catastrophiste de ce livre était que la croissance de la population mondiale conduirait à une famine dans les années 70 et 80, entraînant la mort de centaines de millions de personnes et à l’effondrement de l’humanité dans une guerre thermonucléaire… à moins que des mesures drastiques ne fussent prises pour limiter la croissance de la population.

    Le « Programme de reproduction humaine » (Human Reproduction Programme, HRP) fut la réponse de l’ONU à cette soi-disant menace démographique.

    Pendant plus de cinq décennies, le HRP a pris des mesures pour mettre au point des abortifs et des contraceptifs, dont plusieurs sont largement utilisés aujourd’hui, tout en promouvant ces produits sous un discours de progrès pour les femmes et les droits de l’homme.

    Le HRP a commencé ses activités avec des millions de dollars provenant des pays occidentaux et de puissantes fondations privées (Ford, IPPF...), en tant qu’autorité scientifique mondiale. Le programme a produit de nombreuses lignes directrices et guides pour influencer les politiques publiques en matière de « santé sexuelle et reproductive ». Il a largement contribué au développement de différentes méthodes contraceptives et abortives utilisées aujourd’hui, comme la pilule du lendemain, les dispositifs intra-utérins, les produits stérilisants et l’avortement médicamenteux par mifépristone et misoprostol. Il a aussi travaillé au développement de produits qui, aujourd’hui, ne sont pas encore sur le marché, comme les vaccins contraceptifs. Le HRP a ainsi joué un rôle clé dans le développement de ces méthodes et pour leur acceptabilité sociale.

    Depuis les années 2010, alors que les financements privés ont pris le pas sur les financements étatiques, le HRP a progressivement abandonné ses activités scientifiques pour se concentrer davantage sur les questions de liberté sexuelle. Nous vous avions expliqué il y a 2 ans, comment le HRP promouvait l’avortement à la demande et sans condition jusqu’au terme de la grossesse. Il continue aujourd’hui encore, de faire des recommandations aux pays qui les reçoivent avec l’autorité scientifique de l’OMS.

    Ce livre, rédigé à partir de témoignages et de documents officiels, révèle l’importance de ce programme de reproduction. Nous en discutons dans cette nouvelle vidéo ci-dessus, avec Louis-Marie Bonneau.

  • Fiducia Supplicans : trop « en phase avec l'esprit du temps » selon Mgr Mutsaerts

    IMPRIMER

    D'AC Wimmer sur CNA :

    Évêque néerlandais : Fiducia Supplicans est trop « en phase avec l'esprit du temps ».

    7 juin 2024

    Un évêque néerlandais a décrit la déclaration Fiducia Supplicans du Vatican, qui autorise les bénédictions non liturgiques des couples homosexuels, comme une tentative de « faire la paix avec une société séculière ».

    Cependant, l'évêque auxiliaire Rob Mutsaerts du diocèse de 's-Hertogenbosch aux Pays-Bas a mis en garde : « La paix au détriment de la morale et de la vérité » est une « paix sans pitié que l'on peut imaginer ».  

    "Dieu aime tout le monde. Il aime tous les pécheurs, mais il déteste vos péchés. Il espère ardemment que vous reviendrez à lui, tout comme il a espéré le retour du fils prodigue. Il ne veut rien de plus que vous partager son amour", écrit Mutsaerts dans l'avant-propos d'un nouveau livre qui s'attaque à la déclaration.

    Intitulé « The Breached Dam : The Fiducia Supplicans Surrender to the Homosexual Movement », le livre a été écrit par José Antonio Ureta et Julio Loredo de Izcue.

    Les deux auteurs sont affiliés à l'association Tradition, famille et propriété. Ureta, en particulier, a été un critique virulent du pontificat du pape François ces dernières années.

    Depuis 2019, Mutsaerts publie sur son blog, « Paarse Pepers », des articles qui ne mâchent pas leurs mots. Les posts précédents comprenaient des critiques acerbes du synode d'Amazonie, de l'exhortation apostolique Amoris Laetitia du pape François et de la « cancel culture ».

