Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Société - Page 5

  • A Houston, une approche véritablement catholique des « études de genre »

    IMPRIMER

    De David Paul Deavel sur le CWR :

    Une approche véritablement catholique des « études de genre »

    Pourquoi le nouveau programme de maîtrise en études catholiques sur les femmes et le genre à l'Université de St. Thomas à Houston est une première en son genre et un programme entièrement catholique.

    10 juin 2024

    Bien que juin soit le mois consacré par de nombreux catholiques au Sacré-Cœur de Jésus, les post-chrétiens et les chrétiens « libéraux » ont décidé de promouvoir le « Mois de la Fierté », une période de célébration et de promotion d'une vision très étrange de l'être humain qui porte désormais les initiales LGBTQ. Ou, dans de nombreux cas, une série de lettres beaucoup plus longue suivie d'un signe plus - LGBTQIAA+ en est un exemple courant. Ces lettres désignent soit des passions sexuelles qui déterminent en quelque sorte le centre de l'identité d'une personne, soit des « identités de genre », c'est-à-dire des prétentions à être autre chose que son propre sexe biologique sur la base d'une sorte de sentiment interne mystérieux.

    Tout cela est à la fois troublant et très déroutant, d'autant plus qu'il y a des ecclésiastiques et des universitaires catholiques qui promeuvent cette vision du monde dans laquelle notre statut d'image de Dieu, créée mâle et femelle, est considéré comme dépassé. D'autant plus que tant d'autorités juridiques, médicales et même spirituelles promeuvent aujourd'hui des comportements sexuels qui dénaturent notre nature et même des opérations chirurgicales qui mutilent des corps sains pour que les hommes, les femmes et même les enfants ressemblent au sexe opposé. Les gens parlent de la période médiévale comme de « l'âge des ténèbres », mais malgré les merveilles technologiques dans lesquelles nous vivons, notre époque est vraiment sombre.

    Nous savons aussi que même ceux qui n'ont pas adopté l'ensemble de ces idéologies destructrices ont souvent absorbé une bonne partie de ce dont ils sont issus. Même lorsqu'ils n'ont pas oublié ce qu'est une femme, les partisans de nombreuses versions laïques du « féminisme » ont promu l'idée que l'avortement et la contraception sont nécessaires à la santé et à l'épanouissement des femmes. Ils ont également dit aux femmes que si elles ne donnaient pas la priorité à leur carrière plutôt qu'à leur famille, elles étaient des traîtresses. Et ils ont souvent fait comprendre que les politiques publiques qui ne permettent pas et même ne promeuvent pas ces positions sont « anti-femmes ».

    Que pouvons-nous faire ? S'il est tentant de se lamenter sur cette folie et d'essayer de s'y soustraire, ce n'est vraiment pas une option pour la plupart d'entre nous. Nous avons besoin de réponses pour nos enfants, à qui ces messages sont transmis dans de nombreuses écoles publiques (et, malheureusement, même dans certaines écoles catholiques). Nous devons trouver des moyens de répondre aux pressions qui nous poussent à capituler devant les demandes qui nous sont faites à notre travail et dans les lieux publics d'affirmer de mauvaises idées ou de faire des choses pour les promouvoir. Et nous devons trouver comment promouvoir des politiques qui conduiront réellement à l'épanouissement des hommes et des femmes.

    Lire la suite

  • Comment l’OMS fait tout pour limiter la démographie mondiale

    IMPRIMER

    Du site de l'ECLJ :

    Publié par l’Harmattan et écrit par notre chercheur associé, Louis-Marie Bonneau, sous la direction de Grégor Puppinck, avec une préface de Giuseppe Benagiano:

    L'OMS ET LE PROGRAMME DE REPRODUCTION HUMAINE, 1950-2020 : 70 ans de politique démographique

    Commander le livre sur le site de l'Harmattan.

    Il s’agit de la première étude historique complète sur le plus grand programme de l’ONU visant à limiter et contrôler la croissance de la population mondiale.

    Qu’est-ce que le HRP?

    Comme vous le savez peut-être, Paul R. Ehrlich a publié en 1968 le best-seller "La bombe démographique" (The Population Bomb). La thèse catastrophiste de ce livre était que la croissance de la population mondiale conduirait à une famine dans les années 70 et 80, entraînant la mort de centaines de millions de personnes et à l’effondrement de l’humanité dans une guerre thermonucléaire… à moins que des mesures drastiques ne fussent prises pour limiter la croissance de la population.

    Le « Programme de reproduction humaine » (Human Reproduction Programme, HRP) fut la réponse de l’ONU à cette soi-disant menace démographique.

    Pendant plus de cinq décennies, le HRP a pris des mesures pour mettre au point des abortifs et des contraceptifs, dont plusieurs sont largement utilisés aujourd’hui, tout en promouvant ces produits sous un discours de progrès pour les femmes et les droits de l’homme.

    Le HRP a commencé ses activités avec des millions de dollars provenant des pays occidentaux et de puissantes fondations privées (Ford, IPPF...), en tant qu’autorité scientifique mondiale. Le programme a produit de nombreuses lignes directrices et guides pour influencer les politiques publiques en matière de « santé sexuelle et reproductive ». Il a largement contribué au développement de différentes méthodes contraceptives et abortives utilisées aujourd’hui, comme la pilule du lendemain, les dispositifs intra-utérins, les produits stérilisants et l’avortement médicamenteux par mifépristone et misoprostol. Il a aussi travaillé au développement de produits qui, aujourd’hui, ne sont pas encore sur le marché, comme les vaccins contraceptifs. Le HRP a ainsi joué un rôle clé dans le développement de ces méthodes et pour leur acceptabilité sociale.

