Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Eglise - Page 8

  • Le mystère de la vocation

    IMPRIMER

    Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus (1873-1897)
    carmélite, docteur de l'Église
    MS A, 2 r°-v°

    (source)

    Le mystère de la vocation

    Je ne vais faire qu'une seule chose : commencer à chanter ce que je dois redire éternellement — « les miséricordes du Seigneur ! » (Ps 88,1). (...) Ouvrant le Saint Évangile, mes yeux sont tombés sur ces mots : « Jésus étant monté sur une montagne, il appela à lui ceux qu'il lui plut ; et ils vinrent à lui ». Voilà bien le mystère de ma vocation, de ma vie tout entière et surtout le mystère des privilèges de Jésus sur mon âme. Il n'appelle pas ceux qui en sont dignes, mais ceux qu'il lui plaît, ou comme le dit saint Paul : « Dieu a pitié de qui il veut et il fait miséricorde à qui il veut faire miséricorde. Ce n'est donc pas l'ouvrage de celui qui veut ni de celui qui court, mais de Dieu qui fait miséricorde » (Rm 9,15-16).Longtemps je me suis demandé pourquoi le bon Dieu avait des préférences, pourquoi toutes les âmes ne recevaient pas un égal degré de grâces, je m'étonnais en le voyant prodiguer des faveurs extraordinaires aux saints qui l'avaient offensé, comme saint Paul, saint Augustin, et qu'il forçait pour ainsi dire à recevoir ses grâces, ou bien en lisant la vie de saints que Notre Seigneur s'est plu à caresser du berceau à la tombe, sans laisser sur leur passage aucun obstacle qui les empêchât de s'élever vers lui... Jésus a daigné m'instruire de ce mystère. Il a mis devant mes yeux le livre de la nature et j'ai compris que toutes les fleurs qu'il a créées sont belles... Il a voulu créer les grands saints qui peuvent être comparés aux lys et aux roses ; mais il en a créé aussi de plus petits et ceux-ci doivent se contenter d'être des pâquerettes ou des violettes destinées à réjouir les regards du bon Dieu lorsqu'il les abaisse à ses pieds. La perfection consiste à faire sa volonté, à être ce qu'il veut que nous soyons.

  • Plus de 100 000 participants à la 50e Marche pour la Vie à Washington; et des témoignages forts

    IMPRIMER

    De kath.net/news (traduction automatique) :

    « N'ayez pas peur ! Nagez contre le courant! Choisissez la vie!"

    21 janvier 2023

    Plus de 100 000 participants à la 50e Marche pour la Vie à Washington DC - Parmi les invités vedettes la fille de Sainte Gianna Beretta Molla et Jonathan Roumie, acteur de Jésus de la série "The Chosen" - Un reportage de Roland Noé de Washington DC

    Washington DC (kath.net/rn)

    Une foule incroyable, une ambiance émouvante, des dizaines de milliers de jeunes. Quiconque est un peu fatigué de l'Église et en a assez du sectarisme de l'Église synodale allemande devrait jeter un regard salutaire sur les États-Unis. Une fois par an, il y a la "Marche pour la vie" à Washington DC, une fontaine de jouvence pour bannir toute dépression de l'Eglise. Un petit groupe kath.net a pu participer à la marche pour la troisième fois. La 50e Marche pour la vie à Washington DC était cette fois très spéciale : pour la première fois après l'importante décision pro-vie de la Cour suprême "Dobbs v. Jackson Women's Health Organization", des foules impressionnantes se sont réunies dans la capitale américaine, selon les médias, il devait y avoir plus de 100 000 personnes. Déjà la veille du jeudi, il y avait eu la Sainte Messe au Sanctuaire national de l'Immaculée Conception, un premier temps fort. Plusieurs milliers de personnes ont pris d'assaut la basilique pour la prière, les gens ont prié toute la nuit après une messe devant le Saint des Saints, avec de nombreux évêques, prêtres et la prière a également été au centre de nombreux autres événements liés à la Marche pour la Vie. Il y avait aussi des événements culturels autour du thème "Pro-Life".

    Enfin, vendredi, le point d'orgue : Sous le soleil et le froid hivernal, les nombreux participants - majoritairement jeunes - se sont retrouvés au « National Mall ». En première partie, le groupe de rock chrétien-irlandais "We are Messengers" a fourni un mini-Woodstock et a fait oublier le vent glacial. Darren Mulligan, le chanteur, a déménagé à Nashville avec sa famille d'Irlande en 2016 après avoir signé un contrat d'enregistrement avec Word Entertainment. Le groupe a beaucoup de succès aux États-Unis et y a une large base de fans.

    Puis le programme a commencé, un temps fort chassant l'autre. L'évêque Michael Burbidge d'Arlington, président du Comité pro-vie de la Conférence épiscopale américaine, a encouragé les participants. "Nous sommes tellement fiers de vous. Merci pour votre témoignage », a-t-il dit aux nombreux participants au nom des autres évêques.

