Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Politique - Page 5

  • USA : "un projet de loi sur l'avortement le plus injuste et le plus extrême que notre nation ait jamais vu"

    IMPRIMER

    Lu sur le National Catholic Register :

    Les évêques américains qualifient de "grave" le projet de loi de la Chambre des représentants qui offrirait des avortements gratuits.

    Mettre délibérément fin à la vie d'êtres humains sans défense et sans voix est l'antithèse des soins de santé", ont déclaré Mgr Lori et le cardinal Dolan.

    Les évêques plaident en faveur d'une société dans laquelle la protection juridique de la vie humaine s'accompagne d'une attention particulière pour les mères et leurs enfants.

    19 juillet 2022

    La Conférence des évêques catholiques des États-Unis a condamné un projet de loi adopté par la Chambre des représentants des États-Unis qui élargirait l'accès à l'avortement plutôt que d'aider les femmes et les enfants.

    La loi sur la protection de la santé des femmes, que la Chambre a adoptée par 219 voix contre 210 vendredi, est "le projet de loi sur l'avortement sur demande le plus injuste et le plus extrême que notre nation ait jamais vu", ont écrit l'archevêque William Lori de Baltimore et le cardinal Timothy Dolan de New York dans une déclaration du 18 juillet.

    "Répondre aux besoins des femmes en promouvant l'avortement facultatif financé par les contribuables, comme le ferait ce projet de loi, est un mal grave et un manquement à l'amour et au service des femmes", ont déclaré l'archevêque Lori, président du Comité des activités pro-vie de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis (USCCB), et le cardinal Dolan, président du Comité pour la liberté religieuse de l'USCCB. 

    "Offrir des avortements gratuits ou à faible coût, au lieu d'augmenter les ressources dont les femmes ont besoin pour prendre soin d'elles-mêmes et de leurs enfants, n'est pas un 'choix' mais une coercition et un abandon sans pitié", ont-ils déclaré.

    Les démocrates ne disposant pas des voix nécessaires pour surmonter l'obstruction des républicains, le projet de loi ne devrait pas être adopté par le Sénat. 

    Mais les démocrates pro-avortement, dont le président Joe Biden et la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, ont fait de l'adoption éventuelle de la loi sur la protection de la santé des femmes une pièce maîtresse de leurs plans visant à annuler la décision prise par la Cour suprême des États-Unis le 24 juin dans l'affaire Dobbs v. Jackson Women's Health Organization, qui a annulé le droit constitutionnel à l'avortement à l'échelle nationale.

    La loi sur la protection de la santé des femmes obligerait les Américains à financer l'avortement avec l'argent des contribuables et forcerait les fournisseurs et les professionnels de la santé à pratiquer ou à faciliter les avortements, met en garde la déclaration de l'USCCB. Les évêques ont noté que les assureurs et les employeurs devraient également aider à payer les avortements "contre leurs croyances profondes". 

    "Il ne suffit pas de répéter le mantra selon lequel l'avortement est un soin de santé pour que ce soit le cas", ont insisté Mgr Lori et le cardinal Dolan. "Mettre délibérément fin à la vie d'êtres humains sans défense et sans voix est l'antithèse des soins de santé".

    En réponse à l'adoption de la loi sur la protection de la santé des femmes, les évêques américains ont fait la promotion d'une alternative pro-vie à l'avortement : un ministère paroissial géré par l'USCCB appelé Standing With Moms in Need. 

    Nous implorons ceux qui considèrent l'avortement comme une "solution" légitime aux besoins des femmes d'abandonner ce chemin de mort et de désespoir", ont écrit Mgr Lori et le cardinal Dolan. "Au lieu de cela, nous invitons tout le monde à se joindre à nous pour poursuivre une vision que nous avons présentée dans Standing With Moms in Need, une vision qui défend la vérité que toute vie humaine est sacrée et inviolable - une société dans laquelle la protection légale de la vie humaine s'accompagne d'une profonde attention pour les mères et leurs enfants." 

    L'initiative invite les diocèses, paroisses et agences catholiques à fournir des ressources aux femmes confrontées à des grossesses inattendues ou difficiles. Les programmes comprennent Walking With Moms in Need, qui aide les femmes enceintes et les mères qui élèvent leurs enfants, et Project Rachel Ministry, qui offre une guérison post-avortement et un soutien en cas de perte de grossesse.

    Les évêques ont conclu : "Nous exhortons notre nation à donner la priorité au bien-être des femmes, des enfants et des familles en leur offrant à la fois des ressources matérielles et un accompagnement personnel afin qu'aucune femme ne se sente jamais obligée de choisir entre son avenir et la vie de son enfant." 

  • L’arrêt de la Cour Suprême des Etats-Unis sur l'IVG : un progrès vers plus de démocratie ?

    IMPRIMER

    Une contribution externe de Jean de Codt, magistrat, ancien Premier président de la cour de cassation, publiée sur le site de la Libre :

    Et si l'arrêt de la Cour suprême des Etats-Unis sur l'IVG était un progrès vers plus de démocratie ?

    On dit que l’arrêt de la Cour suprême des États-Unis du 24 juin reflète un retour en arrière. N’est-ce pas plutôt un progrès vers plus de démocratie puisqu’il restitue la question - ici de l’IVG - aux législateurs locaux ?

    14-07-2022

    Le 24 juin dernier, la Cour suprême des États-Unis d’Amérique a rendu un arrêt commenté dans le monde entier. Prenant le contre-pied d’une jurisprudence établie depuis près d’un demi-siècle, la Cour décide que le droit à l’avortement n’est consacré ni par la Constitution ni par l’un quelconque des vingt-sept amendements dont elle a fait l’objet depuis sa promulgation. Selon la haute juridiction, il est temps de restituer la question de l’interruption volontaire de grossesse aux représentants du peuple, élus dans chacun des cinquante États membres de l’Union. La Cour ne se prononce donc pas sur l’existence ou l’inexistence d’un droit à l’avortement mais, ce qui est différent, sur l’obligation de le légaliser partout. Elle estime que cette obligation n’existe pas, sauf à faire dire aux textes ce qu’ils ne disent pas, et elle renvoie à la souveraineté des États membres la délicate question de l’arbitrage à effectuer entre les droits et valeurs en conflit.

