Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • Le coran et les kalashnikovs; bulletin de guerre du front du Sahel

    IMPRIMER

    Un article de Sandro Magister, vaticaniste à L’Espresso; traduction de Diakonos.be :

    Coran et kalashnikovs. Bulletin de guerre du front du Sahel

    Idriss Déby, un musulman de l’ethnie Zaghawa, est arrivé au pouvoir en 1990, la même année que la visite sans histoire du pape Jean-Paul II dans son pays, le Tchad, à une époque où aucun envoyé de guerre n’avait encore de raison de se rendre sur place ou dans les pays voisins. Mais trois décennies plus tard, le président gendarme est mort au combat sur la ligne de front, entre le lac Tchad et la capitale N’Djaména, dans une escarmouche contre les combattants du Front pour l’Alternance et la Concorde au Tchad, de l’ethnie Daza, eux aussi musulmans, une de ces nombreuses formations djihadistes qui infestent aujourd’hui la région du grand lac, au carrefour entre le Nigéria, le Cameroun, le Niger et le Tchad.

    Trente ans plus tard, plus rien n’est pareil dans l’immense région du Sahel qui s’étend entre la forêt et le désert du Sahara. En 2004, le « Wall Street Journal » faisait encore l’éloge du Mali, un pays à 90% musulman, le qualifiant de modèle de démocratie et de vivre ensemble pacifique avec les autres religions, en plus d’être une destination touristique raffinée pour prendre le « thé dans le désert », à Tombouctou et aux alentours. Mais le lourd rapport sur la liberté religieuse dans le monde publié ces derniers jours par l’organisation catholique internationale « Aide à l’Église en détresse » situe aujourd’hui les deux plus terribles épicentres africains de la violence islamiste précisément dans la région du lac Tchad et dans une vaste zone comprise entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso, en plein Sahel.

    Deux épicentres en lien, selon le rapport, avec « un réseau islamique transnational qui s’étend du Mali au Mozambique, des Comores dans l’Océan Indien aux Philippines dans la Mer de Chine méridionale, dont l’objectif est de créer un soi-disant califat transcontinental ».

    Et en effet, il n’est pas rare que l’un ou l’autre des formations armées musulmanes se revendiquent d’organisations transnationales telles que Boko haram, Al Shabab, Al Queda ou Daesh, l’État islamique. Mais il n’est pas certain que toutes obéissent à une pyramide hiérarchique et à un plan de conquête coordonné.

    Sur le terrain, la réalité est bien plus compliquée, comme l’explique un livre très détaillé qui vient lui aussi de sortir récemment sous le titre de « Guerre nere. Guida ai conflitti nell’Africa contemporanea », sous la plume de Mario Giro, professeur de relations internationales à Université de Pérouse. Il est aussi responsable international de la Communauté de Sant’Egidio et a été le vice-ministre italien des affaires étrangères entre 2013 et 2018.

    Lire la suite

  • Belgique : une instabilité gouvernementale chronique

    IMPRIMER

    De Paul Vaute sur le blog "Le passé belge" :

    Cinquante-deux gouvernements en septante-cinq ans

         Entre la fin de la Seconde Guerre mondiale et les suites des élections législatives de 2019, la Belgique a fait ample consommation de gouvernements. Vingt pendant le quart de siècle qui sépare la Libération de la gestation des Communautés et des Régions (1944-1969). Dix-neuf pendant le quart suivant, qui conduit vers la fin de Dehaene I (1969-1994). Et treize durant le troisième quart qui s'achève avec la (première) année de la CoVid-19 (1995-2020). Total: 52 équipes ministérielles en 75 ans, soit une moyenne de vie tournant autour de dix-huit mois. Et si, ces dernières années, les crises ont été moins nombreuses, on sait assez qu'elles ont aussi été plus longues, deux d'entre elles ayant franchi le cap d'un an (2010-2011 et 2019-2020).

       Devant cette instabilité chronique, bien des questions s'élèvent dont, au premier rang, un pourquoi et un comment: quelles en sont les causes profondes et où l'édifice institutionnel puise-t-il sa capacité à résister aux coups de boutoir sans cesse recommencés ? Tout récemment, j'ai rendu compte d'une étude des politologues Didier Caluwaerts et Min Reuchamps [1] éclairant ce paradoxe d'un Etat toujours gouvernable, même par des coalitions minoritaires, et de pulsions séparatistes demeurées contenues, alors que les fondements du compromis à la belge semblent largement érodés, au sein la classe politique s'entend (la distinction entre pays légal et pays réel, fût-elle suspecte à certains yeux, n'en garde pas moins toute sa pertinence).

