Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Eglise - Page 4

  • Décapitation, terrorisme islamique, sous la loupe des "hommes en noir"

    IMPRIMER

    Du site de l'Homme Nouveau :

    Décapitation, terrorisme islamique : une analyse du Club des Hommes en Noir

    Décapitation, terrorisme islamique : une analyse <br>du Club des Hommes en Noir

    Le Club des Hommes en Noir attaque sa troisième saison. Cette émission fondée en 2012, sur une radio bien connue, par Philippe Maxence, a un concept simple : l'actualité de l'Église décryptée par des prêtres et un laïc, sans langue de buis ! Vous pouviez les entendre, grâce au studio vidéo de L'Homme Nouveau vous pouvez maintenant les voir ! Les nouveaux épisodes sont disponibles chaque vendredi.

    Cette semaine, le Club des Hommes en Noir composé de l'abbé Guillaume de Tanouärn, du père Jean-François Thomas et de Jean Pierre-Maugendre, sous la direction de Philippe Maxence a mené une émission exceptionnelle sur l'assassinat de Samuel Paty par un terroriste musulman.

     

  • L'Église catholique mexicaine va présenter des excuses publiques pour les crimes commis contre les peuples amérindiens lors de la colonisation espagnole

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    L'Église mexicaine demandera pardon pour les crimes de la colonisation

    Le Mexique célébrera en 2021 les deux cents de son indépendance. À cette occasion, l'Église catholique du pays entend présenter des excuses publiques aux peuples amérindiens pour les crimes commis contre eux lors de la colonisation espagnole. C'est qu'a annoncé le président de la conférence épiscopale quelques jours après que le président du Mexique, via son épouse, ait apporté au Vatican une lettre allant dans ce sens.

    Cette initiative est partie de la lettre du président mexicain Andrés Manuel López Obrador, adressée au Pape et portée au Vatican par son épouse, Beatriz Gutiérrez Müller, le 10 octobre. Selon ACIprensa, le chef de l'État y écrit que «l'Église catholique, la monarchie espagnole et l'État mexicain doivent présenter des excuses publiques aux peuples originels qui ont subi les atrocités les plus honteuses, le pillage de leurs biens et de leurs terres, pour être soumis».

    Le 15 octobre, Mgr Rogelio Cabrera López, président de la Conférence épiscopale mexicaine (CEM) et archevêque de Monterrey, a assuré le président mexicain que l'Église demandera pardon pour les abus commis lors de la conquête de l'Amérique, il y a 500 ans, et le fera en 2021. «Nous voulons le faire, mais nous voulons aussi nous tracer un chemin, comme nous l'avons toujours fait pour le bien des peuples originels», a déclaré le président de la CEM.

    L'archevêque de Monterrey a cependant ajouté que «naturellement, nous, les personnes et les institutions, devons être en mesure de demander pardon», soulignant que «les peuples indigènes ont une longue histoire de souffrance. Non seulement pendant la conquête, mais au cours des siècles et jusqu'à nos jours, ils ont vu leurs droits bafoués».

    Ne pas oublier les malheurs d'aujourd'hui

    «Il y a sans aucun doute des événements douloureux et tragiques, comme la conquête de Tenochtitlan, l'actuel Mexico, mais même ces derniers temps, il y a des problèmes qui font mal aux yeux, qui obscurcissent le paysage. Il y a le cas d'Ayotzinapa. Nous avons ainsi pu énumérer de nombreux autres événements qui ont brisé la communion, la communauté humaine», a-t-il souligné, rappelant la disparition de 43 jeunes dans la ville d'Ayotzinapa, dans l'État de Guerrero, en 2014.

    «L'Église catholique au Mexique», a-t-il déclaré, «est toujours prête non seulement à demander pardon, mais aussi à avoir une mémoire pénitentielle pour suivre ce chemin de réconciliation».

    Lire la suite

  • Les célébrations avec un maximum de 200 personnes restent autorisées dans les églises

    IMPRIMER

    De cathobel.be :

    Protocole de l’Église Catholique en vue de la reprise des célébrations liturgiques – À partir du 1 octobre 2020 jusqu’au 19 novembre 2020

    Vendredi 23 octobre 2020, le Gouvernement Fédéral a décidé  que le protocole du 1er octobre 2020 reste en vigueur durant les prochaines semaines pour les célébrations dans nos églises, avec un maximum de 200 personnes qui peuvent donc participer à une cérémonie religieuse, à condition, bien sûr, que la distance de 1,5 m et les autres règles de sécurité soient pleinement respectées. Cette prolongation est valable jusqu’au 19 novembre.

    Il faut garder à l’esprit que le déroulement de chaque célébration peut entraîner des implications pour d’autres paroisses et communautés de croyants. Les croyants et les prêtres célèbrent en effet l’eucharistie dans différentes paroisses. Le présent protocole en tient compte. Il nous propose une direction identique, dans le respect de la responsabilité de l’unité pastorale et des fabriques d’église.

    Les églises de monastères, d’abbayes et de couvents accessibles au public peuvent se baser sur le présent protocole.

    Lire la suite sur cathobel.be

  • Le cardinal Becciu a-t-il transféré 700.000 euros en Australie pour tenter de faire condamner le cardinal Pell ?

