Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Eglise - Page 2

  • François Xavier : "malheur à moi si je n'annonce pas l'évangile"

    IMPRIMER

    On fête aujourd'hui saint François Xavier. Voici une lettre illustrant sa soif de porter l'évangile, adressée à Ignace de Loyola :

    Malheur à moi si je n'annonce pas l'Evangile !

    Nous avons traversé des villages de chrétiens qui s'étaient convertis il y a quelques années. Aucun portugais n'habite en ces lieux, car la terre y est extrêmement stérile et pauvre. Faute de prêtres, les chrétiens qui y vivent ne savent rien d'autre que dire qu'ils sont chrétiens. Ils n'ont personne pour dire la Messe ; ils n'ont personne pour leur enseigner le Credo, le Pater Noster, l'Ave Maria et les Commandements de Dieu.

    Lorsque je suis arrivé dans ces villages, je les ai tous parcourus activement et j'ai baptisé tous les enfants qui ne l'étaient pas encore. C'est pourquoi j'ai fait enfants de Dieu une grande multitude de petits enfants qui, comme on dit, ne savaient pas même distinguer leur droite de leur gauche. Les enfants m'assiégeaient tellement que je ne trouvais le temps ni de dire mon office, ni de manger, ni de prendre du repos ; il fallait absolument que je leur enseigne des prières ; je commençai alors à comprendre que c'est à eux qu'appartient le Royaume des Cieux.

    Lire la suite

  • La prière d'abandon de saint François-Xavier

    IMPRIMER

    Prière de Saint François Xavier (source)

    La Prière de Saint François Xavier « Je m'abandonne à Vous, ô mon Seigneur et mon Père avec la confiance la plus entière ! » :

    « Ô Dieu tout-puissant, créateur de toutes choses, c'est Vous qui m'avez créé, c'est Vous qui m'avez donné une âme, c'est Vous qui avez formé mon corps; je tiens de Vous, ô mon Dieu, tout ce que je suis et tout ce que je possède. Vous m'avez fait à votre image, à Votre ressemblance, je suis créé pour Vous, et Vous serez un jour ma suprême félicité.

    Je m'abandonne à Vous, ô mon Seigneur et mon Père avec la confiance la plus entière !

    J'espère de Votre adorable miséricorde obtenir mon salut éternel, par les mérites infinis de la sainte passion et de la sainte mort de mon Sauveur, le Seigneur Jésus, quels que soient le nombre et l'énormité des péchés que j'ai commis depuis que je suis au monde.

    Je Vous remercie, ô mon Dieu ! Je Vous rends mille actions de grâces de m'avoir accordé le bonheur de connaître la foi de l'Eglise et votre divin Fils, mon Seigneur Jésus-Christ.

    Père des miséricordes ! Mettez dans la balance de Votre justice, d'un côté tous les péchés de ma vie, et de l'autre tous les mérites de la passion et de la mort de mon divin Rédempteur, Jésus-Christ votre adorable Fils, et alors je serai pardonné, je serai délivré, j'obtiendrai la gloire éternelle du Paradis. Amen. »

    Saint François Xavier (1506-1552)

  • Triors : 43 moines et un abbé de 35 ans

    IMPRIMER

    Sur le site de La Nef, Christophe Geffroy interviewe Dom Louis Blanc, père abbé de Triors :

    Triors : une voie balisée par les siècles

    Triors a été fondé par Fontgombault en 1984 et érigé en abbaye en 1994 avec Dom Hervé Courau comme premier Abbé. Élu Père Abbé de Triors le 30 novembre 2021, Dom Louis Blanc, âgé de 35 ans, a reçu la bénédiction abbatiale le 2 février 2022.

    La Nef – Pourriez-vous d’abord nous brosser votre itinéraire et les raisons de votre entrée à Triors ?

    Dom Louis Blanc – Le Seigneur m’a fait naître en 1986 dans une famille chrétienne, aîné de nombreux frères et sœurs. Mes parents ont veillé à ce que notre religion s’enracine sur la conscience aimante que nous vivons en présence de Dieu. Le matin, cartable au dos, nous faisions une rapide prière commune, et le soir nous récitions ensemble le chapelet.

