Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Eglise - Page 6

  • Saint Antoine, père des moines

    IMPRIMER

    saint_26.jpgSource : Missel.free (Voir également le site "Hodie mecum eris in paradisio", notamment pour l'iconographie)

    Antoine, né vers 251 en Haute Egypte, avait dix-huit ans lorsque moururent ses parents, chrétiens à la fortune considérable, qui lui laissaient le soin d'élever sa petite sœur. Observant et pratiquant, il fut un jour vivement frappé par cette invitation de Jésus : « Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu as et donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel : viens et suis-moi ! » (Mat, XIX 21). Il obéit, mais fit toutefois une réserve des ressources nécessaires à sa sœur. Bientôt il fut impressionné par une autre parole du Sauveur : « Ne vous mettez pas en peine du lendemain. » (Mat, VI 34). Il se débarrassa de sa réserve, confia sa sœur à une communauté de vierges, et se retira dans une solitude voisine de Qéman, entre Memphis et Arsinoé ; conduit par un vieil ascète, Antoine partagea son temps entre la prière et le travail. Cette demi-retraite ne lui suffit pas longtemps ; quand sa réputation lui amena trop des visiteurs, il se réfugia dans un des anciens tombeaux égyptiens de la montagne où, de temps à autre, un ami lui apportait des provisions. Là commencèrent ses tribulations : le démon lui livrait de furieuses attaques. Un matin l'ami charitable le trouva étendu inanimé sur le sol ; il le rapporta au village où, le croyant mort, on prépara ses funérailles. Antoine reprit ses sens et demanda à être ramené immédiatement dans sa grotte.

    Lire la suite

  • Pékin met en scène la "sinisation" du catholicisme

    IMPRIMER

    D'AsiaNews :

    Pékin met en scène la "sinisation" du catholicisme

    Dans le palais archiépiscopal de la capitale - à l'occasion du 15e anniversaire de l'ordination épiscopale de Mgr Li Shan - 41 panneaux ont relu l'histoire du christianisme en Chine selon les directives de Xi Jinping. En donnant plus d'importance au patriotisme qu'à Matteo Ricci.

    Le mot clé sur lequel insistent les autorités de Pékin chaque fois qu'elles parlent du rôle des religions dans le pays est "sinisation". Le président Xi Jinping lui-même, dans le discours fleuve avec lequel il a célébré son troisième mandat lors du 20e congrès du Parti communiste chinois, a promis de poursuivre son engagement "en faveur de la sinisation de la religion, en guidant l'adaptation de la religion et de la société socialiste au contexte chinois". Mais que signifie concrètement la sinisation ?

    Un exemple emblématique de la manière dont les organismes officiels veulent que cette directive soit interprétée nous vient d'une exposition inaugurée il y a quelques jours au palais épiscopal de Pékin à l'occasion du 15e anniversaire de l'ordination épiscopale de Monseigneur Joseph Li Shan, l'archevêque de la capitale, nommé en 2007 avec l'assentiment du Saint-Siège avant même la signature de l'accord provisoire de 2018. Depuis quelques mois, Li Shan est également président de l'Association patriotique des catholiques chinois, l'organe "officiel" par lequel le gouvernement contrôle les activités de l'Église en Chine. C'est peut-être aussi la raison pour laquelle ils ont voulu marquer cet anniversaire par un signe qui rappelle explicitement la directive sur laquelle Xi Jinping insiste.

    L'exposition est intitulée "Honorer le ciel et aimer le pays". L'histoire de la sinisation du catholicisme à Pékin", se compose de 41 panneaux avec plus de 600 images, et - rapporte une note officielle du diocèse - "a nécessité près de 16 mois de travail et a fait l'objet de cinq séries de discussions entre experts, avec de nombreuses ébauches et brouillons, pour ordonner systématiquement et résumer de manière exhaustive le processus historique de la sinisation du catholicisme à Pékin".

    Le panneau d'introduction explique que l'objectif de l'initiative est de "promouvoir davantage la sinisation du catholicisme, de mieux comprendre l'importante déclaration du secrétaire général Xi Jinping sur la religion, de promouvoir l'excellente culture chinoise, de renforcer la confiance culturelle et d'explorer les riches ressources culturelles catholiques de Pékin".

