Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 5

  • Jubilate Deo omnis terra (Introit du 3e dimanche de Pâques)

    IMPRIMER

    Introitus Introït
    Ps. 65, 1-2  
    IUBILÁTE Deo, omnis terra, allelúia: psalmum dícite nómini eius, allelúia: date glóriam laudi eius, allelúia, allelúia, allelúia. Ps. ibid., 3 Dícite Deo, quam terribília sunt ópera tua, Dómine ! in multitúdine virtútis tuae mentiéntur tibi inimíci tui. ℣. Glória Patri. Jubilez pour Dieu, ô terre entière, alléluia ; chantez un psaume à Son Nom, alléluia ; rendez glorieuse Sa louange, alléluia, alléluia, alléluia. Ps. 3 Dites à Dieu: Que Tes œuvres sont terribles, Seigneur! A cause de la grandeur de Ta puissance, Tes ennemis T'adressent des hommages menteurs. ℣. Gloire au Père.
  • L'archevêque de Strasbourg présente sa démission mais défend son mandat

    IMPRIMER

    De Luke Coppen sur The Pillar :

    L'archevêque de Strasbourg présente sa démission mais défend son mandat

    20 avril 2023

    Le chef d'un important archidiocèse français a déclaré jeudi qu'il avait présenté sa démission au pape François, mais a fermement défendu son mandat turbulent de six ans. 

    À 65 ans, Mgr Luc Ravel est à une décennie de l'âge habituel de la retraite pour les évêques diocésains.

    Dans une déclaration faite le 20 avril, il n'a pas donné la raison pour laquelle il proposait de démissionner, mais il a semblé répondre aux allégations selon lesquelles il aurait gouverné de manière distante et autoritaire.

    Il a déclaré : "La paix étant le bien suprême, alors que nous sommes entrés dans cette magnifique période de Pâques, j'ai présenté ma démission au Saint-Père, pour lequel je prie chaque jour.

    "J'ai toujours agi au plus près de la loi et de ma conscience, ayant largement consulté pour chaque décision, afin de prendre des mesures difficiles, mais que l'on m'aurait reproché de ne pas avoir prises plus tard, au vu des éléments en ma possession. Les implications pénales d'un certain nombre de cas relèvent de la compétence du pouvoir judiciaire."

    "Pour le reste, le secret pontifical, que nous devons respecter, est du ressort du nonce apostolique.

    Mgr Ravel a ajouté : "Ce souci de paix se conjugue dans mon cœur avec le souci de vérité et de justice que j'ai toujours recherché à l'égard des prêtres, des fidèles, et en particulier des victimes, que je n'oublierai jamais."

    "Je crois avoir agi pour résoudre les problèmes dans un esprit de transparence et de respect de la confidentialité.

    Le Vatican n'a pas mentionné la démission de Mgr Ravel dans son bulletin quotidien du 20 avril, mais elle pourrait être officiellement acceptée par le pape François dans les prochains jours.

    L'hebdomadaire catholique français Famille chrétienne a déclaré que la démission de Mgr Ravel, "réclamée depuis plusieurs mois par Rome, devrait être ratifiée très rapidement".

    Mgr Ravel, qui dirigeait auparavant le diocèse des forces armées françaises, a été nommé archevêque de Strasbourg en 2017. 

    L'archevêché, dont les origines remontent au IVe siècle et qui est exempté du Saint-Siège, est situé en Alsace, une région historiquement disputée de l'est de la France, limitrophe de l'Allemagne. 

    Il bénéficie d'un statut particulier, grâce au Concordat de 1801, en vertu duquel son archevêque est nommé conjointement par le président français et le Vatican, et les prêtres sont rémunérés par l'État.

    Selon le quotidien catholique français La Croix, qui a annoncé la démission imminente de Mgr Ravel le 19 avril, l'archevêché est considéré comme "difficile à gérer, avec ses 500 prêtres et ses 250 employés laïcs". 

    En juin 2022, la nonciature apostolique en France a annoncé une visite apostolique de l'archevêché. Elle n'a pas donné de raison, mais des rapports locaux ont suggéré qu'elle avait été déclenchée par des plaintes concernant le style de gouvernement de Ravel.

    Les résultats de la visite n'ont pas été publiés, mais la tension s'est considérablement accrue dans l'archevêché au cours des dernières semaines. 

    Le journal régional Dernières Nouvelles d'Alsace rapporte que le 23 mars, l'évêque auxiliaire de Strasbourg Christian Kratz a été informé qu'il avait été démis de ses fonctions de vicaire général. Le 30 mars, il aurait été informé qu'il était également exclu du conseil épiscopal.

    Mgr Kratz a déclaré à La Croix qu'il avait appris la nouvelle par une lettre glissée sous la porte de son bureau. Il a ajouté que Mgr Ravel avait indiqué que cette mesure faisait suite à la mauvaise gestion par Mgr Kratz d'allégations d'abus qui ont conduit au suicide d'un ancien prêtre.

    Mgr Kratz a défendu sa réaction à l'affaire en déclarant : "Je suis stupéfait : "Je suis stupéfait, je ne comprends pas ce dont l'archevêque m'accuse. C'est incroyable".

    Les Dernières Nouvelles d'Alsace ont rapporté le 18 avril que Ravel avait révoqué un deuxième membre du conseil épiscopal, le père Hubert Schmitt.

    Mgr Ravel n'a pas assisté à l'assemblée plénière des évêques français qui s'est tenue à Lourdes du 28 au 31 mars, apparemment pour des raisons de santé. 

    La Conférence des évêques de France (CEF) a publié le 20 avril une brève déclaration dans laquelle elle reconnaît que Mgr Ravel a présenté sa démission.

    "En ces temps difficiles pour tous les catholiques d'Alsace, la CEF tient à assurer Mgr Ravel, les prêtres et tous les fidèles de l'archidiocèse de Strasbourg de sa prière et de son soutien fraternel.

