Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Témoignages - Page 2

  • Aux origines du christianisme romain, sur la tombe de saint Paul

    IMPRIMER

    De Vatican News (Paolo Ondarza) :

    Aux origines du christianisme romain, sur la tombe de saint Paul

    Une dalle romaine portant l'inscription "PAULO APOSTOLO MART"; un lieu de sépulture d'une importante communauté chrétienne; des recherches scientifiques récentes qui permettent d'attribuer à un homme ayant vécu entre le Ier et le IIe siècle, la dépouille mortelle trouvée à l'intérieur d'un sarcophage en marbre brut. Telles sont les données matérielles qui attestent de la présence de «l'Apôtre des Gentils» sous l'autel de la Basilique Saint-Paul-hors-les-Murs. Un lieu riche d'histoire et de foi.

    Au début des années 2000, la figure de Paul de Tarse suscite un regain d'intérêt. Des découvertes sensationnelles mettent au jour d'abord le plus ancien portrait de «l'Apôtre des Gentils» dans les catacombes romaines de Sainte -Thècle, puis un sarcophage de marbre brut sous l'autel papal de la basilique qui renvoie à l'auteur des treize épîtres du Nouveau Testament.

    La reconnaissance scientifique

    La confirmation a été donnée avec une profonde émotion le 29 juin 2009, lors des premières vêpres de clôture de l'Année paulinienne, par Benoît XVI. À cette occasion, le Souverain Pontife avait annoncé les résultats de l'analyse scientifique minutieuse effectuée sur la tombe deux mille ans après la naissance de Paul: une sonde spéciale introduite dans le sarcophage a révélé des traces d'un précieux tissu de lin teint en pourpre laminé avec de l'or pur, d'un tissu bleu avec des filaments de lin, de grains d'encens rouges et de substances protéiques et de chaux. De très petits fragments d'os ont également été trouvés. Soumis à l'examen du carbone 14 mené par des experts ignorant leur provenance, ils ont permis de remonter à une personne ayant vécu entre le Ier et le IIe siècle. «Cela semble confirmer la tradition unanime et incontestée selon laquelle il s'agit de la dépouille mortelle de l'apôtre Paul», avait commenté Benoît XVI avec prudence.

    Une reproduction de la dalle au-dessus du tombeau
    Une reproduction de la dalle au-dessus du tombeau

    Un tombeau jamais ouvert

    Quinze ans après cette annonce, nous nous rendons sur la tombe en compagnie du père Lodovico Torrisi, maître des novices de l'abbaye de Saint-Paul-hors-les-murs, gouvernée depuis le VIIIe siècle par des moines bénédictins. «La tombe n'a jamais été ouverte, explique-t-il, car les vibrations, en enlevant le couvercle, le contact avec la lumière et l'oxygène pourraient détruire, désintégrer, ce qui restait du corps de Paul».

    Lire la suite

  • Saint Olivier Plunkett, primat d'Irlande martyrisé à Londres en 1681 (1er juillet)

    IMPRIMER

    Saint Olivier Plunket, Archevêque et Martyr. Fête le 01 Juillet.

    Notice de l'Encyclopaedia britannica :

    Saint Oliver Plunket, Plunket également orthographié Plunkett, (né en 1629, Loughcrew, County Meath, Irlande. mort le 1er juillet 1681, Londres ; canonisé en 1975 ; fête le 11 juillet), primat catholique romain de toute l'Irlande et dernier homme à avoir souffert le martyre pour la foi catholique en Angleterre.

    Plunket a fait ses études et a été ordonné à Rome, où il a été professeur de théologie au College de Propaganda Fide et représentant des évêques irlandais auprès du Saint-Siège. Nommé archevêque d'Armagh et primat de toute l'Irlande en 1669, il arrive l'année suivante à un moment où, après une répression prolongée, l'Église catholique est fortement désorganisée, avec un seul évêque âgé en liberté. S'efforçant de rétablir l'ordre et la discipline conformément aux préceptes du Concile de Trente, Plunket reste en bons termes avec les Anglais et les protestants jusqu'en 1673, date à laquelle il est obligé de se cacher en raison de nouvelles persécutions. Pendant les cinq années qui suivirent, il travailla dans des conditions de plus en plus difficiles, portées à leur paroxysme par la terreur inspirée par le complot de Titus Oates en 1678. L'année suivante, il fut trahi, arrêté et emprisonné au château de Dublin. Son procès à Dundalk fut rendu absurde par les témoignages ignominieux de l'accusation ; il fut emmené à Londres où, après de longues procédures judiciaires, il fut condamné à être pendu, éventré et écartelé ; la sentence fut exécutée à Tyburn devant une grande foule. Plunket a été béatifié par Benoît XV en 1920 et canonisé par le pape Paul VI le 12 octobre 1975. Sa tête est conservée à Drogheda et son corps à l'abbaye de Downside, près de Bath.

  • Pakistan : les catholiques sont confrontés à d'intenses persécutions et à une discrimination systémique

    IMPRIMER

    De Catalina Scheider Galiñanes sur le NCR :

    Un nouveau rapport met en lumière la situation critique des chrétiens au Pakistan

    « Ils n'ont aucun espoir » : les catholiques du pays sont confrontés à d'intenses persécutions et à une discrimination systémique.