    IMPRIMER

    Lu sur le site du Figaro :

    Pédophilie : la police enquête sur des soupçons de transfert d'argent dans l'affaire du cardinal Pell

    La police australienne enquête sur le transfert d'une somme de 700.000 euros qui aurait été transféré par un rival du cardinal afin de rassembler des preuves contre lui.

    22 octobre 2020

    La police australienne enquête sur une importante somme d'argent qui aurait été transférée en Australie par un rival du cardinal George Pell dans l'objectif de le faire condamner dans une affaire de pédophilie.

    Début octobre, un quotidien italien avait révélé que 700.000 euros auraient été transférés en Australie afin de rassembler des preuves contre l'ex-secrétaire à l'Économie du Vatican, finalement acquitté en avril.

    Une porte-parole de la police fédérale a confirmé mercredi 21 octobre que des informations relatives à ces accusations ont été transmises à l'organisme de lutte contre la corruption de l'État de Victoria, où se situe Melbourne, la ville dont Pell a été archevêque.

    Une rivalité à l'origine d'un complot ?

    Début octobre, le journal italien Corriere della Sera avait affirmé que Giovanni Angelo Becciu, un rival du cardinal australien au Vatican, serait à l'origine d'un complot visant à calomnier le cardinal australien.

    Fin septembre, Mgr Becciu, qui était l'un des cardinaux les plus influents du Vatican, a été écarté par le pape François en raison de soupçons de «détournements de fonds» en faveur de sa famille. Il a fermement nié toute ingérence dans le procès du cardinal Pell.

    L'ex-secrétaire à l'Économie du Saint-Siège, âgé de 79 ans, avait été déclaré coupable en décembre 2018 d'agressions sexuelles sur deux enfants de chœur en 1996 et 1997 dans la cathédrale de Melbourne dont il était l'archevêque.

    En avril, le prélat, qui a toujours nié ces accusations, a été acquitté en appel par la plus haute juridiction d'Australie. Le cardinal fait toujours l'objet d'une action au civil intentée par le père d'un ancien enfant de chœur décédé en 2014.

  • L'accord provisoire entre le Saint-Siège et la Chine renouvelé pour deux ans

    IMPRIMER
    Du site des Missions Etrangères de Paris, cette nouvelle à laquelle on pouvait s'attendre :

    L’accord provisoire Chine-Vatican, signé le 22 octobre 2018 pour deux ans, a été renouvelé pour une nouvelle période de deux ans ad experimentum. Le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État du Saint-Siège, l’a confirmé ce mercredi 21 octobre à Rome. Le cardinal Parolin a rappelé que l’accord concerne en priorité « la situation de l’Église, un point spécifique qui est la nomination des évêques ». « L’objectif est l’unité de l’Église », a-t-il souligné, en écartant une éventuelle reprise des relations diplomatiques et en saluant le fait qu’aujourd’hui, « tous les évêques en Chine sont en communion avec le pape ».

    L’accord entre le Vatican et la Chine, entré en vigueur le 22 octobre 2018 pour une durée de deux ans, a été renouvelé pour deux ans ad experimentum.

    Le Vatican a renouvelé son accord avec la Chine, signé il y a deux ans, pour une nouvelle durée de deux ans ad experimentum, dans le but de poursuivre l’unification de l’Église catholique en Chine. Les deux parties ont accepté de prolonger la phase expérimentale de l’accord pour deux nouvelles années, a confirmé un communiqué officiel du Vatican, publié le 22 octobre. L’accord, déjà signé le 22 octobre 2018, a été accepté principalement dans le but d’éviter la nomination des évêques chinois directement par le Parti communiste de Pékin sans l’accord du pape. Le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État du Saint-Siège, a expliqué que si l’accord reste secret, il a précisé que c’est un « secret relatif, car de nombreux contenus sont déjà connus ». Le renouvellement de l’accord a déjà reçu des critiques, affirmant qu’il ne servirait qu’à permettre au gouvernement chinois de renforcer l’oppression contre l’Église « souterraine ». Mais de son côté, le cardinal Parolin, qui a défendu l’accord en répondant aux questions des journalistes, a souligné que « nous espérons que l’Église en Chine pourra redécouvrir son unité grâce à cet accord, et que par cette unité, elle devienne un instrument au service de la propagation de l’Évangile dans la société chinoise et d’un développement authentique pour tous les habitants du pays ».

    « En ce qui concerne l’accord, nous pouvons nous considérer comme heureux », a-t-il ajouté. « Nous espérons que les termes de l’accord pourront être mieux appliqués et de façon continue. Ensuite, il y a aussi beaucoup d’autres problèmes que l’accord ne visait pas à résoudre. » Certains observateurs ont spéculé sur d’éventuelles réouvertures des relations diplomatiques entre le Vatican et la Chine, qui ont été rompues il y a sept décennies. Toutefois, le cardinal Parolin a affirmé que « pour l’instant, il n’est pas question de relations diplomatiques, nous nous concentrons sur l’Église ». Il a expliqué qu’il ne s’agit pas de traiter des questions politiques, mais des besoins d’ordre pastoral des catholiques chinois. Il a ajouté que « nous avons eu des résultats importants comme le fait que tous les évêques en Chine sont en communion avec le Pape ». « Il n’y a plus d’évêques illégitimes, cela me semble être un progrès notable. À partir de là, il s’agit de redémarrer et puis, pas à pas, de trouver une normalisation de l’Église en Chine », a-t-il insisté. L’accord a été renouvelé « sans aucun changement ni ajout », a affirmé une source vaticane.