    Des manifestants se sont rassemblés pour demander la démission de Mgr Ravel avant la messe chrismale du 4 avril à la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg.

    Sur le site Internet de l'archidiocèse de Strasbourg, un message placé sous la déclaration de démission de Mgr Ravel indiquait : "Notre diocèse traverse une période difficile : "Notre diocèse traverse une crise grave qui affecte chacun de ses membres". 

    "Gardons les yeux fixés sur le Christ, en priant avec insistance pour surmonter les divisions, pour travailler à la paix et à l'unité qu'il a voulues".

  • Il y a 25 ans : la mort d'une grande historienne qui a pourfendu les préjugés relatifs à la civilisation médiévale

    IMPRIMER

    De Stefano Chiappalone sur la Nuova Bussola Quotidiana :

    Régine Pernoud : Le Moyen Âge au-delà des préjugés

    22-04-2023

    Vingt-cinq ans après la mort de l'historienne française qui a su allier documentation et vulgarisation pour dépasser la vulgate des "âges sombres" - pas plus sombres que d'autres époques, et en plus avec la lumière du christianisme : c'est peut-être la "faute" qu'on ne peut pardonner à la civilisation médiévale.

    Il est providentiel que ce ne soit pas un historien mais une historienne qui démonte les diverses légendes noires sur la condition des femmes dans ces "âges sombres" qu'elle appelle le "temps des cathédrales". Il s'agit de Régine Pernoud, auteur de La femme au temps des cathédrales et de bien d'autres textes qui ont dépassé les préjugés encore vivaces chez ceux qui abordent le millénaire médiéval.

    La femme au temps des cathédrales - Régine Pernoud - Leslibraires.fr

    L'historienne française est décédée il y a exactement 25 ans à Paris, le 22 avril 1998, à l'âge de 89 ans, après une vie passée dans les archives, en contact direct avec les documents qu'elle pouvait se vanter de connaître mieux que certains historiens, qu'elle n'épargnait pas de ses critiques, disant qu'ils écrivaient des livres basés sur d'autres livres plutôt que sur des sources.

    Née en 1909 à Château-Chinon et élevée à Marseille, elle obtient une licence de lettres à l'université de Paris et est également diplômée de l'École nationale des chartes et de l'École du Louvre. Conservateur au musée de Reims, puis au musée de l'Histoire de France, et enfin aux Archives nationales, il a su allier une riche documentation à une grande capacité de vulgarisation, qui lui permet d'être lu même par ceux qui sont imprégnés de clichés sur le Moyen Âge, tellement vitupérants qu'ils en sont méconnus. Combien de fois entend-on des personnes horrifiées s'exclamer : "médiéval !" face à des faits d'actualité et des contextes marqués par l'oppression ? Il est dommage qu'en regardant les fresques et miniatures médiévales, on ne trouve guère de femmes en burqa.

    Régine Pernoud nous rappelle que les femmes de pouvoir ont été inventées au Moyen-Âge, et certainement pas par nous. Si la première femme à la tête d'un gouvernement semble encore une nouveauté pour les Italiens (et pas seulement) du XXIe siècle, dans ce qu'on appelle les "âges sombres", nous allons d'Irène et Théodora byzantines à Hedwig polonaise, en passant par Melisenda de Jérusalem, Constance d'Altavilla, Mathilde de Canossa, et ainsi de suite, jusqu'à toute une série de reines dont nous ne rêverions même pas aujourd'hui. Sans parler des abbesses comme Hildegarde, investie d'une influence sociale et culturelle autant que religieuse, et de bien d'autres figures féminines dont le rôle aurait été impensable dans l'Antiquité, note Pernoud, selon qui même "au Moyen Âge, les femmes lisaient plus que les hommes".

    Et elles avaient aussi une âme, pour tordre le cou à l'une des milliers de légendes noires qui empêchent encore d'aborder sérieusement une époque où l'on cherche trop souvent l'intrigue d'un film d'horreur plutôt que des faits historiques. Au Moyen-Âge, tout le monde pensait que les femmes n'avaient pas d'âme", peut-on lire dans l'un des chapitres les plus connus du stupidarium contemporain. "Et c'est ainsi que pendant des siècles des êtres sans âme seront baptisés, confessés et admis à l'Eucharistie", objecte Pernoud, qui rappelle aussi que les premières martyres canonisées étaient bien des femmes : Agnès, Cécile, Agathe... (la liste des femmes énumérées dans le Canon romain, prière eucharistique datant du IVe siècle, suffirait). Sans parler du culte rendu à la Vierge Marie, incompatible avec la légende précitée, ou de la "vénération littéraire" accordée aux femmes par le Dolce stil novo, pour ne citer que deux exemples.

    Pour l'historienne française, les archives ont renvoyé une image très différente du préjugé séculaire qui donne son sous-titre à l'un de ses ouvrages les plus connus (Medioevo. Un secolare pregiudizio, Bompiani, Milano 2019). Un préjugé vivant non seulement chez ceux qui fondent leurs connaissances sur quelques films, mais aussi chez cet étudiant qui s'est un jour présenté à elle aux Archives nationales, aussi sûr de lui que sans papiers, en déclarant : "Vous comprendrez que lorsque je fais de l'histoire, ce n'est pas pour savoir si tel fait est correct ou non ; je ne cherche que ce qui peut promouvoir mes idées". Ou encore le documentariste qui l'a contactée pour lui demander des "diapositives sur le Moyen-Âge", en insistant : "Vous savez, les tueries, les massacres, les scènes de violence, les famines, les épidémies...". Autant d'éléments qui, outre le Moyen-Âge, ont marqué les siècles précédents et futurs (n'importe quel journal télévisé suffirait à satisfaire la demande de la documentariste).

