Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ethique - Page 5

  • «Avec le projet de loi sur la fin de vie, la France adopterait le texte le plus permissif au monde»

    IMPRIMER

    De Laurent Frémont en tribune sur le site du Figaro via le blog artofuss :

    Laurent Frémont: «Avec le projet de loi sur la fin de vie, la France adopterait le texte le plus permissif au monde»…

    15 mai 2024

    TRIBUNE – Malgré les « précautions oratoires » du gouvernement, le projet de loi sur la fin de vie est plus laxiste que les législations étrangères, explique l’enseignant en droit constitutionnel à Sciences Po et cofondateur du collectif Tenir ta main*.

    * Laurent Frémont est enseignant en droit constitutionnel à Sciences Po et cofondateur du collectif Tenir ta main, qui défend le droit de veiller sur ses proches hospitalisés et soutient les très nombreux patients laissés-pour-compte, en leur apportant une aide psychologique, juridique et matérielle.

    « Un chemin possible, dans une situation déterminée » (Emmanuel Macron), des « conditions strictes » (Gabriel Attal), « un texte d’équilibre» (Catherine Vautrin)… L’exécutif redouble de précautions oratoires pour justifier son projet de loi légalisant l’euthanasie et le suicide assisté. À force d’être assénée, cette circonspection a fini par s’inscrire dans la conscience collective. Pourtant, une lecture attentive du projet de loi montre que cette prudence affichée est factice ; un effort minimal de législation comparée prouve au contraire que la loi française serait la plus permissive au monde – sans même envisager les inévitables évolutions à venir.

    Les législations les plus latitudinaires ne prévoient pas des critères aussi larges et alternatifsLaurent Frémont

    Première exception française : les trois principaux critères d’éligibilité seront non seulement très larges mais aussi très flous. Pour pouvoir demander la mort, la personne devra « présenter une souffrance physique ou psychologique » qui soit « réfractaire aux traitements » ou «insupportable lorsque la personne ne reçoit pas ou a choisi d’arrêter de recevoir des traitements ». Les législations les plus latitudinaires ne prévoient pas des critères aussi larges et alternatifs ; même la Belgiqueou le Canada instaurent des conditions cumulatives.

    À lire aussiEuthanasie des mineurs, directives anticipées, pronostic vital engagé… Ces amendements qui bousculent le projet loi fin de vie

    De plus, la personne devra voir son pronostic vital engagé « à court ou moyen terme ». Or, chacun sait l’incapacité de la médecine à pronostiquer une mort à six mois ou un an. Aucun pays ayant légalisé l’euthanasie n’a prévu une condition aussi imprécise et subjective. Nul doute qu’elle ouvrira la porte à des dissensions insolubles, sources d’immanquables contentieux.

    Enfin, les conditions de la manifestation d’une « volonté libre et éclairée» ne sont pas précisées et rien n’est prévu pour les contrôler, alors même que le rôle de la loi devrait être de prévenir les troubles du discernement et les potentiels abus de faiblesse.

    Il est donc illusoire de penser que les critères seraient stricts, tant ceux-ci sont soumis à une forte subjectivité, sans référence à des échelles normées. Seuls deux critères sur cinq restent objectivables : la nationalité ou la résidence stable en France, ainsi que l’âge – mais l’on voit bien les pressions déjà à l’œuvre pour étendre la mort provoquée aux mineurs.

    Lire la suite

  • Des violations flagrantes des engagements internationaux en matière de protection de l’enfant à naître dans plusieurs pays

    IMPRIMER

    De Milly-Gloria Itangivyiza sur le site de l'ECLJ :

    Protection de l’enfant à naître: nouveaux rapports EPU

    16 mai 2024

    Le Centre européen pour le droit et la justice (ECLJ) poursuit son action à l’ONU pour la protection du droit à la vie. À l’occasion de la 47e session des Examens périodiques universels, l’ECLJ a présenté plusieurs rapports mettant en lumière des violations flagrantes des engagements internationaux en matière de protection de l’enfant à naître dans plusieurs pays (Cf. notre article sur la persécution des chrétiens pour une explication brève de ce qu’est l’EPU.)

    Violation des engagements de protection de la vie : Albanie, Guinée Équatoriale et Norvège

    L’Albanie, bien que reconnaissant dans sa Constitution et sa législation la nécessité de protéger la vie humaine, ne lutte pas efficacement contre l’avortement sélectif basé sur le sexe de l’enfant. Selon des estimations, au cours des 10 dernières années, plus de 21.000 filles ont été avortées pour la simple raison qu’elles étaient des «filles». Utiliser l’avortement comme moyen de contrôler le nombre de filles qu’une famille doit avoir est non seulement immoral mais viole également le Programme d’action de la conférence de Caire sur la population et le développement de 1994 qui interdit aux États membres d’utiliser l’avortement comme mode de contraception. De plus, malgré l’interdiction légale, les avortements au-delà de 12 semaines de grossesse perdurent, à cause de la corruption des médecins. En dépit de l’acceptation de la majorité des recommandations lors de son dernier examen périodique en 2019, l’Albanie semble encore loin de garantir une protection adéquate de la vie à tous ses stades de développement.

