Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Société - Page 4

  • Pourquoi tant de jeunes catholiques sont fascinés par la liturgie

    IMPRIMER

    De Sophie Le Pivain sur le site de La Croix via le Forum catholique :

    Pourquoi la liturgie fascine tant les jeunes catholiques

    Enquête Les jeunes catholiques participent avec une assiduité fervente à la liturgie. « La Croix » a enquêté sur cette recherche de sacré dans l’ère postmoderne, qui se manifeste d’une manière apaisée, loin des querelles de leurs aînés.

    25/04/2024

    C’est un emploi du temps peu commun pour une jeune fille de son âge : étudiante en première année de droit à la fac de Caen (Calvados), Myriam, 19 ans, participe dès qu’elle le peut à la messe en semaine. Elle chante aussi les laudes et les complies avec ses camarades du foyer Saint-Gilles, tenu par la pastorale étudiante et installé au pied de l’abbaye aux Dames : « Prier et chanter en communauté, avec une belle liturgie, m’aide vraiment à me mettre en présence de Dieu », s’enthousiasme-t-elle. Et pourtant : si ces habitudes tranchent avec l’ensemble de ses contemporains, elles ne sont pas si rares parmi les jeunes générations de catholiques français.

    À Lille, ils sont ainsi 600 à 800 étudiants chaque semaine à pousser les murs de la chapelle de la Catho pour une messe célébrée à 22 heures à la lueur des bougies et animée par une chorale polyphonique, dans une ferveur « immense », rapporte avec étonnement La Voix du Nord du 16 mars dernier. Sur le réseau X, des catholiques en vue, et de toutes sensibilités, débattent et plaisantent avec flamme du format des prières universelles, du sens de l’octave pascale, du genre des servants de messe ou de l’innovation en matière de chant liturgique…

    La liturgie, bien mieux perçue « aujourd’hui qu’il y a quarante ans »

    C’est un fait : plus que leurs aînés, les jeunes catholiques accordent une place primordiale à la célébration de la liturgie dans la pratique de leur foi, comme le manifestent deux récents sondages parus dans La Croix : en mai 2023, 24 % des inscrits aux JMJ de Lisbonne affirmaient aller à la messe plusieurs fois par semaine. Quant aux futurs prêtres interrogés en décembre 2023, ils sont 70 % à placer la célébration des sacrements au cœur de leur mission, « devant la prédication ou la transmission des Écritures», même si un grand nombre d’entre eux a tenu à pointer en commentaire « le fait que les différentes missions au cœur de l’identité du prêtre sont indissociables».

    Ce constat est partagé par le père Gilles Drouin, directeur de l’Institut supérieur de liturgie à l’Institut catholique de Paris : «À 60 ans, j’en ai moi-même fait l’expérience : il est bien mieux perçu de se dire intéressé par la liturgie aujourd’hui qu’il y a quarante ans !», remarque-t-il. Pour lui, cet intérêt a dépassé les frontières du traditionalisme ou des milieux classiques où il était cantonné : « Auparavant, les activités des aumôneries tournaient plutôt autour de rencontres et de débats. Aujourd’hui, même les jeunes de la Mission de France demandent à leurs aumôniers davantage de célébrations. »

    Un lieu de conversion personnelle

    Pour beaucoup, cette assiduité s’accompagne d’un intérêt pour les rites et la gestuelle de la messe, avec un retour à des pratiques du passé. Dans les files de communion, il est devenu fréquent de voir des fidèles s’agenouiller pour communier sur la langue, et de nombreux jeunes prêtres reviennent à certaines formes liturgiques qui avaient été abandonnées, en revêtant par exemple un amict sous leur aube. Le succès du compte Instagram du père Timothée Pattyn, avec plus de 34 000 abonnés, témoigne encore de cet attrait pour l’aspect formel de la liturgie : sur fond de musique sacrée, les vidéos hebdomadaires de ce prêtre en soutane du diocèse de Lyon abordent avec pédagogie le sens théologique et spirituel des symboles liturgiques comme la chasuble, la pierre d’autel ou l’imposition des mains sur les offrandes. Ses commentateurs lui disent leur reconnaissance, et sollicitent de nouveaux éclairages sur les vêtements sacerdotaux ou les objets eucharistiques.

    Parfois, la liturgie est aussi le lieu d’une conversion personnelle, comme en témoigne Mathieu, 23 ans, qui a grandi dans une famille peu pratiquante, a animé des messes à l’invitation de son professeur de piano, et est aujourd’hui organiste à la cathédrale de Coutances (Manche) : «La liturgie dit quelque chose de ce qu’on pense de Dieu. Si l’on pense qu’il est beau, il est logique de vouloir lui rendre un peu de cette beauté », déclare-t-il. Jérémie, dont la mère est croyante non pratiquante et le père « plutôt bouffeur de curés », se dit lui aussi attaché au respect de la forme liturgique, après avoir fréquenté pendant ses années de lycée des communautés traditionalistes, et même lefebvristes, puis les dominicains de Bordeaux, par « soif d’absolu et de formation » : «Je crois que ce qui m’a toujours attiré dans la liturgie, c’est le sentiment très fort de la communion des saints avec les générations qui nous ont précédés », réfléchit ce quadragénaire du diocèse d’Aire-et-Dax (Landes), aujourd’hui père de famille.