    Présenté comme le fruit d’une lecture littérale

    Qualifiée d’extrêmement conservatrice ou encore de revirement idéologique, la décision en question est présentée comme étant le fruit d’une lecture littérale des textes fondateurs, par opposition à une méthode d’interprétation axée sur le changement des mentalités et la réalité du terrain. Présenter les choses de cette manière conduit à disqualifier la décision rendue, celle-ci n’étant que le fruit d’une exégèse aveugle aux préoccupations de nos contemporains.

    Compétences fédérales et fédérées

    Pour comprendre, sinon justifier, l’arrêt, il faut se rappeler qu’au moment où ils se sont déclarés indépendants, les Américains ont eu une première difficulté à résoudre : comment partager la souveraineté de telle sorte que les différents États de l’Union continuent à se gouverner eux-mêmes dans tous les détails de la vie sociale, tout en veillant à ce que l’Union forme un corps apte à pourvoir à quelques grands besoins généraux. La solution fut de définir avec précision les attributions des instances fédérales, et l’on décida que tout ce qui ne rentrait pas dans cette définition ressortirait à la compétence des États membres. Il est possible que l’arrêt du 24 juin 2022 ait été nourri par le souvenir de cette répartition des pouvoirs.

    Comparons avec la Belgique et la France

    S’il est un peu réducteur de ne voir dans cet arrêt que le produit d’une lecture littérale de la Constitution, c’est pour bien d’autres raisons encore. Pour s’en rendre compte, il n’est que de comparer la décision judiciaire américaine avec son équivalent belge ou français. Nos juges sont légalistes : leurs décisions sont souvent exprimées dans un style apodictique, une formulation qui exprime la primauté de la règle de droit. C’est la loi qui engendre, de manière presque mathématique, la solution judiciaire nécessaire et indubitable. Et comme il ne peut y en avoir qu’une, nos arrêts ne reprennent pas ce qui a été dit, au cours du délibéré, par les juges dont l’avis est resté minoritaire.

    De l'autre côté de l'Atlantique, on a des jugements qui prennent l'allure d'une dissertation. C'est écrit à la première personne. Le juge de common law ne rédige pas des raisonnements syllogistiques mais des opinions, y compris dissidentes. Il n'est pas un mathématicien mais plutôt un conteur, un narrateur du droit. Ce jugement est très long, d'ailleurs. L'arrêt dont nous parlons comprend deux cent treize pages. Il n'en faut pas dix pour contenir un arrêt de la Cour de cassation de Belgique. La décision américaine précise qu'elle a été adoptée par six voix contre trois, et la minorité donne d'abondantes explications sur son désaccord.

    Lire la suite

  • La promotion de contenus LGBT auprès des mineurs : une valeur européenne ?

    IMPRIMER

    Du site "Pour une école libre au Québec" :

    « Valeurs européennes » : la promotion de contenus LGBT auprès des mineurs ?

    La Commission européenne a saisi la justice de l’UE contre une loi hongroise interdisant notamment la promotion de l’homosexualité auprès des mineurs, considérant qu’elle porte atteinte « droits fondamentaux des personnes » et aux « valeurs de l’UE ».

    La Commission européenne a annoncé le 15 juillet avoir saisi la justice de l’UE contre la Hongrie à propos d’une loi interdisant, entre autres, la diffusion de contenus sur l’homosexualité auprès des mineurs. En effet, la Commission considère, dans un communiqué, « que la loi viole les règles du marché intérieur, les droits fondamentaux des personnes [en particulier les personnes LGBT+] ainsi que […] les valeurs de l’UE ».

    Il s’agit d’une nouvelle étape dans la procédure d’infraction lancée contre la Hongrie, qui peut conduire à une condamnation de la Cour de justice de l’UE, voire à des sanctions financières. Le Premier ministre nationaliste et conservateur Viktor Orban (ci-contre), dont le pays est dans le collimateur de Bruxelles pour diverses mesures considérées comme des atteintes à l’État de droit, assure que la loi n’est pas homophobe et vise à « protéger les droits des enfants ».

    Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, avait déjà déclaré en juin : « La loi ne porte pas sur les homosexuels. Elle concerne la façon dont les parents veulent faire l’éducation sexuelle de leurs enfants. Sous le régime communiste, l’homosexualité était punie et je me suis battu pour leur liberté et leurs droits. Je défends les droits des homosexuels », a affirmé le chef du gouvernement hongrois, critiqué par une majorité de ses homologues européens pour cette nouvelle législation. La loi hongroise prévoit désormais que « la pornographie et les contenus qui représentent la sexualité ou promeuvent la déviation de l’identité de genre, le changement de sexe et l’homosexualité ne doivent pas être accessibles aux moins de 18 ans ». Elle a été qualifiée le 23 juin de « honte » par la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

    Cette loi a été promulguée votée en juin 2021. La loi développe aussi l’arsenal pénal à l’encontre de la pédophilie et la pédopornographie, interdisant par exemple à toute personne condamnée pour pédophilie d’occuper un emploi en contact avec des enfants. La création d’une base de données, accessible au public, des personnes condamnées est aussi prévue. Outre les programmes scolaires, le texte s’appliquera également aux publicités et les programmes télévisés peuvent aussi tomber sous le coup de la loi.

    « Si l’Union européenne [UE] veut s’immiscer dans les domaines couverts par les constitutions nationales, cela pourrait faire voler en éclat l’ensemble » du bloc, a déclaré dans la capitale Gergely Gulyas, le chef de cabinet du Premier ministre Viktor Orban. « L’UE n’a clairement pas son mot à dire », selon Gergely Gulyas, qui s’exprimait en conférence de presse. Il a accusé la Commission d’avoir un « raisonnement plus politique que juridique » et de mener des « attaques ». 