    En abordant les nombreux textes de Régine Pernoud, on ne remplacera pas la légende noire par une légende rose correspondante, mais on se sentira invité, cartes en main, à approfondir et à dépasser ce "récit" qui curieusement discrédite toujours et seulement le Moyen Âge. Dans ce nouvel arbre qui a fleuri sur les décombres du monde antique, la sève chrétienne a coulé, et c'est peut-être là la véritable "faute" attribuée à des siècles qui n'ont eu ni plus ni moins que toutes les limites et les fautes humaines propres à chaque époque historique - y compris la nôtre ! A ceux qui s'obstinent à affubler le Moyen Age de l'étiquette "barbarie et obscurantisme", nous répondons avec Régine Pernoud : "C'est le seul âge de sous-développement qui nous ait laissé des cathédrales".

  • Sur KTO : la béatification de 5 prêtres martyrs de la Commune

    IMPRIMER

    De KTOTV :

    La béatification de 5 prêtres martyrs de la Commune

    Ce samedi 22 avril, l'Église célébre la béatification de cinq prêtres assassinés pendant la Commune de Paris. Ils font partie des dix religieux exécutés rue Haxo, dans le 20e arrondissement parisien, le 26 mai 1871, après une détention de près de deux mois.                                   

    Cette émission spéciale, présentée par Cyril Lepeigneux, permet de découvrir l'histoire de ces cinq martyrs avec le père Yvon Sabourin, postulateur de la cause en béatification du père Planchat, et le père Stéphane Mayor, curé de la paroisse Notre-Dame-des-otages.                     
    Samedi 22 avril à 16h00, suivez en direct depuis l'église Saint-Suplice la messe de béatification sur KTO et ktotv.com. La célébration sera présidée par le cardinal Semeraro, préfet du Dicastère pour la Cause des Saints.
  • Avortement en Belgique : beaucoup de questions demeurent après l’audition du comité interuniversitaire chargé de son évaluation

    IMPRIMER

    D'Odile Maisonneuve sur le site de l'Institut Européen de Bioéthique :

    Avortement en Belgique : beaucoup de questions demeurent après l’audition du comité interuniversitaire chargé de son évaluation

    Ce mardi 18 avril, le “Comité interuniversitaire multidisciplinaire” qui avait été chargé par le gouvernement d'évaluer la législation en matière d'avortement a présenté les conclusions de son rapport aux parlementaires. Ces derniers ont eu l’occasion de commenter les recommandations émises par le Comité, en particulier l’élargissement du délai légal pour avorter de 12 semaines à 18 semaines de grossesse. Alors que le Comité préconise d’inscrire l’avortement dans la loi sur les soins de santé, la difficulté à s’accorder sur un nouveau délai légal pour l’avortement, de même que la pénurie de gynécologues pour le pratiquer semblent confirmer que cet acte est loin d’être anodin. L’équilibre entre la protection du fœtus et le droit de la femme à disposer de son corps peine à émerger face aux des dilemmes éthiques que cette pratique continue de poser.   

    Prévention des grossesses non désirées : quid de la prévention de l’avortement ?

    Etendre le délai pour mieux prendre en charge les femmes qui souhaitent avorter, telle est la proposition qui fait toujours débat au sein des parlementaires. Parmi les arguments avancés par le Comité pour justifier l’extension du délai légal à 18 semaines figure notamment l’existence d’un consensus politique sur cette question. Plusieurs députés n’ont pas manqué de relever le paradoxe consistant à fonder une recommandation scientifique sur la base d’un consensus politique.  Plus largement, l’on observe encore un manque de données concernant les raisons qui poussent encore des femmes à aller avorter aux Pays-Bas. De plus, certains centres ne communiquent plus les raisons qui poussent les femmes à avorter dans les rapports transmis à la Commission d’évaluation depuis que la loi du 15 octobre 2018 rend facultative la mention de la condition de détresse. Dans ce contexte, le Comité souligne l’importance pour la Commission d’améliorer ses travaux en insistant auprès des centres pour qu’ils recueillent cette information. Malgré ce manque d’information, le Comité considère qu’allonger le délai à 18 voire 20 semaines après la conception (soit 20 à 22 semaines “d’aménorrhée”) permettrait de réduire le nombre de femmes qui vont avorter aux Pays-Bas et la fréquence des grossesses non désirées. Cependant, le délai pour avorter semble voué à une extension perpétuelle s’il continue à être présenté comme une solution contre les grossesses non désirées. Comment mettre en place une prévention de l’avortement s’il est lui-même est considéré comme une mesure de prévention des grossesses non désirées ? Le Comité ne résout pas non plus ce paradoxe et continue de promouvoir un plus large accès à la contraception et des délais plus étendus pour avorter (les échecs de la contraception représentent environ la moitié des cas d’avortement.  

    Le Comité propose ainsi deux options : soit étendre simplement le délai pour avorter, soit inscrire des dispositions spécifiques dans la loi pour inclure des raisons psycho-sociales permettant de recourir à l’avortement. Conscient de la difficulté à circonscrire et à définir les raisons psycho-sociales pour avorter, le Comité privilégie une extension simple des délais

    L’information sur l’avortement, un point-clé encore mal développé

    Permettre aux femmes de faire un choix libre et éclairé passe nécessairement par une meilleure information, notamment sur les différentes méthodes d’avortement et leurs effets secondaires. Or, comme le soulignent plusieurs députées, ces méthodes sont encore mal connues des femmes. L’avortement médicamenteux, possible théoriquement jusqu’à 9 semaines d’aménorrhée, nécessite une dilatation du col de l’utérus pour provoquer une fausse couche. Si l’embryon n’est pas correctement expulsé, il faut passer par un curetage. La méthode chirurgicale par aspiration est souvent faite entre 8 et 12 semaines. Elle consiste à aspirer l’embryon ou le fœtus avec une canule. Au-delà de cette période, soit le fœtus est démembré et morcelé in utero, soit l’on procède à un mini accouchement. Comme l’ont relevé certains députés, l’âge gestationnel à partir duquel il est nécessaire de recourir à ces deux dernières méthodes d’avortement n’est pas explicite dans le rapport du Comité, alors que beaucoup d’entre eux s’accordent à dire que l’impact psychologique et physique est sensiblement plus lourd dans de tels cas. Si le Comité propose de donner le choix de la méthode aux femmes, il conviendrait qu’elles connaissent les implications de ces techniques pour elles et leur bébé.