    Dès les images diffusées de l'exposition sur le compte WeChat du diocèse de Pékin, la centralité du thème du patriotisme apparaît clairement : dans la section sur les origines historiques de la sinisation, l'image du grand jésuite Matteo Ricci et quelques exemples des premières tentatives d'inculturation apparaissent en effet. Dans l'ensemble, cependant, une place beaucoup plus importante est accordée à l'histoire des corps patriotiques, avec l'image centrale de l'archevêque Fu Tieshan (1931-2007), figure clé à Pékin de l'affirmation de l'idée d'une Église "autonome" par rapport à Rome. 

  • Plus de 360 millions de chrétiens victimes d'un niveau élevé de persécution et de discrimination à cause de leur foi

    IMPRIMER

    Du site de l'organisme de défense des chrétiens persécutés dans le monde "Portes Ouvertes" :

    Plus de 360 millions de chrétiens subissent un niveau élevé de persécution et de discrimination à cause de leur foi.

    En se limitant aux 50 pays qui figurent dans l’Index mondial de persécution, ce ne sont pas moins de 312 millions de chrétiens qui sont confrontés à des niveaux très élevés ou extrêmes de persécution. En consultant les profils de ces pays, vous découvrirez pour chacun d’eux des informations, des histoires et des sujets de prières, ainsi que des moyens de soutenir l’église persécutée par la prière et l'action.  En savoir plus sur l’Index mondial de persécution.

  • Pourquoi ce silence du pape alors qu'un évêque nicaraguayen est condamné à l'exil ou à la prison ?

    IMPRIMER

    Lu sur Il Sismografo :

    Nicaragua

    La sentence est déjà écrite pour Mgr Alvarez : l'exil volontaire ou la prison. Pendant ce temps, le pape reste silencieux, mais pourquoi ? Est-ce qu'il négocie avec Ortega ?

    L'"auto-exil" de Monseigneur Rolando Alvarez est possible, peut-être négocié avec le Vatican. Il s'agirait de la troisième expulsion d'un évêque par Daniel Ortega depuis 1986. Le prélat nicaraguayen a déjà fait savoir qu'il préférait la prison.

    En théorie, le procès de la dictature nicaraguayenne, menée par le couple Daniel Ortega-Rosario Murillo, contre Monseigneur Rolando Alvarez est toujours en cours, mais le verdict est connu et largement diffusé : l'évêque, accusé de subversion et d'atteinte aux principes démocratiques, acceptera de s'exiler "volontairement" ou purgera sa peine en prison. Entre-temps, selon les rapports de la presse centraméricaine, le faux procès se déroule avec des audiences clandestines et l'évêque de Matagalpa et administrateur apostolique d'Estelí n'a pas été autorisé à désigner un avocat. Le défenseur des droits de l'homme Pablo Cuevas, se référant au procès pénal initié par le régime, souligne : "Jamais dans l'histoire du Nicaragua ni dans l'histoire de l'Amérique centrale, à ma connaissance, un évêque en exercice n'a été jugé, qui plus est avec une procédure pleine d'irrégularités pour le condamner pour des crimes qui, entre autres, ne peuvent même pas être prouvés". "Le sort de Monseigneur Álvarez est scellé, ajoute l'avocat, et il existe déjà une sentence de condamnation dont certains détails circulent déjà. Nous savons déjà ce qui va se passer. Les sentences sont prononcées à El Carmen (résidence d'Ortega)".

    Dans cette affaire, il est de notoriété publique qu'Ortega a déjà pris sa décision. L'évêque a deux alternatives : soit il va en prison pour plusieurs années afin de purger une lourde peine car il est coupable - selon l'acte d'accusation - de "conspiration criminelle visant à porter atteinte à l'intégrité nationale et à diffuser de fausses nouvelles au détriment de l'État et de la société" ; soit l'évêque quitte le pays et accepte ainsi l'exil volontaire, une peine dont on ne peut accuser la dictature d'Ortega. La farce de l'auto-exil devrait empêcher le régime d'ajouter ce fait - grave et également prévu pour intimider - à la longue liste des attaques du gouvernement nicaraguayen contre la liberté religieuse.