    Dans son avant-propos, le prélat néerlandais a accusé Fiducia Supplicans de ne pas aborder « la dimension morale de la relation », au lieu d'être plus « en phase avec l'air du temps » qui ne reconnaît pas que « la miséricorde existe parce que le péché existe. »

    "Tout le monde est-il le bienvenu ? Certainement. Mais pas sans condition. Dieu a des exigences. Toute la Bible pourrait se résumer à un appel à la repentance et à une promesse de pardon. L'un ne peut être séparé de l'autre. Tout le monde est le bienvenu, mais tout le monde n'accepte pas l'invitation", écrit Mutsaerts, 66 ans.

    Publié juste avant Noël 2023, Fiducia Supplicans a suscité des réactions mitigées et de profondes divisions parmi les évêques catholiques du monde entier.

    Si les partisans du document l'ont accueilli favorablement, les détracteurs du décret controversé ont soulevé différentes préoccupations, notamment un prétendu manque de synodalité et même une tentative de « colonisation culturelle » en Afrique.

    Malgré les éclaircissements apportés par le dicastère pour la doctrine de la foi, le décret a également provoqué une rupture avec l'Église copte orthodoxe.

    Le pape François a répondu publiquement à certaines questions soulevées au sujet de Fiducia Supplicans. Lors d'un débat télévisé italien en janvier, le pape a souligné que « le Seigneur bénit tout le monde » et qu'une bénédiction est une invitation à entrer dans une conversation « pour voir quel est le chemin que le Seigneur leur propose ». « Le Seigneur bénit tous ceux qui sont capables d'être baptisés, c'est-à-dire toutes les personnes », a répété François. 

    Interrogé sur le fait qu'il s'était « senti seul » après que Fiducia Supplicans ait rencontré une certaine résistance, le pontife de 87 ans a répondu : « Parfois, les décisions ne sont pas acceptées; "Mais dans la plupart des cas, quand on n'accepte pas une décision, c'est parce qu'on ne la comprend pas.»

  • Elections : que proposent les partis en matière bioéthique?

    IMPRIMER

    Du site de l'Institut Européen de Bioéthique :

    Bandeau ieb

    ELECTIONS 2024

    Découvrez les positions des partis sur les sujets bioéthiques

    Quelles sont les positions des partis politiques belges sur la procréation artificielle (PMA), sur la pratique des mères porteuses (GPA), sur l'avortement ou encore l'euthanasie ? 

    Le succès de notre conférence en ligne la semaine dernière confirme l'importance cruciale de ces sujets pour de nombreux citoyens.

    Sensibiliser le grand public aux enjeux bioéthiques implique pour notre Institut de proposer des mesures en faveur d'une société plus respectueuse de la personne humaine, quelles que soient ses vulnérabilités.

    Retrouvez ci-dessous les vidéos de la conférence par thématique, avec le bilan de la législature et les propositions des partis, confrontées aux priorités portées par l'IEB.

    Un tableau comparatif (résumé ou détaillé) vous est également proposé sur notre site internet.

    Avortement

    Procréation artificielle

    Gestation pour autrui

    Protection de la maternité

    Avortement

    Soins palliatifs

    Euthanasie

    Retrouvez sur notre site les tableaux comparatifs (synthétiques et détaillés) des positions des partis sur les différents thèmes bioéthiques. 

    Tableaux comparatifs des programmes

    Certains partis sont attachés à la liberté de vote en matière éthique et n'imposent pas de consigne de parti à leurs élus. 

    Dans ce cas, il est intéressant pour l’électeur de s’interroger sur la position de chaque candidat et de s’exprimer en faveur de ceux qui rejoignent sa conception quant au respect de la vie humaine et de la dignité de chaque personne.