    Ma scolarité s’est déroulée en région versaillaise, à Saint-Jean de Béthune puis à Saint-Dominique. Pour le lycée et la prépa, j’étais dans le public, au contact du monde de l’incroyance, heureux et fier de témoigner de la joie d’être chrétien. J’avais le désir de servir mon pays comme officier de marine, et la voie s’ouvrait bien. Reçu, sans même y avoir rêvé, à l’École Polytechnique, je pus embarquer sur le porte-avions pour une mission dans la mer d’Oman. J’ai certes vu bien des belles choses, en mer et en escale, mais la messe quotidienne dans la microscopique chapelle sous le pont d’envol, et les oraisons auprès du tabernacle m’attiraient toujours plus. « Plus que la voix des eaux profondes, des vagues superbes de la mer, superbe est le Seigneur dans les hauteurs ! » (Ps 92, 4).
    Le désir du sacerdoce s’enracine dans mes jeunes années, peut-être au contact de mes deux oncles moines. Vers 15 ans, j’ai lu la Règle de saint Benoît et je m’émerveillais de la bonté du patriarche qui donne des directives claires, mais qui précise toujours qu’on les adaptera aux capacités de chacun. Je concevais une grande vénération pour cette vie où la sainteté est assurée à la fidélité. Et puis je me suis enthousiasmé pour l’Histoire d’une âme, et je désirais suivre la sainte de Lisieux.

    Mais le flou demeurait sur la destination, et la perspective du mariage ne me paraissait pas non plus fermée. Je demandais à Dieu un signe et en même temps j’investiguais. Un prêtre m’a proposé d’aller voir deux abbayes, mais je n’étais pas tenté : les deux noms m’étaient trop connus ! Je voulais une vie monastique cachée, ignorée. Alors il m’a indiqué l’abbaye Notre-Dame de Triors et cela m’a plu, parce que je ne connaissais pas ! J’avais pourtant déjà rencontré le Père Abbé, Dom Courau, lors d’une conférence qu’il était venu donner en 2004 aux responsables du mouvement de jeunes Missio.

    Après une courte semaine à l’abbaye, où je n’ai vu que cohérence avec mon éducation, je suis revenu à ma vie d’étudiant. Apprendre l’entrée de plusieurs de mes amis au service de Dieu a été le déclencheur final de ma ferme décision, prise dans la cathédrale de Chartres, un lundi de Pentecôte. Je n’ai jamais mis en doute cette résolution, engagement personnel dans l’appel. Les choses n’ont pas traîné : j’ai posé ma démission et je suis entré en octobre 2008, dans ma communauté drômoise.

    Lire la suite sur le site de La Nef

  • Le pape se rendra en République démocratique du Congo (RDC) et au Soudan du Sud du 31 janvier au 5 février 2023

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Le programme du Pape au Congo et au Soudan du Sud

    François se rendra en République démocratique du Congo (RDC) et au Soudan du Sud du 31 janvier au 5 février 2023. La Salle de presse du Saint-Siège a publié ce jeudi le programme de ce voyage apostolique. Le Pape avait reporté ce déplacement tant attendu par les populations locales à cause de ses ennuis de santé. L’étape à Goma a été supprimée.

    «Repousser n’est pas annuler» avait déclaré Matteo Bruni, le directeur de la Salle de presse du Saint-Siège lors de l’annonce du report du voyage du Pape François en RDC et au Soudan du Sud, le 10 juin dernier. Convaincu par ses médecins de renoncer à effectuer ce long déplacement en juillet comme c’était prévu en raison de ses problèmes au genou, le Saint-Père n’avait pas renoncé à visiter ces deux pays africains. Après ses voyages au Canada, au Kazakhstan et à Bahreïn, il va donc pouvoir se rendre à Kinshasa et à Djouba, les deux principales étapes de cette mini-tournée. Concernant le Soudan du Sud, il s’agit même d’un pèlerinage œcuménique de paix. L’étape prévue initialement à Goma en juillet n’a pas été maintenue.

    Le mardi 31 janvier, le Pape quittera Rome pour Kinshasa. À son arrivée, après la visite de courtoisie au président Tshisekedi, il rencontrera les autorités, la société civile et le corps diplomatique au palais de la Nation et y prononcera un discours.

