Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Politique - Page 7

  • USA : la Géorgie reconnaît la personnalité juridique du fœtus

    IMPRIMER

    Une synthèse de presse de gènéthique.org :

    Etats-Unis : La Géorgie reconnaît la personnalité juridique du fœtus

    29 Août, 2022

    Suite à l’annulation de l’arrêt Roe v. Wade, une loi géorgienne de 2019, intitulée Living infants Fairness and Equality Act, est entrée en vigueur accordant la personnalité juridique à l’enfant à naître dès six semaines de grossesse, c’est-à-dire une fois qu’ « un battement de cœur humain [est] détectable ». Cette loi définit un « enfant à naître » comme « un membre de l’espèce Homo sapiens à n’importe quel stade de développement qui est porté dans l’utérus » de telle sorte que le 14ème amendement qui accorde le droit à la vie doit leur être applicable. La Cour d’appel du 11ème circuit a également reconnu que la notion de « personne » pouvait inclure les embryons et les fœtus.

    Des droits légaux accordés au fœtus

    De plus, dans un communiqué de presse du lundi 1er août, le ministère des finances géorgien a publié des directives autorisant la déclaration des embryons comme personnes à charge. Les parents du fœtus peuvent donc bénéficier d’un crédit d’impôt à hauteur de 3.000 dollars, mais aussi d’une pension alimentaire. Les enfants à naître doivent être inclus dans les recensements de population. Cette décision pourrait influencer le poids relatif des Etats, en matière électorale ou budgétaire.

    Vers la reconnaissance de la personnalité du fœtus dès la conception

    Georgia Right to Life et d’autres groupes ont demandé au gouverneur Brian Kamp de convoquer une session législative spéciale en vue d’adopter un amendement à la Constitution de l’Etat sur la personnalité fœtale. Ils souhaitent « des lois qui accordent aux fœtus les mêmes droits et protections juridiques que pour toute personne ». Si un tel amendement était adopté, aucune exception à l’avortement ne serait possible. « Un droit primordial à la vie de tous les êtres humains en tant que personnes à n’importe quel stade de développement, de la fécondation à la mort naturelle » serait en revanche affirmé.

    Les Républicains de la Chambre et du Sénat des Etats-Unis ont d’ailleurs présenté une législation qui établirait un droit à une pension alimentaire pour les enfants à naître dès leur conception, car « la vie commence à la conception », d’après les mots de Mike Johnson, député de Louisiane.

    Source : The New York Times, Kate Zernike (21/08/2022)

  • Quand Mgr Paglia, président de l'Académie pontificale pour la vie, touche le fond

    IMPRIMER

    250.000. Ce sont plus ou moins les vocables de la langue italienne, ils sont nombreux, mais ils ne suffisent pas à commenter de manière adéquate les propos de Mgr Vincenzo Paglia, président de l’Académie pontificale pour la vie, concernant la loi 194, la loi qui a légitimé l’avortement provoqué dans notre pays.

    Hier, lors d’une émission sur la RAI , la présentatrice a demandé à Mgr Paglia, l’un des invités présents, ce qu’il pensait de l’avortement, entré dans le débat politique en vue des élections. Paglia répond : « Je pense que la loi 194 est désormais un pilier de notre vie sociale » . Sic. Le meilleur commentaire serait une page blanche, mais nous avons l’obligation – et le déplaisir – de commenter

    Nous avons touché le fond, nous sommes à un point de non-retour, au point zéro de la moralité, de la foi, du raisonnable et de la cohérence. Nous avons le président d’une académie fondée pour protéger la vie qui protège une loi qui détruit la vie. C’est comme si le président de l’organisation juive Anti-Defamation League se déclarait en faveur de l’holocauste. Ce serait une contradiction dans les termes, un oxymore vivant. Si le principal représentant de la principale institution du Vatican fondée pour s’opposer, entre autres phénomènes sociaux contraires à la vie, à l’avortement, défend l’avortement, cela signifie que, du point de vue humain, nous avons maintenant atteint au sein de l’Église un renversement total des principes moraux catholiques, une révolution radicale de la doctrine. Paraphrasant l’archevêque Giacomo Biffi, nous pourrions dire que le bateau de Pierre ne coulera pas, mais que ses occupants semblent tous s’être noyés.

    La loi 194, qui a permis de tuer, oui de tuer, plus de 6 millions d’enfants, est pour Paglia un pilier, si fondamental que, quand la présentatrice lui a demandé si la loi 194 était en discussion, le monsignore a répété : « Non, mais absolument, absolument ! » C’est la 194 qui devient un absolu moral, pas l’avortement. La 194 ne peut donc pas être touchée. Désolé de le dire, mais c’est ainsi que parlent les pro-avortement. Comment est-il possible de défendre un instrument de mort ? Un athée rationnel ne devrait pas le faire. C’est encore plus vrai pour un croyant. Encore plus pour un chrétien, un catholique. Encore plus un homme d’église. Encore plus un évêque ou un archevêque comme dans le cas de Paglia. Plus encore enfin le responsable de la pastorale de la vie au niveau mondial. En rappelant une réflexion de l’Académie pontificale pour la vie elle-même sur le thème de la collaboration (Réflexions morales sur les vaccins préparés à partir de cellules de fœtus humains avortés, 5 juin 2005), nous devons, hélas, conclure que Mgr Paglia, avec ces mots, a exprimé une collaboration formelle avec le mal parce qu’il considère qu’une loi injuste est juste, parce qu’il approuve le raisonnement de cette loi : il est légitime de tuer les enfants à naître.

