Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Eglise - Page 5

  • L'irrésistible ascension de l'archevêque de Kinshasa

    IMPRIMER

    Lu sur aleteia.org :

    Le cardinal Abongo ou le bon samaritain

    17/10/20

    C’est un défenseur acharné de l’État de droit en République démocratique du Congo (RDC) que le pape François vient de faire entrer dans son Conseil des cardinaux chargés de l’aider à conduire la réforme de la Curie. En intégrant le “C7”, le 15 octobre 2020, le cardinal Abongo, archevêque de Kinshasa, devient, à 60 ans seulement, une figure importante dans le paysage du gouvernement de l’Église universelle.

    La nomination du cardinal Fridolin Ambongo, haut prélat congolais, au sein du Conseil des cardinaux, est un signe évident de la confiance du pape François pour un homme qui porte sans relâche la voix de son peuple meurtri par la misère. Elle tient aussi sans doute à la volonté de Rome de maintenir un certain équilibre au sein de ce cercle composé de cardinaux des quatre coins du monde. Seul représentant africain et seul francophone à y être présent, le cardinal Abongo occupe dans les faits une place laissée vacante par son prédécesseur à Kinshasa, le cardinal Monsengwo, depuis son départ à la retraite en 2018.

    L’ascension de ce membre profès de l’Ordre des frères mineurs capucins a connu un coup d’accélérateur ces trois dernières années. Nommé évêque en 2004 par Jean Paul II à l’âge de 44 ans, il s’est investi au milieu des années 2010 dans la commission « Justice et paix » de la Conférence épiscopale congolaise.

    Début 2018, il est appelé pour être évêque coadjuteur de Kinshasa dans le but d’épauler le cardinal Monsengwo, alors sur le départ, et se préparer à prendre sa suite. En novembre 2018, il est installé archevêque de la capitale. Le pape François l’élève un an plus tard à la dignité de cardinal lors du consistoire d’octobre 2019. Il confie alors sa « surprise » et considère la décision du pape comme un encouragement de l’Église à poursuivre sa mission de pasteur qui « donne la voix à un peuple sans voix ».

    « Le Congo est tombé dans les mains de brigands. »

    Car ce fils de saigneur d’arbre à caoutchouc a très tôt fait des questions de justice sa matrice. Dans un pays marqué par la misère sociale, économique et écologique, ce théologien moraliste s’est illustré par son combat contre une caste politique qui, avec les puissances économiques internationales, capte les richesses naturelles du pays. « Le Congo est tombé dans les mains de brigands », accusait-il en ce sens lors de la Nuit des Témoins 2019 organisée par l’Aide à l’Église en détresse, à Paris.




    Lire aussi :
    En RDC, « l’Église accompagne l’espérance du peuple »

    Plutôt que de se mettre du côté des « prédateurs » qui exploitent le pays, « l’Église a choisi de se mettre aux côtés de son peuple », poursuivait le haut-prélat, dans le sillage de la pensée du pape François. Un discours qui se concrétise dans les faits puisque l’Église catholique supplée au Congo les carences de l’État. La moitié des structures sanitaires et éducatives du pays sont ainsi gérées par elle.

    Solide opposant au régime de Kabila

    Solide opposant au régime de Kabila, président du Congo de 2001 à 2019, il s’était jeté dans la bataille pour une transition démocratique lors des élections de 2019. En vain. L’archevêque avait condamné un « déni de vérité » suite à un scrutin ayant conduit à l’élection de Félix Tshisekedi dans des conditions douteuses.

    Au lendemain de cet échec, le jeune archevêque avait justifié dans les colonnes du Figaro la nécessité pour l’Église de se dresser en RDC comme un contre-pouvoir. « Face à un peuple abandonné, livré à lui-même, malgré l’abondance des richesses du pays, l’Église s’est comportée en bon samaritain qui vient au secours d’un peuple blessé au bord de la route, d’un peuple qui crie au secours ». Une image chère à François qui, dans sa dernière encyclique, Fratelli tutti, consacre un chapitre entier à la figure du bon samaritain.