    Depuis les années 2010, alors que les financements privés ont pris le pas sur les financements étatiques, le HRP a progressivement abandonné ses activités scientifiques pour se concentrer davantage sur les questions de liberté sexuelle. Nous vous avions expliqué il y a 2 ans, comment le HRP promouvait l’avortement à la demande et sans condition jusqu’au terme de la grossesse. Il continue aujourd’hui encore, de faire des recommandations aux pays qui les reçoivent avec l’autorité scientifique de l’OMS.

    Ce livre, rédigé à partir de témoignages et de documents officiels, révèle l’importance de ce programme de reproduction. Nous en discutons dans cette nouvelle vidéo ci-dessus, avec Louis-Marie Bonneau.

  • L’antisémitisme en Belgique est à son plus haut niveau

    IMPRIMER

    D'Alain Destexhe sur Causeur via Artofuss :

    L’antisémitisme en Belgique à son plus haut niveau 

    « Certains chiffres donnent une image mitigée du « vivre ensemble » à la belge tant vantée par les médias et les acteurs politiques », observe l’institut Jonathas, créé après les massacres du 7 octobre 

    6 juin 2024

    Selon un sondage IPSOS pour l’Institut Jonathas, 14% des Belges expriment une aversion pour les Juifs, deux fois plus que les Français. Ce chiffre monte à 22% à Bruxelles où 11% de la population a de la sympathie pour le Hamas. Alarmant.


    On savait l’antisémitisme répandu en Belgique, ce sondage en apporte une nouvelle confirmation et montre que la perception des juifs s’est encore beaucoup dégradée depuis le 7 octobre avec l’augmentation d’actes antisémites, dénoncés par La Ligue Belge contre l’antisémitisme. Ce qui frappe dans le sondage, c’est qu’à chaque question, le préjugé antisémite est beaucoup plus important à Bruxelles qu’au niveau national : la capitale de la Belgique et de l’Europe compte 30 à 40% de musulmans.

    Affolant

    Ainsi, 16% des Bruxellois pensent qu’il y a trop de juifs en Belgique (contre 11% au niveau national), 29% qu’ils sont responsables des crises économiques (14%), 48% qu’ils se sentent supérieurs aux autres (34%), 47% qu’ils font subir aux Palestiniens ce que les Allemands ont fait subir aux juifs (35%).

    Sur l’ensemble du pays, 43% des musulmans pensent que «les Juifs belges ne sont pas vraiment des Belges comme les autres». 

    Ces chiffres sont affolants. Le constat n’est cependant pas sans défaut. Les conclusions de l’étude minimisent le facteur central de l’antisémitisme contemporain en Belgique qui est l’implantation, relativement récente, de l’islam.

    Elle met sur le même pied comme coresponsables de cette situation les musulmans, l’extrême droite et l’extrême gauche, ces deux dernières étant définies selon une méthode propre à l’Ipsos et représentant respectivement 4 et 2% de l’échantillon. Pourtant, l’extrême gauche et la gauche en Belgique, comme en France, ont pris massivement fait et cause pour les Palestiniens dans le conflit à Gaza, leurs actions s’accompagnant souvent de débordements antisémites.

    À l’inverse, le Vlaams Belang en Belgique et le Rassemblement national en France (...) qualifiés d’extrême-droite, ont plutôt montré de la sympathie envers Israël et n’ont été à l’origine d’aucun dérapage antisémite depuis le 7 octobre. Sans doute que ce nouvel Institut Jonathas, créé au début de l’année 2024, par des personnalités libérales de gauche, éprouve encore quelques difficultés à se débarrasser des anciens logiciels assimilant l’antisémitisme à la chrétienté ou à l’extrême droite.

    De nombreux autres signaux témoignent de cette triste réalité que les juifs ne sont plus en sécurité à Bruxelles. Les lieux communautaires juifs sont protégés par des plots de béton, des caméras et un sas d’entrée. Alors que le voile est omniprésent dans l’espace public bruxellois (porté par plus de la moitié des femmes dans certains quartiers), on ne voit plus de kippa dans les rues de Bruxelles. Une école juive située près de la Gare du Midi, quartier à dominante musulmane, a dû déménager après la multiplication d’incidents mettant en danger les adolescents juifs qui prenaient le métro. La Shoah n’est plus enseignée depuis belle lurette dans la majorité des écoles de Bruxelles. Sur le campus de la mal nommée Université Libre de Bruxelles, des étudiants juifs ont été harcelés et molestés après le 7 octobre.

    Lire la suite

  • Les consciences éveillées changent l'histoire

    IMPRIMER

    De George Weigel sur First Things :

    LES CONSCIENCES ÉVEILLÉES CHANGENT L'HISTOIRE

    5 juin 2024

    Il y a quarante-cinq ans, le New York Times examinait d'un œil critique les trois premiers jours du retour du pape Jean-Paul II dans sa patrie polonaise. Lisant les signes de l'époque à travers la sagesse conventionnelle du jour, la Dame grise a ensuite offert un jugement typiquement ex cathedra, dans un éditorial du 5 juin 1979 : « Autant la visite de Jean-Paul II en Pologne doit revigorer et réinspirer l'Église catholique romaine en Pologne, autant elle ne menace pas l'ordre politique de la nation ou de l'Europe de l'Est ».

    Oups.

    Tout d'abord, l'Église polonaise n'avait pas besoin d'être revigorée ou réinspirée en juin 1979 - elle était l'Église locale la plus forte derrière le rideau de fer, le dépositaire de l'identité nationale authentique de la Pologne et une épine constante dans le pied des autorités communistes. (Staline avait déclaré qu'essayer de rendre la Pologne communiste revenait à mettre une selle sur une vache, ce qu'il ne savait pas). Il était loin de s'en douter).