    Lire la suite

  • Des cardinaux créés pour assurer la continuité du pontificat actuel

    IMPRIMER

    De Jean-Marie Guénois sur le site du Figaro via Il Sismografo :

    Le pape François crée des cardinaux pour assurer sa continuité

    (Jean-Marie Guénois, Le Figaro) 

    Analyse - Le pape ne compte pas renoncer à sa charge: il prépare avec soin sa succession afin de faire perdurer la ligne de son pontificat. --  Le pape François ne prend certes jamais de vacances mais sa «rentrée» 2022 sera l’une des plus actives du pontificat. À 85 ans, il inaugure samedi une séquence de quatre journées très denses, centrées - sans le dire - sur sa… succession.

    Premier acte, la création samedi de vingt nouveaux cardinaux ; acte II, la visite, dimanche, dans la ville d’Aquila, de la tombe de Célestin V, seul pape de l’histoire - avec Benoît XVI désormais - qui a démissionné. Enfin, scène finale, lundi et mardi, un conseil à huis clos quasi inédit de tous les cardinaux pour débattre et leur expliquer la réforme de la curie romaine ainsi que la nouvelle gouvernance de l’Église.

    Ce faisant, François préparerait-il l’annonce de sa renonciation? C’est hautement improbable. Il a mis les points sur les i en rentrant du Canada il y a un mois. Il a reconnu «sincèrement» que c’était une «option normale» mais qu’il n’avait aucune «envie de penser à cette possibilité». Un message qu’il répète depuis son élection, le 13 mars 2013.

    Pour ce pragmatique, tout dépendra des circonstances de sa santé car il envisage tout autant l’option de demeurer pape jusqu’à la fin. D’autant que François attaque à présent l’œuvre majeure de son pontificat. Celle du passage d’une Église hiérarchique à une Église «synodale». C’est-à-dire démocratique et décentralisée. Soit un profond changement de culture ecclésiale, visant à mettre fin au «cléricalisme», le pouvoir des prêtres et des évêques, dans l’Église. Vendredi, le cardinal Mario Grech, un Maltais, en charge du «Synode sur la synodalité», l’a ouvertement reconnu: il a présenté à la presse, comme une sorte d’introduction à ce long week-end, l’état de la consultation mondiale sur cette réforme centrale. Mais elle ne sera seulement discutée sur le fond à Rome qu’en octobre 2023. Quant aux réformes subséquentes, elles n’interviendront pas avant début 2024.

    Le rythme effréné des «consistoires»

    François n’est donc pas sur le départ mais il prépare minutieusement sa succession pour que perdure l’orientation qu’il donne à l’Église catholique. Deux faits indéniables le démontrent. D’une part, le rythme des «consistoires», nom donné à ces cérémonies où des évêques sont créés cardinaux. Le quorum théorique prévu pour élire le pape est de 120 cardinaux, âgés de moins de 80 ans. Comme tous vieillissent ou meurent, il faut les renouveler en convoquant des consistoires. En vingt-cinq ans de pontificat, Jean-Paul II a lancé neuf consistoires. En huit ans de pontificat, Benoît XVI en a ordonné quatre. En neuf années et demie, François en a convoqué huit. Soit deux fois plus que Benoît XVI et trois fois plus que Jean-Paul II. À l’évidence, cette précipitation entendait modifier au plus vite le visage du Sacré Collège, ainsi que l’on appelle l’assemblée des cardinaux.

    Lire la suite

  • Anticipation d'août : à quoi s'attendre au consistoire des cardinaux

    IMPRIMER

    Une analyse complète des trois consistoires qui se déroulent ce week-end et quelques moments clés à surveiller, publiée par le P. Père Raymond J. de Souza (National Catholic Register) ce 23 août 2022 :

    « Fin août, le Collège des cardinaux aura trois « consistoires » (assemblées plénières) : le premier, un « consistoire ordinaire », où le pape François ajoutera 20 membres à leur nombre ; la seconde, une cérémonie pro forma et brève pour approuver la canonisation de nouveaux saints ; et le troisième , un consistoire « extraordinaire » de deux jours pour discuter de la constitution récemment promulguée régissant la Curie romaine, Praedicate Evangelium .

    Préparation du Conclave

    Comme les cardinaux sont dispersés à travers le monde – ce consistoire comprend les premiers cardinaux de Singapour, du Timor oriental et de Mongolie – les consistoires sont pour eux l'occasion de se rencontrer et de jauger qui pourrait être un futur pontife. Benoît XVI a encouragé cela en organisant des consistoires extraordinaires, quelques jours de discussion sur un thème particulier. 

    Le pape François l'a fait deux fois au début de son pontificat. Lors du consistoire extraordinaire de 2014, le pape François a invité le cardinal Walter Kasper à prononcer un long discours plaidant en faveur de l'admission des personnes civilement divorcées et remariées à la sainte communion. Ses arguments ont été ravagés par les frères éminents réunis, au point que le lendemain, le Saint-Père a dû plaider auprès des cardinaux pour qu'ils acceptent les arguments du cardinal Kasper. Ils ne l'ont pas fait, et le pape François s'est donc aigri de l'expérience. En août, c'est la première fois qu'il convoque un consistoire extraordinaire depuis 2015.