    Surpression du délai de réflexion obligatoire jugé inutile et stigmatisant

    Les membres du Comité préconisent de supprimer l’obligation de délai de réflexion de 6 jours prévu par la loi avant de procéder à un avortement. À l’instar de l’information sur les alternatives à l’avortement, ce délai est considéré par le Comité comme une forme d’infantilisation des femmes et de remise en question de leur décision d’avorter, ce qui irait à l’encontre de leur autonomie. Par ailleurs, en ce qu’il conduit à retarder le moment de l’avortement, le caractère obligatoire de ce délai de réflexion compliquerait l’acte d’avortement. Le Comité propose donc de rendre ce délai facultatif, et de le personnaliser selon les situations et le stade de réflexion de chaque femme. Si, d’un côté, le Comité admet que l’avortement n’est pas le même selon l’âge gestationnel et qu’il se complique à mesure que le fœtus grandit, il propose dans le même temps d’étendre le délai pour y recourir jusqu’à 18 voire 20 semaines.

    La douleur du fœtus n’est pas décisive aux yeux du Comité

    Alors que le Comité scientifique dit s’être penché sur les implications de l’avortement à ses différents stades, plusieurs parlementaires ont relevé le peu de prise en compte des études scientifiques qui parlent de la douleur du fœtus. Cette question divise toujours les experts. Certains considèrent que le stade de la nociception à 15 semaines - stade qui correspond au réflexe du nerf périphérique - ne permet pas de percevoir la douleur. D’autres s’accordent à dire que ce stade permet une perception non consciente de la douleur et que, par prudence, il faudrait endormir le fœtus avant toute intervention sur lui-même ou sur sa mère. Face aux questions des parlementaires, le Comité a choisi de se rallier à une position qui décrit l’acquisition de la perception de la douleur à partir de de 22 semaines. Cette question, comme celle de la viabilité sans cesse plus précoce du fœtus, n’a pas conduit le Comité à adopter une attitude de prudence dans ses recommandations. Il considère ces arguments comme non pertinents, sur le plan éthique, pour trouver un équilibre entre l’autonomie des femmes et la protection du fœtus : aux yeux des experts, l’évaluation des conséquences pour le fœtus diffère selon que la grossesse et désirée ou non désirée.

    L’avortement, un acte médical comme un autre ?

    La loi actuelle de 2018 sur l’avortement prévoit des sanctions générales en cas de non-respect des conditions pour avorter. Les membres du Comité proposent des sanctions pénales spécifiques et différenciées en fonction de la nature de la violation, et plaident également pour que ces sanctions ne concernent plus les femmes, mais seulement les médecins. Si certains parlementaires souhaitent soustraire totalement l’avortement du Code pénal (à l’exception de l’avortement forcé), le Comité considère préférable de maintenir certaines sanctions. Pourtant, dans le même temps, il propose que les interruptions médicales de grossesse (IMG), possibles jusqu’à la naissance, soient ouvertes aux femmes qui présentent des affections mentales graves. Or, on sait que 45% des femmes qui recourent à ces avortements tardifs vivent un stress post-traumatique. Par ailleurs, le Comité préconise de ne pas dresser de liste des pathologies du fœtus qui peuvent ouvrir la voie à une IMG. Une telle liste conduirait à “stigmatiser” les personnes porteuses de ces pathologies, et constituerait une “dérive eugénique d’État”.

  • Eglise d'Allemagne : et maintenant ? Le modèle du "petit troupeau" de demain...

    IMPRIMER

    Des propos du cardinal Walter Brandmüller relayés par Armin Schwibach sur kath.net/news (traduction automatique) :

    "Francfort" - et maintenant ? Une perspective ecclésiale. Le modèle du "petit troupeau" de demain

    20 avril 2023

    En cas de défaillance persistante des institutions face à la mission réelle de l'Église, il appartient aux fidèles de mettre fin à la hantise sans faire de bruit. Par le cardinal Walter Brandmüller

    Rome (kath.net/wb/as) "Un regard sur la situation de l'Eglise en Allemagne montre une perte d'intérêt sans précédent de l'opinion publique, des médias pour l'Eglise". Le regard romain est acéré, aiguisé par l'expérience et une phénoménologie des événements parfois absurdes qui se sont produits dans l'Eglise en Allemagne (et pas seulement), en particulier au cours des cinq dernières années. Des événements qui ont mis en jeu le mot "schisme", blessant et exprimant un "crimen", le tout avant et avec un terme non défini : "synodal". Cela vaut d'autant plus la peine d'écouter attentivement et de tirer ses conclusions. Ce qui est apparu clairement au cours de ces années, c'est que la "discussion synodale" ne concerne pas "l'Église", "Ecclesia Una Sancta et Apostolica, "Mater Sancta" et" "Mysticum Corpus Christi". Il s'agit de "l'Église", d'une manifestation sociale quelconque, c'est-à-dire précisément de ce contre quoi le pape Benoît XVI avait toujours mis en garde dans son magistère universel. Par Armin Schwibach

    ***

    I

    Un coup d'œil sur la situation de l'Eglise en Allemagne révèle une diminution sans précédent de l'intérêt du public, des médias pour l'Eglise. Seuls les scandales qui éclatent en ses murs attirent une attention hagarde. Cela vaut même pour les "synodaux de Francfort" et leur parcours. Ce sont les symptômes d'une perte croissante d'importance que l'Eglise subit de plus en plus ces dernières années.