  • 18 octobre : l'évangéliste saint Luc

    IMPRIMER

    San_Luca_I.jpgSAINT LUC - Évangéliste - (Ier siècle)

            Saint Luc, né à Antioche, est une des principales gloires de cette ville. On sait peu de chose de ses premières années ; on ignore même si, avant sa conversion, il était païen ou observait la religion juive ; cette dernière opinion est la plus généralement adoptée. Doué d'un caractère ferme et d'une belle intelligence, il fut, paraît-il, très habile médecin, et ne dédaignait pas, dans ses loisirs, de cultiver l'art de la peinture, pour lequel il avait un goût prononcé.

            Luc serait sûrement arrivé à l'une des premières charges de la cité, quand il renonça à son brillant avenir pour aller voir, en Judée, ce Jésus qui venait d'inaugurer sa vie publique, et dont le nom, la doctrine, les miracles, faisaient grand bruit dans tous les pays voisins. Il le vit, crut en sa mission divine, et prenant pour lui la parole du Maître : Que celui qui veut être mon disciple quitte tout et me suive, il suivit dès lors le Sauveur pas à pas dans ses courses apostoliques ; il fut témoin de sa Passion, de sa Résurrection, de son Ascension, reçut le Saint-Esprit au Cénacle, le jour de la Pentecôte, et partit pour évangéliser Antioche sa patrie.

    Lire la suite

  • Rendre à Dieu ce qui est à Dieu (29e dimanche du T.O.)

    IMPRIMER

    Du Père Joseph-Marie Verlinde fsJ (homelies.fr) :

    Pharisiens et Hérodiens font alliance pour tendre un piège au Seigneur. Les frères ennemis se coalisent pour « prendre en faute » leur adversaire commun « en le faisant parler », lui le Verbe de Dieu. Au moment du procès, interrogé par le grand prêtre, Jésus répondra : « J’ai parlé au monde ouvertement. J’ai toujours enseigné dans les synagogues et dans le Temple, là où tous les Juifs se réunissent, et je n’ai jamais parlé en cachette. Pourquoi me questionnes-tu ? Ce que j’ai dit, demande-le à ceux qui sont venus m’entendre. Eux savent ce que j’ai dit » (Jn 18, 21).

    Nous assistons sous nos yeux à la réalisation de la conspiration prophétisée au livre de la sagesse : « Traquons le juste : il nous gêne, s’oppose à nos actions, nous reproche nos manquements à la Loi et nous accuse d’être infidèles à notre éducation. Il déclare posséder la connaissance de Dieu et il se nomme enfant du Seigneur, il se vante d’avoir Dieu pour père. Voyons si ses paroles sont vraies et vérifions comment il finira » (Sg 2, 12-17).

    Le discours faux de ces renards commence paradoxalement par annoncer la vérité : « Tu es toujours vrai et tu enseignes le vrai chemin de Dieu » ; la flatterie du menteur a pour but de faire glisser jusqu’au piège le malheureux qui se laisse séduire par ses propos mal intentionnés.

    La question sur laquelle débouche cette entrée en matière est particulièrement perverse : si Jésus répond positivement, il va dans le sens des Hérodiens, collaborateurs de l’occupant, et sera dès lors accusé de traître par les Pharisiens ; s’il invite à refuser de payer l’impôt, il abonde dans le sens des Pharisiens, mais se met les Hérodiens à dos, qui auront beau jeu de le dénoncer aux Romains.

    Jésus, connaissant l’intention de ses interlocuteurs, dévoile d’emblée leur hypocrisie et dénonce leur mauvais desseins. Coupant court aux flatteries mensongères, il prend ses opposants en flagrant délit de duplicité puisqu’ils portent sur eux la monnaie de l’impôt, portant l’effigie de l’Empereur et une légende qui s’adresse à lui comme à une divinité. Autant dire qu’un juif pieux n’était pas supposé la posséder ; c’est d’ailleurs la raison pour laquelle des changeurs se tenaient dans la cour du Temple, car l’argent romain était considéré comme idolâtrique et ne pouvait par conséquent entrer dans le Temple. La preuve est ainsi faite que les interlocuteurs de Jésus ne se posaient guère de problèmes moraux et n’attendaient rien de cet interrogatoire, si ce n’est un motif d’accusation.

