Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Eglise - Page 4

  • L'Eglise catholique est en train de perdre l'Amérique Latine

    IMPRIMER

    De Francis X. Rocca, Luciana Magalhaes et Samantha Pearson sur le site du Wall Street Journal :

    Pourquoi l'Église catholique perd l'Amérique latine

    Les pentecôtistes conservateurs font d'énormes progrès malgré le premier pape de la région ; le Brésil est sur le point de devenir une minorité catholique dès cette année.

    11 janv. 2022

    RIO DE JANEIRO-Tatiana Aparecida de Jesus avait l'habitude d'arpenter les rues de la ville en tant que travailleuse du sexe, défoncée au crack. L'année dernière, cette mère de cinq enfants a rejoint une petite congrégation pentecôtiste du centre-ville de Rio, appelée Sanctification in the Lord, et a laissé son ancienne vie derrière elle.

    "Le pasteur m'a serrée dans ses bras sans rien demander", a déclaré Mme de Jesus, 41 ans, qui a été élevée dans la religion catholique et fait partie du million de Brésiliens qui ont rejoint une église évangélique ou pentecôtiste depuis le début de la pandémie, selon les chercheurs. Lorsque vous êtes pauvre, le fait que quelqu'un vous dise simplement "bonjour", "bon après-midi" ou vous serre la main fait toute la différence", a-t-elle déclaré.

    Pendant des siècles, être latino-américain, c'était être catholique ; la religion n'avait pratiquement aucune concurrence. Aujourd'hui, le catholicisme a perdu des adhérents au profit d'autres religions dans la région, en particulier le pentecôtisme, et plus récemment dans les rangs des non-chrétiens. Ce changement s'est poursuivi sous le premier pape latino-américain.

    Sept pays de la région - l'Uruguay, la République dominicaine et cinq pays d'Amérique centrale - comptaient une majorité de non-catholiques en 2018, selon une enquête de Latinobarómetro, un institut de sondage basé au Chili. Dans une étape symbolique, le Brésil, qui compte le plus de catholiques de tous les pays du monde, devrait devenir minoritairement catholique dès cette année, selon les estimations d'universitaires qui suivent l'affiliation religieuse.

    Dans l'État de Rio, c'est déjà le cas. Les catholiques représentent 46 % de la population, selon le dernier recensement national de 2010, et un peu plus d'un tiers de certaines favelas, ou bidonvilles, frappées par la pauvreté.

    "Le Vatican est en train de perdre le plus grand pays catholique du monde - c'est une perte énorme, irréversible", a déclaré José Eustáquio Diniz Alves, démographe brésilien de renom et ancien professeur à l'agence nationale de statistiques. Au rythme actuel, il estime que les catholiques représenteront moins de 50 % de tous les Brésiliens au début du mois de juillet.

    Les raisons de ce changement sont complexes, notamment les changements politiques qui ont réduit les avantages de l'Église catholique par rapport aux autres religions, ainsi que la sécularisation croissante dans une grande partie du monde. Pendant la pandémie, les églises évangéliques ont été particulièrement efficaces dans l'utilisation des médias sociaux pour maintenir l'engagement des gens, a déclaré M. Diniz Alves.

    Les critiques à l'intérieur et à l'extérieur de l'Église catholique soulignent également son incapacité à satisfaire les demandes religieuses et sociales de nombreuses personnes, en particulier les pauvres. Les Latino-Américains décrivent souvent l'Église catholique comme déconnectée des luttes quotidiennes de ses fidèles.

    L'essor de la théologie de la libération dans les années 1960 et 1970, époque à laquelle l'Église catholique d'Amérique latine a de plus en plus insisté sur sa mission de justice sociale, en s'inspirant dans certains cas des idées marxistes, n'a pas réussi à contrer l'attrait des religions protestantes. Ou, pour reprendre les termes d'une boutade désormais légendaire, attribuée de diverses manières à des sources catholiques et protestantes : "L'Église catholique a opté pour les pauvres et les pauvres ont opté pour les pentecôtistes".

    Lire la suite

  • France : les profanations d'églises se multiplient

    IMPRIMER

    Voir, sur Aleteia :

    et sur Vatican News :

  • "Le sacerdoce est uniquement masculin parce que le Christ lui-même l'a voulu ainsi" (Tawadros)

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    AFRIQUE/EGYPTE - Le patriarche copte Tawadros : le sacerdoce est uniquement masculin parce que le Christ lui-même l'a voulu ainsi

