Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Politique

  • Save Armenia - Soutenir l'Arménie et arrêter de financer l'Azerbaïdjan

    IMPRIMER

    Image

    Une Américaine s'insurge; Hermine Kallman sur The Denver Post :

    Opinion : Soutenir l'Arménie et arrêter de financer l'Azerbaïdjan

    28 septembre 2022

    Imaginez lire que le gouvernement américain a envoyé des centaines de millions de dollars des contribuables à la Russie, qui a utilisé ces fonds pour attaquer et envahir l'Ukraine.

    Vous êtes choqué ? Vous devriez l'être. Et maintenant, remplacez "Russie" par "Azerbaïdjan" et "Ukraine" par "Arménie", et vous n'avez plus à imaginer, car c'est précisément ce qui s'est passé la semaine dernière et continue de se passer.

    Sauf que l'Azerbaïdjan est encore plus autocratique que la Russie (son président actuel a hérité de la présidence de son père et est marié au vice-président) et a l'un des pires bilans au monde en matière de droits de l'homme.

    Il y a pire : le gouvernement américain a envoyé ces dollars - vos et mes dollars - en violation de ses propres lois, selon une enquête du Government Accountability Office. Alors pourquoi ne faisons-nous pas plus attention ?

    Ma ville natale faisait partie de plusieurs dizaines de villes arméniennes attaquées la semaine dernière.

    Pour moi, la semaine du 12 septembre a commencé comme toutes les autres - café, courriel. Puis sont arrivées les horribles nouvelles : juste après minuit en Arménie, l'Azerbaïdjan avait lancé une attaque massive et coordonnée sur un certain nombre de villes et de villages arméniens, bombardant des citoyens paisibles pendant leur sommeil. Ces bombardements ont été si intenses qu'ils ont pris la forme d'incendies massifs sur les cartes satellite établies par le système d'information sur les incendies pour la gestion des ressources de la NASA.

    Jermuk - ma ville, le lieu de mes souvenirs d'enfance, de mes amis, de mes camarades de classe, de mes voisins, mon endroit heureux - figurait parmi les cibles. C'est une station de ski entourée de montagnes luxuriantes, un beau coin du monde où j'ai eu la chance de grandir, d'aller à l'école, de respirer son air frais et de boire son eau pure. C'est un peu l'Aspen de l'Arménie, sans les maisons à un million de dollars. Elle aura toujours mon cœur.

    Frénétiquement, j'ai commencé à appeler mes amis et ma famille. "Tu vas bien ?" "Qu'est-ce qui se passe ?" "S'il vous plaît, mon Dieu, que tout aille bien..."

    Ils étaient loin d'aller bien.

    Mes amis d'enfance, maintenant adultes, avaient attrapé leurs enfants endormis et, toujours vêtus de draps et de pantoufles, les emmenaient loin de la ville, loin de la frontière, loin des bombardements, loin de la mort.

    Une fois les enfants sortis, des hommes et de nombreuses femmes sont revenus, prêts à défendre notre ville, nos montagnes, notre air et notre eau.

    Et ils ont défendu. Ils ont arrêté l'invasion avant que l'ennemi ne puisse pénétrer dans le centre de la ville, jusqu'à ce que les États-Unis parviennent à imposer un cessez-le-feu temporaire. Le prix de la défense a été élevé - plus de 200 personnes, soldats et volontaires, ont été tuées en trois jours.

    Peu après, des vidéos de crimes de guerre horribles commis par des envahisseurs azerbaïdjanais ont émergé, notamment le dépouillement et la mutilation du corps d'une femme soldat, mère de trois enfants, qui s'était dressée contre les agresseurs, tandis que les envahisseurs azéris ricanaient et s'encourageaient mutuellement. Il s'agit de l'un des nombreux récits de crimes de guerre de la semaine dernière.

    Pourquoi devrions-nous, nous, Américains, nous préoccuper de ce qui se passe dans une autre partie du monde, à des milliers de kilomètres de là ? Tout d'abord, toute escalade militaire dans la région déstabiliserait davantage une partie du monde déjà fragile.

    La Turquie est un fervent partisan de l'Azerbaïdjan et de son agression contre l'Arménie. Si ces efforts ne sont pas stoppés, il y a un risque que l'Iran, qui s'inquiète de la présence croissante de la Turquie à sa frontière nord-ouest, s'implique, déclenchant ainsi une guerre régionale potentiellement ingérable au Moyen-Orient, avec des conséquences encore pires que l'émergence d'ISIS.

    Nous devrions nous en soucier car les Arméniens sont nos voisins, nos collègues et nos amis. Des centaines de milliers d'Arméniens vivent aux États-Unis, certains depuis plusieurs générations, ayant trouvé refuge ici après le génocide arménien de 1915, au cours duquel un million et demi d'Arméniens ont été massacrés par le gouvernement turc, et des milliers d'autres, pour la plupart orphelins, ont été dispersés dans le monde entier.

    La minuscule patrie ancestrale de la République d'Arménie, seule démocratie de la région, est une lueur d'espoir pour tous les Arméniens, un symbole que, malgré des siècles de persécution et un génocide, le peuple arménien, notre culture, notre langue et notre christianisme continuent de survivre et de prospérer.

    Au minimum, nous devrions nous préoccuper du fait que l'argent de nos contribuables finance l'invasion et les crimes de guerre d'un dictateur autocratique qui agresse ouvertement son voisin démocratique. En 2020, lorsque l'Azerbaïdjan attaquait le Haut-Karabakh, une région contestée et peuplée d'Arméniens, le candidat Joe Biden a ridiculisé le président Donald Trump pour ne pas avoir appliqué les sanctions de la section 907 contre l'Azerbaïdjan.

    Pourtant, le président Biden a rompu sa propre promesse d'appliquer la loi américaine sur les sanctions contre l'Azerbaïdjan.

    Fin 2020, la République d'Arménie a fait d'énormes concessions à l'Azerbaïdjan pour mettre fin à la guerre du Haut-Karabakh. Mais maintenant, le dictateur de l'Azerbaïdjan souhaite envahir la République d'Arménie, la démembrer et la dépeupler - parce qu'il pense pouvoir s'en tirer.

