Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • 1er mai : les évêques du Canada renouvellent la consécration de leur pays à Marie

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Les évêques du Canada renouvellent la consécration de leur pays à Marie

    En ce 1er mai 2020, les évêques du Canada, tout comme ceux des États-Unis voisins, effectuent un rite de consécration de leurs diocèses et de leur nation à Marie. Cette démarche est organisée dans le contexte de l'épidémie de coronavirus. D'autres épiscopats, comme en Italie, proposent des initiatives semblables en ce premier jour du mois de Marie.

    Renouvelant une démarche déjà effectuée dans le passé, notamment en 2017, les évêques catholiques du Canada consacrent en ce 1er mai leurs diocèses ou leurs éparchies à Marie, Mère de l'Église, en lui demandant sa protection pendant la pandémie du Coronavirus, semblable à ce qui a déjà été fait par d'autres conférences épiscopales à travers le monde. En compagnie des évêques, les pasteurs, les familles, les groupes, les individus et d'autres communautés peuvent également se joindre à la consécration dans un effort mondial de nous unir dans la foi et la prière en cette période difficile.

    La Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC), en communion fraternelle avec la direction de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis (USCCB), a convenu que cette consécration mariale aura lieu le même jour dans les deux pays, ce qui en fera une intercession très signifiante et puissante à la Vierge Marie dans toute l'Amérique du Nord, est-il indiqué sur le site de la conférence épiscopale. Les évêques du Mexique, ainsi que d'autres pays de l'Amérique latine et des Caraïbes, ont consacré leurs diocèses et leurs éparchies à la Sainte Vierge lors du dimanche de Pâques, le 12 avril. Cette démarche s'inscrit aussi dans les appels du Pape François à se confier à Marie en ce temps de coronavirus, notamment sa prière du 11 mars 2020 et son appel à prier le chapelet tout au long de ce mois de mai.

    La symbolique mariale du mois de mai

    Le premier jour de mai revêt une importance particulière puisqu'il souligne le début de tout un mois en l'honneur de la Bienheureuse Vierge Marie. «Le mois de mai est dédié de façon spéciale à la Mère du Christ. Nous croyons qu'elle est, en un sens spirituel mais réel, notre mère aussi», a dit Mgr Richard Gagnon, archevêque de Winnipeg et président de la CECC. «Nous nous tournons vers elle et nous lui demandons le secours de ses prières puissantes et maternelles à Dieu pour nous. Nous consacrer à Marie, c'est être uni à elle en remettant entièrement nos vies à Dieu.»

    Pour aider les diocèses et les éparchies à faire cette consécration, comme pour les familles, les communautés et les personnes seules, la CECC a préparé une prière spéciale à réciter pendant cet acte solennel. 

    Texte complet de la prière de consécration: 

    «Très sainte Vierge Marie, Mère de l’Église, en cette période de pandémie, nous tournons nos regards vers toi, et, dans le Christ, nous te consacrons les fidèles de notre diocèse (ou éparchie) ainsi que toute la population du Canada.

    À l’Annonciation, en ton coeur la crainte a fait place à la confiance lorsque tu as accueilli le mystérieux plan d’amour de Dieu, qui, par sa providence, ses soins et sa sollicitude, a engendré une vie nouvelle en toi et par toi. Intercède pour nous tes enfants, nous t’en prions, Vierge très fidèle.

    Donne-nous la foi, l’espérance et la persévérance pendant que nous nous efforçons de rendre service et de porter témoignage à tous, en répondant aux besoins de ceux et celles qui sont affectés par ce virus. Debout au pied de la croix au Calvaire, tu t’es unie aux souffrances du Christ, et ainsi, tu as contribué de façon unique au mystère de notre rédemption.

    Nous te supplions, Santé des malades, d’attirer vers toi dans ta compassion maternelle les frères et soeurs de ton Fils Jésus et tous ceux et celles qui sont affligés par cette pandémie. Fortifie les mourants et réconforte les personnes qui pleurent, pour que nous puissions tous ressentir la grâce de guérison du Christ, notre divin Médecin. Au Cénacle, après la Résurrection, tu as accompagné les Apôtres dans la prière pour l’effusion du Saint-Esprit. Dans ton souci maternel de Consolatrice des affligés, accompagne les professionnels des soins de santé, tous ceux et celles qui prennent soin des malades, et les personnes qui cherchent un remède pour mettre fin à cette pandémie, pour que l’Esprit Saint puisse renouveler la face de la terre.

