Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • Le Dr Bernard Nathanson ou le miracle de la miséricorde divine

    IMPRIMER

    De Thomas Maino sur le National Catholic Register

    Le miracle de la miséricorde divine du Dr Bernard Nathanson

    Il n'y a aucun péché qui ne puisse être pardonné si l'on s'offre à Dieu en toute humilité.

    1er septembre 2022

    Depuis l'annulation de Roe v. Wade cette année, les tensions concernant cette décision n'ont fait qu'empirer. Jusqu'à présent, huit États ont complètement interdit l'avortement, et d'autres devraient suivre. Des centres de grossesse ont été endommagés par des activistes pro-avortement, avec un incident impliquant l'utilisation d'un cocktail Molotov.

    Il est décourageant d'entendre de telles anecdotes, et difficile de succomber à la tentation de croire que ces hommes et ces femmes qui soutiennent le meurtre dans l'utérus sont si dévoués à leur croyance que leur cœur endurci ne peut être adouci de manière à apporter un soutien inconditionnel à la vie. Mais une transformation radicale par la grâce de Dieu est ce qui est arrivé à l'une des personnalités pro-avortement les plus influentes de l'histoire américaine.

    Le Dr Bernard Nathanson a reçu une éducation qui, rétrospectivement, peut être considérée comme ayant influencé son manque d'intérêt pour les enfants à naître. Son père a répudié son judaïsme et a vécu comme un athée. Il était une piètre figure paternelle, maltraitant verbalement la mère de Bernard parce qu'il n'avait jamais reçu la dot promise par son beau-père. 

    Bien que Bernard ait reçu une éducation juive traditionnelle, son père a attaqué ses croyances, ce qui a entraîné la transmission de l'athéisme de père en fils. Sa mère, qui accepte sans broncher la haine de son mari, poursuit un jour Bernard avec un rasoir après qu'il a imité son père et l'a insultée.

    Nathanson grandira et fera carrière dans le domaine médical, tout en ne parvenant jamais à avoir un mariage stable, les divorces étant l'issue lorsque les plaisirs physiques temporaires s'émoussent.

    Lorsque la petite amie du jeune Nathanson tombe enceinte, il la fait avorter, craignant qu'élever un enfant à ce moment-là ne fasse dérailler sa carrière. Avec une autre petite amie, il a même pratiqué l'avortement lui-même, tuant son propre enfant de ses propres mains.

    Nathanson a fondé l'Association nationale pour l'abrogation des lois sur l'avortement, ou NARAL, avec Larry Lader et Betty Freidan. Leur objectif est inscrit dans le titre de leur organisation : obtenir la légalisation complète de l'avortement en Amérique. Une partie de la stratégie consistait à attaquer l'Église catholique, le rocher de la moralité. Il a expliqué leur stratégie comme suit :

    Lire la suite

  • 2 septembre : les martyrs de septembre 1792

    IMPRIMER

    1906026849.jpg"Après la chute de la Monarchie le 10 août 1792, la fièvre monte à Paris. De nombreux suspects sont arrêtés : laïcs, prêtres séculiers, religieux, souvent réputés réfractaires, même si ce n’est pas le cas de tous. Environ 350 ecclésiastiques sont ainsi incarcérés, dont plus de la moitié étrangers à la capitale. Entre le 2 et le 5 septembre, des bandes armées d’hommes et de femmes envahissent les prisons parisiennes pour se livrer à l’exécution collective des détenus au couvent des Carmes, à l’abbaye de Saint-Germain, au séminaire Saint-Firmin, aux prisons de la Force, rue Saint-Antoine.

    Le couvent des Carmes, avec son très vaste enclos, est le premier et le plus symbolique théâtre des tueries. Au témoignage de l’abbé Saurin, jésuite rescapé, le contraste est saisissant entre la sérénité qui règne au-dedans, parmi les ecclésiastiques prisonniers, groupés autour de trois évêques, et, au dehors, le hurlement de la foule, les canonnades, les roulements de tambour, et finalement, le 2, vers quatre heures du soir, le tocsin de Saint-Sulpice qui donne le signal aux émeutiers. La tuerie qui a commencé dans le jardin s’achève, après un simulacre de jugement, au pied du petit escalier faisant communiquer la chapelle, où les prisonniers ont d’abord reflué et se sont mutuellement donné l’absolution, et le jardin. " Je n’ai entendu se plaindre aucun de ceux que j’ai vu massacrés " écrira l’abbé de la Pannonie, blessé et rescapé de la tragédie des Carmes.

    Parmi les 3 000 victimes de septembre 1792, 191 personnes mortes pour leur foi ont été béatifiées par Pie XI le 17 octobre 1926. 86 prêtres étaient membres du clergé parisien. Les quatre laïcs et de nombreux religieux béatifiés appartenaient aussi à l’Église de Paris."

    http://viechretienne.catholique.org/saints/3806-bienheureux-martyrs-de-septembre

  • Liturgie : le pape se veut l'interprète authentique de la vraie tradition

    IMPRIMER

    DISCOURS DU SAINT PÈRE FRANCOIS AUX MEMBRES DE L'ASSOCIATION ITALIENNE DES PROFESSEURS ET AMATEURS DE LITURGIE

    Salle Clémentine

    Jeudi 1er septembre 2022

    Chers frères et sœurs, bonjour et bienvenue !