    Le 21 septembre, jour de l'indépendance de l'Arménie, le dictateur Aliyev a ouvertement ridiculisé les États-Unis et la communauté internationale en déclarant que "rien ni personne ne peut nous empêcher" d'envahir l'Arménie. Ces propos ont été tenus, en partie, en réaction au voyage du week-end de la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi en Arménie pour soutenir la démocratie et la sécurité de ce pays.

    L'Arménie est désarmée. L'Arménie est en infériorité numérique. Pourtant, elle ne demande pas d'armes. Elle demande simplement aux États-Unis d'appliquer la loi américaine - d'arrêter d'armer l'Azerbaïdjan.

    Mes amis d'enfance à Jermuk sont prêts à mourir pour sauver leur maison contre les envahisseurs lorsque la prochaine série d'agressions commencera. Ils y parviendront peut-être mieux si les États-Unis ne soutiennent pas l'envahisseur.

    Hermine Kallman est une avocate arméno-américaine de Denver qui siège au conseil d'administration des Arméniens du Colorado, une organisation au service de la communauté arménienne depuis 1979.

  • L’euthanasie en Belgique, ou le véritable contre-modèle à proscrire

    IMPRIMER

    D'Henri de Soos sur gènéthique.org :

    4 octobre 2022

    Henri de Soos, juriste de formation et auteur de L’Impasse de l’euthanasie, réagit au déplacement d’Olivier Véran en Belgique.

    Le ministre du renouveau démocratique, Olivier Véran, est chargé de suivre (de contrôler ?) le bon déroulement de la convention citoyenne sur la fin de vie. A ce titre, il s’est rendu fin septembre en Belgique pour s’informer sur l’organisation des euthanasies dans ce pays. Il a choisi de rencontrer exclusivement, semble-t-il, de fervents partisans de ce dispositif. Selon le compte-rendu publié par La Croix, citant des soignants enthousiastes, « une euthanasie est un moment de grande tendresse, extraordinairement humain et fraternel », et « la loi belge est magnifique ».

    La Belgique est-elle vraiment « le modèle » qu’il va falloir imiter, si l’on en croit les préférences du président de la République ? (cf. Présidentielles : Emmanuel Macron favorable à l’euthanasie)

    Il faudrait au contraire ouvrir les yeux sur la face cachée du système, sur les ombres et les dérives que les partisans de l’euthanasies masquent soigneusement. Donnons seulement deux exemples, parmi tous ceux que j’ai déjà eu l’occasion de citer dans un récent article sur Gènéthique.

    N’est-il pas inquiétant que le nombre officiel d’euthanasies augmente sans arrêt depuis 2002, sans aucune interruption (sauf l’année 2020 à cause du confinement) ? Ces actes ont été multipliés par dix en vingt ans, atteignant 3% des décès. Les statistiques suivent la même pente que celle des Pays-Bas, 1er pays à avoir légalisé l’euthanasie : dans ce pays, le taux atteint déjà 4,5%, et le seuil de 5% sera forcément atteint dans un proche avenir. A titre de comparaison, 5% en France correspondrait à 30 000 euthanasies à réaliser chaque année ! On est loin des « cas exceptionnels » de « souffrances insupportables » dont on nous parle pour justifier de changer la loi française…

    N’est-il pas choquant que les catégories de personnes susceptibles d’être euthanasiées soient de plus en plus nombreuses ? Il y a en fait deux cas de figure :

    • Soit la loi est interprétée de façon plus laxiste par les médecins et la commission de contrôle. Sont aujourd’hui euthanasiées sans difficulté des personnes avec maladie grave et incurable mais qui ne sont pas en fin de vie, et des personnes dépressives, atteintes d’Alzheimer, ou même de « polypathologies » (expression choisie pour évoquer un cumul de problèmes de santé plus ou moins importants, mais assez fréquents au-delà de 80 ans : baisse de vue ou d’audition, rhumatismes, incontinence, fatigue « intense », etc.) ;
    • Soit la loi elle-même est changée, comme en 2014 pour l’étendre aux mineurs sans condition d’âge. Parmi les premiers cas (rares heureusement), il y a eu deux enfants de 9 et 11 ans. La Belgique est le seul pays au monde à avoir légalisé cela !

    Se réjouissant semble-t-il de ces évolutions, Olivier Véran aurait tiré cette conclusion à la fin de sa visite, à propos de l’état d’esprit de la société belge : « Avec vingt ans de recul, il y a des questions qu’ils ne se posent plus. L’acceptation de la société et des soignants est très forte ».

    Là est bien le fond du problème. Les pays qui ont ouvert la boîte de Pandore de l’euthanasie sont dans l’incapacité de la maitriser. Loin des intentions initiales affichées – permettre l’euthanasie pour des cas exceptionnels de souffrances insupportables et inapaisables en fin de vie – ces législations modifient peu à peu en profondeur les valeurs culturelles et les pratiques sociales.

    Selon l’adage bien connu, « puisque c’est légal, c’est moral ». Cela prend 20 ans, 30 ans, 50 ans, mais la conscience éthique des citoyens s’émousse et tolère, accepte, voire désire ces évolutions. L’interdit de tuer ne constitue plus un pilier fondamental de la vie en société, il n’y a plus cette digue protectrice, en particulier pour les personnes les plus fragiles. Sous la pression de proches, de soignants, de la société, elles seront de plus en plus nombreuses à se sentir obligées de se poser la question inimaginable à la fin du siècle dernier : « ne vaudrait-il pas mieux que je sois euthanasié ? »

    Comment Olivier Véran peut-il en conclure que le système belge est « hyper cadré » ? Aura-t-il le courage, et Emmanuel Macron avec lui, de regarder en face la réalité, sans se contenter des belles paroles rassurantes qu’on lui a transmises ?