    Le sujet de discussion assigné pour le consistoire extraordinaire est Praedicate Evangelium . Étant donné qu'il a fait l'objet de discussions pendant neuf ans et qu'il est déjà en vigueur, on ne sait pas exactement de quoi il s'agit. Il serait difficile d'imaginer un sujet plus ennuyeux que de réorganiser l'organigramme de la Curial, donc la chose clé à surveiller est ce dont les cardinaux discutent réellement. Leurs interventions (discussions) porteront apparemment sur Praedicate Evangelium, mais étant donné le peu d'intérêt pour cela, les différents sous-textes sont ce qu'il faut écouter. Ce dont les cardinaux choisissent de parler – et qui choisit de parler de quoi – sera une préparation critique pour le prochain conclave.

    Mathématiques du Conclave

    Après la création des nouveaux cardinaux, le collège comptera 132 électeurs, des cardinaux de moins de 80 ans qui pourront voter en conclave pour élire un pape. La limite statutaire d'électeurs est de 120, bien que, parfois, les papes l'aient dépassée. Saint Jean-Paul II a atteint deux fois 135 électeurs, alors qu'au moment de sa mort, il y en avait 118.

    Sur les 132 électeurs, le pape François en a nommé 83, soit 62 %. Dans un conclave, les deux tiers (66,6%) sont nécessaires pour l'élection. 

    Le Saint-Père aura 86 ans plus tard cette année, plus âgé que Jean-Paul au moment de sa mort et plus âgé que Benoît au moment de son abdication. Seulement environ une demi-douzaine de papes dans l'histoire étaient plus âgés que le pape François ne le sera à la fin de l'année. Ainsi, un conclave à venir est de plus en plus dans l'esprit des électeurs.

    Lire la suite

  • Où va l'Eglise catholique chinoise inféodée au pouvoir communiste ?

    IMPRIMER

    De Charlotte Evans sur le Catholic World Report :

    Les dirigeants de l'Eglise chinoise nouvellement élus, alliés au gouvernement, s'engagent à poursuivre la sinisation.

    24 août 2022

    Les évêques chinois alliés au gouvernement ont promis de procéder à la "sinisation" du catholicisme en Chine.

    Lors d'une conférence nationale à Wuhan, deux organisations ont élu des dirigeants qui ont juré d'aligner l'Église en Chine sur l'idéologie du Parti communiste chinois.

    Le 10e Congrès national du catholicisme en Chine a réuni 345 évêques, prêtres et religieux catholiques de l'Association patriotique catholique chinoise, rapporte UCA News.

    À la fin de ce rassemblement de trois jours, de nouveaux dirigeants de l'association et de la Conférence des évêques de l'Église catholique en Chine (BCCCC) ont été élus. Ces deux organisations sont parrainées par l'État chinois.

    L'Église catholique en République populaire de Chine est divisée entre l'Association catholique patriotique chinoise, sanctionnée par le gouvernement, et l'Église clandestine, qui est persécutée et dont les nominations épiscopales ne sont souvent pas reconnues par les autorités chinoises.

    Le Vatican ne reconnaît pas officiellement l'ACCP. Le congrès, parrainé par l'État, se tient tous les cinq ans.

    L'archevêque Joseph Li Shan de Pékin a été nommé président de la CCPA, tandis que l'évêque Joseph Shen Bin de Haimen a été élu nouveau président de la BCCCC.

    Les nouveaux dirigeants ont convenu de poursuivre les efforts en faveur de la sinisation de l'Église, tels qu'énoncés précédemment par le président Xi Jinping.

    En 2018, le Vatican a conclu un accord avec le gouvernement chinois sur la nomination des évêques dans le pays ; les termes de l'accord, qui a été renouvelé en octobre 2020 pour deux années supplémentaires, n'ont jamais été entièrement révélés. L'accord Sino-Vatican doit expirer le 22 octobre.

    Les défenseurs des droits de l'homme ont exprimé leurs inquiétudes après que le pape François a déclaré que l'accord "évoluait bien" et devait être renouvelé.

    Les responsables du Vatican ont déclaré à plusieurs reprises que l'accord entre la Chine et le Saint-Siège portait uniquement sur la nomination des évêques. Selon les rapports, l'accord permet à l'Église sanctionnée par l'État chinois (CCPA) de sélectionner les candidats à l'épiscopat, qui seraient ensuite approuvés ou soumis à un veto par le Saint-Siège.

    Lors de la Conférence nationale sur les affaires religieuses de l'année dernière, le président a déclaré que la pratique religieuse en Chine serait mise en conformité avec les vues et idéologies marxistes.

  • Six femmes chrétiennes indiennes arrêtées lors d'une fête d'anniversaire et accusées de conversions forcées

    IMPRIMER

    Du site Open Doors :

    Six femmes chrétiennes indiennes arrêtées lors d'une fête d'anniversaire et accusées de conversions forcées

    Veuillez prier pour six femmes chrétiennes qui ont été accusées de conversion forcée d'autres personnes par un groupe extrémiste hindou. Leur avocat pense qu'elles se sont vu refuser la liberté sous caution en raison de pressions politiques.

    Shivani, Inde

    Beaucoup des femmes arrêtées ont des familles qui dépendent d'elles - veuillez prier pour leur libération rapide.
    Six chrétiennes d'Azamgarh, dans l'État d'Uttar Pradesh, en Inde, ont été arrêtées après avoir été accusées de procéder à des conversions forcées. Les chrétiens sont de plus en plus harcelés et pris pour cible en vertu des lois anti-conversion, souvent à la suite de fausses accusations. 