    Le lendemain, 1er février, il célébrera la messe à l’aéroport Ndolo dans la matinée. Dans l’après-midi, il rencontrera des victimes des violences dans l’Est du pays et des représentants de certaines œuvres caritatives, l’occasion pour lui, à chaque fois, de prononcer un discours.

    Le 2 février, une rencontre entre le Pape et les jeunes et les catéchistes est prévue au stade des Martyrs. L’après-midi, il participera dans la cathédrale Notre-Dame-du-Congo à une rencontre de prière avec les prêtres, les diacres, les personnes consacrées et les séminaristes, avant de s’entretenir en privé avec les jésuites du Congo.

    Le 3 février, avant de quitter la RDC, il s’entretiendra avec les évêques congolais au siège de la CENCO, la conférence épiscopale du pays. Il prendra ensuite l’avion pour Djouba, la capitale du Soudan du Sud, voyage qu’il effectuera en compagnie de l’archevêque de Canterbury et du modérateur de l’assemblée générale de l’Église d’Écosse.

    Dans l’après-midi, il aura un entretien avec le président sud-soudanais, et avec les vice-présidents. Il s’exprimera en public devant les autorités, la société civile et le corps diplomatique.

    Le samedi 4 février, François parlera aux évéques, aux prêtres, aux diacres, aux personnes consacrées et aux séminaristes en la cathédrale Sainte-Thérèse dans la matinée, avant de recevoir en privé les jésuites du pays. L’après-midi, il prendra la parole devant des personnes déplacées avant de participer à une prière œcuménique au mausolée John Garang.

    Dimanche 5 février, avant de reprendre l’avion pour Rome en fin de matinée, il célébrera la messe et récitera l'angélus, toujours au mausolée John Garang.

  • 15.000 jeunes Vietnamiens réunis pour vivre et annoncer la foi

    IMPRIMER

    Du site des Missions Etrangères de Paris :

    Plus de 15 000 jeunes catholiques vietnamiens rassemblés dans le diocèse de Hung Hoa

    1/12/2022

    Les 25 et 26 novembre dans la province de Phu Tho, dans le diocèse de Hung Hoa, plus de 15 000 jeunes catholiques de 11 diocèses du nord du Vietnam ont participé au 18e Rassemblement de la jeunesse du nord. Des groupes de cinq diocèses du sud du pays ont également rejoint la rencontre, organisée sur le thème « Aller vers les périphéries ». Mgr Joseph Vu Van Thien, archevêque de Hanoï, a appelé les jeunes participants à « vivre et annoncer la foi », en particulier dans les régions reculées du plus grand diocèse du pays.

    Le 26 novembre lors du 18e Rassemblement de la jeunesse du nord, qui a eu lieu au temple national Hung dans la province de Phu Tho.

    Plus de 15 000 jeunes catholiques venus de 11 diocèses vietnamiens ont participé au 18e Rassemblement de la jeunesse du nord (Northern Youth Gathering), qui a eu lieu les 25 et 26 novembre au temple national Hung dans la province de Phu Tho, dans le diocèse de Hung Hoa. Ils ont également été rejoints par des groupes de jeunes de cinq diocèses du sud du pays.

    Durant la rencontre, Mgr Joseph Vu Van Thien, archevêque de Hanoï, leur a confié qu’en se rassemblant sur ce site du nom des rois Hung, considérés comme les fondateurs du pays, les jeunes participants sont appelés à vivre et annoncer la foi catholique et à rester unis avec la nation vietnamienne. Mgr Thien a ajouté qu’évangéliser, ce n’est pas seulement accueillir de nouveaux membres mais aussi montrer un visage positif, joyeux et vivant de l’Église, en faisant en sorte que d’autres personnes s’intéressent à ses enseignements.

