Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 4

  • Etes-vous abonné à "L'Eglise dans le monde"?

    IMPRIMER

    2022_09_21_07_41_46_Greenshot.png

    D'Amélie Berthelin sur le site de l'Aide à l'Eglise en détresse :

    Connaissez-vous le magazine d'actualité sur les chrétiens
     
    L'ÉGLISE DANS LE MONDE ?
     
    Depuis 50 ans, l'AED décrypte l'actualité de l’Église locale dans notre revue L’Église dans le monde. Porte-parole des chrétiens, ce magazine, unique en son genre, rend compte de leur vie quotidienne, où détresse et espérance se mêlent.
     
    Dans 150 pays, des contacts de confiance nous transmettent des informations exclusives. L’Église dans le monde, rédigée par des journalistes en lien avec des populations oubliées, propose des analyses géopolitiques, des témoignages et des reportages, illustrés de photos prises sur le terrain.
     
    S'il vous plaît, témoignez autour de vous de ce qui nous arrive ! " nous exhortait encore ce matin Mgr Wilfred Anagbe, du diocèse de Makurdi au Nigeria. Il est de notre devoir d’être le porte-parole des chrétiens dans le monde et de transmettre leur témoignage. Combien cela les réconforte lorsque nous leur assurons qu’en France et ailleurs nous parlons d'eux, nous témoignons pour eux!
     
    En recevant 5 fois dans l’année notre revue L’Église dans le monde, vous pourrez ainsi mieux connaître vos frères chrétiens. Aujourd’hui, nous avons besoin de vous pour que les chrétiens de tant de régions du monde ne soient pas oubliés.
     
    Je vous invite à devenir leur porte-parole en vous abonnant à notre magazine (30 €/an) et en le faisant connaître autour de vous.
     
    Pour découvrir le magazine, je vous offre le dernier numéro à lire ici. Partez à la découverte de l'Église aux quatre coins de la planète et venez rencontrer des chrétiens du monde entier.
    Abonnez-vous à L'Eglise dans le monde.
     
    Vous pouvez aussi nous envoyer vos impressions en répondant aux questions ci-dessous. Votre avis est essentiel pour nous !
     
    Bonne lecture et à très bientôt,
     
    Amélie Berthelin
    Rédactrice en chef
    L'Église dans le monde
     
  • "Le publicain Matthieu qui, devenu Apôtre, continue à nous annoncer la miséricorde salvatrice de Dieu"

    IMPRIMER

    Saint Matthieu du Caravage... - Secret World

    Benoît XVI, lors de l'audience générale du mercredi 30 août 2006, a consacré sa catéchèse à l'apôtre et évangéliste Matthieu (source):

    Chers frères et soeurs,

    En poursuivant la série de portraits des douze Apôtres, que nous avons commencée il y a quelques semaines, nous nous arrêtons aujourd'hui sur Matthieu. En vérité, décrire entièrement sa figure est presque impossible, car les informations qui le concernent sont peu nombreuses et fragmentaires. Cependant, ce que nous pouvons faire n'est pas tant de retracer sa biographie, mais plutôt d'en établir le profil que l'Evangile nous transmet.

    Pour commencer, il est toujours présent dans les listes des Douze choisis par Jésus (cf. Mt 10, 3; Mc 3, 18; Lc 6, 15; Ac 1, 13). Son nom juif signifie "don de Dieu". Le premier Evangile canonique, qui porte son nom, nous le présente dans la liste des Douze avec une qualification bien précise:  "le publicain" (Mt 10, 3). De cette façon, il est identifié avec l'homme assis à son bureau de publicain, que Jésus appelle à sa suite:  "Jésus, sortant de Capharnaüm, vit un homme, du nom de Matthieu, assis à son bureau de publicain. Il lui dit:  "Suis-moi". L'homme se leva et le suivit" (Mt 9, 9). Marc (cf. 2, 13-17) et Luc (cf. 5, 27-30) racontent eux aussi l'appel de l'homme assis à son bureau de publicain, mais ils l'appellent "Levi". Pour imaginer la scène décrite dans Mt 9, 9, il suffit de se rappeler le magnifique tableau du Caravage, conservé ici, à Rome, dans l'église Saint-Louis-des-Français. Dans les Evangiles, un détail biographique supplémentaire apparaît:  dans le passage qui précède immédiatement le récit de l'appel, nous est rapporté un miracle accompli par Jésus à Capharnaüm (cf. Mt 9, 1-8; Mc 2, 1-12) et l'on mentionne la proximité de la mer de Galilée, c'est-à-dire du Lac de Tibériade (cf. Mc 2, 13-14). On peut déduire de cela que Matthieu exerçait la fonction de percepteur à Capharnaüm, ville située précisément "au bord du lac" (Mt 4, 13), où Jésus était un hôte permanent dans la maison de Pierre.

    Sur la base de ces simples constatations, qui apparaissent dans l'Evangile, nous pouvons effectuer deux réflexions. La première est que Jésus accueille dans le groupe de ses proches un homme qui, selon les conceptions en vigueur à l'époque en Israël, était considéré comme un pécheur public. En effet, Matthieu manipulait non seulement de l'argent considéré impur en raison de sa provenance de personnes étrangères au peuple de Dieu, mais il collaborait également avec une autorité étrangère odieusement avide, dont les impôts pouvaient également être déterminés de manière arbitraire. C'est pour ces motifs que, plus d'une fois, les Evangiles parlent à la fois de "publicains et pécheurs" (Mt 9, 10; Lc 15, 1), de "publicains et de prostituées" (Mt 21, 31). En outre, ils voient chez les publicains un exemple de mesquinerie (cf. Mt 5, 46:  ils aiment seulement ceux qui les aiment) et ils mentionnent l'un d'eux, Zachée, comme le "chef des collecteurs d'impôts et [...] quelqu'un de riche" (Lc 19, 2), alors que l'opinion populaire les associait aux "voleurs, injustes, adultères" (Lc 18, 11). Sur la base de ces éléments, un premier fait saute aux yeux:  Jésus n'exclut personne de son amitié. Au contraire, alors qu'il se trouve à table dans la maison de Matthieu-Levi, en réponse à ceux qui trouvaient scandaleux le fait qu'il fréquentât des compagnies peu recommandables, il prononce cette déclaration importante:  "Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades. Je suis venu appeler non pas les justes, mais les pécheurs" (Mc 2, 17).