    Les femmes ont été arrêtées le 30 juillet lors d'une fête d'anniversaire, à laquelle assistaient une centaine d'autres chrétiens. 

    Cependant, 15 membres du Vishwa Hindu Parishad (VHP), un groupe extrémiste hindou local, ont mal réagi à un si grand rassemblement de chrétiens. Ils ont fait irruption dans la fête et ont commencé à enregistrer les invités, leur prenant leurs bibles et leurs recueils de chants et les accusant de convertir les gens par la force. Elles se sont ensuite rendues au poste de police local pour déposer une plainte contre les croyants, en utilisant les bibles et la littérature chrétienne qu'elles avaient prises comme preuve de leurs accusations. 

    La police a ensuite arrêté les six femmes, dont la plupart sont issues de milieux financiers très pauvres.  

    Un avocat estime que les femmes se sont vu refuser la liberté sous caution en raison de "pressions politiques".

    "Nous pensons que c'est à cause de pressions politiques que les femmes n'ont pas été libérées sous caution".
    MUNISH CHANDRA, AVOCAT

    Munish Chandra, l'avocat représentant les femmes, a déclaré à The Wire : "La réalité du terrain est que les gens sont pris pour cible par des organisations fanatiques d'extrême droite soutenues par le gouvernement pour gagner en popularité ou en avantages politiques.

    "Les femmes étaient à leur domicile pour fêter un anniversaire", poursuit Mme Chandra. "Lorsqu'elles priaient, des membres du VHP ont déposé une plainte contre elles. Elles ont été emmenées au poste à 14 heures, mais le journal de la police indique qu'elles ont été arrêtées à 18 heures. Nous avons tenté d'obtenir leur libération sous caution, mais le tribunal de première instance n'avait pas le pouvoir de leur accorder cette libération. Nous pensons que c'est à cause de pressions politiques que les femmes n'ont pas été libérées sous caution.  

    "L'une des femmes est handicapée, le fils de l'une d'entre elles a un handicap différent et le reste de leurs familles souffre énormément car elles dépendent toutes de ces femmes", a-t-il ajouté. 

    De plus en plus de chrétiens harcelés par les lois anti-conversion

    De plus en plus de chrétiens indiens sont visés par des lois anti-conversion, qui ont été adoptées dans onze États - et ce nombre est susceptible d'augmenter. Ces lois sont censées protéger les hindous contre la conversion forcée, mais de plus en plus de chrétiens sont accusés de convertir de force d'autres personnes, même en l'absence de preuves.  

    La force motrice derrière tout cela est l'Hindutva, une idéologie qui considère les chrétiens indiens et les autres minorités religieuses comme de véritables Indiens parce qu'ils ont des allégeances qui se trouvent soi-disant en dehors de l'Inde, et qui affirme que le pays doit être purifié de leur présence. 

    Veuillez prier pour ces six femmes et leurs familles, afin qu'elles soient rapidement libérées et que leur procès soit mené de manière équitable et avec compassion. 

  • Ukraine, la pression sur le Vatican continue mais le pape reste en dehors du chœur

    IMPRIMER

    Lu ici :  https://www.ilfattoquotidiano.it/2022/08/23/ucraina-proseguono-le-pressioni-sul-vaticano-ma-il-papa-resta-fuori-dal-coro/6771840/ via le site web  « Il Sismografo » :

    « La pression du gouvernement ukrainien envers le Vatican se poursuit en silence . Le président ukrainien Zelensky souhaite que le pape soit à Kiev, peut-être avant le voyage du pape au Kazakhstan (qui aura lieu le 13 septembre). Francesco n'a pas décidé. Il préférerait une mission à la fois à Kiev et à Moscou pour encourager les négociations de paix . C'est un bras de fer qui se déroule dans les coulisses pendant des mois. Le pape François est clair et net dans sa solidarité avec le peuple ukrainien. Il a dénoncé les massacres et les souffrances infligés par l'armée russe au peuple ukrainien et a envoyé ses cardinaux apporter une aide humanitaire et exprimer sa proximité à la douleur de cette nation.

    Mais le pontife argentin n'adhère pas à la ligne politique de Zelensky. François, qui a exhorté le patriarche russe à ne pas être "l'enfant de chœur de Poutine", est également déterminé à ne pas être "l'aumônier de l'Occident". Il l'a fait écrire en noir sur le banc de l' Osservatore Romano . Du point de vue du Vatican, Zelensky voudrait enrôler le pape sous la bannière d'un récit qui ne voit que l'Ukraine attaquée (ce qui est tout à fait vrai), Poutine comme une bête démoniaque métaphysique et la Russie comme un État à réduire à un tel état. condition qu'elle ne puisse jamais répéter une initiative militaire comme celle du 24 février (Lloyd Austin, ministre américain de la Défense, dixit).

    C'est le récit qui, avec de fortes couleurs marketing, parcourt les capitales de l'OTAN et de l'Union européenne. Une partie de ce récit est l'élimination de toute analyse de "l'avant", c'est-à-dire des mouvements géopolitiques qui ont abouti à la guerre actuelle, et de toute réflexion sur les effets qu'une guerre totale a combattus en touchant au conflit nucléaire  (...)

