Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Débats - Page 4

  • Le pape François déclare que les critiques conservateurs ont une « attitude suicidaire »

    IMPRIMER

    De Jonah McKeown sur CNA :

    Le pape François déclare que les critiques conservateurs ont une « attitude suicidaire ».

    Dans un entretien avec Norah O'Donnell de 60 Minutes, diffusé ce dimanche, le pape François s'en est pris à ses « détracteurs conservateurs » aux États-Unis.

    16 mai 2024

    Dans une interview accordée à l'émission « 60 Minutes » diffusée ce dimanche, le pape François s'en prend à ses « détracteurs conservateurs » aux États-Unis, déclarant qu'un conservateur est quelqu'un qui « s'accroche à quelque chose et ne veut pas voir au-delà ».

    « C'est une attitude suicidaire », a déclaré le pape, comme l'a rapporté l'émission « 60 Minutes », qui a diffusé un bref extrait de l'interview menée par Nora O'Donnell, de la chaîne CBS. 

    « Car une chose est de prendre en compte la tradition, de considérer les situations du passé, mais une autre est de s'enfermer dans une boîte dogmatique.

    En août 2023, il a déclaré que l'Église catholique américaine se caractérisait par « une attitude réactionnaire très forte ». Il a récemment pris des mesures pour limiter l'influence de certains de ses plus éminents critiques cléricaux aux États-Unis, en retirant certains privilèges du Vatican au cardinal Raymond Burke et en démettant de ses fonctions d'évêque de Tyler, au Texas, l'évêque Joseph Strickland, qui critiquait fréquemment le pape en ligne. 

    Selon CBS, le pape a parlé franchement avec Mme O'Donnell des guerres en Israël et à Gaza, de l'Ukraine et des crises migratoires dans le monde et à la frontière sud des États-Unis. 

    « La vaste conversation porte également sur la gestion par l'Église de ses propres scandales d'abus sexuels, sur l'engagement profond de François en faveur de l'inclusion au sein de l'Église, sur les réactions négatives à l'égard de son pontificat de la part de certains secteurs du catholicisme américain et sur l'exploration de sa pensée sur la gestation pour autrui », indique la chaîne, ajoutant que l'interview est « la première fois qu'un pape accorde une interview approfondie en tête-à-tête à une chaîne de télévision américaine ».

    L'intégralité de l'interview, réalisée le 24 avril, sera diffusée dans le cadre de l'émission « 60 Minutes » le 19 mai de 19 à 20 heures sur CBS et sera disponible sur Paramount+. D'autres extraits de l'interview seront diffusés dans le cadre d'une émission spéciale d'une heure diffusée en prime time le lundi 20 mai à 22 heures (heure de l'Est) sur CBS et Paramount+.

    L'interview précède la toute première Journée mondiale de l'enfance, les 25 et 26 mai, une nouvelle initiative du pape François parrainée par le dicastère du Vatican pour la culture et l'éducation, en collaboration avec la communauté catholique de Sant'Egidio, la coopérative Auxilium et la Fédération italienne de football. Le Vatican s'attend à ce que des enfants de plus de 100 pays se rendent à Rome pour participer à ce week-end en compagnie du pape.

    Jonah McKeown est rédacteur et producteur de podcasts pour la Catholic News Agency. Il est titulaire d'une maîtrise de l'école de journalisme de l'université du Missouri et a travaillé comme rédacteur, producteur pour la radio publique et vidéaste. Il est basé à St. Louis.

  • Portrait de l’abbé Matthieu Raffray, le prêtre qui évangélise les milieux identitaires

    IMPRIMER

    D'Héloïse de Neuville et Matthieu Lasserre sur le site du journal La Croix :

    Qui est l’abbé tradi Matthieu Raffray, le prêtre préféré des jeunes identitaires ?

    À l’écran, sur le réseau social Instagram où il est suivi par 74 000 personnes, il est un prêtre conservateur et provoc qui ne craint aucun raccourci clivant. À la ville, cet abbé traditionaliste enseigne la philosophie à l’Angelicum, la prestigieuse université pontificale de l’ordre dominicain à Rome. Portrait de l’abbé Matthieu Raffray, qui s’est donné comme mission « d’évangéliser » les milieux identitaires.

    Un sermon aux allures de tribune politique. « Une foule d’ennemis voudront vous faire taire (…). Les communistes, les francs-maçons, les mondialistes, les wokistes, les libéraux, les progressistes, les sans-Dieu et ceux qui adorent de faux dieux, les hérétiques et les schismatiques, les socialistes, de droite comme de gauche. » Sur la scène montée dans une prairie de la Beauce, l’abbé Matthieu Raffray harangue les milliers de catholiques réunis pour la messe du dimanche de Pentecôte, célébrée durant l’édition 2023 du pèlerinage de Chartres. Avec 16 000 marcheurs, jamais le rassemblement, organisé chaque année depuis quarante ans par l’association traditionaliste Notre-Dame-de-Chrétienté, n’avait enregistré une affluence comparable. Face à une assistance conquise, l’homélie enflammée du père Raffray fait mouche.

    Évangéliser les milieux identitaires

    Le prêcheur n’a pas été choisi au hasard : beaucoup des jeunes fidèles qui auront parcouru les 97 kilomètres du pèlerinage le suivent déjà sur les réseaux sociaux. Nombreux y ont même participé sur ses conseils. Car avec le frère Paul-Adrien d’Hardemare et la sœur consacrée Albertine Debacker, il fait désormais partie des influenceurs catholiques les plus suivis, en France. Mais contrairement à ses deux coreligionnaires qui cultivent la rondeur, l’abbé traditionaliste Raffray, 44 ans, ne craint pas la polémique. « J’aime bien le côté provoc’, les choses qui font du bruit », assume celui qui récemment a fait l’objet d’un signalement – classé sans suite – par la ministre chargée de la lutte contre les discriminations, Aurore Bergé, après des propos sur l’homosexualité.

