Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Médias - Page 5

  • Michel Onfray, un défenseur athée de la civilisation chrétienne

    IMPRIMER

    Invité de Christian Makarian sur Radio Notre-Dame :

    Michel Onfray

    04.04.22

    Ecouter l'émission

    Michel Onfray, philosophe, essayiste et polémiste. Il publie « Foutriquet » (Albin Michel)

  • RDC : Le Cardinal archevêque Ambongo s’engage à soutenir la famille Kabila

    IMPRIMER

    Est-ce là le fruit de ses mécomptes avec Tshisekedi, le Cardinal Fridolin Ambongo, archevêque de Kinshasa a effectué voici peu une visite remarquée à l’ancien président Joseph Kabila et sa très catholique épouse Olive Lembe. Etrange volte-face ?

  • Chez Disney, le militantisme LGBTQ2SAI+ s'invite à tous les étages

    IMPRIMER

    Du site "Pour une école libre au Québec" :

    Dingo chez Disney : militantisme pro-LGBTQ2SAI+ à tous les étages ?

    30 mars 2022

    La présidente de Disney veut un quota de 50 % de personnages LGBT et issus des minorités raciales

    Un journaliste du magazine City Journal s’est procuré une vidéo réservée aux travailleurs de Disney dans laquelle la présidente du groupe, Karey Burke, indique qu’elle souhaite plus de personnages LGBTQ+, notamment dans les rôles principaux de ses productions.

    « On ne se permet pas de retourner en arrière. » C’est ce qu’a assuré la présidente de Disney, Karey Burke. Cette cadre dirigeante du groupe a pris la parole dans une vidéo interne à Disney, que s’est procuré le journaliste du magazine City Journal, Christopher F. Rufo. Il a publié un extrait sur son compte Twitter, mardi 29 mars, affirmant que Karey Burke voudrait « un quota minimum de 50 % de personnages LGBTQ+ et issus des minorités raciales ». La présidente de Disney a en tout cas déclaré dans l’extrait vidéo : « En tant que mère de deux enfants queer, un transgenre et un pansexuel (…) je me sens responsable de parler pour eux. » Si elle s’est réjouie de voir que Disney a déjà « beaucoup » de personnages représentant la communauté LGBTQ+, Karey Burke aimerait davantage de personnages principaux de la même sorte.

    Disney s’engage à abroger une loi

    En Floride, un nouveau texte de loi a été adopté au début du mois de mars. Cette loi nommée « Don’t Say Gay » – « ne parlez pas des gays » – compte interdire l’enseignement sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre dans les écoles publiques. Mais Disney ne l’entend pas de cette oreille. L’entreprise a un poids considérable en Floride, notamment grâce à ses parcs d’attractions situés à Orlando. Disney s’est récemment engagé à faire abroger la loi. « Nous sommes déterminés à défendre les droits et la sécurité des membres LGBTQ+ de la famille Disney, ainsi que de la communauté LGBTQ+ en Floride et dans tout le pays », avait annoncé Disney le 11 mars dernier, comme le relaie La Libre

    Disney a réagi ouvertement contre la House Bill 1557 en Floride pour interdire de parler de sexualité a l’ecole,la présidente de Disney annonce qu’elle souhaite 50% min de personnages LGBT et min raciales. La guerre culturelle bat son plein et l’enfance est son champ de bataille. https://t.co/5HF43tiWyl

    — Eugénie Bastié (@EugenieBastie) March 30, 2022
    Lire également : DISNEY WOKE : DINGO TENTE UN PUTSCH AU ROYAUME ENCHANTÉ DE MICKEY
  • Yves Chiron et Fabrice Hadjadj au menu de l'Esprit des Lettres de mars

    IMPRIMER

    De KTO.com :

