Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Eglise - Page 2

  • Homélie pour le Dimanche de la Sainte Trinité

    IMPRIMER

    Homélie pour le Dimanche de la Trinité

    par le Père Simon Noël osb (archive 2017) (source)

    Souvent nous devrions remercier le Seigneur dans notre prière de nous avoir faits chrétiens, de nous avoir donné la foi catholique, la connaissance de Dieu et de son mystère trinitaire. Oui, quel Dieu magnifique est le Dieu en lequel nous croyons : Dieu unique en trois personnes, le Père, le Fils et le Saint-Esprit.

    Dans la première lecture, Dieu se révèle comme un Dieu tendre et miséricordieux. Dieu avait dit, la première fois qu'il était apparu à Moïse, qu'il était Celui qui est. Cela veut dire que Dieu est le seul être qui existe par lui-même, qui soit éternel. Nous, nous existons parce que nous avons été créés, parce que nous avons été désirés par Dieu, parce que nous sommes aimés de Dieu. Dieu est non seulement l'être éternel, que nous devons adorer, mais il est aussi l'amour éternel, que nous devons aimer en retour et en qui nous devons avoir une totale confiance.

    C'est ce que saint Jean nous dit dans l'évangile : Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique. A l'origine, Dieu avait créé l'homme pour qu'il soit heureux sur la terre et qu'ensuite il jouisse de Dieu dans l'éternité. Mais l'homme a désobéi et s'est détourné de l'amitié divine. Le péché est entré dans le monde et avec lui la souffrance et la mort. Mais Dieu n'a pas rejeté l'homme. Il a envoyé son Fils, comme Sauveur, afin que tout homme qui croit en lui ne périsse pas mais obtienne la vie éternelle.

    Beaucoup de gens croient que Dieu existe, mais Dieu reste tout de même un grand mystère. Pour nous, c'est Jésus qui nous a révélé le mystère de Dieu. Il nous a parlé de Dieu d'abord comme un Père, son propre Père à lui et aussi notre Père. Lui même s'est fait connaître comme étant le Fils. Puis il a promis la venue du Saint-Esprit. Ainsi Jésus nous a confirmé qu'il n'y a qu'un Dieu, mais que ce Dieu est Père, Fils, et Saint-Esprit. Une belle et vivante image du mystère divin est la rivière. Il y a d'abord la source, c'est la personne du Père. Ensuite la rivière qui naît perpétuellement de la source, c'est la personne du Fils. Enfin il y a le courant qui ne cesse de faire couler la rivière, c'est la personne de l'Esprit. Quant à l'eau, commune à la source, à la rivière et au courant, c'est l'unique nature ou substance divine, commune aux trois personnes. Un seul Dieu, trois personnes divines.

    Dans la deuxième lecture, saint Paul nous rappelle que la vie chrétienne doit être empreinte de joie, de paix et d'amour. La vie chrétienne est une vie qui se déroule au sein de la Trinité. C'est d'abord une vie dans la grâce du Seigneur Jésus-Christ. Parce qu'il est mort et ressuscité pour nous, le Christ nous a obtenu la grâce sanctifiante, et toutes les grâces actuelles dont nous avons besoin pour sauver notre âme et parvenir à la vie éternelle. La grâce sanctifiante fait de nous des enfants du Père, des membres du corps mystique de Jésus-Christ et des temples du Saint-Esprit.

    Ensuite Paul nous parle de l'amour du Père. Le Père est amour et cet amour demeure en nous par l'Esprit-Saint qui a été répandu dans nos cœurs. Le Père est à l'origine de tout ce que Dieu a fait pour nous et c'est par amour que Dieu a fait toutes choses. Le dessein éternel du Père est un dessein d'amour.

    Enfin, Paul nous souhaite la communion du Saint-Esprit. Par la communion eucharistique nous sommes remplis du Saint-Esprit, qui en Dieu est l'amour personnel du Père et du Fils. Cet amour nous met dans une communion intime avec les trois personnes de la Sainte Trinité. Il nous met aussi en communion les uns avec les autres et avec toute l’Église.

    Laissons-nous habiter par le mystère de la Sainte et indivisible Trinité. La Trinité au fond de notre cœur, c'est déjà le ciel sur la terre. Que la Vierge Marie, qui est la fille du Père, la mère du Fils et l'épouse du Saint-Esprit ne cesse de nous aider à grandir dans notre union aux trois personnes divines.
  • "Nous voulons rester catholiques" : un groupe de fidèles allemands rejette la "Voie synodale"

    IMPRIMER

    De Walter Sánchez Silva sur Catholic News Agency :

    Un groupe de fidèles en Allemagne rejette la Voie synodale : "Nous voulons rester catholiques".
     
    2 juin 2023

    Birgit Kelle, porte-parole du groupe laïc allemand Neuer Anfang (Nouveau départ), dans une interview accordée le 29 mai à EWTN Noticias, a expliqué que ses membres rejettent la Voie synodale initiée par l'Église en Allemagne parce qu'ils veulent "rester catholiques".

    Cette initiative laïque a été lancée il y a deux ans, alors que les évêques et divers dirigeants laïcs allemands s'étaient déjà engagés dans la voie synodale controversée.

    Organisé par le Comité central des catholiques allemands (ZdK) et la Conférence épiscopale allemande, le Chemin synodal a débuté en 2019. En mars de cette année, il a approuvé des mesures visant à intégrer l'idéologie du genre dans l'enseignement catholique, l'ordination de femmes en tant que diaconesses, la bénédiction des unions homosexuelles, la normalisation de la prédication laïque à la messe et une demande au Vatican de "réexaminer" la discipline du célibat sacerdotal.

    Kelle a déclaré à EWTN Noticias que son association cherche à faire entendre sa voix, en se concentrant "sur un véritable nouveau départ en Allemagne", car elle représente "de nombreux catholiques orthodoxes qui sont préoccupés par la voie synodale et ses décisions". La porte-parole de Neuer Anfang a également souligné que "les fonctionnaires laïcs qui faisaient partie du chemin synodal ont été nommés pour représenter les laïcs normaux, mais ce n'est pas le cas". "Les catholiques normaux qui s'assoient à l'église le dimanche ne sont pas impliqués dans ce processus, et nous n'avons donc pas été entendus", a-t-elle expliqué. Par conséquent, nous ne sommes pas "contre quelque chose", mais nous essayons d'"éduquer sur quelque chose" en nous basant sur [ce que Jésus enseigne] et sur l'unité de l'Église catholique en particulier", a-t-elle ajouté. "Nous ne suivons pas les décisions et les lignes directrices de la Voie synodale parce que nous voulons rester catholiques", a-t-elle souligné. "Le débat, les documents, les décisions, tout confirme nos craintes qu'ils [la Voie synodale] ne veulent pas une réforme de l'Église, mais une nouvelle doctrine de l'Église catholique. Et cela nous conduit, en Allemagne, à une rupture avec le reste de l'Église", a déploré la porte-parole.

    Mme Kelle a rappelé qu'en janvier, son groupe avait adressé une lettre au pape François pour lui faire part de ses préoccupations et que l'année dernière, il lui avait remis un manifeste qu'il avait préparé à ce sujet.