    Lire la suite

  • RDC : Le cardinal Ambongo dans le viseur de la justice

    IMPRIMER

    Un article d'Hubert Leclercq dans "La Libre Afrique", le 28 avril 2024: l'éternel retour de la querelle entre l'Eglise et l'Etat:

    "Le procureur général près la Cour de Cassation, Firmin Mvonde Mambu, ordonne au procureur général près la Cour d’Appel de Kinshasa/Matete d’ouvrir une information judiciaire à charge du cardinal Fridolin Ambongo.

    L’Église catholique a toujours joué un rôle politique central au Zaïre et en République démocratique du Congo.

    Le cardinal Malula sous Mobutu, les cardinaux Etsou et Monsengwo de Mobutu à Joseph Kabila en passant par Laurent-Désiré kabila, les chefs de l’Église catholique ont toujours été des aiguillons pour la classe dirigeante qui a dû composer avec la liberté de parole des prélats et leur défense systématique des intérêts de la population congolaise.

    Ambongo, l’héritier

    ambongo-monsengwo-stade-261118-800px.jpgL’actuel cardinal Ambongo marche dans les traces de ses prédécesseurs avec un discours, pourtant parfois plus polissé que ceux qui l’ont  précédé, mais qui ose mettre le doigt sur ce qui ne va pas dans l’architecture de l’État congolais version Félix Tshisekedi.

    Une attitude inacceptable pour ce régime qui s’est toujours assis sur les normes pour assurer son pouvoir et imposer ses choix, qui a escamoté la vérité, jeté opposants et journalistes derrière les barreaux et qui a érigé la victimisation en premier argument de défense pour tenter de justifier tous ses manquements.

    La justice par le biais de son principal zélote, le procureur général près la Cour de cassation, Firmin Mvonde Mambu, personnage central dans l’assassinat converti en suicide de l’opposant Chérubin Okende, a donc adressé une missive au procureur général du tribunal de Grande instance de Kinshasa-Matete, dans laquelle il ordonne l’ouverture d’une information judiciaire à l’encontre du cardinal Fridolin Ambongo, archevêque de Kinshasa.

    Fuite en avant

    Le procueur Mvonde parle de « propos séditieux » tenus par le cardinal lors de ses diverses prises de parole publiques.

    Des propos que le magistrat juge de nature « à décourager les militaires des forces armées de la République qui combattent au front, mais aussi incitatifs à la maltraitance par les rebelles et autres envahisseurs des populations locales déjà meurtries par autant d’années de déstabilisation. »

    Le cardinal Ambongo, selon le courrier du procureur Mvonde, ne se serait pas présenté le 25 avril dans son bureau comme il y aurait été invité pour « un échange autour de certains dossiers en instruction ».

    Ce qui permet au magistrat d’ajouter « Devant l’évidence de ces comportements qui s’analysent en faits infractionnels envers et contre la patrie, son peuple et ses dirigeants et qui mettent à mal les lois de la République, je vous ordonne d’ouvrir une information judiciaire à charge du prélat qui violente les consciences et semble trouver plaisir à travers ces faux bruits et autres incitations des populations à la révolte contre les institutions établies et aux attentats contre les vies humaines. Agir autrement s’analysera en déni de justice de votre part, poursuit le magistrat, qui ajoute : votre inactivisme sera considéré comme un fait de complicité… »

    Lire la suite

  • Le pape François vient-il d'approuver le "shopping paroissial" ?

    IMPRIMER

    Du Père Raymond J. de Souza sur le National Catholic Register :

    Le pape François vient-il d'approuver le "shopping paroissial" ?

    COMMENTAIRE : L'anomalie canonique, suggérée par le Saint-Père dans une interview avec CBS News, était autrefois une anomalie mais est devenue la norme parmi les catholiques.

    25 avril 2024

    Dans une interview publiée mercredi, le Pape François a approuvé une pratique qui était autrefois mal vue mais qui est maintenant un phénomène robuste parmi les catholiques pratiquants : choisir sa propre paroisse.

    Le pape François a accordé une interview à Norah O'Donnell de CBS News - sa première interview télévisée avec une chaîne américaine. L'intégralité de l'entretien sera diffusée dans l'émission "60 Minutes" le mois prochain, mais des extraits ont été publiés mercredi, qui traitent des guerres en Ukraine et à Gaza, ainsi que du changement climatique. Les réponses du Saint-Père s'inscrivent dans la lignée de ses récents et fréquents commentaires sur ces questions.

    Ce commentaire ne sera pas considéré comme une nouvelle, mais il reste digne d'intérêt :

    "Je dirais qu'il y a toujours une place, toujours", a déclaré le pape François, s'adressant à ceux qui ne voient pas de place pour eux dans l'Église catholique. "Si dans cette paroisse le prêtre ne semble pas accueillant, je comprends, mais allez voir ailleurs, il y a toujours une place. Ne fuyez pas l'Église. L'Église est très grande. ... Il ne faut pas la fuir".

    Le pape François propose ce que l'on appelait autrefois, par dérision, le "shopping paroissial".

    En droit canonique, un catholique appartient à la paroisse sur le territoire de laquelle il réside. Il existe des exceptions à cette règle, notamment les "paroisses personnelles", dans lesquelles la paroisse inclut les personnes appartenant à certaines catégories "personnelles", telles que la langue, l'ethnie, les associations, le campus, les professions ou les traditions liturgiques. Mais il s'agit là d'exceptions. La norme veut que votre paroisse soit celle où vous vivez.