    L’aventure numérique de ce prêtre, ordonné en 2009 pour l’Institut du Bon-Pasteur, commence en 2020, lorsque, essoré par les querelles de gouvernance de sa communauté, il se lance sur Instagram pour se donner un peu d’air. Son contenu conservateur, prônant un catholicisme « viril » et antimoderne, est aujourd’hui suivi par 74 000 personnes sur Instagram. Sa chaîne YouTube cumule près de 800 000 vues. « Il attire les jeunes non chrétiens, qui vont s’intéresser au christianisme dans le cadre de leur quête d’identité », analyse l’un de ses amis Victor Aubert, président de l’association catholique Academia Christiana, proche de la mouvance identitaire.

    L’intéressé confirme : « Je me sens comme mission d’évangéliser ces milieux identitaires et nationalistes. C’est une faiblesse de l’Église de France de ne pas être capable de répondre à ces milieux en quête de foi », déplore le prêtre qui, lui, occupe sans complexe le créneau, citant à son actif le baptême du youtubeur d’extrême droite Papacito et la « conversion » du vidéaste et essayiste Julien Rochedy, ancien directeur national du Front national de la jeunesse. « Un de mes objectifs est que Zemmour se convertisse », s’enflamme le prêtre, qui en est certain : « L’attachement à la patrie charnelle est un vecteur de conversion immense aujourd’hui. »

    Pourfendeur d’une Église « bisounours et guitare »

    De fait, alors qu’historiquement les identitaires se tiennent à distance du catholicisme et de son universalisme associé à une forme de mondialisme, depuis le début des années 2000, « certains d’entre eux défendent une réconciliation avec le christianisme, décrypte Marion Jacquet-Vaillant, maîtresse de conférences en science politique à l’université Paris-Panthéon-Assas, autrice d’une thèse sur le mouvement identitaire français. Sur le plan des valeurs, ceux qui se convertissent cherchent avant tout à rajouter un niveau d’identité, catholique, qui soit cohérent avec ce qu’ils sont déjà. Souvent, cela se fait par cercles traditionalistes car ils ont en commun l’attachement à la notion de permanence. L’abbé Raffray constitue un pont entre ces deux mondes ».

    Lire la suite

  • La paix en Terre sainte : quand le patriarche de Jérusalem en indique le chemin

    IMPRIMER

    De Sandro Magister sur Settimo Cielo (Diakonos.be) :

    La paix en Terre sainte. Le patriarche de Jérusalem en indique le chemin

    Selon le cardinal Pierbattista Pizzaballa, une tragédie « sans précédent » est en train de se dérouler en Terre sainte. Sans précédent et sans solution écrite à l’avance, d’une gravité unique au monde. Parce que le poids des douleurs, des conflits et des incompréhensions accumulés dans le temps est tel qu’une paix véritable ne pourra y germer « qu’après un long parcours de purification de la mémoire », politique et religieuse.

    Âgé de 59 ans, originaire de Bergame, frère franciscain, spécialiste de la Bible et du judaïsme et pendant douze ans custode de Terre sainte, le P. Pizzaballa est depuis 2016 le patriarche latin de Jérusalem. Le 10 octobre 2023, trois jours après le massacre perpétré par le Hamas qui a fait plus de 1200 victimes innocentes et après l’enlèvement de plus de 240 personnes de tous âges, il s’était offert lui-même en échange de la liberté des enfants pris en otage. Son nom figure sur la liste pour un futur conclave.

    Il a partagé son opinion sur la guerre en cours à Gaza et sur le rôle que l’Église peut y jouer dans la « lectio magistralis » qu’il a tenue à Rome le 2 mai dernier à l’aula magna de l’Université pontificale du Latran, intitulée « Caratteri e criteri per una pastorale della pace », ainsi que, plus brièvement, dans l’homélie de la messe de sa prise de possession de l’Église romaine qui lui a été assignée en tant que cardinal, celle de Sant’Onofrio au Janicule.

    Il serait bon de tenir compte de cette « lectio », tant elle est originale et exigeante, appliquée à une situation indéchiffrable à bien des aspects. Il n’y a en effet ni analyse ou solution, parmi celles qui sont sur la table pour les Juifs et les Palestiniens, qui ne se révèle irréaliste ou contradictoire. Même la solution à deux États, qu’on ne cesse d’évoquer, n’est que pure abstraction dans l’état actuel des choses.

    Le P. Pizzaballa souhaite avant tout rendre tout son sens au mot « paix ». Il s‘agit « d’une réalité qui vient de Dieu et de la relation avec lui », c’est « l’accomplissement des promesses messianiques », c’est la paix « annoncée par Jésus ressuscité ». Donc « toute action pastorale de l’Église, tout comme chacune de ses œuvres sociales, ne peut jamais être en aucune façon déconnectée de l’évangélisation ». Et celui qui évangélise sait qu’il doit « annoncer la paix aux ennemis, précisément comme Pierre le fit à Corneille, qui était – et il ne faut jamais l’oublier à cette époque – centurion des forces militaires d’occupation de sa terre ».