    L’Esprit des Lettres mars 2022 : Yves Chiron, Denis Moreau et Fabrice Hadjadj

    25/03/2022

    Que nous réserve Jean-Marie Guénois en cette fin mars ? Deuils, dépressions, naufrages éthiques, ruptures amoureuses, krachs existentiels... Comment un chrétien peut-il commuer les épisodes dramatiques de son existence en situations résurrectionnelles ? Presque au terme du Carême, Denis Moreau répond, mêlant réflexions philosophiques et témoignages personnels (« Résurrections - traverser les nuits de nos vies » au Seuil). Avec autant de sérieux que d’art, Yves Chiron raconte l’histoire des « traditionalistes », catholiques attachés à la liturgie traditionnelle et soucieux d’une défense de l’orthodoxie de la foi, dont certains rejettent le Concile Vatican II « Histoire des traditionnalistes », chez Tallandier). Fabrice Hadjadj, philosophe profond et facétieux, accepte la question très actuelle des pessimistes de tout poil : faut-il arrêter de faire des enfants pour sauver la planète ? A votre avis, que répond-il (« Encore un enfant », chez Mame).

    Une émission mensuelle de KTO en partenariat avec La Procure et Le Jour du Seigneur.

  • "Engagez-vous qu’ils disaient" : une interview de Maxime Prévot, président des "Engagés"

    IMPRIMER

    Voici le podcast de l’interview faite par Jacques Galloy sur RCF, "cordialement mais sans complaisance", avec Maxime Prevot.

    Engagez-vous qu’ils disaient.
    Grand interview de Maxime Prévot, président des engagés

    Comment régénérer les héritiers de l’ancien parti catholique qui fut un acteur incontournable de la vie politique belge ? Quelles sources d’inspiration et quelles nouvelles priorités ? Quels changements par rapport à la ligne du CdH ? Pourquoi un seul réseau d’enseignement ? Pourquoi une rupture avec le personnalisme chrétien ? Maxime Prévot, tête de file des Engagés, n’esquive aucune question sur ce grand défi de repositionnement du mouvement dont il remet bientôt la présidence en jeu et en tant que candidat à sa propre succession.

    Lire l'article en entier : https://rcf.fr/articles/actualite/engagezvous-quils-disaient-maxime-prevot-president-des-engages

    Pour aller plus loin : https://www.lesengages.be/

  • Terres de Mission : La vie de saint Pierre

    IMPRIMER

    L’historien spécialiste de la papauté, Christophe Dickès, présente son dernier livre sur l’apôtre Pierre. Un ouvrage d’érudition dans lequel il emprunte une voie multidisciplinaire pour mieux comprendre la vie du premier des évêques de Rome. “Saint Pierre – L’évidence et le mystère”, est d’ores et déjà une référence en la matière et semble constituer un incontournable de l’Histoire de l’Eglise.

    Ref: Terres de Mission : La vie de saint Pierre

  • Comment la Russie raconte son "opération spéciale"

    IMPRIMER

    De Vatican News :

    Analyse : comment la Russie raconte son "opération spéciale"

    Entretien avec Carole Grimaud-Potter, professeure de la géopolitique de la Russie à l’université de Montpellier, et fondatrice du centre de réflexion CREER.

    Entretien réalisé par Claire Riobé - Cité du Vatican

    Si l’Ukraine est assiégée, la société russe est verrouillée. C’est une autre forme de guerre, celle de l'information, à laquelle se livre le Kremlin depuis quelques semaines, au sein de son territoire. Le pouvoir russe, qui a patiemment élaboré une version alternative du conflit en cours, présente ce dernier comme une «opération militaire spéciale» menée pour rétablir la sécurité nationale. Autre discours véhiculé par Moscou : la supposée présence de néofascistes au sein du régime ukrainien, qui auraient effectué un génocide contre les russophones du pays.

    La censure mise en place par le Kremlin étouffe les médias libres de Russie et limite l'accès de la population aux réseaux sociaux occidentaux, tels que Facebook, Twitter, Instagram ou encore What’s App. Le début du conflit a également sonné le glas de deux piliers de l'intégrité journalistique russe, la radio Ekho Moskvy (l'Echo de Moscou) et la chaîne de télévision Dojd (La pluie) qui ont fermé leurs portes une semaine après le blocage de leur site Internet.