    À certaines époques de l'histoire récente, ce lien était si fort que les catholiques s'identifiaient à leur paroisse. "Je suis de Sainte-Croix", plutôt que le nom civique du quartier.

    Au cours des dernières décennies, la facilité des transports et la mobilité sociale ayant augmenté, le nombre de catholiques qui choisissent leur paroisse non pas en fonction de leur lieu de résidence, mais selon un autre critère, a augmenté. Les enquêtes indiquent généralement que l'horaire des messes tend à prédominer parmi ces raisons, mais la qualité et le style de l'architecture, de la prédication, de la musique et de la liturgie sont également des facteurs. Parfois, les programmes pour les enfants, les jeunes, les familles ou les personnes âgées sont déterminants. 

    Cette anomalie canonique est mise en évidence lors des baptêmes ou des mariages, pour lesquels le pasteur de la paroisse doit donner son accord. Le couple en question peut être totalement inconnu dans sa paroisse territoriale, car il a choisi de fréquenter une autre paroisse territoriale. Cela peut s'arranger, bien sûr, mais il faut le faire. 

    Cela vaut pour les catholiques pratiquants. Pour les couples - souvent la majorité - qui demandent le mariage ou le baptême et qui ne franchissent jamais la porte d'une église, il importe peu de savoir où ils ne vont pas. Ils sont aussi éloignés spirituellement de leur paroisse d'origine que de n'importe quelle autre.

    Pour les catholiques pratiquants de moins de 40 ans qui s'engagent à observer fidèlement l'obligation dominicale, des impressions anecdotiques suggèrent que la plupart d'entre eux choisissent leur paroisse non pas par territoire mais par préférence. Dans les grandes villes, les jeunes catholiques ont pris l'habitude de se rassembler dans quelques paroisses où ils créent des communautés de jeunes adultes dynamiques. 

    Lire la suite

  • Le Pape fait sa première interview sur une chaîne de télévision américaine

    IMPRIMER

    Du Catholic Herald :

    Le Pape fait sa première interview sur une chaîne de télévision américaine

    25 avril 2024

    En 11 ans de pontificat, le pape François a accordé sa première longue interview en tête-à-tête avec une chaîne de télévision américaine.

    Le 24 avril, le pape, âgé de 87 ans, s'est entretenu à Rome avec la présentatrice Norah O'Donnell de CBS (abréviation de Columbia Broadcasting System), l'un des principaux réseaux commerciaux de télévision et de radio aux États-Unis.

    Au cours de l'entretien, le pape a "partagé ses idées sur l'état du monde" et a parlé de "la guerre, la paix, la famine et le changement climatique", explique Norah O'Donnell dans une courte vidéo promotionnelle de CBS.

    Des extraits de l'interview "révolutionnaire" ont été diffusés dans le journal télévisé du soir de CBS mercredi soir, tandis qu'une version plus longue est prévue pour la célèbre émission "60 Minutes", suivie d'une émission spéciale d'une heure à une heure de grande écoute, qui sera diffusée le 20 mai.

    L'interview de CBS porte sur la prochaine Journée mondiale de l'enfance, rapporte Crux. Cette journée, qui se tiendra au Vatican les 25 et 26 mai, est organisée par le père franciscain Enzo Fortunato, récemment désigné par François comme le tout premier porte-parole de la basilique Saint-Pierre.

    Le pape a évoqué les conséquences négatives de la guerre sur les enfants, en se référant en particulier à l'Ukraine et en répétant un point qu'il a souvent soulevé dans le passé :

    "Ces enfants ne savent pas sourire", a déclaré le pape. "Je leur dis quelque chose, mais ils ont oublié de sourire. Et c'est très dur quand un enfant oublie de sourire. C'est vraiment très grave. Très grave."

    Après qu'on lui a demandé s'il avait un message pour Vladamir Poutine concernant la guerre en Ukraine, il a élargi sa réponse pour l'appliquer à tous les pays en guerre, y compris Gaza, réitérant ses appels insistants à un cessez-le-feu dans cette région et affirmant qu'"une paix négociée vaut mieux qu'une guerre sans fin", rapporte Crux.

    Plus tôt dans la conversation, on a demandé à François ce qu'il pensait de ceux qui décrivent la violence à Gaza comme un "génocide". Le pontife a simplement répété le terme, note Crux, puis a décrit comment il appelle la seule paroisse catholique de Gaza tous les soirs vers 19 heures, heure de Rome, pour faire le point, ajoutant qu'il avait récemment entendu dire que les gens se battaient pour les réserves de nourriture limitées qui parviennent dans la région.

    François a largement balayé les inquiétudes concernant son état physique, déclarant : "Ma santé est bonne". Il s'est également attaqué aux sceptiques du changement climatique. "Il y a des gens qui sont stupides, et qui sont stupides même si vous leur montrez des recherches, ils n'y croient pas", a-t-il déclaré. "Pourquoi ? Parce qu'ils ne comprennent pas la situation, ou parce qu'ils sont intéressés, mais le changement climatique existe.

