Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Débats - Page 3

  • L'abrogation de Roe v. Wade : une déclaration prudentissime de l'Académie pontificale pour la vie

    IMPRIMER

    En ce qui concerne la décision de la Cour suprême des États-Unis qui a modifié la position juridique de 1973 Roe v. Wade sur la question de l'avortement, l'Académie pontificale pour la vie présente la déclaration suivante (source) :

    L'Académie pontificale pour la vie se joint à la déclaration des évêques américains sur la décision de la Cour suprême des États-Unis. Comme l'ont déclaré l'archevêque H. Gomez et l'archevêque Lori :

    "C'est le moment de guérir les blessures et de réparer les divisions sociales ; c'est le moment de la réflexion raisonnée et du dialogue civil, et de se rassembler pour construire une société et une économie qui soutiennent les mariages et les familles, et où chaque femme a le soutien et les ressources dont elle a besoin pour mettre au monde son enfant dans l'amour."

    L'avis de la Cour montre à quel point la question de l'avortement continue de susciter des débats passionnés. Le fait qu'un grand pays ayant une longue tradition démocratique ait changé sa position sur cette question interpelle également le monde entier. Il n'est pas juste que le problème soit mis de côté sans considération globale adéquate. La protection et la défense de la vie humaine n'est pas une question qui peut rester confinée à l'exercice des droits individuels, mais au contraire une question de grande portée sociale. Après 50 ans, il est important de rouvrir un débat non idéologique sur la place que la protection de la vie occupe dans une société civile pour nous demander quel type de coexistence et de société nous voulons construire.

    Il s'agit de développer des choix politiques qui favorisent des conditions d'existence en faveur de la vie sans tomber dans des positions idéologiques a priori. Il s'agit également d'assurer une éducation sexuelle adéquate, de garantir des soins de santé accessibles à tous et de préparer des mesures législatives pour protéger la famille et la maternité, en surmontant les inégalités existantes. Nous avons besoin d'une assistance solide aux mères, aux couples et à l'enfant à naître, qui implique toute la communauté, encourageant la possibilité pour les mères en difficulté de poursuivre la grossesse et de confier l'enfant à ceux qui peuvent garantir sa croissance.

    L'archevêque Paglia a déclaré "face à une société occidentale qui perd sa passion pour la vie, cet acte est une puissante invitation à réfléchir ensemble sur la question grave et urgente de la générativité humaine et des conditions qui la rendent possible ; en choisissant la vie, c'est notre responsabilité pour l'avenir de l'humanité qui est en jeu".

    Cité du Vatican, 24 juin 2022

  • La Cour suprême des Etats-Unis abroge l’arrêt Roe vs Wade : l'éclairage d'Alliance Vita

    IMPRIMER

    Du site d'Alliance Vita :

    Avortement : La Cour suprême abroge l’arrêt Roe vs Wade

    La décision de la Cour, porte sur la constitutionnalité d’une loi de l’Etat du Mississipi de 2018 restreignant la possibilité d’un avortement à 15 semaines de grossesse à l’exception de cas d’urgence médicale ou de malformation grave du foetus. La Cour suprême a entendu en décembre 2021 les arguments oraux des deux parties, le Département de la Santé de l’Etat du Mississipi représenté par Thomas Dobbs, et la clinique Jackson Women’s Health Organization, située dans la ville de Jackson, et seule clinique pratiquant l’avortement dans l’Etat du Mississipi.

    Loi ou jurisprudence ?

    Dans de nombreux pays, dont la France, l’avortement est régulé par une loi votée par le Parlement. En France, récemment, la loi a étendu le délai d’accès à l’avortement de 12 à 14 semaines de grossesse. L’analyse de cette extension se trouve sur le site d’Alliance VITA.

    Aux Etats Unis, le Congrès, constitué du Sénat (100 sièges) et de la Chambre des Représentants (435 sièges) n’a pas voté de loi régulant ou bannissant l’accès à l’avortement.

    Ainsi, récemment, le Sénat n’a pas trouvé de majorité pour une proposition de loi votée par la Chambre des Représentants. Cette proposition de loi visait à codifier la jurisprudence établie par l’arrêt Roe vs Wade et celle issue d’un arrêt de 1992 Planned Parenthood vs Casey. Ce dernier consolidait l’arrêt de 1973 Roe vs Wade tout en modifiant les critères selon lesquels un Etat américain peut encadrer l’avortement.

    Ce qu’établit l’arrêt Roe vs Wade

    L’arrêt Roe vs Wade a établi, par 7 voix contre 2, que la Constitution américaine protège le droit d’une femme de choisir d’avorter sans que l’Etat puisse opposer une « restriction excessive » à ce droit.

    Jane Roe est le pseudonyme de Norma Mc Corvey, une femme enceinte en 1969 de son troisième enfant, souhaitant avorter, et Henry Wade le nom du procureur du Comté de Dallas. Le Texas restreignait l’avortement aux cas de danger pour la vie de la mère. L’arrêt s’appuie sur deux principaux éléments juridiques.

    Tout d’abord, la Cour suprême a statué que la possibilité pour une femme de choisir un avortement, bien que non mentionné explicitement dans la Constitution, relevait du droit à la vie privée (“right to privacy”) réaffirmé par le quatorzième amendement à la Constitution dans sa section 1. Ainsi cette clause (“Due process clause”) spécifie notamment qu’”Aucun État ne peut adopter ou appliquer une loi qui abrégera les privilèges ou immunités des citoyens des États-Unis; aucun État ne peut non plus priver une personne de la vie, de la liberté ou des biens, sans procédure régulière; ni refuser à quiconque relevant de sa juridiction l’égale protection des lois“. Ce quatorzième amendement a été voté en juillet 1868. Dans le contexte de la fin de la guerre civile américaine et de l’abolition de l’esclavage, il garantissait dans la Constitution l’égalité des droits de tout citoyen, quelle que soit sa race ou son statut (ancien esclave ou pas).