    Qui s'intéresse encore à ce qu'une "élite" de fonctionnaires laïcs, détachée de tout et surtout intéressée par elle-même et ses salaires financés par l'impôt ecclésiastique, s'imagine être "l'Église" ?

    Leur prétention à disposer de l'Eglise, à parler au nom de l'Eglise, est d'autant plus absurde. Ne sont-ils pas conscients de la distance qui les sépare des 5 à 10 % de catholiques fidèles pour qui la messe dominicale est encore une évidence ? On entend dire dans tout le pays que l'entreprise de Francfort des fonctionnaires, loin de la population catholique, se perd dans un no man's land.

    La prétention de la majorité de "Francfort" à représenter les catholiques allemands, à s'emparer des institutions ecclésiastiques, voire à se présenter comme "l'Eglise allemande", contraste fortement avec cette situation.

    Il est évident que l'on veut enfin prendre les rênes de l'Eglise et donner la marche à suivre aux évêques. Comment en est-on arrivé là ?

    L'impulsion antiautoritaire et émancipatrice, qui a agi dans la société depuis les années 1968, a gagné du terrain, surtout depuis le congrès des catholiques d'Essen de cette année, parmi les catholiques qui, en tant que laïcs au service de l'Église, supportaient difficilement la soumission aux prêtres. En particulier, un nombre croissant de laïcs nommés à des chaires de théologie ont ressenti le lien avec le magistère de l'Église comme une restriction de leur liberté académique. Il n'est pas étonnant que les théologiens aient cru pouvoir prouver leur indépendance et leur originalité de pensée par des spéculations audacieuses et, bien sûr, faire sensation. Les conséquences sont évidentes.

    Lire la suite

  • Une messe anglicane a été célébrée par erreur à l'autel majeur de la cathédrale de Rome

    IMPRIMER

    Voir ICI et ICI.

    Et Tyler Arnold sur Catholic News Agency :

    Le Vatican accuse un "défaut de communication" pour le service anglican dans l'église du pape à Rome.
     
    20 avril 2023

    Une cinquantaine d'ecclésiastiques anglicans, qui ne sont pas en communion avec l'Église catholique, ont pris part à des services religieux dans la basilique papale la plus élevée de Rome, le mardi 18 avril. Le Vatican a ensuite publié une déclaration de regret, attribuant l'incident à un défaut de communication.

    Les ecclésiastiques, qui étaient accompagnés par l'évêque Jonathan Baker de l'Église d'Angleterre, font partie de la Communion anglicane, qui s'est séparée de l'Église catholique en 1534 à la suite de la frustration du roi Henri VIII de ne pas pouvoir obtenir l'annulation de son mariage. L'Église catholique ne considère pas les ordres sacrés anglicans comme valides et ne reconnaît pas les ordres anglicans comme valides, ce qui signifie qu'ils ne peuvent pas célébrer la messe de manière valide.

    L'office anglican a été célébré à l'archibasilique Saint-Jean-de-Latran à Rome, qui est la plus ancienne basilique de Rome et le siège officiel de l'évêque de Rome, le pape.

    Dans un communiqué publié jeudi, Mgr Guerino Di Tora, vicaire de l'archiprêtre de la basilique du Latran, a déclaré que l'incident était le résultat d'un "défaut de communication" et qu'il "exprime ses profonds regrets pour ce qui s'est passé".

    Le communiqué précise qu'"un groupe d'environ 50 prêtres, accompagnés de leur évêque, appartenant tous à la Communion anglicane, a célébré sur le maître-autel de la cathédrale de Rome en violation des normes canoniques". M. Di Tora a également expliqué que cet épisode regrettable était dû à un défaut de communication".

    Le pape François a rencontré M. Baker et les autres ecclésiastiques mercredi matin, mais on ignore comment et pourquoi ils ont reçu l'autorisation de célébrer un service religieux à l'archibasilique.

    Le clergé anglican qui a participé à l'office est anglo-catholique. Malgré son nom, ce groupe est en communion avec l'Église anglicane et non avec l'Église catholique. Les Anglo-Catholiques ont tendance à avoir des opinions plus traditionnelles que l'Église anglicane dans son ensemble, notamment en s'opposant à l'ordination des femmes.

    Tyler Arnold est journaliste au National Catholic Register. Il a travaillé auparavant pour The Center Square et a été publié dans divers médias, dont The Associated Press, National Review, The American Conservative et The Federalist.

  • Une volonté de s'en prendre au christianisme...

    IMPRIMER

    D' sur le site du Figaro :

    Marc Eynaud : «Derrière les attaques contre les églises, il y a une volonté de s'en prendre au christianisme»

    Marc Eynaud est journaliste et auteur de Qui en veut aux catholiques ?, aux éditions Artège.

    FIGAROVOX. - Au lendemain des fêtes pascales, d'importantes dégradations ont été commises dans l'église Sainte-Madeleine d'Angers dans le Maine-et-Loire, des statues ont notamment été décapitées. S'agit-il d'actes isolés ou sont-ils, au contraire, récurrents ?

    Marc EYNAUD. Il faut rajouter à cette litanie, une autre profanation en l'église de Trélazé le 30 mars dernier… Les jours et les profanations se suivent et se ressemblent et sont hélas tout sauf isolés. Si les motivations et les profils des profanateurs varient, elles frappent par leur régularité dans un silence plus ou moins complice des autorités qu'elles soient civiles ou ecclésiales. Ce qui frappe dans les dégradations commises à l'église Sainte-Madeleine, c'est la violence de l'attaque qui laisse présager l'acte d'un fou ou d'un possédé. Le curé de la paroisse angevine a d'ailleurs lourdement insisté sur le verbe «décapiter» ce qui laisse presque penser à un rituel particulièrement haineux. On est vraiment face à une profanation qui se rapproche le plus d'un acte de haine odieux, gratuit et d'une profonde violence.

    Les catholiques sont-ils davantage touchés que les autres religions par ces actes de profanation ?