    En ce qui concerne leurs activités, Mme Kelle a déclaré : "Nous organisons des conférences dans le domaine académique : "Nous organisons des conférences dans le domaine académique, mais aussi des conférences spéciales pour les prêtres, car nous constatons chaque jour que certains catholiques ne veulent pas mettre en œuvre le chemin synodal et ses résolutions dans les communautés." Cependant, elle a déploré que ces catholiques "subissent beaucoup de pression lorsqu'il s'agit d'activisme pour ne pas mettre en œuvre des choses qui sont clairement contraires à l'enseignement catholique."

    La porte-parole de New Beginning a appelé "l'Église catholique dans le monde à intervenir en Allemagne". "Nous voulons faire partie de l'Église catholique mondiale et nous sommes confrontés à des évêques et à des responsables laïcs qui rejettent toutes nos objections à ce qui va à l'encontre de Rome, du pape et du Vatican", a-t-elle déclaré.

    Walter Sánchez Silva est rédacteur principal pour ACI Prensa (https://www.aciprensa.com). Avec plus de 15 ans d'expérience, il a rendu compte d'importants événements ecclésiaux en Europe, en Asie et en Amérique latine pendant les pontificats de Benoît XVI et du pape François. Courriel : walter@aciprensa.com

  • Mgr Gänswein prié de quitter le Vatican et de retourner en Allemagne

    IMPRIMER

    De AC Wimmer sur CNA :

    L'archevêque Gänswein doit quitter le Vatican et retourner dans son diocèse d'origine sans nouveau rôle

    Le rôle futur du secrétaire de feu Benoît XVI fait l'objet de rumeurs et de commérages à Rome et dans l'Église d'Allemagne depuis des mois.

    2 juin 2023

    Selon un journal allemand, le pape François a ordonné à l'archevêque Georg Gänswein de quitter le Vatican et de retourner en Allemagne avant la fin du mois de juin. 

    Le secrétaire privé de longue date du pape Benoît XVI a été prié de retourner dans son diocèse d'origine de Fribourg, dans le sud-ouest de l'Allemagne, mais n'a pas reçu de rôle ou de mission, a rapporté le journal Welt vendredi. 

    Selon CNA Deutsch, l'agence partenaire de CNA en langue allemande, le pape François aurait informé Mgr Gänswein, 66 ans, de sa décision lors d'une audience privée le 19 mai. 

    L'archevêque Gänswein n'avait pas répondu à une demande de CNA Deutsch au moment de la publication, et le Vatican n'a publié aucune communication à ce sujet.

    Le rôle futur du secrétaire de Benoît XVI fait l'objet de rumeurs et de commérages à Rome et dans l'Église allemande depuis des mois. Parmi les spéculations précédentes, on a pu lire que Mgr Gänswein serait l'ambassadeur du pape au Costa Rica. Ce prélat éloquent parle couramment plusieurs langues, dont l'allemand et l'italien.

    Selon le média allemand, le pape François "a fait référence à la coutume selon laquelle les anciens secrétaires privés des papes décédés ne restaient pas à Rome".

    Secrétaire de longue date du pape émérite Benoît XVI, Mgr Gänswein a également été préfet de la Maison pontificale auprès de Benoît XVI et de son successeur, le pape François, jusqu'en février 2020.

    Originaire de la région de la Forêt-Noire en Allemagne, ce fils de forgeron a été ordonné prêtre en 1984 par l'archevêque Oskar Saier à Fribourg et est titulaire d'un doctorat en droit canonique de l'université Ludwig-Maximilian de Munich. 

    Mgr Gänswein est attendu en Allemagne ce week-end. Il doit présider la messe le dimanche 4 juin, à l'occasion d'un pèlerinage annuel au monastère cistercien de Stiepel, près de Bochum, dans l'ouest de l'Allemagne.

  • Un homme nu sur l'autel de Saint-Pierre

    IMPRIMER

    De Fabrizio Peronaci sur le site du Corriere della Sera :

    Uomo nudo sale sull'altare centrale della Basilica di San Pietro per  protestare contro la guerra - Gazzetta di Parma

    Un homme nu sur l'autel de Saint-Pierre : il s'agit d'un Russe de 34 ans avec un passeport polonais.

    Le jeune homme est arrivé en Italie avec en tête l'idée d'un "geste fort" contre la guerre en Ukraine. La photo de lui de dos, nu, est devenue virale sur le web. Doutes sur l'étanchéité de la sécurité au Vatican 

    Un homme nu dans la basilique Saint-Pierre pour protester contre la guerre en Ukraine

    Un citoyen russe de 34 ans, détenteur d'un passeport polonais, souffrant d'une forme grave de dépression et de divers types de troubles psychiques, est l'homme nu qui a été le protagoniste de la descente dans la basilique Saint-Pierre, dont la photo de lui de dos (publiée par le site Welcome to favelas) est devenue virale sur le web. Arrivé en Italie avec en tête l'idée fixe de faire un geste fort contre la guerre en Ukraine, le jeune homme, né en 1989, est entré dans la basilique, symbole de la chrétienté, en fin d'après-midi du jeudi 1er juin, se mêlant aux quelques visiteurs présents à l'heure proche de la fermeture. Il s'est approché du maître-autel, s'est rapidement déshabillé et a sauté par-dessus le marbre, entre trois précieux candélabres et sous le baldaquin du Bernin. Dans son dos, on peut lire au feutre "Sauvez les enfants d'Ukraine". Aucun cri, aucune résistance aux premiers gardiens qui se sont empressés de le descendre et de l'habiller, ainsi qu'aux hommes de la gendarmerie vaticane qui l'ont emmené dans les bureaux pour l'identifier. Immédiatement après, conformément aux règles du traité Italie-Saint-Siège, l'homme dérangé a été remis par les autorités vaticanes à l'inspection de la police d'État du Saint-Siège (dans la ville léonine), où il a passé la nuit, après avoir été interrogé et avoir fait l'objet d'un rapport. Un mandat de voyage a été émis à son encontre, avec obligation de quitter le territoire italien.  

    C'est le deuxième épisode en quinze jours qui soulève des questions sur les mesures de sécurité prises à l'intérieur de la basilique Saint-Pierre et aux autres entrées du territoire du Vatican, en particulier dans la perspective du Jubilé. Le 18 mai, un homme en voiture avait forcé la porte de la Porta Sant'Anna et la Gendarmerie avait été obligée de tirer sur les pneus pour l'arrêter. Là encore, il s'agissait d'un déséquilibré. Cette fois-ci, le russo-polonais réussit à mettre son plan à exécution sans rencontrer d'obstacles particuliers. Ce qui a inquiété les forces chargées de la sécurité intérieure, c'est que le Polonais-Russe a eu le temps de se déshabiller avant de sauter sur le maître-autel, sans que les fonctionnaires s'en aperçoivent. De nouvelles mesures sont actuellement à l'étude à l'intérieur des murs sacrés pour renforcer les contrôles et prévenir d'autres incursions dangereuses. Il y a toujours un élément impondérable lorsque, comme dans les deux derniers cas, des personnes qui ne sont pas en pleine possession de leurs facultés mentales entrent en action", a expliqué un fonctionnaire, "mais le problème reste entier et nous devons nous interroger à ce sujet, afin d'étudier des contre-mesures : si ce sujet avait eu un marteau dans sa poche, il aurait eu le temps de causer des dommages à la basilique ou aux touristes présents".

    Aujourd'hui, 3 juin 2023, à 12 heures, le cardinal Mauro Gambetti et le chapitre de Saint-Pierre célébreront une "messe de réparation" pour ce qui s'est passé le 1er juin 2023 sur le maître-autel.

