Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 5

  • La sévérité insoutenable des 'responsa' romaines

    IMPRIMER

    De Christophe Geffroy en éditorial sur le site de la Nef :

    Les Responsa de Rome : une sévérité insoutenable

    ÉDITORIAL

    À quelques jours de Noël – beau cadeau ! n’y avait-il rien de plus urgent en ces temps de pandémie et de drame des abus sexuels sur mineur ? –, la Congrégation pour le Culte divin a rendu public le 18 décembre dernier des Responsa ad dubia (réponses aux doutes) « sur certaines dispositions » de Traditionis custodes. Dans la lignée du motu proprio du pape et de sa lettre d’accompagnement aux évêques, le ton est brutal, sans aucun souci de ménager les personnes concernées. Et le fond ne l’est pas moins, qui interdit grosso modo tous les sacrements selon les anciens rituels, excepté la messe. La volonté de faire disparaître à terme ce que l’on nommait il y a encore peu la forme extraordinaire du rite romain est explicitement affirmée, la Congrégation allant jusqu’à demander qu’aucune publicité ne soit faite dans les diocèses pour ces messes : à l’heure où l’on ne cesse de vanter le « vivre ensemble » et l’accueil sous toutes ses formes, Rome assume de regarder certains de ses prêtres et de ses fidèles comme des chrétiens de seconde zone, juste tolérés par une « concession limitée », en attendant qu’ils s’adaptent et intègrent les paroisses « ordinaires », comme si unité rimait avec uniformité : on n’a jamais vu dans l’Église, depuis longtemps, une mouvance en son sein aussi méchamment traitée ! Que ces chrétiens-là puissent se sentir meurtris et rejetés par ceux-là mêmes qui devraient exercer un ministère de paternité, nous le comprenons sans peine. Ils ont aussi de quoi se sentir trahis par le fait que le Siège apostolique revient sur des engagements solennels pris par les prédécesseurs du pape François de « garantir le respect de leurs aspirations ».

    Résoudre ainsi le problème « tradi » ?

    Certes, qu’il y ait un problème chez certains « tradis » est une réalité indéniable, nous l’avons déjà évoqué. Nous entendons par « problème » le fait souligné par François de rejeter l’enseignement du concile Vatican II et la réforme liturgique promulguée par saint Paul VI. Un tel rejet est néanmoins minoritaire, il demeure que les instituts traditionalistes qui revendiquent l’exclusivisme liturgique refusent toute célébration du nouveau missel, en s’abritant derrière des constitutions qui ne peuvent abroger le bénéfice du droit commun, ainsi que Rome l’avait explicité en 1999, et ils n’ont pas évolué d’un iota sur cette question, malgré les demandes très claires des papes – notamment de Benoît XVI en 2007 à l’occasion de Summorum Pontificum – qui sont restées lettres mortes.

    Que François n’accepte pas une remise en cause radicale du Magistère sur des points aussi importants qu’un concile œcuménique (où tout, cependant, n’a pas le même degré d’autorité) ou la promulgation d’une réforme de la messe romaine (comme si Rome pouvait donner une pierre à ses enfants avec une liturgie défaillante ou inférieure), on le comprend aisément. Mais la façon dont François cherche à régler ce problème est-elle la bonne ? Cette méthode autoritaire ne relève-t-elle pas d’une forme de cléricalisme, celle-là même que François aime à fustiger, où l’on tient pour rien le bien spirituel des laïcs concernés à aucun moment consultés ? À l’heure du synode, pourquoi Rome, depuis la promulgation du motu proprio, a-t-elle refusé le dialogue sollicité par les responsables des communautés traditionnelles ? Comment ne pas craindre que cette façon de faire aboutisse au résultat inverse de celui escompté et accroisse au contraire les aigreurs et les divisions pour finalement encourager les plus durs à rejoindre les rangs de la Fraternité Saint-Pie X ? Contenir la rupture lefebvriste ne semble ainsi plus être une priorité pour Rome, guère gênée de voir prêtres et fidèles rejoindre cette mouvance dissidente, c’est quand même ahurissant !

    Ajoutons que ces Responsa trahissent une incroyable défiance envers les évêques, censés « rependre la main » à en croire le motu proprio de juillet dernier, et qui se retrouvent ramenés au rang de simples exécutants sans initiative propre possible, tout devant passer par Rome.

    Une dureté inouïe

    Ces Responsa de la Congrégation pour le Culte divin – il s’agit d’un texte purement disciplinaire – sont d’autant plus surprenantes qu’elles relèvent d’un caractère bureaucratique d’un autre âge, pinaillent d’une façon incroyablement mesquine et ignorent les réalités sur le terrain tout comme la diversité du monde « tradi » ; il y a là un aveuglement sur les réalités liturgiques et un refus de prendre en compte l’attrait de la messe traditionnelle auprès de jeunes étrangers aux querelles liturgiques de leurs aînés. Ajoutons qu’elles contredisent ce que le pape François a dit aux évêques français lors de leurs visites ad limina à l’automne dernier : il se voulait alors rassurant, invitant les évêques à continuer comme avant là où cela se passait bien, c’est-à-dire en France dans la grande majorité des diocèses.