    Des enfants de Lahore, au Pakistan, prient ensemble.
    Des enfants de Lahore, au Pakistan, prient ensemble. (Photo : Gary Yim/Shutterstock)

    La petite minorité catholique du Pakistan est confrontée à de violentes persécutions et à une discrimination systémique, qui se sont intensifiées au cours des dernières décennies.

    Le rapport annuel 2023 de la Commission des droits de l’homme du Pakistan (HRCP) sur la liberté religieuse au Pakistan a été publié au début du mois et a mis en évidence la persécution continue des chrétiens. Le rapport, intitulé « Une culture de la haine : la liberté de religion ou de conviction en 2022/23 » et rédigé par la journaliste pakistanaise Rabia Mehmood, documente les répercussions violentes des lois pakistanaises sur le blasphème, notamment les pillages, les incendies et les attentats à la bombe, ainsi que les assassinats ciblés. Il déclare : « La violence au nom de la religion est de plus en plus devenue le statu quo au Pakistan. »

    Les personnalités publiques chrétiennes sont rares et risquent d’être assassinées. Peter Bhatti, fondateur et président d'International Christian Voice, une organisation canadienne à but non lucratif dédiée à la défense des minorités religieuses pakistanaises, a parlé avec le Register de la persécution des catholiques. 

    Bhatti a déclaré au Register qu’au Pakistan, « il n’y a ni loi ni ordre… l’extrémisme grandit ». Il a fait référence aux attaques généralisées contre les chrétiens en août 2023, au cours desquelles « ils ont réduit en cendres 25 églises et des milliers de personnes ont été forcées de quitter leurs maisons ». 

    Il a ajouté à propos des auteurs : « Malheureusement, avec le temps, ils ont tous été libérés. »

    Bhatti est le frère aîné de Shahbaz Bhatti , le premier et le seul ministre fédéral chrétien pakistanais, assassiné en 2011 pour son opposition aux lois pakistanaises sur le blasphème ; il est reconnu comme martyr, portant le titre de « Serviteur de Dieu » dans l'Église catholique.

    Akash Bashir, autre martyr et serviteur de Dieu du Pakistan, a récemment rejoint Shahbaz Bhatti comme premier candidat pakistanais à la canonisation. Bashir a été tué à l'âge de 20 ans alors qu'il travaillait comme agent de sécurité bénévole pour sa paroisse du diocèse de Lahore. Il a été victime d'un attentat suicide perpétré par le groupe extrémiste islamique Tehreek-e-Taliban Pakistan Jamaatul Ahrar (TTP-JA). Son sacrifice a empêché le kamikaze d'entrer dans l'église et de nuire aux plus de 1 000 catholiques assistant à la messe à l'intérieur.

    Outre l'assassinat de son frère, Bhatti a évoqué l'assassinat en 2011 du gouverneur du Pendjab, Salman Kahn, qui soutenait Asia Bibi , une mère chrétienne faussement accusée de blasphème et emprisonnée pendant 10 ans avant son acquittement par la Cour suprême pakistanaise. Il a expliqué : « Il reste très peu de voix au Pakistan qui soulèvent ces questions. Les voix se taisent en raison du danger mortel que représente le fait de soulever ces questions.

    Lire la suite

  • Quatre nouveaux prêtres ordonnés à Namur

    IMPRIMER

    Du site du diocèse de Namur (Christine Gosselin) :

    Quatre nouveaux prêtres seront ordonnés !

    Les scrutins sont positifs ! L’Esprit-Saint a soufflé généreusement sur le diocèse de Namur emportant avec lui des vocations venues des quatre coins du monde. Mgr Warin se réjouit ! C’est une belle fin d’épiscopat que de pouvoir encore accueillir quatre jeunes prêtres dans son diocèse. Tous ont été formés du Studium Notre-Dame de Namur : José-Miguel Alvarez Silva, originaire de Santiago au Chili ; Luciano Borghese, des Abruzzes en Italie ; Gustavo Lezcano-Hernandes, de Medellin en Colombie, pour le Séminaire Redemptoris Mater ; et Patrick Bodart, originaire de Hingeon, du Séminaire Notre-Dame. Un namurois et trois jeunes missionnaires.  Ce dimanche 30 juin, à 15h, Mgr Pierre Warin les ordonnera prêtres pour le diocèse de Namur en la cathédrale Saint-Aubain. Ils vous invitent à prier pour eux et à les entourer pour ce grand jour. N’hésitez pas à venir en nombre !

  • Geek, cyber-apôtre, le jeune Carlo Acutis sera bientôt reconnu saint

    IMPRIMER

    De Louis Daufresne sur La Sélection du Jour :

    Carlo Acutis : jeune geek, cyber-apôtre et bientôt reconnu saint

    Fin mai, le Vatican attribuait un second miracle au bienheureux Carlo Acutis (1991-2006), adolescent italien mort d'une leucémie fulgurante à l'âge de 15 ans. Cette étape ouvre la voie à sa canonisation, stade ultime de la reconnaissance par l'Église catholique. Le « geek de Dieu » offre l'image d'une sainteté ordinaire, moderne et accessible. De quoi rafraîchir le monde catholique.