    Je suis heureux de vous rencontrer en ces jours où vous célébrez le 50e anniversaire de l'Association des professeurs et praticiens de la liturgie. Je me joins à vous pour rendre grâce au Seigneur. Rendons tout d'abord grâce à ceux qui, il y a cinquante ans, ont eu le courage de prendre l'initiative et de donner vie à cette réalité ; rendons ensuite grâce à ceux qui ont participé à ce demi-siècle, en offrant leur contribution à la réflexion sur la vie liturgique de l'Église ; rendons enfin grâce pour la contribution que l'Association a apportée à la réception en Italie de la réforme liturgique inspirée par Vatican II.

    Cette période de vie et d'engagement correspond, en effet, à la saison ecclésiale de cette réforme liturgique : un processus qui a connu plusieurs étapes, depuis l'initiale, caractérisée par la publication des nouveaux livres liturgiques, jusqu'aux étapes articulées de sa réception dans les décennies suivantes. Ce travail d'acceptation est toujours en cours et nous voit tous engagés dans un approfondissement, qui demande du temps et de l'attention, une attention passionnée et patiente ; il demande une intelligence spirituelle et une intelligence pastorale ; il demande une formation, pour une sagesse de célébration qui ne s'improvise pas et doit être continuellement affinée.

    Au service de cette tâche, votre activité d'étude et de recherche a également été, et j'espère qu'elle continuera à l'être, placée sous le signe d'un nouvel élan. Je vous encourage donc à la poursuivre dans le dialogue entre vous et avec d'autres, car la théologie aussi peut et doit avoir un style synodal, impliquant les différentes disciplines théologiques et les sciences humaines, en "réseautant" avec les institutions qui, même hors d'Italie, cultivent et promeuvent les études liturgiques.

    En ce sens, on peut comprendre - et c'est indispensable - votre intention de rester à l'écoute des communautés chrétiennes, afin que votre travail ne soit jamais séparé des attentes et des besoins du peuple de Dieu. Ce peuple - dont nous faisons partie ! - Elle a toujours besoin de se former, de grandir, et pourtant elle possède en elle ce sens de la foi - le sensus fidei - qui l'aide à discerner ce qui vient de Dieu et conduit vraiment à Lui (cf. Exhortation apostolique Evangelii gaudium, 119), également dans le domaine liturgique.

    La liturgie est l'œuvre du Christ et de l'Église, et en tant qu'organisme vivant, comme une plante, elle ne peut être négligée ou maltraitée. Ce n'est pas un monument en marbre ou en bronze, ce n'est pas un objet de musée. La liturgie est vivante comme une plante, et doit être cultivée avec soin. De plus, la liturgie est joyeuse, avec la joie de l'Esprit, et non une fête mondaine. C'est pourquoi, par exemple, une liturgie au ton funèbre ne va pas. Elle est toujours joyeuse, car elle chante les louanges du Seigneur.

    C'est pourquoi votre travail de discernement et de recherche ne peut séparer la dimension académique de la dimension pastorale et spirituelle. "L'une des principales contributions du Concile Vatican II a été précisément d'essayer de surmonter le divorce entre la théologie et la pastorale, entre la foi et la vie" (Constitution apostolique Veritatis gaudium, 2). Nous avons besoin, aujourd'hui plus que jamais, d'une vision élevée de la liturgie, telle qu'elle ne se réduise pas à des disquisitions de détails rubriques : une liturgie non mondaine, mais qui lève les yeux vers le ciel, pour sentir que le monde et la vie sont habités par le Mystère du Christ ; et en même temps une liturgie avec "les pieds sur terre", propter homines, non loin de la vie. Pas avec cette exclusivité mondaine, non, cela n'a rien à voir. Sérieux, proche des gens. Les deux choses ensemble : tourner son regard vers le Seigneur sans tourner le dos au monde.

    Lire la suite

  • 40% des moins de 35 ans croient en la sorcellerie

    IMPRIMER

    Lu ICI :

    Derrière l’affaire Pogba, la recrudescence de la croyance dans la sorcellerie : 40% des moins de 35 ans croient en la sorcellerie, contre 25% des plus de 35 ans

    Le footballeur Paul Pogba ferait l’objet d’un chantage rocambolesque, qui a justifié l’ouverture d’une enquête judiciaire. En cause notamment, des messages dans lesquels le joueur demanderait à un marabout de jeter « des sorts » à Kylian Mbappé. L’affaire prêterait à sourire si 40 % des jeunes de moins de 35 ans ne croyaient pas sérieusement en la sorcellerie.

    Un marabout, de la sorcellerie, des « sorts » jetés à Kylian Mbappé. Ce n’est pas un Kamoulox, mais bien les éléments d’une extravagante procédure judiciaire, ouverte au début du mois d’août. Selon les informations de franceinfo, le footballeur Paul Pogba a confié aux enquêteurs de l’Office central de lutte contre le crime organisé qu’il était menacé par des amis d’enfance, originaires comme lui de Lagny-sur-Marne (Seine-et-Marne).