    Puis Lynn Fitch est montée sur le podium. Fitch est considérée comme l'une des grandes héroïnes pro-vie des États-Unis car, en tant qu'avocate de l'État du Mississippi, elle a contribué à faire tomber les lois nationales sur l'avortement aux États-Unis. "Mais ce n'est en aucun cas la fin de notre voyage", a-t-elle souligné. Puis vinrent des politiciens républicains et même un jeune politicien démocrate. "J'ai assisté à la première marche pour la vie en 1974. Cet événement nous a incités à faire de plus en plus pour défendre la vie", a déclaré Chris Smith, représentant du New Jersey. Steve Scalise, le nouveau chef de la majorité républicaine au Congrès, a souligné dans son discours qu'avec la fin de Roe v. Wade a initialement été remportée la première bataille. L'homme politique du sud de la Louisiane, qui a survécu à un assassinat par balle par un gauchiste radical en 2017, a déclaré qu'après seulement huit jours, la nouvelle majorité était en mesure d'adopter une législation prévoyant des soins médicaux pour les enfants qui survivent après leur avortement en dehors de l'utérus. Auparavant, cette loi avait été rejetée par les démocrates un nombre incroyable de 80 fois au Congrès. "C'est la différence que font les élections." Scalise a également déclaré dans son discours qu'un seul démocrate au Congrès avait approuvé le projet de loi, même si les sondages montrent que plus de 70% des citoyens américains le soutiennent. Cependant, il est actuellement difficile de savoir si la loi sera votée au Sénat, puisque les démocrates y sont majoritaires.

    Trenee McGee, membre de la Chambre des représentants du Connecticut, a alors provoqué beaucoup d'excitation avec son enthousiasme. La jeune démocrate a montré que tous les démocrates ne sont pas du côté de la "culture de la mort". « Je me tiens ici aujourd'hui et je proclame 'la vie'. Je défends les femmes noires pro-vie dans le monde entier. » Le point culminant suivant a été la performance de sœur Mary Casey et de sa sœur biologique Casey, qui est porteuse du syndrome de Down. Casey a dit dans le micro devant la foule : "J'aime ma vie. J'ai le syndrome de Down. Mais cela ne me définit pas. C'est Dieu qui me définit. Nous sommes tous infiniment précieux, que nous soyons nés ou à naître, handicapés ou non.

    Une femme italienne très particulière est ensuite entrée sur scène en tant qu'invitée surprise : Gianna Emanuela Molla, la fille de sainte Gianna Beretta Molla. En 1962, la sainte italienne a strictement refusé de faire avorter son propre enfant pour sauver sa santé. Gianna Emanuela a dit qu'elle remercie Dieu chaque jour pour le don de la vie. "Je ne serais pas là si je n'étais pas autant aimée."

    Mais vint ensuite le véritable invité vedette du jour : Jonathan Roumie, qui incarnait Jésus dans la série biblique "The Chosen", déjà culte dans les milieux chrétiens. Jonathan a été accueilli par un tonnerre d'applaudissements et a partagé qu'il avait vu des miracles dans sa propre vie. « Dieu est réel. Jésus est la lumière du monde." L'acteur de Jésus a rendu compte de ses trois dernières années avec la série The Chosen. Il a ensuite spécifiquement fait prendre conscience que non seulement Dieu est réel, mais aussi Satan. C'est le "père du mensonge" qui veut semer le doute alors que dans votre cœur vous savez réellement quoi faire. "L'avortement est satanique. Mais le temps de Satan est limité. Son travail est de causer ma destruction et la vôtre. " "Mais nous savons aussi comment l'histoire se termine : c'est Dieu qui a gagné."

    Roumie a ensuite rappelé que l'industrie du divertissement avait eu des influences démoniaques ces dernières années et que les choses s'annonçaient très sombres. Des éléments sataniques peuvent être trouvés dans de nombreux films. Il y aurait des films au contenu destructeur. Que pouvez-vous faire? Il ne faut pas avoir peur. « N'ayez pas peur ! Nagez contre le courant! Choisissez la vie ! » A la fin de son discours, l'acteur a appelé les participants à prier le chapelet et à regarder dans les recoins sombres de leur vie et à les remplir de la lumière du Christ.

    Photos sur kath.net-MeWe : https://mewe.com/p/kathnet

    Discours de l'acteur de Jésus Jonathan Roumie

    Discours de la fille de Sainte Gianna Beretta Molla

    Toute la marche en accéléré :

    Plus de films :

  • Toute atteinte à la vie est également une atteinte à l'État de droit démocratique, à la dignité et au bien-être social (les évêques brésiliens)

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    AMÉRIQUE/BRÉSIL - Toute atteinte à la vie est également une atteinte à l'État de droit démocratique, à la dignité et au bien-être social

    20 janvier 2023

    Brasilia (Agence Fides) - " Il faut rappeler que toute atteinte à la vie est également une atteinte à l'État de droit démocratique et constitue une atteinte à la dignité et au bien-être social " : c'est ce qu'ont souligné les évêques brésiliens, dans une note où ils expriment leur désaccord avec toute initiative qui assouplit l'avortement, comme les dernières mesures du ministère de la Santé, contenues dans l'ordonnance GM/MS n° 13, publiée le 13 janvier.

    La Conférence nationale des évêques brésiliens (CNBB), dans sa note intitulée "La vie avant tout", cite l'abandon par le Brésil de la Convention de Genève et l'abrogation de l'ordonnance précédente qui déterminait la notification de l'avortement par viol aux autorités de police. Les évêques demandent au gouvernement fédéral de clarifier ces aspects, car la défense de l'enfant à naître était un engagement pris lors de la campagne électorale.

    "L'heure appelle à la sagesse et à l'équilibre pour une recherche efficace de la paix", écrivent les évêques, qui réitèrent le fait que l'Église, sans aucun parti ni lien idéologique, fidèle à son Maître, "appelle tous à s'unir dans la défense et la protection de la vie dans toutes ses phases, une mission qui exige un engagement pour les pauvres, pour les femmes enceintes et leurs familles, en particulier pour la vie enceinte sans défense". Réitérant un "non" ferme à l'avortement, les évêques appellent à la contribution de tous pour promouvoir la dignité de chaque être humain.