    D’après l’arrêt Roe vs Wade, les Etats pouvaient avoir un intérêt à réguler l’accès à l’avortement en considération de la santé des femmes et de la vie prénatale du fœtus, s’ils respectaient de strictes conditions (“strict scrutiny”) déclinées en trois concepts ou tests :

    1. La charge de la preuve (“burden of proof”) de l’intérêt d’apporter une restriction revient à l’Etat,
    2. L’Etat doit poursuivre un intérêt impérieux (“compelling interest”),
    3. De la façon la plus étroite possible (“pursued in the narrowest possible way”).

    Le droit de recourir à l’avortement étant considéré comme un droit fondamental, les lois l’encadrant devaient être évaluées à l’aune de ces critères stricts.

    Dans la pratique, l’arrêt établissait une distinction par trimestre de grossesse pour juger du bienfondé de législation d’un Etat. Lors du premier trimestre, aucune restriction n’était possible. Dans le courant du second trimestre, une régulation par des Etats était possible. Lors du dernier trimestre de grossesse, des restrictions étaient possibles sous réserve de question de santé et d’urgence médicale pour les femmes.

    L’introduction du critère de viabilité, arrêt Planned parenthood vs Casey.

    En 1992, la Cour suprême a rendu un nouvel arrêt sur le sujet de l’avortement. Elle affirme ce qu’elle déclare être les trois principales conclusions de l’arrêt de 1973, à savoir :

    1. Le droit des femmes de choisir d’arrêter leur grossesse sans que l’Etat puisse interférer de façon indue,
    2. Le droit d’un Etat de restreindre l’avortement quand le fœtus est viable (“fœtal viability”)
    3. L’intérêt légitime d’un Etat dès le début de la grossesse à protéger la santé des femmes et la vie du fœtus.

    Le respect du précédent (“stare decisis”), c’est-à-dire le fait de ne pas renverser une décision précédente de la Cour suprême, était un des arguments également invoqué pour ne pas revenir sur l’arrêt Roe vs Wade.

    La distinction par trimestre pour analyser les législations des Etats est remplacée dans cet arrêt par un critère de viabilité du fœtus (“viability analysis”), ouvrant la possibilité que les connaissances médicales modifient l’évaluation de la date de cette viabilité.

    Par ailleurs, cet arrêt modifie également un point important : l’analyse des législations des Etats sur l’avortement par le critère des strictes conditions est remplacé par un critère de “fardeau indû” (“undue burden”). En conséquence, l’arrêt avait validé une législation de Pennsylvanie demandant le consentement informé au moins 24 heures avant l’acte d’avortement par la femme enceinte, un consentement parental pour les mineures, mais avait invalidé la nécessité pour une femme d’informer son mari de la procédure.

    Plusieurs arrêts de la Cour suprême ont ensuite affiné la notion de fardeau indû. En 2020, un arrêt de la Cour Suprême  June Medical Services llc vs Russo, a ainsi réaffirmé que “les nombreuses restrictions qui n’imposaient pas d’obstacle important étaient constitutionnelles, tandis que la restriction qui imposait un obstacle important était inconstitutionnelle”.

    Conclusion

    Ces différentes interventions de la Cour suprême montrent que les législations des Etats américains sur l’avortement ont fait l’objet de nombreuses évolutions après l’arrêt Roe vs Wade. La législation du Mississipi, objet de l’arrêt, ainsi que celle votée au Texas en septembre 2021, en sont des exemples. En tout état de cause, la comparaison de la situation américaine avec celle de la France est hasardeuse. Les systèmes juridiques des deux pays sont très différents. Par ailleurs, le débat sur ce sujet est toujours resté vif outre-Atlantique, divisant l’Amérique et séparant les politiques en deux camps. En France, un tel débat est difficile et plus déséquilibré, poussant à toujours plus d’extension de l’IVG. Les prises de position de l’OMS, décryptées récemment sur le site d’Alliance VITA, sont dans cette lignée. L’urgence est de s’interroger sur une véritable politique de prévention d’un acte qui n’a rien d’anodin, et que beaucoup de femmes voudraient éviter.

    Pour Alliance VITA tout avortement étant un drame et un échec, le renversement de l’arrêt Roe vs Wade doit inciter les Etats à développer des politiques d’alternative à l’avortement et de soutien aux femmes enceintes en difficulté.

  • Faut-il qu'il y ait des hérésies ?

    IMPRIMER

    Du site de l'Homme Nouveau :

    Avons-nous besoin des hérésies ? La réponse du Club des Hommes en noir

    La phrase de Saint Paul "Opportet hereses esse" est-elle encore d'actualité ? Quels rôles ont joué dans l'histoire de l'Eglise les différentes hérésies, et ont-elles permis à l'Eglise de renforcer sa doctrine au fil du temps ? Enfin, certaines hérésies, autrefois condamnées, ne sont-elles pas en train de revenir au goût du jour ? Le Club des Hommes en noir composé des abbés Célier et Guelfucci, ainsi que de Jeanne Smits et du Docteur de Labriolle, sous la direction de Philippe Maxence, s'attelle à nous apporter quelques réponses dans ce dernier épisode de la saison 2022-2023.

                          

  • Les Etats-Unis et l'avortement : 6 choses à savoir sur Roe v. Wade, Dobbs v. Jackson et la Cour suprême

    IMPRIMER

    De Katie Yoder et Jonah McKeown sur Catholic News Agency :

    6 choses à savoir sur Roe v. Wade, Dobbs v. Jackson et la Cour suprême

    24 juin 2022

    Le 1er décembre 2021, la Cour suprême des États-Unis a entendu une affaire historique qui remettait directement en cause l'arrêt Roe v. Wade, la décision de 1973 qui a légalisé l'avortement dans tout le pays. Le 24 juin 2022, la Cour a rendu son jugement, annulant Roe v. Wade et Planned Parenthood v. Casey et renvoyant la question de la politique d'avortement aux États.