    La bonne annonce de l'Evangile consiste précisément en cela:  dans l'offrande de la grâce de Dieu au pécheur! Ailleurs, dans la célèbre parabole du pharisien et du publicain montés au Temple pour prier, Jésus indique même un publicain anonyme comme exemple appréciable d'humble confiance dans la miséricorde divine:  alors que le pharisien se vante de sa propre perfection morale, "le publicain... n'osait même pas lever les yeux vers le ciel, mais il se frappait la poitrine en disant:  "Mon Dieu, prends pitié du pécheur que je suis!"". Et Jésus commente:  "Quand ce dernier rentra chez lui, c'est lui, je vous le déclare, qui était devenu juste. Qui s'élève sera abaissé; qui s'abaisse sera élevé" (Lc 18, 13-14). Dans la figure de Matthieu, les Evangiles nous proposent donc un véritable paradoxe:  celui qui est apparemment le plus éloigné de la sainteté peut même devenir un modèle d'accueil de la miséricorde de Dieu et en laisser entrevoir les merveilleux effets dans sa propre existence. A ce propos, saint Jean Chrysostome formule une remarque significative:  il observe que c'est seulement dans le récit de certains appels qu'est mentionné le travail que les appelés effectuaient. Pierre, André, Jacques et Jean sont appelés alors qu'ils pêchent, Matthieu précisément alors qu'il lève l'impôt. Il s'agit de fonctions peu importantes - commente Jean Chrysostome - "car il n'y a rien de plus détestable que le percepteur d'impôt et rien de plus commun que la pêche" (In Matth. Hom.:  PL 57, 363). L'appel de Jésus parvient donc également à des personnes de basse extraction sociale, alors qu'elles effectuent un travail ordinaire.

    Une autre réflexion, qui apparaît dans le récit évangélique, est que Matthieu répond immédiatement à l'appel de Jésus:  "il se leva et le suivit". La concision de la phrase met clairement en évidence la rapidité de Matthieu à répondre à l'appel. Cela signifiait pour lui l'abandon de toute chose, en particulier de ce qui lui garantissait une source de revenus sûrs, même si souvent injuste et peu honorable. De toute évidence, Matthieu comprit qu'être proche de Jésus ne lui permettait pas de poursuivre des activités désapprouvées par Dieu. On peut facilement appliquer cela au présent:  aujourd'hui aussi, il n'est pas admissible de rester attachés à des choses incompatibles avec la "sequela" de Jésus, comme c'est le cas des richesses malhonnêtes. A un moment, Il dit sans détour:  "Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans les cieux. Puis viens, suis-moi" (Mt 19, 21). C'est précisément ce que fit Matthieu:  il se leva et le suivit! Dans cette action de "se lever", il est légitime de lire le détachement d'une situation de péché et, en même temps, l'adhésion consciente à une nouvelle existence, honnête, dans la communion avec Jésus.

    Rappelons enfin que la tradition de l'Eglise antique s'accorde de façon unanime à attribuer à Matthieu la paternité du premier Evangile. Cela est déjà le cas à partir de Papia, Evêque de Hiérapolis en Phrygie, autour de l'an 130. Il écrit:  "Matthieu recueillit les paroles (du Seigneur) en langue hébraïque, et chacun les interpréta comme il le pouvait" (in Eusèbe de Césarée, Hist. eccl. III, 39, 16). L'historien Eusèbe ajoute cette information:  "Matthieu, qui avait tout  d'abord prêché parmi les juifs, lorsqu'il décida de se rendre également auprès d'autres peuples, écrivit dans sa langue maternelle l'Evangile qu'il avait annoncé; il chercha ainsi à remplacer par un écrit, auprès de ceux dont il se séparait, ce que ces derniers perdaient avec son départ" (Ibid., III, 24, 6). Nous ne possédons plus l'Evangile écrit par Matthieu en hébreu ou en araméen, mais, dans l'Evangile grec que nous possédons, nous continuons à entendre encore, d'une certaine façon, la voix persuasive du publicain Matthieu qui, devenu Apôtre, continue à nous annoncer la miséricorde salvatrice de Dieu et écoutons ce message de saint Matthieu, méditons-le toujours à nouveau pour apprendre nous aussi à nous lever et à suivre Jésus de façon décidée.

  • Les médecins catholiques encouragés à "s’enraciner dans une spiritualité solide"

    IMPRIMER

    D'I.Media via Aleteia :

    Le cardinal Parolin encourage les médecins catholiques à "s’enraciner dans une spiritualité solide"

    Par Hugues Lefèvre : Le cardinal Pietro Parolin est intervenu samedi dernier devant des médecins de la Fédération internationale des associations de médecins catholiques (FIAMC) rassemblés à Rome pour un congrès sur le thème "Médecine : Restauratrice ou transformatrice ? La mission du médecin chrétien". Il a souhaité que la prière soit au cœur de leur vie de médecin.

