Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 4

  • Chute des vocations : on n'aurait pas encore touché le fond...

    IMPRIMER

    Une analyse fouillée des chiffres concernant le nombre des séminaristes en France est publiée sur le site "Riposte catholique" :

    Le nombre de séminaristes diocésains baisse fortement

    Une étude passionnante circule sur les vocations en France, issue de La Vérité des chiffres. En voici une synthèse exhaustive.

    En avril 2017, il y avait environ 853 séminaristes pour l’Eglise en France métropolitaine. La tendance générale est encore à la baisse : -1% par an. Le nombre de séminaristes diocésains continue à baisser fortement à cause de l’effondrement d’une douzaine de diocèses. Les séminaristes sont concentrés sur un quart des diocèses. La moitié des diocèses ont 0, 1, 2 ou 3 séminaristes. La moitié des presbyteriums diocésains est en danger de disparaître à long terme si la tendance ne se retourne pas car 50% des séminaristes sont aujourd’hui dans des communautés ou fraternités. Les diocèses en difficulté perdent de nombreux séminaristes qui rejoignent, en cours d’études, d’autres diocèses, la vie religieuse ou la vie laïque. Le nombre de séminaristes dans les diocèsesest fortement influencé par l’état de guerre liturgique plus ou moins larvée entre formes ordinaire et extraordinaire du rite romain, poison pour les vocations. Seuls une douzaine de diocèses vivent la cohabitation harmonieuse entre les deux formes dans les paroisses : 43 diocèses n’ont aucun prêtre diocésain disant la messe en forme extraordinaire et 30 n’en ont qu’un seul. Pour chaque diocèse de France : l’acceptation apaisée du Motu Proprio par l’ensemble des prêtres et la coexistence des deux formes du rite romain dans au moins 3 ou 4 paroisses apparaît comme un élément fondamental pour la survie de ce diocèse à long terme.

    Dans cette étude sur les séminaristes (chiffres 2016), sont inclus :

    voir la suite sur "Riposte catholique"

  • Ernest Hello, un grand méconnu

    IMPRIMER

    De Philippe Maxence sur le site de l'Homme Nouveau :

    Ernest Hello, ce grand méconnu

    Saint Jean-Marie Vianney disait d'Ernest Hello qu’il avait « reçu de Dieu le génie ». Né en 1828, mort en 1885, Ernest Hello, auteur notamment de L’Homme, son chef-d’œuvre, mérite bien d'être revisité.

    Dans son Journal, Léon Bloy qualifie Ernest Hello de « grand méconnu » (Journal de Léon Bloy, tome 1, 1892-1907, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1999, 878 p). Que dirait-il aujourd’hui ? Dans la longue préface qu’il a donné à la réédition de L’Homme (Éditions de Paris, coll. «Classiques», 2003, 380 p), l’abbé Claude Barthe relève pourtant le livre que Patrick Kéchichian a consacré à Hello en 1993 sous le titre, Les usages de l’éternité (Le Seuil). Kéchichian après Michaux, après Stanislas Fumet, après Claudel, Bernanos ou Goyau, sans oublier l’abbé Cauwes (que Claude Barthe ne nomme pas bizarrement), c’est finalement peu de monde pour imposer un nom, afin qu’il soit sur les lèvres, même si l’on n’en connaît pas l’œuvre. Bloy, peut-être, a finalement pris dans notre inconscient littéraire la place qu’aurait pu occuper Ernest Hello. Il faut dire que l’œuvre de Léon Bloy comme sa postérité spirituelle (pensons à Jacques et Raïssa Maritain) semblent plus importantes. Pourtant, il suffit d’ouvrir les premières pages de L’Homme pour être saisi par la certitude que nous avons bien affaire à un véritable écrivain :

    « La mer Rouge venait de s’ouvrir, et le Sinaï venait de fumer. Au milieu des races flétries, un peuple avait gardé l’Unité de Dieu ».

    Un ton prophétique

    Dans sa préface à ce recueil de textes qui forment L’Homme, Ernest Hello a prévenu son lecteur, sans détour, mais non sans philosophie et talent. L’unité est son grand sujet, comme le montre la première phrase de son premier texte. C’est pourquoi, expliquant la genèse de son livre, il distingue entre l’unité mécanique, qui résulte « de certaines règles factices », de l’unité organique, qui vivifie les parties d’un tout en les orientant à la vérité. Hello, si facilement imprécateur, non sans raison, ni talent (là encore) est bien de son temps. Il se méfie d’une raison trop asséchante et cherche à en libérer ses contemporains. C’est un mystique en littérature, comme Bloy après lui.

    Lire la suite

  • Et unam, sanctam, catholicam et apostolicam Ecclesiam

    IMPRIMER

    De KTO :

    L´Eglise est « Une, Sainte, Catholique et Apostolique ». Qu´est-ce que cela veut dire ? L´unité est un des biens les plus précieux de l´Eglise, car c´est par là qu´elle témoigne de l´unité et de l´amour de Dieu, bref de sa sainteté. L'Eglise est sainte parce que son auteur est le Dieu très saint, parce que le Christ s'est livré pour elle pour la sanctifier et qu´il demeure en elle jusqu´à la fin des temps. Elle est universelle parce qu´en elle le Christ est présent, et qu´il est le Sauveur universel de tous les hommes, qu´elle est envoyée à tous les hommes, qu´elle est constituée de tous ceux qui, en fin de compte, seront sauvés, à travers l´espace et le temps.

  • La mort d'un grand communicateur

    IMPRIMER

    De Christian Laporte sur le site de la Libre :

    Armand Pirard avait transcrit le concile Vatican II à la RTB(F)

    L'abbé Armand Pirard s'est éteint lundi à 2h15 du matin chez les Petites Sœurs des Pauvres dans leur maison de la rue Haute à Bruxelles. Agé de 88 ans, c'est une figure importante de l'actualité religieuse de la RTB et de la RTBF qui rejoint ainsi nombre de pionniers des grandes et belles années de croissance de la télévision belge.