    Lire la suite

  • L'acharnement de Daech contre les chrétiens de Mésopotamie et leur patrimoine

    IMPRIMER

    De sur le Figaro Vox :

    «Dans les régions passées sous le contrôle de Daech, toutes les églises ont été vandalisées»

    FIGAROVOX/ENTRETIEN - Le photographe Pascal Maguesyan a dirigé la publication d’un album photo montrant la richesse du patrimoine chrétien en Mésopotamie, et l’ampleur des destructions commises par Daech. Certains de ces monuments sont déjà en reconstruction.

    17 octobre 2020
     
    L’association Mesopotamia s’est donné le défi de faire l’inventaire du patrimoine religieux des chrétiens d’Orient et des Yezidis.
    L’association Mesopotamia s’est donné le défi de faire l’inventaire du patrimoine religieux des chrétiens d’Orient et des Yezidis. Editions Première Partie

    Pascal Maguesyan est photographe. Il a dirigé la publication d’un album intitulé Mesopotamia. Une aventure patrimoniale en Irak (éditions Première Partie, 2020).


    FIGAROVOX.- La présence chrétienne en Irak est menacée. Par ce livre, vous avez voulu retracer l’histoire qui lie les chrétiens à la Mésopotamie depuis les premiers temps de l’Eglise: le patrimoine chrétien est une part essentielle de la richesse culturelle de cette région?

    Pascal MAGUESYAN.- Le christianisme s’est implanté en Mésopotamie au premier siècle, c’est-à-dire au siècle de Jésus-Christ! Notamment sous l’impulsion de l’un des douze apôtres, Thomas, qui est parti en mission jusqu’en Inde en traversant toute la Mésopotamie. C’est lui le premier à avoir sensibilisé les communautés de la région à la parole chrétienne, et autour de lui se sont constituées les premiers groupes de chrétiens.

    L’Église qui aujourd’hui revendique la paternité de Saint Thomas est l’Église apostolique assyrienne de l’Orient, qu’on appelle parfois, tout simplement, Église de l’Orient, ou encre Église nestorienne, du nom du patriarche Nestorius qui fut jugé hérétique par Rome. Renvoyé dans son monastère à Antioche, puis exilé en Haute Égypte, sa théologie imprégna l’Église de l’Orient en Mésopotamie. Cette Église fut, jusqu’au temps des croisades, la plus répandue du monde puisqu’elle est allée évangéliser jusqu’en Chine! Les plus curieux pourront lire les travaux de l’historien Sébastien de Courtois, qui est l’un des meilleurs spécialistes de l’histoire de cette communauté chrétienne. Paradoxalement, aujourd’hui, ce n’est plus qu’une petite communauté chrétienne. Elle est autocéphale et possède son propre patriarche.

    On compte 400 000 chrétiens d’Irak environ alors qu’ils étaient probablement 1,5 million encore en 1991.

    Le reste des chrétiens d’Irak (on en compte 400 000 environ, toutes confessions confondues, alors qu’ils étaient probablement 1,5 million encore en 1991) forme un paysage assez complexe. Il y a l’Église chaldéenne, née au XVIe siècle d’un schisme: ce sont des chrétiens de l’Église d’Orient qui ont choisi de rejoindre Rome. Ils sont les plus nombreux. Il y a aussi l’Église syriaque orthodoxe, qui est une église antiochienne répartie également entre la Syrie et la Turquie. Puis l’Église arménienne, qui n’est pas autochtone car ses fidèles ne sont pas natifs d’Irak et ne parlent pas le syriaque mais l’arménien. On les trouve essentiellement à Bagdad, et dans quelques villages du Kurdistan irakien. Enfin, quelques petites églises viennent s’ajouter au tableau: grecque orthodoxe, copte, et quelques évangéliques.

    Lire la suite

  • Ignace d'Antioche (17 octobre) : "priez sans cesse"

    IMPRIMER

    Priez sans cesse (1 Th 5, 17) pour les autres hommes, car on peut espérer les voir arriver à Dieu par la conversion.

    Permettez-leur au moins d’être enseignés par vos actions. À leurs colères, vous, opposez la douceur, à leur vantardise l’humilité, à leurs blasphèmes les prières, à leurs erreurs la fermeté de la foi, à leur sauvagerie la civilité, sans chercher à les imiter.