    Voici ce que vous devez savoir :

    1. Quel était le sujet de l'affaire ?

    L'affaire, connue sous le nom de Dobbs v. Jackson Women's Health Organization, concernait une loi du Mississippi de 2018 restreignant la plupart des avortements après 15 semaines. "Dobbs" est l'acronyme de Thomas E. Dobbs, qui occupe le poste de responsable de la santé du département de la santé de l'État du Mississippi. La Jackson Women's Health Organization propose des avortements à Jackson, dans le Mississippi, et est la seule clinique d'avortement de cet État.

    L'affaire portait sur la question de savoir "si toutes les interdictions d'avortement facultatif avant la viabilité sont inconstitutionnelles", ou si les États peuvent interdire l'avortement avant qu'un fœtus puisse survivre hors de l'utérus. L'affaire remet en cause deux décisions historiques en matière d'avortement que le Mississippi qualifie de "manifestement erronées" : Roe v. Wade et Planned Parenthood v. Casey.

    2. Pourquoi l'affaire remet-elle en cause Roe et Casey ?

    Dans l'affaire Roe v. Wade, la Cour a statué que les États ne pouvaient pas interdire l'avortement avant la viabilité de l'enfant, qui, selon la Cour, se situe entre 24 et 28 semaines de grossesse. Près de 20 ans plus tard, la Cour a confirmé l'arrêt Roe dans l'affaire Planned Parenthood v. Casey. L'arrêt de 1992 stipulait que si les États pouvaient réglementer les avortements avant la viabilité, ils ne pouvaient pas imposer une "charge excessive", définie par la Cour comme "un obstacle substantiel sur le chemin d'une femme cherchant à avorter d'un fœtus non viable".

    La loi sur l'âge gestationnel du Mississippi, objet de l'affaire Dobbs, interdit l'avortement des semaines avant le point de viabilité.

    "En vertu de la Constitution, un État peut-il interdire les avortements facultatifs avant la viabilité ? Oui", affirme le Mississippi dans son mémoire. "Pourquoi ? Parce que rien dans le texte constitutionnel, la structure, l'histoire ou la tradition ne soutient un droit à l'avortement."

    3. Qui a plaidé l'affaire devant la Cour ?

    Trois personnes se sont exprimées devant les juges en décembre 2021. Scott G. Stewart, le solliciteur général du Mississippi, a eu 35 minutes pour représenter l'État. Pour la Jackson Women's Health Organization, Julie Rikelman, directrice du contentieux du Center for Reproductive Rights, a eu 20 minutes. Le solliciteur général des États-Unis, Elizabeth B. Prelogar, a eu 15 minutes pour plaider en faveur de la Jackson Women's Health Organization.  

    4. Comment les Américains peuvent-ils entendre ou lire les arguments qui ont été présentés ? 

    Le site Internet de la Cour suprême propose un enregistrement audio et des transcriptions des arguments.

    5. Quelle a été la décision de la Cour en juin ?

    La Cour suprême a annulé les arrêts Roe et Casey dans une décision historique rendue vendredi (6-3) qui a mis fin de manière soudaine et spectaculaire à près d'un demi-siècle de légalisation de l'avortement à l'échelle nationale aux États-Unis. 

    "L'avortement pose une profonde question morale. La Constitution n'interdit pas aux citoyens de chaque État de réglementer ou d'interdire l'avortement. Roe et Casey se sont arrogés cette autorité", indique l'avis. "Nous annulons maintenant ces décisions et rendons cette autorité au peuple et à ses représentants élus."

    La décision n'interdit ni ne criminalise l'avortement, pas plus qu'elle ne reconnaît le droit constitutionnel à la vie d'un enfant à naître. Mais d'un seul coup, l'action de la Cour balaie des barrières juridiques bien ancrées, créées et strictement appliquées par le pouvoir judiciaire fédéral, qui ont empêché pendant des décennies des États comme le Mississippi de restreindre fortement ou d'interdire le meurtre d'enfants à naître dans l'utérus.

    Cette décision marque un tournant décisif pour l'Église catholique et le mouvement pro-vie aux États-Unis, qui ont laborieusement cherché à faire annuler la décision Roe v. Wade depuis qu'elle a été rendue le 19 janvier 1973 par 7 voix contre 2.

    6. Que se passe-t-il maintenant ?

    Dans plus d'une douzaine d'États, l'avortement est désormais totalement illégal, à quelques exceptions près, tandis que plusieurs autres États du pays ont adopté des lois pour protéger l'avortement sur leur territoire.

    L'avortement pourrait être un enjeu majeur des élections de novembre aux États-Unis, mais les premiers sondages suggèrent que les problèmes économiques tels que l'inflation pourraient jouer un rôle plus important. 

    Il y a déjà eu des tentatives au Sénat pour faire passer une codification de Roe v. Wade en loi fédérale, mais jusqu'à présent, elles ont échoué, le démocrate Joe Manchin s'étant joint à tous les républicains du Sénat pour s'y opposer. Les observateurs politiques ont émis l'hypothèse que même si les démocrates abolissaient la règle du filibuster - qui requiert 60 voix pour briser l'obstruction d'une minorité - ils n'auraient peut-être pas assez de voix pour adopter une codification de Roe v. Wade. 

    De plus, il est possible que, à la lumière de l'arrêt Dobbs, la Cour suprême annule une loi fédérale tentant de codifier le droit à l'avortement. 

  • USA : la Cour suprême annule Roe v. Wade dans une décision historique sur l'avortement

    IMPRIMER

    De Katie Yoder et Shannon Mullen sur Catholic News Agency :

    La Cour suprême annule Roe v. Wade dans une décision historique sur l'avortement

    24 juin 2022

    La Cour suprême a annulé l'arrêt Roe v. Wade dans une décision historique rendue vendredi (6-3) qui met fin de manière soudaine et spectaculaire à près d'un demi-siècle de légalisation de l'avortement à l'échelle nationale aux États-Unis. 