    Face à ces mesures d’une dureté inouïe, on comprend que les « tradis » manifestent leurs inquiétudes, en fassent part aux autorités compétentes et demandent inlassablement leur révision. S’il est légitime de résister dans un esprit d’Église, le danger en de pareilles situations est de se rebeller contre l’autorité qui édicte des lois injustes. Souffrir par l’Église est assurément une douloureuse épreuve, mais elle invite à redoubler de confiance surnaturelle en l’Église, notre Mère.

  • Pro-vie et pro-famille, elle sera la prochaine présidente de la Hongrie

    IMPRIMER

    Du site de La Gaceta :

    Katalin Novak, ministra húngara

    La ministre hongroise de la famille, Katalin Novák, est nommée candidate à la présidence hongroise.

    POUR REMPLACER JÁNOS ÁDER

    21 décembre 2021

    La ministre hongroise de la famille, Katalin Novák, a accepté d'être nommée présidente du pays par son parti, le Fidesz, à l'expiration du mandat de János Áder l'année prochaine.

    "Je me prépare à cette tâche difficile avec foi, esprit et cœur. J'accepte respectueusement la nomination au poste de président de la Hongrie", a-t-il déclaré dans un message sur Twitter.

    Novák est l'une des références du gouvernement de Viktor Orbán, qui cherche à revalider sa majorité aux élections législatives de 2022 tout en restant fidèle à lui-même, et loyal envers la Hongrie et les Hongrois.

    Le gouvernement a donné la priorité au soutien des familles et de la maternité, a introduit une législation favorable aux familles, a augmenté le soutien financier avec un système fiscal qui aide ceux qui ont des enfants. Ainsi, elle a réussi à passer d'un taux de fécondité de 1,23 en 2011 à 1,56 en dix ans, et a doublé le nombre de mariages.

    Il a également adopté une loi qui protège les mineurs - en imposant des peines plus sévères aux personnes reconnues coupables de pédophilie - et interdit l'endoctrinement LGTBI dans les écoles. "Les enfants ne doivent recevoir aucune sorte de propagande dans les écoles, ils doivent être protégés et c'est le travail de l'État de le faire (...). C'est ce que les parents hongrois nous demandent de faire : empêcher que leurs enfants soient exposés à des influences idéologiques à l'école", a déclaré Mme Novak elle-même dans une interview.

    Dans ce sens, l'exécutif a réitéré que son intention est de "défendre nos enfants et de les laisser être des enfants sans les utiliser pour une quelconque base idéologique" et qu'un élément central de sa pensée est que l'intérêt et le bien-être de l'enfant sont "primordiaux".

  • Le message du pape pour la 55e journée mondiale de la paix

    IMPRIMER

    Message du pape François pour la 55e Journée mondiale de la paix (1er janvier 2022),

    « Dialogue entre générations, éducation et travail : des outils pour construire une paix durable »

    source

    1. « Comme ils sont beaux, sur les montagnes, les pas du messager qui annonce la paix » (Is 52, 7)

    Ces paroles du prophète Isaïe expriment la consolation, le soupir de soulagement d’un peuple exilé, épuisé par la violence et les sévices, exposé à l’indignité et à la mort. Le prophète Baruch s’interrogeait : « Pourquoi donc, Israël, pourquoi es-tu exilé chez tes ennemis, vieillissant sur une terre étrangère, souillé par le contact des cadavres, inscrit parmi les habitants du séjour des morts ?» (3, 10-11). Pour ces gens, l’avènement du messager de paix signifiait l’espérance d’une renaissance sur les décombres de l’histoire, le début d’un avenir radieux.

    Aujourd’hui encore, le chemin de la paix, que saint Paul VI a appelé du nouveau nom de développement intégral,[1] reste malheureusement éloigné de la réalité de beaucoup d’hommes et de femmes et, par conséquent, de la famille humaine, désormais complètement interconnectée. Malgré les multiples efforts visant à un dialogue constructif entre les nations, le bruit assourdissant des guerres et des conflits s’amplifie, tandis que des maladies aux proportions pandémiques progressent, que les effets du changement climatique et de la dégradation de l’environnement augmentent, que le drame de la faim et de la soif s’aggrave et qu’un modèle économique basé sur l’individualisme plutôt que sur le partage solidaire continue de dominer. Aujourd’hui encore, comme au temps des anciens prophètes, la clameur des pauvres et de la terre[2] ne cesse de s’élever pour implorer justice et paix.

    À chaque époque, la paix est à la fois un don du ciel et le fruit d’un engagement commun. Il y a, en effet, une “architecture” de la paix, dans laquelle interviennent les différentes institutions de la société, et il y a un “artisanat” de la paix qui implique chacun de nous personnellement.[3] Chacun peut collaborer à la construction d’un monde plus pacifique : à partir de son propre cœur et des relations au sein de la famille, dans la société et avec l’environnement, jusqu’aux relations entre les peuples et entre les États.

