Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Politique - Page 3

  • 7 bienheureuses martyres espagnoles victimes des "Rouges" en 1936 (27 juillet)

    IMPRIMER

    D'Evangile au Quotidien :

    BBses Raymonde Fossas Romans et consœurs

    MARTYRES († 1936)

    Fête Le 27 Juillet

    BBses Ramona Fossas Románs, Adelfa Soro Bo,
    Reginalda Picas Planas,Teresa Prats Martí,
    Ramona Perramón Vila, Rosa Jutglar Gallart,
    Otilia Alonso González. Martyres le 27 juillet 1936

    Le 28 octobre 2007, le card. José Saraiva Martins, Préfet de la Congrégation pour les Causes des Saints, représentant le Pape Benoît XVI, a présidé, à Rome, la Messe de béatification de 498 martyrs des “persécutions religieuses” de la guerre civile espagnole. Ces catholiques ont été tués dans diverses circonstances en 1934, 1936 ou 1937 ; parmi eux il y avait deux évêques, vingt-quatre prêtres, quatre cent soixante-deux religieux, trois diacres ou séminaristes et sept laïcs qui « versèrent leur sang pour rendre témoignage de l'Evangile de Jésus Christ…soient dorénavant appelés du nom de bienheureux et que leur fête soit célébrée chaque année le 6 novembre dans les lieux et selon les modalités établies par le droit. » (>>> Lettre du Pape Benoît XVI).

     Commémoration propre à l’Ordre en date du 26 juillet

    Ramona Fossas Románs, naît à Ripoll (Gérone) le 1er novembre 1881. Elle fréquente le collège des Carmélites de la Charité. À 19 ans elle perd son père, et étant l’aînée de 4, elle aide sa mère dans son travail de modiste. Elle visite les pauvres et les malades, chez eux ou à l’hôpital. Elle entre chez les Dominicaines de l’Anunciata le 6 juillet 1903. Elle appartient aux communautés de Vic, Villanueva de Castellón (Valencia), Valencia, Sant Viçens de Castellet (Barcelone), Játiva (Valencia), Castell del Remei (Lérida), Gérone, Pineda de Mar, Canet de Mar, monastère de Montserrat, et Barcelone-Trafalgar, comme prieure dans les trois derniers.

    Le 27 juillet 1936 les persécuteurs ordonnent aux sœurs Ramona Fossas, Adelfa Soro, Teresa Prats, Otilia Alonso et Ramona Perramón de sortir de leur couvent de la rue de Trafalgar, pour interrogatoires. Ils déployèrent la plus grande insistance pour qu’elles apostasient leur foi, abandonnent la profession religieuse et accèdent à leurs propositions malhonnêtes, mais elles répondirent avec une sérénité et une foi invincibles. Sous prétexte de les ramener au couvent, ils les firent monter dans un camion, qui prit la direction de la montagne du Tibidabo. Passé le village de Vallvidrera, ils les firent descendre du véhicule et les fusillèrent une à une. Mais deux d’entre elles survécurent quelques heures et purent raconter leur « passion ». La sœur Fossas avait 54 ans.

    Lire la suite

  • François-Xavier Bellamy soumis à la question

    IMPRIMER

  • Birmanie : intensification des attaques de la junte militaire contre des villages catholiques

    IMPRIMER

    De Vatican News (Anna Poce) :

    Birmanie: l’appel de l'archevêque de Mandalay à respecter la vie humaine

    Mgr Marco Tin Win, archevêque de Mandalay, s’est récemment exprimé face à l'intensification des attaques de la junte militaire contre les villages catholiques de la région centrale de Sagaing, qui ont forcé des milliers de personnes à prendre la fuite.

    21 juillet 2022

    «C'est vraiment une grande peine d'apprendre la souffrance de milliers de personnes, en particulier dans les villages catholiques, dont les maisons ont été incendiées, les biens pillés, et qui sont devenues sans abri, déplacées et ont un besoin urgent de nourriture et d’un toit». Tel est le cri de Mgr Tin Win dans un message vidéo paru le 17 juillet, et repris par l’agence UCA News. L’archevêque de Mandalay, seconde ville la plus peuplée de Birmanie située dans le nord du pays, décrit des villages devenus «une terre de cendres, sans maisons, sans arbres et sans oiseaux».

    Les habitants sont aujourd'hui dans une situation très précaire. Or «la nourriture, les vêtements, le logement et les soins de santé sont des droits fondamentaux de tous les êtres humains, ils doivent donc être prioritaires», souligne l'archevêque, appelant les parties impliquées «à ne pas brûler et détruire les maisons des civils et à respecter leurs biens».

    La guerre en Birmanie a été au menu des discussions entre les évêques du pays lors de leur assemblée plénière qui s’est achevée le 10 juin dernier. Dans leur déclaration finale, ...

    Le message du prélat intervient alors que les frappes aériennes de l'armée et le bombardement de plusieurs villages se sont intensifiées dans le but d'affaiblir la résistance des forces de défense du peuple. Le nombre de victimes et les dommages causés aux maisons et aux civils restent inconnus. Mgr Tin Win exprime aussi son inquiétude concernant les personnes disparues dans plusieurs régions du pays. Selon les enseignements de l'Église, conclut-il dans cette vidéo, l'existence humaine et la dignité humaine doivent être respectées.

