Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • Action pour la Famille, Marche pour la Vie et protection de l'embryon humain

    IMPRIMER

    MARCHE POUR LA VIE DU 24 MARS 2013

    Malgré le froid, la concurrence d’autres activités et manifestations, et les annonces contradictoires, plus de 800 personnes ont marché pour la vie dimanche. Voyez la vidéo de la marche et de très beaux témoignages sur

    http://www.youtube.com/watch?v=-085CoYpkPs&feature=youtu.be

    Un tout grand merci à celles et ceux qui se sont déplacés dimanche, et aussi à celles et ceux qui nous ont soutenus ! Nous vous donnons d’ores et déjà rendez-vous le dimanche 30 mars 2014 pour la prochaine Marche pour la vie.

    Lors de la marche, l’accent a été mis sur l’opposition à l’élargissement de l’euthanasie, discutée en ce moment au Sénat. Des propositions de loi ont été déposées en faveur de l’euthanasie de déments, de malades Alzheimer et de mineurs, y compris de nouveaux-nés ! Cette idéologie de l’euthanasie pour tous, quel que soit l’âge, donne à des tiers la possibilité de décider de la vie d’autrui, et ce au mépris de l’autonomie et de la liberté des personnes. C’est l’entourage qui décidera de mettre fin à la vie de nouveaux-nés, de déments et de malades Alzheimer, en fonction de l’évaluation de la gravité de la maladie.

    Action pour la famille est fermement opposée à tout élargissement de la loi actuelle sur l’euthanasie.

    Autre chose importante : dans le cadre d’une initiative citoyenne européenne, nous vous encourageons à signer une pétition sur le site de l’Union europénne, en faveur de la protection de l’embryon humain. Si cette pétition recueille un million de signatures, la Commission européenne sera invitée à transmettre une proposition législative au Parlement européen. L’objectif de cette pétition est de faire en sorte que la dignité et l’intégrité de l’embryon soient respectées. Ceci a été établi par l’arrêt Brüstle contre Greenpeace par la Cour européenne de justice (Luxembourg) qui définit l’embryon comme le commencement du processus de développement d’un être humain. Afin d’être cohérente dans l’exercice de ses compétences, l’Union européenne devrait interdire et mettre fin au financement des activités qui impliquent la destruction d’embryons humains, en particulier dans les domaines de la recherche, de l’aide au développement et de la santé publique.

    Je signe la pétition

    Action pour la famille asbl – Actie voor het gezin vzw

    Action pour la famille asbl est une association citoyenne, pluraliste et indépendante qui ne reçoit aucune subvention d’organisations publiques ou privées. Vous trouverez des infos sur nos actions ainsi que des documents et prises de position sur notre site internet

    http://www.actiegezin-actionfamille.be/

  • Embryons humains : l'archevêque de Rennes en appelle à une "écologie humaine" indépendante des intérêts financiers

    IMPRIMER

    Tribune parue dans Le Figaro du 27 mars 2013 et reprise sur le site du diocèse de Rennes

    « Le primat de l'humain : un signal fort » : une tribune de Mgr d'Ornellas

    Mgr Pierre d’Ornellas, Archevêque de Rennes, s’exprime dans une tribune parue dans le quotidien le Figaro, sur le projet de loi qui sera examiné cette semaine par les parlementaires. Il pose deux questions : peut-on autoriser la recherche sur l’embryon humain et élargir l’AMP aux personnes de même sexe ? Mgr d’Ornellas appelle à une « ’écologie humaine’, plus urgente que l’écologie concernant l’environnement. » et demande « un débat sous forme d’États généraux » comme prévu dans la loi de bioéthique.