    Ces « amis » lui réclameraient 13 millions d’euros. Selon le témoignage du footballeur français, ces hommes l’ont plusieurs fois intimidé, accompagnés de son propre frère, Mathias. En mars dernier, Paul Pogba aurait même été entraîné dans un appartement parisien, et menacé par deux hommes armés de fusils d’assaut.

    « Grandes révélations »

    Aux enquêteurs, Paul Pogba a aussi expliqué que cette bande menacerait de divulguer le contenu d’une clé USB. Des messages y seraient stockés dans lesquels Pogba demanderait à un marabout de jeter « un sort » à ses adversaires et à certains de ses coéquipiers, dont Kylian Mbappé, son partenaire en équipe de France. Une demande que le joueur dément, tout en reconnaissant avoir déjà payé un marabout de son entourage pour se protéger des blessures.

    L’objet de ce chantage présumé pourrait prêter à sourire s’il n’était pas pris très au sérieux par les protagonistes. Dans une vidéo publiée ce samedi 27 août, Mathias Pogba menace son frère Paul de « grandes révélations ». Dans des posts sur Twitter, Mathias Pogba fait explicitement référence à cette histoire de « sorcellerie » qui, dans son esprit, pourrait ternir l’image de son frère et l’empêcher d’être sélectionné pour la prochaine Coupe du Monde.

    40 % des jeunes croient en la sorcellerie

    Un signe, sans doute que dans la société française, la sorcellerie n’est plus considérée comme une lubie farfelue. Une fraction croissante de la population accorde du crédit à cette pseudoscience, définie par le Larousse comme une « pratique magique en vue d’exercer une action, généralement néfaste, sur un être humain (sort, envoûtement, possession), sur des animaux ou des plantes ».

    Une enquête de l’Ifop pour la Fondation Jean Jaurès en décembre 2020 observait une recrudescence de cette superstition. « Alors que cela touchait à peine un Français sur six il y a quarante ans (18 % en 1981), la croyance dans les envoûtements et la sorcellerie séduit maintenant près de trois Français sur dix : 28 %, soit une hausse de 7 points depuis 2000, mais surtout de 10 points depuis 1981 », révélait l’enquête.

    Ces croyances sont particulièrement répandues chez les plus jeunes. « Aujourd’hui, 40 % des moins de 35 ans croient en la sorcellerie contre 25 % des plus de 35 ans », poursuivait l’enquête de la Fondation Jean Jaurès qui expliquait notamment cette recrudescence par le fait que « les générations nées à partir des années 1980 sont beaucoup moins marquées par une défiance vis-à-vis des croyances religieuses et le matérialisme dominant jusque-là depuis l’après-guerre ».

    (…)

    Marabouts

    En Afrique de l’ouest (Sénégal, Mali, Guinée), les marabouts sont des « lettrés musulmans, [qui] assument différents rôles, celui d’enseignant du Coran, de régulateurs de conflits, ils président aux cérémonies religieuses des baptêmes, des mariages, des funérailles », relevait l’anthropologue Liliane Kuczynski dans un article scientifique paru en 2010.

    (…) Marianne

  • Le "coming out" d'un jeune prêtre sorti du placard

    IMPRIMER

    De Bas Kulture (Lettre du Pays Basque) :

    J'ai fait mon coming-out : cette année, je suis sorti du placard ! 

    Un message posté sur les réseaux sociaux par un jeune prêtre :

    « Comme vous l'avez entendu, cette année j'ai décidé de faire mon coming-out. Après avoir vu tant de gens qui vantent leurs « diversités » et les applaudissent et leur disent « quel courage », etc. Je me suis posé la question et pourquoi pas moi ? Alors j'ai pris ma décision, cette année le Père Alvaro sortirait du placard !

    Je me suis décidé et j'ai sorti ma soutane du placard : à partir de janvier j'ai commencé à l'utiliser tous les jours du matin jusqu'à avant de dormir. Juste comme ça à la brava, pas d'annonces solennelles, pas d'explications préalables. Sans chercher des louanges pour cela et sans craindre les moqueries et les insultes ou les regards d'étrangeté.

    Quelle était ma surprise ? Beaucoup de choses.

    - Premièrement, je n'aurais jamais pensé que porter une soutane quotidienne pourrait me rendre aussi heureux en tant que prêtre. Cela m'a facilité dans la rue de faire autant de bien que je ne l'aurais jamais imaginé. J'ai béni, conseillé, aidé, confessé tant de gens avec qui la confiance a été donnée en me voyant en soutane.

    - Deuxièmement, à ma grande surprise, même en marchant dans des endroits très divers comme le centre commercial, le cinéma, les restaurants, les pachangas, les piñatas, les tianguis, la zone de tolérance du centre-ville, la foire du livre, etc. Et étant tombé sur toutes les tribus urbaines existantes et pour n’avoir, en cinq mois, reçu aucune insulte ou manque de respect de la part de qui que ce soit ; même des gens ouvertement anticatholiques. 
    Ce qui est triste dans tout ça, la seule moquerie sérieuse que j'ai reçue pour l'utiliser était de la part d'un prêtre.