    Les villages catholiques particulièrement visés - Monhla, Chaung Yoe et Chan Thar - font partie de l'archidiocèse de Mandalay, et sont connus sous le nom de villages bayingyi, c’est-à-dire dont la population revendique une ascendance portugaise. De nombreux religieux sont nés dans ces villages. Le cardinal Charles Maung Bo lui-même, archevêque de Yangon, est originaire de Monhla, un lieu historique où bouddhistes et catholiques cohabitent pacifiquement depuis des décennies.

    Une guerre sans fin

    Ces derniers temps, les prélats catholiques ont appelé à plusieurs reprises au respect de la vie humaine et des lieux de culte, des hôpitaux et des écoles dans cette nation d'Asie du Sud-Est déchirée par le conflit. Mais bien que le cardinal Bo ait également rencontré le chef de la junte militaire, Min Aung Hlaing, en décembre dernier, le régime a continué à attaquer les civils, et des dizaines d'églises dans les États de Kayah et de Chin ont été détruites ; des prêtres et des pasteurs sont arrêtés et tués.

    Depuis le coup d'État des forces armées birmanes en février 2021, qui a renversé le gouvernement d'Aung San Suu Kyi, près de 2 100 personnes sont mortes, dont plus de 100 enfants, et plus de 1 400 ont été arrêtées.

  • Quand le massacre des chrétiens nigérians risque de dégénérer en génocide : que faire ?

    IMPRIMER

    De Marco Respinti sur Bitter Winter :

    Soutenir les chrétiens persécutés au Nigeria : Un entretien avec la députée croate Marijana Petir

    25/07/2022

    Le massacre des chrétiens nigérians risque de dégénérer en génocide. Une politicienne croate explique comment nous pouvons aider.

    Alors que le meurtre du père John Mark Cheitnum, du presbytère de l'église catholique Christ the King dans la ville de Lere, dans l'État de Kaduna, au nord du Nigéria, est toujours d'actualité, certains médias l'imputent à des conflits territoriaux et à des inégalités sociales. La vérité est différente. "La violence islamiste ou ultra-fondamentaliste (à ne pas confondre avec l'islam en tant que tel, ce qui permet d'éviter les accusations mal fondées d'"islamophobie") fait payer un tribut sanglant aux chrétiens du Nigeria. Boko Haram, la province d'Afrique de l'Ouest de l'État islamique (branche locale d'ISIS) et les bergers nomades Fulani tentent ouvertement d'éliminer les chrétiens d'une grande partie du pays. Les observateurs recueillent des documents et des témoignages pour comprendre si derrière ce massacre systématique se cache un plan stratégique. Dans ce cas, le terme "génocide" serait le plus juste culturellement, politiquement et juridiquement.

    Lors d'une conférence au Parlement européen à Bruxelles, organisée par l'Intergroupe sur la liberté de religion ou de conviction et la tolérance religieuse le 12 juillet, des experts, se référant également aux données fournies par Open Doors, ont rappelé qu'au Nigeria, les chrétiens sont un peu plus de 98 millions, soit près de la moitié des 211,5 millions d'habitants du pays. De juillet 2009 à août 2021, 43 000 chrétiens ont été tués par les djihadistes et leurs partisans. On estime que 17 500 églises et plus de 2 000 écoles chrétiennes ont été attaquées. Dans le nord du pays, 10 millions de chrétiens ont dû fuir leurs maisons et 6 millions d'autres ont dû s'échapper pour éviter d'être tués, tandis que plus de 500 communautés ont été pillées.

    L'impression de beaucoup est que le gouvernement, dirigé par le président Muhammadu Buhari, est bien trop faible face à cette violence. Certains soulignent même que Buhari est issu d'une famille peul.

    Comme l'a déclaré à cet auteur Ján Figeľ, ancien envoyé spécial de la Commission européenne pour la promotion de la liberté de religion en dehors de l'UE, "le Nigeria, en tant que plus grand pays africain, ne doit pas être sous-estimé ou abandonné par la communauté internationale à ses problèmes douloureux et multiples. Les attaques sanglantes répétées contre les communautés chrétiennes par des islamistes militants doivent cesser, et ceux qui ont commis des crimes doivent être poursuivis par les autorités de l'État. Le président Buhari et le gouvernement du Nigeria doivent faire preuve d'efforts réels en faveur de la justice pour tous. La justice est cruciale pour la dignité des personnes, pour la paix, la stabilité et le développement durable de cet important pays."

    Lire la suite

  • L'accord Vatican-Chine et le Pape François : Renouveler ou ne pas renouveler ?

    IMPRIMER

    De Massimo Introvigne sur Bitter Winter :

    L'accord Vatican-Chine et le Pape François : Renouveler ou ne pas renouveler ?

    25/07/2022

    Le Pape est largement critiqué pour sa déclaration selon laquelle "l'accord est bon et j'espère qu'il pourra être renouvelé". Ne pas le renouveler peut aussi être un problème.