    Soyons leurs frères par la bonté. Cherchons à être des imitateurs du Seigneur : qui davantage a subi l’injustice ? le dépouillement ? le mépris ? pour qu’aucune herbe du diable ne se trouve parmi vous, mais qu’en toute pureté et tempérance, vous demeuriez, de chair et d’esprit, en Jésus-Christ…

    Mieux vaut se taire et être que de parler sans être. Il est bon d’enseigner, si celui qui parle agit. Il n’y a donc qu’un seul enseignant, celui qui a dit et a fait (Ps 32, 9) et ce qu’il a fait dans le silence est digne de son Père. Celui qui possède véritablement la parole de Jésus peut entendre même son silence, afin d’être parfait, c’est-à-dire d’agir par sa parole et d’être reconnu par son silence.Rien n’échappe au Seigneur.

    Nos secrets mêmes sont près de lui. Faisons donc tout en nous souvenant qu’il habite en nous. Nous serons ainsi ses temples et il sera en nous notre Dieu, ce qu’il est en effet, et qui apparaîtra devant notre face si nous l’aimons selon ce qui est juste.

    Source : Ignace d’Antioche (fêté ce 17 octobre)Lettre aux Éphesiens, X et XV.

    Et aussi :

    «Soyez donc sourds quand on vous parle d’autre chose que de Jésus-Christ, de la race de David, [fils] de Marie, qui est véritablement né, qui a mangé et qui a bu, qui a été véritablement persécuté sous Ponce Pilate, qui a été véritablement crucifié et est morts, aux regards du ciel, de la terre et des enfers, qui est aussi véritablement ressuscité d’entre les morts. C’est son Père qui l’a ressuscité, et c’est lui aussi, [le Père], qui à sa ressemblance nous ressuscitera en Jésus-Christ, nous qui croyons en lui, en dehors de qui nous n’avons pas la vie véritable.»

    Ignace d’Antioche, Lettre aux Tralliens 9.1-2

    "...je mourrai de grand cœur pour Dieu, si vous ne m'en empêchez. Je vous en conjure, épargnez-moi une bienveillance intempestive. Laissez-moi devenir la pâture des bêtes : c'est par elles qu'il me sera donné d'arriver à Dieu. Je suis le froment de Dieu, et je suis moulu par la dent des bêtes, pour devenir le pain immaculé du Christ. Caressez-les plutôt, afin qu'elles soient mon tombeau, et qu'elles ne laissent rien subsister de mon corps . Les funérailles ne seront ainsi à charge à personne. C'est quand le monde ne verra même plus mon corps, que je serai un véritable disciple de Jésus-Christ. Priez le Christ de daigner faire de moi, par la dent des fauves, une victime pour Dieu. Je ne vous donne pas des ordres, comme Pierre et Paul : ils étaient des Apôtres, et moi je ne suis qu'un condamné, ils étaient libres, et moi, jusqu'à présent,  je suis esclave ; mais la mort fera de moi un affranchi de Jésus-Christ en qui je ressusciterai libre. Pour le moment j'apprends dans les fers à ne rien désirer."

    Extrait de son "épître aux Romains", http://missel.free.fr/

  • Ignace d'Antioche : l'ardent désir d'union avec le Christ et de vie en Lui (17 octobre)

    IMPRIMER

    0201ignace2.jpgLors de l'audience générale du mercredi 14 mars 2007, Benoît XVI a consacré sa catéchèse à saint Ignace d'Antioche (vatican.va) :

    Chers frères et sœurs!

