Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Ethique - Page 2

  • France : un père et une mère transgenres

    IMPRIMER

    Une synthèse de presse de gènéthique.org :

    France : Un père et une mère transgenres

    23 mars 2023

    Le mois dernier, une petite fille est née à l’hôpital Jacques-Cœur de Bourges de parents tous les deux transgenres. En effet, Mattéo, qui a accouché, est né femme et devenu homme à l’état civil. Victoire, de son côté, est née homme et devenue femme à l’état civil. Cette naissance serait une première en France (cf. Naissance au sein d’un « couple transgenre »). Le docteur Julien Cirier, chef du service de gynécologie-obstétrique et du pôle femme, mère, enfant de l’hôpital, explique dans un article publié dans le journal interne que « tout a été mis en œuvre “pour se rapprocher le plus possible d’une situation classique” ». « Il n’y avait pas de raison de faire une prise en charge différente. L’équipe a fait comme d’habitude », indique-t-il.

    Une transition suspendue

    Mattéo, « très fusionnel avec sa mère, témoin des souffrances qu’elle a subies à cause des hommes », pense que « ce traumatisme d’enfant l’a conduit à vouloir devenir un homme pour la protéger ». De son côté, Victoire affirme avoir « su “dès la naissance” ». Et, à l’âge de 16 ans, elle a « découvert la notion de transidentité, à travers les vidéos postées par une personne transgenre » à laquelle elle s’est « identifiée », raconte-t-elle.

    Mattéo et Victoire ont envisagé la PMA. Leur demande a été refusée par une clinique qui leur a expliqué ne pas pouvoir « mettre un homme enceint » (cf. « Homme enceint » : la campagne du Planning familial reçoit le soutien du gouvernement).

    Pour obtenir cette grossesse, ils ont suspendu leurs traitements hormonaux et Victoire a « temporairement renoncé aux interventions chirurgicales ». Elle compte désormais les planifier « pour achever sa transition ».

    Pas de congé maternité

    Mattéo est un homme à l’état civil. Pour la Sécurité sociale aussi. « Le dossier est toujours bloqué à la Sécu. Dès le début de ma grossesse, tout a été bloqué », indique-t-il, regrettant pourtant « qu’on ne lui ait pas accordé un congé de maternité ». Il a obtenu un congé de paternité.

    Après avoir lancé des démarches en juin dernier pour ce qui concerne l’état civil, l’extrait d’acte de naissance indique « simplement » que la petite fille est née de Victoire et Mattéo. Cependant, « une annotation concernant le changement de sexe est portée sur son acte de naissance intégral ». Victoire a demandé « qu’il soit bloqué et que l’on ne puisse plus jamais le consulter », expliquant en garder une copie pour le montrer à sa fille.

    Mais le livret de famille indique que Mattéo est la mère de l’enfant. « Ce qu’aucun des deux ne peut accepter. » Leur avocat a entamé des démarches.

    Source : Le Berry Républicain (23/03/2023)

  • Naaman, les Nazaréens et les Allemands

    IMPRIMER

    De George Weigel sur First Things :

    NAAMAN, LES NAZAREENS ET LES ALLEMANDS

    22/3/2023

    ... la vie liturgique de l'Église imite souvent l'art en étant remarquablement appropriée à un moment particulier. C'était certainement le cas le lundi de la troisième semaine de Carême 2023, un jour où les Écritures de la liturgie eucharistique nous invitent à réfléchir au plus grand des péchés capitaux, l'orgueil, à travers l'histoire de Naaman, le général syrien, et la confrontation de Jésus avec ses compatriotes nazaréens. Cette année, le lundi de Carême a immédiatement suivi la réunion de clôture de la "Voie synodale" allemande. Et s'il y a de nombreuses raisons pour lesquelles le catholicisme institutionnel allemand se précipite dans l'apostasie et risque de tomber dans le schisme, l'orgueil est l'une d'entre elles.

    Naaman cherche à guérir sa lèpre auprès de "l'homme de Dieu", Elisée, successeur d'Elie en tant que "prophète en Israël" (2 Rois 5:8). Le Syrien est prêt à faire un voyage long et difficile pour obtenir ce qu'il cherche. Il est prêt à dédommager le prophète pour une guérison avec de l'or et de l'argent. Mais lorsque Élisée lui dit de se baigner sept fois dans le Jourdain, Naaman se rebiffe. Pourquoi ce petit cours d'eau israélite aurait-il plus de pouvoir curatif que les grands fleuves de Damas ? Il est sur le point de rentrer chez lui, furieux, lorsque ses serviteurs le supplient de se baigner dans le Jourdain, arguant que, puisqu'il aurait fait quelque chose de difficile si le prophète le lui avait demandé, pourquoi ne pas faire quelque chose de facile ?

    Naaman se baigne selon les instructions d'Elisée, est guéri et déclare alors : "Je sais qu'il n'y a de Dieu sur toute la terre qu'en Israël" (2 Rois 5:15). L'orgueil de Naaman avait été l'obstacle à sa guérison et, en fin de compte, à sa foi dans le seul vrai Dieu.

    La lecture de l'Évangile du lundi de Carême offre à l'Église un parallèle néo-testamentaire à l'histoire de Naaman et d'Élisée. Juste avant le passage de l'Évangile de saint Luc lu ce jour-là, Jésus avait pris le rouleau du prophète Isaïe lors d'un service sabbatique dans la synagogue de sa ville natale, avait lu au sujet de celui qui allait "proclamer l'année favorable du Seigneur", avait déclaré qu'"aujourd'hui cette écriture s'est accomplie à vos oreilles" - et avait gagné les louanges de tous, "qui parlaient bien de lui" (Luc 4,20-22). L'atmosphère change rapidement, cependant, et l'histoire lue ce lundi de Carême montre un visage différent des Nazaréens.

    En effet, dans leur orgueil, ils commencent à se poser des questions sur ce parvenu. N'est-il pas le fils de Joseph, un charpentier ? Pour qui se prend-il ? Et quel genre de messie est-ce là ? Nous avions en tête quelque chose de différent, de meilleur. Ils chassent donc Jésus de Nazareth et s'apprêtent à le jeter du haut d'un promontoire lorsque, "passant au milieu d'eux, il s'en alla" (Luc 4,30). L'orgueil, une fois de plus, a été un obstacle à la foi. Nous, les Nazaréens, savons quel genre de messie Dieu aurait dû envoyer - tout comme Adam et Eve, dans leur orgueil, pensaient qu'ils savaient mieux que Dieu ce qui était bon et mauvais, faisant preuve d'une arrogance qui les a chassés du paradis dans Genèse 3.