    Il faut aller à la rencontre du frère-ennemi même en ayant conscience de ses propres limites, de sa propre faiblesse, comme Jacob qui, quant il embrassa Ésaü, était boiteux et exténué après sa lutte avec l’ange, et pourtant il était parvenu à s’exclamer : « J’ai vu ton visage comme on voit le visage de Dieu » (Genèse 33, 10).

    Lire la suite

  • Elections : A quel parti vais-je donner ma voix ? Les lignes rouges qu'il ne faut pas franchir

    IMPRIMER

    Tous les partis belges francophones franchissent les lignes rouges mentionnées dans l'article ci-dessous. Alors, faut-il opter pour le vote blanc ou nul ? Qu'en pensent nos visiteurs ? Des candidats font-ils exception et seraient-ils susceptibles de recueillir nos suffrages ? On attend vos suggestions en commentaires...

    De kath.net/news :

    'Les lignes rouges ne doivent pas être franchies'.

    16 mai 2024

    A quel parti vais-je donner ma voix ? « Il y a simplement des choses qui sont mauvaises en soi. Le nationalisme populaire est mauvais en soi, l'avortement est mauvais en soi ». Conseils pour les élections européennes du père cistercien Isaak M. de Neuzelle.

    Pour qui puis-je voter en tant que chrétien en toute bonne conscience ? Le père cistercien allemand Isaak M. de Neuzelle a saisi l'occasion des prochaines élections européennes du 9 juin pour définir quelques critères.

    La tâche de l'Eglise est de préserver notre liberté en tant que chrétiens et c'est pourquoi l'Eglise ne donne pas de décisions électorales concrètes, a déclaré le père Isaak dans une homélie le 14 mai. Il a cité le cardinal Joseph Ratzinger, qui a estimé qu'il n'appartenait pas à l'Eglise de développer des solutions concrètes ou même exclusives pour les questions temporelles. L'Église doit cependant préserver des principes moraux, en quelque sorte « poser des jalons » et dire : « Jusqu'ici et pas plus loin » !

    Il existe en principe une séparation entre l'Église et l'État, ce qui signifie que l'État et l'Église sont chacun autonomes et que personne ne peut s'immiscer dans les affaires de contenu et d'organisation de l'autre. Cela ne concerne toutefois pas l'ordre moral, a expliqué le père cistercien. Concrètement, l'État ne doit pas « déclarer l'injustice en tant que droit ». C'est là que l'Église doit faire entendre sa voix.

    Un principe chrétien fondamental est que nous avons une âme immortelle. C'est la raison pour laquelle l'individu est supérieur à la communauté et non subordonné aux intérêts collectifs. Les constructions sociales et les États sont éphémères, mais l'âme humaine est immortelle, et c'est pour cette raison qu'elle est prioritaire.

    Le P. Isaak a cité quelques « lignes rouges à ne pas franchir ». Si elles sont franchies, « c'est l'humain qui est en jeu ». Il y a une tendance à considérer certaines décisions comme un petit pas. Ce qui est dangereux, c'est que derrière ce petit pas, il y a un abîme qui est éthiquement un « slippery slope », une pente glissante.

    Le thème de la protection de la vie humaine en est un exemple concret. « Les partis qui souhaitent étendre l'avortement et l'euthanasie ne sont pas éligibles pour un chrétien », a constaté le père Isaak. Jean-Paul II a déclaré dans « Evangelium Vitae » que l'on pouvait tout à fait choisir le « moindre mal » parmi les partis, par exemple lorsque ceux-ci se prononcent pour une législation moins libérale en matière d'avortement. En revanche, les partis qui « veulent faire le saut dans l'abîme » ne sont pas éligibles, car un progrès dans cette direction est « méprisant pour l'homme ».

    Le deuxième critère important est la protection et la promotion de la famille. Les partis qui propagent l'idéologie du genre, qui veulent un prétendu progrès vers un prétendu libéralisme, ne sont « que partiellement ou difficilement éligibles », car il s'agit de « violations de principes », a indiqué le père Isaak en se référant à une prise de position du pape François sur le genre.

    Lire la suite

  • Pensionnat de Kamloops (Canada) : aucune dépouille retrouvée après 8 millions de dollars de dépenses pour ce faire

    IMPRIMER

    Du site "Pour une école libre au Québec" :

    Aucune dépouille retrouvée après 8 millions de dollars de dépenses pour ce faire au pensionnat de Kamloops

    10 mai 2024

    Le ministère des relations entre la Couronne et les autochtones a confirmé avoir dépensé beaucoup d'argent pour tenter de découvrir la « vérité déchirante » des éventuelles tombes anonymes du pensionnat indien de Kamloops, en Colombie-Britannique.

    Cependant, malgré l'allocation de 7,9 millions de dollars à cette fin, aucune dépouille n'a été retrouvée et aucune information n'a été rendue publique sur la manière dont les fonds ont été utilisés, indique Blacklock's Reporter.

    Carolane Gratton, porte-parole du ministère, a confirmé l'allocation de 7,9 millions de dollars pour diverses activités, notamment le travail sur le terrain, la recherche de documents et la sécurisation des terrains des pensionnats.
     
    Toutefois, elle a renvoyé à la communauté les questions concernant les détails des initiatives entreprises par la Première nation Tk'emlups te Secwepemc.

    Alors que le ministère n'a pas rendu publics les comptes financiers en vertu de la loi sur l'accès à l'information, la Première nation est également restée très discrète sur l'utilisation des fonds. Dans une déclaration, elle a réaffirmé qu'elle se concentrait sur les travaux scientifiques nécessaires, mais a refusé de discuter de l'allocation de 7,9 millions de dollars.