    Ni soutane, ni robe de bure mais un sweat à capuche : Carlo Acutis était à l'aise dans sa foi comme dans son époque. Loin de l'iconographie sulpicienne, mièvre et datée, il ne se confondait pas non plus avec les stéréotypes du prosélytisme évangélique ou du conservatisme tradi. Les barrières n'existaient pas pour lui, à l'image du net dont il était un prodige.

    Carlo naît à Londres le 3 mai 1991 dans une famille aisée peu pratiquante. Ses deux grands-mères sont issues de la noblesse italienne. Il est fils unique mais Carlo prédira à sa mère qu'elle sera maman à nouveau. Antonia Salzano aura des jumeaux à l'âge de 43 ans, Michele et Francesca. Lui meurt le 12 octobre 2006 à Monza, près de Milan.

    Fait extraordinaire : son corps est retrouvé « intègre » (et non « intact ») plus de dix ans après sa mort. En 2019, lorsqu'on l'exhume pour sa béatification, les experts ne constatent que des signes minimes de décomposition, ce qui est perçu comme un signe de sa sainteté. L'intégrité « signifie, selon Famille chrétienne, qu'il a subi une décomposition normale mais que tous ses organes ont cependant été préservés. Son visage a été en partie recomposé, avec un réalisme déconcertant ». Une tombe vitrée l'héberge dans la basilique Saint-François à Assise où il voulait reposer. À sa mort, Carlo a la corpulence du Poverello (70 kg, 1 m 82). Il avait d'ailleurs écrit qu'il mourrait lorsqu'il aurait atteint 70 kg. On le voit allongé vêtu d'un jean et de baskets, visage poupin et cheveux de jais bouclés.

    Ce qui étonne chez lui, c'est sa précocité et sa piété. C'est Beata, sa nourrice polonaise, qui lui parle de Dieu pour la première fois et l'emmène à l'église dans sa poussette pour prier la Vierge, raconte Bénédicte Delelis dans une biographie consacrée à ce témoin de l'invisible (éditions de L'Emmanuel, 2022). Dès l'âge de quatre ans, il demande à visiter les lieux saints. À sept ans, il fait sa première communion. À neuf ans, le « geek de Dieu » crée ses premiers sites web ! À onze ans, il monte une exposition virtuelle sur 136 miracles eucharistiques reconnus par l'Église. Ce projet l'occupera jusqu'à sa mort. « Ce qui est incroyable, c'est qu'avec un ordinateur (...) relativement obsolète, il ait réussi à rejoindre des milliers de personnes sur tous les continents », souligne sa mère. Cette exposition est aujourd'hui multilingue.

    Le jeune Carlo conjugue catho et techno« Pas moi, mais Dieu », c'est sa devise. Quand il utilise internet, il ne dépasse jamais une certaine durée. Son autodiscipline est remarquable, à rebours de toutes les injonctions de la société. Il va à la messe et à l'adoration eucharistique tous les jours, se confesse régulièrement. Cela ne l'empêche pas de s'amuser : « Il aime le foot, les animaux et ses amis », écrit Camille de Prévaux, auteur de la BD Carlo Acutis, un saint pour la jeunesse (Plein Vent, 2022). Ses deux chiens, Teddy et Pippy, l'accompagnent souvent pendant ses heures de prière.

    Le jeune Carlo ne vit pas replié sur lui-même. Il défend les élèves victimes d'intimidation, offre des sacs de couchage aux sans-abri avec ses économies, visite des personnes âgées. Ses camarades de classe le consultent. Son charisme est tel qu'il parvient à réunir des jeunes de toutes origines autour de la prière et de la Bible.

    « Tous les hommes naissent comme des originaux, mais beaucoup meurent comme des photocopies, ne permets pas que cela t'arrive ! » recommande-t-il à ses pairs. Cette citation est incluse par le pape François en 2019 dans un long texte adressé aux jeunes, pour les mettre en garde contre un internet guidé par de « gigantesques intérêts économiques » et pollué par de « fausses nouvelles ».

    En 2006, Carlo sait qu'il va mourir bientôt. Face à la maladie, il offre ses douleurs « pour le Pape et pour l'Église ». Il est déclaré « vénérable » à l'été 2018. Un premier miracle, reconnu en 2020 par le Vatican, ouvre la voie à sa béatification, dernière étape avant de devenir saint. Phénomène rare : Andrea et Antonia assisteront à la canonisation de leur fils.

    Le premier miracle remonte à 2013 lorsqu'un enfant brésilien, souffrant de troubles digestifs et d'une rare malformation du pancréas, est sauvé sans opération médicale après que sa famille a prié pour l'intercession de Carlo.

    Le second miracle est l'histoire de Valeria, une étudiante costaricienne de 21 ans grièvement blessée dans une chute de vélo à Florence le 2 juillet 2022. Son état est alors désespéré. Sa mère Liliana se met à prier le bienheureux et se rend le 8 juillet sur sa tombe à Assise, déposant une lettre pour demander la guérison de sa fille. Le miracle survient le jour même, Valeria respire de façon autonome et se rétablit en quelques semaines.