    Au début du mois, le pape François a été interviewé par Reuters au sujet de l'accord Vatican-Chine de 2018, qui doit être renouvelé pour la deuxième fois pour deux ans en octobre 2022. Le portail d'information du Vatican a reproduit la partie de l'interview concernant la Chine, la rendant ainsi un peu plus officielle. 

    François a déclaré que "l'accord est bon, et j'espère qu'il pourra être renouvelé en octobre." Il a ajouté : "Les choses avancent lentement, mais [certains évêques] ont été nommés. Cela va lentement, comme je le dis, 'à la chinoise', parce que les Chinois ont ce sens du temps, que personne ne peut les presser." Il estime également que les autorités chinoises "ont aussi des problèmes parce que la situation n'est pas la même dans toutes les régions du pays", et que la façon dont l'accord est mis en œuvre "dépend des dirigeants locaux, il y en a différents."

    Répondant implicitement aux critiques formulées par le cardinal à la retraite de Hong Kong, Joseph Zen, et d'autres personnes, selon lesquelles il serait trompé par son secrétaire d'État, le cardinal Pietro Parolin, le pape a ajouté que "celui qui s'occupe de cet accord est le cardinal Parolin, qui est le meilleur diplomate du Saint-Siège, un homme de haut rang diplomatique. Et il sait comment bouger, c'est un homme de dialogue, et il dialogue avec les autorités chinoises. Je crois que la commission qu'il préside a tout fait pour aller de l'avant et chercher une issue. Et ils l'ont trouvée".

    Le raisonnement de François pour cette défense est que les diplomates du Vatican ont toujours été critiqués pour leurs relations avec les régimes totalitaires, pour ensuite être réhabilités après plusieurs décennies. "Beaucoup de gens ont dit tant de choses contre Jean XXIII, contre Paul VI, contre [le cardinal Agostino] Casaroli", a déclaré François. "Mais la diplomatie est ainsi faite. Face à une situation fermée, il faut chercher la voie possible, pas la voie idéale. La diplomatie est l'art du possible et de faire en sorte que ce qui est possible devienne une réalité. Le Saint-Siège a toujours eu ces grands hommes. Mais cette [diplomatie] avec la Chine est menée par Parolin, qui est grand dans ce domaine."

    Le pape se réfère ici à une interprétation historique, selon laquelle la soi-disant Ostpolitik promue par le cardinal Casaroli, que de nombreux chrétiens d'Europe de l'Est ont perçue comme "douce avec le communisme", a en fait échangé une certaine légitimation de l'Union soviétique par le Saint-Siège contre des espaces de liberté pour l'Église catholique dans les pays satellites, limités comme ils l'étaient, préparant la chute des régimes communistes. Il s'agit d'une interprétation controversée de l'histoire, mais elle a ses partisans universitaires.

    Lire la suite

  • En finir avec les véhicules thermiques : un suicide européen ?

    IMPRIMER

    De Judikael Hirel sur La Sélection du Jour :

    La fin des véhicules thermiques, un suicide européen

    C’est sans doute l’équivalent automobile du concept de lâcher la proie pour l’ombre. Et ce par pure idéologie. Déjà, en 2015, le Dieselgate initié par l’Agence Américaine de protection de l’Environnement (EPA) portait un premier coup de boutoir à l’industrie automobile européenne. Vu d'outre-Atlantique, les procès et affaires sont toujours une façon efficace de s’attaquer aux concurrents vous faisant de l’ombre. Mais l’approbation par le parlement européen de la proposition de Bruxelles de réduire à zéro les émissions des automobiles neuves à partir de 2035 devrait être bien pire encore.

    Dans seulement treize ans, seuls les véhicules électriques seront autorisés à la vente sur le Vieux continent, au nom de la réduction de la consommation d’énergies fossiles. Soit, mais est-ce bien raisonnable tant en termes d’économie que d’écologie ? "On ne se base pas sur une décision technologique, mais politique, a pour sa part dénoncé Luc Chatel, président de la Plateforme automobile (PFA). On demande à une filière européenne n°1 mondial, facteur de souveraineté, où l’on maîtrise toute la chaine de valeur, d’arrêter presque du jour au lendemain"précisait-il récemment sur l’antenne de Sud Radio. Le premier impact de cette décision européenne sera sur l’emploi : l’industrie automobile européenne produit 7% du PIB et emploie 10% de de la main d’œuvre manufacturière. Ce sont 100 000 emplois qui sont directement menacés au sein de la filière industrielle française.