    Ce prêtre du diocèse de Liège qui resta très attaché à sa paroisse de Francheville près de Stavelot - où il avait même fait venir la télé publique pour une messe de minuit à Noël! - avait cependant travaillé d'abord sur le grand reportage aux côtés de Raoul Goulard.

    Dans les années 1960, il avait vu arriver bien avant d'autres l'essor de la vidéo et l'utilité de son usage à des fins pédagogiques et culturelles. Cela l'avait amené à créer le CTV sis à l'avenue des Nerviens aux abords du parc du Cinquantenaire à Bruxelles. Cette institution servit d'interface entre la production de reportages de société pas uniquement religieux du reste et leur diffusion sous forme de cassettes dans les écoles ou autres lieux s'adressant à la jeunesse mais aussi aux chrétiens en général. Il fut donc un des grands promoteurs des téléforums en Belgique francophone.

    Dans le sillage de Jean Paul II…

    Et toujours prêt à lancer de nouvelles initiatives qui insisteraient sur la place des médias modernes dans la diffusion de l'Evangile. Cela l'amena à assurer des cours au département de Communication sociale de l'UCL tout en devenant un pilier des messes télévisées où il était l'adjoint de l'abbé Zech. Il en assura moult homélies tout en s'investissant aussi dans la difusion de messes en Eurovision.

    Armand Pirard fut en même temps le journaliste-religieux belge qui connut sans nul doute le mieux la dimension internationale du pape Jean-Paul II. Il assura en effet le reportage de nombre de ses voyages, y investissant sans limite. Et ce très vite après que Karol Wojtyla se soit installé sur le trône de Pierre. Très classique sur le plan doctrinal, l'abbé Pirard était très ouvert à toutes les innovations médiatiques. En ce sens, il avait bien traduit les conclusions du concile Vatican II en termes médiatiques!

    "S'il fallait le caractériser par un mot" explique l'abbé Philippe Mawet qui avait pris le relais en 2006 aux messes radiotélévisées "c'est bien celui de fraternel… Armand l'était avec ses collègues mais aussi avec toutes les équipes de la RTBF qui appréciaient son compagnonnage et sa dimension très professionnelle".

    Bien qu'atteint déjà par la maladie, l'abbé Pirard participa encore à diverses grandes cérémonies et à diverses conférences de presse, ces dernières années au siège de l'Eglise catholique à la rue Guimard. C'était l'occasion d'évoquer l'un ou l'autre souvenir de ses reportages. Une de nos dernières grandes rencontres se situa avant la béatification de Jean-Paul II.

    Son attachement sans limités à son diocèse d'origine l'avait amené à fêter ses 60 ans de sacerdoce en 2011 à Liège mais ces dernières années, sa paroisse était celle de son successeur Philippe Mawet, curé de Saint-Alix qui lui a administré le sacrement des malades le jour de l'Assomption. Ce sera là qu'on célèbrera, probablement, ce samedi son A-Dieu…

    Hommage rendu par la RTBF Radio

  • L'immigré est-il mon prochain? Charité personnelle et charité politique

    IMPRIMER

    Cet article a paru dans le n° 95 du magazine Vérité et Espérance – Pâque Nouvelle et sur le site web de l’église du Saint-Sacrement à Liège. Petite piqûre de rappel pour ne pas perdre le Nord…

    Chagall-Abraham-3Visiteurs-g.jpg

    " Choses lues et entendues, hier et aujourd’hui, à propos des étrangers :

    « La fréquentation des étrangers corrompt fortement les moeurs des citoyens, parce qu’il doit nécessairement arriver que des étrangers élevés sous des lois et des coutumes différentes agissent en bien des cas autrement que l’exigent les moeurs des citoyens, de telle sorte que, tandis que les citoyens sont poussés à agir de façon semblable, la vie sociale est perturbée » (Aristote, Politique).[1]

    « Il y a trop d’étrangers ! »

    « On ne se sent plus chez soi : au lieu de s’adapter à notre mode de vie, les étrangers se comportent comme s’ils étaient chez eux ! »

    « Je ne me sens plus en sécurité dans les rues. »

    « Ils vivent à nos crochets, qu’ils retournent dans leur pays ! »

    « Si encore ils étaient chrétiens, ils pourraient s’assimiler, comme les Polonais et les Italiens, par exemple, mais avec les musulmans c’est impossible ! »

    Face à une opinion publique de plus en plus réticente, voire hostile (quand elle ose l’avouer), à la présence permanente d’étrangers (qu’ils soient en situation légale ou illégale), comment doit réagir un chrétien ?

    Quel comportement adopter face aux vagues d’immigration successives qui rendent « l’autre » visible et palpable ?

    Quand le « lointain » devient le « prochain », cesse-t-il d’être un frère ou le devient-il davantage ? Est-il une menace ? une chance ? Qu’en disent les Saintes Ecritures ?  Quelle est la position de l’Église ?

    Aimer l’étranger...

    Dans l’Écriture - qui est Parole de Dieu - la question du rapport des croyants envers les étrangers est d’une limpidité exemplaire : « Vous traiterez l'étranger en séjour parmi vous comme un indigène du milieu de vous ; vous l'aimerez comme vous-mêmes, car vous avez été étrangers dans le pays d'Égypte. Je suis l'Éternel, votre Dieu. » (Lv. 19, 34).