    10 janvier 2022

    Le Caire (Agence Fides) - Dans l'Église, le sacerdoce est réservé aux hommes, conformément à la volonté du Christ lui-même qui, au cours de sa vie publique, attestée par les Évangiles, a choisi ses apôtres parmi les hommes, alors que même la Vierge Marie n'a pas "choisi d'être prêtresse". Cela a été répété par le patriarche copte orthodoxe Tawadros II, indiquant la source de la doctrine sur le ministère sacerdotal que l'Église catholique partage avec toutes les Églises orthodoxes et les anciennes Églises d'Orient. En quelques phrases, lors d'une interview diffusée par une chaîne de télévision égyptienne le vendredi 7 janvier, à l'occasion du Noël copte, le patriarche de la plus grande communauté ecclésiale des pays arabes, a rappelé en termes simples les raisons persistantes pour lesquelles l'Église catholique et toutes les Églises d'Orient n'ont pas le droit d'ordonner des femmes prêtres. Dans son allocution télévisée, le pape Tawadros a également répété que l'attribution et l'exercice des différents rôles dans l'Église ne répondent pas à la logique et aux revendications des "droits" et des "devoirs" selon les modèles du monde.

    Les propos du patriarche Tawadros sur le ministère sacerdotal réservé aux hommes semblent être pleinement conformes à ce qui est reconnu à cet égard par le Magistère de l'Église catholique. En mai 2018, le cardinal Luis Francisco Ladaria Ferrer, actuel préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, a également réaffirmé, dans un article long et argumenté publié dans L'Osservatore Romano, que le Christ lui-même a voulu conférer le sacrement de l'ordre "aux douze apôtres, tous des hommes, qui, à leur tour, l'ont communiqué à d'autres hommes". Le cardinal Ladaria a poursuivi en disant dans cet article que "l'Église a toujours reconnu qu'elle était liée par cette décision du Seigneur, qui exclut que le sacerdoce ministériel puisse être validement conféré aux femmes". À cet égard, le préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi a également fait référence à la lettre apostolique Ordinatio Sacerdotalis publiée le 22 mai 1994 par le pape Jean-Paul II. Dans ce texte magistériel, avec l'intention déclarée de "lever tout doute sur une question de grande importance qui concerne la constitution divine même de l'Église", il a été réaffirmé que l'Église elle-même "n'a en aucune façon la faculté de conférer l'ordination sacerdotale aux femmes et que cette décision doit être tenue pour définitive par tous les fidèles de l'Église" (n° 4).

    Dans son intéressante interview télévisée, le Pape Tawadros II a également voulu prendre ses distances avec les formules et les théories qui tendent à préfigurer l'existence d'une hypothétique "religion abrahamique", dans laquelle judaïsme, christianisme et islam se fondraient indistinctement. Cette idée - a déclaré le patriarche copte orthodoxe - est "catégoriquement inacceptable", constitue un déni des trois religions monothéistes et n'est théorisée et utilisée que dans une clé politique, pour effacer les caractéristiques du judaïsme, du christianisme et de l'islam. (GV) (Agenzia Fides 10/1/2022).

  • Une énième attaque contre le Pape émérite

    IMPRIMER

    De Nico Spuntoni sur le Daily Compass :

    La campagne de dénigrement contre Ratzinger reprend de plus belle

    11-01-2022

    Ratzinger a été accusé par l'hebdomadaire Die Zeit de couvrir un prêtre pédophile. Les faits remontent à 1980, lorsque le pape émérite était archevêque de Munich et Freising. Mais l'affaire est déjà bien connue et s'est retrouvée sous les feux des projecteurs en mars 2010. Que se cache-t-il derrière cette énième attaque contre le Pape émérite ?

    La campagne de dénigrement contre Ratzinger a recommencé. Celui qui restera dans les mémoires pour avoir d'abord dénoncé "la saleté de l'Eglise" lors du Via Crucis de 2005, puis pour l'avoir combattue une fois devenu pape, est accusé par l'hebdomadaire Die Zeit d'avoir couvert un prêtre pédophile.

    Les faits remonteraient à 1980, alors que le pape émérite était archevêque de Munich et Freising. Selon le magazine allemand, la charge explosive se trouve dans un document de 2016 rédigé par le tribunal ecclésiastique archidiocésain, qui affirme que les évêques d'Essen et de Munich ont manqué à leur devoir de protection des mineurs.

    Le protagoniste de l'affaire est le "Père H.", un prêtre du diocèse d'Essen, qui est accusé d'avoir forcé un garçon de 11 ans à pratiquer une fellation en 1979 et qui a été transféré dans le diocèse principal de Bavière en 1980 pour une thérapie avec le consentement de l'archevêque de l'époque, Mgr Ratzinger. Le "Père H.", comme il est désigné dans les articles sensationnalistes qui paraissent actuellement, n'est autre que Peter Hullermann, et l'implication présumée de l'actuel pape émérite dans son cas avait déjà été mise en lumière en mars 2010.