       Du même sujet, Francis Delpérée, orfèvre en la matière, s'est attelé à décortiquer d'autres facettes: la gestion des crises, leurs conséquences et les moyens envisageables d'y remédier [2].

    Lire la suite

  • Les églises : un patrimoine dont l’héritage est l’affaire de tous

    IMPRIMER

    Une chronique du chanoine Eric de Beukelaer sur le site de La Libre :

    À qui appartiennent les églises de Belgique, et qui doit s'en occuper?

    Une certaine opinion aime brocarder l’opulence catholique "avec ses cathédrales qui regorgent de trésors". Fake news.

    Récemment, dans une prestigieuse collégiale médiévale de Wallonie, des œuvres d’art furent maladroitement restaurées. Suite à l’émoi médiatique, la commune s’empressa de se dédouaner, en communiquant qu’elle n’était pas propriétaire des lieux. Déclaration surprenante. À la Révolution française, les biens du culte furent nationalisés. La propriété des églises est ainsi passée aux communes. Lors du concordat avec le Pape, Napoléon n’a rien rendu. Il a réaffecté les églises au culte, sous la responsabilité d’un organe de gestion constitué de bénévoles : la fabrique d’église. Les églises construites avant ce concordat (1804) sont donc en principe des propriétés communales. Pour les églises édifiées après, si construites sur un terrain communal, elles sont communales ; si construites sur un terrain fabricien, elles sont fabriciennes. Certaines communes répugnent cependant à reconnaître qu’elles sont propriétaires d’une église, et ce afin de se sentir moins responsables de l’entretien. Et d’ainsi refiler le "valet noir" aux fabriques. En Wallonie, la charge des lieux de culte ne représente pourtant en moyenne qu’un pour cent du budget communal. Là où leur subside permet un entretien régulier des lieux, les églises demeurent en bon état.

    Qu’importe d’ailleurs que le propriétaire soit la commune ou la fabrique. En effet, une fabrique d’église est un établissement public sous tutelle - de l’évêché, certes, mais aussi des communes et de la Région wallonne. Les fabriciens sont donc des bénévoles qui gèrent des biens publics. Leur mission ingrate mérite respect et encouragement. Si demain ils doivent être remplacés par des fonctionnaires, le budget communal en souffrira bien davantage. Outre le curé, le bourgmestre ou l’échevin du Culte est membre de droit du Conseil de fabrique. La commune a donc "un œil" sur les fabriques d’église et porte dès lors une part de responsabilité dans ses décisions. Certaines communes feignent d’ignorer cela - stratégie du "valet noir" oblige.

    L’avenir est réfléchi sans tabous

    Une certaine opinion aime brocarder l’opulence catholique "avec ses cathédrales qui regorgent de trésors". Fake news. En Belgique 99 % des églises appartiennent au domaine public - communal ou fabricien. (Seulement 1 % d’entre elles sont propriété d’une ASBL). En clair : bien qu’affectées au culte catholique, les églises appartiennent à la population. Chacun, quelle que soit sa conviction, y est bienvenu dans sa quête de silence, d’intériorité, de beauté… de Mystère. D’où l’importance de veiller à ce qu’elles restent ouvertes le plus possible, tout en les protégeant contre le vol et les dégradations. Une église fermée se meurt d’oubli. 

    Voilà pourquoi aussi il s’agit de réfléchir ensemble à l’avenir de chacune d’elles. Exclusivement affectées au culte ? Aussi accessibles à d’autres usages compatibles ? Partagées en diverses affectations avec désaffectation partielle ? Désaffectées au culte ? En Flandre, un décret oblige communes, fabriques et évêchés à trancher. Côté francophone, cela dépend de l’initiative des partenaires. Si certaines communes décident en solo - ce qui est illégal -, d’autres laissent les bâtiments se dégrader, attendant que ce soient les représentants catholiques qui prennent les décisions. Fermer une église est impopulaire. D’où la tentation de glisser le "valet noir" à l’évêché et aux fabriques. Eh bien, non. Avec la diminution de la pratique religieuse, les catholiques réfléchissent à l’avenir des églises, sans tabous. À condition que cela se fasse en partenariat avec les autorités. À condition aussi de veiller à garder suffisamment d’espaces d’intériorité, même réduits, à la manière des chapelles de jadis. Les églises sont, au cœur des villes et villages, des cierges pointés vers le ciel. Plutôt qu’une charge, elles sont un patrimoine dont l’héritage est l’affaire de tous.