    La Guinée Équatoriale autorise quant à elle l’avortement dans des circonstances strictement définies, telle que la protection de la santé de la mère. Cependant, une nouvelle loi adoptée en novembre 2020 autorise désormais l’avortement dans le cas où le fœtus est atteint d’une pathologie grave. En reprenant comme d’autres États le vocable de «pathologie grave incompatible avec une vie normale», cette législation ouvre la porte à différentes interprétations et surtout à l’eugénisme. En effet, nombre de médecins entendent cette formulation vague comme permettant l’avortement des enfants trisomiques, même si ce sont des fœtus viables et capables de vivre heureux. De plus, certains tests de détection de handicaps ne sont pas fiables mais indiquent une probabilité d’un handicap. Ainsi, des femmes peuvent avorter de fœtus en réalité sains. La Guinée Équatoriale devrait protéger la vie de l’enfant à naître sans discrimination fondée sur la présence ou non d’une pathologie.

    La Norvège, malgré son statut de pays développé, autorise l’avortement à la demande, même après la 25e semaine de grossesse, sur la base de critères vagues tels que des «facteurs sociaux ou économiques». Malgré la hausse des avortements des enfants trisomiques, aucune recommandation n’a été faite à la Norvège. En 2022, 11.967 enfants à naître ont été avortés. 4% des avortements ont été réalisés après 25 semaines, et requis principalement pour malformation du fœtus, raisons sociales ou pour protéger la vie de la mère. Toutes ces raisons vagues peuvent être utilisées pour camoufler un avortement à la demande à n’importe quel stade de la grossesse. Cette politique alarmante conduit à une augmentation des avortements d’enfants trisomiques et remet en question la valeur inhérente de chaque vie humaine.

    La Dominique, exception exemplaire

    La Dominique, située dans les Caraïbes, constitue une exception remarquable en matière de protection de la vie. Résistant aux pressions internationales visant à étendre le droit à l’avortement, notamment celles du Mexique, elle maintient une législation restrictive sur l’avortement, basée sur des principes constitutionnels solides garantissant la protection de la vie dès la conception. Cette position illustre l’engagement du pays envers le respect de la dignité humaine et de la vie de l’enfant à naître.

    Appel à la protection de la vie à tous les stades

    La protection de la vie humaine, de la conception à la mort, est un impératif moral et juridique fondamental. Les principes de dignité, d’égalité et de respect de la vie sont inscrits dans de nombreux traités internationaux, tels que la Déclaration universelle des droits de l’homme, la Convention sur les droits de l’enfant et la Charte des Nations unies. Ces instruments juridiques reconnaissent le droit inaliénable de chaque individu à la vie et appellent les États membres à garantir sa protection. Il est alors impératif que les États respectent leurs engagements internationaux en matière de protection de la vie humaine.

    Dans l’ensemble, l’ECLJ exhorte ces pays à réformer leur législation en matière d’avortement afin de garantir une protection adéquate de la vie à tous les stades du développement humain, en conformité avec les normes internationales et les principes fondamentaux de la dignité humaine.

  • Les juges américains s'acharnent sur ceux qui s'opposent de manière non violente à l'avortement et les mettent en prison

    IMPRIMER

    De Luca Volontè sur la NBQ :

    L'Amérique « démocratique » emprisonne les pro-vie

    57 mois de prison fédérale pour Lauren Handy, militante de 30 ans ; 21 et 27 mois pour deux autres militants pro-vie. Un vétéran d'Irak et une femme de 76 ans ont également été condamnés. Les juges américains s'acharnent sur ceux qui s'opposent de manière non violente à l'avortement. 

    17_05_2024

    Nous voici face à une nouvelle injustice encouragée par l'administration Biden, qui obtient des condamnations sévères et des peines de prison fermes contre des pro-vie pacifiques, tout en laissant tranquilles les terroristes et les vandales de l'avortement qui incendient des églises, des centres pro-vie et des maternités.

    Il y a deux ans, le ministère de la justice du président Joe Biden avait inculpé neuf militants pro-vie de conspiration et de violation de la loi sur la liberté d'accès aux cliniques (FACE) pour la manifestation non violente qu'ils avaient organisée devant une clinique d'avortement de Washington en octobre 2020. L'acte d'accusation prévoyait une peine maximale de 11 ans de prison et une amende de 350 000 dollars. Les militants pro-vie ont été reconnus coupables lors de deux procès distincts en août et septembre 2023 et sont depuis lors en détention provisoire, dans l'attente de la sentence finale.

    La loi « FACE » interdit « l'usage de la force, l'obstruction et les dommages à la propriété, destinés à interférer avec les services de santé reproductive », tandis que la conspiration contre les droits d'autrui, un chef d'accusation passible d'une peine d'emprisonnement maximale de 10 ans, « rend illégal pour deux personnes ou plus de s'entendre pour blesser , menacer ou intimider une personne aux États-Unis dans le libre exercice ou la jouissance de tout droit ou privilège garanti par la Constitution ou les lois des États-Unis ou pour l'exercice d'un tel droit", selon l'interprétation du ministère de la justice (DOJ). Or, les 14 et 15 mai, des décisions rendues par des juges clairement partisans de l'avortement ont établi des peines sévères pour les pro-vie.