    "Votre vie professionnelle doit s’enraciner dans une spiritualité solide, comme base de votre identité et de votre engagement responsable", a insisté le secrétaire d’État du Saint-Siège devant quelque 300 médecins ou étudiants en médecine membres de la FIAMC, une fédération qui rassemble 120.000 médecins dans le monde à travers 80 associations.

    Attention à la "culture de l’insensibilité"

    Le cardinal italien a souligné que, "sans une rencontre quotidienne dans la prière avec le "divin Médecin" […], votre foi risque de rester un point de référence quelque peu extrinsèque, avec toutes les conséquences morales et spirituelles que cela comporte".

    Dans ce monde où prime la "culture de l’insensibilité", il a fait appel à la mémoire des saints Côme et Damien, "des médecins qui soignaient gratuitement les gens". Avec d’autres, ils ont montré "que la médecine, lorsqu’elle est étroitement liée à une solide spiritualité fondée sur la rencontre directe avec Dieu, sera toujours une voie privilégiée d’évangélisation et de sainteté renouvelée pour l’Église, et donc un chemin de transformation pour l’Église et pour toute l’humanité".

    Le cardinal Parolin a aussi plaidé pour que les médecins puissent redevenir "des interlocuteurs responsables" alors que le monde médical actuel conditionne parfois les acteurs de santé pour atteindre des objectifs "partiellement ou totalement étrangers à la culture sanitaire et parfois en conflit avec la déontologie professionnelle elle-même".

    Des pistes ouvertes pour aider les médecins catholiques

    Le congrès de la FIAMC, qui a lieu tous les quatre ans, s’est déroulé à Rome du 15 au 17 septembre. Cette fédération, présidée par le chirurgien belge Bernard Ars, est rattachée à la fois au dicastère pour le Service du développement humain intégral ainsi qu’au dicastère pour les Laïcs, la famille et la vie

    Dans des propos conclusifs, le docteur en Sciences et en Philosophie à l’Université de Namur Dominique Lambert, a relevé que ce congrès avait souligné la "nécessité de rassembler les médecins jeunes et moins jeunes […] pour soutenir leur vie spirituelle" dans un monde hautement sécularisé. Selon lui, il est aussi important de proposer "une formation continue spécifiquement dédiée aux médecins catholiques, en articulation avec la formation technique".

    Cette formation se déclinerait en quatre volets. D’abord une formation "philosophique" permettant de "fonder une éthique des pratiques médicales", a-t-il avancé, évoquant les défis que représentent "les pratiques d’euthanasie ou les projets transhumanistes". La deuxième formation serait théologique, afin de retrouver "les richesses de l’anthropologie biblique" ou de "la théologie du corps" de Jean Paul II.

    Le troisième volet s’attacherait à penser "l’agir technique et la foi, la technoscience et la foi". Enfin, une dernière dimension possible de la formation pourrait, selon Dominique Lambert, être celle d’une formation juridique et politique.

  • Un prêtre belge, "juste parmi les nations", mis à l'honneur en France

    IMPRIMER

    A Campagnac, dans le Tarn, une place porte dèsormais le nom de l'abbé Léopold Rousseaux, un prêtre belge originaire de Frasnes-lez-Couvin.

    Notice de l'AJPN :

    Durant la Seconde Guerre mondiale, l'abbé Léopold Rousseaux*, curé de campagne à Campagnac met en place des réseaux de sauvetage des Juifs, en direction de l’Espagne et va sauver plusieurs juifs sont Irène et Diana Dudelczyk, née en 1924, Roland ZissuMendel Landau et Jean Joseph.

    Né en 1897 en Belgique, il entra en religion en 1921.

    Professeur de français dans un collège religieux et aumônier de jeunesse ouvrière, il dut quitter précipitamment son pays, fiché aux renseignements allemands pour ses idées progressistes.

    Accompagné de sa mère, l’exode le porta à Campagnac où il se mit à la disposition du diocèse d’Albi. Il fut d’abord envoyé à Tonnac puis nommé curé de Campagnac en 1941. Il avait alors 44 ans.

    Chaleureux et généreux, il exerça son ministère sacerdotal au service de tous, animant chorale, fêtes et veillées dans le respect des idées d’autrui et toujours proche des affligés. Admiré et aimé, il lui fut beaucoup rendu lorsqu’il s’engagea dans l’action résistante.

    Responsable départemental de Jeunesse d’Action Catholique, son champ d’action s’étendit. Il noua de nouvelles relations et entra en contact avec Lucien Flour pour se lier à la Résistance locale dès fin 1942.

    En décembre 1943, il donna son adhésion au maquis d’Ornano créé en août sur Penne, fournissant renseignements, vivres et recrues. Le maquis décimé par une attaque allemande en mars 1944, il se consacra entièrement à la Résistance gaillacoise.

    Vendôme le nomma aumônier du groupe, chargé des renseignements, liaisons et relations avec les autorités administratives résistantes du département et du recrutement. Mais ses actes de Résistance civiles prédominèrent.

    Campagnac devint relais-filière de l’Intelligence Service, homologué par Londres, direction l’Espagne. (Archives militaires de Grande-Bretagne).

    Ainsi, au fil des mois de 1943-1944, "sa maison servit de refuge à des centaines de Belges et Français évadés, résistants recherchés et juifs en grand danger. Il établit lui-même 120 fausses cartes d’identité, cacha de nombreux Israélites dans des fermes amies, faisant passer en Espagne ceux qui le lui demandaient. Fin 1943, vingt-deux étaient sous sa protection". (Archives militaires de France)

    Comme beaucoup, il garda secrètes ses activités résistantes, considérant qu’il n’avait fait que son devoir. La chance permit de retrouver soixante ans après quelques survivants et descendants qui, par leurs témoignages écrits, justifièrent le titre de Juste.