    Lorsque la Voie synodale allemande déclare qu'elle sait mieux que Dieu ce qui constitue une vie juste, le bonheur et la béatitude ultime - ce que la Voie synodale a fait lorsqu'elle a rejeté l'anthropologie biblique de Genèse 1 et embrassé l'idéologie du genre et l'agenda LGBTQ - les Allemands se sont comportés exactement comme Adam et Ève, Naaman avant sa conversion, et les Nazaréens. Lorsque la voie synodale allemande approuve une sorte de système parlementaire de gouvernance de l'Église au mépris de l'ordre que le Christ lui-même a établi pour son Église, les Allemands font précisément ce que tous les pécheurs orgueilleux, depuis Adam et Ève jusqu'à Naaman le lépreux et aux Nazaréens méprisants, ont fait : rejeter la révélation divine. D'où la symétrie remarquable et astucieuse de ces lectures pour le lundi de la troisième semaine qui suit immédiatement la conclusion de la voie synodale allemande, qui a déconstruit le catholicisme au nom de la culture prétendument supérieure d'aujourd'hui.

    Quelques mois après que Jean-Paul II ait publié son encyclique de 1993 sur la réforme de la théologie morale catholique, Veritatis Splendor, un livre de commentaires sur ce texte - tous négatifs - a été publié par des théologiens allemands. L'éditeur du livre a écrit dans l'avant-propos que le livre était publié parce que l'Allemagne avait une responsabilité particulière en matière de théologie dans l'Église catholique. Ce à quoi on a envie de répondre : "Qui a dit cela ? Quand a eu lieu l'élection ?"

    C'est ce genre d'orgueil qui a conduit de nombreux théologiens allemands à considérer le brillant Jean-Paul II comme un Slave pré-moderne et réactionnaire, pas tout à fait à la hauteur de leurs critères éclairés. Ce même orgueil a infusé, et profondément corrompu, la voie synodale allemande.     

    La chronique de George Weigel est publiée par le Denver Catholic, la publication officielle de l'archidiocèse de Denver. 

    George Weigel est Distinguished Senior Fellow du Ethics and Public Policy Center de Washington, D.C., où il est titulaire de la William E. Simon Chair in Catholic Studies.

  • La COMECE et la FAFCE signent un protocole d'accord pour renforcer leur coopération dans le domaine des politiques familiales

    IMPRIMER

    COMMUNIQUÉ DE PRESSE

    Familles et évêques ensemble en Europe

    La COMECE et la FAFCE signent un protocole d'accord pour renforcer leur coopération dans le domaine des politiques familiales

    Bruxelles, le 20 mars 2023

    La COMECE et la FAFCE ont signé le lundi 20 mars 2023 un protocole d'accord pour renforcer leur coopération dans le domaine des politiques familiales au niveau de l'Union européenne. Pour le Cardinal Hollerich, « il est essentiel de soutenir les familles et de se pencher sur les problèmes auxquels elles sont confrontées »

    L'accord a été signé par S. Em. Le Cardinal Jean-Claude Hollerich SJ, Président de la Commission des Épiscopats de l'Union européenne (COMECE), et Vincenzo Bassi, Président de la Fédération des Associations Familiales Catholiques en Europe (FAFCE).

    Avec cet accord, les deux organisations bénéficieront ainsi d'une expertise mutuelle. La FAFCE renforcera ses relations avec les représentants de l'Église catholique au sein de l'Union européenne (UE) par sa participation comme membre observateur aux réunions de la Commission des affaires sociales de la COMECE. Les évêques de l’UE auront eux accès à l'expérience de terrain dans le domaine des politiques familiales des nombreuses organisations nationales qui font partie de la FAFCE. 

    « Nous sommes reconnaissants du service que la FAFCE rend à l'Eglise en Europe - a déclaré le Cardinal Hollerich. Ce n'est pas un hasard si cet accord a été conclu durant du chemin synodal. Ensemble, dans le contexte d'une société plus fragmentée et individualiste, nous voulons offrir notre contribution au bien commun. Il est essentiel de soutenir les familles et de se pencher sur les problèmes auxquels elles sont confrontées », a poursuivi le Président de la COMECE.

    « Ce mémorandum est un exemple de la façon dont les pasteurs, les familles chrétiennes et les associations familiales peuvent cheminer ensemble et unir leurs forces pour trouver de nouvelles manières de communiquer la beauté de la famille et d’appeler les institutions européennes à considérer la fonction fondamentale de la famille comme la pierre angulaire de l'avenir », a déclaré le Président de la FAFCE, Vincenzo Bassi.

    Le mémorandum institutionnalise une collaboration active qui remonte déjà à plusieurs années, ayant donné lieu à la production de documents et l’organisation d’événements communs. Les derniers exemples en date sont le document de réflexion sur le rôle des personnes âgées en période de changement démographique et une conférence sur la Stratégie européenne en matière de soins.

    Lire le protocole d'accord sur notre site Web

    ­

  • Les évêques belges et la bénédiction des unions homosexuelles : une situation explosive et tragique qui nécessite une clarification immédiate et rapide de la part du Saint-Siège

    IMPRIMER

    De Luisella Scrosati sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana :

    "Nous évêques de Belgique bénissons les couples homosexuels avec l'accord du pape"

    22-03-2023

    Déclarations fracassantes de l'évêque d'Anvers, Monseigneur Johan Bonny, au synode allemand : après Amoris Laetitia, dans tous les diocèses belges, il est normal de bénir les couples irréguliers, et le pape François aurait approuvé ce choix lors de sa visite ad limina en novembre dernier : " Il suffit que vous soyez tous d'accord ". Des propos très graves, qui nécessitent une explication immédiate de la part de Rome.

    En Belgique, les évêques sont tous unis pour approuver la bénédiction des couples homosexuels et autres couples irréguliers, il existe même un rituel et le Pape aurait tout approuvé en novembre dernier lors de sa visite ad limina. Ce sont les déclarations explosives de l'évêque d'Anvers, Monseigneur Johan Bonny, lors de l'assemblée du Synode allemand que l'on peut entendre ici (à partir de la minute 06:08:46) dans la vidéo complète de la cinquième assemblée du Synode allemand.