  • Bruxelles, 15 octobre : projection du film retraçant l’histoire et la vie du bienheureux cardinal Iuliu Hossu victime du communisme

    IMPRIMER

    De catho-bruxelles.be :

    PROJECTION DU FILM «CARDINALUL », 15 OCTOBRE

    Invitation au film « Le Cardinal » – sous-titré en français

    Le Samedi 15 octobre 2022, à l’Église Royale Sainte-Marie de Bruxelles aura lieu la projection du film « Cardinalul », réalisé par Nicolae Mărgineanu.

    Le film révèle au grand public l’histoire et la vie du bienheureux cardinal Iuliu Hossu, en insistant tout particulièrement sur la période passée en prison suite à son incarcération par le régime communiste. Malgré les pressions incessantes à abjurer son Église, le film nous montre l’histoire d’un homme qui jusqu’au bout est demeuré fidèle à sa foi catholique.

    Après le visionnage du film, les enfants de la communauté nous réservent un petit programme artistique.

    La soirée s’achèvera par un verre d’amitié.

    L’entrée est libre. Soyez les bienvenu(e)s !

    Regarder la bande d’annonce ici.

    Date / Heure
    Date(s) - 15 octobre 2022
    18h00 - 19h00

    Lieu
    Église Royale Sainte-Marie de Bruxelles
    Pl. de la Reine
    1030 Schaerbeek

  • Inde : les chrétiens visés par les lois anti-conversion

    IMPRIMER

    De Sylvain Dorient sur aleteia.org :

    En Inde, les chrétiens dans le viseur des lois anti-conversion

    Ashwini Kumar Upadhyay adressait le 23 septembre 2022 une pétition à la Cour suprême l’avertissant du « danger national » que feraient peser sur le pays les conversions. Comprenez les conversions d’hindous, (80% de la population) à d’autres religions, l’islam (14%) et le christianisme (2%). Ces minorités menaceraient le peuple indien selon cet avocat et politicien, affilié au BJP (Bharatiya Janata Party), le parti hindouiste au pouvoir. 

    Il prône une extension des lois anticonversions à l’ensemble des 28 États que compte l’Inde. Depuis le mois de mai, 10 États disposent d’une telle loi condamnant les conversions obtenues par des moyens frauduleux comme la menace, la corruption, la séduction ou la superstition.

    Contre le Love Djihad

    Au Karnataka, le dernier État à s’être doté d’une telle loi au mois de mai 2022, des nationalistes hindous s’exprimant sur Indiafaith dénoncent une « augmentation anormale du nombre de convertis ». Ils visent la minorité musulmane, qui constitue 12% de la population de l’État et qui pratiquerait le « Love djihad ». Des musulmans séduiraient des jeunes filles pour les épouser et les convertir à l’islam. À l’inverse, constatent-ils, un hindou qui veut épouser une musulmane doit se convertir à l’islam. Par ailleurs, les chrétiens – 1,8% de la population – croîtraient, selon l’article, en nombre anormal en raison des conversions qu’ils obtiendraient auprès des populations « pauvres et peu éduquées » de l’État. Aux yeux des auteurs de l’article, la loi anti-conversion luttera contre ces « abus », et elle ne réprime « que les conversions frauduleuses ». Elle prévoit des peines d’emprisonnements de 3 à 5 ans, incompressibles, pour les fautifs. 

    La même année, en novembre 2021, deux religieuses indiennes étaient empoignées par une foule en furie pour avoir “converti des hindous”.

    Pourtant, l’expérience prouve que ces lois, loin de calmer les esprits, tendent la société indienne, qui est très sensible aux questions religieuses. Ainsi, le 11 février 2021, l’État de l’Uttar Pradesh au nord-est du pays, adoptait ce type de loi. La même année, en novembre 2021, deux religieuses indiennes étaient empoignées par une foule en furie pour avoir « converti des hindous ». Sœur Monteiro et sœur Roshi Minj, membres de la congrégation franciscaine des Ursulines, décrivent pour l’AED une foule hurlant des slogans anti-chrétiens, les traînant jusqu’à un poste de police afin qu’elles soient jugées. 

    L’Uttar Pradesh ne compte qu’une proportion infime de chrétien, 0,18%, mais les nationalistes hindous y sont très virulents, en particulier depuis l’élection du gouverneur de l’État Yogi Adityanath. Ascète hindou et membre du BJP, il a été élu en mars 2017. Depuis cette date, l’Uttar Pradesh a enregistré 384 cas d’attaques contre la minorité chrétienne. 

    L’agenda du BJP

    Le BJP, parti nationaliste indien, n’a cessé d’accroître sa mainmise sur le pouvoir depuis la première élection de Narendra Modi au poste de Premier ministre, le 26 mai 2014. Réélu, il a progressivement durci son discours à l’égard des minorités. Il a emporté les élections législatives de 2019 en se présentant comme le défenseur des Indiens face aux menaces du Pakistan et de la Chine. Les « influences étrangères » au sens large, même les plus bénignes, sont désormais suspectes, raison pour laquelle le gouvernement n’a pas renouvelé les licences de plus de 500 organisations humanitaires au début de l’année 2021. Sans cette licence, les organisations visées ne pouvaient plus recevoir de dons de pays étrangers. L’un des chefs d’accusations des nationalistes contre les minorités religieuses est en effet d’utiliser de l’argent étranger pour corrompre les citoyens indiens. 

    Parmi ces organisations se trouvaient les sœurs de la Charité, la Congrégation fondée par Mère Teresa. Au regard du soutien qu’elle fournit aux Indiens les plus pauvres, cette décision aurait pu provoquer une catastrophe humanitaire. Elles ont finalement pu obtenir leur licence devant le tollé suscité par cette mesure, mais rien ne garantit que l’État ne jouera pas à nouveau de ce puissant levier pour mettre sous pression la minorité chrétienne de son pays.

  • Le pape François lance un appel à Poutine pour un cessez-le-feu immédiat en Ukraine

    IMPRIMER

    De Courtney Mares sur Catholic News Agency :

    Le pape François lance un appel à Poutine pour un cessez-le-feu immédiat en Ukraine

    Le pape François a consacré la quasi-totalité de son discours de l'Angélus du 1er octobre à la guerre en Ukraine.