    Quant à « l'ordre politique de la nation », le chef du parti communiste polonais, Edward Gierek, a assisté subrepticement à la messe de rentrée de Jean-Paul II, le 2 juin, depuis une chambre d'hôtel située au-dessus de ce qui était alors la « place de la Victoire » de Varsovie. Lorsqu'il a entendu le pape appeler l'Esprit Saint à « renouveler la face de la Terre - de cette terre », alors que des centaines de milliers de Polonais scandaient « Nous voulons Dieu ! Il a certainement senti le vent du changement souffler, même si les anémomètres de New York n'ont pas enregistré ce qui équivalait à une tempête de force 10 sur l'échelle de Beaufort.

    Quant à « l'ordre politique ... de l'Europe de l'Est », le principal historien américain de la guerre froide, John Lewis Gaddis, de Yale, écrira en 2005 que « lorsque Jean-Paul II a embrassé le sol de l'aéroport de Varsovie le 2 juin 1979, il a entamé le processus par lequel le communisme en Pologne - et finalement partout ailleurs en Europe - prendrait fin ». C'est précisément l'argument que j'avais avancé treize ans plus tôt dans mon livre La révolution finale. J'y suggérais que, bien que de nombreux facteurs causaux aient façonné ce que nous connaissons comme la révolution de 1989, le facteur indispensable qui a déterminé quand la révolution s'est produite et comment elle s'est produite, c'est Jean-Paul II.

    Qu'a-t-il fait et comment l'a-t-il fait ?

    Ce qu'il a fait, c'est déclencher une révolution de conscience qui a précédé et rendu possible la révolution politique non violente qui a fait tomber le mur de Berlin, émancipé les pays d'Europe centrale et orientale et, grâce à l'auto-libération des États baltes et de l'Ukraine, fait imploser l'Union soviétique. L'amorce d'une telle révolution de conscience - les décisions d'hommes et de femmes déterminés à « vivre dans la vérité », comme l'a dit Václav Havel - était en place depuis quelques années en Europe centrale de l'Est. Des militants encouragés par l'Acte final d'Helsinki de 1975 et ses dispositions relatives aux droits de l'homme dites « Basket Three » avaient créé des organisations telles que la Charte 77 de Tchécoslovaquie, le Comité pour la défense des droits des croyants de Lituanie et le KOR (Comité de défense des travailleurs) de Pologne, qui étaient liés aux « Helsinki Watch Groups » d'Amérique du Nord et d'Europe de l'Ouest. Jean-Paul a fourni la flamme qui a allumé l'amadou et a contribué à maintenir le feu allumé par son soutien vocal à ceux qui prenaient « le risque de la liberté » (comme il l'a décrit aux Nations Unies en 1995).

    Et comment cela s'est-il produit ?

    La révolution de conscience de Jean-Paul II a commencé lorsqu'il a restitué au peuple polonais la vérité sur son histoire et sa culture, que le régime communiste polonais avait à la fois déformée et supprimée depuis 1945. Vivez dans cette vérité, a suggéré le pape du 2 au 10 juin 1979, et vous trouverez des outils de résistance que la force brute du communisme ne peut égaler. Jean-Paul n'a pas conçu ces outils ; c'est le peuple polonais qui s'en est chargé lorsque, quatorze mois plus tard, il a formé le syndicat Solidarité, qui s'est ensuite transformé en un vaste mouvement social. Mais le cœur et l'âme du mouvement, tout comme son nom, ont été façonnés par la pensée et le témoignage de Jean-Paul II.

    L'ami du pape, le prêtre philosophe Józef Tischner, a un jour décrit le mouvement Solidarité comme une grande forêt plantée par des consciences éveillées. L'image brillante du père Tischner mérite réflexion aujourd'hui. En effet, l'Occident a besoin d'être « reboisé » : il faut planter de nouvelles graines de conscience, reflétant les vérités fondamentales sur la dignité humaine auxquelles Jean-Paul II a fait appel au cours de ces neuf jours de juin 1979. C'est au cours de ces journées que l'histoire moderne a basculé - pour une fois - dans une direction plus humaine et plus noble.

    Pour reprendre les termes du professeur Gaddis, Jean-Paul II faisait partie de ces « visionnaires » qui, en tant que « saboteurs du statu quo », ont pu « élargir l'éventail des possibilités historiques ». Y a-t-il de tels visionnaires parmi nous aujourd'hui ?

    La chronique de George Weigel « The Catholic Difference » est publiée par le Denver Catholic, la publication officielle de l'archidiocèse de Denver.

    George Weigel est Distinguished Senior Fellow du Ethics and Public Policy Center de Washington, D.C., où il est titulaire de la William E. Simon Chair in Catholic Studies.

  • Les sondages prédisent un glissement à droite des catholiques français lors des élections européennes

    IMPRIMER

    De Luke Coppen sur The Pillar :

    Les sondages prédisent un glissement à droite des catholiques français lors des élections européennes

    6 juin 2024

    Les catholiques français devraient passer à droite lorsqu'ils voteront aux élections européennes ce dimanche. 

    Selon une étude réalisée par Claude Dargent, professeur à l'université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, 42 % des catholiques devraient voter pour des partis souvent qualifiés d'extrême droite.

    Les électeurs de l'Union européenne - une union politique et économique de 27 pays - se rendront aux urnes du 6 au 9 juin pour élire les représentants au Parlement européen, l'organe législatif de l'UE.

    Les bulletins de vote déposés par les plus de 400 millions d'électeurs éligibles influenceront également la composition de la Commission européenne, l'organe exécutif de l'UE, et notamment le choix de son prochain président.

    Les observateurs prévoient que les partis de droite et d'extrême droite progresseront lors de la première élection du Parlement européen depuis le Brexit, le retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne.