  • L'hommage du cardinal Koch aux martyrs arméniens

    IMPRIMER

    De Vatican News (Cyprien Viet) :

    25 avril 2021

    Le cardinal Koch rend hommage aux martyrs arméniens

    Le président du Conseil pontifical pour la Promotion de l’Unité des Chrétiens a présidé ce dimanche soir en la basilique San Bartolomeo all’Isola (saint Barthélémy en l’île), dédiée aux martyrs des temps contemporains, une célébration œcuménique pour la paix dans le monde, à la mémoire des victimes du génocide des Arméniens, perpétré par l’Empire ottoman à partir du 24 avril 1915.

    Le cardinal Kurt Koch a prononcé une homélie dans le cadre de cette cérémonie œcuménique pour la paix dans le monde, organisée conjointement par son dicastère et par l'Église apostolique arménienne, sous l'intitulé "Prions avec les saints martyrs du génocide arménien". L'Église apostolique arménienne, qui n'est pas en communion avec Rome mais qui rassemble la grande majorité des Arméniens de l'État arménien actuel et de la diaspora, avait en effet procédé à la canonisation collective de l'ensemble des martyrs du génocide en 2015, lors des célébrations du centenaire.

    Le cardinal Koch a expliqué que Jésus est devenu le «tout premier martyr», en exprimant, sur la croix, l’amour dans sa forme la plus radicale. Le Christ a «transformé la violence exercée sur lui en amour et a donné sa vie sur la croix pour nous, les hommes». Il a ainsi tracé la voie pour les martyrs qui ont suivi, notamment le diacre Étienne, dont les Actes des Apôtres rapporte sa prière pour ses persécuteurs – «Seigneur, ne leur retiens pas ce péché» (Ac 7,60) – dans un sens équivalent aux mots de Jésus sur la croix: «Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu'ils font» (Lc 23,34).

    Ainsi, «le martyr chrétien se caractérise par le fait qu'il ne cherche pas le martyre en soi, mais qu'il l'assume comme conséquence de sa fidélité à la foi en Jésus-Christ», exprimant ainsi «la victoire de l'amour sur la haine et sur la mort». Le Concile Vatican II l’avait rappelé au 42e paragraphe de la Constitution Lumen Gentium«Le martyre dans lequel le disciple est assimilé à son maître, acceptant librement la mort pour le salut du monde, et rendu semblable à lui dans l’effusion de son sang, est considéré par l’Église comme une grâce éminente et la preuve suprême de la charité.»

    «Le Concile reconnaît cette "preuve suprême de charité" non seulement chez les martyrs de l'Église catholique mais aussi chez ceux des autres Églises et Communautés ecclésiales chrétiennes»,  a rappelé le président du Conseil pontifical pour la Promotion de l’Unité des Chrétiens. «Cette profonde reconnaissance s'est répandue de plus en plus parmi nous, chrétiens, surtout au cours du siècle dernier, au début duquel a eu lieu le grand et sanglant martyre des chrétiens arméniens pendant le génocide de ce peuple, en mémoire duquel nous sommes réunis en prière aujourd'hui», a expliqué le cardinal suisse.

    La persécution des chrétiens, une réalité toujours actuelle

    «Depuis lors, le christianisme est devenu une Église de martyrs à une échelle incomparable, a-t-il insisté. En fait, il y a même plus de martyrs aujourd'hui que pendant la persécution des chrétiens au cours des premiers siècles. 80 % de toutes les personnes persécutées pour leur foi aujourd'hui sont des chrétiens. La foi chrétienne est la religion la plus persécutée dans le monde aujourd'hui.»