    Notre loi de bioéthique est issue d’un vrai débat de société ; l’Église catholique s’y est engagée par le « dialogue ». Selon cette loi, la recherche sur l’embryon humain et ses cellules est par principe interdite, et les techniques d’assistance médicale à la procréation (AMP) ne sont possibles qu’en cas d’infertilité médicalement constatée. Or, des parlementaires veulent modifier ces deux points essentiels : d’abord, en autorisant par principe la recherche sur l’embryon humain ; ensuite, en faisant de l’AMP un contournement de « l’infertilité sociale » entre deux personnes de même sexe. Ces changements sont-ils opportuns ?

    Lire la suite

  • Niger : l'Eglise catholique face à la montée de l'islamisme

    IMPRIMER

    Lu sur Le Salon Beige :

    L’Église catholique au Niger craint la montée de l'islamisme

    "L’hostilité rampante contre la petite minorité chrétienne du Niger – un pays multiethnique très pauvre de près de 16 millions d’habitants, enclavé au cœur de l’Afrique occidentale – est récente. « C’est le fait de groupes islamistes qui se sont développés ces dernières années, pas de la majorité musulmane traditionnelle, à l’islam plutôt tolérant », confie Roberto Simona, responsable pour la Suisse romande et italienne de l’Aide à l’Église en détresse (AED) (...)

    Les premières communautés catholiques dans ce pays peuplé à 98 % de musulmans ont été créées par des fidèles venant des pays limitrophes. Mais ces chrétiens – 22 000 catholiques aujourd’hui –, bien qu’installés parfois depuis plusieurs générations, sont encore souvent considérés comme des étrangers (...)

    Le 14 septembre dernier, des fanatiques musulmans ont ainsi incendié l’église catholique de Zinder, sous le prétexte du lancement sur Internet du film L’innocence des musulmans, un pamphlet anti-islamique produit aux États-Unis. Les manifestants ont défoncé la porte de l’église, qu’ils ont complètement saccagée. Les livres liturgiques ont été brûlés, les objets cultuels de valeur emportés ou détériorés, le tabernacle profané, la statue de la Vierge brisée…

    À Maradi (sud), et dans d’autres chefs-lieux, les communautés chrétiennes vivent dans la peur. « C’est une situation nouvelle, témoigne un prêtre qui a été victime d’une agression. Il y a un an, on vivait ici encore dans la tolérance réciproque. Il arrive ainsi que, pendant la messe, l’église soit attaquée à coups de pierres ou que la célébration soit interrompue à cause de fanatiques qui, à l’aide de haut-parleurs, lisent le Coran sur la place de l’église. C’est une haine contre les chrétiens qui ne s’explique pas. Lors d’une rencontre exceptionnelle avec un converti, ce dernier m’a affirmé qu’il avait haï parce qu’on lui avait dit de haïr ! »"

  • De la pilule au mariage gay : un programme idéologique cohérent ?

    IMPRIMER

    Telle est l'analyse, assez cohérente, proposée par Michel Pinton, ancien secrétaire général de l'UDF (France) dans un courriel adressé à un jeune député :

    "... la loi Taubira n'est pas l'émancipation des homosexuels mais l'accomplissement d'une idéologie. C'est vers cet accomplissement que convergent toutes nos lois « sociétales » depuis un demi-siècle. Pour le comprendre, il nous faut revenir à leur mère commune, la loi Neuwirth (1967).