    Le Deutéronome, dernier livre de la Torah, reprend le même commandement d’amour : « Vous aimerez l'étranger, car vous avez été étrangers dans le pays d'Égypte ». (Dt 10, 19) Et plus loin dans le même livre, Dieu jette une malédiction sur ceux qui résistent à sa volonté : « Maudit soit celui qui porte atteinte au droit de l'étranger, de l'orphelin et de la veuve ! Et tout le peuple dira : Amen ! » (Dt 27, 19). La volonté divine est claire : le croyant ne doit pas seulement accueillir l’étranger, il doit l’aimer !

    Lire la suite

  • Rouvrir les commentaires sur belgicatho ? Qu'en pensez-vous ?

    IMPRIMER

    Des amis déplorent qu'il ne soit plus possible de s'exprimer sous les posts publiés sur belgicatho.

    Qu'en pensez-vous?

    Publiez votre avis en commentaire ci-dessous.

  • La Libre, Van Rompuy et les "ultra-cathos" : un frère de Saint-Jean dénonce un article tendancieux et peu respectueux de la déontologie journalistique

    IMPRIMER

    Le frère Marie-Jacques de la Communauté Saint-Jean adresse cette réponse à l'article paru jeudi dernier (17 août) dans La Libre et intitulé "Des catholiques opposés à Van Rompuy qui ose le débat sur la fin de vie" (la première mouture de cet article, celle publiée sur l'édition papier, incriminait les "ultra-cathos" auxquels belgicatho était assimilé) :

    Madame, Monsieur

    Permettez-moi de réagir à votre article "Des catholiques opposés à Van Rompuy qui ose le débat sur la fin de vie", fort tendancieux et non respectueux du minimum de déontologie journalistique, surtout sur un sujet aussi délicat.

    Concernant Mr Van Rompuy, homme politique si respectable, qui a participé pourtant notamment à un débat à Liege il y a quelques années sur la profondeur de la doctrine sociale de l'Eglise, le titre de l'article semble insinuer "l'affront" de s'opposer à la parole réfléchie de cet homme politique. Or, sa compétence politique ne lui donne pas autorité pour se prononcer sur un domaine moral et d'autant plus vu sa gravité; et l'article ne mentionne pas volontairement qu'il fait partie des laïcs (qui se disent catholiques) membres de l'organisation qui gère les 15 hôpitaux des Frères de la charité et qui a voté cette euthanasie. Il parle en tant que membre du conseil de cette organisation, ayant choisi ce vote, pas à un autre titre. Ce n'est pas honnête de donner un poids à sa parole en se référant à d'autres attributions de cet homme.

    - De plus, la citation "le temps du Roma locuta, causa finita est" ne correspond pas du tout ni à l'attitude actuelle de Rome, ni aux circonstances. C'est le frère René Stockman, supérieur général des Frères de la charité qui a demandé leur avis, après avoir  avec ses Frères dit ouvertement leur désaccord avec cette décision, qui n'a pas été prise par les Frères de la charité comme tels mais par l'organisation laïque dans laquelle il n'y a que 3 frères minoritaires. Il était évident qu'il fallait une réponse puisque l'enjeu est de savoir s'ils peuvent continuer à assumer la responsabilité morale de ces hôpitaux (et les journaux ont bien attribué aux Frères une décision, qui ne dépendait pourtant pas d'eux), autrement dit si cette organisation peut se dire à l'avenir liée à leur Congrégation, et même si elle peut s'afficher encore comme catholique. C'est bien à Rome de se prononcer sur ces points.

    La citation latine de Mr Van Rompuy comme la tendance de l'article sont exactement dans la ligne de fond idéologique de la pensée et de la culture contemporaine, plus précisément occidentale, qui est devenue prédominante depuis un demi-siècle. Celle-ci est marquée en effet, comme l'ont souligné de nombreux auteurs, par le relativisme absolu et le primat absolu de l'opinion subjective. Tout jugement n'est plus que de l'ordre d'une opinion parmi d'autres. Oser émettre un jugement dépassant le subjectivisme de l'opinion et atteignant un certain niveau de vérité, c'est-à-dire tout simplement de respect et de manifestation du réel dans sa diversité et sa complexité, ne peut que susciter la suspicion, la réprobation et l'accusation d'intolérance. L'ouverture d'esprit consiste à assimiler tous les points de vue sans chercher à se poser la question de leur pertinence, c'est-à-dire de leur rapport au réel, donc de leur vérité. 

    En outre, cette culture est devenue essentiellement non seulement conditionnée mais déterminée par le mode affectif de l'émotion. L'adhésion de l'intelligence ne se fait plus en fonction du réel objectif qui se fait connaître et la détermine mais du mouvement affectif qui la précède. Aussi un argumentaire ne devra pas chercher à éclairer mais à susciter une émotion d'enthousiasme et d'agrément, ou au contraire de répulsion pour être respecté et reçu. Le tweet avec la citation latine joue précisément à ce niveau-là, en présentant l'autorité (qui est un service) de l'Eglise dans certains domaines comme un diktat tyrannique empêchant de penser, ce qui ne peut évidemment susciter que la répulsion. Le débat sur le fond est soigneusement évité. Une des phrases de l'article est quant à elle du même ordre : "proche des frères de la Charité belges qui ont osé mettre sur le tapis le débat de la fin de vie  - ce n'est pas vrai, c'est l'organisation laïque, et il n'y a pas de débat mais une décision - des personnes psychiquement au bout du rouleau" : là on joue sur la réaction émotive pour justifier la décision.

    Frère Marie-Jacques csj

  • Migrations, populisme : le pape sous le feu des critiques

    IMPRIMER

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso, traduit sur le site diakonos.be :

    Deux critiques laïques de Bergoglio. Sur les migrations et le populisme

    En ce mois d’août, le pape François a fait l’objet d’une contestation sur deux des points les plus connus de sa prédication. Et il l’a été sous une forme insolite : d’abord parce que ces critiques ne viennent pas de l’intérieur de l’Eglise mais de l’extérieur – elles sont issues de deux personnalités respectées de l’opinion publique laïque – et ensuite parce que jamais son nom n’a été explicitement cité dans cette polémique alors qu’il était évident que ces critiques étaient aussi dirigées contre lui.