    Une autre décision dans le viseur de la Commission

    La Commission saisit également la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) contre la décision du régulateur national hongrois de priver d’antenne la radio indépendante Klubradio, vue comme un nouveau coup porté au pluralisme des médias. L’exécutif avait déclenché une procédure d’infraction à ce sujet en juin 2021. « Dans l’UE, le plus grand espace démocratique au monde, aucune radio libre ne doit être privée d’antenne pour des raisons non objectives, sur la base d’une procédure administrative discriminatoire », a réagi le commissaire européen au Marché intérieur Thierry Breton. La Hongrie a été en outre une nouvelle fois épinglée dans le dernier rapport de la Commission sur l’État de droit dans l’UE, présenté le 13 juillet. Bruxelles a activé en avril une procédure qui peut mener à la suspension du versement de fonds européens à ce pays, en raison d’inquiétudes sur les conditions de passation des marchés publics, un manque de contrôle et de transparence de l’utilisation des fonds, les insuffisances dans la lutte contre la fraude et la corruption. Les inquiétudes de la Commission sur l’État de droit sont aussi au cœur du blocage du plan de relance hongrois, d’un montant de 7,2 milliards d’euros de subventions européennes. Tribunal constitutionnel polonais rejette l’imposition des décisions européennes

    Le 14 juillet, le Tribunal constitutionnel polonais (TK) a lui aussi défié l’UE, en affirmant que les décisions prises par la Cour de Justice contre Varsovie étaient inconstitutionnelles. L’UE s’est dite le lendemain « profondément préoccupée » et a rappelé la primauté du droit européen. « Toutes les décisions de la Cour de justice sont contraignantes », a fait savoir l’UE dans un communiqué. Par ailleurs, Gergely Gulyas a accusé Bruxelles de retarder l’approbation du plan de relance de la Hongrie en raison de son opposition à sa nouvelle législation. Il a déclaré que son pays prévoyait de mettre son veto au plan climat, présenté par la Commission le 14 juillet pour réduire les émissions carbone, « inacceptable sous cette forme ».

  • Quand Wallonie rime avec ignominie

    IMPRIMER

    Quand la Région wallonne fait de l'avortement un droit fondamental et se croit autorisée à faire la leçon aux Etats-Unis d'Amérique en déniant aux Etats qui les constituent le droit de protéger démocratiquement la vie des enfants à naître... Décidément, la pratique de l'avortement inscrite dans nos législations est bien le signe de la Bête immonde qui fait de nos Etats des entités complices du Mal, dressées contre la Loi divine.

    Lu sur le site de la Libre :

    Fêtes de Wallonie: Elio Di Rupo a annoncé au gouverneur de Louisiane, initialement invité d'honneur, qu'il n'était plus le bienvenu

    Contrairement à ce qui était prévu, l'État américain de Louisiane ne sera pas l'invité d'honneur des Fêtes de Wallonie en septembre, a annoncé samedi Elio Di Rupo sur RTL INFO.

    16-07-2022

    Le ministre-président wallon a signifié au gouverneur de Louisiane qu'il n'était plus le bienvenu, à la suite de la décision de cet État d'interdire l'interruption volontaire de grossesse (IVG). Le choix de la Louisiane était celui de 2020, mais il n'avait pu se concrétiser en raison de la crise sanitaire. Or le 24 juin dernier, dans une volte-face historique, la très conservatrice Cour suprême des États-Unis a enterré un arrêt qui, depuis près d'un demi-siècle, garantissait le droit des Américaines à avorter. Pour l'instant, sept États américains bannissent totalement les IVG. Des batailles légales retardent l'échéance en Louisiane notamment, mais, à terme, l'accès à l'avortement devrait disparaître dans la moitié du pays.

    Pour Elio Di Rupo (PS), "il est inconcevable pour la Wallonie d'accorder le titre d'invité d'honneur à un État qui ne respecte pas ce que nous considérons comme loi fondamental (sic). Et l'IVG est un droit fondamental !"

    "Chaque femme doit pouvoir disposer librement de son corps sans risque d'être poursuivie pénalement. Avec l'abolition du droit à l'avortement aux États-Unis, de nombreuses femmes vont se retrouver dans des situations de détresse. Elles seront obligées de mener à terme leur grossesse non désirée ou pire mener à terme des grossesses qui sont le fruit d'un viol ou d'un inceste. La révocation du droit à l'IVG par la Cour suprême américaine est un véritable scandale pour nos démocraties occidentales. Ceci est à l'opposé des valeurs défendues par la Wallonie", a commenté le ministre-président wallon auprès de la chaîne privée.

    Aucune décision n'a été prise à ce stade sur le choix éventuel d'un nouvel invité d'honneur, indiquait-on cabinet Di Rupo.

  • Le pape et les Etats-Unis : François serait-il désinformé par son entourage ?

    IMPRIMER

    De Catholic News Agency (AC Wimmer) :

    Mgr Naumann se dit "triste" de la façon dont le pape a traité Biden et Pelosi sur l'avortement.

    14 juillet 2022

    L'archevêque Joseph Naumann de Kansas City, dans le Kansas, s'est dit "triste" de la façon dont le pape François a géré la controverse entourant les actions pro-avortement du président Joe Biden et de la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, dont les positions sur la question sont en contradiction flagrante avec l'enseignement de leur foi catholique sur le caractère sacré de la vie humaine.

    Le commentaire de M. Naumann était l'une des nombreuses déclarations pointues qu'il a faites sur la controverse dans une interview avec le journal allemand Die Tagespost publiée mercredi.

    "Je pense que le pape ne comprend pas les États-Unis, tout comme il ne comprend pas l'Église aux États-Unis", a déclaré l'archevêque au journal, selon CNA Deutsch, le partenaire d'information en langue allemande de CNA.

    "Ses conseillers et les personnes qui l'entourent l'ont complètement désinformé à ce sujet", a ajouté M. Naumann.

    Dans une interview accordée à CNA jeudi, M. Naumann a maintenu ses commentaires au journal, déclarant : "J'ai dit ce que j'ai dit."

    Toutefois, M. Naumann a précisé qu'il avait parlé au média allemand avant d'avoir pris connaissance des derniers commentaires du pape François concernant M. Biden, dans lesquels le pape a qualifié la position pro-avortement du président américain d'"incohérence" par rapport à sa foi catholique.

    Dans l'entretien avec Univisión et Televisa diffusé le 12 juillet, le pape a déclaré qu'il laissait la question à la "conscience" de M. Biden, mais il a également suggéré que ce dernier discute de ce conflit avec son pasteur.

    "Je n'étais pas au courant de cette déclaration du Saint-Père et je pense que c'est utile", a déclaré Naumann à CNA. "C'est très utile parce que je pense que c'est exactement vrai, que sa position est incohérente avec l'enseignement catholique. Je suis donc reconnaissant pour cette clarification du Saint-Père."