    À l'époque, en effet, Der Spiegel avait publié cette révélation les jours mêmes où était rendue publique la Lettre pastorale aux catholiques d'Irlande, document-symbole du pontificat de Benoît XVI sur le sujet de la pédophilie. Le timing n'était probablement pas accidentel et a eu pour effet de porter un coup à la crédibilité avec laquelle le Pontife régnant de l'époque entendait nettoyer l'Église.

    Aujourd'hui, presque douze ans plus tard, cette histoire est rappelée par un autre hebdomadaire allemand avec pour seule nouveauté un document de 2016 du tribunal ecclésiastique de l'archevêché qui s'est retrouvé entre les mains de la presse juste avant la publication annoncée - entre le 17 et le 22 janvier - du rapport sur les abus et les dissimulations à Munich dans la période 1945-2019. Le rapport a été préparé par WSW, le même cabinet d'avocats qui a produit le premier rapport commandé par l'archevêché de Cologne, qui a ensuite été bloqué par le cardinal Rainer Maria Woelki parce qu'il aurait présenté d'importantes lacunes juridiques et violé les droits des personnes concernées.

    Lire la suite

  • Prêtres catholiques : quand le Soir fait la part belle à un "sociologue engagé"

    IMPRIMER

    Dans la livraison du Soir d'aujourd'hui, Fanny Declercq se fait l'écho (bien tardif) des théories de Josselin Tricou sur "la masculinité atypique des prêtres catholiques". En septembre dernier, Louis Daufresne, sur Aleteia, avait publié une note éclairante sur la parution du livre "Des soutanes et des hommes" de ce "sociologue engagé" :

    La figure du prêtre au bistouri de la sociologie engagée

    Moins elle est influente, plus elle intrigue : l’Église catholique deviendrait-elle de plus en plus un objet d’étude et de curiosité, une sorte de point dur polarisant à l’excès ? Un certain public la regarde sur le mode de la fascination/répulsion, sans doute car il s’agit d’un milieu clos, même s’il se dit ouvert sur le monde et attentif à ses souffrances. Que se passe-t-il derrière les murs du séminaire, du presbytère, du monastère ? Pour survivre dans un monde libéré de tout, les clercs se rendent forcément coupables d’hypocrisie. C’est ce que narrait Frédéric Martel. En 2019, le journaliste avait gratifié la planète médiatique d’une enquête fleuve « au cœur du Vatican » intitulée Sodoma. Si le style s’inspirait plus de Bussy-Rabutin que de Durkheim, Martel exhaussait la présence d’un « lobby gay ». Conclusion : la morale de l’Église doit changer car ses prélats, du moins une partie d’entre eux, la transgressent. 

    « Acteur engagé »

    Un nouveau livre réarme cette idée mais de manière très différente. Sous le titre à la Steinbeck Des soutanes et des hommes (PUF), Josselin Tricou n’exhume pas les souvenirs de frous-frous romains. Pendant deux ans, il a enquêté pour le compte de la commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église, la CIASE, dont le rapport attendu mardi prochain 5 octobre s’annonce tonitruant. Il s’agit d’une très sérieuse thèse de doctorat en science politique-études de genre. Les PUF en font même 472 pages ! Et Le Monde se fait dithyrambique sur ce maître-assistant à l’université de Lausanne : « C’est à une formidable exploration que nous invite […] Josselin Tricou dans ce livre, résultat d’un travail de recherche d’une dizaine d’années sur “la subjectivation genrée et les politiques de la masculinité au sein du clergé catholique français depuis les années 1980”.» La formulation fleure la novlangue LGBT.

    Tricou a l’honnêteté de se présenter comme un « acteur engagé » et selon ses mots, son sujet « suscite à la fois de l’embarras à l’intérieur et des fantasmes à l’extérieur ». Comme si son doigt, habilement inséré dans le trou de la serrure, servait de clef de compréhension et que la porte s’ouvrait sur un abîme de non-dit. Pour le sociologue suisse, « l’Église a été façonnée pendant des siècles à la fois par une forte présence de prêtres homosexuels et par un discours très hétéronormatif ». Voilà un flagrant délit de contradiction jouissif. Comme Martel, il s’agit de pointer le hiatus entre le discours et les actes. Mais à la différence du journaliste, Tricou interroge la figure du prêtre ou plutôt déconstruit son intimité, les remparts qu’érige le clergé pour qu’elle s’épanouisse à l’abri des regards. Le sociologue fait passer au sacerdoce une visite médicale, le met sur le billard et dissèque sa maladie de foi avec le bistouri des nouvelles mœurs. 

    Les placards des sacristies

    Son diagnostic est le suivant : « En sacralisant le prêtre, l’Église en a fait un être à part, dégenré et désexualisé. » N’y voyons pas un propos polémique. Dans l’esprit du monde, la figure du prêtre est devenue si dérangeante et incompréhensible qu’on ne la conçoit plus que comme incongrue et malsaine. Les sciences humaines sont là pour dire cette névrose, l’impensé du masculin. 