    Mardi, Lauren Handy, une femme de 30 ans et activiste du Progressive Anti-Abortion Revolt (PAAU), un mouvement pro-vie de gauche, a été condamnée à 57 mois de prison fédérale. Deux autres militants pro-vie ont été condamnés : John Hinshaw, 69 ans, à 21 mois de prison et William Goodman, 54 ans, à 27 mois de prison. Les trois condamnés purgeront les neuf mois de détention préventive déjà passés dans les prisons démocrates, selon le ministère de la justice.

    Mercredi, c'était au tour de Jonathan Darnel, 42 ans, un vétéran de la guerre d'Irak qui a servi deux fois, d'être condamné à 34 mois derrière les barreaux, tandis que Herb Geraghty, un athée pro-vie de 27 ans, a été condamné à 27 mois de prison. Jean Marshall, 74 ans, a été condamnée à 24 mois de prison et Joan Bell, 76 ans, à 27 mois de prison, malgré leur âge avancé.

    Selon les procureurs, les activistes ont mis en place un barrage à l'entrée de la clinique de Washington et ont utilisé des chaînes et des cadenas pour empêcher l'ouverture des portes de la clinique d'avortement. Ces versions sont en contradiction avec les preuves fournies par les avocats pro-vie de la Thomas More Society, qui ont déclaré que certains militants « se sont simplement agenouillés et ont prié dans l'établissement de Santangelo [la clinique d'avortement], certains ont distribué de la littérature pro-vie et ont conseillé aux femmes de ne pas avorter, et d'autres se sont attachés et enchaînés à l'intérieur de l'établissement ».

    La coïncidence troublante selon laquelle les accusations portées par le ministère de la justice contre les militants pro-vie ont été déposées le mois même où Handy et Bukovinac auraient découvert les restes de quelque 115 bébés avortés dans une poubelle de l'établissement d'avortement Surgi-Clinic du Dr Santangelo à Washington, dont cinq pourraient avoir été partiellement avortés ou tués après la naissance en violation de la loi fédérale, jette un voile noir sur l'ensemble de la procédure. La juge Colleen Kollar-Kotelly de la Cour de district des États-Unis n'a pas autorisé l'utilisation de vidéos ou de photographies des 115 bébés avortés comme éléments de preuve au cours du procès et a interdit aux accusés de faire valoir que leurs actes étaient protégés par le premier amendement ou qu'ils avaient été commis pour défendre une tierce personne, les enfants à naître, et a au contraire affirmé que les pro-vie avaient fait preuve d'un manque de compassion à l'égard des femmes demandant un avortement et avaient entravé leur « besoin humain de soins médicaux ».

    Depuis l'arrêt Dobbs de la Cour suprême, le ministère de la justice a de plus en plus souvent porté plainte contre des pro-vie en vertu de la loi FACE, comme l'a récemment promis le procureur général adjoint Vanita Gupta, qui a souligné « l'urgence » du travail du ministère de la justice pour faire appliquer la loi FACE « afin de garantir un accès légal continu aux services de procréation » dans tout le pays.

    Bien entendu, je suis désolé de devoir le répéter, pour les dizaines et les dizaines d'attaques contre les centres de grossesse et les 400 lieux de culte chrétiens et églises catholiques vandalisés après la publication de l'arrêt Dobbs, seule une poignée de militants pro-avortement a été arrêtée jusqu'à présent en Floride, à New York et dans l'Ohio. Depuis un certain temps, divers dirigeants pro-vie et certains républicains, notamment le député Chip Roy et le sénateur Mike Lee, demandent et présentent des projets de loi visant à abroger la loi FACE. 

  • Elections : A quel parti vais-je donner ma voix ? Les lignes rouges qu'il ne faut pas franchir

    IMPRIMER

    Tous les partis belges francophones franchissent les lignes rouges mentionnées dans l'article ci-dessous. Alors, faut-il opter pour le vote blanc ou nul ? Qu'en pensent nos visiteurs ? Des candidats font-ils exception et seraient-ils susceptibles de recueillir nos suffrages ? On attend vos suggestions en commentaires...

    De kath.net/news :

    'Les lignes rouges ne doivent pas être franchies'.

    16 mai 2024

    A quel parti vais-je donner ma voix ? « Il y a simplement des choses qui sont mauvaises en soi. Le nationalisme populaire est mauvais en soi, l'avortement est mauvais en soi ». Conseils pour les élections européennes du père cistercien Isaak M. de Neuzelle.

    Pour qui puis-je voter en tant que chrétien en toute bonne conscience ? Le père cistercien allemand Isaak M. de Neuzelle a saisi l'occasion des prochaines élections européennes du 9 juin pour définir quelques critères.

    La tâche de l'Eglise est de préserver notre liberté en tant que chrétiens et c'est pourquoi l'Eglise ne donne pas de décisions électorales concrètes, a déclaré le père Isaak dans une homélie le 14 mai. Il a cité le cardinal Joseph Ratzinger, qui a estimé qu'il n'appartenait pas à l'Eglise de développer des solutions concrètes ou même exclusives pour les questions temporelles. L'Église doit cependant préserver des principes moraux, en quelque sorte « poser des jalons » et dire : « Jusqu'ici et pas plus loin » !