    Cette décision, rendue dans l'affaire de l'avortement au Mississippi, Dobbs c. Jackson Women's Health Organization, est largement considérée comme l'arrêt le plus attendu et le plus important de la Cour suprême depuis Roe. Il annule non seulement Roe, l'arrêt historique de 1973 sur l'avortement, mais aussi Casey v. Planned Parenthood, une décision de 1992 qui confirmait Roe.

    "L'avortement pose une profonde question morale. La Constitution n'interdit pas aux citoyens de chaque État de réglementer ou d'interdire l'avortement. Roe et Casey ont arrogé cette autorité", indique l'avis. "Nous annulons maintenant ces décisions et rendons cette autorité au peuple et à ses représentants élus."

    L'avis Dobbs a été rédigé par le juge associé Samuel A. Alito Jr. Les juges associés Clarence Thomas, Neil M. Gorsuch, Brett M. Kavanaugh et Amy Coney Barrett se sont joints à cette opinion. Thomas et Kavanaugh ont déposé des opinions concordantes. Le juge en chef John Roberts a déposé une opinion concordante dans le jugement. Les juges associés Stephen Breyer, Sonia Sotomayor et Elena Kagan sont dissidents.

    "En annulant Roe et Casey, cette Cour trahit ses principes directeurs. C'est avec tristesse - pour cette Cour, mais surtout pour les millions de femmes américaines qui ont perdu aujourd'hui une protection constitutionnelle fondamentale - que nous nous dissocions", peut-on lire dans l'opinion dissidente.

    La décision n'interdit ni ne criminalise l'avortement, pas plus qu'elle ne reconnaît le droit constitutionnel à la vie d'un enfant à naître. Mais d'un seul coup d'un seul, la décision de la Cour balaie des barrières juridiques bien établies, créées et strictement appliquées par le pouvoir judiciaire fédéral, qui, depuis des décennies, empêchaient des États comme le Mississippi de restreindre fortement ou d'interdire le meurtre d'enfants à naître dans l'utérus.

    Ce faisant, la décision ouvre une nouvelle ère dans la politique de l'avortement aux États-Unis, le champ de bataille se déplaçant désormais vers les législatures des États. Ces organes démocratiquement élus sont désormais libres de débattre et de réglementer l'avortement comme ils l'entendent, comme cela s'est produit tout au long de l'histoire américaine avant que la Cour suprême ne fédéralise la question.

    Dans le même temps, cet arrêt marque un tournant décisif pour l'Église catholique et le mouvement pro-vie aux États-Unis, qui ont laborieusement cherché à faire annuler l'arrêt Roe depuis que cette décision historique a été rendue le 19 janvier 1973 (7-2).

    "L'Amérique a été fondée sur la vérité que tous les hommes et les femmes sont créés égaux, avec des droits donnés par Dieu à la vie, à la liberté et à la poursuite du bonheur", ont déclaré l'archevêque Jose H. Gomez de Los Angeles et l'archevêque William E. Lori de Baltimore dans une déclaration commune après la publication de l'avis.

    "Cette vérité a été gravement niée par l'arrêt Roe v. Wade de la Cour suprême des États-Unis, qui a légalisé et normalisé la prise de la vie humaine innocente", ont poursuivi les évêques catholiques. "Nous remercions Dieu aujourd'hui que la Cour ait maintenant annulé cette décision". M. Gomez est président de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis (USCCB), et Mme Lori est présidente du comité des activités pro-vie de l'USCCB.

    "La décision d'aujourd'hui est également le fruit des prières, des sacrifices et du plaidoyer d'innombrables Américains ordinaires de tous horizons. Au cours de ces longues années, des millions de nos concitoyens ont travaillé ensemble pacifiquement pour éduquer et persuader leurs voisins de l'injustice de l'avortement, pour offrir des soins et des conseils aux femmes, et pour travailler à des alternatives à l'avortement, y compris l'adoption, le placement en famille d'accueil et les politiques publiques qui soutiennent réellement les familles", poursuit le communiqué.

    "Nous partageons leur joie aujourd'hui et nous leur en sommes reconnaissants. Leur travail pour la cause de la vie reflète tout ce qui est bon dans notre démocratie, et le mouvement pro-vie mérite d'être compté parmi les grands mouvements pour le changement social et les droits civils dans l'histoire de notre nation."

    Une décision conforme au projet qui a fuité

    L'issue de l'affaire Dobbs n'est guère surprenante, puisque l'avis final ressemble en grande partie à un projet rédigé par Alito en février, qui a été divulgué à la presse le 2 mai.

    Dans l'affaire Roe v. Wade, la Cour a statué que les États ne pouvaient pas interdire l'avortement avant la viabilité, que la Cour a déterminée comme étant de 24 à 28 semaines de grossesse. Près de 20 ans plus tard, la Cour a confirmé l'arrêt Roe dans l'affaire Planned Parenthood v. Casey. L'arrêt de 1992 stipulait que si les États pouvaient réglementer les avortements avant la viabilité, ils ne pouvaient pas imposer une "charge excessive", définie par la Cour comme "un obstacle substantiel sur le chemin d'une femme cherchant à avorter d'un fœtus non viable".

    La loi sur l'âge gestationnel du Mississippi, qui fait l'objet de l'affaire Dobbs, remet directement en cause ces deux décisions, car elle interdit l'avortement après 15 semaines, soit bien avant le point de viabilité.

    "La décision Roe était manifestement erronée dès le départ. Son raisonnement était exceptionnellement faible, et la décision a eu des conséquences dommageables. Et loin d'apporter un règlement national de la question de l'avortement, Roe et Casey ont enflammé le débat et approfondi la division", indique l'avis.

    "Il est temps de tenir compte de la Constitution et de renvoyer la question de l'avortement aux représentants élus du peuple", indique l'avis.

  • Les archives de Pie XII sur les Juifs ouvertes au public

    IMPRIMER

    Du site de Paris Match :

    Le Vatican ouvre au public des archives de Pie XII sur les Juifs

    Des milliers de lettres adressées au pape Pie XII par des Juifs d'Europe demandant de l'aide face aux persécutions nazies ont été publiées par le Vatican.