    Il sous-entend aussi que sous la soutane se cache un homme qui en aime un autre et que la posture homophobe sert à protéger cette autre forme d’incompatibilité que l’Église et sa morale réprouvent.

    Le prêtre, ce non-être, est victime d’une « émasculation symbolique ».Tricou prend comme point de départ les années quatre-vingt. L’Église postconciliaire ne recrute plus dans les couches populaires mais, comme le note Libération, « dans la haute bourgeoisie très pratiquante ». La prêtrise devient « une voie pour ceux qui se sentent homosexuels mais ne peuvent assumer leur sexualité dans leur milieu social », ajoute Libé. Le chercheur rend même hommage à l’institution qu’« en certains lieux et en certains temps, elle [ait] pu être un espace protecteur dans un monde marqué par l’homophobie et qu’elle [ait] su mettre en place des dispositifs d’accompagnement et de souci de soi, comme dirait Michel Foucault, presque libérateurs »Au bout du compte, juge Tricou, l’Église, à son corps défendant et à rebours de sa doctrine, est devenue un sanctuaire gay, un lieu d’« émancipation paradoxale ». Les sacristies cacheraient des « placards » où l’homosexualité pourrait être assumée. Le pragmatisme triompherait ainsi de la morale. 

    Sous-entendu

    Selon le sociologue, le clergé le sait et se trouve mal à l’aise quand la Manif pour tous descend dans la rue contre le mariage de personnes de même sexe. Attachées à une image mythique du sacerdoce, les ouailles de cette militance attendent que les prêtres soient des chefs pétris de valeurs viriles. Elles mettent alors le système en surrégime en exerçant« une pression très forte sur les prêtres et religieux homosexuels », précise le chercheur. Celle-ci est d’autant plus efficace qu’elle émane de « ceux que ces prêtres sont tenus d’instruire et de guider ». Tricou pense que ce sont les scandales de pédocriminalité cléricale qui permettent de « relâcher cette pression conservatrice ». À quelque chose malheur est bon… 

    Des soutanes et des hommes est un titre qui en dit plus qu’il en a l’air : Le "et" sert à éloigner la soutane de l’homme, comme si les deux étaient incompatibles. Il sous-entend aussi que sous la soutane se cache un homme qui en aime un autre et que la posture homophobe sert à protéger cette autre forme d’incompatibilité que l’Église et sa morale réprouvent.

  • Des groupes radicaux israéliens menaceraient la présence des chrétiens à Jérusalem

    IMPRIMER

    Du site du Bharat Express News :

    Le chef d'une église de Jérusalem déclare que les extrémistes israéliens menacent la présence chrétienne de Jérusalem

    11 janvier 202206

    Le patriarche grec orthodoxe de Jérusalem a accusé des groupes radicaux israéliens de menacer la présence des chrétiens dans la ville sainte, dans des propos que les responsables israéliens ont rejeté comme étant sans fondement.

    Dans une chronique publiée samedi dans le Times of London, Sa Béatitude Theophilos III a déclaré qu'il pensait que l'objectif était de chasser la communauté chrétienne de la vieille ville de Jérusalem, qui abrite des sites sacrés pour le judaïsme, le christianisme et l'islam.

    Israël a pris Jérusalem-Est, y compris la vieille ville, ainsi que la Cisjordanie et la bande de Gaza lors de la guerre de 1967. Il a annexé Jérusalem-Est après la guerre, une décision qui n'a pas été reconnue au niveau international.

    "Notre présence à Jérusalem est menacée", a écrit le patriarche dans l'article, publié un jour après la célébration du Noël grec orthodoxe. "Nos églises sont menacées par des groupes radicaux israéliens marginaux. Aux mains de ces extrémistes sionistes, la communauté chrétienne de Jérusalem souffre énormément, a-t-il déclaré.

    "Nos frères et sœurs sont victimes de crimes haineux. Nos églises sont régulièrement profanées et vandalisées. Notre clergé est soumis à de fréquentes intimidations."

    En qualifiant les extrémistes d'Israéliens, la critique de Theophilos était plus personnelle et incisive que celle d'une déclaration collective publiée par les responsables d'autres églises de Jérusalem avant Noël.

    Leur déclaration parlait d'" attaques fréquentes et soutenues par des groupes radicaux marginaux ", mais s'abstenait de les identifier comme des Israéliens.

    Selon un rapport du département d'État américain publié l'année dernière sur la liberté religieuse dans le monde, le clergé et les pèlerins chrétiens ont continué à signaler des cas de harcèlement ou de crachats de la part de juifs ultra-orthodoxes à Jérusalem.