    Les fonds alloués en 2021 étaient destinés à documenter la « vérité déchirante » concernant les sépultures non marquées dans les pensionnats, comme l'indique une note d'information du ministère datant de 2022. Malgré cela, aucun progrès tangible n'a été réalisé et le sort des fonds alloués n'a pas été révélé.

    L'annonce de la découverte de 215 tombes d'enfants sur le site du pensionnat de Kamloops par la Première nation en 2021 a suscité un tollé international.

    Cependant, malgré cette révélation, aucun corps n'a été retrouvé à ce jour. Le gouvernement avait alors décidé de mettre en berne le drapeau de la Tour de la Paix pendant 161 jours, d'allouer 3,1 millions de dollars à un registre national des décès d'élèves des pensionnats indiens et d'affecter 238,8 millions de dollars au Fonds de soutien communautaire pour les enfants disparus dans les pensionnats, qui expire en 2025.

    Le Premier ministre Justin Trudeau a déjà souligné l'importance de reconnaître l'impact actuel des pensionnats, en déclarant : « Ce qui s'est passé il y a des décennies ne fait pas partie de notre histoire, c'est une partie irréfutable de notre présent ».

    Le manque de transparence concernant l'affectation et l'utilisation des fonds, associé à l'absence de progrès tangibles dans la découverte de la vérité sur les sépultures des pensionnats, a soulevé des inquiétudes quant à la responsabilité et à la nécessité d'une plus grande transparence dans la gestion de l'héritage des pensionnats au Canada.

    Voir aussi

    La vérité souvent ignorée sur les « tombes anonymes d’enfants indigènes disparus »

    96 églises incendiées ou vandalisées, timide réaction du PM Trudeau qui organise un sommet sur l’islamophobie (m à j)

    La découverte de tombes d’enfants à Kamloops demande une enquête rigoureuse et non des conclusions trop hâtives et partiales 

    Le gouvernement canadien, responsable des conditions des pensionnats amérindiens comme celui de Kamloops  

    Ce qu’on ne dit jamais : certains Autochtones ont grandement apprécié leur pensionnat

    [m à j 2022] : Le plus gros bobard ? Un an plus tard, toujours aucune preuve de nouvelles tombes anonymes dans les anciens pensionnats indiens… 

    Quillette : « Au Canada, demander des preuves est désormais considéré comme du “négationnisme” »

  • En quoi, précisément, consiste l'unité de l'Église ?

    IMPRIMER

    De George Weigel sur le Catholic World Report :

    En quoi, précisément, consiste l'unité de l'Église ?

    Il ne peut y avoir de mise entre parenthèses des questions morales dans un véritable dialogue sur la recomposition de l'unité chrétienne.

    15 mai 2024

    Parmi les nombreuses questions urgentes soulevées par les synodes sur la famille de 2014 et 2015 et l'actuel synode sur la synodalité - questions qui auront inévitablement une incidence sur le prochain conclave papal - figure celle de l'unité : en quoi, précisément, consiste l'unité de l'Église ?

    Quel est le contenu du « un » dans l'affirmation du Credo de « l'Église une, sainte, catholique et apostolique » ?

    Les synodes sur la famille se sont penchés sur cette question lors de leurs débats sur l'aptitude à recevoir la Sainte Communion : Les personnes ayant contracté des mariages canoniquement irréguliers, qui ne vivent pas en unité avec l'enseignement et la pratique pastorale de l'Église, peuvent-elles participer pleinement au sacrement de l'unité, l'Eucharistie ? Ou doivent-ils s'abstenir de recevoir la Sainte Communion tout en se joignant à la communauté pour offrir un véritable culte au Père ?

    Les ambiguïtés d'Amoris Laetitia, l'exhortation apostolique post-synodale qui a suivi ces synodes, n'ont pas résolu cette question. Au contraire, elles ont renforcé la crainte que des lignes de fracture ne s'ouvrent dans l'Église, certaines Églises locales interprétant Amoris Laetitia selon la ligne qu'elles avaient adoptée lors des synodes (c'est-à-dire que les personnes mariées de manière irrégulière pouvaient recevoir la Sainte Communion) et d'autres Églises locales interprétant l'exhortation apostolique différemment (les personnes mariées de manière irrégulière devraient s'abstenir de recevoir la Sainte Communion). Ces lignes de fracture étaient vraiment profondes. En effet, comment se fait-il qu'une source de grâce sanctifiante en Allemagne soit un péché grave à dix kilomètres de là, du côté polonais de la frontière germano-polonaise ?

    C'est d'ailleurs une préoccupation que le groupe des treize cardinaux (aujourd'hui tristement célèbre dans certains milieux) a envisagé de soulever dans sa lettre au pape au début du Synode 2015. Dans cette lettre, les cardinaux demandaient poliment une révision des procédures du Synode afin qu'il y ait un débat synodal plus solide et un processus de vote dans lequel les pères synodaux rendraient leurs jugements sur des propositions spécifiques.

    Une première version de cette lettre mettait en garde contre la possibilité que l'Église catholique en vienne à ressembler à la Communion anglicane à option locale, dans laquelle certaines Églises nationales constitutives croyaient et pratiquaient d'une certaine manière, et d'autres Églises constitutives croyaient et pratiquaient le contraire : c'était là, suggérait-on, la voie du véritable schisme. Finalement, les cardinaux ont décidé de se concentrer uniquement sur les procédures synodales et ce drapeau jaune d'avertissement n'a pas été inclus dans le texte final de la lettre.