    Le Vatican a mis en ligne jeudi des milliers de lettres adressées au pape Pie XII (1939-1958) par des Juifs d'Europe demandant de l'aide face aux persécutions nazies pendant la Seconde Guerre mondiale.

    Au total, quelque 40 000 fichiers numérisés répartis en 170 fonds seront consultables sur le site du Saint-Siège, dont la majorité ont été publiés dès jeudi.

    En mars 2020, le Vatican avait déjà ouvert aux chercheurs 120 fonds et séries d'archives historiques sur Pie XII, accusé par certains d'avoir gardé le silence durant l'extermination de six millions de Juifs.

    Cette nouvelle publication, voulue par le pape François, permettra aux descendants des expéditeurs "de trouver des traces de leurs proches dans n'importe quelle partie du monde", a expliqué Mgr Paul Gallagher, en charge des relations avec les Etats, dans un article publié par L'Osservatore Romano, le quotidien du Vatican.

    Les demandes, provenant de toute l'Europe, visent à obtenir des visas ou des passeports, trouver l'asile, aider à réunir des familles ou chercher des informations sur les personnes déjà déportées. Certains en appellent à l'aide pour être libérés des camps de concentration.

    Mais dans la plupart des cas, le sort de ceux qui demandent de l'aide demeure inconnu, a précisé le Vatican.

    "Il y a peu d'espoir pour ceux qui n'ont aucune aide extérieure"

    Dans une lettre écrite en 1942, un étudiant allemand de 23 ans explique qu'il cherche à fuir un camp de concentration en Espagne. "Il y a peu d'espoir pour ceux qui n'ont aucune aide extérieure", écrit-il.

    Les archives ne dévoilent aucune autre information sur lui mais selon des recherches effectuées par le United States Holocaust Memorial Museum de Washington, il a été libéré un an après sa lettre et s'est finalement installé en Californie, a indiqué le Vatican.

    Cette publication, qui intervient au lendemain de l'audience du pape avec une organisation internationale juive, fait suite à des décennies de pressions de la part d'universitaires et d'historiens divisés sur le rôle du pape italien durant l'Holocauste.

    Le Vatican défend Pie XII, affirmant qu'il a sauvé de nombreux juifs en les faisant cacher dans des institutions religieuses et que son silence visait à ne pas aggraver leur situation.

  • Vouloir aligner l'Eglise sur le monde c'est précipiter sa destruction

    IMPRIMER

    Du Père Luc de Bellescize en tribune sur le site de Famille Chrétienne :

    Père Luc de Bellescize : « Toute volonté d’aligner l’Église sur le monde aggravera sa destruction »

    C’était à Notre-Dame de Paris, le 30 mai 1981. Le Saint Père avait honoré la mission fondamentale du successeur de Pierre, reçue de la bouche même du Seigneur : affermir ses frères dans la foi (Lc 22, 32). Après les années troubles qui avaient suivi le concile, lesquelles avaient vu un départ important de prêtres qui ne croyaient plus en leur sacerdoce, Jean Paul II avait redonné à l’Église qui est en France, une conscience de sa grâce propre, de ses racines profondes, une joie de croire et de donner sa vie. Il n’avait pas accusé la laideur, mais révélé la beauté. La vocation ultime de la lumière est d’illuminer et d’embellir, non d’abord de dénoncer et d’enlaidir. La dénonciation ne peut être qu’un chemin passager, qui doit conduire à un surcroît de clarté et de confiance. Sa présence même était une source de paix et de consolation. Et les prêtres avaient relevé la tête. Je me souviens des JMJ de Paris en 1997, de celles de Rome au grand jubilé de l’an 2000, du cardinal Lustiger, de cette impression forte d’une clarté doctrinale, d’une intelligence de la foi, d’une amitié bienveillante entre ces deux hommes qui portaient l’Église dans notre pays comme de bons pasteurs.

    Flottement doctrinal et méfiance larvée

    Sans doute y avait-il des ombres aussi, des tensions et des petitesses, comme en toute vie. Le scandale de la pédophilie de certains clercs couvait sous la cendre des compromissions et des silences coupables. Benoît XVI a eu, le premier, la force de dénoncer résolument ces crimes. Que le Seigneur le bénisse pour sa lucidité et son courage, poursuivi avec détermination par le Pape François. Sans doute, comme le dit Saint Exupéry, « nous habillons les morts de leur sourire le plus clair », mais Jean Paul II était un saint, malgré les aveuglements, les erreurs de jugement et la part des ténèbres, et sa sainteté redonnait force et vigueur à nos mains défaillantes. C’était hier. J’ai l’impression pourtant que c’était un autre monde tant nous sommes aujourd’hui dans un flottement doctrinal, notamment sur la morale sexuelle et familiale, et dans une méfiance larvée envers notre engagement sacerdotal et notre célibat consacré.

    Lire la suite

  • Ukraine : une guerre qui met la diplomatie du Saint-Siège à l'épreuve

    IMPRIMER

    De Marie-Lucile Kubacki sur le site de l'hebdomadaire La Vie :

    La guerre en Ukraine met à mal la diplomatie du Saint-Siège

    La guerre en Ukraine suscite depuis quatre mois des attentes envers la parole du pape, parole qui se trouve mise à rude épreuve, entre incompréhension et précipitation, voire impression d’une improvisation. Elle met aussi en lumière les enjeux et les limites de la diplomatie sous ce pontificat.
     
    21/06/2022

    C’est l’histoire d’une petite phrase en forme de bombe. Une petite phrase lâchée à deux reprises par le pape François à propos de la guerre en Ukraine, alors qu’il ne cesse par ailleurs de mettre en garde contre les mots susceptibles de contribuer à une escalade verbale. Interrogé par le quotidien italien le Corriere della Sera début mai 2022 sur les causes de l’agression russe, le pape déclare que les « aboiements de l’Otan à la porte de la Russie » ont pu « faciliter » la « colère » de Moscou. Dans les pays de l’Alliance atlantique (sans parler de l’Ukraine), on s’étrangle en faisant remarquer que cela ressemble assez fortement à la rhétorique du Kremlin.