    Parmi ses nombreuses activités pendant la guerre, le Père Léopold Rousseaux* sauva beaucoup de familles juives en danger, soit en les prévenant d’arrestations imminentes ou en les aidant à trouver des caches dans différents endroits. Une de ces familles était les Dudelczyk qui venaient de Paris. Ils avaient fui la capitale en 1942 après la rafle du Vél d’Hiv avec leur fille Diana née en 1924. Ils étaient arrivés à Gaillac, où ils trouvèrent un petit logement à louer et ils vécurent là sous leur véritable identité de 1942 à 1944, en grande partie grâce au Père Léopold Rousseaux*, qui les cacha chez lui à plusieurs reprises quand ils se sentaient en danger. Il les prévenait à chaque fois qu’il entendait des rumeurs d’arrestations dans la région et se débrouillait pour trouver un hébergement aux parents de Diana.

    Diana Dudelczyk se souvient être restée dans la maison du Père Léopold Rousseaux* avec la mère du prêtre qui la considérait comme sa petite-fille. Le Père Léopold Rousseaux* prit en charge les Dudelczyk pendant plus de deux ans, leur apportant tout ce dont ils avaient besoin au quotidien.
    Il aida également les Landau, les Jean et les Zissu.

    Après la Libération, l’abbé souscrit un engagement dans le 54ème Groupe d’Artillerie de l’Air dont il devint l’aumônier et le rédacteur du journal. Le régiment dissous en février 1946, il rentra dans le rang et reprit un poste d’enseignant à l’Athénée Royal de Tournai.

    Mais, sans la complicité tacite de la population de Campagnac, jamais l’abbé n’aurait pu mener ses actions de Résistance. "Les rapports confidentiels approuvaient le choix du village de Campagnac (Tarn) qui offrait une grande sécurité vu le dévouement et la grande discrétion de ses habitants". (Commandant Raynouard. Archives militaires. France)

    Décédé en 1966, l’abbé, n’ayant pas de parenté, fut inhumé dans le caveau familial où son nom n’a pu être gravé.1

    Le Père Léopold Rousseaux* a reçu de nombreuses décorations : Chevalier de l'Ordre de Léopold, Croix de guerre Française avec Palme, Croix de la libération, Croix de la Résistance civile, Croix du Combattant Les habitants des deux villages gardent encore un souvenir vivace de cet homme généreux et chaleureux. Parallèlement il faut remarquer qu'à l'église Saint Euzèbe de Campagnac, la crèche de Noël qui se visite est le cadeau que l'abbé Rousseaux avait offert aux habitants du village.

    1 - Article de Bernard Charles paru dans le Bulletin de l’Association Pour Perpétuer le Souvenir des Internées des Camps de Brens et de Rieucros, n° 1, 2011.

  • «Être proche pastoralement des personnes homosexuelles» : un document qui révèle les faiblesses de l’Eglise flamande

    IMPRIMER

    Vous ne pouvez pas le rater, ce 20 septembre, les évêques néerlandophones ont publié un retentissant document intitulé « Être proche pastoralement des personnes homosexuelles – Pour une église hospitalière, qui n’exclut personne.» Se basant sur une argumentaire pastoral disons très « large », les evêques flamands proposent notamment un « temps de prière » où les couples homosexuels chrétiens invoquent la bénédiction de Dieu sur leur engagement.

    Un document dont le contenu n’étonnera guère, tant il vient en quelque sorte légitimer ce qui se passe largement dans beaucoup de paroisses flamandes, dont probablement la mienne.

    Un document qui, après lecture attentive, mérite cependant qu’on s’y attarde. Pas tellement pour son contenu qui n’est guère surprenant ni d’une intelligence transcendantale, mais parce qu’il révèle en fait bien involontairement les faiblesses de l’Eglise flamande, et les raisons profondes qui l’amènent à émettre cette recommandation.

    Vous ne serez certainement pas surpris d’apprendre que le document n’insiste en rien sur l’importance de vivre la continence pour les personnes homosexuelles. C’est même un but implicite, voire carrément avoué d’abandonner cet objectif. Sur kerknet, le nouveau coordinateur « Foi et Homosexualité » du centre interdiocésain pour la pastorale familiale ne s’en cache pas la moins du monde. Commentant les objectifs centraux du texte, il déclare ainsi :

    Seksuele beleving is ook voor holebi’s een recht als het kadert binnen een trouwe, duurzame relatie.*

    Outre une clarification bienvenue pour qui entretiendrait le moindre doute sur le sujet, cette phrase met en lumière de manière saisissante le vrai fond du problème : la vision de la sexualité qu’entretient l’épiscopat flamand, et ce problème va bien au-delà de la question homosexuelle.

    Ainsi la sexualité n’est pas vécue comme le don intime de soi merveilleusement décrit par Saint Jean-Paul II mais un « droit » (« recht »). Elle n’est pas l’union sexuelle mais une « expérience » (« beleving ») sexuelle vécue pour elle-même, dissociation implicite des fins du mariage. Elle n’est pas vécue dans et comme une union sacramentelle mais « dans le cadre d’une relation fidèle et durable ». Il semble même partir du principe que les couples Hommes-Femmes vivent aussi (« ook ») des « expériences sexuelles » dans « le cadre d’une relation fidèle et durable ». Le degré de durabilité n’étant pas précisé.

    Il n’est donc en fin de compte guère étonnant voire logique, si telle est la vision de la sexualité de l'épiscopat flamand, qu’il leur soit insupportable d’en « exclure » les personnes homosexuelles, sodomie comprise. (Veuillez m’excuser d’appeler un chat un chat).