    Ni martyr torturé ou emprisonné, ni missionnaire parti au bout du monde, Carlo Acutis rend la foi catholique accessible aux jeunes générations des sociétés minées par le tout à l'ego et à la tyrannie de l'argent.

    Carlo Acutis bientôt saint, « un signe du ciel » pour sa mère Antonia

    >>> Lire l'article sur Vatican News

  • "Choisissons la vie" : des dizaines de milliers de personnes ont marché pour la vie à Rome

    IMPRIMER

    De Chiara Bertoglio sur Vita Diocesana Pinerolese :

    Marche pour la Vie à Rome

    Pro Vita, in corteo contro l'aborto tra le strade di Roma: "Siamo in 30mila"

    La Marche pour la Vie annuelle de ProVita&Famiglia a défilé dans les rues de Rome le 22 juin 2024 dans une atmosphère festive de musique et de témoignages pour dire "Choisissons la vie".

    Des dizaines de milliers de personnes venues de toute l'Italie ont afflué dans une Rome torride et ensoleillée, bien que caressée par un souffle de vent frais qui a réconforté les manifestants audacieux. Le but de cette visite dans la capitale était en fait de participer à la manifestation annuelle de ProVita&Famiglia, intitulée "Choisissons la vie". Dans un contexte où les "pro-choice" ("pour le choix", lire les avorteurs) s'opposent aux "pro-vie", les organisateurs ont voulu, à juste titre, souligner que le vrai "choix", le seul vraiment libre, est d'accueillir la vie.

    La foule bigarrée des militants pour la vie est de tout âge et de toutes conditions. Il y a des bébés qui ne sont pas encore nés, des tout-petits dans des poussettes (auxquels les mamans offrent continuellement des boissons et des rafraîchissements), des enfants et des jeunes, de nombreux jeunes, des familles plus ou moins nombreuses, des personnes âgées, sans oublier quelques personnes handicapées, des religieux, des personnes consacrées et des prêtres. Tous unis par le même désir de dire qu'il faut une Italie qui croit en la vie, la promeut, la soutient et défend son unicité.

    L'ambiance est celle d'une joyeuse fête de rue : pas de polémique, pas d'agressivité, juste des sourires, des chants, et quelques chorégraphies proposées par les jeunes les plus vifs, prêts à s'enflammer.

    Trois témoignages

    Sur la Piazza della Repubblica, lieu de la rencontre, trois témoignages sont présentés, tous très significatifs.

    Tout d'abord, une femme qui a avorté il y a vingt-cinq ans prend la parole et raconte son histoire avec sobriété, efficacité et une force d'âme vraiment émouvante. Vingt-trois ans, étudiante à l'étranger, son fiancé l'a persuadée d'avorter ; au centre de consultation, personne ne lui a proposé d'alternative, personne ne l'a vraiment écoutée, et tout ce qu'ils ont pu faire, c'est lui dire de "se dépêcher" parce qu'elle avait atteint la limite des trois mois. Tous les détails de "ce jour-là" sont restés gravés dans son esprit et dans son cœur, et l'angoisse de ce qu'elle avait vécu n'a été atténuée que plus tard, lorsqu'elle a pris pleinement conscience de ce qui s'était passé dans une confession. L'espoir lui est revenu lorsqu'elle a compris que ces blessures pouvaient devenir des "failles" par lesquelles la grâce et son témoignage, qu'elle porte aujourd'hui avec courage et passion dans toute l'Italie, pouvaient passer. Un autre pas fondamental a été de donner un nom à cet enfant à naître, qu'elle appelle désormais "Marco" : comme beaucoup d'autres femmes qui ont vécu la même expérience, elle imagine ses anniversaires en le voyant comme un jeune homme qui aime le football et qui a terminé ses études. Un témoignage dont la vérité était palpable et qui a profondément ému de nombreux auditeurs.

    Lire la suite

  • Pakistan : un homme lynché à la suite d'accusations de blasphème

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    ASIE/PAKISTAN - Un homme lynché à la suite d'accusations de blasphème : une campagne d'influence pour promouvoir l'État de droit et la paix est envisagée

    21 juin 2024  
     

    Madyan (Agence Fides) - Une foule violente a lynché un homme accusé d'avoir prétendument blasphémé le Coran dans la ville de Madyan, dans le district de Swat de la province pakistanaise de Khyber Pakhtunkhwa. Il s'agissait d'un citoyen pakistanais de religion musulmane, identifié comme Muhammad Ismail, originaire du Pendjab, qui se trouvait dans la province septentrionale avec sa famille pour y faire du tourisme. Madyan est en effet un lieu touristique situé dans la vallée de Swat, à environ 250 km de la capitale provinciale Peshawar.