    2 octobre 2022

    Le pape François a lancé un appel direct au président russe Vladimir Poutine pour un cessez-le-feu immédiat dimanche, l'implorant de mettre fin à la "spirale de violence et de mort" en Ukraine.

    S'exprimant depuis la fenêtre du Palais apostolique le 2 octobre, le pape a consacré la quasi-totalité de son discours de l'Angélus à la guerre en Ukraine.

    "Je déplore profondément la grave situation qui s'est créée ces derniers jours... Elle augmente le risque d'escalade nucléaire, faisant craindre des conséquences incontrôlables et catastrophiques dans le monde entier", a déclaré le pape François.

    "Mon appel s'adresse avant tout au président de la Fédération de Russie, l'implorant d'arrêter cette spirale de violence et de mort, également pour le bien de son peuple", a-t-il ajouté.

    Le pape a également appelé le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy à être "ouvert aux propositions sérieuses de paix" et la communauté internationale à "faire tout son possible pour mettre fin à la guerre sans se laisser entraîner dans de dangereuses escalades."

    Il a déclaré : "Après sept mois d'hostilités, utilisons tous les moyens diplomatiques, même ceux qui n'ont peut-être pas été utilisés jusqu'à présent, pour mettre fin à cette terrible tragédie. La guerre en elle-même est une erreur et une horreur".

    Le discours de cinq minutes du pape sur la guerre en Ukraine, prononcé depuis une fenêtre donnant sur la place Saint-Pierre, s'écartait de sa routine dominicale habituelle. D'habitude, le pape donne une réflexion sur l'Évangile du dimanche avant de prier l'Angélus, une prière mariale traditionnelle, et de parler de ses intentions de prière.

    Le pape François a souligné qu'il avait choisi de consacrer l'intégralité de sa réflexion à l'Ukraine car le cours de la guerre "est devenu si grave, si dévastateur et si menaçant qu'il suscite une grande inquiétude."

    "Je suis attristé par les fleuves de sang et de larmes versés au cours de ces mois", a-t-il déclaré.

    "Je suis affligé par les milliers de victimes, surtout des enfants, et par les destructions qui ont laissé de nombreuses personnes et familles sans abri et menacent de vastes territoires de froid et de faim. De telles actions ne peuvent jamais être justifiées, jamais !"

    Le pape a fréquemment mentionné l'Ukraine dans ses prières à la fin de ses audiences publiques depuis le début de la guerre en février. Récemment, lors d'une conversation avec des prêtres jésuites pendant son voyage au Kazakhstan, le pape a déclaré qu'il avait tenté d'aider un échange de prisonniers entre l'Ukraine et la Russie.

    "Au nom de Dieu et au nom du sens de l'humanité qui habite chaque cœur, je renouvelle mon appel à un cessez-le-feu immédiat", a déclaré le pape François dans son appel.

    "Que l'on cesse les armes et que l'on recherche les conditions d'une négociation qui conduise à des solutions non pas imposées par la force, mais consensuelles, justes et stables. Et elles le seront si elles sont fondées sur le respect de la valeur sacro-sainte de la vie humaine, ainsi que de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de chaque pays, et des droits des minorités et des préoccupations légitimes."

    À la fin de son discours de l'Angélus consacré à l'Ukraine, le pape a déclaré qu'il avait également prié pour les habitants de Floride et de Cuba frappés par l'ouragan Ian. 

    "Que le Seigneur accueille les victimes, donne consolation et espoir à ceux qui souffrent, et soutienne les efforts de solidarité", a-t-il dit.

    François a ajouté qu'il priait pour les victimes d'une bousculade à la fin d'un match de football en Indonésie, où au moins 174 personnes sont mortes, selon l'Associated Press.

    Le pape François a également rappelé à la foule réunie sur la place Saint-Pierre qu'un nouveau spectacle de lumière sur la vie de saint Pierre sera projeté sur la basilique vaticane chaque nuit pendant les deux premières semaines d'octobre. Andrea Bocelli devrait chanter lors de l'inauguration du spectacle dans la nuit du 2 octobre.

    Courtney Mares est correspondante à Rome pour la Catholic News Agency. Diplômée de l'université de Harvard, elle a effectué des reportages dans des bureaux de presse sur trois continents et a reçu la bourse Gardner pour son travail avec les réfugiés nord-coréens.

  • Des nouvelles du 14ème Congrès mondial des familles à Mexico

    IMPRIMER

    D'ifamnews.com :

    Résumé de la première journée du Congrès mondial des familles

    Les blessures du cœur guériront lorsque nous ne serons plus traités comme des objets : Christopher West

    3 octobre 2022

    Tous les êtres humains ont des blessures dans l’âme parce que la société a pris l’habitude de les traiter comme des objets, a déclaré Christopher West, conférencier et auteur catholique renommé.

    Au début de la deuxième journée du XIVe Congrès mondial des familles, l’expert en théologie du corps a souligné l’importance de connaître l’origine de l’être humain et son destin dans la vie : “nous ne ferons que tourner en rond, totalement désorientés, si nous ne regardons pas le soleil, qui est de regarder droit vers Dieu”.

    Ángel Espinosa de los Monteros, un légionnaire du Christ, qui a déclaré : “Les responsables des inégalités sociales, les idéologies, les guerres, ce sont des personnes dramatiquement malades”.

    Dr. Cecilia Blanchet Pezet, dans sa présentation, a souligné comment la technologie a envahi la dynamique familiale et le dialogue familial s’est perdu, et a invité les personnes présentes à élever des enfants qui changeront l’histoire de l’humanité pour le meilleur.

    “Toutes les cinq minutes, un chrétien est tué, cela doit cesser”, a déclaré Christophe Machard, président du French Riviera Institut, qui a affirmé que la liberté des chrétiens de vivre en paix et un droit politique fondamental et que la persécution religieuse est une source de cultures toxiques.