    Dans ce contexte, qui n'est pas nouveau au Nicaragua, il est impossible - avec toute la bonne volonté possible - de comprendre le moins du monde pourquoi le pape François se tait, et plus généralement, pourquoi la diplomatie vaticane qui a été humiliée en mars dernier avec l'expulsion en quelques heures du représentant papal de l'époque à Managua, Waldemar Stanislaw Sommertag, se tait.

    Si le "cas Alvarez" se termine par un auto-exil, peut-être dans le cadre de négociations avec le Vatican pour éviter l'emprisonnement du prélat, il sera le troisième évêque que Daniel Ortega expulse du pays pour se débarrasser d'une voix libre et autonome de défense des droits de l'homme.

    Aujourd'hui, cependant, même pour le Vatican, la principale question est de savoir ce que Monseigneur Alvarez pense et veut faire. Récemment, un évêque du Honduras, du diocèse de Danlí, Monseigneur José Antonio Canales, a déclaré qu'il savait de source autorisée que Monseigneur Alvarez avait déclaré qu'il n'accepterait pas l'auto-exil et qu'il préférait donc la prison plutôt que d'avouer des crimes qu'il n'avait jamais commis et, surtout, de se soumettre à la volonté de la dictature.

    Au Nicaragua, dans l'Eglise locale, mais aussi à l'étranger dans de nombreux gouvernements, notamment sur le continent américain, on soupçonne à juste titre qu'Ortega a réussi, comme par le passé, à entraîner la diplomatie vaticane dans son jeu en utilisant tous les moyens comme monnaie d'échange. C'est ce qui s'est passé avec Monseigneur Vega et avec Monseigneur Báez [1], qui a été amené à Rome pour n'avoir "rien fait", au point qu'il s'est réfugié, de sa propre initiative, à Miami où il travaille toujours dans la pastorale de la communauté nicaraguayenne. 
    _________________
    [1] (Ortega prépare l'expulsion de Monseigneur Rolando Álvarez. Il pourrait s'agir du troisième de la "série" qui a débuté en 1986 - 6 octobre 2022/Il Sismografo)

  • Un prêtre nigerian est mort brûlé dimanche après que des bandits aient mis le feu à son presbytère

    IMPRIMER

    De Courtney Mares sur Catholic News Agency :

    Nigerian priest

    Un prêtre catholique brûlé à mort au Nigeria
     
    Le père Isaac Achi, un prêtre catholique nigérian, a été assassiné dans l'État du Niger le 15 janvier 2023. | Diocèse de Minna

    15 janvier 2023

    Un prêtre catholique est mort brûlé dimanche après que des bandits aient mis le feu au presbytère de sa paroisse dans le nord du Nigeria.

    Le corps du père Isaac Achi a été retrouvé dans le presbytère carbonisé de l'église catholique Saints Pierre et Paul le 15 janvier, selon le diocèse catholique de Minna, au Nigeria.

    Il est mort après que des bandits armés ont attaqué la résidence du prêtre dans le village de Kafin Koro à 3 heures du matin. Un autre prêtre du presbytère, le père Collins Omeh, a échappé au bâtiment, mais a été blessé par balle et est soigné dans un hôpital.

    Alhaji Sani Bello Abubakar, le gouverneur de l'État nigérien du Niger où l'attaque a eu lieu, a qualifié l'attaque d'"impie et inhumaine" et a ordonné aux agences de sécurité locales de poursuivre les assaillants, selon le Daily Post.

    "C'est un moment triste, pour un prêtre d'être tué de cette manière signifie que nous ne sommes pas tous en sécurité, ces terroristes ont perdu la tête, et une action drastique est nécessaire pour mettre fin à ce carnage en cours", a déclaré Bello.

    Achi était le curé de l'église catholique Saints Peter et Paul où il est mort. Il était également président de sa branche locale de l'Association chrétienne du Nigeria (CAN).

    "Que l'âme du très révérend père Isaac Achi et les âmes de tous les fidèles décédés reposent dans une paix parfaite", a déclaré le diocèse de Minna dans un communiqué partagé par le Nigeria Catholic Network.