    À nous tous, très chère Marie, Mère de tous les vivants, sois présente et répands ta tendresse tandis que nous levons les yeux vers toi, qui brilles devant toute la communauté comme compagne miséricordieuse et compatissante sur notre chemin. À tant d’occasions, lorsque des fardeaux ont pesé lourdement sur leur coeur et dans leurs nombreuses nécessités, les fidèles chrétiens ont cherché refuge sous le manteau de ta protection.

    Viens à notre secours sans tarder, Mère de Miséricorde, et délivre-nous des dangers qui nous entourent en ces heures de besoin; veille en particulier sur les personnes âgées, faibles et malades, sur nos enfants et l’unité de nos familles, et sur toutes les personnes qui se dévouent si généreusement dans l’accompagnement pastoral envers ceux et celles qui sont dans le besoin; jusqu’à ce que nous trouvions tous sécurité et réconfort dans tes bras et dans ton étreinte maternelle.

    Amen.»

  • En Lettonie, les messes publiques ne se sont jamais arrêtées

    IMPRIMER

    De LifeSiteNews.com :

    Les messes publiques ne se sont jamais arrêtées en Lettonie - les évêques ont convaincu les autorités qu'une "nourriture spirituelle" était nécessaire

    RIGA, Lettonie, 1er mai 2020 (LifeSiteNews) -

    Un archevêque letton a déclaré que les fidèles du pays ont reçu publiquement tous les sacrements tout au long de la pandémie de coronavirus après que les chefs spirituels ont convaincu les autorités que «la nourriture spirituelle n'est pas moins importante que la nourriture physique» et que «l'homme ne vit pas seulement de pain. »

    La Lettonie est un petit État d'Europe orientale, bordant à la fois la mer Baltique et la Russie. La population du pays compte moins de deux millions d’habitants et le luthéranisme est la religion prédominante. Environ 20% de la population s'identifie comme catholique.

    L'archevêque Zbigņevs Stankevičs de Riga a envoyé une déclaration à Zenit, une agence de presse catholique, dans laquelle il a expliqué l'importance d'un dialogue permanent avec les autorités gouvernementales.

    L'archevêque et d'autres catholiques ont fait valoir leur point de vue en soulignant comment la célébration publique des sacrements, même en cas de pandémie, serait bénéfique pour l'État en réduisant les tensions sociales.

    «Dernièrement, les psychiatres ont souligné l'aggravation des problèmes mentaux en raison des restrictions, a déclaré Stankevičs. «À cet égard, l'Eglise aide la société à maintenir sa santé psychologique et mentale en temps de crise.»

    L'archevêque a attribué le succès de ses efforts, ainsi que ceux des autres chrétiens, «à l'ouverture des représentants du ministère de la Justice et du ministère de l'Intérieur». Il a ajouté qu'il était important que toutes les églises et communautés chrétiennes maintiennent une «position unie» devant le gouvernement.

    Alors que le gouvernement avait l'intention d'interdire tous les rassemblements publics à la mi-mars, le «dialogue intense» entre Jānis Bordāns, ministre letton de la Justice, et des représentants de diverses confessions chrétiennes, dont l'Église catholique, a conduit à l'accord «que le clergé devraient continuer à célébrer la messe parce que c'est leur devoir. »

    "De plus, dans les messes, la participation des ministres, des lecteurs et des chanteurs était autorisée car le clergé ne peut pas célébrer la messe à lui seul", a déclaré l'archevêque Stankevičs. "Il a également été convenu que des fidèles individuels pourraient être dans l'église pendant la messe, mais leur nombre ne pourrait pas dépasser 50 personnes."

    Stankevičs a déploré que les magasins, bars et lieux de divertissement ne soient pas limités quant au nombre de visiteurs qu'ils pouvaient accueillir à la fois.