  • L'image du corps et de la sexualité (Claude Callens)

    IMPRIMER

    Du site youtube du diocèse de Namur :

  • Claudia Sheinbaum : quand le pire Mexique l'emporte

    IMPRIMER

    De Luca Volontè sur la NBQ :

    Claudia Sheinbaum, le pire Mexique gagne

    Claudia Sheinbaum, candidate de la coalition de gauche, remporte l'élection présidentielle mexicaine avec une large majorité. Avorteuse, féministe, écologiste, elle est le pire choix pour un pays catholique.

    04_06_2024

    Le dimanche 2 juin, le vote a eu lieu au Mexique, l'électorat soutenant massivement le président de la République sortant Lopez Obrador et la coalition (« Continuons à faire l'histoire ») qui a soutenu la candidate de la gauche révolutionnaire Claudia Sheinbaum, élue avec environ 58% des voix (à l'heure où nous écrivons ces lignes, le résultat qui lui est attribué par l'Institut national électoral est de 58,8%).  

    Les deux autres candidats à la présidence du pays ont été disqualifiés : Bertha Xóchitl Gálvez Ruíz, qui a recueilli l'engagement des trois partis historiques (PAN, PRI et PRD) s'est arrêtée à moins de 30% (28,1%), tandis que Jorge Álvarez Máynez, du « Mouvement Ciudadano », a dû se contenter d'un maigre 10,5%. La participation au vote a été de 60% des électeurs, soit environ 49 millions de votants. Hier, à juste titre, le président Obrador, après avoir félicité son candidat nouvellement élu, s'est dit très satisfait du peuple mexicain et de la manière dont les citoyens ont manifesté et affirmé leurs libertés, réaffirmant ainsi leur vocation démocratique.

    « C'est vraiment un peuple exemplaire, hier [dimanche] il s'est manifesté, des millions de citoyens ont participé, quelque 60 millions de citoyens, et ils ont décidé librement de l'avenir de notre pays... le peuple mexicain est un peuple très conscient, très politisé, l'un des peuples les plus politisés du monde, très intelligent », a-t-il déclaré lors de sa conférence de presse. Le pari personnel du président Obrador a réussi et le triomphe de Sheinbaum, ainsi que l'obtention de la majorité qualifiée pour les 2/3 des réformes constitutionnelles dans les deux chambres du parlement, confirment l'énorme emprise du populisme marxiste à la sauce sud-américaine, jouée par le président controversé et bavard.

    Dans son premier discours, après avoir pris connaissance des résultats partiels mais consolidés, Mme Sheinbaum, qui dirigera le pays du 1er octobre jusqu'en 2030, a rappelé son engagement en faveur de « l'austérité républicaine, de la discipline fiscale et de l'autonomie de la banque centrale », tout en réaffirmant qu'elle souhaitait diriger le pays avec un profond esprit démocratique et en assurant que « nous ne formerons jamais un gouvernement autoritaire ou répressif. Nous respecterons la diversité politique, sociale, culturelle et religieuse. Nous respecterons l'esprit d'entreprise tout en veillant à respecter l'environnement ». Oui, parce que Claudia Sheinbaum ne sera pas seulement la première femme présidente du Mexique, mais aussi la première écologiste, abortiste et promotrice de toutes les déséducations et coutumes LGBTI néfastes.

    Le Groupe de Puebla, forum créé au Mexique à l'initiative de Lopez Obrador et réunissant des leaders hispano-américains de gauche, populistes et révolutionnaires, a félicité les nouveaux élus et tout le Mexique pour « un jour historique pour la démocratie dans ce pays ». Les présidents des autres pays social-marxistes, Maduro (Venezuela), Petro (Colombie), Díaz-Canel (Cuba), Xiomara Castro (Honduras), Arce (Bolivie), Arevalo (Guatemala), Lula (Brésil), Boric (Chili) ont tous félicité et salué l'élection d'une « femme progressiste ». Au chœur des nombreux interprètes du nouveau socialisme révolutionnaire latino-américain se sont ajoutés les vœux personnels que les anciens présidents d'Argentine, Alberto Fernández, et de Bolivie, Evo Morales, ont souhaité présenter directement à Mexico.  