    - Troisièmement, c'est malheureusement si inhabituel que le prêtre diocésain porte une soutane noire que j'ai généralement été confondu avec un religieux. Ces mois-ci, j'ai été confondu avec : un Franciscain, un Augustin, un moine, un missionnaire, un séminariste, et même un Karatéka... Cela me fait penser à quel degré nous avons été laïcisés pour que le prêtre diocésain ne soit plus associé à la soutane dans la vie quotidienne. 

    - Quatrièmement, pour une société « antireligieuse », le nombre de personnes qui me demandent ma bénédiction est remarquable, mais souvent, quand une personne me la demande, d’autres se trouvant dans l’environnement immédiat me la demandent aussi, spontanément.

    En conclusion, je suis très heureux d'avoir pris cette décision ; j'avais d’abord pensé le faire pendant un an, mais maintenant je peux affirmer que c'est quelque chose que je pratiquerai de manière habituelle. Cela m'aide, me rend heureux, aide les gens à trouver plus facilement un prêtre et la grâce. Cela rappelle encore aux éloignés que Dieu continue de rôder dans le monde; il me rappelle constamment que là où je marche, je représente Jésus et son épouse l'Église.

    Cela me rappelle que la méchanceté se déguise en « ange de lumière », c'est-à-dire que la haine ou le mépris, je l’ai surtout vu dans les yeux des Témoins de Jéhovah et de certains Chrétiens quand ils voient un prêtre. 
    Au contraire, beaucoup d'entre ceux (qui sont éloignés de l’Église, ndlr) j’ai pu mener des dialogues intéressants. Même les voyous du centre-ville sont venus avec respect pour me demander ma bénédiction. C'est drôle de voir d'où vient la haine. Celui qui a des oreilles comprend.

    De plus, ça me rappelle que je veux un jour devenir saint : imaginez-vous saint Jean Bosco, saint Ignace de Loyola, François-Xavier, saint Philippe de Neri, saint Thomas d'Aquin, saint François d'Assise, sans leur soutane ? Non ; je veux être un saint ? Oui, donc c'est bien de porter la soutane.

    L'utiliser m'a confirmé une vérité oubliée, la soutane est un sacramental, c'est-à-dire qu’elle suscite la grâce et prépare les gens à la recevoir. Le clergyman ne l'est pas.

    Enfin, je ne vais pas me donner des airs de grandeur en portant une soutane quotidienne. Cela ne me rend pas automatiquement ni plus grand ni plus saint que les autres prêtres. Mais ça m'aide énormément, j'invite les autres prêtres à être courageux, à sortir leur soutane du placard, à l'utiliser plus souvent et vous verrez le bien qu'ils se font à eux-mêmes et aux âmes. Vous ne le regretterez pas. 

  • 'Soyez rationnel devenez catholique' : une recension de Mgr Léonard

    IMPRIMER

    De Mgr André Léonard, Évêque émérite de Malines-Bruxelles, sur le site de la Nef :

    Soyez rationnel devenez catholique

    Matthieu Lavagna fait preuve d’une logique précise et convaincante dans son remarquable ouvrage (1), solidement documenté et très pédagogique, consacré à toutes les questions touchant la vérité du théisme, du christianisme et du catholicisme. J’en recommande vivement la lecture. Avec bonheur, il tord le cou à tous les poncifs d’un athéisme primaire cherchant à décrédibiliser la foi.

    Dans cette brève recension, j’évoque rapidement quelques pistes complémentaires. L’auteur (l’A.) reprend la démarche permettant d’affirmer l’existence d’un Dieu créateur à partir de certaines propriétés du cosmos, comme, par exemple, le très fin réglage de nombreuses constantes de l’univers, réglage qui suppose une création par une Pensée intelligente. Mais il omet de s’interroger sur le fait que cet Univers, en vertu de son entropie croissante, est voué finalement à la mort par extinction totale. Étrange Créateur, vouant sa création au silence d’un trépas définitif !

    Trois états de la Création

    L’auteur aurait gagné à se pencher sur le texte de saint Paul (Rm 8, 18-27), qui voit dans l’Univers présent une création déchue, livrée à la vanité, soumise à la servitude de la corruption, mais avec l’espérance d’avoir part à la gloire de la Résurrection. Ce texte nous invite clairement à penser trois états de la Création : d’abord celui que nous connaissons, où toute vie va vers la mort et où les vivants ne peuvent survivre, quelque temps, qu’en tuant d’autres vivants, animaux ou plantes ; ensuite les Cieux nouveaux et la Terre nouvelle, où il n’y aura plus « ni mort, ni pleur, ni cri, ni peine, car l’ancien monde s’en est allé » (Ap 21, 4) et qui sont le séjour de Jésus ressuscité et de Marie dans la gloire de son Assomption. Car je présume que l’A. ne situe pas ce monde nouveau quelque part dans une galaxie du cosmos présent. En tout cas, cette promesse de la recréation eschatologique du Cosmos nous aide à supporter et à endurer, présentement, les souffrances du monde d’aujourd’hui, à la fois splendide, à certains égards, mais monstrueusement tragique, à beaucoup d’autres, où la mort a toujours le dernier mot.