    Fin mars, les catholiques lettons ont accepté des mesures de distanciation sociale, ainsi que la réduction du nombre de personnes autorisées à assister à la messe à 25. Pendant les jours les plus sacrés de l'année catholique, vers Pâques, la police était présente pour vérifier si les paroisses se conformaient aux règlements du gouvernement.

    Avant Pâques, le gouvernement "voulait également établir une règle selon laquelle une personne ne pouvait rester à l'église pendant plus de 15 minutes, mais nous avons réussi à l'annuler".

    La bénédiction de la nourriture pour Pâques, qui est une coutume populaire dans de nombreuses régions d'Europe, «a eu lieu dans de nombreux endroits en dehors des églises» afin d'accueillir plus de 25 fidèles.

    Comme dans d'autres pays, les funérailles et les mariages étaient limités à très peu de participants.

    Selon Worldometer, il y a moins de 1 000 cas de coronavirus en Lettonie. Jusqu'à présent, seulement 16 décès ont été enregistrés. (...)

  • Temps pascal en confinement; feuillet du samedi (2 mai) de la 3e semaine : les paradoxes du catholicisme (Benson)

    IMPRIMER

    2020_05_02_09_51_11_Greenshot.pngTELECHARGER le PDF

  • "Le Parti Communiste Chinois est le virus le plus important et le plus grave de tous"

    IMPRIMER

    De Smart Reading Press :

    PLUS GRAVE QUE LE CORONAVIRUS, LE PARTI COMMUNISTE CHINOIS ?

    Drapeau chinois

    «Il est temps de reconnaître la menace que le Parti communiste chinois représente pour l’humanité tout entière. Le PCC réprime et manipule l’information pour renforcer sa mainmise sur le pouvoir, quel que soit le bilan en vies humaines», a déclaré le 24 avril Me Chen Guangcheng lors d’un forum en ligne sur le PCC et le coronavirus. Chen Guangcheng est un avocat chinois aveugle, spécialisé dans les droits de l’homme, qui a trouvé refuge aux États-Unis en 2012 après avoir été pris pour cible par le PCC pour son travail en ce domaine. Il est membre de l’Institut pour la recherche politique et les études catholiques de l’Université catholique d’Amérique.

    Pour illustrer sa thèse, Guangcheng a cité des rapports de familles chinoises barricadées dans leurs maisons à Wuhan, ville de 11 millions d’habitants reconnue comme l’épicentre de la pandémie mondiale, et où le Gouvernement chinois a instauré le 23 janvier dernier un confinement strict. Le groupe Human Rights Watch a recueilli des histoires de résidents qui seraient morts par manque d’accès aux soins pendant ce confinement : «Des familles entières ont été retrouvées mortes dans leurs appartements parce qu’elles ne pouvaient pas sortir».

    Autre fait mis en avant par Guangcheng : malgré l’affirmation du PCC selon laquelle le virus est sous contrôle, des mesures de confinement sont actuellement en vigueur dans la ville de Harbin, «ceci malgré le fait que les autorités ordonnent à tout le monde de retourner au travail et disent au monde extérieur qu’ils ont le virus sous contrôle», explique l’avocat. «Cette résurgence est directement liée au fait que le PCC cache la vérité et sévit contre les personnes qui ont tenté de partager des informations sur le virus».

    Me Guangcheng affirme également que le PCC a utilisé la crise causée par la pandémie pour réprimer la dissidence, en détenant les militants des droits de l’homme dans des «sites de quarantaine» séparés.

    Selon les statistiques de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le nombre de cas de COVID-19 en Chine a considérablement augmenté en janvier et février pour atteindre 79 389 le 29 février, avec 2 838 décès, avant que l’augmentation quotidienne du nombre de cas ne ralentisse pour atteindre un faible niveau en mars, dont un seul nouveau cas signalé le 22 mars dans ce pays de plus de 1,4 milliard d’habitants. 3 352 décès ont été signalés le 16 avril, et le nombre de cas signalés est passé à 4 642 le lendemain.