    Pourtant, l'inquiétude est restée. Et elle s'est intensifiée depuis, notamment en raison des diverses réactions à la déclaration de décembre 2023 du Dicastère pour la doctrine de la foi sur la possibilité de bénir les personnes vivant dans des unions et des relations homosexuelles. Les Eglises de Belgique et d'Allemagne ont applaudi (et ont continué à faire ce qu'elles faisaient déjà) et les Eglises d'Afrique ont exprimé un ferme « Non, merci ».

    Lire la suite

  • L'écologie intégrale a besoin de la reconnaissance de la famille en son cœur

    IMPRIMER

    COMMUNIQUÉ DE PRESSE

    Conseil d'administration de printemps de la FAFCE

    L'écologie intégrale a besoin de la reconnaissance de la famille en son cœur

    Brno, le 15 mai 2024

    Aujourd'hui, à l'occasion de la Journée internationale des familles, la FAFCE a adopté une résolution sur la centralité de la famille dans la transition écologique. Accueillie par l'organisation membre tchèque de la FAFCE à Brno, la résolution du Conseil d'administration de printemps a relié l'écologie et la dignité humaine aux préoccupations relatives à la pauvreté des enfants, à la protection des mineurs et à la sécurité numérique, ainsi qu'à l'hiver démographique.   

    La résolution de la FAFCE met l'accent sur un message d'espoir. Approuvée à l'unanimité, la résolution appelle « les candidats aux élections du Parlement européen, les institutions européennes et tous les gouvernements nationaux à placer les familles au centre de leurs préoccupations. Il n'y a pas de protection possible de l'environnement sans protection de la famille ».

    Vincenzo Bassi, Président de la FAFCE, a conclu : « Le problème n'est pas les enfants mais le consumérisme. Il n'y a pas d'écologie sans la personne, pas de personne sans la famille. Par conséquent, il n'y a pas d'écologie sans les familles et les communautés de familles au cœur de la transition ». 

    Il poursuit en disant : « La solidarité intergénérationnelle sera cruciale pour le succès de la transition écologique, ce qui nécessite une protagonisation de la famille et des réseaux de familles. C'est grâce à ces réseaux que nous pourrons lutter contre la pandémie de solitude et construire un avenir plein d'espoir. Alors que plus de 400 millions d'Européens voteront en juin pour le prochain Parlement, nous rappelons aux représentants politiques que protéger la planète, c'est protéger la famille ». 

    La résolution adoptée s'intitule « L'écologie intégrale a besoin de la reconnaissance de la famille ». Rappelant les encycliques papales Dignitas Infinita et Laudato Si', la résolution souligne que « la dignité humaine de chaque personne humaine prévaut sur et au-delà de toute circonstance et de tout contexte ». 

    Le Conseil d'administration a également accepté une nouvelle organisation membre à part entière, Accoglienza della Vita (Saint-Marin), qui était déjà observateur au sein de la Fédération, ainsi qu'une nouvelle organisation membre observateur au sein de la Fédération, en provenance d'Espagne : Asociación Católica de Propagandistas (ACdP). Fondée en 1909, l'ACdP est l'une des plus anciennes organisations catholiques laïques d'Espagne, dont le principal pilier est la participation des laïcs catholiques à la vie publique.

    Les membres du Conseil d'administration de la FAFCE ont également écouté les contributions et les rapports d'activité des organisations membres à travers le continent, ainsi qu'une contribution des membres de la Plateforme Bouclier. La prochaine réunion ordinaire du Conseil d'administration aura lieu à Bruxelles, en novembre 2024.

    A quelques jours de la Bulle d'indiction du Jubilé ordinaire de l'an 2025 du Saint Père Spes Non Confundit, les membres de la FAFCE ont échangé sur leurs activités à venir en 2025, notamment sur la sensibilisation aux réseaux familiaux et à l'hiver démographique, car « il est urgent qu'une législation responsable de la part des Etats s'accompagne du soutien ferme des communautés de croyants et de toute la communauté civile dans toutes ses composantes ». 
     

    La Fédération des Associations Familiales Catholiques en Europe représente 33 organisations nationales et locales : nous sommes la voix des familles d'un point de vue catholique au niveau européen. La FACE possède un statut participatif auprès du Conseil de l'Europe depuis 2001 et est membre de la Plate-forme des droits fondamentaux de l'Union européenne. 

  • Quand le pape François se fait le chantre de la natalité

    IMPRIMER

    De Loup Besmond de Senneville sur le site du journal La Croix :

    Le pape François se fait le chantre de la natalité

    Analyse 

    Intervenant lors d’États généraux de la natalité organisés par une association familiale italienne, le pape François s’est inquiété, vendredi 10 mai, du faible taux d’enfants par femme sur le continent européen. Il a comparé le marché des armes à celui des contraceptifs. « L’un détruit la vie, l’autre empêche la vie. »

    10/05/2024

    Il est entré sur la scène comme une rockstar, devant un millier de personnes. Le pape François, 87 ans, s’est fait, vendredi 10 mai, le chantre de la natalité, lors d’États généraux sur le sujet, organisés par une association familiale italienne. Entouré d’enfants vêtus de tee-shirts orange, François a fait part de son inquiétude face à la baisse de la natalité, en particulier en Europe. « Le Vieux Continent devient toujours plus vieux », a-t-il estimé.