    Les chiffres du ministère de l'Intérieur cités dans vos colonnes sont sans appel. Les catholiques sont de très loin, les cibles principales de la haine antireligieuse. Entre les pillages, les profanations, les incendies, les attaques physiques contre les prêtres ou encore les fidèles, les attaques médiatiques aussi qui participent à légitimer de quelque manière les actes violents concrets… Tout cela concourt au même objectif plus ou moins avoué ou conscient : éradiquer le christianisme. Au fond, c'est sans doute la seule convergence des luttes qui vaille : enlever l'église du centre du village.

    Comment l'expliquez-vous ? Les Français sont-ils en guerre avec leurs racines ?

    Sans doute on peut y trouver une partie de l'explication dans le fait qu'il s'agit de la religion qui dispose du plus de lieux de culte sur le territoire français, lieux souvent ouverts et non surveillés puisque de moins en moins fréquentés, mais il serait illusoire de penser qu'on réglera la question en fermant les bâtiments ou en installant des systèmes de sécurité. La haine qui se déchaîne contre les catholiques est mêlée à une haine toute aussi ancienne et pernicieuse : la haine de soi accouplée à la volonté psychotique d'extirper de nos sociétés tout ce qui l'a construite. Le christianisme et l'Histoire de France sont tellement imbriqués l'un dans l'autre que lorsqu'on s'en prend à l'un, on attaque immanquablement l'autre. C'est tout l'ampleur d'un drame culturel engendré par le refus de transmettre que décrivait si bien l'eurodéputé François-Xavier Bellamy. «L'interdit moral qui protégeait nos églises a volé en éclat», m'avait murmuré l'archevêque de Rouen un an auparavant. Les catholiques ont toujours eu à affronter des adversaires, des hérésies ou des schismes, mais en ce premier tiers de XXIe siècle, les voilà obligés d'affronter un adversaire plus rencontré, toute proportion gardée, depuis la chute de Rome : le barbare inculte qui n'entend rien au sacré et rien à la foi chrétienne. C'est ce qui frappait devant la polémique née du « twerk » initié par le jeune tiktokeur Benjamin Ledig dans une église parisienne. Une volonté de salir ce qu'on est incapable de comprendre, non parce qu'on est trop idiot pour cela, mais parce qu'on est totalement ignorant des bases les plus élémentaires du catéchisme catholique pour la simple raison que cet héritage a subi, comme les autres, une violente rupture de transmission.

    Face à ces attaques, on voit les jeunes se mobiliser de manière très positive. On ne compte plus les initatives de réfactions de chapelles ou des associations comme SOS Calvaires qui rénovent ces monuments qui jalonnent nos départementales et nos sentiers.

    Marc Eynaud

    Comment les catholiques vivent-ils ces attaques ?

    Les fidèles dont l'église a été profanée en sortent généralement choqué évidemment. Mais il y a, dans les réactions suscitées, un prolongement de cette fracture générationnelle qui est apparue béante au moment de l'épidémie de Covid et la fermeture des églises : une génération ancienne qui se croit encore majoritaire et n'a pas pris conscience qu'à force de vouloir se fondre dans la société, l'église n'est pas passée loin de la dissolution. «Vous aviez tellement peur d'être les derniers chrétiens que vous serez les derniers marxistes», avait lancé dans les années 70 le brillant Maurice Clavel à cette génération. Et puis, vous avez une jeune génération qui se sait minoritaire et veut donc défendre avec davantage de bruit ce qu'elle a reçu, une jeune génération qui a vu le divorce à première vue définitif entre le christianisme et la société moderne. Une jeune génération qui attend de ses prélats d'être des chefs et non des gestionnaires et qui, pardon de le répéter, attend davantage «les cosaques et le Saint-Esprit» avec Léon Bloy qu'un «synode sur la synodalité». Face à ces attaques, on voit les jeunes se mobiliser de manière très positive. On ne compte plus les initatives de réfactions de chapelles ou des associations comme SOS Calvaires qui rénovent ces monuments qui jalonnent nos départementales et nos sentiers. En bref, les catholiques commencent à comprendre que si les pierres sont l'écrin qui protège le véritable trésor «invisible pour les yeux», le catholicisme est avant tout une religion incarnée. On ne descend pas dans les catacombes par peur de livrer bataille.

  • Quand des catholiques croates déclenchent un tollé

    IMPRIMER

    De nombreux sites relaient des informations au sujet d'une initiative croate, notamment le site du journal Le Soir :

    « Soyez virils » : des catholiques déclenchent un tollé

    Ce mouvement d’hommes ultra-catholiques, appelé « Soyez virils », monte en puissance dans le pays des Balkans où l’Eglise catholique et les valeurs traditionnelles restent bien ancrées.

    Chaque mois, des centaines d’hommes s’agenouillent sur la place publique en Croatie. Ils prient contre l’avortement, pour l’autorité masculine et pour que les femmes s’habillent avec modestie.

    Ce mouvement d’hommes ultra-catholiques, appelé « Soyez virils », monte en puissance dans le pays des Balkans où l’Eglise catholique et les valeurs traditionnelles restent bien ancrées.

    Mais les idées de ces « agenouillés », comme les baptisent leurs contempteurs, franchissent la ligne rouge pour beaucoup de défenseurs des droits : ils prônent l’abstinence sexuelle avant le mariage, l’interdiction absolue de l’avortement et exigent que les femmes se vêtent avec modestie.

    Depuis octobre, les organisateurs du mouvement, qui pointent une prétendue « crise de la masculinité », enjoignent aux hommes catholiques croates de prier tous les premiers samedi du mois.

    Samedi 1er avril, à Zagreb, une centaine d’hommes se sont rassemblés, armés de chapelets, d’effigies de la Vierge Marie et de drapeaux croates.