    Au cours d'une journée riche en discours d'une minute et demie chacun, Mgr Bonny a pu bénéficier de huit bonnes minutes pour raconter comment les évêques belges ont officiellement introduit la bénédiction des couples irréguliers dans leurs diocèses (nous en avions parlé ici et ici), au mépris du Responsum que la Congrégation pour la doctrine de la foi avait publié l'année précédente, avec l'approbation du Pape.

    Une atmosphère vraiment surréaliste, celle de l'Assemblée, avec des interventions de toutes sortes : des réflexions les plus théologiques, aux demandes de psychologues d'approuver la bénédiction de couples homosexuels, pour ne pas avoir de futurs suicides sur la conscience, de personnes déçues par le rejet de l'Église ; jusqu'à une jeune femme qui s'est mise à lire les cartes reçues d'on ne sait qui, et qui demandait à l'Assemblée de changer l'Église. Un théâtre de l'absurde qui culmine avec l'incroyable "célébration eucharistique" (à partir de la minute 2 : 58:27) : lumières tamisées, musique blues, style piano bar, chanteur qui "se déhanche", et au lieu du psaume responsorial ou de l'hymne évangélique (difficile d'interpréter cette créativité liturgique) s'aventure dans des vocalises "ah, eh, dududu" ; Prêtre avec surplis et étole, rigoureusement sans Missel, qui regarde en partie un feuillet, en partie de mémoire, ajoutant et enlevant ici et là "ad libitum", inventant la "prière eucharistique" à partir de rien ; assemblée blottie sur des chaises, avec leurs notes synodales, leurs PC et leurs bouteilles d'eau devant eux. Il faut le voir pour le croire.

    Lire la suite

  • L'avortement et la "culture du jetable" : la décennie du pape François sur les questions de vie

    IMPRIMER

    De Lauretta Brown sur le National Catholic Register :

    L'avortement et la "culture du jetable" : la décennie du pape François sur les questions de vie

    Examen de l'approche du pape sur les questions de vie à l'occasion des dix ans de son pontificat.

    17 mars 2023

    Le pape François a parlé d'une seule voix sur la dignité de la vie humaine au cours des dix années de son pontificat, fournissant un cadre distinctif qui relie des maux graves comme l'avortement au mépris général de la société pour la vie humaine lorsqu'elle est considérée comme un inconvénient.

    Il a condamné à plusieurs reprises l'avortement comme une manifestation majeure de la "culture du jetable" d'aujourd'hui, le qualifiant carrément de "meurtre" en 2021 et, plus tôt en 2018, le comparant à "l'embauche d'un tueur à gages" pour résoudre un problème. Mais si cette rhétorique frappante a retenu l'attention, les observateurs notent que, dans l'ensemble, François a fait de l'opposition à l'avortement une priorité beaucoup moins importante que ses prédécesseurs immédiats, le pape saint Jean-Paul II et le pape Benoît XVI. En outre, la volonté du pape de permettre à certaines personnes favorables aux droits de l'avortement d'occuper des postes au Vatican a suscité la confusion et l'inquiétude de certains catholiques.

    Les autres actions clés du Saint-Père sur les questions de vie comprennent la modification de la formulation du Catéchisme de l'Église catholique en ce qui concerne la peine de mort, le renforcement de son rejet de la peine de mort et l'expression de préoccupations concernant le traitement par la société des personnes âgées, des personnes handicapées et des pauvres.

    Lucia Silecchia, professeur de droit à l'Université catholique d'Amérique, qui écrit sur le droit des personnes âgées et la pensée sociale catholique, a déclaré au Register que la "culture du jetable" est une "expression puissante" que le pape utilise pour souligner que "nous ne pouvons pas être vraiment préoccupés par le fait de jeter ou de se débarrasser de choses physiques ou matérielles sans être d'abord conscients, avec une sobre contrition, de toutes les façons dont nous pouvons "jeter" des personnes vulnérables - les enfants à naître, les personnes très âgées, les très jeunes, ceux qui sont malades ou qui vivent avec des handicaps". 

    Des mots forts

    Charles Camosy, bioéthicien et théologien moral qui enseigne à la faculté de médecine de l'université de Creighton, a déclaré au Register que "le principe d'organisation du pape consistant à résister à la culture du jetable est une contrepartie importante de la résistance de saint Jean-Paul II à la culture de la mort", car "il nous aide à comprendre comment le refus d'aider - et pas seulement le meurtre actif - devrait être une préoccupation centrale du mouvement pro-vie". 

    M. Camosy a fait l'éloge de certains des mots forts que le pape a utilisés pour s'opposer à l'avortement au fil des ans. Outre la comparaison avec les "tueurs à gages", il a fait référence au commentaire de François en 2018 sur le ciblage des bébés à naître handicapés pour l'avortement, où il a déclaré : "Au siècle dernier, le monde entier a été scandalisé par ce que les nazis faisaient pour maintenir la pureté de la race. Aujourd'hui, nous faisons la même chose, mais avec des gants blancs." 

    Mgr Joseph Naumann, archevêque de Kansas City (Kansas), qui a présidé le comité pro-vie des évêques américains de 2017 à 2021, a reçu quelques éclaircissements directement du pape François sur la centralité de la question de l'avortement à la suite du débat des évêques américains sur le langage de l'avortement en tant que "priorité prééminente" pour les électeurs catholiques lors de leur réunion de l'automne 2019. Il a rencontré le pape en janvier 2020 et a évoqué "la façon dont certains des évêques de la conférence qui prétendaient parler au nom du pape disaient que ce langage était anti-François." 

    Il a dit à François que certains évêques pensaient que lui et d'autres rendaient l'avortement "trop important". Le pape a répondu : "Sans ce droit, aucun autre droit n'a d'importance ; bien sûr, il est prééminent". 

    L'archevêque s'est dit "reconnaissant" de la manière dont le pape "a parlé clairement de la protection des enfants innocents à naître". Il a ajouté que le pape avait utilisé des "termes très convaincants" pour aborder cette question et a souligné que lorsque le Saint-Père a été interrogé sur l'avortement, "il a posé deux questions : Est-ce qu'il est juste de tuer un enfant pour résoudre un problème et est-ce qu'il est juste d'engager quelqu'un pour tuer un enfant pour résoudre un problème ?

    Lire la suite

  • François et l'Allemagne : le schisme sera-t-il déclaré ?