    À moins d’un mois des élections européennes, François a livré une vision sombre du continent, qu’il a analysé comme étant « fatigué et résigné, tellement occupé à exorciser la solitude et l’angoisse qu’il ne sait plus savourer, dans la civilisation du don, la vraie beauté de la vie ». Avec 1,25 enfant par femme, la natalité en Italie est la troisième plus faible de l’Union européenne, avec l’Espagne et Malte. Le sujet constitue, depuis des années, une préoccupation particulière du Vatican, qui ne manque jamais une occasion d’encourager l’instauration de politiques natalistes dans le pays.

    « Le nombre de naissances est le premier indicateur de l’espoir d’un peuple »

    « Le nombre de naissances est le premier indicateur de l’espoir d’un peuple. Sans enfants et sans jeunes, un pays perd son désir d’avenir, a ainsi poursuivi François. En Italie, par exemple, la moyenne d’âge est actuellement de 47 ans, et l’on continue à battre des records négatifs. »

    Soulignant que « la vie humaine n’est pas un problème, mais un don », le pape François, 87 ans, a déploré « l’égoïsme » trop présent dans des sociétés où l’on préfère « avoir des chiens et des chats » que des enfants. « L’égoïsme nous rend sourds à la voix de Dieu, qui aime en premier et enseigne à aimer, et à la voix de nos frères et sœurs à nos côtés. Il anesthésie le cœur. »

    Mais, devant le millier de personnes présentes dans la salle, qui ont interrompu son discours à plusieurs reprises par des applaudissements, François est allé plus loin dans ses critiques. Il a dressé un parallèle entre les contraceptifs et les armes. « Il y a une chose que m’a dite un spécialiste de la démographie, a commencé le pape. En ce moment, les investissements les plus rentables sont la fabrique des armes et des contraceptifs. L’un détruit la vie, l’autre empêche la vie. »

    François ne s’est pas arrêté à ce constat sombre, adressé avant tout à l’Occident, mais a aussi voulu encourager l’espérance, thème central du Jubilé de 2025. « Je sais que, pour beaucoup d’entre vous, l’avenir peut sembler inquiétant et qu’entre la dénatalité, les guerres, les pandémies et le changement climatique, il n’est pas facile de garder l’espoir », a lancé le pape à l’adresse des plus jeunes présents dans la salle.

    Il leur a demandé, comme il le fait souvent, de « construire l’avenir » main dans la main avec leurs grands-parents. « Les grands-parents seuls, c’est un suicide culturel, a-t-il insisté, sortant du texte qui avait été préparé pour lui. L’avenir se prépare avec les jeunes et les vieux, ensemble. Le courage et la mémoire unis. » Les mots d’un pape visiblement inquiet pour l’avenir du monde.

  • Les Nations Unies surestiment la croissance démographique dans le monde

    IMPRIMER

    Du Wall Street Journal (via le blog "Pour une école libre au Québec") :

    13 mai 2024

    Les Nations unies surestiment la croissance démographique dans le monde

    En 2017, alors que le taux de fécondité mondial — un indicateur du nombre de bébés qu’une femme est censée avoir au cours de sa vie — était de 2,5, les Nations unies pensaient qu’il tomberait à 2,4 à la fin des années 2020. Pourtant, en 2021, l’ONU conclut qu’il était déjà descendu à 2,3 — proche de ce que les démographes considèrent comme le taux de remplacement mondial d’environ 2,2. Le taux de remplacement, qui maintient la population stable au fil du temps, est de 2,1 dans les pays riches et légèrement supérieur dans les pays en développement, où il naît moins de filles que de garçons et où davantage de mères meurent pendant leurs années de procréation.
     
    Alors que les Nations unies n’ont pas encore publié les taux de fécondité estimés pour 2022 et 2023, M. Fernández-Villaverde a produit sa propre estimation en complétant les projections des Nations unies par des données réelles pour ces années, qui couvrent environ la moitié de la population mondiale. Il a constaté que les registres nationaux des naissances indiquent généralement des taux de natalité inférieurs de 10 à 20 % à ceux prévus par les Nations unies.

    La Chine a déclaré 9 millions de naissances l’année dernière, soit 16 % de moins que ce que prévoyait le scénario central des Nations unies. Aux États-Unis, 3,59 millions de bébés sont nés l’année dernière, soit 4 % de moins que ce que prévoyaient les Nations unies. Dans d’autres pays, le déficit est encore plus important : L’Égypte a enregistré 17 % de naissances en moins l’année dernière. En 2022, le Kenya en comptera 18 % de moins.


    M. Fernández-Villaverde estime que la fécondité mondiale a chuté entre 2,1 et 2,2 l’année dernière, ce qui, selon lui, serait inférieur au taux de remplacement mondial pour la première fois dans l’histoire de l’humanité. Dean Spears, économiste de la population à l’université du Texas à Austin, a déclaré que, bien que les données ne soient pas suffisamment fiables pour savoir précisément quand ou si la fécondité est tombée en dessous du seuil de remplacement, « nous disposons de suffisamment d’éléments pour être assez confiants […] sur le fait que le point de passage n’est pas très éloigné ».