    Il existe en principe une séparation entre l'Église et l'État, ce qui signifie que l'État et l'Église sont chacun autonomes et que personne ne peut s'immiscer dans les affaires de contenu et d'organisation de l'autre. Cela ne concerne toutefois pas l'ordre moral, a expliqué le père cistercien. Concrètement, l'État ne doit pas « déclarer l'injustice en tant que droit ». C'est là que l'Église doit faire entendre sa voix.

    Un principe chrétien fondamental est que nous avons une âme immortelle. C'est la raison pour laquelle l'individu est supérieur à la communauté et non subordonné aux intérêts collectifs. Les constructions sociales et les États sont éphémères, mais l'âme humaine est immortelle, et c'est pour cette raison qu'elle est prioritaire.

    Le P. Isaak a cité quelques « lignes rouges à ne pas franchir ». Si elles sont franchies, « c'est l'humain qui est en jeu ». Il y a une tendance à considérer certaines décisions comme un petit pas. Ce qui est dangereux, c'est que derrière ce petit pas, il y a un abîme qui est éthiquement un « slippery slope », une pente glissante.

    Le thème de la protection de la vie humaine en est un exemple concret. « Les partis qui souhaitent étendre l'avortement et l'euthanasie ne sont pas éligibles pour un chrétien », a constaté le père Isaak. Jean-Paul II a déclaré dans « Evangelium Vitae » que l'on pouvait tout à fait choisir le « moindre mal » parmi les partis, par exemple lorsque ceux-ci se prononcent pour une législation moins libérale en matière d'avortement. En revanche, les partis qui « veulent faire le saut dans l'abîme » ne sont pas éligibles, car un progrès dans cette direction est « méprisant pour l'homme ».

    Le deuxième critère important est la protection et la promotion de la famille. Les partis qui propagent l'idéologie du genre, qui veulent un prétendu progrès vers un prétendu libéralisme, ne sont « que partiellement ou difficilement éligibles », car il s'agit de « violations de principes », a indiqué le père Isaak en se référant à une prise de position du pape François sur le genre.

    Lire la suite

  • En quoi, précisément, consiste l'unité de l'Église ?

    IMPRIMER

    De George Weigel sur le Catholic World Report :

    En quoi, précisément, consiste l'unité de l'Église ?

    Il ne peut y avoir de mise entre parenthèses des questions morales dans un véritable dialogue sur la recomposition de l'unité chrétienne.

    15 mai 2024

    Parmi les nombreuses questions urgentes soulevées par les synodes sur la famille de 2014 et 2015 et l'actuel synode sur la synodalité - questions qui auront inévitablement une incidence sur le prochain conclave papal - figure celle de l'unité : en quoi, précisément, consiste l'unité de l'Église ?

    Quel est le contenu du « un » dans l'affirmation du Credo de « l'Église une, sainte, catholique et apostolique » ?

    Les synodes sur la famille se sont penchés sur cette question lors de leurs débats sur l'aptitude à recevoir la Sainte Communion : Les personnes ayant contracté des mariages canoniquement irréguliers, qui ne vivent pas en unité avec l'enseignement et la pratique pastorale de l'Église, peuvent-elles participer pleinement au sacrement de l'unité, l'Eucharistie ? Ou doivent-ils s'abstenir de recevoir la Sainte Communion tout en se joignant à la communauté pour offrir un véritable culte au Père ?

    Les ambiguïtés d'Amoris Laetitia, l'exhortation apostolique post-synodale qui a suivi ces synodes, n'ont pas résolu cette question. Au contraire, elles ont renforcé la crainte que des lignes de fracture ne s'ouvrent dans l'Église, certaines Églises locales interprétant Amoris Laetitia selon la ligne qu'elles avaient adoptée lors des synodes (c'est-à-dire que les personnes mariées de manière irrégulière pouvaient recevoir la Sainte Communion) et d'autres Églises locales interprétant l'exhortation apostolique différemment (les personnes mariées de manière irrégulière devraient s'abstenir de recevoir la Sainte Communion). Ces lignes de fracture étaient vraiment profondes. En effet, comment se fait-il qu'une source de grâce sanctifiante en Allemagne soit un péché grave à dix kilomètres de là, du côté polonais de la frontière germano-polonaise ?

    C'est d'ailleurs une préoccupation que le groupe des treize cardinaux (aujourd'hui tristement célèbre dans certains milieux) a envisagé de soulever dans sa lettre au pape au début du Synode 2015. Dans cette lettre, les cardinaux demandaient poliment une révision des procédures du Synode afin qu'il y ait un débat synodal plus solide et un processus de vote dans lequel les pères synodaux rendraient leurs jugements sur des propositions spécifiques.

    Une première version de cette lettre mettait en garde contre la possibilité que l'Église catholique en vienne à ressembler à la Communion anglicane à option locale, dans laquelle certaines Églises nationales constitutives croyaient et pratiquaient d'une certaine manière, et d'autres Églises constitutives croyaient et pratiquaient le contraire : c'était là, suggérait-on, la voie du véritable schisme. Finalement, les cardinaux ont décidé de se concentrer uniquement sur les procédures synodales et ce drapeau jaune d'avertissement n'a pas été inclus dans le texte final de la lettre.