    A l'époque, les progrès rapides de la biologie ont conduit à un mode simple et efficace de contraception chimique. Le succès de la « pilule » fut immédiat : elle apparut à la quasi-totalité des couples comme l'instrument décisif qui leur permettrait de maîtriser leur fécondité. En elle-même leur aspiration était légitime. Le législateur ne pouvait y rester insensible. La loi Neuwirth est née de là. Mais la pilule et le stérilet ont apporté aussi avec eux un autre effet, sous-estimé jusqu'à aujourd'hui. En refoulant ou en contrariant les lois naturelles propres au corps, ils ont accrédité la croyance que ce dernier n'est qu'un outil à la disposition de l'esprit de chaque individu. Et les esprits, n'éprouvant plus les contraintes des corps, ont aspiré à une autonomie sans limite. La contraception chimique et mécanique, telle que les techniques l'ont façonné il y a un demi-siècle, a donc eu de grandes conséquences morales : c'est d'elle que vient la fragilité des couples contemporains, qui ne connaissent plus la solidarité croisée des corps et des esprits ; d'elle encore, l'indifférence aux lois du corps, qui se manifeste par exemple dans l'égalité exigée entre hétéro et homosexualité ; d'elle toujours, le refus de son propre corps, réclamé par ceux qui veulent changer de se.xe et, sous une forme différente, par les partisans de l'euthanasie ; d'elle enfin, cette aspiration à être soi contre la vie de son corps, dont témoigne le droit à l'avortement. L'euthanasie, l'avortement, l'homosexualité ont toujours existé. Mais c'est seulement dans le sillage de la contraception chimique qu'ils ont réclamé une reconnaissance positive.

    Lire la suite

  • Jeudi Saint : Pange Lingua

    IMPRIMER

    Pange lingua - Tantum ergo sacramentum : hymne au Très Saint-Sacrement

    Cete prière écrite par Saint Thomas d'Aquin, est par excellence le chant du Jeudi saint, jour de l'Institution de la Cène. Centrée sur la contemplation du corps et du sang du Christ, sous les espèces du pain et du vin, l'hymne s'achève par le "Tantum ergo sacramentum", qui vient en action de grâce et insiste sur la nouveauté radicale de ce sacrement.

    Saint Thomas d'Aquin (SOURCE)

    Pange lingua gloriosi
    Corporis mysterium,
    Sanguinisque pretiosi,
    Quem in mundi pretium
    Fructus ventris generosi,
    Rex effudit gentium.

    Nobis datus, nobis natus
    Ex intacta Virgine
    Et in mundo conversatus,                       
    Sparso verbi semine,
    Sui moras incolatus
    Miro clausit ordine.

    In supremae nocte cenae
    Recum bens cum fratribus,
    Observata lege plene
    Cibis in legalibus,
    Cibum turbae duodenae
    Se dat suis manibus

    Verbum caro, panem verum
    Verbo carnem efficit:
    Fitque sanguis Christi merum,
    Et si sensus deficit,
    Ad firmandum cor sincerum
    Sola fides sufficit.

    Tantum ergo Sacramentum
    Veneremur cernui:
    Et antiquum documentum
    Novo cedat ritui:
    Praestet fides supplementum
    Sensuum defectui.

    Genitori, Genitoque
    Laus et iubilatio,
    Salus, honor, virtus quoque
    Sit et benedictio:
    Procedenti ab utroque
    Compar sit laudatio. Amen.
    Chante, ô ma langue, le mystère
    De ce corps très glorieux
    Et de ce sang si précieux
    Que le Roi de nations
    Issu d'une noble lignée
    Versa pour le prix de ce monde

    Fils d'une mère toujours vierge
    Né pour nous, à nous donné,
    Et dans ce monde ayant vécu,
    Verbe en semence semé,
    Il conclut son temps d'ici-bas
    Par une action incomparable :

    La nuit de la dernière Cène,
    A table avec ses amis,
    Ayant pleinement observé
    La Pâque selon la loi,
    De ses propres mains il s'offrit
    En nourriture aux douze Apôtres.

    Le Verbe fait chair, par son verbe,
    Fait de sa chair le vrai pain;
    Le sang du Christ devient boisson;
    Nos sens étant limités,
    C'est la foi seule qui suffit
    pour affermir les coeurs sincères.

    Il est si grand, ce sacrement !
    Adorons-le, prosternés.
    Que s’effacent les anciens rites
    Devant le culte nouveau !
    Que la foi vienne suppléer
    Aux faiblesses de nos sens !