    À cela s’ajoute, surtout, le remplacement d’une dépendance aux producteurs de pétroles par une dépendance minière. "Aujourd’hui, on ne fabrique pas de batteries en France. On a lancé trois gigafactories, mais pour l’instant, elles sont importées de Chine, rappelle Luc Châtel. En termes de souveraineté, nous allons devenir dépendants de la Chine, de la Russie, du Congo, du Cameroun sur l’extraction des métaux rares." Non seulement l’extraction du lithium est tout sauf respectueuse de l’environnement, mais en plus la Chine a littéralement fait main basse sur les gisements à travers le monde, en sus de ceux présents sur son propre territoire. Or les métaux rares et semi rares sont très concentrés à la surface du globe. La moitié des réserves de cobalt se trouve en RDC. Brésil, Chine et Turquie possèdent les deux tiers des réserves de graphite, l’Argentine et le Chili les trois quarts des réserves de lithium…

    Cette décision européenne ouvre aussi un boulevard aux marques automobiles chinoises à bas prix. En effet, le prix de vente moyen – et la marge pour le constructeur – d’un véhicule électrique est actuellement trop élevé pour le commun des clients. En arrêtant de produire des véhicules thermiques, les constructeurs européens vont ainsi laisser le champ libre aux marques chinoises et à leurs petits modèles. Des véhicules produits en Chine, majoritairement à partir d’énergie générée par… des centrales à charbon ! "Grâce au boulevard que nous venons de leur offrir, ce sont près de 80 labels chinois qui pourraient, à relativement brève échéance, débarquer sur l’Ancien continent !", soulignait une tribune récemment publiée par Capital.

    Dans quelques années, y aura-t-il assez de clients pour acheter des voitures électriques coûtant 50% plus cher que les thermiques, accessoirement très rentables pour les marques, qui gagnent plus en vendant moins de véhicules ? Disposera-t-on d’assez de bornes de recharge pour tant de voitures ? Et, dans le nouveau contexte d’économie de guerre engendré par l’invasion de l’Ukraine par la Russie, disposera-t-on seulement d’assez d’électricité décarbonée pour les faire rouler ? En 2030, après une décennie à marche forcée vers le tout électrique, il sera de toutes façons trop tard pour faire marche arrière.

    Pour aller plus loin :

    La fin du thermique en Europe ouvre un boulevard aux marques chinoises

    >>> Lire l'article sur Capital

  • Attaque à la roquette en Syrie : deux morts et douze blessés lors de l'inauguration d'une église

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    ASIE/SYRIE - Attentat lors de l'inauguration de l'église Sainte-Sophie, voulue par les Russes

    25 juillet 2022  
     

    Hama (Agence Fides) - Au moins deux personnes ont été tuées et douze autres blessées dans une attaque à la roquette qui a touché dimanche 24 juillet la foule réunie pour l'inauguration d'une petite église près du village syrien d'al-Suqaylabiyah, non loin de la ville de Hama. La petite église que l'on inaugurait, destinée à servir la communauté grecque orthodoxe locale, a une histoire singulière : elle entend rappeler l'ancienne basilique constantinopolitaine de Sainte-Sophie (Sainte-Sophie, depuis juillet 2020 également réutilisée comme lieu de culte islamique sur ordre des autorités turques), et a été construite en un temps record sur le territoire syrien à l'initiative et grâce au soutien des secteurs politique et militaire russes.

    Les sources officielles syriennes attribuent l'attaque à des "terroristes" non précisés. L'obus d'artillerie qui a semé la mort et le chagrin parmi les chrétiens qui ont afflué à l'inauguration peut aussi avoir été tiré par un drone. Les milices rebelles et les groupes islamistes armés, qui combattent l'appareil syrien et sont en partie soutenus par la Turquie, contrôlent toujours certaines parties des provinces syriennes d'Idlib, d'Alep, de Hama et de Lattaquié. Deux jours avant l'attaque de la cérémonie d'inauguration de l'église, des bombardements attribués à l'armée de l'air russe avaient tué sept personnes (dont quatre mineurs) dans la région d'Idlib. Yohann X, le Patriarche grec orthodoxe d'Antioche, a également qualifié l'attaque contre l'inauguration du lieu de culte chrétien de "lâche attaque terroriste" lors d'un appel téléphonique avec l'évêque métropolitain grec orthodoxe de Hama. Le Patriarche - rapporte le site d'information arabe abouna.org - a invoqué la consolation de Dieu sur les proches des victimes et la guérison rapide des blessés.

    À Al-Suqaylabiyah, comme le rapporte l'Agence Fides (voir Fides 29/7/2020), il y a deux ans, la construction d'une église dédiée à la Divine Sagesse avait commencé, avec le soutien du gouvernement de Damas et avec l'appui des secteurs politiques et militaires russes, érigée dans l'intention déclarée de reproduire, bien qu'en dimensions réduites, le profil architectural de Sainte-Sophie, l'ancienne basilique byzantine de Constantinople - aujourd'hui Istanbul - aujourd'hui réutilisée comme mosquée sur ordre des autorités turques.

    La "mini-Sophie" syrienne a été présentée par des sources liées au gouvernement de Damas comme une sorte de réponse russo-syrienne à la décision turque de rouvrir Sainte-Sophie au culte islamique.

    Avant la guerre en Syrie, la ville d'al Suqaylabiyah était habitée par environ 20 000 chrétiens orthodoxes. Selon des rumeurs invérifiables, la pose de la première pierre de l'église a eu lieu en présence de membres de la Douma de Moscou (le Parlement russe) et avec l'approbation des hiérarchies du Patriarcat grec orthodoxe d'Antioche (basé à Damas). Selon certains rapports, la construction de l'église a été rendue possible grâce à la contribution opérationnelle directe des militaires russes stationnés sur la base près de Lattaquié. Nadel al Abdullah, connu pour avoir dirigé une milice se présentant comme une force d'autodéfense des chrétiens orthodoxes, avait été le principal promoteur de l'initiative, répertoriée parmi les groupes paramilitaires se rangeant aux côtés de l'armée de Damas dans le conflit contre les miliciens djihadistes de l'autoproclamé État islamique (Daesh) ou de Jabhat al Nusra. Les médias syriens et libanais avaient également relayé à l'époque les déclarations du député russe Vitaly Milonov, également connu dans son pays pour ses campagnes visant à rétablir l'ancien nom de Constantinople dans les publications officielles russes pour désigner l'actuelle ville turque d'Istanbul.