    Je voudrais proposer ici trois voies pour construire une paix durable. Tout d’abord, le dialogue entre les générations comme base pour la réalisation de projets communs. Deuxièmement, l’éducation en tant que facteur de liberté, de responsabilité et de développement. Enfin, le travail pour une pleine réalisation de la dignité humaine. Ces trois éléments sont essentiels pour « l’élaboration d’un pacte social »,[4] sans lequel tout projet de paix est inconsistant.

    1. Dialoguer entre les générations pour construire la paix

    Dans un monde toujours en proie à la pandémie qui a causé tant de maux, « certains essaient de fuir la réalité en se réfugiant dans leurs mondes à eux, d’autres l’affrontent en se servant de la violence destructrice. Cependant, entre l’indifférence égoïste et la protestation violente, une option est toujours possible : le dialogue. Le dialogue entre les générations ».[5]

    Lire la suite

  • Mais d'où vient Jésus ?

    IMPRIMER

    De Benoît XVI (Audience du 2 janvier 2013) :

    Il a été conçu du Saint-Esprit

    Chers frères et sœurs,

    Le Noël du Seigneur illumine encore une fois avec sa lumière les ténèbres qui enveloppent souvent notre monde et notre cœur et il apporte l’espérance et la joie. D’où vient cette lumière ? De la grotte de Bethléem, où les pasteurs trouvèrent « Marie et Joseph, avec le nouveau-né couché dans la mangeoire » (Lc 2, 16). Face à cette Sainte Famille naît une autre question plus profonde : comment cet enfant petit et faible peut-il avoir apporté une nouveauté aussi radicale dans le monde au point de changer le cours de l’histoire ? N’y a-t-il pas quelque chose de mystérieux dans son origine qui va au-delà de cette grotte ?

    Toujours à nouveau réapparaît ainsi la question sur l’origine de Jésus, la même que lui pose le procureur Ponce Pilate au cours du procès : « D’où es-tu ? » (Jn 19, 29). Et pourtant il s’agit d’une origine bien claire. Dans l’Évangile de Jean, quand le Seigneur affirme : « Je suis le pain descendu du ciel », les juifs réagissent en murmurant : « Cet homme-là n'est-il pas Jésus, fils de Joseph ? Nous connaissons bien son père et sa mère. Alors comment peut-il dire : “Je suis descendu du ciel” ? » (Jn 6, 42). Et peu après, les citoyens de Jérusalem s’opposent avec force à la prétendue condition messianique de Jésus, en affirmant que l’on sait bien « d'où il est. Or, lorsque le Messie viendra, personne ne saura d'où il est » (Jn 7, 27). Jésus lui-même fait remarquer à quel point est vaine leur prétention de connaître son origine, et avec cela il offre déjà une orientation pour savoir d’où il vient : « Je ne suis pas venu de moi-même : mais celui qui m'a envoyé dit la vérité, lui que vous ne connaissez pas » (Jn 7, 28). Certes Jésus est originaire de Nazareth, il est né à Bethléem, mais que sait-on de son origine véritable ?

    Dans les quatre Évangiles apparaît avec clarté la réponse à la question « d’où » vient Jésus : sa véritable origine est le Père, Dieu ; Il provient totalement de Lui, mais d’une manière différente de n’importe quel prophète ou envoyé de Dieu, qui l’ont précédé. Cette origine du mystère de Dieu, « que personne ne connaît », est déjà contenue dans les récits de l’enfance des Évangiles de Matthieu et de Luc, que nous lisons en ce temps de Noël. L’ange Gabriel annonce : « L'Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c'est pourquoi celui qui va naître sera saint, et il sera appelé Fils de Dieu » (Lc 1, 35). Nous répétons ces paroles chaque fois que nous récitons le Credo, la profession de foi : « et incarnatus est de Spiritu Sancto, ex Maria Vergine », « par l’œuvre de l’Esprit Saint il s’est incarné dans le sein de la Vierge Marie ». À cette phrase, nous nous agenouillons car le voile qui cachait Dieu est, pour ainsi dire, levé et son mystère insondable et inaccessible nous touche : Dieu devient l’Emmanuel, « Dieu-avec-nous ». Quand nous écoutons les Messes composées par les grands maîtres de la musique sacrée, je pense par exemple à la Messe du Couronnement de Mozart, nous remarquons immédiatement comment elles s’arrêtent en particulier sur cette phrase, presque comme pour chercher à exprimer avec le langage universel de la musique ce que les paroles ne peuvent pas manifester : le grand mystère de Dieu qui s’incarne, qui se fait homme.

    Si nous considérons attentivement l’expression « par l’œuvre de l’Esprit Saint né dans le sein de la Vierge Marie », nous trouvons que celle-ci inclut quatre sujets qui agissent. De manière explicite sont mentionnés l’Esprit Saint et Marie, mais « Il » est sous-entendu, c’est-à-dire le Fils, qui s’est fait chair dans le sein de la Vierge. Dans la profession de foi, le Credo, Jésus est défini par diverses appellations : « Seigneur..., Jésus Christ, le Fils unique de Dieu... Il est Dieu, né de Dieu, Lumière, né de la Lumière, vrai Dieu, né du vrai Dieu... de même nature que le Père » (Credo de Nicée-Constantinople). Nous voyons alors qu’« Il » renvoie à une autre personne, celle du Père. Le premier sujet de cette phrase est donc le Père qui, avec le Fils et l’Esprit Saint, est l’unique Dieu.