    Courtney Mares est correspondante à Rome pour la Catholic News Agency. Diplômée de l'université de Harvard, elle a travaillé dans des bureaux de presse sur trois continents et a reçu la bourse Gardner pour son travail avec les réfugiés nord-coréens.

  • Dans quelle direction le pontificat de François va-t-il aller à l'avenir ?

    IMPRIMER

    De Christopher R. Altieri sur le Catholic World Report :

    Vers où va évoluer le pontificat de François dorénavant ?

    Les partisans de tous bords du pape François ont leurs prédictions et pronostics, qui se répartissent grosso modo en deux grandes catégories.

    14 janvier 2023

    "Morto 'n papa se ne fa n'altro", disent les Romains - "Quand un pape meurt, on en fait un autre" - et comme toutes les maximes, proverbes et autres dictons de sagesse sociale, celle-ci est toujours vraie. Seulement, en quoi est-elle vraie cette fois-ci ?

    Le pape François est le premier, depuis plus de six siècles, à succéder à un ancien pape vivant. La question est donc de savoir comment le pontificat de François va changer, maintenant que son prédécesseur est disparu.

    Les partisans de tous bords du pape François ont leurs prédictions et leurs pronostics, qui se répartissent grosso modo en deux grandes catégories : ceux qui s'attendent à ce que François fasse tout ce qui est en son pouvoir, et ceux qui s'attendent à ce qu'il passe en mode fin de partie / consolidation de la succession. Il y a beaucoup de vœux pieux et beaucoup de craintes. Tout le monde a tort, mais cela ne veut pas dire que personne n'a raison.

    Le nouveau pape ... conforme à ce qu'il a été ?

    La récente réorganisation du vicariat de Rome par le pape François corrobore en partie cette thèse. En effet, le pape a réduit le gouvernement de son territoire d'origine à un gouvernement personnel. Tout comme la rupture avec son cardinal vicaire pour la ville dont elle a donné le signal, cette mesure de réforme était à la fois attendue depuis longtemps et conforme aux autres efforts de réforme du pape François. François a passé près d'une décennie à gouverner l'Église, principalement sans la curie.

    Le pape François a toujours préféré une approche "pratique" du gouvernement de l'Église, mais cela ne l'a pas toujours bien servi. Dans le cas de l'évêque Juan Barros au Chili et celui de Gustavo Zanchetta en Argentine, la gestion personnelle du pape François n'a pas exactement conduit à un semblant de justice rendue. Dans des cas comme ceux d'Anthony Apuron de Guam ou - plus récemment - de Marko I. Rupnik SJ, il est difficile de dire si les individus et les organes chargés en dernier ressort d'enquêter sur les affaires et de juger les hommes impliqués administraient la justice ou s'ils faisaient la volonté de leur maître.

    Bien sûr, il a de temps en temps plié tel ou tel département curial à sa volonté - sa création d'un superdicastère pour le "développement humain intégral" et sa décision de confier cet organisme à un confrère de confiance me viennent à l'esprit, tout comme l'utilisation qu'il a faite du service des cultes divins pour mettre en œuvre sa destruction législative de l'héritage liturgique de Benoît XVI.

    Les gouvernants qui réussissent ont tendance à déléguer de plus en plus, surtout lorsqu'ils commencent à percevoir qu'ils approchent de la fin. Le pape François fait le contraire. C'est peut-être parce qu'il n'a pas la fin de son règne en vue. Cela peut donner un indice de sa propre mesure de son succès dans la réforme.

    Un dirigeant qui a l'impression d'échouer aura tendance à faire de la gestion directe plutôt que de la délégation, mais cette tendance à la domination personnelle n'est pas nouvelle pour le pape François, et ne peut donc pas servir d'indice de ses propres sentiments sur la façon dont les choses se passent. Compte tenu du poids de la fonction papale, il est difficile de voir comment une participation plus active et plus directe au travail quotidien du gouvernement pourrait être saine, même pour un homme de dix ans plus jeune. Ce n'est certainement pas praticable, quoi que l'on pense de cet homme.