    Le président de la Commission épiscopale pour la vie et la famille, Mgr Ricardo Hoepers, évêque de Rio Grande, commentant la note publiée par la CNBB "dans laquelle elle défend fermement la vie humaine depuis la conception jusqu'à sa fin naturelle" a souligné l'importance de la promotion et du soin intégral de la mère et de l'enfant, qualifiant de dangereuse la voie empruntée par le gouvernement fédéral qui conduit à la promotion d'une culture pro-avortement. "Le Brésil, tout notre peuple, est pour la culture de la vie", a-t-il dit, citant les résultats de récents sondages.

    "Nous voulons défendre la vie, la culture de la vie de manière intégrale dans toutes ses phases", a encore souligné l'évêque dans un message vidéo. "Nous croyons qu'il est possible, en plein dialogue avec les politiques publiques, une promotion intégrale de la mère et de l'enfant, une défense intégrale de la mère et de l'enfant, une prise en charge intégrale de la mère et de l'enfant, couvrant ainsi toutes les familles". "En tant qu'Église, a-t-il conclu, nous défendrons toujours notre position par rapport à la vie comme quelque chose de sacré, d'inaliénable, qui a une dignité qui ne peut être ignorée. Les lois le prévoient et notre cœur de chrétien confirme certainement, avec notre foi, que Dieu nous a donné ce grand cadeau qu'est la vie, et que nous avons le devoir de la protéger".

    (SL) (Agence Fides 20/1/2023)

  • La radio-télévision flamande a retrouvé dans ses archives une interview de 1964 de Georges Lemaître, le père du Big Bang (vidéo)

    IMPRIMER

    Du site de la VRT (merci à Mauwgan sur le Forum Catholique) :

    La VRT a retrouvé dans ses archives une interview de 1964 de Georges Lemaître, le père du Big Bang (vidéo)

    La VRT a retrouvé dans ses archives une interview qu’on croyait perdue de Georges Lemaître. Le cosmologiste de Louvain a été le fondateur de la théorie du big bang dans les années 1920 et 1930. Il avait été interviewé à ce sujet en 1964 par la BRT de l'époque, mais jusqu'à récemment, on pensait que seul un court extrait avait été conservé. A présent, l'intégralité de l'interview d’une durée de 20 minutes a été retrouvée.

    Dans les années 1960, le BRT de l'époque a pu interviewer Georges Lemaître sur sa théorie du Big Bang. Mais l'interview avait été perdue et on pensait que seul un court extrait d'une minute avait été conservé.

    Une fiche mal classée et Lemaître mal orthographié

    "La fiche du film s'est avérée être mal classée et le nom de Lemaître avait été mal orthographié", explique Kathleen Bertrem, des archives de la VRT. "Par conséquent, l'interview est restée introuvable pendant des années. C’est lors de la numérisation des rouleaux de film concernés, que l’enregistrement a été retrouvé. Un membre du personnel a immédiatement reconnu Lemaître sur les images et a réalisé qu'il avait retrouvé une véritable perle."

    Durant 20 minutes, Georges Lemaître explique comment, selon lui, l'univers a dû naître d'un atome primitif : une masse super dense qui a "explosé" et n'a cessé de s'étendre. Ce faisant, il allait à l'encontre de ce que de nombreux scientifiques pensaient jusqu'alors, à savoir que le cosmos était statique et immuable. Cette théorie a également été accueillie avec scepticisme au début.

    L'interview intégrale de Georges Lemaître à la BRT en 1964 (en français sous-titrée en néerlandais)

    cliquer sur l'image pour accéder au site de la VRT où l'interview est accessible
    Dans l'interview, Georges Lemaître dit qu'il ne comprend pas pourquoi d'autres astronomes, tels que Fred Hoyle, continuent à croire en un "univers immuable". "Cette idée est devenue inacceptable, car certains faits indiquaient une expansion de l'univers", déclare Lemaître. "Il fallait donc accepter un changement, les adversaires devaient concéder, mais ils ont minimisé le changement".

    C'est d'ailleurs l'astronome britannique Fred Hoyle qui, le premier, a utilisé l'appellation "big bang" pour se moquer de cette théorie. Mais peu à peu, de plus en plus de scientifiques se sont joints à lui, y compris Albert Einstein. Pourtant, ce n'est qu'en 1965, un an avant la mort de Lemaître, que la théorie du Big Bang a été prouvée par la découverte du rayonnement de fond cosmique.

    Lemaître n'a jamais reçu le prix Nobel de physique. Ce n'est qu'en 2018 que la loi de Hubble, qui énonce que les galaxies s'éloignent les unes des autres à une vitesse approximativement proportionnelle à leur distance, a été officiellement rebaptisée loi de Hubble-Lemaître. En fait, Georges Lemaître avait formulé sa théorie dès 1927, deux ans avant l'astronome britannique Edwin Hubble

    Albert Einstein et Georges Lemaître en 1932 en Californie
  • Après l'émission "Complément d'enquête" (France 2) : des précisions et des rectifications

    IMPRIMER

    Du site de l'Eglise catholique en France :

    Éléments d’explication au sujet des ressources de l’Église et du travail des instances de reconnaissance et de réparation qu’elle a mises en place.