    Comme nous l'avons déjà fait mercredi, nous parlons des personnalités de l'Eglise naissante. La semaine dernière, nous avons parlé du Pape Clément I, troisième Successeur de saint Pierre. Aujourd'hui, nous parlons de saint Ignace, qui a été le troisième Evêque d'Antioche, de 70 à 107, date de son martyre. A cette époque, Rome, Alexandrie et Antioche étaient les trois grandes métropoles  de  l'empire  romain. Le Concile de Nicée parle de trois "primats":  celui de Rome, mais Alexandrie et Antioche également participent, d'une certaine manière, à un "primat". Saint Ignace était Evêque d'Antioche, qui se trouve aujourd'hui en Turquie. Là, à Antioche, comme nous l'apprenons des Actes des Apôtres, se développa une communauté chrétienne florissante:  le premier Evêque fut l'apôtre Pierre - c'est ce que nous rapporte la tradition - et là, "pour la première fois, les disciples reçurent le nom de chrétiens" (Ac 11, 26). Eusèbe de Césarée, un historien du IV siècle, consacre un chapitre entier de son Histoire ecclésiastique à la vie et à l'œuvre littéraire d'Ignace (3, 36). "De Syrie", écrit-il, "Ignace fut envoyé à Rome pour être livré en pâture aux bêtes sauvages, à cause du témoignage qu'il avait rendu du Christ. En accomplissant son voyage à travers l'Asie, sous la surveillance sévère des gardes" (qu'il appelle les "dix léopards" dans sa Lettre aux Romains, 5, 1), "dans toutes les villes où il s'arrêtait, à travers des prédications et des avertissements, il renforçait les Eglises; et surtout, il exhortait, avec la plus grande vigueur, à se garder des hérésies, qui commençaient alors à se multiplier, et recommandait de ne pas se détacher de la tradition apostolique". La première étape du voyage d'Ignace vers le martyre fut la ville de Smyrne, où était Evêque saint Polycarpe, disciple de saint Jean. Ici, Ignace écrivit quatre lettres, respectivement  aux  Eglises  d'Ephèse, de Magnésie, de Tralles et de Rome. "Parti de Smyrne", poursuit Eusèbe "Ignace arriva à Troade, et de là, envoya de nouvelles lettres":  deux aux Eglises de Philadelphie et de Smyrne, et une à l'Evêque Polycarpe. Eusèbe complète ainsi la liste des lettres, qui nous sont parvenues de l'Eglise du premier siècle comme un trésor précieux. En lisant ces textes, on sent la fraîcheur de la foi de la génération qui avait encore connu les Apôtres. On perçoit également dans ces lettres l'amour ardent d'un saint. Enfin, de Troade, le martyr arriva à Rome où, dans l'amphithéâtre Flavien, il fut livré aux bêtes féroces.

    Lire la suite

  • Un écrivain catholique parmi les Immortels

    IMPRIMER

    De C.P sur InfoChretienne.com :

    L’écrivain catholique François Sureau élu à l’Académie française

    François Sureau le haut-fonctionnaire devenu avocat et écrivain a été élu au premier tour au fauteuil de Max Gallo à l’Académie française.

    Ce jeudi 15 octobre, l’écrivain et avocat, François Sureau, rejoint les immortels de l’Académie française.

    Célèbre pour son attachement à la liberté et pour avoir publié une vingtaine de romans, il avait obtenu le grand prix du roman de l’Académie française en 1991 pour L’Infortune, publié chez Gallimard.

    François Sureau est également connu pour être un fervent catholique, en mai 2020, il n’avait pas hésité à affirmer son attachement à la religion dans un entretien publié dans Le Monde :

    « Je suis extrêmement attaché à la religion catholique. Elle nous donne comme maître quelqu’un qui a échoué sur la Terre, qui n’a pas voulu exercer le pouvoir, qui s’est trouvé environné de filles perdues, de soldats paumés, de percepteurs, et qui a choisi pour lui succéder un imbécile qui ne brillait pas par le courage, saint Pierre. Il n’y a rien au monde de plus encourageant. »

    L’homme de lettres français a été élu au premier tour au fauteuil de Max Gallo, le numéro 24, vacant depuis le 20 février 2020.

    La nouvelle annoncée aujourd’hui est déjà célébrée sur les réseaux sociaux.

    La directrice de Franceinter, Laurence Bloch, s’est notamment exprimée sur Twitter à propos de cette élection « tellement juste et réjouissante ».

    C’est également le cas de la librairie chrétienne, La Procure, qui a félicité François Sureau, »un écrivain très apprécié », sur le compte Twitter de la chaine de magasins.