    Lire la suite

  • "Jean-Paul II et les fidèles laïcs" : un livre de Claude Callens

    IMPRIMER

    Du site de l'éditeur (Mame) :

    Couverture

    À l'heure où la place des laïcs est au cœur des réflexions de l'Église, il n'est pas inutile de revenir sur l'enseignement de saint Jean-Paul II sur ce sujet décisif. Claude Callens le resitue dans la tradition de l'Église et en montre la profonde parenté avec le concile Vatican II. Mais, avec le génie qui le caractérise, Jean-Paul II développe et approfondit cet héritage jusqu'à en faire une véritable théologie du laïcat, qui définit l'action des laïcs à l'intérieur mais surtout à l'extérieur du sanctuaire, et qui s'accompagne d'une réanimation spectaculaire de la doctrine sociale de l'Église. Si les résultats de cette œuvre prophétique sont encore en deçà des espérances qu’elle soulevait, nul doute qu’elle restera pour longtemps une indispensable boussole pour l’Église.

    L'auteur (source) : Claude Callens, marié depuis 1966, père de sept enfants, grand-père de dix-neuf petits-enfants. Romaniste de formation, professeur de français dans l’enseignement officiel, il a approfondi les textes des encycliques et la doctrine sociale de l’Église, enseigné au Séminaire de Namur (pendant plus de vingt ans) ainsi qu'à l’Ecole de la Foi à Namur pour enfin terminer sa carrière comme professeur à l'Institut Supérieur de Théologie du diocèse de Tournai.

    Collection : Fondation Jean-Paul II
    Date de parution : 13 janv. 2023
    Pagination : 96 pages
    Format : 12 cm X 19 cm
    EAN : 9782728933907
    Informations techniques :

    Broché

    prix :  12,90 euros

  • Le pape saint Marcel Ier (16 janvier)

    IMPRIMER
    (Source) Marcel Ier (né en ? – mort le 16 janvier 309) Élu pape le 27 mai 308
     
    (« Histoire des souverains pontifes romains » (Tome 1) par A. de Montor paru en 1846,
    « Résumé de l’histoire des papes » par A. Bouvet de Cressé, paru en 1826
    et « Le Vatican ou Portraits historiques des papes » paru en 1825)

    Après la mort du pape Marcellin en octobre 304, le clergé de Rome gouverna l’Église, sans évêque, l’espace de trois ans et demi. Mais après ce temps, on résolut de se mettre sous la conduite d’un saint homme, connu sous le nom de Marcel, qui mit tous ses soins au rétablissement de la discipline qui s’était un peu altérée pendant le trouble des persécutions.

    Prêtre originaire de Rome, fils de Benoît, appartenant à la l’illustre famille Savelli selon certains auteurs, Marcel se signala par son zèle et par sa sagesse. Il divisa Rome en vingt-cinq titres ou paroisses : les prêtres qu’il en nomma titulaires étaient chargés d’administrer le baptême et la pénitence à ceux qui, du paganisme, passeraient au christianisme. Il créa vingt et un évêques, vingt-cinq prêtres et deux diacres. Il s’attira ainsi la haine de ceux qu’il voulait réformer, et bientôt la division se mit parmi les fidèles, et la ville de Rome retentit de querelles et de meurtres.

    Pape Marcel Ier (308 - 309)
    L’empereur Maxence (306-312), rejetant la cause du désordre sur Marcel, lui ordonna de renoncer au titre d’évêque et de sacrifier aux idoles. Incarcéré, Marcel fut condamné à servir de palefrenier dans les écuries impériales. Ses clercs l’en retirèrent environ neuf mois après, et le menèrent chez une sainte veuve nommée Lucine, matrone romaine qui l’accueillit généreusement dans sa maison qu’elle convertit alors en église ; mais Maxence, ayant appris son évasion, le fit reconduire dans ces mêmes écuries, où, soit insalubrité du lieu, soit dénuement absolu des choses nécessaires à la vie, il périt de misère, le 16 janvier de l’année 309.On lui attribue une lettre aux évêques d’Antioche, dans laquelle il aurait déclaré que l’Église romaine devait s’appeler primatiale, et être reconnue comme la tête de toutes les autres. Mais Novaes dit que cette lettre, ainsi qu’une autre adressée à Maxence, doit être considérée comme supposée.Marcel fut enseveli par la bienheureuse Lucine et Jean, prêtre de l’Église romaine, dans la cimetière de Priscille, et de là transféré à l’église de Saint-Marcel, qu’il avait bâtie. Fleury dit de Marcel qu’ « il avait été odieux à plusieurs, parce qu’il voulait obliger ceux qui étaient tombés pendant la persécution, à faire pénitence de leur crime, et la division en vint jusqu’à la sédition et au meurtre. » Marcel n’accomplissait qu’un devoir en intimant cette pénitence, qui était conforme aux règles de l’Église et aux devoirs du pontife chargé de les faire respecter par tous les chrétiens.
  • Croire que l'homme a été créé par une "force spirituelle" : une contre-vérité scientifique ?