    François ne partage pas cette approche. C'est évidemment hors du refrain. Tout aussi hors des sentiers battus, le grand nombre d'États qui représentent la majorité de la population de la planète et n'ont pas l'intention de se ranger du côté de la Russie ou de l'Occident. Parce qu'ils ne sont pas convaincus par un récit qui représente une tragédie internationale comme un western, dans lequel le shérif et son équipe doivent exterminer la bande de méchants.

    La guerre actuelle est un conflit entre l'Occident et la Russie et doit être évaluée comme telle. Le "projet du Petit Chaperon Rouge" doit être mis de côté - François l'a explicitement dit en juin . Il est vain de prétendre que l'OTAN ne s'est pas élargie dans les décennies qui ont suivi la fin de l'URSS, portant le poids du bloc politico-militaire aux frontières de la Russie. Cela n'a aucun sens de cacher que Washington, à l'époque de George W. Bush - dans les années du délire de toute-puissance qui faisait croire aux États-Unis qu'ils pouvaient occuper l'Afghanistan et l'Irak en même temps - avait pensé inclure l'Ukraine dans le système de l'OTAN. Il a été bloqué par l'Allemagned'Angela Merkel, qui revendique encore aujourd'hui la justesse de son « non », et de la France en 2008. Cependant, l'élan expansionniste s'est poursuivi. L'Occident a commencé à "aboyer aux portes de la Russie", se souvient François. Nous voulions oublier l'indication réaliste d' Henry Kissinger selon laquelle l'Ukraine devrait être une zone neutre entre la Russie et l'Occident. Avec pour conséquence que, géopolitiquement, la Russie a été « encerclée et humiliée », comme l'a d'emblée relevé l'historien Andrea Riccardi.

    Lire la suite

  • Chine : des églises domestiques attaquées et interdites dans plusieurs provinces

    IMPRIMER

    De Tao Niu sur Bitter Winter :

    Des églises domestiques attaquées et interdites dans plusieurs provinces

    24/08/2022

    À Pékin, dans le Shaanxi, le Shanxi, le Jilin et le Sichuan, des raids policiers ont visé les églises qui refusaient d'adhérer à l'Église des Trois-Autonomies, contrôlée par le PCC. Les ordres venaient de Xi Jinping lui-même.

    Les 3 et 4 décembre 2021, le Parti communiste chinois a organisé à Beijing une Conférence nationale sur le travail lié aux affaires religieuses, la première conférence de ce type depuis 2016. Xi Jinping a pris la parole lors de cette conférence, et a appelé à une campagne plus agressive contre les formes de religion "non sinisées" et "illégales".

    Au cours de cette année, des croyants chrétiens de diverses régions de Chine ont constamment signalé à Bitter Winter que les conditions des églises domestiques se détérioraient. Le plan de Xi Jinping, qui consiste à obliger tous les chrétiens protestants à rejoindre l'Église des Trois-Autonomies contrôlée par le gouvernement, sous peine d'être arrêtés et de voir leurs églises "liquidées" en tant que xie jiao ou groupes religieux "illégaux", est impitoyablement mis en œuvre. Il semble qu'en ce mois d'août, les autorités locales et la police subissent la pression du PCC pour réprimer davantage les églises de maison indépendantes.

    Le 11 août, Bitter Winter a rapporté que l'Église de l'Abondance (Fengsheng), une église domestique historique à Xi'an, Shaanxi, qui avait réussi à survivre et à fonctionner pendant une trentaine d'années, avait été victime d'une répression. Elle a été accusée d'être un xie jiao ou une "secte" (bien que sa théologie soit traditionnelle) et de collecter frauduleusement des dons.

    Le 19 août, l'Église de l'Abondance a été officiellement "liquidée", non pas en tant que xie jiao mais en tant qu'"organisation sociale illégale". L'interdiction visait également la China Gospel Association, qui fait partie du même réseau d'églises domestiques. L'Église doit cesser ses activités ou ses membres et pasteurs risquent d'être arrêtés et détenus. Pour l'instant, le pasteur Lian Changnian et son fils, le pasteur Lian Xuliang, ont été placés sous "surveillance résidentielle dans un lieu désigné."

    Le 19 août également, quelque 70 membres de la Covenant Home Church de Linfen, dans la province du Shanxi, participaient à un camp parents-enfants lorsqu'ils ont été encerclés par une centaine de policiers armés. Les adultes ont été placés en détention. La police a également perquisitionné les domiciles des membres de l'église Li Jie et de sa femme Li Shanshan, et Han Xiaodong, et a saisi des livres et des documents chrétiens.

    Le 21 août, un service de l'église réformée de Changchun Sunshine, une église domestique située dans la ville de Changchun, dans la province de Jilin, a été perquisitionné par la police. Comme le montrent les vidéos diffusées par les croyants, les personnes assistant au service ont été battues par les agents. Deux femmes ont eu des crises cardiaques et ont dû être hospitalisées.

    Neuf croyants ont été placés en détention. La police semblait particulièrement intéressée par le pasteur Guo Muyun, l'aîné Qu Hongliang et le frère Zhang Liangliang, accusés de diriger une organisation religieuse illégale.

    Le 14 août, la branche de Mentougou de l'Église de Sion à Pékin avait également été perquisitionnée. Des ordinateurs ont été confisqués, et le pasteur. Yang Jun, et neuf fidèles ont été placés en détention, bien qu'ils aient été libérés par la suite.