    Les citoyens français voteront le 9 juin pour les 81 sièges du pays sur les 720 que compte le Parlement européen, en choisissant parmi les listes de candidats présentées par un nombre record de 38 partis politiques.

    Une enquête réalisée par l'institut de sondage Ipsos en avril a interrogé un échantillon représentatif de la population française sur ses intentions de vote.

    Il leur a été demandé s'ils voteraient pour les candidats de gauche présentés par des partis tels que les socialistes, ou pour ceux de Renaissance (RE), un parti centriste associé au président Emmanuel Macron, des Républicains (LR), un parti libéral conservateur, du Rassemblement national (RN), un parti nationaliste et populiste de droite, ou de Reconquête (R !), un autre parti nationaliste fondé par l'écrivain Éric Zemmour.

    Les partis du Rassemblement national et de la Reconquête sont largement décrits comme étant d'extrême droite et eurosceptiques, c'est-à-dire critiques à l'égard des institutions politiques européennes et de l'évolution vers une intégration plus étroite à l'échelle du continent. 

    Le sondage Ipsos révèle que 24 % des catholiques français ont l'intention de voter pour les partis de gauche, 19 % pour Renaissance, 9 % pour les Républicains, 36 % pour le Rassemblement national, 6 % pour la Reconquête et le reste pour d'autres partis.

    L'enquête suggère que les catholiques sont plus susceptibles de voter pour les partis du Rassemblement national et de la Reconquête que leurs homologues protestants (20 % pour le RN et 4 % pour R !), ainsi que l'ensemble de la population française (31 % pour le RN et 5 % pour R !).

    Lorsque les résultats sont limités aux catholiques pratiquants, 24 % d'entre eux déclarent avoir l'intention de voter pour les partis de gauche, 19 % pour Renaissance, 11 % pour les Républicains, 31 % pour le Rassemblement national, 7 % pour la Reconquête et le reste pour d'autres partis.

    Dans son analyse, publiée en mai, Claude Dargent note que les catholiques pratiquants sont moins nombreux à voter pour le Rassemblement national que les non-pratiquants (31 % contre 41 %).


    « En revanche, c'est l'inverse pour l'électorat de la Reconquête, soutenu par Éric Zemmour », écrit-il. 

    "Plus la pratique religieuse s'intensifie, plus ce vote augmente : 9,5 % chez les catholiques pratiquants réguliers et jusqu'à 11 % chez les Français qui vont à la messe toutes les semaines, alors qu'il ne concerne que 6 % de l'ensemble des catholiques."

    Cette tendance pourrait s'expliquer par le fait que Marion Maréchal, candidate principale du parti Reconquête au Parlement européen, s'identifie comme une catholique pratiquante.

    En mai, elle a prononcé un discours à Domrémy-la-Pucelle, la ville natale de Sainte Jeanne d'Arc dans le nord-est de la France.

    S'adressant à la sainte patronne de la France, elle a déclaré : "C'est ici, devant votre basilique, au pied de votre statue, que je m'adresse à vous, Jeanne d'Arc, figure de l'espoir. Aide-nous, Français, à trouver l'énergie et la force de poursuivre l'histoire glorieuse de notre pays".

    M. Maréchal a également été photographiée lors du pèlerinage de Chartres, qui a battu tous les records cette année.

    Le principal candidat du Rassemblement national au Parlement européen est Jordan Bardella, un homme de 28 ans d'origine italienne qui se décrit comme un non-croyant respectueux des croyants.

    Les résultats du sondage Ipsos 2024 contrastent avec une enquête réalisée par l'institut de sondage Ifop pour le journal catholique La Croix au lendemain de la dernière élection du Parlement européen en 2019.

    Selon le sondage de 2019, 37% des catholiques ont voté pour la liste unifiée de La République En Marche ! (LREM) et du Mouvement démocrate (MoDem), identifiée au président Macron, 22 % pour Les Républicains et 14 % pour le Rassemblement national. (Reconquête a été fondé après les élections de 2019).

    Les analystes ont noté un glissement vers la droite parmi les catholiques français lors de l'élection présidentielle de 2022. 

    Le Rassemblement national se décrit comme un parti « attaché à l'égalité de tous les citoyens français devant la loi, sans distinction d'origine, de race ou de religion » et « défendant la souveraineté, l'indépendance et l'identité de la nation. »Il affirme vouloir instaurer une « double frontière », avec des contrôles aux frontières de l'Union européenne et aux frontières terrestres de la France, et construire une « alliance européenne des nations ».
    Reconquest affirme vouloir « défendre l'intérêt national et promouvoir la grandeur de la France ».

    Elle souhaite créer une « triple frontière », en renforçant les frontières de la France et de l'Union européenne et en concluant des accords avec les pays du pourtour méditerranéen.Il souhaite également interdire les Frères musulmans, une organisation islamiste sunnite, dans toute l'Europe.Sébastien Maillard, conseiller spécial à l'Institut Jacques Delors, un groupe de réflexion situé à Paris, a déclaré au journal La Croix qu'il existait une fracture générationnelle parmi les catholiques français. 

    « Les jeunes sont moins affectés par l'histoire directe de la Seconde Guerre mondiale et la naissance de l'intégration européenne », a-t-il déclaré. 

    « Pour leurs grands-parents, en revanche, elle reste un projet de réconciliation entre les peuples, notamment français et allemand, qui est véritablement l'œuvre de la démocratie chrétienne ».

    Parmi les pères fondateurs de l'UE figuraient les fervents catholiques Konrad Adenauer, Alcide de Gasperi et Robert Schuman. En 2021, le pape François a approuvé un décret en faveur de la béatification de Robert Schuman.

    Alors que l'Église catholique a toujours soutenu une intégration européenne plus poussée, les dirigeants de l'Église ont exprimé leur consternation face à la décision de l'UE de ne pas faire référence à Dieu dans sa constitution.