    « Les femmes doivent s’assurer qu’elles n’incitent pas les hommes au péché par leur comportement et leurs vêtements », a déclaré en janvier à la télévision locale Bozidar Nagy, prêtre favorable au « projet Soyez virils ». Et de citer un théologien croate du XXe siècle qui estimait que « le fait de recouvrir les femmes dans l’islam est quand même une bonne chose ».

    Le mouvement a refusé de répondre aux questions de l’AFP, soulignant que les agenouillés se consacraient « exclusivement à la prière ».

    Ce groupe est dans le droit fil des nombreux courants conservateurs masculinistes ayant émergé ces dernières années à travers le monde pour dénoncer les droits LGBT+, le féminisme et le « wokisme », terme utilisé à droite pour dénoncer une supposée complaisance de la gauche envers les revendications des minorités.

    Des mouvements similaires sont apparus en Europe de l’Est, y compris en Pologne et en Serbie, pour exiger le retour aux valeurs traditionnelles et dénoncer les valeurs progressistes tout en réclamant l’interdiction de l’IVG.

    Malgré ses prières collectives, le groupe ne semble guère populaire en Croatie : selon un récent sondage, 75 % des Croates ne le soutiennent pas, contre 15 % de favorables.

    Voici comment le site officiel de ce mouvement présente la prière du premier samedi du mois :

    Ce samedi, des hommes prient le chapelet dans 10 villes croates

    Le 1er avril, le premier samedi du mois, une autre prière masculine du chapelet aura lieu à Zagreb, à laquelle nous attendons des hommes de tous âges.

    Elle débutera à 8h30 sur la place Ban J. Jelačić et des prières seront offertes aux fins suivantes :

    1. pour la patrie, la paix et la conversion du peuple croate,
    2. pour les hommes - devenir des autorités spirituelles dans la famille qui témoigneront courageusement et transmettront la foi catholique,
    3. pour une vie de chasteté avant le mariage, pour la chasteté vestimentaire et comportement et pour le renouvellement des mariages catholiques,
    4. pour la fin de l'avortement et l'ouverture des couples mariés à la vie,
    5. pour les pasteurs d'église authentiques et intransigeants et les nouvelles vocations spirituelles,
    6. pour les âmes du purgatoire,
    7. pour les intentions personnelles .

    En plus de Zagreb, les hommes prieront également le chapelet dans les villes croates suivantes :

    Karlovac , à 8h30, dans le vieux centre-ville (fondations de l'église Saint-Joseph)

    Osijek , à 10 heures, sur Trg sv. Jean-Paul II. (devant la co-cathédrale)

    Slavonski Brod , à 17h, sur Korzo (près des armoiries de la ville)

    Split , à 8h30, sur le Péristyle

    Šibenik , à 8h30, sur la place Krešimirova doma

    Trogir , à 8h30, sur Trg sv. Jean-Paul II.

    Vinkovci , à 8h30, sur la place centrale de la ville (près de la statue de la Sainte Trinité)

    Virovitica , à 8h30, au carrefour de Vojarna (en direction du hall Viroexpo)

    Zadar , à 8h30, devant la cathédrale St. Plus

    Nous invitons d'autres villes croates à prier avec nous ce premier samedi du mois.

    Nous encourageons tous les participants à participer à la sainte messe et de la présenter pour la bénédiction et le succès de la prière publique du chapelet. Nous encourageons également tous les participants à la prière et ceux qui ne peuvent pas participer à prier pour la bénédiction et le succès de la prière publique du chapelet, du vendredi à 22 heures au samedi à 10 heures, et à jeûner le vendredi à cette fin.

    LIRE  Qu'est-ce que la prière publique du chapelet et ce qu'elle n'est pas

    Nous avertissons par la présente les suppliants de ne pas faire de déclarations pour les médias, car nous ne sommes pas à la prière pour être des stars médiatiques, mais pour défendre notre peuple et l'Église.

    Cet événement pacifique et apolitique à Zagreb est organisé par la confrérie des "Chevaliers du Cœur Immaculé de Marie". Cette fois aussi, nous nous désolidarisons de tous les individus qui dérangeraient intentionnellement des pétitionnaires ou des passants, ou signaleraient des caractéristiques idéologiquement indésirables, ou participeraient en tant que représentants d'associations, et non en tant qu'individus.

    Rendez-vous le 1er avril sur la place Ban J. Jelačić, la place de tous les Croates, et dans d'autres lieux publics de toute la Croatie où le chapelet est récité !

  • Cinq ecclésiastiques exécutés pendant la Commune de Paris vont être béatifiés

    IMPRIMER

    De Tangi Kermarrec sur France Info (France 3 Régions (Paris - Ile de France) :

    L'Eglise catholique béatifie cinq ecclésiastiques exécutés pendant la Commune de Paris

    20 avril 2023

    L'Eglise catholique va béatifier samedi à Paris cinq religieux exécutés pendant la Commune de Paris, une célébration qu'elle ne souhaite pas "polémique", mais qui ravive la "mémoire conservatrice" de cette période, selon un historien.

    L'église Saint-Sulpice de Paris, qui peut accueillir 2.000 à 2.500 personnes, a été choisie pour cette célébration: seront béatifiés Henri Planchat, prêtre de la congrégation de Saint-Vincent-de-Paul, Ladislas Radigue, Polycarpe Tuffier, Marcellin Rouchouze et Frézal Tardieu, quatre religieux de la congrégation Picpus. 

    Leurs exécutions intervinrent à la fin de la révolte populaire de 1871, démarrée le 18 mars et écrasée dans le sang au bout de 72 jours par le gouvernement de la IIIe République naissante, réfugié à Versailles.

    Les cinq prêtres ont été tués par balle le 26 mai 1871, lors de la "semaine sanglante" qui a vu plusieurs massacres dans la capitale. Ils avaient été retenus prisonniers plusieurs semaines par les communards. Quatre religieux, 36 gendarmes et quatre "mouchards" supposés sont également exécutés ce jour-là.