    Lire la suite

  • Liturgie : ce qu’aurait dû être la liturgie eucharistique après Vatican II (1965 et suite) (Denis Crouan) 

    IMPRIMER

    Liturgie 28 : Ce qu’aurait dû être la liturgie eucharistique après Vatican II (1965 et suite) (65 mn) 

    https://youtu.be/eHClmzqoBJ4   

    Le docteur Denis Crouan aborde maintenant l’après Concile. Et d’abord, ce qu’il aurait dû se passer. On l’a dit, en ce qui concerne l’Ordo de la messe, tout en gardant fidèlement la substance des rites, on les a simplifiés. Aucune rupture n’était demandée. La liturgie restait centrée sur l'union à Dieu. Nous abordons les quatre points suivants :  

    1. L’AMÉNAGEMENT DU SANCTUAIRE
    2. LA LANGUE LITURGIQUE, LES CHANTS, L’ORIENTATION.
    3. LES GESTES ET LES ATTITUDES
    4. LE DEROULEMENT D’UNE MESSE PAROISSIALE

     

    COURS DE LITURGIE, PAR DENIS CROUAN, DOCTEUR EN THEOLOGIE, 2022 

    Pour accéder à la totalité de la playlist :  

    https://www.youtube.com/playlist?list=PLuko328jWH_06CYFfUP8d6v_vzl9f4UbI 

    Cours donné par Denis Crouan, docteur en théologie, en entretien interactif avec Arnaud Dumouch. 

    Vidéo du site http://docteurangelique.free.fr/fichiers/InstitutDocteurAngelique.htm, les œuvres complètes en français de saint Thomas d'Aquin. 

    Denis Crouan 2022. 

  • Un "être humain" qui ne serait pas une personne ?

    IMPRIMER

    De Stefano Fontana sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Un être humain = une personne. Il n'y a rien à discuter

    1-12-2022

    Dans une interview en Amérique, le pape fait une distinction entre "être humain" et "personne". Une distinction inappropriée, car elle apporte un soutien à ceux qui soutiennent l'avortement, et également indéfendable dans son contenu. Il n'existe pas d'êtres humains non-personnels.

    François, répondant à une question sur l'avortement dans une interview publiée par la revue America des jésuites américains, a fait la différence entre " être humain " et " personne " : " Je ne dis pas une personne, parce que c'est contesté, mais un être humain ". Il a reproposé l'image, qu'il a utilisée à d'autres occasions, de l'assassin condamnant l'avortement, mais il a précisé qu'avec l'avortement on ne peut pas dire que l'on agit sur une personne, mais seulement sur un être humain. Cette distinction est non seulement inappropriée, étant donné qu'elle apporte soutien et inspiration à ceux qui soutiennent l'avortement, mais elle est indéfendable dans son contenu. En effet, on ne voit pas comment on peut avoir les caractéristiques d'un être humain autrement qu'en étant aussi une personne. Il n'y a pas d'êtres humains qui ne soient pas des personnes, ni de personnes qui ne soient pas des êtres humains (à part les anges et Dieu, bien sûr).

    La distinction de François exige certaines conditions impossibles : qu'un être humain puisse exister sans avoir la personnalité qui caractérise l'essence de l'être humain ; que la personnalité soit quelque chose qui s'ajoute plus tard et, par conséquent, qu'une chose puisse changer son essence de sorte que ce qui n'est pas une personne le devienne plus tard ; que la personnalité surgisse par évolution comme si elle existait en puissance dans une phase antérieure d'absence de personnalité. Mais procédons de manière analytique.

    Que signifie l'expression "être humain" ? Il désigne un être vivant qui appartient à l'espèce humaine. Que signifie le terme "espèce" ? Il désigne un niveau de réalité, un mode d'être propre aux individus qui partagent les mêmes caractéristiques essentielles. Quelles sont les caractéristiques essentielles ? Ce sont les conditions qui appartiennent à un certain être dans la mesure où elles sont propres à son essence ou à sa nature, conditions dont il ne peut être privé parce qu'il est " cette chose-là " précisément en raison de ces caractéristiques essentielles. Qu'est-ce que l'essence ? C'est le principe qui constitue cet être comme " cette chose-là ", qui fait qu'il est ce qu'il est et, comme tel, qu'il appartient à une certaine espèce. Toute chose qui est, est quelque chose, si elle est quelque chose elle a une essence, si elle a une essence elle est placée dans une espèce selon les caractéristiques de son essence. Enfin : quel est l'élément de l'essence de cet être que nous appelons homme qui le place dans sa propre espèce, c'est-à-dire dans l'espèce humaine ? Cet élément est l'intelligence, dont découlent d'autres propriétés, telles que la liberté, la volonté, la responsabilité, la conscience, la sociabilité, etc. Or, si l'expression "être humain" a ce sens, elle coïncide avec le concept de "personne", qui a lui aussi ce sens.