    En mars, le président de la conférence épiscopale française, l'archevêque Éric de Moulins-Beaufort, a exhorté les électeurs à se rendre aux urnes pour l'élection du Parlement européen. 

    Il a décrit l'UE comme étant « non seulement une union économique ou commerciale », mais aussi « une aventure spirituelle ».« Notre vote du 9 juin ne doit pas être un vote pour que l'Europe renonce à sa responsabilité universelle, ni un vote pour que notre pays renonce à sa responsabilité à l'égard du monde entier », a-t-il déclaré. 

    "Il doit plutôt être un vote qui démontre notre engagement à servir la liberté de penser, d'agir et de travailler ensemble, de notre pays et de tous les pays.

    Dans l'Allemagne voisine, les responsables de l'Église exhortent activement les catholiques à ne pas voter pour des partis considérés comme d'extrême droite.

    En février, les évêques allemands ont approuvé à l'unanimité une déclaration disant : « Nous appelons nos concitoyens, y compris ceux qui ne partagent pas notre foi, à rejeter et à répudier les offres politiques de l'extrême droite. » 

    Les évêques ont déclaré que le parti Alternative pour l'Allemagne (AfD) - qui devrait faire des gains lors de l'élection du Parlement européen - était « maintenant dominé par une attitude raciale-nationaliste. »

    Ils ont souligné que « la diffusion de slogans d'extrême droite - y compris le racisme et l'antisémitisme en particulier - est incompatible avec le service professionnel ou bénévole dans l'Église. »

    Dans un message publié cette semaine, le président de la Commission des épiscopats de l'Union européenne (COMECE) a exhorté les électeurs à soutenir « les candidats et les partis qui continueront à construire une Europe meilleure pour tous ».Mgr Mariano Crociata a déclaré que les évêques européens reconnaissaient que « l'UE n'est pas parfaite, mais nous voulons l'améliorer ensemble en utilisant les outils démocratiques dont nous disposons, à commencer par notre droit de vote ».

  • Le pape s'inquiète de la pénurie des vocations

    IMPRIMER

    DISCOURS DE SA SAINTETÉ LE PAPE FRANCIS AUX PARTICIPANTS DE LA PLÉNIÈRE DU DICASTÈRE POUR LE CLERGÉ

    Salle Clémentine
    Jeudi 6 juin 2024

    [Multimédia]

    ________________________________________

    Chers frères et sœurs, bonjour !

    Je vous salue avec affection et je voudrais avant tout remercier tous les membres du Dicastère pour le Clergé : vous êtes venus à Rome des quatre coins du monde pour offrir votre importante contribution à la réflexion sur le ministère ordonné et, avec vous, il y a aussi les consulteurs du Dicastère. Je vous remercie de votre présence. Et merci au Cardinal Préfet et aux autres supérieurs et fonctionnaires du Dicastère, surtout pour le travail que vous accomplissez chaque jour, souvent en silence et dans l'ombre, au service des ministres ordonnés et des séminaires.

    En cette occasion, je voudrais avant tout exprimer ma gratitude, mon affection et ma proximité aux prêtres et aux diacres du monde entier. J'ai souvent mis en garde contre les dangers du cléricalisme et de la mondanité spirituelle, mais je suis bien conscient que la grande majorité des prêtres travaillent avec une grande générosité et un grand esprit de foi pour le bien du saint peuple de Dieu, en supportant le poids de nombreuses difficultés et en affrontant des défis pastoraux et spirituels qui ne sont parfois pas faciles à relever.

    Votre Assemblée plénière se concentre en particulier sur trois domaines d'attention : la formation permanente des prêtres, la promotion des vocations et le diaconat permanent. Je voudrais m'arrêter brièvement sur chacun de ces thèmes.

    La formation permanente. C'est un thème dont on parle beaucoup, surtout ces dernières années, et qui avait déjà été évoqué dans la Ratio fundamentalis en 2016. Le prêtre aussi est un disciple à la suite du Seigneur et, par conséquent, sa formation doit être un parcours continu ; cela est encore plus vrai si nous considérons qu'aujourd'hui nous vivons dans un monde marqué par des changements rapides, dans lequel émergent toujours de nouvelles questions et des défis complexes qui exigent une réponse. Par conséquent, nous ne pouvons pas nous tromper en pensant qu'il suffit que la formation au séminaire pose des bases sûres une fois pour toutes ; nous sommes plutôt tenus de consolider, de renforcer et de développer ce que nous avons au séminaire, dans un processus qui peut nous aider à mûrir dans la dimension humaine, à grandir spirituellement, à trouver des langages appropriés pour l'évangélisation, à explorer ce dont nous avons besoin pour aborder de manière adéquate les nouvelles questions de notre temps.

    J'aime rappeler ici que l'Écriture dit : « Vae soli - malheur à celui qui est seul quand il tombe et qui n'a pas un autre pour le relever » (Ec 4,10). C'est très important pour le prêtre : le voyage ne peut pas se faire seul ! Et pourtant, malheureusement, beaucoup de prêtres sont trop seuls, sans la grâce de l'accompagnement, sans ce sentiment d'appartenance qui est comme une bouée de sauvetage dans la mer souvent orageuse de la vie personnelle et pastorale. Tisser un solide réseau de relations fraternelles est une tâche prioritaire dans la formation permanente : l'évêque, les prêtres entre eux, les communautés par rapport à leurs pasteurs, les frères et sœurs religieux, les associations, les mouvements : il est indispensable que les prêtres se sentent « chez eux ». Vous, en tant que Dicastère, avez déjà commencé à tisser un réseau mondial : Je vous exhorte à tout faire pour que cette vague se poursuive et porte du fruit dans le monde entier. Travaillez de manière créative pour que ce réseau se renforce et offre un soutien aux prêtres. Vous avez un rôle clé à jouer à cet égard !