    Le deuxième point qui saute aux yeux se trouve dans le déroulé-type du « moment de prière d’amour et de fidélité » que proposent les évêques flamands. On observe bien-sûr que le texte évite soigneusement de franchir une ligne rouge supplémentaire et ne propose pas de bénédiction explicite par l’Eglise de leur union homosexuelle. Ce sont les personnes homosexuelles elles-mêmes qui invoquent la bénédiction de Dieu sur leur couple. Concession minimale et probablement indispensable à l’Enseignement de l’Eglise, mais concession néanmoins.

    Mais ce qui frappe bien plus encore, c’est la profonde mièvrerie du texte. Ainsi les « époux » se promettent « d’être là l’un pour l’autre », de « travailler à notre bonheur respectif », « approfondir notre engagement » etc… tandis que l’assemblée prie que « leur maison soit remplie de patience et de tolérance ». Un consternant succédané de formule nuptiale ou le kitsch le dispute à la bisounourserie.

    On pourrait s’amuser du sentimentalisme de ces formules non moins sincères. Ce serait malvenu mais manquerait également l’essentiel, qui est un problème bien plus large que la délicate pastorale des personnes homosexuelles. Ces médiocres formules qui réduisent l’église à ce que Paul Vaute appelle « une officine de bon sentiments » correspondent à la vision du mariage largement répandue en Flandre et ailleurs. Le mariage n’y est que rarement vécu comme un sacrement, l’union sacrée, éternelle, complémentaire et féconde d’un homme et d’une femme et de Dieu, mais comme l’occasion d’officialiser une relation devant famille et amis et d’exprimer de manière plus ou moins heureuse ses sentiments sous une forme vaguement sacralisée. Il n’est donc guère étonnant une fois de plus que le non-sens d’un engagement homosexuel échappe à l’église flamande dans son désir de ne point hiérarchiser les sentimentalismes ni de faire de vagues.

    Bien plus qu’un défi lancé à l’enseignement de l’Eglise ou une querelle théologique, ce texte n’est en fait que révélateur d’un état d’esprit général en matière de pastorale familiale, et dont ce texte n’est qu’un avatar somme toute parfaitement logique. Le mal est profond et la solution ne saura être qu’exigeante ! Pour survivre, l’Eglise flamande devra renoncer à la pratique sociologique et se tourner résolument vers l’évangélisation… dut-elle pour ça tourner le dos définitivement à la place qu’elle a longtemps occupée et se résoudre au martyre, médiatique pour commencer.

    Joseph (vit en Flandre avec sa famille)

    *On passera l’évidente et cocasse contradiction dans les termes mêmes de la phrase (Comment une personne « bi » pourrait-elle avoir « une » relation fidèle et durable ?) en supposant qu’elle n’est pas l’intention de l’auteur en utilisant le terme « holebi » (HOmo-LEsbian-BIsexual), qui est un terme générique en Flandre pour désigner les personnes homosexuelles.

  • L’épiscopat flamand publie une liturgie pour la bénédiction des couples homosexuels

    IMPRIMER

    Lu sur le site de l'hebdomadaire Famille Chrétienne :

    L'Eglise de Flandre accorde la bénédiction aux couples homosexuels

    20/09/2022

    Le texte de trois pages proposé par les évêques flamands comporte une structure liturgique et deux prières à destination des conjoints homosexuels et de la communauté. En mars 2021, la Congrégation pour la doctrine de la foi affirmait pourtant que la bénédiction des unions homosexuelles – en tant que relation qui implique une pratique sexuelle hors mariage – ne pouvait être considérée comme licite.

    Le communiqué des évêques propose le déroulement d’un moment de prière dont « le contenu et la forme » peuvent être modifiés en accord avec un agent pastoral qui accompagne le couple homosexuel. Cette liturgie commence par un mot inaugural, suivi d’une prière introductive, d’une lecture des Écritures puis de deux autres prières. La première est à destination des personnes homosexuelles qui veulent exprimer « leur engagement l’un envers l’autre ». La seconde est à destination de la communauté qui entoure les deux conjoints, qui « prie pour que la grâce de Dieu agisse en elle afin qu’elle prenne soin les uns des autres ».

    Le déroulé liturgique proposé se poursuit avec une prière d’intercession, un Notre Père, une prière finale et, pour conclure, une « bénédiction ». Cette célébration, assure à I.MEDIA Willy Bombeek, à qui les évêques flamands avaient confié la mission de travailler sur la pastorale des personnes homosexuelles, vise à « bénir leur union, cet amour, cette fidélité ».

    Le communiqué, explique un porte-parole de l’épiscopat belge joint par I.MEDIA, découle du rapport que Willy Bombeek a effectué avec une équipe du service interdiocésain de la pastorale familiale en Belgique. Les prélats justifient la démarche en s’appuyant sur l’exhortation du pape François Amoris Laetitia. Dans ce texte datant de 2015, le pape expliquait que toute personne, quelle que soit son orientation sexuelle, doit être « respectée dans sa dignité et accueillie avec respect » (AL 250).

    Les évêques veulent donner « un caractère plus structurel » à la pastorale des personnes homosexuelles qui cherchent à « reconnaître, accepter et à vivre positivement leur orientation ». Tout en soulignant qu’une relation homosexuelle durable « n’est pas un mariage religieux », ils considèrent qu’elle peut être « une source de paix et de bonheur partagé ».

    Sur cathobel : Les évêques flamands avancent dans la reconnaissance des couples homosexuels

  • Mobilisation pour la vie en Pologne : une réponse à la crise actuelle du mariage et de la famille

    IMPRIMER

    Narodowy Marsz dla Życia i Rodziny. Tłumy na Placu Zamkowym w Warszawie.  "Maszerujemy w obronie tradycyjnych wartości" | Warszawa Nasze Miasto

    De TVN Warzawa :

    Sous la devise " Je te promets ", environ 10 000 personnes ont parcouru les rues de la capitale polonaise dimanche pour participer à la Marche nationale pour la vie et la famille.