    D'autre part, la détention du chrétien de Wenzhou Lin Xuesui, qui avait été arrêté par le Bureau de la sécurité publique de Sichuan Gulin le 14 juin pour "organisation et financement de rassemblements illégaux", a été officialisée en arrestation. Le "crime" de Lin était d'avoir prêché l'Évangile et aidé les villageois d'une région montagneuse reculée.

  • La crise mondiale et la guerre en Ukraine aggravent l'exode "choquant" des chrétiens du Moyen-Orient

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    ASIE/IRAQ - Alerte du Patriarche chaldéen Sako : la crise mondiale et la guerre en Ukraine aggravent l'exode "choquant" des chrétiens du Moyen-Orient

    23 août 2022

    Bagdad (Agence Fides) - La crise économique mondiale et la situation globale marquée par l'intervention militaire de la Russie en Ukraine ont également de graves répercussions sur le réseau des œuvres caritatives et sociales soutenues par les Églises du Moyen-Orient, donnant un nouvel élan à la fuite des chrétiens autochtones de la région du monde où Jésus est né, est mort et est ressuscité. Le cardinal irakien Louis Raphael Sako, Patriarche de l'Église chaldéenne, a tiré la sonnette d'alarme dans le discours par lequel il a inauguré les travaux du synode annuel des Évêques chaldéens, qui se tient à Bagdad du 21 au 27 août. Dans l'un des sept points sur lesquels il a articulé son discours, le Patriarche Sako a fourni des détails éloquents documentant les effets directs produits par la crise mondiale et la guerre en cours en Europe également sur la résilience économique des réseaux de solidarité de l'Église actifs au Moyen-Orient. "Cette situation, a remarqué le cardinal, a un impact négatif sur l'état économique de l'Église en Irak, en Syrie et au Liban", où toute la population est touchée par le chômage, la pauvreté et les restrictions des services d'eau et d'électricité. "Les ressources économiques des diocèses, a ajouté le Patriarche chaldéen, sont limitées. Les organisations caritatives qui nous ont aidés concentrent désormais leurs efforts en Ukraine. Les dons et les collectes sont très limités, les donations ne rentrent pas, les loyers des bâtiments, déjà très bas en soi, ne sont pas payés régulièrement... Même les élèves de nos écoles ont du mal à payer les frais de scolarité, et les chrétiens demandent que leurs enfants soient exemptés", de sorte que les revenus ne peuvent même pas couvrir le coût des générateurs électriques.

    Le Patriarche Sako reconnaît que même pour les institutions ecclésiales, le patrimoine économique continue d'être représenté par des biens immobiliers, et se demande si le moment n'est pas venu de commencer à vendre ces actifs afin de faire face aux nouvelles urgences posées par ces temps difficiles. Le Cardinal rappelle que déjà lors du Synode annuel de 2021, la création d'un " trésor commun chaldéen " avait été prévue comme un instrument partagé pour faire face aux besoins croissants et aux situations de crise auxquelles sont confrontés les différents diocèses.

    Dans son discours articulé, le Patriarche chaldéen Sako s'est écarté de la tentation de faire dépendre la continuité de la présence chrétienne au Moyen-Orient de solutions techniques conjoncturelles. S'adressant à ses confrères évêques, le Patriarche a rappelé l'appel commun "à porter notre responsabilité ecclésiale, humaine et nationale avec l'esprit du Christ et ses sentiments" ; une vocation qui ne peut être nourrie que par une "relation passionnée et vivante avec le Christ, Celui auquel nous avons été consacrés, comme Lui-même s'est consacré". Seule l'expérience de la grâce donnée par le Christ peut également soutenir les Évêques chaldéens dans l'accomplissement de "notre mission et de notre service avec générosité et désintéressement, dans un esprit d'unité, loin du particularisme et du désir de domination et de gloire". La direction pastorale des diocèses", a reconnu le Cardinal irakien, "ne peut être exercée sans pouvoir", mais cet exercice "ne doit pas conduire au despotisme et à la dictature", car l'autorité épiscopale est fondée "sur l'apostolicité" et s'exerce à travers une collégialité "qui s'étend à tous les membres du peuple de Dieu, prêtres, moines et moniales, laïcs et laïques". Le Patriarche a exhorté les Évêques chaldéens à exercer "un accompagnement paternel et non autoritaire envers les prêtres, comme on le fait avec ses enfants", en affrontant les contrastes et les difficultés "face à face". Les difficultés et les problèmes - a ajouté le cardinal - existeront toujours, comme au temps des Apôtres du Christ, mais ils doivent devenir des occasions de vivre la charité ", en gardant toujours à l'esprit que "la discipline est importante", tandis que "le désordre détruit”. (GV) (Agence Fides 23/8/2022)

  • Nicaragua : quand la dictature cible l’Eglise catholique

    IMPRIMER

    De Philippe Oswald sur la Sélection du Jour :

    Au Nicaragua, la dictature cible l’Eglise catholique

    C’est un grand classique des dictatures et des pouvoirs totalitaires : quand le peuple regimbe, s’en prendre à l’Eglise. Au Nicaragua, le couple dictatorial Daniel Ortega/ Rosario Murillo qui s’est arrogé tous les pouvoirs en distribuant les postes clés à d’autres membres de la famille (chaînes de radio/télévision, réseau de publicité, de stations essence…), vient de franchir un nouveau cap en faisant arrêter l’évêque de Matagalpa, Rolando Alvarez. Courageux critique du régime, il avait notamment dénoncé la fermeture par les autorités de cinq radios catholiques de son diocèse, réclamé le « respect » de la liberté de culte et l’arrêt du « harcèlement » subi par l’Église catholique. Jugées « déstabilisantes et provocatrices » par le pouvoir, ses protestations lui ont valu d’être assiégé dans son évêché avec ses principaux collaborateurs pendant 15 jours. Depuis le 4 août, personne ne pouvait entrer ni sortir, pas même pour des ravitaillements. «  Ils n'ont reçu ni boisson, ni nourriture, ni médicament ; ils n'avaient plus que des haricots et du riz à manger » s'insurge Bianca Jagger, la fondatrice de l'ONG éponyme de défense des droits de l'homme.