    Lire la suite

  • Début des manœuvres synodales : déploiement africain pour stopper la dérive relativiste et la bénédiction des couples homosexuels

    IMPRIMER

    De Franca Giansoldati sur Il Messaggero :

    Début des manœuvres synodales : déploiement africain pour stopper la dérive relativiste et la bénédiction des couples homosexuels

    3 mai 2024

    Nous sommes à six mois de la deuxième partie du Synode sur la synodalité, et déjà se compactent ceux qui semblent déterminés à faire un mur contre un certain « relativisme » serpentant dans l'Église pour défendre l'unité de la foi et non pas tant les cultures particulières. « Lors de la prochaine session du Synode, il est vital que les évêques africains parlent au nom de l'unité de la foi et non au nom de cultures particulières ». Le catalyseur d'une vision ferme dans ses principes - c'est-à-dire déterminée à refuser la bénédiction des couples homosexuels - a été le cardinal Robert Sarah avec un discours prononcé au Cameroun qui circule depuis quelques jours au sein de plusieurs conférences épiscopales africaines, déterminées à stopper la dérive des unions de même sexe contenue dans le document rejeté par le Vatican Fiducia Supplicans, un passage qui crée encore une désorientation considérable au sein des communautés catholiques.

    Le pape François a expliqué à plusieurs reprises qu'en Afrique, ces mesures ne seront pas adoptées en raison du retard culturel, parce que « la culture ne l'accepte pas », ajoutant que l'on « bénit les personnes, pas les péchés ».

    Un autre personnage important du Collège des Cardinaux, qui a également une chance au prochain conclave, s'est aligné sur le Cardinal Sarah. Fridolin Ambongo, qui s'exprimait lors de la réunion de quatre jours des délégués africains qui représenteront l'Afrique au synode du 2 au 29 octobre à Rome, a eu des mots tranchants : « J'ai suivi très attentivement le discours du cardinal Sarah et je pense que ce qu'il a dit est vrai. Fiducia Supplicans n'est pas d'abord une question culturelle ; il aurait été préférable de l'aborder sous l'angle de la théologie, de la morale, de la Bible et du Magistère ».

    Sarah et Ambongo s'accordent à dire que même lors du dernier Synode, l'Eglise d'Afrique a défendu la dignité de l'homme et de la femme créés par Dieu, même si « sa voix a été ignorée et méprisée par ceux dont la seule obsession est de plaire aux lobbies occidentaux ».

    Le profil du cardinal Ambongo progresse parmi les futurs papabili : il a géré le blocage africain des bénédictions aux couples homosexuels.

  • « Le Christ doit revenir au centre » (cardinal Erdo)

    IMPRIMER

    De Franca Giansoldati sur Il Messaggero :

    6 mai 2024

    Les 127 cardinaux électeurs qui composent le Collège des cardinaux ne se connaissant pas tous parfaitement, depuis quelque temps, une revue française spécialisée, Cardinalis-Magazine, fait son entrée dans l'Église. Elle publie des radiographies approfondies des papables potentiels afin de faciliter leur connaissance.

    Le vieil adage selon lequel « celui qui entre pape sort cardinal » s'applique toujours, soulignant l'imprévisibilité des événements au sein de la chapelle Sixtine sur la base d'accords souvent définis dans ces moments pleins de tensions, d'attentes, de programmes et de projets pour l'Église. Le dernier cardinal à avoir fait l'objet d'une analyse approfondie est le très respecté Hongrois Peter Erdo, âgé de 71 ans. Dans le passé, il a participé au conclave qui a élu le pape Benoît XVI et à celui du pape François.

    On l'entend souvent dans les conciliabules informels : archevêque de Budapest, internationalement distingué lorsqu'il était orateur aux synodes sur la famille de 2014 et 2015, il s'est taillé une place de choix en tant que figure de dialogue tout en restant ferme sur les fondamentaux. Il est considéré comme ouvert d'esprit, très cultivé, polyglotte et pro-européen convaincu. Une figure clé de l'Église en Europe et un candidat possible à la succession le moment venu.

    Le premier sujet abordé par Mgr Erdo dans le cadre d'un vaste dialogue a été le phénomène de la déchristianisation, qui mine de manière dramatique la présence de l'Église en Occident depuis des décennies. Comme antidote, Erdo souhaiterait un renforcement des mouvements et de la centralité de la foi.

    « S'il s'agissait d'une période de crise, de nombreuses tendances disparaîtraient rapidement, mais il semble que nous soyons confrontés à une crise à long terme. La crise est toujours synonyme de danger, mais aussi d'opportunité. Mais il est important que notre identité chrétienne catholique reste enracinée dans les choses les plus essentielles, à savoir le fait que le Christ est ressuscité, que nous croyons en Dieu, en la Trinité et en la vie éternelle. Il y a ensuite les éléments secondaires de la tradition, qui ne représentent plus la Sainte Tradition, mais seulement une coutume, une tradition peut-être à respecter, mais pas à observer au prix de notre vie. Ces éléments secondaires peuvent enrichir la religiosité, mais il faut savoir les distinguer. Et les critères, Dieu merci, sont là. Car la Sainte Écriture et les documents authentiques du Magistère ou de la Sainte Tradition sont également présents, sous une forme actualisée, dans le Catéchisme de l'Église catholique, qui est un document providentiel", explique-t-il.

    En ce qui concerne le risque de schisme en Allemagne causé par les poussées ultra-progressistes d'une grande partie de l'épiscopat, Erdo est prudent. Comme beaucoup d'autres, je constate - y compris lors des derniers synodes - qu'une sorte d'« alternative » est en train d'émerger dans l'Église. Certains pensent que le christianisme est presque une religion naturelle, que sur la base de la bonne volonté et de l'ouverture intellectuelle, il peut suivre les besoins des gens dans la société d'aujourd'hui et chercher des solutions qui semblent raisonnables, et si elles ont un lien avec la Bible, c'est encore mieux. Mais il s'agit d'inventer des solutions et des réponses avec une logique humaine ». Puis il répète : « Nous sommes plutôt des disciples du Christ. (...) La voix de Jésus, le fondement de l'Eucharistie, le Notre Père et d'autres choses qui ont été conservées sont précisément le contenu de son enseignement. Nous avons un trésor et nous ne sommes pas condamnés à affronter les problèmes de notre temps les mains vides (...) Alors des catastrophes peuvent toujours se produire ».