    Comment le pouvoir russe construit-t-il son narratif de la guerre en Ukraine ? Quelles conséquences ce nouveau récit véhiculé par les médias d'Etat a-t-il sur la population ? Carole Grimaud-Potter est professeure de la géopolitique de la Russie à l’université de Montpellier et fondatrice du centre de réflexion CREER sur la Russie post-soviétique. Elle analyse la version du conflit en Ukraine livrée par le pouvoir russe, et les moyens mis en œuvre par le Kremlin pour la diffuser.

    Entretien avec Carole Grimaud-Potter

  • Etats-Unis : la voix de ces femmes qui regrettent leur avortement se fait entendre

    IMPRIMER

    D'Alexis Buisson sur le site du journal La Croix :

    Dans le mouvement « pro-vie » américain, ces femmes qui regrettent leur avortement

    Reportage

    Elles ont mis un terme à leur grossesse par le passé et le regrettent aujourd’hui. Dans le mouvement anti-avortement américain, leur voix porte, alors que la Floride a adopté jeudi 3 mars une loi réduisant le délai pour recourir à l’IVG.

    14/03/2022

    Les États conservateurs continuent leur charge contre l’avortement. Le gouverneur républicain de Floride, Ron DeSantis, doit ratifier prochainement une loi, adoptée le jeudi 3 mars par le Parlement de cet État, réduisant à quinze semaines le délai pour recourir à une interruption volontaire de grossesse (IVG). Un texte similaire issu du Mississippi fait l’objet d’une plainte très suivie devant le Cour suprême des États-Unis qui pourrait déterminer l’avenir du droit à l’avortement dans le pays.

    Des piliers de la cause

    Mais pour la militante « pro-vie » Janet Morana, ces remises en cause judiciaires et législatives ne sont qu’une simple étape. Encore faut-il changer l’opinion publique américaine. Selon l’institut Gallup, seuls 19 % des Américains veulent rendre la pratique illégale en toutes circonstances. « On n’aura pas gagné la bataille tant que l’avortement n’aura pas été rendu impensable », juge-t-elle.

    → REPORTAGE. À Washington, les militants anti-avortement crient presque « victoire »

    Cette catholique est la cofondatrice de la campagne de sensibilisation Silent No More (« Fini le silence »). Lancée en 2003, elle met en avant les témoignages de femmes (et de leurs conjoints) qui ont connu une IVG et le regrettent. De telles voix sont désormais incontournables dans le mouvement pro-vie américain, où elles sont utilisées pour dissuader les candidates à l’avortement et, plus largement, marquer « les esprits et les cœurs », comme le dit Janet Morana.

    Certaines de ces femmes sont devenues des piliers du mouvement : Alveda King, la nièce de Martin Luther King Jr, ou encore l’Afro-Américaine Toni McFadden, conférencière influente dans le domaine de l’éducation sexuelle.

    « J’ai souffert d’un deuil profond »

    « À l’occasion d’une manifestation il y a plusieurs années, je m’étais présentée à des militants pro-IVG avec une pancarte sur laquelle on pouvait lire “Je regrette mon avortement”. Au lieu de m’écouter, ils m’ont insultée. En colère, je me suis alors demandé comment je pouvais promouvoir la perspective de femmes dans ma situation », explique l’anglicane Georgette Forney, l’autre fondatrice de la campagne.

    À lire aussi Les évêques américains dans le combat contre l’avortement

    Le camp pro-vie ne l’a pas accueillie à bras ouverts non plus. « Quand j’ai rejoint le combat contre l’avortement en 1998, je me suis sentie jugée. Mais nous sommes parvenus à convaincre les militants qu’il ne fallait pas seulement se concentrer sur le sort de l’enfant. Il faut aussi reconnaître que la femme est affectée aussi. Ils l’ont compris », poursuit-elle.

    → PORTRAIT. États-Unis : Bryan Hughes, le sénateur champion des « pro-vie »

    Certains membres de Silent No More ont fait entendre leur voix lors de la Marche pour la vie, le grand rassemblement des « pro-vie » à Washington, fin janvier. Au bord des larmes, ces femmes de tous horizons ont parlé des problèmes physiques, de la détresse psychologique et de la solitude rencontrés après avoir mis fin à leur grossesse. « J’ai souffert d’un deuil profond, de colère, de rage, de dépression, d’épisodes de panique et de pulsions suicidaires », a énuméré Deb, sur une estrade dressée devant la Cour suprême devant des dizaines de personnes.