    20 janvier 2023

    France 2 a diffusé ce jeudi 19 janvier 2023 une émission « Complément d’enquête » consacrée à l’indemnisation des personnes victimes de violences sexuelles dans l’Église. Ce reportage met gravement en cause la compétence des personnes engagées dans les instances de reconnaissance et de réparation mises en place par l’Église, et la réelle détermination de l’institution à œuvrer à cette réparation, en particulier dans sa dimension financière. Nous souhaitons apporter les précisions et les rectifications suivantes au sujet du travail de ces deux instances et des chiffres avancés.

    Avant cela, nous pensons à toutes les personnes victimes troublées, heurtées ou déroutées par cette émission ou par ce qu’on a pu y entendre : celles qui ont été aidées, confortées, par leur accompagnement par l’INIRR ou la CRR et voient cette démarche discréditée ; celles qui doivent être entendues par ces instances et qui pourraient ne plus être en confiance ; celles qui sont sorties déçues de l’accompagnement vécu avec le sentiment de ne pas avoir été assez entendues. Nous voulons leur redire notre soutien et notre mobilisation pour avancer avec elles sur ce chemin de vérité, de justice et de réparation.

    Certains propos ont pu susciter incompréhension et scandale, et nous le comprenons, même si ceux-ci ne reflètent pas la disposition intérieure et la qualité des membres de ces instances, qui ont été nommés pour leur expertise professionnelle reconnue par leurs pairs (magistrats, spécialistes des droits de l’enfants, psychologues, avocats…). Conscients des progrès qui restent à faire, nous redisons notre confiance aux personnes qui travaillent au sein de ces instances indépendantes.

    Ces instances indépendantes ont été créées à la demande des personnes victimes afin de proposer un chemin de reconnaissance et de réparation individualisé à toute personne ayant subi des agressions sexuelles en milieu ecclésial (ecclésial étant entendu dans son acception la plus large), quelle que soit l’ancienneté des faits et sans tenir compte du principe de prescription prévalant dans la justice française. Ce dispositif, nouveau et inédit, ne remplace en aucun cas la procédure judiciaire, mais met à disposition de celles et ceux qui le souhaitent une démarche différente et supplémentaire.

    L’approche de l’INIRR et de la CRR repose en particulier sur trois fondements sans précédent au sein de la justice civile ou pénale : la confiance a priori dans la parole de ces personnes ; la seule vraisemblance des faits ; et sans limitation par les règles de prescription de la justice, pour les faits passés.

    Au service des personnes victimes, nous n’aurons de cesse de nous améliorer et d’ajuster nos procédures, l’accueil et l’écoute de chacun, le suivi des situations, afin d’offrir – autant qu’il est possible – à toutes celles et tous ceux qui ont souffert dans l’Église un accompagnement et un soutien qui puissent participer à leur chemin de reconstruction.

    INIRR, CRR : quelles sont ces instances ? Par qui et pourquoi ont-elles été créées ?

    Le 8 novembre 2021, les évêques réunis en Assemblée plénière décident, à la suite du rapport de la CIASE, de mettre en place l’INIRR : l’Instance Nationale de Reconnaissance et de Réparation, qui sera officiellement installée deux mois plus tard, en janvier 2022 (soit un an d’existence au moment de la publication de cet article).

    Lire la suite

  • Le cardinal Müller publie un livre accablant pour le pape François

    IMPRIMER

    D'Open.online :

    2023_01_21_08_56_14_Greenshot.png

    Le cardinal Müller est impitoyable envers le pape François : "Ses amis sont privilégiés même s'ils sont accusés d'abus : un cercle restreint fait les nominations au Vatican".

    20 janvier 2023

    Le cardinal allemand lance une série d'accusations cinglantes à l'encontre du souverain pontife, dans son dernier livre intitulé "In buona fede", qui sera bientôt disponible en librairie.

    Un cercle restreint graviterait autour du pape François. Les abus dans l'Église seraient traités de manière partiale. Le "non" à la messe en latin aurait chagriné et aliéné les franges traditionalistes. Ce ne sont là que quelques-unes des révélations faites par le cardinal Gerhard Müller dans son livre In buona fede with Franca Giansoldati (Solferino), qui sortira dans quelques jours. L'ancien préfet de la Doctrine de la Foi ne ménage pas ses critiques à l'égard de la ligne adoptée par le Pontife, qui selon lui s'entourerait de personnes "non préparées d'un point de vue théologique". En outre, selon lui, au Vatican, les informations circuleraient désormais "de manière parallèle" : "d'une part, il existe des canaux institutionnels qui sont malheureusement de moins en moins consultés par le pontife, et d'autre part, il existe des canaux personnels utilisés même pour les nominations d'évêques ou de cardinaux".

    La question des abus

    Des mots forts, qui ne font même pas l'économie d'un commentaire sur les scandales qui ont éclaboussé l'Église ces derniers temps. On cite notamment le cas de Monseigneur Gustavo Zanchetta, l'évêque argentin qui a été condamné en mars dernier à quatre ans et demi de prison pour avoir abusé sexuellement de deux séminaristes. Son cas, écrit Müller, "fait débat parce qu'il jouissait d'un statut privilégié en tant qu'ami du pape". En règle générale, les amitiés ne peuvent influencer le cours de la justice, tout le monde doit être traité de manière égale". Don Mauro Inzoli, un prêtre proche de Communion et Libération, est également mis en cause. "Le tribunal du Vatican, lit-on dans le livre, a ouvert un procès à son encontre à l'issue duquel il a été décidé de le réduire à l'état laïc car il a été reconnu coupable de crimes. Mais malheureusement, il y a eu un cardinal de la curie qui est allé frapper à Santa Marta, demandant la "clémence". Müller raconte que "face à cet interventionnisme", le pape s'est laissé convaincre et a choisi de modifier la sentence, en aménageant la peine d'Inzoli, stipulant qu'il devait rester prêtre. Mais avec l'interdiction de porter l'habit sacerdotal ou de clerc en public, et sans se présenter aux communautés comme consacré : "Il restait consacré mais ne pouvait pas se montrer aux étrangers comme tel. Ce n'est qu'un exemple".