    Enfin, la géopolitique n'est pas en reste. « La diplomatie vaticane n'est qu'un des instruments à sa disposition, mais elle peut être d'une grande aide, surtout lorsqu'une communauté catholique se trouve dans une situation d'oppression, de persécution (...) Il est certain que le Saint-Siège peut encore aider au développement, à la stabilisation, à la résolution des problèmes humanitaires dans n'importe quel pays, dans la mesure où l'Eglise catholique a la possibilité de développer son activité. En Hongrie, pendant le communisme, nous avons fait l'expérience qu'il est vital pour l'Église que les catholiques sachent qui est leur évêque, qu'ils aient des Églises locales, des évêques consacrés nommés par le Saint-Siège, et qu'ils ne dépendent pas seulement des forces de la société dans laquelle ils vivent ». 

  • Kasper : le retour ?

    IMPRIMER

    D'Aldo Maria Valli sur son blog (traduction de "Benoît et moi") :

    Pape, cardinaux et décentralisation dans l’Eglise.

    Kasper le progressiste redescend sur le terrain

    Le 10 avril, l’abbaye Saint-Pierre de Salzbourg – le plus ancien monastère bénédictin du monde germanophone – était remplie de spectateurs venus écouter la conférence introductive donnée par un invité de marque dans le cadre du symposium  » Cardinaux et bénédictins« .

    Le cardinal Walter Kasper, défenseur d’une ligne progressiste dans l’interprétation du Concile Vatican II – et qui était autrefois en désaccord avec le cardinal Joseph Ratzinger pour cette raison – a intitulé son discours Les cardinaux au service de l’Église et de la papauté.

    Le cardinal, qui a joué un rôle de premier plan lors des deux derniers conclaves mais qui est aujourd’hui privé de ses droits en raison de son âge, reste une voix écoutée par le pontife actuel. Selon lui, le synode sur la synodalité sera l’occasion de ramener les cardinaux à leur vraie place.

    L’ex-évêque de Rottenburg-Stuttgart estime que, dans le cadre du synode, le pape François a lancé un grand mouvement de décentralisation de l’Église : il faudrait maintenant faire un nouveau pas vers la réforme du collège des cardinaux, dans le sens d’un prétendu retour aux sources.

    Dans cette perspective, les cardinaux se verraient attribuer une nouvelle prérogative : celle de présider les conciles pléniers dans les régions dont ils sont originaires, afin d’établir une sorte de système bicaméral dans le gouvernement de l’Église, composé du synode des évêques et du Conseil des cardinaux. Du jamais vu dans l’histoire de l’Église.

    D’abord ancrée dans la liturgie, la fonction cardinalice se serait, selon l’ancien professeur de l’université de Tübingen, « politisée » pour devenir le jouet des grandes familles romaines jusqu’à participer au déclin de la Rome décadente de la fin du Moyen-Âge.

    À l’époque moderne, la fonction de cardinal se serait alors réduite à exercer le rôle d’un fonctionnaire de la Curie romaine, avant la grande « redécouverte » de cette vénérable institution lors du Concile Vatican II, qui constitue toujours, selon Kasper, l’alpha et l’oméga de l’Église.

    Les spécialistes s’accordent à voir l’origine lointaine des cardinaux dans le presbyterium, une assemblée de prêtres et de diacres qui assistaient et conseillaient l’évêque dans la conduite de son troupeau. Saint Ignace d’Antioche le décrit comme « le sénat de l’évêque », auquel les fidèles devaient du respect parce qu’il représentait l’évêque, tout en étant en dessous de lui.

    L’évêque de Rome était également entouré d’un presbyterium. Mais « de la similitude d’origine et du fait que le nom de cardinal était commun au haut clergé de Rome et au haut clergé des autres évêchés, on aurait tort de conclure », précise le Dictionnaire de théologie catholique, « que ce nom répondait dans les deux cas à des prérogatives identiques ».

    « Le titre de pape était autrefois donné indistinctement à tous les évêques et il n’est venu à l’idée d’aucun catholique de les mettre tous, pour cette raison, au même rang. Il en va de même pour le nom de cardinal : il était à l’origine générique et n’impliquait en lui-même aucun rôle spécifique ; aucun degré uniforme de pouvoir ; sa valeur exacte était déterminée selon les circonstances. »

    « Les cardinaux d’un diocèse donné autre que celui de Rome ne pouvaient jamais recevoir de leur évêque, pour le partager avec lui, d’autre pouvoir que celui contenu dans les limites de ce diocèse ; mais les dignitaires associés par le Souverain Pontife à l’administration des affaires qui le concernent acquéraient nécessairement un pouvoir et une influence qui s’étendaient à toute l’Église. »

    Ces lignes autorisées suffisent à remettre en cause le bien-fondé historique du « bicamérisme » défendu par le cardinal Kasper, qui reviendrait à diluer davantage l’autorité du Pontife romain.

    « Nous espérons garder François encore quelques années et que ses successeurs achèveront ses réformes », a déclaré le cardinal Kasper.

    Le progressisme est encore loin d’avoir gagné et lors du prochain conclave, sous la grâce bienveillante de l’Esprit Saint, toutes les possibilités sont ouvertes.

    Source : katholisch.de