    Lire la suite

  • "Quand nous voyons le linceul, nous voyons vraiment le visage de Jésus"

    IMPRIMER

    Du National Catholic Register (Thomas L. McDonald) :

    Un scientifique : "Quand nous voyons le linceul, nous voyons vraiment le visage de Jésus".

    Un entretien avec Gerard Verschuuren jette un éclairage sur le tissu sacré dans le nouveau livre "A Catholic Scientist Champions the Shroud of Turin".

    New book highlights interesting insights into the venerated fabric.
    Un nouveau livre apporte des informations intéressantes sur le tissu vénéré. (photo : Sophia Institute Press)

    24 avril 2021

    Gerard Verschuuren est un biologiste et philosophe catholique qui travaille à la jonction de la science et de la religion. Sa formation très variée comprend la génétique, l'anthropologie biologique et les statistiques, mais il a également obtenu un doctorat en philosophie des sciences et a enseigné la philosophie de la biologie, la génétique humaine et la programmation informatique dans des universités américaines et européennes. Il vit aujourd'hui dans le New Hampshire et profite de sa retraite pour écrire des livres sur la foi et la science, parmi lesquels Aquinas and Modern Science, The Myth of an Anti-Science Church, In the Beginning : How God Made Earth Our Home et, plus récemment, A Catholic Scientist Champions the Shroud of Turin (Sophia Institute Press, 192 pages, $17.95). Dans ce livre, Verschuuren examine les preuves pour et contre l'authenticité du linceul dans la double perspective de la science et de la foi. L'une des raisons qui l'ont poussé à reconsidérer les preuves à ce moment-là est la disponibilité des données brutes des tests au carbone 14, dont il a été fait état pour la première fois en 1988. Retenues pendant des décennies par le British Museum, les données brutes n'ont été divulguées qu'en 2017, suite à une demande de liberté d'information du chercheur français Tristan Casabianca. L'analyse ultérieure de ces données et la comparaison avec le rapport original ont conduit l'équipe de Casabianca à conclure que " l'homogénéité fait défaut dans les données et que la procédure devrait être reconsidérée ", jetant le doute sur les résultats de la date au carbone 14. Le correspondant du Register, Thomas L. McDonald, a discuté de ces questions avec G. Verschuuren.

    Lire la suite

  • Les 100 premiers jours de Biden et Harris

    IMPRIMER

    Alors que nos médias tentent de nous présenter les premiers mois de l'administartion Biden sous un jour extrêmement favorable, Vincenzina Santoro, sur la Nuova Bussola Quotidiana, ne partage pas cet enthousiasme... :

    "May Day" pour les États-Unis : Les 100 premiers jours de Biden et Harris

    26-04-2021

    Les 100 premiers jours de l'administration Biden-Harris nous rapprochent du "May Day". Comme il se doit, "May Day" (Aidez-moi) est l'appel de détresse lancé par ceux qui sont confrontés à des circonstances difficiles. Les États-Unis se trouvent aujourd'hui à un carrefour difficile. Cette administration est non seulement contre la vie, mais le président ne semble pas avoir le contrôle. Alors que la vice-présidente, Kamala Harris, est prête à intervenir si l'occasion se présente. 

    Le 20 janvier, lors de son investiture, le président Joe Biden a prononcé un discours apparemment passionné appelant à l'unité nationale. Deux jours plus tard, jour de l'anniversaire de la légalisation de l'avortement par la décision de la Cour suprême dans l'affaire Roe v. Wade, il a entamé un derby de démolition pour saper et défaire les principales réalisations de son prédécesseur pro-vie, Donald Trump. Biden a commencé par publier une déclaration d'une page faisant l'éloge de Roe v. Wade, dans laquelle lui et la vice-présidente Kamala Harris ont déclaré qu'ils étaient "engagés à codifier Roe v. Wade" et se sont engagés à nommer des juges qui respectent son contenu. (La détermination à codifier Roe v. Wade avait déjà été présentée dans le programme de 91 pages du parti démocrate avant les élections). Quelques jours plus tard, le 28 janvier, un "Mémorandum sur la protection de la santé des femmes dans le pays et à l'étranger" plus complet a étendu la portée des droits reproductifs au reste du monde

    Ces actions n'étaient pas destinées à promouvoir "l'unité nationale". Sur la question de l'avortement, il n'y a pas de place pour le compromis. Soit on est pro-vie, soit on est pro-choix. La décision de Biden est intervenue quelques jours seulement après que le président Trump, dans les derniers jours de son règne, ait publié une proclamation le 17 janvier déclarant le 22 janvier "Journée nationale du caractère sacré de la vie humaine", dans laquelle il désignait les enfants à naître comme "les plus vulnérables de notre société."