    Lire la suite

  • Les 'Responsa ad dubia' : chaque trou de souris que "Traditionis custodes" avait laissé ouvert est obturé

    IMPRIMER

    De Christian Geyer-Hindemith sur le site du Frankfurter Allgemeine Zeitung :

    Un centralisme banal

    20.12.2021

    C'est ainsi que se lit le coup de grâce bureaucratique pour la liturgie latine héritée : la dernière lettre du Vatican "Responsa ad dubia" est de la propagande d'exclusion papale.

    Le niveau de justification est maigre, la densité réglementaire totale. Voilà ce que l'on peut dire du dernier communiqué de l'atelier d'écriture du Vatican. Il s'agit des dispositions d'exécution, publiées samedi, de la lettre papale "Traditionis custodes" (Gardiens de la tradition), qui avait certes réglementé de manière restrictive la liturgie héritée, qui faisait autorité depuis des siècles, mais qui offrait néanmoins aux évêques de l'Eglise universelle une certaine marge de manœuvre, en fonction des circonstances de lieu et de temps. C'est désormais terminé. Sous le titre "Responsa ad dubia" (Réponses aux doutes), des questions de compréhension doivent être clarifiées pour le moment. Mais en réalité, le centralisme romain s'exprime ici, la stigmatisation de l'ancienne messe latine est renforcée et chaque trou de souris que "Traditionis custodes" avait laissé ouvert est comblé.

    La nouvelle lettre relègue les évêques au rang de demandeurs auprès des fonctionnaires pontificaux de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements. Dans le style d'une idée fixe, on fait tabula rasa. Et ce sur ordre d'un pape qui, sur d'autres sujets de réforme, laisse tout en suspens et flirte avec des allusions. Mais ici, le pontife va droit au but, comme si son propre salut en dépendait. L'ancienne messe latine ne doit pas, à moyen et long terme, exister en tant que forme extraordinaire à côté de la forme modernisée dans les années 70 et pouvoir ainsi revendiquer une existence sous le signe de la diversité, comme l'avait encore permis Joseph Ratzinger en tant que pape précédent.

    Non, depuis samedi, il est clair que l'ancienne liturgie doit être retirée de l'histoire courante de l'Eglise, sans pardon, et que toute transmission vivante de ses formulaires et célébrations dans le futur doit être empêchée. Et ce, indépendamment de la richesse culturelle que recèlent ces formes liturgiques, que l'on y soit personnellement attaché ou non. La communauté résiduelle de l'ancienne messe doit être ghettoïsée au vu et au su de tous, même s'il est dit avec bienveillance qu'il n'est pas question "d'exclure les fidèles qui sont enracinés dans la forme de célébration précédente". Avec de telles ironies, Rome avait déjà voulu ramener les albigeois à la "ligne fixée par le Saint-Père" (Responsa ad dubia). Aujourd'hui comme hier, on en appelle à cette fidélité à la ligne pour garantir le "don de la communion ecclésiale", comme le répètent les dispositions d'exécution comme un moulin à prières. Il est curieux que l'on revendique encore "la conviction de l'intelligence et du cœur" pour une telle propagande d'exclusion.

  • Quand nous sommes tentés de voir l'Eglise comme une institution parmi d'autres

    IMPRIMER

    Du Père Jean-François Thomas s.j. sur vexilla-galliae.fr (signalé ici) :

    Le crucifiant amour de l’Église

    Tout croyant catholique sait à quel point il n’est pas aisé d’aimer l’Église qui se présente à lui visiblement non point comme le Corps mystique du Christ mais comme une structure humaine, très humaine, trop humaine. Le combat n’est pas d’aujourd’hui. Une formule, souvent reprise et usée comme tous les refrains, est de dire, de docte manière : le plus difficile n’est pas de souffrir pour l’Église, mais par l’Église. Ayant dit cela, on se retire sur la pointe des pieds, ne désirant ni l’un ni l’autre. Comment est-il donc possible d’être persécuté par l’Église, si elle est vraiment le Corps du Christ ? Trouver la solution en distinguant aussitôt entre les membres de l’Église et sa hiérarchie — soupçonnée alors du pire — n’est pas satisfaisant. Pourquoi les fidèles seraient-ils plus préservés du mal que les clercs ? Et, même si cela était le cas, comment abstraire le clergé du reste du Corps, sous peine de mutiler grandement ce dernier ? Notre Seigneur, en sa vie et sa mission terrestres, n’a jamais fait mystère de l’indignité d’une grande partie des prêtres, des pharisiens et des scribes, ceux-là qui Le livreront, mais Il n’a jamais appelé à leur désobéir, bien au contraire, à partir du moment où leurs ordres étaient conformes à la Loi reçue par Dieu :