    Enrique Rojas a également participé à une table ronde sur le thème “Comment concevoir une famille stable”, tandis que le panel était composé du père Guillermo Serra, du pasteur Cash Luna et de Tarek Shaban, qui ont déclaré que “l’Islam préserve la famille, il ne veut pas qu’elle se fragmente”, et ont également affirmé que l’Islam lutte contre toute forme d’extrémisme.

    L’un des panels les plus attendus était “Famille et divertissement”, auquel ont participé Tamara Falcó, Juan Manuel Cotelo, Neal Harmon et Eduardo Verástegui.

    Le programme de la journée a été complété par des présentations simultanées de Nicki et Sila Lee, Jason Evert, Ron Deal, Maribel German, Jesús Amaya, Julia Borbolla, Meg Meeker, Miguel Moreno, Valeria Arellano, Ivette Laviada et Lucy Budnik.

    Informations complémentaires et matériel multimédia www.wcfmexico.org

  • RDC : À l’Est, la guerre de trente ans tourne en boucle au Pays des Grands Lacs

    IMPRIMER

    « Dans « Le cri muet des collines » (**) un collectif d’auteurs revient sur la chronologie des guerres du Congo et se demande comment sortir  de la crise sécuritaire incessante qui a transformé un décor paradisiaque en effrayante réalité. Lu sur le site web « Afrikarabia » (Christophe Rigaud ») :

    A-lEst-de-la-RDC-1024x565.jpg

    « Après deux guerres meurtrières, consécutives au génocide des Tutsi au Rwanda voisin, la République démocratique du Congo est censée être en paix depuis les accords de 2003. Seulement voilà, les armes ne se sont jamais tuent dans l’Est du pays. Une centaine de groupes armés sévit toujours dans cette vaste région, aux frontières de l’Ouganda, du Rwanda et du Burundi. On appelle cela un conflit de basse intensité, et malgré la présence de plus de 14.000 casques bleus, les massacres continuent, les responsables de la guerre courent toujours et les victimes attendent désespérément que justice soit rendue. Dans l’ouvrage « Le cri muet des collines – Dans l’Est du Congo, la guerre tourne en boucle » * Colette Braeckman, Reed Brody, Pierre Hazan, Philippe Lardinois et Marc Schmitz analysent les trente années de chaos au Congo en se demandant pourquoi « quasi personne n’a été jugé » alors que les témoignages existent et que des enquêtes internationales ont été menées.

    Guerre des chiffres

    Colette Braeckman, sans nul doute la meilleure spécialiste du Congo, déroule le fil de « la plus longue guerre d’Afrique », de la fin du génocide au Rwanda voisin, en passant par la chute de Mobutu, l’arrivée de Laurent Désiré Kabila et la succession du fils Joseph, sur fond de massacres sans fin. La journaliste revient sur la traque des génocidaires hutu par le nouveau pouvoir de Kigali, jusque dans les profondeurs de la forêt congolaise. S’en suit la guerre des chiffres sur le nombre de morts victimes de la chasse aux génocidaires sur le sol : 5,4 millions ? 200.000 ? « Les morts du Congo, bien réels, ont été instrumentalisés » explique Colette Braeckman, dans une analyse historique très pédagogique.

    Fosses communes à Mbandaka (Coquilathville, chef-lieu de l'ancienne Province de l’Equateur ndB)

    Reed Brody, directeur adjoint de l’équipe d’enquête des Nations unies en 1997, raconte ensuite comment sa mission se retrouve entravée et bloquée par le président Kabila. Pourtant, à Mbandaka, des emplacements de fosses communes sont découverts. Dans son rapport, l’ONU explique que « des centaines de Hutu rwandais non-armés ont été exterminés par des troupes de l’AFDL, apparemment sous le commandement effectif de l’armée rwandaise (APR) ». Mais l’accueil de l’ONU est tiède et les pressions américaines sont nombreuses pour ne pas aller plus loin. « Les troupes de Kagame ont joué un rôle crucial pour mettre fin au génocide de 1994 au Rwanda, qui oserait le nier ? Mais cela ne les exonère pas d’un examen minutieux des crimes commis dans les années qui ont suivi, au Rwanda et au Congo » écrit Reed Brody.

    Lire la suite

  • L’enfant trans, un nouveau produit marketing ?

    IMPRIMER

    Du site de l'hebdomadaire Famille Chrétienne :

    « L'enfant trans est devenu le nouveau produit marketing »

    Pauline Quillon, journaliste à Famille Chrétienne est l'auteur de Enquête sur la dysphorie de genre. Bien comprendre pour aider vraiment les enfants (Mame).

    Comment l’idéologie transgenre peut-elle connaître aujourd'hui un tel succès, alors que le fait existait de façon très marginale dans le débat public ?

    La marche progressiste de nos sociétés en faveur de la reconnaissance du droit qu’auraient les enfants à « autodéterminer » leur genre est un phénomène mondialisé. Non seulement elle se produit dans tout le monde occidental, mais elle répond de surcroît à une volonté explicite des organisations internationales. En 2006, un groupe d’experts des droits humains réunis en Indonésie a signé les vingt-neuf principes de Jogjakarta qui portent sur les normes juridiques internationales non contraignantes auxquelles tous les États devraient idéalement se conformer en ce qui concerne l’orientation sexuelle et l’« identité de genre » et dont s’inspirent les institutions internationales (l’ONU, le Conseil de l’Europe) qui, à leur tour, les recommandent aux pays du monde.

    Sous quelle autorité ?

    Ces experts n’ont aucun mandat, aucune autorité, mais leurs principes servent de référence juridique et de boussole morale. En 2017, ce groupe y a ajouté dix principes et obligations des États, qui portent sur « l’expression de genre ». On y trouve l’obligation d’accepter le changement de prénom et de sexe à l’état civil à tout âge (principe 31), l’obligation de protéger le droit de tout enfant à l’autodétermination (principe 32), ou de « veiller à ce que toutes les écoles et autres institutions offrent des installations sanitaires sûres » (principe 33). À savoir, les recommandations mêmes de la circulaire Blanquer.…

    Sait-on tout de même qui, exactement, tire les ficelles de ce phénomène mondialisé ?