    Pourtant, l'inquiétude est restée. Et elle s'est intensifiée depuis, notamment en raison des diverses réactions à la déclaration de décembre 2023 du Dicastère pour la doctrine de la foi sur la possibilité de bénir les personnes vivant dans des unions et des relations homosexuelles. Les Eglises de Belgique et d'Allemagne ont applaudi (et ont continué à faire ce qu'elles faisaient déjà) et les Eglises d'Afrique ont exprimé un ferme « Non, merci ».

    Lire la suite

  • L'écologie intégrale a besoin de la reconnaissance de la famille en son cœur

    IMPRIMER

    COMMUNIQUÉ DE PRESSE

    Conseil d'administration de printemps de la FAFCE

    L'écologie intégrale a besoin de la reconnaissance de la famille en son cœur

    Brno, le 15 mai 2024

    Aujourd'hui, à l'occasion de la Journée internationale des familles, la FAFCE a adopté une résolution sur la centralité de la famille dans la transition écologique. Accueillie par l'organisation membre tchèque de la FAFCE à Brno, la résolution du Conseil d'administration de printemps a relié l'écologie et la dignité humaine aux préoccupations relatives à la pauvreté des enfants, à la protection des mineurs et à la sécurité numérique, ainsi qu'à l'hiver démographique.   

    La résolution de la FAFCE met l'accent sur un message d'espoir. Approuvée à l'unanimité, la résolution appelle « les candidats aux élections du Parlement européen, les institutions européennes et tous les gouvernements nationaux à placer les familles au centre de leurs préoccupations. Il n'y a pas de protection possible de l'environnement sans protection de la famille ».

    Vincenzo Bassi, Président de la FAFCE, a conclu : « Le problème n'est pas les enfants mais le consumérisme. Il n'y a pas d'écologie sans la personne, pas de personne sans la famille. Par conséquent, il n'y a pas d'écologie sans les familles et les communautés de familles au cœur de la transition ». 

    Il poursuit en disant : « La solidarité intergénérationnelle sera cruciale pour le succès de la transition écologique, ce qui nécessite une protagonisation de la famille et des réseaux de familles. C'est grâce à ces réseaux que nous pourrons lutter contre la pandémie de solitude et construire un avenir plein d'espoir. Alors que plus de 400 millions d'Européens voteront en juin pour le prochain Parlement, nous rappelons aux représentants politiques que protéger la planète, c'est protéger la famille ». 

    La résolution adoptée s'intitule « L'écologie intégrale a besoin de la reconnaissance de la famille ». Rappelant les encycliques papales Dignitas Infinita et Laudato Si', la résolution souligne que « la dignité humaine de chaque personne humaine prévaut sur et au-delà de toute circonstance et de tout contexte ». 

    Le Conseil d'administration a également accepté une nouvelle organisation membre à part entière, Accoglienza della Vita (Saint-Marin), qui était déjà observateur au sein de la Fédération, ainsi qu'une nouvelle organisation membre observateur au sein de la Fédération, en provenance d'Espagne : Asociación Católica de Propagandistas (ACdP). Fondée en 1909, l'ACdP est l'une des plus anciennes organisations catholiques laïques d'Espagne, dont le principal pilier est la participation des laïcs catholiques à la vie publique.

    Les membres du Conseil d'administration de la FAFCE ont également écouté les contributions et les rapports d'activité des organisations membres à travers le continent, ainsi qu'une contribution des membres de la Plateforme Bouclier. La prochaine réunion ordinaire du Conseil d'administration aura lieu à Bruxelles, en novembre 2024.

    A quelques jours de la Bulle d'indiction du Jubilé ordinaire de l'an 2025 du Saint Père Spes Non Confundit, les membres de la FAFCE ont échangé sur leurs activités à venir en 2025, notamment sur la sensibilisation aux réseaux familiaux et à l'hiver démographique, car « il est urgent qu'une législation responsable de la part des Etats s'accompagne du soutien ferme des communautés de croyants et de toute la communauté civile dans toutes ses composantes ». 
     

    La Fédération des Associations Familiales Catholiques en Europe représente 33 organisations nationales et locales : nous sommes la voix des familles d'un point de vue catholique au niveau européen. La FACE possède un statut participatif auprès du Conseil de l'Europe depuis 2001 et est membre de la Plate-forme des droits fondamentaux de l'Union européenne. 

  • Quand le pape François se fait le chantre de la natalité

    IMPRIMER

    De Loup Besmond de Senneville sur le site du journal La Croix :

    Le pape François se fait le chantre de la natalité

    Analyse 

    Intervenant lors d’États généraux de la natalité organisés par une association familiale italienne, le pape François s’est inquiété, vendredi 10 mai, du faible taux d’enfants par femme sur le continent européen. Il a comparé le marché des armes à celui des contraceptifs. « L’un détruit la vie, l’autre empêche la vie. »

    10/05/2024

    Il est entré sur la scène comme une rockstar, devant un millier de personnes. Le pape François, 87 ans, s’est fait, vendredi 10 mai, le chantre de la natalité, lors d’États généraux sur le sujet, organisés par une association familiale italienne. Entouré d’enfants vêtus de tee-shirts orange, François a fait part de son inquiétude face à la baisse de la natalité, en particulier en Europe. « Le Vieux Continent devient toujours plus vieux », a-t-il estimé.