    IMPRIMER

    De JD Flynn et Ed. Condon sur The Pillar :

    François, l'Allemagne et le 'bon pour le schisme'

    Les évêques allemands ont-ils commis le crime de schisme ? Le Saint-Siège le déclarera-t-il ?

    15 mars 2023

    Le vice-président de la conférence épiscopale allemande a invité jeudi les catholiques de son diocèse à contacter les paroisses pour obtenir la bénédiction liturgique de leurs partenariats de même sexe et d'autres relations considérées comme moralement illicites dans l'Église catholique.

    Cette initiative intervient après que la "voie synodale" - une assemblée de laïcs et d'évêques visant à réformer l'Église en Allemagne - a approuvé la semaine dernière une résolution exhortant les évêques allemands à autoriser officiellement les bénédictions de couples de même sexe dans leurs diocèses.

    Le Vatican ayant récemment annoncé que de telles bénédictions étaient impossibles pour l'Église, certains catholiques ont demandé si l'annonce de l'évêque Franz-Josef Bode constituait officiellement un acte de schisme, un crime canonique qui entraîne la peine d'excommunication.

    À ce jour, le Vatican n'a pas déclaré Bode, ni aucune personne impliquée dans la voie synodale allemande, coupable de schisme - une action qui aurait des conséquences importantes en droit civil et en droit canonique, et qui pourrait donner lieu à des litiges civils compliqués.

    Mais si le Vatican veut sanctionner Bode sans susciter de débat sur le schisme et ses conséquences, il existe d'autres crimes canoniques pour lesquels l'évêque pourrait être appelé à rendre des comptes.

    Néanmoins, tant que le Vatican n'intervient pas sur l'action de Bode, les évêques allemands revendiquent une sorte de victoire par omission - arguant que les bénédictions liturgiques sont déjà devenues un fait acquis, et suggérant que Rome devrait annuler ses interdictions antérieures à leur encontre.

    Les évêques d'Allemagne et le Comité central des catholiques allemands, dirigé par des laïcs, se sont engagés en 2019 sur un "chemin synodal" visant à demander l'ordination des femmes à la prêtrise, une révision de la doctrine sexuelle catholique et de la pratique liturgique, et l'établissement d'un rôle délibératif pour les laïcs dans les décisions relatives à la gouvernance de l'Église.

    Le pape François et d'autres responsables du Vatican se sont opposés à la réunion alors qu'elle n'en était encore qu'au stade de la préparation, exhortant les évêques à organiser un synode sur l'évangélisation et déclarant que les projets de "voie synodale" n'étaient, dans le jargon du Vatican, "pas valables du point de vue ecclésiologique".

    Mais les évêques allemands et les dirigeants laïcs ont continué malgré ces avertissements, et malgré les critiques ultérieures des participants et du Saint-Siège, y compris les affirmations répétées du Vatican selon lesquelles la voie synodale n'avait pas le pouvoir de définir une politique pour des Églises particulières ou pour l'Église universelle.

    Ces avertissements ont tempéré certains éléments du synode, mais pas tous. Les participants au synode ont baissé la température dans les documents officiels concernant les appels à l'ordination de femmes comme prêtres et à l'éradication du célibat clérical. Mais ils ont continué à réclamer des changements dans la doctrine et la pratique catholiques en matière de morale sexuelle.

    Parmi les mesures prises par le Vatican pour repousser l'ordre du jour synodal, on trouve un responsum de 2021 du Dicastère pour la doctrine de la foi, qui affirme que l'Église n'a pas le pouvoir de bénir les unions de personnes de même sexe.

    Il est important de noter que la question n'a pas été présentée comme une question de droit disciplinaire ou une sorte d'interdiction ecclésiastique - le DDF a déclaré que l'Église n'avait tout simplement pas la capacité d'offrir de telles bénédictions, que son interdiction était une question d'impossibilité, et non d'inadmissibilité.

    Lire la suite

  • Sombre anniversaire et triste atmosphère à Rome

    IMPRIMER

    De George Weigel sur First Things :

    UN SOMBRE ANNIVERSAIRE

    15 mars 2023

    Le 13 mars aurait dû être un jour heureux à Rome. Mais l'ambiance dans et autour de la Cité du Vatican avant, pendant et après le dixième anniversaire de l'élection du Pape François était plus sombre que festive - et ce n'est pas parce que l'anniversaire tombait pendant le Carême. Cette mélancolie reflétait plutôt l'atmosphère actuelle du Saint-Siège, qui n'a pas été soulignée pendant trop longtemps et qui mérite une description franche.

    L'atmosphère qui prévaut aujourd'hui au Vatican est celle de la trépidation. Ce n'est pas seulement ce que pensent ceux qui remettent en question l'orientation du pontificat. C'est aussi le jugement de certains qui sont à l'aise avec les dix dernières années et qui applaudissent les efforts du pape François pour afficher la miséricorde de Dieu dans son personnage public, mais qui savent aussi que "plus doux, plus gentil" ne caractérise pas la gouvernance papale dans les coulisses. Parce que l'autocratie papale a créé un miasme de peur, la parrhesia (le "parler librement" encouragé par François) n'est pas l'ordre du jour romain, sauf en privé. Même dans ce cas, elle est rare, car la confiance entre les fonctionnaires du Vatican s'est effondrée. Lorsqu'une âme courageuse ose remettre en question ou critiquer la ligne actuelle de la politique papale, c'est presque invariablement en compagnie de ceux qui partagent les mêmes idées. Le débat sérieux, fraternel et charitable sur l'état actuel de l'Église et du "processus synodal" est largement inexistant.

    Vivre et travailler dans ce bourbier de dysfonctionnements est épuisant, et les incohérences et les contradictions dans les déclarations et la politique du pape qui sont devenues douloureusement apparentes n'aident pas à élever les cœurs.

    Au début de son pontificat, François a loué la décision de son prédécesseur d'abdiquer et a suggéré que l'abdication était une option pour lui. Aujourd'hui, le pape déclare qu'il considère le pontificat comme un travail "à vie".

    Le rôle ambigu du pape dans l'affaire Rupnik - la levée rapide de l'excommunication infligée à un artiste jésuite de premier plan, le père Marko Rupnik, qui a commis de multiples actes de prédation sexuelle et de sacrilège - a intensifié les inquiétudes quant à l'engagement de François à nettoyer l'Église de la saleté des abus sexuels.