    (Avec Ucanews et Vaticannews)

  • Les propos du pape sur l'union civile de personnes homosexuelles suscitent la polémique

    IMPRIMER

    Du site "Benoît et moi" :

    D'aleteia.org :

    Du blog de Jeanne Smits :

    Et le cardinal Muller ne mâche pas ses mots :

    Le cardinal Gerhard Ludwig Müller, ancien préfet de la Congrégation pour la doctrine de la Foi, ne mâche pas ses mots suite à la déclaration du pape François sur les « couples » homosexuels. Selon le prélat allemand, « les catholiques sont irrités et les ennemis de l'Église se sentent soutenus par le représentant de notre Seigneur Jésus-Christ. »

    Et de rappeler que « la foi ne dépend pas d’une option politique se situant à droite ou à gauche ou encore d’une position idéologique conservatrice ou progressiste, mais uniquement de la Vérité que Dieu lui-même est dans sa Personne et qu’il communique par les enseignements de son Fils unique. »
    Puis le cardinal Müller rappelle que « si le chrétien croit en Dieu comme Vérité première et reconnaît le pape et les évêques comme successeurs de Pierre et des autres apôtres, la loyauté envers le pape est différente de la papolâtrie idolâtre, semblable au principe selon lequel le chef ou le parti a toujours raison : partout où il y a tension entre la parole évidente de Dieu et les expressions d’opinions d’autre part, même par les plus hautes autorités ecclésiales, un seul principe doit s’appliquer : « in dubio pro DEO. » Le magistère est au seul service de la Parole de Dieu et n’est jamais au-dessus de la Révélation. La récente déclaration du pape François sur les « couples homosexuels » est l’expression d’une opinion purement privée que tout catholique peut et doit contredire ouvertement. »

    Source : Kathnet via ProLiturgia.org

  • Mgr Olivier de Germay succède au cardinal Barbarin à Lyon : il devient le « Primat des Gaules »

    IMPRIMER

    Mgr de Germay 7800908863_monseigneur-olivier-de-germay-nouvel-archeveque-de-lyon-en-2014-a-ajaccio.jpgCe « jeune » évêque de 60 ans était depuis 2012 évêque d'Ajaccio, en Corse-du-Sud. Profil du nouvel archevêque par Jean-Marie Guénois dans le « Figaro » (extrait) :

    « Pour prendre la succession du cardinal Philippe Barbarin, à Lyon, le pape François a choisi un évêque classique et diplomate, ancien officier parachutiste, Olivier de Germay. Ce « jeune » évêque de 60 ans était depuis 2012 évêque d'Ajaccio (Corse-du-Sud). Bien que considéré moins important que l'archevêque de Paris, il devient ainsi le Primat des Gaules, c'est-à-dire l'évêque titulaire du siège épiscopal le plus ancien de l'Église de France. C'est un poste capital pour l'Église qui va projeter ce discret personnage au premier rang national où il sera amené à prendre des positions fortes.

    Discret, Mgr de Germay l'est en effet. Cet homme de prière a toujours fui la notoriété pour se consacrer à sa mission de prêtre et d'évêque qu'il aborde par l'intériorité. Choisi pour devenir évêque par Benoît XVI en 2012, il se rangerait plutôt dans cette spiritualité et façon de vivre l'Église. Sans oublier que cet ancien élève de Saint-Cyr, plutôt frêle d'aspect - il fut toutefois membre du premier régiment des Hussards parachutistes de Tarbes et il a servi en Afrique et en Irak - s'est formé à la théologie à Paray-le-Monial, puis à Rome à l'institut pontifical Jean-Paul II pour la famille. Le pape François a d'ailleurs choisi le jour de la Saint Jean-Paul II, ce 22 octobre, pour annoncer cette nomination.

    Discret donc mais déterminé. Que cela soit sur les sujets de société ou de morale et de théologie catholique, Mgr de Germay soucieux d'une belle liturgie mais sans crispation, a toujours témoigné de prises de position orthodoxes, sans concession sur le fond mais qu'il a l'art de faire passer en douceur, par un fort témoignage de cohérence personnelle et de vie de prière, devant des publics les plus difficiles.

    Son premier public difficile sera le diocèse de Lyon, sans doute le plus complexe à gouverner de France et particulièrement blessé, et divisé, par ce que l'on a appelé « l'affaire Barbarin », une plaie encore ouverte dans la communauté catholique lyonnaise et française. »

    Ref. Le pape François choisit Mgr Olivier de Germay pour succéder au cardinal Barbarin à Lyon

    JPSC

  • Ce que le pape François a vraiment dit sur l'union des couples homosexuels

    IMPRIMER

    Lu sur le site web « aleteia » cette note puisée à la source d’I.Media : « Ce que nous devons faire, c’est une loi de cohabitation civile, ils ont le droit d’être légalement couverts », déclare le pape à propos des couples homosexuels dans le documentaire Francesco d’Evgeny Afineevsky, sorti en Italie le 21 octobre 2020. « Les homosexuels ont le droit d’être dans la famille, ils sont les enfants de Dieu, ils ont le droit à une famille » :

    « Dans le documentaire Francesco d’Evgeny Afineevsky, qui doit être présenté le 21 octobre à la Fête du Cinéma du Rome, les grandes étapes du pontificat en cours du pape sont présentées en s’appuyant principalement sur des témoignages, des images d’archive, mais aussi sur quelques brefs entretiens exclusifs. Lors de l’un d’entre eux, le pontife répond à une question coupée au montage, mais qui semble porter sur la façon dont l’Église catholique doivent accueillir les homosexuels et la société les protéger.