    Depuis quelque temps, des groupes religieux signalent des actes de vandalisme sur des sites religieux de la ville. Theophilos n'a désigné aucun groupe radical par son nom ni cité d'incidents spécifiques. Il n'a pas apporté la preuve qu'ils étaient israéliens, ni que leur objectif était de chasser les chrétiens de la ville.

    Dimanche, un responsable israélien a déclaré que la réalité sur le terrain pour les chrétiens était complètement différente de celle décrite par le patriarche, citant une déclaration du ministère des Affaires étrangères du 22 décembre qui réfutait les précédentes affirmations des dirigeants de l'Église.

    "Depuis le jour de sa création, l'État d'Israël s'est engagé à protéger la liberté de religion et de culte pour toutes les religions, ainsi qu'à garantir la liberté d'accès aux lieux saints", a déclaré le fonctionnaire. communiqué de presse du ministère.

    "La déclaration des dirigeants de l'Église de Jérusalem est particulièrement exaspérante étant donné leur silence sur la situation critique de nombreuses communautés chrétiennes au Moyen-Orient qui souffrent de discrimination et de persécution.

    Dans sa chronique, Theophilos a déclaré que les radicaux qu'il critiquait "ne sont pas représentatifs de l'État d'Israël ou du peuple juif", et a appelé Jérusalem à rester une "communauté mosaïque" diversifiée dans le judaïsme, le christianisme et l'islam.

  • Irlande : le clergé s'éteint à un rythme accéléré

    IMPRIMER

    De NEIL MICHAEL sur le site de l'Irish Examiner :

    Plus de 20 % des prêtres et des frères sont morts au cours des trois dernières années.

    Il est très triste de constater que tant de personnes sont mortes en si peu de temps", a déclaré le directeur de l'Association des prêtres catholiques, le père John Collins.

    8 JAN, 2022

    Plus de 21% de l'ensemble de la population irlandaise de prêtres et de frères de paroisse - en activité ou à la retraite - sont morts en seulement trois ans.

    L'Association des prêtres catholiques affirme que des paroisses vont devoir être fusionnées, des églises fermées et moins de messes organisées.

    Le Père John Collins, l'un des directeurs de l'ACP, a déclaré : "Les chiffres sont choquants. Il est très triste de constater que tant de personnes sont mortes en si peu de temps.

    "Nous sommes tous conscients du vieillissement de la population sacerdotale, mais ce n'est que lorsque l'on regarde les chiffres que l'on se rend compte du nombre élevé de décès. 

    C'est une illustration vraiment choquante de l'ampleur du problème auquel l'Église est confrontée."
    Il a ajouté que le nombre de ceux qui meurent chaque année "ne va cesser d'augmenter".

    Le nombre de prêtres diocésains en exercice a été officiellement enregistré par l'Église catholique comme étant d'environ 2 067 en 2014. Cependant, c'était à l'époque où le nombre de prêtres âgés de 75 à 84 ans augmentait régulièrement par rapport aux années précédentes, tout comme le nombre de prêtres âgés de 65 à 74 ans. Fin 2018, on estimait à 1 800 le nombre de prêtres actifs et à environ 720 le nombre de prêtres retraités, dont certains aidaient encore pour les vacances et la couverture maladie.

    La liste de la plupart - mais pas de tous - des décès cléricaux en Irlande figure chaque année dans l'Irish Catholic Directory, l'annuaire officiel de l'Église catholique irlandaise publié par Veritas Publications au nom de la Conférence des évêques catholiques irlandais.

    Selon ces statistiques, 174 religieuses et 166 prêtres et frères sont morts en 2019. 191 autres religieuses sont mortes en 2020, et 223 prêtres et frères sont également décédés. Jusqu'en septembre 2021, 131 autres religieuses sont mortes, ainsi que 131 prêtres et frères.

    Toutefois, les chiffres des annuaires sont probablement optimistes, car tous les ordres religieux ou diocèses ne signalent pas le décès de leur clergé à Veritas. En outre, selon Rip.ie, au moins 76 autres religieuses, au moins 36 autres prêtres et cinq frères religieux sont morts entre octobre et le 4 janvier de cette année.

    L'Irish Examiner a récemment rapporté que le nombre de prêtres devrait diminuer considérablement au cours des prochains mois, à mesure que les pressions exercées sur les paroisses par la pandémie s'atténuent. En effet, les prêtres qui devaient prendre leur retraite mais qui sont restés pour aider leurs collègues espèrent maintenant pouvoir prendre leur retraite. Dans le diocèse de Cork et Ross, par exemple, environ 11 prêtres doivent prendre leur retraite au cours des trois prochaines années. Neuf des 94 prêtres de paroisse en service dans le diocèse ont plus de 75 ans.