    Dans ses commentaires au Tagespost, M. Naumann a déclaré : "Bien sûr, nous devons être pastoraux" lorsque nous traitons de telles questions.

    "Cependant, il n'est pas pastoral de dire à quelqu'un qu'il est un bon catholique et qu'il peut recevoir la communion comme une évidence, alors que cette personne a commis un mal grave", a-t-il poursuivi. "Le fait que le pape ait reçu Pelosi a été exploité politiquement. En agissant ainsi, François fait exactement ce qu'il met en garde les autres de ne pas faire."

    Bien que catholique, Biden a soutenu à plusieurs reprises le droit à l'avortement, malgré l'enseignement de l'Église selon lequel la vie humaine doit être respectée et protégée dès le moment de la conception. Après avoir rencontré le pape François en octobre, M. Biden a déclaré que le pape lui avait dit de "continuer à recevoir la communion". Le Vatican n'a pas confirmé le récit de Biden.

    M. Biden, a déclaré l'archevêque au journal, "sait ce qui est juste à cet égard. Il n'a aucune excuse. Il ne devrait pas continuer à se présenter comme un fervent catholique".

    Par son comportement, a déclaré M. Naumann, le président montrait au public : "Je soutiens les avortements légaux et je suis en même temps un fervent catholique, donc vous pouvez aussi le faire". M. Naumann a déclaré que la ligne est franchie lorsque des politiciens "affichent leur foi catholique et prônent un tel mal".

    "Le président Biden prétend être un fervent catholique, mais ce n'est pas vraiment clair dans ses actions", a poursuivi Naumann.

    "À mon avis, il utilise le chapelet et sa participation à la messe pour se présenter comme un catholique fidèle. Si vous regardez la carrière de Joe Biden, vous voyez qu'il a suivi la ligne démocrate, et non les enseignements de l'Église."

    La semaine dernière, Joe Biden a signé un décret visant à protéger l'accès à l'avortement en réponse à la décision de la Cour suprême d'annuler l'arrêt Roe v. Wade, qui a légalisé l'avortement dans tous les États-Unis. En réponse à l'action de Joe Biden, l'archevêque William Lori de Baltimore, président du comité pro-vie des évêques américains, a qualifié cette décision de "profondément troublante et tragique".

    Ces dernières années, les évêques américains ont longuement discuté et commenté la question de la "cohérence eucharistique", notamment en ce qui concerne Biden et d'autres politiciens catholiques américains.

    Ces discussions ont abouti à la publication en novembre d'un nouveau document sur l'Eucharistie, "Le mystère de l'Eucharistie dans la vie de l'Église", et au lancement d'une initiative de renouveau eucharistique sur trois ans, qui culminera avec un congrès eucharistique national à Indianapolis en juillet 2024.

    Bien que le document sur l'Eucharistie ne mentionne pas le nom de M. Biden ou d'autres politiciens catholiques, il réitère les directives antérieures des évêques selon lesquelles les catholiques qui ne sont pas en communion avec l'enseignement de l'Église ne doivent pas se présenter pour la communion.

  • Des bienheureuses martyres exécutées au nom de la liberté et de l'égalité (16 juillet)

    IMPRIMER

    D'Evangile au Quotidien :

    BBses Marie-Rose de Gordon et 6 compagnes
    Religieuses et martyres † 16 juillet 1794

    Durant les troubles de la Révolution, 29 religieuses chassées de leurs couvents avaient trouvé refuge dans une maison de Bollène. Là, depuis dix-huit mois, elles partageaient une vie de prière et de totale pauvreté. Elles furent arrêtées en avril 1794 pour avoir refusé de prêter le serment de liberté-égalité exigé par la municipalité et que leur conscience réprouvait. Elles furent incarcérées le 2 mai à Orange, dans la prison de la Cure, près de la cathédrale, où étaient déjà détenues 13 autres consœurs.

    Les religieuses s’organisèrent en communauté et passaient leur temps à prier. Elles furent condamnées à mort par la Commission populaire qui siégeait dans l’actuelle chapelle Saint-Louis, et transférées au Théâtre antique en attendant d’aller à la guillotine dressée sur le cours Saint-Martin. Trente-deux d’entre elles furent exécutées (16 ursulines, 13 sacramentines, 2 cisterciennes et 1 bénédictine).

    Le 6 juillet : Sœur Marie-Rose, bénédictine de Caderousse (Suzanne Deloye, née à Sérignan en 1741) ;
    le 7 juillet : Sœur Iphigénie, sacramentine de Bollène (Suzanne de Gaillard, née à Bollène en 1761) ;
    le 9 juillet : Sœur Sainte-Mélanie, ursuline de Bollène (Madeleine de Guilhermier, née à Bollène en 1733) et Sœur Marie-des-Anges, ursuline de Bollène (Marie-Anne de Rocher, née à Bollène en 1755) ;
    le 10 juillet : Sœur Sainte-Sophie, ursuline de Bollène (Gertrude d’Alauzier, née à Bollène en 1757) et Sœur Agnés, ursuline de Bollène (Sylvie de Romillon, née à Bollène en 1750) ;
    le 11 juillet : Sœur Sainte-Pélagie, sacramentine de Bollène (Rosalie Bès, née à Beaume-du-Transit en 1753), Sœur Saint Théotiste, sacramentine de Bollène (Elisabeth Pélissier, née à Bollène en 1741), Sœur Saint-Martin, sacramentine de Bollène (Claire Blanc, née à Bollène en 1742) et Sœur Sainte-Sophie, ursuline de Pont-Saint-Esprit (Marguerite d’Albarède, née à Saint-Laurent-de-Carnols en 1740) ;
    le 12 juillet : Sœur Rose, sacramentine de Bollène (Thérèse Talieu, née à Bollène en 1746), Sœur du Bon-Ange, converse sacramentine de Bollène (Marie Cluse, née à Bouvantes en 1761), Sœur Marie de Saint-Henri, cistercienne de Sainte-Catherine d’Avignon (Marguerite de Justamond, née à Bollène en 1746) et Sœur Saint-Bernard, ursuline de Pont-Saint-Esprit (Jeanne de Romillon, née à Bollène en 1753).
    le 13 juillet : Sœur Madeleine, sacramentine de Bollène (Elisabeth Verchières, née à Bollène en 1769), Sœur Marie-de-l’Annonciation, sacramentine de Bollène (Thérèse Faurie, née à Sérignan en 1770), Sœur Saint-Alexis, sacramentine de Bollène (Andrée Minutte, née à Sérignan en 1740), Sœur Saint-François, ursuline de Bollène (Marie-Anne Lambert, née à Pierrelatte en 1742) et Sœur Sainte-Françoise, converse ursuline de Carpentras (Marie-Anne Depeyre, née à Tulette en 1756), Sœur Saint-Gervais, supérieure des ursulines de Bollène (Anastasie de Roquard, née à Bollène en 1749) ;
    le 16 juilletSœur Aimée, sacramentine de Bollène (Rose de Gordon, née à Mondragon en 1733), Sœur Marie-de-Jésus, sacramentine de Bollène (Thérèse Charrensol, née à Richerenches en 1758), Sœur Saint-Joachim, converse sacramentine de Bollène (MarieAnne Béguin-Royal, née à Bouvantes en 1736), Sœur Saint-Michel, converse ursuline de Bollène (Marie-Anne Doux, née à Bollène en 1738), Sœur Saint-André, converse ursuline de Bollène (Marie-Rose Laye, née à Bollène en 1728), Sœur Madeleine, ursuline de Pernes (Dorothée de Justamond, née à Bollène en 1743) et Sœur du Coeur-de-Marie, cistercienne de Sainte-Catherine d’Avignon (Madeleine de Justamond, née à Bollène en 1754) ;
    le 20 juillet : Sœur Saint-Basile, ursuline de Pont-Saint-Esprit (Anne Cartier, née à Livron en 1733) ;
    le 26 juillet : Sœur Saint-Augustin, sacramentine de Bollène (Marguerite Bonnet, née à Sérignan en 1719), Sœur Catherine, ursuline de Pont-Saint-Esprit (Marie-Madeleine de Justamond, née à Bollène en 1724), Sœur Claire, ursuline de Bollène (Claire Dubas, née à Laudun en 1727) et Sœur du Cœur-de-Jésus, supérieure des ursulines de Sisteron (Elisabeth de Consolin, née à Courthézon en 1736).