    Accusé d'avoir commis un blasphème alors qu'il séjournait dans un hôtel, l'homme a été arrêté hier, 20 juin, par les forces de sécurité et escorté à l'intérieur du poste de police pour le protéger d'éventuelles représailles. Cette protection n'a pas suffi. A l'instigation de messages diffusés par des haut-parleurs dans des mosquées et des centres commerciaux, une foule violente s'est rassemblée devant le poste de police, exigeant que l'homme soit remis à la justice. En cas de refus, la foule a mis le feu au bâtiment, obligeant les policiers en service à fuir pour sauver leur vie. L'homme n'avait plus rien à faire. Après avoir pénétré dans le poste de police, les militants ont lynché et tué le suspect, traînant le corps sur la place publique, où le corps déjà mutilé a été brûlé, comme le montrent des images terrifiantes diffusées sur les médias sociaux. L'arrivée ultérieure d'autres policiers en provenance d'autres lieux a permis de rétablir l'ordre. On ignore pour l'instant si l'un des agresseurs a été arrêté.

    Le ministre en chef de la province de Khyber Pakhtunkhwa, Ali Amin Gangapur, a regretté l'incident et a appelé la population à rester pacifique. "Cette violence est une folie, c'est un suicide pour notre société", a déclaré Fawad Chaudhry, homme politique et ancien ministre de l'information.

    Les agressions extrajudiciaires contre des personnes accusées de blasphème sont récurrentes au Pakistan, où l'accusation de blasphème contre l'islam est également punie de la prison à vie ou de la peine de mort.

    Les organisations de la société civile et les chefs religieux affirment que les accusations de blasphème sont souvent fausses et qu'elles sont exploitées à des fins privées. Le mois dernier, dans la province pakistanaise du Punjab, une foule a attaqué un chrétien, Nazir Masih, 72 ans, après l'avoir accusé d'avoir profané des pages du Coran. L'homme est décédé à l'hôpital des suites de ses blessures. En août 2023, à la suite des accusations de blasphème du Coran, des attaques ont eu lieu dans le quartier chrétien de la ville de Jaranwala, où des foules ont incendié 86 maisons chrétiennes et vandalisé 19 églises et lieux de culte chrétiens.

    Le sénateur catholique Khalil Tahir Sandhu a déclaré à Fides : "Nous sommes choqués par un nouvel épisode de violence de masse. Nous pensons qu'il faut agir. Nous envisageons d'organiser une campagne de sensibilisation contre le lynchage et la violence collective. Nous avons formé une équipe de responsables de la société civile et des communautés religieuses, nous voulons impliquer des représentants du gouvernement, des universitaires et des responsables religieux musulmans. En nous réunissant, nous sommes arrivés à une conclusion commune : il est urgent que des chefs religieux crédibles et des "influenceurs" partagent une campagne médiatique pour lutter contre le problème de la violence de masse et promouvoir l'importance de l'application de la loi dans toutes les situations. Nous voulons élaborer des messages vidéo et des tables rondes sur la paix, l'harmonie interconfessionnelle et la tolérance, avec la participation de chefs religieux au niveau national. Nous pensons qu'il est nécessaire de diffuser des services vidéo sur les chaînes de télévision nationales et régionales, les stations de radio et les médias sociaux.
    (PA) (Agence Fides 21/6/2024) 

  • "Le sang des Congolais continue de couler" (cardinal Ambongo)

    IMPRIMER

    De Vatican News

    Cardinal Ambongo: le sang des Congolais continue à couler

    Près de 150 personnes sont mortes depuis début juin, dans l'Est de la RDC, dans des tueries attribuées au groupe armé ADF, affilié à l'organisation Etat islamique. Pour le Cardinal Fridolin Ambongo, il est déplorable et incompréhensible que le sang de Congolais continue à couler dans l’indifférence de la Communauté internationale. Les chrétiens qui y sont tombés sont des «martyrs», estime-t-il, en faisant le lien avec la béatification de quatre missionnaires en août prochain à Uvira.

    Entretien réalisé par Stanislas Kambashi, SJ – Cité du Vatican

    42 personnes sont mortes au cours d'un massacre commis dans la nuit du 12 au 13 juin dans le territoire de Lubero, faisant passer à près de 150 le nombre des personnes tuées dans la province du Nord-Kivu depuis début juin, selon des autorités locales et la société civile. Lors de l’Angélus du dimanche 16 juin, le Pape François a déploré «les combats et les massacres» de civils dans de ce pays, dont «de nombreux chrétiens» qu'il a qualifiés de «martyrs» de la foi. L’Union Africaine a également condamné ces tueries. Pour le Cardinal Fridolin Ambongo, cette situation est déplorable et incompréhensible. L’archevêque de Kinshasa fustige l’indifférence de la Communauté internationale qui ne s’émeut pas des souffrances du peuple congolais. Il pointe également du doigt certains pays voisins de son pays, la RDC.

    Nous vous proposons l’intégralité de l’entretien qu’il a accordé à Radio Vatican - Vatican News.

    Suivre le cardinal Fridolin Ambongo, archevêque de Kinshasa (RD Congo)

    L’Eglise de la RD Congo se prépare à célébrer un grand événement au mois d’août, la béatification de quatre missionnaires. Et le Pape François vous a délégué pour le représenter à cette cérémonie. Qu’est-ce que cet événement représente pour l’Eglise congolaise?