  • Les cardinaux désignés par le pape François constituent les deux tiers du Collège cardinalice

    IMPRIMER

    De Loup Besmond de Senneville (à Rome) sur le site du journal La Croix :

    Vatican : les cardinaux de la « génération François », en position d’élire un pape

    Enquête 

    Pour la première fois, les cardinaux désignés par le pape François depuis le début de son pontificat forment, à partir du 2 juin, les deux tiers du Collège cardinalice, c’est-à-dire la proportion nécessaire pour élire un pape. Mais constituent-ils vraiment une génération cohérente ?

    01/06/2023

    Avec sa soutane écarlate, son surplis de dentelle blanche et sa barrette rouge sur la tête, on le dirait sorti d’un film de Paolo Sorrentino. Depuis deux décennies, le réalisateur italien met en scène des cardinaux. Mais si ce dimanche matin, le cardinal qui franchit la porte centrale d’une église de la périphérie romaine, San Giuda Taddeo Apostolo, semble s’être échappé d’une fiction, c’est qu’il est jeune. Italien, Giorgio Marengo est le benjamin du Collège cardinalice. À 48 ans, et s’il vit jusqu’à 80 ans, il pourra prétendre à entrer en conclave pendant près de trente-deux ans…

    Ce 21 mai, au cours de son homélie, celui qui est préfet apostolique d’Oulan-Bator, en Mongolie, vantera comme le pape argentin, une Église qui grandit « par attraction et non par prosélytisme », et se revendiquera comme faisant partie de « la partie la moins visible de l’Église catholique ». Avant d’adresser quelques mots en mongol à ses lointains paroissiens le suivant en direct par Internet. Venu prendre symboliquement possession de la paroisse romaine qui lui est attribuée, il est l’une des figures de ces cardinaux nommés par François.

    Ces hommes en rouge créés par l’ancien l’archevêque de Buenos Aires atteignent, pour la première fois le 2 juin, les deux tiers du Collège cardinalice, c’est-à-dire la proportion nécessaire pour élire un pape.

    De ces 81 hommes désignés par François, et actuellement en position d’élire le futur pape, parmi les 121 chargés de cette lourde tâche, beaucoup disent à Rome qu’ils sont très « bergogliens », sans vraiment définir ce dont il s’agit. Certains voient dans ce basculement mathématique la preuve que le futur pape sera sur la même ligne que le pape argentin.

    Les cardinaux des « périphéries »

    De fait, les cardinaux de la « génération Bergoglio », interrogés par La Croix, évoquent tous deux mots : les « périphéries » – un concept cher à François – et l’expérience du terrain. Car dès le début de son pontificat, François a choisi de ne plus nommer automatiquement cardinaux les archevêques des grandes villes : Milan, Los Angeles, Paris, Venise n’ont plus de « princes de l’Église » à leur tête. Des pays comme le Lesotho, l’Albanie, le Timor oriental, les îles Tonga ont au contraire vu nommer le premier cardinal de leur histoire, ces dix dernières années.

    « Je me reconnais membre d’une école François, dit franchement l’un d’entre eux, venu d’un pays du Sud. Quand il parle de périphéries, d’Église en sortie, des pauvres, de la nécessité de ne pas demeurer entre quatre murs, ce sont des thèmes qui résonnent en moi. Je m’y retrouve. »

    À ceux qui affirment que le pape argentin privilégie des hommes de terrain, alors que ses prédécesseurs se seraient plutôt tournés vers des théologiens, ce cardinal s’oppose franchement. « Il faut dépasser les caricatures, dit-il. Derrière des pasteurs de terrain, il y a de la théologie. »

    « On sent une sorte d’affinité entre nous »

    « Ce qui nous réunit, c’est seulement la chronologie », estime un autre cardinal nommé par François. « Regardez, entre le cardinal Müller, qui s’oppose au pape, et le cardinal Marengo, à Oulan-Bator, qu’y a-t-il de commun ? » Il poursuit : « Quand je vois un cardinal, je ne me demande pas s’il a été nommé par François, Benoît XVI ou Jean-Paul II. Honnêtement, il n’y a pas de groupe de bergogliens. »

    Mais parlent-ils entre eux ? « Oui, on sent une sorte d’affinité entre nous, plus qu’avec les anciens », répond un cardinal européen, qui évoque même « une sorte de filiation »« Nous sommes tous des hommes de terrain », ajoute-t-il. Il souligne toutefois, comme beaucoup, la nécessité de ne pas voir dans tous les cardinaux créés par François des clones strictement identiques.

    Les futurs électeurs du pape, tous âgés de moins de 80 ans, ont aussi cette spécificité de demeurer, pour la plupart, loin de Rome et de ses rumeurs. Car 66 des 81 cardinaux électeurs de François habitent ainsi aux quatre coins du monde. Seuls 15 résident à Rome.

    « Être loin de Rome a beaucoup d’avantages et quelques inconvénients, résume un cardinal également nommé par François. D’un côté, on échappe aux intrigues romaines et on est sans doute plus conscient de la réelle diversité de l’Église. Mais de l’autre, on ne se connaît pas entre nous, ou uniquement par médias interposés. Avec le risque de caricature qui va avec. »

    Ce cardinal, d’un pays où les catholiques sont très minoritaires, poursuit : « Cela va être très difficile lorsqu’il va falloir élire un nouveau pape. On est partout dans le monde et on ne se connaît pas. »

    Le besoin de se connaître

    Le fait d’avoir tous été nommés par François confère à ces cardinaux une autre particularité : aucun d’entre eux n’a jamais, par définition, vécu de conclave. D’où une appréhension palpable chez certains.

    « J’ai eu une sorte de prise de conscience soudaine début janvier, lors des obsèques de Benoît XVI, raconte un cardinal. Alors que nous formions tous une haie d’honneur autour du cercueil, avant qu’il ne sorte sur la place Saint-Pierre, j’ai levé la tête et je me suis senti pour la première fois appartenir à un corps à part. Nous formons un même Collège, qui a une responsabilité écrasante, et en même temps, nous sommes très peu. La haie que nous formions n’allait même pas jusqu’au fond de la basilique… »

    Cette génération de cardinaux créés par François est ainsi vue avec curiosité par le reste du Collège. « Les cardinaux se sont évidemment déromanisés », dit un cardinal expérimenté qui a, lui, vécu plusieurs conclaves. Il apprécie plutôt la « catholicité » et la jeunesse qui se dégage de ce nouveau groupe, issu des quatre coins du monde.

    « Il y a une variété de pensée, d’attitude pastorale et d’origine géographique. Mais au fond, on ne les connaît pas beaucoup, ajoute la même source. Quand le cardinal Angelo Scola a été nommé par Jean-Paul II, on savait que c’était un grand ponte de l’université du Latran, mais aujourd’hui, on ne comprend pas toujours pourquoi ils ont été choisis. Aujourd’hui, qu’est-ce que je sais d’eux ? Je ne sais rien de leur parcours théologique ou de leur vision de grands sujets universels. »

    C’est précisément en raison de cette méconnaissance que ce cardinal européen dit parler « avec des anciens », mais peu « avec les jeunes ». Comme d’autres, il se renseigne, notamment en lisant les publications de ses futurs compagnons de conclave. « Il faut écouter ce qu’ils disent. Afin que, le moment venu, nous puissions nous tenir prêts, et faire notre choix. »

    -----

    Le Collège cardinalice en chiffres

    Au 2 juin, le Collège cardinalice compte 222 cardinaux, dont 121 de moins de 80 ans, c’est-à-dire électeurs en cas de conclave.