    Mais si l’A. est disposé, comme il le semble, à reconnaître qu’aucun voyage intersidéral ne nous permettra de rejoindre les corps glorieux de Jésus et de Marie, pourquoi ne fait-il pas de même concernant la chute originelle ? Pense-t-il que des fouilles en Asie ou en Afrique nous permettront de retrouver trace du Jardin d’Éden ?

    Plutôt que d’attribuer aux premiers « hominisés », venant tout juste de recevoir le souffle de l’âme, une chute entraînant – Dieu sait comment – la sauvagerie du monde présent, pourquoi ne pas situer plutôt ce péché d’orgueil dans une autre dimension de l’Univers créé ?

    Qu’on ne nous demande pas de décrire la Création originelle dans son état d’intégrité ! Notre langage de créatures pensantes, mais déchues, en est incapable. Il ne peut qu’évoquer de manière imagée une réalité qui dépasse notre entendement. De même que nous ne pouvons décrire adéquatement ni la Résurrection de Jésus, ni l’assomption de Marie, ni la beauté du monde nouveau, semblablement nous ne sommes pas en mesure de dessiner les contours de la Création originelle. Nous savons seulement que c’est par un péché d’orgueil qu’elle a perdu son innocence primordiale. L’humanité originelle (Adam et Ève, si vous y tenez) a préféré un monde à mesure simplement humaine à un Univers reçu de Dieu. Quant à la manière dont s’est produite cette déchéance, elle est tout aussi indescriptible que le scénario inverse par lequel, à la fin des temps, le Créateur restaurera, en mieux, sa Création originelle en faisant passer l’Univers présent de sa déchéance actuelle à ces cieux nouveaux et cette terre nouvelle où habitera la justice ou la sainteté de Dieu (cf. 2 P 3, 8-13).

    Dans la dédicace de l’exemplaire de son livre, envoyé en vue de la présente recension, l’A. a l’amabilité de rappeler que j’avais moi-même travaillé de nombreuses questions d’apologétique. Il évoque ainsi mon ouvrage Les raisons de croire (Sarment/Jubilé, 2010) dans les trois derniers chapitres duquel j’ai largement développé les questions qui concernent les trois états de la Création : son état originel, son état déchu et son état glorieux.

    De toute manière, les perspectives eschatologiques de l’A. tout comme les miennes sont de nature à nous mettre en garde contre l’espèce de religion écologique qui est en train de se développer au sein de l’Église. Certes, nous devons traiter avec soin et respect la planète Terre, car nous n’en avons pas d’autre ici-bas, mais celle-ci n’est pas « la » Création, car elle fait seulement partie d’un état de la Création, son état déchu.

    Mgr André Léonard
    Évêque émérite de Malines-Bruxelles

    (1) Matthieu Lavagna, Soyez rationnel devenez catholique !, MDN Productions/Marie de Nazareth, 2022, 430 pages, 24 €.

    Signalons sur ces thèmes le livre du Père François Euvé, La science l´épreuve de Dieu ? Réponses au livre « Dieu, la science, les preuves », Salvator, 2022, 186 pages, 18 €.

  • Cardinal Müller : le pape ne peut pas changer l'ordre hiérarchique et sacramentel de l'Église en nommant des laïcs à la tête d'un diocèse ou d'un office curial

    IMPRIMER

    De Maike Hickson sur Life Site :

    Réflexions du Cdl Müller sur la réforme curiale du Vatican telles que préparées pour le récent consistoire

    Le pape ne peut pas changer l'ordre hiérarchique et sacramentel de l'Église en nommant des laïcs à la tête d'un diocèse ou d'un office curial, a souligné l'ancien chef de la Congrégation pour la doctrine de la foi.

    01/09/2022

    Le cardinal Gerhard Müller, ancien responsable de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (CDF), a aimablement fourni à LifeSite une copie de ses réflexions sur la réforme de la Curie telle qu'elle est mise en œuvre avec le document papal Praedicate Evangelium, signé par le pape François le 19 mars dernier. Le cardinal Müller avait l'intention de présenter sa déclaration (voir le texte intégral ci-dessous) au Consistoire des cardinaux qui s'est réuni à la fin du mois d'août à Rome, mais en raison du temps de parole limité qui lui a été accordé, il n'a pas été en mesure de la prononcer.

    Dans sa déclaration, le cardinal allemand, qui a été démis de ses fonctions par le pape François de manière brutale en juin 2017, indique clairement qu'il voit une tendance inquiétante qui se dessine actuellement dans l'Église. Il s'oppose à la fois à un papalisme fort qui sape l'autorité d'enseignement sacramentel de chaque évêque individuel, ainsi qu'à l'affaiblissement de la fonction et de l'autorité ordonnées par la délégation de postes de direction dans la Curie romaine et dans les diocèses à des laïcs.