    La réponse exacte du pape est celle-ci : « Les homosexuels ont le droit d’être dans la famille, ils sont les enfants de Dieu, ils ont le droit à une famille. On ne peut pas expulser quelqu’un d’une famille ou lui rendre la vie impossible à cause de cela. Ce que nous devons faire, c’est une loi de cohabitation civile, ils ont le droit d’être légalement couverts. J’ai défendu cela. » À noter que l’expression « cohabitation civile » (“convivencia civil” en espagnol) est traduite en sous-titre anglais dans le documentaire par « union civile ».

    Le pontife semble faire référence, quand il affirme avoir « défendu cela », à son passé argentin. En 2002, la ville de Buenos Aires est sur le point d’adopter une union civile et son évêque – Mgr Bergoglio – aurait, selon plusieurs sources, fait savoir son désaccord, sans pour autant s’opposer publiquement. Mais en 2010, avant que le gouvernement Kirchner autorise le mariage homosexuel partout en Argentine, le primat du pays serait revenu sur sa première position et aurait soutenu la solution d’une union civile. Cependant, il aurait été mis en minorité par une partie plus conservatrice de l’épiscopat argentin et l’Église catholique aurait officiellement maintenu une ligne plus “dure”.

    La réponse du pape à un homosexuel

    À noter que la déclaration du pape intervient, dans le documentaire, après le témoignage d’Andrea Rubera, homosexuel italien, qui raconte avoir reçu un coup de téléphone du pape après lui avoir demandé par lettre si c’était une bonne idée de confier ses enfants à sa paroisse. Il disait s’inquiéter du “trauma” que cela pouvait constituer pour eux s’ils étaient mal accueillis.

    Andrea Rubera, qui dans la vie est inclusion manager dans une grande entreprise italienne – c’est-à-dire en charge de l’intégration des homosexuels et des personnes d’origine étrangère dans l’entreprise – explique que le pontife lui a demandé de confier ses enfants à sa paroisse tout en étant « transparents » à propos de leur famille. Mais, explique-t-il, il n’a pas donné de point de vue personnel sur leur position.

    Une position officielle ouverte sur la question des unions civiles

    C’est la première fois qu’un pontife s’exprime officiellement en faveur de cette option. En 2014, un officiel du Vatican, Mgr Bruno Forte, avait affirmé que l’Église rejetait l’usage d’une « terminologie similaire » pour définir l’union hétérosexuelle et homosexuelle, mais n’excluait pas « la recherche d’une éventuelle codification des droits qui peuvent être accordés aux personnes vivant dans une union homosexuelle » afin de les protéger.

    Le pontife avait cependant déjà fait le même constat dans le livre d’entretien avec Dominique Wolton Politique et Société, paru en 2017, sans pour autant s’engager clairement. Interrogé par le sociologue français sur le mariage des personnes du même sexe, il affirmait alors : « le “mariage” est un mot historique. Depuis toujours dans l’humanité, et non pas seulement dans l’Église, c’est un homme et une femme. On ne peut pas changer cela comme ça, à la belle étoile […] C’est la nature des choses. Elles sont comme ça. Appelons donc cela les “unions civiles”.»

    À noter que le réalisateur Evgeny Afineevsky a déjà par le passé été investi dans le rapprochement entre cause homosexuelle et religion, en l’occurence avec la communauté juive. En effet, en 2009, il avait fait paraître une comédie engagée Oy Vey! My Son Is Gay!! dans laquelle il racontait l’histoire d’une famille juive de New-York où un fils se révèle être homosexuel…

    Ref. Ce que le pape François a vraiment dit sur l'union des couples homosexuels

    Cohabitation civile, union civile ou mariage (civil ?) ce n’est pas la même chose : pour débrouiller ces  qualifications successives, le site « aleteia » vous propose d'ailleurs un « décryptage » de Camille Dalmas intitulé " Derrière la phrase du Pape sur les homosexuels, un montage habile ».Et si on laissait au pape Bergoglio le soin de préciser plus soigneusement sa pensée pour sortir de l'imbroglio ?

    JPSC

  • Le cardinal Parolin : un négationniste ?

    IMPRIMER

    Lu sur aleteia.org :

    Il n’y a pas de "persécutions" en Chine contre les catholiques, affirme le cardinal Parolin

    Antoine Mekary

    I.Media21/10/20

    Les catholiques en Chine ne subissent pas de "persécutions" mais font face à des réglementations qui concernent toutes les religions, a considéré le cardinal secrétaire d’État Pietro Parolin devant des journalistes qui l’interrogeaient en marge d’une conférence à Rome le 21 octobre 2020. Il a par ailleurs lancé « un signal positif » concernant le renouvellement de l’accord avec la Chine qui arrive à son terme le 22 octobre.

    « Aucune signature n’est nécessaire, il se prolonge simplement », a déclaré le cardinal Parolin concernant le renouvellement de l’accord avec la Chine, ajoutant : « Tout ira bien ». « Je vous laisse avec un signal positif », a-t-il encore lancé avant d’inviter à attendre le 22 octobre « pour savoir » si l’accord du Vatican avec la Chine sera bien renouvelé.