    Au Père et au Fils qu’il engendre
    Louange et joie débordante,
    Salut, honneur, toute-puissance
    Et toujours bénédiction !
    A l’Esprit qui des deux procède
    soit rendue même louange. Amen.
  • Jeudi Saint : Trouvons notre gloire dans la Croix de Jésus

    IMPRIMER

    Ant. ad Introitum. Introitus. Gal. 6, 14. Introït
    Nos autem gloriári opórtet in Cruce Dómini nostri Iesu Christi : in quo est salus, vita et resurréctio nostra : per quem salváti et liberáti sumus. Il faut que nous nous glorifions dans la croix de Notre-Seigneur Jésus-Christ ; en qui est notre salut, notre vie et notre résurrection, et par qui nous avons été sauvés et délivrés.
    Ps. 66, 2.  
    Deus misereátur nostri, et benedícat nobis : illúminet vultum suum super nos, et misereátur nostri. Que Dieu ait pitié de nous et qu’il nous bénisse ; qu’il fasse luire sur nous la lumière de son visage et qu’il nous fasse miséricorde.
  • Commérer, c'est faire comme Judas

    IMPRIMER
    Dire du mal des autres, c'est trahir Jésus comme Judas
    Par le pape François

    Anne Kurian

    ROME, 27 mars 2013 (Zenit.org) - Le pape François a comparé les commérages à la trahison de Judas, au cours de la messe de 7h, ce 27 mars, Mercredi Saint, en la chapelle de la Maison Sainte-Marthe, dans son homélie rapportée par Radio Vatican.

    L’Evangile de ce jour rapporte la trahison de Judas, « l’un des douze, un des amis de Jésus, un de ceux qui lui étaient le plus proches », a fait observer le pape, pour 30 pièces d’argent (Matthieu 26,14-25).

    Pour le pape François, Jésus devient « comme une marchandise : il est vendu ». Et cela arrive « tant de fois aussi dans le marché de l’histoire … dans le marché de notre vie, quand nous choisissons aussi les 30 deniers et laissons Jésus de côté, nous voyons le Seigneur qui est vendu », a-t-il poursuivi.

    Le pape est allé plus loin : « Parfois, avec nos frères, avec nos amis, entre nous, nous faisons quasiment la même chose », notamment « quand nous jasons les uns sur les autres ».

    Pour le pape en effet, le commérage est aussi « vendre » et « la personne sur laquelle nous jasons est une marchandise, devient une marchandise: c’est ce que Judas a fait ».

    « Je ne sais pas pourquoi, mais il y a une joie obscure dans le fait de commérer », a ajouté le pape, qui a fait remarquer « avec quelle facilité nous faisons cela » : « Parfois les conversations commencent par de bonnes paroles, et, à l’improviste, arrive le commérage.»

    Le pape a comparé le fait de médire au fait d’« écorcher l’autre » : « Chaque fois que nous jasons, chaque fois que nous ‘écorchons’ l’autre, nous faisons la même chose que Judas », a-t-il insisté.  

    Or, Judas, lorsqu’il a trahi Jésus, « avait le cœur fermé, il n’avait pas de compréhension, il n’avait pas d’amour, il n’avait pas d’amitié », a-t-il estimé, en soulignant que pour l’homme qui cancane, tout devient marché : « Nous vendons nos amis, nos parents ».

    Le pape François a donc invité à « ne jamais dire du mal des autres personnes » : « Demandons pardon parce que nous le faisons à l’ami, mais aussi à Jésus, car Jésus est en cet ami, en cet amie. Et demandons la grâce de n’‘écorcher’ personne, de ne jaser sur personne », a-t-il ajouté.