    La déclaration de Biden n'était que la première d'une douzaine de proclamations, de décrets, de déclarations et de mémorandums signés par le nouveau président qui règne ainsi de manière quasi impériale. Depuis le premier jour, il a été photographié à son bureau dans le bureau ovale de la Maison Blanche, signant tout ce qui précède.

    Par le passé, les présidents américains ont toujours été désireux d'apparaître lors de conférences de presse, car cela leur donne une exposition maximale et l'occasion d'expliquer leurs plans et leurs politiques. Bien que Biden ait été capable de lire à partir de téléprompteurs, plissant les yeux en s'efforçant de lire les déclarations préparées pour lui, il pourrait ne plus être en mesure de supporter les questions intenses habituelles des longues conférences de presse. Le corps de presse de la Maison-Blanche a finalement exercé suffisamment de pression sur l'attachée de presse du président, Jen Psaki, qui a couvert un Biden "très occupé", pour que le président se présente enfin à sa première (et jusqu'à présent unique) conférence de presse le 25 mars. Cette conférence ne ressemblait à aucune autre conférence de presse présidentielle antérieure. M. Biden a lu plusieurs fiches d'information, un carnet à spirale et des cartes d'index, tandis que des journalistes soigneusement choisis posaient des questions faciles auxquelles le président s'efforçait de répondre en mélangeant des papiers pour trouver les réponses préparées.

    Lire la suite

  • Liège : enregistrée et diffusée depuis l’église du Saint-Sacrement en direct ce matin du 25 avril 2021 à 10h, la messe traditionnelle (missel de 1962) du 3e dimanche après Pâques :

    IMPRIMER

    Célébrant : Abbé M.-A Dor, Recteur

    Chants grégoriens (L. Schyns, G. Lahaye) : aspersion d’eau bénite « Vidi aquam », propre de la messe « Jubilate Deo» », Kyriale de la messe I (Xe s.), credo I (XIe s.), antienne mariale « Regina Caeli » (XIIe s.)

    Orgue : Patrick Wilwerth

    Pour suivre la messe, cliquez ici : https://youtu.be/R7uWnp_fHTM

    Au troisième dimanche après Pâques, nous sommes toujours dans la joie pascale. Mais, à partir de ce dimanche, la liturgie nous prépare à l’Ascension, au départ du Christ de ce monde visible. En même temps, elle nous fait envisager les circonstances réelles de la lutte terrestre des chrétiens, où la fidélité à notre baptême sera aussi nécessaire que la confiance en Celui qui continue de nous sauver.

    Iubilate Deo.jpgL’introït est emprunté au psaume 65, qui n’est qu’un hymne triomphal. « Élevez vers Dieu des cris de joie, vous tous sur la terre ; chantez à son nom l’hymne de la rédemption universelle ; rendez glorieuse sa louange » — voilà la splendeur de la liturgie catholique — exprimée, mieux qu’avec des paroles, dont Isaïe reprochera aux Juifs de se contenter, par les œuvres d’une vie sur laquelle se reflète la gloire et la sainteté du Christ ressuscité.

    Lire la suite

  • Message du Pape pour la 58ème Journée Mondiale de Prière pour les Vocations

    IMPRIMER

    MESSAGE DU PAPE FRANÇOIS
    POUR LA 58
    éme JOURNÉE MONDIALE
    DE PRIÈRE POUR LES VOCATIONS

    Saint Joseph: le songe de la vocation

    Giotto di Bondone - Joachims Dream - Capella degli Scrovegni.jpg

    Chers frères et sœurs !