    Dix jours plus tard, le pape reçoit les directeurs de revues jésuites européennes. Dans la bibliothèque du Palais apostolique, sous un tableau de la résurrection du Christ du Pérugin, il se livre à un échange dans le style à bâtons rompus qui est sa marque de fabrique. Selon le compte rendu publié dans la Civiltà Cattolica, il confie avoir rencontré « quelques mois avant le début de la guerre », « un chef d’État, un homme sage », « très sage en fait », et qui parlait « très peu ».

    Cet homme lui aurait confié ses préoccupations sur l’évolution de l’Otan en ces termes, rapportés par le pape : « Ils aboient aux portes de la Russie. Et ils ne comprennent pas que les Russes sont impérialistes et ne permettent à aucune puissance étrangère de les approcher (…), la situation pourrait conduire à la guerre. » Et le pape de conclure son étonnante narration : « Ce chef d’État a su lire les signes de ce qu’il se passait. »

    Lire la suite sur le site de La Vie

  • Chine; l'évêque Cui Tai est toujours détenu : le Vatican va-t-il insister sur sa libération ?

    IMPRIMER

    De Wu Xiuying sur Bitter Winter :

    L'évêque Cui Tai est toujours détenu : Le Vatican va-t-il insister sur sa libération ?

    22/06/2022

    Ce n'est qu'en faisant de sa libération une condition préalable au renouvellement de l'accord avec la Chine que le Saint-Siège pourra mettre fin au calvaire du prélat.

    Bishop Cui Tai. From Weibo.

    L'évêque Cui Tai. De Weibo.

    En octobre 2022, l'accord Vatican-Chine de 2018 expirera, après avoir été renouvelé lors de sa première échéance en 2020 pour deux années supplémentaires. Le Vatican le renouvellera-t-il ? Les catholiques chinois ne doutent pas que le renouvellement de l'accord soit dans l'intérêt du PCC. Mais est-ce dans l'intérêt du Vatican ?

    Ici, les avis divergent. Certains catholiques qui ont parlé à Bitter Winter apprécient le fait que, au moins en théorie, il y a maintenant en Chine une seule Église catholique - au lieu de deux, la "patriotique" contrôlée par le gouvernement et la "clandestine" indépendante - et les catholiques qui décident d'assister aux services de l'Église catholique patriotique peuvent maintenant le faire avec la bénédiction du Vatican et sans se sentir coupables de participer à des rites "schismatiques".   

    Cependant, la majorité des catholiques chinois n'étaient pas satisfaits de l'accord au départ ou sont déçus de ses résultats. Bien sûr, il est impossible de réaliser des sondages d'opinion indépendants, mais les catholiques votent visiblement avec leurs pieds. Parmi ceux qui fréquentaient les églises clandestines, rares sont ceux qui suivent les évêques patriotes, même s'ils sont désormais reconnus par le Vatican. Dans un climat général de confusion, beaucoup ont abandonné l'Église catholique. Bitter Winter a également recueilli l'opinion de dizaines de prêtres et de laïcs qui, tout en respectant le pape et le Saint-Siège, estiment avoir été trompés en signant un accord qui ne profite qu'au régime.

    Un test que ces catholiques dissidents ou perplexes considèrent comme crucial est de savoir si le PCC libèrera les évêques clandestins qu'il a arrêtés. Bitter Winter a mentionné le cas de l'évêque Joseph Zhang Weizhu du diocèse de Xinxiang, qui a été arrêté en mai 2021 et dont on ignore toujours où il se trouve. Nous avons rapporté que, selon des sources crédibles, le Vatican a demandé sa libération, mais en vain.

    Le cas le plus discuté par les catholiques chinois concerne l'évêque Augustine Cui Tai, qui était évêque coadjuteur du diocèse de Xuanhua, dans la province de Hebei. L'évêque Cui Tai, âgé de 72 ans, a été emprisonné pendant de longues périodes depuis 2007, bien qu'il ait été périodiquement libéré pour quelques jours à l'occasion du Nouvel An chinois et d'autres fêtes. De janvier à juin 2020, il a connu sa plus longue période de liberté, car après le Nouvel An chinois, il a été confiné chez lui à cause de la pandémie. Mais il a ensuite été de nouveau arrêté. Selon les catholiques de Xuanhua, plusieurs rumeurs circulent, mais on ignore où il est détenu.

    L'évêque Cui Tai est l'un des "objecteurs de conscience" qui refusent de rejoindre l'Association patriotique, bien que cela soit autorisé et même encouragé par le Vatican. Il est accusé par le PCC de dire à ses ouailles que même s'il n'a pas rejoint l'Association patriotique, il est en communion avec le Saint-Siège. Or, cela est vrai, selon le Vatican lui-même, qui a déclaré à plusieurs reprises qu'il n'encourage pas l'objection de conscience mais considère les objecteurs comme des catholiques en règle dont le choix doit être respecté. 

    L'évêque Cui Tai est un prélat populaire et sa détention est un immense scandale. Des rapports crédibles indiquent qu'il a été torturé à plusieurs reprises en prison, car il refuse obstinément de rejoindre l'Association patriotique. Son calvaire prouve que quelque chose cloche dans l'accord de 2018. De nombreux catholiques chinois pensent que, comme il l'a fait sans succès pour l'évêque Zhang Weizhu, le Vatican demande maintenant discrètement la libération de l'évêque Cui Tai également.

    Cependant, demander n'est pas suffisant. La libération des évêques objecteurs de conscience, dont l'évêque Cui Tai, devrait être une condition préalable au renouvellement de l'accord. Sans cela, l'évêque Cui Tai et d'autres continueront d'être détenus et torturés.

  • Synode : un retour aux années 70 ?