    Le père Tim Hazelwood, de l'Association des prêtres catholiques, basé dans le diocèse de Cloyne, a déclaré : "En Irlande, l'Église que nous avons connue dans le passé est en train de mourir. C'est la réalité." On assiste à la disparition de la structure paroissiale catholique traditionnelle. Le Covid-19 a accéléré le changement, et très rapidement, l'ancienne manière traditionnelle avec laquelle l'Église a grandi est littéralement en train de mourir. Il y a un énorme changement qui va se produire, et les églises vont fermer."

    Interrogé sur le nombre de décès, le Bureau de communication catholique a renvoyé l'Irish Examiner à une homélie de l'archevêque Eamon Martin, primat de toute l'Irlande, l'année dernière. Il y déclarait : "Le virus Covid-19 a peut-être frappé au cœur même de notre action et de notre ministère auprès des malades, des mourants et des personnes en deuil, mais il n'a pas pu, n'a pas pu, et ne détruira pas notre espoir et notre conviction que Dieu reste particulièrement proche des personnes qui souffrent, et que Dieu est proche de ceux qui ont le cœur brisé."

  • "Igor et Grichka Bogdanoff étaient habités par la certitude que Dieu existe"

    IMPRIMER

    De RCF Radio :

    Igor et Grichka Bogdanoff, des scientifiques certains de l'existence de Dieu

    "Igor et Grichka Bogdanoff étaient habités par la certitude que Dieu existe", confirme l'agent frères Bogdanoff. Ce lundi 10 janvier, une messe en hommage à Igor et Grichka Bogdanoff est célébrée en l’église de la Madeleine à Paris. Morts à six jours d’intervalle des suite du Covid-19, ils devaient rencontrer prochainement le pape François, avec qui ils voulaient écrire le tome 2 de leur best seller "Dieu et la science" (1991).

    Morts des suites du Covid, les frères Bogdanoff devaient rencontrer le pape

    Nés en 1949 dans le Gers, les célèbres jumeaux scientifiques sont morts à six jours d’intervalle des suites du Covid-19. Grichka le 28 décembre et Igor le 3 janvier. Ils avaient 72 ans. Une messe est célébrée ce lundi 10 janvier en l’église de la Madeleine à Paris pour leur rendre hommage. L'inhumation aura lieu dans la plus stricte intimité.

    Igor et Grichka Bogdanoff avaient prévu de rendre visite au pape François et de le solliciter pour la rédaction de leur livre. 30 ans après la parution de leur best seller "Dieu et la science" (éd. Grasset, 1991) écrit avec Jean Guitton, ils voulaient écrire un tome 2 avec "une personnalité qui aurait une aura nécessaire, une finesse d’esprit qui pourrait lui correspondre", explique leur agent Damien Nougarède. Il avait transmis en main propre une lettre des frères Bogdanoff au souverain pontife, en 2018, en vue de la rédaction de ce livre. Les jumeaux devaient aussi accompagner prochainement Michel-Yves Bolloré et Olivier Bonnassies au Vatican, pour rencontrer le pape. Ils avaient contribué à la rédaction de leur livre "Dieu, la science, les preuves - L'aube d'une révolution" (éd. Guy Trédaniel).

    Igor et Grichka Bogdanoff, des scientifiques certains de l’existence de Dieu

    Au-delà de leurs questionnements sur l’origine de l’univers, ou encore les rapports entre la conscience et la matière, Igor et Grichka Bogdanoff avaient la conviction que Dieu existe. "Ils étaient habités par la certitude que Dieu existe, explique Damien Nougarède, Dieu était très présent dans leur livre." Pour leur agent, « ils citaient en permanence cette phrase d’Einstein : "Tous ceux qui sont sérieusement impliqués dans la science finiront par comprendre qu’un Esprit se manifeste dans les lois de l’univers, un Esprit immensément supérieur à l’homme se manifeste dans les lois de l'univers." »

    Igor et Grichka Bogdanoff était "totalement spirituels, au-delà d’une religion", comme en témoigne leur "finesse d’esprit, leur humanité, leur humilité..." "En 12 ans à leurs côtés je ne les ai jamais entendu dire du mal de qui que ce soit, ils avaient cette bienveillance que l’on retrouve dans une sorte de spiritualité, mais une spiritualité vivante, qui dépasse le cadre d’une religion."

  • La "cancel culture" et la pensée unique évoquées dans le discours du pape au corps diplomatique (10 janvier 2022)

    IMPRIMER

    DISCOURS DU PAPE FRANÇOIS
    AUX MEMBRES DU CORPS DIPLOMATIQUE ACCRÉDITÉS AUPRÈS DU SAINT-SIÈGE
    POUR LA PRÉSENTATION DES VŒUX POUR LA NOUVELLE ANNÉE

    Source

    Salle de la Bénédiction
    Lundi 10 janvier 2022

    Excellences, Mesdames et Messieurs !