    Au mois d'août prochain, il y aura un grand événement pour notre église nationale, la béatification des quatre martyrs d'Uvira. Nous savons que parmi ces quatre martyrs, certains ont été massacrés à Baraka et d'autres à Fizi. Mais dans le contexte actuel, vu le problème d'accessibilité, le problème de sécurité, les autorités ont décidé que la cérémonie se passe au siège du diocèse à Uvira. Je remercie le Saint-Père, le pape François, qui m'a fait confiance en me désignant comme son représentant pour un événement aussi important pour la vie de notre Église. Cet événement, qui s'est passé en 1964, la même année du martyre de la Bienheureuse Anuarite, nous donne vraiment à réfléchir. Nous avions cru que le sang des martyrs de 1964 allait aider le Congo à évoluer vers un avenir meilleur. Malheureusement, nous constatons 60 ans après que le sang du peuple congolais continue à couler et que de nouveaux martyrs continuent à tomber dans notre pays.

    Récemment, il y a eu des massacres toujours à l'Est de votre pays. Selon des témoignages, des chrétiens qui ont été tués pour leur foi par un groupe appartenant à l'État islamique. Comment se fait-il que dans un pays à majorité chrétienne, on puisse tuer des chrétiens par une petite minorité d'une autre religion?

    Cette situation qui a révolté la conscience de l'humanité, particulièrement la conscience chrétienne, nous laisse pratiquement sans voix. Et l'image qui a circulé de la tuerie de ces jeunes dans une brousse, je crois, du côté de l'Ituri, révolte profondément, d'autant plus que notre pays, le Congo, est un pays où il y a plus de 90 % des chrétiens et qu'une petite minorité d'islamistes se permettent de massacrer des Congolais, qui filme l'événement et balance sur les réseaux sociaux, c'est tout simplement incompréhensible ce qui s'est passé pour nous. Si nous faisons la relecture avec ce qui s'est passé il y a 60 ans à Uvira, mais aussi dans d'autres diocèses comme le diocèse de Bondo, où des missionnaires ont été massacrés, à Buta où des missionnaires ont été massacrés, on se dit que ces gens sont de nouveaux martyrs et nous devrons penser à promouvoir leur cause pour qu'ils soient présentés comme de nouveaux témoins de la foi des gens qui ont versé leur sang pour la foi en Jésus-Christ.

    Lire la suite

  • Thomas More, champion de la Contre-Réforme

    IMPRIMER

    Saint Thomas More

    Saint Thomas More (source)

    Le 15 juin 1520, Léon X signe la bulle Exsurge Domine contre Luther. Dès le 24, celui-ci rédige son Appel à la Noblesse chrétienne de la Nation Allemande pour l’amélioration de la Chrétienté. C’est une déclaration de guerre à la Papauté. Puis, il lance un violent réquisitoire contre l’Église et ses Sacrements, suivi de la revendication d’une totale liberté du chrétien par rapport à toute autorité ecclésiastique, et d’un appel à la libération des moines par rapport à leurs vœux. Le 10 décembre, à Wittemberg, il brûle la Bulle de l’Antéchrist  !

    Le Roi d’Angleterre a jugé de son devoir d’intervenir. Le 12 juillet 1521 paraît son Assertion des Sept Sacrements, en réponse au réquisitoire de Luther, et se voit décerner le titre de “Defensor fidei” par le pape Léon X.

    Luther répond en lançant avec insolence et mainte grossièreté un défi au roi (…). Celui-ci ne peut décemment relever le défi sans déchoir  : il en laisse le soin à son ami et conseiller l’honorable Sir Thomas More, qui, sans négliger aucune de ses charges publiques répond par un énorme pamphlet  : l’Adversus Lutherum, sous le pseudonyme de Guilelmus Rosseus, le donneur de rossées. L’ouvrage parut en 1523. (…)

    L’ADVERSUS LUTHERUM

    Les sept premiers chapitres du Livre Premier nous apprennent beaucoup sur la personne de Luther. Pour y être vivement rossé, il n’en est pas moins fort exactement observé et critiqué. (…) More fustige l’incommensurable orgueil de ce Docteur. (…)

    Mille détails le dépeignent dans sa pleine vérité, n’en déplaise à ses admirateurs. Thomas More lui reproche sa conduite vulgaire, nous le montrant écrivant ses livres dans la compagnie des buveurs de bière. Puis, plus sérieusement, il lui reproche, à lui qui n’est pas un saint et loin de là, de ne pas distinguer les vices répréhensibles des gens d’église de leurs fonctions toujours saintes et du dépôt de la doctrine et des sacrements qui sont choses divines.

    More manie la langue verte, pour répondre à Luther en son propre langage, parce qu’il jugeait que l’autre le méritait.