    "Et si, a-t-il ajouté, nous nous apercevons que quelqu’un dit du mal de nous, ne rendons pas la justice avec notre langue, mais prions le Seigneur pour lui, en disant “Seigneur, aide-le!”. »

  • Quand Thérèse décline le verbe aimer

    IMPRIMER

    Le Jeudi Saint est par excellence le jour de l'Amour... Un florilège dans les écrits de Thérèse de Lisieux :

    Le Christ est mon amour, il est toute ma vie. (Poésie 26) 

    Je ne puis craindre un Dieu qui s'est fait pour moi si petit… Je l'aime !… Car il n'est qu'amour et miséricorde. (Lettre 196) 

    Pour vous aimer comme vous m'aimez, il me faut emprunter votre propre amour, alors seulement je trouve le repos. (Manuscrit C, 35) 

    Pour moi, je ne connais pas d'autre moyen pour arriver à la perfection que 'l'amour'... Aimer, comme notre coeur est bien fait pour cela!... (Lettre 109)

    Je comprends si bien qu'il n'y a que l'amour qui puisse nous rendre agréables au bon Dieu que cet amour est le seul bien que j'ambitionne. ( Lettre 196) 

    Vivre d'amour, c'est donner sans mesure, Sans réclamer de salaire ici-bas. Ah ! sans compter je donne, étant bien sûre Que lorsqu'on aime on ne calcule pas. (Poésie 17)

    Aimer, c'est tout donner et se donner soi-même. (Poésie 54) 

    Oh ! que notre religion est belle, au lieu de rétrécir les cœurs, comme le croit le monde, elle les élève et les rend capables d'aimer, d'aimer d'un amour presque infini, puisqu'il doit continuer après cette vie. (Lettre 166)

    Voilà comment se consumera ma vie. N'ai d'autre moyen de te prouver n amour, que de jeter des fleurs, c'est-à-dire de ne laisser échapper aucun petit sacrifice, aucun regard, aucune parole, profiter de toutes les plus petites choses de les faire par amour. (Manuscrit B, 4)

    Mes mortifications consistaient à briser ma volonté, toujours prête à s'imposer, à retenir une parole de réplique, rendre de petits services sans les faire valoir. (Manuscrit A. 68)

    Surtout ne lui refusons pas le moindre sacrifice. Tout est si grand en religion… Ramasser une épingle par amour peut convertir une âme ! Quel mystère ! Ah ! c'est Jésus qui peut seul donner un tel prix à nos actions, aimons-le donc de toutes nos forces. (Lettre 164) 

    Je ne veux pas amasser de mérites pour le Ciel, je veux travailler pour votre seul Amour, dans l'unique but de vous faire plaisir, de consoler votre Cœur Sacré en vous sauvant des âmes qui vous aimeront éternellement. (Acte d'offrande) 

    Je sentis en un mot la charité entrer dans mon cœur, le besoin de m'oublier pour faire plaisir et depuis lors je fus heureuse ! (Manuscrit A, 45) 

    Je comprends maintenant que la charité parfaite consiste à supporter les défauts des autres, à ne point s'étonner de leurs faiblesses, à s'édifier des plus petits actes de vertus qu'on leur voit pratiquer. 

    Quand vous êtes exaspérée contre quelqu'un, le moyen de retrouver la paix c'est de prier pour cette personne. (CSG, 150)

    Afin de n'être pas jugée du tout, je veux toujours avoir des pensées charitables, car Jésus a dit: "Ne jugez pas et vous ne serrez pas jugés." (Manuscrit C, 13)

    Jésus ne regarde pas autant à la grandeur des actions ni même à leur difficulté qu'à l 'amour qui fait faire ces actes. (Lettre 65) 

    Voilà donc tout ce que Jésus réclame de nous, il n'a point besoin de nos œuvres, mais seulement de notre amour. (Lettre 196) 

    Quelle grâce quand le matin nous ne nous sentons aucun courage, aucune force pour pratiquer la vertu.(…) C'est alors le moment difficile, on est tenté de laisser tout là ; mais dans un acte d'amour, même pas senti, tout est réparé et au-delà ; Jésus sourit… (Lettre 165) 

    J'ai compris que sans l'amour, toutes les œuvres le sont que néant, même les plus éclatantes…(Manuscrit A, 81)