     

  • Les Eglises face à la persécution des chrétiens en Orient : un silence dramatique

    IMPRIMER

    Lu sur Kathnet :

    Le silence sur la persécution des chrétiens en Orient est vraiment dramatique

    15 octobre 2020

    La chercheuse allemande sur l'Islam Suzanne Schröter accuse les Eglises de ne pas critiquer suffisamment l'Islam

    Berlin (kath.net)

    Dans une interview accordée à la "Jüdische Allgemeine", la chercheuse allemande sur l'islam, Susanne Schröter, a accusé les Eglises en Allemagne d'agir de manière beaucoup trop peu critique et trop réservée envers l'islam. (...) Mme Schröter, professeur à l'Institut d'ethnologie de l'Université Goethe de Francfort-sur-le-Main et directeur du Centre de recherche sur l'Islam mondial, a rappelé dans ce contexte que, lors d'un cercle de dialogue à Francfort il y a quelque temps, un pasteur protestant a présenté la Constitution de Médine comme un modèle nouveau et prometteur de coopération interreligieuse. Cet ordre de l'an 622 promouvait une société à deux vitesses, dans laquelle les musulmans étaient présentés comme de vrais croyants, les tribus juives étant expulsées et une même massacrée. Selon Schröter, cela a cependant été reçu sans aucune critique dans ce cercle.

    La chercheuse islamologue a également critiqué dans le journal le comportement du président du conseil de l'EKD (Evangelische Kirche in Deutschland), Heinrich Bedford-Strohm, et du cardinal Reinhard Marx lors de leur visite à la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem, lorsqu'ils ont caché leurs croix épiscopales. "Avec toute ma sensibilité culturelle, je crois qu'il n'est pas mauvais de défendre ses propres valeurs, et cela peut être aussi le port de la croix dans une mosquée". Selon M. Schröter, il est un peu triste qu'il n'y ait pas d'engagement envers sa propre tradition. "À Jérusalem, les dirigeants de l'Église ont posé un signe qui a été interprété - probablement aussi par les musulmans - en vertu duquel leur propre foi n'était pas vraiment prise en considération à part entière".

    M. Schröter est également très critique à l'égard du silence sur la persécution des chrétiens dans les pays musulmans par les représentants de l'Église. "Le silence sur la persécution des chrétiens en Orient est vraiment dramatique. Je ne comprends pas cela. Pourquoi rester silencieux à ce sujet ? Les Eglises élèvent toujours la voix lorsque des injustices sont commises à l'encontre des musulmans. C'est correct. Mais maintenant, les chrétiens sont expulsés de force des pays orientaux - et les juifs aussi, d'ailleurs - et elles se taisent à ce sujet". Selon M. Schröter, les chrétiens sont massivement persécutés dans presque tous les pays islamiques. Leur nombre et celui des Juifs ne cessent de diminuer, la construction d'églises est rendue plus difficile ou interdite. La justification de ce silence est souvent avancée en raison du fait que les Eglises ici ne veulent pas ajouter de l'huile sur le feu et rendre la tâche encore plus difficile aux frères et sœurs de foi discriminés.

  • Sainte Marguerite-Marie, grand témoin de l'Amour divin (16 octobre)

    IMPRIMER

    marguerite.jpgSur le site du Secrétariat des oeuvres du Sacré Coeur :

    En la fête de Saint-Jean, le 27 décembre 1673, à Paray le Monial, une religieuse du monastère de la Visitation, Marguerite-Marie Alacoque (que l'on fête aujourdhui ndblg) fit la rencontre du Christ et s’est approchée du Cœur de Dieu. "Il me fit reposer fort longtemps sur sa divine poitrine où il me découvrit les merveilles de son amour et les secrets inexplicables de son cœur qu’il m’avait toujours tenus cachés jusqu’alors". (Autobiographie n° 53).

    Lire la suite

  • Artsakh : Erdogan contre l’Arménie – l’appel des Arméniens

    IMPRIMER

    Du site EEChO :

    Erdogan contre l’Arménie – l’appel des Arméniens

    L’Azerbaïdjan verrait bientôt ses réserves de pétrole épuisées, et le dictateur Erdogan chercherait, étant stoppé en Syrie, en Libye et dans l’est de la Méditerranée, une nouvelle expansion « néo-ottomane » tandis que s’effondre l’économie turque : telles seraient les raisons de la relance de la guerre du Haut-Karabakh (Arménie) par l’Azerbaïdjan, indubitablement poussé et encadré par les Turcs. Ici comme ailleurs, la guerre de la désinformation ne manquera pas de se développer (elle est organisée parfois par des société privées, comme on l’a vu en rapport avec la Syrie).