    Un lobbying intense serait présent au sein des institutions européennes. En 2020, le Centre européen pour le droit et la justice (ECLJ), ONG chrétienne conservatrice dirigée par Gregor Puppinck, a étudié la Cour européenne des droits de l’homme, et notamment le « pedigree » de ses quarante-sept juges. Cette étude, révélée par l’hebdomadaire Valeurs actuelles en février 2020, démontre que cette Cour est infiltrée par des juges qui sont liés à l’Open Society Foundations du milliardaire américano- hongrois George Soros. Sur les cent juges qui y ont siégé entre 2009 et 2019, l’ECLJ en a compté vingt-deux.

    Qu’est-ce que cette Open Society ?

    L’Open Society milite activement pour le droit des personnes trans à changer légalement de sexe. En 2014, elle a produit un rapport, « License To Be Yourself », qui se présente comme un texte ressource pour les activistes du monde entier œuvrant pour les droits des personnes trans et pour l’évolution des législations en faveur du changement de sexe à l’état civil, y compris pour les enfants.

    Il est étonnant cependant que le mouvement trans ait obtenu en quelques années seulement une visibilité et des conquêtes législatives telles qu’il a fallu plusieurs décennies pour les mouvements de défense des femmes et des homosexuels pour en obtenir de comparables.…

    Michael Biggs, professeur de sociologie à Oxford, a creusé la question. La raison, selon lui, tient au soutien financier massif d’une poignée de milliardaires. Parmi eux, George Soros, que je viens d’évoquer, dont l’OSF est le principal donateur des causes trans. L’OSF a ainsi accordé des subventions d’une valeur de 3,07 millions de dollars pour 2016-2017 ! ONG, partis politiques, institutions internationales sont nombreux à recevoir de l’argent de la part de milliardaires ou de compagnies pharmaceutiques.

    Quelles sont leurs motivations à donner ces sommes faramineuses ?

    Contrairement aux autres mouvements de défense des minorités, le lobby trans ne semble pas émaner d’une minorité opprimée, mais bien plutôt d’une petite minorité ultra-capitaliste qui pourrait trouver un intérêt financier à promouvoir l’idéologie transgenre et à banaliser la transformation des corps par la chirurgie et les produits chimiques. Se promeut une figure qu’elle présente sous le masque séduisant de la réalisation de soi et du courage.

    Lire la suite

  • 2022 : le centenaire de la mort de l'empereur Charles d'Autriche

    IMPRIMER

    De Marguerite Aubry sur le site de l'Homme Nouveau :

    Centenaire de la mort de Charles d'Autriche : entretien avec Elizabeth Montfort

    Entretien avec Elizabeth Montfort, ancien député européen, responsable de la Ligue de Prière pour la canonisation du Bienheureux Charles d’Autriche et secrétaire générale de l’association pour la béatification de l’impératrice et reine Zita.

    Nous fêtons cette année le centenaire de la mort du Bienheureux Charles Ier d’Autriche. Qui était-il ?

    Charles d’Autriche n’aurait jamais dû être empereur. Il était le petit neveu de François-Joseph dont le fils s’est suicidé. L’empire devait donc revenir, à sa mort, à l’un des frères de François-Joseph, puis à ses fils : François-Ferdinand, mais celui-ci avait dû renoncer à la couronne pour ses descendants afin de contracter un mariage inégal et fut assassiné en 1914, ou Otto, décédé en 1906. Charles était l’aîné d’Otto, et c’est donc lui qui monta sur le trône à la mort de François-Joseph, le 21 novembre 1016. Il avait 28 ans. Il s’était marié à Zita le 21 octobre 1911, avait fait des études d’officier, de sciences politiques, d’histoire et de culture à l’université de Prague. Sa préparation au trône, en tant qu’héritier, fut bien courte. Charles eut avec Zita 8 enfants : son fils aîné Otto en 1912, et une dernière fille Elisabeth née après sa mort.

    Il ne régna que de 1916 à 1918, mais il ne cessa de rechercher la paix par des négociations, paix que son allié allemand voulait obtenir par les armes. Même la plupart de ses ministres ne le soutinrent pas. Son autre préoccupation était la justice. Lorsque saint Jean-Paul II l’a proclamé vénérable, il déclara que Charles avait mis en œuvre la Doctrine sociale de l’Eglise dans ses actes de gouvernement. Il avait probablement lu l’encyclique de Léon XIII Rerum Novarum. Il portait attention à tout son peuple, aussi bien sur le front que dans les hôpitaux et les familles qui vivaient loin des combats. Il créa des foyers d’accueil pour les soldats, les blessés, les aveugles. Avec Zita, il s’occupa de fonder une œuvre pour l’enfance, et de trouver des marraines de guerre. Ils firent tout leur possible pour atténuer les souffrances des familles. Charles gracia des prisonniers tchèques injustement condamnés car il ne pouvait tolérer les jugements iniques, malgré les conséquences que cet acte allait engendrer. C’est le premier chef d’État à créer un ministère des affaires sociales et de la santé, pour lequel il fut secondé par Zita.

    Charles fut béatifié comme époux, père, chef d’État et ami de la paix. Jean-Paul II résuma ainsi toutes les dimensions de sa vie : la recherche de la paix et la soif de la justice.

    Vous êtes responsable de la Ligue de Prière pour la canonisation du Bienheureux Charles. Où en est le procès ?

    Sa béatification le 3 octobre 2004 est un signe de la Providence, il s’agit de l’année de la réunification de l’Europe : les pays de l’ex-empire ont rejoint l’Europe occidentale. Son procès de canonisation est toujours en cours, il ne manque plus que la reconnaissance d’un miracle, mais celle-ci est très longue. Une guérison est en cours d’examen.

    Zita, l’épouse de Charles, est, elle aussi, en voie de béatification…

    Son procès s’est ouvert le 9 décembre 2009 dans le diocèse du Mans, car elle a fait de nombreux séjours à l’abbaye de Solesmes où elle retrouvait sa grand-mère et ses trois sœurs. La première partie, aujourd’hui terminée, fut très intéressante car les personnes interrogées avaient connu l’impératrice : ce sont des membres de sa famille, son médecin, les religieuses de Solesmes et de Kergonan.