    IMPRIMER

    Plusieur chaînes télévisées se sont fait l'écho d'un sondage de l’IFOP et de la Fondation Jean Jaurès selon lequel la croyance en une force spirituelle créatrice des hommes serait une contre-vérité scientifique au même titre qu'affirmer que la terre est plate. Cet amalgame mérite des éclaircissements que nous trouvons dans les archives du site Aleteia.org :

    L’homme est-il le fruit de l’évolution ou a-t-il été créé par Dieu ?

    par Rémi Sentis - (publié le 04/12/21)

    Sur l’origine de l’homme, le discours scientifique et le discours de foi sont dans des registres différents. Ces approches ne doivent pas s’ignorer totalement. S’il y a continuité biologique entre l’homme et l’animal, il y a discontinuité ontologique.

    De même qu’elle hantait les Anciens depuis les Grecs et les Babyloniens, la question des origines de l’homme nous hantent constamment. Les mythes grecs s’y attardent et dans l’Écriture, ce sujet est central puisque c’est par là que commence la Bible. La plupart des Pères de l’Église ont commenté le début de la Genèse. Du côté des biologistes c’est l’objet de travaux depuis Lamarck et Darwin. Il est clair que l’approche biologique (avec la théorie de l’évolution) et l’approche théologique (avec la Création) de cette question se placent dans des registres différents. 

    Foi et raison

    Comme il s’agit cependant du même fait historique, il convient de s’assurer que ces approches ne sont pas en contradiction l’une avec l’autre.C’est l’une des exigences du chrétien que de conjuguer foi et raison et l’approche théologique ne peut rejeter d’un revers de main les acquis de la paléontologie et de la biologie. Ainsi convient-il de rappeler la déclaration de saint Jean Paul II en 1996 (Discours devant l’Académie pontificale des Sciences) : « Aujourd’hui, de nouvelles connaissances conduisent à reconnaître dans la théorie de l’évolution plus qu’une hypothèse. Il est en effet remarquable que cette théorie se soit progressivement imposée à l’esprit des chercheurs, à la suite d’une série de découvertes faites dans plusieurs disciplines du savoir. La convergence nullement recherchée et provoquée, des résultats de travaux menés indépendamment les uns des autres, constitue par elle-même un argument significatif en faveur de cette théorie. » Le Pape ajoutait ensuite qu’il convenait de manifester son opposition aux idéologies matérialistes qui pourraient être tirée de cette théorie. Du point de vue de la foi, il faut aussi prendre en compte les conséquences du fait que l’homme est créé pour être au sommet de toute la création : « Dieu a tout créé pour l’homme […]. L’homme, grande et admirable figure vivante, est plus précieux aux yeux de Dieu que la création toute entière » (Catéchisme de l’Église catholique, 358).

    La théorie de l’évolution

    La théorie classique de l’évolution repose sur le concept d’ascendance commune, la sélection naturelle et l’évolution par mutation, confirmées par les observations. Outre la reconnaissance d’une très grande variabilité des individus au sein d’une même espèce, à partir des observations venant de la biogéographie — des espèces proches mais distinctes se trouvant dans des milieux géographiques séparés les uns des autres — on conclut logiquement que ces espèces proviennent d’une ascendance commune. De plus, les zoologistes notent qu’il existe une surpopulation naturelle dans la plupart des espèces (un nombre de naissances très largement supérieur au nombre d’individus arrivant à l’âge adulte) et bien sûr une sélection naturelle : comme les individus subissent des mutations, il en apparaît de moins bien adaptés à l’environnement qui survivent plus mal, et d’autres mieux adaptés qui auront une descendance plus importante. Enfin, les espèces animales procèdent les unes des autres et la notion d’espèces, certes courante et commode, doit être utilisée avec prudence (car, s’il est simple d’affirmer que deux individus appartiennent à des espèces différentes, il est plus difficile de dire où est la limite exacte entre deux espèces voisines).