    Mais «il n’y a rien dans les chiffres du PCC qui soit crédible», dénonce M. Guangcheng. «Ce que les gens calculent, c’est qu’environ 700 000 personnes sont peut-être mortes en Chine, et en termes de personnes infectées, personne ne connaît les chiffres. Par exemple, explique-t-il, pendant la fermeture de Wuhan, des journalistes locaux ont affirmé que la situation était bien pire que ce que le PCC rapportait ; ils ont enregistré des personnes s’effondrant dans les rues et des corbillards et des fourgons transportant des sacs mortuaires à toute heure du jour.

    Conclusion de Me Guangcheng : «En résumé, le PCC est le virus le plus important et le plus grave de tous, avec plus de 193 000 personnes mortes dans le monde entier à cause du coronavirus.»

    Rédaction Smart Reading Press

    Source : Catholic News Agency

  • Des séminaristes vous parlent de la vocation au sacerdoce

    IMPRIMER

    Une partie des séminaristes en formation pour la Belgique francophone répondent à quelques questions à propos de la vocation du prêtre aujourd'hui !

  • Chine : les croix retirées des églises et des temples

    IMPRIMER

    Source

    photo du jour : La Chine communiste continue de retirer les croix des temples !

    1 Mai 2020

    Un incident dans le diocèse d'Anhui s'est produit le 19 avril lorsqu'une croix a été retirée d'une église de la ville de Suzhou vers 4 heures du matin, a déclaré un paroissien identifié uniquement comme Paul.

    L'opération réalisée à l'aube s'est déroulée avec un important déploiement policier qui a empêché les paroissiens de s'approcher ou de prendre des photos. Ils ont emporté un téléphone portable lorsque quelqu'un a pris une photo.

    Entre-temps, le 27 avril, les autorités ont tenté de retirer la croix d'une église protestante à Hefei. "La même routine et les mêmes tactiques sont utilisées dans toute la Chine", a déclaré un prêtre anhui, identifié uniquement comme le père Chen. «Ce n'est pas le cas pour un diocèse ou une province en particulier. Cela se passe à travers le pays, mais l'église continentale est silencieuse. "

    Si les églises ne s'unissent pas pour résister, de nombreuses croix seront supprimées" , a prédit le prêtre.

    Avec le covid 19, on procède autrement.... !

    prions pour les chrétiens persécutés. 

    Lire également : 

    Chine : des prêtres catholiques torturés pour les forcer à rejoindre l'Eglise patriotique

    Chine : les églises dirigées par l’État doivent devenir plus chinoises ou être détruites

    Une mise en garde des chretiens chinois : la persécution religieuse est bien pire que ne l'indique un nouveau rapport fédéral américain

  • Allemagne : la cour constitutionnelle de Karlsruhe rétablit la liberté de culte

    IMPRIMER

    De Christophe Eoche-Duval sur aleteia.org :

    Allemagne : la cour constitutionnelle rétablit la liberté du culte

    02 mai 2020

    La Cour constitutionnelle de Karlsruhe a rétabli à titre conservatoire la liberté religieuse suspendue en Allemagne pour des raisons sanitaires. Une décision qui pourrait faire évoluer l’interdiction des rassemblements cultuels dans les autres pays européens.

    La liberté de cultes occupe beaucoup les esprits depuis que le confinement se prolonge et que, mardi 28 avril, le Premier ministre a annoncé devant l’Assemblée nationale « qu’il est légitime de demander de ne pas organiser de cérémonies avant le 2 juin ».

    En France, sous l’empire des textes en vigueur (décret du 23 mars 2020), les manifestations cultuelles sont encore interdites de manière absolue sur l’ensemble du territoire. Demeure cependant le maintien de l’ouverture des « établissements recevant du public de catégorie V », c’est-à-dire des « lieux de culte », mais sans faculté explicite de dérogation pour s’y rendre depuis son domicile, sans exception pour les aumôniers d’hôpitaux ou d’Ephad. Enfin, les funérailles sont autorisées, mais « dans la limite de vingt personnes ». 