    "Ce n'est pas un progrès dans l'ecclésiologie", écrivait-il, "mais une contradiction flagrante avec ses principes fondamentaux, si toute juridiction dans l'Église est déduite de la primauté juridictionnelle du Pape. Aussi le grand verbiage du ministère, de la synodalité et de la subsidiarité ne peut dissimuler la régression vers une conception théocratique de la papauté."

    Le prélat allemand insiste sur le fait que l'autorité du pape repose sur le fait que le Christ lui-même lui a donné l'autorité, et personne d'autre. "Pierre agit dans l'autorité du Christ en tant que son vicaire. Son autorité pour lier et délier n'est pas une participation à la toute-puissance de Dieu", a insisté Mgr Müller. Il poursuit en disant que "l'autorité apostolique du Pape et des évêques ne relève pas de leur propre droit mais seulement un pouvoir spirituel conféré pour servir le salut des âmes par la proclamation de l'Évangile, la médiation sacramentelle de la grâce et la direction pastorale du peuple de Dieu en pèlerinage vers le but de la vie éternelle."

    C'est-à-dire que l'autorité du Pape est liée et limitée par son devoir de conduire les âmes au salut de la manière dont le Christ lui-même l'a ordonné. Il n'est pas indépendant du mandat du Christ.

    Par conséquent, "une Église totalement fixée sur le pape était et est toujours la caricature de l'enseignement catholique sur l'institution, la perpétuité, la signification et la raison de la primauté sacrée du Pontife romain", a expliqué le cardinal.

    Lire la suite

  • Un bilan de Traditionis custodes

    IMPRIMER

     

    resize.jpgLa Curie agressive du pape François étoufferait-t-elle déjà le mouvement tradi ? Lu sur le site web « Riposte catholique » :

    Renaissance Catholique publie une bonne tribune de Côme de Prévigny qui dresse un bilan du Motu Proprio Traditionis custodes un an après sa publication :

    Le 16 juillet 2021, le pape François publiait le Motu Proprio Traditionis Custodes, provoquant un véritable atterrement parmi tous les catholiques attachés à la liturgie grégorienne. Ce faisant, le souverain pontife édictait des normes particulièrement restrictives à la célébration de la messe traditionnelle, précisant qu’il aspirait à sa disparition à long terme au profit de la messe réformée. Surtout, il mettait un terme à l’ère Summorum Pontificum qui, depuis seize ans, avait garanti à tout prêtre la liberté d’user du missel antique et favorisé la multiplication de paroisses et de chapelles où l’Usius antiquior du rite romain était assuré.

    Évidemment, la France, fille aînée de l’Église et patrie de la réaction aux innovations liturgiques, ne pouvait qu’être profondément affectée par cette décision drastique. Alors que la messe traditionnelle était célébrée dans près de deux cents cinquante lieux de culte au début de l’année 2021, la décision pontificale ne pouvait que rallumer une guerre dont on sait qu’elle a, par le passé, été particulièrement éprouvante pour le catholicisme dans notre pays. Un an après, quelles sont les conséquences de la décision du pape ? Dans quelle mesure s’est étendue son application par les évêques chargés de la mettre en œuvre ? De Dijon à Grenoble, les diocèses ont visiblement présenté des aspects contrastés.

    L’attentisme de l’épiscopat

    Compte tenu du poids du traditionalisme en France, les évêques n’ont pour l’heure rien organisé dans la précipitation et seules une vingtaine de messes ont été supprimées, généralement en raison de déplacements de desservants. Alors que 20 % des prêtres sont ordonnés dans notre pays pour célébrer l’ancien missel, que les mouvements de jeunesse qui y sont attachés sont les plus féconds en termes de vocations et d’engagement, il aurait été périlleux de procéder à une liquidation de cette mouvance, sans parler du poids financier qu’elle représente pour des diocèses à l’équilibre économique incertain. D’ailleurs, malgré les signaux hostiles venus de Rome et les intempéries exceptionnelles, l’édition 2022 du pèlerinage de Pentecôte de Notre-Dame de Paris à Notre-Dame de Chartres, organisé par l’association Notre-Dame-de-Chrétienté, fut l’une des plus marquantes puisque 15 000 marcheurs ont sillonné les routes de Beauce, preuve du décalage qui se creuse entre les directives romaines qui voudraient supprimer le rite ancien et toute une jeunesse qui semble au contraire y aspirer.

    Aussi, seul un évêque de France sur cinq s’est risqué à signer un décret d’application de Traditionis Custodes tandis que la moitié d’entre eux l’ont fait dans la foulée de la publication du Motu Proprio, dans le but essentiel d’apaiser tous ceux qui, au-delà des attachements liturgiques, avaient été contristés par le texte pontifical et désarçonnés par la résurgence de cette guerre fratricide. Les évêques de diocèses importants, comme Lille, Bordeaux, Lyon, Versailles, Bayonne, Nanterre ont immédiatement signé des textes manifestant leur sollicitude à l’égard de tous les fidèles attachés à la messe traditionnelle. « Sachant les inquiétudes que suscite le motu proprio chez certains d’entre vous, je veux exprimer mon désir de poursuivre un dialogue que mes prédécesseurs ont initié avec tous ceux d’entre vous qui cherchaient à œuvrer pour l’unité de l’Église et la paix entre catholiques », écrivait par exemple Mgr Jean-Paul James[1].