    La réforme financière du Saint-Siège, même si elle n'est pas sans résultats, est loin d'être achevée ; le déficit structurel du Vatican et son vaste passif de retraite non capitalisé n'ont toujours pas été sérieusement abordés.

    Les évêques allemands défient ouvertement l'autorité romaine, une grande partie du catholicisme institutionnel allemand semble s'accommoder de l'apostasie et un schisme n'est pas à exclure. La voix du pape en réponse à cette crise est, au mieux, discrète. Tandis que l'autorité des évêques américains pour assurer l'alimentation liturgique de certains catholiques fidèles est réduite à néant.

    Des évêques et des cardinaux qui n'ont qu'une faible maîtrise des vérités fondamentales de la foi catholique continuent d'être nommés, en partie à cause du fait (généralement passé sous silence) que le pape François gouverne souvent de manière impérieuse, sans se soucier des procédures établies.

    L'humeur sombre qui règne à Rome ces jours-ci reflète également l'embarras face au déclin spectaculaire de l'autorité morale du Vatican dans les affaires du monde : le résultat à la fois des commentaires ineptes du pape et des politiques du Vatican qui donnent l'impression que l'Église abandonne les siens. Très peu d'ecclésiastiques de haut rang sont enthousiasmés par la courbette du Saint-Siège devant les mandarins marxistes de la République populaire de Chine, dont le parti communiste joue désormais un rôle de premier plan dans la nomination des évêques. L'approche conciliante du Saint-Siège à l'égard des thugocraties brutales de Cuba, du Nicaragua et du Venezuela ne fait qu'accroître l'embarras. Lorsque les dirigeants de l'opposition demandent au Saint-Siège de défendre vigoureusement l'Église persécutée et les dissidents catholiques emprisonnés dans ces pays, leurs requêtes restent souvent sans réponse - ou ils se voient répondre par un (très) haut fonctionnaire du Vatican que, bien qu'il soit personnellement en sympathie, le pape insiste sur une approche différente.   

    Et puis il y a la peur engendrée par un effort systématique de déconstruction de l'héritage de saint Jean-Paul II. L'Institut Jean-Paul II pour les études sur le mariage et la famille de l'Université pontificale du Latran a été vidé de sa substance ; sa nouvelle faculté, théologiquement "éveillée", n'attire que très peu d'étudiants. L'approche de la vie morale qui a dominé le "processus synodal" jusqu'à présent est un rejet catégorique de la structure fondamentale (et classique) de la théologie morale catholique qui sous-tend l'encyclique Veritatis Splendor de 1993 du pape polonais - tout comme les ambiguïtés délibérées de l'exhortation apostolique de 2016, Amoris Laetitia, ont sapé l'enseignement de Jean-Paul II dans l'exhortation apostolique de 1981 sur le mariage et la famille, Familiaris Consortio.

    En quoi tout cela est l'expression du pape "joyeux" récemment célébré par un admirateur enthousiaste - en quoi tout cela équivaut à ce qu'un autre partisan considère comme le rétablissement de la "véritable autorité" de l'Église - n'est pas évident.

    Tout cela est cependant terriblement triste. L'atmosphère romaine d'aujourd'hui reflète cette tristesse. 

    La chronique de George Weigel est publiée par le Denver Catholic, la publication officielle de l'archidiocèse de Denver. 

    George Weigel est Distinguished Senior Fellow du Ethics and Public Policy Center de Washington, D.C., où il est titulaire de la William E. Simon Chair in Catholic Studies.

  • Le regard critique du Cardinal Müller sur les dix années du pontificat de François

    IMPRIMER

    Du site EucharistieMiséricorde.free (ESM) :

    Paroles accablantes du Cardinal Müller pour les dix années du pontificat de Bergoglio

    Le 15 mars 2023 - E.S.M. - Pour son dixième anniversaire sur le trône, le pape François a donné tant d'interviews qu'il est difficile de s'y retrouver. C'est pourquoi nous publions l'interview très explosive que La Croix a réalisée avec le cardinal Gerhard Müller, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, nommé par le pape Benoît XVI et limogé par le pape François. Le cardinal y trouve non seulement des paroles critiques, mais aussi des mots accablants pour les dix dernières années du pontificat actuel.

    Notez ce que le Cardinal Müller ne dit pas avant tout et comment il répond aux questions sur le Pape François, en soulignant plutôt la mission et l'importance de la papauté. Le cardinal attire plutôt l'attention sur un thème dans lequel il voit un nouveau grand défi : le transhumanisme. Derrière celui-ci, il voit un dangereux totalitarisme idéologique à l'œuvre, une nouvelle misanthropie au nom d'un humanisme purement rhétorique mais fictif contre lequel l'humanité doit se défendre.

    La Croix : Comment voyez-vous ce pontificat, dix ans après  ?

    Cardinal Müller : Je suis théologien et mes catégories sont théologiques et ecclésiologiques. C'est pourquoi je pense qu'il est très important que l'église proclame l'évangile de la volonté universelle de Dieu de libérer tout le monde du péché et de la mort. En ces temps de sécularisation, ce qui me semble le plus important est de proclamer l'importance fondamentale de Jésus-Christ comme médiateur entre Dieu et tous les hommes.

    La mission d'un pape comme principe et fondement visible de l'unité de l'Église dans la foi dans le Christ, Verbe incarné de Dieu, telle qu'énoncée dans la Constitution Lumen Gentium de Vatican II, est donc plus théologique que sociologique ou sociale.

    Jésus n'est ni un prophète ni le fondateur d'une religion. Il est le fils de Dieu. Cela signifie que nous devons proclamer toutes les vérités de la foi chrétienne : la Trinité, salut pour tous les croyants. C'est la norme par laquelle chaque pontificat est mesuré.

    Le pape François est un prédicateur qui utilise des mots simples et il a cette capacité à s'adresser aux gens ordinaires, pas seulement aux théologiens et aux intellectuels. Mais il serait aussi très nécessaire de répondre à notre monde moderne, le monde post-chrétien et anti-chrétien dans lequel nous vivons, surtout en Occident, par l'annonce de Jésus-Christ. L'écologie est une question importante, tout comme le climat et la migration. Mais ces thèmes ne doivent pas nous faire oublier que l'amour du prochain se fonde sur l'amour de Dieu. Cette dimension transcendante et divine doit être soulignée et développée davantage.

    La Croix : Dans votre livre, vous accusez le pape François de manquer de fondement théologique. Pourquoi?