    En union avec les Communautés arméniennes, nous ne pouvons jamais oublier le génocide de 1915 et ses suites, et nous relayons volontiers l’appel des chefs religieux arméniens de France, que voici :

    DECLARATION COMMUNE ET APPEL AU PEUPLE

    Nous, chefs religieux de la communauté arménienne de France, qui représentons des centaines de milliers de citoyens français, nous nous sommes réunis dans la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Paris le jeudi 1er octobre 2020 pour prier Dieu pour la paix en Artsakh (Nagorno-Karabakh) et en Arménie. Suite à notre prière commune, nous évoqué la situation aux frontières de l’Arménie et de l’Artsakh. Sur cette base, nous déclarons ce qui suit:

    1. Le peuple d’Artsakh qui vit sur ses terres ancestrales depuis des siècles, avant même que la Turquie et l’Azerbaïdjan n’existent, a le droit inaliénable de continuer à vivre librement sur la même terre que leurs ancêtres, en paix avec leurs voisins.

    2. Comme nous l’enseigne la Sainte Bible, nous appelons toutes les parties impliquées dans le conflit à retourner à la table des négociations pour la paix dans la région et à suspendre toutes les activités militaires qui ne servent que à tuer et nuire aux vies innocentes des deux côtés et ne causer que la destruction et la mort.

    3. Nous condamnons les atrocités de tout pays contre ses voisins en général, et aujourd’hui nous condamnons spécifiquement les agressions militaires de l’Azerbaïdjan et de la Turquie contre l’Artsakh et l’Arménie.

    4. Nous demandons à la communauté internationale et spécialement à notre gouvernement de condamner vigoureusement cette agression, d’exprimer son soutien à la paix, d’intervenir et de mettre fin â cette violation préméditée des droits de l’homme et des traités internationaux.

    5. Nous prions Dieu de sauver la vie innocente des personnes victimes du conflit et de ramener la paix entre ces pays voisins. Nous invitons nos fidèles et tous les citoyens épris de paix à se joindre à nous pour une prière commune du soir, demain, vendredi le 2 octobre 2020 à 19h30 dans l’Église apostolique arménienne Sainte-Marie-Mère-de-Dieu à d’Issy-les-Moulineaux.

  • Ces collaborateurs de Pie XII qui sauvaient des juifs

    IMPRIMER

    les juifs de Pie XII

    De Jean-Baptiste Noé sur Aleteia.org :

    Les hommes de Pie XII qui sauvaient des juifs

    15/10/20

    Autour du pape travaillait une petite équipe organisant les secours et les fuites des juifs, transmettant les informations, servant de relais entre le Vatican et les réseaux de résistance européens.

    Un nouveau livre vient compléter les nombreuses informations que l’on connaît déjà quant à l’action menée par Pie XII pour sauver des juifs durant la Seconde Guerre mondiale. Avec Le Bureau. Les juifs de Pie XII (Michel Lafon), Johan Ickx met en forme les informations et documents découverts au cours de ses recherches dans les archives. Archiviste de la Secrétairerie d’État depuis dix ans, auteur de nombreux livres et articles sur la diplomatie du Saint-Siège, Ickx maîtrise parfaitement les pièces du dossier. Ce qu’il présente dans cet ouvrage, c’est la structure créée par Pie XII pour s’occuper des réfugiés et maintenir les liens avec les réseaux de résistance en Italie et en Europe. Autour du pape travaillait une petite équipe organisant les secours et les fuites, transmettant les informations, servant de relais entre le Vatican et les réseaux européens. On y retrouve Mgr Luigi Maglione, le Secrétaire d’État, mais aussi Giovanni Battista Montini, futur Paul VI. Ces hommes ont travaillé en étroite collaboration autour du pape, permettant le sauvetage de milliers de juifs romains ainsi que de leurs frères européens. 

    La grande histoire par des petites histoires

    Johan Ickx a fait un choix rédactionnel qui peut surprendre de prime abord. Son livre est organisé en une série de petites histoires qui racontent des situations, des opérations et la vie des personnes rencontrées dans les archives. Toutes ces histoires sont documentées et référencées par de nombreuses notes de bas de page qui renvoient aux documents d’archives et aux sources. Choix surprenant, car il contrevient aux livres d’histoire classique, mais choix qui permet de rendre la lecture de l’ouvrage plus agréable et facile et qui a le mérite de donner une vie aux archives et aux documents. 