    Un vécu transformé en engagement politique

    Pour sa part, Della a décrit « la haine que j’ai ressentie envers moi-même » et les problèmes conjugaux qui ont suivi l’intervention. « Je ne pensais pas que cette décision, prise il y a quarante-deux ans, laisserait des traces pour le restant de ma vie. »

    → ANALYSEAux États-Unis, le droit à l’avortement comme marqueur idéologique

    Les liens entre santé mentale et avortement sont sujets à débat. L’association des psychologues américains APA note ainsi sur son site que le recours à l’IVG « n’accroît pas le risque de dépression, d’anxiété ou de stress post-traumatique ». Des conclusions réfutées par le camp pro-vie.

    Ethel Maharg, elle, a transformé son vécu en engagement politique. Directrice d’une association pro-vie au Nouveau-Mexique, elle se présente à la primaire du Parti républicain pour le poste de gouverneur. « Les femmes qui ont connu un avortement se battent plus férocement que les autres pour la défense de la vie, car leur existence a été bouleversée par leur expérience, dit-elle. Face à moi, personne ne peut remporter un débat sur l’IVG ! »

    -----------

    Une vingtaine d’États américains attendent le feu vert de la Cour suprême

    Si la Cour suprême américaine devait invalider l’arrêt « Roe vs Wade », chaque État serait libre d’interdire ou d’autoriser les avortements.

    36 millions de femmes dans 26 États, soit près de la moitié des Américaines en âge de procréer, perdraient probablement le droit d’avorter, selon un rapport de Planned Parenthood publié le 1er octobre.

    Une douzaine d’États ont déjà adopté des lois fixant le seuil à six, huit ou douze semaines, et n’attendent que le feu vert de la Haute Cour pour les faire entrer en vigueur. Une douzaine d’autres sont prêts à leur emboîter le pas.

  • Complotistes anti-vaccin hier, complotistes pro-Poutine aujourd'hui

    IMPRIMER

    D'Elisabeth Fleury sur Le Soleil Numérique :

    Pour la liberté, contre la «dictature sanitaire» mais... pro-Poutine

    Ceux qui fréquentent assidûment les réseaux sociaux l’auront vite remarqué : les complotistes anti-vaccins et anti-mesures sanitaires ont jeté au cours des derniers jours leur dévolu sur la guerre en Ukraine, tenant un discours résolument pro-Poutine. Un phénomène qui n’étonne pas le directeur du Centre d’expertise et de formation sur les intégrismes religieux, les idéologies politiques et la radicalisation (CEFIR), Martin Geoffroy.

    «Les complotistes en général, au départ, ils sont pro-Trump, et comme Trump est pro-Poutine, ils ne se posent pas la question. Ils n’ont pas fait un cours de géopolitique sur la Russie et l’Ukraine, ils sont pro-Poutine par association», résume en entrevue le coauteur du récent rapport Typologie des discours complotistes au Québec pendant la pandémie. 


    « De manière générale, les complotistes sont des extrémistes, des gens qui n’ont aucun respect pour la démocratie, qui sont prêts à appuyer un dictateur si ça rentre dans leur autofiction qu’ils se font faite de la société »
     Martin Geoffroy, directeur du Centre d’expertise et de formation sur les intégrismes religieux, les idéologies politiques et la radicalisation

    Le directeur du CEFIR cite l’exemple de la complotiste Mel Goyer, qui a partagé dimanche sur Twitter le «speech original» de Vladimir Poutine en mentionnant l’avoir «écouté au complet» et avoir trouvé qu’il faisait «énormément de sens» à ses yeux. «Ses propos semblent justes. Ça clash TELLEMENT avec ce que je peux lire à son sujet dans les médias et ailleurs!! Pourquoi?!» écrit Goyer.

    «Vous avez ici le fameux doute systématique qu’on retrouve toujours chez les complotistes», observe Martin Geoffroy, qui note également que «les complotistes diffusent en ce moment des photos de supposés néonazis ukrainiens avec des drapeaux ou des symboles néonazis».