    Lire la suite

  • Pour le Patriarche copte Tawadros II, l'homosexualité contredit le plan de Dieu et la Bible

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    Le Patriarche copte Tawadros II : l'homosexualité contredit le plan de Dieu et la Bible

    14 janvier 2023

    Le Caire (Agence Fides) - Les comportements homosexuels ne sont pas conformes à la Bible et à la volonté créatrice de Dieu, qui a "créé Adam et Eve". C'est ce qu'a réaffirmé le Patriarche copte orthodoxe Tawadros II, lors d'une interview à la télévision égyptienne. Le Pape Tawadros a également fait référence aux programmes spécifiques mis en place dans les écoles maternelles et primaires appartenant à l'Église copte pour élever les garçons et les filles à l'abri des théories et des thèses considérées comme ambiguës et non conformes à la Bible concernant les questions liées à la relation entre les sexes et à l'orientation sexuelle.

    Les propos du Pape Tawadros reprennent des considérations déjà exprimées dans le passé par le Patriarche copte orthodoxe sur les questions de moralité sexuelle. En août 2017 (voir Fides 31/8/2017), répondant aux questions sur les mariages homosexuels avec lesquelles les journalistes l'avaient accueilli à son arrivée en Australie, le Patriarche copte orthodoxe avait fait remarquer que, selon l'Écriture Sainte, " Dieu a créé l'homme et la femme ", et que le seul mariage possible " est celui entre l'homme et la femme ". Pour cette raison, a ajouté le Patriarche à cette occasion, le mariage homosexuel est "inacceptable" pour la foi chrétienne, et "est considéré comme un péché". C'est un péché". Des considérations similaires ont été exposées par le pape Tawadros lors de sa catéchèse publique du mercredi 27 septembre 2017.

    Auparavant (voir Fides 24/2/2016), lors d'un de ses voyages en Indonésie, le cheikh égyptien Ahmed al Tayyeb, grand imam d'Al Azhar et cosignataire avec le Pape François du " Document d'Abou Dhabi " sur la fraternité, avait exprimé ses critiques à l'égard de " certains chefs d'Églises aux États-Unis " qui " acceptent les mariages homosexuels ". Je me demande", avait ajouté le Grand Imam sunnite, "ce qu'il reste de la Bible dans ces églises. Et que diront-ils devant Jésus, la paix soit avec lui'. (GV)

    (Agence Fides 14/1/2022)

  • Des archéologues découvrent une église paléochrétienne avec des mosaïques ornementales à Jéricho

    IMPRIMER

    De Joe Bukuras sur Catholic News Agency :

    Des archéologues découvrent une église paléochrétienne avec une mosaïque ornée à Jéricho

    13 janvier 2023

    Une équipe d'archéologues israéliens a découvert une église byzantine du sixième siècle avec des sols en mosaïque très décorés. 

    L'unité d'archéologie de l'administration civile, qui supervise les sites historiques en Judée et Samarie, a annoncé mercredi que l'église a été trouvée à Jéricho, une ville palestinienne située en Cisjordanie, selon le Times of Israel.

    L'agence fait partie de la Coordination des activités gouvernementales dans les territoires du gouvernement d'Israël, qui dépend du ministère de la Défense.

    Le média rapporte que l'église fait 250 mètres carrés, ce qui en aurait fait une église relativement grande pour son époque. L'administration civile a déclaré que l'église était encore utilisée pendant la première période musulmane, selon le média.

    L'islam est arrivé dans la région au début du septième siècle, lorsque l'armée musulmane a vaincu Jérusalem en 636. Selon le média, les sols en mosaïque de l'église n'ont pas été endommagés par l'iconoclasme - la destruction d'images religieuses - même si l'islam interdit d'exposer des icônes et des images en public.