    « Nous sommes contents de l’accord. Mais bien sûr il existe de nombreux problèmes que l’accord ne se proposait pas de résoudre », a-t-il poursuivi. « Quelles persécutions ? Il faut user des paroles avec beaucoup de soin. Il y a des règlements qui ont été appliqués et qui regardent toutes les religions y compris l’Église catholique », a-t-il considéré.

    Le principal objectif reste la communion avec le Pape

    Le « souhait » est que l’Église chinoise grâce à cet accord « trouve son unité et que cette unité permette le développement authentique de tous ses habitants ». « On se concentre sur l’Église », a encore affirmé le cardinal, expliquant que le traité ne comprenait pas de volet diplomatique. « Le principal est que tous les évêques légitimes de Chine soient en communion avec le pape. »

    Sur le contenu de l’accord, le haut prélat a expliqué qu’il était tenu sous un « secret relatif, parce que beaucoup de ce que contient le document en question, je crois que vous le connaissez vous aussi ». « Mais le texte, par accord des deux parties, est ad experimentum, et donc reste secret », a-t-il déclaré.

    Sur la situation des catholiques en Chine : http://www.belgicatho.be/apps/search?s=Chine+catholiques&search-submit-box-search-6500=OK

  • Covid-19 : des assemblées limitées à 40 personnes dans les églises ?

    IMPRIMER

    De Jean-Jacques Durré sur cathobel.be :

    Nombre maximum de personnes admises aux célébrations: retour en arrière?

    Pas vraiment. Il faut savoir que le protocole défini au 1er octobre demeure en vigueur dans nos églises jusqu’au 23 octobre. Jusqu’à ce vendredi donc, le nombre maximum de personnes admises aux célébrations demeure 200, à condition, bien sûr, que toutes les normes sanitaires soient respectées.

    Pour ce qui concerne la réglementation après le 23 octobre, il faut attendre la décision du Conseil fédéral des Ministres. C’est ce jour-là qu’il se penchera sur la demande des évêques de Belgique de maintenir la possibilité d’accueillir jusqu’à 200 personnes.

    « Nous vous tiendrons immédiatement au courant quand nous aurons plus de clarté. Merci de votre compréhension en ces circonstances difficiles », mentionne un court communiqué de la Conférence épiscopale.

    Pour le père Tommy Scholtès sj, porte-parole francophone des évêques, il est impératif que l’Eglise catholique soit en mesure « d’apporter le soutien, humain et spirituel nécessaires » et il ajoute: « Le chiffre de 40 personnes serait une affliction de plus en ce temps pénible ».

    Pour lui, comme pour les membres de la Conférence épiscopale, compte tenu de la grandeur et l’aération de la plupart des églises, des larges possibilités de distanciation, de la bonne observation des règles durant les célébrations et le port du masque généralisé dans les églises, il est essentiel que ce nombres de 200 fidèles maximum, toujours en fonction de la taille de l’édifice, soit maintenue. Le père Scholtès ajoute qu’il faut prendre en considération « l’importance des célébrations nourrissantes et stimulantes dans la vie des personnes, en particulier en ces jours de commémoration des défunts ». L’Eglise se doit aussi d’accompagner humainement et spirituellement la peine, le désarroi et l’inquiétude des personnes, conclut le porte-parole des évêques.

    J.J.D.

    Lire le communiqué des évêques

  • Saint Jean-Paul II (22 octobre) né il y a cent ans

    IMPRIMER

    D'"Evangile au Quotidien" :

    St Jean-Paul II

    Saint Jean-Paul II
    « Le Géant de Dieu »
    Pape (263e) de 1978 à 2005

     « Au vu de la dimension extraordinaire avec laquelle ces Souverains Pontifes ont offert au clergé et aux fidèles un modèle singulier de vertu et ont promu la vie dans le Christ, tenant compte des innombrables requêtes partout dans le monde, le Saint-Père François, faisant siens les désirs unanimes du peuple de Dieu, a disposé que les célébrations de saint Jean XXIII, Pape, et de saint Jean-Paul II, Pape, soient inscrites dans le Calendrier Romain général, la première le 11, la deuxième le 22 octobre, avec le degré de mémoire facultative. […] »

    De la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, 29 mai 2014, solennité de l’Ascension du Seigneur.

    « Frères et sœurs, n’ayez pas peur d’accueillir le Christ et d’accepter son pouvoir ! Aidez le Pape et tous ceux qui veulent servir le Christ et, avec la puissance du Christ servir l’homme et l’humanité entière ! N’ayez pas peur ! Ouvrez, ouvrez toutes grandes les portes au Christ ! À sa puissance salvatrice ouvrez les frontières des États, les systèmes économiques et politiques, les immenses domaines de la culture, de la civilisation, du développement. N’ayez pas peur ! 

    Ces paroles mémorables, prononcées le 22 octobre 1978 dans l’homélie du début du pontificat (>>> Vidéo Extraits du discours du Pape) restent, désormais, sculptées dans les cœurs de tous les chrétiens et des hommes de bonne volonté du monde entier.

    Ce que le Pape demandait à tous, lui même l’a fait en premier : il a ouvert au Christ la société, la culture, les systèmes politiques et économiques, en inversant, avec la force d’un géant qui venait de Dieu, une tendance qui pouvait sembler irréversible.