    Interrogé sur la baisse des effectifs de l'Église catholique aux États-Unis, François a répondu par une version de sa réponse classique "de la place pour tout le monde". "Je dirais qu'il y a toujours une place, toujours. Si dans cette paroisse le prêtre ne semble pas accueillant, je comprends, mais allez voir ailleurs, il y a toujours une place", a déclaré François. "Ne fuyez pas l'Église. L'Église est très grande. C'est plus qu'un temple... il ne faut pas la fuir".

    Le pape a également évoqué la nécessité pour l'Église catholique de trouver un équilibre entre ses règles en matière d'avortement, de mariage homosexuel et de contraception et la nécessité d'être plus accueillante, selon le site web de CBS.

    Pendant l'interview, qui a duré une heure, le pape s'est exprimé en espagnol et ses réponses ont été traduites en anglais par un interprète.

  • 60 000 personnes se sont réunies place Saint-Pierre

    IMPRIMER

    De Vatican News (Jean-Benoît Harel) :

    François accueille «à bras ouverts» l'Action catholique italienne

    À l’appel de l’Action catholique italienne, 60 000 personnes se sont réunies place Saint-Pierre à Rome ce jeudi 25 avril, pour une rencontre avec le Pape François. Dans son discours, il a insisté sur l’importance de garder les bras ouverts pour accueillir toute personne, à l’image de l’étreinte du Père qui sauve.

    Une foule colorée, de tous âges et de toute l’Italie s’est amassée dans une ambiance joyeuse sur la place Saint-Pierre. Ce jeudi 25 avril, jour férié en Italie qui célèbre sa libération de l’occupation de l'Allemagne nazie et du pouvoir fasciste, 60 000 membres ou sympathisants de l’Action catholique italienne ont participé à l’audience du Pape François.

    Lors de son discours, le Saint-Père est revenu sur le titre de l’événement, «À bras ouverts», justement situé entre les colonnades du Bernin sur la place Saint-Pierre dont il est dit qu’elle s’ouvre pour embrasser le monde.

    Pour le Souverain pontife, «l'étreinte est l'une des expressions les plus spontanées de l'expérience humaine». La vie de l’homme s’ouvre avec l’étreinte de ses parents, a-t-il expliqué. Elle est suivie de nombreuses autres qui «donnent sens et valeur aux jours et aux années, jusqu'à la dernière, celle de quitter le chemin terrestre». Le Souverain pontife a insisté sur «la grande étreinte de Dieu» à l’image de la parabole du Père miséricordieux (cf. Lc 15) , et a distingué entre trois types d’étreinte: celle qui manque, celle qui sauve et celle qui change la vie.

    Le chemin de l'étreinte est le chemin de la vie

    Face aux membres de l’Association catholique italienne engagés dans le service auprès des plus pauvres, François a déploré les «étreintes qui manquent», qui se heurtent à des résistances ou des fermetures, et qui engendrent les guerres. «Oui, à l'origine des guerres, il y a souvent des étreintes manquées ou refusées», a-t-il insisté, encourageant les membres de l’AC à «témoigner à tous que le chemin de l'étreinte est le chemin de la vie».

    Le Pape s’est ensuite intéressé à «l’étreinte qui sauve», d’abord humaine mais surtout spirituelle, car Dieu vient sauver chacun, avec «l'étreinte miséricordieuse du Dieu qui sauve, du Père bon qui s'est révélé en Jésus et dont le visage se reflète dans chacun de ses gestes, de pardon, de guérison, de délivrance, de service».

    “Ne perdons donc jamais de vue l'étreinte du Père qui sauve, paradigme de la vie et cœur de l'Évangile, modèle de la radicalité de l'amour, qui se nourrit et s'inspire du don gratuit et toujours surabondant de Dieu. Laissons-nous embrasser par Lui, comme des enfants pour pouvoir embrasser nos frères et sœurs avec la même charité.”

    L’étreinte de la charité

    À l’image de nombreux saints bouleversés par une étreinte, comme saint François qui décide de tout quitter pour suivre le Seigneur, après avoir embrassé un lépreux, «l’étreinte de la charité» doit être le «dénominateur commun de la vie associative», de l’Action catholique italienne. «Qu'elle façonne tous vos efforts et votre service, afin que vous viviez fidèles à votre vocation et à votre histoire», a lancé le Pape François devant une place Saint-Pierre remplie de drapeaux et de banderoles.

    Pour l’évêque de Rome, en se faisant témoins de la charité, les membres de l’Action catholique italienne pourront «donner des signes concrets de changement selon l'Évangile, au niveau social, culturel, politique et économique» dans leurs différents contextes. Il les encourage à faire grandir la culture de l’accueil «en renouvelant les relations familiales et éducatives, les processus de réconciliation et de justice, les efforts de communion et de coresponsabilité, en construisant des liens pour un avenir de paix».

    L'importance de la synodalité

    Enfin, le Pape trace un parallèle entre cette rencontre avec des personnes de tous âges et de tous horizons, et le Synode qui approche de sa dernière phase avec la seconde session prévue en octobre 2024. «Mais l'aspect le plus important de ce Synode est la synodalité. Les sujets, les thèmes, doivent mettre en avant cette expression de l'Église qu'est la synodalité. C'est pourquoi il faut des hommes et des femmes synodaux, qui sachent dialoguer, interagir, chercher ensemble», a-t-il expliqué.