    « Alors Jésus parla au peuple et à ses disciples, disant : C’est sur la chaire de Moïse que sont assis les scribes et les pharisiens. Ainsi, tout ce qu’ils vous disent, observez-le et faites-le, mais n’agissez pas selon leurs œuvres, car ils disent et ne font pas. Ils attachent des fardeaux pesants et qu’on ne peut porter, et ils les mettent sur les épaules des hommes, mais ils ne veulent pas même les remuer du doigt. » (Évangile selon saint Matthieu, XXIII. 1-4)

    Parlerait-Il de façon identique des prêtres de son Église ? Sans doute étaient-ils déjà intégrés dans cette sévère déclaration, mais, cependant, ils sont plus que ceux de l’Ancienne Alliance puisqu’ils agissent, dans les sacrements, non seulement en son Nom mais comme sa Personne même. Le lien qui unit tous les membres de la Nouvelle Alliance est plus fort que celui qui existait entre les diverses catégories du peuple élu.

    Il faut se résoudre au fait que le Corps mystique est vraiment abîmé et incomplet à cause des péchés multiples de ses membres, et tout particulièrement de ses prêtres et de ses évêques. Saint Augustin, dans sa lutte contre l’hérésie donatiste, s’est beaucoup penché sur ce problème et il affirme que les pécheurs, dans l’Église, sont encore des membres, mais desséchés car leur foi est morte. Ils sont encore de la communio sacramentorum, mais plus de la communio sanctorum, la seule qui appartienne à l’eschatologie et à la promesse de l’éternité. L’évêque d’Hippone précise, dans le De Baptismo, que l’Église « porte encore ici-bas le poids de la mortalité de la chair. » (IV. IX, 13) La sainteté de l’Église est mise à mal par les chrétiens qui lui appartiennent plus ou moins saintement. Mis en présence d’injustices, de scandales, le cœur se révolte. Les catholiques de feu expriment leur attachement à cette Église bancale de façon aussi brûlante que Notre Seigneur avec le sacerdoce d’Israël. Georges Bernanos a souvent répété que « Notre Église est l’Église des Saints » (précisant qu’une telle formule ennuyait — il employait un autre mot… — considérablement les chanoines). Il dépose cette formule comme une gemme à propos de Jeanne la Pucelle, elle qui souffrit pour et par l’Église :

    Lire la suite

  • Myanmar : une répression horrible et des massacres visant prioritairement les hommes

    IMPRIMER

    De Stefano Magni sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana :

    Myanmar, les militaires tuent tous les hommes dans les villages

    21-12-2021

    La télévision d'État britannique, la BBC, a mené une enquête sur les crimes de masse commis au Myanmar (anciennement Birmanie, lorsqu'il s'agissait d'une colonie britannique) et a confirmé les soupçons selon lesquels l'armée procède à des massacres aveugles, afin de réprimer le soulèvement démocratique contre le coup d'État militaire de février.

    Une grande partie du soulèvement contre le coup d'État (qui a annulé les élections de février, remportées par le parti d'Aung San Suu Kyi) est de nature pacifique, avec des manifestations dans les villes et une grève généralisée des impôts, qui prive la junte militaire de ses ressources. Mais dans les régions les plus inaccessibles et celles habitées par des minorités ethniques, la révolte prend la forme d'une véritable guérilla. L'armée réagit en frappant sans discernement les civils.

    L'enquête de la BBC a permis de découvrir des fosses communes contenant au moins 40 corps de civils torturés et assassinés, tous de sexe masculin. Les massacres ont eu lieu dans plusieurs villages du centre de la Birmanie, non loin de Mandalay. Des témoins oculaires ont parlé de raids menés par des soldats, dont certains étaient très jeunes, mineurs. Ils ne se contentaient pas de tuer les victimes, mais les torturaient pendant des heures, voire toute la journée dans certains cas, les battant à mort ou les mutilant. "Nous ne pouvions pas regarder, alors nous avons gardé la tête baissée, en pleurant", a déclaré un témoin, qui a perdu son frère, son neveu et son beau-frère dans le massacre. "Nous les avons suppliés. Ils s'en fichaient. Ils demandèrent aux femmes : "Vos maris sont-ils parmi eux ?". S'ils le sont, dites vos dernières prières pour eux.

    Ce témoignage se situe dans le village de Yin, où l'armée a assassiné au moins 14 hommes, les torturant et les battant à mort, avant de les enterrer dans un ravin d'une forêt voisine. Dans le village voisin de Zee Bin Dwin, une fosse commune a été découverte avec 12 corps mutilés, dont celui d'un enfant et d'une personne handicapée.

    Ces massacres ont eu lieu à la mi-juillet, mais ce ne sont pas les derniers. D'autres témoignages parlent d'un massacre similaire qui aurait eu lieu le 7 décembre. Des soldats de l'armée birmane ont mené un raid dans le village de Done Taw, pour "tuer brutalement toute personne qu'ils trouvaient". Selon les porte-parole des Forces de défense populaires (PDF), les victimes ont été torturées et brûlées vives. Parmi eux se trouvaient des adolescents âgés de 14 et 15 ans, mais on ne sait pas s'ils faisaient partie de la résistance contre la junte militaire ou non. Un parent de l'une des victimes a déclaré à Reuters que le membre de la famille tué était un étudiant universitaire de 22 ans non affilié aux milices anti-golpe.