    Sur le fond doctrinal, More démontre l’absurdité d’un système selon lequel il ne faudrait rien tenir pour certain qui ne soit prouvé par un texte évident de l’Écriture. Et d’autant plus que Luther falsifie et truque les textes, les oublie ou leur fait dire le contraire de ce qu’ils signifient  ! Avec force, More déclare qu’un tel principe autorise et provoque une destruction totale de l’Église, comme Magistère de vérité, Autorité législative, Dispensatrice des sacrements…

    More défend la primauté et l’antériorité de la Tradition sur l’Écriture. (…) Là, il atteint la vérité la plus profonde  : ce libre-examen fondé sur l’Écriture est une nouvelle forme de rationalisme  !

    Luther fait encore appel à «  l’Église  », mais «  l’Église du Christ  », qui n’est pas l’Église Catholique, devenue à ses yeux Babylone, la Synagogue de Satan. Son Église, c’est l’Église invisible, parce qu’elle doit être sans péché  ? Mais, rétorque Thomas More, Luther veut une Église sans péché  ? Mais pour lui toute œuvre bonne est péché et orgueil et damnation  ; toute œuvre mauvaise au contraire est principe d’humiliation et de salut par la foi. La foi seule sauve, même sans confession  ! Alors, l’Église romaine qui est saturée de péchés devrait être la vraie, dans la foi  ! L’Église des Purs, selon Luther, n’en est que la diabolique caricature, pleine d’orgueil, qui n’a pas besoin de prier et ne peut avoir la foi  ! L’Église romaine se sait pauvre et faible, elle croit, et elle prie…

    Lire la suite

  • "Tout est un cadeau" : Les leçons de Chiara Corbella sur la souffrance

    IMPRIMER

    De Joseph Pronechen sur le NCR :

    "Tout est un cadeau" : Les leçons de Chiara Corbella sur la souffrance

    Humainement, nous ne pouvons rien faire d'autre que de prier et de demander à Dieu la force de vivre cette épreuve en toute sainteté".

    Pope Benedict XVI greets Chiara Corbella with her family in Vatican Square after the General Audience.
    Le pape Benoît XVI salue Chiara Corbella et sa famille sur la place du Vatican après l'audience générale. (photo : Vatican Media / chiaracorbellapetrillo.org)
     
    20 juin 2024

    Une autre cause de sainteté pour une jeune personne progresse rapidement. Le 21 juin, la phase diocésaine de la cause de la Servante de Dieu Chiara Corbella, Petrillo, décédée en 2012, sera officiellement clôturée dans le diocèse de Rome.

    Après avoir donné naissance à un fils puis à une fille, qui n'ont vécu que 30 minutes et ont été baptisés pendant cette période, Chiara et son mari, Enrico, sont devenus les parents de Francesco. Pendant cette période, Chiara a terriblement souffert d'une tumeur cancéreuse qui s'est propagée et qui lui a causé de grandes douleurs et d'intenses souffrances. 

    Pourtant, elle a été un modèle d'amour pour tous au cours de ses épreuves. 

    Elle est décédée le 13 juin 2012, à l'âge de 28 ans. Le cardinal Agostino Vallini a célébré sa messe de funérailles et l'a appelée "la deuxième Gianna Beretta", en référence à sainte Gianna Molla.

    Voici quelques-uns de ses écrits sincères sur la souffrance, glanés sur ChiaraCorbellaPetrillo.org et surtout sur Chiara Corbella Petrillo : A Witness to Joy de Charlotte Fasi, de Sophia Institute Press.

    Dans ses notes, elle écrit

    Aimer une personne signifie
    accepter de ne pas comprendre
    tout d'elle,
    être prêt à être changé et à souffrir,
    renoncer à quelque chose pour elle

    Dans l'écoute de Dieu, il faut
    accepter de ne pas comprendre,
    être disposé à souffrir, à renoncer au mal, c'est-à-dire à choisir [le bien].
    le mal, c'est-à-dire choisir [le bien]

    Aimer une personne signifie :
    accepter de ne pas comprendre
    tout ce qui la concerne,
    être prêt à être changé et à souffrir,
    renoncer à quelque chose pour elle

    Communicante quotidienne, Chiara a affronté sa souffrance sans craindre sa tumeur, notant : "Humainement, nous ne pouvons rien faire d'autre que de prier et de demander à Dieu la force de vivre cette épreuve en toute sainteté."

    Lire la suite

  • Deux prêtres tués en haine de la foi en Albanie seront béatifiés

    IMPRIMER

    De Vatican News (Tiziana Campisi) :

    Deux prêtres tués en haine de la foi en Albanie seront béatifiés

    Au cours de l'audience accordée ce 20 juin au matin au cardinal Semeraro, préfet du dicastère pour les Causes des saints, le Pape a autorisé la promulgation des décrets concernant le martyre du père Luigi Palić, de l'Ordre des frères mineurs, et du père Gjon Gazulli, ainsi que ceux sur les vertus héroïques de trois religieux et d'une laïque appartenant à un institut séculier.

    Deux prêtres tués en haine de la foi en Albanie au siècle dernier et donc martyrs seront béatifiés: le père Louis Palić, de l'Ordre des frères mineurs, qui a été arrêté, battu, torturé puis assassiné en 1913 par des soldats monténégrins pour s'être opposé aux exactions perpétrées sur la population et à la campagne de conversions forcées à l'orthodoxie à laquelle les catholiques et les musulmans monténégrins ont été contraints, et le Père Gjon Gazulli, prêtre diocésain, condamné sur la base de fausses accusations et pendu en 1927 parce que ses activités étaient considérées par le gouvernement comme un obstacle à la réalisation du plan pour l'unité de la population, qu'il voulait, à des fins politiques, libérer de toute appartenance confessionnelle.