    Le "non" à la messe en latin et l'affaire Becciu

    Le travail de Mgr Müller fait écho aux propos de Georg Gänswein, secrétaire de Benoît XVI, selon lesquels le "non" du pape François à la messe en latin a "brisé le cœur" de Joseph Ratzinger. La décision, a ajouté Mgr Müller, est "une gifle" pour les traditionalistes, "elle a creusé des fossés et causé de la douleur". Et cela a donné l'impression, selon lui, que le souverain pontife avait choisi "d'écouter un groupe de conseillers, sans tenir compte du fait que la mesure aurait pris les apparences d'une simple démonstration de pouvoir". Le cardinal est un fleuve en crue, et ne ménage même pas les critiques sur la gestion de l'affaire Becciu, le cardinal accusé de s'être enrichi, lui et sa famille, avec des fonds de la Secrétairerie d'État du Vatican. "Vous ne pouvez pas punir quelqu'un sans avoir la preuve de sa culpabilité en main. Cette façon d'agir s'est produite fréquemment au Vatican et ne concerne pas seulement le cas singulier de Becciu, mais s'est même produite au sein de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi lorsque des prêtres ont été renvoyés sans raison, du jour au lendemain", a condamné Müller. Le reproche du cardinal s'adresse en premier lieu aux médias, coupables selon lui d'avoir amplifié une "question macroscopique".

    Lire la suite

  • Sainte Agnès (21 janvier)

    IMPRIMER

    Marinari, Onorio-Sant'Agnese full.JPGFête de Sainte Agnès (source)

    Aujourd’hui nous célébrons la mémoire de Sainte Agnès. Adolescente et vierge romaine, Agnès a été martyrisée au temps de la persécution de l'empereur Dèce, au IIIe siècle : une persécution si violente que de nombreux baptisés reniaient leur foi devant la menace de mort.

    Le martyre de sainte Agnès a été rapporté par saint Damase, par saint Ambroise et par Prudence. Elle périt à l'aube du IVe s., en 303 vers l'âge de treize ans.

    La jeune martyre est souvent représentée par un agneau, à cause de son prénom agnès qui rappelle le mot agneau, ou accompagnée d'un agneau blanc, en main la palme du martyre. Elle est une des saintes protectrices des jeunes et on l'invoque pour obtenir la vertu de chasteté.

    A Rome, Agnès est spécialement honorée, en la basilique Sainte-Agnès-hors-les-Murs, qui abrite sa tombe, et a été construite au-dessus des catacombes du même nom.

    A côté de l'église médiévale - une des « sept églises » du pèlerinage de saint Philippe Néri -, on peut encore voir les ruines de l'imposante basilique construite par l’Empereur Constantin.

    L'église romaine de Sainte-Agnès-in-Agone, place Navone, et spécialement dédiée par le diocèse de Rome aux rencontres de jeunes, a été reconstruite sous la direction de Borromini. Elle se dresse à l'emplacement de l'ancien stade de Domitien, au lieu même de son martyr.

    Comme c'est la tradition chaque année en la fête de sainte Agnès, vierge et martyre, le 21 janvier, le pape bénit deux agneaux dont la laine servira à tisser les pallium que le pape remet le 29 juin aux archevêques métropolites nommés dans l'année, en signe de leur communion avec le Successeur de Pierre. Mais aussi en signe de la sollicitude pastorale du bon pasteur qui porte la brebis sur ses épaules.

    La cérémonie a lieu traditionnellement en la chapelle Urbain VIII du palais apostolique. Ces deux petits agneaux sont élevés par les religieuses de San Lorenzo in Panisperna et ils sont présentés au pape par les Chanoines réguliers du Latran qui desservent la basilique Sainte-Agnès-hors-les-Murs.

    Symbole de la brebis perdue, recherchée, sauvée et placée par le Bon Pasteur sur ses épaules, l'agneau est aussi celui du Christ crucifié, selon le titre donné au Christ par saint Jean Baptiste.

    Leur laine sera utilisée par les bénédictines du monastère romain de Sainte-Cécile pour tisser les palliums de 5 centimètres de large, qui seront ornés de 6 petites croix de soie noire, symbole des plaies du Christ, et de broches d'or gemmé, autrefois utilisées pour fermer le pallium sur le cœur, le dos et l'épaule droite.

    Anciennement, le mot « pallium » désignait un manteau de laine exclusivement attribué au souverain pontife, puis il devint un signe liturgique d'honneur, symbole d'un lien de communion particulier avec le successeur de Pierre pour les évêques à la tête de juridictions métropolitaines.

    Une fois terminés, les palliums sont placés dans une urne de bronze, don de Benoît XVI, placée dans une niche, juste au dessus de la tombe de l'apôtre, jusqu'au 29 juin, en la solennité des saints Pierre et Paul, saints patrons de l'Église de Rome et colonnes de l’Église.