    L'ancienne Sainte-Sophie chrétienne, qui est devenue une mosquée après la conquête ottomane de Constantinople et a été transformée en un simple complexe muséal en 1934 par Mustafa Kemal Ataturk, fondateur de la République moderne de Turquie.

    (GV) (Agence Fides 25/7/2022)

  • Pakistan : les enlèvements et les conversions forcées sont un "problème de droits de l'homme"

    IMPRIMER

    Du site de l'Aide à l'Eglise en Détresse (Etats-Unis) :

    Pakistan : Les enlèvements et les conversions forcées sont un "problème de droits de l'homme".

    13 juillet 2022

    LA QUESTION DES ENLEVEMENTS ET DES CONVERSIONS FORCÉES DE MINEURS APPARTENANT À LA COMMUNAUTÉ CHRÉTIENNE ET À D'AUTRES MINORITÉS RELIGIEUSES AU PAKISTAN est un problème grave que le monde ne peut ignorer, insiste l'archevêque Sebastian Shaw, de Lahore, au Pakistan.  Pour ce prélat, il ne s'agit pas seulement d'une question religieuse, mais d'une question de droits de l'homme. Il dénonce les cas qui touchent tant de familles au Pakistan.

    "Nous avons le devoir de parler de ce qui se passe, pour prévenir ces cas", a déclaré l'archevêque, ajoutant que "les cas d'enlèvements, d'agressions sexuelles, de conversions et de mariages forcés sont un problème de la société pakistanaise que le gouvernement essaie de contrôler."

    Contrairement à ce que l'on pourrait penser, ce problème ne touche pas seulement les filles. "Parfois, les garçons sont aussi kidnappés, abusés sexuellement et souvent tués", explique l'archevêque Shaw.

    "Imaginez la situation de ces parents, qui préparent les cartables de leurs enfants, les envoient en classe, puis ne les revoient plus jamais parce qu'ils ont été kidnappés. Parfois, leurs corps sont retrouvés, et ils peuvent organiser les funérailles et faire leur deuil. Mais dans d'autres cas, les parents ne peuvent que pleurer la disparition de leurs enfants."

    L'enlèvement de mineurs a été analysé dans un document de recherche produit par l'Aide à l'Église en détresse (AED), intitulé "Hear Her Cries". Le Pakistan est l'un des pays où le problème est le plus grave, avec le Mozambique, le Nigeria, l'Égypte, l'Irak et la Syrie.

    L'archevêque a remercié l'AED pour tout le soutien qu'elle a apporté non seulement à son diocèse, mais aussi à l'ensemble de l'Église du Pakistan, et a demandé une aide supplémentaire pour sensibiliser à ces cas qui touchent plusieurs centaines de personnes chaque année.

    Par son témoignage, l'archevêque Shaw espère sensibiliser davantage de personnes à une réalité si souvent ignorée par le monde, mais qui est réellement dramatique pour de nombreuses familles dans ces pays. "Ces enfants ne sont même pas libres de jouer dans le jardin. Nous avons le devoir de parler de ce qui se passe, pour prévenir ces cas", a-t-il déclaré.

    Selon le dernier rapport sur la liberté religieuse dans le monde, publié par l'AED en avril 2021, "le problème des filles chrétiennes et hindoues enlevées a empiré" au cours des dernières années.

    "Asad Iqbal Butt, président de la Commission des droits de l'homme du Pakistan, a noté que le nombre de victimes avait doublé depuis 2018, pour atteindre 2 000 par an. Les ravisseurs, souvent avec la complicité de policiers et de fonctionnaires de justice corrompus, prétendent que les filles sont majeures et se marient de leur plein gré", selon le rapport.

    La situation est grave et, selon le rapport de l'AED, "les plaidoyers des parents, munis de papiers d'identité indiquant l'âge réel des filles, ont trop souvent échoué à mettre fin aux mariages forcés et aux conversions."

    L'archevêque Sebastian Shaw affirme que dans son diocèse, nombre de ces questions ont été abordées grâce au travail d'un groupe interreligieux. "Pour nous, il est très important d'essayer de résoudre ces problèmes sociaux. Il y a des malentendus qui peuvent être surmontés par le dialogue", a-t-il expliqué.

    -Paulo Aido

  • Plus de deux mille martyrs victimes des "Rouges" lors de la guerre civile espagnole

    IMPRIMER

    De Dawn Beutner sur The Catholic World Report :

    Martyrs du communisme de la guerre civile espagnole

    Il y a plus de deux mille martyrs de la guerre civile espagnole dans le calendrier actuel de l'Église, datant de 1934 à 1939.