    Au cours de l'audience accordée ce matin au cardinal Marcello Semeraro, préfet du dicastère pour les Causes des saints, le Pape François a autorisé la promulgation des décrets reconnaissant leur martyre et ceux concernant les vertus héroïques de quatre serviteurs de Dieu: Isaia Columbro, frère mineur ; Maria Costanza Zauli, fondatrice des Servantes adoratrices du Très saint Sacrement (Ancelle Adoratrici del Santissimo Sacramento) ; Ascensión Sacramento Sánchez Sánchez, de l'Institut séculier Cruzada Evangélica ; Vincenza Guilarte Alonso, religieuse de la Congrégation des Filles de Jésus. Elles sont aujourd'hui vénérables. Nous vous proposons un bref portraits de ces hommes et femmes.

    Un religieux fidèle à sa mission

    Louis Palić, est né à Janjevo, au Kosovo, le 20 février 1877. Il grandit dans un milieu très religieux, à tel point que deux de ses frères choisissent également de se consacrer à Dieu. Il demande à être admis dans l'Ordre des Frères Mineurs à Cortemaggiore, en Italie, et est ordonné prêtre en 1901. Envoyé pour exercer son ministère dans la mission albanaise, il est nommé en 1907 recteur du couvent franciscain de Gjakova et, en 1912, il devient collaborateur de la paroisse de Peje, un territoire qui, après la première guerre des Balkans, avait été occupé par les Monténégrins, alliés des Serbes, qui avaient lancé une politique très répressive à l'encontre de la population albanaise, contraignant catholiques et musulmans à des conversions forcées à l'orthodoxie. Le père Palić prend la défense des uns et des autres et les exhorte à rester fidèles à leurs croyances. Conscient des dangers qu'il encourt, il reste à son poste et continue d'exercer son ministère par fidélité à sa mission. Les autorités monténégrines ordonnent son arrestation le 4 mars 1913. Emmené en prison, le frère mineur est battu et torturé, et le 7 mars, avant même son procès, dépouillé de son habit religieux, les soldats le tuent.

    Un prêtre courageux

    Gjon Gazulli est originaire d'un petit village près de Shkodra, Dajç de Zadrima, en Albanie. Né le 26 mars 1893, il devient prêtre en 1919. Curé à Gjader, à Qelez di Puka et à Koman, il réussit partout à se faire aimer de la population en lui apportant aide et encouragement. Il crée une école paroissiale pour l'enseignement de la religion catholique, mais est tenu à l'œil par le gouvernement pour avoir prétendument entravé l'éducation commune des musulmans et des chrétiens. Détesté par les autorités politiques pour la forte influence qu'il exerçait sur la population locale et les autres curés au niveau moral et religieux, alors que de nombreux prêtres quittaient l'Albanie, soumis au régime instauré par le président de la République Ahmet Zogu, le père Gazulli resta parmi les siens. Arrêté le 28 décembre 1926 et soumis à un simulacre de procès, il fut condamné sur de fausses accusations et pendu sur la place de Shkodra le 5 mars 1927.

    Lire la suite

  • Mgr Delville, évêque de Liège, sur KTO

    IMPRIMER

    De KTO TV :

    Mgr Jean-Pierre Delville - Diocèse de Liège (Belgique)

    17/06/2024

    Mgr Jean-Pierre Delville, évêque du diocèse de Liège, est l’invité de "La vie des diocèses" pour parler de l’actualité et des enjeux pastoraux de l’Eglise catholique dans la Province de Liège, en Belgique.

    REPORTAGE à la rencontre des prêtres retraités, âgés de plus de 75 ans, accompagnés le service pour la Santé des acteurs pastoraux, l’organe prévu par le diocèse pour aider ces prêtres dans leurs démarches du quotidien, mais aussi pour leur permettre d’assumer une mission, quelle qu’elle soit. Céline Matthieu, assistante sociale et responsable de l’équipe pour la santé des prêtres au sein du Vicariat, et le père Matthias Schmetz, 83 ans, lui-même responsable des prêtres visiteurs, expliquent leur mission.

    INTERVIEW : Dans le cadre du Synode, le diocèse de Liège a choisi d’entamer une réflexion spécifique sur la question des « ministères institués », en lien avec le motu proprio « Spiritus Domini », promulgué en 2021, dans lequel le pape François a notamment ouvert aux laïcs le lectorat et l’acolytat. Eclairage de Delphine Mirgaux, doctorante en droit canonique, sur la mise en oeuvre de ces ministères institués... Projet européen, Fête-Dieu à Liège, avenir des églises et des chapelles, pastorale des jeunes, Mgr Jean-Pierre Delville revient sur les principaux sujets de la vie du diocèse à l’occasion de cette émission, présentée par Honorine Grasset.