    Parmi les électeurs, 81 ont été nommés par François, 31 par Benoît XVI et 9 par Jean-Paul II. François et Benoît XVI ont tous deux choisi des hommes âgés en moyenne de 67 ans au moment de leur création cardinalice.

    Ils sont 46 électeurs européens, dont 15 sont des Italiens. On compte 21 venus d’Asie, 16 d’Afrique, 16 d’Amérique du Nord et 14 d’Amérique du Sud. Cinq exercent des fonctions en Amérique centrale et trois dans un pays d’Océanie. En tout, 25 sont membres de la Curie ou en sont d’anciens responsables.

    On en compte aujourd’hui quatre électeurs français : Dominique Mamberti, Philippe Barbarin, Jean-Pierre Ricard et Jean-Marc Aveline.

  • Les saints martyrs de l'Ouganda (Charles Lwanga et ses 21 compagnons) (3 juin)

    IMPRIMER

    De Nominis (cef.fr) :

    Saints Martyrs de l'Ouganda

    Charles Lwanga et ses 21 compagnons (+ 1886)

    Charles Lwanga, mort le 3 Juin 1886, laïc - Converti par les Pères Blancs, Charles Lwanga, serviteur du roi Mwanga d'Ouganda, fut baptisé en novembre 1885 et brûlé vif au mois de juin de l'année suivante, à Namuyongo, voir aussi saint Charles Lwanda

    martyrs de l'Ouganda

    Martyr du Groupe des 22 martyrs de l'Ouganda. 
    - le 2 février 2023, Anuarite et Bakanja, modèles de foi, courage et pardon (VaticanNews.), le Pape François a mentionné Anuarite et Bakanja, ainsi que saint Kizito et ses compagnons martyrs de l’Ouganda, les présentant comme modèles de foi, de courage, de persévérance et de pardon.
    Les martyrs (+1885, +1886, +1887) - les 22 martyrs de l'Ouganda. Martyrs de la persécution du roi Mwanga de 1885 à 1887 durant laquelle périrent une centaine de jeunes chrétiens, catholiques et anglicans. A cause de la prière et de la chasteté, ils périrent dans d'atroces supplices, dont celui du feu.
    Marchant à la mort Kizito (13 ans) demandait à son aîné, Charles Lwanga: «Donne-moi la main: j'aurai moins peur». Tous les deux ont été proclamés patrons de la jeunesse africaine.
    Un autre, arrivant au lieu du supplice, déclara : «C'est ici que nous verrons Jésus!».
    - Béatifiés par la brève de Benoît XV le 6 juin 1920 (en italien), canonisés par Paul VI, le 18 octobre 1964 à Rome.
    - Album de la canonisation des 22 martyrs de l'Ouganda le 18 octobre 1964 - site des Pères Blancs.
    - Lors de son voyage apostolique en Afrique, devant une foule immense, le Pape François a honoré les martyrs de l'Ouganda, 28 novembre 2015.

    Mémoire des saints Charles Lwanga et ses douze compagnons: les saints Mbaga Tuzindé, Bruno Serunkerma, Jacques Buzabaliawo, Kizito, Ambroise Kibuka, Mgagga, Gyavira, Achille Kiwanuka, Adolphe Ludigo Mkasa, Mukasa Kiriwawanvu, Anatole Kiriggwajjo; Luc Banabakintu, martyrs en Ouganda l'an 1886. Âgés entre quatorze et trente ans, ils faisaient partie du groupe des pages ou de la garde du roi Mwanga. Néophytes et fermement attachés à la foi catholique, ils refusèrent de se soumettre aux désirs impurs du roi et furent soit égorgés par l'épée, soit jetés au feu sur la colline Nemugongo. Avec eux sont commémorés neuf autres: les saints Joseph Mukasa Balikuddembe, Denis Sebuggwawo, André Kaggwa, Pontien Ngondwe, Athanase Bazzekuketta, Gonzague Gonza, Matthias Kalemba, Noé Mawaggali, Jean-Marie Muzei. qui subirent le martyre dans la même persécution, à des jours différents, entre 1885 et 1889.

    Martyrologe romain

  • Le corps de Sœur Wilhelmina Lancaster a été retrouvé intact dans son cercueil quatre ans après sa mort

    IMPRIMER

    De Peter Bannister sur la Sélection du Jour :

    Sister Wilhelmina Lancaster

    Black nuns' lives matter : un corps « incorruptible » découvert aux États-Unis ?

    Énigme pour la science ou croyance superstitieuse ? Ces derniers jours, une religieuse afro-américaine a beaucoup fait parler d’elle aux États-Unis… 4 ans après sa mort, le 29 mai 2019 à l’âge de 95 ans. Le corps de Sœur Wilhelmina Lancaster, fondatrice de la communauté des Bénédictines de Marie, Reine des Apôtres à Gower dans le Missouri, a été retrouvé quasiment intact dans son cercueil en bois, ouvert par ses sœurs le 28 avril 2023 afin de transférer sa dépouille mortelle vers leur chapelle.

    Cette découverte a surpris le directeur des pompes funèbres à Gower, Jack Klein, qui avait émis le certificat de décès en 2019, et qui a confirmé que la religieuse n’avait pas été embaumée. Au début, les Bénédictines n’ont pas souhaité rendre la nouvelle publique, mais suite à la divulgation d’un courriel destiné aux familles locales, l’information s’est répandue rapidement, y compris dans les médias internationaux (CNN, Newsweek, NBC NewsThe Guardian…). Fondée par Sœur Wilhelmina à Elmhurst en Pennsylvanie en 1995 mais domiciliée à Gower depuis 2006, la communauté était avant tout connue du grand public pour ses enregistrements musicaux (de chants grégoriens et d’autres morceaux catholiques, la mère supérieure actuelle ayant été corniste à l’Orchestre Symphonique de la ville de Columbus). Plus de 10 000 pèlerins sont pourtant venus de loin vers ce coin reculé du Missouri afin de voir le corps de Sœur Wilhelmina, motivés par la possibilité qu’il puisse s’agir d’un signe divin de sa sainteté. L’évêque Vann Johnston du diocèse de Kansas City-St Joseph a publié un communiqué appelant à la prudence et soulignant la nécessité d’une investigation approfondie afin d’évaluer le phénomène.

    La tradition catholique affirme la réalité de « corps incorruptibles » (plusieurs centaines de cas ayant été attestés dans le passé) d’individus réputés de leur vivant pour leur grande piété, mais dans le cas d’une évaluation positive, Sœur Wilhelmina Lancaster serait la première afro-américaine à rejoindre la liste. Née en 1924 à une époque où beaucoup de congrégations étaient fermées aux noirs, elle entra en vie religieuse en 1941 chez les Sœurs oblates de la Providence à Baltimore – le premier ordre religieux pour les femmes noires américaines, créé en 1829 par Mary Elizabeth Lange de Haïti. Sœur Wilhelmina s’en est séparée en 1995 afin de fonder les Bénédictines de Marie, Reine des Apôtres, collaborant avec un prêtre français de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre, P. Arnaud Devillers.