    À moins d’un mois des élections européennes, François a livré une vision sombre du continent, qu’il a analysé comme étant « fatigué et résigné, tellement occupé à exorciser la solitude et l’angoisse qu’il ne sait plus savourer, dans la civilisation du don, la vraie beauté de la vie ». Avec 1,25 enfant par femme, la natalité en Italie est la troisième plus faible de l’Union européenne, avec l’Espagne et Malte. Le sujet constitue, depuis des années, une préoccupation particulière du Vatican, qui ne manque jamais une occasion d’encourager l’instauration de politiques natalistes dans le pays.

    « Le nombre de naissances est le premier indicateur de l’espoir d’un peuple »

    « Le nombre de naissances est le premier indicateur de l’espoir d’un peuple. Sans enfants et sans jeunes, un pays perd son désir d’avenir, a ainsi poursuivi François. En Italie, par exemple, la moyenne d’âge est actuellement de 47 ans, et l’on continue à battre des records négatifs. »

    Soulignant que « la vie humaine n’est pas un problème, mais un don », le pape François, 87 ans, a déploré « l’égoïsme » trop présent dans des sociétés où l’on préfère « avoir des chiens et des chats » que des enfants. « L’égoïsme nous rend sourds à la voix de Dieu, qui aime en premier et enseigne à aimer, et à la voix de nos frères et sœurs à nos côtés. Il anesthésie le cœur. »

    Mais, devant le millier de personnes présentes dans la salle, qui ont interrompu son discours à plusieurs reprises par des applaudissements, François est allé plus loin dans ses critiques. Il a dressé un parallèle entre les contraceptifs et les armes. « Il y a une chose que m’a dite un spécialiste de la démographie, a commencé le pape. En ce moment, les investissements les plus rentables sont la fabrique des armes et des contraceptifs. L’un détruit la vie, l’autre empêche la vie. »

    François ne s’est pas arrêté à ce constat sombre, adressé avant tout à l’Occident, mais a aussi voulu encourager l’espérance, thème central du Jubilé de 2025. « Je sais que, pour beaucoup d’entre vous, l’avenir peut sembler inquiétant et qu’entre la dénatalité, les guerres, les pandémies et le changement climatique, il n’est pas facile de garder l’espoir », a lancé le pape à l’adresse des plus jeunes présents dans la salle.

    Il leur a demandé, comme il le fait souvent, de « construire l’avenir » main dans la main avec leurs grands-parents. « Les grands-parents seuls, c’est un suicide culturel, a-t-il insisté, sortant du texte qui avait été préparé pour lui. L’avenir se prépare avec les jeunes et les vieux, ensemble. Le courage et la mémoire unis. » Les mots d’un pape visiblement inquiet pour l’avenir du monde.

  • En RDC la corruption continue de tourner à plein régime...

    IMPRIMER

    Christophe Rigaud (Afrikarabia) confirme, mais qui pouvait en douter ?  

    Parlement-2-1024x576.jpg« La corruption est devenue quelque chose de normal, une sorte de seconde nature. Les gens ne sont plus choqués par ça » s’était ému le président Félix Tshisekedi devant la diaspora congolaise de Belgique début mai. Un constat pour mieux vanter les mérites de l’Inspection générale des finances (IGF), l’organisme censé contrôler l’argent public et lutter contre les détournements de fonds. Pourtant, depuis cinq ans, les scandales financiers se sont multipliés en République démocratique du Congo (RDC). « Programme des 100 jours », financement du fond Covid, taxe téléphonique RAM, Jeux de la Francophonie… Les affaires s’enchaînent, les responsables sont souvent blanchis, et l’argent détourné reste dans la nature. Si la corruption touche tous les acteurs de l’économie congolaise et frappe à tous les étages, les acteurs politiques se taillent souvent la part du lion. Dernier exemple en date, le rapport explosif d’une ONG congolaise sur la gestion douteuse des fonds publics de l’Assemblée nationale et du Sénat.

    Budget éléphantesque

    Un groupe d’experts du Centre de recherche en finances publiques et développement local (CREFDL) s’est penché sur les exercices budgétaires du Parlement entre 2021 à 2023. Ce qu’ils y trouvent est édifiant. L’institution est qualifiée de « budgétivore », avec 1,1 milliard de dollars de dépenses pour les deux chambres. Une incongruité pour la RDC, où le budget de l’Etat affiche péniblement 16 milliards de dollars pour un pays grand comme cinq fois la France et peuplé de 100 millions d’habitants. Selon le CREFDL, « Ce montant correspond aux besoins actuels exprimés par le secteur du développement rural pour réhabiliter 40.000 Km de route de desserte agricole et désengorger les territoires ». Mais surtout, le budget éléphantesque du Parlement est également utilisé en toute opacité. « L’analyse révèle le non-respect du circuit de la dépense publique ». Au total, 303 millions de dollars ont été débloqués sans aucun contrôle, et 309 millions sur « le fonds spécial d’intervention » sans aucune justification.