    Karol Józef Wojtyła, devenu Jean-Paul II à son élection au Siège apostolique d'octobre 1978, est né le 18 mai 1920 à Wadowice, petite ville située à 50 km de Cracovie. Il est le plus jeune des trois enfants de Karol Wojtyła et d'Émilie Kaczorowska. Sa mère mourut en 1929. Son frère aîné Edmund, qui fut médecin, est décédé en 1932 ; leur père, ancien sous-officier, en 1941. Leur sœur Olga était décédée avant la naissance de Karol.

    Il fut baptisé le 20 juin 1920, dans l'église paroissiale de Wadowice, par le prêtre François Żak, fit sa Première Communion à neuf ans et reçut la Confirmation à dix-huit ans. Ses études secondaires près l'École Marcin Wadowita de Wadowice achevées, il s'inscrit en 1938 à l'Université Jagellon de Cracovie et à un cours de théâtre. L'Université ayant été fermée en 1939 par l'occupant nazi, le jeune Karol dut travailler sur un chantier de l'usine chimique Solvay afin de gagner sa vie et d'échapper à la déportation en Allemagne.arol Józef Wojtyła, devenu Jean-Paul II à son élection au Siège apostolique d'octobre 1978, est né le 18 mai 1920 à Wadowice, petite ville située à 50 km de Cracovie. Il est le plus jeune des trois enfants de Karol Wojtyła et d'Émilie Kaczorowska. Sa mère mourut en 1929. Son frère aîné Edmund, qui fut médecin, est décédé en 1932 ; leur père, ancien sous-officier, en 1941. Leur sœur Olga était décédée avant la naissance de Karol.

    À compter de 1942, ressentant l'appel au sacerdoce, il suivit les cours de formation du Séminaire clandestin de Cracovie. Il fut à la même époque l'un des promoteurs du Théâtre Rapsodique, lui aussi clandestin.

    Après la Seconde Guerre mondiale, il poursuivit ses études au Grand Séminaire de Cracovie à peine rouvert, et également à la Faculté de théologie de l'Université Jagellon, jusqu'à son ordination sacerdotale à Cracovie le 1er novembre 1946 des mains du cardinal Adam Stefan Sapieha. Il fut ensuite envoyé à Rome par le cardinal Sapieha et poursuivit ses études doctorales sous la direction du dominicain français, le P. Garrigou-Lagrange. Il soutint en 1948 sa thèse en théologie consacrée à la Foi dans l'œuvre de saint Jean-de-la-Croix (Doctrina de fide apud Sanctum Ioannem a Cruce). Durant ce séjour romain, il occupa son temps libre pour exercer son ministère pastoral auprès des émigrés polonais de France, de Belgique et des Pays-Bas.

    Il rentra en 1948 en Pologne pour être vicaire en diverses paroisses de Cracovie et aumônier des étudiants jusqu'en 1951 où il reprit ses études philosophiques et théologiques.

    En 1953, il soutint à l'Université catholique de Lublin une thèse intitulée « Mise en valeur de la possibilité de fonder une éthique catholique sur la base du système éthique de Max Scheler ». Il accéda ensuite à l'enseignement professoral de la théologie morale et d'éthique sociale au Grand Séminaire de Cracovie et à la Faculté de théologie de Lublin.

    Le 4 juillet 1958, le Vénérable Pie XII (Eugenio Pacelli, 1939-1958) le nomma Évêque titulaire d'Ombi et auxiliaire de Cracovie et, le 28 septembre suivant, il reçut la consécration épiscopale des mains de l'Archevêque Eugeniusz Baziak, en la cathédrale du Wawel (Cracovie).

    Le 13 janvier 1964, il fut nommé Archevêque de Cracovie par  saint Paul VI (Giovanni Battista Montini, 1963-1978) qui, le 26 juin 1967, l'éleva au cardinalat, du titre de S. Cesareo in Palatio, une diaconie élevée au rang presbytéral pro illa vice (pour l’occasion). Après avoir participé au Concile Vatican II (1962-1965), où il offrit notamment une importante contribution à l'élaboration de la constitution Gaudium et Spes, le Cardinal Wojtyła prit part à toutes les assemblées du Synode des Évêques.

    Au cours du second Conclave de 1978, il fut élu Pape par les Cardinaux le 16 octobre et prit le nom de Jean-Paul II. Le 22 octobre, Jour du Seigneur, il entamait solennellement son ministère de 263e successeur de l'Apôtre Pierre. Son pontificat de près de 27 années allait être l'un des plus longs de l'histoire de l'Église.

    Jean-Paul II a exercé son ministère pétrinien avec un inlassable esprit missionnaire, prodiguant toutes ses énergies, poussé par la sollicitude pastorale envers toutes les Églises et par la charité ouverte à l'humanité tout entière. En vingt-six années de pontificat, le pape Jean-Paul II a accompli 104 voyages apostoliques hors d'Italie et 146 visites dans ce pays. Comme Évêque de Rome, il a visité 317 des 333 paroisses de son diocèse.