    Finalement, à l’aube du vendredi 19 août, la police a fait intrusion dans l’évêché pour arrêter ses occupants. Mgr Alvarez a été assigné à résidence dans une maison familiale où le cardinal archevêque de Managua, Leopoldo Brenes a pu le rencontrer. « Sa condition physique s’est détériorée », a témoigné le cardinal, mais son « esprit et son moral sont forts ». Quant aux huit autres personnes arrêtées avec l’évêque de Matagalpa, cinq prêtres et trois laïcs, elles seraient détenues dans la sinistre prison d’El Chipote où croupissent de nombreux opposants politiques au régime (ils seraient plus de 180 emprisonnés dans le pays selon l’Union européenne).

    « Je suis attentivement, avec préoccupation et douleur, la situation créée au Nicaragua », a déclaré le pape François dimanche 21 août, après la prière de l’Angélus. 26 anciens chefs d’État et de gouvernement d’Espagne et d’Amérique latine avaient appelé le 17 août le pape François à prendre « fermement la défense du peuple nicaraguayen et de sa liberté religieuse », accusant le président du Nicaragua Daniel Ortega de « dictature primitive ». Le 20 août, le secrétaire général des Nations unies, Antonio ­Guterres, s'est dit «  très préoccupé par la grave obstruction de l'espace démocratique et civique au Nicaragua, et par les récentes actions contre les organisations de la société civile, y compris celles de l'Église catholique ». Il a demandé de garantir « la protection des droits de l'homme et de tous les citoyens, en particulier les droits universels de réunion pacifique, de liberté d'association, de pensée, de conscience et de religion ».

    Mais fort du soutien ancien de la Russie et de ses alliés (Cuba, Venezuela, Iran, Turquie), le couple Ortega semble totalement insensible aux condamnations internationales, qu’elles émanent des Nations unies ou de l’Organisation des États américains. Ex-guérillero sandiniste admirateur de Che Guevara, Daniel Ortega avait déjà dirigé le pays de 1979 à 1990. Il est revenu au pouvoir en 2007. Depuis, lui et son épouse, à la tête d’une oligarchie familiale, se sont arrogé tous les pouvoirs avec l’onction du Front sandiniste de libération nationale (FSLN). En 2018, la répression des manifestants contre la dictature dont certains avaient trouvé refuge dans des églises, a fait au moins 355 morts, 2 000 blessés, un demi-millier de prisonniers et des dizaines de milliers d’exilés. Daniel Ortega, 76 ans, a été réélu en 2021 pour un quatrième mandat consécutif à la tête du Nicaragua, lors d’un scrutin d’où étaient absents tous ses adversaires de poids, arrêtés ou contraints à l’exil. Pendant le premier semestre 2022, les autorités ont fermé plus de 1 200 organisations de la société civile. Le 6 mars, le Nicaragua expulsait le nonce apostolique. En définitive, l’Église catholique reste le seul opposant de poids dans le pays, d’où la multiplication des interdictions et des vexations contre des prêtres, jusqu’à cette attaque frontale contre l’évêché de Matagalpa. Celui-ci pourrait être contraint à l’exil comme le fut, en 2019, Mgr Silvio Jose Baez, évêque auxiliaire de l’archevêque de Managua. Le couple Ortega/Murillo a clairement un compte à régler avec l’Eglise catholique : en juillet 2021, dans une violente diatribe, le président Ortega assimilait les prêtres à de la « racaille » qui utiliserait le Christ « pour détruire la vie des peuples indigènes ». Et sa compagne, la vice-présidente Rosario Murillo, faisait chorus en dénonçant des « actions sataniques » (sic) commises par l’Église à l’encontre du régime.

    Pour aller plus loin :

    Le pape François « préoccupé » après l’arrestation d’un évêque au Nicaragua

    >>> Lire l'article sur : La Croix

  • Quatre religieuses enlevées dans le sud-est du Nigeria

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    AFRIQUE/NIGERIA - Quatre religieuses enlevées dans le sud-est du Nigeria

    22 août 2022  
     

    Abuja (Agence Fides) - Quatre sœurs des Sœurs de Jésus Sauveur ont été enlevées au Nigeria. Selon les informations de l'Agence Fides, les quatre religieuses, Johannes Nwodo, Christabel Echemazu, Liberata Mbamalu et Benita Agu, ont été enlevées par des ravisseurs alors qu'elles se rendaient à la messe d'action de grâce d'une sœur hier matin, dimanche 21 août, le long de la route Okigwe-Umulolo dans la zone de gouvernement local d'Okigwe de l'État d'Imo, dans le sud-est du Nigeria,

    Les régions d'Okigwe et de Leru, situées entre les États d'Imo et d'Abia, sont touchées par des incidents croissants d'enlèvement. Le dernier incident s'est produit environ neuf jours après que des hommes armés ont enlevé un prêtre catholique et un séminariste le long de la route Obigwe-Umunneochi entre les deux États. Les deux hommes ont été relâchés peu après.