    Le 8 décembre dernier, à l’occasion du 150ème anniversaire de la proclamation de saint Joseph comme Patron de l’Eglise universelle, a commencé l’année spéciale qui lui est consacrée (cf. Décret de la Pénitencerie Apostolique, 8 décembre 2020). Pour ma part, j’ai écrit la Lettre apostolique Patris corde, dans le but d’« accroître l’amour envers ce grand Saint ». Il s’agit en effet d’une figure extraordinaire, en même temps « si proche de la condition humaine de chacun de nous ». Saint Joseph n’impressionnait pas, il n’était pas doté de charismes particuliers, il n’apparaissait pas exceptionnel aux yeux de celui qui le rencontrait. Il n’était pas célèbre et ne se faisait même pas remarquer : les Evangiles ne rapportent même pas une de ses paroles. Pourtant, à travers sa vie ordinaire, il a réalisé quelque chose d’extraordinaire aux yeux de Dieu.

    Dieu voit le cœur (cf. 1 S 16, 17) et en saint Joseph, il a reconnu un cœur de père, capable de donner et de susciter la vie dans le quotidien. C’est à cela que tendent les vocations : susciter et régénérer des vies chaque jour. Le Seigneur désire modeler des cœurs de pères, des cœurs de mères : des cœurs ouverts, capables de grands élans, généreux dans le don de soi, compatissants en réconfortant les angoisses et fermes pour renforcer les espérances. C’est de cela que le sacerdoce et la vie consacrée ont besoin, aujourd’hui de manière particulière, en des temps marqués par des fragilités et des souffrances dues aussi à la pandémie, qui a suscité des incertitudes et des peurs concernant l’avenir et le sens même de la vie. Saint Joseph vient à notre rencontre avec sa douceur, comme un saint de la porte d’à côté; en même temps, son témoignage fort peut nous orienter sur le chemin.

    Saint Joseph nous suggère trois paroles-clé pour la vocation de chacun. La première est rêve. Tout le monde dans la vie rêve de se réaliser. Et il est juste de nourrir de grandes attentes, des attentes élevées que des objectifs éphémères - comme le succès, l’argent et le plaisir - ne parviennent pas à satisfaire. En effet, si nous demandions aux personnes d’exprimer en un seul mot le rêve de leur vie, il ne serait pas difficile d’imaginer la réponse : “amour”. C’est l’amour qui donne sens à la vie, parce qu’il en révèle le mystère. En effet, la vie, on ne l’a que si on la donne, on ne possède vraiment que si on donne pleinement. Saint Joseph a beaucoup à nous dire à ce sujet, parce que, à travers les rêves que Dieu lui a inspirés, il a fait de son existence un don.

    Les Evangiles racontent quatre songes (cf. Mt 1, 20 ; 2, 13.19.22). C’étaient des appels divins, mais ils ne furent pas faciles à accueillir. Après chaque songe, Joseph a dû changer ses plans et se remettre en cause, sacrifiant ses projets pour satisfaire ceux, mystérieux, de Dieu. Il a fait confiance jusqu’au bout. Mais nous pouvons nous demander : "Qu’était un rêve nocturne pour y placer tant de confiance ?". Bien que l’on y prêtât beaucoup d’attention dans le passé, ce n’était quand même pas grand-chose face à la réalité concrète de la vie. Pourtant saint Joseph se laissa guider par ses songes sans hésiter. Pourquoi ? Parce que son cœur était orienté vers Dieu, il était déjà disposé à son égard. Sa vigilante “oreille intérieure” n’avait besoin que d’un petit signe pour reconnaître la voix. Cela vaut également pour les appels qui nous sont adressés : Dieu n’aime pas se révéler de manière spectaculaire, en forçant notre liberté. Il nous transmet ses projets avec douceur; il ne nous foudroie pas avec des visions éclatantes, mais il s’adresse avec délicatesse à notre intériorité, en se faisant intime à nous et en nous parlant à travers nos pensées et nos sentiments. Et ainsi, comme il le fit avec saint Joseph, il nous propose des objectifs élevés et surprenants.

    Lire la suite

  • Ego sum pastor bonus

    IMPRIMER

    Ego sum pastor bonus

  • Nouveau décret de la Congrégation pour les Causes des Saints; douze religieux espagnols morts en haine de la foi lors de la guerre civile seront béatifiés

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    La Congrégation pour les Causes des Saints publie un nouveau décret

    Le Pape François a approuvé la canonisation équipollente d'une religieuse italienne, la béatification de douze martyrs de la guerre d'Espagne et reconnaît également cinq vénérables, des religieuses et religieux ainsi que trois laïcs espagnols et italiens.