    *

    Le premier point concerne le phénomène migratoire. Ces derniers jours, une décision de la magistrature italienne et un appel signé par un certain nombre d’intellectuels d’extrême-gauche ont comparé les centres d’accueil des migrants qui embarquent vers l’Italie depuis les côtes libyennes à des « camps de concentration » et le refus de les accueillir sans condition à une « extermination de masse » comparable à celle des juifs par les nazis.

    Ces analogies ne datent pas d’hier. Ces derniers temps, on a employé des mots tels que « camp de concentration », « extermination » ou « holocauste » pour dénoncer le traitement réservé aux immigrés par ceux qui ne veulent pas les accueillir sans réserve.

    Mais cette fois, à la suite de la décision conjointe du gouvernement italien et des autorités libyennes de mettre un frein à l’embarquement de migrants jusqu’ici organisé en toute impunité par des organisations criminelles au détriment de la vie d’un grand nombre d’entre eux et à la suite du soutien ferme à cette décision apporté par le président de la Conférence épiscopale italienne, le cardinal Gualtiero Bassetti, la comparaison aberrante entre le « non-accueil » des immigrés et l’extermination des juifs n’a pas été passée sous silence et a au contraire provoqué une salutaire vague de critiques.

    A vrai dire, aucune de ces critiques n’a cité le nom du pape François. Mais il avait lui aussi qualifié il n’y a pas si longtemps les centres d’accueil des migrants en Grèce et en Italie de « camps de concentration ».

    C’était au cours d’une homélie prononcée le 22 avril dans la basilique romaine de Saint-Barthélemy-en-l’Île Tibérine, pendant une cérémonie en mémoire des « nouveaux martyrs » du XXè et XXIè siècle.

    Cette déclaration avait encore davantage renforcé l’image qu’on se fait du pape à propos de l’immigration : celle d’un pape en faveur d’un accueil illimité et inconditionnel de tous, quel qu’en soit le prix.

    Parce qu’il est vrai qu’à ce sujet, il est arrivé à l’occasion que François déclare le contraire. Par exemple, au cours de l’une de ses conférences de presse dans l’avion de retour de Suède le 1 novembre dernier, il avait fait l’éloge de la « prudence » des gouvernants qui mettaient des limites à l’accueil parce qu’ « il n’y a pas de place pour tout le monde ».

    Tout comme il est vrai que le cardinal Bassetti a parlé avec l’accord préalable du pape – qui à son tour sortait d’une rencontre secrète avec le premier ministre italien Paolo Gentiloni –, quand il avait appuyé le 10 août dernier la ligne dure du gouvernement de Rome contre « ceux qui exploitent de façon inhumaine le phénomène migratoire » en organisant des embarquements depuis la Libye vers l’Italie.

    Mais il n’en demeure pas moins que ces corrections n’ont pas entaché l’image qui s’est imposée dans les médias d’un François grand défenseur de l’accueil indiscriminé. Et l’on pourrait se demander s’il c’est uniquement l’œuvre des médias ou bien également la sienne, vu l’écrasante prépondérance de ses appels à l’accueil sans condition par rapport au nombre étriqué de ses éloges de la « prudence » en matière de gouvernance du phénomène migratoire.

    *

    Le deuxième point de la prédication du pape Jorge Mario Bergoglio qui se retrouve sous le feu des critiques concerne sa vision de politique globale, qui est hostile aussi bien à la mondialisation dans laquelle il constate la prévalence d’effets pervers qu’aux politiques libérales qu’il qualifie souvent d’ « économie qui tue ».

    Dans un éditorial du Corriere della Sera date du 26 juillet, le professeur Francesco Giavazzi, un économiste de renommée internationale qui enseigne à l’Université Bocconi de Milan et à la Massachussetts Institute of Technology, identifiait précisément dans ces deux hostilités la racine des vagues de populisme actuelles : qu’elles soient de droite quand on pense que les origines du mal-être se trouvent dans la mondialisation (Donald Trump aux Etats-Unis, Geert Wilders aux Pays-Bas, Marine Le Pen en France, Matteo Salvini en Italie, …) et de gauche quand en revanche le mal-être trouve son origine dans des politiques libérales (Syriza en Grève, Podemos en Espagne, Bernie Sanders aux Etats-Unis, …).

    Selon M. Giavazzi, la « tempête parfaite » de ces dernières années, qu’il s’agisse du populisme de droite comme de celui de gauche, se sont rejointes dans un « rejet des élites » commun, c’est-à-dire dans un rejet des institutions aussi bien politiques qu’économiques.

    M. Giavazzi ne l’a pas écrit mais ce rejet est identique à celui qui est en en filigrane de la vision politique globale du pape François telle qu’il l’a énoncée principalement dans les deux « manifestes » que constituent les discours qu’il a adressés aux « mouvements populaires ». Un rejet qu’il applique également de façon systématique contre l’establishment ecclésiastique.

    Ce rejet n’a pourtant aucun avenir, selon M. Giavazzi. Parce qu’aussi bien les populistes de droite que ceux de gauche « ont en commun un même essoufflement et une vision à court terme qui, quand tout va bien, se limite à renvoyer les problèmes au lendemain, ne faisant que les aggraver ».  Et il cite en exemple la « révolte contre les politiques libérales mises en œuvre en Argentine durant la présidence Menem, au cours des années quatre-vingt-dix, qui ramena le péronisme au gouvernement ».

    Le nom de Bergoglio n’a pas été cité il a été lui aussi mis en cause. Qui sait s’il en a pris bonne note.