    Lire la suite

  • Euthanasie : un "modèle belge" ?

    IMPRIMER

    A la question  "Le président Macron a affirmé, en avril dernier : « Je suis favorable à ce qu’on évolue vers le modèle belge ». Que peut-on retenir de l’« exemple » des pays qui pratiquent l’euthanasie ?", Henri De Soos, juriste de formation et auteur de L’Impasse de l’euthanasie répond (source) :

    Parler de « modèle », c’est déjà une façon de valoriser une expérience considérée comme très positive. Le lobby pro-euthanasie s’y emploie au quotidien, en maintenant un véritable black-out sur les conséquences négatives à l’étranger. Mais que se passe-t-il réellement dans les pays ayant légalisé l’euthanasie ? Cet inventaire, que j’ai présenté le mieux possible sur 60 pages dans mon livre, met notamment en évidence :

    • la hausse continuelle du nombre d’euthanasies officielles, qui atteint près de 5% des décès aux Pays-Bas (à titre de comparaison, cela correspondrait à plus de 30 000 euthanasies à faire chaque année en France) ;
    • la persistance de très nombreuses euthanasies clandestines, prouvée par plusieurs études scientifiques en Belgique ;
    • l’absence de contrôle réel, les commissions chargées de cette mission se contentant d’une analyse formelle, a posteriori, des déclarations que les médecins veulent bien leur faire pour être « dans les clous » ;
    • des catégories de plus en plus larges de personnes concernées, soit par interprétation plus laxiste de la loi initiale, soit par de nouvelles lois. La liste se rallonge progressivement et en devient impressionnante : personnes avec une maladie grave et incurable, mais qui ne sont pas en fin de vie ; personnes dépressives, ou atteintes d’Alzheimer ; personnes handicapées ; détenus en prison ; mineurs (en Belgique et aux Pays-Bas) ; personnes invoquant une « polypathologie » (plusieurs problèmes de santé, pas forcément graves, liés à la vieillesse) ; et bientôt, personnes de plus de 70 ans simplement « fatiguées de vivre »…

    La Belgique cumule pratiquement toutes les dérives que je viens d’évoquer. Ce prétendu « modèle » se révèle en réalité un contre-exemple à ne surtout pas imiter ! Mais aura-t-on le courage de voir cette réalité ?

  • Inde (Punjab) : actes de vandalisme contre une église catholique

    IMPRIMER

    Une dépêche de l'Agence Fides :

    ASIE/INDE - Actes de vandalisme contre une église catholique au Punjab

    31 août 2022 

    Patti (Agence Fides) - Des actes de vandalisme et d'intimidation ont pris place contre une communauté catholique dans l'état indien du Punjab, au nord de l'Inde. Une statue de la Vierge Marie a été endommagée et le véhicule d'un prêtre a été brûlé à Patti. Comme l'a expliqué à Fides le père Thomas Poochalil, curé de la paroisse, l'incident s'est produit dans les premières heures du 31 août 2022, peu après minuit, près de l'église catholique de l'Enfant Jésus, dans le diocèse de Jalandhar. Une foule de militants non identifiés a frappé la statue de la Pieta devant l'église, et a mis le feu à une voiture. La foule a lancé des slogans tels que : "Nous sommes Khalistanais". Le mouvement du Khalistan est un mouvement séparatiste sikh qui cherche à créer une patrie pour les sikhs en établissant un État souverain, appelé "Khalistan", dans la région du Pendjab.

    "Le personnel de la police a été informé et l'enquête est en cours. Nous demandons le soutien et la prière en ce moment choquant pour tous ceux d'entre nous qui resteront sur le campus", rapporte le père Poochalil. "Nous demandons l'intercession de notre patronne, Notre Dame Reine de la Paix, pour que la paix et la tranquillité règnent et que, dès que possible, les auteurs soient traduits en justice", ajoute-t-il.

    Ces dernières années, des violences ciblées contre les églises et leur personnel, tels que les prêtres, les religieuses, les pasteurs et les chrétiens, ont été signalées dans plusieurs États de l'Inde. Toutefois, le gouvernement fédéral nie l'existence d'"actes de violence ciblés" à l'encontre des chrétiens. Le United Christian Forum (UCF), un groupe de réflexion réunissant des chrétiens de diverses confessions, a recensé pas moins de 127 cas de violence contre des chrétiens au cours des 103 premiers jours de 2022 en Inde, alors que 486 cas d'attaques ont été documentés en 2021. En Inde, 2,3 % des quelque 1,4 milliard d'habitants sont chrétiens.