    Plus qu'aucun de ses prédécesseurs, il a rencontré le Peuple de Dieu et les Responsables des nations : aux 1166 audiences générales du mercredi ont participé plus de 17 600 000 pèlerins, sans compter toutes les autres audiences spéciales et les cérémonies religieuses [plus de 8 millions de pèlerins seulement au cours du Grand Jubilé de l'An 2000] ; outre les millions de fidèles qu'il a rencontrés au cours de ses visites pastorales en Italie et dans le monde. Nombreuses sont les personnalités gouvernementales reçues en audience : il suffit de rappeler les 38 visites officielles et les 738 audiences ou rencontres de chefs d'État, ainsi que les 246 audiences et rencontres de premiers ministres.

    Son amour pour les jeunes l'a poussé à lancer en 1985 les Journées mondiales de la Jeunesse, et les dix-neuf JMJ de son pontificat ont rassemblé des millions de jeunes dans diverses parties du monde. D'autre part, son attention à la famille s'est exprimée par la tenue de Rencontres mondiales des Familles entreprises à son initiative en 1994.

    Il a promu avec succès le dialogue avec les juifs et avec les représentants des autres religions, les invitant parfois à des rencontres de prière pour la paix, en particulier à Assise.

    Sous sa direction l'Église s'est approchée du troisième millénaire et a célébré le grand Jubilé de l'An 2000, selon les orientations indiquées dans la Lettre apostolique Tertio Millennio Adveniente. Celle-ci s'est ensuite ouverte à la nouvelle époque, en recevant ses indications dans la Lettre apostolique Novo Millennio Ineunte, dans laquelle il montrait aux fidèles le chemin de l'avenir.

    Avec l'Année de la Rédemption, l'Année mariale et l'Année de l'Eucharistie il a promu le renouveau spirituel de l'Église.

    Il a donné une impulsion extraordinaire aux canonisations et aux béatifications, pour montrer d'innombrables exemples de la sainteté d'aujourd'hui, qui soient un encouragement pour les hommes de notre temps. Jean-Paul II a procédé à 147 cérémonies de béatification (1338 bienheureux) et à 51 de canonisation (482 saints). Il a proclamé Docteur de l'Église sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus.

    Il a considérablement élargi le Collège des Cardinaux, en en créant 231 en neuf Consistoires, plus un in pectore, dont le nom n'a jamais été révélé. Il a également présidé six réunions plénières du Sacré Collège.

    Jean-Paul II a présidé quinze Synodes des Évêques : six Assemblées ordinaires (1980, 1983, 1987, 1990, 1994 et 2001), une générale extraordinaire (1985), huit spéciales (1980, 1991, 1994, 1995, 1997, 1998 [2] et 1999).

    Il a prononcé 20 351 discours pendant son seul pontificat dont 3438 hors d'Italie. Au nombre de ses documents majeurs, on compte quatorze encycliques, quinze exhortations apostoliques, onze constitutions apostoliques et quarante-cinq lettres apostoliques.

    À titre privé, en tant que Docteur, a également publié cinq livres : Entrer dans l'espérance (octobre 1994) ; Don et Mystère  en ce 50ème anniversaire de mon ordination sacerdotale (novembre 1996) ; Triptyque romain - Méditations poétiques (mars 2003) ; Levez-vous et allons ! (mai 2004) et Mémoire et Identité (février 2005).

    Les seuls écrits officiels représentent plus de 80 000 pages ; à cela il faut ajouter des publications à titre personnel et sans doute des milliers de lettres et documents privés divers.

    Il a promulgué le Catéchisme de l'Église catholique, à la lumière de la Tradition, interprétée avec autorité par le Concile Vatican II. Il a également réformé les Codes de droit canonique latin et oriental, a créé de nouvelles institutions et réorganisé la Curie romaine.

    Jean-Paul II est décédé au Vatican le 2 avril 2005 à 21 h 37, tandis qu'on entrait déjà dans le Jour du Seigneur, Octave de Pâques et Dimanche de la Divine Miséricorde.

    Les funérailles se sont déroulées le >>> 08/04/05 alors que, depuis son décès, plus de trois millions de fidèles étaient venus à Rome saluer sa dépouille, attendant jusqu'à 24 heures avant d'entrer dans la basilique Saint-Pierre.

    Le 28 avril, le nouveau pape Benoît XVI a accordé la dispense des cinq années après la mort pour l'ouverture de la Cause en béatification-canonisation de Jean-Paul II. La procédure canonique a été ouverte le 28 juin suivant par le card. Camillo Ruini, Vicaire général pour le diocèse de Rome.

    Jean-Paul II (Karol Józef Wojtyła) a été officiellement élevé aux honneurs des autels le dimanche 1er mai 2011au cours de la messe de béatification, sur la place Saint-Pierre de Rome, présidée par le pape Benoît XVI  (>>> Homélie).

    Le  27 avril 2014 sa Sainteté le pape Francesco a proclamé Saints ses prédécesseurs Jean XXIII et Jean-Paul II. Un moment de joie et de prière pour les 800 000 et plus fidèles qui, du monde entier, ont conflué dans la place Saint-Pierre, mais aussi le début d'un voyage éternel dans la gloire de l'Église catholique.

    Pour un approfondissement :
    >>> Canonisation des bienheureux Jean XXIII et Jean-Paul II

  • Unions civiles de personnes homosexuelles : "rien de nouveau" dans les propos du pape...