    En Europe, « atteinte grave à la liberté des cultes »

    Ce régime se retrouve sensiblement chez nos voisins européens, avec les mêmes réserves de la part des représentants des religions. Dans une première analyse, nous avons fait mention d’un arrêt rendu par la Cour constitutionnelle d’Allemagne, dite Cour de Karlsruhe, plus haute juridiction, unanimement respectée, rendu au fond le 10 avril 2020, arrêt n° 1 BvQ 28/20, qui rejetait une requête tendant à contester la légalité de suspension de la liberté de culte pour prévenir le risque de contagion lors des assemblées religieuses.

    Malgré ce rejet, cet arrêt, le seul à notre connaissance d’une cour constitutionnelle d’un État de l’Union européenne, laissait entrevoir le réexamen de la question, car la Cour confirmait l’existence d’« une atteinte grave à la liberté des cultes ». Cet arrêt était donc provisoire en ce sens où le pragmatisme de l’évolution de la pandémie et le processus engagé de déconfinement impliquent nécessairement le rétablissement au plus tôt d’une liberté aussi fondamentale que l’est la liberté religieuse, tant dans la Loi fondamentale d’Allemagne, dont l’article 4 énonce :  « Le libre exercice du culte est garanti », que dans l’article 9 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales . 

    Lire la suite

  • Un vaccin contre le Covid-19 en utilisant des foetus avortés ?

    IMPRIMER

    Du site de l'Institut Européen de Bioéthique :

    Utiliser des foetus avortés pour trouver un vaccin contre le Covid-19 ?

    29/04/2020

    Source : Department of Health and Human Services, The Washington Post, Public Discourse, JME

    Un chercheur américain renommé, Kim Hasenkrug, a sollicité le mois dernier l'autorisation de mener des expériences sur des souris « humanisées » pour trouver un vaccin contre le Covid-19. L'année dernière, aux Etats-Unis, ces souris ont été transplantées avec des tissus provenant de foetus humains avortés. Elles ont désormais des poumons de même structure que les nôtres, ce qui les rend susceptibles d'être infectées par des coronavirus semblables au Covid-19. Ce sont donc des cobayes idéaux pour tester des traitements contre ce virus. Or, en juin dernier, le gouvernement américain a interdit toute recherche utilisant des foetus avortés dans les Instituts Nationaux pour la Santé et soumis toute recherche “externe” impliquant des foetus avortés à l'approbation d'un conseil d'éthique (voir actualité IEB : A propos de l'utilisation de foetus avortés pour la recherche).

    Des scientifiques de l'Université de Caroline du Nord ont proposé à Kim Hasenkrug, immunologiste aux laboratoires Rocky Mountain de l'Institut National pour la Santé dans le Montana, de lui envoyer ces souris « humanisées ». Pour mener ses expériences liées au Covid-19, Kim Hasenkrug a besoin d'une dérogation spéciale, qu'il justifie par la crise sanitaire actuelle. Il attend toujours une réponse à sa requête qui est passée entre les mains de différentes autorités.

    Alors que des parlementaires démocrates fustigent « l'inaction » du Département de la Santé et des Services Sociaux (Department of Health and Human Service, HHS), des parlementaires républicains affirment leur soutien à la politique du Département qui a fait de «la promotion de la dignité de la vie humaine, de la conception à la mort naturelle, l'une des principales priorités de l'administration du président Trump». Les Républicains ne sont pas les seuls à appuyer le gouvernement. Le professeur de philosophie, Christopher Tollefsen, développe les raisons pour lesquelles l'utilisation de tissus foetaux dans la recherche d'un vaccin contre le covid-19 n'est pas éthique. Selon lui, il est éthiquement impossible d'utiliser des tissus de foetus avortés pour la recherche à cause de la façon dont ce tissu a été obtenu. Helen Watt, du Centre de Bioéthique d'Anscombe, utilise l'analogie parlante d' « un rein adulte prélevé, disons, sur un dissident tué par un régime injuste ». Peut-on éthiquement accepter ce rein pour des recherches, aussi prometteuses soient-elles ? Ne serait-ce pas légitimer le régime, voire lui reconnaître des bienfaits éthiques ? Que fait-on du consentement de celui ou celle qui a « donné » ces organes ? Peut-on fonder des avancées scientifiques et médicales sur l'avortement ? Serait-ce réellement des avancées ?