    *

    On peut ajouter que ces derniers jours, après l’attentat terroriste de Barcelone, le pape François a également été critiqué pour une troisième raison : son refus de mentionner les racines islamiques de ce terrorisme qu’il a, pour l’énième fois, réduit fois à un simple acte de « violence aveugle ».

    Cette fois, cependant, les critiques se sont dirigées explicitement contre lui et son nom a été cité. Comme ce fut le cas, mais pour des raisons diamétralement opposées, contre Benoît XVI qui, dans la mémorable leçon de Ratisbonne avait identifié et dénoncé les racines de violence au cœur de l’Islam.  Et cela lui avait coûté cher.

  • Le message du pape François pour la Journée mondiale du migrant et du réfugié 2018 : accueillir, protéger, promouvoir et intégrer les migrants et les réfugiés

    IMPRIMER

    MESSAGE DU PAPE FRANÇOIS 
    POUR LA JOURNÉE MONDIALE DU MIGRANT ET DU RÉFUGIÉ 2018
    [14 janvier 2018]

    « Accueillir, protéger, promouvoir et intégrer 
    les migrants et les réfugiés »

    Chers frères et sœurs,

    « L’immigré qui réside avec vous sera parmi vous comme un compatriote, et tu l’aimeras comme toi-même, car vous-mêmes avez été immigrés au pays d’Égypte. Je suis le Seigneur votre Dieu » (Lv 19, 34).

    Durant les premières années de mon pontificat, j’ai exprimé à maintes reprises une préoccupation spéciale concernant la triste situation de nombreux migrants et réfugiés qui fuient les guerres, les persécutions, les catastrophes naturelles et la pauvreté. Il s’agit sans doute d’un ‘‘signe des temps’’ que j’ai essayé de lire, en invoquant la lumière de l’Esprit Saint depuis ma visite à Lampedusa le 8 juillet 2013En créant le nouveau Dicastère pour le Service du Développement humain intégral, j’ai voulu qu’une section spéciale, placée ad tempus sous mon autorité directe, exprime la sollicitude de l’Église envers les migrants, les personnes déplacées, les réfugiés et les victimes de la traite.

    Tout immigré qui frappe à notre porte est une occasion de rencontre avec Jésus Christ, qui s’identifie à l’étranger de toute époque accueilli ou rejeté (cf. Mt 25, 35.43). Le Seigneur confie à l’amour maternel de l’Église tout être humain contraint à quitter sa propre patrie à la recherche d’un avenir meilleur (Cf. Pie XII, Constitution apostolique Exsul Familia, Titulus Primus, I, 1er août 1952). Cette sollicitude doit s’exprimer concrètement à chaque étape de l’expérience migratoire : depuis le départ jusqu’au voyage, depuis l’arrivée jusqu’au retour. C’est une grande responsabilité que l’Église entend partager avec tous les croyants ainsi qu’avec tous les hommes et femmes de bonne volonté, qui sont appelés à répondre aux nombreux défis posés par les migrations contemporaines, avec générosité, rapidité, sagesse et clairvoyance, chacun selon ses propres possibilités.

    À ce sujet, nous souhaitons réaffirmer que « notre réponse commune pourrait s’articuler autour de quatre verbes fondés sur les principes de la doctrine de l’Église : accueillir, protéger, promouvoir et intégrer » (Discours aux participants au Forum International ‘‘Migrations et paix’’, 21 février 2017).

    En considérant la situation actuelle, accueillir signifie avant tout offrir aux migrants et aux réfugiés de plus grandes possibilités d’entrée sûre et légale dans les pays de destination. En ce sens, un engagement concret est souhaitable afin que soit étendu et simplifié l’octroi de visas humanitaires et pour le regroupement familial. En même temps, je souhaite qu’un plus grand nombre de pays adoptent des programmes de patronage privé et communautaire et ouvrent des corridors humanitaires pour les réfugiés les plus vulnérables. En outre, il serait opportun de prévoir des visas temporaires spéciaux pour les personnes qui fuient les conflits dans les pays voisins. Les expulsions collectives et arbitraires de migrants et de réfugiés ne constituent pas une solution adéquate, surtout lorsqu’elles sont exécutées vers des pays qui ne peuvent pas garantir le respect de la dignité et des droits fondamentaux (Cf. Intervention du Représentant permanent du Saint-Siège à la 103ème Session du Conseil de l’OIM, 26 novembre 2013). J’en viens encore à souligner l’importance d’offrir aux migrants et aux réfugiés un premier accueil approprié et digne. « Les programmes d’accueil diffus, déjà lancés dans différentes localités, semblent au contraire faciliter la rencontre personnelle, permettre une meilleure qualité des services et offrir de plus grandes garanties de succès » (Discours aux participants au Forum International ‘‘Migrations et paix’’, 21 février 2017). Le principe de la centralité de la personne humaine, fermement affirmé par mon bien-aimé prédécesseur Benoît XVI (Cf. Lettre encyclique Caritas in veritate, 47), nous oblige à toujours faire passer la sécurité personnelle avant la sécurité nationale. Par conséquent, il est nécessaire de former adéquatement le personnel préposé aux contrôles de frontière. Les conditions des migrants, des demandeurs d’asile et des réfugiés, postulent que leur soient garantis la sécurité personnelle et l’accès aux services élémentaires. Au nom de la dignité fondamentale de chaque personne, il faut s’efforcer de préférer des solutions alternatives à la détention pour ceux qui entrent sur le territoire national sans autorisation (Cf. Intervention du Représentant permanent du Saint-Siège à la 20ème Session du Conseil des droits humains, 22 juin 2012).