    IMPRIMER

    D'Anita Bourdin sur zenit.org :

    Unions civiles: rien de nouveau ni contre la « Doctrine » dans les propos du pape François

    Non au rejet, oui à la couverture légale

    OCTOBRE 21, 2020

    Un documentaire sorti à Rome ce mercredi 21 octobre 2020 fait grand bruit: le pape François y parle notamment des unions homosexuelles et il affirme qu’il est bon qu’elles aient un cadre juridique. Mais il semble qu’en fait le pape ne dise « rien de nouveau », déclare le p. Antonio Spadaro, ni rien qui soit contre la « Doctrine » catholique.

    Il s’agit du documentaire « Francesco », du cinéaste d’origine russe, Evgeny Afineevsky, 48 ans, et dont c’est aujourd’hui l’anniversaire.

    Le réalisateur a été salué par la critique pour son travail qui a recueilli des témoignages et des images ou des paroles du pape François et de personnalités, comme le pape émérite Benoît XVI, le cardinal Luis Antonio Tagle, Mgr Charles Scicluna, un neveu du pape, José Ignacio Bergoglio, trois membres de Sant’Egidio – Daniela Pompei, Mauro Garofalo, et Alberto Quattrucci -, Soeur Norma Pimentel, avocate des réfugiés du Mexique, Juan Carlos Cruz, Chilien, victime d’abus sexuels et activiste pour les survivants comme lui.

    Le père Antonio Spadaro, jésuite italien proche du pape, directeur de La Civiltà Cattolica, a confié ce mercredi soir au journal télévisé de la télévision catholique Tv2000 que le passage de l’entretien dans lequel le pape parle en espagnol des unions civiles est extrait d’une interview réalisée il y a quelque temps par la journaliste vaticaniste Valentina Alazraki pour la télévision mexicaine. Et qu’il n’y a « rien de nouveau ». En tant qu’archevêque de Buenos Aires, Jorge Mario Bergoglio avait la même position.

    Non au rejet, oui à la couverture légale

    Que dit le pape, en espagnol? Il parle, dans l’interview mexicaine, de « l’intégration familiale des personnes avec orientation homosexuelle ». Et il souligne, dans l’extrait du documentaire: « Les personnes homosexuelles ont le droit d’être dans une famille, ils ont droit à une famille. On ne peut chasser personne de sa famille, ni lui faire une vie impossible pour cela. »

    Le pape ajoute alors sans transition un autre sujet (comme si une question intermédiaire avait sauté dans le format du documentaire, et absente de l’entretien mexicain diffusé ainsi que cette réponse): « Les personnes homosexuelles vivant ensemble ont le doit à une couverture légale. Ce que nous devons faire, c’est une loi de vie commune (« conviviencia ») civile: ils ont le droit d’être couverts légalement. J’ai défendu cela. »

    Ces propos ne peuvent pas être isolés de ce que le pape dit dans son livre entretien avec le journaliste français Dominique Wolton – « Politique et société, rencontres avec Dominique Wolton » (Editions de l’Observatoire, 2017) – qui lui demande clairement: « Que penser du mariage avec des personnes de même sexe? » Le pape répond d’abord sur la terminologie en disant que le mot « mariage » est un mot « historique »: « Depuis toujours dans l’humanité, et non pas seulement dans l’Eglise, c’est un homme et une femme. On en peut pas changer cela comme ça (…). On ne peut pas changer cela. C’est la nature des choses. Elles sont comme ça. »

    Revenant aux unions homosexuelles, le pape ajoute: « Appelons donc cela les « unions civiles ». Ne plaisantons pas avec les vérités. Il est vrai que derrière cela, il y a l’idéologie du genre. Dans les livres aussi les enfants apprennent que l’on peut choisir son sexe. Parce que le genre, être une femme ou être un homme, ce serait un choix et pas un fait de la nature? Cela favorise cette erreur. Mais disons les choses comme elles sont: le mariage, c’est un homme avec une femme. Ca c’est le terme précis. Appelons l’union du même sexe « union civile ». »

    « Rien de nouveau »

    Pour le p. Antonio Spadaro, qui accompagne le pape dans ses voyages, « le réalisateur du film « Francesco » met ensemble une série d’interviews qui ont été faites au pape François au cours du temps, ce qui donne une grande synthèse de son pontificat et de la valeur de ses voyages ».

    Il y a entre autres, ajoute l’expert du pontificat, « des passages tirés d’une interview de Valentina Alazraki, une journaliste mexicaine, et le pape y parle d’un droit à la protection légale des couples homosexuels mais sans entacher la Doctrine. »

    Il signale un autre témoignage recueilli dans le film où « il est dit explicitement que le pape François n’a pas l’intention de changer la Doctrine » et il ajoute: « En même temps le pape François est très ouvert aux exigences réelles de la vie concrète des personnes. »

    Le p. Spadaro conclut : « Donc, il n’y a rien de nouveau. Il s’agit d’une interview donnée déjà il y a un bout de temps et déjà connue de la presse. Mais en même temps on comprend comment à l’intérieur de ce film, on répète l’importance de ce que le pape François confie à des paroles d’écoute et de protection de personnes qui vivent des situations de crise ou de difficulté. Ce qui reste et ce qui frappe c’est la capacité d’écoute que le pape manifeste. »

    ...mais ce n'est pas l'avis de Mgr Vigano : Mgr Carlo Maria Viganò réagit aux propos du pape François favorables aux unions civiles pour les homosexuels