    IMPRIMER

    Les propositions des catholiques français en vue du Synode sur la Synodalité ne diffèrent pas substantiellement de celles qu'on retrouve exprimées dans les diocèses belges. On peut d'ailleurs s'interroger sur la représentativité des groupes qui se sont exprimés, le simple catholique du rang n'ayant eu guère l'occasion de participer à ce processus dont on peut craindre qu'il débouche sur de réelles impasses.

    Du blog de la lettre d'information de Denis Sureau "Chrétiens dans la Cité" :

    Synode français : retour aux années 70

    Environ 150 000 catholiques auraient contribué en France aux propositions en vue du Synode sur la synodalité d’octobre 2023. Le chiffre peut sembler important, mais il ne représente que 10 % des pratiquants. Les évêques ont déploré que les plus jeunes n’aient pas participé aux discussions, ni les catholiques traditionnels. Mgr Alexandre Joly, évêque de Troyes et responsable du synode pour la France, a reconnu : « toutes les sensibilités ne se sont pas exprimées et il nous manque une génération, les 25-45 ans. » L’absence des jeunes et jeunes adultes explique le contenu des doléances exprimées dans les synthèses produites, à la fois très datées années 70 et éloignées de leurs préoccupations, quand elles ne sont pas décalées par rapport à l’enseignement de l’Église : ordination diaconale et sacerdotale des femmes, mariage des prêtres, homélies données par des laïcs et « spécifiquement » des femmes, célébrations de la Parole au détriment de l’eucharistie, « gouvernance » démocratique (élection de conseils de laïcs jouant le rôle de contre-pouvoirs…), filles servantes d’autel, etc.

    Les évêques ont transmis ces propositions quelque peu embarrassantes à Rome, sans pour autant les approuver. Dans la lettre qui les accompagne, en forme de recadrage, les évêques observent « l’absence de certains sujets : l’un des trois termes centraux du synode, la mission, est peu présent. La vocation de l’Église est missionnaire, tout entière tournée vers l’annonce de la Bonne Nouvelle. […] Nous avons à entendre d’autres appels, moins exprimés ou rapportés, cependant urgents, où les chrétiens ont un témoignage à donner : les grands enjeux de la société, les divers modèles anthropologiques proposés, l’écologie intégrale, la solidarité internationale. Nous avons aussi à nous demander pourquoi certaines richesses spirituelles chrétiennes sont soit ignorées soit dévalorisées, par exemple, l’eucharistie en tant que sacrifice de Jésus, les sacrements, la vie consacrée, le célibat des prêtres, le diaconat. Nous constatons également que la famille comme lieu d’apprentissage de la fraternité n’est pas évoquée. »

    Transmission de la foi, évangélisation, mission, intervention dans le débat public sur des thèmes qui mettent l’homme en péril, ressourcement dans l’eucharistie en tant que « sommet de la vie chrétienne » (Vatican II), engagement civique, promotion de la vie de la famille, toutes ces thématiques sont au cœur de notre vocation de chrétiens dans la cité. Comment pourrions-nous les oublier ? 

  • Retour sur la renonciation de Mgr Van Looy au cardinalat

    IMPRIMER

    De Nico Spuntoni sur le site de la Nuova Bussola Quotidiana :

    Belgique, le scandale des abus refait surface : le cardinal élu renonce à son mandat

    22-06-2022

    Le pape François a accepté la renonciation au cardinalat de Mgr Lucas Van Looy, qui devait recevoir la pourpre au consistoire en août. Les accusations du Werkgroep Mensenrechten in de Kerk selon lesquelles il n'aurait pas fait assez en son temps pour arrêter deux religieux responsables de violences contre des mineurs ont été fatales à l'évêque émérite de Gand. L'embarras dans l'Église belge.

    Contrordre, mes frères ! La nouvelle de la renonciation de Monseigneur Lucas Van Looy au cardinalat, acceptée par le pape François, a provoqué un brusque revirement de la Conférence épiscopale belge. En effet, le 29 mai dernier, lorsque le Saint-Père a annoncé que la liste des cardinaux à créer le 27 août incluait également le nom de l'évêque émérite de Gand, le président de la Conférence épiscopale, le cardinal Jozef De Kesel, avait fait savoir qu'il avait appelé Van Looy pour le féliciter au nom de tous les évêques et avait également annoncé sa présence à Rome pour le Consistoire. Le Père Tommy Scholtes, porte-parole de la Conférence, avait également réagi avec jubilation à la nouvelle.

    L'euphorie, cependant, n'a duré que peu de temps : le temps de lire le communiqué de l'association Werkgroep Mensenrechten in de Kerk ("Groupe de travail sur les droits de l'homme de l'Église"), qui a sévèrement critiqué la conduite passée sur le front des abus du cardinal élu, accusé de ne pas avoir agi de manière adéquate pour arrêter deux religieux responsables de violences sur des mineurs pendant leur activité missionnaire en Afrique. Dans l'un des deux cas, celui d'Omer V., qui aurait violé plusieurs mineurs au Congo dans les années 1980 et une jeune fille dans la banlieue de Gand dans les années 1990, il y a également eu un incident diplomatique : en 2014, en effet, le départ imminent pour une mission humanitaire auprès d'orphelins africains du prêtre controversé n'a été bloqué que par l'intervention du consul général honoraire du Rwanda, qui a fait retirer le visa après que le scandale a éclaté dans les médias belges.

    À l'époque, le diocèse de Gand s'est défendu contre les accusations selon lesquelles il n'en avait pas fait assez, affirmant que l'évêque avait imposé des mesures restrictives qui étaient ignorées par Omer V. et qu'il ne pouvait pas faire beaucoup plus. Le journaliste Yves Delepeleire rapporte que le consul rwandais s'est dit "très désolé" de l'attitude de Van Looy, qu'il connaissait personnellement et qui ne lui avait jamais parlé de l'affaire, bien qu'il en ait eu connaissance. Le dossier était également connu à Rome, comme l'avait raconté Van Looy lui-même en 2014, disant qu'il avait demandé qu'Omer V. soit réduit à l'état laïc, alors qu'en 2009 il avait été honoré par le diocèse pour 50 ans de sacerdoce.