    Le récit le plus ancien de la remise du pallium par le pape à un évêque est le récit de la remise du pallium à Saint Césaire d'Arles par le pape Symmaque, il y a plus de 1500 ans.

  • "Le pape François qui se lâche", "un complot conservateur" : tout cela est-il bien réel ?

    IMPRIMER

    D'Ed. Condon sur The Pillar :

    Le "Pape François qui se lâche", un "complot conservateur" : les deux sont-ils réels ?

    Nombreux sont ceux qui affirment que la mort de Benoît XVI marquera le début d'une nouvelle ère pour le pape François, et qui prédisent un retour de flamme des conservateurs. L'un ou l'autre est-il vrai ?

    19 janvier 2023

    Après le décès du pape Benoît XVI, la veille du Nouvel An, certaines personnalités du Vatican ont prédit que la mort du pape émérite marquerait le début d'une "nouvelle ère" du pontificat de François, libéré de la contrainte de son prédécesseur.

    Et même avant les funérailles de Benoît XVI, certains observateurs de l'Église ont également affirmé qu'il y avait une sorte de résistance renouvelée au pape François parmi ses détracteurs "conservateurs", et qu'il était même question de complots visant à forcer le pape à quitter son poste.

    L'un ou l'autre de ces récits est-il réel ?

    La mort de Benoît XVI est-elle vraiment susceptible d'affecter la gouvernance de l'Église par François ? Dans quelle mesure les rumeurs d'une guerre civile ecclésiastique à Rome sont-elles réelles ? Ou bien ces deux récits sont-ils en réalité les signes d'une impatience croissante des catholiques progressistes à l'égard d'un pape qui, selon certains, n'est pas allé "assez loin" au cours de la première décennie de son règne ?

    La mort du pape Benoît XVI, le 31 décembre, a eu le caractère inhabituel de sembler à la fois soudaine et attendue pour beaucoup dans l'Église, et en particulier à Rome. Au cours de la décennie qu'il a passée à vivre dans son statut auto-créé de "pape émérite", il est devenu de moins en moins visible, et ses déclarations publiques (jamais fréquentes) de moins en moins nombreuses.

    Si certaines de ses rares contributions à la vie de l'Église, comme sa lettre de 2019 sur la responsabilité épiscopale à la suite du scandale McCarrick, ont été chaleureusement accueillies par toutes les parties, d'autres ne l'ont pas été.

    Notamment en 2020, lorsqu'un livre défendant le célibat clérical a été publié, citant Benoît XVI comme co-auteur avec le cardinal Robert Sarah, de nombreux commentateurs "pro-François" de premier plan l'ont dénoncé comme une tentative de l'ancien pape (et de ses partisans) de bloquer la liberté de son successeur de réformer l'Église comme il l'entendait.

    Cette critique a été renouvelée lorsque le pape François a refusé d'assouplir la discipline du célibat après le Synode sur l'Amazone, et a alimenté un récit plus large selon lequel le pape aurait pu, ou aurait été plus audacieux sur toute une série de questions - du clergé marié aux unions entre personnes de même sexe, en passant par l'ordination des femmes - s'il n'y avait pas eu la force restrictive de son prédécesseur nonagénaire vivant en semi-retraite au fond du jardin.

    François a, bien sûr, rendu visite à Benoît XVI au monastère Mater ecclesia, et il n'existe aucune trace de ce dont les deux hommes ont pu discuter en privé, ni aucun moyen définitif de savoir à quel point l'ancien pape a influencé ou même retenu François. Mais la suggestion, souvent émise à la suite de la mort de Benoît XVI, selon laquelle le pape émérite aurait été une sorte de frein à un pontificat radical de François n'a pas beaucoup d'exemples évidents sur lesquels s'appuyer.

    Le livre controversé sur le célibat clérical, dont le nom de Benoît XVI a ensuite été retiré en tant que co-auteur, ne s'est pas écarté de manière significative des nombreuses déclarations publiques de François en faveur de cette discipline.

    Lire la suite

  • La béatification d'Isabelle la Catholique : une cause qui prend de l'ampleur

    IMPRIMER

    De Larazon.es via Il Sismografo :

    La béatification d'Isabelle la Catholique prend de l'ampleur

    L'archevêque de Valladolid, Luis Argüello, relance la cause et place la reine comme premier défenseur des indigènes.

    L'archevêque de Valladolid, Luis Argüello, a relancé les travaux de la Commission pour la cause de béatification d'Isabelle la Catholique. Au cours d'une réunion qui s'est tenue cette semaine, il a souligné la nécessité de promouvoir le processus de béatification en Espagne et en Amérique latine, par l'intermédiaire des diocèses, ainsi que la nécessité de continuer à diffuser la dévotion à la reine catholique avec la distribution de matériel de dévotion populaire comme des chapelets, des images pieuses, ainsi que des publications.

    Dans ce sens, l'archevêque a fait référence au succès de la publication des Actes du Symposium international "Isabelle la Catholique et l'évangélisation de l'Amérique", publié par la Biblioteca de Autores Cristianos (BAC), qui en est à sa deuxième édition.

    Argüello a insisté sur l'opportunité d'encourager le travail de la Commission à un moment où des phénomènes tels que la révision de l'histoire à partir de la cancel culture et face à l'émergence de processus identitaires se référant à l'indigénisme dans les peuples d'Amérique sont à l'œuvre, soulignant le profil de la Reine comme premier et principal défenseur des peuples indigènes et comme réponse à ces dynamiques sociales.