    Lire la suite

  • Menace de schisme en Inde pour des raisons liturgiques

    IMPRIMER

    De Jorge Enrique Mújica sur zenit.org :

    Un demi-million de catholiques en danger imminent de schisme à cause de la liturgie

    Sept mois après l'entrée en vigueur de la nouvelle liturgie approuvée par le Synode catholique syriaque-malabar, 460 prêtres et au moins un demi-million de catholiques demandent que la forme liturgique antérieure à la réforme approuvée soit considérée comme une "variante liturgique".

    29 novembre 2022

    Un demi-million de catholiques indiens sont au bord du schisme avec l'Église et le pape en raison de conflits liés à la liturgie.

    Comme nous l'avons signalé dans un article d'avril 2022, l'Église catholique de rite syro-malabar a approuvé en août 2021 certains changements apportés à la liturgie de ce rite oriental de l'Église et a prolongé la date de Pâques 2022 pour que ces changements entrent en vigueur.

    Une partie de ces changements approuvés concernait la manière dont le rite syro-malabar célèbre la messe (holy qurbana). Cela a divisé la communauté, la plus grande communauté catholique de l'Inde. La division a été exacerbée pour une raison : le vicaire du cardinal George Alencherry, Mgr. Antony Kariyil, s'est prononcé contre les nouvelles dispositions liturgiques et la majorité de la population catholique du diocèse d'Ermakulam-Angamaly soutient le vicaire.

    Sept mois après l'entrée en vigueur de la nouvelle liturgie approuvée par le Synode catholique syro-malabar, 460 prêtres et au moins un demi-million de catholiques demandent que la forme liturgique antérieure à la réforme approuvée soit considérée comme une "variante liturgique". Ils ont même envahi et passé la nuit au domicile de l'archevêque à Kochi, la capitale économique de l'État du Kerala, dans le sud de l'Inde, où le rite catholique oriental a son principal siège.

    "Notre peuple, y compris les prêtres, ne quittera pas l'archevêché tant que nos demandes ne seront pas reconnues", a déclaré Riju Kanjookaran, porte-parole du Mouvement pour la transparence de l'archevêché (AMT), au média en ligne local Matters India. Les manifestants ne permettent pas non plus à l'administrateur apostolique, l'archevêque Andrews Thazhath, de pénétrer dans une quelconque partie de l'archidiocèse.

    "Nous avons plaidé pour la justice auprès du Vatican et du Synode de l'Église syro-malabare, mais tous deux sont inflexibles dans leur ego au lieu de nous écouter. Combien de temps pouvons-nous continuer ainsi ? Il devrait y avoir une fin, dedans ou dehors", a déclaré l'un des manifestants à la même source.

    En fait, à la fin du mois de mars 2022, le pape a exprimé son soutien aux réformes liturgiques à l'archevêque majeur de Siro-Malabar par l'intermédiaire du préfet du Dicastère pour les Églises catholiques orientales, le cardinal Leonardo Sandri. En effet, dans une lettre, le pape a déploré qu'" après le 28 novembre 2021, date retenue pour la mise en œuvre de la Sainte Qurbana ", et bien que 34 éparchies (le reste de celles qui composent ce rite de l'Église catholique) aient " mis en pratique la décision synodale ", l'" archiéparchie d'Ernakulam-Angamaly (...) a continué à faire valoir sa propre " particularité liturgique, fruit de la réflexion, mais isolée du reste de l'Église syro-malabare ".

    Et d'ajouter dans la missive qu'il avait envoyée à l'époque : "Il est bon que, en tant que croyants dans le Christ, nous nous interrogions sur notre façon d'agir, d'exprimer notre désaccord, d'accepter même l'effort et l'humiliation, de faire des pas en arrière", écrit le pape. Et il ajoute : "non pas selon un critère humain de victoire ou de défaite, d'un groupe sur l'autre, mais en regardant le Seigneur et en acceptant non seulement de célébrer sa Pâque mais de la vivre avec lui, en commençant par la tribulation et la Passion.