    Quant à d’éventuelles explications scientifiques concernant l’absence de décomposition du corps de Sœur Wilhelmina, certains ont argumenté que cette apparente violation des lois de la biologie n’était pas très surprenante. Nicholas Passalacqua du Western Carolina University a par exemple estimé qu’il faudrait normalement 5 ans pour qu'un corps (sans cercueil) soit réduit en squelette. D’autres spécialistes du secteur funéraire, dont David Hess de Salt Lake City et Barry Lease de Pittsburgh, ont par contre affirmé qu’on aurait dû s'attendre à ce que le corps de Sœur Wilhelmina soit au moins sérieusement décomposé 4 ans après son enterrement. On a par ailleurs attiré l’attention sur l’absence d’odeurs putrides émanant du corps, son poids inhabituel (34-40 kilos plutôt que les 10 attendus dans des circonstances pareilles) et sur le fait que le voile de la religieuse est resté intact tandis que le revêtement du cercueil, fait d’un matériel semblable, s'était complètement détérioré. Le tout dans des conditions humides (le cercueil étant fissuré et le cadavre couvert d’une fine couche de moisissure provoqué par la condensation) qui auraient naturellement favorisé la décomposition.

    Quelle que soit la décision finale de l’Église dans le cas de Sœur Wilhelmina, les « corps incorruptibles » continuent à interroger la science matérialiste. Surtout quand il s’agit de corps retrouvés intacts plusieurs décennies après leur ensevelissement, comme celui du Padre Pio en 2008, 40 ans après son décès en 1968, ou même des siècles après, comme dans le cas de la Vénérable Mariana de Jésus Torres à Quito en Equateur : enterré en 1635, son corps a été découvert intact le 8 février 1906. En France, un cas très connu – mais pas unique – est celui de sainte Catherine Labouré, ensevelie le 3 janvier 1877 et exhumée totalement intacte et souple le 21 mars 1933. Son corps est toujours visible, quoique recouvert d’un masque de cire, dans la Chapelle de la Rue du Bac à Paris.

    Le 29 mai, les Bénédictines de Marie, Reine des Apôtres ont mis le corps de Sœur Wilhelmina Lancaster dans une châsse en verre à l’Abbaye Ste Marie d’Ephèse, où leur vie quotidienne est rythmé par la messe en latin selon la forme « extraordinaire » du missel de 1962. Il est peut-être intéressant de citer ici les propos d'un commentateur sous un long article consacré à Sœur Wilhelmina dans The Pillar, suggérant qu'elle pourrait réconcilier de manière posthume les catholiques américains de tendance « TLM » (Messe traditionnelle en latin) et « BLM » (Black Lives Matter).

    Pour aller plus loin :

    Des milliers de pèlerins pour voir le corps incorrompu de Sœur Wilhelmina

    >>> Lire l'article sur : cath.ch

  • L'Église catholique est en "terrible danger d'effondrement complet dans de nombreux pays" si les cardinaux et les évêques ne s'expriment pas

    IMPRIMER

    D'Edward Pentin sur son site :

    Professeur Seifert : l'Église catholique est en " terrible danger d'effondrement complet dans de nombreux pays " si les cardinaux et les évêques ne s'expriment pas.

    30 mai 2023

    Le philosophe catholique Josef Seifert a déclaré qu'il voyait un "terrible danger d'effondrement complet de l'Église catholique dans de nombreux pays" à moins que les cardinaux ne s'expriment sur une "crise énorme" au sein de l'Église, une crise qui, selon lui, est peut-être la plus grande à laquelle elle ait jamais été confrontée.

    Dans les commentaires qui ont suivi la publication d'une lettre ouverte qu'il a écrite le 30 avril, appelant tous les cardinaux, évêques et dirigeants de l'Église à défendre la vérité de l'enseignement catholique face au relativisme et à l'éthique situationnelle qui prévalent, Seifert a observé ce qu'il a décrit comme le "silence effrayant" des cardinaux sur cette crise unique qui va "du sommet de l'Église jusqu'en bas".

    Le professeur autrichien respecté, qui a fondé en 2017 l'Académie Jean-Paul II pour la vie humaine et la famille pour faire contrepoids à l'Académie pontificale pour la vie, autrefois respectée et aujourd'hui dirigée par l'archevêque dissident Vincenzo Paglia, a déclaré que c'est son amour pour la vérité et l'Église, et le fait que des éléments clés de l'enseignement du pape François vont à l'encontre du pape saint Jean-Paul II, qui l'ont incité à mettre la plume à l'encre.

    Il a rappelé que dans son encyclique de 1993 sur l'enseignement moral de l'Église, Veritatis Splendor, Jean-Paul II avait "magnifiquement élucidé" la vérité de la reconnaissance des "actes mauvais non négociables", la défendant contre les positions éthiques relativistes qui "cherchent des échappatoires partout" afin de tenter de justifier "l'adultère, la sodomie, la contraception, l'idolâtrie, l'apostasie, la négation du purgatoire, de l'enfer et du jugement dernier."

    Faisant remonter cette dissidence aux critiques formulées à l'encontre de l'encyclique Humanae Vitae (1968) du pape Paul VI, qui soulignait que l'utilisation de la contraception artificielle était intrinsèquement mauvaise, le professeur Seifert a souligné que l'enseignement de l'Église sur ce sujet avait des racines profondes.

    "La pilule anti-bébé et d'autres, qui sont déjà décrites dans l'Ancien Testament comme gravement désordonnées, sont intrinsèquement mauvaises", a-t-il déclaré. Il a également déclaré que même les anglicans avaient publié des déclarations contre la contraception artificielle, pour ensuite apporter une "contradiction flagrante" à leur enseignement précédent lors de la conférence de Lambeth en 1930, lorsqu'ils sont devenus la première communion ecclésiale à autoriser la contraception.

    En conséquence, a-t-il dit, "une pression énorme" a été exercée sur le pape Paul VI pour qu'il adopte le même changement, mais "l'Esprit Saint l'en a empêché" et Humanae Vitae a été rédigé en maintenant l'enseignement pérenne de l'Église. En outre, a ajouté M. Seifert, "de nouvelles études montrent" que Jean-Paul II, puis Karol Wojtyla, ont "profondément influencé" cette encyclique que les catholiques pratiquants fidèles au Magistère considèrent depuis longtemps comme prophétique. Veritatis Splendor a en effet été rédigée pour contrer la dissidence contre Humanae Vitae.

    Mais le professeur Seifert, maître de conférences en métaphysique et épistémologie à la Ludwig Maximilians Universität de Munich, a déclaré que ces dissensions ont réapparu après la publication en 2016 de l'exhortation apostolique Amoris Laetitia du pape François, et François lui-même "a commencé à jeter des doutes, voire à nier, le contenu essentiel de l'Écriture sainte et de l'enseignement de l'Église."

    "Il est devenu incompréhensible pour moi qu'aucun des cardinaux, à part les quatre cardinaux dubia, ne se soit clairement exprimé contre de telles erreurs et contre l'obscurcissement de l'enseignement catholique", a expliqué le professeur Seifert. "C'est pourquoi, comme lors de la crise arienne, lorsqu'un évêque, saint Athanase, et de nombreux laïcs se sont précipités pour défendre la vérité, il était nécessaire que même les miseri laici [nous, misérables laïcs] se lèvent pour défendre la vérité".

    Seifert a expliqué que la lettre qu'il a envoyée au Collège des cardinaux a d'abord été envoyée il y a deux ans et demi à un cardinal avec lequel il était en bons termes et qui avait dit que la critique du pape François était un "grand mal qui devrait être éradiqué."