    Lire la suite

  • Début des manœuvres synodales : déploiement africain pour stopper la dérive relativiste et la bénédiction des couples homosexuels

    IMPRIMER

    De Franca Giansoldati sur Il Messaggero :

    Début des manœuvres synodales : déploiement africain pour stopper la dérive relativiste et la bénédiction des couples homosexuels

    3 mai 2024

    Nous sommes à six mois de la deuxième partie du Synode sur la synodalité, et déjà se compactent ceux qui semblent déterminés à faire un mur contre un certain « relativisme » serpentant dans l'Église pour défendre l'unité de la foi et non pas tant les cultures particulières. « Lors de la prochaine session du Synode, il est vital que les évêques africains parlent au nom de l'unité de la foi et non au nom de cultures particulières ». Le catalyseur d'une vision ferme dans ses principes - c'est-à-dire déterminée à refuser la bénédiction des couples homosexuels - a été le cardinal Robert Sarah avec un discours prononcé au Cameroun qui circule depuis quelques jours au sein de plusieurs conférences épiscopales africaines, déterminées à stopper la dérive des unions de même sexe contenue dans le document rejeté par le Vatican Fiducia Supplicans, un passage qui crée encore une désorientation considérable au sein des communautés catholiques.

    Le pape François a expliqué à plusieurs reprises qu'en Afrique, ces mesures ne seront pas adoptées en raison du retard culturel, parce que « la culture ne l'accepte pas », ajoutant que l'on « bénit les personnes, pas les péchés ».

    Un autre personnage important du Collège des Cardinaux, qui a également une chance au prochain conclave, s'est aligné sur le Cardinal Sarah. Fridolin Ambongo, qui s'exprimait lors de la réunion de quatre jours des délégués africains qui représenteront l'Afrique au synode du 2 au 29 octobre à Rome, a eu des mots tranchants : « J'ai suivi très attentivement le discours du cardinal Sarah et je pense que ce qu'il a dit est vrai. Fiducia Supplicans n'est pas d'abord une question culturelle ; il aurait été préférable de l'aborder sous l'angle de la théologie, de la morale, de la Bible et du Magistère ».

    Sarah et Ambongo s'accordent à dire que même lors du dernier Synode, l'Eglise d'Afrique a défendu la dignité de l'homme et de la femme créés par Dieu, même si « sa voix a été ignorée et méprisée par ceux dont la seule obsession est de plaire aux lobbies occidentaux ».

    Le profil du cardinal Ambongo progresse parmi les futurs papabili : il a géré le blocage africain des bénédictions aux couples homosexuels.

  • « Nous devons défendre notre identité chrétienne » (le Président de la Conférence épiscopale polonaise)

    IMPRIMER

    De kath.net/news :

    Mgr Wojda : « Nous devons défendre notre identité chrétienne »

    6 mai 2024

    Président de la Conférence épiscopale polonaise de Jasna Góra : « Il est inacceptable d'exiger un 'droit à l'avortement', c'est-à-dire le droit même de tuer. Personne n’a le droit de tuer un autre être humain.

    Czestochowa (kath.net/Conférence épiscopale polonaise/pl) Nous devons défendre notre identité chrétienne, la souveraineté de notre conscience, notre pensée et notre liberté dans la profession de foi, afin de défendre les valeurs qui émergent de l'Évangile et notre tradition chrétienne. C'est ce qu'a déclaré le président de la Conférence épiscopale polonaise, Mgr Tadeusz Wojda SAC, dans son homélie lors de la messe célébrée à Jasna Góra le 3 mai, fête de la Bienheureuse Vierge Marie, reine de Pologne.

    Le Président de la Conférence épiscopale a souligné que « nous constatons de plus en plus l'affaiblissement de la foi dans notre nation, la négligence à l'égard de l'Eucharistie dominicale et des sacrements ». « Nous observons un manque de transmission solide de la foi dans les familles. La sécularisation fait des ravages, non seulement sur les adultes, mais aussi sur les enfants et les jeunes. Le sentiment de la nécessité de renforcer les relations conjugales par la Sainte-Cène s'affaiblit. Les attitudes morales qui contredisent l’Évangile et l’enseignement chrétien se répandent. Nous en avons assez des tensions, des divisions et des conflits sociaux qui en résultent. "Il est triste et alarmant que tant de haine soit apparue dans notre société ces dernières années - nous appelons aujourd'hui cela un discours de haine - qui a provoqué des émotions négatives, voire de la violence", a-t-il déclaré.

    Mgr Wojda a reconnu qu'« il est effrayant que nous, la Nation de Marie, perdions conscience de notre tradition et de notre culture polonaises, caractérisées par une attitude chrétienne d'ouverture et de respect des autres, ainsi que par une sensibilité au don de la vie humaine.» Il a ajouté que nous avons besoin d’une identité chrétienne « afin de ne pas tomber dans un vide existentiel et de ne pas perdre espoir dans la vie. Nous ne devons pas nous laisser priver de cette force intérieure dont la source réside dans le Fils de Marie, Jésus-Christ.»