    Le soin des vocations. L'un des grands défis pour le Peuple de Dieu est le fait que, dans un nombre croissant de régions du monde, les vocations au ministère sacerdotal et à la vie consacrée diminuent fortement et, dans certains pays, elles sont presque en voie d'extinction. Mais la vocation au mariage, avec le sens de l'engagement et de la mission qu'elle requiert, est également en crise. C'est pourquoi, dans les derniers messages pour la Journée mondiale de prière pour les vocations, j'ai voulu élargir le regard à l'ensemble des vocations chrétiennes, et je l'ai adressé en particulier à cette vocation fondamentale qu'est la vie de disciple, conséquence du baptême. Nous ne pouvons pas nous résigner à ce que, pour de nombreux jeunes, l'hypothèse d'une offre radicale de vie ait disparu de l'horizon. Nous devons au contraire réfléchir ensemble et rester attentifs aux signes de l'Esprit, et vous pouvez vous aussi poursuivre cette tâche grâce à l'Œuvre pontificale pour les vocations sacerdotales. Je vous invite à réactiver cette réalité, d'une manière adaptée à notre temps, peut-être en travaillant en réseau avec les Églises locales et en identifiant les bonnes pratiques à faire circuler. C'est une tâche importante !

    Enfin, le diaconat permanent. Celui-ci a été réintroduit par le Concile Vatican II et, au cours de ces décennies, il a reçu un accueil très varié. Aujourd'hui encore, cependant, des questions sont souvent posées sur l'identité spécifique du diaconat permanent. Comme vous le savez, le rapport de synthèse de la première session de l'Assemblée générale ordinaire du Synode des évêques, en octobre dernier, a recommandé de « procéder à une évaluation de la mise en œuvre du ministère diaconal après le Concile Vatican II » (Rapport de synthèse 11 g), et appelle également à une focalisation plus décisive, parmi les diverses tâches des diacres, sur la diaconie de la charité et le service des pauvres (4 p et 11 a). Accompagner ces réflexions et ces développements est une tâche assez importante pour votre Dicastère. Je vous encourage à y travailler et à déployer toutes les forces nécessaires.

    Chers frères et sœurs, merci encore. Travaillez toujours pour que le peuple de Dieu ait des pasteurs selon le cœur du Christ et qu'il grandisse dans la joie de la vie de disciple. Que la Vierge Marie, Mère et modèle de toute vocation, vous accompagne. Moi aussi, je vous accompagne par ma prière. Et s'il vous plaît, n'oubliez pas de prier pour moi. Je vous remercie.

    Bulletin du Bureau de presse du Saint-Siège, 6 juin 2024

  • Homélie pour la Fête-Dieu à l’Église du Saint-Sacrement à Liège : par Jean-Pierre Delville, évêque de Liège 1er juin 2024

    IMPRIMER

    Chers Frères et Sœurs,

    La Fête-Dieu, c’est l’actualisation de la Pâque aujourd’hui, c’est la fête de Pâques pour moi, pour nous, dans la communion au corps du Christ. En effet, Pâque, c’est le Christ qui donne sa vie pour nous et qui ressuscite pour la vie éternelle. C’est la Fête-Dieu, c’est notre communion à ce don de soi et à cette vie nouvelle dans le Christ. Comme le dit Jésus : « Celui qui me mange vivra par moi ; celui qui mange ce pain vivra éternellement » (Jn. 6, 56-58).  

    Ce mystère de vie est aussi un mystère d’amour, l’amour de Dieu pour nous, qui se manifeste dans le don que Jésus nous fait de son Corps et de son Sang, c’est-à-dire le don de toute sa vie. Nous découvrons que nous sommes des gens qui sont aimés, et non pas des gens lancés dans la vie par le hasard des choses. Chacun de nous est aimé par le Christ et nous sommes invités à répondre à cet amour en communiant avec lui et en recevant son Corps. Jésus nous a aimés le premier. Il est mort pour nous, c’est-à-dire qu’il est allé jusqu’au bout de sa vie d’amour, il n’a pas reculé au dernier moment. Mais il a voulu donner un signe du fait qu’il offrait sa vie pour nous. Il a voulu donner un signe qui dure : c’est le saint Sacrement de son Corps et de son Sang. Avant tout, nous le recevons comme un cadeau qui nourrit nos vies ; mais ensuite, nous nous engageons à répondre à ce cadeau par une vie qui répand l’amour autour d’elle.  C’est pourquoi nous conservons le Saint-Sacrement pour contempler en adoration cet amour reçu et pour diffuser cet amour autour de nous. L’Église conserve au tabernacle le sacrement du Corps du Christ pour qu’il soit une nourriture spirituelle perpétuelle.

    Cette année, nous faisons ici mémoire du carme Jean Soreth, pour lequel l’abbé Dor a préparé une exposition au fond de l’église. Le bienheureux Jean Soreth a habité Liège très régulièrement ; en 1451 il est élu supérieur général des carmes jusqu’à sa mort en 1471. Pour nous Liégeois, il est célèbre parce qu’il a tenté de convaincre le duc de Bourgogne Charles le Téméraire de ne pas mettre Liège à feu et à sang en 1468. Malheureusement il n’a pas réussi à apaiser le duc. Dans le sac de la ville, Jean Soreth a assisté à un sacrilège : les hosties consacrées conservées dans le tabernacle d’une église ont été renversée sur le sol. Alors il s’est précipité au péril de sa vie pour les sauver et a réussi à les placer dans le tabernacle de son église. Il croyait de tout son cœur à la présence réelle du Corps du Christ sous les espèces du pain consacré. Cela se passait pas loin d’ici, place des Carmes, au croisement avec la rue Saint-Paul.