    Le temps liturgique de Noël s’est achevé hier, une période privilégiée pour cultiver les relations familiales que nous vivons parfois de façon distraite et lointaine, occupés - comme nous le sommes souvent tout au long de l’année - par de nombreux autres engagements. Aujourd’hui, nous voulons en poursuivre l’esprit en nous retrouvant comme une grande famille qui se rencontre et échange. Au fond, tel est le but de la diplomatie : aider à mettre de côté les désaccords dans la cohabitation humaine, favoriser la concorde et expérimenter combien, lorsque nous dépassons les sables mouvants du conflit, nous pouvons redécouvrir le sens de l’unité profonde de la réalité [1].

    Je vous suis donc particulièrement reconnaissant d’avoir voulu prendre part aujourd’hui à notre “rencontre de famille” annuelle, une occasion propice pour nous formuler réciproquement les vœux pour la nouvelle année et pour regarder ensemble les lumières et les ombres de notre temps. J’adresse un remerciement particulier au Doyen, Son Excellence Monsieur George Poulides, Ambassadeur de Chypre, pour les aimables paroles qu’il m’a adressées au nom de tout le Corps diplomatique. À travers vous, je désire également faire parvenir mon salut et mon affection aux peuples que vous représentez.

    Votre présence est toujours un signe tangible de l’attention que vos pays ont pour le Saint-Siège et pour son rôle dans la communauté internationale. Nombre d’entre vous sont venus d’autres capitales pour cet événement, rejoignant ainsi le nombre conséquent des Ambassadeurs résidents à Rome, auquel sera bientôt s’ajouté celui de la Confédération Helvétique.

    Chers Ambassadeurs,

    nous voyons ces jours-ci combien la lutte contre la pandémie exige encore un effort considérable de la part de tous, et aussi combien la nouvelle année s’annonce difficile. Le coronavirus continue à créer de l’isolement social et à faire des victimes et, parmi ceux qui ont perdu la vie, je voudrais rappeler ici le regretté Mgr Aldo Giordano, Nonce Apostolique bien connu et estimé au sein de la communauté diplomatique. En même temps, nous avons pu constater que là où une campagne de vaccination efficace a eu lieu, le risque d’une évolution grave de la maladie a diminué.

    Il est donc important de poursuivre l’effort pour immuniser autant que possible la population. Cela exige un engagement multiple au niveau personnel, politique, et de la communauté internationale tout entière. Avant tout au niveau personnel. Nous avons tous la responsabilité de prendre soin de nous-mêmes et de notre santé, ce qui signifie également le respect de la santé de qui nous est proche. Le soin de la santé est une obligation morale. Malheureusement, nous constatons de plus en plus que nous vivons dans un monde aux forts contrastes idéologiques. On se laisse souvent conditionner par l’idéologie du moment, souvent construite sur des informations infondées ou sur des faits mal documentés. Toute affirmation idéologique rompt les liens de la raison humaine avec la réalité objective des choses. La pandémie, au contraire, nous impose précisément une sorte de “cure de réalité” qui exige de regarder le problème en face et d’adopter les solutions appropriées pour le résoudre. Les vaccins ne sont pas des outils magiques de guérison, mais ils représentent certainement, en plus des traitements qui doivent être développés, la solution la plus raisonnable pour la prévention de la maladie.

    Lire la suite

  • Jean-Paul II au regard de l'histoire : une conférence en ligne de Paul Vaute ce mardi 11 janvier

    IMPRIMER
    A l'invitation de la société royale Les Amis de l'Université de Liège, l'historien et journaliste honoraire Paul Vaute donne ce mardi 11 janvier, de 17 h. à 18 h. 30, une conférence sur Jean-Paul II au regard de l'histoire.

    L'exposé portera sur la vision, les intentions, les succès, les échecs de ce Pape que Paul Vaute a suivi de près au début de sa carrière dans un journal quotidien qui fut catholique.

    La conférence aurait dû avoir lieu au Sart Tilman. Covid oblige: ce sera une conférence en ligne, qu'on pourra suivre de n'importe où et gratuitement. Il y aura une demi-heure de questions-réponses à la fin. Le lien pour accéder à la réunion se trouve sur le site des Amis de l'Université.