    Elles montèrent toutes joyeusement à l’échafaud, chantant et priant pour leurs persécuteurs qui admiraient leur courage : « Ces bougresses-là meurent toutes en riant ». Les dix autres religieuses détenues furent sauvées par la chute de Robespierre, le 28 juillet, et libérées en I795.

    Les corps des martyres furent jetés dans des fosses communes, dans le champ Laplane (à Gabet), situé à 4 kilomètres de la ville, au bord de l’Aygues, et une chapelle y fut bâtie en 1832.

    Les 32 religieuses ont été béatifiées par le pape Pie XI (Ambrogio Damiano Achille Ratti, 1922-1939) le 10 mai 1925.

  • Le Nicaragua : une menace pour la stabilité régionale et mondiale

    IMPRIMER

    De Massimo Introvigne sur Bitter Winter :

    Nicaragua : Religieuses et maires de l'opposition dehors, troupes russes à l'intérieur.

    14/07/2022

    Le régime d'Ortega n'est pas seulement une menace pour les droits de l'homme. Désormais, il menace également la stabilité régionale et mondiale.

    The Missionaries of Charity’s helping center in Granada, Nicaragua. It will now disappear. From Twitter.

    Le centre d'aide des Missionnaires de la Charité à Grenade, au Nicaragua. Il va disparaître. De Twitter.

    Le Nicaragua a souvent fait l'actualité ces dernières semaines, pour trois développements principaux. Premièrement, le régime a publié une longue liste noire de plus de deux cents organisations dont le siège est à l'étranger et qui sont désormais interdites au Nicaragua. Cette liste inclut les Missionnaires de la Charité fondés par Mère Theresa, dont les activités en faveur des pauvres les avaient rendus très populaires dans le pays. Bien qu'aucune raison officielle n'ait été fournie pour justifier leur mise sur liste noire, il semble que les religieuses aient été accusées de "représenter des intérêts étrangers" dans le pays. Elles doivent désormais quitter le Nicaragua et leurs installations seront fermées.

    Le cardinal Leopoldo Brenes, archevêque de Managua, a publié une note le 4 juillet, dans laquelle il déclare au nom des évêques catholiques du Nicaragua que, "face à la décision de l'Assemblée nationale d'annuler la personnalité juridique de la fondation des Sœurs Missionnaires de la Charité de Sainte Thérèse de Calcutta, qui apportaient leur aide aux plus pauvres de notre société nicaraguayenne, nous regrettons profondément la douleur de tant de nos frères qui n'auront plus l'attention qu'ils recevaient des Sœurs. En même temps, nous leur exprimons notre gratitude pour le service inestimable qu'elles ont rendu à nos Églises locales. Chères Sœurs, vous pouvez compter sur notre proximité, notre solidarité et nos humbles prières. Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu (Mt 5,8)".

    Dans un deuxième développement inquiétant, le Nicaragua a renouvelé un accord permettant aux troupes russes d'entrer au Nicaragua pour s'y entraîner et effectuer des exercices militaires avec l'armée nicaraguayenne. Cet accord existait déjà auparavant, mais plusieurs pays avaient demandé au Nicaragua de ne pas le renouveler en raison de l'invasion russe en Ukraine. Le régime a ignoré ces suggestions, et joue avec le feu des tensions internationales.

    Troisièmement, les 2 et 4 juillet, la police a occupé les mairies des cinq dernières municipalités dont les maires appartiennent à l'opposition, a hissé des drapeaux du Front sandiniste et a ordonné aux maires de démissionner. Avec ce "coup d'État local", le dernier vestige de démocratie a été éliminé du Nicaragua.

    L'Église catholique continue de protester contre la répression accrue de toute voix dissidente, y compris celle des évêques, des prêtres et des religieuses. Il est cependant clair que le Nicaragua a choisi la voie de la dictature, et compte sur le soutien de la Russie et de la Chine pour être protégé contre ses propres citoyens, dont la patience est à bout après des années d'abus et de corruption.

  • Le pape et l'avortement : quelque chose ne colle pas

    IMPRIMER

    De Riccardo Cascioli sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Le pape et l'avortement, quelque chose ne colle pas

    14-07-2022

    Les interviews du pape François sortent désormais en flux continu, un phénomène dommageable pour l'Église. Il convient toutefois de noter son attitude étrange à l'égard de l'avortement : très sévère pour condamner cette pratique, extrêmement douce pour en tirer les conséquences.