    Après cette rencontre avec François, un millier de responsables de l’Action catholique italienne se réuniront jusqu’au 28 avril pour leur 18e assemblée nationale. L’association forte de plus de 200 000 membres est présente dans plus de 5000 paroisses italiennes.

  • La loi « anti haine » écossaise : un kit totalitaire pour « Big Brother » en kilt

    IMPRIMER

    De Ludovic Lavaucelle sur la Sélection du Jour :

    Loi « anti haine » écossaise : un kit totalitaire pour « Big Brother » en kilt

    Le gouvernement écossais poursuit son combat pour une « société bienveillante »Sa priorité est de mener une lutte implacable contre la « haine » qui – semble-t-il – est un cancer qui ronge le pays. « Police Scotland » a déjà le droit de répertorier les « incidents haineux non criminels » — sur la simple dénonciation de plaignants depuis la promulgation du Hate crime and public ord act de 2021. Les faits importent peu : seule la perception de la personne offensée compte… Pas assez pour combattre la menace qui s'étend sur les terres calédoniennes au nord du mur d'Hadrien – si l'on en croit le gouvernement d'Édimbourg. Les parlementaires ont approuvé le renforcement de la loi avec des mesures plus radicales applicables depuis le 1er avril 2024. Toute attitude « haineuse » envers des catégories de personnes listées par le gouvernement (la race, l'âge, l'infirmité, la religion et l'identité transgenre) devient passible de poursuite criminelle. Et ce n'est pas tout… La police écossaise est tellement bienveillante qu'elle s'inquiète que les membres de ces communautés n'osent pas porter plainte dans un commissariat. D'où l'ouverture de « centres de dénonciation délocalisés » à travers le pays. On note dans la liste qu'un sex-shop de Glasgow aura, près de ses rayons, un comptoir dédié aux dépôts de plaintes…

    Ce renforcement de la loi a été accompagné d'une campagne à la télévision – tellement infantilisante qu'elle a vite été tournée en ridicule par le grand public… On y voit un étrange personnage (dont le poil tend vers le roux) – le « Monstre haineux » qui habiterait les âmes de tous les Écossais et que le gouvernement invite à combattre. Sous peine de condamnation criminelle tout de même. « Vous vous sentez frustré, fragile ? Votre situation sociale vous met en colère ? » C'est parce que vous laissez grandir en vous le « Monstre haineux » bien sûr ! Rien à voir avec les décisions des gouvernants si l'économie est en berne et le chômage largement au-dessus du taux moyen au Royaume-Uni…

    Malgré la polémique, le Premier Ministre Humza Yousaf est très enthousiaste et souligne que cette nouvelle étape va conduire l'Écosse vers des lendemains enchantés. Les cibles prioritaires sont tout à la fois la lutte contre l'islamophobie et contre la transphobie, une sorte de haggis (spécialité locale odorante à base de tripes) à la pointe du wokisme. La Française Sandrine Rousseau doit être ravie puisque cette loi s'applique au sein même des foyers : des enfants sont encouragés à dénoncer les propos de leurs parents au centre de dénonciation le plus proche… L'universitaire Kathleen Stock note pour UnHerd (voir l'article en lien) que la liste des communautés n'inclut pas le sexe mais protège explicitement ceux qui se travestissent. Il est réconfortant, dit-elle, que les femmes en pantalons soient enfin mieux protégées quand leurs congénères en mini-jupe ne rencontrent jamais de problèmes dans la rue… Les transsexuels représenteraient 0,18 % de la population et sont au centre des préoccupations de leur gouvernement.

    La loi anti haine écossaise est bâtie sur des fondations particulièrement vagues. Ses promoteurs, dont le Premier Ministre en exercice, sont capables tout à la fois d'affirmer avec gravité que la réalité biologique du sexe n'existe pas et que la « haine » est un crime que la législation peut contrôler… J.K. Rowling, célèbre auteur de Harry Potter qui réside en Écosse, s'est indignée de ce nouveau coup de boutoir aux relents totalitaires. Déjà mise à l'index par son éditeur pour avoir osé affirmer sur les réseaux sociaux que la binarité sexuelle était une réalité naturelle, elle a défié la police de l'arrêter pour « crime de haine ». Très embarrassé, le gouvernement a fait savoir qu'il ne comptait pas intenter de poursuites à son encontre.

    La cible de la campagne "don't feed hate" (« ne nourrissez pas la haine ») est claire : les jeunes hommes de 18 à 30 ans, tout particulièrement ceux issus des classes populaires. L'insécurité et le désœuvrement ne sont, pour les élites d'Édimbourg, que des « sentiments » qui conduisent à la « haine » — qui n'est pour sa part plus un sentiment mais un crime. Il s'agit, grâce à cette loi, de libérer ces jeunes gens de l'influence néfaste de leur famille pour accueillir la société bienveillante aménagée brique par brique par les élites aux affaires.

    Face à la levée de boucliers, le gouvernement et les ONG qui soutiennent cette loi cherchent à rassurer. Rebecca Crowther, qui dirige l'antenne écossaise de l'ONG Equality Network, demande du calme… Selon elle, il ne s'agit pas d'empêcher la liberté d'expression mais uniquement de punir les « abus ». Mais qui décide de ce qui constitue un « crime de haine » ? Le gouvernement botte en touche : il suffit de prendre un point de vue « raisonnable ». Est-il donc « raisonnable » de prendre en compte pour seuls critères de condamnation les émotions d'individus offensés ? George Orwell, auteur du célèbre 1984, aurait des choses à répondre. D'autant plus qu'il a écrit son chef d'œuvre sur une île écossaise...