    Les protestations les plus récentes ont été déclenchées par l'archevêque Thazhath (qui est également le président de l'épiscopat catholique indien) qui a demandé au recteur de la cathédrale d'organiser la célébration d'une messe - selon la réforme approuvée par le synode - avec l'administrateur apostolique le 27 novembre. Une deuxième raison était liée à la demande faite au recteur du petit séminaire de l'archidiocèse de mettre en œuvre la nouvelle messe approuvée par le synode dans le séminaire.

    En bref, jusqu'à la réforme, le prêtre célébrait la messe face aux fidèles (comme dans le rite latin, qui est le rite majoritaire en Occident). Après la réforme, une partie de la messe se déroule dos aux fidèles. La réforme a été approuvée en août 2021 par le synode syro-malabar et est entrée en vigueur en novembre 2021 (avec une extension pour le plus grand archidiocèse, qui est celui auquel on s'oppose, pour un peu plus tard). 35 diocèses ont adopté la réforme, à l'exception de l'archidiocèse d'Ernakulam-Angamaly, qui est également le deuxième diocèse le plus peuplé de l'Église catholique en Inde, et le premier du rite syro-malabar : 10 % des 5,5 millions de catholiques.

    Jorge Enrique Mújica Diplômé en philosophie de l'Ateneo Pontificio Regina Apostolorum, à Rome, et collaborateur "chevronné" de la presse écrite et numérique sur les questions de religion et de communication. Sur son compte Twitter : https://twitter.com/web_pastor, il parle de Dieu et de l'internet et de l'Église et des médias : evangelidigitalización".

  • Angleterre : le nombre de musulmans a doublé en 10 ans, les chrétiens ne sont plus majoritaires

    IMPRIMER

    Du site "Pour une école libre au Québec" :

    Angleterre : le nombre de musulmans a doublé en 10 ans, les chrétiens ne sont plus majoritaires

    Le recensement 2021 effectué par l’institut national britannique des statistiques souligne aussi que la population blanche dans les villes principales du pays est passée sous la barre des 40%.

    Un recensement évocateur. Le rapport 2021 publié le 29 novembre par l’institut national britannique des statistiques a mis en lumière l’évolution de la population en Angleterre. Et le constat est sans appel, comme l’indique Le Point : le pays n’est plus une nation à majorité chrétienne. En effet, si les Chrétiens représentaient 59 % de la population en 2011, ils sont un peu plus de dix ans plus tard 46 %, soit moins de la moitié. Dans le même temps, la population blanche est passée sous la barre des 40% à Londres et Birmingham, les deux principales villes du pays. A contrario, le recensement souligne que la population musulmane a doublé en une décennie et demeure la deuxième religion du pays avec quatre millions d’individus musulmans. Quant au nombre de juifs, d’hindous et de bouddhiste, il reste plutôt stable.

    Convictions entamées

    En revanche, l’institut national britannique des statistiques souligne que le nombre d’athées a connu une forte progression depuis 2011, passant de 25 % à 37,2 %. La société multiculturelle d’outre-Manche a donc connu une nette évolution, et ce, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, le Brexit a fortement diminué l’immigration des catholiques européens au profit de ceux du sous-continent indien et africain. Ensuite, les scandales à répétition au cœur de l’Eglise ont entamé les convictions de nombreux Chrétiens. « Le pays a fait une croix sur l’attachement automatique au christianisme. Nous devons mieux faire connaître la doctrine du Christ », a expliqué le révérend Stephen Cottrell, numéro deux de l’Église anglicane. Pour limiter le recul historique de la foi chrétienne en Angleterre, et alors que le nouveau roi Charles III s’est toujours dit défenseur de « toutes les fois », tout reste donc à faire.

    Source

  • Le Sénat américain adopte le projet de loi sur le mariage entre personnes de même sexe

    IMPRIMER

    De Jonah McKeown sur Catholic News Agency :

    Le Sénat adopte le projet de loi sur le mariage entre personnes de même sexe, le renvoyant à la Chambre des représentants

    29 novembre 2022

    Le Sénat américain a voté mardi soir en faveur de la loi sur le respect du mariage (RFMA), renvoyant le projet de loi à la Chambre pour un vote final avant qu'il n'atteigne le bureau du président. 