    Cardinal Müller : La mission du pape n'est pas nécessairement de faire de la théologie au sens académique. Mais la dimension théologique et le rappel de la transcendance de l'existence humaine doivent être présents dans le discours. Nous vivons dans un monde de naturalisme et de laïcité qui a oublié la transcendance. Nous sommes créés avec un corps, dans une situation précise, dans un temps précis, avec une dimension sociologique.

    Mais nous ne nous attardons pas sur ces aspects. La tâche du pape, mais aussi des évêques et des prêtres, est de transcender cette immanence. En ce sens, le Concile Vatican II parle de l'orientation transcendante universelle de l'homme. Celle-ci consiste en l'humanisation de l'homme par la grâce surnaturelle. C'est la tâche de l'église aujourd'hui. L'originalité chrétienne consiste précisément dans l'union de la nature et de la grâce, de la raison et de la foi.

    La mission de l'Église est d'apporter des réponses concrètes aux grands défis de notre monde contemporain, comme le transhumanisme ou l'élimination de la différence fondamentale et structurante entre l'homme et la femme. Aujourd'hui, nous avons affaire à un nouveau totalitarisme idéologique.

    La Croix : Néanmoins, le pape dénonce régulièrement la culture du jetable et s'exprime sur ces questions. N'est-ce pas suffisant ?

    Cardinal Müller : Le pape, par exemple, se prononce contre l'avortement, mais il n'y a pas d'initiatives d'envergure à ce sujet. Le Vatican devrait coordonner une défense de l'anthropologie chrétienne car, à l'inverse, ceux qui promeuvent le transhumanisme et la réduction de l'homme à sa dimension économique sont très organisés. Ils ne traitent pas des dimensions philosophiques et anthropologiques de l'homme.

    Aujourd'hui, nous avons besoin d'une nouvelle grande encyclique qui développe une vision morale forte, non pas pour contredire les développements modernes, mais pour les intégrer. Nous ne sommes pas contre la médecine et la communication, mais notre tâche est d'humaniser ces moyens techniques. La technologie est faite pour les gens, pas les gens pour la technologie.

    La Croix : Comment réagissez-vous face à ceux que vous appelez les opposants au Pape ?

    Cardinal Müller : Un évêque ne peut pas s'opposer au pape. Cela contredit sa mission. Il n'y a pas de théologien ou de cardinal plus favorable à la papauté que moi. J'ai écrit des livres sur la structure sacramentelle de l'Église après Vatican II. Mais dans l'histoire, il faut reconnaître que certains papes ont aussi commis des erreurs. Ce fut le cas, par exemple, au Moyen Âge. Certains papes ont également consacré plus de temps à la politique, comme la défense des États pontificaux, qu'à la préoccupation de l'Église du Christ. En son temps, le cardinal Robert Bellarmin reprochait aux papes non pas de déstabiliser la papauté mais d'éclairer sa mission.

    Il est très important que tous les papes aient de bons conseillers. Après tout, un pape n'est qu'un être humain, avec toutes ses possibilités et ses limites en tant que personne. Il appartient donc au Collège des cardinaux de préparer les décisions et de conseiller les papes. Et pour ce faire, le pape ne doit pas seulement s'entourer de ses amis, qui approuvent tout et attendent quelque chose en retour.

    La Croix : Est-ce encore le cas aujourd'hui ?

    Cardinal Müller : Ils ont tous été nommés par François selon son opinion personnelle, et non selon leur compétence théologique et pastorale. C'est la critique que l'on entend partout.

    katholisches.info - Traduction  E.S.M

  • "Oui à la Vie" : des dizaines de milliers de manifestants ont défilé à Madrid

    IMPRIMER

    Marcha por la vida

    De Catholic News Agency (Nicolás de Cárdenas) :

    Des milliers de personnes participent à une marche en faveur de la vie en Espagne pour s'opposer aux lois qui menacent la vie humaine.
     
    Manifestation "Oui à la vie" organisée à Madrid le 12 mars 2023

    13 mars 2023

    Des milliers de personnes ont participé à la marche "Oui à la vie" à Madrid, en Espagne, dimanche, où les organisations parrainantes ont exprimé leur opposition à "toutes les lois et pratiques qui menacent la vie et la nature humaine à tout moment de son existence, ainsi que les entreprises et les idéologies qui les soutiennent".

    L'événement a eu lieu cette année un peu avant la date habituelle du 25 mars, la Journée internationale pour la vie, et a été soutenu par plus de 500 organisations qui font partie de la plateforme "Oui à la vie".

    Plusieurs participants portaient des banderoles avec des messages tels que "Vous ne pouvez pas être catholique et soutenir l'avortement", "Toute vie est une bénédiction de Dieu", "Vivez votre grossesse, donnez la vie", "Les droits de l'homme commencent dans le ventre de la mère", "Aucune mère ne regrette de l'avoir été", et "L'avortement laisse les femmes sans options".

    La marche s'est achevée par un rassemblement sur le Paseo de la Castellana, une grande artère nord-sud de Madrid, dirigé par les influenceurs José Martín Aguado et Carla Restoy.

    L'événement comprenait les témoignages de deux femmes qui ont trouvé de l'aide auprès de pro-vie alors qu'elles étaient sur le point d'avorter.

    Marita est montée sur la scène mobile installée pour l'occasion avec son fils Santiago pour raconter comment le père l'a quittée lorsqu'il a découvert la grossesse. L'assistante sociale lui a recommandé d'avorter, mais Marita a eu la chance de rencontrer des bénévoles de 40 jours pour la vie.

    "Ils m'ont aidée à prendre ma décision. Je suis allée les voir moi-même et leur ai demandé de l'aide. Je voulais sentir que je n'étais pas seule ou abandonnée et ils m'ont fait sentir cela, que j'étais en sécurité. Et j'ai décidé de ne pas aller [à la clinique d'avortement]", a-t-elle raconté.

    "Aujourd'hui, je suis ici avec mon fils, et c'est la meilleure chose qui ait pu m'arriver", a-t-elle déclaré sous les applaudissements enthousiastes des personnes présentes.

    Melisa, une jeune femme enceinte de son quatrième enfant, a également témoigné. "L'assistante sociale m'a demandé ce que j'allais faire avec autant d'enfants, où j'allais aller ; elle m'a dit que l'avortement était la meilleure chose à faire", a-t-elle raconté.