    Lorsque le cardinal a répondu respectueusement mais n'a pas agi, le professeur Seifert a décidé d'adresser la lettre à tous les cardinaux et évêques, "non pas pour qu'elle atterrisse dans des corbeilles à papier", mais parce qu'ils ont le "saint devoir" de mettre en garde leurs frères, en particulier en Allemagne, et le pape "contre toute déviation de l'enseignement perpétuel de la vérité dans l'Église."

    Compte tenu de ce qu'il appelle le "silence effrayant de la majorité des cardinaux et des évêques sur cette crise unique, du sommet de l'Église jusqu'à la base, pendant toute une décennie", il n'est pas optimiste quant à la réponse à son appel.

    Mais il a dit avoir "l'espoir que le Dieu tout-puissant, qui est la vérité, réveillera le feu de l'amour pour la vérité et pour l'Église dans le cœur de tous les cardinaux et évêques, et accordera le don du saint courage à beaucoup d'entre eux, comme il l'a déjà fait pour certains cardinaux et évêques".

    "Je ne suis pas du tout optimiste, mais j'espère vraiment que les cardinaux et les évêques n'assisteront plus passivement à la chute de l'Église que seule une intervention divine peut empêcher", a-t-il ajouté. "Dieu veut se servir de nous tous, mais il choisit surtout les cardinaux et les évêques, tout comme il a choisi saint Paul pour répandre l'Église et saint Athanase pour la sauver de l'arianisme et de la destruction.

    Interrogé sur les conséquences possibles d'une telle décision, M. Seifert a répondu : "Je vois un terrible danger d'effondrement complet de l'Église catholique dans de nombreux pays, et même de sa destruction totale dans certaines régions du monde".

    Mais il ajoute qu'il sait, non par la raison mais par une foi "cruellement éprouvée", que cela n'est "pas possible parce que la vérité elle-même nous a dit que les portes de l'enfer ne prévaudront jamais contre l'Église".

    Lettre ouverte du professeur Seifert aux cardinaux et aux évêques de l'Église catholique.

  • "Devenir des témoins crédibles du Ressuscité" : quand le cardinal Sarah s'adresse aux étudiants en théologie

    IMPRIMER

    De Courtney Mares sur Catholic News Agency :

    Le cardinal Sarah aux étudiants en théologie : Plus nous connaissons le Seigneur, plus nous pouvons l'aimer".

    1er juin 2023

    Le cardinal Robert Sarah a exhorté les étudiants de l'Université pontificale Saint-Thomas d'Aquin à demander dans la prière "une union intime et profonde avec le Seigneur et les uns avec les autres".

    S'exprimant lors d'une messe marquant la fin de l'année académique à l'université de Rome connue sous le nom d'Angelicum, le cardinal guinéen a parlé du danger de la division dans l'Église et de l'importance de la prière.

    "Jésus demande à chaque personne de vivre dans l'amour et dans une véritable unité, une communion profonde, à l'image de la communion trinitaire. Une union qui plonge pleinement notre vie en Jésus, tout comme la vie de Jésus est plongée dans le Père", a déclaré Sarah dans son homélie. Il a ajouté : "Une telle union s'exprime indubitablement dans une vie chrétienne de prière profonde et intense adressée au Seigneur, qui se manifeste dans la vie quotidienne par un regard de charité envers les frères et les sœurs que nous rencontrons.

    Le préfet émérite du dicastère du Vatican pour le culte divin et la discipline des sacrements s'est penché sur la prière sacerdotale de Jésus lors de la dernière Cène, dans laquelle le Seigneur a prié : "Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi et moi en toi, qu'eux aussi soient en nous, afin que le monde croie que tu m'as envoyé" (Jean 17:21).

    Sarah a déclaré : "Jésus sait bien que l'esprit de division, de haine ou de mépris mutuel détruirait son Église et sa mission. Peu importe la manière dont le diable est habillé. Tout ce qui divise est toujours inspiré par lui". "Le danger de division, de luttes intestines, de confusion dans l'enseignement doctrinal et moral est si grave que Jésus se lance dans une prière ambitieuse, élevée, presque impossible : Il demande au Père que ses disciples aient la même unité que celle qui existe entre eux deux".

    Le cardinal, âgé de 77 ans, a rappelé aux étudiants que "si l'étude théologique ne nous fait pas grandir dans l'amour de Dieu et du prochain, si nous travaillons dur uniquement pour réussir les examens, alors nous nous tuons pour rien". "À notre époque, il est urgent de relancer l'engagement missionnaire pour porter courageusement l'Évangile du Christ partout, mais la prédication doit commencer par la prière et le témoignage concret de cet amour évangélique qui s'est exprimé par la mort de Jésus sur la croix et qui nous pousse à regarder les autres avant eux-mêmes, à consacrer sa vie à l'Évangile et non à son propre intérêt ou à ses propres avantages", a-t-il déclaré.

    Le cardinal Robert Sarah est l'auteur d'un certain nombre de livres sur la vie spirituelle, dont "The Power of Silence : Contre la dictature du bruit". Il a déclaré : "Jésus nous dit que nous devrions toujours faire preuve d'un grand sens de l'humour : "Jésus nous dit que nous devrions toujours être capables de commencer notre prière avec cette attitude de lever les yeux vers le ciel, de détacher notre attention, même physiquement, de nos soucis, de nos préoccupations terrestres et de nous tourner vers le haut, vers le ciel, vers le Père qui l'habite." "Un regard incliné et fermé sur nous-mêmes ne nous ouvre pas à Dieu, il ne nous permet pas d'entrer dans une relation profonde et intime avec lui. Avant de commencer à prier, nous devons, comme Jésus, lever les yeux, les éloigner de nos pensées, même de la pensée de l'étude et des examens, afin de nous immerger réellement et pleinement en Lui, dans sa dimension divine."

    Le cardinal Sarah a déclaré aux étudiants que "plus nous connaissons le Seigneur, plus nous pouvons l'aimer". "Nous sommes appelés, comme saint Paul, à avoir du courage et à donner notre vie pour le Seigneur dans tout ce qu'il nous est donné de vivre, sans craindre la croix, mais comme Jésus, en l'embrassant tendrement, puisque cette croix est le chemin vers l'éternité, vers la plénitude de la gloire de Dieu", a déclaré Sarah. "Demandons au Seigneur, par l'intercession de la Vierge Marie, de tendre à travers nos vies à une union intime et profonde avec le Seigneur et entre nous, pour devenir des témoins crédibles du Ressuscité".

    Courtney Mares est correspondante à Rome pour l'Agence de presse catholique. Diplômée de l'Université de Harvard, elle a réalisé des reportages dans des bureaux de presse sur trois continents et a reçu la bourse Gardner pour son travail avec les réfugiés nord-coréens.