    Lire la suite

  • Démographie mondiale : une implosion est imminente

    IMPRIMER

    Du site de la FSSPX :

    Une implosion démographique est imminente

    septembre 2022

    Malgré les prophéties apocalyptiques sur la surpopulation depuis les années 1970, les données actuelles montrent que c’est exactement le contraire qui se produit : une baisse toujours plus rapide du taux de natalité, qui, dans la plupart des régions du monde, chute ou est tombé en dessous du taux de remplacement.

    Pour la première fois dans l’histoire, le nombre de personnes âgées de plus de 65 ans dépasse le nombre d’enfants de moins de 5 ans : il y a plus de personnes âgées dans le monde que de jeunes enfants. Cette statistique a conduit Phil Lawler, journaliste et directeur du portail d’information Catholic Culture, à parler d’une « implosion démographique » imminente.

    La disproportion est particulièrement dramatique dans les pays les plus développés, dont les taux de natalité ont été réduits au minimum, tandis que les progrès de la science entraînent une augmentation de l’espérance de vie, ce qui augmente la proportion de personnes âgées.

    La plupart des pays européens sont ainsi en dessous du taux de natalité de renouvellement de la population. Presque partout on a tenté de compenser ce déséquilibre par l’afflux d’immigrants, afin d’éviter un vieillissement encore plus rapide de la population.

    D’autres régions du monde ont progressivement rejoint le camp des pays vieillissants. Il y a trois ans, le taux de natalité de l’Amérique latine est descendu en dessous du taux de renouvellement de 2,1 enfants par femme. L’Asie est entre 2,1 et 2,2 enfants par femme, et l’Océanie à environ 2,4 enfants par femme. Seule l’Afrique maintient un taux de natalité florissant.

    Le directeur de Catholic Culture souligne que « cette tendance ne devrait pas changer dans un avenir proche », en particulier parce que les couples se marient de plus en plus tard, voire plus du tout, et ont tendance à reporter les grossesses, pour des raisons professionnelles ou de qualité de vie. Aux Etats-Unis, l’âge moyen du mariage est passé de 25 à 28 ans depuis 2000.

    Si la population mondiale a parfois diminué au cours de l’histoire à la suite de guerres ou de pestes, la tendance actuelle est différente, car elle est due non pas tant à des facteurs externes qu’à des facteurs internes à la société et à sa mentalité.

    L’hédonisme, le déclin de la famille et du mariage, la banalisation de la sexualité, la professionnalisation des femmes et le coût de la vie ont été rejoints ces dernières années par des tendances idéologiques qui conduisent à considérer que les êtres humains eux-mêmes sont une menace pour la planète.

    De nombreux jeunes, convaincus par la propagande de la surpopulation et d’autres obsessions modernes, croient fermement qu’avoir des enfants est en quelque sorte antiécologique. Tout cela, mis bout à bout, signifie qu’« il n’y a aucun moyen d’éviter une contraction massive » de la population, selon M. Lawler.

    On peut donc en conclure que « les prophètes de malheur qui nous mettaient en garde contre les conséquences désastreuses de la surpopulation avaient tort ». Il est notamment apparu clairement que Paul Ehrlich, le célèbre auteur de The Population Bomb, qui, dans les années 1970, prédisait des famines généralisées dans le monde entier en raison de la croissance démographique, avait tort.

    Son point de vue et celui de penseurs partageant les mêmes idées ont déclenché une panique très similaire à celle que l’on observe aujourd’hui à propos du changement climatique, affirmant que les catastrophes étaient inévitables même si des mesures drastiques étaient prises pour réduire la population, mais exigeant en même temps que ces mesures soient prises.

    Nous étions menacés d’une explosion démographique et c’est tout le contraire qui se produit : une « implosion démographique », c’est-à-dire la baisse rapide et généralisée des naissances, qui semble très difficile à éviter.

  • La présidente hongroise reproche aux pays occidentaux et au système des Nations unies de promouvoir "l'endoctrinement idéologique"

    IMPRIMER

    De Stefano Gennarini sur C-Fam.org :

    La présidente hongroise réprimande vertement les Nations unies pour leur idéologie sexiste "non pertinente".

    29 septembre 2022

    NEW YORK, 30 septembre (C-Fam) Après les récentes critiques des conservateurs sociaux selon lesquelles la Hongrie a été du mauvais côté des débats sur l'avortement aux Nations Unies, Katalin Novák, présidente de la Hongrie, s'est montrée ferme sur ces questions dans son discours à l'Assemblée générale la semaine dernière. Mme Novák a reproché aux pays occidentaux et au système des Nations unies de promouvoir "l'endoctrinement idéologique". Novák a suggéré que l'idéologie du genre est une "fiction".

    "Aujourd'hui, à l'heure de la guerre, des crises énergétiques et alimentaires, les organisations créées pour éviter la guerre et préserver la paix se concentrent sur l'endoctrinement idéologique", a déclaré Novák aux dirigeants du monde entier, une semaine seulement après que les pays occidentaux et le système des Nations unies ont tenu un sommet sur l'éducation pour promouvoir l'idéologie du genre, y compris la promotion de l'autonomie sexuelle des enfants et la propagande homosexuelle et transgenre.

    "Ce n'est pas ce dont nous avons besoin aujourd'hui. Au contraire, nous devons retrouver notre capacité à distinguer l'essentiel du superflu, l'important du sans importance, la réalité de la fiction", a insisté M. Novák en citant les exemples d'Élisabeth II d'Angleterre et de Winston Churchill.

    Les critiques de Mme Novák ont été éclipsées par un concert de préoccupations concernant le conflit en Ukraine, thème prédominant dans toutes les déclarations de l'Assemblée générale cette année. Mais elle n'était pas entièrement seule à critiquer l'ingénierie sociale de l'ONU.