    Comme nous l'avons déjà mentionné ces derniers jours, les trois candidats à la présidence s'opposent ouvertement non seulement aux principes non négociables, mais promeuvent même l'avortement, l'idéologie et tous les privilèges de la communauté LGBTI, les limites à la liberté d'éducation, les droits parentaux et la liberté de religion et d'église. Malheureusement, il faut rappeler que Claudia Sheinbaum est le pire choix que l'on puisse faire, étant donné que non seulement elle veut soutenir un « Programme national de santé pour les populations sexuellement diverses », mais qu'elle se décrit également comme une « féministe », une promotrice de « l'égalité substantielle », une enfant de « 68 », une spécialiste du changement climatique et une « écologiste convaincue ».

    Les membres de la présidence du « Frente de la Familia », le mouvement pro-famille et pro-vie enraciné dans le pays, ont envoyé à La Bussola une première réaction au vote de dimanche, appelant « les citoyens à lutter pour la paix, à défendre la vie, à lutter pour la démocratie, à défendre leurs libertés fondamentales, à lutter pour le bien commun en défendant nos familles contre un régime qui a consolidé la culture de la mort, de l'idéologie et de l'effacement, qui a livré le territoire à la domination du crime organisé [...]. un régime qui cherche à revenir à l'autoritarisme doré du nationalisme révolutionnaire ».

  • La remarque vraiment choquante du pape François

    IMPRIMER

    De Robert Royal sur The Catholic Thing :

    La remarque vraiment choquante du pape François

    3 juin 2024

    Non, ce n'est pas son commentaire aux évêques italiens sur la frociaggine (« pédérastie »), les cliques homosexuelles dans les séminaires, qui, selon le Vatican, nécessitait une semi-apologie. Ni la remarque faite ensuite à de jeunes prêtres sur le fait que les commérages sont « une affaire de femmes ». (Oubliez les propos qualifiant les conservateurs de « suicidaires » (et les excuses qui s'ensuivent). Ni même le « non » catégorique qu'il a prononcé lors de son interview sur CBS avec Norah O'Donnell lorsque celle-ci lui a demandé si les femmes seraient un jour diacres ou auraient un autre statut ordonné dans l'Église.

    La chose vraiment choquante qu'il a dite a été perdue au milieu des questions habituelles de « guerre culturelle ». Il l'a fait lorsqu'il a expliqué pourquoi il n'a pas autorisé et ne peut pas autoriser la bénédiction des « couples irréguliers ». (Transcription CBS, 27:32) Beaucoup de catholiques et d'autres ne sont pas sûrs qu'il l'ait fait avec Fiducia supplicans. La plupart des évêques africains ont rejeté le document. Les orthodoxes ont déclaré publiquement qu'il nuisait aux relations œcuméniques. Mais François a déclaré, devant des millions de téléspectateurs, qu'il ne pouvait bénir que des individus et non ces couples, car « le Seigneur en a décidé ainsi ». (El Señor lo hizo así.)

    Il a fait cette remarque vraiment choquante rapidement, en passant, presque dans un souffle. Personne ne l'a remarqué. Mais l'ensemble du catholicisme repose - ou tombe - sur ces six (originellement, cinco) mots. Soit ce que nous croyons et ce que nous croyons devoir faire correspondent à ce que Dieu, le Créateur et Seigneur du cosmos, a ordonné éternellement, soit nous ne faisons que suivre ce que les médias considèrent comme les « politiques » de l'Église, qui peuvent être modifiées - comme elles le sont dans la politique laïque - par des groupes de pression et les opinions changeantes des dirigeants.

    Les médias libéraux n'étaient pas prêts à entendre cela et, par conséquent, ne l'ont pas fait.  S'ils l'avaient fait, cela aurait pu soulever un tollé encore plus féroce que toutes les controverses de cette papauté réunies.