    Je compris que si l'Eglise avait un corps, composé de différents membres le plus nécessaire, le plus noble de tous ne lui manquait pas, je compris que l'Eglise avait un coeur, et que ce coeur était brûlant d' amour. (Manuscrit B, 3)

    Je compris que l'Amour seul faisait agir les membres de l'Eglise, que l'Amour renfermait toutes les vocations, que l'Amour était tout, qu'il embrassait tous les temps t tous les lieux… en un mot qu'il est éternel ! : ô jésus, mon Amour, ma vocation enfin je l'ai trouvée, ma vocation c'est l' Amour ! (Manuscrit B, 3)

    source  : http://www.couventsaintetherese.com/therese/ecrits/PE_Amour.asp

  • France : encore quelques heures pour agir afin que l'embryon humain ne devienne pas du matériau de laboratoire

    IMPRIMER

    Soyons au rendez-vous avant qu’il ne soit trop tard.


    Urgence Assemblée Nationale : l’embryon humain ne doit pas devenir un matériau de laboratoire !

     

    Nous sommes à J-1 avant le passage en séance publique de la proposition de loi qui vise la levée de l’interdiction de la recherche sur l’embryon humain. 


    48 000 personnes ont déjà signé la pétition en ligne Vous trouvez ça normal ? pour maintenir le principe d’interdiction inscrit dans la loi de bioéthique.


    Objectif : 50 000 signatures avant le passage du texte à l’Assemblée Nationale demain, jeudi 28 !

     

    Un lien, un clic, une seconde !


    Besoin d’infos ?

    ·         Ecoutez l’interview de Jean-Marie Le Méné sur RCF ce matin, interrogé par Christian Vadon.

    ·         retrouvez en ligne tous les numéros du journal hebdomadaire de la campagne et le dernier.

    ·         Télécharger, lisez et diffusez le tract à décryptage express.

  • Le discours (décisif ?) du cardinal Bergoglio avant le Conclave ...

    IMPRIMER

    Zenit.org a mis en ligne un discours prononcé par la cardinal Bergoglio lors des fameuses "congrégations" qui ont précédé la tenue du conclave. Il a clairement exposé sa conception d'une Eglise qui doit "sortir d'elle-même" pour évangéliser et son rejet d'une Eglise "mondaine" qui s'enfermerait dans un discours "autoréférentiel". Il ne faut pas être grand clerc pour constater que les premières déclarations du pape, lors des homélies, des allocutions et de l'audience générale de ce matin vont toutes dans ce sens. On peut évidemment penser que celui qui a tenu un tel discours s'est automatiquement exposé à être pris au pied de la lettre par ses pairs qui ont pu voir en lui l'homme déterminé tout désigné pour monter sur la chaire de Pierre...  

    (Source : ZENIT.org)

    Au cours de l’homélie de la première messe qu’il a célébrée à Cuba (dont il est l'archevêque ndB), après plusieurs semaines passées à Rome pour l’élection du nouveau pape, le cardinal Jaime Ortega a révélé les propos que le cardinal Jorge Mario Bergoglio avait tenus lors de la congrégation générale des cardinaux avant d’entrer en conclave. Le pape l'a autorisé à le faire.

    Le cardinal Jorge Mario Bergoglio a prononcé un discours « magistral, perspicace, captivant et authentique », a-t-il déclaré, au cours de la messe célébrée à la cathédrale de la Havane,  samedi dernier, 23 mars, en présence du nonce apostolique à Cuba, Mgr Bruno Musarò, celle des évêques auxiliaires Alfredo Petit Havana et Juan de Dios Hernández, et du clergé invité à renouveler ses vœux sacerdotaux.

    Il a précisé que l’intervention du cardinal Bergoglio s’articulait en quatre points et reflétait sa vision personnelle de l’Eglise, telle qu’elle se présente aujourd’hui.