    Ce projet de loi, qui abrogerait la loi de 1996 sur la défense du mariage (DOMA) et prévoirait la reconnaissance fédérale des mariages entre personnes de même sexe, a suscité des critiques de la part des dirigeants catholiques, qui estiment qu'il n'offre pas une protection juridique suffisamment forte aux personnes qui croient que le mariage est l'union d'un homme et d'une femme, comme l'enseigne l'Église catholique. 

    Le projet de loi actuel n'obligerait aucun État à autoriser les couples de même sexe à se marier, mais exigerait des États qu'ils reconnaissent tous les mariages - sans distinction de "sexe, de race, d'ethnie ou d'origine nationale" - contractés dans d'autres États. 

    Le projet de loi a bénéficié d'un soutien des deux partis et a été adopté par le Sénat le 29 novembre par un vote de 61 à 36, et va maintenant retourner à la Chambre. Si la Chambre adopte cette version amendée, le projet de loi ira sur le bureau du président Joe Biden pour sa signature, qu'il s'est engagé à donner. M. Biden a fait part de son soutien au mariage homosexuel pour la première fois il y a dix ans, ce qui le mettait en porte-à-faux avec les enseignements de sa foi catholique. 

    Le Sénat avait voté à 62-37 à la mi-novembre pour mettre fin au débat sur le projet de loi en atteignant le seuil requis de 60 voix. Douze républicains ont traversé l'allée pour se joindre à tous les démocrates du Sénat lors de ce vote, et le même nombre s'est joint au vote du 29 novembre.

    La version finale du projet de loi comprend un amendement des deux partis visant à garantir que les organisations religieuses à but non lucratif ne seront pas tenues de fournir des services, des installations ou des biens pour la célébration d'un mariage homosexuel. Elle prévoit également des protections de la conscience individuelle dans la mesure prévue par la Constitution et la loi fédérale, et précise que le projet de loi n'autorise pas le gouvernement fédéral à reconnaître le mariage polygame. 

    Le DOMA, que le présent projet de loi abrogerait, est une loi de 1996 signée par le président Bill Clinton qui définissait le mariage au niveau fédéral comme l'union d'un homme et d'une femme, réservant les avantages fédéraux aux couples hétérosexuels et permettant aux États de ne pas reconnaître les mariages homosexuels contractés dans d'autres États. Le DOMA a déjà été effectivement annulé par les décisions de 2013 et 2015 de la Cour suprême United States v. Windsor et Obergefell v. Hodges, qui ont légalisé le mariage homosexuel dans les 50 États. 

    En juillet, les évêques catholiques des États-Unis avaient exhorté les sénateurs à s'opposer à la loi sur le respect du mariage, exprimant leurs inquiétudes quant à l'effet du projet de loi sur la liberté religieuse de ceux qui tiennent à une définition traditionnelle du mariage. 

    Lire la suite

  • Accompagner sans convertir : la façon de faire des évêques belges ?

    IMPRIMER

    De Luisella Scrosati sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Accompagner sans convertir : la façon de faire des évêques belges

    30-11-2022

    La visite ad limina est désormais le prétexte pour entériner le bouleversement de la foi et de la morale au son des tapes (romaines) sur l'épaule. Pour dédouaner la bénédiction des couples homosexuels, le cardinal De Kesel s'appuie sur les propos du doyen de l'Institut Jean-Paul II au nom d'une ouverture à tout sauf à la conversion.

    Depuis quelque temps, les visites ad limina Apostolorum semblent être devenues une sorte de vitrine permettant aux évêques de relancer dans les médias de masse leur volonté d'aller droit au but dans le renversement de la foi et des mœurs. Une sortie communautaire à Rome avec une belle discussion avec le pape, qui semble donner une tape dans le dos à chaque fois pour confirmer les choix pastoraux les plus disparates. Les évêques allemands sont rentrés chez eux en disant que le pape les avait encouragés à maintenir les tensions et en rejetant la demande du cardinal Ouellet d'un moratoire sur les documents du Synodaler Weg.