    Une caractéristique commune de ces massacres est la sélection des victimes. Les militaires séparent les hommes (de tous âges) de leurs familles et les tuent systématiquement, en les accusant collectivement de rébellion. Ces raids ont eu lieu en représailles après des embuscades tendues à l'armée par le FDP, qui mène la lutte armée contre la junte militaire du coup d'État. Les villages affectés sont choisis uniquement en raison de leur proximité physique avec les lieux où se déroulent les affrontements armés. Chaque homme est considéré comme un rebelle potentiel et brutalement assassiné devant sa famille et le reste de la population, également pour semer la terreur.

    Les preuves et les témoignages recueillis par l'enquête de la BBC peuvent contribuer à l'enquête de l'ONU sur les crimes commis au Myanmar. Cette enquête pourrait conduire à une condamnation internationale de la junte militaire.

  • Chili : pas de quoi se réjouir

    IMPRIMER

    De Luca Volontè sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana :

    Avec Boric, le Chili rejoint la gauche abortiste

    21-12-2021

    Gabriel Boric, trente-cinq ans, pro-avortement, a gagné par près de 12 points de pourcentage sur José Antonio Kast, pro-vie. L'ensemble du mondialisme de gauche s'est aligné pour soutenir le nouveau président chilien, avec même le haut commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, qui est intervenue avant les élections.

    Dimanche 19 décembre, José Antonio Kast, avocat et homme politique catholique pro-vie, a accepté sa défaite au second tour de la présidentielle face à son rival, Gabriel Boric, candidat de gauche et pro-avortement. "Je viens de parler à Gabriel Boric... A partir d'aujourd'hui, il est le président élu du Chili et mérite tout notre respect et une coopération constructive. Le Chili passe toujours en premier", a écrit Kast sur Twitter. Ceux qui ont accusé Kast d'être un extrémiste de droite, le fils de nazis et un dangereux anti-démocrate doivent maintenant se taire et s'excuser. Les accusations portées contre lui tout au long de la campagne électorale et dans tous les coins du monde médiatique (politiquement correct) ont été construites avec art, un art de l'insulte et de la disgrâce dont nous connaissons en Italie toutes les techniques les plus diaboliques.

    Eh bien, la gauche du monde entier peut se réjouir, le président du Chili est le jeune Boric, 35 ans, déjà à la tête des manifestations de ces deux dernières années qui ont entraîné pillages et violences dans tout le pays, et qui ont fait s'effondrer les perspectives économiques optimistes créées il y a cinq ans, après les premiers mois de gouvernement du président Piñera. Boric a remporté près de 56 % des voix, contre 44 % pour Kast, soit une différence de près de 12 points. M. Kast s'était engagé à rétablir l'ordre public et à relancer l'économie sociale de marché. Il souhaitait surtout mettre en place dans le pays plusieurs politiques visant à protéger la vie, de la conception à la mort naturelle, à renforcer le droit préférentiel des parents à éduquer leurs enfants, à reconnaître la culture et l'identité des peuples indigènes et la liberté religieuse. La proposition de gouvernement de Boric, non diplômé, porte-drapeau du Frente Amplio (gauche) et du Parti communiste, promet l'incorporation d'une perspective féministe transversale dans chaque action du prochain gouvernement, la mise en œuvre de politiques extrémistes telles que "l'avortement légal, libre, sûr et gratuit" et des modifications de la loi sur l'identité de genre pour faciliter le changement de sexe à tout âge, abolir l'autorité parentale (de facto) et limiter les prières et thérapies de conversion.

    Les évêques catholiques du Chili, qui, dans les jours précédant le vote, avaient exhorté les citoyens à voter pour des candidats s'engageant à promouvoir des "principes non négociables", n'ont pas été écoutés. La défaite de Kast n'est pas une défaite, mais un début prometteur pour une opposition constructive également capable de défendre le peuple chilien contre la colonisation communiste et idéologique qui se profile.

    Quelques jours avant le vote final de dimanche, M. Boric a reçu le soutien public de la Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, qui a soutenu le candidat de gauche à bout de bras, l'investissant de toute la force et de l'autorité de l'organisme international qu'elle préside. Jamais il n'y a eu une telle arrogance, jamais un représentant officiel de l'ONU n'a interféré dans les élections d'un pays d'une manière aussi explicite et pénétrante. Face à cette violation de la "neutralité institutionnelle" de l'ONU, une règle d'or des Nations unies, aucun pays membre n'a levé le petit doigt pour exiger la démission immédiate de Mme Bachelet. Deux membres démocrates du Congrès américain (Susan Wild et Raúl Grijalva) lui ont fait écho en exhortant, quelques jours avant le vote, "le peuple chilien à surmonter les forces de l'oppression, de la haine et de la division".

    Lire la suite

  • Il n'y a pas qu'Israël; le Saint-Siège a aussi ses "accords abrahamiques"

    IMPRIMER

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso.