  • 777èmes Festivités populaires de la Fête-Dieu à Liège autour du jeudi 8 juin 2023

    IMPRIMER

    777èmes Festivités populaires de la Fête-Dieu à Liège autour du jeudi 8 juin 2023

    A l'invitation de Mgr Jean-Pierre Delville, évêque de Liège, le diocèse de Liège célébrera la 777ème Fête-Dieu, du 3 au 11 juin 2023. Pendant cete semaine, plus de 25 événements et célébrations seront proposés : expositions, concerts, eucharisties, balade contée aux flambeaux, théâtre de marionnetes, prières. En particulier la traditionnelle et 777ème célébration annuelle de la Fête-Dieu le jeudi 8 juin en la basilique Saint-Martin à 19h. L’eucharistie solennelle sera suivie de la procession des peuples du monde vers la Cathédrale au son des trompes de chasses : « Louez le Seigneur, tous les peuples : fêtez-le, tous les pays ! Ps 166 ». Elle marquera des pauses à la collégiale Sainte-Croix, Place Saint-Lambert, l’Opéra, la Vierge de Del’Cour en Vinâve d’ile. A l’arrivée à la Cathédrale Saint-Paul aura lieu une grande soirée NightFever avec 1.000 bougies pour la paix. Le week-end des samedi 10 juin et dimanche 11 juin: célébrations de la Fête-Dieu, aux messes dominicales, dans toutes les églises du diocèse, avec procession à différents endroits.

    Mgr Jean-Pierre Delville, évêque de Liège dit : « Je me réjouis de célébrer la Fête-Dieu, ce trésor patrimonial immatériel et spirituel de notre cité, qui est maintenant célébrée partout dans le monde catholique. C’est la fête de l’Eucharistie, qui est en quelque sorte le big bang de l’Amour. Sous l’impulsion de femmes mystiques et engagées socialement, en particulier sainte Julienne du Mont-Cornillon et la bienheureuse Ève de Saint-Martin, la Fête-Dieu a été instaurée en 1246 à Liège par un de mes prédécesseurs, évêque de Liège. Il s’agit d’une des plus anciennes fêtes liégeoises. Etendue mondialement dès 1264, elle est fériée dans de très nombreux pays. Elle est célébrée dans tous les diocèses du monde sous le nom de Fête du Saint-Sacrement du corps et du sang du Christ ou Corpus Domini. Elle donne lieu à de magnifiques processions. Le pape François lui-même mène la procession à Rome. »

    Roger Dumont, président de la confrérie du Saint-Sacrement dit : « La Confrérie du Saint-Sacrement est heureuse de cette mobilisation autour de la Fête-Dieu, et en particulier autour de l’Eucharistie solennelle et de la procession des peuples du monde du jeudi 8 juin. C’est également l’occasion de prendre le temps de s’arrêter pour prier pour la paix dont le monde a actuellement tant besoin. De nombreux lieux seront ouverts et des temps de prière, libres ou animés, sont proposés. Le jeudi 8 juin, après la procession de la Fête-Dieu, nous invitons les liégeoises et les liégeois à venir déposer une bougie pour la paix à la cathédrale entre 21h et minuit lors de la NighFever ».

    Une semaine de festivités est organisée, sur les deux rives de la ville et dans la région dont Banneux et Tancrémont. Avant le confinement, en 2019, plus de 2.000 personnes ont participé, tous âges confondus. Cete année, il y a de multiples propositions culturelles, principalement à l’église du Saint-Sacrement, boulevard d’Avroy sur la rive gauche et au Sanctuaire de sainte Julienne de Cornillon sur la rive droite. Un concert évoquera l’anniversaire du passage de l’enfant prodige Mozart à Liège. Des expositions sont organisées autour d’icônes byzantines et du mémorable 700ème anniversaire de la Fête-Dieu en 1946, juste après la guerre, avec entre autres une grande procession nautique. Il y aura aussi une balade contée aux flambeaux à Cornillon et dans le parc de la Chartreuse sur les traces du premier hôpital liégeois. Le frère Philippe de l’abbaye de Leffe dévoilera une nouvelle pièce de théâtre de marionnetes sur l’histoire de « Julienne et le pain de vie.

    Quatre journées de prière et d’adoration sont organisées dans quelques hauts-lieux spirituels de Liège : avec les sœurs de Notre-Dame des Anges à Glain le mercredi, à la basilique Saint-Martin le jeudi, à la cathédrale Saint-Paul le samedi, au Sanctuaire de sainte Julienne le dimanche avec les sœurs clarisses ou encore régulièrement à l’église du Saint-Sacrement.

    Programme complet de la Fête-Dieu à Liège

    Samedi 3 juin

    18h30 : Vernissage de l’exposition d’icônes « incarnation », de l’artiste Sophie Gilman au sanctuaire de Cornillon, rue de Robermont 2, Liège. Visites jusqu’au 25 juin, les w-e de 10 à 18h et en semaine de 17h à 19h. sauf le jeudi de la Fête-Dieu.

    Dimanche 4 juin

    15h : Concert d’ouverture : Mozart à l’église Saint-Sacrement 260e anniversaire du passage de Mozart à Liège.

    16h30 : Vernissage de l’exposition « Echos du 7e centenaire de l’institution de la Fête-Dieu à Liège en 1946 » à  l’Eglise du Saint SacrementBvd d’Avroy 132, Liège
    L’exposition, ouverte en libre accès tous les jours de la semaine de 10h à 12h et de 14h à 16h sauf jeudi; et dimanche 11 juin de 14h à 16h, propose:

    •Projection du film officiel du 7e centenaire (juin 1946), sonorisé.
    •Découverte de la pièce de théâtre wallon de 1946 («Li fièsse dè Saint-Sacramint å catwåzinme siéke»)

    Lundi 5 juin

    19h Fête de la bienheureuse Eve de Saint-Martin :  Eucharistie suivie d’une conférence à 20h sur « Qui est le bienheureuse Eve de Saint-Martin ? » par Mgr J-P. Delville à la basilique Saint-Martin.

    Mardi 6 juin

    17h00-19h00 Vêpres chantées selon l’office romain de la Fête-Dieu compose par Saint-Thomas d’Aquin (+1274). L’office est suivi par l’adoration, le chapelet et la bénédiction eucharistique à l’église du Saint-Sacrement.

    Mercredi 7 juin

    9h00-17h00 : Journée d’adoration chez les soeurs de Notre-Dame des Anges, Rue E. Vandervelde 67.

    14h : Théâtre de marionnettes apostoliques « Sainte-Julienne et le pain de vie » suivi d’un goûter, d’une fête des familles avec château gonflable et un petit temps d’adoration au sanctuaire de Cornillon.

    Jeudi 8 juin

    9h30  Laudes animées par les bénédictines à la basilique Saint-Martin.

    10h00-18h00  Journée d’adoration à Saint-Martin, de 10h à 12h puis de 14h à 17h à l’église du Saint-Sacrement et de 9h30 à 17h00 à la cathédrale pour les vocations et le diocèse car c’est le 2e jeudi.

    19h00  777ème Eucharistie solennelle de la Fête-Dieu, Basilique Saint-Martin, présidée par Mgr Jean-Pierre Delville.

    20h15 Procession solennelle des peuples du monde « Louez le Seigneur, tous les peuples : fêtez-le, tous les pays ! Ps 116 » de Saint-Martin à la cathédrale Saint-Paul, arrêts à Sainte-Croix, Place Saint-Lambert, Opéra, Vinâve d’ile, Cathédrale.

    21h30-24h00 NightFever & 1.000 bougies pour la paix, Cathédrale Conversion de Saint Paul.

    Vendredi 9 juin

    9h00 Eucharistie à la cathédrale Saint-Paul, et introduction à la journée d’adoration

    10h00-17h00 Journée d’adoration, Cathédrale Saint-Paul, animée par le Mouvement Eucharistique Liégeois (MEL)

    12-14h : Adoration du Saint-Sacrement à l’Eglise du Saint-Sacrement.