    « C’est pourquoi nous devons préserver cette identité car elle nous donne un sentiment de connexion avec Dieu. Cela approfondit notre conscience que la vie humaine a une valeur unique et que personne ne devrait la détruire, même si elle est imparfaite. La vie, de la conception à la mort naturelle, reste un lieu de dialogue entre l'homme et Dieu », a souligné le président de l'épiscopat polonais.

    Mgr Wojda a souligné que chaque femme est soutenue par Marie dans sa vocation à devenir mère, « et en même temps elle attend que chaque famille devienne un sanctuaire où chaque nouvelle vie est célébrée et où la vie est aimée ».

    « Face à cette vérité, d’autres attitudes sont incompréhensibles. Il est inacceptable d’exiger un « droit à l’avortement », c’est-à-dire le droit même de tuer. Personne n’a le droit de tuer un autre être humain, surtout lorsqu’il s’agit d’un enfant innocent et sans défense », a-t-il souligné.

    Lire la suite

  • La pensée et l’action du docteur Pierre Simon: promoteur français de la contraception, de l’avortement, de l’euthanasie et de la GPA

    IMPRIMER

    De Grégor Puppinck sur le site de l'ECLJ :

    La pensée et l’action de Pierre Simon: Promoteur français de la contraception, de l’avortement, de l’euthanasie et de la GPA

    6 mai 2024

    Pierre Simon est une référence incontournable pour qui veut comprendre l’idéologie de la maitrise de la vie qui sous-tend la valorisation de l’euthanasie, de l’avortement ou de la procréation artificielle. Le Dr Pierre Simon (1925-2008) se présente lui-même comme la figure de proue en France de tous les combats menés dans la seconde moitié du XXe siècle pour la légalisation de ces pratiques. Pour lui, tous ces combats n’en forment qu’un : celui du renversement de la morale traditionnelle et de la prise de contrôle rationnel de la sexualité et de la procréation en vue du progrès biologique et moral de l’humanité dans une perspective évolutionniste, et finalement transhumaniste.

    LIRE LE DOCUMENT PDF

  • Etats-Unis : les catholiques cèdent de plus en plus la place aux conservateurs religieux qui pensent que les changements ont perverti l'Église

    IMPRIMER

    De Petra Lorleberg sur kath.net/news :

    Selon l'Associated Press : « Partout aux Etats-Unis, l'Eglise catholique vit une énorme transformation »

    6 mai 2024

    La plus grande agence de presse du monde décrète : « Les catholiques qui saluaient la tendance à la modernisation cèdent de plus en plus la place aux conservateurs religieux qui pensent que les changements ont perverti l'Église ».

    New York (kath.net/pl) « Un pas en arrière dans le passé ». C'est de ce phénomène qu'il s'agit dans les transformations actuelles de l'Eglise catholique aux Etats-Unis, établit la plus grande agence de presse du monde « Associated Press » dans une dépêche écrite par Tim Sullivan, qui est actuellement souvent reprise dans les médias américains et au-delà.

    L'article de presse n'est neutre qu'en apparence, mais en réalité, il attire habilement le lecteur vers sa propre opinion - qui n'a rien de « catholique conservateur ». Un paroissien d'une paroisse qui aurait nettement évolué ces dernières années n'a osé exprimer ses opinions à ce sujet que de manière soi-disant anonyme.

    En se basant sur la paroisse concrète de St. Maria Goretti dans le Wisconsin, l'article de l'AP décrit que beaucoup de choses ont changé ces dernières années. D'abord la musique, puis les thèmes du péché et de la confession sont apparus dans le contenu des sermons, les prêtres ont presque toujours porté des vêtements/soutanes sacerdotaux, dans les rangs des laïcs, on voit, outre les changements de style vestimentaire, davantage de familles nombreuses. C'est à l'école primaire que les élèves auraient entendu parler « pour la première fois » de l'avortement et de l'enfer - il est pour le moins surprenant que les « enfants » d'une école catholique n'aient pas entendu parler de l'avortement auparavant, car le système scolaire américain appelle tout cela « école primaire » jusqu'à la 8e année incluse !

    L'article part d'une polarisation entre catholiques « libéraux » et « conservateurs » et arrive ensuite à la formulation étonnante suivante : « Il y a encore beaucoup de communautés libérales, beaucoup qui se considèrent comme des joueurs de milieu de terrain » - aha, donc « libéral » serait le « milieu » ? N'avons-nous pas tous appris un jour en géométrie que le centre se trouve à mi-chemin entre deux coordonnées ? Comment peut-on alors affirmer que le centre entre libéral et conservateur se trouve unilatéralement chez les « libéraux » ?

    Les changements auraient peut-être commencé en 1993, lors des Journées mondiales de la jeunesse à Denver, réfléchit l'article, avec Jean-Paul II, qui était certes d'accord sur certaines questions avec des catholiques aux idées libérales, mais qui était « intransigeant » « lorsqu'il s'agissait de dogmes ». Mais le pape François serait depuis longtemps « nerveux » au sujet de l'Eglise catholique aux Etats-Unis.

    Lien vers l'article de l'AP dans son intégralité dans « ABC News » : 'A step back in time' : America's Catholic Church sees an immense shift toward the old ways - Across the United States, the Catholic Church is undergoing an immense shift