    Franchement, les interviews du pape François ne suffisent pas. Ils sortent tout le temps maintenant. Rien qu'au cours de ces derniers jours, nous en avons eu trois tonnes : l'une avec l'agence argentine Telam, puis avec l'agence britannique Reuters (publiée en plusieurs fois), et enfin avec le radiodiffuseur mexicain Televisa/Univision. En bref, il ne se passe guère de jour sans que l'on doive discuter de telle ou telle sortie du pape François. Un fleuve de paroles qui déferle : des concepts qu'il répète depuis des années déjà ; quelques opinions improvisées sur la situation politique mondiale - souvent discutables sinon embarrassantes, comme ses mots doux à Televisa à l'égard du régime cubain - ; quelques jugements ecclésiaux ou moraux, qui génèrent parfois différentes interprétations et controverses.

    Même les fans les plus extrémistes du pape devraient se rendre compte qu'il s'agit d'interviews qui, au-delà de leur contenu, sont en fin de compte préjudiciables à l'Église et à l'institution de la papauté. Parce que de cette façon, l'autorité du Pape est diminuée, réduite au rang d'un simple expert (il y a des années, il y avait déjà la blague sur le monsieur qui demandait "A-t-il dit quelque chose sur la campagne d'achat de Roma ?"). Mais surtout, elle génère chez les fidèles - et non pas chez eux - une confusion entre ce qui relève de l'opinion personnelle (légitime, mais discutable) et ce qui relève au contraire de l'enseignement de l'Église, qui devrait être la seule véritable préoccupation du Pape.

    Il serait donc bon qu'il arrête ces interviews et, s'il ne le peut vraiment pas, que les journalistes comprennent au moins qu'il n'est pas commode pour eux non plus de vendre un "produit" aussi gonflé.

    Cela dit, malgré toute son importance, il faut au moins noter l'attitude étrange du pape à l'égard de l'avortement. D'une part, il est très radical dans son jugement : dans l'interview à Reuters, il a répété un concept déjà exprimé dans le passé, "c'est comme engager un tueur à gages" ; et ensuite : "Est-il licite, est-il juste d'éliminer une vie humaine pour résoudre un problème ?". Mais dans la même interview, il reste neutre par rapport à l'arrêt de la Cour suprême qui a nié le droit à l'avortement : le pape dit qu'il "respecte l'arrêt" mais ne peut pas entrer dans les questions technico-juridiques. Une réponse "diplomatique" incompréhensible, étant donné qu'il n'y a rien de difficile à comprendre dans le sens de l'arrêt. Puis, pire encore, il lance une torpille contre l'évêque de San Francisco, Monseigneur Cordileone, qui - en accord avec le Catéchisme et le Code de droit canonique - a décidé de refuser la communion à la leader démocrate Nancy Pelosi pour son soutien ouvert à l'avortement : " Quand l'Église perd sa nature pastorale, quand un évêque perd sa nature pastorale, cela crée un problème politique ", a déclaré le pape. Et quelques jours plus tôt, il avait ouvertement désavoué Monseigneur Cordileone, accueillant Pelosi au Vatican et la laissant communier à la messe de Saint-Pierre que le pape lui-même avait commencé à célébrer (au milieu de la messe, il a demandé à un cardinal de poursuivre la célébration).

    Lire la suite

  • Vatican : qui sera le plus sinophile ? Sant’Egidio est en tête

    IMPRIMER

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso, en traduction française sur Diakonos.be :

    Au Vatican, c’est à qui sera le plus sinophile. Sant’Egidio est en tête

    Sur la photo ci-dessus, le cardinal Joseph Zen Zekiun brandit une pancarte pour réclamer la libération de l’évêque de Xuanhua, Augustin Cui Tai, 72 ans, emprisonné à plusieurs reprises en 2007 pour des périodes plus ou moins longues, et de nouveau enfermé dans un endroit inconnu.

    Mgr Tai n’est pas le seul évêque de Chine à s’être retrouvé derrière les barreaux ou assigné à résidence. L’évêque de Xinxiang, Joseph Zhang Weizhu, a été emprisonné le 21 mai 2021 et est depuis lors détenu on ne sait où. L’évêque de Wenzhou, Pierre Shao Zumin a été arrêté le 21 avril dernier. Celui de Zhengding, Jules Jia Zhiguo, le 15 août 2020. L’évêque auxiliaire de Xiapu-Mindong, Vincent Guo Xijin a été mis en résidence surveillée et a dû se démettre de toutes ses charges.

    Ce qui est encore plus scandaleux, c’est la privation de liberté infligée à l‘évêque de Shanghai, Mgr Thaddée Ma Daqin, destitué par les autorités chinoises le jour même de son ordination épiscopale en 2012 pour s’être dissocié de l’Association patriotique des catholiques chinois, le principal instrument à travers lequel le régime contrôle l’Église, et assigné à résidence sans interruption depuis lors, malgré l’acte public de soumission auquel il a consenti en 2015.

    Sans parler du sort réservé au cardinal Zen en personne, évêque de Hong Kong de 2002 à 2009, arrêté le 11 mai de cette année et relâché après le paiement d’une caution dans l’attente d’un procès pour atteinte à la sécurité nationale et collusion avec des pouvoirs étrangers.

    Sous le pontificat de François, pas un seul mot n’a été publiquement prononcé par lui ou les autorités vaticanes pour demander que soit levées les restrictions imposées à ces évêques, ainsi qu’à de nombreux prêtres et fidèles qui subissent le même sort en Chine et à Hong Kong.

    Et pourtant, un accord « provisoire et secret » sur la nomination des évêques est en vigueur depuis le 22 octobre 2018 entre la Chine et le Saint-Siège, d’une durée de deux ans, renouvelé le 22 octobre 2020 et à présent de nouveau proche de son échéance. Avec un Pape François qui déclare vouloir le prolonger une fois encore en l’état, parce que « face à une situation fermée, il faut chercher la voie du possible, pas la voie idéale ».

    Lire la suite

  • Il parait qu'avoir des enfants nuit à l'environnement...

    IMPRIMER

    De Judikael Hirel sur la Sélection du Jour :

    LES FAMILLES NOMBREUSES POLLUENT-ELLES LA PLANÈTE ?