    23 juillet 2022

    L'année 1936 marque le début d'une horrible guerre civile en Espagne.

    Peut-être que, comme moi, vous ne vous souvenez pas d'avoir appris la guerre civile espagnole en cours d'histoire au lycée. Après tout, le nombre de victimes de la guerre civile espagnole semble faible (un million tout de même ! ndB) par rapport aux millions de morts de la Première et de la Deuxième Guerre mondiale, ainsi que des nombreux autres conflits sanglants du XXe siècle. Il n'est pas surprenant que les manuels d'histoire se concentrent davantage sur les guerres aux causes plus simples et au bilan plus lourd.

    Quels sont les événements qui ont conduit à la guerre civile espagnole ? En 1931, le roi d'Espagne s'est enfui en Angleterre, et le gouvernement qui a été mis en place peu après a été généralement décrit comme inefficace. Deux camps se sont formés pour tenter de prendre le contrôle du pays : les républicains et les nationalistes. Le reste de l'histoire est compliqué (1) mais mérite d'être compris.(2) Cependant, pour les catholiques fidèles d'Espagne, le choix était clair.

    Les dirigeants républicains étaient en grande partie une alliance de socialistes, de communistes et d'anarchistes. Leur objectif premier n'était pas d'assurer la transition pacifique de leur pays vers un meilleur mode de vie pour tous les Espagnols, mais de mener une révolution violente qui renverserait le gouvernement en place et établirait une forme d'État communiste. Quels que soient les reproches que l'on puisse faire au leader nationaliste Francisco Franco et à son règne ultérieur en tant que dictateur fasciste de l'Espagne, pour les catholiques espagnols à l'époque de la guerre, il n'y avait pas de véritable alternative. Les Républicains suivaient le même plan de bataille que celui utilisé dans toutes les autres révolutions communistes, et l'une des tactiques les plus connues dans cette lutte était de tuer les chrétiens.

    En Espagne, cela signifiait tuer les catholiques. Suivant la stratégie évidente selon laquelle il est plus efficace d'exécuter les dirigeants de ceux qui s'opposent à vous, plutôt que la base, les républicains ont particulièrement recherché toute personne portant une soutane ou un habit religieux.

    C'est pourquoi le bienheureux Joan Huguet Cardona a été tué. Il n'avait été ordonné prêtre que depuis un mois lorsque les miliciens républicains sont entrés dans sa ville de Ferreries. Comme il portait une soutane, ils l'ont trouvé rapidement, l'ont arrêté, l'ont obligé à enlever sa soutane et lui ont ordonné de cracher sur un objet de dévotion (une sorte de chapelet) qu'il portait. Lorsqu'il a refusé de le faire, il a été abattu. Cela s'est passé le 23 juillet 1936.

    Lire la suite

  • France : le Conseil constitutionnel valide les dispositions de la "Loi séparatisme" contestées par les Églises

    IMPRIMER

    De Caroline Celle sur le site de l'hebdomadaire La Vie :

    Loi séparatisme : le Conseil constitutionnel valide les dispositions contestées par les Églises

    Vendredi 22 juillet 2022,

    le Conseil constitutionnel a jugé conformes les dispositions que les Églises chrétiennes considéraient comme des atteintes à la liberté de culte, dans la « loi séparatisme ». Concrètement, que cela signifie-t-il pour l’exercice des cultes aujourd’hui ?

     
     

    Le Conseil constitutionnel a rendu sa décision sur le recours porté par la Conférence des évêques, la Fédération protestante et l’Assemblée des évêques orthodoxes de France. Ensemble, les Églises chrétiennes contestaient plusieurs dispositions de la loi séparatisme, rebaptisée « loi confortant les principes de la République », car elles les considéraient comme des atteintes à la liberté de culte.

    Ce vendredi, les neuf sages ont pourtant tranché en leur défaveur, car ils jugent que toutes les dispositions remises en cause par les Églises sont conformes à la Constitution. Ces dispositions de la loi sont donc désormais validées.

    Pour rappel, la nouvelle loi a été promulguée le 24 août 2021 sous le précédent mandat d’Emmanuel Macron. Elle vise à encadrer davantage les cultes, et en particulier à lutter contre le « séparatisme islamiste » selon les mots du président de la République. Mais elle a rapidement suscité l’inquiétude des représentants religieux, car elle suppose une importante réforme du régime des cultes fixé en 1905.

    Pourquoi les Églises ont saisi le Conseil constitutionnel

    Selon les Églises qui ont saisi le Conseil constitutionnel, la nouvelle loi introduit un « régime de contrôle et de contrainte ». Elle oblige notamment les cultes à déclarer tous les cinq ans leur qualité cultuelle devant le préfet, avec des justificatifs à l’appui (liste des lieux de culte, financement…).

    Or, en cas de rejet du préfet, les associations cultuelles perdent les avantages fiscaux qui sont propres à leur statut. Cette disposition est censée permettre à l’État de mieux contrôler ces associations pour qu’elles ne pratiquent pas d’activités cultuelles en dehors du cadre fixé par la loi, comme il est parfois reproché à certaines associations musulmanes ou protestantes évangéliques.