    Cependant, Melisa a quitté la clinique d'avortement et s'est entretenue avec les bénévoles des Sauveteurs Jean-Paul II et de la Fondation More Future, qui lui ont apporté le soutien dont elle avait besoin pour poursuivre sa grossesse.

    Le manifeste de la marche, lu par différents représentants des organisations qui la parrainaient, proclamait que "les êtres humains ont le droit à la vie et d'être traités comme leur dignité le mérite, depuis leur conception jusqu'à leur mort naturelle, à tout moment et en toutes circonstances".

    La déclaration souligne également "la grandeur de la culture de la vie et de ses fruits. Une culture généreuse, accueillante, constructive, joyeuse, qui guérit les blessures et n'abandonne pas".

    Le manifeste rejette "toutes les lois et pratiques qui menacent la vie et la nature humaine à tout moment de son existence, ainsi que les entreprises et les idéologies qui les soutiennent".

    Les représentants ont également demandé "que la vérité biologique de la vie humaine ne soit pas dissimulée" et que "l'on ne mente pas sur ce que sont l'avortement, l'euthanasie, les attaques contre l'embryon, [et] l'idéologie du genre, et que l'on ne nie pas la cruauté, l'injustice et la douleur infligées par la culture de la mort".

    Le manifeste exige "que les soins de santé soient fournis à tous sans exception", des enfants à naître aux malades de toutes sortes, et exprime sa reconnaissance pour le travail des différents groupes pro-vie.

    "Nous soutenons et remercions toutes les personnes et associations qui, dans différents domaines d'action, œuvrent en faveur de toute vie humaine, malgré les nombreuses difficultés et même les persécutions", indique la proclamation.

    Les organisateurs ont promis d'œuvrer pour qu'"aucune loi illégitime et perverse ne soit en vigueur dans notre système juridique" et de plaider pour que "l'Espagne soit une nation avancée, progressiste en termes de droits véritables et conservatrice de valeurs objectives et pérennes".

    La marche s'est terminée par un lâcher de ballons après une minute de silence pendant laquelle on n'a entendu que le battement de cœur d'un bébé obtenu par échographie en direct.

  • N'en déplaise à Mgr Bonny, le plus haut conseiller du pape déclare que l'on ne peut pas faire cavalier seul en matière de bénédiction des unions homosexuelles

    IMPRIMER

    N'en déplaise à Mgr Bonny...

    D'Elise Ann Allen sur CruxNow :

    Le plus haut conseiller du pape déclare que l'Allemagne ne peut pas faire cavalier seul en matière de bénédiction des unions homosexuelles

    14 mars 2023

    ROME - Un conseiller du pape François a déclaré qu'il fallait dialoguer avec les évêques allemands après leur récent vote en faveur de la bénédiction des unions entre personnes de même sexe, insistant sur le fait que cette décision ne correspondait pas à la doctrine officielle de l'Église catholique.

    "Une Eglise locale, particulière, ne peut pas prendre une telle décision qui implique la discipline de l'Église universelle", a déclaré lundi le cardinal italien Pietro Parolin, secrétaire d'État du Vatican.

    "Il doit certainement y avoir une discussion avec Rome et le reste des Églises dans le monde (...) pour clarifier quelles sont les décisions à prendre", a déclaré Mgr Parolin.

    Au cours du week-end, l'influente et riche Église allemande a conclu son processus de réforme controversé "Chemin Synodal", une consultation pluriannuelle lancée en 2019 et visant à donner aux laïcs une voix plus forte après la crise dévastatrice des abus sexuels commis par des clercs dans le pays, qui a encore vidé les bancs de l'église.

    La dernière réunion du processus a rassemblé plus de 200 représentants de la vie catholique en Allemagne, qui ont voté massivement en faveur des bénédictions homosexuelles, mais ont retardé la date de début jusqu'en mars 2026.

    Le Vatican a réaffirmé sa position en 2021 lorsque son Dicastère pour la doctrine de la foi a publié une déclaration contre de telles bénédictions au motif que Dieu "ne peut pas bénir le péché" et qu'il serait "illicite" pour un prêtre d'accorder une quelconque légitimité à des unions entre personnes de même sexe.

    Pourtant, malgré la position du Vatican, 176 participants à la réunion de clôture de la Voie synodale en Allemagne ont voté en faveur de ces bénédictions. Quatorze participants ont voté contre et 12 se sont abstenus, mais la majorité des deux tiers nécessaire a tout de même été atteinte.

    Les participants ont également voté en faveur de l'offre de la communion aux couples divorcés et remariés sans annulation, et ils ont exhorté le pape François à reconsidérer l'exigence du célibat des prêtres.

    S'adressant aux journalistes lundi, Mgr Parolin a réitéré la position de Rome sur la bénédiction des couples de même sexe en se référant à la déclaration du Vatican de 2021, affirmant que "la position de Rome est la suivante" et que le vote des évêques allemands doit être inséré dans le Synode des évêques sur la synodalité, plus large, du pape François, qui aborde des thèmes similaires et se terminera en 2024.

    "Cette décision devrait s'inscrire dans la voie synodale de l'Église universelle. C'est là que seront décidés les développements à venir", a déclaré Mgr Parolin, estimant que le fait que l'Église allemande ait choisi de ne pas offrir de bénédiction aux couples de même sexe jusqu'en 2026 était un bon signe.

    Les représentants du Vatican et les évêques allemands ont eu des échanges sur la voie synodale pendant des années, le pape ayant écrit une lettre à l'Église allemande l'été dernier pour la mettre en garde contre la tentation d'attiser les divisions sur des questions telles que le célibat des prêtres, l'ordination sacerdotale des femmes, la bénédiction des couples de même sexe et une série d'autres questions.

    En novembre, le Vatican a tenté de mettre un terme au processus lors d'une réunion avec plusieurs responsables de départements dans le cadre de la visite ad limina des évêques allemands à Rome, mais le processus s'est poursuivi malgré tout.

    En janvier, plusieurs hauts fonctionnaires du Vatican, dont Mgr Parolin, ont envoyé une lettre, avec l'approbation explicite du pape François, indiquant qu'ils n'accepteraient pas la proposition d'un nouvel organe directeur de l'Église en Allemagne, composé d'évêques et de laïcs, mais des plans sont en cours pour établir cet organe, le Conseil synodal, malgré tout.