    Désormais, il parait qu'avoir des enfants nuit à l'environnement. Les familles nombreuses s'étaient, à la longue, habituées aux critiques et aux regards parfois acerbes de celles et ceux qui n’ont pas fait ce choix. Mais voilà qu'on leur reproche maintenant leur inconscience, leur égoïsme : elles ne pensent pas aux générations futures. Elle accélèrent le suicide de notre planète, elles exposent un être innocent à un avenir atroce sur une planète inéluctablement brûlante. Peut-être est-ce pour cela que l’on voit, dans les grandes métropoles, de plus en plus de jeunes couples préférant avoir un chien plutôt qu’un enfant. À tel point qu'apparaissent même des poussettes à chien, des psychologues pour chien… Quand l’Espérance n’est pas au rendez-vous, la peur de la fin du monde devient environnementale. Ainsi, avoir des enfants contribuerait à polluer la planète : un enfant génère 58,3 tonnes de dioxyde de carbone par an, selon une étude menée par des chercheurs de l’université suédoise de Lund. Oui, on mesure le degré de pollution d’un enfant comme on pourrait le faire d’une voiture ou d’un smartphone… Quelle étrange vision de l’être humain, notamment à naître !

    Faut-il limiter les naissances pour sauver la planète ? C’est ce que défendait récemment l’essayiste et prospectiviste Antoine Bueno dans un débat avec le philosophe et père d’une famille nombreuse Fabrice Hadjadj, dans les colonnes du Figaro Magazine. Pour Antoine Bueno, reprenant une vieille antienne de l’écologie extrême, c’est le cas. Il va jusqu’à parler de "comportement écocidaire" Fonder une famille nombreuse doit selon lui être considéré comme un comportement d’indifférence ou d’inconscience écologique. On retrouve là un discours prôné depuis des décennies par certains militants écologistes extrêmes, tels Yves Cochet. Le contrôle total des naissances à la chinoise n'est jamais loin derrière un tel discours. Pourtant, l’impact écologique de l’humanité dépend en fait à la fois du nombre d’habitants et de leur mode de vie. Et, comme le rappelait le philosophe dans cet échange, "la vie peut-elle se ramener à des problèmes techniques ? Est-ce une atteinte contre l’environnement de fonder une famille nombreuse ?"

    Après les Dinks ("Double income, no kids", "deux revenus, pas d’enfants") si appréciés des banquiers, place désormais aux Ginks, pour "Green inclinations, no kids " (souci écologique, pas d’enfants). On connaissait déjà la honte de prendre l'avion, voici donc celle d'engendrer. Pour sauver la planète, dans un monde entre guerre, violence et réchauffement climatique, certains jeunes gens ne veulent tout simplement pas avoir d’enfants. Ils contribuent au passage au vieillissement de la population dans leur pays, et amplifient les conséquences du grand défi migratoire auquel est désormais confronté la "vieille" Europe face à la jeune Afrique.

    Le meilleur moyen pour réduire son empreinte carbone est-il vraiment d’avoir moins d'enfants ou de ne pas en avoir du tout ? Posée ainsi, la question peut sembler absurde. Cette réification de l’enfant à naître est en soi aussi inhumaine que désespérée. Pourtant, cette petite musique de la dénatalité se diffuse peu à peu. Jusqu’à l’AFP qui, dans une infographie diffusée il y a quelques mois de cela, citait une étude de l'"Environnemental Research Letters" soulignant le fait d' "avoir un enfant en moins" comme la mesure la plus efficace pour réduire son empreinte carbone. En 1798, Thomas Malthus publiait son Essai sur le principe de la population. Il y expliquait que la population allait augmenter plus vite que les ressources disponibles. Au fond, rien de nouveau sous le (chaud) soleil… Ce malthusianisme revu à la sauce environnementaliste d’un nouveau siècle en revient aux mêmes solutions que celles proposées alors par le prêtre anglican : limiter les naissances en arrêtant d'aider les plus pauvres, afin de ne pas encourager leur reproduction. Demain, avec une population mondiale estimée à 9 milliards de personnes en 2050, puis 11 milliards en 2100, en viendra-t-on à imposer un contrôle démographique à l’échelle mondiale, un planning familial planétaire au nom de La Défense de l’environnement ? Qui sait ?

    Pour aller plus loin : Fabrice Hadjadj, apologie de la maternité et de la paternité

  • James Su Zhimin : le 90ème anniversaire d'un évêque catholique chinois peut-être mort

    IMPRIMER

    De Zhang Feng sur Bitter Winter :

    James Su Zhimin : Célébrer l'anniversaire d'un évêque catholique qui est peut-être mort

    12 juillet 2022

    Le populaire évêque de Baoding aurait eu 90 ans au début du mois, mais personne ne l'a vu depuis 2003.

    Le 10 juillet 2022, l'évêque catholique James Su Zhimin a eu 90 ans. Du moins, le 10 juillet est la date à laquelle son anniversaire a été le plus souvent célébré, bien que dans certains documents officiels, sa date de naissance soit indiquée comme étant le 1er juillet 1932. Les catholiques de son diocèse de Baoding, dans la province du Hebei, ont commencé à préparer les célébrations de son 90e anniversaire en 2021. Il y avait cependant un problème : ils ne savaient pas si leur évêque était vivant ou mort. Il est en prison depuis 1997 et a été vu pour la dernière fois par ses coreligionnaires en 2003.

    Très vite, cependant, un deuxième problème est apparu pour les catholiques de Baoding. Ils ont été informés par le PCC qu'il était absolument interdit de célébrer l'anniversaire de l'évêque Su. Le contexte de Baoding est particulièrement problématique pour le Parti communiste. Nonobstant l'accord Vatican-Chine de 2018, c'est l'un des centres les plus importants du pays pour les "objecteurs de conscience", c'est-à-dire les prêtres et les laïcs catholiques qui refusent la suggestion du Vatican de rejoindre l'Église catholique patriotique, et poursuivent une existence précaire en dehors des structures officielles.