    Là il a prêché le carême en 1451 et ses sermons ont été transcrits par un père Croisier ; le manuscrit est encore conservé aujourd’hui à la Bibliothèque du Séminaire. Il insiste dans son premier point sur notre réconciliation avec Dieu  par la communion et il nous invite à nous donner à Dieu. En effet, Jean Soreth insiste sur la recherche personnelle de la purification du cœur, dans une communion continuelle à Dieu[1]. Comme le dit Jean Soreth d’une manière audacieuse, il ne suffit pas de communier au pain reçu du Christ, il nous faut aussi à notre tour offrir au Christ un bon pain, fait de farine bien moulue. En effet, comme Jésus le dit dans l’Apocalypse : «  Voici que je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui ; je prendrai mon repas avec lui, et lui avec moi » (Ap. 3, 20). Si le Seigneur vient prendre son repas chez nous, nous devons lui servir du bon pain.

    Lire la suite

  • Elections : que proposent les partis en matière bioéthique?

    IMPRIMER

    Du site de l'Institut Européen de Bioéthique :

    Bandeau ieb

    ELECTIONS 2024

    Découvrez les positions des partis sur les sujets bioéthiques

    Quelles sont les positions des partis politiques belges sur la procréation artificielle (PMA), sur la pratique des mères porteuses (GPA), sur l'avortement ou encore l'euthanasie ? 

    Le succès de notre conférence en ligne la semaine dernière confirme l'importance cruciale de ces sujets pour de nombreux citoyens.

    Sensibiliser le grand public aux enjeux bioéthiques implique pour notre Institut de proposer des mesures en faveur d'une société plus respectueuse de la personne humaine, quelles que soient ses vulnérabilités.

    Retrouvez ci-dessous les vidéos de la conférence par thématique, avec le bilan de la législature et les propositions des partis, confrontées aux priorités portées par l'IEB.

    Un tableau comparatif (résumé ou détaillé) vous est également proposé sur notre site internet.

    Avortement

    Procréation artificielle

    Gestation pour autrui

    Protection de la maternité

    Avortement

    Soins palliatifs

    Euthanasie

    Retrouvez sur notre site les tableaux comparatifs (synthétiques et détaillés) des positions des partis sur les différents thèmes bioéthiques. 

    Tableaux comparatifs des programmes

    Certains partis sont attachés à la liberté de vote en matière éthique et n'imposent pas de consigne de parti à leurs élus. 

    Dans ce cas, il est intéressant pour l’électeur de s’interroger sur la position de chaque candidat et de s’exprimer en faveur de ceux qui rejoignent sa conception quant au respect de la vie humaine et de la dignité de chaque personne.

  • La vocation d'une université catholique selon le cardinal Sarah

    IMPRIMER

    Du site de La Nef :

    Cardinal Sarah : quelle est la vocation d’une université catholique ?

    Discours prononcé en avril 2024 aux étudiants prêtres, religieux, religieuses et laïcs de l’École Théologique Saint-Cyprien du diocèse d’Obala (Cameroun), sur le thème suivant : « La vocation d’une université catholique à la lumière de l’enseignement de Benoît XVI »

    Chers étudiants de l’École Théologique Saint Cyprien du diocèse d’Obala,

    Je voudrais aujourd’hui réfléchir avec vous sur la vocation d’une université et en particulier d’une université catholique à la lumière de l’enseignement de Benoît X  VI.

    Benoît XVI l’a plusieurs fois souligné : « La vocation originelle de l’université est la recherche de la vérité, de toute la vérité de notre être. Et avec son obéissance à la vérité et aux exigences de sa connaissance, l’université devient une école d’humanitédans laquelle se cultive un savoir vital, se forgent de hautes personnalités et se transmettent des connaissances et des compétences de valeur »[1].

    La recherche de la vérité est donc votre programme, comme le proclame votre devise : « Au service de la Vérité et de la Justice ».

    Benoît XVI ajoutait : « Sans être orientée vers la vérité, sans une attitude d’humble et courageuse recherche de la vérité, toute culture se désagrège, tombe dans le relativisme et se perd dans l’éphémère ».

    Le sens de la Vérité est la pierre qui doit fonder toute culture solide. Sans recherche de la vérité, on ne peut s’appuyer sur rien. Tout devient liquide.

    Sans l’objectivité de la vérité, nous sommes livrés aux appétits et aux passions subjectives. Sans vérité, il n’y a plus d’ordre juste objectif et intangible, personne ne peut être protégé contre l’égoïsme capricieux et la violence.

    La vérité est le seul rempart solide qui s’oppose à la tentation de la toute-puissance et de l’arbitraire. La vérité fonde l’ordre et la justice. Son absence nous livre au chaos. Sans vérité, les opinions s’entrechoquent et nul ne peut les départager.

    Sans vérité, il n’y a plus d’unité possible entre les hommes. Ils sont condamnés à s’entre-déchirer sans cesse. Car la vérité est le seul bien qu’ils possèdent en commun et à partir duquel ils peuvent s’entendre.

    Benoît XVI le savait bien, lui qui avait vu dans sa jeunesse son pays sombrer dans l’idéologie nazie. Il avait vu de ses yeux un pays, héritier d’une civilisation raffinée, sombrer dans la barbarie. Pourquoi ? Parce qu’à l’amour de la vérité on avait substitué le doute. Et après le doute est venu le règne de la violence et de la volonté de puissance.

    Il y a là un enjeu capital pour l’Afrique de demain. Je voudrais vous inviter non seulement à chercher la vérité mais à l’aimer passionnément !