    "Des marches similaires sont organisées tout au long de l'année dans 150 villes de Pologne, et rassemblent plusieurs centaines de milliers de personnes", a déclaré Pawel Ozdoba, président du Centre pour la vie et la famille, qui était chargé d'organiser la marche.

    Le président polonais Andrzej Duda a salué les participants dans un message vidéo spécial.

    L'événement a eu lieu pour la 17e fois. Au cours de l'année, de telles marches sont organisées dans environ 150 endroits en Pologne et rassemblent des centaines de milliers de personnes.

    Je te le promets. La Marche pour la vie et la famille a traversé Varsovie.

    18 septembre 2022

    Marche pour la vie et la famille

    - Cette année, nous voulons rappeler aux époux et à ceux qui sont appelés à cet état le sens et la signification du vœu de mariage", a déclaré l'organisateur de la Marche pour la vie et la famille, Paweł Ozdoba. La marche a été précédée d'une prière commune et d'un spectacle d'Arka Noego. 

    Après la prière de l'Angelus dirigée par le recteur de la paroisse de la cathédrale, Monseigneur Bogdan Bartholomew, la 17e Marche nationale pour la vie et la famille s'est élancée dans les rues de la capitale en direction de l'église Sainte-Croix, rue Krakowskie Przedmieście. Elle s'est achevée par une Sainte Messe à 13 heures, présidée par le gardien spirituel de la communauté des "Guerriers de Marie", le prêtre salésien Dominik Chmielewski. Les participants à la 17e Marche nationale pour la vie et la famille ont défilé sous le slogan "Je te promets".

    Une réponse à la crise actuelle du mariage et de la famille

    Comme l'a expliqué le président du Centre pour la vie et la famille Paweł Ozdoba, la marche est une réponse à la crise actuelle du mariage et de la famille. - Elle est causée, entre autres, par divers programmes sociaux et politiques qui tentent de désavouer le mariage et la famille, de changer leur signification ou de redéfinir la compréhension du mariage, a-t-il déclaré.

    Il a souligné qu'"en dehors des situations pathologiques, il vaut la peine de se battre pour le mariage, d'essayer de le maintenir et de rechercher la compréhension. - Souvent, cela nécessite aussi une aide extérieure, par exemple en prenant conseil auprès d'un psychologue ou d'un autre spécialiste, mais l'expérience de nombreux couples montre qu'ils parviennent à surmonter les difficultés", a souligné Mme Ozdoba.

    Comme il l'a souligné, "à Varsovie, un mariage sur deux se brise, et à l'échelle nationale, un mariage sur trois se brise". - Le plus souvent, la principale raison de la rupture est la soi-disant incompatibilité de caractères", a-t-il ajouté.

    La première marche a eu lieu en 2006 à Varsovie. Depuis lors, l'organisation de la marche a été prise en charge par plus de 150 villes et villages du pays.

  • France : les évêques plaident pour «une aide active à vivre» plutôt que pour une «aide active à mourir»

    IMPRIMER

    Du site du Figaro.fr :

    Fin de vie : les évêques catholiques pour «une aide active à vivre»

    Cette tribune, publiée sur le site du journal Le Monde vendredi 16 septembre, est signée par le Conseil permanent de la Conférence des évêques de France (sorte d'exécutif), qui compte dans ses rangs notamment Eric de Moulins-Beaufort, président, Jean-Marc Aveline, cardinal et archevêque de Marseille ou encore Laurent Ulrich, archevêque de Paris. Il intervient peu après l'avis rendu par le Comité consultatif national d'éthique (CCNE), qui accepte, pour la première fois, la possibilité d'une aide «active» à mourir.

    «Besoin de relation et de proximité»

     
    PUBLICITÉ

    «À l'écoute de malades, de soignants, de familles, d'acteurs des soins palliatifs, nous percevons que le besoin essentiel du plus grand nombre est d'être considérés, respectés, aidés, accompagnés, non abandonnés. Leur souffrance doit être soulagée, mais leurs appels expriment aussi leur besoin de relation et de proximité. L'attente la plus profonde de tous n'est-elle pas l'aide active à vivre, plutôt que l'aide active à mourir ?», interrogent-ils.

    Selon les évêques, «depuis plusieurs décennies, un équilibre s'est progressivement trouvé dans notre pays pour éviter l'acharnement thérapeutique et promouvoir les soins palliatifs. Cette voie française a pu faire école et dit quelque chose du patrimoine éthique de notre pays», plaident-ils.

    Question «délicate»

    Mais, regrettent-ils, les soins palliatifs «sont encore absents d'un quart des départements français». «Durant la crise liée au Covid-19, notre société a fait de lourds sacrifices pour sauver la vie, en particulier des personnes les plus fragiles (...)», font-ils valoir. «Comment comprendre que, quelques mois seulement après cette grande mobilisation nationale, soit donnée l'impression que la société ne verrait pas d'autre issue à l'épreuve de la fragilité ou de la fin de vie que l'aide active à mourir, qu'un suicide assisté ?», interrogent-ils.

    «La question de la fin de vie est si sensible et si délicate qu'elle ne peut pas se traiter sous la pression», plaident-ils, alors qu'un débat national va s'engager. Il est pour eux «nécessaire d'écouter sérieusement et sereinement les soignants, les associations de malades, les accompagnants, les philosophes, les différentes traditions religieuses pour garantir les conditions d'un authentique discernement démocratique.»

  • Rome : le thomisme remis au goût du jour ?