    Le deuxième verbe, protéger, se décline en toute une série d’actions pour la défense des droits et de la dignité des migrants ainsi que des réfugiés, indépendamment de leur statut migratoire (Cf. Benoît XVI, Lettre encyclique Caritas in veritate, 62). Cette protection commence dans le pays d’origine et consiste dans la mise à disposition d’informations sûres et certifiées avant le départ et dans la prévention contre les pratiques de recrutement illégal (Cf. Conseil Pontifical pour la Pastorale des Migrants et des Itinérants, Instruction Erga migrantes caritas Christi, n. 6). Elle devrait se poursuivre, dans la mesure du possible, dans le pays d’immigration, en assurant aux migrants une assistance consulaire adéquate, le droit de garder toujours avec soi les documents d’identité personnels, un accès équitable à la justice, la possibilité d’ouvrir des comptes bancaires personnels et la garantie d’une subsistance minimum vitale. Si elles sont reconnues et valorisées de manière appropriée, les capacités et les compétences des migrants, des demandeurs d’asile et des réfugiés, représentent une vraie ressource pour les communautés qui les accueillent (Cf. Benoît XVIDiscours aux participants au 6ème Congrès mondial pour la pastorale des migrants et des réfugiés, 9 novembre 2009). C’est pourquoi, je souhaite que, dans le respect de leur dignité, leur soient accordés la liberté de mouvement dans le pays d’accueil, la possibilité de travailler et l’accès aux moyens de télécommunication. Pour ceux qui décident de retourner dans leur pays, je souligne l’opportunité de développer des programmes de réintégration professionnelle et sociale. La Convention internationale sur les droits de l’enfant offre une base juridique universelle pour la protection des mineurs migrants. Il faut leur éviter toute forme de détention en raison de leur status migratoire, tandis qu’on doit leur assurer l’accès régulier à l’instruction primaire et secondaire. De même, quand ils atteignent l’âge de la majorité il est nécessaire de leur garantir une permanence régulière et la possibilité de continuer des études. Pour les mineurs non accompagnés ou séparés de leur famille, il est important de prévoir des programmes de garde temporaire ou de placement (Cf. Benoît XVIMessage pour la Journée mondiale du migrant et du réfugié, 2010, et S. Tomasi, Intervention du Représentant permanent du Saint-Siège à la 26ème Session ordinaire du Conseil pour les Droits de l’Homme sur les droits humains des migrants,13 juin 2014). Dans le respect du droit universel à une nationalité, celle-ci doit être reconnue et opportunément assurée à tous les enfants à la naissance. L’apatridie dans laquelle se trouvent parfois des migrants et des réfugiés peut être facilement évitée à travers « une législation sur la citoyenneté conforme aux principes fondamentaux du droit international » (Conseil Pontifical pour la Pastorale des Migrants et des Itinérants et Conseil Pontifical Cor UnumAccueillir le Christ dans les réfugiés et dans les personnes déracinées de force, 2013, n. 70). Le status migratoire ne devrait pas limiter l’accès à l’assistance sanitaire nationale et aux systèmes de pension, ni le transfert de leurs contributions en cas de rapatriement.

    Promouvoir veut dire essentiellement œuvrer afin que tous les migrants et les réfugiés ainsi que les communautés qui les accueillent soient mis en condition de se réaliser en tant que personnes dans toutes les dimensions qui composent l’humanité voulue par le Créateur (Cf. Paul VI, Lettre encyclique Populorum progressio, n. 14). Parmi ces dimensions, il faut reconnaître à la dimension religieuse sa juste valeur, en garantissant à tous les étrangers présents sur le territoire la liberté de profession et de pratique religieuse. Beaucoup de migrants et de réfugiés ont des compétences qui doivent être adéquatement certifiées et valorisées. Puisque « le travail humain est par nature destiné à unir les peuples » (Jean-Paul II, Lettre encyclique Centesimus annus, n. 27), j’encourage à œuvrer afin que soit promue l’insertion socio-professionnelle des migrants et des réfugiés, garantissant à tous – y compris aux demandeurs d’asile – la possibilité de travailler, des parcours de formation linguistique et de citoyenneté active ainsi qu’une information appropriée dans leurs langues d’origine. Dans le cas des mineurs migrants, leur implication dans des activités productives doit être règlementée de manière à prévenir des abus et des menaces à leur croissance normale. En 2006, Benoît XVIsoulignait comment, dans le contexte de migration, la famille est « lieu et ressource de la culture de la vie et facteur d’intégration des valeurs » (Benoît XVIMessage pour la Journée mondiale du migrant et du réfugié, 2007). Son intégrité doit être toujours promue, en favorisant le regroupement familial – y compris des grands-parents, des frères et sœurs et des petits-enfants – sans jamais le soumettre à des capacités économiques. Une plus grande attention et un plus grand soutien doivent être portés aux migrants, aux demandeurs d’asile et aux réfugiés en situation de handicap. Tout en considérant louables les efforts déployés jusqu’ici par de nombreux pays en termes de coopération internationale et d’assistance humanitaire, je souhaite que dans la distribution de ces aides, soient pris en compte les besoins (par exemple l’assistance médicale et sociale ainsi que l’éducation) des pays en développement qui reçoivent d’importants flux de réfugiés et de migrants et, également, qu’on inclue parmi les destinataires les communautés locales en situation de pénurie matérielle et de vulnérabilité (Conseil Pontifical pour la Pastorale des Migrants et des Itinérants et Conseil Pontifical Cor UnumAccueillir le Christ dans les réfugiés et dans les personnes déracinées de force, 2013, nn. 30-31).