    Pour aller plus loin :

    La loi écossaise sur les crimes de haine

    >>> Lire l'article sur UnHerd

  • Des incendiaires brûlent les maisons de chrétiens égyptiens assiégés

    IMPRIMER

    De Martin Barillas sur CNA :

    Des incendiaires brûlent les maisons de chrétiens égyptiens assiégés

    24 avril 2024

    Des extrémistes musulmans ont incendié plusieurs maisons de chrétiens à Minya, une province du sud de l'Égypte, dans le cadre d'une poursuite des violences antichrétiennes, moins de deux semaines avant la célébration de Pâques par les chrétiens orthodoxes. 

    Selon The New Arab, les fanatiques antichrétiens n'ayant pas réussi à déposséder les chrétiens de leurs maisons en représailles à la tentative de construction d'une église dans le village d'Al-Fawakher, ils ont procédé à l'incendie des maisons dans la soirée du 23 avril.

    Sur son compte Twitter officiel, l'évêque copte orthodoxe Anba Macarius a écrit le 24 avril que les forces de sécurité égyptiennes "ont maîtrisé la situation, arrêté les instigateurs et les auteurs", et que le gouvernement "indemnisera les personnes touchées et demandera des comptes aux auteurs". 

    Après avoir noté que le calme règne désormais à Al-Fawakher, M. Macarius a ajouté : "Que Dieu protège notre cher pays, l'Égypte, de tout mal". 

    CNA a contacté les autorités de l'Église orthodoxe copte mais n'a pas reçu de réponse au moment de la publication. Des vidéos des maisons en feu ont été diffusées sur les médias sociaux, avec de la musique de célébration et des paroles en arabe.

    Le christianisme en Égypte remonte aux origines de la foi et près de 10 % des 111 millions d'habitants du pays sont chrétiens. La plupart des chrétiens égyptiens appartiennent à l'Église copte orthodoxe, tandis qu'environ 2,5 % appartiennent à l'Église copte catholique et à d'autres églises particulières. 

    Les chrétiens constituent la plus grande minorité en Égypte, et Macarius dirige les chrétiens coptes de la province de Minya, où vivent environ un tiers des chrétiens du pays. Il a survécu de justesse à une tentative d'assassinat il y a plus de dix ans. 

    L'organisation Open Doors, qui surveille la persécution des disciples du Christ, classe l'Égypte au 38e rang des pays les plus dangereux au monde pour les chrétiens. En 2018, sept chrétiens ont été tués par des terroristes musulmans qui ont attaqué un bus transportant des pèlerins. En 2017, des terroristes de l'État islamique ont fait exploser deux églises coptes orthodoxes, tuant plus de 40 personnes. Et en décembre 2016, un terroriste a fait exploser une bombe, se tuant lui-même ainsi que 189 fidèles à l'église Saints Pierre et Paul, blessant plus de 400 autres personnes. 

    Lors de sa visite en Égypte en 2017, le pape François a célébré une messe pour la petite communauté catholique et a appelé les chrétiens à pardonner les atrocités. Les relations entre le Vatican et l'Église copte orthodoxe, dont le chef est le pape Tawadros II, se sont améliorées ces dernières années. 

    Au début de l'année, le pape François a reconnu la canonisation par l'Église copte orthodoxe de 21 martyrs coptes orthodoxes de Libye. 

    L'année dernière, le pape Tawadros II a célébré une Divine Liturgie à l'Archibasilique Saint-Jean-de-Latran, où il a prononcé une homélie sur l'unité des chrétiens. Depuis lors, cependant, Tawadros II a réduit ses relations avec le Vatican à la suite de la publication en décembre 2023 de Fiducia Supplicans.

    La Commission américaine pour la liberté religieuse internationale (USCIRF), tout en notant que le gouvernement du président Abdel Fattah El-Sisi a nommé le tout premier chrétien à la Cour constitutionnelle suprême et a également condamné un musulman extrémiste meurtrier d'un prêtre, a critiqué la "lenteur des approbations pour l'arriéré des demandes de légalisation", qui permettraient la construction de nouvelles églises. L'Égypte figure sur la liste de surveillance spéciale de l'USCIRF pour avoir toléré de graves violations de la liberté de religion.

    En 2016, le parlement égyptien a adopté la loi sur la construction des églises, censée légaliser ce type de construction avec des permis.

    Martin Barillas est écrivain et traducteur. Il a été diplomate américain en Europe et en Amérique du Sud. Catholique depuis toujours, il vit dans le Michigan avec sa femme Alice, leurs quatre enfants et leur petit-enfant. Il a écrit sur divers sujets, notamment les droits de l'homme, la politique et la religion. Il est également romancier.

  • Quand le spectre de l’anticommunisme hantait le pilier catholique

    IMPRIMER

    De Paul Vaute sur "le Passé belge" :

    Quand le spectre de l’anticommunisme hantait le pilier catholique

    Le soutien unanime aux insurgés hongrois en 1956 a cédé la place, dès la décennie suivante, aux attitudes plus hésitantes ou réticentes des organisations catholiques face aux dissidents de l’Est. L’Aide à l’Eglise en détresse a fait exception. L’intérêt est revenu dans les années ’80, mais articulé avec peine aux causes du tiers-monde (1956-1989)

       Entre la mobilisation du monde catholique en faveur des Hongrois en 1956 et les hésitations, voire les réticences, des organismes du même monde à soutenir les dissidents de l’Est dix ans ou vingt ans plus tard, c’est peu dire que le contraste est singulier. Il ressort tout particulièrement d’une étude de  Kim Christiaens et Manuel Herrera Crespo [1].