    IMPRIMER

    De Loup Besmond de Senneville sur le site du journal La Croix :

    À Rome, un congrès « événement » sur la théologie de saint Thomas d’Aquin 

    Plus de 300 théologiens du monde entier ont ouvert lundi 19 septembre, à Rome, un congrès thomiste international.

    19/09/2022

    Cela n’était plus arrivé depuis presque vingt ans. 300 théologiens venus du monde entier ont assisté, lundi 19 septembre, à l’ouverture du Congrès thomiste international. Au cœur de leurs travaux, dans le grand amphithéâtre de l’Angelicum, à Rome : la réflexion sur les ressources de la tradition liée aux enseignements de saint Thomas d’Aquin dans le « contexte actuel ».

    Pendant six jours, théologiens et philosophes italiens, américains, français, espagnols ou polonais doivent se succéder à la tribune de ce qui constitue, pour bien des penseurs de ce courant théologique, un « événement ». Et pour cause : aucun colloque de ce genre ne s’était tenu depuis 2003. Et depuis trois ans – pandémie de Covid oblige –, il a sans cesse été repoussé.

    « La grâce n’abolit pas la nature »

    Le programme de ce colloque, organisé à la fois par l’Angelicum et l’Académie pontificale Saint-Thomas-d’Aquin, reflète d’ailleurs la volonté des théologiens thomistes de vouloir réfléchir, au milieu d’autres thématiques plus classiques dans ce genre de colloque, aux enjeux actuels de la société, y compris avec les questions les plus contemporaines.

    C’est le cas du philosophe Gregory Reichberg, membre de l’Institut de recherche sur la paix d’Oslo, qui proposera le 20 septembre une réflexion sur l’intelligence artificielle et la métaphysique thomiste, tandis que les participants pourront aussi entendre des contributions sur les neurosciences.

    « Le principal et essentiel (principe de base du thomisme) tient dans l’adage que la grâce n’abolit pas la nature, mais la parfait et la perfectionne », écrit le dominicain Guy Bedouelle dans l’article « Thomisme » du Monde du catholicisme (Éd. Bouquins, 1 536 p., 34 €). « Ainsi, poursuit-il, ce qui peut être cru par la foi ne peut contredire ce qui est connu par la raison. »

    Mais si les principes n’ont pas changé, ces dernières décennies la doctrine développée par saint Thomas d’Aquin (1224-1274), qui a inspiré depuis d’innombrables commentateurs et penseurs, a changé de statut dans l’Église catholique.

    « Option théologique que l’on choisit librement »

    Car le thomisme n’est plus, aujourd’hui, la doctrine officielle qu’elle était avant le concile Vatican II. Elle n’est pas non plus, admet le frère Serge-Thomas Bonino, doyen du département de philosophie de l’Angelicum, cet « outil de répression contre les modernistes » qu’elle était dans la première moitié du XXe siècle. « Nous sommes passés d’une époque durant laquelle tout le monde devait être thomiste à une option théologique que l’on choisit librement », poursuit-il. « Après le Concile, le thomisme a perdu son caractère quasi officiel dans l’Église catholique », retrace le père Bonino.

    Parmi les théologiens présents au colloque de Rome, beaucoup viennent des États-Unis, où le thomisme connaît un engouement important. « Par rapport à 2003, on observe un réel basculement vers les États-Unis, alors que les hispaniques étaient très présents », constate le père Bonino. « Aux États-Unis, tout un courant du thomisme est très marqué par la logique et la rigueur du raisonnement, qui oublie un peu la dimension historique du thomisme », explique le dominicain.

    Lire la suite

  • Une église incendiée, cinq prêtres, deux fidèles et une religieuse pris en otages au Cameroun

    IMPRIMER

    Lu sur le site du Figaro :

    Cameroun anglophone : une église incendiée, 8 otages dont cinq prêtres

    Cinq prêtres catholiques, une religieuse et deux fidèles ont été kidnappés par des inconnus qui ont incendié une église vendredi dans l'ouest du Cameroun en proie à une guerre sanglante entre des indépendantistes anglophones et l'armée, a annoncé dimanche l'Église catholique. Les meurtres, saccages et enlèvements sont fréquents dans cette région, où des groupes armés séparatistes visent régulièrement en particulier les établissements scolaires et les enseignants mais aussi les Églises catholiques et protestantes ainsi que leurs prélats. Mais les évêques de la région assurent que le kidnapping de vendredi est «complètement sans précédent» dans son ampleur.

    Dans la soirée, l'église St Mary de Nchang a été «incendiée par des inconnus armés et cinq prêtres, une religieuse et deux fidèles ont été kidnappés», déplore la Conférence épiscopale de la Province de Bamenda dans un communiqué reçu dimanche par l'AFP, sans plus de détails. Nchang est un village situé dans la région du Sud-Ouest. L'archevêque Andrew Nkea, signataire du communiqué, ne livre aucun détail sur l'attaque, ne l'attribue à personne en particulier et assure que les ravisseurs n'ont livré «aucune raison concrète» pour cet acte.

    Un conflit très meurtrier vieux de six ans

    L'attaque et les enlèvements n'ont pas été revendiqués mais ils sont fréquemment perpétrés par des groupes séparatistes et se terminent le plus souvent par la libération des otages contre rançon ou au terme de négociations avec les chefs traditionnels et religieux locaux. Les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, peuplées principalement par la minorité anglophone du Cameroun, sont le théâtre depuis bientôt six ans d'un conflit très meurtrier entre des groupes armés réclamant l'indépendance d'un État qu'ils appellent l'«Ambazonie» et des forces de sécurité massivement déployées par le pouvoir du président Paul Biya, 89 ans, qui dirige le Cameroun d'une main de fer depuis près de 40 ans.