    Pensez-y. Le pape s'est attiré les bonnes grâces des grands médias par sa bonhomie et son accueil des pécheurs de toutes sortes. Il n'y a rien de mal à cela - en fait, c'est une bonne chose, bien faite. Le problème est la manière dont cela a été fait, qui a donné l'impression, tant à ses partisans qu'à ses détracteurs, qu'il changeait radicalement ce que Dieu avait ordonné. Pour ses défenseurs, ce qu'il a fait et dit ailleurs, ainsi que les nominations qu'il a faites au Vatican et dans les diocèses du monde entier, prouvent amplement que ces impressions ne sont pas tout à fait fausses.

    Pourtant, si François avait expliqué qu'il ne s'arrête pas - et qu'il doit le faire - sur les enseignements que le monde veut voir changer sur les homosexuels, les femmes et les prêtres mariés, sur des choses comme l'avortement et la maternité de substitution, également, parce que Dieu lui-même s'est exprimé sur ces questions, et que Dieu appelle tout le monde (todos) à la croyance et au comportement catholiques, beaucoup - en particulier dans les médias - auraient pu s'éloigner. Mais il aurait saisi l'occasion : pour l'évangélisation.

    Il a la capacité avérée de charmer presque tous ses interlocuteurs. Et si le fait de parler de vérités catholiques avait suscité une vive réaction, il aurait facilement pu répondre de manière bon enfant que, bien sûr, il est catholique et pape de Rome. Et que pourrait-on attendre d'autre de lui qu'il croie ou qu'il fasse ?

    Au lieu de cela, il tient des propos différents selon les personnes. Le cardinal Jean-Claude Hollerich, S.J., du Luxembourg, que le pape a nommé rapporteur général du synode sur la synodalité, a déclaré publiquement que le pape croit, comme lui, que l'enseignement de l'Église sur l'homosexualité a maintenant été démontré, par la science, comme étant faux. Il est ensuite revenu sur ses propos, mais il ne fait aucun doute dans l'esprit du présent auteur que François a dit cela. En privé.

    Lire la suite

  • Des médecins et éthiciens catholiques critiquent l'Académie pontificale pour la vie

    IMPRIMER

    D'AC Wimmer pour CNA via le Catholic World Report :

    Des médecins et éthiciens catholiques critiquent l'Académie pontificale pour la vie

    31 mai 2024

    Des représentants de l'Australian Catholic Medical Association, avec le soutien de plusieurs théologiens moraux et bioéthiciens catholiques, ont critiqué un livre publié par l'Académie pontificale pour la vie pour son manque de compréhension de la « science actuelle » et des domaines spécifiques de la médecine.

    Les experts affirment que le livre diffuse des informations théologiques et médicales « trompeuses et déroutantes » qui contredisent les enseignements de l'Église sur la contraception et les techniques de procréation assistée.

    Le livre en question, « Etica Teologica Della Vita » (ETV), traite de « l'éthique théologique de la vie : Écriture, tradition et défis pratiques ». Cette publication italienne de 528 pages est une synthèse d'un séminaire parrainé par l'académie en 2021.

    La critique, publiée le 23 avril dans le Linacre Quarterly, le journal officiel de l'Association médicale catholique, décrit les contradictions entre le livre et les enseignements de l'Église sur la contraception et les techniques de procréation assistée.

    La liste des auteurs comprend des experts médicaux, des théologiens et des bioéthiciens : Elvis Šeman ; Eamonn Mathieson ; Umberto Villa ; Deirdre Little ; Randy De Los Reyes Juanta ; Père Paschal Corby, OFM Conv ; Père John Fleming ; et Brendan Purcell.

    Mathieson a déclaré à CNA qu'ils avaient été informés des préoccupations soulevées par des experts italophones de la Scuola Camen de Milan, un établissement d'enseignement sur la fertilité.