    Après l'information donnée par l'administrateur de l'archidiocèse de Valladolid, José María Conde, sur la situation économique de la Cause, le directeur de la Commission, le prêtre de Valladolid José Luis Rubio Willem, a évoqué les nouvelles faveurs reçues par la Commission par l'intercession d'Isabelle la Catholique.

    Dans cette intervention, il a détaillé un miracle allégué en cours d'analyse dans un diocèse des États-Unis, dont le postulateur romain de la cause, le père Javier Carnerero, OSST, a déjà été informé, comme cela a été reçu par correspondance notariée des avocats chargés de l'affaire.

    Pour sa part, le Grand Maître des Chevaliers et Dames du Chapitre d'Isabelle la Catholique, José María Gómez Gómez, a informé la Commission des nouveaux projets, notamment le monument à Isabelle à Ségovie, qui sera inauguré le 25 février, et le projet de voyage en Terre Sainte.

    Le directeur de la Commission a également fait état des futures présentations des Actes du Congrès dans divers endroits d'Espagne, la dernière en date étant au Casino de Madrid, ainsi que d'une BD sur Isabelle la Catholique, destinée à diffuser la figure de la reine dans les centres éducatifs, qui sera bientôt sur le marché. Lors de cette réunion, le recteur de l'Université catholique d'Avila, María del Rosario Sáez Yuguero, le professeur d'histoire de l'Église à l'Institut théologique San Ildefonso, Carlos Miguel García Nieto, le professeur de littérature à l'Université d'Alcalá de Henares, José María Gómez Gómez, et le professeur de journalisme à l'Université San Pablo-CEU, José Francisco Serrano Oceja, ont rejoint la Commission Isabel la Católica en tant que membres.

  • L'Église compte six nouveaux Vénérables

    IMPRIMER

    De Vatican.News (Paolo Ondarza) :

    I sei nuovi Venerabili

    L'Église compte six nouveaux Vénérables

    Originaires d'Italie et d'Espagne, ils comprennent quatre prêtres, une religieuse et une laïque.

    Au cours de l'audience d'aujourd'hui avec le Cardinal Marcello Semeraro, préfet du Dicastère pour les Causes des Saints, le Pape François a autorisé la promulgation de décrets reconnaissant les vertus héroïques de six Serviteurs de Dieu qui deviennent ainsi Vénérables.

    Il s'agit de Miguel Costa y Llobera, Gaetano Francesco Mauro, Giovanni Barra, Vicente López de Uralde Lazcano, Maria Margherita Diomira del Verbo Incarnato et Bertilla Antoniazzi.

    Adoration eucharistique et dévotion mariale

    Chanoine de l'église cathédrale de Majorque par ordre de saint Pie X, Miguel Costa y Llobera a vécu en Espagne entre la seconde moitié du XIXe siècle et les deux premières décennies du siècle dernier. Né dans une famille noble et riche, il est devenu prêtre malgré l'opposition initiale de son père. Prédicateur et confesseur passionné, homme de prière et poète, il était également professeur d'archéologie sacrée et d'histoire de la littérature. Ceux qui l'ont connu l'ont décrit comme un "hombre muy piadoso e ilustrado".

    Father Miguel Costa y Llobera (1854–1922). Credit: Montanyes Regalades, public domain, via Wikimedia Commons
    Le vénérable serviteur de Dieu Miguel Costa y Llobera

    L'adoration eucharistique et la dévotion mariale étaient les piliers de sa vie spirituelle. Il vivait avec détachement la possession de biens terrestres, qu'il considérait comme un moyen d'aider les pauvres. Il accordait une attention particulière aux malades. Il est mort subitement, en réputation de sainteté, en 1922, alors qu'il prononçait le panégyrique à l'occasion du troisième centenaire de la canonisation de Sainte Thérèse d'Avila depuis la chaire de l'église des Carmes déchaussés de Majorque.

    Lire la suite

  • Evocation de la famille Ulma, martyrisée par amour du prochain

    IMPRIMER

    D'Ermes Dovico sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    "Je vous parle de la famille Ulma, martyrisée par amour du prochain"

    20-01-2023

    La famille berceau de la foi, l'infinie dignité de la personne conçue, l'amour de Dieu, source de l'amour du prochain. Dans une interview accordée à La Bussola, le postulateur, le père Witold Burda, raconte l'histoire du couple Ulma et de ses sept enfants (dont un dans le ventre de sa mère), tués par les nazis pour avoir donné refuge à huit Juifs. Et explique comment le martyre de toute la famille a été reconnu.

    Wiktoria Niemczak Ulma con 5 dei suoi figli

    Wiktoria Niemczak Ulma avec cinq de ses enfants

    En décembre, l'Église a offert un grand cadeau aux fidèles et au monde entier en promulguant le décret reconnaissant le martyre du couple polonais Józef (Joseph) et Wiktoria (Victoria) Ulma et de leurs sept enfants qui ont été tués à Markowa le 24 mars 1944 - avec les huit Juifs qu'ils abritaient dans leur maison - par une escouade de gendarmes nazis. Cela signifie que bientôt, pour la première fois dans l'histoire, une famille entière, objet de dévotion depuis les premiers jours après leur mort, sera béatifiée. Et, également pour la première fois, un enfant encore dans le ventre de sa mère sera béatifié, puisque Wiktoria était enceinte le 24 mars, au stade final de sa grossesse. Cet enfant à naître, dont seul le Ciel connaît le nom, a ainsi reçu la palme du martyre, tout comme ses petits frères Stanisława (né en 1936), Barbara (1937), Władysław (1938), Franciszek (1940), Antoni (1941) et Maria (1942).