    Lire la suite sur aleteia.org

  • La présence des catholiques dans le monde de 2013 à 2018

    IMPRIMER

    De Vatican News, tout en nous étonnant de cette corrélation établie entre l'analyse statistique de l'évolution du catholicisme entre 2013 et 2018 et le pontificat du pape François ... :

    La présence des catholiques dans le monde depuis l'arrivée du Pape François

    Le Bureau central des statistiques de l’Église analyse la manière dont la présence des catholiques dans le monde s’est transformée lors des cinq premières années du pontificat du Pape François. Elle a globalement augmenté de 6%, pour atteindre 1,329 milliard de baptisés.

    Bureau central des statistiques de l'Église

    Le nombre de catholiques baptisés est en augmentation au niveau planétaire. Ils étaient 1,254 milliard en 2013 contre 1,329 milliard en 2018, ce qui représente une hausse de 6%. En confrontant ces données à l’évolution de la population mondiale lors de la même période – elle est passée de 7,094 à 7,496 milliards de personnes, on note que la présence relative des catholiques a légèrement augmenté de 17, 68% à 17,73%

    Des activités pastorales efficaces en Afrique

    L’analyse géographique des variations observées lors de la période examinée montre une augmentation stimulante de quelque 18% en Afrique où la population a accru d’un peu plus de 15%. La confrontation entre ces deux chiffres met bien en évidence combien l’activité pastorale a été efficace dans les pays africains.

    Sur le continent américain, une hausse des catholiques supérieure à celle de la population a été observée (4,6% contre 4,4%). Le chiffre est plus élevé encore en Asie où les catholiques augmentent de 7,6% contre une hausse de 4,4% pour la population. En Océanie, la croissance des catholiques par rapport à celle des habitants de ce continent est sensible (9,6% contre 8,1%) En revanche, en Europe, le nombre de catholique baisse de 0,4% alors que la population augmente faiblement, de 0,2 %.

    48% des catholiques vivent en Amérique

    La répartition des catholiques, en fonction du poids démographique des différents continents, varie selon les zones géographiques de la planète.

    Des tendances se confirment, comme l'augmentation du poids que représente l'Afrique où les catholiques sont passés de 16,4 % à 18,6 % de la population mondiale ou, au contraire, la baisse continue en l'Europe, où le pourcentage du total mondial diminue, en 2018, de près d'un point et demi par rapport aux 22,9 % de 2013. Près de la moitié des catholiques dans le monde (48,3 %) vivaient sur le continent américain en 2018. Près de 58 % d'entre eux se trouvent en Amérique du Sud.

    L'incidence dans le monde catholique du continent asiatique, qui représente 60 % de la population mondiale, est en légère augmentation. Elle se maintient autour de 11,1 %, tout au long de la période analysée. En ce qui concerne les catholiques baptisés en Océanie sur le total mondial, il reste stable, en dessous de 0,8%.

    Faible présence catholique en Asie

    La lecture des données, continent par continent, du nombre relatif de catholiques par rapport à la population est également particulièrement intéressante : on obtient un quotient qui donne le nombre de catholiques pour 100 habitants sur le continent. Ces valeurs montrent combien la présence des catholiques à la fin de 2018 est radicalement différente selon les zones géographiques: elles vont de 63,7% de catholiques présents dans la population en Amérique, 39,7% en Europe, à 3,3% en Asie.

    Il est important de souligner que la situation est très différente au nord et au sud du continent américain. Si au Nord le pourcentage de catholiques n'est que de 24,8%, il est de 86,5% au Sud et de 88,5% en Amérique centrale, où leur présence apparaît beaucoup plus visible.

    Une lecture diachronique des quotients permet de mettre en évidence les tendances qui prévalent dans les zones géographiques à partir de 2013, et qui, en tout état de cause, présentent toujours des variations assez faibles. Ainsi, si la présence des catholiques au niveau planétaire se traduit au fil du temps par une situation de quasi-stationnarité, dans chaque zone continentale - et en particulier en Afrique et en Amérique - la tendance est à une croissance lente. Ce résultat apparemment contradictoire est probablement dû à la prépondérance démographique de l'Asie, où la présence catholique semble faible.