    Une semaine à peine s'est écoulée et c'est au tour des évêques de Belgique, eux aussi ravis d'avoir un dialogue cordial avec le pape, après que certains des leurs, les évêques flamands, aient approuvé un rite de bénédiction des couples de même sexe. En fait, la visite ad limina était prévue pour la fin septembre ; on ne sait pas si cette initiative liturgique a suggéré au Saint-Siège qu'il était plus prudent de la reporter de quelques semaines. Le cardinal Jozef De Kesel, président de la Conférence épiscopale belge, a déclaré : "Nous avons parlé des couples homosexuels, nous avons parlé des viri probati, nous avons parlé de la possibilité du diaconat pour les femmes." Aucune mention de la réduction effroyable des ordinations sacerdotales et des catholiques assistant à la messe et aux sacrements.

    Concernant la bénédiction des couples homosexuels, Mgr De Kesel a expliqué que "ce que nous avons voulu faire, c'est structurer un peu la pastorale, de sorte que dans chaque diocèse, au sein de l'équipe de pastorale familiale, il y ait quelqu'un qui s'occupe du problème. À Rome, nous avons pu en parler et nous nous sommes sentis écoutés : cela ne veut pas dire que mon interlocuteur est nécessairement d'accord avec moi, mais nous avons pu en discuter. Nous devons aider ces gens, si nous ne les aidons pas, ils sont perdus". Et de toute évidence, la création d'une liturgie pour l'occasion est une façon de s'occuper un peu du problème.

    Au cas où il viendrait à l'esprit du lecteur bienveillant d'interpréter la préoccupation pastorale du prélat de la manière la plus chaste possible, c'est De Kesel lui-même qui dissipe tout doute sur ce que l'on entend par pastorale des couples homosexuels : "Peut-on demander à ces personnes de vivre dans la chasteté ? Il faut être réaliste...". Et il ajoute : "J'ai lu la position du président de l'Institut pontifical Jean-Paul II pour la famille, Monseigneur Phlippe Bordeyne, selon laquelle personne ne peut être privé de la bénédiction de Dieu. Nous y reviendrons dans un instant.

    Le cardinal flamand en profite également pour repousser la question de l'ordination d'hommes mariés, "non pas pour changer la discipline de l'Église, le célibat ; mais dans certaines situations, pourquoi dire non à des viri probati ?". Or, le moins que l'on puisse dire est que De Kesel ne voit pas la contradiction logique de son affirmation ; car permettre l'ordination des viri probati, c'est précisément changer la discipline de l'Église sur le célibat.

    Lire la suite

  • Plus de 500 actes anti-chrétiens recensés en Inde depuis janvier

    IMPRIMER

    De Cécile Séveirac sur aleteia.org :

    Inde : plus de 500 actes anti-chrétiens recensés depuis janvier

    29/11/22

    En Inde, les actes de violence contre les chrétiens ne cessent d’augmenter. Plus de 500 incidents ont été recensés depuis le mois de janvier, selon le constat établi par l’organisation United Christian Forum (UCF), le 26 novembre.

    Les chrétiens d’Inde sont de plus en plus soumis aux persécutions. C’est le douloureux constat que fait l’organisation United Christian Forum (UCF), basée à New Delhi, dans un communiqué de presse daté du 26 novembre. Au total, 511 actes de violence ont été perpétrés contre les chrétiens — toutes confessions confondues —, entre janvier 2021 et novembre 2022, selon celle-ci. L’an dernier sur la même période, 505 faits anti-chrétiens avaient été recensés.

    Quatre provinces indiennes sont considérées par l’organisation comme étant les « pires endroits » pour les chrétiens du pays : au nord de l’Inde, l’Uttar Pradesh comptabilise 149 atteintes, suivi par le Chhattisgarh au centre qui en signale 115. Au sud, le Tamil Nadu et le Karnataka sont également considérés comme dangereux, avec 30 incidents chacun. L’ensemble de ces chiffres contredisent la version officielle établie par les responsables fédéraux, pour lesquels il n’y a pas de persécutions généralisées mais simplement des incidents isolés impliquant des groupes marginaux.

    Lire la suite sur aleteia.org