    Il n'y a pas qu'Israël; le Saint-Siège a aussi ses "accords abrahamiques".

    Avec les "accords d'Abraham", qui débuteront en 2020, l'État d'Israël a noué des relations fructueuses avec des États arabes qui, hier encore, étaient ses ennemis jurés, Émirats arabes unis et Bahreïn en tête. Mais quelque chose de similaire se produit également pour le Saint-Siège, avec ces mêmes monarchies islamiques qui ont historiquement été parmi les plus fermées à la présence chrétienne.

    En ce qui concerne Israël, "malgré l'évidente référence biblique, ces accords ont peu de contenu religieux", a écrit "La Civiltà Cattolica", la revue jésuite de Rome si amie du pape François. Entre-temps, toutefois, ils ont marqué un tournant par rapport à des décennies d'hostilité apparemment invincible. La transition obligatoire du pétrole vers des sources d'énergie écologiquement propres conduit les États pétroliers du Golfe à acquérir massivement des technologies "vertes", dont Israël est l'un des principaux producteurs et exportateurs.

    En conséquence, le conflit israélo-palestinien, qui dure depuis longtemps, a été relégué au second plan par les pays arabes - qui, comme Israël, sont bien plus préoccupés par la menace que représente l'Iran - tandis que d'autres États adhèrent progressivement aux "accords abrahamiques", que le Maroc et le Soudan ont également signés cette année et qui ont déjà été appliqués en partie par le biais d'accords informels à Oman et en Arabie saoudite.

    Avec des effets bénéfiques également dans le domaine religieux. La seule petite communauté juive du Golfe qui subsiste, dans l'État de Bahreïn, avec sa propre synagogue, a vu son droit à la liberté religieuse reconnu pour la première fois dans le texte des accords. "C'est un moment historique auquel nous ne nous attendions pas à assister de notre vivant", a déclaré le chef de la communauté, Ebrahim Dahood Nonoo, dont un parent, Huda Al-Nonoo, a été ambassadeur de Bahreïn aux États-Unis de 2008 à 2013.

    L'ancien grand rabbin de Jérusalem, Shlomo Amar, s'est également rendu à Bahreïn, invité par l'émir Hamad bin Isa Al-Khalifa. Alors qu'aux Émirats arabes unis, à Abu Dhabi, on a annoncé "la création d'une maison familiale abrahamique qui contiendra dans son complexe une mosquée, une église et une synagogue", et qu'à l'Expo de Dubaï, le pavillon israélien a trouvé sa place pour la première fois, avec la visite de personnalités juives de premier plan venues du monde entier, y compris de Rome.

    *

    Et le Saint-Siège ? Il y a également un pavillon du Vatican à l'Expo de Dubaï. Mais des nouvelles bien plus importantes ont accompagné et suivi l'événement générateur de ce tournant : le document " sur la fraternité humaine " signé conjointement à Abu Dhabi le 4 février 2019 par le pape François et le grand imam d'Al-Azhar Ahmad Al-Tayyeb.

    La consécration à Bahreïn, le 10 décembre, de la cathédrale Notre-Dame d'Arabie, la plus grande église catholique de la péninsule arabique, a été particulièrement spectaculaire.

    Cette imposante église, pouvant accueillir 2 300 fidèles, à laquelle sont rattachés une curie épiscopale, une maison d'hôtes et un centre de formation, était le rêve de Mgr Camillo Ballin, vicaire épiscopal pour l'Arabie du Nord, décédé en 2020 des suites du Covid.

    Lire la suite

  • Ce soir, sur C8 : une série américaine sur Jésus à ne pas manquer

    IMPRIMER

    Ce soir, n’oubliez pas: à vos écrans. Espérons que nous ne serons pas déçus mais en tout cas, cette programmation en période de Noël est un belle surprise, un évènement aussi inattendu qu’extraordinaire sur une chaîne française.

    Lundi 20 décembre à 21h15 (4 épisodes)
    Lundi 27 décembre à 21h15 (4 épisodes)

    https://www.vannes.catholique.fr/the-chosen-la-serie-sur-jesus-en-francais-sur-la-chaine-c8/

  • La démission du cardinal Turkson n'est pas un fait insignifiant

    IMPRIMER

    "Le cardinal Peter Turkson, préfet du Dicastère pour le service du développement humain intégral, a annoncé dans un message publié sur Twitter le 19 décembre 2021 avoir remis sa démission au pape François en raison de la fin de son mandat de préfet. Des sources consultées par I.MEDIA font pour leur part état de fortes tensions et problèmes de gouvernance à l’intérieur de son dicastère. « Au Vatican, les mandats des chefs de bureau expirent au décès ou à la démission du pape ou à l’expiration d’un mandat de 5 ans », explique le haut prélat sur le réseau social..." (i.media)

    Lu sur le site de la Repubblica.it :

    Turkson doit démissionner : il est l'homme au cœur de la réforme voulue par François

    Le choix après des inspections sur l'activité de l'organe de la Curie dirigé par Blaise Cupich