    Pour toutes ces raisons, déjà en 2018, l'organisation Ending clergy abuse (Eca) avait demandé au Vatican d'ouvrir une enquête sur l'évêque de Gand, et le mois dernier, lors de l'annonce du Consistoire, le malaise a refait surface, avec la déclaration du Werkgroep Mensenrechten in de Kerk, dans laquelle Van Looy est accusé d'avoir ignoré leurs lettres de plainte et de ne pas avoir agi comme il aurait dû. Le tollé qui s'en est suivi a conduit le salésien belge à se retirer et à demander au pape de le dispenser d'accepter le cardinalat. C'était donc le cas. Un revirement qui a contraint la Conférence épiscopale de Belgique à modifier le registre des déclarations : le cardinal De Kesel, qui avait auparavant fait savoir avec enthousiasme qu'il souhaitait partir à Rome pour assister au Consistoire, a annoncé qu'il accueillait "favorablement" la décision. Même sur le canal social de la Conférence, "Cathobel" (avec un re-partage du porte-parole Scholtes), la nouvelle de ce retour en arrière a été présentée comme la preuve que l'Église belge "a décidé de mettre les victimes au centre".

    Pourtant, trois semaines plus tôt, alors que les accusations contre Van Looy de " ne pas avoir réagi avec suffisamment d'énergie, en tant qu'évêque de Gand (2004-2020), contre les abus " étaient déjà connues, les critiques prévisibles des associations n'avaient pas été imaginées. C'est un embarras pour l'Église en Belgique, qui a récemment souffert du scandale des abus. L'opinion publique ne lui a pas encore pardonné le cas de l'ancien évêque de Bruges, Roger Vangheluwe, qui a avoué l'agression sexuelle de son neveu mineur et qui vit actuellement retiré dans une abbaye française à Solesmes.

    La crédibilité minée sur la question des abus se combine avec le désert vocationnel qui fait de plus en plus s'évanouir le mythe de la Belgique comme bastion du catholicisme : selon un rapport basé sur les chiffres de l'Annuarium Statisticum Ecclesiae 2019, en effet, il est probable que suivant cette tendance, le dernier monastère belge fermera en 2030, donc dans moins de dix ans. Un scénario qui n'effraie pas son primat, le cardinal De Kesel, qui a toujours considéré la déchristianisation comme une opportunité et soutient que le catholicisme doit embrasser la société sécularisée. C'est précisément l'actuel président de la Conférence des évêques de Belgique qui a fêté son 75e anniversaire il y a quelques jours et qui a envoyé à Rome sa démission en tant qu'archevêque de Malines-Bruxelles. Cette fois, cependant, il n'y aura pas de répétition du précédent créé en 2015, lorsque la démission de son prédécesseur, Monseigneur André-Joseph Léonard (voulu là en 2010 par Benoît XVI à la place du Cardinal Godfried Danneels, bien que le Cardinal sortant ait indiqué sa préférence pour De Kesel), a été acceptée en un temps record : en fait, il est probable que tout restera inchangé jusqu'en novembre prochain, lorsque la visite ad limina des évêques de Belgique est prévue.

  • La "voie synodale allemande" : une tentative de coup d'Etat d'après le cardinal Kasper

    IMPRIMER

    Lu sur kath.net/news :

    Le cardinal Kasper intensifie la critique du chemin synodal - "... il brise le cou de l'église"

    22 juin 2022

    D'un ton lancinant, le cardinal presque nonagénaire rappelle aux évêques allemands ce que « chaque évêque (a) publiquement promis lors de son ordination épiscopale. Nous devrons rendre compte de cela un jour.

    Quelques jours après que le cardinal Christoph Schönborn de Vienne se soit clairement distancié de la voie synodale allemande, le cardinal Walter Kasper, qui appartient également à l'aile réformatrice, a vivement critiqué l'approche allemande. Dans une contribution à l'initiative "Nouveau Commencement", l'ancien dirigeant œcuménique du Vatican a accusé les évêques allemands de détruire l'un des trois piliers sur lesquels repose l'Église - à savoir la fonction d'évêque. La fonction d'évêque est "à ce jour commune à toutes les églises du premier millénaire en Orient et en Occident ... Quiconque scie ce pilier brise le cou de l'église".

    Kasper fait référence à l'intention de certains évêques allemands de se soumettre en permanence à un conseil synodal. (...) « Les évêques », selon Kasper, « ne peuvent en effet plus exercer la tâche et l'autorité qui leur sont assignées, s'ils y renoncent volontairement dans un acte d'engagement et déclarent qu'ils suivront les décisions du synode ou du futur conseil synodal.»

    Kasper considère les engagements des évêques exigés par le chemin synodal comme un "truc paresseux". Aucun évêque ne peut pour lui-même (et certainement pas pour ses successeurs en fonction) renoncer à l'exercice de ses fonctions légales. « Imaginez un fonctionnaire qui se laisse nommer puis renonce à l'exercice de ses fonctions légales. Une procédure légale serait sans danger pour lui. » Kasper voit même la manœuvre stratégique avec les auto-engagements comme « un coup d'État, une tentative de coup d'État » dans l'Église au sens du droit constitutionnel. Kasper : "A terme, un tel engagement équivaudrait à une démission collective des évêques."

    D'un ton lancinant, le cardinal presque nonagénaire rappelle aux évêques allemands ce que « chaque évêque (a) publiquement promis lors de son ordination épiscopale. Il faudra en rendre compte un jour." Kasper supplie ses confrères : "On ne s'en tirera pas avec des points de vue purement tactiques." Aussi noble que clair sur le sujet, le chef d'église Kasper s'adresse au siège du jugement de Dieu uniquement en son propre nom : « Je ne juge pas les autres ; Je peux seulement dire que je ne vois pas comment je pourrais représenter des déclarations individuelles qui ont déjà été décidées (c'est-à-dire : sur le chemin synodal) comme compatibles avec l'évangile au jugement dernier.