    Le dernier verbe, intégrer, se place sur le plan des opportunités d’enrichissement interculturel général du fait de la présence de migrants et de réfugiés. L’intégration n’est pas « une assimilation, qui conduit à supprimer ou à oublier sa propre identité culturelle. Le contact avec l'autre amène plutôt à en découvrir le ‘‘secret’’, à s'ouvrir à lui pour en accueillir les aspects valables et contribuer ainsi à une plus grande connaissance de chacun. Il s'agit d'un processus de longue haleine qui vise à former des sociétés et des cultures, en les rendant toujours davantage un reflet des dons multiformes de Dieu aux hommes » (Jean-Paul IIMessage pour la Journée mondiale du migrant et du réfugié (2005), 24 novembre 2004). Ce processus peut être accéléré à travers l’offre de citoyenneté dissociée des capacités économiques et linguistiques et l’offre de parcours de régularisation extraordinaire pour des migrants qui peuvent faire valoir une longue présence dans le pays. J’insiste encore sur la nécessité de favoriser, dans tous les cas, la culture de la rencontre, en multipliant les opportunités d’échange interculturel, en documentant et en diffusant les ‘‘bonnes pratiques’’ d’intégration et en développant des programmes visant à préparer les communautés locales aux processus d’intégration. Je dois souligner le cas spécial des étrangers forcés à quitter le pays d’immigration à cause de crises humanitaires. Ces personnes demandent que leur soient assurés une assistance adéquate pour le rapatriement et des programmes de réintégration professionnelle dans leur pays d’origine.

    En conformité avec sa tradition pastorale, l’Église est disponible pour s’engager en première ligne en vue de réaliser toutes les initiatives proposées plus haut ; mais pour obtenir les résultats espérés, la contribution de la communauté politique et de la société civile, chacun selon ses responsabilités propres, est indispensable.

    Durant le Sommet des Nations Unies, célébré à New York le 19 septembre 2016, les dirigeants du monde ont clairement exprimé leur volonté d’œuvrer en faveur des migrants et des réfugiés pour sauver leurs vies et protéger leurs droits, en partageant ces responsabilités au niveau global. À cet effet, les États se sont engagés à rédiger et à approuver avant la fin de l’année 2018 deux accords globaux (Global Compacts), l’un consacré aux réfugiés et l’autre concernant les migrants.

    Chers frères et sœurs, à la lumière de ces processus engagés, les prochains mois représentent une opportunité privilégiée pour présenter et soumettre les actions concrètes dans lesquelles j’ai voulu décliner les quatre verbes. Je vous invite, donc, à profiter de chaque occasion pour partager ce message avec tous les acteurs politiques et sociaux qui sont impliqués – ou intéressés à participer – au processus qui conduira à l’approbation des quatre accords globaux.

    Aujourd’hui, 15 août, nous célébrons la solennité de l’Assomption de la très Sainte Vierge Marie au Ciel. La Mère de Dieu a fait elle-même l’expérience de la dureté de l’exil (cf. Mt 2, 13-15) ; elle a suivi avec amour l’itinéraire de son Fils jusqu’au Calvaire et maintenant elle partage éternellement sa gloire. Confions à sa maternelle intercession les espérances de tous les migrants et réfugiés du monde et les aspirations des communautés qui les accueillent, afin que, selon le plus grand commandement de Dieu, nous apprenions tous à aimer l’autre, l’étranger, comme nous-mêmes.

    Vatican, le 15 août 2017

    Solennité de l’Assomption de la B.V. Marie

    François

  • Flandre : on réaffecte les églises à tours de bras

    IMPRIMER

    Lu dans le quotidien "Het Laatse Nieuws" (19 août, p. 6) :

    46 églises obtiennent déjà de nouvelles affectations : du centre de remise en forme au marché de l'alimentation

    Pour la troisième fois, le gouvernement flamand a approuvé une série de dossiers concernant des églises qui recevront une nouvelle destination. Cette fois, il y en avait 16, celles évoquées précédemment en totalisant déjà 30. Cela ressort des chiffres demandés par le parlementaire flamand Kurt De Loor (s.p.a). "Les exemples de bâtiments d'église qui ont déjà été réaffectés parlent vraiment à l'imagination", a déclaré De Loor. "Pensez à Holy Food Market à Gand ou aux églises qui ont été transformées en garderies, pistes de skateboard ou centres de bien-être aux Pays-Bas. "À Ypres, une église a été transformée en centre de conditionnement physique. Le quatrième appel est en cours. Les municipalités et les conseils d'église peuvent toujours présenter leur candidature jusqu'au 22 septembre.

  • Aveugle, la violence terroriste ?

    IMPRIMER

    De Marco Tosatti, journaliste et vaticaniste à La Stampa, traduit sur diakonos.be :

    SAINTETÉ, CETTE VIOLENCE N’EST PAS AVEUGLE. ELLE A UN NOM, ELLE VOIT TRÈS CLAIR ET ELLE SAIT VISER LOIN

    Aujourd’hui, j’ai lu le tweet sur le compte Twitter du Pape François concernant les événements de ces derniers jours. Le voici : « Je prie pour toutes les victimes des récents attentats. Que la violence aveugle du terrorisme n’aie (sic) plus de place dans le monde. »

    Hier, j’avais lu la déclaration prononcée dans une allocation télévisée par Mgr Galantino, le secrétaire général de la Conférence des évêques italiens, relayée par la SIR, l’agence de presse des évêques. « Les oppositions ne mènent nulle part et ne font que des victimes. Cela est vrai même au sein de nos familles » a dit le prélat. J’ai trouvé cela quelque peu énigmatique. A qui s’opposaient ces pauvres gens fauchés sur les Ramblas ? Et le SIR poursuivant en ce sens :

    A la question de l’utilisation de la religion comme « instrument d’attaque culturelle », le prélat a répondu : « Quand je n’arrive pas à trouver de raisons pour dire à l’autre qu’il doit s’en aller, alors déguise tout en religion et en idéologie. Il s’agit d’une instrumentalisation de la religion parce que la religion en elle-même ne permet pas de rouer son prochain de coups. »

    C’est là que je me permets de ne pas être d’accord, et avec de bonnes raisons. Il y a une bien religion qui, dans ses textes sacrés, le Coran et les Hadith, c’est-à-dire les comptes rendus des déclarations et des actes de Mahomet, incite expressément à cela à pas moins de 123 (cent-vingt-trois) occasions.