    «Ils reproduisent ce que Poutine a dit, que le gouvernement ukrainien, c’est un gouvernement de nazis.[…] Les complotistes marchent dans la propagande de Poutine parce que c’est une propagande anti-démocratie occidentale, et les complotistes, de manière générale, sont anti-démocratie occidentale. Ils veulent, comme ceux qui manifestaient à Ottawa, que ces régimes antidémocratiques occidentaux s’écroulent au profit de régimes qui seraient contrôlés par des despotes à la Poutine, à la Donald Trump», dit M. Geoffroy, ajoutant que ces complotistes sont «fans au dernier degré de Donald Trump, de Poutine, ils aiment les hommes forts qui prennent des décisions».

    Pour ces gens, «qui vivent un peu isolés de la société démocratique, qui la détestent», la compétence d’un dirigeant importe peu, dit-il. «Ce qui compte, c’est la popularité, le pouvoir charismatique, versus le pouvoir rationnel légal qu’on a dans une démocratie. Poutine fait voler en éclats en ce moment toute la rationalité et toute la légalité des lois internationales au profit du charisme qu’il exerce», analyse Martin Geoffroy.  

    Paradoxal que des gens qui criaient récemment à la liberté à Ottawa et à Québec soutiennent maintenant Poutine? «C’est paradoxal pour quelqu’un qui est dans la rationalité, qui adhère à un système de pouvoir rationnel légal, mais pas pour un complotiste qui adhère à un système de pouvoir charismatique […]. On n’a aucune reconnaissance dans les milieux complotistes des mécanismes de la démocratie libérale», réitère le chercheur, qui rappelle qu’à Ottawa, «les complotistes manifestaient en disant que Justin Trudeau n’avait pas le mandat de faire des règles sanitaires même s’il avait été [réélu] avec ce mandat-là spécifiquement». 

    «On voit donc ici le manque de respect total pour la démocratie libérale, et on sait que ces milieux-là sont très noyautés par l’extrême-droite, qui n’a aucun respect pour la démocratie libérale, comme Poutine et Trump d’ailleurs», insiste Martin Geoffroy, qui rappelle que quand il était président, Trump était «plus à l’aise» avec Poutine et le leader nord-coréen.

    En somme, chaque complotiste, chaque groupe de complotistes se construit sa propre vision de la réalité et vit en quelque sorte «un trouble de l’opposition», dit le chercheur. 

    «Pour les complotistes, l’ensemble de la société dans laquelle ils vivent est corrompu, et ceux qui combattent ces sociétés-là, dans ce cas-ci Poutine, sont nécessairement de leur bord. Poutine dit : l’Occident n’est pas correct, l’Occident est corrompu, et ça rentre dans leur narratif […]. Pour eux, Poutine devient un allié, et un allié de taille, parce qu’il a, lui, les moyens de faire plier les démocraties occidentales, et lorsque ces démocraties répliquent avec des sanctions, bien c’est une fois de plus pour eux l’affirmation de leur tyrannie», observe le directeur du CEFIR.

    Ce qui dérange par ailleurs les leaders complotistes anti-vaccins, anti-mesures sanitaires et anti-identité numérique, c’est que l’attention est détournée d’eux depuis quelques jours, dit Martin Geoffroy, rappelant que «ce sont des gens qui ont un besoin profond d’attention, ce qu’ils ont eu beaucoup ces dernières semaines». 

    «Ils cherchent à attirer de nouveau l’attention sur eux. […] Ils doivent donc inventer un nouveau narratif, et quand on leur montre leurs contradictions, ils vont chercher d’autres choses, d’autres mensonges, pour pouvoir continuer leur histoire, comme ces photos de supposés néonazis ukrainiens, par exemple. Parce qu’au fond, ce n’est pas à vous ou à moi qu’ils parlent, c’est à leur public. Ces influenceurs-là, ce sont comme des gourous sectaires. Leur but, ce n’est pas seulement de faire des adeptes, mais de faire de l’argent aussi avec ça», souligne M. Geoffroy.