    Les deux camps sont régulièrement accusés par les ONG internationales et l'ONU de commettre crimes et atrocités contre les civils, principales victimes de cette guerre, et M. Biya de faire preuve d'intransigeance et mener une implacable répression, au Cameroun anglophone mais aussi contre toute opposition politique dans le pays. Une partie de la population anglophone s'estime ostracisée par la majorité anglophone, qui domine le pouvoir central. Le conflit a fait plus de 6.000 morts depuis fin 2016 et forcé plus d'un million de personnes à se déplacer, selon le centre de réflexion International Crisis Group (ICG).

  • Libye : un converti condamné à mort pour apostasie

    IMPRIMER

    Du site Meconcern.org :

    Libye : Un converti condamné à mort pour apostasie

    12 sept. 2022

    Les chrétiens libyens nous demandent instamment de prier pour un converti au christianisme condamné à mort par une cour d'appel dans une ville de l'ouest de la Libye.
    Le jeune homme, qui a accepté Jésus il y a environ quatre ans, a été arrêté par des milices et détenu à plusieurs reprises au cours des dernières années. Elles ont essayé de le forcer à abjurer sa foi, mais il a refusé. En raison de l'absence d'État de droit et d'organismes officiels chargés de faire respecter la loi en Libye, les milices font office de police, de services de renseignements et d'armée.

    La Libye n'a pas de loi contre l'apostasie, ce qui signifie que les convertis sont généralement jugés pour trahison. Toutefois, ce tribunal a fondé sa décision sur une loi promulguée par le Congrès national général, l'organe législatif élu entre 2012 et 2014. Selon cette loi, un apostat de l'islam doit être exécuté s'il ne se rétracte pas.

    Toutes les lois promulguées par le Congrès national général ont été annulées par l'actuel Parlement de Tobrouk, élu en 2014. Cependant, dans le cadre d'une lutte de pouvoir continue entre les administrations basées à Tripoli et à Tobrouk, la Cour suprême de Tripoli a déclaré illégal le parlement basé à Tobrouk. Cela laisse aux tribunaux la liberté de choisir d'appliquer encore les lois annulées.

    Le converti a été tenu de publier le verdict dans un journal local et sur une station de radio locale, ainsi que de l'afficher à l'extérieur de sa résidence et du tribunal. Il n'a pas bénéficié d'une représentation légale pendant la procédure.

  • Empêchons la pendaison d'Ashfaq Masih pour sa foi en Jésus

    IMPRIMER

    De Valeurs Actuelles via le site "Veillez!" :

    EMPÊCHONS LA PENDAISON D'ASHFAQ MASIH POUR SA FOI EN JÉSUS

    AU PAKISTAN, UN CHRÉTIEN ACCUSÉ DE BLASPHÈME CONDAMNÉ À MORT

    16/07/2022

    Le 4 juillet, Ashfaq Masih, un chrétien pakistanais, a été condamné à mort pour blasphème. Tout au long de son procès, il n’a cessé de clamer son innocence.

    C’est une histoire pour le moins sordide. Un chrétien pakistanais du nom d’Ashfaq Masih a été condamné à mort le 4 juillet dernier, après avoir été accusé de blasphème par la justice, relaye Infochrétienne, vendredi 15 juillet. Lors de son procès, pourtant, l’homme de 36 ans n’a cessé de clamer son innocence et de marteler qu’il était la victime de fausses accusations.

    Dans cette affaire, tout a commencé en 2017, avec une dispute entre Ashfaq Masih et un client musulman, rappelle le site d’actualités. Dans le détail, ledit client avait refusé de payer la réparation de son vélo, arguant qu’il était un dévot musulman soufi. L’avocat du chrétien, Riaz Anjum, a précisé dans la presse que celui-ci avait « rejeté la demande [du client de la boutique], disant qu’il suivait seulement Jésus et qu’il n’était pas intéressé par les statuts religieux des musulmans ». Après cette altercation, le chrétien avait été arrêté par la police locale. Il lui avait été reproché d’avoir manqué de respect au prophète Mahomet.

    Tout au long de son procès, le trentenaire a toujours revendiqué son innocence. Il a démenti les accusations portées à son encontre, arguant avoir été piégé par le propriétaire de la boutique dans laquelle il travaillait : Muhammad Ashfaq. Selon lui, ce dernier se serait associé avec son concurrent direct, dans le but de lui nuire. « Muhammad Ashfaq avait fait pression sur Masih pour qu’il quitte le magasin, ignorant les appels de ce dernier à ne pas déplacer son entreprise en cours », a confié son avocat, cité par Infochrétienne.

    Les accusations de blasphème sont monnaie courante

    Le magistrat a par ailleurs rappelé au juge qu’aucun blasphème ne figurait dans le premier rapport d’information. Ainsi, cette allégation aurait été faite par Muhammad Ashfaq lorsqu’il a fait sa déclaration à la police. Un élément qui n’a pas permis d’innocenter Ashfaq Masih, à l’issue du procès. Le juge l’a condamné à mort.

    Au Pakistan – un pays classé en huitième position dans l’Index mondial de persécution des chrétiens 2022 de l’ONG Portes Ouvertes – les accusations de blasphèmes sont nombreuses. D’après cette organisation, les chrétiens pakistanais « vivent sous la menace des lois sur le blasphème qui sont souvent utilisées contre eux ». Au quotidien, « ils peuvent être injustement accusés, arrêtés, emprisonnés, voire condamnés à mort, par simple jalousie ou pour régler des conflits personnels ».

    Source : valeursactuelles.com

    Cliquer ici pour signer la pétition pour sauver la vie d'Ashfaq Masih. Cliquer ici.