    Lire la suite sur le Passé belge

  • Cardinal Fernández : un nouveau document sur les apparitions est « en cours de finalisation »

    IMPRIMER

    Édouard Pentin  sur le National Catholic Register :

    23 avril 2024

    "La dernière fois que le bureau doctrinal du Vatican a publié un document général sur les apparitions, c'était en 1978, pendant les derniers mois du pontificat du pape Paul VI.

    Le Dicastère pour la Doctrine de la Foi met la touche finale à un nouveau document qui énonce des règles claires sur le discernement des apparitions et autres événements surnaturels similaires.

    Le préfet du dicastère, le cardinal Víctor Fernández, a déclaré au Registre le 23 avril que lui et son équipe sont « en train de finaliser un nouveau texte avec des lignes directrices et des normes claires pour le discernement des apparitions et d'autres phénomènes ».

    Le cardinal, qui a rencontré le pape François en audience privée lundi, n'a pas divulgué plus de détails sur le document, ni exactement quand il sera publié.

    La dernière fois que le bureau doctrinal du Vatican a publié un document général sur les apparitions, c'était en 1978, pendant les derniers mois du pontificat du pape Paul VI.

    Dans « Normes concernant la manière de procéder pour le discernement des apparitions ou révélations présumées », la Congrégation alors sacrée pour la doctrine de la foi, dirigée par le cardinal croate Franjo Šeper, a décrit le processus suivi par l'Église catholique lorsqu'elle enquête sur des apparitions ou révélations présumées. 

    Le document précise que la responsabilité de l'Église est d'abord de juger les faits, puis d'autoriser la dévotion publique si l'examen est favorable, et enfin de porter un jugement sur l'authenticité et le caractère surnaturel de l'événement.

    Le document décrit les critères positifs et négatifs pour juger de l'authenticité de tels phénomènes, ainsi que le moment et la manière dont les autorités ecclésiastiques compétentes devraient être impliquées, y compris éventuellement le Saint-Siège. Il a souligné qu’une « extrême prudence » devait être utilisée lors de l’enquête sur les faits.

    Le document le plus récent du Vatican concernant les apparitions a été publié en 2001 par la Congrégation pour le Culte Divin et la Discipline des Sacrements. Dans un « Directoire sur la piété populaire et la liturgie : principes et lignes directrices », la congrégation s'est inspirée du Catéchisme de l'Église catholique et de ses références à la révélation privée.

    Ce passage (n° 67) déclare que les révélations privées « n'appartiennent pas… au dépôt de la foi », et ajoute que ce n'est pas leur rôle « d'améliorer ou de compléter la Révélation définitive du Christ, mais d'aider à vivre plus pleinement d'elle dans un certaine période de l’histoire. »

    Le Catéchisme ajoute :

    « Guidé par le Magistère de l’Église, le sensus fidelium sait discerner et accueillir dans ces révélations ce qui constitue un authentique appel du Christ ou de ses saints à l’Église. »

    Le pape saint Pie X a également évoqué les apparitions dans son encyclique Pascendi Dominici Gregis de 1907 , dans laquelle il déclarait que l'Église fait preuve d'une grande prudence en la matière, permettant que de telles traditions ne soient « racontées » qu'avec prudence et en précisant que l'Église ne le fait pas. garantir la véracité des faits relatés.

    Dans un article sur les « Révélations privées » rédigé en 1913, l'Encyclopédie catholique déclarait que des révélations privées se produisent constamment parmi les chrétiens et que lorsque l'Église les approuve, elle déclare seulement qu'il n'y a rien de contraire à la foi ou à la morale, mais n'impose pas une obligation de les croire.

    Le mois dernier, le DDF a publié un décret « longtemps caché » datant de 1951, qui déclarait que la prétendue apparition en 1948 aux Philippines de la Vierge Marie à Lipa – également connue sous le nom de Notre-Dame de la Médiatrice de toutes les grâces – n'était pas surnaturelle.

    Depuis de nombreuses années, l’apparition est une source de tensions entre ceux qui la croient authentique et la hiérarchie catholique aux Philippines.

    L'apparition présumée, au cours de laquelle la Vierge Marie serait apparue à une postulante carmélite déchaussée de 21 ans, sœur Teresita Castillo, dans la ville de Lipa, pendant 15 jours à compter du 12 septembre 1948, a fait l'objet d'une enquête et a été renvoyée à Rome, après quoi le Le Vatican a déclaré que ce n'était pas surnaturel.

    Dans une déclaration accompagnant la publication du décret, le cardinal Fernández a souligné que Mère Marie-Cécile de Jésus du couvent des Carmes Déchaux de Lipa avait, en 1951, avoué « avoir trompé les fidèles sur les prétendues apparitions de Lipa et avait par conséquent demandé pardon ». 