    Mais comment le martyre 'in odium fidei' est-il apparu ? La Bussola a interrogé le postulateur de la cause, le père Witold Burda.

    Père Burda, que savons-nous de la foi de la famille Ulma ?

    Józef et Wiktoria venaient de deux familles profondément chrétiennes. Les parents de Józef Ulma étaient des agriculteurs. L'un des frères de Józef, Władysław, témoigne : "Notre famille était simple, avec des parents croyants et une mère qui, dans les dernières années de sa vie, assistait à la Sainte Messe tous les jours. Nous étions quatre frères. Nos parents ont prié à la maison, et ensemble nous avons chanté un office dédié à la Vierge (...). Józef a également été élevé dans cette atmosphère spirituelle. Comme nous tous, il s'est approché des sacrements aux heures prévues".

    Nous disposons d'informations similaires sur Wiktoria et sa famille d'origine, où il était d'usage que quiconque s'adressait à eux reçoive de l'aide. Pour les fêtes, un colis contenant de la nourriture et d'autres choses était préparé pour les personnes dans le besoin.

    Ainsi, leurs familles respectives ont été le berceau de la foi de Józef et Wiktoria.

    Oui. Et en tant qu'enfants, ils ont voulu approfondir leur foi catholique, par la prière personnelle, la participation aux sacrements, en particulier la messe et la confession fréquente. En outre, ils étaient membres de plusieurs communautés religieuses et confréries existant alors à Markowa, leur ville natale. Ils se sentaient responsables du bien de la paroisse et de l'Église. Et tous deux, par exemple, appartenaient à la confrérie du Rosaire vivant.

    Lire la suite

  • Saint Sébastien (20 janvier)

    IMPRIMER

    source

    Saint Sébastien

    Vie et Martyre de Saint Sébastien

    Si de nombreux textes sur la vie de Saint Sébastien fleurissent au cours du Moyen Age, Jacques de Voragine (1228 – 1298), pour sa Légende Dorée, a essentiellement puisé ses sources dans la Passio Santi Sebastiani Martyris, texte  longtemps attribué à Saint Ambroise de Milan (340 – 397).

    Saint Sébastien naît à Narbonne vers 260 d’un père  gallo-romain et d’une mère citoyenne de Milan, tous deux chrétiens. Il s’engage dans l’armée et, apprécié par les co-empereurs Maximien (244 – 310) et Dioclétien (244 – 311), il est nommé commandant de la première cohorte de la garde prétorienne. Il profitait ainsi de son prestige de centurion primipile pour affermir dans leur foi ses coreligionnaires chrétiens condamnés au martyr. Il intervint de même lorsque les frères jumeaux Marcellin et Marc, cédant aux supplications de leurs parents, épouses et enfants, allaient sacrifier aux idoles et renier ainsi leur foi chrétienne. Impressionnés par les paroles du Saint, ils allèrent alors joyeusement au supplice, et leurs parents se convertirent aussitôt, ainsi que leur gardien Nicostrate dont l’épouse Zoé, muette venait d’être guérie par l’intercession du Saint.

    Averti de ce miracle, le préfet de Rome Chromace, très malade, fit venir à son chevet Saint Sébastien et guéri, se convertit aussitôt, ainsi que son fils Tiburce et toute leur maison, à la vraie foi.

    Le préfet Fabien fit exécuter immédiatement tous ces nouveaux convertis, baptisés par le prêtre Polycarpe, et dénonça à Dioclétien comme chrétien Saint Sébastien, le propre chef de sa garde. L’empereur, furieux par ce qu’il considérait comme une trahison, le fit attacher à un poteau et percer de flèches par ses propres soldats.

    Bien que criblé de traits, au point de ressembler à un hérisson, il n’en mourut point, et une pieuse veuve chrétienne – la future Sainte Irène de Rome – le soigna et le guérit de ses multiples blessures.

    A peine rétabli, Saint Sébastien se rendit au Palais et reprocha aux deux empereurs l’injustice et la dureté de leur persécution envers les chrétiens. Il fut immédiatement arrêté, battu à mort puis son corps fut jeté dans l’égout principal de Rome, le Cloaca Maxima. Mais Sainte Lucine, avertie par une vision du Saint, retrouva son corps et le déposa dans les catacombes de la Via Appia. Sur celles-ci, restaurées par le Pape Saint Damase (300 – 384), l’empereur Constantin (274 – 337) fit ériger une basilique, d’abord dédiée aux Saints Pierre et Paul, puis à Saint Sébastien. Mais devant les menaces d’invasions sarrasines, ses reliques furent transférées à Saint Pierre aux Liens.

    Dans la mythologie grecque la peste est représentée par des flèches tirées par le dieu Apollon, si bien que par analogie à son supplice, la sagittation, dont il réchappa, Saint Sébastien deviendra le saint thaumaturge imploré pour se protéger des épidémies de peste très fréquentes au Moyen Age. De nombreuses églises obtinrent des fragments de ses reliques, mais la translation la plus importante fut celle obtenue par l’abbé Hilduin de Saint Denis pour l’abbaye Saint Médard de Soisson mais ces reliques disparurent pendant la destruction de l’église à la Révolution Française.

    Saint Sébastien est fêté le 20 janvier et son attribut est une flèche lorsqu’il n’est pas représenté percé par celles-ci. Il est le Saint Patron de nombreuses villes d’Europe et comme saint militaire, celui des fantassins et des confréries archères.