    Le secrétaire d'État du Vatican, le cardinal Pietro Parolin, a déclaré que la promotion par les Nations unies d'agendas "clivants" contribuait à la "crise de crédibilité" de l'organisation.

    Citant le pape François, il a déclaré que "l'imposition flagrante de politiques litigieuses" sans même tenter de trouver un terrain d'entente entre les États membres de l'ONU était une forme de "colonisation idéologique". Il a appelé à la protection de la famille et à ne pas "réinventer les droits de l'homme."

    Le président du Guatemala, Alejandro Giammattei, a critiqué l'utilisation des mécanismes internationaux pour promouvoir des "idéologies qui divisent" et a appelé les pays à coopérer sur les questions sur lesquelles il existe un accord.

    "La faim et la pauvreté n'ont rien d'idéologique !" a-t-il souligné.

    M. Giammattei a insisté sur le fait que tous les gouvernements et les mécanismes internationaux doivent respecter la souveraineté et qu'ils ne doivent pas s'ingérer dans les affaires intérieures des États souverains. Il a appelé les pays à protéger les droits de l'homme, notamment le droit à la vie "de la conception à la mort naturelle".

    Même si la plupart des pays ont évité les guerres culturelles dans leurs déclarations, plusieurs dirigeants mondiaux de pays donateurs occidentaux et de pays plus pauvres ont redoublé d'efforts pour promouvoir la "santé et les droits sexuels et reproductifs" et l'idéologie du genre.

    Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a déclaré que "l'égalité des sexes se dégrade et que la vie des femmes se dégrade", notamment en ce qui concerne "les choix en matière de santé sexuelle et reproductive", dans une attaque voilée contre l'annulation de l'arrêt Roe v. Wade par la Cour suprême des États-Unis plus tôt cette année.

    Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a fait écho à M. Guterres au sujet de la Cour suprême des États-Unis. Il a dénoncé "les menaces mondiales contre la liberté sexuelle et reproductive des femmes" et "le recul de certaines démocraties avancées".

    La ministre des Affaires étrangères du Canada, Mélanie Joly, s'est également plainte des "reculs en matière de santé et de droits sexuels et reproductifs", appelant spécifiquement au droit à l'avortement.

    "Le Canada défendra toujours votre droit de choisir !" a-t-elle déclaré, comme si elle s'adressait aux femmes du monde entier.

    Le Premier ministre norvégien Jonas Gahr Støre a déclaré que la promotion du droit des femmes et des filles "à décider de leur propre corps" était une priorité de son pays.

    Le président américain Joe Biden a prophétisé que les guerres culturelles mondiales seront remportées par les pays qui promeuvent "les droits fondamentaux en matière de reproduction" et où "les membres de la communauté LGBTQ+ vivent et aiment librement."

  • Qu'adviendra-t-il des 17 églises verviétoises ?

    IMPRIMER

    D'Aurélie Michel sur Vedia :

    17 églises à Verviers: un plan pour les préserver, quitte à les désacraliser

    26 septembre 2022

    La fréquentation des églises catholiques est en baisse en Belgique, comme dans le reste de l’Europe. Reste que les édifices dédicacés au culte sont nombreux. Verviers compte ainsi 17 églises. La Ville de Verviers lance un grand plan pour estimer les travaux à venir et repenser leurs utilisations.

    Le passage y était interdit depuis plusieurs années. Les escaliers de l’église Sainte-Julienne à Verviers sont enfin en train d’être restaurés. Le coût était un des obstacles du chantier : plus d’un million d’euros. L’église en elle-même, datant de 1901 et financée par les industriels lainiers verviétois, aurait bien besoin de quelques travaux. Mais là aussi, cette rénovation a un coût. Et ce ne sont pas les maigres rentrées de la fabrique d’église, propriétaire du site, qui peut entièrement les financer.

    Pour ouvrir ce beau bâtiment sur l’extérieur, des événements y sont organisés : des expos, des concerts... La chanteuse Natasha St-Pier s’y produira d’ailleurs ce 24 novembre. Ce pan culturel pourrait à l’avenir avoir une partie de l’église qui lui est propre. 

    Moduler Sainte-Julienne en deux parties?

    « Il y a quelques mois d’ici, nous avions lancé un appel d’offres pour avoir un architecte pour faire un bilan de l’état sanitaire de l’église parce que nous pensions moduler l’église en deux parties: une partie cultuelle et une partie culturelle pour faire d’autres activités tout en laissant la possibilité d’utiliser l’entièreté de l’église parce que nous sommes une unité pastorale de 5 paroisses, c’est la moitié de la ville. Quand nous avons de grands rassemblements, c’est important d’avoir une grande église maintenant, cela ne sert que quelques fois l’année», explique Bruno Honnay, trésorier de la fabrique d’église Sainte-Julienne.

    Ce raisonnement, l’ensemble des fabriques d’églises et des communes y est confronté. La Ville de Verviers exerce sa tutelle sur 17 églises. Elle lance un grand plan église pour rationaliser et préserver ce patrimoine. Un bureau d’études va analyser les 17 églises pour évaluer leurs coûts de restauration et leurs polyvalences.

    Certaines églises désacralisées

    Certaines églises continueraient d’être dédicacées au culte à 100%, d’autres deviendraient polyvalentes, d’autres encore seraient désacralisées pour accueillir totalement de nouvelles fonctions. « Il faut espérer avoir des idées novatrices de la part de l’auteur de projet, soutient Cécile Ozer, échevine des Cultes à Verviers. A l’église Saint-Remacle, il y a déjà eu des rencontres avec les citoyens. La fabrique d’église était vraiment ouverte à plein d’idées comme des salles d’études, par exemple. Dans d’autres villes, certaines églises désacralisées accueillent aujourd’hui des restaurants, des hôtels... On va laisser l’auteur de projet faire son travail et puis, on discutera avec l’évêché pour voir vers où on va ».

    Dans cette étude, la Ville de Verviers a demandé de donner priorité à repenser Sainte-Julienne. Mais d’Ensival à Jehanster, en passant par Heusy, les 16 autres églises seront aussi passées à la loupe.