    Les Sœurs de Jésus le Sauveur (également connues sous le nom de Sœurs Saviourites SJS) sont une congrégation religieuse fondée en 1985 dans le diocèse de Port Harcourt, dans l'État de Rivers, dans le sud-sud du Nigeria.

    Le charisme de la Congrégation qui consiste à s'occuper avec compassion du peuple de Dieu qui est malade et qui souffre d'une manière particulière, notamment les handicapés, les pauvres, les personnes âgées et les personnes abandonnées sur le plan social, économique, spirituel, éducatif, psychologique et mental.

    En apprenant la nouvelle de l'enlèvement des quatre religieuses, Mgr Luka Sylvester Gopep, évêque auxiliaire de Minna, a déclaré "Malheureusement, la situation dans notre cher pays, le Nigeria, ne s'améliore pas, mais nous restons confiants en Dieu pour l'avenir.

    (L.M.) (Agence Fides 22/8/2022)

  • Jeanne d'Arc : une égérie LGBTQ ?

    IMPRIMER

    De Ludovic Lavaucelle sur La sélection du Jour :

    "Moi, Jeanne": quand le wokisme fait de Jeanne d'Arc une égérie LGBTQ

    Une nouvelle pièce fait scandale à Londres. Le mythique Théâtre du Globe, qui est une fidèle reproduction de l’édifice construit par Shakespeare et sa troupe en 1599, fait jouer une pièce sur la vie de Jeanne, la célèbre sainte française. Elle est représentée en personnage « non binaire », interpellé sur scène par le pronom inventé : « iel ». Les féministes sont furieuses car – même en Angleterre – la jeune martyre est un symbole. En 1911, 40 000 suffragettes avaient marché avec à leur tête une manifestante déguisée en Jeanne d’Arc. Nier son sexe revient, pour elles, à interdire aux femmes toute place dans l’histoire. Michelle Terry, la directrice artistique du théâtre s’est défendue ainsi : Shakespeare lui-même ne cherchait pas à représenter des faits historiques mais les utilisait pour interroger le monde qui l’entourait.

    Ce que dit Madame Terry est vrai du théâtre en général. Tout comme il est exact de rappeler qu’à l’époque du grand « barde », des acteurs jouaient des rôles féminins. Mais il faut aller au-delà des apparences, propose Mary Harrington pour UnHerd (voir son essai en lien). Cette pièce est d’abord de la propagande au service d’une classe dirigeante, à l’image de certaines œuvres de Shakespeare sous l’œil sévère de la Reine Elizabeth. En s’attaquant à Jeanne la Pucelle, l’idéologie woke cherche aussi à effacer ce qui l’a rendue si puissante : sa virginité.

    Si des hommes jouaient des rôles de femmes, il ne faut pas y voir une quelconque tradition « non-binaire » mais la loi de l’époque. Les activistes de 2022 font donc revivre une tradition des plus… patriarcales. De plus, la trilogie « Henri VI » de Shakespeare parle de la fin de la Guerre de Cent Ans du point de vue anglais. Jeanne y est présentée d’une manière ignoble, une sorte de prostituée faisant appel à une armée de démons pour lui venir en aide. 150 ans après son exécution, Shakespeare ne parlait pas d’elle pour « interroger le monde qui l’entourait », mais pour servir la propagande de la Reine Elizabeth. La pièce « Moi, Jeanne » d’aujourd’hui poursuit le même objectif – le talent en moins. Il ne s’agit plus de servir la volonté de puissance géopolitique d’une souveraine, mais de propager l’obsession d’une minorité très présente parmi les « élites » actuelles, selon laquelle on peut se définir en dehors de toute attache biologique…

    Le traitement dans la littérature du personnage de Jeanne met en lumière un vieux problème : le droit des femmes à se refuser aux hommes. La chasteté était tout à fait respectée tant qu’elle était limitée aux murs d’un couvent, en tout cas loin de la place publique. C’est justement par l’angle de la sexualité que Shakespeare a cherché à détruire l’aura de Jeanne. Voltaire n’était pas moins vulgaire ni misogyne quand il a écrit « La Pucelle d’Orléans » en 1730. Ce poème, qui décrivait Jeanne presque séduite par un âne volant a tellement scandalisé qu’il n’a été publié qu’en 1899. La mythologie grecque parle de ce dilemme féminin avec les Amazones (qui semblent avoir une origine historique chez les peuples scythes). L’invincibilité de ces terribles guerrières était liée à leur refus d’une soumission aux hommes : la reine Hippolyte sera tuée par Héraclès après lui avoir « fait don de sa ceinture ». Shakespeare en parle dans son célèbre « Songe d’une nuit d’été » mais il insiste sur une autre tradition : Thésée se joint à l’expédition d’Héraclès et capture l’Amazone Antiope qui lui donnera un fils. Dans cette version, les fières guerrières sont soumises par les hommes et acceptent de « rentrer dans le rang ». Déjà les contemporains de la pièce ont vu une allusion osée de l’auteur à la reine Elizabeth I, qui construisait son personnage d’Amazone intouchable.

    Lire la suite