    L’évangélisation. Il affirmait que « l’Eglise doit tout quitter et se tourner vers les périphéries », pas seulement géographiques, mais également humaines et existentielles, qu’elle doit aller vers les plus petits, approcher les personnes où se manifeste le péché, la douleur, l’injustice et l’ignorance.

    Critique de l’Eglise « autoréférentielle » et du regard que celle-ci  porte sur elle-même, qui est proche du « narcissisme théologique », un regard qui l’éloigne du monde et qui fait qu’elle « prétend tenir Jésus Christ pour elle, sans le faire sortir dehors ».

    Conséquences, selon le cardinal Jorge Mario Bergoglio, de cette vision autoréférentielle : l’Eglise n’évangélise pas et verse dans une vie mondaine pour elle-même.

    Conclusion : l’archevêque de Buenos Aires, invitait à tenir compte de ces graves conséquences pour « avoir une idée claire des changements et réformes dont l’Eglise a urgemment besoin ».

    Dernier point : le cardinal Bergoglio confiait aux cardinaux  qu’il espérait en un « homme qui, partant de la contemplation de Jésus Christ, pourrait aider l’Eglise à se rapprocher des périphéries existentielles de l’humanité ».

    En donnant toutes ces caractéristiques sur le nouveau pape, le cardinal Bergoglio pouvait-il imaginer que c’est à lui que serait revenu la tâche de réparer la barque de Pierre ?

    Le cardinal Ortega a été si touché par tout ce qu’il avait entendu qu’il a demandé à Jorge Mario Bergoglio  s’il pouvait avoir son texte. L’archevêque de Buenos Aires lui a dit qu’il avait pris quelques notes mais ne l’avait pas rédigé.

    Le lendemain matin, le cardinal Bergoglio « dans une extrême délicatesse » a remis au cardinal Ortega une feuille sur laquelle il avait reconstitué les points de son intervention. Le cardinal Ortega lui a demandé s’il pourrait le publier une fois le conclave conclu, et celui-ci a répondu qu’il était d’accord. Une fois que l’archevêque est devenu pape, le cardinal Ortega lui a redemandé s’il pouvait publier le texte de son intervention aux congrégations générales et le pape lui a confirmé qu’il pouvait le faire.

    La revue de l’archidiocèse de la Havane Palabra Nueva, dirigée par Orlando Marquez, a alors publié une transcription du manuscrit que le cardinal Jorge Mario Bergoglio avait remis au cardinal Jaime Ortega.

    Le texte de l’intervention du futur pape François, est celui que ce dernier a lui-même transcrit durant la congrégation générale avant le conclave. Orlando Marquez l’a envoyé à ZENIT pour être publié et diffusé.  Déjà publié en langue espagnole, voici la traduction française du texte : La douce et réconfortante joie d’évangéliser

    On a parlé d’évangélisation. C’est la raison de l’Eglise. « Gardons la douce et réconfortante joie d’évangéliser, même lorsque qu’il faut [...] soit annoncé et l’Eglise implantée au cœur du monde » (Paul VI). C’est Jésus Christ qui, de l’intérieur, nous y pousse.

    1) Evangéliser suppose un « zèle » apostolique. Evangéliser suppose dans l’Eglise une parésie (témoignage, ndr) d’elle-même. L’Eglise est appelée à sortir d’elle-même et à aller dans les périphéries, les périphéries géographiques mais également existentielles: là où réside le mystère du péché, la douleur, l’injustice, l’ignorance, là où le religieux, la pensée, sont méprisés, là où sont toutes les misères.

    2) Quand l’Eglise ne sort pas pour évangéliser, elle devient autoréférentielle et tombe malade (cf. La femme toute courbée repliée sur elle-même dont parle Luc dans l’Evangile (13,10-17). Les maux qui, au fil des temps, frappent les institutions ecclésiastiques sont l’auto-référentialité et une sorte de narcissisme théologique. Dans l’Apocalypse, Jésus dit qu’Il est à la porte, qu’il frappe à la porte. Bien entendu, le texte se réfère au fait qu’il frappe à la porte de l’extérieur pour entrer... Mais je pense aux moments où Jésus frappe de l’intérieur pour le laisser sortir. L’Eglise autoréférentielle prétend retenir le Christ à l’intérieur d’elle-même et ne le fait pas sortir.