    En novembre 2021, le Vatican a reconnu le "martyre" de ces ecclésiastiques car ils sont "morts en haine de la foi", ouvrant la voie à leur béatification.

    Une bannière avec les portraits de chacun d'eux sera dévoilée lors de la célébration, qui sera présidée par le cardinal Marcello Semeraro, représentant du pape François, avec l'archevêque de Paris Laurent Ulrich, en présence d'évêques et de membres de congrégations.

    "C'est une grande joie", déclare à l'AFP Yvon Sabourin, religieux de Saint-Vincent-de-Paul, qui a défendu auprès du Vatican le dossier des cinq religieux.

    - "Mémoires conflictuelles" -

    Il met notamment en avant "le catholicisme social du père Planchat, son dévouement auprès des ouvriers et des plus démunis. C'est une fierté pour nous dans l'Eglise de montrer que des prêtres ont consacré leur vie à la jeunesse et aux milieux populaires".

    Loin de lui l'idée que l'Eglise voudrait créer une "polémique": "il s'agit de béatifier cinq prêtres morts +au cours+ de la Commune de Paris", assure-t-il, rappelant que "des milliers de Communards ont (aussi) perdu la vie". Et indique qu'une "prière universelle pour tous les morts de la Commune" sera dite lors de la célébration.

     

    (...)

    Il y a deux ans, pour le 150e anniversaire de cet événement, des participants d'une procession religieuse en hommage aux prêtres avaient été pris à partie par des personnes hostiles --un petit groupe qui venait de la manifestation des partisans des Communards au mur des fédérés du cimetière du Père Lachaise-- faisant deux blessés légers.

  • Chine : pénurie de prêtres et âge élevé du clergé

    IMPRIMER

    De Rafael Llanes sur zenit.org :

    La pénurie de prêtres et l’âge élevé du clergé

    Un problème non résolu en Chine

    L’âge moyen des prêtres au Mexique est de 50,9 ans, selon l’Institut national de la statistique, de la géographie et de l’informatique. Ce chiffre est très éloigné vde l’âge des prêtres espagnols, dont la moyenne est de 65,5 ans, selon les données de la Conférence épiscopale espagnole. Il s’agit d’une information alarmante car la vitalité de l’Église est conditionnée par le dynamisme des prêtres, principaux promoteurs du rayonnement ecclésial. Cependant, la situation en Chine est plus grave.

    En 2022, selon les données fournies par Xinde, un journal catholique en langue chinoise, l’Église catholique a perdu treize prêtres, sept avaient plus de 75 ans et six moins de 65 ans. L’article indique un âge moyen proche de soixante-dix ans. De nombreux prêtres âgés sont nés dans les années de la Révolution dirigée par Mao Tse-Tun et ont nourri leur vocation au milieu de persécutions orchestrées depuis le sommet de l’État.

    L’arrivée au pouvoir de Deng Xiaoping a apporté une ligne de « réforme et d’ouverture » qui a facilité la vie des catholiques en Chine. Aujourd’hui, la situation est floue sur les libertés des catholiques dans le pays. Ces jours-ci, les Chinois célèbrent la fête de Quingming ou « nettoyage des tombes ». Le 5 avril, la tradition consacre la journée à la mémoire des défunts. Les Chinois visitent les cimetières, où les familles brûlent des offrandes en papier en l’honneur de leurs ancêtres, des répliques de billets, de véhicules, de vêtements ou d’autres figurines en papier. Les catholiques chinois vivent cette célébration en se souvenant également de leurs prêtres et religieuses qui sont déjà entrés dans la vie triomphale aux côtés de Dieu.

    L’augmentation de l’âge moyen des prêtres en Chine et dans de nombreux pays prend une tournure plus sombre avec le déclin des vocations : remplacer ceux qui meurent ou ceux qui vieillissent influence la vitalité des communautés.

    L’Église chinoise a perdu plusieurs prêtres et religieuses à un âge précoce. À titre d’exemple, Sœur Maraía Yang Hilin, de la Congrégation du Sacré-Cœur de Jésus, est décédée en mars 2022 à l’âge de 50 ans d’une maladie intestinale mal guérie dans le diocèse de Yixian, province du Hebei ; le prêtre Wu Junwei est décédé à l’âge de 59 ans à Yuncheng,

    Ces données sur l’âge des prêtres dans le monde soulignent que chaque effort des catholiques pour soutenir et accompagner les prêtres ou les religieuses aussi bien physiquement que moralement ainsi que la promotion des vocations, est une précieuse contribution au développement de nos communautés dans la foi et la charité.

  • Sur KTO : Arménie, le martyre silencieux de la première nation chrétienne

    IMPRIMER

    De KTO Télévision :

    Arménie : le martyre silencieux de la première nation chrétienne

    21/04/2023

    Dans l’émission Associons-nous ce mois-ci, l’Aide à l’Eglise en détresse attire notre attention sur les difficultés vécues par les Arméniens. Le conflit avec l’Azerbaïdjan autour du territoire du Haut-Karabagh a provoqué depuis septembre de nouveaux morts et des milliers de déplacés. L’unique route reliant le Haut-Karabagh à l’Arménie est bloquée par des Azéris. La population arménienne qui y réside manque de tout. L’acheminement de denrées alimentaires n’est plus possible. Les Eglises sont mobilisées en Arménie pour venir au secours de ces familles. Alors que le 24 avril marque la date de la mémoire du génocide arménien de 1915, la rédaction de KTO s’est rendue en Arménie pour recueillir le témoignage de ces chrétiens qui souffrent dans le silence médiatique et politique. Avec Tigrane Yegavian, chercheur au Centre français de recherche sur le renseignement, Thomas Oswald, Journaliste de l’Aide à l’Église en Détresse, et Diane Chambon, volontaire en Arménie avec l’AED. Participez à l’émission en envoyant vos questions à associons-nous@ktotv.com ou en direct sur les réseaux sociaux avec #AssocionsNous.