    Lire la suite

  • Plusieurs évêques français demandent au pape de reformuler la doctrine catholique sur l'homosexualité

    IMPRIMER

    De Solène Tadié sur le National Catholic Register

    Plusieurs évêques français demandent au pape de reformuler la doctrine catholique sur l'homosexualité

    À la demande d'une association de parents d'homosexuels, ces évêques ont exprimé leur souhait de rendre "plus audible" le message de l'Église sur l'homosexualité.

    13 mars 2023

    Certains évêques français réécrivent "discrètement" la doctrine de l'Église catholique sur l'homosexualité, selon un récent article du quotidien La Croix, qui évoque un mouvement interne à l'Église locale souhaitant rendre "plus audible" la manière dont ce sujet est abordé. 

    L'article de La Croix du 3 mars précise que cette initiative découle de la visite ad limina des évêques français à Rome en septembre 2021, au cours de laquelle certains d'entre eux ont interpellé le cardinal Luis Ladaria, alors président du Dicastère pour la doctrine de la foi, puis le pape François lui-même, sur des paragraphes du Catéchisme de l'Église jugés offensants par des groupes de défense de l'homosexualité dans l'Église. 

    Ces révélations ont été faites au journal catholique par Mgr Hervé Giraud, archevêque de Sens-Auxerre, à l'issue d'une rencontre le 28 février avec des membres de Reconnaissance, une association de parents catholiques d'homosexuels. 

    En mars 2021, quelques mois avant la visite ad limina, les membres de Reconnaissance avaient interpellé les évêques de France sur la "prise en compte de la dignité de leurs enfants" par la doctrine de l'Eglise catholique. Ils s'insurgent notamment contre le paragraphe du Catéchisme qui qualifie les actes homosexuels de "intrinsèquement désordonnés" (2357).

    Selon eux, le Catéchisme, "publié il y a près de 30 ans", traite de cette question "en quelques lignes laconiques et confuses, d'une grande violence pour les personnes qui les lisent pour elles-mêmes ou pour leurs proches". 

    "C'est pourquoi une demande de réécriture du paragraphe traitant de cette question, adressée aux autorités compétentes, nous semble nécessaire et urgente, notamment en raison des apports nombreux et inédits des sciences humaines [au cours des trois dernières décennies]", écrivent-ils. 

    "Sur le plan doctrinal, poursuit la lettre, nous avons besoin d'un langage adapté à la réalité de ce que nous et nos enfants vivons... qui ouvre des chemins de vie au lieu de les fermer en poussant les jeunes au désespoir et les parents au rejet de ce que sont leurs enfants. 

    La lettre affirme également que les références au livre du Lévitique dans l'Ancien Testament, ou à saint Paul dans le Nouveau Testament, sont "inappropriées" en raison de la prétendue méconnaissance de l'époque sur l'homosexualité, qui n'a été définie "comme une orientation sexuelle imposée à la personne" qu'au 19e siècle.

    Sur la page d'accueil de leur site, les membres de l'association affirment que leur lettre a trouvé une oreille attentive auprès de plusieurs évêques, qui leur ont répondu par écrit.

    Mise à jour du site des évêques de France

    Si cela est vrai, cela expliquerait la demande ultérieure faite au pape en 2021, qui, selon La Croix, a invité les évêques à proposer une nouvelle formulation des paragraphes du CEC traitant de l'homosexualité (2357-2359). Cependant, selon des sources vaticanes citées dans l'article, leur proposition a peu de chance d'aboutir, car cette question concerne la morale sexuelle de l'Église dans son ensemble.

    En attendant, la Conférence des évêques de France, par l'intermédiaire de son Conseil Famille et Société, a mandaté des théologiens pour mettre à jour les rubriques de leur site Internet qui traitent de ces questions, afin de les rendre cohérentes avec les "questions d'aujourd'hui". 

    Ces théologiens sont aidés dans leur rédaction par des personnes homosexuelles et des associations de défense, dont Reconnaissance. "Un véritable dialogue s'est désormais instauré et la synodalité se met progressivement en place", notent les membres de l'association sur leur site.

    Lire la suite

  • La Marche pour la Vie, c'est bientôt

    IMPRIMER

    La Marche pour la Vie, c'est bientôt


    La Marche pour la Vie aura lieu 2 avril 2023 !

    • 2 avril 2023
    • 14h00
    • à Bruxelles (lieu exact à déterminer avec les autorités locales)

    Pourquoi nous marchons

    • L’arrêt de la Cour suprême des États-Unis, 40 ans après Roe v. Wade, a renversé sa décision erronée et a clairement reconnu que le droit constitutionnel à l'avortement n'existe pas. Les États-Unis nous donnent à tous un grand espoir ; mais nous, en Belgique, pouvons nous attendre à un activisme (public) pour faire reconnaitre l'avortement comme un droit constitutionnel. En effet, une proposition d'inscrire un droit à l'avortement dans notre constitution a déjà été déposée à la table du législateur constitutionnel. En France, d'ailleurs, c'est la même chose. Descendons ensemble dans la rue pour faire reconnaître qu'un droit à l'avortement n'existe pas et pour demander que notre attention soit portée sur des moyens clairs et concrets qui placent au centre de vraies solutions pour la femme et son enfant à naître.
    • Non seulement la vie à naître est sous pression, mais la vie de nos personnes âgées et malades est également d'autant plus méprisée. Cependant, la Cour européenne des droits de l'homme a condamné la Belgique en 2022 pour une violation du droit à la vie en raison d'un contrôle a posteriori inefficace des cas d'euthanasie. Nous demandons que le parlement belge réforme enfin la commission d'évaluation de l'euthanasie, ce que la Marche pour la vie demande depuis des années, et qu'il s'abstienne de nouvelles extensions de la loi, par ex. l'euthanasie pour les personnes atteintes de démence.
    • Il y a quelques années, la gestation pour autrui était encore condamnée par le Parlement européen, mais récemment des tentatives ont été faites pour imposer la gestation pour autrui à tous les États membres européens en obligeant chaque pays à reconnaitre la filiation par GPA établie dans un autre État membre (où cela est permis par la loi). La Commission européenne essaie d'étendre ses propres pouvoirs et nous demandons donc à la Commission de s'en abstenir, et nous demandons au Parlement belge, au contraire, de préciser que toute GPA est une violation des droits de l’enfant et des principes de l’indisponibilité et la non-commercialisation du corps humain.

    http://www.marchforlife.be/