    Les trois assemblées chrétiennes remettent aussi en cause un article qui modifie la législation de 1907 sur l’exercice des cultes. Cet article concerne les associations mixtes, qui relèvent du statut de 1901 et ont à la fois un caractère cultuel et non cultuel (par exemple les groupes de scouts catholiques, les antennes du Secours catholique…). Sur cette base, le préfet peut désormais obliger les associations à inscrire dans leurs statuts le fait qu’elles ont des activités cultuelles, et donc décider de ce qui est cultuel ou non. Il peut aussi obliger ces associations à scinder leur trésorerie entre activités cultuelles et non cultuelles.

    Or, les Églises considèrent cette nouvelle philosophie comme une logique répressive peu adaptée au cadre du culte, et comme une atteinte à la liberté d’association, de culte, de religion et de réunion. Dans une tribune publiée par La Vie, François Clavairoly, alors président de la Fédération protestante de France, dénonçait ce qu’il estimait être une conception soupçonneuse de la laïcité, qui réduit le fait religieux à la sphère privée.

    La décision des Sages

    Le Conseil constitutionnel a rendu une décision défavorable au recours des cultes chrétiens, car il juge conformes à la Constitution de la République les dispositions de la nouvelle loi. De fait, il valide donc la fameuse « loi séparatisme ». « Les dispositions contestées, qui ne privent pas de garanties légales le libre exercice des cultes, ne méconnaissent pas le principe de laïcité », affirme ainsi la décision écrite.

    Sur la question d’un nouveau « régime de contrôle et de contrainte », les neuf sages estiment que les préfets ne feront que contrôler davantage les critères auxquelles les associations ont droit pour percevoir des avantages fiscaux, sans remettre en cause le libre exercice du culte ou « emporter la reconnaissance d’un culte par la République ». Concernant la législation de 1907 sur l’exercice des cultes, les législateurs réfutent également les arguments des Églises chrétiennes car la loi entend, selon eux, « renforcer la transparence de l’activité et du financement des associations assurant l’exercice public du culte ». Dans la Constitution de la République, c’est la valeur de « sauvegarde de l’ordre public » qui est invoquée.

    Le Conseil constitutionnel émet aussi plusieurs réserves d’interprétation. Selon le vocabulaire juridique, la réserve d’interprétation est un procédé qui permet aux juges constitutionnels et au gouvernement de ne pas censurer une disposition légale pour éviter un désaveu cinglant à l’État, mais qui renforce la marge de manœuvre des juges dans l’interprétation de la loi.

    La première réserve des neuf sages concerne le possible retrait des avantages octroyés aux associations cultuelles par les préfets, car ils estiment que cela est « susceptible d’affecter les conditions dans lesquelles une association exerce son activité ». La seconde réserve porte sur la loi de 1907 sur la question du financement et de l’exercice des cultes : « Il appartiendra toutefois au pouvoir réglementaire de veiller (…) à respecter les principes constitutionnels de la liberté d’association et du libre exercice des cultes. » En d’autres termes, l’État doit appliquer les nouvelles dispositions de la loi, sans dépasser le cadre strictement permis par la Constitution.

  • Pensionnats canadiens : un autre son de cloche

    IMPRIMER

    Du site "Pour une école libre au Québec" (archive 30 juin 2021) :

    Ce qu’on ne dit jamais : certains Autochtones ont grandement apprécié leur pensionnat

    Élèves autochtones (Adeline Racette et Emily Bone) du pensionnat d’Assiniboia, à Winnipeg, Manitoba.

    Alors que les églises catholiques du Canada sont vandalisées ou incendiées, il est bon de se rappeler que deux éminents autochtones ont attribué à leurs pensionnats le mérite de leur réussite dans la vie. Il s’agit du dramaturge cri de renommée mondiale Tomson Highway et de la défunte chef de bande dénée d’Inuvik, Cece Hodgson-McCauley. En outre, un certain nombre de personnes ont écrit des récits à la sénatrice Lynn Beyak, aujourd’hui à la retraite, témoignant avoir eu des expériences positives ou avoir entendu des récits de première main de bonnes expériences dans les pensionnats. En 2015, Tomson Highway a déclaré au désormais défunt Huffington Post Canada qu’il avait passé neuf des « années les plus heureuses » de sa vie dans un pensionnat. L’école, appelée le pensionnat Guy Hill, était gérée par les Missionnaires Oblats de Marie Immaculée. Né dans le nord du Manitoba, Highway a été envoyé au pensionnat à l’âge de six ans et y est resté jusqu’à l’âge de 15 ans, rentrant chez lui pour les deux mois de vacances d’été. Il a ensuite été mis en pension dans des familles d’origine européenne tout en terminant ses études secondaires à Winnipeg. « Tout ce qu’on entend, ce sont les choses négatives ; personne ne s’intéresse au positif, à la joie dans cette école », a déclaré Highway au journaliste Joshua Ostroff à propos de Guy Hill. « Neuf des années les plus heureuses de ma vie, je les ai passées… dans cette école », a-t-il poursuivi. « J’ai appris votre langue, pour l’amour de Dieu. Avez-vous appris ma langue ? Non, alors qui est le privilégié et qui est le défavorisé. »