    18 DÉCEMBRE 2021

    Le cardinal Peter Turkson, chef du département du développement humain intégral du Vatican, se préparerait à quitter son poste. La rumeur, qui circulait depuis plusieurs jours dans les Palais Sacrés et qui laissait entendre qu'un nouveau et énième tournant dans le pontificat de François se profilait à l'horizon, a été reprise et confirmée par la Catholic News Agency et définie comme "crédible" sur la base de certaines confirmations recueillies ces dernières heures. M. Turkson occupe ce poste depuis le 31 août 2016. Il ne s'agit pas d'un poste secondaire : le Dicastère pour le développement humain intégral est considéré comme le pivot de la réorganisation de la Curie telle que Bergoglio l'a imaginée depuis longtemps, et Turkson a toujours été associé à Bergoglio en tant que promoteur des réformes du pontificat actuel.

    Le mandat de cinq ans au Dicastère avait expiré en septembre dernier, mais la circonstance qu'aucun remplacement n'avait été effectué à l'échéance naturelle avait conduit à l'idée d'une reconfirmation tacite. Le cardinal de 73 ans avait déjà été indiqué comme candidat à la papauté lors du conclave qui a marqué l'élection de Benoît XVI et reste le plus influent des cardinaux africains. Il a eu une longue carrière à la Curie : Ghanéen, créé cardinal en 2003 par Jean-Paul II, il a été nommé en 2009 par le pape Benoît XVI président du Conseil pontifical Justice et Paix.

    Selon les rumeurs, sa démission a été présentée personnellement ces derniers jours. Le fait que les choses n'allaient pas bien est apparu clairement en juin dernier, lorsqu'il a été révélé que le cardinal Blaise Cupich, archevêque de Chicago, avait été désigné pour diriger une équipe de trois "inspecteurs" chargés d'évaluer les activités du Dicastère pour le service du développement humain intégral. Il s'agissait de la troisième inspection en quelques mois demandée par le pape François qui, en vue de la réforme de la Curie, avait décidé d'examiner en profondeur les compétences et le travail de chaque département. Un dicastère dont la taille est devenue pachydermique s'est retrouvé sous la lentille des inspecteurs.

    Il semble également que ces derniers temps, le cardinal ait manifesté à plusieurs reprises sa totale lassitude pour les disputes et les rumeurs qui circulent dans le milieu, tandis qu'il n'est pas clair si Bergoglio lui-même doit encore décider s'il accepte ou non ce recul, qui - en l'état actuel des choses - pourrait conduire à l'éviction de Turkson du poste prestigieux dès le 31 décembre.

    Le 12 décembre, M. Turkson aurait, selon certaines sources, parlé ouvertement de l'existence de rumeurs de démission lors d'une réunion de Noël avec le personnel de son département, sans toutefois vouloir les commenter dans l'attente de décisions formelles.

    Ce qui est certain, c'est que deux des principaux collaborateurs du cardinal sont partis depuis le début de l'inspection. Fin août, c'est le père Augusto Zampini qui a quitté son poste de secrétaire adjoint du Dicastère pour le développement humain intégral. Aucune explication n'a été donnée à l'époque pour cette démarche inattendue, qui concernait un prêtre argentin décrit comme porteur de grands espoirs et manipulant le délicat dossier de la pandémie de covidés. Après sa démission, M. Zampini a repris son rôle de prêtre diocésain.

    L'autre démission concerne le père Bruno Maria Duffè, qui était arrivé au terme de son mandat à l'âge de 70 ans. En attendant, les rumeurs commencent à circuler quant à la personne qui remplacera désormais Turkson. Le nom le plus populaire est celui d'un autre cardinal, Francesco Montenegro, ancien archevêque d'Agrigente.

  • À Liège, en l’église du Saint-Sacrement le samedi 25 décembre 2021 à 10h00 : messe du jour de Noël célébrée avec le concours de l’Ensemble polyphonique « Gaudete »

    IMPRIMER

    Eglise du Saint-Sacrement à Liège

    Boulevard d’Avroy, 132

    SAMEDI 25 DÉCEMBRE 2021 À 10 HEURES

    NI5A2510_vue_totale (6).JPG

    MESSE DU JOUR DE LA FÊTE DE NOËL

    célébrée selon le missel de saint Jean XXIII

    avec le concours de l’Ensemble polyphonique liégeois « Gaudete »

    qui interprétera :

    Le Kyriale de la Messe de Baldassare Galuppi (Venise, 1706-1785)

    Kyrie, Gloria, Sanctus, Agnus Dei

    et

    Trois motets traditionnels du temps de Noël

    O come Emmanuel (mélodie anonyme, XIIIe siècle)

    If Ye Love Me (Thomas Tallis, 1505-1585)

    Gaudete (extrait des Piae cantiones, 1582) 

    Le propre grégorien de la messe sera assuré par la Schola du Saint-Sacrement

    À l’orgue : Patrick Wilwerth, professeur au conservatoire de Verviers

    affiche_25 decembre 2021_noel.jpg

    Plus d’informations : email sursumcorda@skynet.be