  • Liège. Eglise du Saint-Sacrement (Bd d’Avroy, 132) : exposition des santons de Noël

    IMPRIMER

    affiche_santons 2022.jpg

    20220106_094827.jpg

    20220106_094837.jpg

    20220106_094849.jpg

    20220106_094949.jpg

    20220106_094858.jpg

  • Une théologie de la mort du sacerdoce

    IMPRIMER

    De L'ABBÉ CLAUDE BARTHE sur Res Novae :

    Une théologie et une pratique de la mort du sacerdoce

    « L’Église est à bout de souffle » : c’est le message, pour une part correspondant à la réalité, pour une part fabriqué, que veut donner, en France, en Allemagne, ailleurs, le battage médiatique intense autour des scandales des abus sexuels. Et le message se poursuit : elle doit donc se réformer structurellement en se purifiant de tout cléricalisme dans un mode de fonctionnement plus démocratique, plus synodal.

    Il ne s’agit pas de nier que le cléricalisme soit néfaste, si on l’entend de l’arrogance de certains clercs oubliant que leur « part d’héritage », kleros en grec, est d’abord le ministère et le service. Mais le terme, utilisé comme un slogan et de manière dépréciative, fait en réalité écho aux principes idéologiques de la société moderne, toujours plus sécularisée. Et comme à l’époque de Gambetta et de son cri : « Le cléricalisme, voilà l’ennemi », c’est le sacerdoce catholique qui est visé.

    Une théologie de l’effacement du sacerdoce

    Comme on a connu des théologies de la mort de Dieu, qui avalisent « religieusement » l’athéisme ou l’agnosticisme contemporain[1], on pourrait parler d’une théologie de la mort du sacerdoce donnant une caution « catholique » à l’effacement du sacerdoce dans la société. Les théologiens qui s’y emploient explorent deux types de réflexion, qui ne s’excluent pas mais se complètent.

    • La perspective synodale consiste à faire que presbytérat et épiscopat soient pour le peuple de l’Église locale concrète et émanant de lui. Le P. Hervé Legrand, op, est un bon représentant de cette visée[2]. Il convient de sortir de la figure administrative qu’a revêtue, selon lui, un clergé fonctionnarisé et de retrouver sa conception traditionnelle, ce qu’on lui accordera volontiers, sauf à discuter sur la manière de revenir à la tradition. Il voudrait pour sa part retrouver le modèle de l’organisation ecclésiastique du début du IIIe siècle, qu’on peut deviner à travers la Tradition apostolique d’Hippolyte de Rome. L’Église locale, explique-t-il, était une communauté présidée par un évêque, seul véritable prêtre, entouré de quelques presbytres, qui n’étaient pas encore des sacerdotes. Cette communauté choisissait son pasteur, duquel il n’était pas exigé d’état de vie spécial (célibat). Selon Hervé Legrand, on pourrait revenir à cette organisation en s’inspirant de la manière dont on choisit les diacres permanents : l’Église locale se demanderait de quel type de pasteurs elle a besoin, les appellerait et leur ferait donner une formation locale en phase avec la culture et les nécessités concrètes, sans les obliger nécessairement au célibat. Les pasteurs, dans cette perspective synodale, naîtraient en quelque sorte du Peuple de Dieu pour l’accompagner dans sa mission, et le sacerdoce ministériel apparaîtrait comme une émanation et un service du sacerdoce des fidèles.
    • La perspective de « pluriministérialité » (Henri-Jérôme Gagey, Céline Baraud) cherche à intégrer, pour ne pas dire à noyer, le sacerdoce dans un foisonnement de ministères laïcs issus des charismes du Peuple de Dieu[3]. A l’origine a été un article du P. Joseph Moingt, sj : « L’avenir des ministères dans l’Église catholique »[4], qui parlait de la possibilité de « distribuer à d’autres ministres, et notamment à des laïcs, tout ou partie des fonctions jusqu’ici exercées par des prêtres ».

    Le P. Christoph Theobald, sj, qui joue actuellement un rôle très actif dans les commissions préparant l’assemblée du Synode sur la synodalité, avec des théologiens comme Arnaud Join-Lambert (Suisse), Alphonse Borras (Belgique), Gilles Routhier (Québec), imagine l’avenir comme ceci[5] : en Europe de l’Ouest, les prêtres fort rares de demain devront être des « prêtres-passeurs », la plupart du temps itinérants, qui éduqueront les chrétiens à la foi, feront mûrir leur sens des responsabilités, puis s’effaceront ; des ministres laïcs stables prendront le relais sur le terrain, et assureront une « présence d’Église », dans la gouvernance des communautés, dans le service de la Parole (prédication, catéchèse, animation de la liturgie, écoute qui pourrait entre autres doubler ou suppléer le sacrement de pénitence), dans l’hospitalité (accueil, rencontres). Les « prêtres-passeurs » pourront d’ailleurs être repérés et choisis par les communautés parmi ceux qui assureront ces ministères pluriels. Et plutôt qu’une formation spécialisée dans des séminaires, l’ensemble de ces acteurs et même l’ensemble de la communauté pourra bénéficiera d’une formation permanente.

    Lire la suite