    M. Highway a laissé entendre qu’il y avait autant d’histoires « positives » sur les pensionnats que d’histoires « négatives » entendues par l’enquête « Vérité et réconciliation du Canada » sur le système de pensionnat qui a vu des dizaines de milliers d’enfants des communautés nordiques emmenés loin de leurs familles pour leur éducation. Il a également attribué à son école sa réussite, et aux autres pensionnats la réussite d’autres anciens élèves. « Vous avez peut-être entendu des histoires négatives de la part de 7 000 témoins dans le processus », a déclaré le dramaturge primé. « Mais ce que vous n’avez pas entendu, ce sont les 7 000 rapports qui étaient des histoires positives. Il y a aujourd’hui beaucoup de gens qui ont réussi dans ces écoles, qui ont des carrières brillantes et qui sont des gens très fonctionnels, très heureux, comme moi. J’ai une carrière internationale florissante, et cela ne serait pas arrivé sans cette école ».

    Lire la suite

  • L'Eglise, bouc émissaire de la politique coloniale de l'Etat canadien

    IMPRIMER

    De Luca Marcolivio sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    ENTRE LES INCENDIES ACTUELS ET L'HISTOIRE

    Le Canada et les écoles indigènes, l'Eglise comme bouc émissaire (archive du 8-7-2021)

    Une vingtaine d'églises, dont beaucoup sont catholiques, ont été incendiées ou vandalisées au Canada après la découverte de tombes anonymes d'enfants. À l'origine, il y a le rôle des écoles résidentielles voulues par le gouvernement depuis le XIXe siècle pour l'assimilation des autochtones canadiens, qui mouraient souvent, en l'absence d'aide, de maladie et de faim. Et aujourd'hui, Trudeau s'attaque à l'Église, en essayant de faire oublier les fautes de l'État.

    Au Canada, un choc historique entre l'État et l'Église a lieu. Entre les charniers mis au jour et les églises brûlées, comme souvent, la vérité se cache dans les plis de l'histoire.

    Fin mai déjà, 215 restes d'enfants amérindiens ont été découverts dans une fosse commune sur le terrain d'une ancienne école catholique à Kamloops, en Colombie-Britannique. L'école était l'un des nombreux pensionnats créés au XIXe siècle pour l'éducation des jeunes autochtones. En apprenant la nouvelle, lors de l'Angélus du 7 juin, le pape François a exprimé sa proximité avec la communauté catholique et l'ensemble du peuple canadien " traumatisé par cette nouvelle choquante. " Le souverain pontife avait alors demandé de "faire la lumière" sur un fait qui "accroît encore la conscience de la douleur et de la souffrance du passé."

    Puis, pour coïncider avec la Journée nationale des peuples autochtones, célébrée au Canada le 21 juin dernier, deux églises ont été incendiées. En l'espace d'un mois, une vingtaine d'incendies et d'actes de vandalisme graves ont été recensés contre des églises, pour la plupart catholiques. Au moins deux des incidents ont été qualifiés par la police canadienne d'incendies criminels possibles. Rien ne permet, du moins pour l'instant, d'établir un lien de causalité entre les deux phénomènes, d'autant que le sud-ouest du pays a été frappé par une vague de chaleur sans précédent. Il est cependant inconcevable de penser que les très hautes températures aient pu également provoquer des incendies dans les lieux de culte.

    La deuxième et plus importante découverte a eu lieu le 23 juin, à l'ancien pensionnat indien de Marieval, dans la province de la Saskatchewan. Pas des fosses communes mais 751 tombes anonymes. Cadmus Delorme, chef de la communauté de Cowess, l'a annoncé. "La nouvelle selon laquelle des centaines de tombes non marquées ont été découvertes dans la Première Nation de Cowessess est absolument tragique, mais pas surprenante", a tweeté Perry Bellegarde, chef national de l'Assemblée des Premières Nations.

    Les représentants des Premières nations eux-mêmes attendent des excuses officielles de l'Église catholique pour son rôle dans le système des pensionnats mis en place par le gouvernement canadien. Ce "génocide culturel" a été reconnu en 2015 par la Commission Vérité et Réconciliation, qui a estimé qu'environ 6 000 enfants sont morts dans ces écoles. Les jeunes élèves des écoles catholiques ou d'autres confessions chrétiennes, affirment les accusateurs, étaient maintenus dans des conditions sanitaires épouvantables, maltraités, soumis à une inculcation forcée et parfois abusés.

    Le Premier ministre canadien Justin Trudeau, depuis son entrée en fonction en 2015, a appuyé sur l'accélérateur de l'enquête et impulsé une série d'initiatives pour commémorer les victimes. C'est encore Trudeau qui a demandé des excuses officielles au pape François. Le premier ministre canadien a déclaré avoir parlé "personnellement" avec le pontife, insistant sur "l'importance qu'il y a non seulement à ce qu'il s'excuse, mais aussi à ce qu'il s'excuse auprès des Canadiens autochtones sur le sol canadien". Je sais que les dirigeants de l'Église catholique, a ajouté M. Trudeau, examinent très activement les mesures qui peuvent être prises.

    Lire la suite