    Le Pape François a autorisé ce 24 avril la Congrégation de la Cause des saints à promulguer des décrets concernant une canonisation équipollente (sans miracle reconnu), douze nouveaux Bienheureux et cinq nouveaux Vénérables, parmis lesquels trois laïcs.

    Par ce décret, le Saint-Père y reconnait le martyre de douze religieux espagnols morts en haine de la foi lors de la guerre civile en 1936 qui seront béatifiés.

    -Canonisation équipollente

    La bienheureuse Marguerite de Città di Castello (ou Marguerite de Metola) est née vers 1287 dans le village fortifié de Metola (Urbino, Italie). Née aveugle et difforme, elle a été enfermée par son père dans une petite cellule construite près de l'église du château afin qu'elle reste cachée aux yeux du monde. À l'âge de cinq ans, ses parents l'emmènent à Città di Castello, dans l'église de San Francesco, sur la tombe d'un frère franciscain laïc, Giacomo da Città di Castello, mort en 1292 en état de sainteté, dans l'espoir d'obtenir un miracle de la vue pour leur fille. Mais le miracle attendu ne se produisant pas, les parents ont décidé d'abandonner définitivement leur fille et de la confier à la solidarité des habitants de Città di Castello.

    La jeune fille a vécu quelque temps en mendiant dans les rues de la ville, avant d'être recueillie par des religieuses de la petite communauté de Santa Margherita. Elle entre dans le Tiers-Ordre dominicain. Elle se consacre à la prière assidue, à la confession quotidienne, à la communion fréquente, à la récitation de l'office de la Vierge et du psautier, et à la méditation constante du mystère de l'Incarnation. 

    -Sont reconnus Bienheureux:

    Don Vicente Nicasio Renuncio Toribio et ses onze compagnons, martyrs de la guerre civile espagnols, morts en haine de la foi en 1936. Ils sont reconnus bienheureux. La persécution contre l'Église à Madrid a été particulièrement sanglante. Plusieurs couvents ont été attaqués et incendiés, de nombreuses églises pillées et divers objets sacrés profanés. 

    -Sont reconnus Vénérabes : 

    Pietro Marcellino Corradini, évêque de Frascati, cardinal de la Sainte Église romaine, fondateur de la Congrégation des Sœurs Collégiennes de la Sainte Famille ; né le 2 juin 1658 à Sezze, Italie, et mort à Rome, Italie, le 8 février 1743.

    Emanuele Stablum, religieux de la Congrégation des Fils de l'Immaculée Conception, né le 10 juin 1895 à Terzolas (Italie) et décédé à Rome (Italie) le 16 mars 1950. 

    Enrico Ernesto Shaw, laïc fidèle et père de famille ; né le 26 février 1921 à Paris, France, décédé le 27 août 1962 à Buenos Aires, Argentine.

    María de los Desamparados Portilla Crespo, fidèle laïque et mère de famille ; née le 26 mai 1925 à Valence, Espagne et décédée à Madrid, Espagne le 10 mai 1996

    Anfrosina Berardi, fidèle laïque, née le 6 décembre 1920 à San Marco di Preturo (Italie) et morte le 13 mars 1933 dans cette même ville.

  • Fixons notre regard sur notre Berger (4ème dimanche de Pâques)

    IMPRIMER

    Gesù Buon Pastore del Mausoleo di Galla Placidia di Ravenna

    Homélie de l'abbé Christophe Cossement pour le 4ème dimanche de Pâques :

    https://donchristophe.be/index.php/homelie/25-messes-dominicales/477-avancer-les-yeux-fixes-sur-notre-berger

    Avancer les yeux fixés sur notre Berger

    5 avril 2021

    L’Église naissante a fait l’expérience que le nom de Jésus sauve. Pierre et Jean guérissent « au nom de Jésus Christ, le Nazaréen ». Au tout début de l’Évangile, l’ange avait précisé à saint Joseph qu’il devrait appeler l’enfant Jésus, c’est-à-dire « le Seigneur sauve », car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés (Mt 1,21). Les apôtres n’agissent pas au nom des valeurs évangéliques, au nom de la fraternité ou quelque chose du genre, mais au nom de Jésus. Le nom, c’est la personne. Faire référence au nom de Jésus nous empêche de réduire le christianisme à une théorie, une théorie morale bien souvent, ou plutôt moralisatrice.