    Spectacular Byzantine church mosaics uncovered near Jericho ...

    Selon le Times, la nef de l'église est presque entièrement préservée. La nef est la partie centrale de l'église où les laïcs prient, s'agenouillent et louent pendant la liturgie. Une mosaïque élaborée de tresses de vigne et de représentations d'animaux recouvre la nef, selon le Times.

    L'administration civile a déclaré que l'église avait été construite avec des matériaux qui ne provenaient pas de la région, notamment du marbre et de la pierre noire bitumée, rapporte le journal. 

    L'administration civile a déclaré qu'il aurait été difficile de transporter ces matériaux dans la région, ce qui indique que les bâtisseurs de l'église étaient riches, selon le média.

    Une inscription grecque de trois mètres de long commémorant deux personnalités publiques qui ont contribué à la construction de l'église, Georgios et Nonus, a également été trouvée dans l'église, selon le Times.

    Le média indique que la zone où se trouvait l'église a subi un important tremblement de terre en l'an 749 qui a détruit des églises dans toute la région. L'église, cependant, était abandonnée avant le tremblement de terre, selon le média.

    L'administration civile a déclaré qu'elle "accorde une grande importance à la découverte d'antiquités" et poursuivra ses travaux archéologiques "pour continuer à découvrir le passé glorieux de la région", selon le Times.

    Les ruines de l'église seront exposées au musée du Bon Samaritain, ainsi que les mosaïques, selon le journal. Le musée est situé près de Ma'ale Adumim, en Cisjordanie.

    Le musée est dédié au partage des preuves historiques des religions juive, chrétienne et samaritaine, selon le site Web.

    Au début ou au milieu du sixième siècle, la région où l'église a été trouvée aurait été sous la gouvernance de l'empereur catholique Justinien de l'Empire byzantin.

    Joseph Bukuras est rédacteur à la Catholic News Agency. Joe est titulaire d'une licence en sciences politiques de l'Université catholique d'Amérique. Il a effectué des stages à la Chambre des représentants des États-Unis, dans le cadre d'une campagne sénatoriale, à la Chambre des représentants de l'État du Massachusetts et à la Susan B. Anthony List. Il est basé dans la région de Boston.

  • Les changements d’affectation des lieux de culte catholique se multiplient en région liégeoise

    IMPRIMER

    Du site de la RTBF :

    Fermer des églises, oui, mais pour quoi faire ? Les autorités diocésaines liégeoises prônent plutôt un partage avec "d’autres chrétiens"

    La basilique de Cointe transformée en centre d’escalade, l’église du Bouhay en hébergement pour femmes en détresse, la chapelle Notre-Dame-en-Chemin à Boncelles en bureaux, du logement en projet à la paroisse Saint-Lambert de Soumagne ou à l’ancien monastère de Chèvremont, les exemples de changement d’affectation des sanctuaires religieux ne manquent pas, en région liégeoise, sans parler de l’hypothèse d’un musée à Saint-Pholien en Outremeuse. Pour Saint-Pierre à Saive ou Saint-Antoine-l’Hermite à Queue-du-Bois, les réflexions sont en cours. Les reconversions ne sont pas aisées. Les édifices appartiennent parfois à des congrégations, mais souvent, ils sont propriétés publiques, et les opérations de désacralisation passent par des autorisations communales ou régionales. L’évêché ne maîtrise pas tous les éléments pour éviter qu’un acheteur fasse n’importe quoi. Mais il tente de conserver à ces lieux la dignité de leurs fonctions. Ça passe souvent par un partage avec d’autres chrétiens : les syriaques à Saint-Simon-des-Oliviers à Herstal, les orthodoxes grecs à Saint-Jean-Baptiste de Verviers, les géorgiens à la chapelle du Calvaire du Laveu, voire des évangélistes aux Oblats.

    Il y a là un patrimoine à conserver, mais les frais de chauffage ou d’entretien de bâtiments presque vides et souvent mal isolés déplaisent fortement aux autorités locales. Les pressions à fermeture ont tendance à s’accentuer. Mais le vicaire épiscopal de Beukelaer, dans cet épisode de Liège en Prime, joue la conciliation, la temporisation, la négociation. Une politique immobilière toute en nuances.