  • Une pétition pour la reprise des messes en Belgique à la Pentecôte

    IMPRIMER

    Communiqué de presse

    Depuis le 14 mars, aucune célébration eucharistique publique n'a eu lieu dans les églises. Nous voyons actuellement que les mesures visant à freiner la propagation du coronavirus, commencent à s'assouplir. Tous les magasins et toutes les entreprises rouvriront bientôt. Les transports publics seront davantage utilisés. Les écoles rouvrent. Tout cela est possible à condition que les règles de sécurité soient respectées.
     
    Cependant, rien n'est dit sur les activités religieuses. Comme il apparaît maintenant, les messes publiques ne seraient autorisées qu'à partir du 8 juin au plus tôt (plus d'une semaine après la solennité de la Pentecôte). Mais c'est inacceptable.
     
    Dans une vidéo (similaire à des initiatives en Autriche, en Allemagne, en France, en Espagne et en Suède), nous nous adressons aux évêques Belges, mais aussi - et surtout - au Conseil national de la sécurité. Cela a été vu, partagé et aimé des centaines à des milliers de fois en un rien de temps. Vous pouvez retrouver cette vidéo sur Facebook et sur Youtube
     
    La religion n'est pas une activité sportive, musicale ou de loisir. Nous, les jeunes, nous allons à l'Église et participons à l'Eucharistie parce que c'est notre seule façon de recevoir Dieu. Cela touche la dimension éternelle et est plus important que le temporaire. Nous avons du manquer la messe pendant un mois et demi. Il est inacceptable que nous soyons écartés, ignorés et que l’importance de la religion et de l’eucharistie pour les croyants et les catholiques soit complètement ignorée. Nous ne pouvons pas rester indifférents face au fait que de plus en plus de choses sont autorisées mais que rien n'a été prononcé en lien avec la célébration des messes. Il est possible d'organiser l'Eucharistie en toute sécurité : avec des masques, désinfecter les mains, organiser des pré-inscriptions et faire plusieurs messes par jour pour limiter le nombre de fidèles par célébration. Il est tout à fait illogique qu’il n’y ait pas la moindre attention. 
     
    Nous voudrions attirer l'attention sur les décisions du Bundesverfassungsgericht (Cour suprême de l'Allemagne), qui autorisent les rassemblements religieux, car une interdiction générale des célébrations religieuses, qui est un droit fondamental, est disproportionnée par rapport à l'objectif de lutte contre le coronavirus (des restrictions sont possibles, mais une interdiction générale est une "atteinte grave à la liberté de religion").
     
    Nous demandons aux évêques belges et les soutenons dans leur demande au Conseil national de la sécurité, d'autoriser à nouveau les Eucharisties - même sous certaines conditions.
     
    Nous vous demandons: s'il vous plaît, rendez-nous la Sainte Messe !

     

    La pétition figurant ci-après circule en Belgique où elle a déjà récolté plusieurs centaines de signatures. L'initiative vient d'un ancien professeur de religion catholique dans l'enseignement officiel, animateur de groupes d'étude biblique depuis 40 ans, paroissien de Notre-Dame de Laeken.

    Nous n'aurions sans doute pas libellé cette pétition dans les mêmes termes mais cette initiative a le mérite d'exister...

    Reprise des messes en Belgique

    Pétition adressée à la Conférence épiscopale belge

    Les catholiques sont des adultes responsables. Si des commerçants ou des gestionnaires de transport en commun sont capables d'organiser leurs activités en respectant les consignes sanitaires liées au Covid-19, les curés en sont capables aussi.

    Nous demandons la reprise des messes très rapidement car en tant que catholiques nous avons droit à l'eucharistie et que la suspension des messes déstructure la vie des paroisses et réduit à néant les efforts fournis par de nombreux catéchistes et par les confirmands et les catéchumènes qui se sont préparés.