    Vérifiez si vous ne me croyez pas.

    Celui qui a étudié, qui a lu les textes et l’histoire et qui a une certaine expérience du monde, notamment musulman, est parfaitement conscient, et c’est heureux, qu’il existe certainement des musulmans modérés. Mais il se rend également compte qu’à cause de ses structures et de l’intouchabilité qui entoure le Coran, qui ne peut être ni remis en situation ni replacé dans son contexte historique sous peine d’être accusé de blasphème et condamné à mort, ceux qui tuent en criant Allahu Akbar sont soutenus par des textes sacrés qu’aucune fatwa ne peut annuler.

    L’Islam ne peut que difficilement être considéré comme une religion de paix ou principalement de paix, notamment vu de la vie de son fondateur et les hadits qui constituent des actes et des paroles fondatrices pareilles au Coran. Comme je le disais plus haut, cent-vingt-trois versets du Coran incitent à combattre et à tuer pour Allah. Les cibles sont les athées, les mécréants, les associateurs et, last but not least, ceux qui choisissent une autre religion.

    C’est cela qui fait de l’Islam une religion très différente des autres, et certainement du bouddhisme et du christianisme même si des manifestations de violence ont toujours existé. Mais l’Evangile, qui est le texte fondateur du christianisme, nous montre un Jésus qui refuse d’être défendu par la main armée de Pierre au moment de son arrestation, prélude à sa mise à mort.

    Que les chrétiens en aient ensuite fait des vertes et des pas mûres comme tout le monde, c’est un autre débat. Mais on ne peut pas dire qu’ils aient suivi en cela l’exemple et les paroles de leur fondateur.

    Il est donc évident que l’Islam a un problème, et un gros, dans son rapport avec la violence. Il fallait le courage et la lucidité intellectuelle d’un Benoît XVI pour mettre le problème sur le tapis. On ne peut pas demander à ses remplaçants de faire preuve d’autant de courage et de droiture intellectuelle. Mais ne nous racontons pas d’histoires, par pitié.

    Et, Sainteté, cette violence n’est pas aveugle pour un sou. Elle a un nom, elle est islamique. Et elle voit très bien et elle sait viser loin. Les aveugles, c’est nous.

    Source : Marco Tosatti, journaliste et vaticaniste à La Stampa.

  • Quand Notre-Dame dérange

    IMPRIMER

    assomption.jpgLa popularité de la fête de l’Assomption de la Vierge Marie dont Pie XII -inspiré par une croyance pérenne depuis les premiers siècles de l’Eglise- a proclamé le dogme en ce jour mémorable de la Toussaint 1950, ne se dément pas. A Liège encore cette année-ci, malgré le temps maussade, on se pressait à l’église du Saint-Sacrement où j’ai assisté à la grande messe chantée en son honneur. Et la chapelle toute proche du monastère des Bénédictines était également comble: une piété contre laquelle le regard condescendant posé sur ces pratiques par l’esprit qui souffle sur l’Eglise des temps nouveaux n’a aucune prise. L’article d’Anne Bernet que le bimensuel l’Homme Nouveau » publie sur son site, en témoigne :  

    « De Maria, nunquam satis », « s’agissant de Marie, ce n’est jamais assez. » dit un vieil adage. Comment, en effet, un vrai catholique pourrait-il se lasser de parler et entendre parler de Sa Mère céleste, alors qu’en égrenant son chapelet, il ne cesse de redire Son nom et de penser à Elle ? Toute nouvelle parution consacrée à la Sainte Vierge devrait être une occasion de joie. Reste que ce n’est pas, hélas, toujours le cas.

    Il y a deux ans, Mgr Le Tourneau et Pascal-Raphaël Ambrogi publiaient chez Desclée de Brouwer un Dictionnaire encyclopédique de Marie destiné à faire date, somme impressionnante que chacun devrait posséder. Après cela, s’aventurer sur le même terrain s’avérait risqué, sauf à choisir une approche diamétralement différente et à borner sérieusement ses ambitions. C’est ce qu’a fait l’équipe réunie autour de Fabienne Henryot et Philippe Martin pour donner à leur tour un Dictionnaire historique de la Vierge Marie (Perrin. 570 p. 27 €). Le volume ne compte que cent cinquante articles, nombre dérisoire comparé aux entrées du Le Tourneau/Ambrogi, par référence aux cent cinquante grains du Rosaire. C’est là, au demeurant, la seule concession faite par les auteurs à la piété catholique.

    Quel fil directeur ?

    Car de quoi s’agit-il ? D’étudier le rapport des croyants, fatalement trouble, infantile, maladif, psychotique, à la Mère de substitution qu’ils se cherchent dans les cieux, censée apaiser leurs craintes existentielles. Le ton est donné, entre mépris, ricanements et prétention scientifique. À travers une sélection impossible parfois à décrypter, - pourquoi tel sanctuaire et pas tel autre, tout aussi connu, voire beaucoup plus ? Pourquoi telle dévotion, telle confrérie plutôt que d’autres plus répandues ? Pourquoi s’intéresser à des sujets mineurs (le vaudou mais pas les premiers samedis du mois ? Les bandes dessinées pornographiques ayant Marie pour héroïne mais pas la médaille miraculeuse …) et se borner à effleurer des thèmes plus intéressants ? -, un fil directeur finit cependant par se dessiner et il agacerait si l’on ne s’avisait pas, au fond, du très bon côté de l’affaire.

    Lire la suite