    Au contraire, le chrétien trouve le sens de sa vie en suivant Jésus, en écoutant Jésus, en aimant Jésus. Le fait d’observer des règles, de vivre raisonnablement, de s’imposer des efforts, de pratiquer des rites, tout cela ne devrait avoir qu’une seule source : aimer Jésus et accueillir son amour qui nous sauve. Penser à Jésus, redire son nom dans notre tête, vouloir garder une de ses paroles chaque jour dans notre cœur, voilà de belles pratiques qui nous feront avancer.

    Pourquoi le nom de Jésus a-t-il un tel pouvoir ? Le nom de Jésus a un tel pouvoir parce qu’il a donné sa vie pour ses brebis. C’est là que réside son pouvoir : donner sa vie ! Il n’a pas vécu comme quelqu’un d’invincible, mais il est devenu vainqueur en perdant sa vie, ou plutôt en la donnant — et il nous a aussi appris à donner notre vie afin de la garder.

    Le nom de Jésus est le nom de notre berger qui a donné sa vie pour ses brebis, qui a acquis de cette façon le pouvoir de les guider. Parce que Jésus a donné sa vie dans son combat contre le mal, il a acquis le pouvoir sur tout ce qui est ténèbre. Tout ce qui est sombre et assiège notre vie doit battre en retraite lorsque nous donnons notre foi et notre amour à Jésus, car il a vaincu les ténèbres. À nous de lui garder notre foi pour maintenir les ténèbres à distance. Il est notre berger, soyons les brebis qui le suivent et lui font confiance.

    Le berger, si nous lui tenons la main par la foi, peut nous conduire à travers des étroits chemins, des corniches dangereuses où nous sommes pris de vertige devant les peines de la vie ou les dangers. Si nous fixons notre regard sur lui plutôt que sur le vide, nous pourrons avancer.

    Même le temps que nous vivons peut devenir un bon temps alors que nous avons l’impression d’être bloqué de tout côté et qu’on nous ampute notre vie. J’ai fait l’expérience que si nous nous débattons en pensant que nous sommes tout seuls, abandonnés même du ciel, il n’y a que l’amertume au rendez-vous. Et nous nous mettons à en vouloir à plein de gens. Mais si nous regardons vers le Berger, si nous nous mettons avec amour sous sa protection, nous commençons à comprendre que tout peut porter du fruit. Ce temps difficile peut être un temps où Dieu va nous « tuner », nous travailler pour nous préparer à une grande mission et à un grand bonheur. Nous ne pouvons pas faire ce chemin à la place des autres, mais nous pouvons le faire pour nous-même.

    Il me revient la petite prière que le prêtre dit en secret avant de vous présenter l’hostie, au moment où il s’agenouille. Allez, je vous livre ce secret ! Le prêtre dit : « Seigneur Jésus, selon la volonté du Père et avec la puissance du Saint-Esprit tu as donné par ta mort la vie au monde ; que ton corps et ton sang me délivrent de mes péchés et de tout mal ; fais que je demeure fidèle à tes commandements et que jamais je ne sois séparé de toi. » Tout est là ! Jésus, par la puissance de Dieu, va donner par sa mort la vie au monde, et moi je demande de ne jamais être séparé de lui. Vivons ainsi. Attachons-nous au Seigneur au milieu des tempêtes. Un jour, quand nous verrons clair, nous serons émerveillés de là où il a réussi à nous conduire. Il est le maître de l’histoire.

  • Saint Marc, le plus grand reporter de l'Antiquité ?

    IMPRIMER

    On le fête aujourd'hui : saint Marc, « l’évangéliste reporter »

    Image

    source : http://rouen.catholique.fr/IMG/pdf/Saint_Marc_l_evangeliste_reporter.pdf

    Saint-Marc-l-evangeliste-reporter_article_popin.jpgAu cours de cette année liturgique, qui a débuté le 27 novembre 2011, les catholiques peuvent découvrir Marc, dont l’Évangile est lu chaque dimanche. Un Évangile de plus en plus apprécié par les fidèles d’aujourd’hui et qui incite à réfléchir sur l’identité de Jésus.

    Lire la suite