    3) Quand l’Eglise est une Eglise autoréférentielle, elle croit involontairement avoir la lumière, une lumière qui lui est propre. Ce n’est plus la certitude de viser le mysterium lunae, elle va au contraire vers un mal très grave dont on connaît le nom : «la  spiritualité mondaine » (Selon Lubac, c’est le pire mal qui puisse arriver à l’Eglise). L’Eglise vit pour donner la gloire des uns aux autres. Bref ! Il y a deux images de l’Eglise: l’Eglise évangélisatrice qui sème « Dei Verbum religiose audiens et fidenter proclamans »  et l’Eglise mondaine qui vit replie sur elle-même et pour elle-même. Cette analyse devrait apporter un éclairage sur les changements et réformes possibles qui doivent être faites pour le salut des âmes.

    4) Pensant au prochain pape, il faut un homme qui, de la contemplation et de l’adoration de Jésus Christ, aide l’Eglise à sortir d’elle-même vers la périphérie existentielle de l’humanité, pour qu’elle devienne  mère féconde de la « douce et réconfortante joie d’évangéliser ».

    Traduction d'Océane Le Gall

     
  • Fabrice Hadjadj, lauréat du prix Spiritualités

    IMPRIMER

    A de nombreuses reprises, Belgicatho a recommandé la lecture de livres de Fabrice Hadjadj à ses "visiteurs". Cet auteur que nous apprécions tout particulièrement fait preuve de beaucoup de finesse et d'intelligence; il sait surtout provoquer son lecteur à aller plus loin dans la compréhension du message chrétien dont il révèle l'extrême nouveauté. On ne sort jamais indemme de la lecture de Fabrice Hadjadj qui a une faculté extraordinaire de réveiller et de remobiliser la foi si souvent assoupie qui végète en nous.

    Son dernier ouvrage :

    COMMENT PARLER DE DIEU AUJOURD’HUI   ? Anti-manuel d’évangélisation de Fabrice Hadjadj . 

    Éditions Salvator, 219 p., 19,5 € 

    Un nouvel Hadjadj : "Comment parler de Dieu aujourd'hui ...

    Marie-Lucile Kubacki, dans la Vie, rend compte de l'attribution de ce prix et partage un entretien qu'elle a eu avec cet auteur; c'est à découvrir sur le site de La Vie : http://www.lavie.fr/religion/catholicisme/fabrice-hadjadj-la-plus-grande-urgence-est-d-evangeliser-les-chretiens-27-03-2013-38441_16.php

    Sur belgicatho :

  • Ongelooflijk ! Quand la téléréalité s'invite au monastère...

    IMPRIMER

    Pays-Bas : une télé-réalité au coeur d'un monastère (source : fait religieux.com)

    "Elles sont cinq. Deux mannequins, deux actrices et une chanteuse. Plus habituées des plateaux de télévision et des podiums que des confessionnaux et des chapelles, ces célébrités néerlandaises ont accepté de se prêter au jeu de la télé-réalité pour passer plusieurs semaines dans un très vieux monastère situé à Oosterhout, près de Breda, dans le sud du pays. L'idée vient de la chaîne de télévision protestante néerlandaise Evangelische Omroep (EO), qui diffuse régulièrement depuis quelques années un programme télévisé intitulé « Op zoek naar God » (« À la recherche de Dieu », OZNG) - un peu l'équivalent du « Jour du Seigneur » dans l'Hexagone."

    Lire la suite

    La bande-annonce de l'émission (en néerlandais) :

    (Via France Catholique)