  • Les "ravages" exercés par le wokisme, la cancel culture et le décolonialisme

    IMPRIMER

    Des propos de Pierre Jourde recueillis par Thierry Boutte sur le site de la Libre :

    extraits

    (...)

    Vous dénoncez les "ravages" exercés par le wokisme, la cancel culture et le décolonialisme. Comment définissez-vous ces trois termes ?

    Le premier terme est général. Il désigne le fait d'être attentif à toute forme de discrimination. Ce qui est très positif. Mais comme beaucoup de démarches positives, il s'est transformé en oppression. Il s'agit à présent de surveiller partout et de réprimer autant que possible ce qui n'est pas conforme à l'idéologie identitaire, qui considère toute minorité comme victime d'oppression, et exclusivement sous cet angle. La cancel culture est par conséquent l'application du wokisme dans le domaine culturel : la chasse à toutes les représentations "offensantes", partout, en littérature, au théâtre, au cinéma, etc. Le "décolonialisme" considère que toute la pensée occidentale est infectée de colonialisme, et entend considérer les mathématiques, la physique moderne comme des produits de l'oppression. On veut également en finir, pour la même raison, avec les études classiques, le grec et le latin. Donc, oui, wokisme, cancel culture et décolonialisme font des ravages.

    Pourquoi, selon vous, ces mouvements ont-ils pris tant d’importance aujourd’hui ?

    C’est le résultat d’une atomisation de la société, qui ne croit plus au politique, ni au collectif, et se replie sur des identités locales. On ne se reconnaît plus que dans l’appartenance à un groupe, lequel exige que l’on reconnaisse ses droits, sans restriction. C’est aussi l’aboutissement d’une infantilisation générale des individus, d’une culture de la surprotection, qui les amène à se considérer comme des victimes avant toute autre chose.

    Quels sont ces "ravages" que vous pointez ?

    La destruction de vies entières et de réputations par le harcèlement en meute sur les réseaux sociaux, l'annulation de conférences et de séminaires par la pression d'étudiants ou de groupes identitaires, la mise en danger de la vie de professeurs par l'accusation d'"islamophobie" à tort et à travers, la censure de grands textes du passé, et leur mise en conformité avec une doxa idéologique contemporaine ou encore le nettoyage de la culture populaire. C'est le stalinisme sans état centralisé. C'est aussi l'interdiction de penser librement, autrement qu'à travers des filtres idéologiques et militants. C'est enfin le refus de communication entre cultures et communautés : il faut être noir pour traduire un Noir, ou critiquer l'œuvre d'un Noir, ou interpréter un Noir. Repli terrifiant, qui est aussi une régression infantilisante. (...)

  • Ukraine-Russie : une paix est-elle possible ? : un débat sur KTO

    IMPRIMER

    Ukraine-Russie : une paix est-elle possible ? : un débat sur KTO

    Depuis le 24 février et l'attaque de l'Ukraine par la Russie, le monde entier retient son souffle. Les populations civiles, dont de très nombreuses femmes et enfants ont trouvé refuge dans des régions ou des pays voisins. Alors que la sécurité mondiale est menacée, quel rôle les Églises peuvent-elles jouer ? Qu'est-ce que cette crise nous dit de l'identité européenne ?

    Depuis le 24 février, la Russie a entamé une vaste opération militaire en Ukraine. Partout dans le pays, les combats font rage et les morts, civils et militaires, se comptent déjà par centaines. Malgré la détermination du président ukrainien Volodymyr Zelensky et la résistance du peuple ukrainien, l'armée de Vladimir Poutine avance vers les grandes villes du pays telles que Kharkov, Odessa ou Marioupol, et même vers la capitale, Kiev. Alors que les bombardements ont déjà détruit des infrastructures essentielles, comme des hôpitaux ou des écoles, des milliers de personnes, dont de nombreux femmes et enfants, ont fui vers l'ouest, pour trouver refuge dans une autre région ou un pays voisin. Dans ce contexte apocalyptique, les Églises déploient un élan de solidarité. Mobilisées en accueillant les réfugiés dans les paroisses, distribuant une aide matérielle, c'est aussi un soutien spirituel fort.