    (SD-PA) (Agence Fides 31/8/2022)

  • Espagne : "tragique et terrible"

    IMPRIMER

    De Luca Volontè sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Nouvelle attaque contre la vie dans l'Espagne socialiste

    01-09-2022

    Les quatre années de gouvernement de Pedro Sanchez ont fait de l'Espagne un "modèle" d'agression législative contre la vie, la liberté d'enseignement et l'Église catholique elle-même. La nouvelle libéralisation de l'avortement, qui vient d'être approuvée, n'est que le dernier acte d'une action systématique visant à éradiquer toute mémoire et anthropologie chrétiennes. "Terrible", ont commenté les évêques espagnols. (...)

    Le gouvernement du socialiste Pedro Sanchez est en place, en fait, depuis 2018 à ce jour, après avoir remporté deux élections successives (juin 2018 et avril 2019) et son autorité au sein du Parti socialiste européen est démontrée par la nomination de Josep Borrell (Haut représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité) et celle d'Iratxe García Pérez (chef de groupe socialiste au Parlement européen). La coalition gouvernementale est une "salade russe" où le sécessionnisme politique et le populisme marxiste sont cimentés par le pouvoir socialiste.

    Au cours de ces quatre années, Sanchez a imposé les pires réglementations du continent contre la vie humaine, la famille, la civilisation chrétienne, l'éducation et la mémoire du pays : l'antichristianisme dans sa forme la plus pure.

    Le gouvernement Sanchez est l'héritier naturel de l'agressivité " iconoclaste " incarnée par Zapatero qui, de 2004 à 2011, a introduit le divorce fallacieux, libéralisé l'avortement, promu l'homosexualité et les adoptions pour les couples gays et imposé une laïcité anticatholique. A plusieurs reprises et dans les moindres détails, La Bussola a suivi les décisions inciviles prises par le socialiste Sanchez et sa clique dirigeante : un exemple concret de ce qui pourrait arriver en Italie avec la coalition de centre-gauche au gouvernement.

    Dès le début, Sanchez a clairement indiqué sa prédilection pour l'idéologie LGBTI et tout "droit" sur les questions de bioéthique (utérus à louer) et de vie humaine (avortement). Avec l'entrée définitive de Podemos (l'autre parti de la gauche radicale) dans l'exécutif, suite à l'accord de gouvernement de novembre 2019, l'action dévastatrice des socialistes a pris un nouvel élan. Ils ont profité de Covid 19 pour imposer des interdictions sur les célébrations liturgiques catholiques, les interdisant à partir d'avril 2020, mais pas sur les célébrations du Ramadan.

    En juin 2020, l'assaut contre la liberté d'enseignement et les écoles paroissiales a commencé, avec de durs affrontements entre l'exécutif et les associations d'écoles, de parents et l'Église catholique elle-même, qui reste la seule de la " vieille Europe " capable de défendre intelligemment les fidèles, la foi et la civilisation de son pays. Dans le même temps, en juin 2020, l'Observatoire de la liberté religieuse dans le pays enregistre une augmentation impressionnante des actes de vandalisme et de blasphème contre les églises et les symboles chrétiens. La loi sur l'euthanasie est finalement adoptée en mars 2021, malgré l'opposition de l'Église, du Comité de bioéthique, de l'Association médicale et des forces minoritaires au Parlement.

    Lire la suite

  • Saint Gilles (1er septembre)

    IMPRIMER

    saint_gilles_biche.jpgSaint Gilles est à l'honneur dans nos régions. Voici la légende de saint Gilles (par Jacques de Voragine) (source) :

    Aegidius vient de e, sans, geos, terre, et dyan, illustre ou divin. II fut sans terre en méprisant les choses terrestres, illustre par l’éclat de sa science, divin par l’amour qui assimile l’amant avec l’objet aimé.

    (Aegidius), Gilles, né à Athènes, de lignée royale, fut, n'es son enfance, instruit dans les belles lettres. Un jour qu'il se rendait à l’église, il donna sa tunique à un malade gisant sur la place et demandant l’aumône : le malade s'en revêtit et fut aussitôt guéri. Après quoi, son père et sa mère étant morts dans le Seigneur, il fit J.-C. héritier de son patrimoine. Une fois, en revenant de l’église, il rencontra un homme qui avait été mordu par un serpent. Saint Gilles alla au-devant de lui, fit une prière et expulsa le venin. Il y avait dans (église un démoniaque qui troublait les fidèles par ses clameurs, saint Gilles chassa le démon et rendit cet homme à la santé. Or, comme le saint redoutait le danger de la faveur humaine, il s'en alla en cachette sur le rivage de la mer, où ayant vu des matelots luttant contre la tempête, il fit une prière et calma les flots. Les matelots abordèrent et ayant appris que Gilles allait à Rome, ils le remercièrent de sa bienfaisance et lui promirent de le transporter sans frais.

    Après être arrivé à Arles, où il resta deux ans avec saint Césaire, évêque de cette ville, il y guérit un homme attaqué de la fièvre depuis trois ans mais conservant toujours le goût du désert, il s'en alla secrètement et demeura longtemps avec un ermite d'une sainteté remarquable, appelé Vérédôme : et il mérita de faire cesser la stérilité de la terre.

    Lire la suite