    Nous pensons que la reprises des messes doit se faire à l'occasion de la Pentecôte. Ceci paraît possible car la plupart des églises sont assez spacieuses pour organiser les célébrations en respectant les distanciations sociales, en s'abstenant des contacts physiques y compris lors de l'eucharistie car les hosties consacrées peuvent être déposées sur des patènes par un célébrant qui a désinfecté ses mains: chaque personne pourra prendre une hostie sans toucher les autres. De plus en entrant dans l'église chacun pourra se désinfecter les mains avec un gel hydroalcoolique.

    SIGNER cette PETITION

  • Des églises ouvertes à Bruxelles en ce temps de confinement... (mise à jour 2/5)

    IMPRIMER

    "Églises ouvertes à Bruxelles - confinement en prière"

    - Basilique du Sacré Cœur de Koekelberg : aux horaires habituels : 8h.-18h.

    - Église Sainte-Catherine : aux horaires habituels : Lu-Ve. 9h.-20h. Sa & Di. 9h.-19h. Adoration du Saint -Sacrement tous les jours de 12h à 20h (Sa et Di jusque 19h)

    - Église Notre-Dame de la Chapelle : ouverte le dimanche : de 10h. à 16h.

    - Église Saint-Joseph : ouverte le dimanche, de 8h00 à 11h00; en semaine, de 16h30 à 19h00

    - Église des Minimes (des Saints Jean et Etienne aux Minimes) : ouverte du mardi au vendredi de 10:00 à 12:00 et de 17:00 à 19:00. Le samedi de 09:00 à 12:00 et le dimanche de 09:30 à 12:30.

    - Église des Pères Carmes : ouverte aux horaires habituels (semble-t-il).

    - Eglise des Dominicains, avenue de la Renaissance 44, 1040 Bruxelles

    - Eglise Saint-Albert, à Schaerbeek : ouverte, tous les jours, jusqu'à 18h.

    - Prieuré de la Cambre : ouvert le samedi et dimanche de 14 à 18 heures

    - Eglise de l'Annonciation, Place Brugmann (sans précisions)

    - Eglise du Sacré Coeur, rue Vanderkindere (sans précisions)

    - ...

    Liste à compléter... Toutes Les informations ci-dessus sont tirées des sites officiels de chaque église, ou recueillies en appelant directement par téléphone, ou communiquées par des lecteurs.

  • RDC: Félix Tshisekedi nomme le cardinal Ambongo à la tête d’un Fonds national contre le Covid-19

    IMPRIMER

    EOLCOI5W4AAIT4w-1.jpgFélix Tshisekedi, président de la République Démocratique du Congo (RDC), a nommé le cardinal Fridolin Ambongo, archevêque de Kinshasa, coordinateur du Conseil de gestion du Fonds national de solidarité de lutte contre le Covid-19 (FNSCC).

    Le FNSCC, créé le 6 avril 2020 par le chef de l’Etat congolais, est doté d’un budget de 350 millions de dollars US et vise à soutenir les personnes physiques ou morales, les travailleurs de la santé, les structures sanitaires, les entreprises et toute autre structure exerçant une activité économique. Il est notamment alimenté par l’Etat congolais et les entités territoriales décentralisées, les entreprises publiques ou privées, ainsi que les partenaires au développement du pays.

    Le second pays le plus touché d’Afrique centrale

    Le cardinal Ambongo, également vice-président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), dirigera une équipe de quinze membres, parmi lesquels figurent d’autres responsables de confessions religieuses. Les autres membres de l’équipe sont des représentants de la société civile et du corps médical, selon la radio de l’ONU, Radio Okapi.

    La pandémie de coronavirus a éclaté en RDC le 10 mars 2020. En date du 29 avril, près de 500 cas ont été enregistrés dans le pays, avec 31 décès et 330 patients en traitement, a indiqué le Comité multisectoriel de la riposte à la pandémie du Covid -19. La RDC est le deuxième pays d’Afrique centrale le plus touché par le Covid-19, après le Cameroun (1.806 cas et 59 décès). Dans les huit pays de cette région (Cameroun, République centrafricaine, Congo, Gabon, Guinée Equatoriale, République Démocratique du Congo, Tchad, et Sao Tome et Principe), la maladie a tué 104 personnes sur 3.182 malades.

    Ref.RDC: le cardinal Ambongo à la tête d’un Fonds national contre le Covid-19

    JPSC