    Le DDF a rendu public le décret de 1951 après qu’un prêtre exorciste dominicain, le père Winston Cabading, ait été poursuivi aux Philippines pour « offense aux sentiments religieux » après avoir discrédité l’apparition de Lipa. Un juge a rejeté les poursuites contre lui pour insuffisance de preuves."

  • “Exploitation de la GPA” : une forme de traite des êtres humains selon le Parlement européen

    IMPRIMER

    Une synthèse de presse de gènéthique.org :

    “Exploitation de la GPA” : une forme de traite des êtres humains selon le Parlement européen

    23 avril 2024
     

    Le 23 avril, le Parlement européen a voté, avec 563 voix pour et 7 contre, en faveur du projet de révision de la Directive européenne de 2011 sur la traite des êtres humains incluant « l’exploitation de la gestation pour autrui » mais aussi l’adoption illégale et le mariage forcé dans la liste des « eurocrimes » (cf. Le Parlement européen reconnaît la GPA comme une forme de traite des êtres humains). Désormais la GPA fera partie de la liste « minimum » des actes que les Etats doivent sanctionner comme relevant de la traite des êtres humains (cf. Parlement européen : la GPA en débat ?).

    « En ce qui concerne la traite aux fins de l’exploitation de la gestation pour autrui, la présente directive cible les personnes qui forcent les femmes à être mères porteuses ou qui les amènent à agir ainsi par la ruse » précise le texte adopté (cf. Des experts de 75 pays demandent l’abolition de la GPA).

    Dans un communiqué de presse publié le 23 avril, l’association Juristes pour l’enfance a tenu à rappeler que « la gestation pour autrui est toujours une exploitation de la personne de l’enfant et une atteinte à ses droits ». « Le principe même de la gestation pour autrui, à savoir la commande et la remise d’un enfant, que ce soit à titre rémunéré ou non, est toujours une atteinte à la dignité de l’enfant et à sa filiation » ont expliqué les membres de l’association. La GPA est également « une forme de contrainte, qu’elle soit économique, affective ou familiale » et « une forme de tromperie » pour les mères porteuses.

    Les nouvelles dispositions entreront en vigueur 20 jours après leur publication au Journal officiel de l’Union européenne. Puis les Etats membres disposeront de deux ans pour les mettre en œuvre.

    -----------------

    Sources : Le Progrès (23/04/3024) ; Juristes pour l’Enfance, communiqué de presse (23/04/2024)

  • Marguerite Stern et Dora Moutot alertent sur les dérives de l’idéologie transgenre

    IMPRIMER

    Du site "Pour une école libre au Québec" :

    Marguerite Stern et Dora Moutot alertent sur les dérives de l’idéologie transgenre (Le Figaro)

    Figures du féminisme à la fin des années 2010, Marguerite Stern et Dora Moutot ont pris leur distance avec les mouvements qu'elles côtoyaient, tant ces derniers leur sont apparus gangrénés par l'idéologie transgenre. Aujourd'hui, elles tentent d'alerter sur les dérives de cette idéologie et des dommages qu'elle peut causer pour les plus jeunes et les plus vulnérables.

    Dora Moutot et Marguerite Stern, essayistes et auteures de l'ouvrage « Transmania. Enquête sur les dérives de l'idéologie transgenre » aux éditions Magnus, répondent aux questions de Dimitri Pavlenko.

  • Pourquoi l'avenir du christianisme ne devrait pas nous alarmer

    IMPRIMER

    Une tribune de Jean Duchesne sur aleteia.org :

    Contre l’alarmisme sur l’avenir du christianisme

    23/04/24

    L’avenir du christianisme ne dépend pas de l’évolution de la pratique religieuse évaluée par les historiens et les sociologues. L’Église est bien plus qu’un fait mesurable, rappelle l’essayiste Jean Duchesne.

    Il y a bientôt un demi-siècle (c’était en 1977), l’historien Jean Delumeau, déjà professeur au Collège de France, plus tard membre de l’Institut (en 1988) et presque centenaire (né en 1923, il est décédé en 2020), publiait chez Hachette un essai au titre provocant : Le Christianisme va-t-il mourir ? Sa réponse était bien moins alarmiste. Elle peut se résumer en une citation (p. 149) : “Le Dieu des chrétiens était autrefois beaucoup moins vivant qu’on ne l’a cru et qu’il est aujourd’hui beaucoup moins mort qu’on ne le dit.” Le grand spécialiste de La Peur en Occident (qu’il voyait culminer entre le XIVe et le XVIIIe siècle dans un gros ouvrage sorti chez Fayard en 1978) dirait-il autre chose à présent que l’indifférence et l’analphabétisme religieux ne cessent de progresser de façon apparemment implacable ?

    Sans doute n’y a-t-il effectivement pas lieu de faire de l’époque de la chrétienté ou d’avant Vatican II un âge d’or malheureusement révolu, où la croyance et l’appartenance à l’Église étaient largement majoritaires. Cette nostalgie ne conduit qu’à tout miser en esthétique sur un style néogothique et intellectuellement sur une scolastique néothomiste, mais cette architecture systématisée et mécaniquement symétrique n’a pas la souple variété ni la créativité des cathédrales médiévales. Et ce système philosophico-théologique qui se veut intemporel évacue sans les prendre en compte, comme le faisait pourtant saint Thomas d’Aquin, les difficultés soulevées par les recherches du moment.

     

    Lire la suite sur Aleteia.org