    Samedi 10 juin

    9-17h : Journée d’adoration en divers endroits du diocèse.

    10-12h : Visite commentée de l’exposition d’icônes « Incarnation » de et par l’artiste Sophie Gilman au sanctuaire de Sainte-Julienne de Cornillon.

    11h-13h : Service au restaurant « Kamiano » d’un repas complet pour les sans-abri. Les personnes intéressées à venir servir le repas peuvent s’annoncer par mail: liege@santegidio.be – Maison Kamiano, rue Jonruelle 8 à Liège

    15h : Théâtre de marionnettes apostoliques « Sainte Julienne et le pain de vie » suivi d’un goûter, d’une fête des familles avec château gonflable et un petit temps d’adoration au sanctuaire de Cornillon.

    15h00  Sainte Messe en latin à Tancrémont suivie de la Procession de la Fête-Dieu au sanctuaire de Tancrémont.
    Route de Tancrémont 718, 4860 Theux  (messe traditionnelle en latin – forme extraordinaire)

    16h30 – 17h15 : « Audition concertante » : florilège de chants médiévaux interprétés par la Schola Gregoriana de l’Université Cardinal Wyszynski de Varsovie, dirigé par Michal Slawecki. Entrée libre au Saint-Sacrement.

    18h : Messe grégorienne solennelle de la Fête-Dieu célébrée par Mgr Delville, évêque de Liège au Saint-Sacrement, avec le concours de la Schola Gregoriana de l’Université Cardinal Wyszynski (Michal Slawecki) et l’Ensemble polyphonique « Praeludium » (orgue et direction : Patrick Wilwerth).

    19h30 : Bénédiction du Saint-Sacrement et vénération de la relique de Sainte Julienne de Cornillon l’église du Saint-Sacrement.

    19h30 : Marche contée au flambeau sur les traces du premier hôpital de Liège anno 1130 au Moyen-Âge dans le parc de la Chartreuse, au départ du Sanctuaire de Cornillon.

    Dimanche 11 juin

    8h : Journée de la Fête du Corps et du Sang du Christ partout en Belgique, trouvez vos horaires de messes sur www.egliseinfo.be, le GPS des clochers

    9-17h : Messe de la Fête-Dieu et journée d’adoration au Sanctuaire de Sainte-Julienne du Mont-Cornillon avec les soeurs clarisses.

    10h : Eucharistie à la cathédrale de Liège, présidée par Mgr Jean-Pierre Delville, évêque de Liège.

    11-12h A la fin des messes dans les UP : Bénédiction Urbi sur les parvis des UP, prière spéciale pour confier la ville ou la commune.

    Sanctuaire Notre-Dame de Banneux
    10h30 Messe internationale 
    14h00 Procession du Saint Sacrement dans le Sanctuaire suivie du Salut et la Bénédiction des malades,
    16h00 Messe en français

  • Le culte du Sacré Coeur

    IMPRIMER

    Source

    Historique sur le culte du Sacré Cœur

    Il n’est plus étrange aujourd’hui que d’affligeants démagogues entretiennent chez les fidèles l’illusion que la dévotion au Sacré Cœur n’est pas plus ancienne que le XVII° siècle. Il faut être bien ignorant de la réalité pour le croire ou essayer de le faire croire, puisque les origines de cette dévotion qui a pris de nos jours un si vaste et si heureux développement, remontent haut dans l'histoire de la piété chrétienne. « Le culte du Cœur de Jésus, écrivait au siècle dernier le cardinal Pie, c'est la quintessence du christianisme, c'est l'abrégé et le sommaire substantiel de toute la religion.[1]  » Néanmoins, il ne faudrait pas non plus exagérer démesurément l’histoire de cette dévotion, en lui assignant une origine trop ancienne. Certes, si dès sa naissance, l'Eglise offrit à Dieu un culte d'amour, multipliant les hommages envers l'immense charité du Christ pour nous, cela ne suffit point pour dire que les premiers chrétiens ont honoré le Sacré Cœur, ni même qu'ils ont rendu un culte spécial à l’amour de Jésus. Ce n’est que l'un après l’autre, et même assez lentement, que les éléments de cette dévotion furent mis en lumière.

    Dans l'Ancien Testament, le cœur désigne la source même de la personnalité de l'homme, qui lui permet de choisir librement et intelligemment. C'est dans le cœur que l'homme rencontre Dieu.

    Quand l'Ancien Testament parle du cœur de Dieu (une dizaine de fois) il semble désigner son attachement et le don profond de lui-même qu’il fait à l'homme. Lorsque le Seigneur vit «  que la malice de l'homme était grande sur la terre et que son cœur ne formait que pensées mauvaises à longueur de journée…il s'affligea dans son cœur [2] » ; mais, après le déluge, lorsqu'il agréa les sacrifices de Noé comme « le parfum apaisant »c'est « en son cœur » qu'il fait serment de ne plus frapper la terre et de sauver définitivement la création[3].

    David reçut comme un don de l'amour du Seigneur sa connaissance des choses divines : « A cause de ta Parole et selon ton cœur, tu as fait toute cette grande chose que d'instruire ton serviteur[4] . » Après que Salomon en eut achevé la construction, Yahvé consacra le Temple, promettant sa protection au peuple qui observera ses commandements ; Dieu y accueillera les prières et les sacrifices, ses « yeux et son cœur y seront tous les jours[5]. »

    Job dit que le Seigneur est « sage de cœur et robuste de force.[6]  » Au prophète Jérémie, Dieu révèle son cœur comme l'expression de ce qu'il est, don d'amour : « J'ai livré ce que mon cœur a de plus cher [7] » ; « Même si Moïse et Samuel se tenaient devant moi, mon cœur ne reviendrait pas vers ce peuple.[8]  » « Mais lorsque Dieu entend les désolations d'Ephraïm : voilà pourquoi mon cœur frémit pour lui.[9]  » Enfin, lors de l'annonce de l'Alliance, Dieu dit : « Je mettrai ma joie à leur faire du bien, je les planterai solidement dans ce pays, de tout mon Cœur et de toute mon âme.[10]  » On entend le même cri de Yahvé chez le prophète Osée : « Mon cœur bouleversé en moi, toutes mes compassions s'émeuvent.[11] »

    Lire la suite

  • Mois de juin, mois du Sacré-Coeur

    IMPRIMER

    a96d8a5b252b480dcbe03cbd524aa188_w600.jpg

    Le Sacré-Coeur par Georges Rouault

    L'encyclopédie en ligne Wikipedia consacre une page détaillée au culte du Coeur sacré de Jésus que nous vous suggérons de consulter : http://fr.wikipedia.org/wiki/Sacr%C3%A9-C%C5%93ur.

    "Le mois de juin lui est consacré, mois pendant lequel a lieu la Fête du Sacré-Cœur qui est célébrée dans toute l'Église catholique romaine depuis 1856. Cette solennité est célébrée 19 jours après le dimanche de Pentecôte, soit un vendredi."

    La Belgique fut consacrée au Sacré-Coeur en 1868.

    Léon XIII introduisit cet Acte de Consécration du genre humain au Sacré-Coeur, qu'il était de coutume de réciter chaque premier vendredi du mois avant que le vent de l'aggiornamento post-conciliaire ne vienne balayer toutes ces dévotions "traditionnelles" :

    Lire la suite