    « Malgré le profil de haut niveau de l'Académie pontificale pour la vie, nous n'avons pas pu trouver de traduction anglaise officielle du texte original italien d'ETV. Après avoir obtenu une traduction anglaise précise, il est apparu clairement que la VTE contient des arguments théologiques et médicaux confus et trompeurs", a déclaré M. Mathieson.

    Les auteurs ont déclaré à l'ANC dans une interview écrite qu'ils soulignaient le besoin de clarté et d'adhésion aux enseignements de l'Église, en particulier dans le domaine de la bioéthique.

    « En tant que représentants de l'Australian Catholic Medical Association, nous nous sommes sentis moralement et fraternellement obligés de produire une réponse corrective respectueuse, accessible au public, fondée sur des preuves et évaluée par des pairs, aux déclarations ambiguës et problématiques d'ETV.

    Ce n'est pas la première fois que le livre ou l'Académie pontificale pour la vie sont critiqués. En 2022, une lettre ouverte avait mis en évidence un certain nombre d'erreurs. L'actuel président de l'académie, l'archevêque Vincenzo Paglia, a également suscité la controverse en 2023 pour ses déclarations sur l'avortement et l'euthanasie.

    Manque de compréhension de la « science actuelle

    L'un des principaux problèmes mis en évidence dans la nouvelle critique est « l'obscurité et la confusion » du langage utilisé par ETV, qui pourrait induire les fidèles en erreur : « Nous avons été surpris et préoccupés par le langage et les déclarations de l'ETV. Notre inquiétude était telle qu'elle nous a incités à nous lancer dans un travail de 18 mois pour rédiger cette réponse et la faire publier ».

    Dans son entretien avec l'ANC, M. Mathieson a également souligné le manque de compréhension de la « science actuelle » et des domaines spécifiques de la médecine dans l'ETV. Il a souligné que l'effort de collaboration avec diverses associations médicales catholiques internationales reflète un consensus plus large.

    « C'est un développement merveilleux que de travailler ensemble avec nos pairs internationaux pour apporter la recherche médicale la plus récente dans l'espace de l'enseignement social catholique. Nous espérons que cette collaboration internationale continuera à se développer et à servir de ressource pour l'Académie pontificale pour la vie et l'Église dans ces domaines et dans d'autres domaines de la bioéthique et de la médecine à l'avenir", a-t-il déclaré.

    Lire la suite

  • Namur, 3 juin : Conférence sur l'image du corps et de la sexualité par Claude Callens

    IMPRIMER

    Du site du Diocèse de Namur :

    Le lundi 3 juin prochain, vous êtes attendus pour assister à une conférence : L’image du corps et de la sexualité. Ce travail a nécessité des années de recherches, guidé, entre autres, par la réflexion de Jean-Paul II en la matière.

    La conférence aura lieu dans le grand auditoire H. de Lubac (au 1er étage), au Séminaire de Namur, à 20 heures.

    Si plutôt qu’interdire vous cherchez quelques clés de lecture pour éduquer à l’image vos (petits-)enfants et adolescents dans ce monde saturé d’images, cette conférence illustrée sur base d’œuvres littéraires, cinématographiques et picturales est faite pour vous. Dans la représentation du corps et de la sexualité, l’expression artistique peut-elle ou doit-elle accepter des limites (lesquelles ?) ou au contraire, jouir de la plus grande liberté ? C’est Monsieur Claude CALLENS, père et grand-père, professeur émérite de la Doctrine sociale de l’Eglise, qui nous accompagnera dans cette approche pratique de l’image du corps et de la sexualité dans les arts et sous-tendue par des enseignements de Pie XII et de Jean-Paul II qui offrent quelques critères de discernement.  

    Rendez-vous ce lundi 3 juin à 20h, au Grand Séminaire Francophone de Belgique à Namur (rue du séminaire, 11b, 2ième étage)

    Gratuit. Parking facile dans la cour du séminaire.

    Conférence également retransmise en direct sur la chaine YouTube du diocèse et disponible en ligne par la suite.