    La rédaction de KTO propose « Ukraine-Russie : une paix est-elle possible ?, en débat » et invite

    • Hélène Carrère d’Encausse, Secrétaire perpétuel de l’Académie française
    • Antoine Arjakovsky, Co-directeur du département de recherche Politique et Religions du Collège des Bernardins

    dans une émission animée par Stéphanie Dupasquier.

  • Des propositions de carême en ligne

    IMPRIMER
    De Venceslas Deblock sur le site du journal La Croix

    Des propositions pour un parcours de Carême en ligne

    Comme chaque année désormais, les propositions de parcours spirituels pour vivre le Carême, qui commence cette année mercredi 2 mars, se multiplient. Après s’être développés en ligne, ils sont désormais accessibles sur smartphones, via de nombreuses applications chrétiennes. La Croix propose une sélection non exhaustive.

    Pendant ce temps du Carême, les dominicains proposent de contempler le visage de Dieu. Leur « Carême dans la ville » s’inspire en effet de la parole de Philippe à Jésus dans l’Évangile de Jean : « Montre-nous le Père. »

    Le parcours en ligne, largement renouvelé chaque année, est constitué d’enseignements ou approfondissements par des frères, des sœurs et des laïcs. Il est par ailleurs proposé de participer à la prière des moniales de Beaufort. Des moments d’interactivité permettront aux retraitants de poser des questions et d’échanger en ligne sur leur vie de foi.

    Retraite avec les saints du Carmel

    Les carmes de la Province de Paris proposent également une retraite en ligne. Leur originalité est de la proposer en douze langues différentes, du roumain à l’indonésien. Cette année, les carmes proposent à leurs retraitants de vivre la miséricorde de Dieu avec les saints du Carmel : Thérèse d’Avila, Thérèse de Lisieux, Jean de la Croix… Par un mail hebdomadaire, des pistes de méditation et de mise en pratique seront proposées à leurs retraitants.

    Le parcours de Carême proposé cette année par Prions en Église sera disponible sur la nouvelle application, disponible le 1er mars. Bénéficiant de la souplesse de ce nouveau support, le parcours permettra au retraitant de marcher à son rythme, guidé par une méditation quotidienne de la Parole par le père Sébastien Antoni, invitant à découvrir le rêve profond de Dieu. Chaque vendredi, un espace ouvert sur la page Facebook de Prions en Église permettra échanges et réactions.

    Dans le même esprit, la communauté de l’Emmanuel propose quatre parcours guidés par quatre prêtres différents, sur des thèmes variés, selon des rythmes différents, disponibles en ligne ou sur application.

    « Se faire un cœur de pauvre » avec Lazare

    Les jésuites font, eux, cette année deux propositions différentes, en ligne ou sur application. Alors que le thème de la première appartient à la tradition spirituelle et biblique : « Que je voie ton visage », son déploiement joue sur la diversité des supports et d’expressions de prière : art, littérature, texte biblique…

    Par ailleurs, les participants peuvent choisir le rythme auquel ils désirent recevoir podcasts et méditations. L’originalité du deuxième parcours est de s’adresser aux familles, en leur offrant des ressources hebdomadaires adaptées, en compagnie des grandes figures de la famille ignatienne.

    Sur une thématique très biblique, mais avec la même diversité de regards, PRIXM, équipe de jeunes chrétiens autour des frères dominicains de l’école biblique de Jérusalem, propose un calendrier de Carême en 40 questions. Les réponses articulent apports bibliques, artistiques et culturels parfois surprenants, pour mener leurs lecteurs de la Création à la Résurrection en une « saga phénoménale ».

    En outre, l’association Lazare, qui propose des colocations solidaires entre jeunes actifs et des personnes sans domicile fixe, propose pour le Carême de « se faire un cœur de pauvre » et d’ainsi grandir en liberté.

    Cette proposition originale repose sur l’envoi quotidien d’un mail contenant une méditation de l’Évangile du jour, un témoignage d’un « coloc Lazare » et un défi à relever. De nombreuses autres propositions spirituelles diverses et variées existent pour vivre et approfondir ce temps du Carême en ligne.