    À partir de janvier 2022, également dans le but d'empêcher les célébrations de juillet, au moins dix prêtres catholiques du diocèse de Baoding qui sont des objecteurs de conscience ont été arrêtés. La surveillance s'est accrue à l'approche de juillet. Pourtant, il a été rapporté à Bitter Winter que des messes, lorsque des prêtres étaient disponibles, ou d'autres cérémonies clandestines pour honorer l'évêque James Su Zhimin le jour de son anniversaire ont été célébrées dans des maisons privées à Baoding, Ansu, et ailleurs, échappant à la surveillance de la police.

    Un objecteur de conscience laïc d'Ansu a raconté à Bitter Winter que des milliers de personnes ont prié pour l'évêque dans tout le diocèse, en petits groupes "et dans certains cas pas si petits". "Si l'évêque Su est mort, a-t-il dit, il a eu un anniversaire glorieux au Ciel".

    L'évêque James Su Zhimin est largement considéré comme un héros par les catholiques chinois. Leader catholique laïc, il a été arrêté trois fois entre 1956 et 1975. Libéré en 1979, il a étudié clandestinement pour devenir prêtre et a été ordonné en 1981 à l'âge de 49 ans. Cela lui vaut une quatrième arrestation en 1982. Libéré en 1986, il a été choisi en 1988 comme évêque auxiliaire de Baoding, et a été promptement arrêté à nouveau, pour la cinquième fois.

    Après sa libération, il est consacré évêque dans l'église clandestine en 1993, et promu par le Saint-Siège évêque de Baoding en 1995, ce qui lui vaut sa sixième arrestation. Son cas commence à être connu à l'étranger et, à la demande expresse des États-Unis, il est libéré, puis placé en résidence surveillée (ce qu'il considère comme sa septième arrestation). Comme il continue d'être populaire parmi les catholiques, il est à nouveau emprisonné en 1997.

    Cette huitième arrestation fut la dernière. Le PCC a réussi à garder secret le nom de la prison où il a été détenu. Il a été "découvert" par hasard par des proches dans un hôpital de Baoding où il avait été emmené pour des problèmes oculaires en 2003. Mais dès qu'il a été reconnu, la police l'a emmené hors de l'hôpital. C'est la dernière fois que des proches ou des amis l'ont vu, bien qu'en 2015, sa famille ait appris qu'il était vivant et qu'il serait libéré si le Vatican "améliorait" ses relations avec la Chine.

    Cela s'est produit avec l'accord Vatican-Chine de 2018, et les catholiques de Baoding s'attendaient pleinement à ce qu'avec la signature de cet accord, l'évêque Su soit libéré. Mais cela ne s'est pas produit - peut-être parce qu'il n'était plus en vie.

    "Les accords et le dialogue ne peuvent pas être basés sur des mensonges", nous a dit l'objecteur de conscience catholique d'Ansu qui s'est confié à Bitter Winter. "Si l'évêque Su est vivant, ils devraient le libérer. Après sa dernière arrestation, ils l'auraient gardé en prison pendant vingt-cinq ans. S'il est mort, ils devraient dire au Vatican et à nous ce qui lui est arrivé. Avant de signer pour le renouvellement de l'accord, le Vatican devrait demander résolument au PCC de dire la vérité sur l'évêque Su."

  • Les sympathies castristes du pape François

    IMPRIMER

    Dans l'interview diffusée par Univision mardi, le pape François a révélé que des dialogues sont en cours pour améliorer les relations entre les États-Unis et Cuba. (source)

    "J'aime beaucoup le peuple cubain. J'ai eu de bonnes relations humaines avec le peuple cubain. J'avoue aussi que j'entretiens une relation humaine avec Raul Castro", a-t-il souligné, ajoutant qu'il était heureux lorsque Cuba et les États-Unis ont entamé un processus de normalisation de leurs relations en 2014.

    "J'étais heureux lorsque ce petit accord avec les États-Unis a été conclu. C'était un bon pas en avant, mais il s'est arrêté", a déclaré le pape François, soulignant que des pourparlers exploratoires ont désormais lieu "pour réduire la distance" entre les parties.

    "Cuba est un symbole. Cuba a une grande histoire. Je me sens très proche, très proche, même des évêques cubains", a-t-il ajouté.

    Dans l'interview accordée à Univision, le pape a également abordé d'autres questions internationales d'actualité, telles que la crise en Ukraine et les effets de la pandémie de COVID-19.

    "Depuis des années, nous vivons la troisième guerre mondiale par bribes, par chapitres, avec des guerres partout", a-t-il déclaré, soulignant que les conflits armés "qui nous sont imposés" nous ont fait perdre "la conscience de la guerre."

    "L'humanité continue à fabriquer des armes", a déploré le pape, ajoutant que la guerre asservit et déshumanise. "L'utilisation et la possession d'armes nucléaires sont immorales et nous ne pouvons pas jouer avec la mort à portée de main".

     

    De son côté, María Elvira Salazar (fille d'exilés cubains et membre de la Chambre des Représentants des USA) regrette que le pape François "soit l'ami de quelqu'un qui a réprimé tant de catholiques sur l'île" (source) :

    "Je ne peux pas concevoir que le pape soit l'ami de quelqu'un qui a réprimé tant de catholiques sur l'île", a déclaré la congressiste cubano-américaine.

    Salazar regrette que le pape François soit "ami" de la dictature de Castro

    En apprenant les commentaires du pape François sur sa "relation humaine" avec le dictateur Raúl Castro, la députée cubano-américaine María Elvira Salazar n'a pu cacher sa "déception" face à la position du plus haut représentant de l'Église catholique.

    À l'occasion de l'anniversaire des manifestations historiques du 11 juillet, le Souverain Pontife a été interviewé par les journalistes mexicaines María Antonieta Collins et Valentina Alazraki, qui n'ont pas hésité à lui demander son avis sur la situation à Cuba.

    "J'aime beaucoup le peuple cubain et j'ai eu de bonnes relations humaines avec les Cubains. Et j'avoue aussi que j'ai une relation humaine avec Raúl Castro", a-t-elle admis.

    Dans un message partagé sur les réseaux sociaux, María Elvira Salazar s'est dite "déçue mais pas surprise par la "relation humaine" du pape François avec le dictateur Castro".

    "Déçue parce que je ne peux pas concevoir que le Pape soit l'ami de quelqu'un qui a réprimé tant de catholiques sur l'île. Je ne suis pas surprise car ce n'est pas la première fois qu'il montre son affection pour le régime cubain", a déclaré la députée cubano-américaine.