    Le monde universitaire africain doit prendre garde à ne pas se laisser contaminer par les maladies de l’esprit que l’Occident voudrait lui imposer. L’Occident a peur de la recherche de la vérité. Pour nombre d’Occidentaux la vérité est devenue un terme imprononçable. Si vous parlez de vérité, on vous accuse de dogmatisme, d’oppression. Mais en fait derrière ces discours trompeurs se cache la violence de la dictature du relativisme qui elle-même est souvent le masque des intérêts financiers et matériels inavoués.

    Le 13 décembre 2012, Benoît XVI rappelait à un groupe d’ambassadeurs africains : « De nos jours, dire le vrai est devenu suspect, vouloir vivre dans la vérité semble suranné, et la promouvoir semble être un effort vain. Et pourtant, l’avenir de l’humanité se trouve également dans la relation des enfants et des jeunes avec la vérité : la vérité sur l’homme, la vérité sur la création, la vérité sur les institutions, etc. C’est pourquoi, il est nécessaire d’éduquer dans la vérité et à la vérité ».

    N’ayons donc pas peur d’aimer et de chercher la vérité ! L’Occident est devenu sceptique à l’image de Ponce Pilate. Il répète sans cesse sur un ton désabusé : « Mais qu’est-ce que la vérité ? » (Jn 18, 38). Et comme Pilate, il met sa confiance dans la force politique pragmatique et souvent injuste parce qu’il ne peut plus s’appuyer sur la force de la vérité.

    Pourtant, « que se passe-t-il si la vérité ne compte pour rien ? Quelle justice sera alors possible ? Est-ce qu’il ne doit pas y avoir des critères communs qui garantissent véritablement la justice pour tous -critères soustraits à l’arbitraire des opinions changeantes et aux concentrations du pouvoir ? N’est-il pas vrai que les grandes dictatures se sont maintenues par la force du mensonge idéologique et que c’est la vérité seule qui a apporté la libération ? »[2]

    Lire la suite

  • L'image du corps et de la sexualité (Claude Callens)

    IMPRIMER

    Du site youtube du diocèse de Namur :

  • Elections européennes : communiqué de presse de la FAFCE

    IMPRIMER

    COMMUNIQUÉ DE PRESSE

    La FAFCE développe une boîte à outils politique en amont de la nouvelle législature du Parlement européen, mettant en avant cinq priorités clés

    Bruxelles, le 5 juin 2024

    La FAFCE a développé une boîte à outils politique pour les membres élus du Parlement européen et les institutions de l'UE pour la nouvelle période législative, qui commence lundi prochain après ce week-end (6-9 juin) d'élections dans tous les États membres de l'UE. Plus de 400 millions d'Européens auront l'occasion de voter pour leurs députés européens. La FAFCE invite les nouveaux parlementaires à donner la priorité aux familles dans l'élaboration de leurs politiques pour cette nouvelle législature.

    La liste non exhaustive contient cinq domaines politiques clés :

    1. Démographie : La FAFCE invite les candidats à soutenir la renomination d'un commissaire européen pour poursuivre le travail de l'actuel commissaire vice-président pour la démocratie et la démographie, Dubravka Šuica, chargé de s'attaquer à la transition démographique.

    La Fédération encourage également la création d'un intergroupe parlementaire interpartis sur « les défis démographiques, l'équilibre travail-famille et les prochaines générations ».

    Le Président de la FAFCE, Vincenzo Bassi, déclare : « Alors que cette élection se déroule au début de l'été, nous sommes plongés dans un hiver démographique. Les taux de natalité ont chuté et la pandémie de solitude s'est répandue sur tout le continent. Nos institutions européennes doivent consacrer des ressources et du capital humain à la compréhension des causes profondes de cette situation et investir dans un printemps démographique pour le continent. Sans solidarité intergénérationnelle, nous ne pourrons pas commencer à relever les nombreux défis qui nous attendent. Pour cela, il faut donner la priorité aux familles et aux enfants, sans lesquels il n'y a pas d'avenir".

    2. La famille comme investissement

    La FAFCE invite les candidats à considérer les investissements de l'UE dans les politiques familiales comme un investissement stratégique dans l'avenir de l'Europe. Le budget que les Etats membres et, indirectement, l'UE investissent dans les politiques familiales doit être considéré comme un investissement dans le capital humain. Une réflexion sur les critères de Maastricht est nécessaire au niveau de l'UE. 

    Le Président de la FAFCE, Vincenzo Bassi, déclare : « Les politiques qui donnent la priorité à la famille sont aussi des politiques qui donnent la priorité au bien commun. La famille, en tant que cellule de base de la société, est elle-même au service du bien commun. Lorsque les parents ont un bon équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie privée, les enfants peuvent accéder à l'éducation et au logement lorsqu'ils grandissent, et lorsque les personnes âgées sont valorisées et prises en charge, tout cela sert le bien commun.

    "Dans toute l'Europe, nous constatons à quel point les réseaux familiaux sont précieux pour l'épanouissement des communautés, en particulier dans le contexte de la pandémie de solitude que nous connaissons. C'est en les soutenant et en y investissant que nous pourrons construire la solidarité entre les générations dont dépend notre avenir. La famille n'est pas un coût, mais le meilleur investissement possible".

    Lire la suite

  • Bruxelles, 12 juin : "Au service des plus pauvres à Calcutta", conférence du père Laurent Bissara (KTO Belgique)

    IMPRIMER

    Téléchargez les images - 1

    KTO Belgique a la joie de vous inviter à la conférence

    AU SERVICE DES PLUS PAUVRES À CALCUTTA

    par le père Laurent Bissara

    le mercredi 12 juin à 19h

    conférence à 19h15 suivie d'une réception offerte - fin 21h45

    Adresse du jour : IPM Group - Rue des Francs, 79 à 1040 Bruxelles

    Réservations souhaitées (nombre de places limité)

    Pour toute question 0485 71 83 79